Portrait
Via214
Fermer

Paysages d'autrefois

Rencontre Poutine - Zelensky : le président ukrainien joue son va-tout à Paris

Rencontre Poutine - Zelensky : le président ukrainien joue son va-tout à
Parishttp://www.via214.net/


Publié le 09/12/2019 à 06:50 La Rédaction Via214



Ce lundi 9 décembre, le chef d’État ukrainien va enfin rencontrer son homologue russe dans le cadre d’une rencontre au “format Normandie”, sous l’égide de la France et de
l’Allemagne. Les observateurs de Kiev veulent croire à une avancée sur le dossier du Donbass, tout en redoutant l’inexpérience de leur dirigeant.


Cette rencontre, le président Volodymyr Zelensky l’a attendue avec
impatience et insistance. Mais elle suscite une grande méfiance dans
les rangs des intellectuels ukrainiens. En général, l’attitude vis-à-vis de cette rencontre est assez contradictoire. Bien que tout
le monde veuille la paix, personne ne sait comment l’obtenir. À commencer par les dirigeants du Kremlin. Faut-il espérer que le président de la Fédération russe Vladimir Poutine soit
subitement devenu plus clairvoyant et qu’il cède ? Ce n’est évidemment pas dans ce but qu’il a entamé sa campagne contre l’Ukraine il y a plus de quatre ans. Seulement voilà, son plan ne s’est pas complètement réalisé. Quelque chose ne s’est pas passé comme prévu. La situation est bloquée, ce qui nuit de
plus en plus à la Russie, entraînant des conséquences assez dommageables pour elle.


Selon les calculs de spécialistes internationaux faisant autorité, les
sanctions financières de l’Union européenne coûtent à la Russie de 1 à 1,5 % de son PIB par an. La Crimée, 5 milliards de dollars, le Donbass à peu près la même chose, soit 10 milliards par an — il s’agit de dépenses pour l’administration, les retraites et les infrastructures.


En d’autres termes, la Russie perd entre 3 et 4 % de son PIB par an à cause des sanctions et de la guerre en Ukraine. Son économie est entrée en stagnation depuis plusieurs années déjà, et le revenu réel de la population a diminué de 13 %.

Climat. COP25. À Los Angeles, la guerre de l’ombre fait rage

Climat.
COP25. À Los Angeles, la guerre de l’ombre fait ragehttp://www.via214.net/



Publié
le 09/12/2019 à 06:35 La Rédaction Via214





La
métropole californienne manque cruellement d’arbres, en
particulier dans ses quartiers les plus pauvres. Alors que la ville
enregistre des records de chaleur, ses édiles ont décidé de lancer
un vaste plan de reboisement.







LOS
ANGELES - Il n'y a pas de fin aux emblèmes scintillants du privilège
dans cette ville. Teslas obstrue les autoroutes. Les
familles aisées se bousculent pour trouver des endroits convoités
dans les jardins d'enfants sophistiqués. Et dans les collines
de Bel-Air, où un domaine tentaculaire 
vient
d'arriver sur le marché pour un montant record de 225 millions de
dollars, des arbres luxuriants bordent les rues, offrant un
soulagement bienvenu de la chaleur punitive.



Ils
disent que le soleil a toujours été l'attraction de Los Angeles,
mais ces jours-ci, l'ombre est de plus en plus considérée comme une
denrée précieuse, alors que les crises du changement climatique et
des inégalités convergent.



Maintenant,
les responsables de la ville, plutôt que de vendre le soleil comme
l'attraction singulière de Los Angeles, le traitent comme une crise
croissante.



À
l'aide de données qui recouvrent les zones de chaleur intense avec
les itinéraires de transport en commun les plus fréquentés, la
ville se précipite pour déployer de l'ombre à près de 750 arrêts
de bus, en utilisant des arbres, des voiles d'ombrage ou des
parapluies. En outre, la ville a récemment embauché son
premier agent forestier et a annoncé un objectif de plantation de 90
000 arbres d'ombrage d'ici 2021. Dans le cadre de cet effort,
certains des célèbres palmiers de la ville, qui ont défini l'image
de la ville mais ne fournir beaucoup d'ombre, pourrait être
remplacé.



"Peut-être
que vous n'y avez pas pensé de cette façon, mais l'ombre est un
problème d'équité", a déclaré le maire Eric M. Garcetti
lors d'un récent événement par une journée brûlante dans le sud
de Los Angeles, où il a discuté d'un certain nombre d'initiatives
climatiques autour de la ville, y compris en créant plus d'ombre.







Un
arbre a été planté lors d'une cérémonie dans le sud de Los
Angeles ensoleillé par le tsar des arbres de la ville, Rachel
Malarich, au centre à gauche, et le maire Eric M. Garcetti, à
droite.


"Pensez
à une Angeleno âgée qui dépend des transports en commun pour se
déplacer dans son quartier", a-t-il poursuivi. "Imaginez-la debout
sous le soleil brûlant à la mi-juillet, attendant le bus, avec de
l'asphalte chaud et sombre. Elle mérite d'être aussi
confortable que son homologue dans un autre code postal de la ville. "



Traversez
le vaste espace de Los Angeles et le point devient clair.Dans des
quartiers riches comme Bel-Air ou Beverly Hills, repérez les arbres
imposants qui bordent les rues à baldaquin. Dans les quartiers
les plus pauvres comme le sud de Los Angeles, regardez les gens qui
attendent la pression du bus pour échapper à la
chaleur intense. Ils peuvent le trouver dans une petite ombre
projetée par un panneau d'arrêt, ou sous l'auvent d'un commerçant,
ou même, parfois, juste à l'ombre d'une personne debout devant eux.



Fin
octobre, alors que Los Angeles faisait face à une chaleur record
pour la saison, les vents violents dans les collines et les canyons
attisaient les incendies de forêt et les gens fuyaient leurs
maisons.Dans les rues du sud de Los Angeles, il faisait très chaud.



Au
coin de la sixième avenue et du boulevard Jefferson, entre l'école
primaire de la sixième avenue et le marché de Lupita, Gwendolyn
Coakley se tenait à l'ombre d'un réverbère, attendant d'aider les
écoliers à traverser la rue.



C'était
le seul espace où elle pouvait trouver un peu de répit, alors que
les températures approchaient des trois chiffres.



"La
chaleur est terrible", a déclaré Mme Coakley, un brigadier,
alors qu'elle tenait une bouteille d'eau. "Je cherche
toujours, j'essaye de trouver quelque chose."



Le
soleil était autrefois une marchandise vendable pour Los Angeles,
une caractéristique singulière utilisée pour appeler les colons de
toute l'Amérique et au-delà. Les historiens ont décrit cette
période de vente du soleil à la fin du 19e siècle et au début du
20e siècle comme la période de boosterisme de 
Los
Angeles .



Mené
par la chambre de commerce de la ville, qui a distribué des
brochures et des livres à travers le pays décrivant le sud de la
Californie comme une utopie ensoleillée, l'effort de marketing a
contribué à propulser la croissance de Los Angeles en tant que
métropole majeure.



"Les
gens sont venus ici spécifiquement pour chasser le soleil", a
déclaré Christopher Hawthorne, directeur de la conception de la
ville, un poste nouvellement créé qu'il a pris l'année
dernière. "Et nous avons vendu le soleil comme une
marchandise."



Alors
que le monde se réchauffe, la question de l'ombre a attiré
davantage l'attention des urbanistes. L'écrivain Sam Bloch,
dans un article du Place Journal de cette
année consacré à Los Angeles, a appelé l'ombre "un indice
d'inégalité, une exigence de santé publique et un mandat pour les
urbanistes et les concepteurs".



M.
Hawthorne, ancien critique d'architecture du Los Angeles Times,
réfléchit depuis des années aux espaces publics de la ville et au
manque d'ombre comme mesure des inégalités. Lorsqu'il parle du
sujet, il aime invoquer le titre d'un livre de nouvelles de 1942 sur
l'écrivain Timothy Turner: "Turn Off the Sunshine".



"Nous
pouvons tous nous rapporter à ce titre aujourd'hui", a-t-il
déclaré lors du récent événement où M. Garcetti est apparu. "Il
y a des moments où nous tous à Los Angeles souhaitons pouvoir
éteindre le soleil, et il y a de plus en plus de ces jours chaque
année à cause du changement climatique."



Dans
une interview, M. Hawthorne a déclaré: "Nous avons des poches de
beau design urbain et de belles étendues d'ombre, mais il est
certainement juste de dire qu'il n'a pas été distribué de manière
équitable."



Les
Angelenos en haut de l'échelle des revenus vont partout dans les
voitures climatisées, laissant les bus et les trottoirs de cuisson
de la ville en grande partie à ceux sur les échelons économiques
inférieurs. Citant l'impact du changement climatique, M.
Hawthorne a déclaré: "Cette ville est nettement moins accueillante
pour les piétons maintenant qu'elle ne l'était lorsque je suis
arrivée ici en 2004. Donc, 15 ans ont changé cette conversation." M. Hawthorne a dirigé l'effort de apporter de l'ombre à près de
750 arrêts de bus, en utilisant des données qui superposent les
zones les plus chaudes de la ville avec les emplacements des arrêts
de bus les plus fréquentés.


Les chercheurs de l'UCLA ont
prévu que Los Angeles devrait voir une forte augmentation du nombre
de jours de chaleur extrême - définie comme 95 degrés ou plus . Le
centre-ville de Los Angeles connaît actuellement environ sept jours
de chaleur extrême par an, mais ce chiffre pourrait passer à 22
d'ici 2050 et à plus de 50 jours d'ici la fin du siècle, selon les prévisions. (Bien
sûr, les températures n'ont pas besoin de monter au-dessus de 95
degrés pour qu'un manque d'ombre soit un fardeau pour les pauvres de
la ville.)



Comme
M. Hawthorne, Rachel Malarich, que M. Garcetti a embauchée plus tôt
cette année en tant que premier agent forestier de Los Angeles,
tente d'apporter de l'ombre aux communautés mal desservies de la
ville, en particulier dans le sud de Los Angeles et l'est de Los
Angeles, en plantant plus d'arbres.


"Ces
communautés devraient avoir accès aux mêmes ressources que les
autres communautés", a-t-elle déclaré. "Je ne veux pas d'un
tas de petits arbres. Nous devons trouver des espaces pour de
grands arbres. "



Pourtant,
dans certaines communautés qui ont été historiquement négligées
par la ville, les nouveaux arbres peuvent être difficiles à
vendre. Les résidents se plaignent que la ville a planté des
arbres dans le passé et qu'elle n'a pas réussi à les tailler,
créant des dangers dans le quartier et causant des blessures.



Le
manque d'arbres dans certaines communautés pauvres est également
lié à une histoire de police abusive. Pendant des années, la
ville a maintenu la croissance des arbres au minimum dans certains
quartiers parce que les policiers craignaient que les arbres ne
soient des endroits pour cacher des drogues et des armes à feu.



Dans
une interview, Mme Malarich a montré une carte de la canopée de la
ville. Les quartiers riches de l'ouest de Los Angeles et du
quartier de Los Feliz sont vert foncé, avec une canopée de plus de
35%. Le sud de Los Angeles, en revanche, est légèrement
ombragé, avec seulement 10 à 12 pour cent de couverture arborée.



Mme
Malarich a déclaré que les arbres sont également un problème de
santé publique, citant des études montrant que plus d'arbres dans
une communauté sont en corrélation avec des taux d'asthme
inférieurs, des visites à l'hôpital réduites pendant les vagues
de chaleur et une meilleure santé mentale. "Toutes nos
communautés devraient avoir accès à ces avantages", a-t-elle
déclaré.



Los
Angeles, avec ses nombreuses zones climatiques différentes, peut
accueillir d'innombrables types d'arbres, a déclaré Mme Malarich,
et elle s'appuie sur plusieurs livres et ressources, tels que "Un
guide californien des arbres parmi nous", pour décider quels arbres
l'usine et où.



Et
qu'en est-il des célèbres palmiers de Los Angeles, qui sont
essentiels à l'image de la ville mais ne couvrent pas beaucoup? Il
pourrait y en avoir moins à l'avenir, a-t-elle déclaré, car
certains palmiers atteignant la fin de leur cycle de vie, ils peuvent
ne pas être remplacés.



Pourtant, "les palmiers sont importants pour les espaces culturellement
importants", a-t-elle déclaré.



L'attention
accordée à la création de plus d'ombre fait partie d'un effort
plus large de Los Angeles, a déclaré M. Hawthorne, pour "ramener
les gens vers le domaine public", dans une ville réputée attachée
à l'automobile.



"Si
nous ne pouvons pas éteindre le soleil, nous pouvons au moins
trouver un répit et un refuge, et le sentiment que la ville est de
plus en plus conçue pour nous tous", a-t-il déclaré.

Nouvelle-Zélande: éruption d'un volcan avec une centaine de touristes à proximité

Nouvelle-Zélande: éruption d'un volcan avec une centaine de touristes à proximitéhttp://www.via214.net/


Publié le 09/12/2019 à 05:58 La
Rédaction Via214




Une centaine de touristes se trouvaient lundi "sur ou autour"
du volcan de White Island en Nouvelle-Zélande au moment de son éruption et un certain nombre d'entre eux sont portés disparus, a déclaré la Première ministre Jacinda Ardern.


"Nous pensons qu'environ 100 personnes étaient sur ou autour de l'île, dont certaines dont on a perdu la trace", a-t-elle déclaré aux
journalistes à Wellington, peu après cette éruption qui s'est produite en début d'après-midi.


"C'est une situation qui évolue et bien sûr toutes nos pensées vont aux
personnes concernées", a-t-elle ajouté.


L'Agence nationale de gestion des situations d'urgence a déclaré que cette
éruption volcanique modérée était dangereuse pour les personnes se trouvant à proximité du volcan.


Des images retransmises en direct du volcan montrent plus d'une demi-dizaine de personnes marchant au bord du cratère à 14H10 heure locale (1H10 GMT), avant que les caméras ne s'éteignent au bout de quelques minutes.


La maire de Whakatane, une ville située à une cinquantaine de
kilomètres de l'île volcanique inhabitée de White island, Judy Turner, a déclaré à Radio NZ que des personnes ont été au
minimum blessées.


"Je ne suis pas sûre de l'étendue ou de la nature de ces blessures (...) Les services d'urgence attendent leur retour de l'île pour pouvoir les soigner", a-t-elle ajouté.


Quelque 10.000 touristes visitent chaque année l'île formée d'un volcan,
qui entre en éruption régulièrement depuis un demi-siècle, la dernière fois en 2016.

Une ado chute dans les Catacombes à Paris, le GRIMP mobilisé

Une
ado chute dans les Catacombes à Paris, le GRIMP mobiliséhttp://www.via214.net/


Publié
le 08/12/2019 à 12:33 La Rédaction Via214





Une
adolescente a été blessée en chutant dans un puits d’accès
interdit de l’ossuaire souterrain. Le groupe d’intervention en
milieu périlleux des pompiers a dû intervenir.


"Mais
qu'est-ce qu'ils fichaient là ? Ce n'est pas la première fois qu'il
y a un accident ! " Cette passante de l'avenue Denfert-Rochereau
(XIVe), perplexe derrière le périmètre de sécurité posé autour
de ce qui ressemblait à une trappe d'égouts, ne croit pas si bien
dire : l'intrusion dans les Catacombes d'une
bande d'adolescents qui espéraient s'offrir quelques frissons dans
ce labyrinthe de 300 km des anciennes carrières parisiennes,
ossuaire de 6 millions de Parisiens transférés des cimetières,
s'est soldée par une jeune fille blessée et la mobilisation,
toujours spectaculaire, du Groupe d'intervention en milieu périlleux  (GRIMP)
de la Brigade des sapeurs pompiers de Paris (BSPP).


Ce
sont les copains de l'adolescente qui ont donné l'alerte, ce samedi
vers 9 h 30, à peine quelques minutes après avoir forcé et soulevé
une trappe d'accès interdite mais débouchant avenue
Denfert-Rochereau (XIVe), à quelques dizaines de mètres de l'entrée
officielle -et parfaitement sécurisée- du site, dont seuls 2 km
sont ouverts et aménagés en visite. La bande de copains avait alors
entrepris de descendre par l'échelle métallique, s'enfonçant à
plusieurs dizaines de mètres de profondeur. C'était oublier la
dangerosité et l'exiguïté de cette sorte de puits, où ne
descendent que les professionnels autorisés, équipés et formés à
la topographie des souterrains multiples.



Au rendez-vous des
cataphiles


Ce
n'était vraiment pas le cas des jeunes "cataphiles", le nom
donné aux amateurs de balades et même de fêtes clandestines
improvisées dans ces souterrains interdits. L'adolescente a soudain
glissé de l'échelle, son corps percutant la paroi avant de
dégringoler le long de l'étroite galerie.


"Elle
a été très chahutée dans la chute mais n'est pas gravement
blessée ", raconte un représentant des Sapeurs pompiers de Paris,
qui ont d'abord tenté de hisser l'adolescente à l'aide d'un
baudrier. L'opération s'est vite avérée trop compliquée, voire
risquée pour la jeune fille. Malgré qu'elle soit alors consciente
et " plutôt calme, rassurée par ses amis qui lui parlaient ", raconte le porte-parole, il était difficile de savoir si elle
souffrait de fractures ou de simples commotions. La BSPP fait alors
appel à une équipe du Grimp, beaucoup mieux équipée. " La jeune
fille a été sortie à l'aide d'un treuil mécanisée, dans les
meilleures conditions ", confirme le Capitaine Valérian Fuet,
porte-parole de la BSPP.


L'expédition
frisson s'est donc plutôt bien terminée pour les adolescents, mais
elle a mobilisé une vingtaine d'hommes et 5 véhicules de secours,
et surtout une équipe du Grimp que les pompiers de Paris
préféreraient ne plus mobiliser pour de telles interventions : " Les Catacombes sont un lieu interdit, ce genre d'intrusion mobilise
des moyens qui seraient utiles ailleurs ", insiste la BSPP.



Deux à trois
interventions chaque année


De
fait, cette intrusion chaotique est loin d'être la première, malgré
l'arrêté préfectoral de 1995 interdisant formellement " la
pénétration et la circulation dans les anciennes carrières de
Paris" : les accidents mobilisent les secours 2 ou 3 fois chaque année. 


Ainsi
le 10 février dernier, une femme s'est brisé les jambes après une
chute de 5 mètres. Elle voulait faire des photos, un barreau
d'échelle manqué et le safari a tourné court. Plus long fut en
revanche le sauvetage : il a fallu 3 heures aux pompiers et leur
équipe du Grimp pour sortir la photographe du puits interdit.





Retraites : pourquoi ne pas avoir fait la réforme juste après la présidentielle

Retraites : pourquoi ne pas avoir fait la réforme juste après la
présidentiellehttp://www.via214.net/


Publié le 08/12/2019 à 11:23 La Rédaction Via214



Les nombreuses réformes lancées après l’élection d’Emmanuel Macron et la
complexité du dossier expliquent que le chantier des retraites n’ait pas été ouvert au début du quinquennat.


Emmanuel Macron s'est engagé pendant la campagne présidentielle à faire converger la quarantaine de régimes de retraite en un
système "
universel ". Un système par points où "1 euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été
versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé "
. Et, ce, sans toucher à l'âge de la retraite ni au niveau des pensions.


Un projet potentiellement explosif, les différentes tentatives de réforme des retraites ayant donné lieu à d'importants mouvements sociaux et manifestations massives.


Si le chantier a été rapidement lancé avec la nomination dès septembre 2017 de Jean-Paul Delovoye comme haut-commissaire à la réforme des retraites, le gouvernement a décidé de se donner du temps : initialement attendue pour mi-2018, la réforme a été maintes fois repoussée. L'objectif est désormais qu'un projet de loi soit voté à l'été
2020.



Jean-Paul Delevoye, qui avait présenté en octobre 2018 une quinzaine de lignes directives, a remis au Premier ministre le 18 juillet 2019, ses
préconisations (lire plus bas). Le rapport du haut-commissaire, qui, en septembre 2019, a été nommé au gouvernement en appui de la ministre de la Santé, est censé inspirer le futur
projet de loi.


Echaudé par le mouvement des "gilets jaunes", l'exécutif a décidé d'avancer à pas mesurés sur la réforme pour s'épargner une nouvelle crise sociale. Il a décidé d'ouvrir une nouvelle
négociation de trois mois avec
les partenaires sociaux. En parallèle, des " consultations citoyennes ", dans l'esprit du grand débat, ont lieu jusqu'à fin 2019, via des réunions publiques et une plateforme numérique.



Alors que la fronde sociale monte -une grève à la RATP a paralysé les transports à Paris le 13 septembre et une mobilisation de nombreux secteurs est prévue le 5 décembre (lire
ci-dessous) - l'exécutif cherche à rassurer, notamment les indépendants et les salariés des régimes autonomes et spéciaux : si nécessaire la convergence pourra être allongée au-delà de
quinze ans et la bascule dans le régime universel retardé (lire plus bas le point sur "la clause du grand-père"). Edouard Philippe s'est exprimé le 27 novembre, au lendemain d'une nouvelle série de consultations avec les partenaires sociaux, pour rappeler les principes du projet et couper court à la confusion qui règne depuis plusieurs semaines au sein de l'exécutif sur ses
modalités. Il s'est montré inflexible sur les régimes spéciaux mais souple sur le calendrier. Il annoncerale
11 décembre " l'intégralité " projet
du gouvernement. D'ici là Jean-Paul Delevoye aura dévoilé, le lundi 9, les conclusions de ses consultations. Le texte sera ensuite soumis au Parlement début 2020.


Alors que l'exécutif cherche des pistes pour sortir de la crise,
un scénario se précise qui permettrait à la fois de dédramatiser la réforme en la rendant " irréversible avant la fin du
quinquennat ", dixit un ministre. Selon les informations des " Echos ", le gouvernement devrait renoncer à
imposer des mesures d'économies dès 2021, celles-ci étant laissées à la charge du futur établissement public gestionnaire des retraites. La bascule des assurés dans le régime universel par
points devrait intervenir bien après la date initiale de 2025 pour tous les assurés actuels.


Le gouvernement ferait aussi des ouvertures en direction de la CGC
en proposant de ne pas supprimer immédiatement les cotisations créatrices de droits au-delà de 10. 000 euros de revenus mensuels. La baisse pourrait s'étaler sur quinze ans.


Alors que l'amélioration du temps d'emploi des seniors est une pièce indispensable de la réforme, le Premier ministre a, par ailleurs, confié une mission sur le sujet à trois personnalités qualifiées.


Selon
un 
sondage Elabe
pour " Les Echos ", Radio classique et l'Institut Montaigne, paru le 1er décembre 2019, plus de la moitié des
Français (55 %) considèrent que le système actuel n'est pas soutenable financièrement et 57 % jugent que les actifs devront travailler plus longtemps.


Près de deux tiers des Français (64%) se disent favorables au principe de créations d'un système universel par points pour les salariés du public, du privé et les indépendants, mais ils
s'inquiètent avant tout de travailleur plus longtemps et de voir le montant de leur pension de retraite diminuer.



Des centaines de milliers de personnes ont manifesté et fait grève le
jeudi 5 décembre en France au premier jour d'une vaste mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Un nouvel appel à une journée de mobilisation est lancé pour le mardi 10.


Profonds désaccords sur deux points clefs


Les tergiversations du gouvernement révèlent de profonds désaccords sur deux points clefs du projet : " l'âge pivot " et la " clause du grand-père ".


" Age pivot ". Une cacophonie au sein du gouvernement a tourné au printemps à l'avantage de
Jean-Paul Delevoye, qui veut préserver la promesse du maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans. Un compromis semblait trouvé fin juin autour d'un " âge d'équilibre " fixé à 64 ans, avec une décote pour ceux qui partiraient avant et une surcôte pour ceux qui voudraient travailler plus longtemps. Mais en août Emmanuel Macron a surpris en marquant sa préférence pour
un accord sur la durée de cotisation avec les partenaires sociaux
plutôt que sur l'âge.


La " clause du grand-père " consisterait à n'appliquer la réforme qu'aux jeunes qui entreront sur le marché du travail après le vote de loi, voire après son entrée en vigueur
envisagée en 2025. Un stratagème déjà utilisé dans la loi ferroviaire de 2018, qui a supprimé le statut de cheminot pour ceux qui seront embauchés à partir du 1er janvier 2020. Emmanuel Macron songe à réutiliser cette clause pour ménager les régimes spéciaux, notamment la SNCF et la RATP. Mais Jean-Paul Delevoye estime que pour des raisons d'équité, si on le fait pour une
profession, il faut le faire pour tout le monde. Il défend plutôt des " chemins de convergence ", profession par
profession, avec des transitions étalées " sur 15 ou 30 ans ".


Vers une réforme systémique ?


Alors que les comptes de l'assurance-vieillesse ont plongé dans le rouge,
le gouvernement a saisi le Conseil d'orientation des retraites - une
instance indépendante composée de parlementaires, de partenaires sociaux, de représentants des retraités et des familles, de membres de l'administration et d'experts - pour qu'il dise quelle sera, selon lui, la situation
financière du système de retraites
" durant la prochaine décennie " et proposer des mesures " pour en garantir l'équilibre en 2025 ".


Selon ce document, dévoilé le 18 novembre, le déficit des retraites
est attendu entre 8 et 17 milliards d'euros en 2025. Plusieurs pistes sont évoquées par le COR pour parvenir à l'objectif d'équilibre. Mettre en place un âge-pivot serait moins douloureux que de jouer sur la durée de cotisation, estiment ses experts.


Au grand dam des syndicats, le gouvernement estime que le redressement
des comptes des régimes de retraite est indispensable dans la perspective de l'instauration du futur régime universel. Et pour le Premier ministre, le prolongement des carrières est la seule solution acceptable.



Les préconisations du haut-commissaire


Jean-Paul Delevoye a dévoilé le 18 juillet 2019 ses préconisations pour
créer un système universel de retraite. Son rapport doit inspirer le futur projet de loi.



Un système par points. Le système universel remplace les 42 régimes existants. Il imposera
donc des règles communes à tous les actifs : salariés, fonctionnaires, indépendants, professions libérales,
agriculteurs, etc. La dizaine de régimes spéciaux existants comme la SNCF ou la RATP seront supprimés.


Il s'agit d'un système dans lequel chaque jour travaillé permettra d'acquérir des points. Il ne tiendra donc plus compte seulement des 25 meilleures années de carrière, comme dans le privé, ou des six derniers mois, comme dans le public, mais de l'intégralité de la carrière des actifs.


----------------------------


Taux de cotisation.Les salariés du privé,
des régimes spéciaux et les fonctionnaires cotiseront à hauteur de
28,12 % de leurs revenus bruts, un taux assumé à 60 % par l'employeur et à 40 % par le salarié (comparable aux règles
actuelles du secteur privé). Les primes des fonctionnaires et des salariés des régimes spéciaux seront prises en compte dans le calcul de la retraite.


Le taux de cotisation des indépendants sera lui aussi fixé à
28,12 % jusqu'à un plafond de 40.000 euros de revenu annuels, puis abaissé à 12,94 % pour les revenus situés entre 40.000 et 120.000 euros. Il est proposé qu'une assiette " brute " soit définie pour les indépendants, proche de
celle des salariés.


Le nouveau régime garantira par ailleurs la prise en compte des
revenus d'activité des assurés dans la limite de 120.000 euros brut annuels (ou 9.933 euros bruts par mois), sachant que plus le plafond de cotisation est élevé, plus le régime donne droit à
des prestations élevées. Une cotisation "déplafonnée" de 2,81 %, qui ne sera pas directement créatrice de droits, sera également due sur la totalité des revenus pour participer au financement du système des retraites.


Age de départ à la retraite.Les assurés auront la liberté de partir à 62 ans, conformément à la
promesse de campagne présidentielle d'Emmanuel Macron. Cet âge ne peut constituer la référence de départ car elle remettrait en cause l'équilibre du système. Une référence au " taux
plein ", avec un âge pivot, sera toutefois maintenue pour inciter les Français à partir plus tardivement à la retraite.


Cet âge sera fixé à 64 ans en 2025. Il sera assorti d'une décote ou d'une surcote qui réduira ou augmentera la pension de retraite d'environ 5 % par an pour chaque année travaillée en
moins ou en plus. L'âge pivot évoluera en fonction de l'espérance de vie de la génération à laquelle l'assuré est
attaché. Il sera donc amené à être décalé pour respecter les contraintes financières du régime.


Valeur d'achat et de service du point. Au départ de la réforme, 10 euros cotisés permettront d'acquérir 1 point. Les points cumulés seront indexés sur l'évolution des
salaires et non pas sur l'inflation. La valeur de service du point, soit la valeur du point au moment de la liquidation, devrait être fixée à 0,55 euro en l'état des hypothèses économiques et démographiques, ce qui signifie que 100 euros cotisés
garantiront 5,50 euros de pension par an pendant toute sa retraite.


Une fois les points transformés en retraite, les pensions seront revalorisées selon l'inflation pour maintenir le pouvoir d'achat des
retraités, comme c'est le cas aujourd'hui.


Règle d'or. Le
système est conçu à enveloppe constante : au moment de son entrée en vigueur, le poids des recettes et des dépenses sera
maintenu, de même que le poids de la solidarité (20 % du total des dépenses). Une règle d'or d'équilibre sera en effet mise en place pour garantir la pérennité de la trajectoire financière du système. Cette règle devra garantir un solde cumulé positif ou nul par période de cinq années.


----------------------------


Solidarité.Les périodes de chômage indemnisé, maternité, invalidité et maladie donneront droit à des points de solidarité qui auront la même valeur que les points attribués au titre de l'activité.


Le système universel garantira un minimum de retraite pour tous
ceux qui ont eu des carrières à revenus modestes. Ce minimum s'élèvera à 85 % du SMIC net, contre 81 % pour les
salariés dans le système actuel et 75 % pour les agriculteurs. Ce minimum bénéficiera notamment aux exploitants
agricoles - 40 % d'entre eux verront leur pension augmenter - aux artisans, commerçants et aux personnes qui ont travaillé à temps partiel.


----------------------


Enfants et réversion.Il est proposé une
majoration des points de 5 % par enfant dès le 1er enfant. Ces majorations pourront être partagées entre les deux parents, mais attribuées à défaut à la mère.


Un dispositif de réversion unique remplacera les 13 dispositifs
existants. Il devrait garantir pour le conjoint survivant un niveau de vie à hauteur de 70 % du total des retraites perçues par le couple. Les règles applicables aux retraités actuels ne seront toutefois pas modifiées. La réversion reste toutefois réservée
aux couples mariés.


----------------------------


Pénibilité.Les départs anticipés des régimes spéciaux de la fonction publique, notamment ceux assimilés à des emplois classés en catégorie active, seront progressivement
fermés. Le compte professionnel de prévention, qui permet d'acquérir jusqu'à deux années de départ anticipé à la suite de l'exposition à un risque professionnel, sera toutefois étendu aux
fonctionnaires et aux régimes spéciaux.


Les départs anticipés seront conservés pour les militaires et
les fonctionnaires ayant des fonctions dangereuses dans le cadre de
missions régaliennes.


----------------------------


Transition.Le système universel pourra s'appliquer "au plus tôt" aux personnes nées en 1963.
D'autres options sont toutefois possibles et seront soumises à
concertation. Le système garantira 100 % des droits acquis au 1er janvier 2025. Cela signifie qu'ils seront comptabilisés selon les règles des anciens régimes et transformés en points.


Les transitions seront adaptées à chacun des régimes et devraient s'achever environ quinze ans après l'entrée en vigueur du régime.





Une usine s'enflamme : au moins 43 personnes meurent prises au piège

Une
usine s'enflamme : au moins 43 personnes meurent prises au piègehttp://www.via214.net/


Publié
le 08/12/2019 à 10:32 La Rédaction Via214





Au
moins
43 personnes sont décédées ce dimanche dans l’incendie d’une
usine à New Delhi, selon un bilan provisoire qui pourrait encore
s’alourdir. Les secours ont toutefois pu sauver au moins 50
personnes. Au moins 16 blessés ont par ailleurs dû être
hospitalisés.



L’incendie
s’est déclenché aux premières heures de la matinée dans un
vieux quartier de la capitale. Le feu est désormais éteint
mais des opérations de secours sont toujours en cours. 



Les
pompiers ont expliqué que les conditions d’accès au Bazar Sadar,
un important marché de gros faiblement éclairé de la capitale,
étaient très difficiles. Le bâtiment était plein de
cartables d’écoliers et de matériel d’emballage.



Les ouvriers dormaient



Les
victimes sont des ouvriers qui dormaient à l’intérieur de ce
bâtiment, comprenant quatre ou cinq étages. Les causes du drame
sont pour l'heure inconnues.

Nantes : Le centre-ville se réveille groggy après les violences de samedi

Nantes :
Le centre-ville se réveille groggy après les violences de samedihttp://www.via214.net/


Publié le 08/12/2019 à 10:19 La Rédaction Via214




Des casseurs jettent des chaises sur
les forces de l'ordre dans le quartier Bouffay, samedi 7 décembre
2019 à Nantes. — L.Venance/AFP



La
seconde manifestation de la semaine contre le projet de réforme des retraites 
a
été le théâtre de violences samedi après-midi en centre-ville
de Nantes.
 Près de 3.000 personnes (2.800 selon la préfecture) ont défilé à
l’appel de plusieurs syndicats et associations. Mais près de
500 casseurs 
généralement
masqués et vêtus de noir ont occupé les avant-postes du
mouvement et des heurts ont éclaté avec les forces de l’ordre
avant même le départ de la marche. La préfecture les présente
comme des " radicaux de l’ultra-gauche et des blacks blocs ". " Ce sont ces ultras qui commettent les violences ",
affirme-t-elle.



Les
tensions ont duré une bonne partie de l’après-midi, certaines
rues se trouvant parfois submergées de gaz lacrymogène. Au moins
trois vitrines ont été brisées, de même que du mobilier
urbain et des éléments de chantier. Une pelleteuse a été
incendiée cours des 50-Otages. Des parasols et chaises de
commerçants ont également été dérobés pour être lancées sur
les policiers, notamment rue de la Paix. Les dégâts auraient pu
être plus importants si de nombreux commerces n’avaient pas
pris la peine de protéger leurs vitrines par des palissades en bois.


 Olivier Dassonville #DragondeCalais achieved@TheDarkPixel



Ça
part complètement en live rue de la Paix à #Nantes
 où les #BlackBloc font pleuvoir chaises et parasols sur les #FDO obligées de reculer.
Encore une fois, de la casse... #Acte56




38


16:09 - 7 déc. 2019 - Vertou, France


Les
animations de Noël perturbées



Ces
violences se déroulaient alors que le centre-ville accueillait
beaucoup de visiteurs en raison des animations de Noël. Le marché de Noël équitable, 
 installé au pied du Carré Feydeau, a dû fermer, ses portes. La
place du Bouffay et son manège ont été évacués. Dans les allées
du marché de Noël des places Royale et Commerce, l’inquiétude
était également palpable. Dégoûtée, la CGT a même préféré
interrompre la manifestation officielle vers 16h.



Au
final, deux manifestants ont été interpellés, précise la
préfecture, qui ajoute que trois policiers auraient été
blessés. Sur Twitter, 
le collectif Nantes Révoltée évoque aussi « beaucoup de
blessés » chez les manifestants.



Dans
un communiqué, la maire de Nantes, Johanna Rolland, « condamne
avec la plus grande fermeté ces actes inacceptables ».



Jeudi
matin, 
plus
de 20.000 personnes
 avaient
manifesté dans les rues de Nantes contre le projet de réforme
des retraites. Des affrontements avaient eu lieu avec les forces de
l’ordre pendant plusieurs heures à l’issue de la manifestation.





Réforme des retraites : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" prévient Philippe Martinez

Réforme des retraites : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" prévient
Philippe Martinezhttp://www.via214.net/


Publié le 08/12/2019 à 09:46 La Rédaction Via214



"Nous tiendrons jusqu'au retrait"de la réforme des retraites, prévient dans un entretien au Journal du dimanche le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, en soulignant que"si enlisement il y a, c'est le gouvernement qui l'aura décidé".


Au quatrième jour d'un mouvement social qui a fait descendre plus de
800 000 personnes dans la rue jeudi et fortement perturbé le trafic SNCF et RATP, le responsable syndical estime que "la balle est dans le camp du gouvernement".


Alors qu'une deuxième grande journée de grèves et manifestations est
prévue mardi, et que certaines voix à la CGT en évoquent déjà une troisième pour jeudi, le dirigeant cégétiste l'assure:"Nous tiendrons jusqu'au retrait".


En 1995, au début de la première manifestation, le Premier ministre
Alain Juppé avait dit que jamais il ne retirerait son projet. Les choses évoluent vite. Et la colère est grande. Le gouvernement devrait être attentif.
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT.


Pour le leader syndical,"il
n'y a rien de bon"
dans le régime universel par points voulu par l'exécutif. Selon lui, il faut "conserver" le système actuel, "le meilleur du monde", et "l'améliorer".


"Le principe de notre système c'est +je paye selon mes moyens, je reçois selon mes besoins'",
alors que "le projet du gouvernement" c'est "'un euro cotisé offrira les mêmes droits pour tous'. Donc celui qui ne peut pas cotiser, même
si ce n'est pas de sa faute, touchera moins que les autres!
", critique-t-il.


Que le gouvernement "entende la colère"


Et si le Premier ministre Edouard Philippe annonçait mercredi, en
détaillant la réforme, une transition sur dix ou quinze ans entre les régimes actuels et le futur système?"Ce
sera non"
, répond le numéro un de la CGT."Je ne veux pas que nos petits-enfants nous disent: 'tu as pu partir à tel âge, mais en contrepartie, tu as sacrifié ma retraite'".


Le dirigeant cégétiste souhaite que le chef du gouvernement "entende
la colère"
, "qu'il
remette les compteurs à zéro et qu'il applique vraiment l'acte II"
,
basé sur davantage de concertation, annoncé par Emmanuel Macron en avril dernier en réponse à la crise des "gilets jaunes".





José, SDF, retrouvé mort dans la rue à Saint-Denis

José,
SDF, retrouvé mort dans la rue à Saint-Denishttp://www.via214.net/


Publié le 07/12/2019 à 08:18 La Rédaction Via214



Un
sans-abri de 57 ans est décédé dans la nuit de mardi à mercredi.
Le froid pourrait être à l’origine de sa mort. La veille, il
avait été admis à l’hôpital Delafontaine pour des soins.


Le froid
a peut-être fait sa première victime en Seine-Saint-Denis.
Mercredi, à 9 heures du matin, le corps de José, un SDF de 57 ans,
a été retrouvé inerte chemin du Moulin-de-Basset, à Saint-Denis.


Lorsque
les secours l'ont ausculté, l'homme affichait une température
corporelle de 24 degrés seulement. Tout laisse à penser que le
quinquagénaire a succombé aux températures glaciales. Néanmoins,
une enquête pour recherche des causes de la mort a été ouverte. «
Aucune infraction n'a été relevée », indique le parquet de
Bobigny.



Admis à l'hôpital
Delafontaine la veille


Quand
elle a été découverte, la victime présentait une plaie sur le
visage et des ecchymoses. A son poignet était attaché un bracelet
de l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis. La direction de l'hôpital,
qui voyait régulièrement ce patient, précise : " Il avait été
admis mardi à 16h26 dans le service d'urgences et pris en charge.
Après être resté en observation près de 9 heures, il a été
déclaré apte à sortir le soir du 3 décembre à 23h05. "


José
avait l'habitude de venir se mettre au chaud dans les locaux de
l'établissement. Le personnel lui offrait de quoi manger. Il faisait
partie de ces nombreux habitués qui trouvent refuge entre ses murs.
C'est même l'une des caractéristiques de cette structure. C'est le
seul hôpital à avoir systématisé un accueil pour les sans-abri
durant les périodes hivernales. " Dans le cadre du plan Grand
froid, nous procédons à des mises à l'abri avec la ville de
Saint-Denis et les structures du conseil départemental ",
ajoute-t-elle.



Les urgences comme
refuge


En
février 2018, le hall B avait été ouvert alors que le département était sous la neige. Une cinquantaine de personnes y trouvaient un toit de fortune toutes
les nuits. " Il s'agit d'une mise à l'abri. Nous ne servons pas de
repas chauds ", précisait à l'époque la direction.


Mais
tout au long de l'année, les sans-abri se réfugient dans la salle
d'attente des urgences ou dorment sur les bancs dans les étages.

La popularité de Macron augmente de deux points, à 29%

La popularité de Macron augmente de deux points, à 29%http://www.via214.net/



Publié le 07/12/2019 à 07:49 La Rédaction Via214



Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont tous deux gagné légèrement en
popularité (+2 points) en décembre, avec 29% d'opinions favorables, selon le baromètre Yougov pour le Huff Post publié vendredi.


Dans un sondage réalisé juste avant la mobilisation contre la réforme
des retraites, le président de la République perd des points auprès
des sympathisants de gauche mais en gagne largement au centre et à droite (+18 points auprès de la droite classique, 44% d'opinions favorables).


La cote de popularité du Premier ministre suit celle du chef de l'État.
Il perd des points auprès de la gauche mais gagne 9 points auprès de l'extrême droite (15% d'opinions favorables) et 16 points auprès de la droite modérée (50% d'opinions favorables).


Avec 25% d'opinions favorables, la popularité du gouvernement reste
quasiment stable par rapport au mois dernier (+1 point). Moins d'un tiers des Français pensent que le gouvernement "s'adresse à toute la population, pas seulement à ses électeurs" (32%, +4
points), qu'il est "composé de personnes compétentes" (25%, +2 points) et que "la société qu'[il] prône est globalement celle dans laquelle [ils] souhaitent vivre" (25%, +5 points).


La protection sociale est la principale inquiétude des Français (20%,
+3 points) devant le chômage et l'emploi (17%, +2 points) ainsi que l'immigration (15%, stable). L'écologie quant à elle recule de 2 points (10%).


Enquête réalisée en ligne du 2 au 3 décembre 2019 auprès de 1.037 personnes représentatives, selon la méthode des quotas.




Elon Musk acquitté dans son procès en diffamation après son tweet vengeur

Elon Musk acquitté dans son procès en diffamation après son tweet
vengeurhttp://www.via214.net/


Publié le 07/12/2019 à 07:06 La Rédaction Via214



LOS ANGELES (awp/afp) - Le fantasque patron de Tesla, Elon Musk, a été acquitté vendredi dans son procès en diffamation qui se tenait à Los Angeles
pour un tweet dans lequel, à l'été 2018, il avait qualifié de "mec pédo" un spéléogue britannique.


Il a fallu moins d'une heure de délibérations au jury pour acquitter le
milliardaire né en Afrique du Sud dans l'affaire très médiatisée qui l'opposait à Vernon Unsworth, un Britannique qui l'avait accusé d'avoir fait "un coup de pub" en envoyant un sous-marin de
sa conception pour secourir des enfants prisonniers d'une grotte en
Thaïlande.


L'avocat du sexagénaire avait réclamé un peu plus tôt devant le jury 190
millions de dollars d'indemnités pour diffamation.


Les avocats de l'accusation et de la défense ont joué des partitions bien
différentes lors de leurs plaidoiries respectives vendredi.


L'avocat de Vernon Unsworth, Lin Wood, a estimé que les indemnités demandées étaient l'équivalent d'une "forte tape sur les doigts" pour le milliardaire et que cela l'empêcherait de "lancer à nouveau une bombe nucléaire dans la vie d'un autre individu".


En 90 minutes de prise de parole devant le tribunal fédéral de Los Angeles, M. Wood a dressé le portrait d'un "tyran milliardaire" en
l'opposant à son client, un homme d'origine modeste dont la vie a
été bouleversée par les projecteurs braqués sur cette querelle très médiatisée.


L'avocat d'Elon Musk, Alex Spiro, a au contraire dit aux jurés que M. Unsworth essayait de tirer profit de la médiatisation de l'affaire, qui se
résumait à "une dispute entre deux personnes".


"C'était simplement une insulte", a opiné Me Spiro.


Vernon Unsworth, qui participait aux opérations de secours, avait qualifié
de "coup de pub" la mission montée par M. Musk, dans une interview à la télévision CNN. Il y disait notamment que le submersible était inadapté et que le milliardaire pouvait "se le mettre là où ça fait mal".


Le patron de Tesla et de SpaceX avait répliqué sur Twitter, en employant le
terme de "mec pédo" ("pedo guy") pour désigner M. Unsworth.


Elon Musk avait présenté ses excuses quelques jours après les messages en cause, qu'il avait effacés.


Au cours du procès qui s'est ouvert mardi, le sexagénaire a réaffirmé que le
chef d'entreprises avait bel et bien voulu faire "un coup de pub".


Les avocats de M. Musk plaidaient depuis le début du procès que les tweets
vengeurs du dirigeant de 48 ans constituaient seulement une "insulte"
proférée dans le cadre d'une dispute entre les deux hommes, mais qu'il ne s'agissait pas à proprement parler de diffamation.


Mercredi, M. Unsworth s'était dit "humilié et sali" à vie après avoir "été désigné publiquement comme un pédophile"
par Elon Musk.

L'économie américaine continue de créer une myriade d'emplois

L'économie américaine continue de créer une myriade d'emploishttp://www.via214.net/


Publié le 07/12/2019 à 06:36 La Rédaction Via214



Washington (awp/afp) - Le marché du travail américain a continué d'afficher en novembre une santé insolente avec la création de 266.000 emplois et un taux de chômage historiquement bas, de quoi conforter Donald Trump à moins d'un an de l'élection présidentielle.


L'économie a été jusqu'à présent la carte maîtresse du président républicain
qui fait actuellement l'objet d'une procédure de destitution pour avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur le démocrate Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors du scrutin de 2020.


"EXCELLENT RAPPORT SUR L'EMPLOI!", a tweeté l'hôte de la Maison Blanche
alors que la composante emploi devrait jouer un rôle non négligeable dans la campagne électorale.


Ce nombre de nouveaux postes est très largement supérieur aux projections des
économistes (+182.000). Et il faut remonter à janvier pour avoir un
nombre supérieur (312.000), selon le rapport du ministère du Travail publié vendredi.


"Ces chiffres sont vraiment importants et ce qui est intéressant, c'est la tendance sur trois mois", a commenté Larry Kudlow, le conseiller économique du président sur CNBC.


Ces données sur l'emploi illustrent "plus qu'un renforcement", a également opiné M. Kudlow qui s'attend à ce que les investissements des entreprises s'inscrivent dans le sillage des
créations d'emplois.


Ces chiffres devraient écarter un peu plus les inquiétudes entourant une
récession même si la croissance décélère depuis le début de l'année.


Le taux de chômage est, lui, tombé à 3,5% (-0,1 point), un plus bas en 50
ans. Le taux de participation a certes légèrement baissé (-0,1 point à 63,2%) mais c'est aussi que de nombreux employeurs continuent de souffrir du manque de main-d'oeuvre qualifiée.


General Motors


La grève de 40 jours chez le constructeur automobile de Detroit General Motors, la plus longue depuis les années 70, était en partie responsable de la hausse du taux de sans-emploi en octobre.


En novembre, "l'emploi manufacturier s'est accru à mesure que les travailleurs du secteur automobile sont revenus", constate ainsi
le ministère.


Ce secteur a ainsi créé 54.000 emplois en novembre, compensant la baisse de 43.000 enregistrée le mois précédent, a-t-il précisé.


Parmi les secteurs qui ont fortement embauché en novembre: celui de la santé
(+45.000) et celui des loisirs (+45.000). Les services techniques et
professionnels ont, eux, enregistré un gain de 31.000.


L'évolution du salaire horaire moyen est en revanche inférieur aux attentes. Elle n'a en effet augmenté que de 0,2% quand les analystes projetaient +0,3%, restant donc au même niveau que le mois dernier.


Sur douze mois, le salaire horaire moyen s'inscrit néanmoins en hausse de 3,1%, soit au-dessus de l'inflation (+1,8% sur un an), ajoute le ministère du travail.


Ces chiffres solides montrent que, malgré le net coup de frein du secteur
manufacturier depuis le début de l'année, l'activité de la première économie mondiale résiste mieux que ne l'anticipaient nombre d'économistes, et ce, en dépit de l'incertitude persistante créée par les frictions commerciales entre les Etats-Unis et la
Chine.


Des consommateurs confiants


La croissance du Produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre a d'ailleurs été révisée en hausse fin novembre, largement alimentée par la
consommation des ménages qui représente 70% de l'économie américaine.


Pour autant, à 2,1%, elle s'affiche loin des promesses de l'hôte de la Maison Blanche de faire caracoler l'expansion à plus de 3% et ce,
durablement.


En moyenne depuis le début de l'année, l'économie américaine a en outre créé 180.000 emplois chaque mois contre 223.000 créations mensuelles en
2018.


Le président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, ne voit pourtant pas pour le moment de retournement de conjoncture.


Mi-novembre, il avait indiqué s'attendre à une "croissance durable" de
l'économie du pays, un "emploi fort" et une inflation proche de 2%, même si le ralentissement mondial et les incertitudes liées à la guerre commerciale présentent un "risque
persistant".


Les chiffres de l'emploi devraient enfin conduire le comité monétaire de
l'institution à laisser les taux inchangés lors de leur prochaine
réunion la semaine prochaine d'autant que les consommateurs continuent de se montrer confiants en ce début décembre.


Les ménages se montrent en effet optimistes aussi bien pour la conjoncture actuelle que celle des mois à venir, selon l'enquête bimensuelle de
l'Université du Michigan publiée vendredi. Cette étude fait aussi
apparaître une indifférence à l'enquête visant Donald Trump.

Russie: l'inflation enregistre une nouvelle baisse en novembre

Russie: l'inflation enregistre une nouvelle baisse en novembrehttp://www.via214.net/


Publié le 07/12/2019 à 06:14 La Rédaction Via214



Moscou (awp/afp) - L'inflation a poursuivi sa baisse en Russie en novembre à 3,5% sur un an, davantage que prévu par les analystes, selon les
chiffres publiés vendredi par l'institut des statistiques Rosstat.


Le ralentissement du mois de novembre (contre 3,8% en octobre) est notamment dû aux produits alimentaires, dont la hausse de prix a été de 3,7% sur un an, contre 4,2% auparavant. Sur un mois, les prix ont légèrement augmenté (+0,3%).


L'inflation a atteint dès le mois de septembre l'objectif de 4% que la Banque
centrale russe ne prévoyait d'atteindre que début 2020. La Banque de Russie prévoit désormais un taux d'inflation annuel entre 3,5 et 4,0% à la fin 2020.


Après une accélération en début d'année, à la suite de la hausse de la TVA au 1er janvier de 18% à 20%, l'inflation ralentit depuis plusieurs
mois, ce qui a poussé la Banque centrale à baisser son taux directeur plusieurs mois de suite.


Ce nouveau plus bas depuis le début de l'année laisse présager une nouvelle baisse du taux - actuellement à 6,50% - par la Banque centrale lors de sa
prochaine réunion de politique monétaire, prévue le 13 décembre.


Les analystes de Capital Economics prévoient que l'inflation devrait "chuter brusquement en janvier alors que s'estompe l'effet de la hausse de la
hausse de la TVA", et pourrait passer sous la barre des 3% au premier trimestre 2020.

Au Sahel de folles rumeurs courent sur l’armée française

Au Sahel de folles rumeurs courent sur l’armée françaisehttp://www.via214.net/


Publié le 06/12/2019 à 07:47 La Rédaction Via214



Un soldat de l’opération française " Barkhane " dans la région de Tombouctou, au Mali, en juin 2015. PHILIPPE DESMAZES / AFP



L’opération " Barkhane " est l’objet de nombreuses " fake news " en Afrique de l’Ouest, où elles rencontrent un fort écho sur les réseaux sociaux.



La présence de l’opération française " Barkhane ", qui mobilise 4 500 hommes dans la bande sahélo-saharienne, est un terreau fertile pour de nombreuses rumeurs en Afrique de l’Ouest, où elles rencontrent un fort écho sur les réseaux sociaux et
entraînent des milliers de commentaires nourris d’un fort sentiment antifrançais.



  • De fausses photos de l’accident d’hélicoptères au Mali



Après la collision de deux hélicoptères, le 25 novembre au Mali,
ayant entraîné la mort de treize soldats français, de nombreuses images prétendant montrer les débris des appareils ou leur collision sont apparues sur des pages Facebook maliennes. Elles ont été partagées des milliers de fois, du Burkina Faso à la Côte d’Ivoire en passant par le Sénégal. Au nombre d’entre elles, des photographies prises en Argentine lors du tournage d’un jeu télévisé, en Irak, en Azerbaïdjan ou… des images extraites d’un jeu vidéo. Mais toutes étaient étrangères à cet accident, survenu par une nuit noire dans une zone inaccessible à la presse.



  • Non, l’armée française n’a pas frappé une base militaire au Niger



Depuis le 23 novembre, des publications extrêmement virales ont été
partagées sur Facebook au Mali, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Elles prétendaient que l’armée française avait
frappé une base militaire située à Diffa, dans le sud-est du Niger. Cette rumeur avait été prise au sérieux par des centaines d’internautes qui, dans les commentaires, accusaient l’armée
française d’entretenir les conflits djihadistes au Sahel.


Ces publications ont pris de telles proportions que l’ambassade de
France au Niger les avait démenties sur ses comptes Facebook et Twitter dès le 24 novembre. Interrogés par l’AFP, le
président du Conseil régional de Diffa et le secrétaire général du gouvernorat de la région ont tous deux qualifié cette rumeur de "mensonge ".



  • Des motos destinées à l’armée malienne, pas aux djihadistes



" L’armée malienne risque des attaques terroristes dans les jours
avenirs [sic]."
Ce message alarmiste, extrêmement viral sur les réseaux sociaux au Mali, est accompagné de quatre photographies sur lesquelles on voit un avion militaire français déchargeant des dizaines de motos, prétendument vouées à être livrées à des djihadistes. Il a recueilli plus de 1 200 partages depuis sa mise en ligne
sur une page Facebook malienne, le 2 décembre.


Cette rumeur a fait l’objet d’un double démenti des forces armées
maliennes et françaises, qui, toutes deux, ont indiqué que ces photographies documentaient la réception par la force " Barkhane " de 60 motos destinées à être livrées prochainement à l’armée malienne. L’état-major de l’armée française a transmis à l’AFP une photographie montrant les 60 deux-roues et l’avion ayant servi à les transporter. On distingue sur ce
cliché la même immatriculation sur la carlingue de l’avion que sur la photographie présentée, à tort, comme étant la preuve de la fourniture de motos à des djihadistes par l’armée française.

La sonde solaire de la Nasa livre ses premiers résultats

La sonde solaire de la Nasa livre ses premiers résultatshttp://www.via214.net/


Publié le 06/12/2019 à 07:03 La Rédaction Via214



L’agence spatiale américaine a révélé les premiers résultats de la mission Parker Solar Probe, envoyée en août 2018 vers le Soleil. En un an, la sonde a déjà fait trois fois le tour de notre étoile et étudie le vent solaire, ce gaz qui peut envoyer des particules
chargées jusque sur Terre.


La sonde Parker Solar Probe, lancée en 2018 à l’assaut des mystères du Soleil, s’est approchée à une distance jamais égalée de notre étoile. Et ce
n’est pas fini : en un an, elle en a déjà fait trois fois le tour, s'approchant de plus en plus près et
découvrant un monde étonnamment chaotique.


Nous avons trouvé des choses que nous n’attendions pas du tout !, s’enthousiasme Matthieu Berthomier du laboratoire français de physique des plasmas, coauteur des travaux. Notamment que la vitesse du vent solaire n’est pas du tout régulière. Elle peut augmenter
de façon très impulsive, parfois de 100 à 150 km par seconde. C’est très bizarre détaille-t-il
à l’AFP.


De la taille d’une voiture et protégée par un bouclier thermique
très épais, la sonde de la Nasa a
six ans pour faire 24 rotations autour du Soleil. Son objectif annoncé est de résoudre un vieux mystère : qu'est-ce qui chauffe sa couronne solaire? La
sonde et sa multitude d’instruments embarqués doivent étudier comment est généré le vent solaire et collecter des informations sur les ondes et particules émises par les éruptions solaires.0


Encore six ans à scruter le Soleil


La partie la plus externe de l’atmosphère solaire est curieusement
200 fois plus chaude que la surface de l’astre. Cette chaleur extrême (plus d’un million de degrés Kelvin) ne peut donc pas être générée par notre étoile puisque, selon les lois de la nature, plus on s’éloigne de la source de chaleur, plus la température baisse. La
couronne trouve donc un moyen de se chauffer par elle-même. Nous cherchons à déterminer les processus physiques qui le permettent, explique Alexis Rouillard, chercheur CNRS à l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie, également coauteur.


Si ce mystère n’est pas encore résolu (il reste encore six ans à la sonde qui sera au plus près du Soleil en 2024), certaines des observations déjà reçues permettent d’en apprendre un peu plus
sur notre étoile, notamment sur l’énigmatique vent solaire.


Les tempêtes solaires peuvent perturber le réseau électrique sur Terre


Ce flux de particules ionisées libérées par le Soleil prend naissance
dans les couches hautes de l’atmosphère solaire. Il peut se faire sentir jusque sur Terre, où ses tempêtes peuvent perturber le fonctionnement du réseau électrique ou provoquer des pannes de
satellites. Les réseaux de communication et électrique sur Terre sont maintenant très complexes ; les perturbations engendrées par le Soleil pourraient être très graves, explique Stuart Bale de l’université de Berkeley en Californie, coauteur des travaux. Les comprendre permettrait de mieux les prévoir.


D’après les premières observations de la sonde, le vent ne serait pas un écoulement laminaire continu, non perturbé, mais serait, en grande partie, constitué de petits jets de matières
chaotiques, comme des petits orages,
explique Alexis Rouillard. Une surprise pour les astrophysiciens.


Et ce n’est pas tout : le vent solaire était par moment dévié de manière assez significative, la couronne solaire tournait plus vite que prévu…


Le champ magnétique change soudainement de direction


Une autre découverte inattendue : le comportement du champ magnétique
(qui joue sûrement un rôle dans le mystère du chauffage de la
couronne). Par moments, le champ magnétique s’inverse soudainement
de 180 degrés. Ces changements de direction se font en forme de S,
explique Tahar Amari, astrophysicien et directeur de Recherche au CNRS. Mais on ne sait pas encore comment l’expliquer.


Depuis son lancement, le 12 août 2018, Solar Probe fonce à toute allure
vers le Soleil (la sonde détient également le record de la plus grande vitesse par unité de masse). La sonde doit s’approcher à 10 millions de kilomètres du Soleil.


Pour Tahar Amari, certains
mystères cruciaux liés à la température solaire se construisent déjà bien plus près du Soleil. Cela sera-t-il suffisant pour percer les mystères du Soleil. Pour le chercheur français, tout ce qui est fait est important et il reste plein de choses à découvrir. D’autant que le bolide spatial envoie des données tous les 150 jours, précise Matthieu Berthomier. Et cela va durer encore pendant près de six ans.

La France appelle l'Iran à respecter la totalité de ses obligations

La France appelle l'Iran à respecter la totalité de ses obligationshttp://www.via214.net/


Publié le 06/12/2019 à 06:37 La Rédaction Via214



VIENNE, 5 décembre (Reuters) - La France a jugé jeudi que les activités de
l'Iran dans le domaine des missiles balistiques n'étaient pas conformes à ses obligations fixées par le Conseil de sécurité des Nations unies dans la résolution endossant l'accord de 2015 sur son programme nucléaire.


"Nous avons exprimé à de nombreuses reprises notre forte préoccupation
au sujet des activités balistiques de l’Iran qui ne sont pas conformes à ses obligations au titre de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies et constituent une menace
pour la sécurité régionale et internationale", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.


"Nous appelons à nouveau l’Iran à respecter l’ensemble de ses obligations", a-t-elle ajouté.


La France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, les trois signataires européens (E3) de l'accord de 2015, ont adressé au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, leurs "informations et analyses sur les
activités balistiques de l’Iran non conformes à la résolution 2231", a-t-elle précisé.


Le ministre iranien des Affaires étrangères s'est indigné de cette initiative. "La dernière lettre de l'E3 au secrétaire général de l'Onu sur les missiles est un mensonge éhonté qui dissimule leur misérable incapacité à s'acquitter du strict minimum de leurs
propres obligations (...)", a déclaré Mohamad Javad Zarif, exhortant Londres, Paris et Berlin à ne pas plier face aux
"intimidations américaines".


"L'Iran est déterminé à poursuivre résolument ses activités liées aux
missiles balistiques et aux lanceurs spatiaux", dit quant à lui l'ambassadeur iranien à l'Onu, Majid Takhte Ravanchi, dans une lettre adressée à Antonio Guterres.


La commission conjointe des parties prenantes de l'accord sur le nucléaire iranien doit se réunir vendredi à Vienne, en Autriche.

Japon-Déclin des dépenses des ménages à un plus bas de plus de 3 ans

Japon-Déclin des dépenses des ménages à un plus bas de plus de 3 anshttp://www.via214.net/


Publié le 06/11/2019 à 06:16 La Rédaction Via214



TOKYO, 6 décembre (Reuters) - Les dépenses des ménages japonais ont décliné en octobre à un plus bas de plus de trois ans, alors que les consommateurs ont restreint leurs achats après l'entrée en vigueur d'une hausse de la TVA et que des catastrophes naturelles ont perturbé l'activité des commerces.


Selon les données gouvernementales publiées vendredi, les dépenses des
ménages ont diminué de 5,1% en octobre en rythme annuel, connaissant leur plus important déclin depuis mars 2016.


Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un recul de 3,0%.


Il s'agit d'un changement radical par rapport à septembre, qui avait donné lieu à une progression record de 9,5% des dépenses des ménages, avant le
relèvement au 1er octobre de la TVA de 8% à 10%.


En rythme mensuel, les dépenses des ménages ont ainsi chuté de 11,5% en
octobre, à leur rythme le plus important depuis avril 2014 lorsque Tokyo avait procédé à la précédente hausse de la TVA, de 5% à 8%.


Les analystes estiment que le puissant typhon qui a frappé le pays en octobre a aussi joué un rôle dans le déclin des dépenses, alors que les
commerces et les restaurants étaient restés fermés durant le passage de la tempête.


Des données officielles communiquées séparément indiquent que les salaires
ajustés de l'inflation ont progressé, à la marge, pour un deuxième mois consécutif en octobre (+0,1% en rythme annuel).


Mais la hausse de la TVA et la faiblesse de l'économie mondiale alimentent les inquiétudes sur l'état de la consommation et, plus globalement, de
l'économie japonaise.


Le gouvernement a approuvé jeudi un plan budgétaire massif de 122 milliards de dollars pour relancer la croissance de l'économie et pérenniser les
investissements au-delà des Jeux olympiques de Tokyo l'été prochain.




USA-Trump demande à la Cour suprême de protéger le secret de ses finances

USA-Trump demande à la Cour suprême de protéger le secret de ses financeshttp://www.via214.net/


Publié le 06/12/2019 à 05:53 La Rédaction Via214



WASHINGTON, 6 décembre (Reuters) - Donald Trump a demandé jeudi à la Cour
suprême des Etats-Unis de préserver le secret de ses déclarations de revenus, que le président républicain refuse de communiquer à une commission de la Chambre des représentants dirigée par les démocrates qui soupçonnent l'existence de conflits d'intérêt.


Cette saisine de la plus haute juridiction du pays intervient après qu'une cour d'appel du district de Columbia a refusé le mois dernier de revoir une décision autorisant la commission de Contrôle de la Chambre à
réclamer par voie d'assignation les déclarations d'impôts de Donald Trump au cabinet comptable de ce dernier.


L'affaire revêt une grande importance et ouvre la voie à une confrontation majeure entre les branches du pouvoir, alors que Donald Trump a systématiquement refusé de communiquer ses déclarations de revenus au Congrès comme c'est la tradition pour un président américain.


"Il s'agit d'un cas inédit. C'est la première fois que le Congrès demande par
voie d'assignation des dossiers personnels d'un président en exercice", a écrit l'avocat de Donald Trump, estimant que la commission parlementaire n'avait pas autorité à mener une telle
enquête.


Si la Cour suprême venait à confirmer la décision de justice, les démocrates
seraient en mesure d'étudier les intérêts financiers de Donald Trump alors même qu'ils ont engagé une procédure en destitution contre le président républicain.


Donald Trump a déjà demandé à la Cour suprême de revoir le verdict d'un
tribunal fédéral de New York autorisant le procureur local à obtenir les déclarations d'impôts du chef de la Maison blanche auprès du cabinet comptable Mazars LLP.

Manifestation du 5 décembre : 6000 policiers et gendarmes déployés à Paris

Manifestation du 5 décembre: 6000 policiers et gendarmes déployés à Parishttp://www.via214.net/


Publié le 05/12/2019 à 07:38 La Rédaction Via214



Le dispositif de sécurité pour la manifestation contre la réforme des
retraites sera équivalent ce jeudi à celui mis en place le 1er mai dernier.


Canons à eau, drones, motos, caméras tactiques... La préfecture de police
(PP) de Paris va déployer de gros moyens ce jeudi pour contrer les centaines de black blocs annoncés en tête de cortège et susceptibles d'infiltrer les rangs des manifestants qui vont défiler
contre la réforme des retraites.


Près de 6000 policiers et gendarmes mobiles vont être mobilisés sur l'itinéraire de la manifestation prévu
entre la gare de l'Est (Xe) et la place de la Nation (XIIe). 180 BRAV, ces équipages en moto, seront également déployés. Un dispositif équivalent à celui mis en place le 1er mai dernier, mais avec une tactique à priori
différente. "L'idée est d'éviter de fixer les black blocs, et de
contrarier le déroulé de la manifestation " déclare un haut
fonctionnaire.


Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a demandé aux manifestants " d'aider " la police, " en dénonçant
les casseurs " introduits dans le cortège. Par ailleurs, ordre a été donné aux commerçants de fermer leurs boutiques et de ranger tout matériel pouvant servir de projectile. Plusieurs
unités seront déployées dès minuit dans les secteurs des Champs-Elysées, Assemblée Nationale et Notre Dame de Paris interdits " aux personnes se revendiquant du mouvement des Gilets
jaunes ".


Selon une note du Service central du renseignement territorial (SCRT) révélée mardi par le site du Parisien - Aujourd'hui en France, 400 membres de l'ultra-gauche et Gilets jaunes radicaux sont annoncés dans la capitale, six cents sur toute la France, avec des risques d'incidents dans plusieurs villes : Nantes, Rennes, Bordeaux, Dijon, Marseille, Montpellier et Toulouse... Au total, 85 000 policiers et gendarmes seront déployés sur l'ensemble du territoire.





Bourse de Paris : Paris reprend de la hauteur grâce à de meilleures nouvelles commerciales

Bourse de Paris : Paris reprend de la hauteur grâce à de meilleures
nouvelles commercialeshttp://www.via214.net/


Publié le 05/122019 à 06:39 La
Rédaction Via214



Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris a fini en nette hausse mercredi (+1,27%), juste en dessous des 5.800 points, grâce à des informations de presse évoquant de nouveau la perspective d'un accord commercial
sino-américain à court terme.


L'indice CAC 40 a pris 72,46 points à 5.799,68 points, dans un volume d'échanges moyen de 3,6 milliards d'euros. La veille, il avait fini sur un net recul de 1,03%.


La cote Parisienne a ouvert proche de l'équilibre, avant de s'élancer
franchement dans le vert.


"A partir du moment où des informations ont commencé à filtrer affirmant que l'accord entre Pékin et Washington n'était pas si loin de sa
conclusion, les investisseurs sont revenus à l'achat", a observé auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance.


"Cela a permis au marché de récupérer environ la moitié des pertes enregistrés ces deux derniers jours et de revenir au-dessus des 5.800 points avec des achats à bon compte qui ont fait monter
quasiment tous les secteurs", a-t-il complété.


L'agence Bloomberg, citant des sources proches des négociations, a indiqué mercredi que les deux premières puissances mondiales s'étaient
rapprochées d'un texte, qui pourrait voir le jour avant la nouvelle vague de surtaxes douanières américaines prévue le 15 décembre.


Ces informations ont contrebalancé les craintes générées la veille par Donald Trump, qui a laissé entendre qu'un accord avec Pékin pourrait être reporté après la présidentielle américaine de 2020.


En matière d'indicateurs, la tableau a été mitigé.


La Chine a connu un bond de l'activité dans les services en novembre, à son plus haut depuis sept mois grâce en partie à la croissance des
nouvelles commandes à l'export.


Mais aux États-Unis, la croissance de l'activité dans les services a ralenti
en novembre sous l'effet notamment de la difficulté de trouver de la main d'oeuvre et le secteur privé a créé nettement moins d'emplois que prévu pour le même mois, contredisant les attentes des analystes, selon l'enquête mensuelle de la firme de services aux
entreprises ADP.


Orange plus forte baisse


Côté valeurs, Elior a bondi de 9,48% à 12,24 euros, soutenu par de bons résultats sur son exercice décalé 2018/2019 et l'annonce de perspectives
supérieures aux attentes.


A l'inverse, Orange a enregistré la plus forte baisse de l'indice CAC 40. Il a perdu 4,66% à 13,70 euros après la présentation d'un plan stratégique où la perspective de l'absence de hausse des profits et des dividendes a déçu les investisseurs.


Ubisoft a profité (+6,36% à 58,24 euros) d'un relèvement de sa
recommandation à "surperformer", contre "neutre" auparavant, par Morgan Stanley.


Soitec a gagné 5,83% à 96,15 euros. Le directeur général du fabricant de
matériaux pour semi-conducteurs, Paul Boudre, a indiqué dans une interview à Bloomberg qu'il prévoyait de tripler ses ventes en cinq ans.


Airbus est monté de 3,16% à 127,98 euros, soutenu par l'annonce mardi d'une
commande de 50 Airbus A321 XLR, un avion de capacité moyenne, afin de remplacer des Boeing vieillissants, par la compagnie aérienne United Airlines.


Thales a engrangé 2,02% à 87,80 euros après l'annonce d'un contrat d'environ 153 millions d'euros pour fournir différents équipements de supervision et de communication au nouveau tronçon sud-ouest du métro automatique de Sydney.


Valeurs citées dans l'article




Varia.


Dernier


Var. 1janv


AIRBUS SE3.16%


127.9852.43%


BOEING COMPANY (THE)-0.92%


348.84


9.17%CAC 401.27% 5799.6824.83%


CAC 40 INDEX FUTURE (FCE) - LIF/C11.44% 5806


22.57%


ELIOR GROUP9.48% 12.24


-6.28%


MORGAN STANLEY1.52%


48.8421.34%


ORANGE-4.66% 13.7-3.21%


SOITEC5.83%


96.1590.02%


THALES2.02%


87.8-13.92%






Apparemment moqué par Trudeau, Trump le traite d'"hypocrite"

Apparemment moqué par Trudeau, Trump le traite d'"hypocrite"http://www.via214.net/



Publié le 05/12/2019 à 06:06 La Rédaction Via214



WATFORD, 4 décembre (Reuters) - Le président américain Donald Trump a dénoncé mercredi l'"hypocrisie" du Premier ministre canadien après
la diffusion d'une vidéo montrant Justin Trudeau en train d'apparemment plaisanter à son sujet avec d'autres dirigeants de pays de l'Otan mardi soir à Buckingham Palace, à Londres.


Sur ces images sous-titrées par la chaîne canadienne CBC, on peut voir le chef du gouvernement canadien discuter avec le président français Emmanuel
Macron, le Premier ministre britannique Boris Johnson et le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avec la princesse Anne d'Angleterre.


"C'est pour cela que vous êtes en retard?" demande le chef du
gouvernement britannique à Emmanuel Macron. "Il est en retard parce qu'il a eu une conférence de presse de 40 minutes inattendue", répond Justin Trudeau, en référence au point de presse entre le chef de l'Etat français et son homologue américain marqué par des
désaccords, notamment sur la question des combattants djihadistes français.


"Oh, oui, oui, il a annoncé (....) on pouvait voir son équipe qui tombait des
nues", a ajouté le Premier ministre canadien.


Interrogé à ce sujet mercredi lors d'un point de presse au côté de la
chancelière allemande Angela Merkel à Watford où s'est tenu le sommet du 70e anniversaire de l'Otan, Donald Trump a estimé que c'était "hypocrite" de la part du dirigeant canadien.


"Je trouve que c'est un type très bien mais vous savez, la vérité c'est que je lui ai rappelé le fait qu'il ne payait pas les 2% (du PIB en
investissements de défense-NDLR) et je vois qu'il n'a pas apprécié",
a ajouté le président américain.


Le Premier ministre canadien a expliqué de son côté avoir été surpris, avec les autres dirigeants, par l'annonce du président américain que le
prochain G7 se tiendrait à Camp David.


"Je pense que chaque dirigeant a des équipes qui sont déjà tombées des nues
face des surprises inattendues, à l'image de cette vidéo par exemple", a ajouté Justin Trudeau.

National Bank of Canada : hausse de 7 % du bénéfice trimestriel

National Bank of Canada : hausse de 7 % du bénéfice trimestrielhttp://www.via214.net/


Publié le 05/12/2019 à 05:51 La
Rédaction Via214



La Banque Nationale du Canada a annoncé aujourd'hui une hausse de près
de 7 % de son bénéfice trimestriel, grâce à la croissance de tous
les segments.


Le bénéfice net s'est élevé à 590 millions de dollars canadiens au 4ème
trimestre (vs 550 millions l'année dernière). La hausse du résultat net a été supérieure aux estimations des analystes, tout comme l'ensemble des données financières publiées (chiffre d'affaires, résultat des intérêts...).


En réaction, l'action a grapillé 2%.

Blagnac. Collecte solidaire de jouets dès aujourd’hui

Blagnac.
Collecte solidaire de jouets dès aujourd’huihttp://www.via214.net/


Publié
le 04/12/2019 à 07:47 La Rédaction Via214





Lors
de la remise à la Croix-Rouge, au terme de la collecte de l’année
dernière.





Dans
la continuité des années précédentes, deux conseils de quartier
de la ville sollicitent les habitants de leur périmètre, notamment
auprès des enfants de leurs écoles respectives, maternelle et
élémentaire, pour recueillir des jouets pour une œuvre solidaire.
Les conseils de quartier Sud (Tél. : 07 86 65 16 50) et Grand-Noble
(Tél. : 06 45 29 41 57) organisent une collecte de jouets solidaire.
Pour le premier nommé, la collecte de jouets (sauf peluches),
vêtements, linge et objets de puériculture est réalisée au
bénéfice de la Croix-Rouge, de 16 h à 18 h 30, à la permanence du
quartier sud (rue Jacques Mignard) mardi 3 et jeudi 5 décembre et
devant le groupe scolaire provisoire de l’Aérogare, vendredi 6
décembre. La remise des dons sera effectuée, après la collecte, le
lundi 9 décembre à 18 h, à la permanence du quartier, au bénéfice
de la Croix rouge. Pour le conseil de quartier Grand-Noble, la
collecte de jouets (sauf peluches) au bénéfice de diverses
associations, est réalisée du lundi 9 au vendredi 13 décembre,
dans les écoles Suzanne Lacore et Louis Weidknnet de 7 h 30 à 8 h
30 et de 16 h 30 à 18 h 30, les dons doivent être déposés, sous
emballage plastique, dans les containers mis à disposition.

Académie Goncourt : Bernard Pivot se retire de la présidence

Académie Goncourt : Bernard Pivot se retire de la présidencehttp://www.via214.net/


Publié le 04/12/2019 à 07:26 La Rédaction Via214



Bernard Pivot n'est plus le président de l'Académie Goncourt.


Bernard Pivot, le journaliste et écrivain, a quitté ce mardi 3 décembre
ses fonctions de président à la tête de l'Académie Goncourt. Il en était le président depuis cinq ans et en est un membre depuis quinze ans. L'homme de 84 ans veut "retrouver un libre et plein
usage de son temps".


Bernard Pivot, qui a fait entrer la littérature dans le salon des
téléspectateurs avec "Apostrophes", quitte l'Académie Goncourt, dont il était membre depuis quinze ans et président depuis cinq ans, a annoncé mardi l'assemblée du célèbre prix
littéraire.


"Pour retrouver un libre et plein usage de son temps, à 84 ans Bernard
Pivot a décidé de se retirer de l'Académie Goncourt à partir du
31 décembre. Il en était membre depuis 15 ans, le président depuis 5 ans", a annoncé l'Académie dans un communiqué.


"Il en devient membre d'honneur", quelques semaines après avoir récompensé le romancier Jean-Paul Dubois pour "Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" (L'Olivier).


Sur Twitter, l'Académie Goncourt a mis en ligne une photo des académiciens fêtant le départ de leur président, qui leur avait fait part cet été de son souhait de se retirer.


Académie Goncourt


@AcadGoncourt


Les Académiciens à qui @bernardpivot1 avait annoncé en juin sa décision de se retirer de l’académie fin décembre (en restant membre d’honneur) l’ont fêté chez @Drouant ! Lettre d’Ed de Goncourt, grands crus, tableau : littérature et
oenologie pour lui dire merci !



98


14:23 - 3 déc. 2019


Les festivités se sont déroulées chez Drouant, le restaurant dans le centre de Paris où est chaque année annoncé le lauréat du plus prestigieux prix littéraire du monde francophone. "Lettre
d'Ed(mond) de Goncourt, grands crus, tableau: littérature et œnologie pour lui dire merci !", ont tweeté les académiciens.


Sur la photo, figuraient notamment Françoise Chandernagor, Tahar Ben
Jelloun, Virginie Despentes, Pierre Assouline et Patrick Rambaud.


Un dénicheur de talent


Journaliste et animateur d'"Apostrophes", l'émission littéraire la plus célèbre de la télévision française, Bernard Pivot est entré
à l'Académie Goncourt en octobre 2004, succédant à André Stil. Il a été le premier non-écrivain à rejoindre la prestigieuse institution, dont il est devenu président en janvier 2014, à la
suite d'Edmonde Charles-Roux.


Ses années comme président du jury Goncourt ont été marquées par la
consécration de jeunes écrivains comme Leïla Slimani, avec "Chanson douce" (Gallimard), adapté depuis sur grand
écran, et Nicolas Mathieu, récompensé en 2018 pour "Leurs enfants après eux" (Actes Sud), roman sur la fracture sociale.

Dernière minute - Christian Quesada : la sentence est tombée...

Dernière
minute - Christian Quesada : la sentence est tombée...http://www.via214.net/


Publié
le 04/12/2019 à 07:07 La Rédaction Via214

Rsultat de recherche dimages pour photos de christian quesada


Mis
en examen pour "corruption de mineurs" et ''détention et
diffusion d'images à caractère pédopornographique'', Christian
Quesada a fait il y a quelques mois, une seconde demande de remise en
liberté conditionnelle. Après nouvelle étude du dossier, la
chambre de l'instruction de la Cour d'Appel de Lyon vient de rendre
sa décision...


Nouveau
rebondissement dans l’affaire Christian Quesada. Voilà désormais
huit mois que le champion historique des 12 Coups de midi
est incarcéré dans l’attente de son procès… et fait tristement
la une des journaux. Le 27 mars dernier l’ancien candidat de
l’émission phare de TF1 a été mis en examen et placé en
détention provisoire pour corruption de mineurs sur une jeune
femme de 17 ans et détention et diffusion d’images
pédopornographiques. Après sa mise en examen, les révélations
n’ont cessé de s’enchaîner et nous avons ensuite appris
qu’il
a déjà été, par le passé, condamné à deux ans de prison avec
sursis pour des faits similaires survenus en 2001, 2003 et 2009.


Une
demande de remise en liberté rejetée

En détention provisoire
depuis huit mois, Christian Quesada avait fait une seconde demande de
libération auprès de la Chambre de l’instruction de la cour
d’Appel de Lyon qui gère son dossier. L’institution vient de
rendre son verdict et nous apprenons grâce à l’AFP que sa
demande a été de nouveau rejetée. Christian Quesada reste donc
incarcéré dans la prison de Bourg-en-Bresse dans l’Ain dans
l’attente de son procès. En revanche, s’il n’est pas jugé
avant la date du 27 mars 2020, l’ancien champion devra
obligatoirement être libéré. En effet, dans ce type de cas, la
détention provisoire ne peut pas excéder plus d’un an.


De
nouvelles preuves accablantes

Ce n’est pas vraiment une surprise
que sa demande soit rejetée. Les dernières semaines, de nouveaux
témoignages accablants contre Christian Quesada ont été révélés
notamment dans le second documentaire diffusé sur la chaîne C8.
Sans oublier que  cinq nouvelles victimes présumées 
sont
venues s’ajouter à la longue liste et ont été porter plainte
contre le champion.

Wall Street en forte baisse, perturbée par le regain des tensions commerciales

Wall Street en forte baisse, perturbée par le regain des tensions
commercialeshttp://www.via214.net/


Publié le 04/12/2019 à 06:27 La Rédaction Via214




La Bourse new-yorkaise reculait nettement mardi peu après l'ouverture,
s'inquiétant de propos de Donald Trump qui a suggéré qu'un accord commercial avec la Chine pourrait être reporté après l'élection présidentielle américaine de 2020.


L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, cédait
1,54%, à 27.354,40 points vers 15H15 GMT.


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 1,28%, à 8.458,17
points, et l'indice élargi S&P 500 lâchait 1,26%, à 3.074,69
points


Wall Street avait fini dans le rouge lundi après l'annonce de nouveaux
droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium du Brésil et de l'Argentine et un indicateur sur l'activité dans le secteur manufacturier aux Etats-Unis: le Dow Jones avait cédé 0,96% et le Nasdaq avait perdu 1,12%.


Interrogé sur les négociations autour d'un accord commercial avec la Chine,
Donald Trump a affirmé mardi à Londres, où il se trouve pour un sommet de l'Otan, qu'il n'avait pas de date butoir.


"D'une certaine manière, j'aime bien l'idée d'attendre après l'élection
pour l'accord avec la Chine", a indiqué le président américain en envisageant sa réélection.


Selon Chris Low de FHN Financial, comme le déficit commercial avec la
Chine s'est réduit avec la Chine depuis l'imposition de surtaxes douanières, Donald Trump "est tout à fait heureux de repousser la signature d'un accord si cela lui semble nécessaire pour obtenir
ce qu'il souhaite."


La prochaine échéance dans l'interminable feuilleton commercial qui
oppose les deux premières économies mondiales aura lieu le 15 décembre. De nouvelles taxes américaines sur des produits chinois doivent alors entrer en vigueur.


Par ailleurs, l'administration Trump a menacé lundi, après la clôture
de la Bourse, d'imposer des droits de douane additionnels, pouvant aller jusqu'à 100%, sur l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français en réponse à l'instauration en France d'une taxe sur les géants américains du numérique.


Parmi les produits français qui pourraient être surtaxés figurent
notamment des vins pétillants, des fromages, des produits de beauté
et des sacs à main.


Donald Trump et Emmanuel Macron ont toutefois estimé pouvoir régler leur
conflit commercial lors d'une rencontre dans la capitale britannique.


La recrudescence des tensions commerciales intervient après plusieurs
semaines de relative accalmie, le locataire de la Maison-Blanche s'étant notamment montré optimiste sur la signature imminente d'un accord de +phase 1+ avec la Chine.


Ce ton plutôt apaisant avait aidé les principaux indices new-yorkais à
franchir de nouveaux records en novembre.


"Mais en toile de fond, il y a l'idée chez Donald Trump que tout pays
ayant un surplus commercial ou une devise faible, et que tout rival
commercial d'ampleur, peut se voir appliquer des tarifs", estime Karl Haeling de LBBW.


Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américain reculait fortement, à 1,735%, contre 1,844% la veille à la clôture.


Parmi les valeurs du jour, plusieurs entreprises de semi-conducteur,
particulièrement dépendantes des relations commerciales, étaient à
la peine. Nvidia (-2,68%), Micron (-2,68%) et Advanced Micro Devices
(-1,65%) baissaient.


Les actions de Caterpillar (-2,83%) ou Deere (-1,74%), généralement considérées comme des jauges du commerce mondial, souffraient également, tout comme celle d'Apple, en baisse de 2,58%.

Un ingénieur français en mission pour le groupe Thalès à Bogota en Colombie

Un
ingénieur français en mission pour le groupe Thalès à Bogota en
Colombiehttp://www.via214.net/


Publié
le 04/12/2019 à 06:13 La Rédaction Via214





Un
ingénieur français en mission pour le groupe Thalès à Bogota, en
Colombie, a été abattu par un tueur à gage en pleine rue dans la
soirée du lundi 2 décembre.


Un
drame digne d'un scénario de polar. Lundi soir, un ingénieur
français travaillant pour l'entreprise Thales, a été abattu en
pleine rue dans un quartier huppé de Bogota par un "tueur à
gages" qui a pris la fuite. La police colombienne et l'ambassade
de France ont communiqué ce mardi sur ce meurtre à l'international.



D'après nos informations, il s'agit d'un assassinat perpétré par
un tueur à gages- Robert Mendez, commandant de la police du district
de Chapinero, Bogota.

Selon
l'ambassade, la victime est un ingénieur français de 45 ans "en
mission" à Bogota pour Thalès, le célèbre groupe de
transport et technologie militaire français. Une mission très
probablement liée à la tenue du salon "Expodefensa"
consacré à la défense et à la sécurité dans la capitale
colombienne.

La scène
s'est déroulée vers 22h, heure locale, à proximité de l'ambassade
de France en Colombie. La victime "était en compagnie d'un
autre Français. Ils sortaient d'une pizzeria" situé à
proximité du Parque 93, un parc du district de Chapinero dans le
nord de Bogota, a expliqué le major Robert Mendez, commandant de la
police du district. Le tueur "est arrivé par derrière",
visant "uniquement" la victime, avant de s'enfuir au milieu
de la foule de ce quartier branché.

"Nous
écartons l'hypothèse d'un vol. D'après les éléments dont nous
disposons, il s'agit d'un assassinat perpétré par un tueur à
gages", a affirmé Robert Mendez auprès des médias. Le major a
néanmoins précisé que la victime, dont l'identité n'a pas été
révélée, était déjà venu en Colombie en 2017 et n'avait "jamais
rencontré de problèmes avec quiconque, lors de son séjour"
dans le pays sud-américain. En visite professionnelle de quelques
jours, il aurait dû rentrer mercredi en France.

Thales a
fait part de son "immense et profonde tristesse" et a
précisé que le collègue avec lequel se trouvait la victime a été
"immédiatement pris en charge par les autorités compétentes
et la direction de Thales sur place". Le groupe précise
également qu'une équipe "a été dépêchée sur place et est
en contact permanent avec les autorités locales compétentes et le
corps diplomatique" dans l'objectif d'éclaircir cette sombre
affaire.








"C'est la meilleure non-réponse que j'aie jamais entendue" : Donald Trump se moque d'Emmanuel Macron

"C'est la meilleure non-réponse que j'aie jamais entendue" : Donald
Trump se moque d'Emmanuel Macron en ouverture du sommet de l'Otanhttp://www.via214.net/


Publié le 04/12/2019 à 05:48 La Rédaction Via214



Les deux chefs de l'Etat répondaient aux questions de la presse en ouverture du 70e sommet de l'Otan.


"C'est pour ça que c'est un formidable responsable politique, c'est la meilleure non-réponse que j'aie jamais entendue !"a tacléDonald Trump après une réponse d'Emmanuel Macron sur les combattants étrangers du groupe Etat islamique, mardi 3 décembre, en ouverture du 70e sommet de l'Otan, organisé à Londres
(Royaume-Uni).


Avant cette rencontre,Donald Trump avait attaqué le président français en le critiquant sur ses propos tenus dans la presse britannique : Emmanuel Macron avait jugé que l'Alliance atlantique, née en 1949, était"en mort cérébrale". C'est un jugement"très, très méchant à l'adresse de 28 pays", avait déploré Donald Trump, qui s'était dit"très surpris"par la déclaration d'Emmanuel Macron."Personne n'a besoin de l'Otan plus que la France",
avait-il affirmé, critiquant par ailleurs durement la volonté de Paris de taxer les géants technologiques américains.

La Nasa a trouvé le lieu d'impact de la sonde indienne Vikram sur la Lune

La
Nasa a trouvé le lieu d'impact de la sonde indienne Vikram sur la
Lunehttp://www.via214.net/


Publié
le 03/12/2019 à 07:34 La Rédaction Via214



Un
satellite de la Nasa en orbite autour de la Lune a fini par trouver
le site d'impact de la sonde indienne Vikram, qui s'était écrasée
le 7 septembre en tentant d'alunir.







Le
centre Goddard de l'agence spatiale américaine a publié lundi des
photographies prises en octobre et novembre, où les scientifiques de
la Nasa sont parvenus, après analyse, à distinguer de faibles
traces de l'impact et des débris projetés autour du site sous la
violence du choc.



A
l'oeil nu, il est difficile de voir sur ces images la preuve de
l'impact, mais la Nasa a trouvé cachés dans les pixels une
vingtaine de débris et plusieurs endroits montrant des perturbations
dans le sol lunaire, qui est couvert de l'équivalent d'un sable
appelé régolithe.



Un
premier passage en septembre du satellite américain, le Lunar
Reconnaissance Orbiter, avait produit une série d'images de ce même
site, mais la lumière était mauvaise et la Nasa avait à l'époque
dit n'avoir pas trouvé trace du crash.



Mais
un ingénieur en informatique indien de 33 ans, Shanmuga Subramanian,
avait ensuite téléchargé ces premières images et trouvé des
traces de débris, ce dont il avait informé la Nasa.



L'agence
spatiale américaine avait alors repris des clichés, les 14 et 15
octobre, ainsi que le 11 novembre, cette fois avec une meilleure
illumination du Soleil. Les trois plus gros débris de Vikram font
deux pixels sur deux sur les nouvelles images.



Shanmuga
Subramanian a dit à l'AFP que l'incapacité de la Nasa à trouver la
sonde avait piqué son intérêt - l'institution américaine avait en
effet lancé un appel en public en publiant les photos.



"J'ai
comparé ces deux images sur deux de mes ordinateurs portables (...).
D'un côté il y avait la vieille image, et de l'autre la nouvelle
image publiée par la Nasa", a-t-il dit, précisant avoir été
aidé par d'autres utilisateurs de Twitter et Reddit.



"Ça
a été assez difficile, mais (j'y) ai mis des efforts", a
raconté ce passionné de l'espace.



L'Inde
avait lancé la mission Chandrayaan-2 le 22 juillet. La sonde
principale ou orbiteur, qui fonctionne et est en orbite autour de la
Lune, a lâché l'atterrisseur Vikram quelques jours avant
l'alunissage prévu, mais à la fin de la descente, alors qu'il était
descendu à une altitude de 2 km, le contact a été perdu. A un
kilomètre du point d'alunissage, Vikram filait à une vitesse
horizontale de 48 mètres par seconde, et une vitesse verticale de 60
mètres par seconde.



L'agence
spatiale indienne (Isro) avait simplement annoncé avoir perdu le
contact avec son alunisseur.



Les
coordonnées du site du crash sont 70.8810°S, 22.7840°E, à
une altitude de 834 mètres, selon la Nasa.



L'Inde
aurait été le quatrième pays, après la Russie, les Etats-Unis et
la Chine, à alunir une sonde. Israël a également échoué en
avril.





Tout ce qu’il faut savoir sur Sex Education saison 2

Tout ce qu’il faut savoir sur Sex Education saison 2http://www.via214.net/


Publié le 03/12/2019 à 07:08 La Rédaction Via214



Sex Education, c'est LE gros succès Netflix du début d'année 2019. Forte de cette belle réussite la série s'offre une saison 2, sur laquelle Kalindi te donne des détails.


En début d’année, Netflix est une fois de plus parvenu à me surprendre en proposant une série pour ados ultra maline et surtout pédagogue.


Ça s’appelaitSex Education,
et si j’en crois les conversations autour de la machine à café, ça a beaucoup plu.


Sex Education,
c’est quoi déjà ?



Otis est un jeune homme dynamique mais un peu timide, qui ne se sépare
jamais de son meilleur pote Eric, avec lequel il passe le plus clair de son temps au lycée.


Si Otis est vierge, il n’est pas étranger aux mystères du sexe. En effet, sa mère est sexologue, et n’hésite pas à parler de cul ouvertement (pour ne pas dire de manière intrusive) à son fils.


Sa passion est telle que leur maison est pleine de bibelots plus que suggestifs de type grosses statues de bites en bois, de tableaux avec les positions du kamasutra et autres joyeusetés.


Otis a donc grandi en étant encouragé par sa mère àcommuniquer librement sur ces sujets et sur tous les autres aussi d’ailleurs.


Ce qui ne manque pas de le gêner, bien sûr.


Bref, Otis s’y connait et ça ne tarde pas à attirer l’attention de
Maeve,une lycéenne dépeinte comme " rebelle " qui lui propose de monter un cabinet de thérapie sexuelle clandestin au sein même du lycée.


Le concept est simple : des élèves parfois en couple qui se retrouvent
en difficultés au lit lui demandent conseil. Conseils qu’il monnaie bien sûr, et dont il partage les gains avec Maeve.


Sex Education,
une série importante


Si la série se destine à un public adolescent, il est bien sûr tout à
fait possible de se reconnaître, même adulte, dans les personnages d’Otis, de Maeve et de leurs camarades.


Car Sex Education, aborde tout de même :



  • Le slut-shaming


  • Le harcèlement sexuel


  • Le polyamour


  • Le coming-out forcé


  • Le viol



Des problématiques auxquelles sont parfois confrontés les adolescents
ainsi que les adultes.Il
était très important que la fiction s’empare de ces sujets pour libérer toujours davantage la parole dans la vraie vie.


Ainsi,Sex Educationest
une série primordiale, qu’il faudrait projeter dans les écoles, si tu veux mon avis.


À quand la saison 2 deSex Education?



Bien sûr,Sex Education,
vu son succès, aura une saison 2 dans laquelle tu pourras retrouver tes lycéens préférés ainsi que d’autres nouveaux personnages.


Et ce dès le 17 janvier 2020, c’est à dire près d’un an après la
mise en ligne de la saison 1.


Cette seconde partie se découpera en huit épisodes et sera réalisée par
Ben Taylor, Alice Seabright et Sophie Goodhart.


Alors douce lectrice, hypée par l’arrivée imminente de cette saison 2 ?

Une candidate de téléréalité espagnole forcée à regarder son viol

Une
candidate de téléréalité espagnole forcée à regarder son violhttp://www.via214.net/


Publié
le 03/12/2019 à 06:36 La Rédaction Via214



Carlota
Prado, candidate dans une téléréalité espagnole façonBig
Brother
,
dit avoir été violée pendant le tournage, et forcée par la
production à regarder la vidéo du crime.


C’est
le scandale qui bouleverse l’Espagne depuis plusieurs jours.



Carlota
Prado, candidate dans une téléréalité façon Big
Brother
 intitulée Gran
Hermano
 Revolution,
a révélé avoir été violée pendant l’émission…



Et
forcée par la production à regarder
la vidéo de son agression sexuelle.  



Carlota
Prado, violée pendant une téléréalité espagnole


 The Telegraph reprend
le déroulé des faits, qui ont eu lieu à l’automne 2017.



Carlota
Prado
 était
dans la maison de Gran
Hermano
 Revolution,
où elle avait entamé une relation de couple avec un autre
candidat, José
María López
.





Le
soir du 3 novembre 2017, l’alcool a coulé à flots. Carlota, ivre,
a été mise au lit par son compagnon, José. Mais il ne s’est pas
arrêté là.



Je
cite The
Telegraph
 :


" Selon les images du viol présumé, elle a dit « Non, je ne peux pas
» à Mr López.


Mais
il est entré dans le lit avec Mlle Prado et aurait 
eu
des relations sexuelles avec elle pendant plusieurs minutes
,
avant que la production ne l’interrompe en intervenant par le biais
du haut-parleur de la chambre. "


Carlota
Prado, forcée de regarder la vidéo de son viol



Les
choses empirent davantage.



Carlota
Prado a confié à El Confidenciel que
la production l’a installée le lendemain dans le confessionnal, et
l’a forcée
à regarder la vidéo de son viol
,
dont elle n’avait aucun souvenir.



Elle
ne savait donc pas du tout ce qu’elle allait voir.



Le
média espagnol a révélé en exclusivité des extraits de la scène
(jamais diffusée). La jeune femme pleure, supplie
pour que la diffusion s’arrête
,
en vain.



#CarlotaNestPasSeule1D #CarlotaIsnotAlone1D #CarlotaIstNichtAllein1D #CarlotaNoEstasSola1D #SomosLaAudiencia1D 
What
does the world think of the case of CarlotaPrado?A young woman of
23years was raped in the contest of BigBrother ofSpain,was not
avoided and was recorded by the TV 
pic.twitter.com/BBT5cclUxI


Lilith?CarlotaNoEstasSola?Cotónida?
(@LilithMujer10) December 1. 2019 








Le
viol de Carlota Prado fait scandale



Depuis
que Carlota Prado s’est livrée à El
Confidencial
, de
nombreux annonceurs se sont retirés de 
Gran
Hermano
 Revolution
plus de 40 entreprises, à l’heure où je tape ces lignes.



Un
communiqué d’Endemol Shine Group, qui produit l’émission, dit
que " avec
le recul, nous regrettons que la conversation pendant laquelle
Carlota a été informée ait eu lieu dans le confessionnal
 ".



Il
rappelle également que José María López a été sorti de
l’aventure, et que Carlota Prado a eu accès à de l’aide
psychologique avant de décider de revenir dans la maison.



Un
choix qu’elle explique ainsi (propos traduits par Le Figaro)
:


" Je suis revenue parce que je n’avais pas le courage de faire face à
la réalité. Je ne voulais pas quitter cette maison isolée.


Vous
vivez dans un monde alternatif et vous êtes en quelque sorte
protégé. C’était très difficile, mais j’ai pensé que cela
serait moins difficile que de faire face à la réalité de
l’extérieur. "


Quelles
suites judiciaires après le viol de Carlota Prado ?



The
Telegraph
 indique
qu’une plainte contre José María López a été déposée par la
société de production, et une autre par Carlota Prado elle-même.


" Le juge d’instruction a déterminé qu’il y avait matière à un
procès pour agression sexuelle perpétrée par Mr López
,
bien que ce dernier démente l’acte, selon son avocat. "


Affaire
à suivre, donc, mais en attendant que la justice fasse (je l’espère)
son travail, les conséquences pour l’émission sont bien réelles.



Reste
à espérer que la culture du viol soit
un jour un reliquat du passé, et non un élément si omniprésent
qu’on le retrouve, de façon aussi décomplexée, jusque dans
les shows de
téléréalité.

Taxe GAFA : Washington menace de surtaxer des produits français jusqu’à 100 %

Taxe GAFA : Washington menace de surtaxer des produits français
jusqu’à 100 %http://www.via214.net/


Publié le 03/12/2019 à 05:57 La Rédaction Via214



La proposition, en réponse à une loi française prévoyant d’imposer
à hauteur de 3% le chiffre d’affaires de Google, Apple, Facebook ou Amazon, doit être validée par Donald Trump. Le
président américain rencontre Emmanuel Macron, mardi à Londres.


Le gouvernement des Etats-Unis a menacé, lundi 2 décembre, d’imposer des droits de douane additionnels, pouvant aller jusqu’à 100 %, sur l’équivalent de 2,4 milliards de dollars (environ 2,15 milliards d’euros) de produits français en réponse à l’instauration en France d’une taxe sur les géants américains du numérique.


Cette annonce fait suite à une enquête ouverte en juillet dernier par le représentant américain au commerce (USTR) concluant que cette législation française dite " GAFA " (Google, Apple,
Facebook et Amazon) porte préjudice aux entreprises américaines


Parmi les produits qui pourraient être surtaxés figurent de nombreux
fromages dont le roquefort, les yaourts, le vin pétillant ainsi que des produits cosmétiques comme le savon et le maquillage ou encore les sacs à main. L’administration Trump semble donc pour l’heure épargner le vin traditionnel, un des produits d’exportation tricolore les plus emblématiques, par ailleurs déjà sous le coup de représailles américaine dans un autre litige commercial sur des subventions européennes à Airbus.


L’USTR estime, dans ses conclusions, que la taxe française, adoptée en juillet dernier, n’est "pas
conforme aux principes de politique fiscale internationale et constitue un fardeau anormal pour les entreprises américaines affectées "
.


Enquête possible aussi contre l’Autriche, l’Italie et la Turquie


La proposition, qui doit encore recevoir l’aval du président
américain Donald Trump, risque d’intensifier les frictions avec
l’Union européenne. Lundi, bien avant l’annonce de cette proposition, le ministre français de l’économie Bruno Le Maire avait prévenu que la France ne renoncerait "jamais "à sa taxe sur les géants de la tech, et reproché aux Etats-Unis de ne plus vouloir d’un grand accord international sur la fiscalité du numérique. Ces nouvelles menaces sont en outre dévoilées la veille d’une rencontre entre Donald Trump et le président français
Emmanuel Macron.


Comme il est d’usage, l’imposition de tels droits de douane punitifs
sera précédée d’une période de consultations publiques pour examiner les éventuelles demandes d’exemption. La mise en œuvre d’une telle menace ne pourra donc pas intervenir avant la
mi-janvier, selon le calendrier dévoilé par l’USTR.


" Le rapport de l’USTR envoie un signal clair à la France, et avertit
les autres pays qui sont en train de finaliser des mesures similaires
que des taxes discriminantes ne seront pas tolérées "
, a réagi Matt Schruers, directeur exécutif de la fédération de l’industrie de l’informatique et des communications (CCIA), dans un communiqué.


Il faisait allusion au fait que l’administration Trump envisage par
ailleurs d’ouvrir une enquête à l’encontre de l’Autriche, de l’Italie et la Turquie pour déterminer si leurs taxes menacent les entreprises américaines.


La " taxe GAFA " françaises impose, elle, ces géants du numérique à hauteur de 3% du chiffre d’affaires réalisé en
France, notamment sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plateformes. Cette solution a vocation à n’être que temporaire dans l’attente d’un aboutissement de négociations
internationales.


Enjeu majeur


Les ministres des Finances du G20, réunis à Washington le 18 octobre,
avaient ouvert la voie à des négociations cruciales et complexes au
sein de l’OCDE sur ce dossier, avec l’objectif de parvenir à un accord mondial d’ici le mois de juin.


La taxation des géants du numérique et des multinationales constitue
un enjeu majeur pour adapter la fiscalité mondiale à la numérisation de l’économie de ces dernières décennies, afin que les Etats puissent percevoir des taxes même si les groupes ne sont
pas physiquement présents sur leur territoire.


Cet été, après l’adoption définitive de la taxe en France, Donald Trump était monté lui-même au créneau sur ce dossier et avait laissé éclater sa colère. Il avait alors dénoncé "la stupidité "du président Emmanuel Macron et menacé de rétorsions le vin français.


Dès cet été, Paris s’était engagé à abandonner sa taxe, qui entre en vigueur cette année, dès qu’une solution internationale aura été trouvée sous l’égide de l’OCDE. "Après
avoir réclamé une solution internationale à l’OCDE, (Washington)
n’est pas sûr d’en vouloir "
,
a déploré lundi Bruno Le Maire.


De son côté, le Français Thierry Breton, nouveau commissaire européen
au marché unique et au numérique, est allé plus loin encore et a laissé entendre que le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, pourrait annoncer le retrait des Etats-Unis des négociations de l’OCDE.





La France renonce à livrer des navires aux garde-côtes libyens

La France renonce à livrer des navires aux garde-côtes libyenshttp://www.via214.net/


Publié le 02/12/2019 à 07:49 La Rédaction Via214



Le don de ces six embarcations rapides avait été annoncé par la
ministre des armées, Florence Parly, en février. Huit ONG réclamaient l’annulation de cette livraison.



La France a renoncé à la livraison controversée de six navires à la Libye pour renforcer le contrôle de ses côtes, en raison de "la
situation" dans le pays, selon des sources concordantes citées lundi 2 décembre par l’Agence France-Presse (AFP). Le don de ces six embarcations
rapides, des semi-rigides Sillinger de 12 mètres, avait été annoncé par la ministre française des armées, Florence Parly, en février.


" Si la cession a été un temps envisagée au bénéfice de la Libye, la
ministre a finalement décidé de ne pas livrer les embarcations à cet Etat "
, écrit le 26 novembre le ministère des armées dans un mémoire envoyé à la cour administrative d’appel de Paris, saisie par huit organisations non gouvernementales (ONG) qui demandaient l’annulation de cette livraison. "Ainsi, les conclusions à fin d’annulation de la décision du ministère
des armées
(…)ont perdu leur objet ", peut-on encore lire dans ce document dont l’AFP a obtenu copie.


Un pays plongé dans le chaos


" La situation en Libye ne permet pas de réaliser ce don d’embarcations ", a confirmé le ministère des armées. Plongé dans le chaos depuis
la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011, le pays est actuellement secoué par le conflit armé entre les forces du
maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est, et son rival installé à Tripoli, le Gouvernement d’union nationale (GNA)
reconnu par l’Organisation des Nations unies (ONU).


La décision de ne pas livrer les embarcations constitue "une victoire importante"obtenue"grâce
à la pression publique"
et
doit"marquer un tournant dans les relations de la France avec la Libye en matière de politique migratoire",
a réagi Lola Schulmann, chargée des questions migratoires chez Amnesty International, une des ONG qui avaient saisi la justice administrative en avril.


Pression des ONG


"Nous nous félicitons de l’abandon de cette initiative qui aurait fait de la France la complice officielle des crimes commis sur les personnes migrantes et réfugiées en Libye",
ont salué les huit ONG, dont Médecins sans frontières et la Ligue des droits de l’homme, dans un communiqué commun lundi. Elles demandent désormais à Paris de poser"des conditions strictes à toute coopération bilatérale et européenne avec la Libye afin que les droits et la sécurité"des migrants"soient garantis et respectés".


Dans son mémoire où il jugeait la demande des ONG"mal fondée",
le ministère des armées assurait de son côté que la cession des embarcations aurait eu"pour seul objectif d’accompagner l’Etat libyen dans le processus de consolidation de l’Etat de droit et de reconstruction des capacités
militaires de sa marine nationale"
.
Selon le ministère, il n’existait donc pas de"lien suffisamment direct"entre le don de ces embarcations et la défense des migrants pour justifier
le recours des ONG.

Inondations dans le Sud-Est : cinq morts, dont trois secouristes en hélicoptère

Inondations dans le Sud-Est : cinq morts, dont trois secouristes en
hélicoptèrehttp://www.via214.net/


Publié le 02/12/2019 à 07:13 La Rédaction Via214



Deux morts emportés par les eaux, trois secouristes décédés alors
qu'ils partaient en hélicoptère à l'aide des sinistrés: c'est le lourd bilan humain des violentes intempéries qui ont frappé dimanche le sud-est de la France.



Deux morts emportés par les eaux, trois secouristes décédés alors qu'ils partaient en hélicoptère à l'aide des sinistrés: c'est le lourd bilan humain des violentes intempéries qui ont frappé dimanche le sud-est de la France, une semaine après des pluies diluviennes qui avaient fait six morts.


Trois morts dans un accident d’hélicoptère


Les trois occupants d'un hélicoptère de la Sécurité civile partis porter secours à des habitants touchés par les intempéries dans le département du Var ont été retrouvés morts près de Marseille, dans une zone qui n'était pas placée en alerte rouge météo, dans
la nuit de dimanche à lundi, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. "Alors que leur hélicoptère EC145 de la Sécurité civile se dirigeait vers Le Luc-Le Cannet (Var) afin d'assurer une mission de
reconnaissance et de sauvetage, les liaisons radios et radar ont été
rompues"
, indique le ministère. "Malgré l'engagement d'importants moyens de recherche (...), les trois
occupants de l'hélicoptère ont été retrouvés décédés à 1h30 du matin"
près de la commune du Rove, dans la région de Marseille, ont expliqué dans un communiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d'Etat Laurent Nuñez en rendant hommage
aux secouristes. Une enquête devra établir les circonstances exactes du drame.


Christophe Castaner


@CCactaner


Un hélicoptère de la sécurité civile a disparu cette nuit et emporté
avec lui 3 de nos héros du quotidien, engagés dans le sud du pays.
Avec une infinie tristesse, j’adresse le soutien de la Nation tout entière à leurs familles et leurs camarades.
Ce
drame nous bouleverse tous.


459


02:47 - 2 déc. 2019 - Hôtel de Beauvau - Ministère de l'Intérieur


Deux personnes retrouvées mortes


Sur la Côte d'Azur, les fortes pluies qui se sont abattues dimanche soir ont fait deux morts dans le Var, selon la préfecture de ce département. A Fréjus, le propriétaire d'une pension de chevaux sorti pour veiller sur ses animaux a été emporté par les eaux. Dans la commune de
Saint-Paul-en-Forêt, un berger apparemment parti dans la nuit pour
faire rentrer ses bêtes, a lui été emporté dans son 4x4, alors qu'il tentait de franchir un gué. Son corps a été retrouvé dans son véhicule, encastrée contre un arbre, 300 m en aval de là où il avait été vu pour la dernière fois.


Etablissement scolaires fermés


Dans la nuit de dimanche à lundi, les secours étaient notamment engagés à Fréjus, où un quartier a été envahi par les eaux, mais aussi à Puget-sur-Argens et Roquebrune-sur-Argens, deux communes déjà inondées le week-end dernier. Les écoles maternelles et primaires
seront fermées lundi à Fréjus et dans certains quartiers de Roquebrune.


Dans les Alpes-Maritimes, Mandelieu-la-Napoule et Cannes durement touchées


Dans les Alpes-Maritimes, ce sont les communes de Mandelieu-la-Napoule et
Cannes qui ont été les plus touchées, avec plusieurs quartiers inondés. Dimanche en fin de soirée le préfet des Alpes-Maritimes a confirmé à l'AFPTV que l'épisode avait passé son pic. Tous les
établissements scolaires, jusqu'aux lycées, seront toutefois fermés à Cannes et Mandelieu ainsi que dans la commune de Pegomas.


La Chaîne Météo


@lachainemeteo


Autre vidéo de #Mandelieu sous les eaux ce soir. Source :bit.iy/2qTOO83



35


20:35 - 1 déc. 2019


Fin de vigilance rouge dans le Var et les Alpes-Maritimes


Après les dernières averses en début de matinée en Provence côte d'Azur, l'heure est à l’accalmie, selon la Chaîne Météo*. Le Var et les Alpes-Maritimes sont repassés de vigilance rouge à orange pour les inondations, comme le Vaucluse, a annoncé Météo
France dans son bulletin de 6h ce lundi.


Trafic perturbé


Du côté des trains, le trafic a été totalement interrompu entre Toulon (Var) et Vintimille, à la frontière italienne, ainsi qu'entre Cannes et Grasse (Alpes-Maritimes). Le trafic pourrait reprendre lundi matin, si l'alerte est bien levée.


Monaco-PSG reporté


Cet "épisode méditerranéen"a entraîné l'annulation, par mesure de précaution, de très nombreux événements culturels et sportifs dimanche, dont le choc attendu dans la soirée à Monaco entre le club de la Principauté et
le Paris SG, pour le compte de la 15e journée du Championnat de France de football.





Laeticia Hallyday se dit victime d'un "chantage financier"