Portrait
Via214
Fermer

Paysages d'autrefois

Melania Trump, "good cop" face à la politique de son mari.

Melania Trump, "good cop" face à la politique de son mari.http://www.via214.net/





La polémique enfle autour de la séparation des parents et enfants
sans-papiers. D'un côté, l'administration Trump applique
strictement la loi. De l'autre, Melania Trump a appelé son pays à
gouverner avec le "cœur" ce dimanche. Elle nous avait habitués à garder le silence, à rester dans l’ombre
d’un président américain omniprésent. Lorsque l’affaire Stormy
Daniels a éclaté, la première dame a soigneusement évité tout
commentaire sur cette ex-actrice qui aurait été payée pour taire
son aventure avec son mari. Ses absences au G7 et au sommet Kim-Trump
de Singapour ont elles aussi été remarquées et commentées par les
médias. Mais avec le tollé provoqué par la décision de séparer
les enfants des parents parmi les familles qui franchissent
illégalement la frontière des Etats-Unis, la First Lady est sortie
de sa réserve habituelle et s’est exprimée par la voix de sa
directrice de communication, Stephanie Grisham, interrogée dimanche
sur CNN. "Elle
pense que nous devons être un pays qui respecte toutes les lois mais
aussi un pays qui gouverne avec le cœur."Melania
Trump a ajouté "détester
voir des enfants séparés de leur famille et espérer que les deux
camps du Congrès pourront enfin tomber d’accord pour faire aboutir
une réforme réussie de l’immigration."Une déclaration qui va à l’encontre de la politique mise en œuvre
par son époux: celle la "tolérance
zéro" initiée depuis le mois d’avril par le sulfureux ministre de la
Justice Jeff Sessions, défenseur d’une ligne particulièrement
dure sur l’immigration. L'administration américaine a révélé vendredi que ces nouvelles dispositions avaient conduit depuis mi-avril 2000 enfants à être séparés de leurs parents,
arrêtés pour être entrés clandestinement sur le sol américain.
Face aux réactions indignées qui s’accumulent et au malaise
provoqué par la mise en place d’une telle mesure, le président
Trump n’a pas hésité à rejeter la responsabilité sur le dos des
démocrates. Dans un tweet publié samedi, il a déclaré que "les
démocrates peuvent apporter une solution à la séparation forcée
des familles à la frontière en travaillant avec les républicains à
une nouvelle loi, pour une fois".



Réforme migratoire



Comme une tentative de justification de sa "tolérance zéro", le
président a rappelé qu’il refusait que son pays connaisse le même
sort que l’Europe en matière d’immigration et a évoqué "l’augmentation
du crime en Allemagne" lié,
selon lui, à l’accueil des réfugiés. En échange de la fin de
cette mesure de séparation, Donald Trump réclame à ses opposants
le vote de sa réforme migratoire qui s’enlise depuis des semaines
au Congrès. Chantage
présidentiel? Kellyanne Conway, conseillère en communication du
président américain, a rejeté l’hypothèse sur NBC dimanche soir. "En
tant que mère, en tant que catholique, en tant que personne avec une
conscience, je vous assure que personne n’aime cette politique.
Vous avez vu le président à la télévision, il veut que cela se
termine",
a-t-elle osé. Elle a enfin ajouté que "personne
n’aime voir des bébés arrachés des mains de leur mère".


"Des enfants en cage"



L’ancienne première dame républicaine, Laura Bush, est elle aussi montée au
créneau au sujet des mesures radicales prônées par l’exécutif
américain. Dans une tribune publié par Washington Post,
elle attaque la "tolérance zéro" et l’administration Trump. "Je
vis dans un Etat frontalier
[le Texas, ndlr].
Je suis sensible à la nécessité de faire respecter et de protéger
nos frontières, mais cette politique
[...] est
cruelle. Elle est immorale. Et elle me brise le cœur."Laura Bush n’hésite pas à faire un parallèle avec "les
camps d’internement d'Américains d’origine japonaise durant la
Seconde Guerre mondiale [...] que nous considérons désormais comme
l’un des épisodes les plus honteux de l’histoire américaine."Les
récits d’enfants séparés de leurs parents s’accumulent dans
les médias en même temps que le scandale gonfle. Les centres de
rétention sont débordés. Dimanche, un groupe de membres du Congrès
s'est rendu à Brownsville au Texas, dans un ancien supermarché
Walmart qui accueille 1500 garçons. Sur place, le démocrate Peter
Welch a dénoncé les conditions de détention des mineurs:
"Nous
avons vu des enfants enfermés dans des cages. Seuls. Pas un parent
en vue. C’est honteux."Les
républicains devraient présenter deux propositions de loi la
semaine prochaine. Une qui irait dans le sens de la frange la plus
dure en matière d’immigration, tandis que l’autre va tenter de
réconcilier républicains et démocrates en incluant les demandes
récentes de Donald Trump.

Fashion week: festival de couleurs chez Prada.

Fashion week: festival de couleurs chez Prada.http://www.via214.net/



MILAN (awp/afp) – La maison italienne Prada, qui commence à préparer
une succession familiale, a présenté dimanche une collection
masculine printemps-été 2019 pleine de couleurs et avec un grand
souci porté à la coupe, au troisième jour de la Semaine de la mode
milanaise. Premier groupe de luxe italien, Prada a connu quelques
années compliquées, mais depuis la fin 2017, ses ventes sont
reparties à la hausse. Alors que de nombreuses maisons fusionnent
leurs défilés hommes et femmes, faisant de cette Fashion week
hommes une rendez-vous très féminin, la maison milanaise tient,
elle, à conserver les deux calendriers. Assis sur des sièges
gonflables transparents répartis dans un grand hall brut gris-blanc,
les journalistes, fashionistas et blogueurs ont découvert une
garde-robe hommes vibrante de couleurs, en bloc ou en imprimés.
L'homme Prada porte une maille à manches courtes bleue sur un
pantalon vert sapin ou un pull vert sur un pantalon jaune. Il arbore
la chapka – avec oreilles remontantes – même en été et ne sort
pas sans son petit sac à main, porté sur l'épaule. Les shorts –
unicolore ou dans des imprimés explosifs – sont très courts et
très près du corps, à arborer avec des chaussettes montantes
sportives, et des tennis ou des chaussures bateaux. "J'ai essayé de
faire (une collection) élégante d'une nouvelle manière. J'ai
beaucoup travaillé sur le désigne (…) afin d'avoir la veste
parfaite, le short parfait...", a expliqué Miuccia Prada, à la fin
du show, en soulignant avoir conçu un vestiaire pour "des jeunes
hommes sexy". Parmi les invités du premier rang figurait la
blogueuse et styliste Chiara Ferragni, aux 13,2 millions d'abonnés
sur Instagram. Y assistait aussi Lorenzo Bertelli, le fils aîné de
Miuccia Prada et de Patrizio Bertelli, le duo à la tête de la
maison italienne. Pas de vente du groupe. M. Bertelli a récemment
indiqué que Lorenzo, devenu en septembre dernier le chef de la
communication numérique du groupe, pourrait un jour diriger Prada.
Pilote de rallye, Lorenzo, 30 ans, a rejoint en 2015 le conseil
d'administration de l'entreprise. "Lorenzo est en train d'acquérir
du savoir-faire et de l'expérience ) l'intérieur de l'entreprise,
notamment en communication. Il se prépare à devenir un jour, s'il
le veut, le patron de Prada", a déclaré Patrizio Bertelli lors de
l'inauguration d'une nouvelle usine du groupe en Toscane le 8 juin.
Il a néanmoins précisé qu'en dépit de ses 72 ans, il ne voyait
pas de raison de prendre maintenant se retraite, liée, selon lui, à
un certain état physique et mental. Son épouse est elle âgée de
70 ans. Patrizio Bertelli a par ailleurs exclu que la famille puisse
vendre sa participation de 80% dans le groupe, qui compte aussi les
marques Miu Miu, Church's et Car Shoe. "Nous ne vendons pas, nous ne
vendrons jamais", a-t-il martelé lors de l'inauguration. Le groupe
français Kering et LVMH, mastodontes du luxe, ont racheté ces 20
dernières années plusieurs grandes marques du luxe italien, à
l'image de Gucci, Loro Piana ou Fendi. Patrizio Bertelli et son
épouse ont réussi à transformer Prada – une petite entreprise
milanaise de maroquinerie fondée en 1913 par le grand-père de
Miuccia – en un géant du luxe. Mais la maison, cotée à la Bourse
de Hong Kong, a enregistré un recul de ses ventes et profits ces
dernières années. En 2017, son bénéfice net a ainsi baissé de
10,5%, à 249 millions d'euros, tandis que son chiffre d'affaires
diminuait de 3,6%, à 3,1 milliards. Néanmoins, la tendance s'est
inversée en fin de l'année dernière, et la reprise s'est confirmée
durant la première partie de 2018. Le groupe profite notamment de la
forte demande pour le luxe en Chine, où ses ventes ont progressé de
8% à taux d'échange constants l'an passé.


cco/fjb





Tesla en feu: la voiture du Britannique Michael Morris éclate en flammes.

Tesla en feu: la voiture du Britannique Michael Morris éclate en flammes.http://www.via214.net/






Une voiture Tesla conduite par le réalisateur britannique Michael Morris
a explosé à Los Angeles, a déclaré sa femme américaine. Mary
McCormack a tweeté une vidéo dramatique de l'incident plus tôt
cette semaine. "Pas d'accident, à l'improviste, dans la circulation
sur Santa Monica Blvd. Merci au gentil couple qui l'a signalé et lui
a dit de s'arrêter" écrit-elle. Personne n'a été blessé.
Tesla a déclaré qu'il enquêtait sur "un événement inhabituel
extraordinaire", rapporte ANC News. Tesla dit que ses véhicules
électriques sont moins susceptibles de prendre feu que les voitures
à essence. Tesla frappe la voiture de police garée 'en utilisant
Autopilot'. Tesla était sur pilote automatique dans un accident
mortel. Dans son tweet, l'actrice McCormack de West Wing a également
écrit: "Et Dieu merci, mes trois filles n'étaient pas dans la
voiture avec lui (son mari)." Les pompiers ont été appelés et le
feu a été bientôt éteint. McCormack a plus tard tweeté que la
voiture "n'était pas une Tesla normale". Un porte-parole de Tesla
a déclaré à ABC News: "Nous offrons notre soutien aux autorités
locales et sonnes heureux que notre client soit en sécurité, ce qui
est inhabituel et nous enquêtons sur l'incident pour savoir ce qui
s'est passé." McCormack et Morris, un ancien directeur du théâtre
Old Vic de Londre et de la récente série télévisée 13 Reasons
Why, sont mariés depuis 2003. 

Tokyo ouvre en baisse.

Tokyo ouvre en baisse.http://www.via214.net/



Tokyo (awp/afp) – La Bourse de Tokyo a démarré sur une note négative
lundi, sur fond de prudence des investisseurs après un puissant
séisme dans l'ouest du Japon même si aucun dégât n'a été
signalé dans l'immédiat. Une certaine fébrilité régnait en outre
sur les marchés alors que les Etats-Unis et la Chine ont relancé
leurs hostilités commerciales vendredi en annonçant chacun des
droits de douane de 25% sur 50 milliards de dollars de leurs
importations respectives. Dans les premiers échanges, l'indice
Nikkei des 225 valeurs vedette cédait 0,42% (-94,95 points) à
22.756,80 points, et l'indice élargie Topix de tous les titres du
premier tableau perdait 0,64% (11,49 points) à 1777,55 points. Sur le
volet des changes, le dollars valait au même moment 110,63 yens,
contre 110,89 yens vendredi à la clôture de la Bourse, et l'euro
s'affichait à 128,22 yens, contre 128,16 yens.




Meghan Markle ses premiers faux-pas face à la reine Elizabeth II, ça ne sont faits pas de tout...

Meghan Markle ses premiers faux-pas face à la reine Elizabeth II, ça ne
sont faits pas de tout...http://www.via214.net/




Meghan Markle de retour de son voyage de noce avec le duc de Sussex Harry,
aurait-elle fait son premier faux-pas face à la reine? Alors
qu'elles font leur première sortie officielle ensemble, sans le
prince Harry, l'actrice est passée devant Elizabeth II pour entrer
dans leur voiture.. Meghan Markle et la reine Elizabeth II
s'entendent bien. Très bien même, si l'on croit les photos de leur
première sortie officielle ensemble, sans le prince Harry: la
grand-mère de celui-ci semble bien rire avec la nouvelle membre de
la famille royale d'Angleterre, malgré les criantes, qui pouvaient
entretenir certains observateurs du gotha à cause du passé de
l'actrice. Si tout semble donc se passer au mieux, Meghan Markle est
toutefois novice dans son rôle de duchesse, et commet parfois
quelques impaires – malgré la formation qu'elle reçoit sur le
sujet. Résultat? Un petit moment de gêne pour cause d'entorse au
protocole alors que l'actrice allait monter en voiture avec la reine.
Traditionnellement, la personne la plus importante doit s'asseoir sur
le siège arrière opposé au chauffeur. Elizabeth II, elle, préfère
être derrière la personne qui conduit – ce dont Meghan Markle
semble être au courant. Alors que la reine s'apprêtait à monter en
voiture, l'épouse du prince Harry l'a arrêté pour lui demander si
elle ne voulait pas plutôt sa place préféré... avant de
s'engouffrer la première dans le véhicule. Meghan Markle fait donc
fi du protocole... mais avec l'aval de la reine elle-même. Meghan
Markle a choisie une robe de marque française pour sa première
sortie en, solo avec la reine Elizabeth II le jeudi 14 juin 2018.




Toutes les deux se sont rendues à bord du "Royal Train" dans le Cheshire,
un comté du nord-ouest d'Angleterre, où elles y ont inauguré le
pont de la Mersey Gateway (près de Liverpool) puis le Storyhouse
Theatre de la ville de Chester. Combinant raffinement, simplicité et
élégance, l'épouse de prince Harry est apparue, aux côtés de
l'illustre grand-mère de ce dernier, dans une robe-cape blanc cassé,
à la jupe crayon lui arrivant juste sous le genou, signé Givanchy,
souligné à la taille d'une fine ceinture en cuir noir à la boucle
dorée, également griffée Givanchy, et des escarpins à talons
noirs, de Sarah Flint.

Espagne: l'Aquarius est arrivé au bord des côtes de Valence.

Espagne: l'Aquarius est arrivé au bord des côtes de Valence.http://www.via214.net/




Les premiers migrants de "l'Aquarius" arrivent dans le port espagnol de
Valence. Au lever du jour, les premiers des 630 naufragés secourus
par le navire humanitaire et désormais répartis sur trois bateaux,
ont pu débarquer. Les premiers migrants secourus par l'Aquarius, au
centre cette semaine de vives tension sur la politique migratoire
ayant secoué l'Europe, sont arrivés tôt dimanche 17 juin en
Espagne après une semaine d'errance en Méditerranée. Le navire
italien Dattilo est le premier à avoir accosté vers 6h30. Après une
odyssée de 1500 kilomètres, les 450 hommes, 80 femmes dont au moins
7 enceintes, 89 adolescents et onze enfants de moins de 13 ans ont
commencé à entrer dans le port de Valence à l'aube. Les arrivées
des trois bateaux transportant ces ressortissants de 26 pays en
majorité africains – l'Aquarius, affrété par SOS Méditerranée
et Médecin Sans Frontières, et deux navires militaires italiens –
devaient s'échelonner tout au long de la matinée. Une fois arrivés
à bon port, les migrants de l'Aquarius débarqueront par groupe
après un examen médical et devront attendre ensuite que leur
situation soit examinée au cas par cas. Chaque migrant "saura s'il
a le statut de réfugié, si c'est un migrant économique" mais
aussi "s'il est coupable de certains délits qui le rendent passible
d'expulsion", avait souligné vendredi la porte-parole du
gouvernement espagnol, Isabel Celaa.




Un dispositif d'accueil exceptionnel.


Des tentes ont été montées et des ambulances pré-positionnées sur le
port de Valence où une banderole clamant "Bienvenus chez vous",
dans différentes langues, a été déployée alors que l'arrivée de
l'Aquarius a déclenché un élan de solidarité. "Les gens se
proposent pour tout ce qui se présente: servir de traducteur, offrir
un logement", expliquait Johnson Tamayo, artiste de 51 ans, l'un des
très nombreux bénévoles mobilisés par la Croix-Rouge. Au total,
le dispositif mis en place pour cet accueil exceptionnel mobilise
2320 personnes dont environ 1000 bénévoles et 470 traducteurs.
L'événement est ultra médiatisé, avec plus de 600 journalistes
accrédités. Pour ces migrants rêvant d'une vie meilleure en
Europe, l'arrivée dans le port de Valence marque la fin d'un voyage
éprouvant d'une semaine durant lequel ils auront été le catalyseur
des profondes fractures au sein de l'union européenne sur la
question migratoire. Tout juste arrivé au pouvoir, le gouvernement
socialiste de Pedro Sanchez avait offert lundi d'accueillir les
migrants sauvés par l'Aquarius dans la nuit du 9 au 10 juin au large
de la Libye et à qui l'Italie et Malte refusaient d'ouvrir leurs
ports. Un geste "humanitaire" mais aussi "politique" pour Madrid,
destiné à impulser une réponse européenne commune face à la
crise migratoire.


L'Europe divisée.


Le refus de l'Italie et de son ministre de l'Intérieur Matteo Salvini
(Ligue, extrême droite), homme fort du gouvernement, d'accueillir
l'Aquarius a en effet plongé l'Europe dans une nouvelle crise sur la
question migratoire et déclenché une passe d'armes diplomatiques
entre la France et l'Italie. Le président français Emmanuel Macron
a ainsi dénoncé la "part de cynisme et d'irresponsabilité du
gouvernement italien" de Rome qui a indiqué en réponse refuser de
recevoir les "leçons hypocrites de pays ayant préféré détourner
la tête en matière d'immigration". Mais alors qu'un déjeuner
vendredi entre M. Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe
Conte a permis d'apaiser les tensions, Matteo Salvini a persisté et
signé samedi en réitérant l'interdiction aux ONG d'accéder aux
ports de la péninsule. La crise migratoire déstabilise aussi le
gouvernement allemand, al chancelière Angela Merkel faisant face à
une fronde de la droite conservatrice qui veut imposer un tout de vis
à la politique d'accueil des demandeurs d'asile. Une partie des
migrants de l'Aquarius doivent être accueillis en France, comme l'a
proposé Paris. Une initiative saluée par le chef du gouvernement
espagnol Pedro Sanchez pour qui "cette offre démontre que c'est
dans ce cadre de coopération".

Coupe du monde: le data au service de Dechamps.

Coupe du monde: le data au service de Dechamps.http://www.via214.net/




Didier Dechamps et son staff suivent en temps réel l'état physique de
leurs joueurs sur le terrain. Des informations précieuses en matière
de coaching. Expérience inédite en Coupe du monde. Pour la première
fois cette année, les staffs techniques peuvent connaître, chiffres
à l'appui et en temps réel, l'état physique de leurs joueurs. Un
outil que Didier Dechamps a utilisé samedi lors du match contre
l'Australie. Dans le camp français, l'information circule depuis
l'équipe d'analystes, installée en tribune, jusqu'à Grégory
Dupont, "responsable de la performance" chez les Bleus, présent
sur le banc de touche.


Distance parcourue, vitesse, rythme cardiaque...


Connecté via une tablette, il perçoit alors des paramètres précis: distance
parcourue, vitesse, répétition des efforts et rythme cardiaque.
Objectif: nourrir la réflexion du sélectionneur en matière de
coaching. Ainsi, la sortie prématurée d'Antoine Griezmann (dès la
70e minute) résulte des impressions techniques du coach et des
données physiques dont il a eu connaissance. 

Glasgow: l'une des meilleures écoles d'art du monde en proie aux flammes.

Glasgow:
l'une des meilleures écoles d'art du monde en proie aux flammes.http://www.via214.net/




L'une
des meilleures école d'art du monde, à Glasgow en Ecosse, implantée
dans un bâtiment historique, était en proie aux flammes dans la
nuit de vendredi à samedi 16 juin, quatre ans après avoir été
déjà ravagée par un incendie. Le feu n'a fait aucun blessé. Le
bâtiment emblématique, conçu par l'architecte Charles Rennie
Mackintosh et vieux de plus d'un siècle, a été la proie
d'impressionnantes flammes. Le bâtiment historique est très
endommagé, mais il n'y a aucune victime.





«Quand
les pompiers sont arrivés, ils ont trouvé un incendie très
développé, qui s'était étendu sur une grande partie du bâtiment.
Apparemment, jusqu'à 50% de l'établissement était pris par les
flammes. Pour l'instant, il est trop tôt pour identifier la cause de
l'incendie. Nous sommes avant tout concentrés sur la sécurité du
public et occupés à maîtriser ce feu ce bâtiment emblématique»
a-t-il déclaré un sapeur-pompier.

Au-delà du cas de l'Aquarius, ces autres tensions qui abîment les liens franco-italiens.

Au-delà du cas de l'Aquarius, ces autres tensions qui abîment les liens
franco-italiens.http://www.via214.net/





Du rififi sur la ligne franco-italienne. Emmanuel Macron reçoit le
nouveau président du Conseil italien Giuseppe Conte à l'Elysée ce
vendredi 15 juin. Un déjeuner qui se tient dans un climat de tension
entre les deux pays sur fond de crise migratoire après le refus de
l'Italie d'accueillir le navire Aquarius avec à son bord plus de 600
réfugiés et les déclarations offensives du président de la
République française à l'égard du nouveau gouvernement
transalpin. Le chef de file du Mouvement Cinq Etoiles de Luigi Di
Maio avait même menacé d'annuler la rencontre entre les deux
dirigeants si Emmanuel Macron ne présenterait pas d'excuses pour
avoir critiqué la "part de cynisme et d'irresponsabilité du
gouvernement italien". Finalement la rencontre aura bien eu lieu au
palais de l'Elysée, mais les sujets de discordes ne maqueront pas
entre un Emmanuel Macron en lutte contre les nationalistes européens
et Giuseppe Conte à la tête d'une coalition inédite en Italie
liant populistes d'extrême droite et d'extrême gauche.


Le point de départ libyen.



Si les relations franco-italiennes n'ont jamais été exclusives, la
crise de l'Aquarius a réveillé les tensions sous jacentes
existantes entre les deux pays, et ce depuis plusieurs années.
Spécialiste des relations entre les deux pays, Jean-Pierre Darnis
parle même d'une "sorte de méfiance" de la part des dirigeants
italiens à l'égard de leurs homologues français. "La relation
franco-italienne est problématique depuis 2011 et l'intervention en
Libye", remarque ce maître de conférence à l'Université Nice
Sophia-Antipolis. A cette époque, Nicolas Sarkozy est à
l'initiative sur la scène internationale pour renverser le colonel
Mouammar Kashafi en plein cœur du printemps arabe. En Italie, le
gouvernement de Silvio Berlusconi, affaibli par la crise de la dette,
est contraint de revenir sur sa parole et intervient tant bien que
mal aux côtés de la coalition internationale. Un épisode très mal
vécu par le peuple et les dirigeants italiens qui, pour certains à
l'image de Silvio Berlusconi, accusent Nicolas Sarkozy d'avoir mené
la guerre en Libye pour obtenir son pétrole et son gaz et ainsi "prendre la place des Italiens". "Depuis 2011 la France est vue
comme le pays qui a crée des problèmes sans trouver de solution.
(...)Et les Italiens estiment que ce sont eux qui subissent les
conséquences de ces problèmes", tranche Jean-Pierre Darnis.
Depuis, l'Italie connaît une large crise migratoire accentuée par
un flot de migrant libyens confrontés au chaos qui règne désormais
dans leur pays. Rome accuse régulièrement ses partenaires européens
de la laisser seule face aux 700.000 migrants qui ont débarqué sur
ses côtes depuis 2013 et ne cesse de demander à l'UE des mesures de
solidarité et une remise en cause du principe de responsabilité
inscrit dans le règlement Dublin qui fait du premier Etat membre par
lequel un réfugié est arrivé, le pays responsable.



Espoirs douchés.


La France, qui s'était engagée à accueillir 7115 migrants venus de
Grèce ou d'Italie, est au centre des critiques puisque qu'elle n'a
reçu que 635 d'entre eux, soit 9% de son quota, rapporte Le Monde.
Une situation d'autant plus difficile à accepter pour les Italiens
qu'ils avaient placé de bons espoirs en Emmanuel Macron lors de la
campagne présidentielle de 2017 et dans ses premières semaines de
mandat. Le 1 juillet 2017, au sortir d'un mini-sommet entre les
ministres de l'Intérieur italien, français et allemand, la presse
italienne se félicitait même d'une "entente à trois sur la
question des migrants", à l'image de La Repubblica. Seulement
Emmanuel Macron a très rapidement douché ces espoirs transalpins.
Trois jours après la rencontre des ministres de l'Intérieur, le
président de la République française refermait une à une les
portes ouvertes réclamées par l'Italie, à l'image de l'ouverture
des ports du sud de la France aux bateaux de secours. Une grande
déception pour tout le pays, somme le montrent les titres des
journaux de l'époque: Macron déçoit l'Italie "pour La Stampa,
l'Europe nous claque les ports au nez" pour La Verita ou encore "Nous sommes seuls" pour Il Giornale.


Macron face aux populistes.


Si les relations semblent désormais au plus bas entre la France et
l'Italien, malgré le discours de façade des deux dirigeants, la
gestion de la crise migratoire en Europe n'est pas le seul facteur de
ces tensions. "La situation s'est récemment aggravée après
certaines affaires", note Jean-Pierre Darnis en citant, notamment le
rachat du chantier naval STX par l'Italien Fincantieri. "La
présidence Macron a été inaugurée par une remise en cause de cet
accord pourtant conclu sous le quinquennat de François Hollande",
rappelle Jean-Pierre Darnis. Le spécialiste pointe également les
tensions liées à l'investissement de groupe français en Italien,
à l'image de Vivendi ou Lactalis. "Ces questions industrielles sont
très mal perçues de l'autre côté des Alpes", explique-t-il. Et
sans surprise les relations entre les deux pays ne sont pas parties
pour s'arranger, selon lui. L'avénement d'un gouvernement populiste
en Italie, doit faire partie intégrante la Ligue du Nord de Matteo
Salvini, alliée de Marine Le Pen, risque de compliquer un peu plus
les échanges avec Emmanuel Macron, dont une des ambitions
internationales est d'incarner un rempart aux nationalistes
européens. D'autant que l'équilibre du gouvernement italien entre
populistes d'extrême droite et populistes de gauche est entrain de
basculer, du fait même de la crise de l'Aquarius. Matteo Salvini, le
ministre de l'Intérieur et leader du mouvement de la Ligue del Nord,
ne cesse de monter dans les sondages, "grâce à sa fermeté sur
l'immigration", selon Jean-Pierre Darnis. Face à Giuseppe Conte,
Emmanuel Macron devra donc trouver le juste milieu entre "mettre de
l'eau dans son vin et se présenter en barrière face aux
populistes", pour ne pas rompre le dialogue avec le gouvernement
italien. Et ne pas entrer dans le jeu de Matteo Salvini qui pourrait
chercher dans l'affrontement avec Paris un prétexte pour casser
l'Europe. 

Accusé de violences sur ses élèves de maternelle, un instituteur de Toulouse relaxé.

Accusé de violences sur ses élèves de maternelle, un instituteur de
Toulouse relaxé.http://www.via214.net/




Des petites tapes sur la tête ou des tirages d'oreille ou de cheveux
exercés par un instituteur sur des écoliers ne sont pas
constitutifs d'une infraction pénale. C'est ce que la justice a
considéré, ce jeudi, en relaxant un instituteur poursuivi devant le
tribunal correctionnel, pour violences sur deux enfants de 5 ans,
dans une école maternelle du centre-ville de Toulouse. Les faits
remontent à 2012 et 2013. Deux enfants s'étaient plaints à leurs
parents d'avoir été violentés par leur instituteur alors âgé de
54 ans à l'époque, un homme soigné pour grave maladie. L'enquête
avait été classée sans suite au départ par le parquet mais les
parents de ces deux enfants ont déposé plainte avec constitution de
partie civile. Du 31 août 2013 jusqu'au 30 avril 2014, l'enseignant
qui évoquait alors "des moments d'énervement" et des pertes de
patience, liés à son traitement médical, avait été suspendu de
ses fonctions.


Un "droit de correction".



Un juge a été désigné et à l'issue de l'enquête, l'instituteur qui
a reconnu les faits de violences volontaires "légères", a été
convoqué devant le tribunal correctionnel. Le tribunal l'a relaxé
considérant qu'il avait fait usage d'un "droit de correction" sur
des enfants et dont les conséquences n'avaient pas engendré de
douleurs graves. Aujourd'hui âgé de 60 ans, l'instituteur, défendu
par Me Le Bonjour, est à la retraite. Un délibéré jugé "regrettable" par l'une des parties civiles, représentées par Me
Apollinaire Legros-Gimbert. "Les parents de l'enfant n'ont pas crié
vengeance mais ils auraient souhaité que les faits soient reconnus
infraction pénale".




(La Dépêche Frédéric Abela).

Cristiano Ronaldo offre le nul au Portugal face à l'Espagne avec un triplé (3-3).

Cristiano Ronaldo offre le nul au Portugal face à l'Espagne avec un triplé
(3-3).http://www.via214.net/




COUPE DU MONDE – La première grosse affiche du Mondial a tenu toutes ses
promesses. Sa plus grande star aussi. Cristiano Ronaldo a signé un
triplé, dont un magnifique coup franc en fin de match, pour
permettre au Portugal d'arracher le nul face l'Espagne vendredi à
Sotchi (3-3). Cristiano Ronaldo est décidément un joueur hors du
commun, unique et exceptionnel. Alors que son Portugal se dirigeait
vers une défaite dans le derby ibérique face à l'Espagne, vendredi
soir au Ficht Stadium de Sotchi, le capitaine de l'autre Seleçao a
permis aux siens d'aller chercher le point du match nul dans les
derniers instants de la rencontre grâce à un coup franc
d'extra-terrestre marqué à la 88e minute. Très attendu ce premier
choc de la compétition, qui s'est terminé sur le score de 3-3, a
proposé un match ouvert, rythmé, renversant et au scénario digne
d'un blockbuster hollywoodien. Avec Cristiano Ronaldo derrière la
caméra, c'est encore plus savoureux.



Ronaldo a tout fait.


Auteur d'un triplé, dont ce coup franc dont on parlera encore et encore, le
Portugais a été sans contestation possible l'homme de la soirée.
Avant de sauver les siens, ils les avaient menés dans un premier
temps vers la victoire en inscrivant les buts du 1-0 (4e sur penalty)
et 2-1 (44e) lors du premier acte, avant de se mettre sur pause et de
relancer la machine en fin de rencontre avec la hargne et la rage de
vaincre qu'on lui connaît. Le joueur du Real Madrid est d'ailleurs
devenu le joueur le plus âgé à inscrire un triplé en Coupe du
Monde. Touché à la cheville droite en fin de rencontre, le N° 7 va
probablement être mis sous la cloche par Fernando Santos dans les
prochains jours.


Une Espagne à réaction, un Costa bestial.


L'équipe du Portugal a tout connu lors de cette mise en bouche. Bien organisée
et disciplinée, elle a d'abord prise au piège une Espagne en mode
diesel et mal entrée dans sa partie. Piquant en contre mais
maladroit dans le camp adverse, la faute à une mauvaise coordination
devant entre Ronaldo et Gonçalo Guedes, le champion d'Europe 2016 a
tout bien fait pendant une mi-temps avant de laisser les clés à la
Roja, puis de reprendre le dessus en fin de match. Il faudra moins de
temps faibles pour viser loin, mais ce Portugal a montré une
capacité d'adaptation très élevée. Pas de grand match sans grand
adversaire. Sans réaliser une prestation aboutie, l'Espagne de
Fernando Hierro, attendue au tournant après ses déboires internes,
n'a pas gagné cette rencontre, mais elle a montré sa capacité de
réaction et un fort caractère. Tout l'inverse de ce qui était
produit lors de son premier match du Mondial 2014 face aux Pays-Bas
(défaite 5-1, ndlr). Dirigée de main de maître par Isco et David
Silva, elle a produit son jeu lors d'un second acte maîtrisé, mais
sans parvenir à trouver son équilibre défensif. Devant, Diego
Costa, est enfin apparu dans la peau d'un buteur décisif. Son
profil de déménageur a, lui, fait un bien fou aux siens et sa
sortie a pesé dans la balance en fin de match. Son doublé (24e,55e)
a permis à la Roja de revenir dans la rencontre par deux fois, mais
pas de gagner. La suite des événements permettra à tout ce beau
monde de régler les machines. Le Portugal et l'Espagne en sont deux
différentes. Mais magnifiques.






Chicago: The Boring Company d'Elon Musk construira un système de transport souterrain à grande vites

Chicago: The Boring Company d'Elon Musk construira un système de transport
souterrain à grande vitesse.http://www.via214.net/



La ville de Chicago a choisi The Boring Company de milliardaire d'Elon
Musk pour concevoir et construire un système de transport souterrain
à grande vitesse reliant l'aéroport international O'Hare au
centre-ville. Appelé le "Express Loop", le tunnel relierait le
centre-ville de Chicago et l'aéroport O'Hare et emmènerait les
passagers à un trajet de 12 minutes jusqu'à 150 miles à l'heure.
La compagnie ennuyeuse d'Elon Musk se porte bien pour construire le
tunnel à grande vitesse de Chicago. Liz MacDonald et Ashley Webster,
de FBN, Elon Musk, PDG de Tesla, achètent plus d'actions et Musk's
Boring Company remporte un appel d'offres pour la construction d'un
tunnel de transit à grande vitesse entre le centre-ville de Chicago
et l'aéroport international O'Hare.




Rien n'arrête Elon Musk. Le cofondateur eet PDG de Tesla s'apprête à
lancer via The Boring Company son système de transit Loop. L'idée?
Grâce à des véhicules électrique et autonome, l'entrepreneur va
relier le centre-ville de Chicago et l'aéroport international O'Hare
en seulement 12 minutes, à plus de 240 km/h. Elon Musk discute de
son nouveau projet de creuser des tunnels sous LA, le dernier de
Tesla et Space X et de sa motivation pour construire un avenir sur
Mars en conversation avec le conservateur en chef de TED, Chris
Anderson. Boring Company d'Elon Musk a été sélectionné pour
construire une liaison de transport à grande vitesse à Chicago. 

Transports: le plus long téléphérique urbain de France sera à Toulouse.

Transports: le plus long téléphérique urbain de France sera à Toulouse.http://www.via214.net/




Lors d'une conférence de presse de Poma, au Salon des Transports de
Paris, aujourd'hui, la société française leader du transport par
câbles dans le monde, a évoqué le projet de téléphérique urbain
toulousain, qui, "avec une distance de 3 kilomètres et 3 stations,
sera le plus long téléphérique urbain de France". Poma a rappelé
le prix du contrat passé entre Tisséo-Collectivités et le
constructeur, qui assurera aussi la maintenance pour le futur
téléphérique urbain reliant Oncopole, Rangueil et université
Paul-Sabétier. "En France, plusieurs villes se tournent vers Poma
pour engager leur révolution en matière de mobilité urbaine.
Toulouse a signé (en janvier 2017) une commande de 93 millions
d'euros (hors taxes) dont plus de 30% alloués à la maintenance sur
20 ans", a déclaré Jean Souchal, président du Directoire de la
société créée il y a 82 ans sur les sommets enneigés de
l'Alpes-d'Huez.



Une facture globale de 111,4 millions d'euros TTC.



En fait, la partie conception et construction est chiffrée à 54,60 M
d'euros (HT) exactement, le reste (38,2 M d'euros HT) étant consacré
à la maintenance sur 20 ans. Avec une facture globale de 111,4
millions d'euros TTC, le marché du téléphérique est bien loin des
premiers chiffres avancés sur le projet: 44 M d'euros pour le projet
initial puis 80 M d'euros pour le projet envisagé par l'équipe
Cohen en 2014. La différence est constitués par la partie
maintenance du contrat (1,91 Millions d'euros par an) qui ne faisait
pas partie du projet de départ. La maintenance a été intégrée au
marché afin de garantir la fiabilité totale du système, indiquait,
au moment de la signature, Francis Grass, président de
Tisséo-Ingénierie.



Un mode de transport sûr pour les voyageurs.



Le téléphérique toulousain sera construit par l'équipementier
français de notoriété internationale: Poma. Bénéficiant de la
technologie dite "débrayable 3S" - c'est-à-dire trois câbles:
deux porteurs et un tracteur – un transport par câble sûr et
éprouvé sera garantie aux voyageurs:




  • Grâce
    à une stabilité au vent: le téléphérique fonctionne avec 108
    Km/h de vent.



  • En
    cas d'incident, les cabines seront automatiquement rapatriées en
    station pour évacuer les voyageurs si besoin (pas d'évacuation
    verticale).





De plus, cette technologie allie performance et confort, permettant une
intégration discrète dans l'environnement avec seulement cinq
pylônes, et en offrant un niveau sonore optimisé au droit des
pylônes où le passage s'effectue sans bruit.


Des cabines signées par le designer de Ferrari


Les futures cabines toulousaines, issues de la gamme "Symphony", ont
été conçues par le célèbre designer de Porsche et Maserati :
Paolo Pininfarina ! Cet italien, mondialement connu, a su allier
technologie de pointe, esthétique et fonctionnalité pour offrir un
transport fascinant aux voyageurs au-dessus de la ville.



Un constructeur français et des entreprises locales pour le
téléphérique.



Le Groupement POMA a en charge la conception, la réalisation et la
maintenance du téléphérique. Il est composé de cinq entreprises:
Altiservice pour la maintenance, Bouygues TP pour la
conception/réalisation des courants forts et faibles, Systra pour
l’instruction des dossiers d’autorisations administratives, Seti
pour le traitement acoustique du système et des bâtiments et,
Séquences, un cabinet d’architecture pour l’intégration du
téléphérique dans son environnement. Ce groupement est signataire
de la charte locale des marchés publics "Small Business Act",
une démarche visant à faciliter l’accès à la commande publique
des entreprises locales, en particulier pour le choix des partenaires
fournisseurs, prestataires ou sous-traitants.

Braquage à main armée d'un Lidl près de Toulouse: deux hommes en fuite.

Braquage à main armée d'un Lidl près de Toulouse: deux hommes en fuite.http://www.via214.net/





Un braquage à main armée est survenu ce mercredi matin, peu après
6h30, dans un magasin de l'enseigne Ldl à Cugnaux, situé au centre
commercial de Diane, route de Toulouse. Deux individus aperçus sur
les lieux du vol ont pris la fuite en direction de Portet-sur-Garonne
juste après les faits. Les individus ont pénétré dans les lieux
après avoir fracturé une porte. Au même moment, la responsable du
magasin et une collègue qui étaient entrées par un autre accès
pour embaucher se sont retrouvées nez à nez avec deux hommes. L'un
d'eux, muni d'une arme blanche, les a menacées pour se faire
remettre la caisse et le numéraire qu'elle contenait. Empêchés par
le système de sécurité, ils ont pris la fuite à bord d'une
voiture. L'enquête est confiée à la gendarmerie de Cugnaux avec le
renfort de la cellule d'investigations criminelles. 

Grand Avignon: Nikos Aliagas soutient les Jeudi de la chanson.

Grand Avignon: Nikos Aliagas soutient les Jeudi de la chanson.http://www.via214.net/




L'animateur vedette est passé par Villeneuve après le Show nîmois. Rencontre.
Des Arènes de Nîmes, où il a présenté l'émission La Chanson de
l'année, vendredi 8 juin, au Jardin du Prieuré à
Villeneuve-lès-Avignon, il n'y a qu'un pas que Nikos Aliagas a
franchi allégrement. Il faut dire que l'animateur vedette de TF1
connaît le chemin, puisqu'il était déjà venu à Villeneuve
l'année dernière, au fort Saint-André, pour le vernissage de sa
propre exposition photo. Cette année, c'est comme parrain de...
l'association Grégory-Lemarchal. Il sait tout faire Nikos Aliagas:
présenter les plus grands shows télé de France, faire le DJ pour
la chanson de l'année et commencer le début du "plus grand bal",
perché sur une nacelle en costume de pompier! L'émission
enregistrée lundi 11 juin dans les Arènes de Nîmes, sera diffusée
le 14 juillet dur TF1. Et comme entrée en matière, l'animateur
journaliste avait choisi de débuter par un hommage aux pompiers.
C'est donc perché sur une nacelle au dessus des arènes...

Fillette morte dans une caserne de gendarmerie: la mère déférée pour assassinat.

Fillette morte dans une caserne de gendarmerie: la mère déférée pour
assassinat.http://www.via214.net/




La mère des deux fillettes retrouvées mortes dimanche dans un
appartement de fonction de la brigade de gendarmerie de Limonest
(banlieue de Lyon), a été déférée au parquet, ce mercredi 13
juin au soir, à l'issue de sa garde à vue, a-t-on appris de source
proche de l'enquête. Au cours de sa garde à vue, cette femme de 38
ans, a contesté les faits reprochés et donné des explications "peu
cohérentes avec les éléments dont disposent les enquêteurs",
selon une source proche de l'enquête. Selon ses proches, elle est
décrite comme "perturbée, voire bi-polaire". Le parquet, qui a
requis son placement en détention, a ouvert une information
judiciaire pour assassinat, a-t-on précisé. Les secours avaient été
alertés dimanche en fin d'après-midi pour deux fillettes, nées en
2012 et 2014, en arrêt cardiaque. Elles n'avaient pu être réanimées
et les décès ont été constatés sur place. Selon les premiers
témoignages, c'est leur mère qui les aurait retrouvées inanimées
dans leurs lits, où elles étaient allées se reposer. La jeune
femme avait été hospitalisée en état de choc le dimanche soir. Le
père des fillettes, un sous-officier de la brigade de gendarmerie de
Limonest, était dimanche en déplacement pour une épreuve sportive.
Il avait été entendu dimanche soir par les enquêteurs, ainsi que
d'autres témoins.



Un possible empoisonnement?


Les autopsies réalisées lundi après-midi n'avaient pas permis de
déterminer les causes de la mort des deux enfants, mais des analyses
toxicologiques sont en cours. Dès lundi, des sources de presse
avaient évoqué l'éventualité d'un empoisonnement des deux sœurs
par leurs mère, en cours de séparation avec son mari gendarme. "C'est une des hypothèses de travail", avait alors indiqué une
source proche de l'enquête. Initialement ouverte pour "recherche
des causes de la mort", l'enquête, confiée à la section de
recherches de la gendarmerie de Lyon, avait basculé lundi en enquête
pour "homicides". 

Poignée de main historique entre Donald Trump et Kim Jong-un au sommet de Singapour.

Poignée de main historique entre Donald Trump et Kim Jong-un au sommet de
Singapour.http://www.via214.net/




Poignée de main, accord historique et fin des "jeux de guerre": revivez la
journée historique de Donald Trump et Kim Jong-un.



POUR L'HISTOIRE – Le président américain et son homologue nord-coréen
ont tenu dans la nuit de lundi à mardi à Singapour un sommet
historique à la fin duquel ils ont signé un document commun. Kim
Jong-un s'y engage notamment derrière le principe d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne".



La Norvège a réagi.


"Je trouve positif qu'il y ait eu des discussions qui, visiblement, se
sont tenues avec une bonne tonalité. La déclaration qui en est
ressortie comporte beaucoup de points communs avec des déclarations
similaires qu'on a vues dans le passé. C'est maintenant qu'une très
grande partie du travail commence", a estimé la ministre
norvégienne des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide, selon
qui "beaucoup reste à faire".



La Pologne a réagi.


"Il faut être conscient du fait que c'était une rencontre et des
tractations avec un dictateur cruel", a observé Jacek Sasin, chef
du comité permanent du Conseil des ministres polonais. "Histotiquement,
de tels accords avec des dictateurs se sont souvent mal terminés".
Krysztof Szczerski, le chef de cabinet du président polonais Andrzej
Duda y voit lui un "triomphe
de la diplomatie".



Le RU a réagi.


"Kim Jong-un a peut-être fini par entendre le message que seul un
changement de direction peut amener un avenir prospère et plus sûr
pour les Nord-Coréens. Il y encore beaucoup de travail à faire et
nous espérons que Kim continuera à négocier de bonne foi vers une
dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible", a
indiqué le ministre des Affaires étrangères britannique.



La Chine a réagi.


"Le fait que les plus hauts dirigeants des deux pays soient assis côte à
côte pour des pourparlers d'égal à égal a un sens important et
constitue le début d'une nouvelle histoire", a déclaré le
ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi. Se disant pour
une dénucléarisation totale", souhaite également "qu'il y ait un
processus de paix pour la péninsule (coréenne) afin de résoudre
les préoccupations raisonnables de la Corée du Nord en matière de
sécurité".



ONU.


Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a jugé que le sommet
était "une étape importante dans la dénucléarisation de la
péninsule coréenne". Dans le communiqué, il a appelé toues les
parties à saisir cette opportunité historique et a une nouvelle
fois offert l'expertise de l'ONU pour y arriver.



En déclarant mardi que les Etats-Unis allaient cesser d'organiser des
exercices militaires conjoints avec la Corée du Nord, Donald Trump a
pris Séoul au dépourvu, mais aussi le Pentagone qui a semblé
découvrir l'information. "Nous devons établir le sens précis ou
les intentions contenues dans les remarques du président Trump", a
réagi la présidence sud-coréenne. L'état-majeur des forces
américaines en Corée du Sud "n'a pas reçu de consigne actualisée
sur la conduite ou la cessation des exercices d'entraînement, a dit
le Lieutenant-colonel Jennifer Lovett dans un communiqué. En
coordination avec nos partenaires de la ROK (armée sud-coréenne),
nous maintenons notre position militaire actuelle jusqu'à ce que
nous recevions des consignes actualisées du département de la
Défense et/ou du commandement indo-pacifique. Le président
américain a estimé que l'arrêt de ces exercices très coûteux
permettrait de faire des économies et a dit qu'il allait en discuter
avec les autorités sud-coréennes. Il a reconnu que ces manœuvres
pouvaient avoir un caractère provocateur et que la Corée du Nord
souhaitait leur fin.


Corée du Sud.



L'étonnement des sud-coréens face au réchauffement diplomatique entre les
Etats-Unis et la Corée du Nord.



Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement: "C'est une première étape.
Il faut que la Corée du Nord respecte ses engagements".



Trump futur prix Nobel de la Paix?


Pour Jean-Eric Branaa, spécialiste des Etats-Unis, la question n'est pas
si saugrenue.



Moscou réagit.


La Russie considère la rencontre Trump-Kim comme un événement "positif", a indiqué le ministre des Affaires étrangères russe
Serguaï Lavrov. "Nous avons regardé la télévision, suivi les
commentaires qu'ont fait les deux parties. Nous n'avons pas vu les
documents, je crois qu'ils ne sont pas encore publiés. Mais le seul
fait que cette rencontre ait eu lieu est, bien sûr, positif",
a-t-il dit.


L'AIEA se tient prête.


"L'Agence internationale de l'énergie atomique se tient prête à effectuer
toute activité de vérification e Corée du Nord que les pays
concernés pourraient requéri", a déclaré son secrétaire
général Yukiya Amano, en se félicitant du document signé par les
dirigeants américain et nord-coréen.



L'UE réagit.


"L'objectif ultime, partagé par l'ensemble de la communauté internationale et
exprimé par le Conseil de sécurité des Nations unies, demeure la
dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible de la
péninsule coréenne. La déclaration commune signée aujourd'hui (…)
indique clairement que cet objectif peut être atteint", salue la
représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini.



Back to USA.



Trump a quitté Singapour après le sommet avec Kim Jong-un.



La Corée du Sud a réagit.


"L'accord de Santosa du 12 juin restera dans l'Histoire mondiale comme un
événement ayant mis fin à la Guerre froide",
a déclaré le président sud-coréen Moon Jae-in. Mais la présidence
sud-coréenne veut des précisions sur l'arrêt des manœuvres
militaires entre Séoul et Washington, annoncé par Trump.



Japon.



Le Premier ministre Shinzo Abe salue "un premier pas vers une
résolution d'ensemble des questions concernant la Corée du Nord". "L'intention du président Kim Jong-un de voit une dénucléarisation
complète de la péninsule coréenne a été confirmée par écrit".



Trump.


Donald Trump conclue sa conférence de presse avant de rentrer aux
Etats-Unis: "C'est un événement important dans l'histoire du
monde. Il faut maintenant aller jusqu'au bout, sinon cela n'aurait
pas de sens".



G7.


Donald Trump: "J'ai de bonnes relations avec Justin Trudeau, avec Angela
Merkel". "Ils essayent de nous tuer sur le plan des échanges
commerciaux".



Trump.


"Nous pouvons tous espérer que cet état de guerre prendra fin. Les
conflits d'hier ne doivent pas faire les guerres de demain, les
adversaires peuvent devenir des amis". "Il y a pas de limite à ce
que la Corée du Nord pourra faire lorsqu'elle aura abandonné ses
armes nucléaires". "La Corée du Nord est déjà en train de
détruire un centre d'essai de missile nucléaire". "Pour
l'instant, les sanctions restent en place".



Trump.



Conférence de presse de Donald Trump: "Nous avons signé un document complet.
Je suis là comme émissaire du peuple américain pour vous adresser
un message d'espoir, de paix". "Le président chinois a réellement
permis d'en arriver là, c'est un ami personnel et un grand leader". "Je remercie le président Kim Jong-un qui a accepté de faire ce
pas en avant". "Cette réunion a été honnête, directe et
productive. Nous sommes prêts à écrire un nouveau chapitre entre
nos deux pays".



Trump.


Sur son compte Twitter, le président américain publie une vidéo sans
commentaire de la rencontre.



Malaise.


Trump a tenté de détendre l'atmosphère lors de sa rencontre avec Kim: "Vous pouvez faire une belle photo, tout le monde? Pour qu'on ait
l'air beaux, sveltes et parfaits?"


Déclaration.



Selon le document signé par les deux dirigeants, Kim Jong-un s'engage "à
une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne". Les
Etats-Unis, de leur côté, offrent des "garanties de sécurité" au régime nord-coréen. Les deux pays "travaillerons ensemble à la
construction d'un régime durable, stable et pacifique dans la
péninsule coréenne".



Elysée.


Après l'accord entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, l'Elysée
rappelle simplement à LCI son "soutien à l'initiative" qui a
conduit au rapprochement diplomatique.


Alerte.



Donald Trump a invité le dirigeant nord-coréen à la Maison Blanche.



Alerte.



Donald Trump et Kim Jong-un viennent de signer l'accord. "La
dénucléarisation va commencer très rapidement", annonce le
président américain. "Nous avons décidé de laisser le passé
derrière nous", affirme le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. "Une
nouvelle ère commence, le monde va assister à de grands
changements". "Je pense que nos relations seront bien différentes
de ce qu'elles étaient dans le passé", explique Donald Trump.



Trump parle.



Lors de la pause avant le déjeuner de travail, le président américain a
pris la parole quelques instants. Affirmant que sa rencontre avec
Kim Jong-un avait été "fantastique", il a affirmé que les deux
hommes avaient fait "beaucoup de progrès" et annoncé qu'ils
allaient signer un document, sans préciser la nature de celui-ci.


Fin de la réunion entre
les délégations.



Donald Trump et Kim Jong-un ont terminé la réunion avec leurs délégations.
Il se sont promenés, devant les caméras, quelques minutes dans les
jardins de l'hôtel qui accueilli le sommet.

Migrants: l'Italie avait-elle le droit de fermer ses ports à l' "Aquarius"?

Migrants: l'Italie avait-elle le droit de fermer ses ports à l' "Aquarius"?http://www.via214.net/



Le ministre de l’intérieur
italien a refusé l’entrée du navire humanitaire, et à ses 629
passagers, dans ses ports. Madrid propose de l’accueillir.
L'Espagne a annoncé, lundi 11 juin, être prête à accueillir
l'Aquarius, le navire de l'ONG française SOS-Méditerranée
immobilisé entre les îles sicilienne et maltaise. L'Italie et Malte
ont successivement renoncé à ouvrir leurs eaux territoriales, et a
fortiori leurs ports, à ce bateau et ses 629 passagers partis de
Libye. A quelles conditions peut-on opposer un tel refus? La
convention des Nations unies du droit de la mer recèle quelques
ambiguïtés.


La
localisation est primordiale.



Tout d'abord, la localisation du navire humanitaire est capitale, note
Thibault Fleury-Graff, professeur de droit public, spécialiste du
droit international et des migrations à l'université Rennes-I et
membre du collectif Les Surligneurs. Selon que le bateau se trouve
dans les eaux territoriales (jusqu'à 12 milles marins des côtes,
soit 22,2 kilomètres) d'un Etat ou dans les eaux internationales,
des juridictions différentes s'appliquent. "L'Aquarius a reçu
l'instruction du centre de coordination des secours maritimes italien
(IMRCC) de rester en stand-by à sa position actuelle, soit 35 milles
nautiques de l'Italie et 27 milles nautiques de Malte", a tweeté
l'ONG SOS-Méditerranée dimanche dans la nuit. La position
géographique du bateau incarne l'enjeu de la tension entre Malte et
l'Italie. Conformément à la convention Search and Rescue (SAR de
1979, dont l'objectif est de coordonner la recherche et le secours en
mer, chaque Etat est doté d'une zone de recherche des navires en
détresse.



La notion de "passage inoffensif".


"Les Etats sont obligés de coopérer pour trouver une place sûre pour
débarquer les migrants secourus dans leur zone de recherche et de
sauvetage", a expliqué le porte-parole de l'Organisation
internationale pour les migrations (OIM), Leonard Doyle, citant des
experts juridiques. Le
problème, c'est que l'Aquarius a passé la journée de lundi dans
une zone SAR commune à Rome et La Valette. Cela peut expliquer le
fait que l'Italie et Malte se soient renvoyés la balle. Le ministre
de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, n'a pas mis de texte
juridique en avant pour appuyer sa décision d'interdire à
l'Aquarius l'accès à ses ports. Selon M. Fleury-Graff, c'est la
convention des Nations unies sur le droit de la mer, dite convention
de Montego Bay (1982), qui fait autorité. Celle-ci réagi notamment
le droit au "passage inoffensif dans la mer territorialeé.
L'article 17 de cette convention dispose que "les navires de tous
les Etats (…) jouissent du droit de passage inoffensif dans la mer
territoriale". Les articles 18 et 19 définissent cette notion de
"passage inoffensif". Mais ils laissent place à "une certaine
ambiguïté", selon M. Fleury-Graff.



"Zone grise du droit".


A propos de l'arrimage de navires dits "inoffensifs", le premier
article dispose qu' "on entend par "passage" (…) se rendre dans
les eaux intérieures ou les quitter, ou faire escale dans une (…)
installation portuaire ou la quitter." (…) Le passage comprend
l'arrêt et le mouillage, mais seulement (…) par suite d'un cas de
force majeure ou de détresse ou dans le but de porter secours à des
personnes, des navires ou des aéronefs en danger ou en détresse."
Les 600 migrants à bord du navire ayant été secourus, ils
pourraient ne plus être considérés, par les autorités italiennes,
comme étant en situation de détresse. L'Aquarius est-il
"inoffensif"? "C'est là que l'intepretation de Rome devient
capitale: on est dans une zone grise du droit", estime le
spécialiste de l'asile et de l'immigration. En droit international,
"le passage est inoffensif tant qu'il ne porte pas atteinte à la
paix, au bon ordre ou à la sécurité de l'Etat côtier", selon
l'article 19 de la convention de Montego Bay. Ces atteintes peuvent
concerner la menace de son intégrité territoriale ou [son]
indépendance politique», mais également ses "règlement (…)
d'immigration". Le navire SOS-Méditerranée enfreint-il ces règles
internationales? C'est ce que semble pensent M. Salvini, qui a
déclaré, vendredi 8 juin, que les ONG intervenant en Méditerranée
agissaient "comme des taxis". Convaincu que "certaines [ONG] font
du bénévolat" mais que "d'autres font des affaires", il a
réclamé une intervention de l'OTAN. Avant de prendre les devants
vingt-quatre heures plus tard.

Tony Awards 2018: Les gagnants.

Tony Awards 2018: Les gagnants.http://www.via214.net/




La 72 e édition des Tony Awards a récompensé "The Band's Visit" avec la meilleure comédie musicale et "Harry Potter and the Cursed
Child" avec le meilleur jeu. Lisez ce qui s'est passé aux Tony
Awards de 2018. Voyez ce que nos critiques ont à dire sur le
spectacle. Les élèves de l'école secondaire Marjory Stneman
Douglas à Parkland, en Floride, ont donné une représentation
surprise de "Seasons of Love".




  • Robert
    De Niro a commencé son introduction à la performance de Bruce
    Springsteen par son condamnation profane du président Trump. Liseez
    la réponse de notre critique de télévision à la télédiffusion.


  • Andrew
    Garfield a remporté l'un des premiers prix d'interprétation pour "Angels in America" et a consacré sa victoire à l'esprit de la
    communauté LGBTQ.





La liste complète est ci-dessous. Meilleure musique: "La visite du groupe".




Andrew Garfield, qui a
remporté un Tony pour "Angels in America", a fait référence à
la récente décision de la Cour suprême au sujet d'un boulanger du
Colorado qui avait refusé de faire un gâteau de mariage pour un
couple gay.


Meilleure pièce: "Harry Potter et l'enfant maudit".


Meilleure renaissance d'une
comédie musicale: "Once upon This Island".


Meilleur réveil d'une pièce: "Angels in America".


Meilleur livre d'une comédie
musicale: "La visite du groupe", Itamar Moses.


Meilleure musique originale: "The Band's Visit", Musique et paroles: David Yazbek.

Meilleur acteur principal
dans la pièce: Andrew Garfield, "Angels in Ameirca".
Meilleure actrice dans une
pièce: Glenda Jackson, "Three Tall Women".


Meilleur acteur principal
dans une comédie musicale: Tony Shalhoub, "The Band's Visit".


Meilleure actrice dans une
comédie musicale: Katrina Lenk, "The Band's Visit".


Meilleur acteur vedette dans
une pièce: Nathan Lane, "Angels in America".


Meilleure actrice dans une
pièce: Laurie Metcalf, "Three Tall Women".


Meilleur acteur dans une
comédie musicale: Ari'el Stachel, "The Band's Visit".
Meilleure actrice dans une
comédie musicale: Lindsay Mendez, "Carousel".


Meilleur design scénique
d'une pièce: Christine Jones, "Harry Potter et l'enfant maudit".


Meilleur design scénique
d'une comédie musicale: David Zinn, "SpongeBob SquarePants".




Performance de Carousel aux 72 e Tony Awards annuels.

 Meilleure conception de
costumes d'une pièce: Katrina Lindsay, "Harry Potter et l'enfant
maudit".


Meilleure conception de costumes d'une comédie musicale: Catherine Zuber, "My
Fair Lady".


Meilleur éclairage d'une pièce: Neil Austin, "Harry Potter et l'enfant
maudit".


Meilleur design d'éclairage d'une comédie musicale: Tyler Micoleau, "The
Band's Visit".


Meilleure direction d'une pièce: John Tiffany, "Harry Poter et l'enfant
maudit".


Meilleure direction d'une comédie musicale: David Cromer, "The Band's Visit".


Meilleure chorégraphie: Justin Peck, "Carousel".


Meilleures orchestrations: Jasmshied Sharifi, "La visite du groupe".


Meilleur son d'une pièce: Gareth Fry, "Harry Potter et l'enfant maudit".


Meilleure conception sonore d'une comédie musicale: Kai Harada, "The Band's Visit".


Prix spécial Tony pour l'ensemble de la vie au théâtre: Chita Rivera,
Andrew Lloyd Webber.


Prix spécial Tony: Bruce Springsteen, John Leguizamo.


Prix Tony du théâtre régional: La MaMa ETC.


Prix Isabelle Stevenson Tony: Nick Scandalios.


Tony Honors pour l'excellence au théâtre: Sara Krulwich, Bessie Nelson
et Ernest Winzer Cleaners.

L'affrontement intensif avec Canada Trump est isolé avant la réunion de la Corée du Nord.

L'affrontement intensif avec Canada Trump est isolé avant la réunion de la Corée du Nord.http://www.via214.net/




WASHINGTON - Le président Trump a affronté avec acharnement ses plus proches
alliés américains dimanche à travers ses conseillers du premier
ministre du Canada, en se quittant avec une crise diplomatique en
arrivant en Asie pour négocier un accord nucléaire avec la Corée
du Nord. . Un jour après que M. Trump a refusé de signer un
communiqué du Groupe des 7 grandes économies industrielles, lui et
ses conseillers ont attaqué, accusant le Premier ministre Justin
Trudeau de "trahison" et de "coup de poignard"
dans le dos, alors même que le Canada L'Allemagne et la France se
sont opposées à ce qu'ils ont appelé "l'insulte" et
"l'incohérence" du président américain. L'échange a laissé M.
Trump à l'écart des partenaires américains au moment même où il
est sur le point de pénétrer sur la scène mondiale la plus
importante qu'il a assumée depuis son arrivée au pouvoir. Aides a
attribué son élan pendant le week-end à son sentiment de sous-coté
alors qu'il se préparait à rencontrer le leader nord-coréen, Kim
Jong-un, tandis que les critiques ont dit qu'il avait raidement armé
ses amis au détriment d'un front unifié. Que M. Kim considère
l'approche combative de M. Trump comme un signe de force ou de
faiblesse, la rupture avec d'autres puissances majeures était
certaine d'obscurcir la session entre les deux mardi à Singapour, la
première fois que les dirigeants des États-Unis et de la Corée du
Nord se sont rencontrés en personne. La stratégie de M. Trump pour
faire pression sur M. Kim pour qu'il abandonne ses armes nucléaires
a dépendu de l'isolement de la Corée du Nord, mais il est arrivé à
Singapour en se regardant isolé. "Je n'ai jamais rien vu de
tel", a déclaré Robert D. Hormats, qui conseillait les
présidents républicain et démocrate lors d'une douzaine de
réunions au sommet du Groupe des 7, débutant à Rambouillet en
1975, alors qu'il était encore le de 6. "L'ironie est que cette
institution qui a été conçue en grande partie par les Etats-Unis
était vraiment conçue pour consolider les alliances et les
relations politiques et résoudre les problèmes économiques. Cela a
juste servi à faire le contraire de cela." La dernière
réunion, tenue au Canada, était tendue dans un contexte de
différends commerciaux, sécuritaires et autres. Mais après que les
négociateurs des sept pays aient rédigé un communiqué final que
même la délégation américaine réticente a accepté, M. Trump a
brusquement tiré sur Twitter d'Air Force One samedi soir. Il a
refusé de signer le communiqué, accusant M. Trudeau d'avoir fait de "fausses déclarations" lors d'une conférence de presse de fin de
sommet, et a qualifié le chef canadien de "malhonnête et faible".
Dimanche matin, les adjoints de M. Trump ont ajouté du feu à
l'attaque contre M. Trudeau. Larry Kudlow, le conseiller économique
du président, a déclaré que les commentaires de M. Trudeau étaient "une trahison" et qu'il nous avait "poignardés dans le dos". M.
Trump "ne laissera pas un premier ministre canadien le pousser".
Kudlow a déclaré sur le programme "State of the Union" de
CNN, ajoutant: "Il n'autorisera aucune démonstration de
faiblesse sur le voyage pour négocier avec la Corée du Nord".
Peter Navarro, le conseiller commercial du président, était encore
plus dur. "Il y a une place spéciale en enfer pour tout
dirigeant étranger qui s'engage dans une diplomatie de mauvaise foi
avec le président Donald J. Trump, puis tente de le poignarder dans
le dos", a déclaré M. Navarro sur "Fox News Sunday".
"M. Trump a finalement réintégré dimanche soir une cascade de
nouveaux tweets ciblant le Canada, l'Allemagne et l'Union européenne,
les accusant de pratiques commerciales déloyales et de ne pas avoir
dépensé assez pour leur sécurité. Il a cité une série de
statistiques sélectives sur le commerce entre le Canada et les
États-Unis, ajoutant ironiquement: "Alors, les actes de Justin font
mal quand on les appelle! On ne sait pas très bien ce que M. Trudeau
a dit exactement qui offensait M. Trump. Lors de sa conférence de
presse du samedi, le premier ministre était relativement mesuré,
mais il a réitéré sa position selon laquelle le Canada ne sera
pas repoussé" et répondrait aux tarifs américains par des tarifs
qui lui sont propres. Trudeau a publiquement ignoré le différend
dimanche, saluant plutôt "l'accord historique et important" qui "aidera à rendre nos économies plus fortes et les gens plus
prospères", comme il l'a écrit sur Twitter. Mais sa ministre des
Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déclaré aux
journalistes que si quelqu'un devait être insulté, c'était le
Canada, parce que M. Trump avait invoqué une justification de la
sécurité nationale pour ses tarifs sur l'acier et l'aluminium. "Le
prétexte de sécurité nationale est absurde et franchement
insultant pour les Canadiens, l'allié le plus proche et le plus fort
que les États-Unis ont eu", a-t-elle dit. "C'est là que
réside l'insulte." Quant aux commentaires des assistants de M.
Trump, elle a déclaré: "Le Canada ne croit pas que les attaques ad
hominem constituent un moyen particulièrement approprié ou utile de
mener nos relations avec d'autres pays. Roland Paris, ancien
conseiller en affaires étrangères de M. Trudeau, est allé plus
loin. "Gros dur, une fois qu'il est de retour dans son avion",
écrit-il sur Twitter. "Je ne peux pas le faire en personne, et
je le connais, ce qui lui fait sentir la semaine. Alors, il projette
ces sentiments sur Trudeau, puis lui tire dessus. Tu n'as pas besoin
d'être Freud. C'est un petit homme-enfant pathétique. "D'autres
membres du Groupe des 7 se sont levés avec le Canada contre M.
Trump. "La coopération internationale ne peut pas dépendre de
la colère et des petits mots", a déclaré l'Elysée Palace
dans un communiqué. "Soyons sérieux et digne de notre peuple.
Nous avons passé deux jours à obtenir un projet et des engagements.
Nous y adhérons. Et ceux qui partent et leur tournent le dos
montrent leur inconséquence. La ministre britannique des
Affaires étrangères, Theresa May, a publié une déclaration par un
assistant disant qu'elle "soutenait pleinement Justin Trudeau".
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a appelé
dimanche les nations européennes à se rallier à l'annonce de M.
Trump. "Ce n'est pas vraiment une surprise", a déclaré M.
Maas à la presse à Berlin. "Nous l'avons vu avec l'accord sur
le climat ou l'accord avec l'Iran. En quelques secondes, vous pouvez
détruire la confiance avec 280 caractères Twitter. Reconstruire
cela prendra beaucoup plus de temps." M. Trump n'a jamais
vraiment voulu assister à la réunion du Groupe des 7, mais les
collaborateurs l'ont pressé d'aller même jusqu'à craindre que ce
soit un désastre parce qu'il était forcé de faire quelque chose
qu'il ne voulait pas faire. Il s'est rebellé en se présentant tard
et en partant tôt. Pendant les réunions à huis clos, M. Trump a
largement écouté la plupart des questions, croisant fermement les
bras et pivotant un peu sur son siège, selon les personnes qui
étaient dans la pièce. Aux points, il a regardé autour en essayant
d'attraper les yeux des autres, comme si cherchant de l'assurance,
les témoins ont dit. Certains ont souri en retour; les autres ne
l'ont pas fait. Il est arrivé 18 minutes en retard pour une session
du samedi sur l'égalité des sexes et n'a pas pris la peine de
mettre ses écouteurs pour la traduction lorsque le président
français Emmanuel Macron a pris la parole. À certains moments, M.
Trump a fermé les yeux sur ce que les gens dans la pièce pensaient
qu'il était en train de somnoler. Mais il est devenu vivant chaque
fois que le commerce était mentionné, se moquant et insultant
d'autres dirigeants, en particulier M. Trudeau, M. Macron et la
chancelière allemande Angela Merkel, selon les témoins. Mme Merkel
n'était manifestement pas contente mais restait largement
silencieuse, ne voulant manifestement pas provoquer plus de conflits.
La conversation de M. Trump a été décrite par les fonctionnaires
européens comme un courant de conscience, rempli de superlatifs mais
ne suivant pas un argument linéaire. Les négociateurs ont travaillé
tard vendredi soir pour élaborer une déclaration que les sept
dirigeants pourraient signer. La délégation de M. Trump s'est
opposée à l'expression "ordre international fondé sur des règles" jusqu'à ce que les négociateurs soient compromis en exprimant leur
soutien à "un" ordre fondé sur des règles plutôt qu'à "l'ordre
fondé sur des règles". Dans une section sur le commerce, les
Américains ont insisté pour utiliser le mot "réciproque", l'un
des termes favoris de M. Trump. Ils se sont compromis en exprimant
leur soutien à "créer des avantages réciproques". Ils ne se sont
pas référés directement à l'accord nucléaire iranien, dont M.
Trump vient de se débarrasser, mais les Européens ont inclus une
référence à la résolution du Conseil de sécurité des Nations
Unies. Les négociateurs ont inclus un langage d'accord sur le
changement climatique et un engagement international à réduire les
plastiques dans le monde. Et puis la déclaration a été publiée
samedi soir, seulement pour que M. Trump le désavoue. Mme May a
appris seulement quand son hélicoptère est arrivé à l'aéroport
pour qu'elle monte à bord de son avion pour retourner à Londres.
"Cela a commencé comme un bon sommet parce que nous nous
parlions les uns aux autres, au lieu de nous dépasser", a
déclaré Peter Beyer, coordinateur du gouvernement allemand pour les
relations transatlantiques. Mais il a ajouté: "On dirait que
les États-Unis ne sont plus un partenaire fiable dans les accords
internationaux, et c'est mauvais." Josef Braml du Conseil
allemand des relations étrangères a déclaré que M. Trump
considérait la diplomatie comme une perte de temps. "Il est sur
le point de détruire ce qui reste de l'ordre mondial libéral parce
qu'il pense que les règles et les institutions aident les rivaux de
l'Amérique, la Chine et l'Europe", a-t-il dit. Laurence Nardon,
directeur du programme nord-américain à l'Institut français des
relations internationales à Paris, a déclaré que le comportement
de M. Trump était une astuce de négociation. "C'est comme
quand une personne quitte la pièce et claque la porte, mais elle
espère que l'autre va les suivre et les suivre dans le couloir",
a-t-elle dit. À Washington, les démocrates et certains républicains
étaient contrariés par le résultat. Mais M. Trump a reçu le
soutien de quelques républicains qui ont encouragé sa position
dure. Le représentant Peter T. King, républicain de New York, a
qualifié l'épisode de "coup d'avertissement à Kim Jong-un",
conformément à l'approche de M. Trump en matière de négociations.
"C'est le style Trump de faire avancer les choses", a-t-il
dit. Quant à la sagesse d'un tel affrontement public, il a dit: "Cela dépend de la façon dont cela se passe. Ce président vit sur
un fil élevé, et jusqu'ici cela fonctionne. "





(Katrin Bennhold de Berlin, Steven Erlanger de Bruxelles, Maggie Haberman de New York, Andrew Higgins de Moscou, Catherine Porter de Toronto,
Motoko Rich de Singapour, Alissa J. Rubin de Paris, Michael D. Shear
de Québec et Sheryl Gay Stolberg et Noah Weiland de Washington. -
New York Times le 10 juin 2018)

Bernadette Chirac: Réapparition sans Jacques pour un hommage unique en leur nom.

Bernadette Chirac: Réapparition sans Jacques pour un hommage unique en leur
nom.http://www.via214.net/




Vendredi, Bernadette Chirac était entourée de sa fille Claude pour assister à
l'inauguration d'une voie portant son nom et celui de son époux
Jacques Chirac en Corrèze. Très émue, l'ex-première dame de
France a prononcé un discours, révélant l'immense fierté de son
époux. C'est une grande première dans notre pays. Vendredi 8 juin
2018, une voie a effectivement été inaugurée au nom de Jacques et
Bernadette Chirac, un bel hommage auquel a assisté l'ex-première
dame de France. Cette dernière est ainsi réapparue à
Brive-la-Gaillarde, sous-préfecture de la Corrèze qui était
autrefois le fief de son époux, pour l'inauguration de l'avenue
Jacques et Bernadette Chirac (auparavant avenue du président John
Kennedy). Accompagnée par sa fille Claude, Bernadette Chirac (85
ans) est apparue en chaise roulante, élégamment apprêtée pour
prononcer un rapide discours, émue et fière. "Vous savez combien
nous sommes attachés à cette terre corrézienne qui est le berceau
familial de Jacques. C'est dire son émotion lorsque je lui ai appris
[la décision du conseil municipal de Brive]. (…) J'ai lu sur son
visage, dans son regard, son sourire, un très grand bonheur",
a-t-elle ajouté face à un public composé de quelques 200
personnes, dont le maire LR de Brive Frédéric Soulier.


JACQUES CHIRAC "VA LE MIEUX POSSIBLE".


Lors de cet événement, Claude Chirac a également donné des nouvelles
rassurantes sur l'état de santé de son père absent, précisant que
l'homme de 85 ans "va le mieux possible", près de deux ans après
son hospitalisation pour une infection pulmonaire et alors que les
dernières rumeurs se voulaient alarmistes. La conseillère en
communication a par ailleurs confirmé que celui-ci était ravi
d'avoir une avenue à son nom. "C'était évident sur son visage, on
pouvait lire beaucoup de joie, et probablement aussi, beaucoup de
fierté", a-t-elle insisté. Outre cette nouvelle avenue, de rares
lieux portent le nom de l'ex-chef d'Etat, dont le musée du président
Jacques Chirac à Sarran en Corrèze, le musée du Quai
Brandly-Jacques Chirac à Paris et une voie Jacques Chirac à
Guarlesquin dans le Finistère. "Ce qui me touche beaucoup, c'est
accoler les deux prénoms, parce que si la Corrèze est la terre
natale et familiale de mon père, c'est quand même la terre
d'adoption de ma mère, qui des dizaines d'années durant (…) s'est
beaucoup engagée auprès des Corréziens", a ajouté Claude Chirac.
Entre 1979 et 2015, Bernadette Chirac avait été conseillère
générale de la Corrèze.


(Le 09 juin 2018 à 21 h 00)

Marseille: un homme tué par balles sur le Vieux-Port lors d'un probable règlement de comptes.

Marseille: un homme tué par balles sur le Vieux-Port lors d'un probable
règlement de comptes.http://www.via214.net/




Le corps de l'homme, âgé d'une vingtaine d'années, présentait
plusieurs impacts de balle, selon les pompiers... Nouveau règlement
de comptes dans la cité phocéenne? Un homme d'une vingtaine d'année
a été tué par balles sur le Vieux-Port de Marseille dans la nuit
de samedi à dimanche, alors que les bars accueillaient encore de
nombreux clients, a-t-on appris auprès des pompiers. Il était 2 h
30 quand les marins-pompiers de Marseille ont été appelés pour un
blessé par arme à feu. "La victime, en arrêt respiratoire à notre
arrivée, n'a pu être ranimée et a été déclarée décédée sur
place", ont indiqué les pompiers, confirmant une information de La
Provence.


"Ca faisait comme un feu d'artifice, comme des pétards".



Le corps de l'homme tué présentait plusieurs impacts de balle, selon
les pompiers. Le Vieux-Port de Marseille est un des lieux nocturnes
les plus animés de la ville le week-end, et de nombreuses personnes
s'y attardaient encore au moment du crime, selon La Provence qui cite
un témoin: "Ca faisait comme un feu d'artifice, comme des pétards".


La
13 e victime d'un homicide dans la région marseillaise depuis le
début de l'année.


Si cet homicide était un nouveau règlement de compte lié au trafic de
drogue, le jeune homme tué serait la 13 e victime d'un homicide de
ce type dans la région marseillaise depuis le début de l'année.


Le dernier règlement de compte dans la ville a eu lieu dans la nuit du
25 au 26 mai: deux hommes d'une
trentaine d'années, dont l'un, sans antécédent judiciaire, n'était
sans doute pas visé, avaient été abattus dans les locaux d'une
association sportive de l'Estaque, quartier sur le littoral au nord
de la ville, 24 heures à peine après une visite du ministre de
l'Intérieur Gérard Collomb.

G7: les Européens unanimes contre un retour de la Russie.

G7: les Européens unanimes contre un retour de la Russie.http://www.via214.net/




Ils sont d'accord pour dire non. France, Italie, Allemagne et
Grande-Bretagne, les quatre pays européens présents au G7, sont
tombés d'accord ce vendredi pour refuser le retour dans le cénacle
de la Russie, réclamé quelques heures plus tôt par Donald Trump.
Emmanuel Macron, Angela Merkel, Theresa May et Giuseppe Conte, réunis
juste avant le début du sommet au Canada à l'initiative du
président français, ont convenus que "la position européenne
n'est pas un retour de la Russie" tout en rappelant la "vigilance du
G7" face à Moscou et en évoquant "la possibilité d'établir un
dialogue", une concession faire à Rome, selon les conseillers
d'Emmanuel Macron. Giuseppe Conte avait affirmé plus tôt sur
Twitter être favorable au retour de la Russie dans le groupe.

G7: Le sommet vire au fiasco avec un tweet de Trump qui torpille l'accord final.

G7: Le sommet vire au fiasco avec un tweet de Trump qui torpille
l'accord final.http://www.via214.net/




DIPLOMATIE – Le président américain a qualifié le Premier ministre canadien de "très malhonnête et faible" pour avoir jugé les tarifs américains "insultants"... Donald Trump s'est désolidarisé à la
surprise générale samedi soir du communiqué final du G7.



  • D'un
    tweet, il fait voler en éclats la tentative du G7 de sauver la face
    en publiant une déclaration commune sur le commerce.


  • Washington
    a aussi fait bande à part sur le climat, alors que les "six" ont
    redit leur soutien à l'accord e Paris.


  • Le
    G7 s'engageait aussi à empêcher l'Iran de développer l'arme
    nucléaire.



Le sommet aura été tumultieux jusqu'à la fin. D'un tweet rageur,
Donald Trump s'est désolidarisé à la surprise générale samedi
soir du communiqué final négocié de haute lutte au sommet du G7 au
Canada, qualifiant l'hôte Justin Trudeau de "très malhonnête et
faible" pour avoir jugé les tarifs américains "insultants". Dans
l'un de ses revirements spectaculaires, le président américain a
tweeté depuis Air Force One, qui l'emmène verts Singapour: "En
raison des fausses déclarations de Justin à sa conférence de
presse, et du fait que le Canada impose des taxes massives sur nos
agriculteurs, travailleurs et entreprises américains, j'ai demandé à
nos représentants américains de retirer le soutien au communiqué,
tandis que nous envisageons des tarifs sur les automobiles qui
inondent le marché américain!" Donald Trump avait quitté le
sommet depuis plusieurs heures, pour rejoindre Singapour où il doit
rencontrer mardi Kim Jong-un.


"Nous nous concentrons sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet
G7".


Justin Trudeau a répondu de façon laconique au sabordage du sommet: "Nous
nous concentrons sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet
G7", a indiqué le cabinet du dirigeant canadien dans un communiqué. "Le premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas déjà dit
auparavant, autant publiquement qu'en conversation privée avec le
Président". Concluant deux jours de débat laborieux à La Malbaie
(Québec, est du Canada), Justin Trudeau avait réutilisé le terme "d'insultant" pour qualifier les taxes tout juste imposées par les
Etats-Unis sur l'acier et l'aluminium importés, lors de sa
conférence de presse finale. Et il avait promis d'y répliquer "sans
sourciller". Le tweet de Donald Trump fait voler en éclats la
tentative du groupe des sept (Etats-Unis, Canada, Italie,
Royaume-Uni, France, Allemagne, Japon) de sauver la face en publiant
une déclaration commune sur le commerce.


"Nous sommes la tirelire que le monde entier pille".



Ce texte pourfend le "protectionnisme", et s'engage à "moderniser" l'Organisation mondiale du commerce. Dans une scène un peu absurde,
les équipes du G7 ont commencé à la distribuer au centre de presse
installé à Québec alors même que la signature américaine était
devenue caduque.Que pensaient de toute façon ces quelques lignes
difficilement négociées face à Donald Trump prêt à toutes les
confrontations pour réduire les déficit des échanges américains?
Quitte à déclencher une guerre commerciale ouverte, comme le montre
sa menace réitérée de taxer les importations de voiture. "Nous
sommes la tirelire que le monde entier pille. Cela va cesser", avait
déjà tempêté le milliardaire de 71 ans avant de quitter un sommet
où il est passé en coup de vent. Donald Trump a d'ores et déjà
mis en garde les partenaires entés de répondre à ses taxes: "S'ils
répliquent, ce sera une erreur", avait-t-il dit à Malbaie avant de
partir, alors même que l'Union européenne ou le Canada ont confirmé
des tarifs douanières de représailles, dès juillet. Le président
français Emmanuel Macron a lui prévenu qu'il n'y avait "pas de
changement" en ce qui concerne les contre-mesures européennes
annoncées sur le bourbon ou les motos américaine. Ces tarifs sont
leur réponse aux droits de douane américaine sur le métal.


Un "G6+1" partiel.



Comme lors de précédents grands sommets, Washington avait par ailleurs
fait bande à part au Canada sur le climat, ne s'associant pas à un
passage qui redit le soutien des six à l'accord de Paris de fin
2015. Sur l'Iran, autre grande ligne de fracture, le groupe des sept
s'engageait à empêcher Téhéran de développer l'arme nucléaire.
Le G7 appelait aussi la Russie à "cesser de saper les systèmes
démocratiques" et à abandonner "son soutien au régime syrien".
Mais il n'y figurait nul mot de la proposition provocatrice de Donald
Trump de réintégrer Moscou à ce club qui l'avait exclu après
l'annexion de la Crimée en 2014. Dans l'immédiat, la Russie est de
toute façon plutôt occupée à accorder ses violons avec la Chine
et l'Iran, à l'occasion de la réunion annuelle de l'Organisation de
coopération de Shanghai (OCS). Malgré les sourires des dirigeants à
la fin du sommet, le G7 a donc été dynamité par un Donald Trump
qui goûte bien plus la confrontation bilatérale brutale que les
longues négociations multilatérales. Jusqu'à provoquer le fiasco
final de la rencontre.  

L'Autriche prend des mesures contre "l'islam politique" en expulsant des dizaines d'imams.

L'Autriche prend des mesures contre "l'islam politique" en expulsant des
dizaines d'imams.http://www.via214.net/




Le gouvernement de coalition entre la droite et l'extrême-droite entend
lutter contre l'influence du pouvoir islamo-consevateur turc sur la
minorité musulmane en Autriche. C'était l'une de ses principales
promesses de campagne: avant de devenir chancelier en décembre 2017,
le jeune candidat conservateur Sebastian Kurz avait juré de
débusquer les islamistes se cachant dans les mosquées du pays et de
les expulser mani militari dans leurs nations d'origine. Voilà qui
est presque chose faite. Vendredi 8 juin, flanqué de son
vice-chancelier d'extrême-droite et de deux membres de son
gouvernement, M. Kurz a annoncé dès l'aube, lors d'une conférence
de presse convoquée la veille, que son enquête était clause.
Vienne va retirer les permis de séjour d'une quarantaine d'imams et
fermer sept mosquées, une décision sans précédent. "Les sociétés
parallèles, l'islam politique et les mouvements radicalisés n'ont
pas leur place dans notre pays", a-t-il déclaré sur un ton
martial, estimant que ces leaders religieux et ces lieux de culte
violaient la loi – qu'il avait lui même fait passer, lorsqu'il
était ministre de l'intégration – et qui interdit les
financements étrangers de l'islam et tout discours islamiste.


Action hostile envers la diaspora.

 La communauté musulmane d'Autriche est proportionnellement l'une des
plus importantes d'Europe: 8% des résidents de ce pays domptent 8,7
millions d'habitants se déclarent de cette confession. Leur conseil
représentatif, l'IGGÖ, est dominé par des représentants
originaires de Turquie, pays qui a refusé de se conformer à la
nouvelle législation et continue de rémunérer des imams, ici comme
ailleurs en Europe. Avec plus de 100.000 membres, ATIB, la plus
grosse association musulmane d'Autriche, est d'ailleurs un organisme
considéré comme étant toujours directement dépendant de
l'autorité religieuse Diyanet en Turquie. Son porte-parole, Yasar
Ersoy, juge qu'il est impossible de couper les ponts avec Ankara,
faute de "formation adéquate" pour les imams dans le pays. Et en
pleine campagne électorale en vue des législatives du 24 juin, le
geste de fermeté de Vienne est largement perçu par le pouvoir
islamo-conservateur d'Ankara comme une nouvelle action hostile à
l'égard de l'importante diaspora originaire d'Anatolie acquise à sa
cause.


Fidélité du président Erdogan.


L'Autriche est l'un des rares pays en Europe à prôner la fin des négociations
d'adhésion à l'Union avec la Turquie et cette position fait
consensus. Elle s'explique par des raisons politiques. Avec 115000
ressortissants et 260000 naturalisés, les immigrés turcs
constituent, après les Allemands, la deuxième communauté
d'Autriche. Or ils ont voté à 70% pour les islamo-consevateurs aux
législatives de novembre 2015 (44% de participation seulement
toutefois). Leur taux élevé de fidélité au président Erdogan est
une singularité dans le monde germanique, qui accueille plus de la
moitié de cette diaspora à l'étranger. "Le gouvernement fait donc
justement cette annonce maintenant, parce que la campagne pour les
élections en Turquie a commencé chez les Turcs qui habitent en
Autriche et il espère profiter d'une possible polémique à venir",
la majorité de la population voyant d'un mauvais œil le soutien
revendiqué à Recept Tayyip Erdogan, analyse le politologue
autrichien Thomas Schimidinger. Selon lui, le chancelier Sebastian
Kurz "veut envoyer des signaux populistes aux électeurs en montrant
aussi que la loi est applicable, même si on peut s'interroger sur
les critères retenus pour la fermeture des mosquées, qui semblent
arbitraires".



Réaction virulente d'Ankara.



Et Ankara a effectivement réagi, comme l'on pouvait s'y attendre, de
manière virulente. "Ces mesures sont l'expression de la vague
islamophobe, raciste et discriminatoire qui déferle sur l'Autriche",
a écrit le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, sur
son compte Twitter. Un point de vue que ne partage aucune formation
politique en Autriche, où M. Erdogan est d'ailleurs interdit de
venir faire campagne. Au contraire, l'opposition a salué l'annonce
des expulsions, les sociaux-démocrates (SPÖ) estimant même qu'il
s'agissait là de "la première décision sensée du gouvernement de
coalition entre la droite et l'extrême-droite".

Harcèlement sexuel: départ de John Lasseter patron de l'animation Disney.

Harcèlement sexuel: départ de John Lasseter patron de l'animation Disney.http://www.via214.net/




Le réalisateur de "Toy Story" et de "Cars" avait présenté ses
excuses et reconnu "avoir échoué" à insuffler une culture "du
respect" après avoir été accusé de gestes déplacés. Le
directeur artistique de Disney Animation, le légendaire John
Lasseter, quitte ses fonctions à la suite d'accusations de
harcèlement sexuel intervenus en plein scandale Harvey Weinstein. Le
géant du divertissement Disney a indiqué vendredi 8 juin dans un
communiqué que Lasseter, 61 ans, allait occuper un rôle de
consultant jusqu'au 31 décembre puis quitter le groupe. "John
a eu une carrière remarquable chez Pixar et Disney Animation,
réinventant le métier de l'animation, prenant des risques inouïs
et racontant des histoires originales, de grande qualité et
intemporelles" a commenté Robert Iger, PDG de Disney. "Nous sommes
profondément reconnaissants de sa contribution qui comprend la
superbe relance des studios Disney Animation. L'une des plus grandes
réussites de John est d'avoir assemblé une équipe de grands
conteurs et d'innovateurs dont la vision et le talent ont défini les
normes de l'animation pour les générations à venir", a-t-il
ajouté. "Nouveaux défis créatifs". "Les six derniers mois m'ont
donné l'occasion de réfléchir à ma vie, ma carrière et les
priorités personnelles", a pour sa part déclaré John Lasseter
dans le communiqué. "Si je reste fidèle à l'art de l'animation et
inspiré par le talent créatif de Pixar et Disney, j'ai décidé que
la fin de l'année serait le bon moment pour me focaliser sur de
nouveaux défis créatifs", a-t-il ajouté. John Lasseter avait
annoncé en novembre qu'il prenait un congé sabbatique de six mois
après des comportements inappropriés, tells que des "étreintes
non consenties", envers des employées de l'entreprise. Le
réalisateur de "Toy Story" (1995) et de "Cars" (2006) avait
présenté ses excuses et reconnu "avoir échoué" à insuffler une
culture "de confiance et du respect" dans es studios. "Ce n'est
jamais aisé de faire face à ses faux pas, mais c'est la seule
manière d'apprendre", avait-il aussi déclaré, en plein scandale
Weinstein, le producteur d'échu aujourd'hui inculpé de viol. Les
révélations sur les agressions sexuelles présumées de Weinstein,
accusé par une centaine de femmes, ont généré une prise de
conscience mondiale sur les violences et le harcèlement sexuel avec
le mouvement #MeToo, et entraîné la chute d'une litanie d'hommes
puissants, comme le chef Mario Batali ou dans le cinéma l'acteur
Kevin Spacey et le producteur Brett Ratner. Lasseter, réalisateur
oscarisé, a notamment permis à Pixar de passer de simple appendice
du service de graphisme de Lucasfilm à l'un des studios d'animation
les plus célèbres au monde, multi-oscarisé et racheté par Disney.

Bourse de Paris: les valeurs à suivre vendredi à la Bourse de Paris et en Europe.

Bourse de Paris: les valeurs à suivre vendredi à la Bourse de Paris et en Europe.http://www.via214.net/



Variation des futures sur indice CAC40



Variation des futures sur indice Stoxx 600



Valeurs qui se traitent ex-dividende



Le point sur les marchés européennes



Paris, 8 juin (Reuters) – Les valeurs à suivre vendredi à la Bourse de
paris et en Europe:



*KERING - Gucci, principal contributeur aux profits du groupe Kering, se fixe
pour objectif de croître à un rythme deux fois plus rapide que
celui du marché du luxe et d'atteindre à terme la barre des 10
milliards d'euros de chiffre d'affaire. Le titre Kering a cédé
4,15% jeudi, sa plus forte baisse depuis le 8 février.



*HERMES LAFARGEHOLCIM – Le groupe de luxe Hermès sera son entrée le 18
juin au sein de l'indice CAC40 à la Bourse de Paris, où il
remplacera le cimentier franc-suisse LafargeHolcim, a annoncé jeudi
Euronext.



*CSG MERCIALYS – Le spécialiste des services eet équipements
géophysiques CSG remplacera la foncière Mercialys au sein de
l'indice SBF 120 le 18 juin, a annoncé jeudi Euronext.



*ILIAD UBISOFT – L'opérateur télécom Iliad, dont le titre a perdu un
quart de sa valeur cette année, sera retiré le 18 juin de l'indice
CAC Next 20, considéré comme l'antichambre du CAC 40, où il sera
remplacé par le créateur et éditeur de jeux vidéo Ubisoft, a
annoncé jeudi Euronext.



*DEUTSCHE BANK COMMERZBANK – Deutsche Bank a minimisé jeudi toute perspective de fusion à court terme avec Commerzbank alors que
Bloomberg rapporte que ses principaux actionnaires ont été
consultés au sujet d'un tel rapprochement.



*MARIE
BRIZARD WINE AND SPIRITS – a annoncé jeudi l'ouverture d'une
renégociation de certaines lignes de financement ainsi que la
souscription de plusieurs prêts d'un montant total de 15 millions
d'euros, et a publié un chiffre d'affaire trimestriel de 82,2
millions d'euros, en baisse de 1,6%.



*SYNERGIE – Le spécialiste des services de gestion des ressources humaines
a annoncé jeudi soir le rachat de 66% du capital de la société de
services numériques DCS Easyware, pour un montant non précisé. (Le
communiqué):



*MEDIAWAN – a annoncé jeudi une réorganisation en quatre entités après
avoir bouclé l'acquisition de ON Entertainment, en précisant tabler
sur un chiffre d'affaire 2018 de près de 270 millions d'euros,
contre 160 millions en 2017.



*LLOYDS BANKING GROUP – va céder les 97,7 millions d'action STANDARD LIFE
ABERDEEN qu'il détient encore, soit 3,3% du capital du gestionnaire
d'actifs, a annoncé jeudi Ba,k of America Merril Lynch, chargée de
l'opération.



L'AGENDA ECONOMIQUE DU JOUR Service marchés.

Le Canada vers la légalisation du cannabis.

Le Canada vers la légalisation du cannabis.http://www.via214.net/


Le Premier ministre Justin Trudeau en avait fait une promesse de campagne. Le
cannabis pourrait être légalisé avant la fin de l'année. Les
sénateurs canadiens ont adopté jeudi 7 juin la loi sur la
légalisation du cannabis à des fins récréatives, avec 52 voix
pour, 30 contre et une abstention. Le texte de loi, qui a été
amendé par les sénateurs, va revenir pour un nouvel examen à la
chambre des députés, dominée par les libéraux du premier ministre
Justin Trudeau. Juste après le vote jeudi soir, la ministre de la
Justice Jody Wilson-Raybould s'est félicitée de l'adoption par les
sénateurs au terme d'une longue bataille de procédure. Le vote de
cette loi "créera un marché strictement réglementé pour le
cannabis, afin de le garder hors de la portée des jeunes et priver
les criminels d'en pourvoir profiter", a-t-elle indiqué.


Promesse de campagne.



Les députés ont déjà voté sur une première mounture du texte, mais
en raison des nombreux amendements au Sénat, le texte est renvoyé à
la Chambre des communes pour un nouveau débat. Quand les députés
et sénateurs seront d'accord sur un même texte, alors la
législation du cannabis récréatif pourra entrer en vigueur, une
fois que le sceau royal sera apposé. Cette nouvelle navette au
parlement pourrait prendre plusieurs semaines en raison de la
suspension des travaux législatifs dans deux semaines. Les
parlementaires reviendront ensuite siéger à la mi-septembre et la
légalisation pourrait alors être effective avant la fin de l'année.
Justin Trudeau avait fait de la légalisation de cette drogue douce
une promesse de campagne en 2015 et le texte de loi avait été
déposé il y a un an.



(MAmérique)

Macron et Trudeau louent un "multilatérialisme fort" avant un G7 "difficile".

Macron et Trudeau louent un "multilatérialisme fort" avant un G7 "difficile".http://www.via214.net/



Les deux dirigeants ont fait front commun face à la "guerre
commerciale" de Donald Trump. Ils rejoindront le G7 vendredi à La
Malbaie, petite ville située à 140 km de Québec. Le président
français Emmanuel Macron et le Premier ministre canadien Justin
Trudeau ont affirmé de concert mercredi leur soutien à "un
multilatéralisme fort", 48 heures avant un sommet du G7 rendu
"difficile" par les positions américaines. Les deux dirigeants ont
souligné leur volonté "d'appuyer un multilatéralisme fort,
responsable, transparent pour faire face aux défis mondiaux", dans
une déclaration conjointe. Face à la guerre commerciale opposant
Washington à ses alliés, Justin Trudeau avait averti mercredi que
les discussions s'annonçaient "difficiles" avec les Etats-Unis au
sommet du G7 qui se tient vendredi et samedi au Québec. "Dans un
contexte géopolitique complexe, marqué par des enjeux cruciaux pour
l'avenir de la planète et de l'ordre international la France et le
Canada sont déterminés à oeuvrer ensemble pour y apporter des
réponses", affirment Paris et Ottawa. "Les deux pays réitèrent
notamment leur plein appui au système des Nations Unies et
soutiennent le secrétaire général des Nations Unies dans ses
efforts pour le renforcer", souligne cette déclaration conjointe. A
une époque de remise en question de l'ordre libéral international, "la France et le Canada s'entendent pour promouvoir et défendre la
démocratie sur les plans multilatéral et national", poursuivent
les deux gouvernements. La France et le Canada annoncent en outre la
tenue à Paris en novembre prochain d'un Forum de la Paix.



Attendu à Montréal.


Les deux dirigeants auront de nouveau l'occasion d'exposer leurs
convergences de vue jeudi matin lors d'une conférence de presse. Le
président français se rendra ensuite à Montréal pour rencontrer
le Premier ministre québécois Philippe Couillard, avec qui il
devrait notamment parler francophonie, intelligence artificielle et
échanges commerciaux et culturels. Il poursuivra vers La Malbaie,
petite ville à 140 km de Québec surplombant le fleuve
Saint-Laurent, où se déroule vendredi et samedi, dans un grand
hôtel ultra-sécurisé, le sommet du G7 (Allemagne, Canada,
Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Italie et Japon).


Vers un G6+1.


Le sommet risque notamment de refléter l'isolement de Washington sur
plusieurs fronts, comme le multilatéralisme et la lutte contre le
réchauffement climatique. D'ailleurs l'Elysée a fait savoir dans la
nuit que Macron comme Trudeau n'étaient "pas prêts à tout
accepter pour avoir un communiqué commun" avec les Etats-Unis. "Nous ne seront pas prêts à accepter un communiqué collectif qui
ne mentionnerait pas l'accord de Paris", a notamment expliqué la
présidence française. Autre interdit, sur l'Iran "nous
n'accepterons jamais une déclaration" condamnant l'accord nucléaire
ou disant "qu'il est caduc ou que l'Iran respecte pas ses
obligations", selon la même source.


(Le Parisien)

Présentation – Audi Q8: elle arrive à point.

Présentation
– Audi Q8: elle arrive à point.http://www.via214.net/




C'est
dans le fief d'Audi, à Ingolstadt que nous sommes venus découvrir
le fer de lance de la gamme de SUV de la marque aux anneaux, le Q8.
Il s'agit d'une version «coupé», comme seul un département
marketing peut appeler un véhicule toujours équipé de cinq portes,
de l'Audi Q7. Cela se traduit dans les faits par des vitres sans
montant, une longueur inférieure de 66 mm, à tout de même, 4,98 m
et une apparence plus tassée, plus râblée, bien adapté par une
largeur étirée de 27 mm. Après avoir lancé la dernière évolution
de son style sur l'A8, Audi en fait de même sur le Q8 qui en devient
donc sa première application sur la famille Q, ce qui est
reconnaissable, entre les deux doubles phares à la partie inférieurs
noire, à la nouvelle mounture de la calandre Single Frame octogonale
avec six barrettes verticales et un contour pouvant être de couleur
grise ou noire. Le Q8 présente de plus des lignes musclées avec ce
toit fuyant, ce spoiler avant probutérant cernés par deux
généreuses entrées d'air, ses ailes marquées qui ne sont pas sans
rappeler une bonne vieille Aud Quattro et cette ligne de feu arrière
faisant toute la largeur de la voiture.




Comme
l'extérieur, l'intérieur s'inspire de l'A8 en adoptant la même
combinaition de toris écrans: un premier pour l'instrumentalisation,
un second pour afficher les fonctions du système MMI et un troisième
le commander de façon tactile, ce qui représente une très nette
amélioration de l'ergonomie. L'ensemble est intégré dans une
planche de bord au design épuré et élégant de toute beauté et,
si le toit plongeant a pour effet de réduire drastiquement la place
au niveau de la tête pour les passagers arrière pour une Audi A7
Sportback, ce n'est pas le cas du Q8 qui pourra accueillir
confortablement trois adultes ainsi que leurs bagages dans les 605
mitres offerts par l'énorme coffre et atteignant 1755 litres en
configuration des places.




L'Audi
Q8 est sinon bien évidement équipé de toute la panoplie des
derniers systèmes d'aide à la conduite dont un régulateur de
vitesse adaptif se fixant automatiquement aux limitations et
réduisant sa vitesse à l'approche de courbes et de ronds-points en
maintenant la voiture dans sa voie. A son lancement, le Q8 sera
proposé avec un V6 3.0 TDI de 286 ch et 600 Nm capable d'emmener les
2100 kg de l'ensemble de 0 à 100 km/h en 6,3 s. Mais l'élément le
plus notable est qu'il sera équipé d'une micro-hybridation 48V
permettant d'être en roues libres de 55 à 160 km/h et de déclencher
le Stop & Start dès 22 km/h ce qui, selon Audi, permettrait
d'économiser jusqu'à 0,7l/100 km de moyenne. Le tout est associé à
une boîte de vitesse automatique Titronic à huit rapports, à
l'inévitable transmission intégrale Quatro 60/40 par défaut ainsi
que, en option, à un système à quatre roues directrices. Les
suspensions seront pilotées de série et pneumatiques en option, et
si la probabilité est réduite d'en voir un crapahuter hors des
sentiers battus, la garde-au-sol allant jusqu'à 254 mm permettra
d'emprunter des chemins avec de solides ornières. C'est à partir
de juillet 2018 que Audi Q8 sera commercialisé dans cette version
baptisé 50 TDI et il faudra attendre début 2019 pour qu'elle
reçoive le renfort d'un plus petit diesel de 231 ch appelé 45 et
d'un V6 3.0 TFSI de 340 ch surnommé 55.  

Intempéries en Haute-Garonne: jusqu'à 40 mm d'eau trafic SNCF et métro interrompus mardi.

Intempéries en Haute-Garonne: jusqu'à 40 mm d'eau trafic SNCF et métro
interrompus mardi.http://www.via214.net/




Les pluies orageuses étaient annoncées par Météo France. Cinq
départements de la région étaient en alerte orange. Pas la
Haute-Garonne. Météo France a relevé 40 mm d'eau à Ondes à la
limite du Tarn-et-Garonne et de la Haute-Garonne. Tour d'horizon des
perturbations.


Des infiltrations dans le métro.


La ligne A du métro de Toulouse fonctionne de nouveau normalement
depuis ce mardi soir 19 h 30 à l'exception de la station
Marengo-SNCF qui n'est pas desservie, suite à des infiltrations
d'eau dans la station. La ligne A fonctionne en service partiel
depuis 18 h 18 entre le terminus de Basso Cambo et la station
Jean-Jaurès. Cinq stations ont été fermées (Marengo-SNCF,
Jolimont, Roseraie, Argoulet et le terminus de Balma-Gramont) et les
rames ne circulaient plus sur la portion Jean-Jaurès/ Balma-Gramont.
De l'eau s'écoulait dans la salle des billets et dans la station de
métro de Marengo, jusque sur les voies électrifiées du métro.
Electricité et eau ne faisant pas bon ménage, la fermeture de la
station avait été décidée vers 18 h 15 par mesure de précaution,
entraînant la mise en service partielle de la ligne A. Ce type de
fermeture du métro suite à des intempéries est très rare. On se
souvient qu'une inondation accidentelle due à une rupture de
canalisation avait entraîné la fermeture de ligne B durant
plusieurs jours de la station Saint-Agne en janvier 2017.


Sur les routes, dans les magasins...


Suite aux fortes pluies, de l'eau s'est infiltrée par une partie du
plafond du magasin Monoprix situé rue Alsace-Lorraine à Toulouse. A
Grenade-sur-Garonne, le Super U a dû fermer ses portes au public
plus tôt en raison des intempéries. A Drémil-Lafage, à l'Est de
Toulouse, plusieurs centimètres d'eau ont inondé des salles des
écoles maternelles et élémentaires ce qui a nécessité le
transfert des enfants. Les sapeurs-pompiers de Haute-Garonne ont
effectué plusieurs dizaines d'interventions dans le département.

Disparue, Melania Trump met fin aux rumeurs après son hospitalisation.

Disparue, Melania Trump met fin aux rumeurs après son hospitalisation.http://www.via214.net/




International – La Première dame des Etats-Unis avait été hospitalisée pour une opération au rein. Sa dernière apparition publique date du 10 mai.
Depuis ce jour, plus personne n'a vu Melania Trump l'épouse de
Donald Trump. Hospitalisée le 14 mai après une intervention bénigne
dans la banlieue de Washington, la Première dame des Etats-Unis
était restée 5 jours à l'hôpital sans que la Maison Blanche ne
communique vraiment à son sujet. Un manque de transparence qui a
entraîné des rumeurs sur un possible refroidissement de la
relation entre l'ancienne mannequin et le président.Pour mettre fin
à ces rumeurs, la femme de 48 ans a tweeté en voulant rassurer ses
follewers.


"Je vois les médias font des heures supplémentaires en spéculant sur
l'endroit où je me trouve et sur ce que je fais. Soyez rassurés, je
suis ici à la Maison Blanche avec ma famille, je me sens très bien
et je travaille dur pour le peuple américain et les enfants!"

Le match amical Israël-Argentine annulé sur pression palestinienne.

Le match amical Israël-Argentine annulé sur pression palestinienne.http://www.via214.net/



L'Argentine n'affrontera pas Israël samedi à Jérusalem, comme cela était
prévu. Alors que la pression montait côté palestinien, la décision
a été prise d'annuler ce match amical à quelques jours du début
de la Coupe du monde, selon la presse argentine. Le conflit
israélo-palestinien a une conséquence dans la préparation de la
Coupe du Monde pour l'Argentine. Lionel Messi et ses coéquipiers
devaient affronter Israël ce samedi à Jérusalem, en match amical,
à quelques jours du début de la Coupe du monde de 2018 en Russie
(14 juin-15 juillet). Mais face à la pression mise par
l'ambassadeur palestinien en Argentine ou encore la vingtaine de
personnes qui ont brûlé des maillots argentins en mage de
l'entraînement des joueurs de Jorge Sampaoli à Barcelone, la
Fédération a décidé d'annuler cette rencontre selon la presse
locale.


Vers un match amical à Barcelone.


Le sélectionneur de l'Albiceleste souhaite désormais organiser un
match amical à Barcelone, où son équipe est en stage, avant le
décollage pour la Russie. L'adversaire pourrait être Malte ou
Saint-Marin.






























































Football -
Coupe du Monde




15/06/18
14:00




Egypte




6.5




3.5




1.52




Uruguay



PARIEZ
SUR PMU.FR
J'AI
UN COMPTE PMU.FR




25/06/18
16:00




Uruguay




2.4




3




2.9




Russie



PARIEZ
SUR PMU.FR
J'AI
UN COMPTE PMU.FR




15/06/18
17:00




Maroc




2.25




2.8




3.3




Iran



PARIEZ
SUR PMU.FR
J'AI
UN COMPTE PMU.FR




19/06/18
20:00




Russie




1.9




3.2




4




Egypte



PARIEZ
SUR PMU.FR
J'AI
UN COMPTE PMU.FR




20/06/18
17:00




Uruguay




1.18




5.6




14




Arabie Saoudite



PARIEZ
SUR PMU.FR
J'AI
UN COMPTE PMU.FR




26/06/18
20:00




Islande




4.8




3.25




1.74




Croatie














Eruption d'un volcan au Guatemala: près de 200 disparus en plus de 73 victimes.

Eruption d'un volcan au Guatemala: près de 200 disparus en plus de 73
victimes.http://www.via214.net/




Un total de 192 personnes sont toujours portées disparues au Guatemala,
deux jours après la violente éruption du Volcan de Feu qui a fait
au moins 73 morts et provoqué l'évacuation de milliers de
riverains, a annoncé mardi soir la protection civile. "Désormais
nous avons des informations avec des noms et les localités où des
personnes sont portées disparues et nous avons un nombre: il y a 192
personnes qui sont portées disparues", a indiqué lors d'une
conférence de presse Sergio Cabanas, un directeur des opérations de
secours de la Coordination nationale de lutte contre les catastrophes
naturelles (Conred).


Plus de 3.000 habitants évacués.


L'éruption a fait 46 blessés et a entraîné l'évacuation de 3.271 personnes,
selon la Conred. En outre, 2.625 personnes ont dû être relogées.
La catastrophe a affecté au total 1,7 millions de Guatemaltèques.
Une forte explosion a obligé mardi les secouristes à interrompre
leurs recherches autour du volcan, qui culmine à 3.763 mètres
d'altitude à 35 km au sud-ouest de la capitale. Sept villages situés
sur le flanc du volcan ont été évacués mardi, en raison de
l'augmentation de l'activité volcanique. 

Benjamin Netanyahu rencontre Emmanuel Macron à Paris pour évoquer le nucléaire iranien.

Benjamin Netanyahu rencontre Emmanuel Macron à Paris pour évoquer le
nucléaire iranien.http://www.via214.net/





Les deux dirigeants ont exprimé des divergences majeures à ce sujet,
notamment depuis le retrait américain de l'accord internationale.



INTERNATIONAL
– Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu poursuit ce
mardi à Paris son offensive pour tenter de créer un front commun
contre l'Iran, lors d'une visite controversée trois semaines après
les affrontements sanglants à Gaza. Benjamin Netanyahu a d'ores et
déjà mis en garde lundi 4 juin Angela Merkel contre un nouvel
afflux de réfugiés syriens en Allemagne si rien n'est fait pour
contenir l'influence croissante de l'Iran au Moyen-Orient. Au premier
jours à Berlin de sa tournée européenne, le chef du gouvernement
israélien a insisté sur un dossier politiquement très sensible
pour la chancelière allemande. Il accuse Téhéran d'organiser le
déploiement massif en Syrie de milices chiites, originaire notamment
d'Afghanistan et du Pakistan, sous commandement militaire iranien,
avec un "objectif militaire mais aussi religieux". L'objectif de
l'Iran est "de mener une guerre de religion en Syrie, en majorité
sunnite", a-t-il assuré, "cela risque de provoquer une nouvelle
guerre de religion -cette fois une guerre de religion à l'intérieur
de la Syrie – et la conséquence sera beaucoup plus de réfugiés
et vous savez exactement où ils iront". Ceci "devrait être une
source de préoccupation pour l'Allemagne", a-t-il ajouté.



Macron veut sauver l'accord iranien.


La chancelière a reconnu que l'influence iranienne en Syrie, au Yémen
ou au Liban était "préoccupante" et qu'il convenait "de
restreindre fortement" les "activités régionales" de Téhéran.
Mais elle a dans le même temps campé sur sa volonté de maintenir
en vie l'accord sur le nucléaire iranien, malgré le récent retrait
des Etats-Unis et l'opposition farouche de l'Etat hébreu à ce
texte. "Nous n'avons pas sut tous les dossiers des convergences de
vues", a-t-elle diplomatiquement dit Benjamin Netanyahu à ce sujet. "Nous avons, comme vous pouvez parfois le voir, des désaccords mais
ils ne portent pas vraiment sur l'objectif, ils portent plutôt sur
la méthode", lui a répondu le chef du gouvernement israélien, qui
doit donc se rendre ce mardi à Paris puis le lendemain à Londre
pour marteler un message identique. Après la chancelière allemande,
le président français Emmanuel Macron va quant à lui réitérer à
son tour la nécessité de sauvegarder l'accord sur le nucléaire
iranien qui, à défaut d'être parfait, offre aux yeux des Européens
le seul garde-fou contre la prolifération nucléaire dans la région.
Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu – qui se rencontrent pour la
troisième fois à Paris depuis la prise de fonction du président
français en 2017 – devraient constater une nouvelle fois leurs
divergences sur les moyens de ramener la stabilité dans la région,
tout en faisant la même analyse des menaces. Le "diagnostic est
partagé sur le fait que la présence militaire de l'Iran ou de
groupes pro-iraniens en Syrie représente une menace durable",
relève la présidence française. Mais Paris appelle à compléter
l'accord existant en discutant avec l'Iran de ses activités
balistiques et de son influence régionale, là où Israël est sur
une approche beaucoup plus frontale pour forcer Téhéran à
renégocier l'accord nucléaire.


Macron a condamné les violences contre les Palestiniens.


Benjamin Netanyahu a déjà été accueilli à l'Elysée le 10 décembre
dernier. Depuis, les deux dirigeants ont exprimé leurs divergences
sur la décision de Donald Trump de sortir de l'accord sur le
nucléaire iranien et à la suite de la mort de plus de 100
Palestiniens de Gaza tués par des tirs de soldats israélien alors
qu'ils manifestaient contre la reconnaissance de Jérusalem comme
capitale de l'Etat d'Israël par les Etats-Unis le 14 mai. Emmanuel
Macron a depuis condamné "les violences des forces armées
israéliennes" tout en rappelant "son attachement à la sécurité
d'Israël", une position jugée trop simpliste sans l'Etat hébreu
et trop complaisante à gauche de l'échiquier politique en France.
Les deux dirigeants veulent de leur côté mettre à profit la Saison
culturelle croisée France-Israël qu'ils lanceront mardi soir, à
l'occasion des 70 ans de l'Etat d'Israël, pour montrer ce qui
rassemble les deux pays. "Macron a une approche extrêmement
pragmatique, avec une volonté de découper le sujet du conflit
israélo-palestinien du volet de la coopération bilatérale",
estime Laurent Khalfa, chercheur associé à l'Institut Prospective
et Sécurité en Europe (IPSE) à Paris, en notant l'intérêt du
président pour le modèle israélien de "start-up nation". Le
président et le Premier ministre inaugureront d'ailleurs une
exposition retraçant les innovations technologiques israélienne,
israel@lights, au Grand Palais.

Le secrétaire général de l'Elysée visé par une enquête du parquet national financier.

Le secrétaire général de l'Elysée visé par une enquête du parquet
national financier.http://www.via214.net/




L'association Anticor a déposé plainte vendredi pour "prise illégale d'intérêt" et "trafic d'influence". Elle dénonce les liens familiaux et
professionnels étroits qui existent entre Alexis Kohler et l'armateur
italo-suisse MSC, client important des chantiers navals français de
Saint-Nazaire.


Alexis Kohler, bras droit d'Emmanuel Macron, a-t-il favorisé l'entreprise
de ses cousins? C'est l'une des questions que pose l'association
Anticor, qui a déposé plainte vendredi dernier auprès du parquet
national financier (PNF). Ce dernier a annoncé ce lundi qu'il avait
ouvert une enquête préliminaire, indépendamment de la plainte
d'Anticor. Fondée en 2002, cette association, notamment spécialisée
dans la lutte contre la corruption et la fraude fiscale, s'est fait
connaître en déposant des plaintes qui ont eu pour certaines un
fort retentissement médiatique. En janvier dernier, elle a obtenu,
par exemple, la relance de l'enquête pour "prise illégale
d'intérêts" visant le chef de file des députés LREM Richard
Ferrans et la condamnation du patron de Radio France Mathieu Gallet
pour favoritisme. Cette fois-ci, s'appuyant sur un long article de
Mediapart publié début mai, l'association, parfois contestée, a
décidé de poursuivre l'actuel secrétaire général de l'Elysée
pour "prise illégale d'intérêts" et "trafic d'influence".
Anticor reproche à Alexis Kohler ses liens étroits avec l'armateur
italo-suisse MSC (Mediterranan Shiping Company), numéro deux mondial
du fret maritime et client important de STX France, les chantiers
navals français de Saint-Nazaire, alors qu'il occupait notamment des
postes clés au ministère de l'Economie, qui gérait ce dossier.


Dans sa plainte, que Le Figaro a pu consulter, Anticor reproche au haut
fonctionnaire, lorsqu'il travaillait au début des années 2010 à
l'Agence des participations de l'Etat (APE), d'avoir accepté de
siéger comme représentant de l'Etat au conseil d'administration de
STX France "alors même que sa famille était propriétaire de l'un
de ses principaux clients", la société MSC. Il y a un mois, jour
pour jour Mediapart révélait qu'Alexis Kohler, énarque et diplômé
de l'Essec, était cousin du fondateur et principal actionnaire de
cette entreprise. De fait, "il ne pouvait ignorer qu'il existait un conflit d'intérêts", écrit l'association. Une situation qui a
perduré, toujours selon Anticor, jusqu'en 2016, puisqu'il a dans un
second temps accepté d'être directeur adjoint du cabinet de Pierre
Moscovici (2012-2014) puis le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron
(2014-2016). L'association est convaincue que cet Alsacien de 45 ans
a continué durant cette période à "traiter des dossiers
concernant les intérêts croisés des deux sociétés", MSC et STX
France. "Un mélange des genres" qu'Anticor dénonce auprès du
Figaro par la voix de son avocat. "Rien que cette situation est un
élément à charge qui nous plonge dans le doute et soupçon",
comment Me Jean-Baptiste Soufron. "Alexis Kohler a-t-il favorisé
l'entreprise de ses cousins? Est-ce-qu'elle a obtenu des avantages
financiers auprès de son seul fournisseur? On ne devrait pas avoir à
se poser ces questions. Maintenant, c'est à Monsieur Kohler de
démontrer qu'il y a pas eu conflit d'intérêts".


Un temps à Bercy, un temps salarié de MSC.


Pour démontrer les liens qui unissent le haut fonctionnaire à la société
italo-suisse, l'association Anticor relève par ailleurs qu'Alexis
Kohler a souhaité par deux fois rejoindre la société familiale MSC
lorsqu'il n'était plus en fonction à Bercy. Une première fois en
2014, sana succès. La commission de déontologie, instance chargée
de contrôler le départ des agents publics dans le secteur privé,
avait refusé qu'il parte pour l'entreprise italo-suisse. "Pourquoi
cette commission a-t-elle émis un avis négatif?, interroge
aujourd'hui l'avocat d'Anticor. Elle est pourtant généralement très
favorable au passage du public vers le privé".


En 2016, Alexis Kohler tente une seconde fois de rejoindre MSC. Cette
fois-ci, la commission accepte, Emmanuel Macron s'étant porté
garant de son plus proche collaborateur, affirme Mediapart. Ce
dernier devient alors directeur financier de MSC Croisières. Il
occupe ce poste d'août 2016 à mai 2017 et suit de près la campagne
d'Emmanuel Macron, avant d'être nommé secrétaire général de la
Présidence. Problème, selon Anticor, le haut fonctionnaire serait
"intervenu" auprès de l'Etat, mais cette fois-ci, au nom de la
société MSC dont il était devenu salarié. Il aurait participé en
mars 2017 – en pleine campagne présidentielle – à une réunion
sur la reprise de STX France, alors menacé de faillite. Finalement,
STX France avait fusionné avec son concurrent italien, Fincatieri,
et MSC n'était pas monté au capital du groupe comme il le
souhaitait. "De MSC dans le capital, il n'est pas question, assure
aujourd'hui Bercy dans les colonnes du Monde. Monsieur Kohler a
peut-être soutenu cette solution quand il travaillait chez MSC mais
rien de tout cela n'est advenu alors qu'il est aujourd'hui bras droit
de Monsieur Macron."



Une enquête préliminaire pour faire des vérifications.


Interrogé début mai par Mediapart, Alexis Kohler avait déclaré qu'il avait "toujours informé sa hiérarchie des situations dans lesquelles il
aurait pu se trouver en conflit d'intérêts" et "s'est toujours
déporté pour éviter les dites situations". "C'est Julien
Denormandie [actuel secrétaire d'Etat auprès du ministre de la
cohésion des territoires, qui fut lui aussi conseiller auprès de
Pierre Moscovici puis d'Emmanuel Macron] qui s'occupait de ces
sujets" se défend encore l'Elysée auprès du Monde. Lundi matin,
le parquet national financier (PNF) a annoncé qu'il avait ouvert, "à
la suite de la publication de plusieurs articles de presse", une
enquête préliminaire, sans dire depuis combien de temps. "Il
s'agit de vérifier que les règles auxquelles sont soumis les
fonctionnaires qui passent du public au privé ont bien été
respectées", explique-t-on au PNF, qui dit ne pas avoir reçu la
plainte par Anticor. Ces investigations ont été confiées à la
brigade de répression de la délinquance économique de la
préfecture de police de Paris.


"Des
soupçons totalement infondés", selon Alexis Kohler.


Dans la foulée, l'Elysée a indiqué que son secrétaire général Alexis
Kohler avait "pris note" de cette plainte et qu'il se tenait prêt
à communiquer "au parquet l'ensemble des documents prouvant son
parcours professionnel et mettra ainsi un terme à bref délai aux
soupçons totalement infondés jetés sur lui à l'évidence en
raison de ses fonctions de secrétaire général de l'Elysée".
Avant cela, Christophe Castaner avait refusé de parler "d'affaire" Alexis Kohler. "Je ne qualifie pas "d'affaire" le fait qu'une
structure, Anticor, qui est habituée à cela, multiplie les
initiatives et les perde souvent, a estimé sur Public Sénat le
délégué général de la République en Marche. Il a toute fois
jugé "normal" que l'association "puisse saisir la justice si elle
a un doute". 

Vanessa Paradis son évolution capillaire des années 80 à aujourd'hui.

Vanessa Paradis son évolution capillaire des années 80 à aujourd'hui.http://www.via214.net/




Vanessa Paradis est la chouchoute de tous les Français! La chanteuse et
actrice a récemment créé le buzz auprès de ses fans en adoptant
une coupe de cheveux courte qui n'a malheureusement pas fait
l'unanimité. Retour sur son évolution capillaire des années 80 à
aujourd'hui.


Vanessa Paradis a créé un véritable buzz sur la planète beauté cette
année en décidant de couper sa longue chevelure blonde. La frenchy
a fait appel à John Nollet, célèbre coiffeur de star, pour
complètement changer de tête. Et le moins que l'on puisse dire
c'est que Vanessa Paradis est apparue métamorphosée. Adieu sa
longue crinière dorée, la chanteuse a opté pour une coupe courte
très originale: elle a choisi de laisser ses bouclettes apparentes.
Une décision qui n'a pas fait l'unanimité du côté de ses fans qui
n'ont pas hésité à le dire sur les réseaux sociaux. Mais Vanessa
Paradis semblait décidée à assumer cette nouvelle coupe de
cheveux. Elle s'est même amusée avec cette nouvelle longueur en
osant une coupe punk avec les cheveux plaqués sur le côté. Vanessa
Paradis est apparue avec ce look grunge en couverture du magazine
ELLE. La comédienne s'est aussi essayée au plaqué wet, une coupe
garçonne qui ne mettait malheureusement pas en valeur son visage.
Mais malheureusement ses cheveux commencent à repousser. On a pu le
voir ce week-end lorsqu'elle est montée sur scène avec Benjamin
Biolay. Elle reste fidèle à son look rock, mais maintenant ses
longueurs forment une coupe au carré courte. Vanessa Paradis a
ajouté des petites mèches blondes dans l'ensemble de sa chevelure
qu'elle coiffe désormais façon beach waves. De légères
ondulations encadrent désormais son visage, Vanessa Paradis a enfin
trouvé la coupe de cheveux qui lui va, les fans vont peuvent se
rassurer. Closer.fr a décidé de passer en revue toutes les coupes
de cheveux emblématiques de la star française. Cheveux longs,
blonds, bruns, bouclés, frange... Vanessa Paradis a décidément
tout testé, la preuve en images. Et vous comment préférez-vous
l'actrice, cheveux courts ou cheveux longs?  

Julie Gayet fête ses 46 ans: son évolution physique au fil des années.

Julie Gayet fête ses 46 ans: son évolution physique au fil des années.http://www.via214.net/



Julie Gayet  Evolook


JulieGayet fête ses 46 ans ce dimanche 3 juin. Pour l'occasion, Closer
revient sur son évolution physique au fil des années. Sur ses
anciennes photos, Julie Gayet est quasiment méconnaissable. Ce
dimanche 3 juin, la compagne de François Hollande célèbre ses 46
ans. L'occasion pour Closer de vous faire (re) découvrir son
évolution physique au fil des âges. Et ça vaut le détour!
A ses débuts, l'actrice préférait visiblement les coupes courtes. En
1994, sa chevelure lui arrivait au menton, lissé et dans les tons
blonds vénitiens. Trois ans plus tard – la comédienne était
alors âgée de 21 ans – elle a opté pour une légère ondulation
et coupé davantage ses cheveux, d'une couleur brune et méchée d'un
blond foncé. Son visage semblait légèrement plus rebondi que ces
derniers temps. En 2003, Julie Gayet était brune, des pics dressés
sur la tête. En témoigne ce cliché (diaporama ci-dessus), où elle
apparaît vêtue d'une robe verte, défilant sur le tapis rouge du
Festival de Cannes. Les années ont passé et la productrice de
cinéma français a laissé pousser sa crinière et éclairci la
couleur. Le blond lui va à ravir et permet d'illuminer son visage.
Du carré plongeant au mi-long, elle ne s'est finalement jamais
octroyé de folie au niveau de la longueur. Quoi qu'il en soit, au
fil du temps, l'héroïne de Clara et moi est toujours restée
coquette, marquant son regard à l'aide de fard à paupières et
rehaussant sont teint avec du blush. Et du haut de ses 46 ans, elle
est toujours aussi belle! 

Roland Garros: le programme de ce dimanche 3 juin.

Roland Garros: le programme de ce dimanche 3 juin.http://www.via214.net/




Après la démonstration de Rafael Nadal samedi, Dominic Thiem et Alexander
Zverev, ses deux principaux rivaux, sont en lice dimanche. Avec pour
mission d'impressionner eux aussi.



Roland Garros:
Rafael Nadal a envoyé samedi à Roland-Garros, en étrillant Richard
Gasquet, un signal fort à tous ses adversaires. L'Espagnol, numéro
un mondial et tenant du titre, est bien l'homme à battre. Dominic
Thiem et Alexander Zverev, les deux qui semblent en mesure de
l'inquiéter un tant soit peu, doivent répondre dimanche. Si
possible en montrant qu'eux aussi sont en pleine bourre. Quant à
Novak Djokiovic, il vaudra confirmer sa montée en puissance.



Thiem et Zverev doivent mieux faire.


L'un est le seul joueur à avoir battu Rafael Nadal cette saison. L'autre
(l'é inquiété en finale en Rome. Mais Dominic Thiem et Alexander
Zverev n'ont pas montré depuis le début du tournoi qu'ils étaient
des outsiders crédibles, d'autant que dans le même temps, le
rouleau-compresseur espagnol écrase tout sur son passage. Alor le
jeune Autrichien et le jeune Allemand doivent redresser la barre. Le
premier aura fort à faire face au Japonais Kei Nishikori, toujours
redoutable sur terre battue. Quant au second, c'est un peu l'inconnu,
puisqu'il affronte le jeune Russe Karen Khachanov, novice à ce
niveau mais impressionnant vendredi et samedi face à Lucas Pouille.


Djokovic face au test Verdasco.


Novak Djokovic est encore lopin du niveau qui lui permît en 2016 de
soulever la Coupe des Moussquetaires. Mais le Serbe monte peu à peu
en puissance. Vendredi face au solide espagnol Roberto Bautista (13 e
mondial), l'ancien numéro un mondial avait su élever son niveau de
jeu pour se sortir du piège. "Djoko" passe lundi un nouveau test
face à un autre Espagnol, Fernando Verdasco. Djokovic a remporté
leurs cinq derniers duels pour bilan global largement positif (10-4).
Mais méfiance car sur terre battue, c'est Verdasco qui domine
(3-2).


Le programme de dimanche (début des matches à 11 h):



Court central Philippe-Chartier:



Madison Key (USA) – Mihaela Buzarnescu (ROU)



Dominic Thiem (AUT) – Kei Nishikori (JPN)



Anett Kontaveit (EST) – Sloane Stephens (USA)



Novak Djokovic (SRB) – Fernando Verdasco (ESP) [30]



Court Suzanne-Lenglen:



Karen Khachanov (RUS) – Alexander Zverev (GER)



Barbora Strycova (CZE) – Yulia Putintseva (KAZ)



David Goffin (BEL) – Marco Cecchinato (ITA)



Daria Kasatkina (RUS) [14] – Caroline Wozniacki (DEN)








Orages: Météo France place 29 départements sous alerte orange.

Orages: Météo France place 29 départements sous alerte orange.http://www.via214.net/




Le front ouest de la France risque de subir des orages violents, avec de
fortes précipitations voire de la grêle. La perturbation arrive par
la façade atlantique. L'accalmie n'aura pas duré très longtemps.
Après quelques jours de météo clémente, la France va connaître
le retour des perturbations et surtout d'épisodes orageux en ce
dimanche 3 juin. Météo France place ainsi 29 départements en
alerte orange aux orages. En provenance de la façade atlantique, ces
perturbations vont éclater en premier lieu en Bretagne. De fortes
précipitations sont attendues, avant des chutes de grêle attendues
également. Des rafales de vent pourraient atteindre les 100 km/h,
sans être l'élément prépondérant de cet épisode. Les 29
départements concernées: Allier (03), Charente (16), Charente
Maritime (17), Cher (18), Corrèze (19), Côtes-d'Armor (22), Creuse
(23), Dordogne (24), Finistère (29), Gers (32), Gironde (33),
Ille-et-Villaine (35), Indre (36), Indre-et-Loire (37), Landes (40),
Loir-et-Cher (41), Loire-Atlantique (44), Lot-et-Garonne (47),
Maine-et-Loire (49), Mayenne (53), Morbihan (56), Puy-de-Dôme (63),
Pyrénées-Atlantiques (64), Hautes-Pyrénées (65), Sarthe (72),
Deux-Sèvres (79), Vendée (85), Vienne (86) et Haute-Vienne (87).  

Pour Bill Clinton, Vladimir Poutine sème "la discorde dans les endroits qu'il veut affaiblir".

Pour Bill Clinton, Vladimir Poutine sème "la discorde dans les endroits qu'il veut affaiblir".http://www.via214.net/




Dans un entretien au "Parisien", l'ex-président des Etats-Unis s'en
prend à l'homme fort du Kremlin, dont le pays est accusé
d'ingérence dans la présidentielle de 2016. Un roman policier et
une occasion de taper sur la Russie. A l'occasion de la sortie
prochaine de son livre, coécrit avec James Patterson (Le Président
a disparu, éditions JC Lattès, 400 pages, 23 euros) l'ancien
locataire de la Maison Blanche (1993-2001), Bill Clinton, a accordé
un entretien au Parisien, dimanche 3 juin. "Aujourd'hui, les enjeux
de la cybersécurité sont devenus majeurs dans le monde", insiste
le 42 e président des Etats-Unis, qui ne mâche pas ses mots contre
Moscou, accusé d'ingérence dans les élections de 2016
outre-Atlantique. "Les Russes ont tenté de perturber les scrutins
français, allemands, hollandais et ainsi de suite...", argue ainsi
M. Clinton. Et ce dernier de s'en prendre directement à l'homme fort
du Kremlin: "[Vladimir Poutine] est persuadé que même si sa
popularité décroît et que son économie n'est pas si forte que ça,
parce qu'il exerce un pouvoir quasi dictatorial et consacre beaucoup
d'argent à la modernisation de son appareil militaire, il peut semer
la discorde dans les endroits qu'il veut affaiblir. Là où il veut
influencer la tournure des événements avec des cyberattaques. Et
peu importe si quelqu'un lui fait la même chose: il ne vit pas dans
une démocratie, il s'en fiche." Ennemis à l'intérieur des
frontières. Mais M. Poutine n'est pas le seul dirigeant à s'attirer
les foudres de l'ex-président. "Les démocraties ont beaucoup
d'ennemis à l'intérieur comme à l'extérieur de leurs frontières",
avance-t-il, en une pique à peine voilée à l'encontre de l'actuel
locataire de la Maison Blanche, Donald Trump. "L'implosion des
médias, la dispersion de l'information, les fake news... (...) cela devient un challenge de diffuser une information en laquelle une
majorité de gens va croire", explique M. Clinton. "Il est presque
impossible de préserver une démocratie quand vous avez des gens qui
ne savent plus si ce qu'ils entendent est vrai ou faux". "Beaucoup
de choses changent en ce moment aux Etats-Unis (…) Il y a une vraie
différence entre ce qu'on lit à la "une" des journaux et ce qui
se passe vraiment. Les hommes politiques font les gros titres, c'est
une chose terrible et c'est ce qui se passe aujourd'hui dans
l'univers de Donald Trump." Au cours de cet entretien, l'ancien
président démocrate, qui jouit toujours d'une forte popularité
dans son pays, témoigne aussi de son admiration pour la chancelière
allemande, Angela Merkel, au sujet de la crise migratoire, et des
espoirs que le chef d'Etat français lui donne, dans sa gestion de la
communication avec les Etats-Unis. Il n'a, en revanche, pas souhaité
revenir, sur l'échec de son épouse, Hillary Clinton, à la
présidentielle de 2016.

Melania Trump opérée d'un rein pour un problème "bénin".

Melania Trump opérée d'un rein pour un problème "bénin".http://www.via214.net/




Melania Trump a été hospitalisée pour un problème "bénin" au rein,
selon la Maison Blanche. Melania Trump, épouse de Donald Trump, a
été opérée lundi matin pour un problème "bénin" au rein et
devrait rester hospitalisée toute la semaine, a annoncé la Maison
Blanche. "Ce matin, la Première dame Melania Trump a subi une
procédure d'embolisation pour traiter un problème bénin au rein.
La procédure a été couronnée de succès et il n'y a pas eu de
complications", a indiqué la porte-parole de la "First Lady" dans
un communiqué. L'ancienne mannequin slovène, 48 ans, se trouve à
l'hôpital militaire de Walter Reed, à Bethesda (Maryland), dans la
proche banlieue de Washington. Melania Trump, née Melanija Knavs
dans ce qui était à l'époque l'ancienne Yougoslavie, est le
troisième femme de Donald Trump. 

Taxe sur l'acier: riposte européenne à l'OMC et un front anti-américain au G7.

Taxe sur l'acier: riposte européenne à l'OMC et un front anti-américain au G7.http://www.via214.net/




Whistler
(AFP) – Les Européens ont lancé vendredi à l'OMC leur première
riposte contre les taxes américaines sur l'acier et l'aluminium et
adressé une sévère mise en garde aux Etats-Unis sur risque pour
l'économie mondiale lors d'une réunion des ministres des Finances
du G7 au Canada. Le président américain Donald Trump a en outre
crispé un peu plus ses partenaires commerciaux vendredi en suggérant
des accords séparés avec le Canada et le Mexique pour remplacer le
traité de libre-échange nord-américain (Aléna) qui les lie
pourtant les trois pays depuis 1994. "Je n'aurais pas d'objection à
voir un accord séparé avec le Canada (…) et un autre avec le
Mexique", a-t-il déclaré. "Ce sont deux pays très différents",
a-t-il poursuivi alors que la renégociation de cet accord s'est
enlisée au terme de neuf mois de tractations. "La réunion du G7
finances au Canada est plutôt un +G6+1+ avec les Etats-Unis seuls
contre tous, qui font courir le risque de déstabilisation économique
à la planète", a estimé le ministre français de l'Economie Bruno
Le Maire depuis Whistler, une chic station de ski au nord de
Vancouvert où se déroule la rencontre. Il a souligné que,
désormais, seuls les Etats-Unis pouvaient encore éviter une guerre
commerciale qui fait craindre pour la solidité de la reprise
économique mondiale. Au cours de ce G7 qui réunit Allemagne,
Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni, "clairement, les discussions vont être difficiles", a reconnu de
son côté le ministre canadien des Finances Bill Monreau. "Nous
allons exprimer dans des termes durs pourquoi nous pensons que
ceux-ci (les tarifs américains) ne sont pas bons pour l'économie
mondiale", a-t-il ajouté. "Les Etats-Unis sont en train de jouer
un jeu dangereux", avait averti plus tôt la Commissaire européenne
au Commerce, Cecilia Malmström, en annonçant le lancement de la
plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
Parallèlement, elle a fait savoir que l'UE allait porter plainte
contre Pékin devant cette même OMC, pour protester contre le "transfert injuste de technologies" des entreprise européenne en
Chine. Les Américains se trompent de cible en s'attaquant aux
Européens, leurs alliés traditionnels, alors que le principal
ennemi est la Chine, a argué la Commissaire européenne. "Nous
aussi nous avons souffert des surcapacités dues au dumping qui est
principalement causé par la Chine" a-t-elle ajouté. L'annonce
simultanée de ces deux plainte "démontre que l'UE ne choisie aucun
camp", a-t-elle également estimé, soulignant que l'UE défendait
un système multilatéral. Bruno Le Maire a toutefois prôné la
fermeté face à Washington compte-tenu "des enjeux considérables".
Les Européens n'obtiendront rien avec la faiblesse. Le président
américain ne respectera jamais la faiblesse des Européens" a-t-il
insisté. - "Pistolet à la temple" - Ottawa a d'ores et déjà
annoncé des taxes sur 16,6 milliards de dollars canadiens (12,8
milliards de dollars américains) de produits américains et le
Mexique a pour sa part promis des mesures sur divers produits dont
certains aciers, des fruits et des fromages, qui "seront en vigueur
tant que le gouvernement américain n'éliminera pas les taxes
imposées". Les Européens, à l'instar du Royaume-Uni, ont en outre
une nouvelle fois appelé à revenir sur cette décision. "Les
Etats-Unis, l'Union européenne et le Royaume-Uni sont des alliés
proches et ont toujours promu les valeurs d'un commerce libre et
équitable dans le monde", a réagi la Première ministre
britannique Theresa May. "Nous ne négocions pas le pistolet sur la
temple et je le redirai à Steven Mnuchin", a martelé Bruno Le
Maire. Les experts en commerce international ont néanmoins estimé
que la guerre commerciale n'est pas véritablement déclaré tant
que les Etats-Unis ne mettent pas à exécution leur menace de taxer
les importations de voitures. Si tel était le cas, cela toucherait
alors au "cœur du réacteur des échanges internationaux", moteur
de la croissance mondiale, a ainsi commenté Sébastien Jean,
directeur du Centre d'études prospectives et d'informations
internationales (Cepii). Reste à savoir aussi comment évolue
l'autre grand fond commercial ouvert par Donald Trump, avec la Chine.
Son secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, est attendu à
Pékin samedi pour trois jours de nouvelles discussions entre les
deux premières puissances économiques mondiales.



bur-Dt/lo/faa


Agefi-Dow Jones The financial newswire.

Donald Trump confirme que le sommet avec Kim Jong-un aura bien lieu le 12 juin à Singapour.

Donald Trump confirme que le sommet avec Kim Jong-un aura bien lieu le 12 juin à Singapour.http://www.via214.net/




Le face-à-face devrait finalement avoir lieu. Donald Trump a confirmé,
vendredi 1 juin, la tenue du sommet avec Kim Jong-un à Singapour le
12 juin. Une semaine plus tôt, le président américain avait annulé
sa rencontre historique avec le dirigeant nord-coréen, e raison de "l'hostilité" de la Corée du Nord. "Je pense que ce sera
finalement un processus couronné de succès", a confirmé Donald
Trump, à l'issue d'une discussion avec le bras droit de Kim Jong-un
à Washington. Le président américain a ajouté que, selon lui, Kim
Jong-un était 'résolu à dénucléariser' la Corée du Nord. "Je
sais qu'ils veulent le faire. Ils veulent se développer en tant que
pays. Cela va se faire, je n'ai aucun doute", a-t-il assuré. Donald
Trump, à qui le général Kim Yong chol a remis une "très
sympathique lettre" de Kim Jong-un, a également promis que les
Etats-Unis n'imposeraient pas de nouvelles sanctions à la Corée du
Nord pendant les négociations. "Je ne veux plus utiliser le terme
'pression maximale'. (…) Nous nous entendons bien", a-t-il déclaré
aux reporters, sur la pelouse de la Maison Blanche.  

Départ de Zinedine Zidane du Real Madrid: "Pour moi, pour tout le monde, il faut changer".

Départ de Zinedine Zidane du Real Madrid: "Pour moi, pour tout le monde, il faut changer".http://www.via214.net/




A la surprise générale, Zinédine Zidane a annoncé qu'il quittait le
club madrilène, avec lequel il vient de remporter sa troisième
Ligue des champions. Il dit ne pas chercher d'autre équipe dans
l'immédiat. Son arrivée avait suscité l'interrogation, son départ
a provoqué la stupeur. Zinédine Zidane a mis un terme, jeudi 31
mai, à sa première expérience d'entraîneur, sur le banc du Real
Madrid. En huit cent soixante-dix-neuf jours, il a réussi ce que les
légendes du jeu n'ont jamais fait en quarante ans de carrière,
remportant trois Ligues des champions d'affilée, la dernière samedi
face à Liverpool. Chose miraculeuse dans un club aussi scruté que
le Real Madrid, où les secrets ne durent jamais, rien n'a filtré
des souhaits de départ du champion du monde 1998 jusqu'à ce que le
club convoque, à midi, une conférence de presse en présence de son
entraîneur une heure plus tard. Quelques minutes avant que Zidane
ouvre la porte de la salle de presse du siège du club à Valdebebas,
dans la banlieue de la capitale espagnole, les médias madrilènes
éventaient le secret. "Pour moi, pour tout le monde, il faut
changer", a annoncé Zinédine Zidane. La décision a été
qualifiée de "totalement inattendue" par le président du club,
Florentino Pérez, la mine défaite, présent à ses côtés devant
les journalistes. Clamant tout au long de la conférence de presse
son amour de la Maison Blanche, Zidane a assuré ne pas "chercher
[r] d'autre équipe" à entraîner dans l'immédiat. "Cette équipe
a besoin d'un changement". L'entraîneur français, à la tête du
club merengue depuis le début de 2016, vient d'entrer dans
l'histoire de son sport en devenant le premier technicien à
remporter trois fois d'affilée la Ligue des champions, et ce pour sa
première expérience sur le bans d'une équipe professionnelle,
après avoir dirigé l'équipe réserve du Real. Il venait, en
janvier, de prolonger son contrat jusqu'en 2020 comme entraîneur des
Merengues. "Je pense que cette équipe a besoin d'un changement, a
expliqué Zinédine Zidane. Après trois ans, il y a besoin d'un
autre discours. Sûrement d'une autre méthode de travail. C'est pour
cela que j'ai pris cette décision." Le Marseillais a lourdement
insisté sur le fait que ce départ était aussi "bon pour les
joueurs", estimait qu'un "changement [était] nécessaire pour
continuer de gagner". "Pour moi, la décision est claire,
même si pour beaucoup elle est incompréhensible. C'est le moment.
Aussi pour les joueurs. Après avoir fait trois ans, c'est la
décision à prendre". Les joueurs avaient été prévenus
auparavant par Zidane et, sur les réseaux sociaux, ont fait assaut
de compliments à l'égard du "Mister", que le vestiaire madrilène
n'a jamais remis en cause. "J'ai apprécié comme un enfant chaque
entraînement, chaque conseil", a par exemple écrit le Brésilien
Marcelo.





Pas de successeur évident. Prié de dire si une défaite en finale de la
Ligue des champions, le 26 mai contre Liverpool (3-1), aurait dû
changer sa décision, Zidane a répondu dans un sourire: "Possible,
possible." Il a aussi laissé entendre qu'il pourrait revenir un
jour au Real Madrid: "Bien sûr que c'est un "à bientôt". Mais
m'a tout donné. Je vais rester proche du club toute ma vie, c'est
sûr." Zidane en congé sabbatique, le mercato d'été des
entraîneur, déjà très animé, devrait prendre un nouveau
tournant. Le plus prestigieux des bancs européens est à pourvoir.
Mais qui pourrait s'y asseoir dans les prochaines semaines? Le poste
n'étant jusqu'à présent pas à pourvoir, les candidats ne sont pas
encore déclarés. Dans les derniers mois, la presse espagnole avait
évoqué le nom de Mauricio Pochettino, manager argentin, de
Tottenham. Mais que ce soit lui ou un autre, il sera quasi impossible
de faire mieux que l'ancien titulaire du poste, même si Zidane n'a
remporté qu'une seule des deux saisons de la Ligue qu'il a
entièrement dirigées. La pression sur les épaules de son
successeur sera considérable, compte tenu de l'image de Zinedine
Zidane à Madrid et de son palmarès exceptionnel. Elle sera aussi
grande pour son ami Didier Deschamps, l'actuel sélectionneur de
l'équipe de France, dont le contrat vient d'être prolongé jusqu'en
2020 par la Fédération française de football. En théorie, il
devrait rester sélectionneur quel que soit son résultat à la Coupe
du monde en Russie (du 14 juin au 15 juillet). Deschamps: "il sera à
un moment sélectionneur". Noël Le Graët, président de la FFF, a
considéré récemment l'arrivée, un jour, de Zinédine Zidane au
poste de sélectionneur comme "une suite logique". Didier Deschamps
n'a pas dit autre chose jeudi, lors de la conférence de presse à la
veille du matche amical France-Italie. Interrogé sur le fait de
savoir si cette annonce lui mettait une certaine forme de pression,
le sélectionneur a d'abord ri. Avant d'enchaîner: "On posait des
questions avant la Coupe du monde 2014, avant l'Euro 2016...
Aujourd'hui, je suis en immersion avec mon groupe pour un objectif
bien précis. Toute mon énergie est focalisée là-dessus, il y aura
un après-Coupe du monde, oui. C'est valable pour moi, valable pour
les joueurs." Face à la répétition des questions, Deschamps a
fini à concéder: "Certainement, il sera un moment sélectionneur.
(…) Quand? Je ne peux pas le dire, mais ça me semble logique. Ca
arrivera quand ça arrivera." La date n'est, en tout cas, pas
inscrite sur l'agenda de Didier Deschamps. 

Italie: Conte premier ministre, Salvini à l'intérieur, Di Maio au développement économique.

Italie: Conte premier ministre, Salvini à l'intérieur, Di Maio au
développement économique.http://www.via214.net/






Le juriste de 53 ans
dirigera un gouvernement d'union après l'accord conclu jeudi entre
les chefs de file du Mouvement 5 étoiles (antisystème) et de la
Ligue (extrême droite), Luigi Di Maio et Matteo Salvini. Vers une
sortie de la crise en Italie? Le pays s'est dôté jeudi 31 mai dans
la soirée d'un nouveau gouvernement avec à sa tête un juriste de
53 ans, Giuseppe Conte. Cette fois, le président Sergio Mattarella a
validé la liste des membres de l'équipe gouvernementale, qui
prêtera serment vendredi à 16 heures. L'annonce a été faite après
le nouvel accord conclu jeudi après-midi par les chefs de file du
Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), Luigi Di Maio, et de la
Ligue (extrême droite), Matteo Salvini. Comme prévu, M. Salvini
hérite également du ministère de l'intérieur. De son côté, M.
Di Maio est nommé ministre du développement économique. Paolo
Savona aux affaires européennes. Paolo Savona, économiste qui
considère l'euro comme "une prison allemande", est nommé aux
affaires européennes. Le président Mattarella avait mis son veto
dimanche au premier gouvernement proposé par la Ligue et par le M5S,
car M. Savona était prévu pour le ministère de l'économie et des
finances. Ce poste revient à Giuseppe Tria, un professeur d'économie
politique favorable au maintien de l'Italie dans l'euro. Il est
notamment proche des idées de la Ligue, en particulier sur la baisse
radicale et la simplification des impôts. C'est également un
farouche partisan de l'Union européenne, Enzo Moavero Milanesi, qui
a été nommé aux affaires étrangères. Après la prestation de
serment, M. Conte demandera la confiance au Parlement, où la Ligue
et le M5S ont la majorité des deux chambres. "Egalement, cohérence,
écoute, travail, patience, bon sens, tête et cœur pour le bien des
Italiens. Peut-être qu'on y est enfin, après tant d'obstacles,
d'attaques, de menaces et de mensonges", s'est réjoui M. Salvini
sur Facebook à l'annonce du nouvel accord avec le M5S. L'idée d'un
gouvernement d'union M5S-Ligue avait été abandonné dimanche soir à
la suite de ce veto spectaculaire du président Mattarella. Le chef
de l'Etat avait alors chargé lundi Carlo Cottarelli, un économiste,
de former un gouvernement d'expertes en attendant de nouvelles
élections. Mais après l'annonce de la Ligue et de M5S, M.
Cottarelli a fait savoir jeudi soir qu'il renonçait à former un
gouvernement. "Un gouvernement politique est de loin la meilleure
solution pour le pays", a-t-il déclaré. Les deux partis ont alors
de nouveau proposé Giuseppe Conte, un professeur de droit peu connu
jusqu'ici, pour prendre la tête du gouvernement d'union.   

Une TESLA en autopilote percute une voiture de la police aux Etats-Unis.

Une TESLA en autopilote percute une voiture de la police aux Etats-Unis.http://www.via214.net/




Un nouvel accident de la
route impliquant une voiture Tesla en mode "autopilote" s'est
produit. Un véhicule Tesla qui roulait en pilotage automatique a
percuté mardi une voiture de police en stationnement aux Etats-Unis.
Aux Etats-Unis, le matin du 29 mai, un véhicule électrique Tesla en
régime "autopilote" a percuté une voiture de police à Laguna
Beah, a indiqué la police de la ville. "L'agent n'était pas dans
le véhicule et le conducteur de la Tesla n'a subi que de légères
blessures", a indiqué sur Twitter la police de Laguna Beach, situé
au sud de Los Angeles, en publiant aussi des photos de l'accident.






Le conducteur de la Tesla, qui a été légèrement blessé, a refusé
d'être hospitalisé. La Tesla roulait en "Autopilot", un logiciel
que Tesla présente comme un système d'aide à la conduite et non de
pilotage automatique. "Pourquoi ces véhicules continuent-ils à
faire ça? Nous sommes simplement chanceux que les gens ne se
blessent pas", a commenté un porte-parole de la police. Cet
accident intervient alors que le logiciel "Autopilot" des voitures
Tesla fait déjà l'objet d'une enquête. Une conductrice de la Tesla
dans l'Utah a causé un accident de route en utilisant le pilote
automatique et en regardant son téléphone plus tôt ce mois-ci.
Deux accidents mortels ont également eu lieu impliquant le logiciel,
l'un en Californie en mars et l'autre en 2016 en Floride. De plus, le
11 mai, une voiture Tesla Model S a percuté un camion de pompiers
dans l'Utah, aux Etats-Unis. Le Conseil national de la sécurité des
transports des Etats-Unis est en train d'enquêter dur deux autres
accidents fatals dans lesquels ont pris part des voitures électriques
Tesla. 

Rencontre entre Corée du Nord et Etats-Unis à New York.

Rencontre entre Corée du Nord et Etats-Unis à New York.http://www.via214.net/




Le haut responsable nord-coréen Kim Yong-chol a entamé mercredi une
visite exceptionnelle aux Etats-Unis pour débattre d'un éventuel
sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un. Le bras droit de Kim
Jong-un a entamé mercredi 30 mai au soir à New York une série
d'entretiens avec le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo,
lors d'une visite rarissime visant à remettre définitivement sur
les rails le sommet historique entre le dirigeant nord-coréen et
Donald Trump. Le général Kim Jong-chol, arrivé en provenance de
Pékin, est le plus haut responsable nord-coréen à fouler le sol
américain depuis dix ans. Il a dîné pendant une heure et demi avec
le secrétaire d'Etat américain, qu'il avait déjà rencontré à
deux reprises ce printemps à Pyongyang. A son retour à son hôtel
de Manhattan, Mike Pompeo, qui était accompagné d'Andrew Kim, chef
de la section Corée à la CIA, a simplement dit que le repas, avec
du "bœuf américain" au menu, s'était bien passé. Fixer
un ordre du jour. Les deux hommes à la tête des négociations des
deux pays ennemis doivent se retrouver jeudi dans le même immeuble
près du siège des Nations unies pour de nouveaux entretiens.
L'objectif de leurs discussions est de déterminer si les Etats-Unis
et la Corée du nord sont en mesure de fixer un ordre du jour partagé
pour le sommet du 12 juin à Singapour, et d'accélérer donc les
préparatifs une semaine après la lettre de Donald Trump à Kim
Jong-un, dans laquelle il annulait leur tête-à-tête inédit en
critiquant "l'hostilité" de la Corée du Nord. A ce revirement a
succédé un tout aussi spectaculaire regain d'optimisme, à tel
point que la Maison Blanche affirme désormais s'attendre à ce que
le sommet ait lieu comme initialement prévu. Pour cela, "il faut
que la dénucléarisation" de la Corée du Nord "soit sur la table
et au cœur de la rencontre", a toutefois prévenu la porte-parole
de la présidence américaine Sarah Sanders. "Et le président doit
avoir le sentiment qu'on fait des progrès sur ce front." Mike
Pompeo et Kim Yong-chol vont donc devoir tenter de concilier des
attentes à priori inconciliables. Définitions éloignées.
Washington réclame une "dénucléarisation complète, vérifiable
et irréversible", et n'entend lâcher du lest sur les sanctions
internationale qu'une fois que le processus, par nature complexe et
long, sera achevé ou au moins très avancé. Pyongyang a de son côté
accepté de parler d'une dénucléarisation mais refuse qu'elle soit
unilatérale, et sa définition risque d'être éloignée de celle
des Américains tant les Nord-Coréens ont jusqu'ici présenté leur
arsenal atomique comme une garantie pour la survie du régime. "Nous
devons les convaincre qu'au contraire leur programme nucléaire
renforce leur insécurité", a expliqué mercredi soir un haut
responsable américain confirmant que Washington est prêt à fournir
des "garanties" pour la sécurité. D'ici ce sommet qualifié de "probable" par l'administration Trump, les Nord-Coréens "doivent
dire clairement ce qu'ils sont prêts à faire", a ajouté ce
responsable. "Nous voulons voir si les conditions sont réunies pour
un sommet couronné de succès", mais in fine la décision d'aller
ou on à Singapour "est à 100% dans les mains du président",
a-t-il ajouté. "Faucon du régime". La venue du général Kim aux
Etats-Unis semble en tout cas témoigner d'une volonté d'avancer.
Cet ancien chef espion, réputé être le faucon du régime et fin
connaisseur de la Corée du Sud, a été aux avant-postes de
l'extraordinaire détente en cours depuis le début de l'année après
l'escalade des tensions de 2017, quand aux tirs de missiles et essai
nucléaires nord-coréens succédaient sanctions internationales
toujours plus strictes. Officiellement vice-président du comité
central du parti au pouvoir, il s'est rendu aux Jeux olympiques
d'hiver au sud, aux récents sommets intercoréens et en Chine pour
accompagner à deux reprises Kim Jong-un. A treize jours du jour J,
trois séries de rencontres directes sont organisées parallèlement
cette semaine entre les Etats-Unis et Corée du Nord, qui n'ont pas
de relations diplomatiques et s'échangeaient il y a quelques mois
encore menaces et invectives. Logistique. Outre les discussions à
très haut niveau de New York, des délégations des deux pays se
rencontrent à Panmunjom, dans la zone démilitarisée qui sépare
les deux Corées, pour mettre au point l'ordre du jour du sommet, et
aussi à Singapour pour coordinner, cette fois, la logistique. Ces
autres discussions, qui se sont poursuivies mercredi, ont été "positives", a assuré Sarah Sanders, "et on va continuer à aller
de l'avant avec eux". Parallèlement, les échanges entre les
gouvernements américain, sud-coréen et japonais se sont encore
intensifiés. Le premier ministre japonais Shinzo Abe rencontrera
Mike Pompeo à Washington le 6 juin avant d'être reçu par Donald
Trump à la Maison Blanche le lendemain. Quant au chef de la
diplomatie russe Sergueï Lavrov, dont le pays a participé aux
négociations que le programme nucléaire nord-coréen dans le passé,
il se rendra également à Pyongyang jeudi. 

Meghan Markle et prince Harry en voyage de noce au Canada.

Meghan Markle et prince Harry en voyage de noce au Canada.http://www.via214.net/




Ils rêvaient de l'Afrique... finalement ce sera dans un pays beaucoup
moins exotique que le prince Harry et Meghan Markle passeront leur
lune de miel. Selon le site TMZ, c'est finalement le Canada qui a été
retenu pour le premier voyage en amoureux du duc et de la duchesse de
Sussex. C'est au Fairmont Jasper Park Lodge, dans la "retraite
royale" de 600 m2 nichée dans le Parc national de Jasper à l'ouest
du Canada que les jeunes mariés devraient séjourner cet été,
selon ce site. Le parc national canadien est une visite appréciée
par la famille royale britannique. En 1939, la reine Elizabeth I et
le roi George VI y avaient séjourné. En juin 2005, c'était au tour
d'Elizabeth II et de son époux le prince Philip de visiter le parc
Jasper. Des célébrités telles qu'Anthony Hopkins, John Travolta ou
Bill Gates ont l'habitude d'y séjourner. Le Canada est aussi un pays
qui a du sens pour le couple princier. C'est à Toronto que Meghan
Markle a tourné les sept saisons de la série "Suits"; c'est là
aussi que réside l'une de ses meilleures amies, la styliste Jessica
Mulroney. En septembre 2017, c'est encore au Canada que le couple a
officialisé sa relation pendant les Invictus Games. Mais on attend
encore une confirmation officielle de la destination du couple. Ce ne
serait pas la première fois en effet que Meghan Markle et Harry
modifieraient leurs plans: depuis plusieurs mois, on leur prêtait
l'intention de s'envoler pour la Namibie pour leur lune de miel. "Si
un lieu fuite avant le voyage, cela compromet la sécurité du
périple, et leur équipe de protection leur conseillera de choisir
autre chose", expliquait une source au Elle américain. Même si
certaines chambres sont disponibles pour la "modique" somme de 400
euros dans le Fairmont Jasper Park Lodge, attendez donc un peu avant
de réserver, en tout cas si vous espériez apercevoir le couple
princier cet été. Un lieu glamour et chargé de sens pour le
couple. La destination d'autant plus glamour que c'est là que se
situe "Rivière sans retour", le film mythique d'Otto Preminger en
1954 avec Marilyn Monroe et Robert Mitchum. 

La veuve de Kurt Cobain, Courtney Love accusé de tentative de meurtre par son ex-beau-fils.

La veuve de Kurt Cobain, Courtney Love accusé de tentative de meurtre
par son ex-beau-fils.http://www.via214.net/




L'ex-mari de Frances Cobain vient de porter plainte contre son ancienne
belle-mère Courtney Love. Courtney Love est au cœur d'une bataille
juridique qui oppose sa fille à son ancien mari, Isaiah Silva.
Dernier rebondissement en date? L'ex de Frances Cobain accuse son
ex-belle-mère de tentative de meurtre, d'agression et de tentative
de kidnapping. Selon TMZ, les faits remonteraient à juin 2016
lorsque les deux amoureux se sont séparés. D'après lui, Courtney
Love a organisé un "complot avec plusieurs individus pour pénétrer
par effraction dans sa maison" et récupérer l'une des guitares de
Kurt Cobain. Mais ce n'est pas tout. Son ancienne belle-mère aurait
également demandé à ses hommes de "le rouer de coups, le
kidnapper et enfin tenter de l'assassiner pour récupérer la guitare
de Kurt Cobain". Aux policiers, Isaiah Silva accuse notamment Sam
Luffi, un manager bien connu mais aussi John Nazarian, un détective
privé, le musicien Michael Schenk et l'acteur de 13 Reasons Why Ross
Butler. Il explique que l'ex-manager de Britney Spears aurait tenté
de lui "tenir les partie génitales à travers son pantalon". Le 15
mai dernier, afin d'enfin finaliser leur divorce, Frances Bean Cobain
avait accepté de céder à contrecoeur l'instrument à son ex-mari,
Isaiah Silva. De son côté, il affirmait qu'il s'agissait d'un
cadeau et qu'il ne voulait absolument pas s'en séparer. Pour le
moment, ni Frances Bean Cobain ni Courtney Love, ni les hommes mis
en cause par Isaiah Silva n'ont réagi à ces accusations.  

L'incertitude de la politique italienne laisse craindre une nouvelle crise des dettes en Europe.


L'incertitude de la politique italienne laisse craindre une nouvelle crise des dettes en Europe.http://www.via214.net/





Les fragilités économiques et institutionnelles de la zone euro sont
ravisées par les tensions en Italie et en Espagne. En rejetant la
nomination d'un ministre des Finances eurosceptique, le président
Sergio Mattarella a-t-il écarté le risque d'un "Italexit", le
risque d'une sortie italienne de l'euro? A court terme, peut-être.
Mais à moyen terme, les incertitudes demeurent. Et la possible tenue
de nouvelles élections risque de renforcer le camp des populistes de
la Ligue et du Mouvement 5 étoiles, qui ne cessent de dénoncer le "complot des élites" contre leur accession au pouvoir. Surtout si
le scrutin se mue en référendum pour ou contre l'euro. Lundi 28
mai, les Bourses européennes ont ouvert en légère hausse. Les taux
italiens, eux, s'établissaient à 2,37%, stables. Vendredi 25 mai,
l'écart entre les taux à dix ans allemands et italiens – le "spread", considéré comme un baromètre du risque – était
néanmoins monté à 217 points, son plus haut niveau depuis décembre
2013. Ces prochains jours, la renonciation du premier ministre choisi
par la coalition, Giuseppe Conte, pourrait soulager quelques peu les
investisseurs. "Mais cela pourrait ne pas durer", estime Alan
Lemangnen, économiste chez Natixis, dans la note sur le sujet. La
crise institutionnelle et la montée en puissance des populistes dans
les sondages – en cas de nouvelles élections, le résultat ne
serait probablement guère différent de celui de mars – pourraient
alimenter la remonté des taux italiens ces prochaines semaines.
Motion de censure contre le gouvernement Rajoy. D'autant que les
tensions sont également vives en Espagne. Vendredi 25 mai, le Parti
socialiste espagnol (PSOE), premier parti d'opposition, a en effet
déposé une motion de censure contre le gouvernement de Mariano
Rajoy, dont le parti conservateur a été condamné dans un
retentissant procès pour corruption. Dans la foulée, les taux
d'emprunt espagnols à dix ans sont remontés à 1,466% vendredi,
contre 1,392% la veille. Et les taux portugais se sont également
tendus dans leur sillage.


Etats-Unis: impressionnantes inondations dans le Maryland l'état d'urgence décrété.

Etats-Unis: impressionnantes inondations dans le Maryland l'état d'urgence décrété.http://www.via214.net/




Le gouverneur de l'Etat du Maryland (Etats-Unis) a décrété l'état
d'urgence à la suite d'inondations destructrices survenues dimanche.
Aucun blessé n'a été signalé pour le moment mais les dégâts
sont très importants. Les images sont impressionnantes. Elles
montrent toute la force dévastatrice des flots après la tempête
qui a balayé cet état situé sur la côte est des Etats-Unis. La
ville d'Ellicot City a été particulièrement touchée. Des vidéos
montrent des torrents d'eau et de boue emportant tout sur leur
passage. Selon des témoins, le niveau de l'eau a atteint le premier
étage des habitations dans certaines rues de la ville.

Selon la CIA Kim Jong-un pourrait faire un geste en direction de Trump.


Selon la CIA Kim Jong-un pourrait faire un geste en direction de Trump.http://www.via214.net/






Selon la CIA, Kim Jong-un pourrait faire un geste en direction de Trump...
en ouvrant un fast-food à Pyongyang. L'installation d'une franchise
occidentale est l'une des concessions qui semblent acceptables pour
le régime nord-coréen.





INTERNATIONAL
– La diplomatie du hamburger. Ce mardi 29 mai, les Américains de
NBC News dévoilent ce qui pourrait être la plus surprenante des
conséquences du sommet tant attendu entre Donald Trump et Kim
Jong-un. Alors qu'il avait été annulé par le président des
Etats-Unis le 24 mai dernier, ce rendez-vous semble de nouveau sur
les rails, et des pistes de discussion existeraient déjà. Un haut
responsable nord-coréen est ainsi attendu à New York pour préparer
le terrain, alors qu'une délégation américaine revient tout juste
de la zone démilitarisée qui sépare les deux Corées, après une
rencontre préliminaire avec des officiers mandatés par Pyongyang.
Un gage de foi. Après avoir interrogé trois responsables du
renseignement américain, NBC News explique donc que les Etats-Unis
et la Corée du Sud prévoient de proposer au Nord plusieurs
contreparties à un désarmement nucléaire, dont des aides en matière
d'infrastructures et d'agriculture, mais que Pyongyang semble pour
l'heure encore réticente à abandonner la poursuite de l'arme
atomique. En revanche, toujours selon ces trois officiers qui ont pu
constater un rapport de la CIA sur les relations entre Etats-Unis et
Corée du Nord, cette dernière serait prête à faire des
concessions, dont une particulièrement étonnante. En gage de bonne
foi et d'ouverture au monde, Kim Jong-un serait disposé à ouvrir un
fast-food occidental dans la capitale de son pays, une volonté
motivée par l'amour que porte Donald Trump... aux hamburgers. Quinze
ans avant la démilitarisation nucléaire, au mieux. NBC News
rappelle d'ailleurs qu'en juin 2016, celui allait devenir président
des Etats-Unis quelques mois plus tard avait expliqué au cours d'un
meeting qu'il n'était pas contre réduire la dépense publique
américaine en supprimant certaines dépenses alimentaires superflues
réduire la dépense publique américaine. "On devrait manger des
hamburgers autour d'une table de conférence, et on devrait négocier
de meilleurs accords avec la Chine et d'autres, dont la Corée du
Nord, en oubliant les dîner s d'Etat." Concernant la Corée du
Nord, le rapport de la CIA admet ne pas savoir vers quelle franchise
de fast-food le cœur de Kim Jong-un va, et quelle entreprise
occidentale pourrait donc être invitée à s'installer dans l'un des
Etats les plus fermés de la planète. Le document précise toutefois
que le leader nord-coréen prévoit d'utiliser le restaurant pour
servir de la nourriture pendant de futures négociations et qu'il
servirait ainsi à montrer la volonté d'ouverture de son régime.
Sur le dossier nucléaire en revanche, plusieurs experts cités par
le rapport assurent que la dénucléarisation ne serait pas atteinte
rapidement. Selon l'analyse du professeur à Stanford Siegfriend
Hecker, qui a eu l'occasion de visiter à plusieurs reprises les
installations nord-coréennes en la matière, il faudrait au moins
quinze ans pour compléter le désarmement du régime de Pyongyang.
Reste donc à savoir quel rôle un plateau de hamburgers pourra jouer
dans les négociations qui apparaissent aussi indispensables que
complexes.  

Serge Dassault: l'industriel est décédé brutalement dans son bureau.

Serge Dassault: l'industriel est décédé brutalement dans son bureau.http://www.via214.net/






Dassault – Le chef d'entreprise Serge Dassault est décédé ce lundi 28 mai
à l'âge de 93 ans. Celui qui était aussi homme politique est mort
soudenement, à son bureau, après un malaise cardiaque...
L'industriel Serge Dassault, quatrième fortune de France, est mort
ce lundi 28 mai 2018, à 93 ans, à son bureau du rond-point des
Champs-Elysées, à Paris. C'est une crise cardiaque qui a emporté
le patron de l'entreprise Dassault. Après plusieurs tentatives, les
secours n'ont pas réussi à réanimer Serge Dassault, pris
brutalement d'un malaise quelques minutes plus tôt. Le chef
d'entreprise était à la tête du groupe Dassault aéronautique
depuis la mort de son père Marcel, et propriétaire du journal Le
Figaro. Serge Dassault avait également embrassé une carrière
politique. Il a tour à tour été conseiller général, sénateur et
maire de Corbeil-Essonnes. Il était encore conseiller départemental
jusqu'à son décès brutal ce lundi. Serge Dassault, le géant de
l'aéronautique et de l'armement, est décédé à l'âge de 93 ans.
Il est mort d'une crise cardiaque dans son bureau du rond-point des
Champs-Elysées ce lundi après-midi. Longtemps, il a vécu à
l'ombre d'un père à la fois génie de l'aéronautique et sans
considération pour ses enfants. C'est seulement à 61 ans que Serge
Dassault, au moment où la vie professionnelle de beaucoup s'arrête,
a vraiment commencé la sienne. A la mort de son père Marcel, à 94
ans, qui avait gardé les manettes du groupe qu'il avait créé en
1929 jusqu'au bout. Une succession qui n'allait pas de soi puisqu'on
a longtemps prêté à Marcel Dassault la volonté de nommer plutôt
son petit-fils Olivier, le premier fils de Serge, plutôt que son
fils. Et, d'entrée, il a fallu lutter contre l'Etat et le ministre
de la Défense de l'époque, André Giraud, lui-même salarié du
groupe depuis trente-cinq ans, qui doutait des capacités de Serge à
diriger le groupe. Il faut dire que Serge Dassault, avec son allure
ronde et ses propos souvent si bruts qu'ils faisait douter qu'il eût
un surmoi, a longtemps été sous-estimé par beaucoup. Pas un
hasard, peut-être, que son personnage de fiction préféré soit
l'inspecteur Columbo. Une fois à la tête du groupe, il a fallu
restructurer, et notamment le développer pour qu'il ne soit plus
essentiellement un groupe aéronautique militaire et dépende donc en
très grande partie de la commande publique. En lui faisant prendre
le virage de l'aviation d'affaires, ces jets dont raffolent les plus
riches. Et diversifier l'activité de la famille, cinquième fortune
de France, selon le dernier classement du magazine Challenges. Le
groupe Dassault, c'est aujourd'hui plusieurs filiales: Dassault
Aviation, le fabricant des Rafale et des Falcon, qui compte 11800
salariés en France et est par ailleurs actionnaire à 25% du groupe
d'électronique et de défense Thales; Dassault Falcon Jet, qui
commercialise les avions d'affaires en Amérique, en Asie et das le
Pacifique (2400 salariés), Dassault Falcon Service, pour la location
d'avions d'affaires (660 salariés); une participation de 41% dans le
géant des logiciels Dassault Systems (3,2 milliards d'euros de
chiffre d'affaires); le groupe Le Figaro (520 millions d'euros de
chiffre d'affaire); ou encore, entre autres, la maison d'enchères
Artcurial (212 millions d'euros). Comme son père Marcel, Serge
Dassault se refusait à évoquer sa succession. Un sujet à la fois
tabou et omniprésent au siège du groupe, au rond-point des
Champs-Elysées. C'est son fidèle bras droit Charles Edelstenne,
aujourd'hui âgé de 80 ans, qui avait pris la direction générale
du Groupe Dassault en 2014, plutôt que se enfants qui lorgnaient la
place. Olivier (par ailleurs député de l'Oise), Laurent (chargé
des investissements de diversification du groupe), Thierry
(spécialisé dans l'intelligence économique) et Marie-Hélène
(chargée de la communication du mécénat), ses quatre enfants, tous
dans le groupe, n'étaient pas encore prêts, selon lui. En plus de
cette carrière dans l'industrie et la presse, Serge Dassault a été
piqué par le virus de la politique. Un moyen de faire à nouveau
comme son père Marcel, député de l'Oise durant presque trente ans.
Adhérent en 1986 au RPR, Serge Dassault est élu conseiller régional
d'Île-de-France, fonction qu'il abandonne en 1995 pour cause de
cumul de mandats. C'est à Corbeil-Essonnes qu'il connaît son
premier succès politique en reprenant au PCF la mairie en 1995,
après dix-huit années d'opposition. Il est sénateur de l'Essonnes
jusqu'en octobre 2017, siège qu'il doit quitter en raison d'affaires
judiciaires. Serge Dassault devait être rejugé en appel le 6 juin
prochain pour blanchiment de fraude fiscale. L'homme, soupçonné
d'avoir dissimulé des dizaines de millions d'euros au fisc français,
avait été condamné à cinq ans d'inéligibilité et à 2 millions
d'euros d'amende en première instance. Entre autres affaires
judiciaires, Serge Dassault était également mis en examen, depuis
2014, pour "achat de vote", "complicité de financement illicite
de campagne électorale" et "financement de campagne électorale en
dépassement du plafond autorisé", dans le cadre de ses fonctions à
la mairie de Corbeil-Essonnes. Des faits que les avocats et lui
niaient. Ces dernières semaines, il s'était attelé à la rédaction
d'un livre consacré à ses souvenirs politiques avec la
collaboration de Claude Carlier, biographe de son père Marcel.  

Gonesse: les terminales du lycée Cassin en colère contre Parcourssoup.

Gonesse: les terminales du lycée Cassin en colère contre Parcourssoup.http://www.via214.net/




Un mouvement spontané est né après la publication des premiers
résultats sur la plate-forme d'admission post-bac. 66% des
terminales ont tous leurs vœux en attente, 2% n'ont que des réponses
négatives. "Blanqueur démission". "On n'est pas des cobayes,
notre avenir, c'est notre bataille". Voici quelques-uns des slogans
qui s'affichaient ce vendredi matin sur les grilles du lycée
René-Cassin de Gonesse devant lesquels des dizaines d'élèves
manifestaient. Un mouvement spontané né mardi soir après la
publication des premiers résultats sur la nouvelle plate-forme
d'admission post-bac Parcourssup. Pour de nombreux élèves, c'est la
douche froide. En effet: sur 447 Terminales, 66% avaient tous leurs
vœux d'affectation en attente et 2% des réponses toutes négatives.
Ces chiffres, diffusés sur le sort de l'établissement par le
proviseur pour tenter de désamorcer la crise, ont eu l'inverse de
l'effet escompté. "7 sur 10 aucune proposition pour l'instant alors
qu'on a attendu des mois. Psychologiquement c'est dur sur tout à
trois semaines du bac. On ne veut pas laisser passer", explique
plusieurs d'entre eux. Même chez ceux qui ont acceptés, c'est
souvent l'incompréhension ou la déception. "Je n'ai eu que mes
choix par défaut", regrettent plusieurs élèves. Et pour Suzanne,
la logique appliquée est inacceptable. Bonne élève de terminale
ES, elle a été acceptée en classe prépa mais refusée à la fac
de droit Paris 2 Assas. "On me répond que c'est hors de mon
secteur. Pourquoi est-ce que nous banlieusards n'aurions pas le droit
d'aller dans les grandes universités parisiennes? C'est de
l'élitisme", dénonce-t-elle. Et certains sont encore plus mal
lotis, particulièrement dans les filières technologiques. "Sur les
listes d'attente des DUT ou BTS, on est parfois 1000 e voire 5000 e
alors on sait très bien que c'est mort, s'emporte Kylian. Faut faire
quoi? Louper son bac et redoubler". "Et le privé, on n'a pas les
moyens. On va droit vers le chômage", poursuit une adolescente.
Yasmine, 17 ans, fait partie des inquiets. "J'ai fait 16 vœux: 15
non et un seul en attente. C'est à ni rien comprendre. J'ai été
refusé en BTS dans mon lycée, dans ma spécialité mais je suis en
attente à Sarcelles qui ne l'est pas!". "Ca va servir à quoi
d'avoir le bac si on n'a rien derrière?", demandent des lycées
dépités. A leurs côtés, des professeurs sont venus les soutenir. "Depuis février, les élèves sont stressés par les CV, lettres de
motivation… Mais ils ont joué le jeu. Aujourd'hui, ils se sentent
floués et je crois qu'ils ont raison", souffle l'un d'eux. De mon
côté le ministère de l'Enseignement supérieur se veut rassurant. "C'est une procédure progressive et continue. Les situations vont
évoluer très vite, le système est conçu ainsi", indique-t-on. Et
qui de ceux qui n'ont que des réponses négatives? Ils sont invités
à prendre contact avec la commission régionale académique d'accès
à l'Enseignement supérieur (CRAAES) qui pourra les "accompagner et
les orienter". Et les élèves concernés de Cassin ne seront pas
seuls. Ce vendredi, le Recteur a indiqué qu'ils sont déjà 347
recalés de Parcoursup de l'académie à l'avoir sollicité. "Leurs
dossiers seront étudiés au cas par cas au sein de cette
commission", assure-t-on. "J'aurais au moins aimé être en attente
pour un espoir. Franchement, j'ai perdu la motivation pour le bac",
souffle Coura, 19 ans. Cette élève de terminale science et
technologie du management et de la gestion (STMG) fait partie des
élèves du lycée qui ont reçu mardi des refus à tous leurs vœux.
Au total, elle en avait adressé neuf sur la plate-forme. "Des BTS
et des DUT un peu partout dans le Val-D'Oise. J'avais réfléchi en
fonction de mes points forts et faibles mais surtout mon envie de
travailler dans le social", précise-t-elle. Aujourd'hui, elle n'y
croit plus et ce malgré un recours possible à la commission. "On
me dit qu'à partir de la fin juin, on va pouvoir me recaser dans une
filière où il y aura des places comme le transport. Mais ça ne
m'intéresse pas de tout. J'ai l'impression d'être un objet que l'on
case", souligne la jeune femme. 

Italie:un désaccord avec le président Giuseppe Conte renonce à être chef du gouvernement.

Italie:un désaccord avec le président Giuseppe Conte renonce à être chef du
gouvernement.http://www.via214.net/




Le président de la République, Sergio Mattarella, s'opposait notamment
à la nomination de Paolo Savona, un eurosceptique déclaré, comme
ministre des finances. L'Italie replonge de nouveau dans
l'incertitude la plus totale, dimanche 27 mai. Giuseppe Conte, le
chef du gouvernement désigné après de longues tractations entre le
Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système) et le Ligue (extrême
droite), a annoncé qu'il renonçait à être président du Conseil.
Il sortait d'une rencontre avec le président de la République
Sergio Mattarella, avec qui les discussions achoppaient sur le nom du
futur ministre des finances. Giuseppe Conte souhaitait nommer Paolo
Savona, 81 ans et eurosceptique déclaré, ce que refusait
catégoriquement M. Mattarella. Or, en Italie, c'est le chef de
l'Etat qui doit accepter la liste des ministres que le président du
Conseil lui présente. "Je peux vous assurer que j'ai fourni le
maximum d'efforts et d'attention pour mener à bien cette tâche et
l'avoir fait dans un climat de pleine collaboration avec les
responsables des forces politiques qui m'ont désigné", a déclaré
M. Conte devant la presse après la rencontre. La Ligue appelle à de
nouvelles élections.




Sergio Mattarella a assuré avoir "tout fait pour faciliter l'émergence
d'un gouvernement, en respectant notamment les délais demandés par
la M5S et la Ligue pour parvenir à un accord". Mais il a également
pleinement assumé sa décision: "J'avais annoncé à M. Conte que
j'accorderai une attention particulière à certains ministères. Il
m'a présenté une liste que j'ai accepté en tous points, à
l'exception du choix du ministre de l'économie. Dans mon rôle de
garant, je ne pouvais pas accepter un choix qui aurait pu conduire à
la sortie de l'Italie de l'euro et provoquer les inquiétudes des
investisseurs italiens et étrangers. Il est de mon devoir d'être
attentif à la protection de l'épargne italienne, qui est la
garantie de protéger la souveraineté de l'Italie". Le dirigeant du
M5S, Luigi Di Maio, a jugé "incompréhensible" ce refus du chef de
l'Etat, dont il a réclamé la destitution en invoquant l'article 90
de la Constitution italienne, évoquant la "haute trahison" et
"l'atteinte à la Constitution". "Alors disons-le clairement qu'il
est inutile d'aller voter, puisque les gouvernements ce sont les
agences de notation, les lobbies financiers et bancaire qui les font.
Toujours les mêmes", a-t-il également lancé dans un message
vidéo, posté sur sa page Facebook. Le chef de file de la Ligue,
Matteo Salvini, a quant à lui affirmé que la seule solution
désormais était la tenue de nouvelles élections législatives,
probablement cette année. "Dans une démocratie, si nous sommes
toujours en démocratie, il n'y a qu'une seule chose à faire,
laisser les italiens avoir leur mot à dire" a-t-il déclaré devant
des partisans rassemblés dans le centre de l'Italie. Carlo
Cottarelli, un économiste, convoqué lundi. Après avoir refusé la
liste des ministres présentée par le chef du gouvernement désigné,
Sergio Mattarella doit désormais désigner un nouveau président du
Conseil mais, cette fois, sans chercher l'aval des vainqueurs des
législatives du 4 mars, pour former un gouvernement du président.
Il a convoqué lundi matin l'économiste Carlo Cottarelli, un ancien
haut responsable du Fonds monétaire international (FMI), aujourd'hui
âgé de 64 ans. Il avait notamment été chargé de la révision des
dépenses publiques par le gouvernement d'Enrico Letta (centre
gauche) en 2013 et s'était vu attribuer le surnom de "M. Ciseaux".
Ce mouvement technique n'obtiendra probablement pas la majorité au
Parlement, dominé par le M5S et la Ligue. Cet exécutif serait alors
chargé de gérer les affaires courantes jusqu'à l'organisation des
élections, probablement à l'automne. 

Pesticides: la liste des fruits et légumes les plus contaminés.

Pesticides: la liste des fruits et légumes les plus contaminés.http://www.via214.net/




Dans son dernier numéro de mai le magazine 60 millions de consommateurs
dresse la liste des fruits et légumes les plus contaminés par les
pesticides considérés comme dangereux pour la santé. Depuis que
l'ONG Génération Futures a dénoncé la présence de traces de
glyphosate dans de nombreux aliments la chasse aux pesticides prend
de plus en plus d'ampleur. Dans son dernier numéro du mois de mai
2018, le magazine 60 millions de consommateurs rapportent une étude
ayant un classement des fruits et légumes qui seraient les plus
contaminés. Raisins, clémentines et cerises les plus contaminés.
Relayée par Génération Futures, cette recherche réalisée par la
Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la
répression des fraudes entre 2012 et 2016 révèle que sur 19 types
de fruits 75% contenaient des traces de pesticides. Parmi eux, ceux
qui étaient le plus touchés: les raisins, clémentines, mandarines,
cerises et pamplemousse... En revanche, ceux qui seraient le moins
contaminés seraient: les kiwi, les avocats, les prunes et les
mirabelles. Selon 60 millions de consommateurs, le fait que certains
soient moins touchés que les autres seraient dû aux types
d'insecticides utilisés et à la perméabilité de fruit. En ce qui
concerne les légumes, des traces de pesticides ont été trouvées
sans 41% des types analysés dont la grande majorité (70%) étaient
dans le céleri, les herbes fraîches et les endives. Ceux qui
seraient les moins contaminés seraient: le maïs, les asperges et
les ignames. Si aucune recommandation officielle n'est établie quant
aux risques réels des pesticides sur la santé, de nombreuses
recherches pointent du doigt des risques neurologiques comme une
favorisation du développement de certaines maladies comme Parkinson
ou Alzheimer ou certains cancers comme celui de la prostate ou le
myélome multiple, selon l'Institut national de la santé et de la
recherche médicale (Inserm). 

Giro d'Italie: Froome remporte l'étape reine et prend le maillot rose, Pinot troisième.

Giro d'Italie: Froome remporte l'étape reine et prend le maillot rose,
Pinot troisième.http://www.via214.net/





La 19 me étape du Giro, reliant Venaria Reale à Bardonecchia, a vu le
britannique Christopher Froome (Sky) s'imposer après une longue
échappée en solitaire. A la faveur d'une défaillance de Simon
Yates, en perdition, et de la neutralisation des autres favoris, il
renverse totalement ce Tour d'Italie et prend la tête à deux jours
de l'arrivée. Thibaut Pinot réalise également une bonne opération
en prenant la troisième place du classement général. Au prix d'un
numéro incroyable, le Britannique Chris Froome a pris les commandes
du Giro vendredi, au-dessus de Bardonecchia (nord-ouest), après sa
victoire dans la 19 e étape. A deux jours de l'arrivée à Rome, le
quadruple vainqueur du Tour de France précède désormais le
Néerlandais Tom Dumoulin, vainqueur sortant du Giro, d'une
quarantaine de secondes. Le Français, Thibaut Pinot est remonté de
la 5 e à la 3 e place, mais à plus de 4 minutes. Froome a mené un
raid solitaire de... 80 kilomètres d'une autre époque. Il a basculé
en tête au sommet du colle delle Fenestre, à 2178 mètres
d'altitude, puis de la montée du Sestriere avant de rejoindre en
vainqueur le sommet de Jafferau, terme de cette étape reine. Si
Froome s'est détaché sur la route en terre du col le plus haut du
Giro (Fenestre), il n'a cessé de creuser l'écart ensuite dans la
montée roulante vers Sestriere. Malgré la poursuite animée par
Dumoulin, champion du monde du contre-la-montre, et Pinot. Pinot
grimpe sur le podium. Derrière Froome, le groupe de poursuite a eu
du mal à s'entendre en raison de la passivité du Colombien Miguel
Angel Lopez et de l'Equatorien Richard Carapaz, en lutte pour le
maillot blanc de meilleure jeune. Il s'est présenté au pied de
Jafferau (7,2 km à 9,1%) avec 3 min 25 sec de retard sur Froome.
Dans la dernière ascension, Froome n'a que très peu perdu sur ses
suivants. L'Equatorien Richard Carapaz s'est assuré la deuxième
place de l'étape, à près de trois minutes, devant Pinot. La
cavalcade de Froome a éclipsé la défaillance complète de son
compatriote Simon Yates, en tête du Giro depuis la 6 e étape. Le
porteur du maillot rose a été distancé très tôt, à plus de 86
kilomètres de l'arrivée, dans l'interminable ascension des Fenestre
(18,5 km), bien avant la partie finale en terre. Yates a vécu un
calvaire et a basculé au sommet à près d'un quart d'heure de la
tête de la course. Le grimpeur italien Domenico Pozzovivo, troisième
du classement au départ de Venaria Reale, a été distancé lui
aussi dans le colle delle Fenestre. Froome, qui prend part pour la
première fois au Giro depuis 2010, a enlevé son deuxième succès
depuis le départ, après sa victoire samedi dernier au Monte
Zoncolan. La participation du Britannique (33 ans) n'était pas
assurée à cause de son contrôle antidopage "anormal" de la
Vuelta en septembre dernier. Mais la procédure étant encore en
cours, Froome a pu se présenter au départ de Jérusalem.

Drôme: trois morts et plusieurs blessés graves dans l'accident de bus des supporters de rugby.

Drôme: trois morts et plusieurs blessés graves dans l'accident de bus des supporters de rugby.http://www.via214.net/




Un bus de supporters de rugby qui revenait de la demi-finale de Top 14
Castres-Racing 92 à Lyon s'est couché samedi soir sur l'A 7 dans la
Drôme. L'accident a fait trois morts et au moins onze blessés
graves, selon le bilan provisoire de la préfecture. Les
circonstances du drame restent à déterminer. Un car transportant
des supporters de rugby s'est couché samedi soir sur l'autoroute A 7
dans le Drôme. Au moins trois personnes ont perdu la vie et onze
autres ont été gravement blessées, selon le dernier bilan de la
préfecture. Le drame, qui n'a impliqué que ce véhicule, s'est
produit au niveau de Chantemerle-les-Blés, à quelques kilomètres
au nord de Valence. Les victimes sont des supporters du club de rugby
de Beaucaire dans le Gard. Les 31 passagers à bord, dont 18 mineurs,
revenaient de la demi-finale de Top 14 Castres-Racing 92 à Lyon. Les
trois décédés sont des adultes, parmi lesquels figure un couple et
le chauffeur. Plusieurs personnes ont été éjectées du bus et ont
dû être médicalisées directement sur place. Selon les
informations du journal Le Dauphiné, le bus s'est couché entre le
parapet et la bande d'arrêt d'urgence. Au total, 135 pompiers, 60
gendarmes et trois hélicoptères du Samu ont été mobilisés pour
les secours et un poste médical avancé a été mis en place sur les
lieux. L' A 7 a été coupée dans le sens Nord Sud à hauteur de la
sortie 12 (Chanas). "Le car, seul en cause, a glissé sur une
centaine de mètres avant de s'immobiliser, a expliqué sur place
Alex Perrin, procureur de la République de Valence. Un couple et le
chauffeur sont décédés. Le transporteur est basé à Avignon. Un
examen complet du véhicule va être effectué et une autopsie du
corps du chauffeur sera pratiquée." France Bleu rapporte que le
drame s'est produit dans une zone de travaux limitée à 90 km/h.
Seule la voie de gauche est ouverte à la circulation. Ouverture
d'une enquête. Le parquet de Valence a ouvert une enquête en
flagrance du chef d'homicide involontaire, contre X, confiée à
l'escadron départemental de sécurité routière, pour éclairer les
circonstances de l'accident et déterminer d'éventuelles
responsabilités, techniques ou humaines. Une expertise judiciaire
aura lieu dans la semaine à cette fin. "On va faire enlever le bus
et refaire un peu l'historique de son déplacement", précise Alex
Perrin, les premières constatations indiquant qu'un "problème de
pneumatiques" pourrait avoir déséquilibré le véhicule.  

Large victoire du "oui" à l'avortement en Irlande.

Large victoire du "oui" à l'avortement en Irlande.http://www.via214.net/


DUBLIN,
25 mai (Reuters) – Les Irlandais se sont prononcés vendredi à une
très forte majorité en faveur de la libéralisation du droit à
l'avortement, selon un sondage à la sortie des urnes Irish
Times/Ifop MRBI. Le "oui" à l'abrogation d'une disposition
constitutionnelle interdisant le droit à l'interruption volontaire
de grossesse (IVG) l'a emporté avec 68% des voix lors du référendum
organisé vendredi, selon cette enquête réalisée auprès de 4.000
électeurs dans 160 bureaux de vote à travers le pays. Le
dépouillement ne débutera que samedi à 08 h 00 GMT. Le taux de
participation a été l'un des plus élevés jamais enregistrés en
Irlanade pour un référendum. L'avortement est légal depuis 2013
sur l'Île à forte tradition catholique, mais il était jusqu'à
présent limité au seul cas où la vie de la mère est en danger.


(Padraic Halpin Tangi Salaüm pour le service français).   

Montpellier: les enfants du Petit-Bard reçus au Ministère de l'Education.

Montpellier: les enfants du Petit-Bard reçus au Ministère de l'Education.http://www.via214.net/





Quelques pas supplémentaires dans une longue marche. "Le collectif des
parents du Petit-Bard Pergola est mobilisé depuis trois ans sur les
questions de ségrégation scolaire et de mixité sociale dans les
quartiers populaires" résume Fatiha Ait Alla. La mère de famille a
fait partie de la délégation (*) reçue mercredi 25 mai après-midi
au ministère de l'Education nationale. Une amorce de dialogue rendue
possible, notamment, par les deux premiers état généraux,
Montpellier l'an passé puis Créteil au mois d'avril dernier, où
collectifs de parents et chercheurs universitaires ont phosphoré. "Nous voulons être force de proposition pour tous les enfants de la
République". Une mixité "dès la maternelle". Dépasser le
combat de départ, celui "du souhait de l'application d'une
circulaire gouvernementale permettant d'agir autour des collèges de
zones fortement ségréguées. C'était le cas de Las Cazes (devenu
Simone-Veil, NDLR) à Montpellier où, certes, des choix d'options
nouvelles ont été faits. C'est bien, mais cela ne suffit pas. Nous
déplorons un manque de courage politique pour élargir l'action du
côté de La Paillade avec Arthur-Rimbaud, les Garrigues et les
Escholiers". Toujours localement, les mères du Petit-Bard
insistent, depuis le début de leur mouvement à l'hiver 2015, "sur
une mixité dès la maternelle où l'enfant se construit. Les valeurs
républicains inscrits sur les frontons des écoles doivent entrer
dans les classes". Au dialogue avec la Ville compliqué du début -
euphémisme – a succédé une avancée, récente, notable. "Vendredi Sonia Kerangueven adjointe déléguée à la réussite
éducative, nous a promis la construction, d'ici 2020, d'une cantine
pour le groupe scolaire Bon-Armstrong du Petit-Bard et ses 500
enfants. Enfin! C'est pourtant un droit commun". A Pris, mercredi,
les deux conseillers ministériels "ont été à l'écoute. Ils se
sont engagés à nous revoir cet automne pour nous dire quels points
de nos revendications pourraient être retenus. Pourquoi pas imaginer
une loi égalité-mixité à l'école?" reconnaître, aussi, la
place, l'expertise des parents des quartiers populaires. "Ils
souffrent de beaucoup de mépris." Un ressenti que l'hommage public
d'Emmanuel Macron, en marge de sa conférence sur les banlieue mardi
à l'Elysée, n'a pas fait évoluer. "Nous avons été ravies que le
Président dise vouloir s'inspirer de nous. Mais il faut désormais
des actes, du concret!" Que le Président vienne au Petit-Bard. Et
Fatiha Ait Alla de citer le travail, au Petit-Bard, d'association
telles que l'académie du Montpellier Méditerranée futsal d'Hamza
Aarab, Génération taekwondo, Espoir 34 et la Main verte. "Il faut
les soutenir.Nous, citoyens, sommes engagés. Que le Président
vienne au Petit-Bard pour voir des lumières dans le tableau noir."





(*) Les collectifs des parents du Petit-Bard et Apprendre ensemble, les
associations Espoir 34, Pacte 34, Parents de Créteil, Filles et fils
de la République. 

Ils droguent leurs voisins lors d'une soirée couscous pour les détrousser.

Ils droguent leurs voisins lors d'une soirée couscous pour les
détrousser.http://www.via214.net/





Un remake de "nos pires voisins?" Un couple et un adolescent de 17 ans
ont été mis en examen ce vendredi en Isère pour avoir drogué
leurs deux voisins lors d'une soirée couscous avant de les
détrousser, a-t-on appris auprès du parquet. Les faits se sont
déroulées le 14 mai au domicile des mis en cause, à
Montalieu-Vercieu en Isère. Ces derniers ont versé dans le plat de
leurs invités un antiépileptique dont l'un des effets secondaires
est le sonnolence. Poursuivis pour "administration de substance
nuisibles". Les victimes ont été prises de vertiges et
d'étourdissements avant de s'endormir profondement, a déclaré la
procureure de la République de Bougoin-Jallieu, Dietlinf Baudoin,
confirmant une information du quotidien Le Dauphiné Libéré.
Interpellés mercredi et jeudi à leur domicile, le couple – un
homme de 42 ans et une femme de 32 ans – et leur jeune comparse
sont poursuivis pour "administration de substance nuisibles, vol en
réunion et tentative d'escroquerie". Des cartes bancaires volées.
Le couple victime s'était aperçu le lendemain, à son réveil, du
vol de ses cartes bancaires. L'enquête a permis d'établir qu'elles
avaient été utilisées par leurs hôtes pour tenter de retirer de
l'argent à un distributeur de billets. Mal en point, les deux
victimes s'étaient ensuite rendues aux urgences où la substance
ingérée avait été identifiée. Un mandat de dépôt et un
placement sous contrôle judiciaire ont été respectivement requis
contre le couple d'escrocs présumé et l'adolescent.

Le pari russe d'Emmanuel Macron.

Le pari russe d'Emmanuel Macron.http://www.via214.net/



A
Saint-Pétersbourg, le président français s'est félicité, jeudi,
d'un rapprochement avec Vladimir Poutine sur deux dossiers majeurs,
la Syrie, et l'accord nucléaire iranien. Pas un mot sur l'affaire
Skripal, qui a entraîné le plus vaste mouvement d'expulsion de
diplomates. Rien non p^lus sur les frappes aériennes contre la Syrie
après l'utilisation par Damas d'armes chimiques. Les divergeances
ont été mises de côté. En visite à Saint-Pétersbourg, jeudi 24
mai, Emmanuel Macron a eu à cœur de mettre en avant "les échanges
plus longs que prévu mais fructueux" qu'il a eus avec Vladimir
Poutine. "Nos pays ont vocation à définir, pour reprendre la
phrase de Dostoïevski, un vrai levier de conviliation pour toutes
les contradictions européennes", a résumé le chef d'Etat. Pour
justifier de pari russe, le président français ne pouvait rêver
d'un endroit plus adéquat que Saint-Pétersbourg, la ville russe la
plus européenne qui est aussi "la ville de Vladimir Poutine". Sur
le fond, M. Macron a invoqué le "multilatéralisme fort" et
"l'indépendance" dans lesquels il veut inscrire sa politique
étrangère. Et donc "le dialogue avec la Russie est un élément".
Trois heures durant, le chef du Kremlin est son invité, qui se sont
entretenus au Palais Constantin, ont balayé tous les sujets qui
fâchent sans jamais se fâcher. "C'est sur la Syrie que le
rapprochement de nos positions est le plus évident", se félicitait
un diplomate français, à l'issue de la rencontre entre les deux
dirigeants. M. Macron a proposé de "coordonner" deux initiatives
de négociations parallèle, celle d'Astana qui associe la Russie, la
Turquie, et l'Iran, et celle du "small group", lancée par Paris,
avec les Etats-Unis, le Royaume-uni, l'Allemagne, la Jordanie,
l'Arabie saoudite. Objectif: donner aux Syriens une "nouvelle
Constitution" et préparer des élections "auxquelles doivent
participer tous les Syriens", y compris les millions de réfugiés,
a précisé le président. Préserver l'accord sur le nucléaire
iranien. "C'est un conflit qui a des racines profondes et il ne peut
être réglé que par des voies politiques, et il ne peut y avoir des
règlements à long terme su toutes les parties ne sont pas autour de
la table", a abondé M. Poutine. "Une Syrie stable, politiquement
inclusive est un de nos principes communs", a renchéri son
homologue français. Moscou et Paris se sont également entendus pour
coopérer dans le domaine de l'aide humanitaire. En revanche,
Vladimir Poutine n'a pas repris l'idée d'Emmanuel Macron de remettre
sur pieds un mécanisme indépendant sous l'égide des Nations unies
(ONU) de contrôler des armes chimiques en Syrie. La Russie s'était
opposée au renouvellement du précédent système. Sur l'Iran aussi,
les deux dirigeants disent avoir trouvé matière à s'entendre. Ils
veulent à tout prix préserver l'accord sur le nucléaire iranien,
menacé par le retrait des Etats-Unis de Donald Trump, et surtout
éviter que Téhéran ne s'exonère de ses engagements et relance son
programme nucléaire. M. Macron estime aussi qu'il est nécessaire de
compléter cet accord en négociant avec l'Iran sur son programme
nucléaire après 2025, son programme balistique et son rôle au
Moyen-Orient. "Nous pouvons discuter ces points", a affirmé le
président russe, mais "cela ne doit pas conditionner l'accord sur
le nucléaire iranien". c'est un peu jouer sur les mots. "Je me
retrouve parfaitement dans les propos de Vladimir Poutine. Je ne
parlais pas d'élargissement de l'accord mais de la compléter", a
déclaré M. Macron affirmant "ne pas vouloir mettre en risque
l'accord de 2015 car ont n'a rien proposé de mieux". Parfaire le
tableau d'une relation apaisée. Les deux chefs d'Etat ont fait
preuve de la même volonté de conciliation dans un domaine inattendu
et hier encore objectif de tensions, les cyberattaques, sur
lesquelles ils ont promis de "l'échanger des informations". Ne
restaient plus que quelques obstacles à franchir pour parfaire le
tableau d'une relation apaisée. Le conflit en Ukraine a certes été
évoqué mais à minima, chacun appelant de ses vœux au respect des
accords de Minsk, censé apporter la paix dans le Dombass, à l'est
du pays, et aujourd'hui totalement encalminés.





"De
quel avion parlez-vous? Je ne connais pas les détails", a osé M. Poutine interrogé lors de la conférence de presse sur
les conclusions de l'équipe internationale d'enquête attribuant à
une unité russe le tir de missile qui a abattu l'avion MH17
au-dessus du territoire ukrainien en juillet 2014. Et quand un
journaliste a posé la question des droits de l'homme en Russie, en
particulier sur le sort du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, condamné
à vingt ans de colonie pénitentiaires, ou du metteur en scène
Kirill Srebrennikov, en résidence surveillé, Emmanuel Macron s'est
tourné vers son hôte en souriant: "Je ne vous avais pas menti,
Monsieur le président, quand je vous ai dit que ces sujets étaient
sensibles". Possible retour pour le Mondial de football. Le
président français a toutefois maintenu ses rendez-vous, tard le
soir, avec des personnalités de la société civile et de la
culture. "L'écho d'une voix qui a marqué le XX e siècle et
continue d'éclairer le nôtre, a-t-il tweeté. Avec Mme
Soljenitsyne, treize minutes d'entretien." Memorial, l'ONG russe des
droits de l'homme, a eu droit à cinq minutes. Pour en finir, le chef
d'Etat a comblé d'aise son auditeur russe en annonçant qu'il
reviendrait lors de la Coupe du monde de football, dont le coup
d'envoi commence mi-juin dans le pays, "si l'équipe de France passe
les quarts de finale". C'est une petite divergeance avec le
Royaume-Uni qui, après l'affaire Skripal, a décidé de ne pas
envoyer de représentants officiels pour soutenir ses joueurs. La
solidarité a ses limites. 

Giuseppe Conte nouveau premier ministre italien, veut "confirmer la place de l'Italie dans l'Europe

Giuseppe Conte nouveau premier ministre italien, veut "confirmer la place de l'Italie dans l'Europe et dans le monde".http://www.via214.net/





Le président de la République italienne Sergio Mattarella a désigné
mercredi le juriste Giuseppe Conte comme président du Conseil
(Premier ministre). Le quinquagénaire sera à la tête d'une
coalition populiste formée par le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la
Ligue. "Le président de la République, Sergio Mattarella, a reçu
cet après-midi le professeur Giuseppe Conte, auquel il a donné le
mandat pour former le gouvernement", a déclaré à la presse le
secrétaire général de la présidence, Ugo Zampetti. Le fraîchement
nommé président du conseil a assuré vouloir "confirmer la place
de l'Italie en Europe et dans le monde" à la sortie d'un entretien
de plus de 1 h 30 avec le président Sergio Mattarella. Un juriste au
profil contesté. Agé de 54 ans, Giuseppe Conte est un spécialiste
du droit civil et administratif. Inconnu du grand public, il avait
été présenté avant les élections du 4 mars par le M5S comme
possible ministre chargé de "débureaucratiser" la fonction
publique. Le profil du juriste est contesté depuis mardi et les
accusations de mensonges sur son CV. Il y évoque notamment des
travaux de "perfectionnement juridique" dans de prestigieuses
universités étrangères, mais la New York University (NYU) a
indiqué qu'aucun Giuseppe Conte ne figurait dans ses registres.  

Un centre commercial de Toulouse offre une minute de shopping entièrement gratuit.

Un
centre commercial de Toulouse offre une minute de shopping entièrement gratuit.http://www.via214.net/




Une
minute pour remplir son panier avec le plus d'articles possibles afin
de se les faire offrir. Cela sera possible dans une enseigne de
vêtements de Toulouse, samedi 26 mai 2018. "Fast & shopping":
c'est le nom de l'opération menée dans le magasin New look, samedi
26 mai 2018. L'espace Saint-Georges, à Toulouse, dans lequel
l'enseigne est située, va en effet offrir une session de shopping
illimité à cinq de ses clients. L'an passé les gagnants avaient
dépensé plus de 1.200 euros. Les cinq gagnants auront donc une
minute pour remplir leur panier avec le maximum d'articles de la
boutique avant de se les faire offrir. L'an passé, lors de la
première édition de ce "Fast & shopping", les gagnants
avaient pu s'offrir plus de 1.200 euros d'articles. Pour participer à
cette opération commerciale, il convient de s'inscrire sur la page
Facebook de l'espace Saint-Georges ou sur son site internet, au plus
tard le mercredi 23 mai 2018, ou bien de se rendre sur place le
jour-même: une personne sera sélectionnée sur le site internet,
deux sur la page Facebook et deux seront choisies sur place le samedi
26 mai 2018. En 2017, plus de 700 personnes avaient participé à ce
grand concours.

154 économistes allemands disent "nein" au projet de réforme de l'euro de Macron.

154 économistes allemands disent "nein" au projet de réforme de
l'euro de Macron.http://www.via214.net/





Dans une tribune publiée par un des principaux quotidiens allemands, des
économistes plaident pour une Europe de la rigueur et dénoncent le
projet de réforme de l'euro du président français. Ils
recommandent même une procédure de sortie de l'euro. 154 professeur
d'économie allemands mettent en garde contre la poursuite du
développement de l'union monétaire et bancaire européenne vers une
«union de la responsabilité» que certains médias français ont
préféré traduire par "union de la dette". Leur lettre ouverte,
publiée le 21 mai -jour de l'annonce de la formation du nouveau
gouvernement italien – par le quotidien allemand Frankfurter
Allgemeine Zeitung (FAZ) s'en prend directement au président
français et à celui de la Commission européenne. Ainsi ils
écrivent: "Les propositions du président français Macron et du
président de la Commission européenne, Juncker, mentionnent dans
l'accord de coalition présentent de grands risques pour les citoyens
européens". En effet, l'accord de la coalition, signé le 7 février
à Berlin par les représentants des partis conservateurs CDU-CSU et
les sociaux-démocrates du SPD, commence par un chapitre intitulé
"Un nouvel élan pour l'Europe". Celui-ci se réfère en partie aux
propositions d'Emmanuel Macron soutenues par Jean-Claude Juncker pour
réformer l'Europe et la zone euro. Mais, pour les économistes
signataires de la lettre, l'utilisation de l'actuel Mécanisme
européen de stabilité (MES) en tant que garantie de dernier recours
contre des faillites de banques réduisait "l'incitation à assurer
le poids des créances douteuses". De plus, cela se ferait "au
détriment de la croissance et de la stabilité financière". Ils
estiment aussi et surtout qu'une mutualisation européenne de
garantie des dépôts bancaires aboutirait à faire porter par tous
le coût des erreurs commises par certaines banques et certains
gouvernements. Pour les éditeurs du FAZ il ne fait visiblement aucun
doute que parmi les banques et gouvernement visés, l'Italie occupe
la première place comme ne témoigne l'illustration choisie: une vue
du Colisée à Rome accompagnée de la légende "La nouvelle source
d'euro-inquiétudes". "Ne pas récompenser la mauvaise conduite".
Les économistes ne sont pas plus enthousiasmés par la création
d'un fonds d'investissement européen en appui de réformes
structurelles car, pour les signataires de la lettre, ce projet
aboutirait immanquablement à des transferts d'argent et prêts à
des pays de la zone euro qui n'ont pas effectué de réformes
structurelles et reviendrait à "récompenser la mauvaise conduite".
En claire, pas question de créer une source de financement destinée
à aider les pays du sud de l'Europe à se désendetter. Quant au
ministre des Finances "disposant d'une capacité fiscale en tant
qu'interlocuteur de la BCE", ils n'en veulent pas non plus, car
selon eux il "contribuerait à rendre la politique monétaire encore
plus politisée". A la fin de cette lettre, les économistes
montrent enfin qu'aucune politique de soutien à l'économie par la
dépense publique ou l'émission monétaire ne saurait trouver grâce
à leurs yeux. Ils fustigent ainsi la politique dite
d'assouplissement quantitatif adoptée, sous la présidence de Mario
Draghi, par la Banque centrale européenne depuis 2015. Cette
stratégie monétaire a consisté à soutenir l'accès au crédit à
bas taux via un système de rachat de dettes souveraines par les
banques centrales de la zone euro. Pour eux: "Les très gros achats
d'obligations de la Banque centrale européenne (2 550 milliards
d'euros en septembre 2018) équivalent déjà à un financement
public par l'intermédiaire de la banque centrale." Et ils estiment
que cette politique doit cesser rapidement. Une mutualisation de la
dette saperait la croissance. Les économistes affirment pour
conclure que "le principe de responsabilité est la pierre angulaire
de l'économie sociale de marché" et que cette "union de la
responsabilité sape[rait] la croissance et menace[rait] la
prospérité dans toute l'Europe". Ils demandent au gouvernement
allemand de "revenir aux principes de base de l'économie social de
marché" et considèrent qu'il est "important de promouvoir des
réformes structurelles au lieu de créer de nouvelles lignes de
crédit et des incitations à la mauvaise conduite économique". Ils
recommandent aussi que les droits de vote au sein de la BCE soient
"liées à la responsabilité". Une façon polie de demander que
les gouverneurs des banques centrales de la zone euro dont les pays
ne respectent pas les critères de stabilité – déficit public et
dette contenues dans les limites respectives de 3% et 60% du produit
intérieur brut (PIB) – soient privés de toute influence sur la
politique monétaire de la BCE. Sorite de l'euro préconisée pour
les mauvais élèves. Enfin ils estiment nécessaire la "création
d'une procédure d'insolvabilité ordonnée pour les Etats et d'une
procédure de retrait ordonnée", autrement dit: une sortie de la
zone euro pour les Etats ne parvenant pas à faire face aux échéances
de remboursement de leur dette. Difficile d'aller plus loi dans la
condamnation du projet de réforme défendu en avril dernier devant
le Parlement européen par Emmanuel Macron. A l'époque, le président
français le justifiant par la nécessité de contrer, au nom "d'une
Europe qui protège", la progression redoutée des partis
eurosceptiques dans la perspective des élections européennes de
2019. Une préoccupation partagée par Jean-Claude Juncker, lui aussi
mis en cause dans cette lettre des pères-la rigueur allemands.  

Coup de théâtre en Italie: le cauchemar de Bruxelles continue.

Coup de théâtre en Italie: le cauchemar de Bruxelles continue.http://www.via214.net/





Berlusconi
ayant ouvert la voie à une alliance entre le M5S et la Ligue, le
rédacteur en chef du mensuel Ruptures Pierre Levy estime que c'est
là le cauchemar de Bruxelles -un gouvernement "anti-système" -
qui se précise en Italie. Les événements viennent de s'accélérer
spectaculairement en Italie. Pendant les deux mois qui ont suivi les
élections générales du 4 mars, la situation politique semblait
dans une impasse. Malgré les nombreuses tractations -visibles et
dans l'ombre – aucune majorité ne semblait pourvoir être formée.
Ultime solution, un retour aux urnes paraissait inévitable. Le coup
de tonnerre a finalement eu lieu le 9 mai -ironie de l'Histoire, lors
de la "journée de l'Europe". Il a pris la forme d'une déclaration
surprise de Silvio Berlusconi. L'ancien Premier ministre (81ans) ne
pouvait concourir en raison de condamnations antérieures, mais,
avant le scrutin, se voyait comme "faiseur de roi". Les électeurs
en ont décidé autrement en plaçant sa formation, Forza Italia
(13%), en deuxième position au sein de l'alliance des trois partis
de droite, loin derrière ses alliés de la Ligue (ex du Nord) qui
obtenait 18%. Le leader de celle-ci, Matteo Salvini, revendiquait
donc de prendre la tête du gouvernement. L'autre grand gagnant du
scrutin, le Mouvement cinq étoiles (M5S), ne l'entendait pas de
cette oreille. Ce parti "inclassable" et "populiste", fondé par
le comique Beppe Grillo et dirigé par le jeune Luigi Di Maion était
en effet arrivé en tête du scrutin, avec près de 32% des voix. Ce
dernier estimait dès lors que c'était à lui d'entrer au palais
Chigi (le Matignon italien). Quant à la troisième grande force du
paysage politique, le Parti démocratique (PD, souvent étiqueté "centre-gauche"), elle sortait laminée des urnes, avec 19% des
suffrages. Le PD payait ainsi ses années de pouvoir, notamment sous
la coupe de Matteo Renzi (2014-2016) qui avait mis en œuvre à
marche forcée les réformes attendues par Bruxelles (loi travail
notamment). Au sein de ce parti, les partisans d'un soutien à un
gouvernement formé par les M5S, au nom de «l'esprit de
responsabilité» et de l'intérêt supérieur de l'UE, se sont
affrontés à ceux d'un retour dans l'opposition. Ces derniers l'ont
finalement emporté. Sur le papier, la seule configuration
majoritaire possible était donc un tandem associant le M5S et la
Ligue. Mais cette dernière était entravée par le veto de son allié
Forza Italia. Se fâcher avec Berlusconi aurait été plus que
périlleux pour la Ligue, qui se serait trouvé quelque peu isolée.
Volte-face du Cavaliere. C'est donc dans ce contexte qu'est intervenu
la volte-face du Cavaliere: celui-ci ne s'opposait plus à une
coalition entre le M5S et la Ligue. Certes, réaffirmant l'ancien
patron de la droite, il n'accorderait jamais sa confiance au M5S.
Mais, précisait-il, "si une autre formation politique que la
coalition de droite veut assumer la responsabilité de former un
gouvernement avec les cinq étoiles, nous prendrons acte de ce choix
avec respect". Le blocage ainsi levé, les équipes de Di Maio et
Salvini se sont immédiatement mises au travail. Les deux hommes –
qui refusaient pourtant de travailler ensemble il y a encore quelques
semaines (mêmes si cette hypothèse n'avait pas été exclue durant
ma campagne) – ont accepté de faire un "pas de côté" en
renonçant chacun à diriger le futur gouvernement. Le nom d'une
personnalité qui conviendrait aux deux partis, sans forcément
appartenir à l'un d'entre eux, devrait être connu sous peu, même
si aucun rebondissement n'est jamais à exclure. Beaucoup de mesures
envisagées sont de nature à faire exploser l'orthodoxie budgétaire
indissociable de la monnaie unique. Sur le plan pragmatique, les deux
forces ont, en quelques jours, dégagé des axes communs, fût-ce au
prix d'un étrange bric-à-brac. Cela va du revenu minimum (dit "de
citoyenneté") à la remise en cause de la réforme très
impopulaire des retraites imposée par Bruxelles, en passant par la
baisse des impôts ou... la fin de la vaccination obligatoires. Le
durcissement des lois migratoires – une question qui avait été
centrale lors de la campagne électorale – fait également
consensus entre les deux formations. Un dernier aspect donne plus que
des sueurs froides à Bruxelles: les deux forces se sont prononcées
en faveur de la levée des sanctions contre la Russie (ces sanctions
de l'UE doivent être renouvelées tous les six ans... à l'unanimité
des Etats membres). Le président de la République, qui détient
constitutionnellement le pouvoir de nommer le chef du gouvernement, a
averti qu'il était le garant des équilibres financiers et des "engagements internationaux" du pays, au premier rang desquels
l'appartenance à l'Union européenne et la discipline que cela
implique. Le très pro-européen Sergio Mattarella a donc fait savoir
qu'il veillerait au grain. "La perspective -encore à confirmer –
d'un gouvernement dit "anti-système" constitue en elle-même une
première en Europe". Si les marchés financiers ont commencé à
s'agiter, il serait certainement prématuré de prédire que le futur
gouvernement italien va faire un bras d'honneur à Bruxelles.
D'autant que le chef du M5S, en particulier dans la dernière ligne
droite de la campagne, avait tenu à se déclarer pro-UE, vantant
même à cet égard les choix d'Emmanuel Macron. Il faut également
rappeler que son mentor, Beppe Grillo, avait tenté, i l y a deux
ans, un rapprochement tactique au sein du parlement européen avec le
groupe de l'euro-fanatique et fédéraliste Guy Verhostadt. La Ligue,
pour sa part, s'est place résolument dans le camp dit "eurosceptique". Mais sa proximité avec le Front national
français, lui-même en plein recentrage "euroconstructif", donne
une idée de la capacité de la machine européenne à "assagir",
domestiquer, voire retourner ses opposants d'apparence radicale. Pour
autant, la perspective – encore à confirmer – d'un gouvernement
dit "anti-système" constitue en elle-même une première en
Europe. Au-delà des possibles retournements des dirigeants
politiques, elle reflète un fait de portée considérable:
l'accélération du rejet de l'intégration européenne par les
peuples aux quatre coins du continent, comme en témoignent toutes
les récentes élections (Pays-Bas, Allemagne, Autriche, République
Tchèque, Hongrie et probablement Suède en septembre) sans évidement
oublier le Brexit. Les dirigeants européens n'en sont peut-être
qu'au début de leurs pires cauchemars. En attendant, ce 9 mai, ce
n'était plus la fête de l'Europe mais plutôt, selon le vocabulaire
insoumis, la Fête.. à L'Europe. 

Insolite: la première boutique de cannabis vient d'ouvrir en France.

Insolite: la première boutique de cannabis vient d'ouvrir en France.http://www.via214.net/




Jusqu'alors,
tes potes et toi vous vous terrez dans vos appartements pour fumer
des zder en regardant des reportages sur la BAC et les stup'. Jamais
en manque de zeub, tu roules plus vite que ton ombre et cette vie ô
combien dangereuse fait partie intégrante de ce que tu es. Alors
qui, on préfère te prévenir, ce qui va suivre va te choquer: une
boutique de cannabis vient d'ouvrir à deux pas de Lille... Et en
toute légalité! C'est désormais officiel! Depuis le 19/05/2018,
vous pouvez acheter librement et sans avoir de sueur froide du
cannabis! Qui plus est dans une vraie boutique: le Bestown Shop.
Située à Annoeuillin, à côté de Lille, cette dernière était
autrefois une boutique de fringues tenue par un couple qui a changé
du tout au tour en proposant désormais des produits à base de
cannabis thérapeutique. Comment cette idée folle leur est venue?
Tout simplement en reprenant le concept déjà existant à Besançon.
Alors qu'est-ce-qu'on y trouve de beau (bon)? Des plantes à infuser,
des cristaux faire fondre dans la bouche, des huiles et même du
liquide pour cigarette électronique! En gros, le cannabidiol est ici
vendu sous diverses formes. Parce que, oui, c'est ça leur petit
secret: ils commercialisent cette molécule tout à fait légale
présente dans le cannabis et aux vertus thérapeutiques. Néanmoins,
pas de THC dans les produits vendus et donc rien à voir avec des
stupéfiants! Pour rappel, le cannabidiol réduisait les tremblements
causés par la maladie de Parkinson, soulagerait de la douleur,
l'anxiété voire même jusqu'à la maladie de Crohn...

La consommation s'accélère en avril les salaires augmentent.

La
consommation s'accélère en avril les salaires augmentent.http://www.via214.net/


Moscou
(awp/afp) – La consommation des ménages russes a rebondi au mois
d'avril et le pouvoir d'achat a augmenté, selon les chiffres publiés
mardi par l'agence de statistiques russe. Selon le rapport mensuel de
conjoncture de Rosstat, les ventes de détail ont augmenté de 2,4%
en avril sur un an, une amélioration après le ralentissement en
début d'année. En mars, elles avaient augmenté de 2,0% sur un an.
Les revenus réels des ménages, mesure la plus large du pouvoir
d'achat, ont progressé de 5,7% sur un an et avril, poursuivant leur
reprise encourageante (+4,5% sur un an en mars). En février, ils
avaient enregistré la première évolution positive depuis janvier
2017, un bon signe après leur diminution de 1,7% en 2017 par rapport
à 2016. Le salaire réel moyen a pour sa part augmenté 7,8 en
avril. Plombé par l'envolée des prix, le pouvoir d'achat des Russes
la lourdement chuté pendant la récession de 2015-2016 due à
l'effondrement des cours du pétrole et aux sanctions occidentales
liées à la crise ukrainienne. Les statistiques publiées mardi
continuent d'être rassurantes pour 2018, après une fin d'année
montrant un essoufflement de la reprise économique. La production
industrielle avait également surpris positivement au mois d'avril,
avec une croissance de 1,3% sur un an, supérieure aux prévisions
des spécialistes. Selon les analystes de Capital Economics, ces
données semblent indiquer que "le durcissement des sanctions
américaines et la chute du rouble au débit du mois d'avril ont eu
peu d'impact sur l'économie réelle jusqu'à présent."  

Insertion et remplace: accélération du développement clinique d'UCART123 en LAM suite à l'approbatio

Insertion et remplace: accélération du développement clinique d'UCART123 en LAM suite à l'approbation d'un protocole modifié.http://www.via214.net/


Augmentation
des doses actuellement testées de 6.25x104/kg
à 2.5x10
5/k.
Intervalle et traitement entre les patients raccourci de 42 jours à 28 jours, puis à 14 jours pour les patients suivants. Ouverture d'un nouveau
centre clinique pour l'étude LAM au MD Anderson Cancer Center. Ce
communiqué remplace celui publié le 22 mai à 22 h 30 pour la
raison suivante: Des informations ont été ajoutées dans le premier
point après le deuxième paragraphe Cellectis (Euronext Growth:
ALCLS-Nasadaq: CCL), société biopharmaceutique de stade clinique
spécialisée dans le développement d'immunothèrapies fondées sur
des cellules CAR-T allogéniques ingénierées (UCART), annonce
l'pprobation d'un amendement au protocole de l'essai clinique de
Phase I pour ICART123, un produit candidat exclusivement détenu par
Cellectis, évalué chez des patients atteints de leucémie aiguë
myéloblastique (LAM). Les principaux changements au protocole
comprennent:Le palier de la dose 1 à administrer passe de du protocole modifié de UCART123, un produit candidat exclusivement
détenu par Cellectis, constitue une étape importante dans la
progression de notre étude, et l'ouverture d'un nouveau centre
clinique au MD Anderson, l'un des centres de cancérologie les plus
réputés au monde, permet à la Société d'avancer
sur des bases solides pour aider autant de patients atteints de LAM
que possible avec cette nouvelle thérapie innovante", a déclaré
le Professeur Stéphane Depil, Vice-président senior de la recherche
et du Développement et directeur médical. "L'immunothérapie sur
étagère fondée sur l'édition de gènes continues à révolutionner
la médecine moderne, et nous espérons que cette approche aboutira
dans un avenir proche à un traitement salvateur pour les patients
atteints de LAM". Cellectis
a travaillé en étroite collaboration avec les parties prenantes
après examen des détails de l'étude UCART123 et nous sommes
maintenant impatients d'activer ce nouveau protocole dans le but
d'accélérer le développement d'un traitement efficace pour les
patients atteints de LAM dont les besoins médicaux non satisfaits
sont importants", a ajouté Stéphan Reynier, Chief Regulatory ans
Compliance Officer. "Nous avons hâte d'obtenir des données
supplémentaires afin de pouvoir traiter cette maladie aussi rare que
dévastatrice". La période de revue par la FDA pour cet amendement
est maintenant terminée et Cellectis a obtenu l'approbation de
comités d'éthique. Plus d'informations sur cet essai sont
disponibles sur ClinicalTrial.gov. UCART123 est notre premier produit
candidat exclusivement détenu par Cellectis, fondé sur des cellules
T ingénièrées ciblant l'antigène CD123, exprimé à la surface
des cellules tumorales dans des pathologies telles que la leucémie
aiguë myéloblastique (LAM). Celletis a reçu l'autorisation de
l'U.S. Food ans Drug Administration (FDA) de procéder à des essais
cliniques de Phase I pour la LAM. Ils 'agit de la première
autorisation octroyée aux Etats-Unis pour un produit allogénique,
"sur étagère" fondé sur des cellules CAR-T issues de l'édition
de gènes. L'essai clinqiue UCART123 pour la LAM est une étude de
Phase I à dose progressive et croissante visant à évaluer
l'innocuité, l'expansion, la persistance et l'activité clinique de
UCART123 (cellules T allégoéniques génétiquement modifiés
exprimant le récepteur antigènique chimérique ciblant l'antigène
CD123) chez des patients atteints de LAM récidivante ou réfractaire
et chez des patients atteints de LAM à haut risque nouvellement
diagnostiquée. Cette étude clinique est coordonnée par le Docteur
Gail J. Roboz, Investigateur Coordinateur, Directeur du programme
clinique et recherche translationnelle sur les leucémies et
Professeur de médecine au Weill Cornell Medicine – New
York-Presbyterian Hospital. La LAM est due à la prolifération
incontrôlée de cellules immatures tumorales s'accumulant dans la
moelle osseuse et parfois dans le sang. La moelle osseuse de ce fait
n'est plus en mesure d'assurer la production de cellules sanguines
normales. Cette insuffisance médullaire ainsi que la prolifération
incontrôlée des blastes leucémiques sont fatales en l'absence de
traitement. Aux Etats-Unis, on estimé à 19950 le nombre de nouveau
cas de LAM par an et 10430 décès liés à cette maladie chaque
année. Cellectis, est une entreprise biopharmacieutique de stade
clinique, spécialisée dans le développement d'une nouvelle
génération d'immunothérapie contre le cancer fondées sur les
cellules CAR-T ingénierées (UCART). En capitalisant sur ses 18 ans
d'expertise en ingénierie des génomes, sur sa technologie d'édition
du génome TALEN® et
sur la technologie pionnière d'électroporation PulseAgile-Cellectis
utilise la puissance du système immunitaire pour cibler et éliminer
les cellules cancéreuses. Grâce à ses technologies pionnières
d'ingénierie des génomes appliquées aux sciences de la vie, le
groupe Cellectis a pour objectif de créer des produits innovants
dans de multiples domaines ciblant plusieurs marchés. Ce communiqué
de presse contient des déclarations prospectives sur les objectifs
de la Société, qui reposent sur nos estimations et hypothèses
actuelles et sur les informations qui nous sont actuellement
disponibles. Les déclarations prospectives sont soumises à des
risques connus et inconnus, des incertitudes et d'autres facteurs qui
pourraient entraîner des différences matérielles entre nos
résultats, performances et accomplissements actuels et les
résultats, performances et accomplissements futurs exprimés ou
suggérés par les déclarations prospectives. De plus amples
informations sur les facteurs de risques qui peuvent affecter
l'activité de la société et ses performances financières sont
indiquées dans le rapport annuel de Celletis en anglais intitulé "Form20-F" pour l'exercice clos le 31 décembre 2017, dans le
rapport financier (incluant le rapport de gestion du conseil
d'administration) pour l'exercice clos le 31 décembre 2017 et les
documents enregistrés postérieurement par Celletis auprès de la
Securities Exchange Commission. Sauf si cela est requis par la
réglementation applicable, nous déclinons toute obligation
d'actualiser et de publier ces énormes prospectifs, ou de mettre à
jour les raisons pour lesquelles les résultats pourraient différer
matériellement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs, même
si de nouvelles informations étaient disponibles dans le futur.

Tirs de missiles Houthis sur le Yémen-chaîne Al Arabia.

Tirs de missiles Houthis sur le Yémen-chaîne Al Arabia.http://www.via214.net/


RYAD,
22 mai (Reuters) – Les miliciens chi