Portrait
Via214
Fermer

Paysages d'autrefois

Programme de développement durable de BIC à horizon 2025 :  “Writing The Future together”

Programme de développement durable de BIC à horizon 2025 : “Writing The Future together”http://www.via214.net/


Publié le 23/10/2019 à 08:04 La Rédaction Via214


Amélioration de l'empreinte environnementale et/ou sociétale des produits BIC® :



  • Objectif 2025 : déployer une démarche d'éco-conception globale au sein de chacune de nos catégories au travers d'un outil de notation intégrant des critères tels que l'utilisation de matériaux alternatifs ou une faible consommation de plastique.


  • Point d’avancée à fin septembre 2019 : la méthodologie de scoring appliquée à l'ensemble des catégories est en cours d’adossement à une solution informatique Groupe dédiée et soutiendra notre portefeuille actuel et tout développement futur de produits.



80% d'électricité renouvelable.



  • Objectif 2025: réduire les émissions de gaz à effet de serre du Groupe par l'achat d'énergies renouvelables, l'étude du potentiel de
    production d'électricité renouvelable sur site et l'amélioration de l'efficacité énergétique dans nos activités.


  • Point d’avancée à fin septembre 2019: toutes nos usines de briquets utilisent de l’électricité 100%
    renouvelable depuis début 2019.



  • Zéro accident dans toutes les activités.



    • Objectif 2025 : intégrer les dimensions de sécurité, de santé et de bien-être au travail, à tous les niveaux.


    • Point d’avancée à fin septembre 2019 :Actions de formation et de communication en cours de déploiement dans l'ensemble du Groupe.



  • Travailler de manière responsable avec les fournisseurs stratégiques de BIC afin de nous assurer d'avoir l’approvisionnement le plus sûr,
    innovant et efficace possible.




    • Objectif
      2025 :
       identifier
      les " fournisseurs stratégiques " et mettre en œuvre des
      plans d'action pour maîtriser et atténuer tout risque majeur, tout
      en renforçant les relations avec les fournisseurs.


    • Point
      d’avancée à fin septembre 2019 :
       notre
      nouvelle organisation des achats stratégiques est en train
      d’évaluer les 100 principaux fournisseurs stratégiques aux
      niveaux mondial, régional et local.



     Améliorer
    les conditions d'apprentissage de 250 millions d'enfants dans le
    monde.




    • Objectif
      2025 :
       aider
      les enfants à réussir en leur offrant de meilleures conditions
      d'apprentissage et en faisant la promotion des atouts de l'écriture
      manuscrite pour leur développement.


    • Point
      d’avancée à fin septembre 2019 : 
      des
      actions éducatives ont été mises en place dans 26 pays, dont
      l'ouverture d’un centre de formation professionnelle à Karembeli,
      en Inde, en janvier 2019.






  • UKRAINE-LES PRÉPARATIFS D'UNE RÉUNION EN "FORMAT NORMANDIE" À L'ARRÊT

    UKRAINE-LES PRÉPARATIFS D'UNE RÉUNION EN "FORMAT NORMANDIE" À
    L'ARRÊThttp://www.via214.net/


    Publié le 23/10/2019 à 06:49 La Rédaction Via214



    MOSCOU - Les préparatifs d'un sommet à quatre sur l'Ukraine associant,
    outre Kiev et Moscou, l'Allemagne et la France, pour tenter de trouver une issue au conflit dans le Donbass sont à l'arrêt, a annoncé mardi le Kremlin.


    "Quand une des parties prétend avoir de nouvelles approches, le format
    'Normandie' rencontre des difficultés qui compliquent la préparation d'un tel sommet", a déclaré à la presse Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe.


    Une réunion en "format Normandie" (France, Allemagne, Russie et Ukraine)
    est évoquée depuis plus d'un mois, mais Moscou estime que Kiev lui a envoyé des "signaux contradictoires" depuis que le
    président Volodimir Zelenski a conclu au début du mois un accord avec la Russie visant à accorder l'autonomie au Donbass tenu par les rebelles pro-russes.

    Au Canada, la victoire étriquée de Justin Trudeau

    Au Canada, la victoire étriquée de Justin Trudeauhttp://www.via214.net/


    Publié le 23/10/2019 à 06:33 La Rédaction Via214



    Si les chiffres sont confirmés, sa formation n’obtiendra qu’une majorité relative au Parlement et devra compter sur l’appui d’un petit parti pour gouverner.



    Le marathon de meetings aura donc été salvateur. Le premier ministre
    sortant, Justin Trudeau, chef de file du Parti libéral, que les sondages donnaient au coude-à-coude avec le candidat conservateur, Andrew Scheer, et qui n’a cessé ces derniers jours de brûler les planches de campagne, du Pacifique à l’Arctique jusqu’à
    l’Atlantique, soignant son image à coup de Tweet et de selfies, a remporté de justesse un second mandat, lundi 21 octobre.


    Selon les projections à minuit des principaux médias canadiens, sa
    formation n’a obtenu qu’une majorité relative au Parlement, arrivant en tête dans 157 des 338 circonscriptions du pays. Un score qui, s’il est confirmé, l’obligera à compter sur l’appui d’un
    petit parti pour se maintenir au pouvoir. Les conservateurs, eux,
    obtiendraient 122 circonscriptions, suivis des indépendantistes du
    Bloc québécois avec 32 sièges. Concentration du vote par
    circonscriptions oblige, Andrew Scheer était cependant en voie de remporter plus de voix que les libéraux, avec 34,2 % des voix exprimées contre 33,4 %. Le résultat est d’autant plus amer pour le premier ministre qu’il avait largement remporté les élections en 2015, avec près de 40 % des voix.


    Dès l’annonce des premières projections, Justin Trudeau s’est
    adressé à ses partisans, visiblement soulagés. Il a reconnu qu’il avait fort à faire pour unifier son pays, promettant de travailler pour tous les Canadiens. Dans un appel du pied en direction des électeurs de la Belle Province, où le Bloc a réalisé de
    très bons scores, il a ajouté :"Mes
    chers Québécois, j’ai entendu votre message ce soir. Vous voulez continuer d’avancer avec nous, mais vous voulez aussi vous assurer que la voix du Québec se porte aussi à Ottawa "
    ,
    la capitale, siège du ­Parlement.

    LA RUSSIE SE PORTE GARANTE DU RETRAIT KURDE DE LA FRONTIÈRE SYRO-TURQUE

    LA RUSSIE SE PORTE GARANTE DU RETRAIT KURDE DE LA FRONTIÈRE SYRO-TURQUEhttp://www.via214.net/


    Publié le 23/10/2019 à 05:59 La Rédaction Via214


    SOTCHI, Russie/ANKARA - La Turquie et la Russie se sont entendues mardi sur
    un départ des combattants de la milice kurde syrienne YPG d'une zone de 30 km de profondeur le long la frontière syro-turque, ce qui va permettre d'éviter une reprise de l'offensive des forces d'Ankara, a annoncé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.


    Aux termes de l'accord, la police militaire russe et des garde-frontières syriens vont se déployer le long d'une partie de la frontière, à partir de
    midi mercredi, pour faciliter le retrait des derniers combattants kurdes et de leurs armes.


    Les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan se sont aussi entendus lors d'un entretien dans la station balnéaire de Sotchi sur
    le retrait des combattants kurdes des villes de Manbij et Tel Rifaat.


    Il s'agit d'un "excellent accord", a commenté un responsable turc, se
    réjouissant que la Turquie ait atteint l'objectif qu'elle poursuivait de longue date d'établir une "zone de sécurité"
    à sa frontière.


    En annonçant une pause des opérations militaires jeudi dernier sous la pression des Etats-Unis, Erdogan avait donné aux miliciens kurdes jusqu'à
    mardi 19h00 GMT pour effectuer leur retrait de la région frontalière, sous peine de reprendre son offensive.


    Le général Mazloum, commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les YPG sont la principale composante, a assuré que ses hommes
    avaient respecté toutes les conditions de la trêve en se retirant du théâtre d'opérations, a déclaré une porte-parole du vice-président américain Mike Pence.

    Estelle Mossely annonce être enceinte de son deuxième enfant et sa séparation avec Tony Yoka

    Estelle Mossely annonce être enceinte de son deuxième enfant et sa
    séparation avec Tony Yokahttp://www.via214.net/


    Publié le 23/10/2019 à 05:25 La Rédaction Via214


    Rsultat de recherche dimages pour photos de tony yoka et estelle mossely




    Estelle Mossely et Tony Yoka attendent leur deuxième enfant. Mais cet
    événement se double de la séparation du couple, annoncée par la boxeuse.


    C'est sur son compte Instagram qu'Estelle Mossely a annoncé la nouvelle mardi soir : la boxeuse française
    est enceinte de son deuxième enfant. Estelle Mossely et Tony Yoka étaient déjà parents d'un petit Ali né durant l'été 2017."Nous voulions apporter à notre fils Ali une expérience supplémentaire dans sa vie, celle d'être grand frère. Aujourd'hui, la machine est
    lancée et je prie pour que l'être que j'ai dans mon ventre soit ma 2e plus grande fierté ",
    a expliqué la boxeuse.


    Une grossesse qui met donc sa carrière sportive entre parenthèses :
    Estelle Mossely venait de conserver sa ceinture mondiale IBO poids léger le 5 octobre et projetait à terme de réunir toutes les ceintures mondiales de sa catégorie, face à la meilleure boxeuse
    actuelle, Katie Taylor (14 v., 0d.) détentrice des ceintures WBA, IBF, WBO et WBC, quintuple championne du monde amateur et médaillée d'or mondiale à Londres en 2012.


    La Française a également annoncé que le couple qu'elle formait avec Tony Yoka, marié depuis le 7 janvier 2018, se sépare : "Érigée en tant que "couple en or", après les Jeux, notre histoire
    a été vraie et sincère, mais la vie ressemble beaucoup au sport et il est plus dur de rester en haut que de monter. Je me retire du jeu car je n'ai jamais considéré la vie comme un jeu "
    , peut-on lire dans le post de la boxeuse.


    estelle.yoka.mossely


    Vérifié


    En pleine découverte de mon pays et de mes racines, je partage des moments uniques avec ma famille. C’est l’occasion pour moi de prendre du recul sur plein de choses et de trouver une force supplémentaire pour mes combats à venir. Ce post sera l’occasion
    de partager avec vous 2 choses.
    Tout d’abord, fruit d’une réelle volonté pour tony et moi et en laissant les choses se faire naturellement je vous annonce une heureuse nouvelle. Nous voulions
    apporter à notre fils Ali une expérience supplémentaire dans sa vie, celle d’être grand frère. Aujourd’hui la machine est
    lancée et je prie pour que l’être que j’ai dans mon ventre soit ma 2eme plus grande fierté.

    Une victoire libérale aux airs de défaite

    Une victoire libérale aux airs de défaitehttp://www.via214.net/


    Publié le 22/10/2019 à 07:16 La Rédaction Via214



    Triomphant et optimiste il y a quatre ans, le chef libéral Justin Trudeau n’avait pas de quoi pavoiser lundi à l’issue du scrutin. Au moment où ses lignes étaient écrites, les résultats préliminaires laissaient
    présager un retour au pouvoir d’un gouvernement libéral, mais fort probablement minoritaire. Les libéraux ont sauvé les meubles, en somme, alors que le chef conservateur, Andrew Scheer, lui, a perdu son pari. Son parti a à peine obtenu plus d’appuis qu’en 2015. Après une campagne dépourvue d’inspiration et d’imagination, les deux chefs ont tout simplement récolté ce
    qu’ils ont semé.


    Justin Trudeau était sur ses gardes le 11 septembre dernier, on pourrait même dire sur la défensive, après un printemps difficile et un mandat marqué par des réussites, oui, mais aussi par des contradictions et des déceptions. Il traînait quelques boulets : une antipathie nouvelle à son égard, une image ternie à la suite de son voyage en Inde et de l’affaire SNC-Lavalin, une déception des progressistes opposés au pipeline Trans Mountain et des tenants
    d’une réforme du mode de scrutin. Son jugement, déjà mis en doute par les conservateurs et une partie de l’électorat, l’a été encore plus à la suite de l’épisode du blackface survenu en pleine campagne.


    Au lieu de mettre en avant son équipe pour atténuer les critiques à son endroit, le chef libéral a occupé tout le devant de la scène. La magie qui opérait en 2015 n’était pourtant plus là. Puis, au lieu de tenter de rétablir une partie de sa crédibilité perdue
    auprès des électeurs progressistes qui l’avaient préféré au NPD et au Parti vert en 2015, ce n’est qu’en brandissant des épouvantails que M. Trudeau a fini par en garder suffisamment au bercail pour limiter les dégâts.


    Élire Andrew Scheer, a-t-il répété ad nauseam, signifierait un retour à
    l’ère Harper, un miroir à Ottawa des gouvernements provinciaux des conservateurs Doug Ford et Jason Kenney. Et que dire du désastre pour l’environnement, du risque pour le libre choix des femmes et ainsi de suite ? En misant presque tout sur le contraste avec les conservateurs, M. Trudeau a, sous le bruit de ses attaques, enterré la mise en valeur de son bilan et les possibles raisons de lui accorder un second mandat.


    Il y avait pourtant à dire sur ses quatre ans au pouvoir, ne serait-ce
    que la baisse marquée de la pauvreté infantile, le faible taux de chômage et la mise en place d’une taxe sur le carbone… Mais défendre ce bilan l’obligeait à assumer et à expliquer des
    erreurs et des décisions controversées. La frilosité a pris le dessus. Le nouveau programme était timoré et des annonces qui auraient pu avoir plus de panache ont atterri mollement pour être
    vite oubliées.


    Les conservateurs, eux, sont partis en campagne avec une base reconnue
    pour sa solidité, mais le chef Andrew Scheer s’est présenté avec un programme truffé de vieilles politiques de Stephen Harper (crédits d’impôt pour le transport en commun et pour les
    activités physiques et artistiques des enfants) ou de propositions, surtout en matière d’environnement, incapables de répondre aux préoccupations d’une grande partie de la population. Bref, un
    programme capable de plaire avant tout à ses partisans et très peu ailleurs. À preuve, le pourcentage de votes obtenus par le PC à l’heure de tombée n’était supérieur que par deux points à celui glané en 2015.


    M. Scheer a aussi trébuché en répondant à des questions auxquelles il
    aurait dû s’attendre, le respect du libre choix en matière d’avortement en étant le meilleur exemple. Lui qui se présentait comme un homme éthique a dû expliquer le fait qu’il a attaqué
    par le passé d’autres politiciens ayant la double citoyenneté alors que lui n’a jamais soufflé mot de la sienne, américaine. Son parti a propagé de fausses nouvelles et, au lieu de s’en
    dissocier, il a défendu le geste en invoquant l’impossibilité de croire les libéraux.


    Le résultat de ce scrutin est un véritable échec pour M. Scheer,
    mais une victoire sans gloire pour M. Trudeau. Contrairement à ses " voies ensoleillées " de 2015, il a gagné avec
    beaucoup de sueurs froides et en soufflant sur les nuages noirs de la
    peur. Le seul qui peut vraiment crier " mission accomplie " est le chef bloquiste, Yves6 françois Blanchet, dont le parti a ravi au Nouveau Parti démocratique la troisième place aux Communes.


    Pour M. Trudeau commence maintenant son plus gros casse-tête, celui
    de gouverner sans majorité. Et de le faire en dépendant du NPD ou du Bloc pour arriver à ses fins.






    Procès de la démembreuse : ce qu'il faut retenir de la première journée aux assises de Haute-Garonne

    Procès de la démembreuse : ce qu'il faut retenir de la première journée aux assises de Haute-Garonnehttp://www.via214.net/


    Publié le 22/10/2019 à 06:40 La Rédaction Via214



    La cour d’assises de Haute-Garonne juge jusqu’à vendredi 25 octobre, Sophie Fryder Masala, accusée d’avoir tué sa collègue de travail, en mai 2016 à Toulouse. Elle avait découpé son corps
    et conservé sa tête dans son jardin. Les experts ont éclairé les motifs de ce crime hors norme.


    Sur son visage émacié coule des larmes de honte. Des larmes de souffrance et de culpabilité aussi. Sous sa chevelure rousse, Sophie Fryder Masala, 55 ans, écoute sa vie passée au scalpel acéré des experts. Celle qui est accusée d’avoir tué et découpé à la
    scie le corps de sa collègue de travail, Maryline Planche, 52 ans, entre le 12 et le 17 mai 2016 à Toulouse, est bien obligée de l’admettre : les souffrances du passé et les blessures ouvertes
    sont légion.


    Issue d’une famille ouvrière à Valenciennes, Sophie Fryder Masala entre
    très tôt en opposition avec la figure maternelle. Une mère volage, dont elle faisait de sa fille le témoin de ces frasques amoureuses. Avec ces terribles consignes, " si tu parles, je te tue ".
    " Elle ne voulait pas de fille et surtout pas de rousse ", reprend l’expert psychiatre pour évoquer ce rejet maternel ressenti lors de son enfance.


    Née dans le Lot, à Gourdon, en 1963, Maryline Planche vivait à
    Toulouse, seule, sans enfants. Bien notée par sa hiérarchie, elle était décrite comme une bonne professionnelle, toujours sérieuse.


    Née dans le Lot, à Gourdon, en 1963, Maryline Planche vivait à Toulouse, seule, sans enfants. Durant près de 20 ans, elle travaille au sein de l’Agefiph, l’association d’insertion des personnes handicapées.



    Le procès de la Montpelliéraine Sophie Masala vient d'être fixé du
    21 au 26 octobre devant la cour d'assises de Haute-Garonne. Elle est
    soupçonnée d'avoir tué Maryline Planche et de s'être débarrassé de son corps en morceaux dans le canal du Midi, en mai 2016.


    Le procès de la démembreuse du Canal a été fixé du 21 au 26 octobre à Toulouse, devant la cour d'assise de Haute-Garonne. Pendant cinq jours, les jurés vont se plonger dans cette effroyable affaire où Sophie Masala, 55 ans, est accusée d'avoir tué sa collègue de travail avant de la découper en morceaux et de disperser ses membres dans le canal du Midi, sauf la tête qu'elle avait enterrée dans son jardin.


    Elle avait enterré la tête dans son jardin


    L'affaire avait débuté le 24 mai 2016 quand un passant avait découvert un paquet contenant une jambe gauche
    enveloppée dans un sac-poubelle en plastique, dans le canal, à Toulouse avant que les autres parties du corps ne soient retrouvées à leur tour. La victime, Maryline Planche, travaillait à
    l'AGEFIPH (service d'accompagnement pour l'emploi des personnes handicapées) et elle est décrite comme sérieuse et sans histoire.


    Cette dame était en conflit avec Sophie Masala, une Montpelliéraine
    fraîchement mutée à Toulouse, décrite comme affabulatrice et qui était mis en cause dans une affaire de vol de tickets-restaurants au sein de l'AGEFIPH. L'accusée avait été arrêtée le 26 mai à Montpellier où elle habitait avec son mari et ses enfants.


    Les différentes versions de Sophie Masala


    Lors de ses auditions, elle a reconnu les faits mais elle a changé à plusieurs reprises de version. Elle a d'abord affirmé s'être disputée avec Maryline Planche et qu'elle avait retrouvée cette
    dernière les poignets tailladés. Avant de reconnaître qu'elle avait fait cette mise en scène. Sophie Masala, qui s'était servie de la carte bancaire de la victime, a ensuite raconté qu'elle
    l'avait frappée avec une bouteille de vin mais sans vouloir la tuer avant de décider de se débarrasser du corps. Elle a toujours évoqué de la rivalité professionnelle et aussi parlé de harcèlement sexuel dont elle aurait été victime.


    "Il fallait qu'elle paye la souffrance que je ressentais...J'en
    suis venue à me dire que cette femme, je la déteste, je ne dirai pas qu'elle mérite ce qu'elle a eu, mais..", avait déclaré la mise en cause devant les policiers du SRPJ.


    Alors quelle est la vraie raison qui a poussé l'accusée à éliminer sa
    collègue de travail ?


    "Sophie Masala a nourri, pendant des semaines avant de passer à l'acte, une
    obsession haineuse à l'égard de sa collègue, personne fragile, dont elle jalousait la position au sein de l'association" estime le juge en charge du dossier dans son ordonnance de mise en accusation que nous nous sommes procuré.


    Une personnalité extrêmement préoccupante


    "La personnalité de l'accusée est extrêmement préoccupante, elle
    était organisée avant, pendant et après, jusqu'à dépecer pour que le corps disparaisse", réagit Me Catala, aux intérêts de la famille de la défunte.






    A Mayotte, les pompiers refusent d'assurer la sécurité d'Emmanuel Macron

    A Mayotte, les pompiers refusent d'assurer la sécurité d'Emmanuel Macronhttp://www.via214.net/


    Publié le 22/10/2019 à 06:06 La Rédaction Via214



    Mardi 22 octobre, Emmanuel Macron se rend à Mayotte puis à la Réunion, un voyage axé sur l’immigration et l’emploi. Mais c’est sans compter sur les pompiers de l’aéroport de Mayotte,
    qui refusent d’assurer sa sécurité lors de l’atterrissage, en soutien aux pompiers de métropole, dont les manifestations ont été durement réprimées.


    Solidarité. Face aux violences policières qu’ont subies les pompiers lors de la manifestation du 15 octobre, les pompiers de Mayotte ne vont pas
    assurer la sécurité d’Emmanuel Macron lors de son atterrissage prévu ce mardi 22 octobre. Dans une lettre d’information publiée le 18 par le Syndicat National des Sapeurs-Pompiers
    Professionnels et des PATS des SDIS de France, ils déclarent:


    "Suite aux évènements [qui se sont] passés à Paris dernièrement [où] nos collègues Sapeurs-Pompiers ont été victimes de jet de bombe lacrymogène et balles venant de lanceurs de défense des forces de
    l’ordre, car nous demandons la revalorisation de la prime de feu
    afin d’être alignés [sur] nos homologues (les mêmes forces de l’ordre). […] Afin d’être solidaire [de] nos collègues de la Métropole et des DOM-TOM, nous, les sapeurs-pompiers de l’Aéroport de Mayotte (SSLIA), n’assurerons pas la sécurité incendie adéquate pour l’aéronef de Monsieur le Président de la
    République."

    CGT TUIFRANCE


    @CgtTuifrance


    Les #pompiers de Mayotte refusent d'assurer la sécurité de l'avion de Macron, ils dénoncent les #ViolencesPolicières qu'ont subi leurs collègues à Paris #PompiersEnColeretwitter.com/LSStephane/sta...



    Le travail de la Prévention du Péril Animalier, qui permet l’éloignement des animaux de la piste d’atterrissage, ne sera pas non plus assuré. Mais ils ajoutent, non sans ironie, que les
    forces de l’ordre sont capables de faire ce travail en tirant avec des capsules de gaz lacrymogène sur les oiseaux, qui sont des espèces protégées.


    Ils invoquent le droit de retrait, mais stipulent que celui-ci ne durera
    qu’un temps, soit une heure avant l’atterrissage de l’avion du Président et quinze minutes après l’arrêt complet des moteurs.


    Les pompiers en colère


    En grève depuis le mois de juin, les pompiers sont descendus dans les
    rues de Paris le 15 octobre. Ils dénonçaient des conditions de travail de plus en plus dangereuses et réclamaient une revalorisation de leur prime de feu.
    Mais la mobilisation a été marquée par de vives tensions. Les forces de l’ordre ont utilisé des canons à eau, des bombes
    lacrymogènes et des LBD, de nombreux pompiers ont été blessés.


    Nina


    @NinaNina9344


    Violences policières sur les pompiers maintenant ! On aura tout vu !!!!#pompiers #nation #Paris #CastanerDemission #MacronDemission #Violencespolicieres



    6. 923


    6:49 PM - Oct 15. 2019


    Depuis, Christophe Castaner a annoncé que deux réunions se tiendraient les
    6 et 14 novembre "afin d’évoquer l’ensemble des revendications des Sapeurs-Pompiers".

    Cap à l'ouest vers la Gascogne toulousaine

    Cap à l'ouest vers la Gascogne toulousainehttp://www.via214.net/


    Publié le 21/10/2019 à 07:51 La Rédaction Via214



    C'est aux portes de Toulouse, à Pibrac et dans la forêt de Bouconne que
    commence le circuit "Cap Ouest" imaginé par Haute-Garonne Tourisme dans son guide "Haute-Garonne secrète". Un itinéraire entre vallons et collines dans la Gascogne toulousaine, plus coloré en été mais qui permet, en toute saison, de déconnecter rapidement. Après
    un crochet par Bellegarde-Sainte-Marie et par l'abbaye Sainte-Marie-du-Désert qui abrite depuis 1852 une communauté de
    moines cisterciens, on rejoint le village de Cadours. La capitale de
    l'ail violet, AOC depuis 2015, abrite une halle en briques étonnante par son architecture antique. Edifiée en 1830 sur les plans de l'architecte Cambon, elle a tout du temple grec avec son fronton et ses colonnes à chapiteaux doriques. La place, déserte en semaine,
    prend le mercredi, jour de marché, des allures d'agora. A 3km de Cadours, le château de Laréole est un passage obligé. Cette résidence de campagne construite pour Pierre de Cheverry, riche négociant de pastel, a été sauvée de la ruine par le Département de Haute-Garonne qui l'a rénovée et ouverte gratuitement à la visite.


    Depuis Cadours, on peut aussi atteindre Puysségur, "perché" à 292
    mètres. La route qui relie ce hameau à Cox offre les points culminants de la Gascogne toulousaine. Ancien village de potiers, Cox en a cultivé la tradition avec sa "Maison du potier". Installée
    dans une modeste bâtisse en terre crue, la poterie de Joseph Laballe a été conservé en l'état et classée aux monuments historiques. Les salles d'exposition de ce musée plus vrai que nature retracent quatre siècles de fabrication de terres vernissées locales du XVIe au XXe siècle. Depuis Cox, suivez ensuite la D93a pour vous plonger
    dans les bois du Burgaud. Cette route magnifique, bordée de chênes et de châtaigniers, alterne les passages dans la forêt et les vues sur les coteaux.


    Balade au Burgaud


    Plusieurs parcours aménagés permettent de découvrir ce bois à la quinzaine d'essences. Une bouche de 2 heures et de 7km, le circuit des
    Chevaliers de Malte, rappelle que Le Burgaud, fondé en 1124 grâce au seigneur Bertrand de Cobirac, fut une ancienne commanderie des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. L'itinéraire emprunte
    ensuite le chemin du château de Merville et la route de Grenade, dans les Hauts-Tolosans, dernière ville traversée par la Garonne avant son entrée dans le Tarn-et-Garonne. Cette bastide, construite au XIIIe siècle suivant le plan en damier traditionnel des "villes
    neuves", révèle en son centre l'une des halles médiévales les plus plus vastes de France, lieu de marché le samedi. De plan carré, elle mesure 41 mètres de côté et sa toiture repose sur 36 piliers
    octogonaux en briques. Cette halle classée, dont le beffroi a été
    rajouté au XVIIe, avait une vocation commerciale et administrative. Sa charpente monumentale abritait un auditoire royal où se rendait la justice ainsi que des salles communes qui en firent le premier hôtel de ville de Grenade.


    Y aller & Au départ de Toulouse. Au départ de Toulouse, ce circuit d'environ 80km est recommandé sur une journée, en sept étapes possibles. Meilleures périodes : printemps, été, automne.


    Au nord-ouest de Toulouse, les coteaux de Cadours et le pays des Hauts
    Tolosans sont une échappée belle pour les citadins en quête de nature et de relief. Au fil de l'itinéraire "Haute-Garonne secrète" édité par le Département, venez tutoyer les rondeurs du Gers.

    Le Japon va-t-il vraiment déverser l'eau radioactive de la centrale nucléaire de Fukushima dans l'oc

    Le Japon va-t-il vraiment déverser l'eau radioactive de la centrale
    nucléaire de Fukushima dans l'océanhttp://www.via214.net/


    Publié le 21/10/2019 à 07:14 La Rédaction Via214



    Cette solution, évoquée publiquement par un ministre japonais, est jugée
    réaliste par les experts. Mais ils soulignent que le million de mètres cubes d'eau contaminée ne peut être rejeté dans l'océan qu'au compte-gouttes, comme dans le cadre du fonctionnement normal d'une centrale nucléaire.



    Plus de huit ans après le tsunami et l'accident à la centrale nucléaire
    de Fukushima, en mars 2011, la province japonaise est à nouveau meurtrie après le passage du typhon Hagibis. Et le spectre de la contamination radioactive ressurgit. Dix des énormes sacs renfermant de la terre et de la végétation issue de la décontamination des sols et entreposés près d'une rivière ont été emportés par le cours d'eau en crue. Quatre d'entre eux n'ont
    toujours pas été retrouvés.


    Il y a un peu plus d'un mois déjà, une déclaration au plus haut
    sommet de l'Etat nippon a provoqué des sueurs froides. Devant des journalistes, mardi 10 septembre, le ministre de l'Environnement japonais, Yoshiaki Harada, a exposé la manière dont le Japon pourrait se débarrasser de
    l'impresionnante quantité d'eau radioactive, accumulée sur le
    site de la centrale nucléaire de Fukushima, ravagée par le tsunami de mars 2011."La seule option sera de la drainer vers la mer et de la diluer", a lâché le ministre. Il a aussitôt ajouté qu'il s'agissait
    de son"simple avis",
    mais il a tout de même glissé que "la totalité du gouvernement va en discuter".


    Césium, strontium, tritium...


    Le porte-parole de l'exécutif nippon a immédiatement réagi et tancé Yoshiaki Harada pour ses propos tout"personnels". Le ministre désavoué a quitté le gouvernement dès le lendemain de sa déclaration, à l'occasion d'un remaniement annoncé de longue date et pour lequel il faisait de toute façon partie des sortants
    pressentis. Mais le seul tort de Yoshiaki Harada n'est-il pas d'avoir dit tout haut ce que l'exécutif nippon pense tout bas ?


    Depuis plus de huit ans, de l'eau est injectée en permanence dans les cuves
    des trois réacteurs endommagés de Fukushima, afin de refroidir
    leurs cœurs et d'éviter une nouvelle réaction en chaîne catastrophique, expose l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)
    dans une note de suivi de la situation datant de février. Le liquide se charge alors d'éléments radioactifs : du césium, du strontium, du tritium... Et
    comme les cuves et les enceintes de confinement ne sont plus étanches, cette eau contaminée s'infiltre dans les sous-sols des bâtiments et s'écoule jusqu'à la nappe phréatique et menace de se déverser dans l'océan Pacifique tout proche.



    Tepco, l'entreprise qui exploitait la centrale, depuis nationalisée
    et désormais en charge du démantèlement, s'efforce de limiter ces infiltrations. Depuis 2014, les eaux contaminées sont
    pompées et, depuis 2016, le sous-sol a été congelé le long du port, afin de créer un gigantesque mur de glace souterrain imperméable de 900 mètres de long et de 35 mètres de haut.


    L'eau pompée subit ensuite un traitement qui permet de réduire sa
    radioactivité."La plupart des radionucléides contenus dans cette eau sont extraits par fixation sur des adsorbants solides qui sont ensuite stockés comme déchets. Mais un radionucléide ne peut pas être filtré de
    cette manière : le tritium"
    , expose Bernd Grambow, radiochimiste et professeur à l'école des Mines de
    Nantes.


    Le tritium est un isotope de l'hydrogène, c'est-à-dire une variante radioactive. Lorsqu'il est présent dans l'eau, il prend la place de l'atome d'hydrogène – l'eau étant composée
    d'hydrogène et d'oxygène. L'eau tritiée est donc un casse-tête pour les scientifiques."Seule une séparation isotopique permettrait de séparer le tritium de l'eau", expose le radiochimiste. Or"cette
    technique n'est pas faisable aujourd'hui à grande échelle pour traiter un million de mètres cubes"
    .


    Un million de mètres cubes d'eau radioactive


    Tepco n'étant pas autorisée à rejeter cette eau tritiée, elle est entreposée sur le site de la centrale. Avec le temps, les volumes d'eau injectée, pompée, filtrée et stockée ont diminué."Au début, 300 à 400 mètres cubes d'eau contaminée étaient entreposés chaque jour. Aujourd'hui, le volume à entreposer n'est plus que de l'ordre de 100 mètres cubes par jour", évalue Thierry Charles, le directeur général adjoint de l'IRSN, chargé de la sûreté nucléaire. Reste qu'en huit ans, un million de mètres cubes d'eau contaminée se sont ainsi accumulés.



    "Sur le site de Fukushima, que j'ai pu visiter, on voit une forêt de
    cuves. Il y a un millier de cuves d'un millier de mètres cubes chacune"
    , décrit Thierry Charles. La compagnie estime que ces citernes
    seront pleines en 2022. Elle étudie cependant des solutions pour augmenter encore le stockage."On crée un risque qu'il faudra un jour traiter. On n'est pas à l'abri d'une fuite de cuve, avertit le monsieur sécurité nucléaire de l'IRSN.Il
    faut bien trouver une solution pour gérer ces volumes d'eau essentiellement tritiée."


    "Il faut faire des compromis"


    "Le rejet dans l'océan n'est pas la seule méthode",
    fait observer le radiochimiste Bernd Grambow. Problème, continue le directeur général adjoint de l'IRSN,"le
    traitement par évaporation produirait des rejets de tritium dans
    l'air"
    . Et"utiliser
    cette eau pour fabriquer du béton emprisonnerait le tritium, mais
    avec le temps, le béton libérerait du tritium".
    "Il n'y a pas une solution idéale, il faut faire des compromis", reconnaît le professeur à l'école des Mines de Nantes.


    Rejeter l'eau tritiée dans l'océan,"ce n'est ni plus ni moins que faire ce qui se fait durant le
    fonctionnement normal d'une centrale nucléaire"
    , tranche Thierry Charles."Tout réacteur nucléaire produit du tritium. Une faible quantité est relâchée, comme l'autorisent les autorités compétentes en matière
    de radioprotection
    , souligne Bernd Grambow.En France, les concentrations rencontrées dans l'eau des fleuves refroidissant les réacteurs restent largement inférieures au seuil
    de risque radiologique. Et un suivi réglementaire est assuré."


    " C'est la solution la plus logique, et elle est à la fois réaliste et potentiellement raisonnable. Thierry Charles, directeur général adjoint de l'Institut de radioprotection
    et de sûreté nucléaire "(IRSN) à
    franceinfo


    "Il y a plusieurs pré-requis", prévient toutefois Thierry Charles. D'abord,"il faut définir quelle sera la concentration de tritium dans l'eau rejetée et quel sera le débit de ce rejet étalé dans le temps, puis en évaluer l'impact sur l’environnement"."Il
    faut s'assurer que l'effet de dilution est suffisant pour rester largement inférieur au seul identifié par des autorités compétentes comme dangereux"
    , insiste Bernd Grambow.


    Ensuite, "il faut aussi une acceptation sociétale",
    ajoute Thierry Charles."Il
    faut en discuter très tôt avec la société. La concertation doit englober toutes les parties prenantes : la population locale, les pêcheurs qui ne veulent plus entendre parler de
    rejets..."
    Or,"après
    l'accident, Tepco avait dit : 'On ne rejettera plus rien.'"
    Enfin,"il faut définir les modalités de la surveillance de ce rejet, en toute
    transparence"
    .



    L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est partisane du rejet
    en mer. Elle avait même conseillé cette méthode au Japon, dès 2014. Deux ans plus tard, une commission d'experts
    mandatés par le ministère japonais de l'Industrie avait conclu que cette option était"la solution la plus rapide et la moins onéreuse".
    Elle n'avait toutefois pas exclu d'autres moyens"faisables", quoique plus longs et coûteux. Cette commission d'experts avait
    calculé qu'il faudrait 7 ans et 4 mois pour se débarrasser de l'eau tritiée dans l'océan après dilution. Et l'opération ne coûterait que 3,4 milliards de yens – soit 28 millions d'euros – contre 10 fois à 100 fois plus pour les autres techniques dont la durée s'étalerait en outre sur 8 à
    13 ans.


    Depuis 2016, une autre commission gouvernementale nippone examine
    l'hypothèse. Elle s'interroge en particulier sur les dommages collatéraux sur l'image du Japon et l'impact sur les secteurs de la pêche et de l'agriculture. La décision, qui sera au final politique, est loin d'être prise, en particulier à moins d'un an
    des Jeux olympiques de Tokyo. Mais, analyse Thierry Charles,"le
    ministre japonais n'a pas dit autre chose que ce qui se dit depuis
    longtemps dans les cercles d'experts à l'international. Ce qui change, c'est qu'un officiel le dise."






    Royaume-Uni : Boris Johnson n'a pas signé la lettre demandant un report du Brexit

    Royaume-Uni : Boris Johnson n'a pas signé la lettre demandant un report du Brexithttp://www.via214.net/


    Publié le 21/10/2019 à 06:38 La Rédaction Via214



    Le gouvernement a été contraint d'adresser ce courrier en vertu d'une
    loi, mais Boris Johnson reste toujours opposé à un report. Il a expédié une autre lettre pour expliquer qu'il ne voulait pas de nouveau délai.


    Le gouvernement britannique va devoir racheter un carnet de timbres. L'adoption d'un amendement par la Chambre des communes a provoqué un nouveau report de la décision sur l'accord du Brexit. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a donc été contraint d'adresser une lettre réclamant un report du Brexit pour respecter la loi "Benn Act", du nom du député travailliste Hillary Benn qui l'avait présentée à la Chambre des communes.


    Farouchement opposé à un tel report, le chef du gouvernement n'a pas signé
    cette lettre, selon une source au sein de ses services. Le locataire du 10 Downing Street a d'ailleurs envoyé une deuxième lettre, signée celle-ci, pour spécifier qu'il ne voulait pas de ce délai. Dans ce courrier, Boris Johnson explique qu'il a été légalement
    contraint de demander le report après le vote des députés britanniques.


    Par ailleurs, une troisième lettre a été écrite par l'ambassadeur britannique à l'Union européenne, Tim Barrow, pour préciser que celle réclamant un délai est uniquement envoyée pour se plier à
    la loi. Elle stipule que si aucun accord de sortie n'est approuvé par le Parlement britannique d'ici au 19 octobre, le Premier ministre doit réclamer un report du Brexit, prévu le 31 octobre, au 31 janvier 2020.


    Les Vingt-Sept doivent approuver le report


    Boris Johnson souhaitait faire approuver par le Parlement son nouvel accord de retrait de l'UE, qu'il avait arraché contre toute attente cette
    semaine à Bruxelles. Mais les députés ont voté un amendement – l'amendement dit Letwin – leur permettant de repousser leur vote sur cet accord : ils préfèrent en effet se prononcer seulement après l'adoption de toutes ses lois d'application.


    Shehab Khan


    @ShehabKhan


    Here are all three of the letters.

    1) Cover letter from Sir Tim
    Barrow

    2) The Benn Act letter. Essentially copies and pastes
    the legislation. No signature. No Downing Street logo.

    3)
    Lengthier letter arguing against the Brexit extension.






    65


    01:23 - 20 oct. 2019


    Faute d'accord approuvé par les députés, le "Benn Act" a donc
    été déclenché et Boris Johnson contraint de s'y plier."Le but de cette loi est de garantir que le Royaume-Uni ne sorte pas de l'Union européenne sans accord", avait expliqué le député à l'origine de cette loi.


    Pour que le délai soit effectif, les 27 autres membres de l'UE doivent approuver le report à l'unanimité. A Bruxelles, le président du Conseil européen Donald Tusk a confirmé avoir reçu la demande de délai."La
    demande de délai vient juste d'arriver. Je vais commencer maintenant à consulter les leaders européens sur la façon de réagir"
    , a-t-il écrit sur Twitter.


    Donald Tusk


    @eucopresident


    The extension request has just arrived. I will now start consulting EU
    leaders on how to react.#Brexit


    44.8 k


    23:00 - 19 oct. 2019





    Etat d'urgence à Santiago du Chili : 2 morts et une personne grièvement brûlée dans un supermarché

    Etat d'urgence à Santiago du Chili : 2 morts et une personne grièvement brûlée dans un supermarché pilléhttp://www.via214.net/


    Publié le 21/10/2019 à 05:54 La Rédaction Via214



    ÉTAT D'URGENCE - Deux personnes sont mortes tôt ce dimanche à Santiago dans l'incendie d'un supermarché en train d'être pillé. Ce sont les premières victimes des émeutes qui affectent la
    capitale chilienne depuis trois jours après une hausse des tarifs de transports suspendue samedi.


    La tension devait retomber à Santiago après la décision de suspendre la hausse des tarifs des transports. Il n'en fut rien. Deux personnes sont mortes et une autre se trouvait dans un état grave ce dimanche 20 octobre au matin dans la capitale du Chili au troisième jour
    d'émeutes violentes dans la capitale du pays. Le drame a eu lieu dans un supermarché en train d'être pillé.


    "Dans un supermarché de la commune de San Bernardo, il y a eu un pillage
    et un incendie, au cours duquel deux femmes sont mortes et une troisième personne a été brûlée à 75%", a déclaré le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, Andrés Chadwick. Les autorités avaient auparavant fait état de trois morts, dans l'incendie.


    Il s'est produit dans un immense supermarché Lider, de la chaîne américaine Walmart, situé à San Bernardo en banlieue sud de la capitale, dont
    des centaines de personnes avaient forcé les entrées pour le piller, selon les pompiers. Ce sont les premières personnes victimes des violences, qui agitent depuis vendredi Santiago, déclenchées par des protestations contre une hausse des prix des tickets de métro.


    Depuis vendredi, la capitale du Chili est le théâtre de violents affrontements, les pires depuis plusieurs années, entre les forces
    de l'ordre et des manifestants protestant contre l'augmentation des
    prix des transports. Des bâtiments ont été incendiés comme la tour Enel (voir la vidéo ci dessus) et une dizaine de stations de métro ont été détruites. En réaction à ces heurts, le président
    chilien Sebastian Pinera avait décrété samedi l'état d'urgence à Santiago et confié à un militaire la responsabilité d'assurer la sécurité.


    La hausse des tarifs suspendue


    Un couvre-feu total avait été décrété samedi dans la capitale par le général Javier Iturriaga del Campo, en réponse selon lui aux "excès qui se sont produits aujourd'hui". Peu avant
    l'annonce du couvre-feu, le président Sebastian Pinera a annoncé la
    suspension de la hausse des prix des tickets de métro à Santiago. "Je tiens à annoncer aujourd'hui que nous allons suspendre l'augmentation des tarifs du métro", a-t-il déclaré.


    Le général Iturriaga del Campo avait précisé que l'armée patrouillerait dans la capitale, qui compte sept millions
    d'habitants. Selon le ministre de la Défense Alberto Espina, le gouvernement a déployé quelque 8000 hommes et compte y ajouter 1500 autres dans les heures qui viennent. Samedi, des milliers de
    personnes s'étaient rassemblées pour un concert de casseroles, mode de contestation apparu après le coup d'État mené par le général Pinochet fin 1973. Mais la manifestation a dégénéré en
    affrontements entre des personnes masquées et les forces de l'ordre.


    Des milliers de personnes sont également redescendues dans les
    rues d'autres villes pour y faire résonner des casseroles. À Valparaiso, au bord du Pacifique à 120 km à l'ouest de Santiago, des dizaines de manifestants ont incendié dans la soirée le siège d'El Mercurio, le plus vieux quotidien du pays, selon des images de
    télévision, ainsi qu'un supermarché et une concession automobile, dont le bâtiment s'est effondré.





    Des milliers de manifestants de Hong Kong organisent une marche illégale; les stations de métro ferm

    Des milliers de manifestants de Hong Kong organisent une marche illégale; les stations de métro fermenthttp://www.via214.net/


    Publié le 20/10/2019 à 10:59 La Rédaction Via214



    HONG KONG (Reuters) - Des milliers de manifestants de Hong Kong, beaucoup portant des masques au mépris des lois d’urgence, ont organisé une marche illégale dans le district de Kowloon dimanche qui va tester la force de la pro-campagne démocratique après quatre
    mois de troubles.


    Des bannières qui lisent "Free Hong Kong" s’étendaient sur le sol, d’autres affiches qui lisent "Hongkongers Resist", et des graffitis sur un mur qui disent "Better Dead than Red".


    La police a déclaré la marche illégale, ce qui signifie que les
    manifestants, qui vont des jeunes étudiants aux personnes âgées, beaucoup de porter des parapluies pour la protection solaire, le visage arrêté. La région de Kowloon a été le théâtre de
    certaines des pires violences des dernières semaines et une sécurité
    serrée a été imposée le long de la route de marche, avec des stations de métro fermées et la police plaçant des canons à eau dans la rue.


    Les manifestants sont en colère contre la chef de Hong Kong, Carrie Lam, pour ce qu’ils considèrent comme son incapacité à protéger leurs libertés contre l’empiètement de Beijing,
    l’imposition de pouvoirs d’urgence de l’ère coloniale et l’autorisation de ce qu’ils disent être une force excessive par la police.


    " Carrie Lam ne nous écoute pas du tout. Cela peut fonctionner en Chine, mais pas à Hong Kong ", a déclaré
    Cheung, une femme de 33 ans portant un masque facial et un tshirt noir, symboles du mouvement démocratique. Elle a refusé de donner son prénom.


    " Vous ne pouvez pas demander à une ville qui a déjà la liberté de reculer. Vous ne pouvez pas fermer la porte et garder tout le monde à l’intérieur. Vous ne pouvez pas faire cela dans une ville internationale ", a-t-elle dit, ajoutant qu’elle n’avait pas peur d’être arrêtée. Hong Kong a été frappé par des mois de manifestations souvent massives et violentes, la pire crise politique depuis que la Grande-Bretagne a rendu la ville à la Chine en 1997.


    La crise dans la ville chinoise pose également le plus grand défi populaire au président chinois Xi Jinping depuis son arrivée au pouvoir. Xi a juré d’écraser toute tentative de diviser la Chine.


    L’agitation a été déclenchée par un projet de loi qui aurait permis l’extradition vers la Chine continentale pour être jugée par des tribunaux contrôlés par le Parti communiste. Elle s’est depuis élargie à un mouvement pro-démocratie. Hong Kong a été
    relativement calme au cours des deux dernières semaines après les
    manifestations violentes alimentées par l’introduction de lois d’urgence, qui interdisent les masques dans les rassemblements publics.


    Les manifestants ont cinq exigences fondamentales : le suffrage universel, une enquête indépendante sur l’action de la police contre les manifestants, l’amnistie pour les personnes accusées et la fin de la description des manifestants comme des émeutiers, et le retrait officiel du projet de loi sur
    l’extradition.


    Lam a dit que le projet de loi est mort, mais il n’a pas encore été officiellement retiré. Elle a rejeté les autres demandes. Dimanche, elle a dit qu’une enquête sur les plaintes de la police serait terminée avant la fin de l’année.


    MARCHE VERS L’OUEST DE KOWLOON


    Les manifestants et la police ont organisé des batailles de rue, la police tirant des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et parfois des balles réelles, contre des manifestants lançant des bombes à essence et des briques.


    Deux personnes ont été tuées et blessées par la police et des milliers de personnes ont été blessées. La police a arrêté plus de 2 300 personnes depuis juin.


    Au cours des dernières semaines, des manifestants acharnés ont ciblé des entreprises chinoises continentales, les intimidant dans des graffitis et, parfois, mettant le feu, tandis que les Chinois vivant à Hong Kong ont commencé à exprimer leurs craintes pour
    leur propre sécurité.


    Le réseau de métro de la ville, qui transporte environ 5 millions de personnes par jour, a été incendié et détruit, et à un moment donné, a été forcé de fermer complètement.
    L’opérateur de métro MTR Corp Ltd a déclaré que plusieurs stations de Kowloon ont été fermées le dimanche, l’express de l’aéroport ne s’arrêterait pas à Kowloon, et le réseau fermera à nouveau deux heures plus tôt à 22 heures.


    La destination de la marche est la gare de West Kowloon, l’échangeur ferroviaire principal avec la Chine continentale, où les autorités ont renforcé la sécurité et l’accès restreint.


    Hong Kong est régi par une formule "un pays, deux systèmes", qui permet les libertés de la ville qui ne sont pas disponibles sur le continent comme une magistrature indépendante.


    Beijing a rejeté les prétentions selon lesquelles il empiète sur ces libertés et blâme les pays occidentaux, comme les États-Unis et la Grande-Bretagne, d’avoir incité à l’agitation.

    Top 25 roundup : Illinois chocs No. 6 Wisconsin

    Top
    25 roundup : Illinois chocs No. 6 Wisconsinhttp://www.via214.net/



    Publié le 20/10/2019 à 10:43 La Rédaction Via214




    James Mccourt de l’Illinois a frappé
    un but de 39 yards à l’expiration du temps, et le quart-arrière
    Brandon Peters est passé pendant 174 yards et deux touchdowns que
    l’hôte Fighting Illini a assommé No. 6 Wisconsin 24-23 samedi.


    Reggie Corbin s’est précipité pour
    83 yards et un touchdown pour l’Illini (3-4, 1-3 Big Ten), qui a
    brisé une série de quatre défaites défaites et a marqué les 10
    derniers points du match après deux revirements du Wisconsin -- un
    cafouillage de Jonathan Taylor et une interception de Jack Coan.


    Peters' 29-yard touchdown pass to Josh
    Imatorbhebhe with 5:53 remaining closed the Illini gap to 23-21, and
    Tony Adams set up Illinois' final drive with a interception near
    midfield with 2:32 remaining, as Wisconsin (6-1, 3-1 Big Ten) a
    abandonné trois touchdowns dans un jeu pour la première fois cette
    saison.


    Taylor s’est précipité sur 132
    yards et un touchdown, et Coan a complété 24 des 32 passes pour 264
    yards et un touchdown pour les Badgers. Taylor est devenu le
    quatrième joueur dans l’histoire de FBS à se précipiter pour
    5000 mètres avant sa saison senior, se joignant aux gagnants du
    trophée Heisman Herschel Walker et Ron Dayne, ainsi que Lamichael
    James, avec une course de 16 mètres sur le garde gauche sur le
    premier jeu de mêlée.


    No. 2 LSU 36, Mississippi State 13


    Joe Burrow a commencé lentement mais a
    fini par battre le record de l’école pour les passes de touchdown
    dans une saison avec 29 que les Tigers ont battu les Bulldogs dans un
    match de la SEC à Starkville, Miss.


    Les Tigers (7-0, 3-0 SEC) se sont
    contentés de trois buts courts sur leurs trois premières
    possessions avant que Burrow ne soit pas dérangé au deuxième
    trimestre. Il a terminé 25 sur 32 pour 327 yards et quatre
    touchdowns à quatre récepteurs.


    Freshman Garrett Shrader a effectué
    son deuxième départ à quart arrière pour l’État du Mississippi
    (3-4, 1-3), complétant 17 des 28 passes pour 238 yards avec un
    touchdown et deux interceptions. Il a couru 66 yards, dont un
    touchdown de 12 yards au deuxième quart-temps.


    No. 3 Clemson 45, Louisville 10


    Travis Etienne a couru 192 yards et un
    touchdown, Trevor Lawrence a surmonté deux interceptions tôt pour
    lancer pour trois points et les Tigres visiteurs ont étendu leur
    série de victoires à 22 matchs en battant les Cardinaux.


    Etienne a dominé la marque de vitesse
    de 100 yards pour le deuxième match d’affilée sur seulement 14
    carry et a essentiellement mis le jeu de côté pour Clemson (7-0,
    5-0 ACC) avec un touchdown de 49 yards en fin de troisième.
    Lawrence, parti deux fois au premier quart, a terminé 20 sur 29 sur
    233 yards avec des passes de touchdown pour Joseph Ngata, Justyn Ross
    et Cornell Powell. Pendant ce temps, une défense des Tigres qui sont
    entrés permettant 12,3 points par concours, tenu puissant Louisville
    (4-3, 2-2) à 263 yards, enregistré six sacs et forcé trois
    revirements.


    No. 5 Oklahoma 52, Virginie-Occidentale
    14


    Jalen Hurts a lancé pour trois
    touchdowns et a couru pour deux de plus que les Sooners soufflé les
    alpinistes à Norman, Okla., et amélioré à 7-0 pour la première
    fois depuis 2004.


    Hurts a terminé toutes ses tentatives
    de passe sauf une de ses 17 tentatives pour 316 yards. Il a également
    couru pour 75 yards. Ceedee Lamb et Charleston Rambo avaient chacun
    71 yards de réception pour l’Oklahoma (7-0, 4-0 Big 12), avec
    Rambo trouver la zone d’extrémité. La victoire a gâché le
    retour d’Austin Kendall, qui a passé les trois dernières années
    à l’Oklahoma soutenir Baker Mayfield et Kyler Murray avant de
    transférer à l’ouest de la Virginie (3-4, 1-3) dans
    l’intersaison. Kendall a lancé sur 182 yards et deux touchdowns.


    No. 7 Penn State 28, No. 16 Michigan 21


    KJ Hamler a pris deux passes de
    touchdown de Sean Clifford, et les Lions de Nittany sont restés
    invaincus en retenant les Wolverines à University Park, Pa.


    Clifford est passé à 182 yards et
    trois touchdowns et a couru pour l’autre touchdown de Penn State.
    Hamler a pris six passes pour 108 yards pour les Lions de Nittany
    (7-0, 4-0 Big Ten).


    Zach Charbonnet s’est précipité sur
    81 yards sur 15 tirs et a marqué deux fois, tandis que Shea
    Patterson est passé sur 276 yards pour le Michigan (5-2, 3-2). No. 9
    Floride 38, Caroline du Sud 27


    Le quart-arrière Kyle Trask a lancé
    quatre passes au touchdown alors que les Gators ont marqué 21 points
    sans riposte dans une victoire sur les Gamecocks à Columbia, S.C.


    Trask a produit trois de ses quatre
    scores dans la deuxième mi-temps que la Floride (7-1, 4-1 SEC)
    rebondi de la semaine dernière 42-28 perte à LSU pour dépasser la
    Caroline du Sud (3-4, 2-3) 28-10 après avoir suivi trois fois.


    Le junior a complété 21 des 33 passes
    pour 200 yards et a également lancé une interception pour les
    Gators. Dameon Pierce s’est précipité sur 87 yards sur sept carry
    avec un score. Vrai quarterback de première année Ryan Hilinski
    était 17 de 35 pour 170 yards avec un score, et Tavien Feaster a
    précipité pour un match-meilleur 175 yards sur 25 carry et un score
    pour la Caroline du Sud.


    No. 10 Géorgie 21, Kentucky 0


    Le retour de D’Andre Swift a brisé
    une impasse sans but avec un touchdown de 39 mètres avec environ six
    minutes à parcourir dans le troisième quart-temps que les Bulldogs
    blanchi les Wildcats à Athènes, Ga pluvieux.


    Swift est entré dans la zone de fin
    avec 6:20 à aller dans le quart, et il serait le point avec un
    touchdown de 3 yards avec 6:24 à gauche dans le jeu. Il a terminé
    avec 21 porte pour une saison-meilleur 179 mètres.


    Grâce au jeu de la défense, ce serait
    plus que suffisant pour la Géorgie (6-1, 3-1 SEC) pour s’assurer
    la victoire que le Kentucky (3-4, 1-4) a géré seulement 177 yards
    au total -- seulement 17 dans l’air. Les Wildcats n’ont effectué
    que deux des 16 tentatives de passage.


    No. 11 Auburn 51, Arkansas 10 No. 11
    Auburn 51, Arkansas 10


    Bo Nix est passé pour une saison haute
    trois touchdowns et couru pour un autre que les Tigers battu les
    Razorbacks à Fayetteville, Ark., pour améliorer à 9-0 après une
    date ouverte sous l’entraîneur Gus Malzahn.


    Auburn (6-1, 3-1 SEC) a couru sur 298
    yards dans son premier match sans mener Jatarvious Whitlow, dehors
    avec une blessure au genou. Nix a effectué 12 des 17 passes pour 176
    yards, et le receveur Seth Williams (NYSE:WMB) a eu une paire de
    prises au toucher parmi ses quatre réceptions.


    Ben Hicks a été 19 de 39 passes pour
    182 yards et un touchdown que l’Arkansas (2-5, 0-4) a perdu son 15e
    match consécutif de la SEC. Cheyenne O’Grady avait sept prises
    pour 72 yards, dont une réception de 45 yards.


    No. 12 Oregon 35, No. 25 Washington 31


    Justin Herbert a lancé quatre passes
    de touchdown, le dernier un 5-yarder à Jaylon Redd avec 5:10
    restant, que les Ducks ralliés d’un déficit de 14 points de
    seconde moitié pour vaincre les Huskies dans un Pac-12 confrontation
    à Seattle.


    Cyrus Habibi-Likio s’est précipité
    sur 81 yards et un touchdown sur 14 porte pour l’Oregon (6-1, 4-0),
    et Redd a compté deux fois sur cinq réceptions.


    Jacob Eason a lancé trois passes TD
    pour Washington (5-3, 2-3) et Salvon Ahmed s’est précipité pour
    140 yards et un score sur 24 carry. Les Huskies ont atteint la ligne
    de 35 yards de l’Oregon à la dernière minute, mais le quatrième
    et troisième col d’Eason était incomplet.


    No. 13 Utah 21, No. 17 Arizona State 3


    Zack Moss s’est précipité sur 99
    yards et une paire de touchdowns, devenant le leader de la carrière
    des Utes et les soulevant devant les Sun Devils à Salt Lake City
    pluvieux. Moss a obtenu le record de l’école sur son deuxième
    touchdown, un sprint de 32 yards qui a donné à l’Utah son score
    final avec 5:24 à gauche dans le quatrième quart. Il a 3 264
    chantiers de carrière.


    Tyler Huntley a lancé sur 171 yards et
    a intercepté 12 des 19 en passant avant de sortir avec une blessure
    à la jambe au quatrième quart. L’Utah (6-1, 3-1 Pac-12) a
    remporté son troisième match consécutif et a battu les Sun Devils
    (5-2, 2-2) pour la première fois depuis 2016. Les Utes ont également
    remporté un important match décisif dans leur quête d’un titre
    Pac-12 South.


    No. 15 Texas 50, Kansas 48


    Cameron Dicker a frappé un but de 33
    yards sur le terrain alors que le temps expirait pour soulever les
    Longhorns à une victoire sauvage sur les Jayhawks à l’esprit
    bouleversé dans un match de conférence Big-12 avec 50 points
    combinés du quatrième quart à Austin, Texas.Le coup de pied de
    Dicker est venu à la fin d’un dernier souffle, 60 mètres de route
    pour le Texas, après que les Jayhawks avaient pris une avance d’un
    point sur une passe de conversion de deux points avec 1:11 restant.
    La conversion a suivi le touchdown de 22 yards du quart-arrière du
    Kansas Carter Stanley à Stephon Robinson Jr.


    Sam Ehlinger est passé sur 399 yards,
    quatre touchdowns et une interception pour le Texas (5-2, 3-1 Big
    12), tandis que Keaontay Ingram a couru sur 101 yards sur 14 carry, y
    compris un touchdown de 4 yards avec 2:47 à jouer qui a donné aux
    Longhorns un court-métrageIl vivait à 47-40. Stanley a lancé pour
    310 yards et quatre points pour les Jayhawks (2-5, 0-4). Pooka
    Williams Jr. a couru pour 190 yards et deux Tds.


    No. 18 Baylor 45, Oklahoma State 27


    Jamycal Hasty a totalisé 205 yards de
    mêlée et deux touchdowns que les Bears ont défait les Cowboys dans
    un grand match 12 à Stillwater, Okla.


    Hasty s’est précipité sur 139 yards
    sur 15 carry et a ajouté 66 yards de réception sur trois captures
    pour Baylor, qui est parti à son premier 7-0 depuis 2015. Baylor est
    4-0 dans la conférence, à égalité avec l’Oklahoma.


    Chuba Hubbard de l’État de
    l’Oklahoma, le plus grand chasseur du pays, a couru sur 171 yards
    et deux touchdowns. LD Brown a ajouté un score de 68 yards pour les
    Cowboys (4-3, 1-3), qui ont perdu six de leurs huit derniers matchs
    contre Baylor.


    No. 19 SMU 45, Temple 21


    Shane Buechele est passé sur 457 yards
    et six touchdowns, trois à Reggie Roberson Jr., alors que les
    Mustangs roulaient devant les Owls à Dallas. SMU (7-0, 3-0 AAC) a
    inondé Temple avec une grande première mi-temps et a maintenu ce
    rythme après une brève accalmie du troisième quart. Les Mustangs
    invaincus ont affiché leur meilleur départ depuis 1982, lorsque
    Eric Dickerson et Craig James les a menés à une saison 11-0-1.


    Roberson a terminé avec huit prises
    pour 250 yards que SMU est sorti les Chouettes 655-273. Anthony Russo
    a réussi 171 yards et a couru pour un score pour battre Temple (5-2,
    2-1) dans un match des co-leaders de la division AAC.


    No. 20 Minnesota 42, Rutgers 7


    Rodney Smith s’est précipité pour
    111 yards et deux touchdowns sur 19 porte que les Golden Gophers
    amélioré à 7-0 pour la première fois depuis 1960 en battant
    l’hôte Rutgers 42-7 à Piscataway, N.J. Austin Winfield a
    intercepté deux passes, un retour pour un touchdown, pour le
    Minnesota (4-0 Big Ten), qui a remporté neuf matchs consécutifs
    datant de la saison dernière. Tanner Morgan a complété 15 des 28
    passes pour 245 yards et deux touchdowns. Tyler Johnson a eu six
    réceptions pour 130 yards et un touchdown.


    Rutgers (1-6, 0-5) a perdu son sixième
    match d’affilée et troisième d’affilée sous l’entraîneur
    intérimaire Nunzio Campanile. Johnny Langan a passé 9 des 19 yards
    à 48 yards et trois interceptions.


    No. 21 Cincinnati 24, Tulsa 13


    Gerrid Doaks a représenté les trois
    touchdowns des Bearcats, y compris une course de 27 mètres en retard
    dans le quatrième quart d’une victoire contre le Golden Hurricane
    en visite dans l’action américaine de conférence athlétique.
    Doaks dernier touchdown, avec 3:37 à gauche dans le jeu pour mettre
    Cincinnati (6-1, 3-0 AAC) par 11, est venu un jeu après la sécurité
    Darrick Forrest intercepté Tulsa Zach Smith et retourné la balle 16
    mètres à la Tulsa 27.


    Doaks a terminé avec 91 yards sur 17
    porte à deux touchdowns précipitation. Il a également pris une
    passe de 28 yards lancée par Desmond Ridder, qui a fait 12 sur 22
    pour 172 yards. Smith, un transfert de Baylor, a effectué 21 des 43
    tentatives pour 243 chantiers avec deux interceptions et aucun
    toucher des roues pour Tulsa (2-5, 0-3).


    Vanderbilt 21, Nr. 22 Missouri 14


    Ke' Shawn Vaughn a couru 176 mètres de
    mêlée et deux touchdowns, et les Commodores ont tenu les Tigers à
    la saison bas dans les points et les chantiers à Nashville, Tenn.


    Quarterback Kelly Bryant a lancé pour
    140 y 72 pour le Missouri, qui en comptait 293. Les Tigers (5-2, 2-1
    SEC) étaient un favori de 21 points, mais a vu une série de cinq
    victoires défaites par la même équipe UNLV gaz 34-10 une semaine
    plus tôt.


    Vanderbilt (2-5, 1-3) a mené 14-7
    lorsque le cornerback Allan George a choisi Bryant dans la zone de
    fin avec 6:44 à gauche dans le troisième quart. À égalité 14-14,
    Riley Neal a frappé le receveur Cam Johnson avec un long retrait sur
    la troisième et la septième place, et Johnson a glissé vers le bas
    de la ligne droite pour un touchdown de 21 mètres avec 8:57 restant
    pour les points gagnants.


    No. 23 Iowa 26, Purdue 20


    L’attaque des Hawkeyes a finalement
    éclaté en seconde période contre les Chaudronniers d’Iowa City.


    Mekhi Sargent a couru 68 yards et un
    touchdown tardif, Tyler Goodson a ajouté un autre TD précipitant et
    Keith Duncan a frappé quatre buts sur le terrain que l’Iowa (5-2,
    2-2 Big Ten) a pris une série de deux défaites.


    Purdue (2-5, 1-3) a coupé l’avance
    de l’Iowa à six sur une passe de 1 mètre de Jack Plummer à
    l’extrémité serrée de Payne Durham avec 24 secondes à gauche,
    mais le Hawkeyes a récupéré le coup sur place. Le bizut David Bell
    a mené les Chaudronniers avec 13 prises pour 197 yards et un
    touchdown.


    No. 24 État des Appalaches 52,
    Louisiane-Monroe 7


    Les Mountaineers ont répondu au
    premier score des Warhawks avec 52 points consécutifs à une
    victoire dans une bataille des chefs de division de la Sun Belt
    Conference à Boone, N.C.


    Les East-leading Mountaineers (6-0, 3-0
    Sun Belt) ont remporté leur 12e victoire consécutive -- la
    troisième plus longue série de victoires actives du pays -- tout en
    remportant leur 14e victoire consécutive à domicile.


    Après que les Warhawks de tête de
    l’Ouest (3-4, 2-1) a conduit 82 yards pour un touchdown sur leur
    possession d’ouverture, la course retour Darrynton Evans a égalisé
    le score à 7 avec une course de 59 yards sur le troisième jeu
    offensif des Mountaineers de mêlée. Evans a terminé la première
    mi-temps avec 130 de ses 136 yards de course et a marqué un deuxième
    touchdown sur une réception de 15 yards.

    Washington: Jane Fonda arrêtée lors d'une manifestation sur le climat

    Washington:
    Jane Fonda arrêtée lors d'une manifestation sur le climathttp://www.via214.net/


    Publié
    le 19/10/2019 à 08:32 La Rédaction Via214




    Washington:
    Jane Fonda arrêtée lors d'une manifestation sur le climat





    L'actrice
    Jane Fonda a été arrêtée ce vendredi 18 octobre lors d'une
    manifestation organisée à Washington en faveur de la lutte contre
    le réchauffement climatique.



    La
    Maison Blanche a annoncé le 17 octobre que le climat ne
    figurerait pas au prochain sommet du G7,  qui aura lieu en Floride, dans une propriété de Donald Trump. Cette
    décision ulcère les Américains qui tentent de se mobiliser contre
    le réchauffement climatique.



    Pour
    la deuxième semaine consécutive, une star s’est jointe aux
    manifestants qui se rassemblent chaque vendredi devant le Congrès.
    Jane Fonda, très engagée dans sa jeunesse contre la guerre du
    Viêtnam, a repris ses activités militantes pour alerter l’opinion
    sur le climat.


    Vêtue
    d’un manteau rouge, l'actrice est arrivée entourée d’une
    centaine de manifestants devant le Congrès. Jane Fonda a déménagé
    à Washington pour venir chaque vendredi faire pression sur les élus
    afin qu’ils s’engagent à lutter contre le réchauffement
    climatique. " Nous
    faisons face à une crise
    ,
    a-t-elle déclaré. J’essaye
    d’alerter sur l’urgence
    Si
    nous ne faisons pas ce qui est juste, dans onze ans, nous ferons face
    à une catastrophe donc nous devons faire tout ce que nous pouvons
    pour stopper le réchauffement de la planète
     ".

    " Elle
    a emménagé ici pendant quatre mois pour se battre pour notre Terre
    ,
    explique une manifestante. 
    C’est
    au-delà de l’extraordinaire. Nous avons besoin que les célébrités,
    les gens de pouvoir se lèvent pour dire
     "On
    ne supporte plus cela".
     Notre
    terre meurt et il faut la sauver
     ".
    Sous les applaudissements, Jane Fonda a tendu ses poignets au
    policier pour être menottée et embarquée dans une estafette. Elle
    reviendra vendredi prochain.





    Valls se positionne pour diriger la Catalogne en réclamant la démission du président actuel

    Valls se positionne pour diriger la Catalogne en réclamant la démission
    du président actuelhttp://www.via214.net/


    Publié le 19/10/2019 à 08:00 La Rédaction Via214



    En réclamant la démission du président de Catalogne, Valls (ici le 15
    juin 2019) se positionne pour lui succéder.



    ESPAGNE - Quizas, quizas, quizas. L’ancien premier ministre Manuel Valls a
    réclamé ce jeudi 17 octobre la démission du président de la communauté de Catalogne Quim Torra. Selon lui, l’indépendantiste n’est pas en mesure d’assurer la sécurité des Barcelonais alors que la ville est en proie à la violence depuis la condamnation ce lundi d’anciens dirigeants pour la tentative de sécession de 2017.


    “Nous verrons”, a-t-il répondu quant à la question de savoir s’il proposerait son nom pour succéder à l’actuel dirigeant. “Nous verrons, il n’y a pas encore d’élections. Nous voulons être
    utiles et nous verrons quel sera le meilleur moyen de l’être”, a lancé celui qui dirige désormais le parti baptisé Barcelona pel Canvi.


    Une manière de se présenter comme une voie de recours à l’indépendantisme en cas d’élections anticipées. Et c’est ce
    qu’il souhaite ardemment depuis que les militants indépendantistes radicaux émaillent les nuits barcelonaises de violences.


    Le retour de l’article 155?


    De nombreuses voitures ont été incendiées et des cocktails Molotov
    jetés contre la police depuis lundi, sans que le président catalan ne condamne ces faits jusqu’à la nuit de mercredi à jeudi. Inacceptable pour Manuel Valls qui n’a pas hésité à plaider, lors de sa conférence de presse, pour le déclenchement de la loi
    sur la sécurité nationale ainsi que l’application de l’article 155 de la Constitution espagnole.


    La première permettrait notamment au gouvernement central de Madrid, dirigé par le Socialiste Pedro Sanchez d’assumer la direction des Mossos, la police régionale actuellement sous contrôle de la communauté catalane. Une mesure déjà appliquée en 2015, lorsque
    les indépendantistes avaient voté une motion visant à rendre la Catalogne indépendante.


    La mise en oeuvre de l’article 155 de la Constitution permet quant à elle au gouvernement espagnol de prendre le contrôle d’une communauté autonome qui manquerait aux obligations imposées par la Constitution, les lois, ou qui porterait gravement atteinte à
    l’intérêt général de l’Espagne. Une prérogative utilisée pour la première fois en 2017 à la suite de la déclaration unilatérale d’indépendance proclamée par le gouvernement
    autonome de Catalogne.


    Être l’un des protagonistes de ce changement”


    Autant de mesures exceptionnelles que Manuel Valls souhaiterait voir
    appliquées dans sa région avant l’organisation d’élections régionales anticipées; les prochaines sont prévues en 2022. “Nous devons envoyer un message d’espoir à la population et je souhaite
    lui dire que moi, Manuel Valls, veut être l’un des protagonistes de ce changement et de cet espoir dont les Catalans ont besoin. Ils peuvent compter sur moi”, a notamment lancé le conseiller municipal de Barcelone devant la presse.


    Une façon aussi de mettre la pression sur Quim Torra à la veille d’une
    journée cruciale pour lui, la Catalogne et l’Espagne.


    Jour de “grève générale”, ce vendredi sera le point d’orgue de la contestation. Des manifestations massives sont notamment organisées
    à Barcelone où doivent converger les "marches de la liberté" parties deux jours avant.


    Et l’ancien premier ministre de demander à Quim Torra de prendre des
    mesures avant cette journée de manifestations. “Il a fait monter ce chaos et a publiquement promu la violence”, a fustigé l’ancien Premier ministre français avant de trancher:
    “lui et lui seul est responsable de ces trois nuits de violence.”





    Municipales 2020 à Paris : Quelle est la stratégie d’Anne Hidalgo

    Municipales 2020 à Paris : Quelle est la stratégie d’Anne Hidalgohttp://www.via214.net/


    Publié le 19/10/2019 à 07:10 La Rédaction Via214



    La maire de Paris, Anne Hidalgo, dans son bureau le 24 juin 2019.
    KAMIL ZIHNIOGLU / Sipa pour 20 Minutes


    POLITIQUE Anne Hidalgo ne devrait pas annoncer sa candidature à sa succession avant " décembre, janvier ", mais ses proches, soutiens et militants s’activent comme jamais





    • A cinq mois des élections municipales, le plan de bataille se
      structure du côté de la maire sortante.


    • " Paris en commun ", plateforme citoyenne proche de la maire sortante,
      a présenté mardi ses 13 premières têtes de liste pour les municipales de mars 2020.


    • Anne Hidalgo ne sera pas tête de liste dans un arrondissement, contrairement à 2014 où elle avait mené la liste PS dans le 15e arrondissement.



    Le camp d’Anne Hidalgo s’active. A cinq mois des élections municipales, le plan de bataille se structure du côté de la maire sortante. Même si elle a récemment estimé que " le temps de la campagne " et de sa propre candidature
    aux municipales de mars dans la capitale n’était " pas encore venu ", son entourage et ses soutiens, eux, se mettent en branle et s’organisent pour lui dérouler le tapis rouge le moment venu. Soit " en décembre, janvier ", souffle-t-on à nouveau dans son entourage.


    " Mais la stratégie monte en puissance ", note son premier adjoint,Emmanuel Grégoire et
    tête de liste dans le 12e arrondissement. " Paris en commun ", têtes de listes par arrondissement…20 Minutes décortique la stratégie de la maire sortante, Anne Hidalgo, et de ses proches, alors que la maire du 20e, Frédérique Calandra, élue avec l’étiquette PS en 2014, a rejoint Benjamin Griveaux (LREM).


    Ne plus mettre en avant l’étiquette PS


    Le parti, c’est fini. Place à " Paris en commun ". Ce mouvement se présente comme une " plateforme citoyenne qui
    souhaite promouvoir les réflexions et les idées qui permettront de relever les grands défis du 21e siècle à travers la mobilisation de tous les citoyens et de toutes les citoyennes ". Le spectre
    du mouvement est assez large : des adjoints, des maires sortants, des membres de la société civile, des élus socialistes, de groupes politiques de gauche, des écolos comme des élus tentés
    un temps par les Marcheurs. " De plus en plus de gens ne souhaitent plus passer par les appareils politiques. Les modèles d’engagement ont évolué, avec une étiquette politique qui s’est
    beaucoup épuisée. Et Paris en commun est mouvement sans adhésion ", note Emmanuel Grégoire.


    Placer en première ligne la société civile, des jeunes, des porte-paroles


    " Paris en commun " a présenté mardi ses 13 premières têtes de liste pour les municipales de mars 2020. On y trouve sept maires sortants. Se voulant ouverte à la société civile, la plateforme a
    également choisi Eric Pliez, président du Samu social de Paris, comme tête de liste dans le 20e arrondissement. Présentée par certains du mouvement comme " la nouvelle Anne Hidalgo " Anouch Toranian, 28 ans, directrice de la branche française d’une ONG œuvrant au développement de l’Arménie, mènera elle la liste " Paris en commun " dans le 15e arrondissement, fief
    de la droite.


    Par ailleurs, une première vague de porte-parole du mouvement va être
    mise en place rapidement : Célia Blauel, actuelle adjointe à la maire de Paris chargée de la Transition écologique, Audrey Pulvar qui figurera sur la liste dans la zone Paris-Centre, Jean-Louis Missika, président de " Paris en commun " et Jean-François Martins, adjoint au sport. Le but : défendre et riposter. " Ils répondront avec plus de vigueur aux
    critiques venant de nos adversaires ", précise Emmanuel Grégoire. Puis des porte-paroles sur des thématiques seront
    également déployés sur des sujets comme le logement, l’éducation. Enfin, quatre têtes de liste doivent encore être désignées (6e,7e, 9e, 16e). Les cadres de " Paris en commun " promettent des surprises, de la jeunesse et encore une fois des gens de la société civile.


    Ne pas être tête de liste dans un arrondissement


    Anne Hidalgo ne sera pas tête de liste dans un arrondissement. La
    décision a été arrêtée récemment. Selon Emmanuel Grégoire, " c’est conforme à l’histoire". "A l’exception d’Anne Hidalgo en 2014 (dans le 15e arrondissement), jamais un maire de Paris n’a été tête de liste d’arrondissement. Et ce, pour une raison pratique. Etre tête de liste impose des
    contraintes juridiques et administratives non négligeables. Enfin,
    une tête de liste doit porter cette liste territorialement. Et cela demande du temps. Or quand on est maire de Paris et qu’on a vocation à le rester, on doit pouvoir se balader partout dans Paris
    et là où c’est utile ", commente-t-il. Elle pourrait donc être numéro 2 sur une liste. Le 11e arrondissement régulièrement évoqué pourrait être cette option.


    Rentrer la dernière dans l’arène


    " Anne Hidalgo doit être la dernière personne à rentrer dans l’arène ", déclarait Jean-Louis Missika en mai. Un leitmotiv qui reste bien ancré chez les troupes. " Elle a encore des choses à dire et à faire en tout que maire de Paris ", dit à nouveau le président du mouvement. " On a deux avantages immenses : Anne Hidalgo ne souffre d’aucune concurrence de leadership dans notre espace politique. Et nos
    concurrents sont dans un univers extrêmement fragmenté donc elle
    n’a aucun intérêt à se mêler de tout ça, alors que c’est un immense bazar ", commente le premier adjoint. En attendant, les cadres, soutiens et militants s’activent pour être opérationnels le jour J.





    A Rome, samedi, Salvini repart à l'assaut du pouvoir

    A Rome, samedi, Salvini repart à l'assaut du pouvoirhttp://www.via214.net/


    Publié le 19/10/2019 à 06:30 La Rédaction Via214



    Le leader souverainiste italien Matteo Salvini au congrès annuel de son
    parti à Pontida, le 15 septembre 2019



    Rome (AFP) - Le leader souverainiste italien Matteo Salvini donne rendez-vous, samedi à Rome, à ses supporteurs de toute l'Italie pour un grand rassemblement contre le gouvernement qu'il annonce comme "l'acte fondateur" de sa reconquête du pouvoir.


    Une dizaine de trains spéciaux et plusieurs centaines de bus sont prévus
    pour acheminer vers la ville éternelle les partisans du chef de la Ligue (extrême droite) en provenance de toutes les régions de la péninsule.


    Premier grand meeting national depuis qu'il a provoqué en plein coeur de
    l'été l'éclatement de la majorité que La Ligue formait avec le Mouvement 5 Etoiles (antisystème), ce rassemblement vise d'abord à contester la légitimité du nouveau gouvernement formé dans la
    foulée par les mêmes "Cinq Etoiles" et le Parti démocrate (PD, gauche).


    En provoquant la chute de l'exécutif dont il était l'homme fort, et le
    ministre de l'Intérieur, M. Salvini espérait provoquer des élections législatives anticipées et prendre la tête du pays, avec les quelque 38% que lui donnaient les sondages à l'époque.
    Mais sa stratégie ayant échoué il a dû quitter le pouvoir.


    Le parti du leader d'extrême droite navigue aujourd'hui entre 30% et
    33% des intentions de vote et La Ligue reste le premier parti du pays, le M5S et le Parti démocrate oscillant chacun entre 18% et 20%.


    "C'est ton tour, il y a une Italie à aimer et à protéger", annonce M. Salvini, 46 ans, dans un spot diffusé en ligne où il invite les Italiens à venir le rejoindre samedi après-midi à Rome pour une journée dite de "l'Orgueil italien".


    Pour ses organisateurs, l'événement se veut aussi "l'acte fondateur
    d'un projet visant à élargir le parti à des forces différentes", en vu des prochaines échéances électorales.


    Matteo Salvini mise sur un épuisement du nouveau gouvernement dirigé par
    Giuseppe Conte, qui penche désormais à gauche, et dont il martèle qu'il est "illégitime".


    Le souverainiste fait campagne pour un retour aux urnes au plus tôt et
    en tout cas avant la fin de la législature prévue pour 2023.


    - Unir la droite -


    Alors que la majorité cherche à modifier la loi électorale pour contrer
    sa stratégie visant à prendre seul les rênes du pays, le Lombard cherche à unir sous sa houlette les partis de droite et d'extrême droite.


    C'est pourquoi il a convié samedi l'ancien chef du gouvernement Silvio
    Berlusconi, 83 ans, chef de Forza Italia (droite), qui semble ouvert à une telle alliance, ainsi que l'autre parti d'extrême droite "Frères d'Italie", ces deux formations étant créditées chacune d'environ 8% des intentions de vote.


    "Dans un pays normal, un gouvernement qui ne représente pas l'Italie n'aurait même pas vu le jour et nous aurions demandé aux Italiens de voter", a expliqué Matteo Salvini cette semaine dans la presse.


    Accusant le gouvernement de faire "à nouveau de l'Italie le camp de
    réfugié de l'Europe", il vante la politique anti-migrants qu'il avait mise en place et qui interdisait notamment l'accès aux ports italiens aux navires ayant secouru des migrants en Méditerranée.


    Outre ses ambitions nationales, Matteo Salvini s'est aussi fixé pour
    objectif d'offrir à son camp la ville Rome, aux mains des Cinq Etoiles depuis 2016.


    Il a prévu de lancer ce samedi une pétition pour réclamer la démission de la maire de la capitale, Virginia Raggi, dont il attaque avec constance le bilan.


    Elue triomphalement il y a trois ans, l'avocate de 41 ans est régulièrement critiquée par la presse et ses administrés pour ne pas avoir régler les maux chroniques de Rome que sont les transports publics défaillants ou la gestion calamiteuse des déchets.


    A l'heure où Matteo Salvini galvanisera ses troupes, l'ancien chef du gouvernement Matteo Renzi, 44 ans, réunira les siennes dans son fief
    de Florence pour son rassemblement annuel La Leopolda, où il lancera
    son nouveau parti de Italia Viva.


    Et même si les sondages ne lui accordent qu'un modeste 4%, celui qui a
    choisi de faire sécession avec le Parti democrate dans la foulée de la crise politique estivale entend bien peser lui aussi sur l'échiquier politique italien.





    Espagne : Un demi-million de manifestants indépendantistes défilent dans les rues de Barcelone

    Espagne : Un demi-million de manifestants indépendantistes défilent dans les rues de Barcelonehttp://www.via214.net/


    Publié le 19/10/2019 à 06:01 La Rédaction Via214



    Un demi million d'Espagnols ont défilé dans les rues de Barcelone, le
    18 octobre 2019, pour manifester contre la condamnation des dirigeants indépendantistes catalans. —LLUIS
    GENE / AFP



    PROTESTATIONLes Espagnols sont descendus dans la rue, ce vendredi, pour protester contre la condamnation des dirigeants indépendantistes catalans pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017



    Un demi-million de personnes a défilé dans les rues de Barcelone, ce vendredi, pour protester contre les peines de prison infligées à des dirigeants indépendantistes catalans pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017, a annoncé la police municipale.


    Les manifestations, marquées par la violence, se succèdent depuis une
    semaine en Espagne contre les peines de neuf à 13 ans de prison infligées à neuf indépendantistes dont plusieurs membres de l’ancien gouvernement régional destitué après la sécession avortée. Ce vendredi, jour de grève générale, 525.000 personnes, parties mercredi de cinq villes de la région, ont convergé dans la métropole pour cette manifestation monstre.


    Monuments fermés, routes coupées, matchs reportés et usines à l’arrêt


    Au cinquième jour des protestations contre les lourdes peines de neuf à
    13 ans de prison infligées lundi à leurs dirigeants pour la tentative de sécession de 2017, les indépendantistes ont aussi organisé une grève générale dont les effets étaient manifestes dans la ville et dans cette riche
    région pesant un cinquième du PIB espagnol. A Barcelone, la célèbre
    basilique de la Sagrada Familia a dû fermer ses portes tandis que
    l’opéra du Liceu a annulé sa représentation vendredi. La majeure
    partie des stands du marché de la Boqueria, très prisé par les touristes, et de nombreux commerces étaient fermés.


    Selon les autorités, 57 vols ont été annulés à l’aéroport, tandis que plusieurs routes ont été coupées, dont l’autoroute AP7 conduisant vers la France. Le constructeur automobile Seat a mis à l’arrêt son usine de Martorell près de Barcelone qui emploie plus
    de 6.500 personnes. Les troubles en Catalogne ont aussi entraîné le report par la fédération de football du "Clasico" du 26 octobre entre Barça et Real Madrid, une des rencontres les
    plus visionnées sur la planète. Les clubs devront fixer la nouvelle
    date de la rencontre.


    La droite réclame des mesures exceptionnelles pour rétablir l’ordre


    Cette journée de mobilisation a été précédée par une nouvelle nuit de violences à Barcelone. Des centaines de jeunes ont érigé jeudi soir des barricades enflammées et jeté des cocktails molotov sur les forces de l’ordre qui ont répliqué en tirant des balles en mousse. Mardi et mercredi, cette ville avait déjà vécu ces scènes de guérilla urbaine après de premiers heurts lundi au moment du blocus de l’aéroport par quelque 10.000 manifestants. Selon la police, plus de 110 personnes ont été interpellées depuis le début de la semaine dont 16 jeudi soir.


    Nées de la frustration d’une partie de la base indépendantiste, deux
    ans après l’échec de la tentative de sécession de 2017, ces violences ont marqué un tournant pour le mouvement séparatiste qui s’est toujours targué d’être non-violent. A moins d’un
    mois des quatrièmes élections législatives en quatre ans en
    Espagne, ces troubles ont mis le gouvernement du socialiste Pedro
    Sanchez sous pression de la droite qui réclame des mesures exceptionnelles pour rétablir l’ordre. En Catalogne, la question de l'indépendance divise. D’après un sondage rendu public en juillet par le gouvernement régional, 44 % de la population y est favorable et 48,3 % opposée.




    Un attentat s'inspirant du "11 septembre" déjoué, selon Castaner

    Un
    attentat s'inspirant du "11 septembre" déjoué, selon Castanerhttp://www.via214.net/


    Publié le 18/10/2019 à 08:19 La Rédaction Via214





    L'individu,
    radicalisé, avait prévu de détourner un avion, selon le ministre.
    Il a été mis en examen et écroué pour "association de
    malfaiteurs terroriste criminelle".


    Invité
    de l'émission "Vous
    Avez La Parole"
     sur France 2 jeudi soir, le ministre de l'intérieur, Christophe
    Castaner, a annoncé qu'un "60e
    attentat"
     depuis 2013 a récemment été "déjoué" par les autorités françaises. "Un
    individu qui voulait s'inspirer du 11 septembre 2001 et des avions
    qui ont détruit les tours de World Trade Center a effectivement été
    interpellé par nos services"
    ,
    a précisé le "premier
    flic de France"
    .


    D'après
    les informations du Figaro,
    un individu a effectivement été mis en examen et écroué le 26
    septembre dernier pour "association
    de malfaiteurs terroriste criminelle"
    .
    Ce jeune homme "radicalisé",
    selon une source proche du dossier, a été détecté par la
    Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) en raison de
    sa "volonté
    de se procurer des armes en vue d'une action violente"
    .
    Il avait également "évoqué
    oralement"
     son souhait de commettre un attentat, ajoute la même source.


    D'après
    une autre source, l'homme, qui prévoyait d'agir sur le sol français,
    envisageait aussi "le
    détournement d'un avion"
    . "C'était
    son projet et il était en train de s'organiser comme cela, et nos
    services ont fait le nécessaire pour qu'il soit interpellé", 
    a
    détaillé le ministre de l'Intérieur sur France 2. Il n'y a "pas
    eu d'attentat déjoué depuis le 3 octobre"
    ,
    a-t-il précisé, en référence à l'attaque qurvenue à la préfecture de police de Paris.  

    New York entérine la fermeture de la tristement célèbre prison de Rikers Island

    New York entérine la fermeture de la tristement célèbre prison de
    Rikers Islandhttp://www.via214.net/


    Publié le 18/10/2019 à 07:43 La Rédaction Via214



    Le conseil municipal de New York a entériné jeudi la fermeture de la
    prison géante de Rikers Island, à une échéance encore incertaine, pour remplacer cet établissement connu pour sa violence endémique par quatre nouvelles prisons au coeur de la ville.


    C'est une nouvelle étape dans un processus complexe, entamé en mars 2017
    avec la présentation du projet par le maire de New York Bill de Blasio.


    "C'est un jour historique", s'est félicité après le vote le maire
    démocrate. Ce vote vise à "valoriser les gens, ne plus les condamner et les envoyer sur une voie qui ne faisait qu'empirer leurs vies".


    Pour se fixer une date butoir, le conseil municipal a également adopté
    une disposition qui ne permettra plus l'utilisation de Rikers au-delà
    du 31 décembre 2026.


    Le projet est très controversé en raison notamment des inquiétudes
    des New-Yorkais de voir de nouvelles prisons construites près de chez eux, alors que Rikers, située sur une île à l'extrême nord-ouest du Queens, est complètement isolée de toute zone
    résidentielle.


    Le projet prévoit de construire des bâtiments dans le centre de Brooklyn et dans Chinatown à Manhattan, ainsi que dans le Queens et le Bronx.


    La prison de Rikers Island le 17 mai 2011  New York


    La prison de Rikers Island, le 17 mai 2011 à New York ( EMMANUEL DUNAND
    / AFP/Archives )


    D'autres critiquent l'idée de voir la ville consacrer un budget colossal à
    la construction de nouveaux établissements pénitentiaires, plutôt
    que d'utiliser l'enveloppe pour améliorer le système judiciaire.


    Le maire et le conseil municipal se sont entendus pour débloquer une
    enveloppe de 391 millions de dollars, qui doit notamment porter sur des programmes de prévention, infime au regard du coût du projet, estimé à 8,7 milliards de dollars.


    Les partisans du plan estiment qu'il permettra des visites plus fréquentes pour les proches et facilitera les projets de réinsertion.


    Le plan de Bill de Blasio table sur une baisse sensible du nombre de détenus à New York, qui a déjà diminué de plus d'un tiers depuis 2014, pour se situer à 7.790 selon des chiffres publiés en janvier. L'objectif est de parvenir à 3.300 détenus d'ici 2026.


    Selon les chiffres de janvier, quelque 80% des détenus de New York étaient en attente de procès. Beaucoup d'entre eux auraient pu bénéficier
    d'une remise en liberté mais restent derrière les barreaux car ils n'ont pas pu verser leur caution.


    La municipalité a déjà mis en place plusieurs mesures pour réduire la population carcérale, notamment le programme dit de "Supervised Release" (liberté surveillée), alternative au paiement d'une caution pour les personnes d'origine modeste.

    Onxeo décroche un financement de 495 kE

    Onxeo décroche un financement de 495 kEhttp://www.via214.net/


    Publié le 18/10/2019 à 07:20 La Rédaction Via214



    Onxeo est lauréat de l'appel à projets Innov'up Leader PIA...


    La société de biotechnologie Onxeo SA a signé un contrat de collaboration avec l'Etat français et la Région Ile-de-France dans le cadre du programme Innov'up Leader PIA (Programme d'investissement d'avenir) doté d'un financement de 495.000 euros. Le programme, financé à parité entre l'Etat et la Région, vise à accélérer l'émergence de futurs leaders sur leur marché, pouvant prétendre à une envergure internationale et porteurs de projets d'innovation de rupture.


    "Nous sommes très heureux de ce financement qui nous permet d'accélérer
    le développement de notre portefeuille de candidats médicaments. Avec ce projet, nous capitalisons sur notre expertise dans le domaine du DDR et des médicaments oligonucléotides leurres, tout en ciblant un domaine très attractif et en plein essor, l'immuno-oncologie", déclare Judith Greciet, Directrice Générale d'Onxeo.


    Développement d'un candidat médicament


    Le projet lauréat d'Onxeo consiste à développer un candidat médicament visant de nouvelles cibles thérapeutiques
    d'immuno-oncologie. Issu de la plateforme platON, il sera basé sur
    le principe d'un oligonucléotide leurre agoniste, le même qu'AsiDNA.


    La somme de 495 kE, accordée par les partenaires publics pour le co-financement, représente 50% du montant total du projet et est composée d'une subvention de 330 kE et d'une avance remboursable de 165 kE. Elle est versée en deux tranches dont un premier versement à la signature.

    Donald Trump tout sourire dans le nouvel atelier Louis Vuitton aux Etats-Unis

    Donald Trump tout sourire dans le nouvel atelier Louis Vuitton aux
    Etats-Unishttp://www.via214.net/


    Publié le 18/10/2019 à 06:26 La Rédaction Via214



    Le président américain Donald Trump a retrouvé jeudi avec plaisir l'univers du luxe en inaugurant un atelier de production de la marque française Louis Vuitton, un signe selon lui de la bonne santé économique de son pays et du succès de ses réformes.


    "Nous célébrons avec fierté l'ouverture de la marque Louis Vuitton, un nom que je connais bien et qui m'a coûté beaucoup d'argent depuis des années", a affirmé en souriant l'ancien homme d'affaires new-yorkais, saluant un investissement "de 50 millions" de
    dollars du groupe français.


    "Cet investissement dans la création d'emplois reflète la force de nos
    affaires aux Etats-Unis qui continuent à grandir", a pour sa part assuré le PDG de LVMH Bernard Arnault, troisième fortune mondiale selon un récent classement du magazine Forbes.


    Le groupe de luxe réalise un quart de ses ventes aux Etats-Unis.


    Cette inauguration était aussi l'occasion d'une rare rencontre entre M.
    Trump et un homme d'affaires étranger.


    M. Arnault avait dit en janvier 2017 au milliardaire républicain, qui
    appelle régulièrement les entreprises nationales et étrangères à se développer aux Etats-Unis, être prêt à investir davantage dans le pays.


    Louis Vuitton, fleuron du géant LVMH et première marque mondiale de luxe,
    compte déjà deux ateliers de maroquinerie sur le sol américain, en
    Californie. Leur production de sacs et d'articles de cuir est réservée au marché américain.


    En comptant les salaires et les impôts, le groupe investit près d'un
    milliard de dollars par an aux Etats-Unis, a précisé M. Arnault.


    Le site d'une centaine d'hectares près d'Alvarado, une petite ville de
    4.000 habitants au sud-ouest de Dallas, devrait employer environ un millier d'artisans "hautement qualifiés" d'ici cinq ans, selon lui.


    "Dites bonjour à Emmanuel"


    Le prsident amricain Donald Trump G le directeur gnral de Louis Vuitton Michael Burke C et le PDG de LVMH Bernard Arnault  Alvarado Texas sud le 17 octobre 2019


    Le président américain Donald Trump (G), le directeur général de Louis Vuitton Michael Burke (C) et le PDG de LVMH Bernard Arnault à Alvarado (Texas, sud) le 17 octobre 2019 ( Nicholas Kamm / AFP )


    Cet atelier "emploiera bientôt 500 des salariés les plus qualifiés au monde", a renchéri Donald Trump, assurant que "personne n'est à la hauteur de la précision et de la perfection des artisans américains".


    Le président était notamment accompagné de sa fille et conseillère
    Ivanka Trump, amatrice revendiquée de luxe. LVMH ouvre le site "grâce aux politiques économiques de l'administration Trump" qui a procédé à des massives baisses d'impôts et de taxes pour relancer l'économie, avait-elle affirmé mercredi sur Twitter.


    L'atelier a été baptisé "Rochambeau Ranch", du nom du maréchal qui dirigea les troupes françaises lors de la guerre d'indépendance américaine.


    Donald Trump a profité de ce rappel historique pour saluer les "excellentes
    relations" avec la France, qui "reste non seulement notre allié le plus ancien mais aussi le plus fiable et le plus précieux", et avec son homologue français Emmanuel Macron.


    "Nous avons nos petites querelles avec Emmanuel de temps en temps", a-t-il plaisanté. "Dites bonjour à Emmanuel", a-t-il lancé à Bernard Arnault, avant d'ajouter: "j'aime vraiment
    beaucoup votre président".


    Le malletier Louis Vuitton a ouvert en 1859 à Asnières, en France, son
    tout premier atelier. La maison compte aujourd'hui un total de seize
    maroquineries dans l'Hexagone, trois en Espagne et une en Italie.


    Le prsident amricain Donald Trump D aux cts du PDG de LVMH  Bernard Arnault  Alvarado Texas sud le 17 octobre 2019Le
    président américain Donald Trump (D) aux côtés du PDG de LVMH
    Bernard Arnault à Alvarado (Texas, sud) le 17 octobre 2019 ( Nicholas Kamm / AFP )


    Un artisan sur deux recruté dans ses sites français n'a pas d'expérience professionnelle dans la couture ou la maroquinerie, et les salariés sont longuement formés en interne, après avoir passé des tests d'entrée très sélectifs.


    Dans son ensemble, le groupe LVMH et ses 70 marques - Louis Vuitton,
    Christian Dior, Fendi, Hennessy ou Dom Pérignon - a engrangé des résultats record en 2018, avec 46 milliards d'euros de ventes et un bénéfice net dépassant les 6 milliards.





    Mexique: arrestation d'un fils d'"El Chapo", violents affrontements armés à Culiacan

    Mexique: arrestation d'un fils d'"El Chapo", violents affrontements
    armés à Culiacanhttp://www.via214.net/



    Publié le 18/10/2019 à 05:55 La Rédaction Via214




    Les autorités mexicaines ont annoncé avoir arrêté un des fils de Joaquin "El Chapo" Guzman au moment même où de violents affrontements opposaient jeudi soir les forces de l'ordre à des
    bandes armées, à Culiacan, fief du baron de la drogue emprisonné aux Etats-Unis.


    Un homme qui s'est présenté comme étant Ovidio Guzman Lopez a été
    arrêté avec trois autres personnes, après une attaque contre une patrouille de la Garde nationale, a indiqué le secrétaire d'Etat à la Sécurité et la protection des citoyens, Alfonso Durazo.


    Des tirs nourris opposants des civils armés aux forces de sécurité mexicaines à Culiacan (nord-ouest) ont retenti en plein après-midi dans les rues de cette ville de 750.000 habitants ainsi que des
    explosions de véhicules, forçant les résidents à se terrer chez eux, a rapporté un correspondant de l'AFP.


    Les membres du cabinet de sécurité se sont réunis jeudi dans la soirée à la suite de ces violences, a indiqué le bureau du président mexicain Andrès Manuel Lopez Obrador, sans plus de détails.


    Dans un communiqué, le gouverneur de l'Etat de Sinaloa, considéré comme
    l'un des plus violents au Mexique, a appelé la population à "ne pas sortir dans les rues et à se conformer aux instructions officielles en fonction de la tournure des évènements en cours".


    Selon le correspondant de l'AFP, plusieurs rues du secteur ont été
    partiellement bouclées par les civils en armes portant des capuches pour masquer leurs visages, donnant à la ville des allures de champ de bataille. Plusieurs habitants de la ville ont été contraints de fuir en abandonnant leurs voitures dans les rues.


    Plusieurs médias mexicains, dont les chaînes Milenio TV et Televisa ont
    indiqué que l'un des fils de Joaquin "El Chapo" Guzman, Ovidio Guzman Lopez, aurait été arrêté voire tué par les forces de sécurité, déclenchant la riposte de civils armés.


    Aucune confirmation officielle n'a pour l'instant été donnée à ces
    informations relatives au fils de Joaquin Guzman.


    Milenio TV et Televisa, parmi les plus importantes télévisions au Mexique,
    passent en boucle des images de forces de sécurité prises sous le feu de mitrailleuses lourdes actionnées par des civils, ainsi que des voitures et des camions en flammes.


    Diminuer la criminalité


    Le puissant cartel de Sinaloa est fragmenté entre les fils d'El "Chapo"
    et un certain Ismael "El Mayo" Zambada, l'un des pères fondateurs de cette même organisation.


    "El Chapo" a été condamné en juillet aux Etats-Unis à la réclusion à perpétuité.


    Considéré comme le narcotrafiquant le plus puissant au monde, il a acheminé
    aux Etats-Unis au moins 1.200 tonnes de cocaïne sur un quart de siècle. Malgré son arrestation, l'organisation continue d'acheminer la majorité de la drogue qui entre aux Etats-Unis.


    Durant le procès, l'accusation a montré que le Mexicain avait ordonné
    l'assassinat ou mis lui-même à mort au moins 26 personnes, parfois après les avoir torturées. Il s'agissait d'informateurs, trafiquants issus d'organisations rivales, policiers, collaborateurs, voire de membres de sa propre famille.


    Culiacan fief dEl Culiacan,
    fief d'El "Chapo" en proie à de violents affrontements armés ( STR / AFP )


    Avant même l'enregistrement officiel de l'appel, "El Chapo" avait été transféré dans une prison de haute sécurité du Colorado, l'Administrative Maximum Facility, ou ADX, située à
    Florence, dans le sud de l'Etat.


    Le président mexicain ne cesse d'exprimer sa volonté de faire diminuer
    la criminalité dans son pays, depuis son élection en décembre dernier. Mais sans grand succès.


    Il a pourtant mis en place une Garde Nationale afin de rendre à la police des responsabilités qui incombaient depuis plusieurs années à l'armée, déployée depuis 2006 dans le cadre d'une offensive généralisée contre le crime organisé.


    Selon plusieurs organisations de défense des droits de l'homme, cette
    bataille menée par les militaires n'a fait qu'accroître la violence dans le pays, déchiré par des rivalités entre différents cartels.


    Depuis, des données officielles font état de la mort de quelque 250.000
    personnes, sans qu'il soit toutefois possible de déterminer le nombre de tués dans le cadre de la lutte contre le crime organisé. Un record a été battu en 2018 avec 33.749 tués, selon ces mêmes
    sources.


    Avec 23.063 morts jusqu'en août, il est possible qu'un nouveau record de
    violence soit battu pour l'année en cours.




    HSBC France va quitter son siège social des Champs-Elysées

    HSBC
    France va quitter son siège social des Champs-Elyséeshttp://www.via214.net/


    Publié le 17/10/2019 à 07:34 La Rédaction Via214




    PARIS
    (Reuters) - La filiale française de HSBC va quitter son siège
    social de l'avenue des Champs-Elysées ainsi qu'un autre immeuble
    également situé dans le VIIIe arrondissement de Paris, rue de
    Vernet, a-t-on appris mercredi auprès de deux sources.



    Le
    groupe bancaire britannique, qui s'apprête à céder son activité
    de banque de détail en France avait vendu ces deux immeubles à des
    investisseurs qataris en 2009.



    HSBC
    France était depuis cette date locataire de ces locaux, où
    travaillent 1.700 à 1.800 salariés.



    "Notre
    bail est arrivé à expiration et nous présenterons bientôt nos
    plans à nos employés", a déclaré une porte-parole de la
    banque.



    Une
    des deux sources a précisé que le départ du siège des
    Champs-Elysées devrait être annoncé aux équipes dans le courant
    de la journée. La seconde source a confirmé le prochain
    déménagement en soulignant le montant élevé du loyer.



    HSBC
    a pris possession de ce bâtiment - où l'espionne et danseuse
    exotique Mata Hari avait été arrêtée en 1917, pendant la Première
    Guerre mondiale - lors du rachat des activités de banque de détail
    du Crédit Commercial de France (CCF).

    Le boxeur américain Patrick Day est mort des suites de son violent K.O.

    Le boxeur américain Patrick Day est mort des suites de son violent K.O.http://www.via214.net/


    Publié le 17/10/2019 à 07:04 La Rédaction Via214



    Le boxeur américain Patrick Day, est mort à 27 ans mercredi des suites
    de sa lésion cérébrale due à un violent K.O. lors de son combat de samedi.


    Terrible nouvelle pour le monde du sport. Le boxeur américain Patrick Day,
    qui était dans un état critique depuis le violent K.O. dont il a été victime samedi soir, est mort à 27 ans mercredi des suites de sa lésion cérébrale, a annoncé le promoteur de combats Lou DiBella.


    "Patrick Dayest décédé aujourd'hui, le 16 octobre 2019, des suites de la lésion cérébrale traumatique qu'il a subie dans son combat" des super-welters contre son
    compatriote Charles Conwell, indique le communiqué. "Il était entouré de sa famille, d'amis proches et de membres de son équipe, dont son mentor, ami et entraîneur Joe Higgins. Au nom de la famille de Patrick, de son équipe et de ses proches, nous sommes
    reconnaissants pour les prières, le soutien et les marques d'amour adressés à Pat depuis sa blessure", a poursuivi Lou DiBella.


    C'est au 10e round que Patrick Day a subi son K.O., samedi soir dans la
    Wintrust Arena de Chicago, après un terrible crochet gauche de Conwell,sa tête ayant heurté lourdement le tapis. Il avait déjà vacillé juste avant sur une droite de son
    adversaire. Le boxeur a été évacué inconscient sur une civière et transporté à l'hôpital Norhtwestern Memorial de la ville, où il a ensuite subi en urgence une opération de chirurgie cérébrale. Dans le coma depuis lors, il se trouvait dans le service de soins intensifs de l'hôpital.





    Archie est roux, confirment le prince Harry et Meghan Markle

    Archie est roux, confirment le prince Harry et Meghan Marklehttp://www.via214.net/


    Publié le 17/10/2019 à 06:44 La Rédaction Via214



    Le prince Harry et Meghan Markle ont confirmé à une mère et sa fille que leur bébé de 5 mois, Archie, avait les cheveux roux comme son père.


    PEOPLE - Nul besoin de test de paternité pour le Prince Harry, il
    semblerait que le bébé Archie, 5 mois, a hérité des gènes de son
    père!


    Le Duc et la Duchesse de Sussex l’auraient confirmé ce mardi 15 octobre lors du WellChild Awards, événement destiné à rendre hommage aux enfants malades et leurs soignants à Londre: leur fils Archie a les cheveux roux.


    C’est Angela Sunderland et sa fille Milly, 11 ans, qui ont relayé
    l’information à la presse à la suite d’une conversation qu’elles ont eu avec le couple princier au cours de laquelle elles ont demandé au couple si
    leur enfant était bien roux.


    “Meghan a dit que oui et Harry a dit que oui, on peut le voir dans ses
    sourcils,” dit la mère. “Harry a dit qu’il n’avait pas de cheveux depuis cinq mois, mais Meghan lui a dit qu’elle l’avait emmené à la garderie et qu’il y avait d’autres enfants avec la
    même quantité de cheveux ou même moins.”


    Les récentes photos du bébé semblent
    confirmer ces propos, comme vous pouvez le voir dans la photo en haut
    de cet article.





    Vladimir Poutine, arbitre et grand gagnant du chaos syrien

    Vladimir Poutine, arbitre et grand gagnant du chaos syrienhttp://www.via214.net/


    Publié le 17/10/2019 à 06:17 La Rédaction Via214



    Le président Vladimir Poutine en
    réunion à Nijni Novgorod, Russie, le 10 octobre. MIKHAIL KLIMENTYEV / AP



    Grâce au retrait américain, le président russe s’est imposé en médiateur numéro un entre la Syrie, son alliée, les Kurdes, lâchés par Washington, et la Turquie.


    La guerre de Manbij n’aura probablement pas lieu et c’est à
    Vladimir Poutine qu’on le doit. La bourgade du nord de la Syrie, tenue depuis trois ans par les miliciens kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), semblait promise à un bain de sang. Entre les forces prorégime, décidées à y réimposer l’autorité
    de Damas, et l’armée turque et ses affidés syriens, déterminés à les en empêcher, la collision paraissait garantie.


    Mais mardi 15 octobre, depuis Abou Dhabi, où le président russe est en tournée diplomatique, son entourage a fait savoir que de tels affrontements seraient "inacceptables ".
    Ankara a obtempéré à reculons, laissant les troupes progouvernementales pénétrer dans la ville, qui occupe un emplacement stratégique, à proximité du barrage de Tichrine, sur l’Euphrate.


    Trois ans après la chute des quartiers rebelles d’Alep, facilitée par
    les bombardements de son aviation, M.Poutine impose donc une nouvelle fois sa loi. La reconquête, en décembre 2016, de la métropole du Nord syrien, avait amorcé l’effondrement de l’insurrection anti-Assad. Celle de Manbij préfigure la fin de l’autonomie de fait que les Kurdes avaient conquise dans le nord du pays.


    Simple rouleau compresseur au service de Damas lorsque son armée a débarqué
    en Syrie, en septembre 2015, le maître du Kremlin a désormais ajouté une dimension diplomatique à sa panoplie. Il est devenu l’arbitre du chaos, avec, comme fil rouge de sa politique, la
    réunification du pays autour de Bachar Al-Assad, dictateur certes inconfortable, mais pour l’instant incontournable à ses yeux.





    Montereau : les voitures de plusieurs cadres et employés de la ville incendiées

    Montereau
    : les voitures de plusieurs cadres et employés de la ville
    incendiéeshttp://www.via214.net/


    Publié
    le 16/10/2019 à 16:38 La Rédaction Via214




    Quatre
    véhicules ont pris feu ce lundi entre cinq et six heures du matin
    devant les domiciles de quatre personnes travaillant pour la mairie
    de Montereau.


    Il
    ne fait guère de doute qu'il ne s'agit pas d'une coïncidence. Lundi
    à l'aube, entre cinq et six heures du matin, quatre véhicules ont
    été la cible d'incendies à Montereau-Fault-Yonne, La
    Grande-Paroisse et Varennes-sur-Seine, devant le domicile de cadres
    ou employés travaillant à la mairie de Montereau. Plus précisément,
    il s'agit de la voiture de fonction du directeur adjoint aux sports,
    de la voiture personnelle d'un intendant, de celle d'un agent au
    service emploi. Enfin la Renault Mégane du fils du directeur général
    des services adjoint a pris feu devant le domicile familial, en plein
    centre-ville de Montereau.



    Aucune revendication


    Quatre
    plaintes ont déjà été déposées. Les policiers du commissariat
    de Montereau sont chargés de l'enquête. Lors de leurs auditions,
    aucune victime n'a semblé comprendre les raisons de tels actes.
    Aucun message de revendication n'a été laissé sur place. La piste
    criminelle ne fait pas de doute selon les premiers éléments de
    l'enquête.


    A
    Varennes-sur-Seine, un témoin a vu un véhicule passer, puis
    s'arrêter devant le domicile de l'intendant. Un individu en est
    sorti et a jeté un liquide inflammable sur sa voiture. Puis il est
    reparti.


    Contactées,
    aucune des personnes ciblées n'a pu être jointe. " Je ne souhaite
    faire aucun commentaire, la police a ouvert une enquête ",
    résume Andrée Zaïdi (UDI), conseillère départementale, épouse du DGS adjoint et mère du jeune homme dont la voiture a été
    brûlée.



    Le maire " fait
    confiance à la police "


    Comment
    expliquer ces attaques en série ? Y a-t-il un lien avec les
    élections municipales qui ont lieu dans cinq mois ? Mystère. Pour
    le moment, les enquêteurs n'excluent aucune piste.


    Contacté,
    le maire James Chéron (UDI) n'a pas souhaité s'étendre sur le
    sujet : " Je fais entièrement confiance à la police qui mène
    l'enquête et l'heure n'est donc pas aux commentaires ".


    Dans
    le voisinage des victimes, c'est la surprise. Notamment à La
    Grande-Paroisse. " C'était lundi matin. Je n'ai rien entendu du
    tout. Mais notre voisin d'en face est venu sonner chez nous à 5
    heures et demie du matin environ. Sa voiture brûlait. Et nous, nous
    avions nos trois véhicules garés dans la rue juste à côté. Le
    feu arrière de la voiture de ma fille a fondu ! Heureusement qu'il
    n'y a pas eu le vent fort d'hier soir, sinon tout s'embrasait ! ",
    s'exclame cette habitante de La Grande-Paroisse.




    Montereau,
    15 octobre, ce mardi. Les victimes des voitures incendiées
    travaillent à la mairie de Montereau pour trois d’entre elles, la
    4e étant le fils du directeur général des services adjoint.
    LP/Sophie Bordier

    Offensive turque contre les Kurdes : Recep Tayipp Erdogan exclut toute négociation

    Offensive turque contre les Kurdes : Recep Tayipp Erdogan exclut toute
    négociationhttp://www.via214.net/


    Publié le 16/10/2019 à 16:07 La Rédaction Via214



    Le président turc Recep Tayyip Erdogan —KAYHAN
    OZER / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP



    SYRIE Une semaine après le début de l’offensive turque contre les Kurdes, Ankara est soumis à la pression internationale qui l’exhorte à
    mettre un terme à son opération



    Sommé par les pays occidentaux de stopper son offensive en Syrie, le président turc Recep Tayyip Erdogan a
    exclu, ce mercredi, toute négociation avec les forces kurdes et exigé qu’elles déposent les armes et se retirent de la frontière turque.


    " Certains dirigeants essayent de mener une médiation. Il n’y a rien de tel dans l’histoire de la République turque que de s’asseoir à une même table avec une organisation terroriste ", a déclaré Recep Taypp Erdogan dans un discours devant le groupe parlementaire
    du parti au pouvoir. " Nous ne cherchons pas de médiateur, nous n’en avons pas besoin ", a insisté le président turc.


    " Que tous les terroristes déposent leurs armes et leurs équipements "


    La Turquie a lancé la semaine dernière une offensive dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), un
    groupe soutenu par les pays occidentaux mais qualifié de " terroriste " par
    Ankara.


    L’objectif affiché de cette opération est de créer une " zone de sécurité " d’une trentaine de km de profondeur séparant la frontière turque des zones contrôlées par les YPG. " Notre
    proposition est la suivante : tout de suite, ce soir, que tous les terroristes déposent leurs armes et leurs équipements, détruisent toutes leurs fortifications et se retirent de la zone de sécurité que nous avons fixée ", a déclaré Recep Tayipp Erdogan.


    " Lorsque ce que nous avons décrit sera fait, de Minbej à la frontière
    irakienne, alors notre opération "Source de Paix", qui ne vise que les terroristes, se terminera d'elle-même ",
    a-t-il poursuivi. Ces déclarations interviennent alors qu’Ankara est soumis à la pression des Etats-Unis qui l'exhortent à mettre un terme à son opération. Le vice-président américain Mike Pence et le secrétaire d’Etat
    Mike Pompeo doivent rencontrer jeudi les dirigeants turcs pour les convaincre de négocier un cessez-le-feu.

    A Barcelone, étudiants, familles et retraités manifestent contre la condamnation d’ex-dirigeants ind

    A Barcelone, étudiants, familles et retraités manifestent contre la
    condamnation d’ex-dirigeants indépendantisteshttp://www.via214.net/


    Publié le 16/10/2019 à 15:35 La Rédaction Via214



    Une des barricades érigées par les
    manifestants indépendantistes à Barcelone (Espagne), le 15 octobre.
    RAFAEL MARCHANTE / REUTERS




    Les débordements ont marqué la fin de la deuxième journée de mobilisation contre la condamnation pour " sédition " par la Cour suprême de neuf ex-dirigeants à des peines de prison.



    Passeig de Gracia, devant les contours arrondis et les mosaïques colorées des édifices modernistes de l’architecte catalan Antonio Gaudi,
    des colonnes de fumée s’échappent de poubelles, de conteneurs et de mobilier urbain en flammes. Le cœur de Barcelone est en proie aux feux de barricades, mardi 15 octobre, dans la soirée.


    Un peu plus loin, rue Mallorca, en plein cœur de la capitale catalane,
    des affrontements ont lieu entre manifestants et policiers. Des pierres et autres projectiles visent les agents qui chargent la foule. Des tirs de balles en caoutchouc et en mousse sont lancés. A Tarragone, Gérone et Lleida, les manifestants s’en prennent quant
    à eux aux sièges des sous-préfectures avec la même virulence, provoquant de nombreux saccages.


    Les débordements violents ont ainsi marqué la fin de la deuxième journée de mobilisation contre la condamnation pour " sédition " par la Cour suprême, la veille, de neuf anciens dirigeants
    indépendantistes à des peines allant de neuf ans à treize ans de prison. Au total, au moins 74 personnes ont été blessées, et 24 ont été arrêtées.


    " Une ville de paix et de dialogue "


    " Une minorité cherche à imposer la violence dans les rues des villes
    catalanes,
    a réagi le chef de l’exécutif espagnol, le socialiste Pedro
    Sanchez, tard dans la soirée.Il
    est évident que nous ne nous trouvons pas face à un mouvement citoyen pacifique, mais coordonné par des groupes qui utilisent la violence dans la rue pour briser la coexistence en Catalogne. "


    " Nous sommes une ville de paix et de dialogue ", a tweeté la maire de Barcelone, Ada Colau (gauche alternative)." Nous ne voulons pas de peines de prison injustes ni de charges sur des gens pacifiques ".





    France et Allemagne se retrouvent à Toulouse

    France et Allemagne se retrouvent à Toulousehttp://www.via214.net/


    Publié le 16/10/2019 à 15:03 La
    Rédaction Via214



    Angela Merkel et Emmanuel Macron se retrouvent aujourd'hui à Toulouse dans le cadre d'un Conseil des ministres franco-allemand. L'occasion de
    renforcer des liens distendus en célébrant une grande réussite, celle d'Airbus.


    Emmanuel Macron et Angela Merkel se retrouvent aujourd'hui à Toulouse dans le cadre d'un Conseil des ministres franco-allemand. Dans une Ville rose
    dont l'hypercentre autour de la préfecture a été placé sous cloche pour se prémunir de tout débordement des manifestations annoncées, la chancelière allemande et le président français vont
    tenter d'aplanir les différends qui se sont multipliés ces derniers mois, plus particulièrement depuis les élections européennes. Dernier épisode en date, jeudi dernier, le rejet massif de la
    candidature de Sylvie Goulard au poste de commissaire dans la future Commission européenne présidée par l'Allemande Ursula von der Leyen, ex-ministre CDU d'Angela Merkel… Une claque pour Emmanuel Macron, qui a fait part de sa colère froide la semaine dernière, en
    estimant que les Allemands n'avaient pas respecté leurs engagements, et notamment Mme von der Leyen, qui lui avait assuré que Mme Goulard serait confirmée sans problème… Le président de la République
    s'en est sans doute expliqué avec la chancelière dimanche puis lundi avec Ursula von der Leyen.


    Dès lors, après ce camouflet, le Conseil des ministres franco-allemand
    tombe à pic pour démontrer que la relation franco-allemande est plus forte que ces difficultés politiques.


    Rendez-vous traditionnel instauré en 2003 par le président Jacques Chirac et le chancelier allemand Gerhard Schröder à l'occasion de la commémoration des quarante ans de la signature du traité de l'Élysée entre de Gaulle et Adenauer, le Conseil des ministres franco-allemand (ouDeutsch-Französischer
    Ministerrat
    ), se réunit une à deux fois par an. C'est la première fois qu'il se tient depuis la signature par Emmanuel Macron et Angela Merkel du
    controversé traité d'Aix-la-Chapelle en janvier 2019, qui devait renforcer la relation franco-allemande et envoyer un message de soutien à la construction européenne.


    La mise en œuvre de ce traité est d'ailleurs à l'ordre du jour du
    Conseil des ministres franco-allemand. Celui-ci doit également aborder les questions climatiques, industrielles, de défense et de sécurité. Un thème devenu crucial au vu du contexte international,
    notamment l'offensive de la Turquie dans le nord de la Syrie.


    "Afin d'illustrer le succès de la coopération franco-allemande et
    européenne, le président de la République et la chancelière
    visiteront la salle de montage des avions A350 de l'entreprise Airbus", a précisé l'Elysée. Emmanuel Macron et Angela Merkel rencontreront ensuite des lycéens et des apprentis ayant bénéficié
    de l'action Avion Campus des métiers. Cet après-midi les deux dirigeants auront un entretien bilatéral à la préfecture puis tiendront une conférence de presse commune à 18 h 15 après la
    séance de travail du Conseil des ministres franco-allemand.


    Enfin, ce soir, Emmanuel Macron et Angela Merkel participeront à un dîner
    avec l'European Roundtable of Industrialistsqui regroupe les dirigeants des grandes entreprises industrielles européennes. L'occasion de montrer que la coopération franco-allemande reste toujours un moteur pour l'Europe.




    Ce que l'on sait de l'évasion de quatre détenus lors d'un transfert entre le tribunal de Marseille e

    Ce que l'on sait de l'évasion de quatre détenus lors d'un transfert
    entre le tribunal de Marseille et la prison des Baumetteshttp://www.via214.net/


    Publié le 16/10/2019 à 08:01 La Rédaction Via214



    Un des quatre fugitifs s'est rendu mardi matin à la police, a indiqué le parquet de Marseille.



    Quatre détenus qui se trouvaient dans un fourgon de police se sont fait la belle, lundi 14 octobre dans la soirée, lors de leur transfert entre le
    tribunal de Marseille et la prison des Baumettes. Un des fugitifs s'est rendu aux autorités mardi, mais les trois autres hommes sont toujours en fuite. Franceinfo revient sur ce que l'on sait de cette évasion.


    Les détenus ont forcé la porte à un feu rouge


    Des surveillants pénitentiaires ont découvert, lundi vers 18h50, qu'il
    manquait quatre détenus sur les dix-sept censés se trouver à bord d'un camion de police arrivant à la prison des Baumettes. Les autres détenus présents dans le véhicule ont été auditionnés et ont expliqué que les quatre fugitifs, menottés deux par deux, avaient profité d'"un ralentissement, à l'approche des Baumettes, pour forcer la porte et partir", explique à franceinfo Catherine Forzi, du syndicat Force ouvrière Pénitentiaire (SNP-FO). Le fourgon assurait un transfert entre
    le tribunal de Marseille et le centre pénitentiaire.


    "Pendant le transfert, les portes du véhicule se sont ouvertes, les quatre évadés ont fait sauter les verrous des box à l'intérieur du
    fourgon et ont demandé à leurs codétenus de les suivre"
    , détaille Martin
    Méchin, avocat de l'un des détenus restés dans le fourgon. Jugé depuis lundi dans un vaste dossier de blanchiment d'argent, Abdlakrim Daoudi a raconté sa version de l'évasion mardi, lors d'une audience au tribunal correctionnel de Marseille."Ils
    ont ouvert la porte de ma cellule. Mais nous n'avons pas voulu prendre la fuite. Nous avons vu qu'ils sont partis, mais moi-même je me suis levé pour aller fermer la porte",
    a-t-il
    raconté.


    Abdlakrim Daoudi a ajouté qu'il "serait bête"de prendre la fuite. "J'ai fait trois ans de détention provisoire. Je suis ici devant la justice pour assumer ce que j'ai fait."Le prévenu a ajouté que lors de ses demandes de mise en
    liberté, "on [lui]a toujours refusé au motif[qu'il]risquait
    de [s'enfuir]"
    , une remarque qui n'a pas manqué de faire sourire les avocats de la défense.


    Les policiers "ont pu ne pas les entendre"


    Comment expliquer que la disparition des quatre hommes n'ait été découverte
    qu'à l'arrivée à la prison des Baumettes ? Selon le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, trois policiers se trouvaient à l'avant du fourgon lors du transfert."Les
    détenus sont menottés et installés dans des petites cellules à deux, mais leurs collègues détenus ont dû faire beaucoup de bruit contre les parois en fer pour couvrir leur évasion
    ,avance
    Catherine Forzi.S'ils ont forcé la porte du fourgon cellulaire, les policiers qui les transportaient ont pu ne pas les entendre."


    "Les détenus, quand ils sortent, on dirait qu'ils vont au Club
    Med,
    confirme le surveillant qui a découvert les quatre disparitions, interviewé par Europe 1.Ils
    crient, ils bougent, ils sautent. Il faut vraiment entendre un gros bruit pour s'inquiéter."
    Les
    fugitifs ont par ailleurs"eu
    le temps"
    de se dissimuler, ajoute Catherine Forzi."Ce
    sont des petites rues, c'est très facile de se cacher"
    , estime
    la responsable de FO.


    Abdlakrim Daoudi a affirmé que la portière du fourgon était ouverte et "claquait dans les virages", selon son avocat, cité par Europe 1. "C'est du matériel utilisé tous les jours, le camion est vieux... Quelque part, cela ne nous étonne pas, abonde le surveillant interrogé par Europe 1. On
    est en manque de matériel et de personnel, que ce soit dans la police ou la pénitentiaire."
    Le syndicat de police SGP a précisé à France 3 Paca que le fourgon avait fait l'objet d'un rapport, le 7 octobre, il y a à
    peine plus d'une semaine. Le document évoquait la vétusté du véhicule, ainsi que des problèmes de fermeture de la porte.


    L'IGPN a été saisie


    "Un des fugitifs s'est rendu aux services de police",
    a déclaré le procureur à l'AFP, mardi en début d'après-midi. Il n'a pas donné d'autres précisions à ce sujet. Les trois autres détenus sont toujours activement recherchés.


    Selon le procureur, aucun des fugitifs n'était classé "détenu
    particulièrement signalé"
    . Ces
    quatre détenus avaient été conduits au tribunal de Marseille pour être interrogés par les magistrats dans des affaires relevant de la correctionnelle, notamment pour association de malfaiteurs, proxénétisme ou extorsion. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) et la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ont été saisies par le parquet.





    Elizabeth Warren sous le feu des critiques au débat démocrate

    Elizabeth Warren sous le feu des critiques au débat démocratehttp://www.via214.net/


    Publié le 16/10/2019 à 07:35 La Rédaction Via214



    Les candidats démocrates Bernie Sanders, Joe Biden et Elizabeth Warren
    lors du débat télévisé à Westerville, Ohio, le 15 octobre. SHANNON STAPLETON / REUTERS



    Désormais placée en tête des intentions de vote, la sénatrice du
    Massachusetts a subi les attaques de ses rivaux notamment sur son plan de nationalisation du secteur de la santé.



    Le quatrième débat rassemblant douze candidats à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2020 était la première épreuve de taille pour le sénateur indépendant du Vermont Bernie Sanders, 78 ans, depuis l’attaque cardiaque qui avait entraîné sa brève hospitalisation le 1er octobre.


    Sur la scène dressée par la chaîne CNN et le New York Timesdans
    l’Ohio, un Etat autrefois indécis remporté largement par Donald Trump en 2016, le vétéran qui compte dans le trio de tête en termes d’intentions de vote a fait plus que bonne figure pendant un
    marathon de près de trois heures, aussi passionné qu’avant son accident de santé dès qu’il était question d’inégalités
    sociales.


    Son collègue du New Jersey, Cory Booker, ayant plaisanté sur son soutien à l’usage de la marijuana à des fins médicales, Bernie Sanders a aussitôt précisé avec humour qu’il n’y avait pas eu recours ce soir. Il a répondu aux questions sur son état de santé en donnant rendez-vous à ses supporteurs pour un grand meeting de campagne dans le Queens, à New York, où la benjamine de la gauche américaine, Alexandria Ocasio-Cortez, pourrait lui apporter
    publiquement son soutien. Bernie Sanders n’entend donc pas renoncer pour l’instant malgré cette sérieuse alerte.


    A un peu plus de trois mois des premières consultations prévues dans
    l’Iowa, le 3 février, les démocrates étaient confrontés à un dilemme devenu familier. Comment donner une indispensable image d’unité pour rassembler les électeurs en novembre 2020 tout en marquant leurs différences ? Donald Trump, comme au cours
    des premiers débats, leur a fourni la réponse au premier défi.

    A Paris, les pompiers manifestent dans une ambiance tendue

    A Paris, les pompiers manifestent dans une ambiance tenduehttp://www.via214.net/


    Publié le 16/10/2019 à 06:57 La Rédaction Via214



    Plusieurs centaines de pompiers sont
    venus à Paris pour participer à la manifestation organisée à l’appel de syndicats de la profession le 15 octobre. CHARLES PLATIAU / REUTERS



    Entre 7 000 et 10 000 sapeurs professionnels ont défilé pour dénoncer le manque d’effectifs et de reconnaissance. La fin du rassemblement a été marquée par des violents heurts avec la police.


    Tout avait pourtant bien commencé. Mardi 15 octobre, dès 12 h 30,
    plusieurs centaines de pompiers professionnels, venus des quatre
    coins de la France, étaient déjà présents place de la République,
    à Paris, pour participer à la manifestation organisée à l’appel
    de sept syndicats de la profession.


    Dans les restaurants et fast-food qui entourent la place, point de départ
    du cortège, l’ambiance est alors à la décontraction. A table, on discute, on plaisante. Puis très vite on s’organise, drapeaux, banderoles syndicales et pétards en main, pour le grand départ de
    la marche, à 14 heures.



    Juliette Bénézit


    @juliettebenezit


    Place de la Nation, la situation commence à se calmer après une heure
    d'affrontements entre pompiers et CRS. Gaz lacrymogènes et grenades de désencerclement ont été lancés.



    2


    18:50 - 15 oct. 2019


    Sans plus tarder, les premières revendications des soldats du feu se font entendre, au pied de la statue de la République, à coup de grandes
    déclarations au mégaphone. En grève depuis le 26 juin, ils tentent de se faire entendre pour résoudre des problèmes à la fois organisationnels – liés à un manque d’effectifs –, salariaux – ils demandent une revalorisation de la prime de feu à hauteur des autres métiers à risque – et sécuritaires, les agressions de
    sapeurs augmentant.


    " Incivilités verbales ou physiques "


    Cette situation " détruit
    notre métier et le service public qu’il représente "
    , explique une pompière des Yvelines, en service depuis douze ans, peu avant le départ du cortège. Elle précise : "Le plus difficile, c’est le manque de moyens lié à une
    sursollicitation de nos services pour des missions qui ne sont pas les nôtres. On peut être appelé pour tout et n’importe quoi. "


    Quelques mètres plus loin, Jean-Pierre Darmuzey, secrétaire général de SUD Gironde, évoque quant à lui les "incivilités verbales ou physiques "de plus en plus fréquentes. Le ministère de l’intérieur en a déjà
    recensé plus de 1 200 depuis le début de l’année. "La semaine dernière, lors d’une intervention, un homme nous a mis des coups de poing. La violence n’est plus seulement verbale. Elle est
    aussi physique "
    , détaille-t-il.


    Alors que le cortège de 7 000 à 10 000 manifestants s’élance vers la place de la Nation, son point d’arrivée, un
    nom revient par ailleurs sur toutes les lèvres : celui de Christophe Castaner, le ministre de l’intérieur. S’il a échangé avec les syndicats de pompiers à l’occasion de leur congrès national organisé à Vannes en septembre, les soldats du feu disent désormais attendre des "mesures concrètes ".
    Celles prises début septembre pour renforcer leur sécurité – avec notamment la mise en place de caméras-piétons – sont loin de les satisfaire. Surtout, les représentants des pompiers demandent à rencontrer le ministre.


    Quelques minutes plus tard, justement, l’information circule dans les rangs de la manifestation qu’une délégation ministérielle va recevoir
    les syndicats l’après-midi même. Beaucoup attendent alors d’en connaître l’issue mais regrettent d’ores et déjà que Christophe Castaner ne soit pas présent. Le ministre de l’intérieur
    était, mardi, en déplacement dans l’Aude. "Ça va vriller ",
    glisse alors un pompier dans le cortège, peu rassuré quant à la tournure prise par la marche.


    " Ils se moquent de nous "


    Aux alentours de 15 heures, des premiers heurts avec la police éclatent. Et dans les rangs des manifestants, les esprits s’échauffent. L’ambiance revendicative mais relativement apaisée
    du début de la marche cède peu à peu le pas aux affrontements avec les forces de l’ordre. Jusqu’au point culminant, place de la Nation, où les pompiers commencent à affluer à partir de 16 h 30.


    Au micro, l’un des représentants syndicaux reçus dans l’après-midi
    par le directeur de cabinet de Christophe Castaner dit n’avoir "rien obtenu ". Indignation générale dans la foule. "On
    revient quand pour manifester ? "
    ,
    scande un pompier. "Ils
    se moquent de nous "
    , lance un autre. De son côté, le ministère de l’intérieur annonce l’organisation de deux réunions dans le courant du mois de
    novembre pour évoquer l’ensemble des revendications.


    Clément Lanot


    @ClementLanot


    - 12 h


    En réponse à @ClementLanot


    PARIS - Les pompiers tentent de bloquer le périphérique. Gaz utilisé.
    Tensions en cours.



    Clément Lanot


    @ClementLanot


    PARIS - Les pompiers bloquent désormais le périphérique. Circulation
    perturbée. Tensions en cours.



    164


    18:17 - 15 oct. 2019


    Pas de quoi calmer les manifestants. Par dizaines, des pompiers vont alors tenter, sans succès, de bloquer le périphérique. D’autres vont se rapprocher des forces de l’ordre installées tout autour de la place jusqu’à ce que des gaz lacrymogènes et des grenades de désencerclement soient lancés.


    " Malaise profond "


    Dans la confusion, deux manifestants sont blessés, l’un à la tête, l’autre au tibia, par des projectiles. Plus tôt dans l’après-midi, les forces de l’ordre ont déjà fait usage de grenades
    lacrymogènes et de canons à eau aux abords de l’Assemblée nationale. Trois membres des forces de l’ordre ont été blessés et six manifestants interpellés pour violences ou jets de projectiles, selon la Préfecture de police de Paris.


    Peu après 19 heures, après plus de cinq heures de manifestation, la place de la Nation commence finalement à se vider."Ce qui se passe, ce n’est pas courant. Nous ne sommes pas des
    professions qui se confrontent
    ,
    explique alors Guillaume Millet, représentant syndical CFDT du SDIS
    33.C’est le résultat d’un malaise profond, bien antérieur à ces derniers
    mois, et qui est dû au fait que nous subissons toutes les évolutions de la société sans avoir les moyens de les traiter. "




    Un indice ZEW toujours bien rouge en Allemagne

    Un indice ZEW toujours bien rouge en Allemagnehttp://www.via214.net/


    Publié le 16/10/2019 à 06:25 La Rédaction Via214



    L'indice ZEW reste bien ancré en territoire négatif en octobre...




    (Boursier.com)— L'indice ZEW reste bien ancré en territoire négatif en octobre. L'indice ressort à -22,8 points après -22,5 en septembre, et contre -27 de consensus. L'indice relatif à la situation actuelle s'établit à -25,3, contre -19,9 le mois précédent et -26 de consensus.


    L'indice ZEW est compilé chaque mois auprès d'environ 350 experts financiers. Il représente la différence entre la portion d'analystes optimistes et
    la portion d'analystes pessimistes pour le développement économique allemand à 6 mois.





    Allemagne : Le Sénat reste divisé sur les loyers

    Allemagne : Le Sénat reste divisé sur les loyershttp://www.via214.net/


    Publié le 16/10/2019 à 05:49 La Rédaction Via214



    Berlin- Ça continue sous le plafond. Même après la réunion du Sénat de mardi, les lignes de front de la coalition pour l’aménagement des
    plafonds des loyers sont durcies.



    La pierre angulaire du litige reste la question de savoir si la loi sur les couvertures des loyers proposée doit également permettre aux
    locataires d’abaisser les loyers trop élevés. La gauche est pour et voit sur ce point un élément central du plafond du loyer. Le SPD veut supprimer ce passage parce qu’il craint que l’ensemble du plafond des loyers puisse échouer devant la Cour constitutionnelle
    fédérale (Bundesverfassungsgericht).


    La Cour constitutionnelle pourrait renverser la loi


    Vendredi déjà, après quatre heures de délibération, le comité de la coalition n’est pas parvenu à un dénominateur commun et s’est reporté. Si l’on s’accorde à dire que l’on veut limiter les loyers pendant cinq ans et que la loi doit entrer en vigueur au début
    de l’année, il n’est pas certain qu’il y ait des plafonds, une compensation ou des baisses. Mardi, il n’y avait pas non plus de consensus en vue.


    Le comité de coalition se réunira à nouveau jeudi. Le directeur financier Matthias Kollatz (SPD) a déclaré mardi après la réunion qu’il était confiant qu’une solution serait trouvée cette
    semaine. Mais il a souligné que le Sénat devait veiller à ce que le taux de loyer soit légal - l’un des principaux arguments de la SPD contre la baisse des loyers


    Il est également possible que la loi entre en vigueur en deux étapes
    ou qu’elle puisse être divisée en différentes lois, a déclaré le Médiateur européen. Mardi prochain - d’après le plan - le Sénat adoptera un projet de loi. Il semble difficile d’imaginer à
    l’heure actuelle à quoi pourrait ressembler une solution, même dans le contexte de ce que l’on appelle le projet de discussion que Katrin Lompscher (à gauche) a présenté peu avant la réunion.


    Lompscher maintient le concept


    Lompscher devait rédiger, après la réunion de vendredi dernier, un document
    de synthèse pour la séance du Sénat qui résumerait l’état d’avancement du débat. Dans le document présenté au Berliner
    Zeitung, Lompscher maintient les réductions de loyer. Le concept de
    plafond des loyers ne produit ses effets sur le logement qu’en combinaison avec le gel des loyers et le plafonnement des loyers avec les dispositions prévues en matière de réduction des loyers
    surévalués c’est ce que dit la recommandation de Lompscher.


    En ce qui concerne les plafonds de loyers, la situation du marché du
    logement à Berlin en 2012 doit être considérée comme une orientation - à l’époque, le marché du logement n’était pas encore aussi tendu.

    Emmanuel Macron à Toulouse : voici toutes les rues qui vont être fermées à la circulation

    Emmanuel Macron à Toulouse : voici toutes les rues qui vont être fermées à
    la circulationhttp://www.via214.net/


    Publié le 15/10/2019 à 07:03 La Rédaction Via214



    Une partie de la rue de Metz va être fermée à la circulation, mercredi
    16 octobre 2019, à l’occasion de la venue d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel à Toulouse.(©Archives Actu Toulouse)



    Mercredi 16 octobre 2019, la venue d'Emmanuel Macron et de la chancelière allemande va entraîner d'importantes restrictions de circulation au centre-ville de Toulouse. Les détails.


    Mercredi 16 octobre 2019, le président de la République française, Emmanuel Macron, et la chancelière allemande, Angela Merkel, se retrouvent à Toulouse où ils vont présider un Conseil des ministres franco-allemand.
    C’est la première fois qu’une telle rencontre va se dérouler à Toulouse.


    Visite d’Airbus


    Cette rencontre au sommet va notamment se dérouler du côté des usines
    Airbus, 50 ans du géant aéronautique oblige. Le Président de la République et la Chancelière de la République fédérale
    d’Allemagne visiteront la salle de montage des avions A350 de l’entreprise Airbus, indique l’Elysée. Des échanges avec les salariés franco-allemand d’Airbus sont également au programme.


    La rencontre au sommet aura également lieu au centre-ville de Toulouse, du
    côté de la préfecture.


    De très nombreuses rues fermées à la circulation


    Comme à chaque visite du président de la République, d’importantes restrictions de circulations vont concerner le centre-ville. Une
    partie du centre-ville va même devenir un bunker à partir de mercredi matin.


    Deux périmètres de restriction de circulation vont, en effet, être
    instaurés à partir de mercredi, 9h. Appelés " périmètres de protection ", ils vont concerner plusieurs quartiers de l’hyper-centre.


    Un premier périmètre sera instauré, de 9h à 23h, dans le centre-ville de
    Toulouse. Ce périmètre concernera le Rond point Duranti, l’allée Jules-Guesde, la rue Antoine Darquier, la grande rue Nazareth, la rue du Languedoc, la rue Alsace-Lorraine, la rue Antonin Mercié, la rue Cantegril, la rue Delpech, la rue des Pénitents Blancs, la rue du rempart Saint-Etienne, le bd Lazare Carnot à hauteur de la place Roland, la rue Camaran, la rue Riquet, la place Dupuy, la rue des
    Potiers, le square Boulingrin, et l’allée Jules-Guesde jusqu’au
    rond point Duranti.


    Palpations, fouilles des bagages…


    L’accès du secteur aux piétons sera très contrôlé avec des palpations
    de sécurité, une inspection visuelle et une fouille des bagages à chaque entrée
    de zone. "En cas de refus, les piétons ne pourront pénétrer dans la zone", indique la préfecture de Haute-Garonne qui ajoute :



    " Les rassemblements et manifestations seront interdits dans le périmètre de protection le 16 octobre 2019, de 9h à 23h. "

    Ce " premier périmètre de protection " est le plus étendu sur la carte ci-dessous.



    La carte des restrictions de circulation au centre-ville de Toulouse
    pour la venue de d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel.(©Préfecture de Haute-Garonne)


    Une " zone rouge " très contraignante


    Un deuxième périmètre de protection, encore plus contraignant, va
    être instauré. Il s’agit de la " zone rouge ", visible sur la carte ci-dessus. Dans ce secteur, la circulation et le stationnement des véhicules seront interdits.


    Cette zone rouge concernera les rue Mallaret, rue des Cheminées, rue du Rempart St Etienne, boulevard Carnot, rue des Frères Lions, place Dupuy, rue
    des Potiers, square Boulingrin, allée Jules Guesdes, rue Ozenne, rue Caninade, rue Espinasse, grande rue Nazareth, rue Mage, place Mage, rue Tolosane, rue Croix Baragnon et la rue des Arts jusqu’à la rue de Metz.


    La fourrière passera dès mardi soir


    La préfecture précise :



    " Afin de faire respecter l’interdiction de stationnement des véhicules dans la zone rouge, il sera procédé, à partir du mardi 15 octobre à 22h, à leur enlèvement. Les gérants
    de commerces disposant de terrasses à l’intérieur de la zone rouge devront prendre leurs dispositions afin que celles-ne soient pas installées sur le domaine public le 16 octobre de 9h à 23h. "


    Une partie de la rue de Metz fermée à la circulation


    Cette consigne vaudra aussi pour une
    partie de la rue de Metz ainsi que les portions de rues suivantes : l’allée Jules Guesde du rond point Duranti au square Boulingrin ; le square Boulingrin et le boulevard Carnot, de la place Roland au monument aux Morts.


    La préfecture fermée


    En raison de la tenue de ce conseil des ministres franco-allemand, les
    services de la préfecture seront fermés toute la journée. Aucun accueil du public ne sera assuré.

    "Signaux faibles de radicalisation": l'université de Cergy s'excuse pour une fiche polémique envoyée

    "Signaux faibles de radicalisation": l'université de Cergy s'excuse pour une fiche polémique envoyée en internehttp://www.via214.net/


    Publié le 15/10/2019 à 06:26 La Rédaction Via214



    L'université de Cergy-Pontoise a reconnu ce lundi une maladresse après la
    diffusion d'un message à ses personnels visant à détecter des "signaux faibles de radicalisation".


    Absentéisme récurrent aux heures de prière, changement de tenue vestimentaire, arrêt de l'alcool... L'université de Cergy-Pontoise a reconnu ce lundi une maladresse après la diffusion d'un message à ses personnels visant à détecter des "signaux faibles de radicalisation". Le document polémique a depuis été "retiré",
    a indiqué l'université.
    "Appel à la
    vigilance": voici l'objet du mail reçu lundi par les 1800 personnels de l'université, en provenance de la boîte mail du responsable sécurité, également "référent radicalisation" de l'établissement. Y étaient détaillés les différents types de "menaces d'attaques terroristes", notamment la "menace
    endogène", c'est-à-dire directement liée aux personnes fréquentant l'université.


    Univ Cergy-Pontoise


    @UniversiteCergy


    RECTIFICATIF



    71


    19:18 - 14 oct. 2019


    Dans un fichier Excel attaché étaient listés des "signaux faibles" susceptibles d'alerter, par exemple un changement de tenue vestimentaire (le port de pantalon dont les jambes s'arrêtent à mi-mollets pour un homme, l'apparition d'un voile pour une femme),
    l'arrêt de la consommation d'alcool, un intérêt soudain pour la religion ou un absentéisme récurrent aux heures de prières... Un extrait du ficher circule sur les réseaux sociaux, comme le montre
    le tweet ci-dessous.


    lamri f.


    @lamri213


    1/5



    DELATION : l'université de Cergy demande aux professeurs de dénoncer les étudiants présentant des "signaux faibles"... Un formulaire leur a été envoyé selon Clément Carbonnier,
    professeur invité de l'université, et Renaud Epstein, maître de conférence :



    13


    20:20 - 14 oct. 2019


    S'ils constataient "qu'un individu (étudiant ou collègue) présente
    un ou plusieurs signaux listés dans cet imprimé", les personnels de l'université étaient invités à retourner l'imprimé
    au référent sécurité.


    "C'est totalement aberrant, j'ai honte"


    Clément Carbonnier, professeur de l'université, en détachement au Québec,
    a été la première personne à dénoncer le document sur Twitter. "Mon premier réflexe a été d'écrire un tweet pour expurger ma colère, dans l'espoir de faire réagir les collègues", a-t-il expliqué se disant "profondément choqué". "C'est totalement aberrant, j'ai honte", a-t-il ajouté.


    Clément Carbonnier


    @Carbonnier Eco


    L'@UniversiteCergy me fournit un formulaire pour faire remonter les "signaux faibles", dont :
    absentéisme récurrent : aux heures de prière/le vendredi
    port d'une djellaba/port de pantalon dont les jambes s'arrêtent à mi-molets
    port de la barbe sans
    moustache
    ... ½


    2 193


    16:26 - 14 oct. 2019



    Deson côté, le président de l'université François Germinet a reconnu un message "extrêmement maladroit". "Il ne
    correspond pas à ce qu'on voulait faire passer", a-t-il regretté, tout en affirmant que certains collègues "sont
    parfois confrontés à des situations délicates et ne savent pas
    comment réagir".

    "Suite au drame de la préfecture de police de Paris (frappée début octobre par une attaque au couteau d'un de ses agents, ndlr), il nous avait semblé nécessaire d'apporter des informations relatives à d'éventuels changements de comportement", a-t-il ajouté. Un
    nouveau message devrait être envoyé dans la soirée, "afin de nous excuser si nous avons heurté des sensibilités", a-t-il
    poursuivi.


    Le ministère de l’Enseignement supérieur, contacté par Libération,dit n’avoir rien à voir avec l’initiative et assure qu’il ne s’agit pas "d’une application des directives de l’Etat".
    La semaine dernière, Emmanuel Macron avait appelé "la Nation tout entière" à "faire bloc" pour combattre "l'hydre islamiste", lors d'un hommage aux quatre fonctionnaires tués à la préfecture de police. Il avait appelé à bâtir "une société de
    vigilance".

    Macron alerte Trump sur "la nécessité absolue d'empêcher une résurgence" de Daesh

    Macron alerte Trump sur "la nécessité absolue d'empêcher une
    résurgence" de Daesh
    http://www.via214.net/


    Publié le 15/10/2019 à 05:51 La
    Rédaction Via214



    Le président français s'est successivement entretenu par téléphone,
    ce lundi, avec les présidents américain, irakien et turc au sujet de l'offensive turque menée contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie.


    Emmanuel Macron s’est entretenu ce lundi soir de la situation dans le
    nord-est de la Syrie, successivement avec le président Donald Trump, le président irakien Barham Salih, et le président Recep Tayyip Erdogan, a fait savoir l'Élysée ce lundi.


    Lors de son entretien téléphonique avec Donald Trump, Emmanuel Macron a
    souligné "la nécessité absolue d’empêcher une résurgence de Daesh" en Syrie, où la Turquie a lancé une offensive militaire contre les forces kurdes la semaine dernière.


    Paris et d'autres capitales européennes craignent que de nombreux membres de Daesh détenus par les Kurdes ne réussissent à s'enfuir et que
    le groupe jihadiste ne profite du chaos sécuritaire pour se reformer
    sur le terrain.


    "Profonde divergence de vues" avec la Turquie


    Les échanges avec le président Salih ont notamment porté sur "les risques au plan humanitaire et sécuritaire de la situation actuelle", et sur "les mesures à prendre dans le cadre de la coalition internationale contre Daesh, qui devra faire face à ses responsabilités". La présidence ajoute que le président
    Macron a souhaité "un renforcement de la coopération franco-irakienne face à la situation créée par l’offensive turque".


    Quant à la conversation téléphonique avec le président Recep Tayyip Erdogan, elle a confirmé "une profonde divergence de vues sur les conséquences prévisibles de l’offensive turque dans le nord-est syrien", selon l'Elysée.


    Selon le compte-rendu de cet entretien par les autorités turques, le
    président Erdogan a "expliqué" au président Macron "les objectifs de l'opération" et "attiré l'attention sur la menace que représentent les groupes terroristes Daesh et YPG pour la sécurité de la Turquie et l'intégrité
    territoriale de la Syrie".


    Les Européens se sentent démunis après l'annonce que tous les militaires américains, environs 1000, déployés depuis quelques années dans le nord de la Syrie pour soutenir les forces kurdes dans leur combat contre Daesh, avaient reçu l'ordre de quitter le pays.




    Japon : Le typhon Hagibis fait au moins 35 morts, 110.000 secouristes mobilisés

    Japon : Le typhon Hagibis fait au moins 35 morts, 110.000 secouristes
    mobiliséshttp://www.via214.net/


    Publié le 14/10/2019 à 07:45 La Rédaction Via214



    Opérations de secours dans la région de Nagano (Japon) après le passage du
    typhon Hagibis, le 14 octobre 2019. —Hiroto Sekiguchi/AP/SIPA



    JAPON La tempête chargée de pluies d'une intensité record a semé la désolation en traversant le centre et l'est du pays dans la nuit de samedi à dimanche



    Au moins 35 personnes ont été tuées, selon les médias japonais, par le passage dévastateur du typhon Hagibis alors que 110.000 secouristes s’apprêtaient dimanche soir à passer la
    nuit à venir en aide aux habitants piégés par les nombreuses inondations.


    Maisons submergées, glissements de terrain, cours d’eau en furie : la tempête chargée de pluies d’une
    intensité record a semé la désolation en traversant le centre et l’est du Japon dans la nuit de samedi à dimanche. Des
    habitants ont été ensevelis dans des glissements de terrain, noyés dans leurs habitations ou dans leurs véhicules emportés par les eaux, parmi lesquels un enfant dont le corps a été retrouvé dans
    une rivière. Dimanche soir, les médias locaux recensaient 35 morts et 11 disparus.


    Des personnes âgées évacuées dans des canots pneumatiques


    D’importantes inondations affectaient toujours la région centrale de Nagano, où une digue a lâché, déversant les eaux de la rivière Chikuma sur une zone résidentielle dont les habitations étaient inondées jusqu’au premier étage. " Actuellement 110.000 policiers,
    pompiers, garde-côtes et soldats des Forces d’autodéfense font tout leur possible dans les opérations de recherche et de sauvetage et cela devrait continuer toute la nuit ", a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe.


    Parmi eux, 31.000 soldats équipés de 130 aéronefs. Des images de la NHK
    ont montré l’un de leurs hélicoptères en train d’hélitreuiller des habitants depuis les toits dans la région de Nagano. Une septuagénaire, que l’on tentait de hisser dans un hélicoptère à
    Iwaki dans la région de Fukushima (nord-ouest), a fait une chute mortelle de 40 mètres, a rapporté à l’AFP un porte-parole des pompiers de Tokyo. A Kawagoe (nord-ouest de Tokyo), des secouristes évacuaient dans des canots pneumatiques des personnes âgées, certaines toujours en fauteuil roulant, dont la maison de
    retraite était cernée par les inondations, a constaté l’AFP sur place.


    Plus de 111.000 foyers toujours privés d’électricité


    Quelque quatre millions de personnes étaient toujours concernées par des
    consignes d’évacuation dimanche en fin d’après-midi. Plus de 135.000 avaient suivi ces avis sans caractère obligatoire et se trouvaient dans des refuges. Samedi soir, un cargo battant
    pavillon panaméen a coulé dans la baie de Tokyo, faisant deux victimes parmi l’équipage. Quatre autres membres de l’équipage ont été sauvés, mais six autres étaient toujours recherchés. Plus
    de 111.000 foyers étaient par ailleurs toujours privés d’électricité dimanche à 18h dans le pays, selon les compagnies
    d’électricité.


    La tempête a aussi bouleversé l’organisation de deux compétitions
    sportives organisées au Japon : les qualifications du Grand Prix de Formule 1 de Suzuka avaient été reportées à
    dimanche matin, tandis que deux matchs du Mondial de rugby qui devaient se tenir samedi (France-Angleterre et
    Nouvelle-Zélande-Italie) avaient été annulés dès jeudi.


    Un troisième match, Namibie-Canada, qui était prévu dimanche à Kamaishi (nord), a également été annulé. Un crève-cœur pour cette commune quasiment rayée de la carte par le tsunami de 2011 et qui voyait dans cette rencontre un symbole de sa résurrection. L'équipe canadienne de rugby s'est montrée solidaire des habitants en participant dimanche aux travaux de nettoyage de la
    ville. La rencontre entre l'Ecosse et le Japon dimanche soir, décisive pour l’Ecosse mais longtemps menacée, a finalement été maintenue.





    Bernadette Chirac : “Je ne survivrai pas…”

    Bernadette Chirac : “Je ne survivrai pas…”http://www.via214.net/


    Publié le 14/10/2019 à 07:06 La Rédaction Via214



    Très affaiblie, Bernadette Chirac n’a pas été en mesure d’assister à
    l’ensemble des cérémonies d’hommage à son mari ni même à son inhumation.



    S’était-elle préparée à cette catastrophe intime, perdre celui dont elle a partagé le meilleur et le pire de l’existence durant soixante-trois ans ? Tout porte à croire que oui. Comment, en
    effet, cette femme de tête, à la volonté de fer, n’aurait-elle pas anticipé la disparition de son grand homme qui, ses dernières années, n’était plus que le fantôme de lui-même ? Murée dans
    l’hôtel particulier de François Pinault, rue de Tournon, à Paris, Bernadette Chirac avait, depuis plus d’un an, renoncé à toute apparition publique ; et, selon un proche de la famille,
    vivait ces derniers temps " muette, réfugiée dans la paix du
    silence ".


    Il y avait eu, deux ans et demi plus tôt, ce drame dont ni elle ni Jacques
    Chirac ne s’étaient remis, la mort de leur fille Laurence, victime d’anorexie mentale. Depuis cette date fatale du 14 avril 2016, la santé de l’ex-Première dame n’a cessé de décliner. À l’hommage national de Simone Veil, le 5 juillet 2017, on l’avait vue en fauteuil roulant, visage émacié, corps flottant
    dans une petite robe noire, fragile, pour la première fois peut-être
    de son existence.


    Fragile mais déterminée à remplir, contre vents et marées, le rôle pour
    lequel elle avait dit " oui " un beau jour de mars 1956 : être aux côtés de son Jacques. Et insuffler de toutes ses forces la vie, l’envie de vivre à ce grand corps affaibli, à ce cerveau
    de moins en moins présent. En juin 2018, elle avait assisté avec leur fille Claude à l’inauguration de l’avenue
    Jacques-et-Bernadette-Chirac, à Brive-la-Gaillarde, cette ville corrézienne qui était devenue leur fief. Dans le bref et émouvant discours prononcé à cette occasion, elle racontait combien son époux avait été touché en apprenant qu’une rue allait porter leurs noms : " J’ai lu sur son visage, dans son regard, son sourire, un très grand bonheur. " C’est sans doute pour ces instants de grâce, de plus en plus rares ces dernières années et donc d’autant plus précieux, qu’elle a tenu bon.


    A-t-elle parfois espéré partir la première ? C’est en tout cas ce qu’elle
    laissait entendre à Erwan L’Éléouet qui, en février dernier, lui a consacré un ouvrage, Bernadette Chirac, les secrets d'une conquête : " Je ne survivrai pas à la mort de ma fille et à celle de mon
    mari coup sur coup. Je ne pourrai pas résister. J’admire vraiment les femmes qui sont capables d’assumer, car je suis finalement très dépendante ", confiait-elle.


    Une dépendance partagée selon Jacques Toubon qui est depuis longtemps un proche de la famille. En effet, comme l’a déclaré l’ex-ministre de la
    Justice à BFM TV : " On a toujours dit que c’est Bernadette qui passait son temps à reconquérir Jacques Chirac.
    C’est peut-être l’inverse. C’est Jacques qui passait son temps à la reconquérir. "


    Une chose est sûre, ni les multiples coups de canifs de l’ex-chef de l’État, ni les phrases assassines qu’ils échangeaient parfois – comme ce
    jour où elle avait déclaré à son homme, retiré de la vie politique, qu’il n’était plus rien –,n’ont réussi à
    détruire ce couple, soudé envers et contre tous, y compris parfois
    contre eux-mêmes. Il est des oiseaux connus sous le nom d’inséparables parce qu’ils passent leur vie entière avec le
    même compagnon. Lorsque l’un des deux meurt, l’autre ne survit
    pas. Bernadette serait-elle l’inséparable de Jacques ?


    C’est accompagnée de sa fille Claude et de son petit-fils Martin que la veuve a assisté à la messe intime et familiale donnée pour les obsèques de son
    époux en la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides, ce lundi 30 septembre. Un effort sans doute surhumain pour cette vieille dame dont le monde – car Jacques était son monde – venait de s’effondrer. Elle n’était en effet pas présente à la
    cérémonie d’hommage national, présidée par Emmanuel Macron, qui s’est tenue dans cette même cour des Invalides à l’issue de l’office. Trop affaiblie selon Claude, elle a également manqué la
    seconde messe célébrée le même jour par l’archevêque de Paris, Mgr Aupetit, en l’église Saint-Sulpice. Plus inquiétant encore, elle n’a pas été en mesure d’accompagner son époux jusqu’à sa dernière demeure au cimetière du Montparnasse où il repose désormais.


    Comme l’a confié Stéphane Bern sur RTL, l’ex-Première dame n’en finit pas
    d’accuser le choc : " J’ai eu des échos des Pinault qui sont allés lui rendre visite et qui sont des amis très proches. Et elle est très fragile, il faut le dire. " À 86 ans, doublement meurtrie par la disparition des deux êtres si chers à son cœur, sa fille et son époux, il semblerait que Bernadette
    Chirac, plus murée que jamais dans sa tour d’ivoire, n’attende plus qu’une chose, que la mort les réunisse enfin tous les trois pour toujours.

    Thierry Bolloré, un départ de Renault sans petits arrangements entre amis

    Thierry Bolloré, un départ de Renault sans petits arrangements entre amishttp://www.via214.net/


    Publié le 14/10/2019 à 06:14 La rédaction Via214



    Les cas de débarquement de dirigeants opérationnels de grands groupes sont plutôt rares en France. En général, tout est fait pour que personne ne perde la face



    " Le nouveau souffle de l’alliance nécessite une nouvelle
    gouvernance, le nouveau souffle pour Renault nécessite un nouveau patron ", a commenté le président de Renault, Jean-Dominique Senard, après l’éviction de Thierry Bolloré. Le conseil
    d’administration reprochait à son directeur général ses méthodes de management et sa gestion du dossier Nissan.


    " Un coup de force inquiétant ".
    Jusqu’au bout, le directeur général de Renault, Thierry Bolloré, a bataillé pour sauver sa tête, dénonçant dans un entretien auxEchosvendredi matin " la brutalité de ce qui est en train de se passer ".


    Un patron du CAC 40 se défendant dans la presse quelques heures avant la tenue du conseil d’administration qui doit le destituer, l’événement est assez inédit. " En général, les transitions sont préparées, ce qui fait que les choses se passent mieux, observe Loïc Dessaint,
    directeur général de Proxinvest. Renault est un cas spécial : Thierry Bolloré était aux commandes depuis peu, il
    est remplacé du jour au lendemain par une direction intérimaire dans l’attente de trouver son successeur ".


    Le Conseil d'administration de Renault a laissé sa chance à Thierry
    Bolloré en le nommant directeur général en janvier dernier. L'ex-DG est aujourd'hui accusé d'avoir manqué de loyauté à l'égard de Jean-Dominique Senard, d'attiser la défiance vis-à-vis
    de l'allié japonais et de créer des tensions au sein de l'entreprise avec une gestion brutale.


    " La seule chose que l'on me reproche peut-être, c'est d'avoir été
    nommé directeur général adjoint début 2018 sur proposition de Carlos Ghosn "
    . Dans son ultime interview donnée jeudi aux "Echos". Thierry Bolloré défend son bilan et plaide l'injustice. Après le remaniement de l'état-major de Nissan, en début de semaine, l'ancien directeur de Renault était, il est vrai, le dernier haut dirigeant rescapé de l'ère Ghosn. A-t-il payé sa loyauté à son ancien mentor ? Peut-être.


    Mais ce n'est certainement pas la seule explication à sa disgrâce. Le
    conseil d'administration de Renault et Jean-Dominique Senard avaient choisi de lui laisser sa chance. L'ex-dirigeant de Michelin, entré chez Renault en 2012, était loin d'avoir le soutien de l'ensemble des administrateurs lorsqu'il a été nommé numéro deux du groupe
    en janvier 2019 dans la tempête de l'affaire Ghosn. Beaucoup
    s'interrogeaient alors sur sa vision stratégique et sa capacité à emmener le groupe. Faute d'autre candidat évident, et pour ne pas déstabiliser davantage un groupe traumatisé par le scandale, le
    choix de la continuité avait finalement alors prévalu.


    Relations dégradées


    Thierry Bolloré n'a pas su transformer l'essai. Jean-Dominique
    Senard a eu beau répéter vendredi que sa mise à l'écart n'était"pas personnelle", la confiance ne
    s'est jamais vraiment installée entre les deux hommes. Les relations s'étaient même nettement dégradées ces derniers mois - même si l'ex-DG se prévaut d'avoir toujours été loyal.


    " Senard a découvert qu'il lui cachait sciemment des éléments importants, ou qu'il ne suivait pas ses instructions ", rapporte un bon connaisseur du dossier. Plusieurs sources rapportent aussi que Thierry Bolloré commençait à critiquer quasi ouvertement le président pour sa gestion de la fusion ratée avec Fiat Chrysler,
    l'accusant au passage de faiblesse à l'égard de Nissan.


    En l'occurrence, la défiance (réciproque) qu'il continuait de
    manifester vis-à-vis de l'état-major japonais, son attitude cassante à leur encontre, ont également joué contre lui,
    constituant un frein puissant à une relance de l'Alliance jugée absolument nécessaire à Paris.


    Gestion jugée brutale


    Enfin, sa gestion de l'entreprise, jugée brutale, suscitait de plus en plus
    de critiques. S'il est naturel pour un nouveau patron de constituer un Comex à sa main, le choix d'anciens consultants ou de novices de l'automobile, conjugué aux départs de nombreux dirigeants
    (pour certains appréciés en interne), a alerté le Conseil. "Sans
    parler des départs non médiatisés : il y avait une véritable fuite des talents "
    , souffle un ancien. Le programme FAST, mis en place pour rendre
    l'entreprise plus agile, a aussi entraîné une certaine désorganisation." Les gens sont perdus, les décisions à long terme ont du mal à se
    prendre "
    , pointe une source interne, déplorant un recours excessif aux consultants du Boston Consulting Group.


    Il est difficile de mesurer l'impact de ces décisions sur les performances d'un Renault en crise depuis onze mois. Les derniers résultats semestriels ont, il est vrai, été marqués par un free cash flow négatif de 700 millions d'euros, et ont été "aidés par la comptabilité " selon les analystes spécialistes du groupe. Mais cette dégradation des comptes s'explique
    aussi par l'effondrement de plusieurs marchés importants (Turquie, Argentine) et par le lancement de nouveaux véhicules comme la ZOE ou le Captur. "Des lancements qui auront un impact
    positif l'an prochain "
    , rappelle Gaëtan Toulemonde, chez
    Deutsche Bank.


    " Nous préparons l'avenir, la remontée de cash en cours est conforme aux années précédentes "se défend Thierry Bolloré. Mais les plans d'économies tous azimuts et les retards de paiement des fournisseurs, utilisés pour stopper l'hémorragie de cash,
    alimentent aussi les arguments de ses détracteurs.




    Bourgogne-Franche-Comté : un élu RN s'en prend à une femme voilée

    Bourgogne-Franche-Comté : un élu RN s'en prend à une femme voiléehttp://www.via214.net/


    Publié le 13/10/2019 à 11:26 La Rédaction Via214




    Julien
    Odoul, élu du Rassemblement national a demandé à ce qu'une une
    femme présente dans le public du Conseil régional de
    Bourgogne-Franche-Comté avec des enfants, retire son voile.




    •  



       Bourgogne-Franche-Comté
      : un élu RN s'en prend à une femme voilée




    Elle
    était venue assister à une séance du Conseil régional à Dijon,
    avec un groupe d'enfants de Belfort ce vendredi. Mais le président
    du groupe Rassemblement national (RN) à l’assemblée régionale de
    Bourgogne-Franche-Comté, Julien Odoul, a publiquement pris à partie
    une accompagnatrice et a demandé à ce qu’elle retire son
    voile, comme on peut l'observer dans une vidéo de France 3.



    Membre
    du bureau national du RN, Julien Odoul en a notamment appelé
    aux "principes
    laïcs"
    ,
    à "la
    loi de la République" 
     ou
    encore au règlement du Conseil régional. Les élus du RN ont
    ensuite quitté la salle, avant de dénoncer dans un communiqué
    une "provocation
    islamiste"
    .


    "Défèrlement
    de haine"



    La
    présidente PS du conseil régional, Marie-Guite Dufay, a
    répondu que ni le règlement du conseil régional ni la loi
    n’interdisaient le port du voile au sein de l’hémicycle, selon
    la vidéo complète de l’assemblée plénière, disponible sur le
    site internet de la collectivité. Elle a dénoncé dans un
    communiqué un "déferlement
    de la haine»
     et
    condamné des comportements "indignes
    d’élus de la République"
    ,
    n’excluant pas de«signaler
    ces faits au Procureur de la République et de porter plainte"
    .


    "Je
    me rends mardi à Belfort pour rencontrer les enfants, leurs
    enseignante et accompagnatrices",
     a-elle
    ajouté samedi dans un Tweet, dans lequel elle dit s’être
    entretenue "longuement
    avec cette maman afin de lui apporter tout (son) soutien"
    .



    Marie-Guite Dufay


    @MarieGuiteDufay



    Halte
    au déferlement de haine! L’attitude du @RN BFC 
    est une insulte à notre institution et aux valeurs les plus
    élémentaires de la France. La République des lumières l’emportera @ LICRA @SOS Racisme @LDH Fr 





    1 270


    20:27 - 11 oct. 2019 - Dijon. France

    Un cargo s'échoue dans les Bouches de Bonifacio

    Un cargo s'échoue dans les Bouches de Bonifaciohttp://www.via214.net/


    Publié le 13/10/2019 à 10:21 La Rédaction Via214



    Ce dimanche à 3 heures du matin, le cargo Rhodanus, un bateau d'environ
    90 mètres de long s'est échoué sur la plage de Cala Longa à Bonifacio. Pour l'heure, aucune pollution n'a été constatée.



    Il était 3 heures du matin dans la nuit de samedi à dimanche lorsque
    le navire Rhodanus s'est dirigé vers les Bouches de Bonifacio, avant de s'échouer au niveau du lieudit Cala Longa, avec sept personnes à bord.

    "Le navire devait embouquer les Bouches de Bonifacio mais n'a pas viré à
    temps et poursuivi sa route vers la côte en dépit des appels répétés du Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de sauvetage (Cross) en Corse, du sémaphore de Pertusato et la station
    italienne Maddalena pendant près de 50 minutes"
    , précise la Préfecture maritime de Méditerranée dans un
    communiqué.


    Des moyens de dépollution sur place


    "Aucune pollution" n'est constatée pour l'heure, selon les autorités. Mais par précaution, des équipes de dépollution vont être envoyés du continent et d'Italie.
    Prémar Méditerranée


    @Premarmed


    Échouement d'un cargo à l'ouvert des bouches de Bonifacio. Le #CROSSMED coordonne les nombreux moyens sur zone.




    6


    6:54 AM - Oct 13. 2019


    Le Cross Med coordonne les opérations sous l'égide de la Préfecture maritime de Méditerranée. La situation est suivie en coordination avec les autorités italiennes et les autorités terrestres.

    La Préfecture maritime a mis en demeure le navire et a émis un arrêté
    interdisant la navigation et toutes activités nautiques dans un rayon de 1000 yards (mètres) autour du cargo. Les gendarmes maritimes sont à bord du navire.

    Le navire Rhodanus, construit en 1998, navigue actuellement sous le pavillon de Antigua & Barbuda. D'après le site Vessel finder, qui suit les navires en temps réel, le cargo venait de Tarente, dans
    la région des Pouilles en Italie et se dirigeait vers Port-Saint-Louis-du-Rhône, près de Marseille.


    Transport de billes d'acier


    D'après les premières informations, le navire transportait des billes
    d'acier.


    Déjà en 2010


    Comme le rappelle Corse-Matin, ce cargo avait déjà rencontré des difficultés à Porto-Vecchioen
    2010
    . Alors qu'il se dirigeait à vive allure, par mer forte, vers les
    îlots de Budelli et Razzoli. Les garde-côtes sardes avaient tenté d'alerter le commandement mais le pilote s'était endormi. Le pire avait été évité par un changement de cap à 500 mètres avant
    l'impact annoncé.

    Le mouvement indépendantiste Core in Fronte a immédiatement réagi sur
    Twitter : "Au plan environnemental, cet énième accident doit nous interpeller sur les dangers suscités par l'intense trafic maritime autour de la
    Corse."


    Core in Fronte


    @coreinfronte


    Le cargo #Rhodanus, pavillon Antigua & Barbuda, s'est échoué près de Bonifaziu. Il faisait la rotation Tarente/Port-Saint-Louis-Du-Rhône.
    Au plan environnemental, cet énième accident doit nous interpeller sur les
    dangers suscités par l'intense trafic maritime autour de la #Corse.




    4


    7:36 AM - Oct. 13. 2019


    Le nationaliste Pierre Poggioli a pour sa part regretté :


    Poggioli Pierre


    @Petru Poggioli


    #Bonifaziu -il y a eu déjà des catastrophes, mais toujours pas d’interdiction pour ces cargos et bâteaux de toutes sortes transportant des produits dangereux pour l’environnement dans les bouches de
    Bonifaziu twitter.com/ftviastella/st...



    1


    8:19 AM - Oct 13. 2019




    Typhon Hagibis au Japon. Au moins onze morts, les secours sur le pied de guerre

    Typhon Hagibis au Japon. Au moins onze morts, les secours sur le pied de
    guerrehttp://www.via214.net/


    Publié le 13/10/2019 à 09:28 La
    Rédaction Via214




    Au moins onze personnes sont mortes au Japon après le passage du typhon Hagibis dans la nuit de samedi à dimanche. Les soldats japonais s’activent, ce dimanche, pour porter secours aux habitants.



    Les soldats japonais s’activaient
    dimanche pour porter secours aux habitants piégés par les nombreuses inondations provoquées par le puissant typhon Hagibis, qui a tué au moins onze personnes fait une douzaine de disparus.


    Maisons submergées, glissements de terrain, cours d’eau en furie : la
    tempête chargée de pluies d’une intensité " sans précédent " a
    semé