Portrait
Via214
Fermer

Paysages d'autrefois

Toulouse: une femme tuée de plusieurs coups de couteau dans un hall d’immeuble

Toulouse: une femme tuée de plusieurs coups de couteau dans un hall d’immeublehttp://www.via214.net/


Publié le 26/08/2019 à 05:49 La
Rédaction Via214



Ce dimanche soir, aux alentours de 20 heures, un individu a attaqué une
femme à l'arme blanche dans le hall d'un immeuble du quartier Tibaous, à l'ouest de Toulouse. La victime est décédée. L'auteur présumé des faits a été interpellé après s'être retranché
quelque temps dans son appartement. Il est grièvement blessé.



Blessée à plusieurs endroits, la jeune femme a succombé. Une femme a trouvé la mort dimanche soir après avoir été blessée à coups de couteau
dans les parties communes d'un immeuble du quartier Tibaous, à Toulouse (Haute-Garonne). Son agresseur présumé a été arrêté.


Vers 20 heures, elle a été touchée de plusieurs coups de couteau, notamment dans des zones vitales, écrit La Dépêche.


Son agresseur présumé lui aussi blessé


Prise en charge par les secours dans un état très alarmant, elle est
finalement décédée.


À #Toulouse une jeune femme a été tuée à l’arme blanche dans un hall d’immeuble ce dimanche soir pic.twitter.com/4hlcK9necJ 

— La Dépêche 31 (@ladepeche31) August 25. 2019

Dans le même temps, l'auteur présumé des coups de couteau était interpellé dans un appartement du rez-de-chaussée du même immeuble, relate le quotidien régional. Il était lui aussi grièvement blessé par arme blanche. Il semblerait qu'il ait tenté de se suicider après s'en être pris à la jeune femme.

Hongkong : la police antiémeute charge pour disperser des manifestants prodémocratie

Hongkong : la police antiémeute charge pour disperser des manifestants
prodémocratiehttp://www.via214.net/


Publié le 25/08/2019 à 12:05 La Rédaction Via214



Samedi, les protestataires ont érigé en travers d’une rue une barricade
faite de barrières en plastique et de tiges de bambou. LILLIAN SUWANRUMPHA / AFP



L’ex-colonie britannique connaît depuis juin sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession en 1997 avec des manifestations quotidiennes.



Après plusieurs jours d’accalmie, un nouveau face-à-face tendu s’est
déroulé, samedi 24 août, à Hongkong entre policiers et opposants radicaux. La police antiémeute a chargé des manifestants prodémocratie qui avaient érigé une barricade et tiré du gaz
lacrymogène pour les disperser. Au moins un des protestataires a été arrêté quand les forces de l’ordre sont intervenues contre les manifestants qui leur jetaient des bouteilles.


Cette région semi-autonome du sud de la Chine connaît depuis juin sa plus
grave crise politique depuis sa rétrocession en 1997 avec des actions quasi quotidiennes pour dénoncer notamment le recul des libertés et l’ingérence grandissante de Pékin.


La situation était particulièrement tendue dans le quartier populaire
de Kwun Tong, dans l’est de la partie continentale de Hongkong. Après avoir défilé dans le quartier, des milliers de manifestants portant pour beaucoup des masques à gaz et des casques de chantier
ont été bloqués par des dizaines de policiers antiémeutes.


Menaces d’intervention de la Chine


Les protestataires ont érigé en travers d’une rue une barricade faite
de barrières en plastique utilisées pour la circulation et de tiges de bambou servant à fabriquer les échafaudages dans le BTP. Des inscriptions "Chinazi "apparaissaient
sur les murets de béton séparant les deux voies de cette artère. De nombreuses insultes fusaient des rangs des manifestants en direction de la police, accusée de violences par des contestataires.


Après des semaines de mobilisation essentiellement pacifique, les
manifestations ont dégénéré fin juillet en des affrontements entre radicaux jetant des pierres ou des briques et les forces de l’ordre faisant un usage massif de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc.


Il y a eu, en outre, le passage à tabac au cours d’une action à l’aéroport de deux Chinois du continent soupçonnés d’être des espions à la solde de Pékin. Cela a généré du côté des autorités et dans les médias officiels chinois des accusations de terrorisme et de plus en plus de menaces d’intervention de la
Chine. Dimanche dernier, en réponse, une grande marche pacifique a été organisée dans l’ex-colonie britannique, rassemblant 1,7 million de personnes selon ses organisateurs.


La mobilisation est partie en juin du rejet d’un projet de loi de l’exécutif local soutenu par Pékin qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine. Le mouvement a depuis considérablement élargi ses revendications.





L'Amazonie brûle, Macron s'enflamme

L'Amazonie brûle, Macron s'enflammehttp://www.via214.net/


Publié le 25/08/2019 à 11:19 La Rédaction Via214



Emmanuel Macron et le président brésilien, Jair Bolsonaro (à droite),
réunis au sommet du G20 à Osaka, le 29 juin. Photo Brendan Smialowki. AFP



Le président français a déclaré, vendredi, que la France ne pouvait plus
soutenir l'accord de libre-échange entre le Mercosur et l'Union européenne, au motif que le Brésil ne respecte pas ses engagements de protéger la forêt amazonienne. Depuis l'élection de Jair
Bolsonaro, la déforestation s'est accélérée au Brésil, la faute à la bienveillance du pouvoir à l'égard du lobby agricole.


"Compte tenu de l’attitude du Brésil ces dernières semaines, le président de la République ne peut que constater que le président Bolsonaro
lui a menti lors du Sommet
[du
G20, ndlr]d’Osaka",
a déclaré l’Elysée, vendredi, estimant que"le président Bolsonaro a décidé de ne pas respecter ses engagements climatiques ni de s’engager en matière de biodiversité". Et de poursuivre : "Dans ces conditions, la France s’oppose à l’accord Mercosur en
l’état."
Le couperet est tombé. Emmanuel Macron, à la veille du sommet du G7 organisé à Biarritz de samedi à lundi, a décidé de ne pas reculer devant les bravades du président brésilien Jair
Bolsonaro.


"Il n’y a pas moyen que l’Irlande vote pour l’accord de
libre-échange entre l’UE et le Mercosur si le Brésil ne respecte pas ses engagements environnementaux"
,
a aussi prévenu le Premier ministre irlandais Leo Varadkar. Cet accord doit obtenir l’aval des 28 pour être accepté.


Piqué au vif


"Situation d’urgence aiguë","crise internationale","nos enfants et petits-enfants comptent sur nous". Les dernières vingt-quatre heures ont vu les chefs d’Etats du G7 –d’Emmanuel Macron à la chancelière allemande, Angela Merkel, en passant par le Premier ministre canadien, Justin Trudeau –renchérir sur l’importance d’inscrire la protection de la forêt amazonienne à l’agenda du sommet international de Biarritz.


De nombreux people (Madonna, Ricky Martin, Cristiano Ronaldo, Novak Djokovic, Leonardo DiCaprio) ont relayé des photos, pour certaines datées de plusieurs années, de flammes dévorant l'Amazonie brésilienne. Pris dans ce tsunami d’émois déversés sur les réseaux sociaux depuis deux jours, les dirigeants étaient dans l’obligation
de s’exprimer sur le sujet. Cela bien que le Brésil ne soit pas invité au G7.


Piqué au vif par les critiques de ses homologues, le président brésilien
Jair Bolsonaro a attaqué Emmanuel Macron, un des premiers à avoir réagi sur Twitter, l’accusant d’avoir "une mentalité colonialiste"et d’instrumentaliser "une
question intérieure au Brésil et aux autres pays amazoniens"
avec "un ton sensationnaliste qui ne contribue en rien à régler le problème".


Pourtant, l’Amazonie a bien tout à craindre du dirigeant d’extrême-droite
brésilien, "le chef d’Etat le plus dangereux du monde pour
l’environnement",
selon
l’hebdomadaire britanniqueThe
Economist,
qui consacrait récemment sa une à l'"agonie"de cette forêt, dont 60% de la surface se situe au Brésil. Depuis
l’arrivée du leader d’extrême droite à la tête du pays, en janvier, le défrichement s’accélère. La hausse était de 25% entre avril et juin et de…278% en juillet, avec la
disparition pour ce seul mois de 2 255 km2 de forêt vierge, soit l’équivalent de la superficie du Luxembourg.


Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres a lui aussi alerté : "En pleine crise climatique mondiale, nous ne pouvons nous permettre d’endommager davantage une source majeure d’oxygène et de
biodiversité."
Entre janvier
et août, 72 843 départs de feu ont été enregistrés au Brésil, contre 39 759 sur la totalité de l’année 2018, selon des chiffres de l’Institut national de recherche spatiale (INPE).


Pendant sa campagne, l’ancien militaire brésilien avait promis au puissant lobby agricole, grand pourvoyeur de devises mais aussi grand
défricheur, de ne pas "mettre
des bâtons dans les roues des producteurs".
Bolsonaro a tenu parole. Il a désavoué la très sérieuse agence chargée de surveiller par satellite la déforestation et dont les chiffres seraient "mensongers".Son ministre de l’Environnement, Ricardo Salles, accusé d’accointances avec le secteur minier, a pour sa part annoncé la révision de
toutes les zones protégées du pays et freiné les missions d’inspection du défrichement illégal en Amazonie. Le nombre d’amendes est également en net recul. Le message est clair : les défricheurs ont la voie libre. Résultat, la Norvège, principale donatrice du Fonds de préservation de la forêt
amazonienne, a suspendu mi-août ses aides financières, peu après que l’Allemagne a fait de même.


"L’obsession d’abattre jusqu’au dernier arbre"


Le déboisement (tous biomes confondus) est la première source
d’émissions de gaz à effet de serre au Brésil. Entre 2005 et 2012, le pays avait cependant réussi à réduire de plus
de 80% le saccage de la forêt amazonienne. Mais avec l’amnistie
des défricheurs, votée sous l’ancienne présidente Dilma Rousseff –elle-même peu sensible à l’écologie – puis la
crise économique, la disparition de la couverture végétale dans la plus grande forêt pluviale de la planète est repartie à la hausse à partir de 2015.


"Depuis quelques années, l’idée selon laquelle la préservation est un obstacle à la croissance a fait son retour,déplore Paulo Moutinho, chercheur à l’Ipam, un centre d’études sur l’Amazonie.La
forêt est à nouveau perçue comme une réserve de terres à exploiter pour l’agriculture, l’élevage ou l’industrie
minière."
Et plus que jamais. Car si Jair Bolsonaro n’est pas un
climatosceptique, "il semble dormir et se réveiller avec l’obsession d’abattre jusqu’au dernier arbre, de déloger jusqu’au dernier Indien au
Brésil",
tempête Carlos Rittl, secrétaire exécutif de l’Observatoire du climat, un réseau d’ONG. Fiona Watson, directrice de recherche chez Survival
International, parle, elle, d’une "offensive sans précédent contre les Indiens, dans le but explicite de les
assimiler de force et de voler leurs terres".
Situés pour l’essentiel dans la forêt, ces territoires suscitent les convoitises desruralistascomme du secteur des mines.


Ses alliés s’inquiètent de ses prises de position


Le Président joue la carte nationaliste. "L’Amazonie est à nous, pas à vous",a-t-il
lancé à des journalistes étrangers. Mais si elles flattent son électorat le plus radical, ses bravades embarrassent ses
alliés."Dans l’armée,commente un observateur,
certains commencent à craindre que le défrichement n’entraîne une perte de souveraineté du Brésil sur l’Amazonie",
dont la préservation est cruciale pour contrôler le réchauffement du climat. L’agrobusiness lui-même redoute des représailles commerciales. C’est d’ailleurs Tereza Cristina, la ministre de l’Agriculture, qui a fait pression pour que Bolsonaro renonce à
supprimer le ministère de l’Environnement ou à quitter l’accord
de Paris sur le climat.


Reste à convaincre le nouvel homme fort du Brésil d’appliquer cet
accord, comme l’exige l’UE pour entériner un traité de libre-échange avec le Mercosur (le marché commun du Cône sud), annoncé lors du G20 d’Osaka. "Pour essayer d’arracher des gestes concrets à Bolsonaro, les Européens devraient plutôt passer par les ministres de l’Agriculture ou de
l’Economie, plus ouverts que lui au dialogue,
continue
ce connaisseur des arcanes de Brasília.Jean-Yves Le Drian n’a pas frappé à la bonne porte."Après
avoir appris que le chef du Quai d’Orsay, en visite au Brésil fin
juillet, avait rencontré des écologistes, Jair Bolsonaro a annulé
l’audience qu’il devait lui accorder, préférant se faire couper les cheveux en direct sur Facebook. Façon de dire qu’il refuse de se faire sermonner. Le président brésilien tient d’ailleurs la
recette pour sauver la planète :"Il suffit de faire caca seulement un jour sur deux",a-t-il lâché devant des journalistes médusés.

Proche-Orient : Israël frappe des cibles iraniennes en Syrie et au Liban

Proche-Orient : Israël frappe des cibles iraniennes en Syrie et au Libanhttp://www.via214.net/


Publié le 25/08/2019 à 10:37 La Rédaction Via214



TENSIONS Israël craignait des attaques de drones explosifs venues notamment du Hezbollah



L’aviation israélienne a mené des frappes en Syrie pour empêcher une force iranienne de lancer une attaque
contre Israël avec des drones chargés d’explosifs, de type " kamikazes ",
a indiqué l’armée israélienne dans la nuit de samedi à dimanche. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a
salué une " action opérationnelle majeure " destinée à contrecarrer l’attaque planifiée par " la force iranienne Al-Quods et les milices chiites ".


" L’Iran n’a aucune immunité ", a poursuivi Benjamin Netanyahou. " Nos forces opèrent dans tout secteur contre l’agression iranienne ". Le raid israélien a eu lieu à Aqraba, au sud-est
de Damas, selon le porte-parole militaire Jonathan Conricus. " La menace était significative et ces drones tueurs étaient capables de frapper des cibles avec une efficacité réelle ", a-t-il dit.


Les drones " kamikazes "


Il a également noté que, si les forces iraniennes avaient lancé des
roquettes et des missiles contre Israël à trois reprises en 2018, l’utilisation de drones " kamikazes " destinés à
exploser sur leurs cibles était une tactique nouvelle et " différente ". Jonathan Conricus a aussi assuré que
son pays tenait l’Iran et le régime syrien responsables de l’attaque par drones, et que des forces dans le nord d’Israël étaient " parées à réagir de manière optimale à tout
développement ".


Au Liban, un drone est tombé dimanche peu avant l’aube et un autre a
explosé dans la banlieue sud de la capitale Beyrouth, bastion du
Hezbollah, a indiqué un responsable du mouvement chiite. L’incident est intervenu quelques heures après des frappes israéliennes en Syrie voisine. Mais le responsable n’était pas en
mesure de dire si les drones étaient israéliens et s’ils avaient été abattus par le mouvement chiite.


Des explosions entendues à Damas


Israël a mené des centaines de frappes en Syrie depuis le début de la
guerre dans ce pays en 2011, la plupart visant des cibles iraniennes ou du Hezbollah selon l’Etat hébreu, mais il est rare qu’il communique sur ses interventions aussi rapidement. Le Hezbollah est un groupe libanais chiite qui soutient le président syrien Bachar
Al-Assad, lui-même soutenu par Téhéran. Israël veut éviter que l’Iran ne s’installe militairement en Syrie de manière durable.


Du côté syrien, une source militaire citée par l’agence de presse officielle Sana a assuré que la défense antiaérienne de l’armée syrienne était entrée samedi soir en action pour contrer des " missiles israéliens " en provenance du Golan et visant les environs de Damas, précisant que la plupart avaient été abattus avant d’atteindre leurs cibles.


" L’agression a été immédiatement prise en charge et à présent, la majorité des missiles israéliens ennemis ont été détruits avant d’atteindre leurs objectifs ", a affirmé la source.
Plusieurs fortes explosions ont été entendues à Damas avant que l’agence Sana n’annonce l’action défensive.





Trump de nouveau moqué par les Simpsons

Trump de nouveau moqué par les Simpsonshttp://www.via214.net/


Publié le 25/08/2019 à 09:36 La
Rédaction Via214



LA SURPRISE - Une nouvelle parodie des Simpsons met en scène Donald
Trump. Celle-ci parle notamment de sa dernière attaque raciste contre des députés démocrates.



Décidément, Donald Trump est une source inépuisable d'inspiration pour les créateurs du dessin animé Les Simpsons. Ces derniers s'en prennnent
à nouveau au président américain dans un clip en parodiant une chanson de la comédie musicale West Side Story. Dans la vidéo, on peut voir Donald Trump en prise avec le "squad", le surnom donné à un groupe de députées démocrates, formé de Rashita Tlaib, Ilhan Omar, Ayanna Pressley et Alexandra Ocasio-Cortez. Socialistes, d'ascendance immigrée ou de religion musulmane, elles sont régulièrement ciblées par Donald Trump, dont elles dénoncent le déni environnemental, la politique migratoire ou la politique économique.

Ce
vendredi 23 août 2019, Solenn Riou, dans sa chronique "La surprise", nous parle de la nouvelle parodie des Simpsons
concernant Donald Trump. Cette chronique a été diffusée dans La Matinale du 23/08/2019 présentée par Julie Hammett sur LCI. Du lundi au vendredi, dès 5h45, Julie Hammett vous présente la Matinale entourée de ses chroniqueurs.

Affaire Epstein : mis en cause par la presse, le prince Andrew affirme qu’il n’a rien "vu" ni "soupç

Affaire Epstein : mis en cause par la presse, le prince Andrew affirme
qu’il n’a rien "vu" ni "soupçonné"http://www.via214.net/


Publié le 24/08/2019 à 18:44 La Rédaction Via214



Le prince Andrew est accusé par certains médias britanniques d'avoir
été l'un des convives de Jeffrey Epstein, accusé d'agressions sexuelles sur mineures et retrouvé mort le 10
août dernier dans sa cellule. © OHNSTILLWELL AFP



Le deuxième fils de la reine Elizabeth II a assuré qu’il n’avait
jamais été témoin d’abus sexuels de la part de Jeffrey Epstein, dont il s’est défendu avoir été ami.


Le prince Andrew, mis en cause par la presse britannique pour ses liens avec Jeffrey Epstein, a affirmé samedi n’avoir jamais "vu" ou "soupçonné"
d’abus sexuels de la part du financier américain poursuivi pour viols sur mineures et retrouvé mort en prison.


"À aucun moment pendant le temps limité que j’ai passé avec lui, je
n’ai vu, été le témoin ou soupçonné aucun comportement du genre qui a par la suite conduit à son arrestation et à sa
condamnation", affirme le duc d’York via un communiqué du palais de Buckhingham.


Le prince assure "regretter" d’avoir revu Epstein après sa
condamnation


Le deuxième fils de la reine Elizabeth II a défendu son amitié avec
Epstein et tenu à "clarifier les faits pour éviter de nouvelles spéculations".


Il explique avoir rencontré Jeffrey Epstein en 1999 et l’avoir vu par la suite de "manière irrégulière et probablement pas plus d’une fois ou deux par an", indiquant également avoir séjourné dans "plusieurs de ses résidences".


Il réaffirme aussi son "regret" d’avoir revu Epstein après la libération en 2010 de l’Américain. Celui-ci avait purgé une peine de prison après avoir été condamné en 2008 pour avoir conduit des jeunes filles à se prostituer en Floride.


Réseau sexuel impliquant des dizaines de mineures


Accusé d’agressions sexuelles sur mineures, Jeffrey Epstein avait été de
nouveau arrêté et inculpé début juillet pour avoir organisé, pendant plusieurs années, un réseau constitué de dizaines de jeunes filles sous son emprise, avec lesquelles il avait des rapports
sexuels dans ses nombreuses propriétés, notamment à Manhattan et en Floride.


Il a été trouvé mort le 10 août dans sa cellule new-yorkaise, les résultats de l’autopsie confirmant un suicide par pendaison.


"Son suicide laisse de nombreuses questions sans réponses", déclare
le prince Andrew, exprimant sa "compassion tous ceux affectés
par ses actions et son attitude".


"C’est une période difficile pour toutes les personnes impliquées etje
suis incapable de comprendre ou d’expliquer le style de vie de
Epstein
. Je déplore l’exploitation de tout être humain et ne tolérerais
pas, ne participerais pas, ni n’encouragerais un tel comportement."

G7 à Biarritz : les temps forts du premier jour du sommet

G7 à Biarritz : les temps forts du premier jour du sommethttp://www.via214.net/


Publié le 24/08/2019 à 17:51 La Rédaction Via214




Donald Trump et son épouse Melania à leur descente d'avion à Biarritz © NICHOLAS KAMM AFP



Le monde entier a les regards tournés vers Biarritz où sont réunis
les chefs des principales puissances de la planète. Un événement qui mobilise également leurs détracteurs


Les chefs d’Etat sont là


Arrivé la veille à Biarritz, Emmanuel Macron a débuté ce G7 ce samedi 24
août au matin, par une petite visite en ville, où il a été accueilli par Alain Rousset, le président de la Région et les élus locaux, dont le maire de la ville, Michel Veunac. Il en a profité pour apporter une première réponse aux critiques et aux mécontents. Puis, à 13 heures, il s’est fendu d’une allocution aux Français, pour rappeler les enjeux du G7, avant d’improviser un déjeuner avec Donald Trump à l’Hôtel du Palais.



Déjeuner improvisé entre Emmanuel Macron et Donald Trump, sous l’oeil des
caméras ©CRÉDIT PHOTO : LUDOVIC MARIN AFP


Air Force One, l’avion du président américain avait atterri vers midi à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, où de "spotters", des passionnés d'aviation, l’attendaient avec impatience. Dans la foulée, Donald Trump est monté dans un Boeing plus petit, un C32 officiel pour rejoindre Biarritz.


Aux côtés des présidents français et américain, l’Allemande Angela Merkel, le Britannique Boris Johnson, l’Italien Giuseppe Conte, le Japonais Shinzo Abe et le Canadien Justin Trudeau ont pris leurs quartiers biarrots avant l’ouverture officielle du sommet à 19h30, puis le dîner informel marquant le début des discussions, dans le
phare de Biarritz qui surplombe l’Atlantique. Un repas placé sous
le signe de la gastronomie basque.



Angela Merkel à son arrivée à Biarritz © CRÉDIT PHOTO : LUDOVIC MARIN AFP


Mais pas tous leurs conjoints


Pendant ce temps, Brigitte Macron est à l’œuvre pour accueillir les conjoints des dirigeants du G7. Ce samedi soir, l’épouse du président français a convié à dîner l’Américaine Melania Trump, la Japonaise Akie Abe et Malgorzata Tusk, l’épouse polonaise du chef du Conseil européen.


Un groupe restreint compte tenu des séparations et des absences. C’est à Espelette et Cambo-les-Bains que les conjoints doivent découvrir le charme du Pays basque dimanche.




Brigitte Macron devant les marches de l’Hôtel du Palais © CRÉDIT PHOTO : LUDOVIC MARIN AFP


Les altermondialistes ont réussi leur défi


Un contre-sommet était organisé dans la matinée par plusieurs associations altermondialistes. D’Hendaye à Irun en Espagne, plus de 10 000 personnes ont défilé pacifiquement contre le G7. Leur souhait : "construire des relations différentes et d’autres systèmes fondés sur la coopération, les circuits courts, les relations de respect entre humain et nature et sur une démocratie réelle".



Ils étaient 15 000 selon les organisateurs, 9 000 selon la
police © CRÉDIT PHOTO : GEORGES GOBET AFP



La veille, vendredi soir à Urrugne, des heurts entre manifestants et forces de l’ordre avaient eu lieu
près du camp où résident une partie des opposants au G7. La police avait procédé à 17 interpellations.


Et pendant ce temps, à Bayonne…


De mémoire de Bayonnais, on n'a jamais vu la ville comme ça : quasi déserte. En raison du périmètre de sécurité et de la crainte de rassemblements spontanés et violents, touristes et riverains hésitent à se hasarder dans les rues. Plusieurs commerces ont préféré rester fermés.




Les rues de Bayonne désertes, avec des vitrines barricadées © CRÉDIT
PHOTO : CLARA LALANNE




3 choses sous le radar cette semaine

3 choses sous le radar cette semainehttp://www.via214.net/


Publié le 24/08/2019 à 16:59 La Rédaction Via214



Investing.com - Voici un aperçu de trois choses qui étaient sous le radar cette semaine.



1. La baisse des ventes de VR Signaling Economy sur le point de frapper à l’envers?


Avec des doutes croissants sur la question de savoir si les inversions
actuelles dans la courbe de rendement du Trésor signalent une récession imminente, certains ont sorti un indicateur alternatif qui est en pleine récession : la baisse des ventes de véhicules récréatifs.


Les expéditions intérieures de véhicules récréatifs aux concessionnaires ont chuté de 20 % en 2019, comparativement à la même période l’an dernier, après avoir chuté de 4 % en 2018, selon l’Association de l’industrie des véhicules récréatifs.


Lorsqu’il s’agit de signaler les récessions, les ventes de véhicules
récréatifs ne sont peut-être pas le premier indicateur auquel beaucoup se tournent. Mais la mesure a joué un rôle clé en aidant les économistes à évaluer un moteur clé de l’économie - le
consommateur américain.


Les produits cycliques comme les véhicules récréatifs ont tendance à
bénéficier d’un contexte économique favorable, mais sont généralement parmi les premiers à être abandonnés lorsque la croissance économique est menacée. L’indicateur méconnu de la récession a aussi de l’histoire de son côté.


Les trois dernières récessions aux États-Unis ont été précédées
d’une forte baisse des expéditions, selon Michael Hicks, économiste à l’Université Ball State qui suit l’industrie. La fabrication de près des deux tiers des véhicules récréatifs aux
É.-U. et l’expédition aux concessionnaires de tout le pays, à
Elkhart, en Indiana, sont des secteurs sur lesquels les économistes se penchent lorsqu’ils évaluent la demande. Et l’impact du ralentissement du marché des véhicules récréatifs commence à se
faire sentir à Elkhart, avec un taux de chômage qui passe de 2,1 % en avril à 3 % en juin.


Comme la plupart des difficultés actuelles de l’économie mondiale, la
guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a été blâmée pour la faiblesse de la demande de véhicules récréatifs, ce qui a fait grimper les prix des véhicules. Les fabricants de véhicules récréatifs comme Thor Industries ont souligné la faiblesse du
marché dans son ensemble.


Ses ventes ont chuté de 23 % au troisième trimestre de l’exercice,
le PDG Demiris Jahmal Williams décrivant le ralentissement comme
" le pire jamais enregistré. " Selon les estimations de l’analyste du ministre Baird, Craig Kennison, les ventes au détail de véhicules récréatifs cette année et l’année suivante pourraient être en baisse à un chiffre moyen à élevé.


2. Juste une correction?


Inversions de courbe de rendement ont effrayé le marché boursier, mais les
investisseurs ne devraient pas chercher à abandonner le navire pour l’instant, Jpmorgan Chase (NYSE:JPM) a déclaré cette semaine.


Bien qu’il s’attende toujours à une correction des actions en août, cette correction ne sera pas aussi longue que celle observée en mai dernier et les acheteurs tactiques pourraient chercher des actions à récupérer en septembre, Jpmorgan a déclaré.


La Banque tient compte de l’inversion de la courbe de rendement du Trésor sur 10 ans et sur 2 ans dans sa stratégie de prise de participation, mais a fait remarquer que l’inversion n’était pas
un signal garanti d’une récession.


" Il y a généralement un important décalage entre l’inversion de la
courbe et le pic/récession réel du marché ", a-t-il déclaré. " Si l’on examine les six derniers épisodes, l’inversion de la courbe de rendement a précédé les récessions de 17 mois, en
moyenne, et les pics du marché boursier pour le cycle d’environ 11 mois. "


" De plus, si l’on examine le rendement des actions à terme à partir
de la forme de la courbe qui est parfaitement plate, comme le rendement actuel, le rendement des actions au cours des 12 prochains mois a toujours été positif, se situant en moyenne autour de 10 %. " Jpmorgan a ajouté.


3. Le moment est peut-être venu d’acheter des titres de revenu


Après trois ans à Wall Street avec des actions à forte croissance, en
particulier dans le secteur de la technologie, les investisseurs
voudront peut-être penser à investir dans le revenu, selon Franklin
Templeton.


" (D) lors de récents épisodes de volatilité du marché, nous avons vu
des signes que de nombreux investisseurs axés sur la croissance pourraient commencer à voir les choses un peu différemment ", ont déclaré les analystes dans une note. " Alors que les
frictions commerciales entre les États-Unis et la Chine se poursuivent et que la croissance économique mondiale montre des signes de ralentissement, le marché semble s’intéresser davantage aux entreprises stables qui ont fait leurs preuves en matière de croissance constante des dividendes. "


Ils ont suggéré trois critères pour le choix des actions de revenu.


Tout d’abord, il faut chercher des rendements à long terme avec des
dividendes en hausse plutôt que des actions à rendement élevé.


Deuxièmement, trouver des producteurs de dividendes qui sont des chefs de file dans leurs marchés respectifs.


Troisièmement, ratissez plus large, car les banques ont recommencé à verser des dividendes depuis la crise financière et les entreprises de
technologie paient également des revenus.

Au G7, Brigitte Macron et les premières dames ont un programme bien rempli

Au G7, Brigitte Macron et les premières dames ont un programme bien
remplihttp://www.via214.net/


Publié le 24/08/2019 à 06:51 La Rédaction Via214




Entre culture basque et préservation des océans, les épouses et époux
des dirigeants du G7 vivront à leur manière le sommet.


G7- Du 24 au 26 août, une partie des dirigeants les plus puissants de
la planète se retrouvent à Biarritz pour le traditionnel sommet du G7. Un
rendez-vous que les épouses des chefs d’État et de gouvernement (l’époux de la chancellière allemande Angela Merkel, Joachim Sauer, n’étant pas présent) vivront eux aussi, à l’initiative
de la première dame française, l’hôte Brigitte Macron.


Pour ces trois jours, elle a préparé tout un programme pour Melania Trump, la première dame américaine, Akie Abe, l’épouse du premier ministre japonais, Sophie Grégoire, la compagne de Justin
Trudeau, mais aussi les conjoints des autres dirigeants des pays membres du G7, du Conseil européen, des pays invités, de la banque mondiale... L’occasion pour Brigitte Macron, comme le rapporte Le Parisien, de croiser ainsi la route de Cecilia Morel, la première dame chilienne, de Jenny Morrison (celle de l’Australie) ou encore de Malgorzata Tusk, l’épouse du “président” de l’Union européenne Donald Tusk.


Cyrano et pelote basque


Pour ce week-end basque, les conjoints auront donc droit à un programme sur mesure, qui les verra notamment dîner entre eux à Biarritz
-plutôt studieux samedi et plus décontracté dimanche-, et effectuer des visites touristiques. Dimanche 25 août, ils se rendront en particulier à Espelette, petite commune de 2000 âmes
mondialement réputée pour son piment.


Dans le village, les épouses et époux des grands dirigeants mondiaux
assisteront par exemple à des démonstrations du savoir-faire des
artisans locaux ainsi qu’à des animations autour du folklore local, telles que la pelote basque. Ils déjeuneront également à Cambo-les-Bains, une commune thermale proche de la frontière espagnole, avant de visiter la villa Arnaga, fondée par le dramaturge Edmond Rostand et qui abrite aujourd’hui un jardin célèbre et un musée dédié à l’auteur de “Cyrano de Bergerac”.


Le surf et le grand large


“Je ne vous cache pas qu’on a du mal à y croire, ce sont quand même les premières dames du monde. Dans notre petit village de 2000 habitants c’est inédit. Pour nous, c’est la grande surprise”, a déclaré le maire de la petite ville d'Espelette, Jean-Marie Iputcha, à RTL.


Lundi 26, enfin, les océans auront les faveurs des conjointes et conjoints
des dirigeants. Toujours guidés par Brigitte Macron, ils rencontreront des associations œuvrant à la préservation des mers et des sauveteurs biarrots. Ils devraient également rencontrer des
champions de surf, préciseLe
Parisien
.


Si ce programme est à la carte, au moins six ou sept personnalités devraient prendre part à chacune de ces activités.





Guerre commerciale : Trump "ordonne" aux entreprises américaines de quitter la Chine

Guerre commerciale : Trump "ordonne" aux entreprises américaines
de quitter la Chinehttp://www.via214.net/


Publié le 24/08/2019 à 06:16 La Rédaction Via214



"Nous n'avons pas besoin de la Chine et, franchement, on se porterait bien
mieux sans eux", a réagi Donald Trump après l'instauration de nouveaux droits de douane par Pékin.



Les nouveaux droits de douane décidés par Pékin suscitent la colère
de Donald Trump. Le président américain s'est fendu vendredi 23 août d'une série de tweets particulièrement agressifs, ce qui a fortement inquiété les marchés financiers, le Dow Jones abandonnant 2,35% à la clôture. Les places européennes, toutes orientées à la baisse, ont également très mal réagi.


La Chine a annoncé son intention d'imposer de nouveaux droits de douane
sur 75 milliards de dollars d'importations en provenance des
Etats-Unis, en représailles aux taxes douanières supplémentaires que
prévoit d'instaurer prochainement Washington. "Nous n'avons pas besoin de la Chine et, franchement, on se porterait bien mieux sans eux",a écrit le locataire de la Maison Blanche. Evoquant "les énormes sommes d'argent volées par la Chine aux Etats-Unis",il a martelé sa détermination à y mettre fin.


Donald J. Trump


@realDonaldTrump


Our Country has lost, stupidly, Trillions of Dollars with China over many years. They have stolen our Intellectual Property at a rate of
Hundreds of Billions of Dollars a year, & they want to continue. I won’t let that happen! We don’t need China and, frankly, would be far....


108 k


16:59 -23 août 2019


Donald J. Trump


@realDonaldTrump


- 12 h


Our Country has lost, stupidly, Trillions of Dollars with China over many years. They have stolen our Intellectual Property at a rate of
Hundreds of Billions of Dollars a year, & they want to continue. I won’t let that happen! We don’t need China and, frankly, would be far....


Donald J. Trump


@realDonaldTrump


....better off without them. The vast amounts of money made and stolen by China from the United States, year after year, for decades, will and must
STOP. Our great American companies are hereby ordered to immediately start looking for an alternative to China, including bringing..


44.7 k


16:59 - 23 août 2019


Dans cette série de messages, Donald Trump "ordonne" aux sociétés américaines de produire ailleurs qu'en Chine, sans
préciser par quels moyens il entend contraindre des groupes privés à suivre ses instructions :"J'ordonne
à nos merveilleux groupes américains de commencer immédiatement à chercher des alternatives à la Chine, y compris de rapatrier vos sociétés et de fabriquer vos produits aux Etats-Unis."


Donald J.Trump


@realDonaldTrump


- 12


En réponse à @realDonaldTrump


....better off without them. The vast amounts of money made and stolen by China from the United States, year after year, for decades, will and must
STOP. Our great American companies are hereby ordered to immediately start looking for an alternative to China, including bringing..


Donald J. Trump


@realDonaldTrump


....your companies HOME and making your products in the USA. I will be
responding to China’s Tariffs this afternoon. This is a GREAT opportunity for the United States. Also, I am ordering all carriers, including Fed Ex, Amazon, UPS and the Post Office, to SEARCH FOR & REFUSE,....


69.5 k


16:59 - 23 août 2019


Donald J. Trump


@realDonaldTrump


- 12 h


En réponse à @realDonaldTrump


....your companies HOME and making your products in the USA. I will be
responding to China’s Tariffs this afternoon. This is a GREAT opportunity for the United States. Also, I am ordering all carriers, including Fed Ex, Amazon, UPS and the Post Office, to SEARCH FOR & REFUSE,....


Donald J. Trump


@realDonaldTrump


....all deliveries of Fentanyl from China (or anywhere else!). Fentanyl kills 100,000 Americans a year. President Xi said this would stop - it
didn’t. Our Economy, because of our gains in the last 2 1/2 years,
is MUCH larger than that of China. We will keep it that way!


78.6 k


16:59 - 23 août 2019


Les entreprises américaines sont engagées massivement en Chine depuis
plusieurs décennies, soit sous forme d'investissements directs, de chaînes de production ou simplement comme clients ou fournisseurs.


L'appel au calme de la Chambre de commerce américaine


Depuis un an que Donald Trump a déclenché son combat à coups de tarifs douaniers punitifs contre les pratiques commerciales de l'Empire du Milieu, qu'il juge"déloyales",nombre d'entreprises américaines ont cherché des alternatives dans des
pays voisins à bas coûts, mais la transition est difficile, coûteuse, et les infrastructures souvent insuffisantes.


La Chambre de commerce américaine a lancé un appel au calme."Nous
ne voulons pas d'une nouvelle détérioration des relations
sino-américaines",
explique
t-elle dans un communiqué, qui souligne que"40 ans de relations commerciales entre nos deux pays ont été pour l'essentiel productives, constructives et mutuellement bénéfiques".


La guerre commerciale entre
les deux premières économies du monde crée énormément d'incertitude dans le monde entier, au point de peser sur la
croissance à un moment ou l'Europe est fragilisée sous le double coup de crises politiques en Italie et au Royaume-Uni et d'une Allemagne au bord de la récession.

Emmanuel Macron s'adressera aux Français samedi à 13 heures, avant l'ouverture du G7

Emmanuel Macron s'adressera aux Français samedi à 13 heures, avant
l'ouverture du G7http://www.via214.net/


Publié le 24/08/2019 à 05:37 La Rédaction Via214



Le chef de l'Etat "souhaite expliquer les enjeux du G7 et les objectifs recherchés pour la vie concrète des Français", selon l'Elysée.



Avant de s'entretenir avec ses homologues des grandes puissances mondiales à l'occasion du G7 organisé
à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), Emmanuel Macron s'adressera aux
Français samedi à 13 heures, annonce l'Elysée vendredi 23 août."Juste avant l'ouverture du sommet, le président souhaite expliquer ses
enjeux et les objectifs recherchés pour la vie concrète des Français",
a
précisé la présidence.


Guerre commerciale, polémique sur les feux de forêts en Amazonie, taxe sur
les Gafa, Brexit... Cette allocution pourrait être l'occasion pour le chef de l'Etat de balayer les nombreux sujets qui seront évoqués lors de ce sommet. Durant trois jours, les leaders du monde seront confinés dans un palace, loin de la société civile dont ils se veulent à l'écoute. Plus de 13 000 policiers et gendarmes seront mobilisés dans toute la région, où un grand rassemblement d'opposants au sommet fait craindre des violences samedi d'Hendaye à Irun.






Nucléaire: La première centrale flottante s’apprête à traverser les eaux de l’Arctique

Nucléaire: La première centrale flottante s’apprête à traverser les eaux de l’Arctiquehttp://www.via214.net/


Publié le 23/08/2019 à 07:30 La Rédaction Via214



ENVIRONNEMENT Le bloc de 21.000 tonnes fait craindre aux écologistes un Titanic nucléaire



La Russie innove en matière de nucléaire civil. De Mourmansk, port du Grand Nord du pays où elle a été chargée en combustible nucléaire, en direction de Pevek, petite ville de Sibérie orientale, dans le district autonome de Tchoukotka De Mourmansk vers l’Extrême-Orient, la première centrale nucléaire flottante du monde entame vendredi
un voyage de 5.000 kilomètres dans l’Arctique. Destinée à alimenter le développement de la production d’hydrocarbures dans des zones excessivement isolées, la structure nommée Akademik Lomonossov va naviguer de quatre à six semaines, en fonction de la météo et de la quantité de glace sur la route.


La centrale sera opérationnelle à la fin de l’année


Bloc de 21.000 tonnes dépourvu de moteur, la centrale sera tractée par
plusieurs navires pour son voyage. Elle comporte deux réacteurs d’une capacité de 35 MW chacun, proches de ceux des
brise-glace nucléaires, contre plus de 1.000 MW pour un réacteur d’une centrale classique de nouvelle génération. Lors d'une visite de l'AFP en mai 2018, la barge de 144 mètres de long et 30 de large, qui embarque un équipage de 69 personnes à une vitesse moyenne de
3,5 à 4,5 nœuds (6,5 à 8,3 km/h), arborait encore des couleurs marron et jaune très défraîchies. Désormais repeint aux couleurs de la Russie et de Rosatom, l’agence nucléaire russe,
l’Akademik Lomonossov ne passera pas inaperçu à Pevek, où il sera raccordé au réseau électrique local et devrait être
opérationnel d’ici la fin de l’année.


Bien que la population de cette petite ville ne dépasse pas 5.000
habitants, la centrale couvre la consommation de 100.000 personnes et
servira surtout pour alimenter les plateformes pétrolières de la région, alors que la Russie développe l’exploitation des hydrocarbures dans l’Arctique. L’Akademik Lomonossov, dont
la construction avait commencé en 2006 à Saint-Pétersbourg avant d’être amené à Mourmansk l’an passé, remplacera une centrale nucléaire, bien terrestre celle-ci, et une centrale de charbon
obsolètes.


Une structure plus vulnérable aux tempêtes


Les associations environnementales dénoncent ce projet depuis des années
et leurs mises en garde des dangers d’un " Tchernobyl sur glace " ou d’un " Titanic nucléaire " prend un accent particulier, alors qu’une explosion en août sur une base d’essais de missiles dans le Grand Nord a fait brièvement bondir la radioactivité dans la zone. " Toute centrale nucléaire produit des déchets radioactifs et peut avoir un accident mais l’Akademik Lomonossov est en plus vulnérable aux tempêtes ",
estime Rachid Alimov, du département de l’énergie de Greenpeace Russie. D’autant que dans l'Arctique, la météo est extrême et imprévisible.






Italie : Le président accorde un délai jusqu’à mardi aux partis pour former une nouvelle majorité

Italie : Le président accorde un délai jusqu’à mardi aux partis pour
former une nouvelle majoritéhttp://www.via214.net/


Publié le 23/08/2019 à 07:00 La Rédaction Via214



Le président italien Sergio Mattarella, lors d'une conférence de
presse à Rome, le 22 août. —Alessandra Tarantino/AP/SIPA



CRISE POLITIQUESergio
Mattarella doit faire face à la crise déclenchée par l’explosion mardi du gouvernement formé par le M5S et la Ligue de Matteo Salvini



Le président italien Sergio Mattarella a accordé un nouveau délai jusqu’à mardi aux formations
politiques pour trouver une majorité capable de gouverner l'Italie, deux jours après la chute de la coalition formée par la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Etoiles (M5S).


" Mardi, je tiendrai de nouvelles consultations pour prendre les décisions
nécessaires ", a-t-il déclaré, en soulignant que la seule possibilité était " un gouvernement qui obtienne la confiance (du parlement) sur la base d’un programme " précis.


Un retour aux urnes ?


Le président Sergio Mattarella a reconnu qu’à défaut, il n’y aurait plus d’alternative à un retour immédiat aux urnes, une perspective qui l’inquiète car ce scrutin tomberait au milieu de
l’élaboration du budget 2020 de la troisième économie de la zone euro, endettée et en panne de croissance.


Peu avant l’annonce du chef de l’Etat, le Mouvement 5 Etoiles
(antisystème) a donné mandat à ses dirigeants pour négocier avec le Parti démocrate (PD, centre gauche) en vue d’un accord de coalition.


Dix points pour s’entendre


Les promoteurs d’un mariage PD-M5S disposent donc d’un délai supplémentaire de quatre jours. Le chef du M5S Luigi Di Maio, qui mènera les négociations pour son parti, a égrené 10 points impératifs pour une nouvelle " majorité au service des citoyens ". Dont la réduction du nombre de parlementaires ou encore " un budget équitable " avec l’instauration du salaire minimum, des aides aux familles, des baisses d’impôts pour
les entreprises et un plan d’investissement pour le sud du pays.


Le patron du PD, Nicola Zingaretti, a estimé que les propositions de Luigi Di Maio et celles du PD " font émerger un cadre qui permet à coup sûr de commencer à travailler ".


Luigi Di Maio a en revanche fermé la porte à une réconciliation avec son
ex-allié Matteo Salvini, critiquant " des caprices d’été ", à propos de l’annonce abrupte le 8 août par le chef de la Ligue (extrême droite) de la " rupture unilatérale " de leur alliance.






Katy Perry accusée d’agression sexuelle par un mannequin

Katy Perry accusée d’agression sexuelle par un mannequinhttp://www.via214.net/


Publié le 23/08/2019 à 06:31 La Rédaction Via214



Lundi, le mannequin et acteur Josh Kloss a confié avoir été victime
d’agression sexuelle par Katy Perry après avoir figuré dans son
clip " Teenage Dream ".


Mauvais passe pour Katy Perry. Neuf ans après la sortie de son clip " Teenage Dream ", un figurant l’accuse d’agression sexuelle. Il s’agit de
l’acteur et mannequin américain Josh Kloss. D’après lui, la scène se serait produite quelques mois après le tournage du clip et après son divorce avec Russel Brand. Lundi 12 août, il s’est
exprimé dans un long message Instagram : " C’était la fête d’anniversaire de Johny Wujek. Quand je l’ai vue, nous nous sommes pris dans les bras. Mais lorsque je me suis tourné pour lui
présenter un ami, elle a tiré mon pantalon et mes sous-vêtements aussi bas qu’elle a pu montrer mon pénis à deux de ses amis et à la foule autour de nous. Vous imaginez combien j’ai pu être mal à
l’aise ? " écrit-il.


CONTRAINT AU SILENCE


Dans la suite de son message, il explique pourquoi il a gardé le silence
si longtemps : " J’ai gagné environ 650 dollars sur Teenage Dream. Ses représentants m’ont intimé l’ordre de ne
rien dire concernant Katy en public. Ils ont retravaillé et répondu pour moi à deux interviews ". Il poursuit : " Je ne
le dis que maintenant parce que notre culture veut toujours prouver que les hommes de pouvoir sont des pervers. Mais les femmes de pouvoir sont tout aussi dégoutantes (…) On m'a demandé de me
taire pour protéger son image. J'ai écouté, j'ai été un bon garçon. Mais en retour, on m’a traité comme un prostitué ". Ses mots sont accompagnés d’une interview sur laquelle on peut
lire les directives imposées par l’équipe de Katy Perry.


Pour l’heure, l’interprète de " California Gurls " n’a pas réagi à ces accusations. Le jeune homme lui, fait l’objet de vives critiques sur Instagram de la part des proches de la chanteuse.
Certains évoquent son " obsession " pour la star, qui l’aurait poussé à porter de fausses accusations pour attirer
l’attention… Le mystère autour de cette affaire reste entier.






Demain nous appartient : découvrez les premières images de Frédéric Diefenthal dans la série

Demain nous appartient : découvrez les premières images de Frédéric
Diefenthal dans la sériehttp://www.via214.net/


Publié le 23/08/2019 à 05:59 La Rédaction Via214



L'équipe de Demain nous appartient vient d'accueillir un nouveau membre. Il y a quelques jours, Frédéric Diefenthal a tourné ses premières scènes pour la série de TF1. Une arrivée à Sète immortalisée par le mari d'Ingrid Chauvin.



L’équipe de Demain nous appartient vient d’accueillir un nouveau membre. Il y a quelques jours, Frédéric Diefenthal a tourné ses premières
scènes pour la série de TF1. Une arrivée à Sète immortalisée par le mari d’Ingrid Chauvin.


En deux ans de diffusion, on ne compte plus le nombre de comédiens qui
se sont laissés tenter par une apparition dans Demain nous appartient. Le 10 juillet dernier, Véronique Jannot et Bernard Ménez
rejoignaient le casting de la série pour plusieurs épisodes. Au coeur de l'intrigue de l'été, l'actrice de 62 ans aimerait d'ailleurs jouer les prolongations. "Je m’amuse beaucoup sur ce tournage.Il y a plein de gens que j’aime beaucoup. ",a-t-elle récemment confié à TV Mag avant d’ajouter : "Les producteurs m’ont demandé si j’avais envie de revenir, j’ai dit oui! "Mais avant de la retrouver dans la peau d’Anne-Marie Lazzari,les téléspectateurs devront s’habituer à un autre visage bien conns : celui de Frédéric Diefenthal.


La nouvelle avait été annoncée le mois dernier. Le héros de la saga Taxifera très prochainement sa première apparition dans le feuilleton de TF1. Il prêtera ses traits à Antoine Myriel– le nouveau proviseur adjoint du lycée Paul-Valéry. Ce nouveau personnage débarquera à Sète avec sa compagne, son fils adoptif et bien sûr, de nombreux secrets."Nous
sommes partis sur plusieurs saisons avec lui. Notre idée est de créer une nouvelle famille
, avec un personnage en contact avec les adolescents, car l'une des
caractéristiques du feuilleton est de multiplier les intrigues autour d'adultes et d'ados pour un public familial "
, a expliqué Vincent
Meslet
, le producteur de la série.


Frédéric Diefenthal chaleureusement accueilli sur le tournage


L’heure de la rentrée a sonné un peu plus tôt pour Frédéric Diefenthal.Si
ses premières scènes seront diffusées en octobre, le comédien a commencé le tournage il y a quelques jours.
Et
ce dernier a été accueilli à bras ouverts par toute l’équipe. Heureux de le faire jouer devant sa caméra, le réalisateur Thierry Peythieu a partagéles images de son arrivée à Sète sur son compte Instagram."Pas peu fier d’accueillir après " Luc Besson, Gérard Pirès, Gérard Krawczyk " sur mon plateau pour sa première journée sur DNA, Frédéric Diefenthal.Bienvenue mon pote dans cette belle aventure.", a écrit le mari d’Ingrid Chauvin en légende de plusieurs photos prises sur le plateau. Ses abonnés n’ont pas caché leur enthousiasme de le voir bientôt à l’écran. Nul doute qu’il
deviendra rapidement le nouveau chouchou des téléspectateurs.






Britney Spears : découvrez le montant hallucinant de ses dépenses

Britney Spears : découvrez le montant hallucinant de ses dépenseshttp://www.via214.net/


Publié le 23/08/2019 à 05:30 La Rédaction Via214



Britney Spears ne se refuse rien. Mardi, le site " The Blast " a dévoilé
le montant total de ses dépenses pour l’année 2018… On vous dévoile le détail.



Lorsqu’il s’agit de se faire plaisir, Britney Spears dépense sans compter. Mardi 13 août, " The Blast " a dévoilé le montant des dépenses de la star pour l’année 2018 et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’y va pas de main morte. D’après les informations du site américain, la
chanteuse de 37 ans aurait dépensé pas moins de 400 000 dollars, soit plus de 350 000 euros. Cette somme serait principalement liée à ses voyages onéreux aux quatre coins du monde. Au total, ses déplacements lui auraient coûté la modique somme de 70 000
dollars, dont 16 000 dollars auraient servi à payer un séjour de quatre nuits dans l’hôtel cinq étoiles Beverly Hills Montage en novembre dernier.


SA FAMILLE AVANT TOUT


Britney Spears aime ses deux fils (Sean âgé de 13 ans et Jayden âgé de 12
ans) plus que tout au monde et n’hésite pas une seconde lorsqu’il s’agit de les combler. On apprend que la star se serait rendue 80 fois dans le célèbre supermarché américain Target et
affectionnerait particulièrement les enseignes Ralphs et Home Depot. Elle y aurait dépensé pas moins de 66 000 dollars pour entretenir sa maison et créer un véritable cocon familial. En plus de ses dépenses personnelles, Britney Spears verse également une pension de 128 000 dollars à son père Jamie Spears dont elle est toujours
sous la tutelle depuis 2008, période de sa descente aux enfers.


Pour couvrir ses dépenses, la star a néanmoins pu compter sur les recettes de sa tournée intitulée " Pièce of Me " qui s’était déroulée de juillet à octobre 2018 aux États-Unis et en Europe. Selon " The Blast " toujours, elle aurait empoché 2,5 millions de dollars et sa fortune serait estimée à 59 millions de dollars. Britney Spears a encore de beaux jours devant elle…

Le FMI alerte sur l’impact négatif de la guerre commerciale

Le FMI alerte sur l’impact négatif de la guerre commercialehttp://www.via214.net/


Publié le 22/08/2019 à 07:10 La Rédaction Via214



Les tarifs douaniers "vont avoir un impact négatif aussi bien sur
l’économie américaine que mondiale" selon le Fonds monétaire international.


Depuis des mois, le Fonds monétaire international (FMI) met en garde contre
les dangers de la guerre commerciale entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales, la Chine et les États-Unis. Mercredi, son économiste en chef, Gita Gopinath, et deux de ses
collègues ont de nouveau tiré le signal d’alarme, dans un style direct.


Les tarifs douaniers "vont avoir un impact négatif aussi bien sur
l’économie américaine que mondiale en minant la confiance des entreprises et l’investissement et en désorganisant les chaînes d’approvisionnement, tout en augmentant les coûts pour les
producteurs et les consommateurs", écrivent-ils ainsi sur le blog de l’institution. Ces mêmes surtaxes douanières "ont peu de chances d'arriver à réduire les déséquilibres commerciaux, parce que, pour l’essentiel, elles détournent les échanges vers d’autres pays" producteurs à bas coûts, ajoutent-ils.


L’Administration américaine a reporté au 15 décembre l’entrée en vigueur de
droits de douane supplémentaires de 10 % sur des biens de grande consommation importés de Chine. Donald Trump, au gré de ses tweets et déclarations, continue de souffler le chaud et le froid.
Il s’est de nouveau déclaré, mercredi, confiant sur la signature d’un accord avec Pékin.


De son côté, la banque JPMorgan a publié une étude qui estime que la
mise en œuvre de l’ensemble des surtaxes douanières envisagées, qui porteraient sur la quasi-totalité des importations de produits chinois, coûterait au moins 1 000 dollars à chaque consommateur américain sur une année. Ce qui effacerait les réductions d’impôts accordées par Donald Trump en 2017.




Renault-Fiat : le marché plébiscite toujours le projet de fusion

Renault-Fiat : le marché plébiscite toujours le projet de fusionhttp://www.via214.net/


Publié le 22/08/2019 à 06:38 La Rédaction Via214



La presse italienne s'est faite l'écho de nouvelles discussions entre les deux constructeurs automobiles.
Selon elle, la part de Renault dans Nissan pourrait être abaissée afin de faciliter le projet. Mais rien n'a été évoqué sur l'aspect 50-50 de la nouvelle entité, une clause qui avait été
largement critiquée en France et qui avait conduit à l'échec des
discussions...



Ni Renault, ni Fiat n'a enterré leur projet de fusion, c'est un secret
de Polichinelle... Mais la presse italienne a fait état, ce mercredi, de nouvelles discussions avancées entre les deux constructeurs automobiles. Aussitôt publiées dans le quotidien transalpin Il Sole 24 Ore, les cours des deux entreprises se sont envolées de plus de 4%, frôlant les 5% pour le français. Avant de modérer leur enthousiasme en fin de journée avec une hausse de 3%
pour FCA, et de 3,7% pour Renault.


La question Nissan au cœur des discussions


Il semblerait que cette fois, les discussions prennent en compte la
participation de Renault dans Nissan. Le français serait prêt à baisser sa part dans le capital du groupe japonais de 43% à environ 30%. Le journal cite également le PDG de Fiat-Chrysler qui persiste sur l'intérêt du projet de fusion : "la logique qui prévalait
avant existe toujours", en rappelant "les synergies très importantes" que pourrait générer une telle fusion.


Dans un entretien donné aux Echos en juillet, Thierry Bolloré, numéro
deux de Renault, confirmait déjà que le principe d'une fusion avec Fiat gardait tout son intérêt à ses yeux.



"Les fondamentaux de cet excellent projet sont toujours vivaces, le
contexte n'a pas changé en deux mois", affirmait-il, ajoutant néanmoins: "il ne faut jamais dire jamais, mais à ce jour il n'y a plus de discussions".

D'après la presse italienne, les discussions auraient donc repris mais aucune information n'a filtré sur le contenu. Pourtant, c'est bien ce point
qui avait fait échouer le projet précédent présenté fin mai par Fiat. Le groupe italien avait alors proposé une fusion à 50-50, une clause largement critiquée en France et qui avait fini par convaincre le gouvernement français de renoncer.


La fusion 50-50 toujours d'actualité ?


La famille Elkann, premier actionnaire du groupe Fiat-Chrysler, avait indiqué que cette offre était non-négociable, et avait spectaculairement retiré son offre face aux hésitations de l'Etat français. De son côté, Nissan s'était offusqué d'avoir été mis
devant le fait accompli d'un projet déjà bien avancé.


Les marchés, eux, avaient applaudi ce projet: l'action Renault avait
flambé de 12% à l'époque, et celle de Fiat de 8%. Ils estimaient que la nouvelle entité Renault-Fiat-Chrysler devenait de fait, le troisième constructeur automobile mondial. Selon eux, et à l'inverse du format de l'Alliance telle qu'elle a été conçue
jusqu'ici avec Nissan, la fusion Renault-Fiat-Chrysler avait
l'avantage d'accélérer le process décisionnel et d'améliorer le
potentiel de synergies à court terme.


Mais certains spécialistes du secteur s'interrogeaient sur les gains réels côté français puisque si Fiat est présent aux Etats-Unis, il souffre d'un immense retard dans l'électrification, dans le renouvellement des gammes, dans les technologies...



"Fiat a clairement plus à gagner que Renault dans cette fusion, au contraire, Renault prend même le risque de perdre Nissan pour un projet dont l'issue est véritablement incertaine", expliquait à
La Tribune, un excellent connaisseur du secteur.

Autrement dit, ce n'est pas le principe d'une fusion qui a été critiqué mais plutôt cette parité absolument égale qui ne reflétait pas le
déséquilibre entre les faiblesses structurelles de Fiat-Chrysler,
et les atouts de Renault comme l'électrification, la stratégie de
gamme ou encore son internationalisation.


Fiat acculé à une fusion...


Le retrait du premier projet de fusion en juin dernier pourrait dès
lors paraître comme un coup de bluff de la part de la famille Elkann. Celle-ci n'a jamais caché sa volonté d'adosser son groupe automobile à un autre groupe. Et chaque jour, cet adossement paraît
plus pressant tant le groupe souffre d'insuffisance d'investissements
alors que les conditions de marché se compliquent...


Toutes les propositions de fusion proposées jusqu'ici ont essuyé des
refus. Il a fallu que Renault se retrouve dans la situation extrêmement précaire d'un management bouleversé après la chute de son patron historique, Carlos Ghosn, et de la détérioration
quasi-irréversible de ses relations avec son partenaire Nissan, pour que Fiat trouve un candidat favorable. "Il ne faut jamais dire jamais", a averti Thierry Bolloré...





"Brigitte, tu veux une petite anisette" : cette gaffe d'Emmanuel Macron qui n'est pas passée inaperç

"Brigitte, tu veux une petite anisette" : cette gaffe d'Emmanuel Macron qui n'est pas passée inaperçuehttp://www.via214.net/


Publié le 22/08/2019 à 06:15 La Rédaction Via214




Tandis qu'il commémorait dimanche 18 août les 75 ans de la libération de
Bormes-les-Mimosas, Emmanuel Macron s'est offert un petit bain de foule. Et une réflexion à son épouse, qui n'est pas passée inaperçue.


Un président de la République très décontracté. Dimanche 18 août, Emmanuel Macron a célébré à Bormes-les-Mimosas les 75 ans de la libération de la
ville avec son épouse Brigitte. Au programme : commémorations et bain de foule pour le chef de l'Etat, le tout arrosé d'un peu d'anisette. "C'est
la boisson qui conserve"
,
a ainsi lancé un habitant de la ville après avoir trinqué avec Emmanuel
Macron
."C'est très bien ça",
a répondu ce dernier en prenant une gorgée de sa boisson avant d'en
proposer... à son épouse !


"Brigitte, tu veux une petite anisette ?", lui a-t-il lancé sans même se rendre compte que suite à la
réflexion de "la boisson qui conserve", cette proposition pouvait passer pour une petite gaffe. Pas gênée
pas la remarque de son époux qu'elle aime également charrier à l'occasion, Brigitte Macron, le bras en écharpe, a simplement refusé la proposition. Une
remarque qui a tout de même bien fait rire les badauds, et la Première dame, qui y ont simplement vu la décontraction totale d'Emmanuel Macron.


Il faut dire que le séjour du président de la République et son
épouse, s'il a été quelques peu studieuxen raison des nombreux projets qu'ils préparent, a été également placé sous le signe du repos, avant la venue deVladimir
Poutine
lundi 19 août. Mais qui n'a pas été sans accident pour Brigitte
Macron
. En effet, quelques jours plus tôt, la Première dame s'est blessée
l'épaule durant une promenade en bateau. Obligée de porter une attelle, elle l'avait cependant retirée pour
accueillir le président russe au Fort de Brégançon.

L'auteur d'un rapport contre Trudeau empêché de témoigner au Parlement canadien

L'auteur d'un rapport contre Trudeau empêché de témoigner au Parlement canadienhttp://www.via214.net/


Publié le 22/08/2019 à 05:43 La
Rédaction Via214




Le parti libéral de Justin Trudeau a refusé mercredi que le Commissaire à l'éthique témoigne à la Chambre des communes, une semaine après la publication de son rapport accusant le premier ministre canadien d'avoir violé la loi sur les conflits d'intérêts.


Une commission parlementaire sur l'information et l'éthique a tenu
mercredi une réunion d'urgence à la demande de l'opposition conservatrice, qui souhaitait entendre le Commissaire à l'éthique, un haut fonctionnaire indépendant relevant du Parlement.


Dans son rapport accablant publié la semaine dernière, Mario Dion avait
accusé le premier ministre et son entourage d'avoir indûment fait
pression sur l'ancienne ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould pour qu'elle intercède en faveur d'une société québécoise, SNC-Lavalin, afin de lui éviter un procès criminel pour corruption. Scandalisée, l'opposition dirigée par le chef des conservateurs
Andrew Scheer avait souhaité que Mario Dion puisse venir s'exprimer devant les députés. Mercredi, la commission sur l'information et l'éthique, où les Libéraux sont majoritaires, a voté contre une telle déposition.


L'opposition réclame une enquête criminelle


Le rapport avait fait l'effet d'une bombe à deux mois des élections
législatives. Mais un sondage Ipsos-Reid publié mercredi montre que les deux principaux partis sont toujours au coude-à-coude: les Libéraux sont crédités de 33% des intentions de vote, contre 35% pour les conservateurs.


Andrew Scheer, qui briguera la succession de Justin Trudeau lors des
élections législatives en octobre, a écrit lundi à la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) pour lui suggérer d'enquêter sur une possible "obstruction de justice" du premier ministre.


Justin Trudeau a dit "assumer ses erreurs", mais a refusé de s'excuser,
estimant qu'il avait agi pour "défendre les emplois des Canadiens". SNC-Lavalin, qui emploie quelque 9.000 salariés au Canada, a été accusé en 2015 d'avoir payé 47 millions de dollars canadiens (31 millions d'euros) en pots-de-vin entre 2001 et 2011 pour obtenir des
contrats en Libye pendant le régime de Mouammar Kadhafi. Fin mai, un juge canadien avait statué qu'il existait suffisamment d'éléments à charge pour citer l'entreprise à comparaître.

Fusillade sur le tournage d’un clip du rappeur Booba, plusieurs blessés

Fusillade
sur le tournage d’un clip du rappeur Booba, plusieurs blesséshttp://www.via214.net/


Publié
le 21/08/2019 à 10:53 La Rédaction Via214



Des
tirs ont interrompu le tournage d’un clip du rappeur Booba dans la
nuit de mardi 20 à mercredi 21 août à Aulnay-sous-Bois,
selon une information révélée par Europe 1. L’agression a fait
plusieurs blessés.








Des
tirs ont eu lieu sur le tournage d’un clip du 
rappeur
Booba
,
à Aulny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis
),
dans la nuit de mardi 20 à mercredi 21 août vers minuit,
faisant plusieurs blessés, indiquent des sources concordantes à
l’Agence France Presse.


Selon des informations dévoilées par Europe 1, une vingtaine de personnes armées ont surgi sur les lieux.



Le
feu a été ouvert à plusieurs reprises, indiquent nos confrères,
et des membres de l’équipe de tournage, ont été frappés à coup
de batte de base-ball. Les agresseurs ont pris la fuite avant
l’arrivée des forces de l’ordre.



Au
moins trois personnes, dont le réalisateur du clip, ont été
blessées mais leurs jours ne sont pas en danger, ajoutent-ils. L’une
des victimes, blessée par balles a été hospitalisée.



Le
rappeur, qui n’était pas sur les lieux au moment des faits, est
indemne.



Une
enquête a été ouverte par le paquet de Bobigny.





Le Brésil "prie" pour la forêt amazonienne en proie aux flammes

Le Brésil "prie" pour la forêt amazonienne en proie aux flammeshttp://www.via214.net/


Publié le 21/08/2019 à 10:06 La Rédaction Via214



La ville de Sao Paulo a été plongée dans le noir, lundi, en raison
des immenses incendies qui ont lieu depuis début juillet en Amazonie. Les internautes appellent massivement Jair Bolsonaro à agir alors que les feux de forêts sont en hausse de 83% depuis le
début de l'année dans le "poumon vert" de la planète.



Les images sont impressionnantes. La mégalopole de Sao Paulo, au Brésil,
a été plongée dans le noir pendant environ une heure lundi après-midi après que des forts vents ont attiré la fumée de feux de forêts qui brûlent dans les États d'Amazonas et de Rondonia.
Les deux États sont distants de plus de 2700 kilomètres.


Shannon Sims


@shannongsims


Just a little alert to the world: the sky randomly turned dark today in São Paulo, and meteorologists believe it’s smoke from the fires burning *thousands* of kilometers away, in Rondônia or Paraguay. Imagine how much has to be burning to create that much smoke(!). SOS



2 642


04:04 - 20 août 2019


Depuis plusieurs semaines, le hashtag #PrayforAmazonia est en top tendance
sur Twitter avec plus de 150.000 références. Les incendies ont débuté début juillet en Amazonie. Quelque 1000 hectares ont alors été détruits dans une réserve naturelle dans l'État de Rondonia, situé à la frontière avec la Bolivie. Cet incendie, couplé avec
d'autres dans la région, a provoqué d'immenses nuages de fumées denses qui se sont répandus à travers l'État, mettant en danger la santé des personnes vivant dans cette zone. Il y a deux semaines, l'État d'Amazonas, dans le nord-ouest du pays, a déclaré l'état
d'urgence en raison de l'augmentation du nombre d'incendies dans la région, a rapporté Euronews. Selon les images satellites, d'autres incendies se sont également déclarés dans l'État du Mato Grosso.


Le 13 août dernier, le chercheur de la Nasa Santiago Gasso a souligné que les incendies successifs ont créé une couche de fumée couvrant une superficie d'environ 1,2 million de km², soit
près de deux fois la superficie de la France. Ce sont ces épaisses fumées qui seraient, selon les météorologues, à l'origine de l'obscurité observée en pleine journée à Sao Paulo lundi. "La
fumée ne provenait pas des incendies de l'État de Sao Paulo, mais de feux de forêts très denses et très étendus qui sont à l'oeuvre depuis plusieurs jours dans l'État de Rondonia et en Bolivie", a déclaré à O Globo Joselia Pegorim, une météorologue de Climatempo. "A Sao Paulo, il y a eu une combinaison d'un excès d'humidité et de l'arrivée de ces
fumées qui a donné cette apparence au ciel", a-t-elle ajouté.


Maria


@Barros Thereza


Brazil’s president is doing nothing to stop what is happening with the Amazon Rainforest. My heritage is from Brazil and it is so sad to see what
is happening, it looks like a movie, but it is now. Y’all pray for Brazil! #PrayforAmazonia Brazil is destroying Brasil



911


05:37 - 20 août 2019


Les feux en Amazonie sont notamment provoqués par les défrichements par
brûlis utilisés pour transformer des aires forestières en zones de culture et d'élevage ou pour nettoyer des zones déjà déforestées, généralement pendant la saison sèche qui s'achève dans deux mois. Si cette pratique est officiellement interdite à cette période de l'année, elle reste très utilisée.


Les incendies en hausse de 83% en Amazonie


Sur Twitter, les internautes reprochent largement au président
brésilien, ouvertement climato-sceptique, de ne pas agir contre ces
feux de forêts. Selon l'Institut national de recherche spatiale
(INPE), la déforestation en juillet a été quasiment quatre fois supérieure au même mois de 2018. Le chef de l'État a rétorqué que ces données "ne correspondaient pas à la réalité" et les a accusés de ternir la réputation du pays à l'étranger.


Car si la forêt amazonienne a plutôt bien résisté aux incendies au cours de son histoire en raison de son humidité, ce phénomène est en train de s'inverser. Les feux de forêt au Brésil ont augmenté
de 83% depuis le début 2019, par rapport à l'année précédente, notamment en Amazonie en raison de la déforestation et de la sécheresse. Entre janvier et août, 72.843 départs de feu ont été
enregistrés dans le pays, contre 39.759 sur la totalité de l'année 2018, selon des chiffres de l'INPE qui observe notamment l'évolution de la forêt au Brésil.


Olhaoalho


@olhaoalho


This is the Brazilian environmental policy under president Bolsonaro. He
doesn't care about life. The Amazon Rainforest's burning for about 3
weeks and nothing's been done. @BadAstronomer @azmoderate #PrayforAmazonia #PrayforRondonia



1 020


04:43 - 20 août 2019


Cette augmentation fait suite à deux années consécutives de baisse et il s'agit d'un plus haut depuis 2013, selon l'INPE qui utilise des données par satellite actualisées en temps réel. Les incendies ont été les plus nombreux dans les États occupés en totalité ou
partiellement par la forêt amazonienne. L'État le plus touché est le Mato Grosso (centre-ouest), avec 13.682 départs de feu, soit une hausse de 87% par rapport à toute l'année 2018.


"Ce à quoi nous assistons est la conséquence de l'augmentation de la
déforestation révélée par les chiffres récents", analyse Ricardo Mello, du programme Amazonie du Fond Mondial pour la Nature-Brésil. Ces chiffres ont été remis en cause par le président d'extrême droite, Jair Bolsonaro, féroce critique des politiques de protection de l'environnement, qui a limogé Ricardo
Galvao, son président, l'accusant de mentir et de nuire à l'image
du Brésil.


ClimaInfo


@ClimaInfoNews


Rondônia e Bolívia em chamas. As manchas vermelhas representam concentrações atmosféricas de monóxido de carbono (CO) altíssimas, acima de 1200 ppb.
O CO é indicador de queimadas em andamento. A imagem é das
16h deste domingo, 18 de agosto. windy.com/pt/-Concentra%...



5 737


21:17 - 18 août 2019


Interrogé mardi par l'AFP sur cette forte hausse des incendies, le ministre de l'Environnement, Ricardo Salles, a indiqué que "le gouvernement a(vait) mobilisé tous les effectifs des secouristes et tous les avions" de lutte contre les incendies, "qui sont désormais à pied d'oeuvre avec les gouvernements régionaux".


En Amérique du Sud, le Brésil est le pays le plus touché par les feux de forêt en 2019, suivi par le Venezuela (26.453) et la Bolivie (16.101).





La Bourse de Paris temporise face aux remous politiques italiens (+0,10%)

La Bourse de Paris temporise face aux remous politiques italiens
(+0,10%)http://www.via214.net/


Publié le 21/08/2019 à 09:07 La Rédaction Via214




La Bourse de Paris évoluait à un niveau proche de l'équilibre mardi à
la mi-journée (+0,10%), les investisseurs préférant temporiser
face aux remous politiques italiens, dans un contexte toujours sombre pour la croissance mondiale.



A 13H50 (11H50 GMT), l'indice CAC 40 prenait 5,25 points à 5.377,10 points dans un volume d'échanges de 1,02 milliard d'euros. La veille, il avait fini en nette hausse (+1,34%).


Depuis l'ouverture, la cote parisienne se montre hésitante, alternant les passages dans le rouge et dans le vert.


De son côté, Wall Street se préparait à ouvrir proche de l'équilibre. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average grignotait 0,05%, celui sur l'indice élargi S&P
500 0,04% et celui sur le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,06%.


L'Italie se trouve "au centre de l'attention", a estimé Tangi Le
Liboux, analyste chez Aurel BGC.


Le premier ministre italien Giuseppe Conte pourrait officialiser mardi
après-midi la tonitruante rupture entre la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Etoiles (M5S), ce qui ouvrirait la voie à différents scénarios politiques.


Par ailleurs, "l'inquiétude au sujet du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis, d'une éventuelle récession en Allemagne et de l'agitation à Hong Kong continue de peser sur les marchés", a observé David Madden, analyste pour CMC Markets.


"Tant que ces questions ne seront pas résolues, il est peu probable que les indices aillent au-delà de leur plus haut niveau récemment atteint", a-t-il ajouté.


Du côté des indicateurs, l'agenda n'était guère fourni, mais il se remplira dans les jours à venir. Les investisseurs pourront analyser mercredi et jeudi les compte-rendus concernant les dernières réunions de politique monétaire de la Réserve fédérale
américaine (Fed) et de la Banque Centrale Européenne (BCE).


Surtout, ils attendent un discours du président de la Fed, Jerome Powell,
prévu vendredi, afin d'avoir de nouveaux indices sur la politique monétaire américaine.


-Bond de Casino -


Les valeurs défensives prenaient quelques couleurs, à l'instar de
Danone (+0,10% à 80,62 euros) et de Pernod Ricard (+0,60% à 159,05 euros).


Les valeurs cycliques, sensibles à la conjoncture, repartaient dans le
rouge. ArcelorMittal lâchait 1,82% à 12 euros, Eramet 1,33% à 38,70 euros et Aperam 1,12% à 20,23 euros.


Le secteur bancaire était aussi à la peine (Crédit Agricole -1,02% à 10,18 euros, Société Générale -0,65% à 22,24 euros et BNP Paribas -0,40% à 40,63 euros).


Casino grimpait de 5,56% à 37,80 euros. Le groupe qui avait lancé il y a
plus d'un an un plan de cession d'actifs non stratégiques, a annoncé mardi avoir identifié "de nouvelles cessions d'actifs pour un montant cible de 2 milliards d'euros", à réaliser avant fin
mars 2021.


Publicis cédait 0,19% à 42,61 euros après l'acquisition de la société
américaine Rauxa, une agence indépendante de marketing intégré
basée à New York.


Amoéba chutait de 26,43% à 1,36 euro, pénalisé par l'annonce du retrait de sa demande de commercialisation aux Etats-Unis de son désinfectant biologique des systèmes de réfrigération, après que les autorités américaines eurent jugé insuffisantes les données scientifiques
apportées à l'appui de sa demande.





VIH et cancer : l’efficacité de l’immunothérapie

VIH et cancer : l'efficacité de l'immunothérapiehttp://www.via214.net/


Publié le 21/08/2019 à 08:21 La Rédaction Via214



Chez les patients séropositifs atteints d’un cancer, l’immunothérapie
serait efficace et bien tolérée. Une bonne nouvelle publiée par des chercheurs français.


Les patients atteints du virus du Sida présentent un sur-risque de
cancer. Pour autant, au sujet des traitements, les données existantes sur l’efficacité et la tolérance de l’immunothérapie restaient jusqu’ici insuffisantes.


Des médecins de l’AP-HP* ont donc formé une cohorte de "personnes
vivant avec le VIH et atteintes de cancer traitées par immunothérapie dans le cadre de soins courants
".


Elle rassemblait 23 patients séropositifs. Parmi eux, 21 patients
souffraient d’un cancer des poumons non à petites cellules, 1 d’un mélanome métastatique et 1 d’un cancer de la tête et du cou.


Tous ont bénéficié d’une immunothérapie** dans la prise en charge de leur cancer entre mai 2014 et janvier 2019, sous autorisation de
mise sur le marché ou d’un traitement compassionnel. Cette dernière démarche permet de délivrer des médicaments prometteurs auprès de patients qui ne peuvent intégrés des essais cliniques.
Et c’est le cas des malades du Sida souvent exclus de ces essais du
fait d’un important risque d’effets indésirables (pneumopathie,
éruption cutanée, colite…) liés à l’immunothérapie et d’augmentation de la charge virale.


Place à l’immunothérapie


Au total, " 21 patients ont été traités par l’anticorps monoclonal nivolumab anti-PD-1 et deux patients par l’anticorps monoclonal anti-PD-1
pembrolizumab ". Avant la prescription de cette immunothérapie, tous étaient déjà sous antirétroviral.


La mesure des lymphocytes CD4 a permis de mesurer l’effet potentiel de
l’immunothérapie, sachant qu’une baisse de ces CD4 indiquerait une progression du virus du Sida. Mais " les données rapportées (…) ne montraient pas de changement significatif. Le recueil des effets indésirables montre également
une bonne tolérance clinique et biologique, sans décès toxique,
avec seulement deux effets indésirables de grade 3 dont un directement imputable à l’anti-PD1 ".


En suivant l’évolution du cancer par radiographie, les médecins ont pu confirmer un degré d’efficacité équivalent à ceux de la population générale.


Et après ?


Ces résultats ouvrent une perspective de traitement pour les patients atteints d’un cancer avancé . " En effet, ces
données de vie réelle semblent montrer que l’utilisation de l’immunothérapie est envisageable en sécurité chez les personnes vivant avec le VIH atteintes de cancer.


Mais ces observations doivent maintenant être confirmées par des
essais cliniques.


A noter: à ce jour, deux projets sont en cours dans ce domaine : la cohorte ANRS CO24 ONCOVIHAC et l’essai de phase II IFCT-CHIVA2.


* Une équipe des services d’oncologie médicale et des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP et de Sorbonne Université, dirigée par le Pr Jean-Philippe Spano en collaboration avec une équipe de l’AP-HM et d’Aix-Marseille Université


** par un inhibiteur du point de contrôle immunitaire





Sécurité au G7: pourquoi Castaner joue gros

Sécurité au G7: pourquoi Castaner joue groshttp://www.via214.net/


Publié le 21/08/2019 à 07:41 La Rédaction Via214




Lors du G7, qui s'ouvre samedi à Biarritz, les grands dirigeants mondiaux
s'attendent à jouer une partie diplomatique serrée. Mais pour le
ministre de l'Intérieur français, le rendez-vous a surtout des airs de couperet politique.


Il s'agirait de ne pas se manquer. Les vacances sont bien finies pour
Christophe Castaner, qui joue sans doute son avenir politique dès sa rentrée avec l'ouverture du G7 samedi à Biarritz. Contesté pour sa gestion des manifestations de gilets jaunes, qui
ont dénombré de nombreux blessés au fil des mobilisations, critiqué aussi dans le dossier autour de la disparition puis de la découverte tardive du corps de Steve Maia Canico à Nantes, le ministre de l'Intérieur n'a, de surcroît, pas le droit au faux pas au moment d'organiser le sommet qui rassemblera les plus grands dirigeants mondiaux, à l'exception de Vladimir Poutine, sous le ciel biarrot.


Christophe Castaner, flanqué de son secrétaire d'Etat Laurent Nuñez, a
visité une première fois début juillet les lieux où doit se tenir l'événement international. Les deux hommes doivent à nouveau inspecter ce mardi le dispositif de sécurité mis sur pied selon Sud-Ouest, qui détaille le parcours: ils assisteront d'abord à la présentation du poste de commandement interministériel, puis examineront les postes de commandement de l'aéroport de Biarritz, feront un crochet par les
postes santé-secours, un détour par le SDIS, et échangeront avec les forces de l'ordre présentes sur place.


10.000 membres des forces de l'ordre sur place


De ce côté, le ministre pourrait avoir l'embarras du choix de son
interlocuteur. Car 10.000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés dans les environs, à la fois pour protéger le G7, la ville qui l'abrite, et les alentours, mais aussi pour surveiller les personnes participant au contre-sommet d'Hendaye et Irun en Espagne. Nos équipes ont d'ailleurs pu constater que
policiers et gendarmes multipliaient les contrôles à la frontière et les fouilles de sacs de touristes, se permettant même de réquisitionner le cas échéant le matériel jugé potentiellement
dangereux.


Notre éditorialiste politique Christophe Barbier a réagi ce mardi à
ce redoublement d'efforts des forces de l'ordre, tout en évoquant les enjeux de l'instant pour Christophe Castaner:



"Il y a le risque des manifestations populaires, alors pour Christophe
Castaner, c’est un défi. Pas seulement pour lui mais aussi pour une partie des services secrets car la première sécurité, c’est celle des chefs d’Etat au plus près. Et évidemment, chaque
chef d’Etat surtout les gros, surtout Donald Trump, arrive avec ses propres exigences, ses propres équipes. Nous, on va regarder la sécurité de deuxième rideau et là c’est Christophe Castaner est en première ligne".

Pas simple techniquement, risqué politiquement


Relevant le risque représenté selon lui par les militants alternatifs, le
journaliste a souligné que ce G7 n'avait pas été organisé dans un territoire rural et distant des grands centres urbains:



"Là, on est dans un entre-deux. Biarritz est une ville, dans un réseau de villes, pas loin de plus grandes villes comme Pau ou Bordeaux donc ça donne des cibles potentielles pour ceux qui se réunissent, les Black blocs et en plus il y a la spécificité française 2018-2019: les gilets jaunes. Va-t-il y avoir comme pendant cet hiver, l’effet
guêpe, du noir, du jaune, du noir, du jaune? C’est ça aussi que craint Christophe Castaner qui n’a pas toujours été très habile dans la gestion de ces manifestations".

"Et là on n’est pas à Paris, avec le préfet Lallement, on est dans une autre zone où il faut bâtir un autre dispositif. Ce n’est pas simple techniquement et il y a évidemment un risque politique pour lui", a ajouté Christophe Barbier. Ce dernier sait dans quelle situation il aborde la réunion internationale. Mais il est bien loin
de savoir où il en sera lundi, à sa clôture.





En Italie, le président du conseil, Giuseppe Conte, démissionne

En Italie, le président du conseil, Giuseppe Conte, démissionnehttp://www.via214.net/


Publié le 21/08/2019 à 06:56 La Rédaction Via214



Giuseppe Conte lors de son allocution au Sénat, entouré de Matteo Salvini,
ministre de l’intérieur et chef de file de la Ligue, et de Luigi Di Maio, ministre de l’économie et chef du Mouvement 5 étoiles. ANDREAS SOLARO / AFP



Cette décision survient après plusieurs semaines d’une crise politique
déclenchée par le ministre de l’intérieur, Matteo Salvini (Ligue, extrême droite), et signe la fin de quatorze mois de cohabitation entre la Ligue et le M5S.



L’Italie n’a plus de gouvernement. Le président du conseil, Giuseppe Conte, a annoncé sa démission, mardi 20 août, lors d’un discours
au Sénat. Après quatorze mois au pouvoir, "j’interromps ici cette expérience de gouvernement. J’entends conclure ce passage institutionnel de façon cohérente ", a-t-il déclaré. En début de soirée, il a quitté le Sénat pour remettre officiellement sa démission au président, Sergio Mattarella, comme l’exige la procédure. Il gérera les affaires courantes d’ici la formation d’un nouveau gouvernement, dont les négociations commenceront dès mercredi.


Cette décision survient après plusieurs semaines d’une crise politique déclenchée en plein cœur de l’été par son vice-président du conseil et
ministre de l’intérieur, Matteo Salvini (Ligue, extrême droite). Au cours de son discours, M.Conte s’en est pris à plusieurs reprises brutalement à son ministre de l’intérieur :


"Matteo Salvini a rompu le contrat de gouvernement et a agi par intérêt personnel et politique, compromettant l’intérêt général. Quand
une force politique [qui gouverne] fait ses choix uniquement par intérêt électoral, elle ne compromet pas que la noblesse de la politique, mais aussi les intérêts nationaux du pays entier.
Sa décision pose un risque grave pour ce pays. "


Pour M. Conte, cette crise déclenchée par M. Salvini "expose notre pays à de graves risques dans le contexte d’une situation internationale qui n’est certainement pas favorable ".
Il a aussi tancé le chef de la Ligue pour son "manque de respect des règles et des institutions ", lui reprochant aussi d’avoir réclamé des élections au plus vite afin d’obtenir "les pleins pouvoirs ".


" Cher ministre de l’intérieur, je t’ai entendu demander les “pleins
pouvoirs” et appeler [tes partisans] à descendre dans la rue pour te soutenir, cette attitude me préoccupe. Nous n’avons pas besoin des pleins pouvoirs, mais de dirigeants ayant le sens des
institutions. "


L’alliance inédite entre le parti d’extrême droite, la Ligue et le parti
antisystème Mouvement 5 étoiles (M5S) vit donc sa dernière journée à la tête de l’Italie. M.Salvini a affiché publiquement, depuis le début du mois d’août, de profonds désaccords avec
Giuseppe Conte et Luigi Di Maio, notamment sur le chantier de la ligne de train Lyon-Turin et l'accueil de navire humanitaires dans les ports italiens, dans l’espoir de faire tomber la coalition au pouvoir depuis quatorze mois et organiser de nouvelles élections dès l’automne.


Dans sa réponse à M. Conte, Matteo Salvini a invoqué "la protection du cœur immaculé de Marie ", et a assuré qu’il "referait exactement la même chose ", tout en s’en prenant au Mouvement 5 étoiles. "Si ce gouvernement s’interrompt, c’est à cause de ces messieurs qui disent toujours non et bloquent tout ", a-t-il dit, en accusant aussi les autres parlementaires d’"avoir peur du jugement du peuple "et de retourner au vote.


Salvini en campagne tout l’été


Le ministre de l’intérieur pensait pouvoir miser sur l’effet de surprise, sur le faible poids politique du M5S et de son représentant principal au gouvernement, Luigi Di Maio, et sur des sondages le créditant de 36 à 38 % des intentions de vote – plus du double qu’au moment des dernières élections législatives, en 2018 – pour y parvenir.


En campagne permanente depuis le début de l’été, très présent sur
les plages des côtes italiennes à la rencontre de vacanciers, l’homme fort du gouvernement a, cependant, sous-estimé la capacité de nouvelles alliances entre les forces en présence au Parlement
italien. Dès le 8 août, M.Conte avait d’ailleurs rapidement recadré son vice-président du conseil, en l’appelant
à "expliquer et justifier "au
Parlement sa décision de mettre un terme brutal à une nouvelle expérience de gouvernement.


Dans une lettre ouverte destinée au président du conseil diffusé mardi
matin, Luigi Di Maio a apporté son soutien à M. Conte, qu’il qualifie de" perle rare, serviteur de la nation que l’Italie ne peut pas perdre ". Avant la séance, des manifestants ont déployé une banderole "Conte,
l’Italie t’aime"
près du Parlement pour soutenir le premier ministre. Signe de la tension ambiante, des sénateurs de la Ligue ont été insultés à leur
arrivée aux cris de "partez,
bouffons, dehors la mafia "
,
tandis que des partisans de Salvini scandaient"Matteo Matteo ", derrière une banderole disant "Salvini, ne lâche rien ".


Matteo Renzi face à Matteo Salvini


Deux offres de coalition se sont depuis publiquement constituées face à
l’offensive de Matteo Salvini. Une première est venue, à la surprise générale, de l’ancien chef de gouvernement Matteo Renzi, bête noire tout autant de M. Salvini que du M5S. M.Renzi a proposé une réconciliation et lancé l’idée d’un gouvernement"institutionnel ", alliant sa formation, le Parti démocrate (PD, centre gauche) et le M5S. Au programme, l’élaboration du budget 2020 de façon à
éviter une hausse de la TVA qui interviendra automatiquement en
janvier 2020, si rien n’est fait pour combler un trou de 23 milliards d’euros dans les caisses publiques.


Une autre alliance a été suggérée par l’ex-premier ministre et président de la Commission européenne Romano Prodi, qui propose un gouvernement proeuropéen baptisé " Ursula ", du nom de la nouvelle présidente de la Commission, l’allemande Ursula von der Leyen. Dans son esprit, il s’agirait d’une alliance
gauche-droite pouvant inclure le parti Forza Italia de Silvio Berlusconi, à la manière des coalitions allemandes, pour que l’Italie redevienne "un membre actif de l’Union européenne ".





Méditerranée : les passagers du navire Open Arms ont débarqués à Lampedusa avant la mise sous séques

Méditerranée : les passagers du navire Open Arms ont débarqués à Lampedusa avant la mise sous séquestre du navirehttp://www.via214.net/


Publié le 21/08/2019 à 06:24 La
Rédaction Via214



HUMANITAIRE - Après plusieurs jours d'errance, qui ont vu notamment une quinzaine de migrants sauter du navire Open Arms pour tenter de rallier, à la nage, les côtes de Lampedusa, les passagers ont enfin rallié l'île sicilienne, mercredi 21 août, peu après minuit.



Les passagers de l'Open Arms sont enfin arrivés à Lampedusa après
plusieurs jours d'errance. Un événement qui arrive après une dernière journée particulièrement mouvementée. Mardi 20 août, en effet, une quinzaine de migrants à bord du bateau de l'ONG espagnole Open Arms, ont sauté à l'eau pour tenter de rallier la côte de
l'île italienne de Lampedusa, à la nage. L'ONG affirme qu'ils avaient été "secourus" par les garde-côtes italiens et amenés sur l'île. Cela faisait 19 jours que certaines de ces personnes étaient à bord du bateau, dans l'attente d'avoir une autorisation de débarquer à Lampedusa.


Six pays européens ont promis de les accueillir mais Rome, par la voix de son
vice-président du Conseil Matteo Salvini, avait refusé de faire débarquer les migrants. Madrid avait alors fini par proposer ce dimanche au bateau de rejoindre Algésiras, dans l'extrême sud de l'Espagne, ce que l'ONG a jugé "absolument irréalisable".


Dans un entretien publié mardi 20 août parEl Pais, le fondateur d'Open Arms, Oscar Camps, avait demandé à ce que les migrants puissent débarquer à Lampedusa avant d'être transférés
en avion. C'est une autre option qui avait initialement choisie : mardi 20 août, Madrid a annoncé l'envoi d'un navire militaire à Lampedusa pour récupérer les migrants et devrait les amener jusqu'au port de Palma de Majorque, aux Baléares.


Mais revirement de situation, ce mardi soir. La justice italienne a
ordonné le débarquement des rescapés en Sicile et la mise sous séquestre de ce navire espagnol, indiquent des sources judiciaires à l'AFP. Le procureur d'Agrigente, Luigi Patronaggio, après une inspection de la police judiciaire et de deux médecins, a décidé que compte tenu de la situation difficile à bord, les rescapés devaient être débarqués sur la petite île sicilienne. Chose
faite en fin de soirée.


Passe d'armes entre Madrid et Rome


La Commission européenne s'était félicitée "de la bonne volonté de l'Espagne" mais avait appelé "tous les Etats membres et les ONG à coopérer ensemble et trouver une solution qui fonctionne et qui permette de débarquer les gens à bord de l'Open Arms dans
les plus brefs délais". Reste que le sort de ces personnes a tourné à la passe d'armes entre Madrid et Rome. Matteo Salvini a été accusé de tirer profit politiquement de cette affaire, en pleine crise politique à Rome, où le gouvernement populiste a chuté ce mardi avec la démission de Giuseppe Conte. La
ministre espagnole de la Défense avait qualifié le refus de Salvini de "honte pour l'humanité", ajoutant que les "vies
humaines ne lui importaient pas". "Face à l'urgence humanitaire, personne ne peut détourner le regard. Nous n'allons pas le faire, contrairement à Salvini", a-t-elle encore dit.


Ce à quoi le ministre de l'Intérieur italien a répondu : "La fermeté est l'unique façon d'éviter à l'Italie de redevenir le camp de réfugiés de l'Europe, comme le démontre encore ces heures-ci le bateau de l'ONG espagnole des faux malades et des faux mineurs",
a martelé pour sa part Matteo Salvini sur Twitter.


A ce jour, deux navires croisent en mer, à la recherche de réfugiés à sauver
: l'Open Arms et l'Ocean Viking.




Tout savoir sur l'allocation de rentrée scolaire, qui sera versée mardi

Tout savoir sur l'allocation de rentrée scolaire, qui sera versée mardihttp://www.via214.net/


Publié le 20/08/2019 à 06:58 La Rédaction Via214



Cette année, le montant de l'ARS a été revalorisé de 0,3%. Pour un
enfant âgé de 6 à 10 ans, elle s'élèvera à 368,84 euros.



L'allocation de rentrée scolaire (ARS), qui aide les parents aux revenus modestes à payer les fournitures
scolaires de leurs enfants, sera versée mardi 20 août. Montant, conditions de ressources, démarches... Voici ce qu'il faut savoir sur cette allocation perçue à chaque rentrée scolaire.


Pouvez-vous en bénéficier ?


Destinée aux parents à revenus modestes, l'ARS sera remise à 3 millions de familles dont les enfants, âgés de 6 à 18 ans, sont scolarisés dans un établissement d'enseignement public ou
privé. "L'allocation de rentrée scolaire apporte un soutien à ces familles au moment où elles doivent faire face à un pic de dépenses à l'occasion de la rentrée scolaire",expliquait le ministère de la Santé dans un communiqué fin juillet.


L'ARS fait l'objet d'un plafond de ressources : 24 697 euros pour les familles avec un enfant à charge, 30 396 euros pour les familles avec deux enfants à charge et 36 095 euros pour les familles avec trois enfants à charge. Le plafond augmente ensuite de
5 699 euros pour chaque enfant à charge supplémentaire. Un plafond de ressources spécifique est appliqué à Mayotte.


"Lorsque les ressources de la famille dépassent légèrement le plafond,
celle-ci bénéficie alors d'une allocation de rentrée scolaire à
taux réduit, dégressive en fonction de ses revenus", selon le ministère de la Santé.


Combien allez-vous toucher ?


Pour la rentrée 2019, cette allocation s'élèvera à 368,84 euros pour
un enfant âgé de 6 à 10 ans, à 389,19 euros pour un enfant de 11 à 14 ans et à 402,67 euros pour un enfant de 15 à 18 ans. Ces montants sont majorés d'environ 2 euros à Mayotte. Le montant a été
revalorisé d'environ 0,3% par rapport à 2018.


Au niveau national, l'enveloppe globale consacrée à l'ARS avait
atteint 2,031 milliards d'euros en 2018, soit 0,9% de plus qu'en 2017.


A la Réunion, où la rentrée scolaire a eu lieu vendredi, et à Mayotte, où elle a lieu mercredi, soit plus tôt qu'en métropole et dans les autres DOM, l'allocation a été versée dès le 1er août.


Quelles sont les démarches à accomplir ?


Pour les élèves de moins de 16 ans, les parents n'ont aucune démarche à
accomplir, les Caisses d'allocations familiales (CAF) versant automatiquement l'ARS aux familles déjà allocataires qui
remplissent les conditions.


Pour les enfants entrant en CP cette année mais qui n'auront 6 ans qu'en
2020, la famille doit récupérer un certificat de scolarité auprès de l'école et l'envoyer à la CAF. Quant aux parents d'adolescents de 16 à 18 ans, ils n'ont pas l'obligation de fournir un
justificatif de scolarité : "Une
simple déclaration sur l'honneur" suffit, selon le ministère.


Le coût de la rentrée scolaire stagne cette année, selon une enquête de la Confédération syndicale des familles (CSF), qui estime que le CP et le lycée sont moins chers mais le collège plus coûteux qu'en 2018.

En Syrie, la Turquie envoie des renforts militaires et provoque la colère de Damas

En Syrie, la Turquie envoie des renforts militaires et provoque la
colère de Damashttp://www.via214.net/


Publié le 20/08/2019 à 06:25 La Rédaction Via214



En représailles à l’entrée de troupes du régime syrien dans la
province d’Idlib, où sont stationnés des groupes rebelles proturcs, Ankara a envoyé lundi une cinquantaine de véhicules militaires.



La Turquie a envoyé, lundi 19 août, un convoi militaire d’une cinquantaine de véhicules dans le sud de la province d’Idlib, en Syrie, en réponse à l’entrée de troupes du régime
syrien dans la ville de Khan Cheikhoun.


Cette région, qui échappe toujours au contrôle de Damas, est dominée par le groupe djihadiste Hayat Tahrir Al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’Al-Qaida) et abrite des groupes rebelles proturcs. Elle est la cible, depuis la fin d’avril, de bombardements quasi
quotidiens du régime syrien et de son allié russe. Dimanche, les forces prorégime sont entrées dans le nord-ouest de Khan Cheikhoun, pour la première fois depuis 2014.


Or, la région d'Idlib est censée être protégée par un accord, conclu en septembre 2018 par la Turquie, marraine des rebelles, et Moscou, et qui en fait
une" zone démilitarisée ".
Mais cet accord n’a été que partiellement appliqué, les djihadistes ayant refusé de se retirer.


Raids russes et syriens


L’envoi de ce convoi par la Turquie a provoqué la colère de Damas."Des
véhicules turcs chargés de munitions
(…)ont pris la direction de Khan Cheikhoun pour secourir les terroristes ", a de son côté fustigé une source au ministère des affaires étrangères syrien, citée par l’agence de presse officielle SANA
(Syrian Arab News Agency). "Ce
comportement hostile du régime turc n’affectera en aucun cas la
détermination de l’armée syrienne "
, a ajouté la même source.


Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), des raids
russes et syriens ont même été menés non loin du convoi pour tenter de l’empêcher de poursuivre son chemin. La Turquie a
d’ailleurs "fermement "critiqué
lundi cette attaque, qui a causé la mort de trois civils. "Nous condamnons fermement cette attaque qui est en contradiction avec les accords existants, la coopération et le dialogue avec la Russie ", a déclaré le ministère de la défense turc dans un communiqué.


D’après ce dernier, la Russie avait été informée en amont de l’envoi de
ces véhicules qui devaient ravitailler l’un des postes d’observation établis par la Turquie à Idlib en vertu d’accords conclus avec Moscou. "En
dépit d’avertissements répétés que nous avons adressés à la Russie, les opérations militaires menées par les forces du régime continuent à Idlib, en violation des mémorandums existants et des accords passés avec la Russie "
, poursuit le ministère dans son communiqué.


Recevant son homologue russe, Vladimir Poutine, à Brégançon (Var), le
président français, Emmanuel Macron, a exhorté lundi le régime de Damas et Moscou à respecter le cessez-le-feu décrété dans la province d’Idlib. "Il est impérieux – nous y tenons beaucoup et nous aurons l’occasion
d’en parler – que le cessez-le-feu décidé et acté à Sotchi
[en
Russie]soit vraiment respecté ", a-t-il déclaré devant la presse avant un tête-à-tête avec M.Poutine. Ce dernier a répliqué en assurant que la
Russie "soutenait l’armée syrienne "dans son combat contre les "menaces terroristes "à Idlib.





La valeur pour les actionnaires n'est plus tout, selon les principaux PDG

La valeur pour les actionnaires n'est plus tout, selon les principaux
PDGhttp://www.via214.net/


Publié le 20/08/2019 à 05:26 La Rédaction Via214



Les dirigeants de la Business Roundtable, y compris les dirigeants
d’Apple et de JPMorgan Chase, ont fait valoir que les entreprises doivent également investir dans les employés et offrir de la valeur aux clients.


Près de 200 dirigeants, dont Apple, Pepsi et Walmart, ont tenté lundi de
redéfinir le rôle des entreprises dans la société - et de montrer comment les entreprises sont perçues par un public de plus en plus sceptique.


Rompant avec des décennies d'orthodoxie de longue date, la Business
Roundtable a publié une déclaration sur "l'objectif d'une société", affirmant que les sociétés ne devraient plus défendre uniquement les intérêts des
actionnaires. Au lieu de cela, ont-ils ajouté, ils doivent également investir dans leurs employés, protéger l'environnement et traiter de manière juste et éthique avec leurs fournisseurs.


"Bien que chacune de nos sociétés remplisse ses propres objectifs, nous
partageons un engagement fondamental envers toutes nos parties prenantes", a déclaré le groupe, une organisation de lobbying représentant plusieurs des plus grandes entreprises américaines. "Nous nous engageons à apporter de la valeur à
chacun d’entre eux, pour le succès futur de nos entreprises, de nos communautés et de notre pays.


Le changement intervient à un moment de détresse croissante dans les
entreprises américaines, alors que les grandes entreprises font face à un mécontentement mondial croissant face à l'inégalité des revenus, aux produits nocifs et aux mauvaises conditions de travail.


Lors de la campagne présidentielle démocrate, les sénateurs Bernie Sanders et Elizabeth Warren se sont exprimés sur le rôle des grandes entreprises dans la perpétuation des problèmes de mobilité économique et de changement climatique. Les législateurs se penchent sur la domination d'entreprises technologiques comme Amazon et Facebook.


Lors de la table ronde, il n'a pas été question de réduire la rémunération des dirigeants, un sujet épineux lorsque les 100 dirigeants les mieux rémunérés gagnent 254 fois le salaire d'un
employé recevant le salaire médian de leur entreprise. Et il ne se passe pratiquement pas une semaine sans qu'une grande entreprise soit entraînée dans un débat politique controversé. Tandis
que les consommateurs et les employés imposent aux entreprises des normes éthiques plus strictes, les grandes marques doivent de plus en plus défendre leurs positions en matière de rémunération des travailleurs, d'armes à feu, d'immigration, de président Trump,
etc.



    "Ils réagissent à quelque chose dans le climat", a déclaré Nancy
    Koehn, historienne à la Harvard Business School. "Ils perçoivent que les affaires comme d'habitude ne sont plus acceptables. La question reste ouverte de savoir si l'une ou l'autre de ces entreprises va changer leur façon de faire des affaires. "


    La Business Roundtable n'a pas fourni de détails sur la manière dont
    elle réaliserait ses nouveaux idéaux, offrant davantage un énoncé de mission qu'un plan d'action. Mais les entreprises se sont engagées à rémunérer équitablement les employés et à fournir "d’importants avantages", ainsi que de la formation. Ils ont également promis de "protéger l'environnement en adoptant des pratiques durables au sein de nos entreprises» et de "favoriser la
    diversité et l'inclusion, la dignité et le respect".


    C'était une réprimande explicite de la notion selon laquelle le rôle de la
    société est de maximiser les profits à tout prix - la philosophie qui régit à Wall Street et au conseil d'administration depuis 50 ans. Milton Friedman, économiste de l'Université de Chicago, figure emblématique de la doctrine, a écrit dans le New York Times en 1970 que "la responsabilité sociale des entreprises consiste à augmenter leurs profits".


    Cet état d'esprit a informé les sociétés de surveillance des années
    80 et a contribué à une attention sans faille sur les résultats trimestriels. Gordon Gekko, dans le film de Wall Street en 1987, a déclaré: "La cupidité, c’est bon". Plus récemment, cela a
    inspiré une nouvelle génération d’investisseurs activistes qui
    ont poussé les entreprises à supprimer les emplois se.


    "L'idéologie de la primauté des actionnaires a contribué à l'inégalité
    économique que nous constatons aujourd'hui en Amérique", a déclaré Darren Walker, président de la Fondation Ford et membre du conseil d'administration de Pepsi. "L’école
    d’économie de Chicago est tellement ancrée dans la psyché des investisseurs, dans la théorie juridique et dans l’esprit du PDG. Surmonter ce ne sera pas facile. "


    La Business Roundtable a inclus sa propre formulation de la théorie dans une doctrine officielle en 1997, dans laquelle il était écrit que "le devoir primordial de la direction et des conseils d'administration est envers les
    actionnaires de la société", que les sociétés existent principalement pour servir leurs actionnaires.


    Mais l'année dernière, le langage de la Business Roundtable n'était plus en phase avec son époque. De nombreux dirigeants, y compris Larry Fink de BlackRock, ont commencé à demander aux entreprises d’être plus responsables. Les entreprises se sont engagées à lutter contre le changement climatique, à réduire les inégalités de revenus et à améliorer la santé publique. Et lors de réunions comme le Forum économique mondial de Davos, en Suisse, les
    discussions ont souvent porté sur la manière dont les entreprises pourraient contribuer à résoudre d’épineux problèmes mondiaux.


    "Le seuil a sensiblement changé pour ce que les gens attendent d'une
    entreprise", a déclaré Klaus Schwab,
    président du Forum économique mondial, dans une interview. "Il
    ne s'agit pas uniquement de générer des bénéfices pour les actionnaires."


    L’année dernière, Jamie Dimon, directeur général de JPMorgan Chase et
    président de la Business Roundtable, a commencé à mettre à jour ses principes. "Nous avons examiné cette chose qui avait été écrite en 1997 et nous n'étions pas d'accord avec elle",
    a déclaré M. Dimon dans une interview. "Cela ne décrit pas de manière juste ce que nous pensons être nos emplois."


    M. Dimon a proposé de réviser officiellement la déclaration annuelle
    lors d'une réunion du conseil, d'administration de la Business
    Roundtable à Washington au printemps. Il a ensuite chuté à Alex Gorsky , directeur général de Johnson & Johnson, qui dirige le comité de gouvernance du groupe, pour créer la langue.


    "Il y avait des moments où je me sentais comme Thomas Jefferson", a
    déclaré M. Gorsky dans une interview.


    Si le groupe a présenté le changement de langage comme une adhésion aux nouveaux idéaux des entreprises, il s’agissait également d’une reconnaissance tacite des pressions accrues auxquelles les entreprises de tout le pays sont confrontées - y compris de nombreuses personnes qui ont signé le document.


    En 2017, après la réaction tiède du président aux violentes manifestations de la suprématie blanche à Charlottesville, en Virginie, les dirigeants de plusieurs grandes entreprises ont dissous des groupes de conseil aux entreprises de la Maison Blanche en signe de protestation. Walmart, le plus important vendeur
    d'armes du pays, est sous pression après une série de fusillades à grande échelle, notamment le récent massacre perpétré dans son magasin à El Paso. Amazon, le géant de la vente en ligne, fait l’objet d’un examen attentif de la part des législateurs qui affirment qu’il évite de payer des impôts et utilise sa domination pour nuire à ses concurrents.


    Et les manifestants se sont mobilisés à travers le pays pour réclamer un salaire minimum plus élevé.


    Pour que les entreprises tiennent vraiment leurs grandes promesses, elles
    auront également besoin de Wall Street pour adopter leur idéalisme. Tant que les investisseurs ne commenceront pas à
    mesurer les entreprises en fonction de leur impact social plutôt que de leurs rendements trimestriels, un changement systémique peut s'avérer difficile à atteindre.


    Nulle part le nouveau contrôle sur les entreprises n’a été aussi
    prononcé que lors de la campagne présidentielle. Lundi, M. Sanders a déclaré dans une interview que la Business Roundtable "sentait la pression exercée par les familles de travailleurs
    dans tout le pays".


    "Je ne crois pas ce qu'ils disent un instant", a-t-il déclaré. "S'ils
    étaient sincères, ils parleraient d'augmenter le salaire minimum dans ce pays à un salaire minimum vital, ainsi que de la nécessité pour les riches et les puissants de payer leur juste part d'impôt."


    Dans une déclaration lundi, Mme Warren a qualifié l'annonce de
    "changement bienvenu" mais a averti que "sans action réelle, cela n'a pas de sens".


    "Ces grandes entreprises peuvent commencer à donner suite à leurs
    paroles en payant davantage les travailleurs au lieu de dépenser des
    milliards en rachats", a-t-elle déclaré.


    Bien que la nouvelle déclaration d'intention représente un changement
    important par rapport aux principes de longue date du groupe, ce n'était pas la première fois que la Business Roundtable prenait position sur un problème social. En août dernier, le groupe
    a dénoncé les politiques d'immigration du président Trump, qualifiant les séparations familiales de "cruelles et
    contraires aux valeurs américaines".


    La déclaration de lundi représentait un changement encore plus vaste, indiquant la volonté des entreprises de s'engager sur les questions
    de rémunération, de diversité et de protection de l'environnement. Plusieurs des dirigeants qui ont signé la
    lettre ont déclaré que le groupe présenterait bientôt des propositions plus détaillées sur la manière dont les entreprises peuvent être à la hauteur des idéaux énoncés, plutôt que de se
    concentrer uniquement sur les politiques économiques.


    "C'est une réelle divergence, étant donné que tout ce que nous avons fait
    dans le passé concerne la politique", a déclaré Chuck Robbins, directeur général de Cisco, membre du conseil
    d'administration du groupe, ajoutant: "Ce n'est que le premier
    élément".


    Les dirigeants ont rapidement fait remarquer qu'ils n'avaient pas oublié
    les investisseurs.


    "Vous pouvez générer des rendements intéressants pour vos actionnaires
    et des avantages considérables pour vos employés et gérer votre entreprise de manière responsable", a déclaré Brian Moynihan, directeur général de Bank of America.


    Mais l'absence de propositions spécifiques dans la déclaration a
    également attiré le scepticisme.


    "Si la table ronde des entreprises est sérieuse, elle devrait demain
    peser de tout son poids pour des propositions législatives qui
    donneraient le pouvoir à la loi dans ces platitudes de salle de conseil", a déclaré Anand Giridharadas, auteur
    de "Winners Take All : La charade d'élite pour changer le monde . "" La magnanimité des entreprises et la vertu
    volontaire ne vont pas résoudre ces problèmes. "





Simon Gautier serait mort suite à une hémorragie

Simon Gautier serait mort suite à une hémorragiehttp://www.via214.net/


Publié le 18/08/2019 à 19:09 La Rédaction Via214



Après plusieurs jours de recherches, le randonneur et étudiant français a été retrouvé mort, dimanche en fin de journée, dans un ravin sur
la commune de San Giovanni a Piro.



Il n'y a pas eu de dénouement heureux. Après plusieurs jours de
recherches, le randonneur Simon Gautier a été retrouvé mort, dimanche en fin de journée, en Italie, dans un ravin. Le jeune homme de 27 ans avait disparu le 9 août dernier, au sud de Naples. C'est
un secouriste qui a repéré son sac à dos de loin, aux jumelles.


Les secouristes italiens ont récupéré son corps lundi matin. Des
membres des secours alpins l'avaient veillé toute la nuit et les délicates opérations pour le remonter avaient commencé ce lundi à l’aube.


Jusqu'à une petite plage


Dans cette zone escarpée où les falaises plongent dans la mer sur la
commune de San Giovanni a Piro, à près de 200 km au sud de Naples, les secouristes ont prévu de placer le corps sur une civière et de le faire descendre à l’aide de cordes jusqu’à une petite plage en contrebas.


De là, une vedette des garde-côtes l’a récupéré et emmené à la mi-journée au port de Policastro Bussentino. Il a ensuite été conduit à l’hôpital le plus proche, à Sapri.


Une autopsie doit être effectuée, afin de déterminer en particulier si
une mobilisation plus rapide et plus massive des secours aurait pu le sauver. Selon les premiers éléments, le médecin légiste estime que le Français est mort peu après sa chute, a déclaré la
préfecture de Salerne à BFM TV.



Selon les proches de Simon Gautier, les secours ont mis du temps à se
mobiliser. Le premier hélicoptère n’a décollé que 48 heures après l’appel à l’aide et les équipes à terre sont longtemps restée bien peu nombreuses pour une zone de recherches escarpée de
plus de 140 km2. Et ce n’est qu’au bout d’une semaine, quand la commune de Policastro a diffusé des images de caméras de surveillance montrant le passage du jeune homme, en débardeur noir et bermuda en jean, que des témoins ont déclaré l’avoir aperçu le soir du 8 août sur une plage où il semblait se préparer à passer la nuit.


Les Réactions


"C’est avec une très grande tristesse que j’ai appris que le corps de Simon Gautier avait été retrouvé sans vie ce soir en Italie", a déclaré dans un communiqué le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. "Je remercie les autorités italiennes qui se sont mobilisées pour le retrouver", a-t-il ajouté.


"Comme vous pouvez l’imaginer, nous sommes tous épuisés, tant physiquement que psychologiquement", a réagi sur les réseaux sociaux une amie du jeune homme, à propos de la vingtaine de proches
accourus pour arpenter les sentiers à sa recherche.


Une cagnotte ouverte dimanche sur internet pour soutenir financièrement
ceux d’entre eux à cours de ressources a récolté près de 5 500 euros.

Un jeune rugbyman de 20 ans retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel à Toulouse au lendemain d'un match

Un jeune rugbyman de 20 ans retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel à
Toulouse au lendemain d'un matchhttp://www.via214.net/


Publié le 19/08/2019 à 18:36 La
Rédaction Via214



Dimanche 18 août, Archie Bruce, un jeune rugbyman de 20 ans a été retrouvé
mort dans sa chambre d'hôtel à Toulouse. Les circonstances de sa mort sont encore inconnues.


Une triste nouvelle. Dimanche 18 août,Archie Bruce, un joueur de rugby à XIII a été retrouvé mort dans sa chambre au Sporting House Hôtel à Toulouse. Le jeune homme de 20 ans disputait la veille un match contre les Toulousains du TO XIII à Blagnac dans
le cadre de la 25e journée de Championship (46-0) avec son équipe
des Bulldogs de Batley (Angleterre). Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de la mort d'Archie
Bruce
, qui demeurent encore inconnues.


Le reste de son équipe ainsi que les dirigeants ont quant à eux reporté leur retour dans le nord de l'Angleterre."L'ensemble de notre club est très profondément touché suite au décès de
Archie BRUCE cette nuit. Nous adressons toutes nos condoléances à sa famille, ses proches et au club de Batley. Le TO XIII fait et fera son maximum pour les soutenir"
, a ainsi déclaré le Toulouse Olympique sur les réseaux sociaux. Un fond d'aide à la famille deArchie Bruce a été ouvert par les Batley Bulldogs et Fédération anglaise de rugby à XIII, tandis que celle-ci a demandé que son intimité soit
respectée, tandis que des hommages ont été rendus au jeune homme par plusieurs clubs.


Toulouse Olympique


@TOXIII



L’ensemble de notre club est très profondément touché suite au décès de
Archie BRUCE cette nuit. Nous adressons toutes nos condoléances à sa famille, ses proches et au club de Batley.
Le TO XIII fait et fera son maximum pour les soutenir.


71


13:21 - 18 août 2019 - Toulouse. France



Batley Bulldogs RLFC


@BatleyRLFC


We are devastated to announce the passing of our young player Archie
Bruce (20), who was found in his hotel bedroom early this morning, having made his debut against Toulouse yesterday evening.

Archie’s immediate family have been informed......cont



Batley Bulldogs RLFC


@BatleyRLFC


The RFL Benevolent fund have created a Just Giving Page in memory of
Archie Bruce. Details at...
batleybulldogs.couk/2019/08/18/arc...



187


16:22 - 18 août 2019





Avec la visite de Vladimir Poutine au fort de Brégançon, "Emmanuel Macron renforce son jeu" avant le

Avec la visite de Vladimir Poutine au fort de Brégançon, "Emmanuel Macron renforce son jeu" avant le G7http://www.via214.net/


Publié le 19/08/2019 à 07:55 La Rédaction Via214



Au micro d'Europe 1, Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires
étrangères, a salué les efforts du président français pour reconstruire un dialogue avec la Russie, exclue depuis 2014 du G7.


INTERVIEW


Vladimir Poutine sera reçu lundi par Emmanuel Macron au fort de Brégançon,
cinq jours avant l'ouverture du G7 à Biarritz,qui réunit les dirigeants des principaux pays industrialisés à
l’exception, précisément, de la Russie. Celle-ci a été exclue du groupe des puissants suite à l’annexion de la Crimée en 2014. Depuis, les relations entre les occidentaux et Moscou ont été
marquées par une série de crises diplomatiques.


"Les Occidentaux ont des rapports plus mauvais avec la Russie actuelle
qu’ils n’en avaient avec l’Union soviétique dans les 20 dernières années de l’URSS", relève ainsi au micro de
François Geffrier, sur Europe 1, Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères sous le gouvernement de Lionel Jospin.


Un voisin dont on ne peut pas se passer


"Le président français à tout à fait raison de ré-entamer un dialogue", estime donc ce spécialiste des relations
internationales. "Emmanuel Macron essaye de relancer quelque chose, d’autant qu’il y a une grande question sur la sécurité en Europe, puisque les Américains et les Russes abandonnent les
accords de désarmement conclus à l’époque de Reagan et de Gorbatchev", poursuit-il. Pour Hubert Védrine, avec cette visite, "Macron renforce son jeu" face aux autres dirigeant du G7. "Il aura vu Poutine avant, il aura des choses à dire sur le sujet."


"On sera toujours voisin de la Russise. Donc que fait-on ?", interroge Hubert Védrine. "Soit on se borne à une politique de dénonciation, de sanctions, qui pousse bêtement la Russie vers la
Chine, ce qui n’est pas du tout le désir des Russes, soit on essaye de renouer une discussion de voisinage, même si c’est compliqué et qu’il faut être très prudent."


"Il y a une usure évidente de Poutine"


Pour cet ancien ministre, la France pourrait également renforcer le
dialogue avec la Russie via les pressions auxquelles fait face Vladimir Poutine dans son pays, puisqu'une importante contestation s’est mise en place depuis plusieurs semaines, notamment à Moscou, dénonçant la mainmise de la majorité sur le système politique. "Il y a une usure évidente de Poutine, en dépit d’une opinion assez chaude et nationaliste", constate Hubert Védrine. "Si La France, et l’Europe ensuite, arrive a établir un vrai
dialogue avec la Russie, sans complaisance, avec fermeté, dans
lequel on parle des choses, cette question pourrait être abordée. Poutine a intérêt à répondre en partie aux demandes qu’exprime cette partie de la population russe : plus de démocratie et des élections équitables."


Toutefois, la marge de manœuvre des occidentaux face au géant russe reste
limitée : "Il ne faut pas voir ça [la rencontre de Vladimir Poutine et d’Emmanuel Macron, [ndlr] comme quelque chose qui peut donner des résultats spectaculaires et immédiats", avertit Hubert Védrine.





Chine CNPC suspend le chargement de pétrole vénézuélien, préoccupé par les sanctions U.S. : sources

Chine CNPC suspend le chargement de pétrole vénézuélien, préoccupé
par les sanctions U.S.: sourceshttp://www.via214.net/


Publié le 19/08/2019 à 07:34 La Rédaction Via214



SINGAPOUR (Reuters) - China National Petroleum Corp a arrêté les chargements
de pétrole vénézuélien en août à la suite de la dernière série de sanctions U.S. sur l’exportateur sud-américain, deux sources supérieures basées à Pékin avec une connaissance directe de la
question a déclaré à Reuters lundi.


Au début d’août, l’administration Trump a gelé tous les actifs du
gouvernement vénézuélien aux États-Unis et aux États-Unis. Les autorités américaines ont intensifié les menaces contre les entreprises qui font affaire avec le Venezuela.


Un porte-parole de la CNPC n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de Reuters.


"L’ordre exécutif de Trump a donné une directive pour les mesures de
sanction de suivi qui sera annoncé par le U.S. Treasury... La CNPC craint que l’entreprise ne soit frappée par les sanctions secondaires ", a déclaré une source.


Une deuxième personne, un cadre avec une clé distributeur de pétrole
vénézuélien en Chine, a déclaré que sa société a été informé de la suspension.


Les deux sources ont refusé d’être identifiées, car elles ne sont pas autorisées à parler aux médias.

M. Trump affirme que les États-Unis discutent avec la Chine, mais qu’ils ne sont pas prêts pour un a

M. Trump affirme que les États-Unis discutent avec la Chine, mais
qu’ils ne sont pas prêts pour un accordhttp://www.via214.net/


Economie Publié le 19/08/2019 à 06:51 La Rédaction Via214



(Bloomberg)-- Terms of Trade est un bulletin quotidien qui démêle un monde
mêlé à des guerres commerciales. Inscrivez-vous ici.


Le président Donald Trump a déclaré que les É.-U. " se débrouillent très bien avec la Chine et parlent! " mais a
laissé entendre qu’il n’était pas prêt à signer un accord commercial, quelques heures après que son principal conseiller économique eut établi un échéancier potentiel pour la reprise des
discussions de fond avec Beijing.


Trump a juré que les É.-U. étaient " prêts pour une forte croissance " après la conclusion de divers accords
commerciaux. Mais en parlant aux journalistes alors qu’il quittait
le New Jersey pour Washington dimanche, Trump a dit que la Chine a besoin d’un accord commercial plus que les É.-U. étant donné la situation relativement faible de l’économie de la nation
asiatique.


Trump a fait environ 40 minutes de remarques de grande portée après avoir
passé plus d’une semaine dans son club de golf à Bedminster, New Jersey.


Le président a pour la première fois lié les négociations commerciales à la situation en cours à Hong Kong à huis clos, il serait plus difficile de conclure un accord entre les É.-U. et la
Chine s’il y avait une conclusion violente aux manifestations en raison des préoccupations soulevées par les législateurs américains. Il a tweeté la semaine dernière que " bien sûr, la Chine veut conclure une entente, qu’elle les laisse travailler humainement d’abord avec Hong Kong! "


Trump a également repoussé les rapports des médias ce week-end que le
Département du Commerce est prêt, dès lundi, à renouveler la licence générale temporaire de Huawei Technologies Co., pour acheter des fournitures pour les États-Unis. " Huawei est une entreprise avec laquelle nous ne faisons peut-être pas affaire du tout ", a déclaré Mme Trump, qualifiant la société chinoise
de " menace pour la sécurité nationale. "


" Nous verrons ce qui se passera. Je prendrai une décision demain ", a dit Mme Trump.


Directeur économique de la Maison-Blanche d’autres téléconférences avec
les négociateurs chinois sont prévues au cours de la prochaine semaine ou des 10 prochains jours, a déclaré le directeur du Conseil économique national de la Maison-Blanche le " Fox News Sunday. "


" Si ces réunions des sous-ministres se déroulent, comme nous l’espérons, et que nous pouvons avoir un renouvellement
substantiel des négociations, alors nous prévoyons que la Chine viendra aux États-Unis et rencontrera nos principaux partenaires pour poursuivre les négociations et les pourparlers. " Kudlow a ajouté.


Kudlow et Peter Navarro, le conseiller commercial de Trump, ont fait de multiples apparitions sur les expositions de dimanche pour discuter
de l’économie et des perspectives commerciales de la Chine après une semaine tumultueuse sur les marchés financiers qui a inclus un 800-La chute de points dans la moyenne industrielle de Dow Jones mercredi, sa pire déroute de l’année.


L’économie est la clé


L’état de l’économie est la clé des perspectives de réélection de Trump en 2020, un ralentissement affaiblirait les perspectives d’un président dont les cotes d’approbation sont demeurées obstinément basses. Les principaux indices boursiers américains, souvent cités par Trump comme un test décisif de son succès, sont essentiellement stables depuis 12 mois.


" Il n’y a pas de récession à l’horizon ", a déclaré M. Kudlow sur Fox. Il a ajouté qu’il n’y avait pas de projets de nouvelles mesures pour stimuler l’économie et que l’administration Trump maintiendrait le cap sur son programme actuel.


" Les consommateurs travaillent, à des salaires plus élevés ", a déclaré M. Kudlow dans " Meet the Press " de NBC, " Ils dépensent à un rythme rapide. Ils économisent aussi pendant qu’ils dépensent -- c’est une situation idéale. "


Navarro, dans " Cette semaine " d’ABC, a prédit " une économie forte jusqu’en 2020 et au-delà. "


Sur CNN, Navarro a contesté que les É.-U. avaient vu une " Techniquement, nous n’avons pas eu d’inversion de la
courbe de rendement ", a-t-il dit sur " État de l’Union "." Tout ce que nous avons eu, c’est une courbe de rendement fixe. " Et cela, dit Navarro, était " le
résultat d’une économie Trump très forte. "


Alors que le marché boursier dégringolait mercredi, Trump s’en est pris au président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, sur Twitter,
citant plus particulièrement la " COURBE DE RENDEMENT INVERSÉE FOLLE. "


Navarro a encore une fois critiqué Powell et la Fed dimanche. " Le président de la Réserve fédérale devrait regarder dans le miroir et dire " J’ai augmenté les taux trop rapidement ",
a-t-il déclaré à CNN.


Des réductions supplémentaires du taux de la Fed au-delà du quart de
point en juillet seront une bonne chose, a déclaré Navarro, et un éventuel assouplissement de la part de la Banque centrale européenne en septembre aidera l’économie européenne en difficulté.


La tension commerciale entre les États-Unis et la Chine a atteint son
point culminant ce mois-ci et le pays a répondu par un boycott des produits agricoles américains et en signalant que sa monnaie peut aider à amortir le coup tarifaire.


Navarro a déclaré que les É.U. ont encore des " problèmes structurels importants " avec la Chine. Kudlow, tout en établissant un calendrier potentiel pour de nouvelles réunions, n’a fourni aucun détail sur les " nouvelles positives " non encore révélées à la suite des discussions récentes.


" Le président Trump a dit qu’il était prêt à négocier. Il est prêt
à conclure une entente. Il faut que ce soit le bon accord pour protéger les intérêts américains ", a déclaré Mme Kudlow.


Libre-échange


À un moment où Trump poursuit des différends commerciaux avec la Chine, l’Europe et d’autres, un sondage de NBC-Wall Street Journal publié dimanche a montré que le soutien pour le libre-échange entre les Américains est en hausse.


Près des deux tiers -- 64 % - estiment que le libre-échange est bon
pour les États-Unis, un sommet historique pour la série d’enquêtes
et une hausse de 7 points de pourcentage par rapport à la dernière fois qu’il a été demandé, en 2017. Seulement 27 p. 100 pensent que c’est mauvais, en invoquant les dommages causés aux
principales industries américaines.


Kudlow, à Fox, a discuté de la décision de Trump la semaine dernière de
reporter certains tarifs de 10 % sur les importations chinoises à décembre à partir de septembre. L’administration donne du temps aux entreprises pour qu’elles n’augmentent pas les prix,
a-t-il dit.


Trump et ses principaux collaborateurs ont dit à maintes reprises que Beijing, et non pas les entreprises ou les consommateurs américains, sont les plus durement touchés par les droits de douane imposés sur les importations en provenance de la Chine. Trump a tweeté dimanche que la Chine " mange " les tarifs.


Navarro a rejeté une étude de chercheurs de l’Université de Chicago, de la Federal Reserve Bank de Boston et d’ailleurs qui les importateurs américains ont constaté que la grande majorité des variations de prix sont attribuables aux tarifs douaniers,
comparativement aux 5 p. 100 de la Chine.


" Ce chien ne chassera pas, a dit Navarro. Les tarifs douaniers " ne
nuisent à personne aux États-Unis. "


Une mesure clé de l’inflation aux É.-U. a augmenté en juillet, en raison des coûts du logement, des vêtements et des voitures d’occasion, et a gagné le plus en une décennie au cours des deux
derniers mois, le Département du travail a déclaré ce mois-ci. Les économistes disent que l’augmentation de l’inflation montre que les tarifs douaniers sont en train de filtrer.


Selon une enquête de la Federal Reserve Bank de New York, la guerre
tarifaire a fait augmenter les prix des marchandises. Les entreprises
américaines paient des redevances plus élevées. Le gouvernement des É.-U. a perçu 57 milliards de dollars en droits de douane au cours de l’exercice qui a commencé le 1 octobre, selon le
Département du Trésor. Lors d’un rassemblement dans le New Hampshire jeudi, Trump a poussé la logique économique derrière sa course pour un autre terme, disant que même les Américains qui le détestent " n’ont pas d’autre choix " que de voter pour lui ou de faire face à un effondrement du marché boursier.


" Vous n’avez pas d’autre choix que de voter pour moi parce que votre
401(k), tout va s’écrouler ", a dit Trump à la foule à Manchester. " Que tu m’aimes ou que tu me détestes, tu dois
voter pour moi. "


Le taux de chômage aux É.-U. a chuté sous Trump, poursuivant sa tendance post-récession, et les salaires ont commencé à augmenter. Une ventilation des revenus suggère que les Américains plus riches, qui possèdent des actions et ont des bénéfices de dividendes,
continuent d’en bénéficier le plus.

La Fed a-t-elle les moyens d'éviter la récession qui menace

La Fed a-t-elle les moyens d'éviter la récession qui menacehttp://www.via214.net/


Economie Publié le 19/08/2019 à 06:04 La Rédaction Via214



Investing.com – Avec les craintes de récession qui redoublent suite à
l'inversion de la courbe des taux 2 ans / 10 ans aux Etats-Unis cette semaine, tous les regards se tournent vers la Fed
pour qu'elle sauve la situation, mais il n'est pas certain que la banque centrale dispose encore de suffisamment de puissance de feu pour être efficace.


De plus, certains économistes estiment qu'il n'y a pas vraiment de
raison pour la Fed d'agir plus agressivement qu'elle ne le prévoit
déjà, compte tenu du fait que les indicateurs économiques restent
solides, bien que la croissance reste menacée par la guerre commerciale et le ralentissement de l'économie mondiale.


"Les responsables de la Réserve fédérale ont des explications à founir
lorsqu'il s'agit de réduire les taux d'intérêt et de faire baisser les rendements de placements sûrs comme les bons du Trésor et les billets à des niveaux proches du plancher record ", a déclaré à ce propos Chris Rupkey, économiste en chef au MUFG, dans une note faisant suite à une série de données économiques très positives
publiées hier.


"Ils n'ont pas besoin d'expliquer leurs réductions de taux aux électeurs
ou à Trump, mais ils devront s'expliquer dans les livres d'histoire. La baisse des taux d'intérêt de la Fed semble plus déphasée que jamais étant donné la vigueur de l'économie ", a-t-il ajouté.
"Récession ? Quelle récession ? C'est ce qu'on veut savoir."


Malgré tout, Trump continue de réclamer des réductions de taux, et le
marché prévoit de son côté au moins deux autres réductions cette année comme le montre le Baromètre des taux de la Fed Investing.com.


La Fed ne dispose donc que d'une marge de manœuvre limitée pour surprendre et réduire les taux davantage que ce que prévoit déjà le marché pour réellement influencer la courbe des taux.


La question est donc de savoir si la Fed peut sauver les États-Unis d'une mauvaise passe ou même d'une récession. Wall Street a connu son pire jour de l'année mercredi, avec un plongeon de plus de 3% du Dow Jones face au signal de récession de l'inversion de la courbe des taux, signe que la tension est vive sur le marché, et les craintes élevées. La Fed pourrait donc avoir du mal à endiguer de telles craintes à elle
seule.


Rappelons qu'après 4 hausses de taux en 2018, la Fed a opéré un rapide
revirement dovish cette année, pour finalement assurer aux marchés qu'elle fera tout ce qui est nécessaire pour soutenir l'expansion économique.


Toutefois, la baisse de 25 points de base qui a été décidée le 31 juillet a
eut impact pour le moins limité : Alors qu'un tel mouvement entraînerait normalement une accentuation de la courbe des taux, l'écart entre le taux à 2 ans et le taux à 10 ans s'est en fait
contracté jusqu'à l'inversion qui a surpris les marchés mercredi.


"Il est très remarquable que le 31 juillet, lorsque la Fed a réduit les
taux d'intérêt, l'écart de taux 2 ans / 10 ans était supérieur à 20 points de base, et qu'après la baisse de taux, il est devenu négatif en à peine deux semaines", a déclaré Michael Pento,
économiste et fondateur de Pento Portfolio Strategies.


De ce fait, l'amélioration de la situation pourrait nécessiter des
mesures plus draconiennes que la simple nouvelle réduction d'un quart de point prévue pour septembre. Pento suggère à ce porpos que "la Fed doit être très, très agressive", allant jusqu'à estimer qu' " une baisse de 75 points de base serait le minimum pour que le taux à long terme augmente. "


D'un autre côté, certains responsables de la Fed s'inquiètent du fait que s'ils commencent à baisser les taux fortement maintenant, il ne
leur restera plus de marge de manoeuvre si un ralentissement plus grave se produit.


"La Fed peut agir rapidement, mais le faible niveau des taux d'intérêt
limite les mesures de relance qu'ils peuvent fournir ", a par ailleurs déclaré Lewis Alexander, économiste de Nomura, dans une note publiée cette semaine.

Brigitte Macron le bras en écharpe : la première dame victime d'une chute

Brigitte Macron le bras en écharpe : la première dame victime d'une chutehttp://www.via214.net/


Publié le 18/08/2019 à 11:35 La Rédaction Via214



Emmanuel et Brigitte Macron étaient présents le 17 août à la cérémonie de commémoration du 75ème anniversaire de la libération de la
ville de Bormes-les-Mimosas. Un détail concernant la première dame n'a pas échappé aux photographes...


Même en vacances, le président a des obligations. Emmanuel Macron a
participé ce samedi 17 août 2019 à la cérémonie de commémoration du 75ème anniversaire de la libération de la ville de Bormes-les-Mimosas. Il était pour l'occasion accompagné de son
épouse Brigitte Macron. L'arrivée de la première dame a fait forte impression puisqu'on l'a découverte le bras en écharpe. D'après nos informations, Brigitte porte une attelle suite à une mauvaise chute survenue au cours d'un
sortie en bateau lors de ses vacances avec son mari.


C'est vers 20h que le couple présidentiel est arrivé à la mairie de
Bormes-les-Mimosas pour y saluer le maire François Arizzi avant d'assister à la cérémonie de commémoration. Brigitte et Emmanuel Macron ont profité de l'occasion pour prendre un petit bain de foule et saluer les nombreux Français présents.


C'est presque la fin des vacances pour Emmanuel Macron, qui recevra lundi
au Fort de Brégançon le président russe Vladimir Poutine. Il enchaînera ensuite avec sa rentrée nationale le 21 août, jour du conseil des ministres, avant de s'envoler pour Biarritz où il accueillera les dirigeants du G7.


Cette année encore, les Macron ont passé leurs vacances au Fort de Brégançon, dans le sud de la France. Dimanche 28 juillet, le couple s'est rendu dans l'Abbaye du Thoronet pour une visite privée du monument datant
du XIIe siècle. Une photo avait d'ailleurs été publiée sur la page Facebook de l'Abbaye du Thoronet. Début août, les plus chanceux ont pu les apercevoir à Bormes-les-Mimosas. Après une promenade dans la ville, ils se sont rendus sur la plage pour une
séance de jet-ski (pour lui) avant de se retrouver le soir venu dans une pizzeria de Cavalière pour dîner en famille.





Afghanistan: Un attentat lors d’un mariage à Kaboul fait 63 morts

Afghanistan: Un attentat lors d’un mariage à Kaboul fait 63 mortshttp://www.via214.net/


Publié le 18/08/2019 à 11:04 La Rédaction Via214



A Kaboul, la salle du mariage après l'attentat, le 18 août 2019—Wakil
Kohsar - AFP





ATTENTAT Le lourd bilan de l’attaque n’est que provisoire et plus de 182 personnes sont blessées


Une fête de mariage a tourné à l’horreur samedi soir à Kaboul. L’attentat, qui est survenu à 22H40 durant la cérémonie dans l’ouest de la capitale, a tué au moins 63 personnes et en a blessé 182. " Parmi les victimes il y a des femmes et des enfants ", a
précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi. C'est un des attentats les plus meurtriers depuis le début de l'année en Afghanistan.


" J'étais dans la partie réservée aux femmes quand j'ai entendu une énorme explosion dans la partie réservée aux hommes ", a témoigné un participant au mariage, Mohammad Farhag. " Tout le monde est sorti en courant, en criant et en pleurant. La salle était pleine de
fumée. Presque tous ceux dans la partie réservée aux hommes sont morts ou blessés ".


Les talibans s'insurgent contre cet acte 


Les porte-parole talibans ont nié dimanche matin l'implication du groupe
insurgé. " L'Emirat islamique (appellation que se donnent les
talibans, NDLR) condamne fermement l'attentat contre des civils à
Kaboul. Commettre de tels assassinats délibérés et brutaux et prendre pour cible des femmes et des enfants n'ont aucune justification ", ont tweeté deux porte-parole des talibans. La branche afghane du groupe Etat islamique (EI), l'autre groupe terroriste qui commet des attentats dans ce pays en guerre, ne s'est pour l’instant pas manifestée.


L'attentat de samedi est survenu alors que la population afghane, exaspérée par la violence aveugle, espère la conclusion d'un accord entre les Etats-Unis et les talibans qui ouvrirait la voie à des négociations
de paix entre le gouvernement afghan et le groupe insurgé. Plusieurs sources américaines laissaient entendre ces derniers jours qu’un accord pourrait être imminent, mais certains points restaient à régler.




Orages : 12 départements en vigilance orange

Orages : 12 départements en vigilance orangehttp://www.via214.net/


Publié le 18/08/2019 à 10:36 La Rédaction Via214



Douze départements de l'est de la France, de la Loire à L'Alsace, ont été
placés en vigilance orange en raison d'un risque d'orages "violents", a indiqué Météo-France dimanche 18 août
dans son bulletin de 6h.


L'alerte lancée par le service de prévision concerne l'Ain, la Côte-d'Or, le Doubs, le Jura, la Loire, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, le Rhône, la
Haute-Saône, la Saône-et-Loire, les Vosges et le Territoire de Belfort et devrait être maintenue jusqu'à lundi matin.


VigiMeteoFrance


@VigiMeteoFrance


12 dpts en #vigilanceOrange


Restez informés sur vigilances.meteofrance.com



23


6:00 AM - Aug 18. 2019


La fin de nuit et la matinée s'annoncent calmes sur les départements en vigilance orange, à l'avant d'un système pluvieux actif s'étendant de la
Haute-Bretagne et des Pays de Loire aux Hauts-de-France et aux Ardennes.


Dès dimanche après-midi, et jusqu'en matinée de lundi, des orages vont se développer sur un axe allant de l'Occitanie à la Lorraine et à
l'Alsace.


Ces orages s'annoncent forts sur les départements placés en vigilance orange, où l'on attend de fortes pluies avec des intensités horaires comprises entre
20 et 40 voire 50 mm (engendrant un risque de ruissellement et d'inondations locales), de la grêle, des rafales de vent entre 80 et 100 km/h, voire localement davantage, et une activité électrique soutenue, précise l'opérateur météo.

Les meilleurs masques maison pour réparer ses cheveux abîmés

Les meilleurs masques maison pour réparer ses cheveux abîméshttp://www.via214.net/


Publié le 18/08/2019 à 09:54 La Rédaction Via214



Aïe ! Le constat est alarmant : vos cheveux sont abîmés ! Pointes fourchues, cheveux secs et couleur fade ne sont pourtant pas une fatalité. Pour retrouver une chevelure de déesse, place aux masques maison qui vont redonner tonus et vitalité à vos cheveux !


Un masque maison pour les cheveux abîmés au citron et à l'huile
d'olive


Une recette maison qui trouve ses ingrédients dans la cuisine et qui se
réalise en un tour de main. Pour soigner ses cheveux abîmés et secs, on mélange tout simplement une cuillère à soupe d'huile d'olive avec un jaune d'oeuf et une cuillère à soupe de jus de citron (bio de préférence).


On applique le masque maison avant le shampoing sur les cheveux secs et on laisse agir pendant dix minutes, sous une serviette chaude. On rince et on lave les cheveux avec son shampoing habituel.


Le citron resserre les écailles et élimine les dépôts de calcaire. Ce super-aliment pourra vous aider à retrouver une crinière étincelante.



L’œuf, un super ingrédient pour les cheveux abîmés


Petites, on utilisait les
shampoings aux œufs
qui rendent les cheveux tout doux. Avec cette recette maison, vous allez pouvoir réaliser votre propre masque ! Pour ce faire, vous aurez besoin d'un jaune d'oeuf, d'un avocat bien mûr ou d'une banane et
d'une tasse d'huile.


On commence par réduire en purée l'avocat ou la banane. Ensuite, on
monte une mayonnaise au batteur avec le jaune d’œuf et l'huile. Quand la mayonnaise est bien ferme, on la mélange avec la purée. À ce stade, vous devez obtenir une crème bien onctueuse.


On applique ce masque sur l'ensemble de la chevelure en massant et en
insistant particulièrement sur les parties abîmées. On couvre ses
cheveux avec du film plastique ou une serviette et on laisse poser au
minimum 15 minutes. On rince, on lave avec son shampoing habituel et on admire le résultat !


Les œufs sont riches en protéines, en vitamine B et en zinc. Ils aideront vos cheveux à se reconstruire efficacement et à réparer leurs tissus fragilisés. La pousse des cheveux sera bien meilleure après ce masque.



Réparer ses cheveux abîmés grâce au rhum


Cette lotion maison va nourrir
vos cheveux secs et abîmés
. Pour la réaliser, on mélange une cuillère à café d'huile d'olive avec une cuillère à café de rhum. On applique le soir en massage
sur les cheveux secs. Ils sont ainsi nourris en profondeur par le sucre de canne que contient le rhum.


En effet, la canne contient du saccharose et du fer, deux éléments qui
permettent la création de kératine. Rien d'étonnant à ce que les Guadeloupéennes utilisent ce masque naturel sans
modération pour nourrir et fortifier leurs cheveux crépus !


Faire un masque maison pour cheveux secs au beurre de karité


Pour réaliser ce masque, on mélange 1 cuillère à café de beurre de karité préalablement fondu avec 1 cuillère à café d'huile d'argan (2 cuillères si vos cheveux sont longs). On applique ensuite
ce mélange sur l'ensemble des longueurs.


Beurre de Karité bio Pranaturals, 12,49€, à shopper sur Amazone.fr




Idéalement, on laisse poser une nuit entière afin que le masque puisse agir en profondeur sur les cheveux
abîmés
. On rince et on lave ses cheveux avec son shampoing habituel.


Le beurre de karité hydrate tous les cheveux et assouplit particulièrement ceux qui sont frisés et crépus. Les acides gras qu'il contient permettent d'apaiser et de renforcer le cuir chevelu, pour l'aider à lutter contre les agressions (air chaud sèche-cheveux ou produits chimiques contenus
dans les shampoings).


Le miel pour nourrir en profondeur des cheveux abîmés


Avec cette recette ultra nourrissante, vos cheveux abîmés vont retrouver toute leur vitalité. Pour ce masque maison, on n'utilise que des produits naturels : miel, huile
d'amande douce et oeuf.


On mélange 2 cuillères à soupe de miel, 3 cuillères à soupe d'huile
d'amande douce et un jaune d’œuf. On pose la mixture obtenue sur les cheveux humides et on attend une trentaine de minutes avant de rincer et de laver
avec un shampoing doux
.


Le miel hydrate en profondeur et redonne de l'éclat aux cheveux ternes
et abîmés.


Tout savoir sur le régime pomme

Tout savoir sur le régime pommehttp://www.via214.net/


Publié le 19/08/2019 à 09:16 La Rédaction Via214



Comme beaucoup de régimes existants, le régime pomme nous vient tout
droit des États-Unis. Élaboré par une nutritionniste américaine, il promet de nous faire perdre jusqu'à 5 kilos par semaine en consommant au moins 3 pommes par jour. Quelle est la méthode, et
quels en sont les bienfaits ? Nous avons étudié le sujet.


L'histoire du régime pomme


C'est une célèbre nutritionniste américaine du nom de Tammi Flynn qui a
imaginé ce régime très connu aujourd'hui. Ne parvenant pas à
faire perdre du poids à une de ses patientes, elle lui conseille de manger une pomme avant chacun de ses repas pour renforcer sa consommation en fibres.


Et une semaine plus tard, la patiente se présente à son cabinet avec 3 kilos en moins. La nutritionniste décide donc de créer un régime autour de la consommation de pommes allié
à un régime de plats équilibrés.


Et le résultat est sans appel. La plupart des patients suivant ce
régime reviennent avec une perte de poids conséquente au bout d'une
seule semaine. Certains arrivent même à perdre jusqu'à 5 kilos par semaine. L'efficacité du régime pomme s'étend alors jusqu'en Europe.


En quoi consiste ce régime detox ?


Il y a trois variétés du régime
pomme
selon les objectifs et les attentes de chacun. Sachez toutefois que la première version (la moins calorique) est déconseillée, car elle peut provoquer des carences et de la fatigue. Elle consiste à consommer 1200 calories par jour maximum.


Le petit déjeuner est composé d'une pomme, d'une omelette et d'une tasse de
thé. Ensuite, au déjeuner, on mange une pomme, du blanc de poulet et un bol de légumes. Et le soir, le principe est toujours de consommer une pomme et une salade de saumon grillé.


La version 2 de 1500 calories consiste à manger la même chose au petit déjeuner et au dîner, mais d'ajouter le double de légumes au déjeuner.


Pour finir, la 3e version composée de 1800 calories consiste à ajouter des
céréales au petit déjeuner et une viande au dîner. Tout cela pendant une semaine.


Pourquoi le régime pomme fonctionne ?


La pomme est excellente pour la santé, car elle contient des fibres et
augmente la satiété. Le principe est de consommer la pomme et de boire de l'eau en même temps. En effet, les fibres vont gonfler dans l'estomac et couper instantanément la faim.


Ce régime est très pratique, car la pomme est un fruit accessible
toute l'année et peu onéreux. Pour que le régime pomme fonctionne,
il faut boire au moins 10 verres d'eau et marcher au moins 10 minutes par jour.


Les limites du régime pomme


Comme pour tous les régimes, il n'est pas impossible de reprendre le poids perdu une fois le régime arrêté. De plus, il peut devenir très vite lassant, car la consommation d'aliments reste la même toutes les semaines.


Enfin, le régime pomme n'est pas dangereux pour la santé. Il est cependant conseillé d'en parler au préalable avec un médecin afin d'être
sûre que ce régime soit adapté à votre situation.





Colomiers : Une femme de 79 ans disparaît, la police lance un appel à témoins

Colomiers : Une femme de 79 ans disparaît, la police lance un appel à témoinshttp://www.via214.net/


Publié le 17/08/2019 à 12:22 La Rédaction Via214



Les policiers de Toulouse lancent un appel à témoins après la disparition, à Colomiers, d'une femme de 79 ans. Elle n'a plus été revue depuis mercredi 14 août 2019, vers 11 heures.


Où est passée Suzanne ? C’est ce que les policiers de Toulouse cherchent à savoir, en diffusant un appel à témoins concernant cette femme de 79 ans, domiciliée à Colomiers (Haute-Garonne).


Atteinte de la maladie d’Alzheimer,
la septuagénaire a quitté son domicile du quartier de la gare et n’a plus
été revue depuis mercredi 14 août 2019,
vers 11 heures.


Police Nationale 31



@PoliceNat31


[#AppelàTémoins] Disparition inquiétante d’une femme de 79 ans atteinte de la maladie d’Alzheimer. Si vous avez des informations, veuillez
contacter nos services au 05.61.12.83.80 / 05.61.12.76.96 / 05.61.12.77.77



16


14:03 -16 août 2019


Sans papiers et sans téléphone


Au moment de sa disparition, Suzanne portait un jean bleu, des mocassins
gris et un chemisier, rose ou bleu.
Elle est partie en laissant derrière elle ses papiers d’identité, ses moyens de paiement et son téléphone portable. Elle est mince, mesure 1,58 m, a les yeux marron et des cheveux châtains foncés longs tressés.


Si vous apercevez cette femme, ou êtes en mesure de la localiser, merci de
contacter d’urgence l’un des numéros suivants : 05.61.12.83.80 ; 05.61.12.76.96 ; ou le 05.61.12.77.77.





La Corée du Nord tire deux nouveaux "projectiles non identifiés" qui se sont abattus dans la mer du

La Corée du Nord tire deux nouveaux "projectiles non identifiés"
qui se sont abattus dans la mer du Japonhttp://www.via214.net/


Publié le 17/08/2019 à 11:35 La Rédaction Via214



La Corée du Nord a tiré, vendredi 16 août, deux "projectiles non identifiés"qui se sont abattus en mer, a annoncé l'état-major interarmes de la Corée du Sud. Ce lancement est le sixième du genre depuis
le 25 juillet.



L'armée observe la situation pour le cas où il y aurait d'autres
lancements
L'état-major sud- coréen



L'état-major sud-coréen a indiqué que ces projectiles avaient été tirés
depuis les environs de Tongchon, une ville de la province de Kangwon,
située dans le sud-est de la Corée du Nord. Ils sont également tombés dans la mer de l'Est, également appelée mer du Japon.


"Un avertissement solennel"


Il s'agit du sixième essai effectué par Pyongyang depuis le 25 juillet. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a déclaré, début août, que ces tirs constituaient"un avertissement solennel"adressé à la Corée du Sud et aux Etats-Unis en raison des manœuvres militaires conjointes menées par ces deux pays.


Le régime de Pyongyang réprouve ces exercices conjoints réguliers,
qu'il considère comme des manœuvres hostiles préfigurant une invasion de la Corée du Nord. Il avait prévenu que
le démarrage de ces manœuvres annoncées
serait de nature à empêcher la reprise des discussions entre Pyongyang et Washington sur l'arsenal nucléaire nord-coréen.





Disparition de Simon Gautier en Italie : une semaine après sa mère garde espoir

Disparition de Simon Gautier en Italie : une semaine après sa mère garde espoirhttp://www.via214.net/


Publié le 17/08/2019 à 11:03 La Rédaction Via214



COURSE CONTRE LA MONTRE -

Les secours recherchent toujours activement Simon Gautier, l'étudiant
français disparu dans la région de Policastro, en Italie, le 9 août alors qu'il était parti en randonnée. Une semaine après, Delphine Godard, sa mère, s'est confiée à TF1 ce vendredi.



Les recherches se poursuivent sans discontinuer dans le sud de l'Italie pour retrouver la trace de Simon Gautier, le randonneur français de
27 ans introuvable depuis le vendredi 9 août après être tombé dans une vaste zone rocheuse près de Policastro et avoir indiqué lors d'un appel téléphonique aux secours qu'il avait les jambes brisées.


"Nous n'avons pas encore de nouvelles" ont indiqué les gendarmes
italiens vendredi soir, en précisant que les deux équipes de recherches mobilisées comptent des alpinistes, des pompiers et des gendarmes.


Présente sur place depuis mercredi soir, Delphine Godard, la mère de Simon,
garde espoir, même si, au bout d'une semaine, les chances de retrouver son fils vivant diminuent d'heure en heure. Interrogée par TF1, elle s'interroge également sur les dysfonctionnements initiaux lors de la mise en place des secours.

G7 : Biarritz ville placée sous haute sécurité

G7 : Biarritz ville placée sous haute sécuritéhttp://www.via214.net/


Publié le 17/08/2019 à 09:56 La Rédaction Via214



Un coeur de ville complètement bouclé, une autre zone accessible sur
permis et une région globalement sous très haute surveillance, en pleine saison touristique: la sécurité sera maximale autour du G7 (24-26 août) à Biarritz sur lequel pèsent plusieurs menaces, notamment de "groupes violents".



Un coeur de ville complètement bouclé, une autre zone accessible sur
permis et une région globalement sous très haute surveillance, en pleine saison touristique: la sécurité sera maximale autour du G7 (24-26 août) à Biarritz sur lequel pèsent plusieurs menaces, notamment de "groupes
violents".


Le président de la République Emmanuel Macron l'a affirmé lors de sa
visite préparatoire à Biarritz en mai: le dispositif sera "extrêmement lourd", "inédit". Car la sécurité sera "un enjeu majeur pour la réussite de l'événement".


"Il y a d'ores et déjà plusieurs groupes violents, français et européens, qui se sont donné rendez-vous comme c'est malheureusement maintenant à chaque fois le cas, lors des G7 et des
G20", a-t-il prévenu.


Les autorités de l'Etat n'ont pas précisé le nombre de forces de
l'ordre mobilisées, alors qu'elles ont déjà été mises à rude épreuve par la longue crise des "gilets jaunes".


Mais M. Macron a souligné qu'il y en aurait "beaucoup", en appuyant sur le mot. "Il y en aura à Biarritz, mais aussi à Anglet, à Bayonne et dans les villes et lieux sensibles où certains
pourraient être incités ou conduits à mettre du désordre".


L'idée, a dit le chef de l'Etat, "est de pouvoir appréhender au plus tôt ceux qui s'apprêtent parfois à commettre le pire, surtout lorsqu'ils se sont équipés (pour la confrontation) et se sont donné
rendez-vous".


"Nous ferons en sorte qu'il n'y ait pas de dérives, quelles qu'elles
soient", a assuré le président. "Nous le devons aux habitants de Biarritz et du Pays basque".


De passage à Biarritz début juillet, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a lui aussi parlé un langage de fermeté: "On se prépare à l'hypothèse (de) contre-manifestations, si elles sont violentes, nous les neutraliserons".


"Cercles concentriques"


A Biarritz où plus de 5.000 délégués, personnels techniques et journalistes sont attendus pour le sommet, deux périmètres ont été déterminés.


La zone 1 (dite de sécurité renforcée) comprend tous les lieux de
rencontre des délégations et sera interdite à la circulation des véhicules et aux piétons non accrédités. Surfeurs et baigneurs ne pourront pas accéder à la Grande Plage, au-dessus de laquelle trône l'Hôtel du Palais où aura lieu la rencontre des leaders des sept grands pays.


Dans la zone 2 (dite de protection), les automobilistes seront tolérés à
condition d'avoir obtenu un macaron et les piétons devront présenter un badge.


"Ensuite, il y aura des cercles concentriques où le degré de sécurité est fort mais où les contraintes se relâchent", a expliqué Emmanuel Macron.


En sus, l'aéroport et la gare de Biarritz resteront fermés le temps du
sommet, comme la gare de Bayonne. Aucun engin ne pourra survoler la ville et des moyens anti-drones seront déployés.


Le préfet des Pyrénées-Atlantiques Eric Spitz a précisé qu'aucune manifestation ne serait autorisée dans les trois villes du "BAB", Bayonne-Anglet-Biarritz. "Le Pays basque est suffisamment grand" pour manifester ailleurs, a-t-il dit.


Les organisations du "contre-sommet", qui attendent 12.000 personnes pour trois jours de conférences et ateliers (21-23 août), ont de ce fait choisi Hendaye pour manifester le 24 août. Le
lendemain, des actions "d'occupation des places publiques" auront lieu dans sept communes limitrophes de la cité balnéaire.


Lundi, devant la presse, les organisateurs ont assuré qu'ils n'entendaient provoquer aucune dégradation ou confrontation avec les forces de l'ordre lors de ces manifestations. "S'il y a des violences
répressives, nous opposerons des techniques de résistance non-violentes",ont-ils assuré.

Emmanuel Macron recevra Vladimir Poutine le 19 août prochain à Brégançon

Emmanuel Macron recevra Vladimir Poutine le 19 août prochain à Brégançonhttp://www.via214.net/


Publié le 17/08/2019 à 09:27 La Rédaction Via214



Emmanuel Macron à Bormes-les-Mimosas.GERARD JULIEN / AFP


Emmanuel Macron recevra le président russe Vladimir Poutine au fort de Brégançon le 19 août, quelques jours avant le sommet du G7, fin août à Biarritz.


Emmanuel Macron a annoncé samedi à la presse en marge d'une visite à Bormes-les-Mimosas qu'il recevrait le président russe Vladimir Poutine au fort de Brégançon le 19 août, quelques jours avant le sommet du G7, fin août à Biarritz.


Le fort de Brégançon permet "de pouvoir s'isoler pour travailler, d'avoir les équipements pour recevoir tous les appels internationaux, de pouvoir recevoir des dirigeants étrangers, ce que je ferai avec Vladimir Poutine dans quelques semaines", a
déclaré le président de la République. La France doit accueillir le G7 - autrefois G8 avant l'exclusion de la Russie - à Biarritz du 24 au 26 août.


Fin juin, M. Macron avait annoncé au Japon, après un long entretien avec Vladimir Poutine, qu'il aurait "dans les prochaines semaines une rencontre bilatérale avec le président" russe.


"Je considère que, dans le cadre de la présidence du G7, il est indispensable que nous puissions prendre cette initiative" avec la Russie afin d'"explorer toutes les formes de coopération sur les grands sujets de déstabilisation ou de conflit, sans
naïveté, mais sans que la porte ne soit fermée", avait alors expliqué M. Macron.





Syrie: "La crise de leadership au sein de Daesh ne signifie pas la crise de l'idéologie"

Syrie: "La crise de leadership au sein de Daesh ne signifie pas la crise de l'idéologie"http://www.via214.net/


Publié le 16/08/2019 à 07:28 La Rédaction Via214



La dernière poche de résistance de Daesh, à Baghouz, a été libérée
en mars dernier. (archives) —LAURENCE GEAI/SIPA



INTERVIEW La politologue Myriam Benraad revient sur le rapport du Pentagone constatant une " résurgence " de Daesh en Syrie



Dans un rapport, le Pentagone, le ministère de la Défense des Etats-Unis, note une " résurgence " de Daesh en Irak et en Syrie, alors même que le groupe terroriste ne contrôle plus de
territoires.



  • Ce n’est pas une surprise car Daesh " n’a jamais cessé de se battre ", estime la politologue Myriam Benraad.


  • Surtout, dans des populations qui n’ont jamais connu que la guerre et la
    violence, le djihadisme est devenu attractif : il offre un statut social que les Etats locaux sont incapables de proposer.



Il n’a pas fallu attendre bien longtemps. Le ministère de la Défense
américain note une " résurgence " de Daesh en Syrie et en Irak. Cela moins de six mois après la perte du dernier territoire que le groupe terroriste contrôlait, à Baghouz, en Syrie. Revoici donc le groupe Etat islamique plongé dans l’insurrection, comme il
l’avait été pendant dix ans avant la proclamation du " califat ".


Rien de surprenant pour la politologue Myriam Benraad, autrice notamment de L’Irak par-delà toutes les guerres. Idées reçues sur un État en
transition
(Cavalier bleu). Elle explique à 20 Minutes que
le seul traitement militaire du problème djihadiste ne peut venir à bout de la violence dans la région.


Ce regain de force de Daesh après la défaite territoriale d’avril dernier était-il prévisible ?


C’était prévisible parce qu’il n’y a jamais vraiment eu d’extinction de Daesh. Il y a eu un narratif relativement triomphaliste des forces irakiennes et syriennes mais aussi des Etats membres de la coalition
internationale. Les Etats-Unis ont déclaré à plusieurs reprises entre 2016 et 2018 que nous étions enfin sortis
du cycle, que l’Etat islamique avait été battu, que le Califat avait perdu… Ce n’est pas totalement faux, dans la mesure où ils ont perdu leur territoire et sont revenus à l’insurrection qui
avait précédé la formation de ce proto-Etat en 2014. Ils sont revenus aux bonnes vieilles méthodes : guérilla,
insurrection armée, attentats, assassinats ciblés. Ils ont fonctionné comme ça pendant dix ans avant. Mais ils n’ont jamais cessé de se battre. Ils ont perdu leur territoire, beaucoup ont été
tués, ont perdu l’appui de nombreuses populations car ils ne pouvaient pas faire le poids face à la surpuissance militaire de la coalition, mais ils étaient toujours là.


Ce qui est frappant, c’est qu’on avait déjà connu une période de
triomphalisme dans les années 2007-2008. Quand, pour la première fois, avec l’appui des tribus sunnites, les Etats-Unis avaient combattu l’Etat islamique en Irak. Les Américains avaient déjà
dit " c’est fini, les djihadistes sont battus& ". On a vu ce qui s’est passé après : ils sont revenus en force
à peu près partout. Moi, j’ai un peu l’impression que l’histoire se répète. Le groupe Etat islamique, à la base, c’est une insurrection. Et j’insiste là-dessus car le propre d’une insurrection c’est de durer et une armée conventionnelle, même avec des bombardements massifs, ne peut pas venir à bout d’une menace asymétrique, comme une insurrection djihadiste.


Ce n’est pas la première fois bien sûr qu’un groupe terroriste
fonctionne sans avoir de territoire qu’il contrôle, mais cette défaite-là n’aurait donc pas tant désorganisé Daesh ?


Si, ils ont quand même été très affaiblis. Baghdadi est traqué, il
se cache : au niveau du leadership il y a quand même un vrai vide. Tous les gros leaders, ceux de la première génération
qui avaient combattu les Américains en Irak, ont été tués. Mais cette crise de leadership ne signifie pas une crise de
l’idéologie. Cette volonté de restauration du califat, d’une
domination mondiale de l’islam et de la lutte contre ceux que les djihadistes considèrent être les ennemis de l’islam… ça n’a pas changé. Surtout, aujourd’hui, cette idéologie n’est plus minoritaire, elle a fait son chemin et continue d’inspirer. C’est pour cela qu’on a ce reflux en Irak, c’est pour ça aussi que
tout le monde s’accorde à dire qu’on n’est pas sortis de la vague d’attentats qui nous touche dans le monde entier. Au-delà de leur revers provisoire, les djihadistes n’ont pas dit leur dernier
mot.


C’est ce qui fait que le groupe reste relativement attractif ? Le
Pentagone parle de 14.000 à 18.000 membres, dont 3.000 étrangers...


Il faut distinguer les locaux des étrangers. Pour ce qui est des
Syriens et des Irakiens, le djihadisme n’est pas seulement une aventure, une attraction provisoire, comme chez les Européens qui se sont laissés tenter pour diverses raisons. C’est devenu un mode de vie en soi. Ces personnes ont été soumises à des guerres, les plus
jeunes n’ont connu que ça. Le djihadisme est donc devenu, au-delà de l’idéologie, un projet politique, un projet social, une promesse d’ascension sociale pour ceux qui n’ont rien. Parce qu’ils sont rémunérés, parce qu’un djihadiste a des épouses… La violence systémique a fait du djihadisme, chez les populations
syriennes et irakiennes, une alternative voire la seule alternative, dans la mesure où les régimes en place ne proposaient pas une citoyenneté véritable, même pas un espoir, un horizon. Et puis il y a les interventions étrangères, qui sont souvent improvisées : qu’est-ce qui vient après ? A Mossoul ou à Raqqa absolument rien n’a été préparé. Et on
se retrouve avec des gens qui se disent que c’était mieux sous l’Etat islamique.


Le rapport du Pentagone semble lier ce regain de Daesh au retrait
partiel des troupes américaines de la région. Cela vous paraît-il crédible ?


Déjà en 2011 beaucoup ont dit que c’est parce que les Américains se
retiraient d’Irak que les djihadistes revenaient. Il y a deux façons de voir les choses. La première est d’estimer que tant que les Américains maintenaient une pression militaire de très haute
intensité contre les djihadistes c’était dur pour eux d’opérer. Mais d’autres pensent que c’est une manière très
temporaire de considérer le problème.


On voit bien que les Américains et la coalition, avec toute leur puissance militaire, n’ont fait que traiter le problème djihadiste de manière militaire, on n’a pas traité le problème à sa source. La source c’est : quel projet politique ? Quel projet social dans des sociétés ravagées par la guerre ? Quelle reconstruction ? Quelle démobilisation des combattants ? Est-ce qu’on peut considérer des programmes de réintégration sociale, etc. ? Mais ce n’est pas possible si l’environnement large est un environnement de violence. On fait, je trouve, de la gestion purement militaire d’un problème qui ne va pas disparaître avec des bombes ou en tuant quelques leaders.





Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage

Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative
américaine de blocagehttp://www.via214.net/


Publié le 16/08/2019 à 07:05 La Rédaction Via214



Le pétrolier Grace 1 à Gibraltar en août 2019 —Marcos
Moreno/AP/SIPA


DIPLOMATIE Les Etats-Unis soupçonne le navire de vouloir livrer sa cargaison à la Syrie



La Cour suprême de Gibraltar a autorisé jeudi le pétrolier iranien arraisonné début juillet à quitter les eaux de ce territoire britannique malgré
la demande américaine de prolonger l'immobilisation du navire, qui était soupçonné de vouloir livrer sa cargaison à la Syrie.


L'Iran a garanti par écrit que la cargaison du Grace 1 ne serait pas
envoyée en Syrie, frappée par un embargo de l'Union européenne, et le gouvernement de Gibraltar a donc demandé à la Cour de lever l'immobilisation dans un document rendu public.


Une demande par écrit encore possible


" Le navire n'est plus détenu ", a déclaré le président de la Cour, le juge Anthony Dudley. Il a en revanche déclaré qu'il n'avait pas été saisi par écrit d'une demande américaine de retenir le pétrolier, annoncée dans la matinée par le ministère public de Gibraltar. " Cela ne m'a pas été soumis ", a-t-il déclaré.


La décision de la Cour n'empêche pas les Etats-Unis de formuler leur demande ultérieurement afin de bloquer le navire avant qu'il ne quitte les eaux territoriales de Gibraltar, dans les heures ou les jours qui viennent.

"L'éventreur d'Hollywood" reconnu coupable des meurtres de deux femmes

"L'éventreur d'Hollywood" reconnu coupable des meurtres de deux femmeshttp://www.via214.net/


Publié le 16/08/2019 à 06:34 La Rédaction Via214



Michael Gargiulo a été reconnu coupable du meurtre de deux jeunes femmes le 15 août 2019. —(Lucy
Nicholson, Pool Photo via AP



SERIAL KILLER L'une
des victimes assassinée en 2001 était une connaissance de l'acteur
Ashton Kutcher



Selon le parquet, il aurait fait des recherches sur les méthodes du serial killer Ted Bundy. Un Américain de 43 ans surnommé "l'éventreur d'Hollywood" a été reconnu jeudi coupable des meurtres sanglants
de deux femmes, dont une connaissance d'Ashton Kutcher avec laquelle l'acteur américain devait sortir la nuit du crime.


Michael Gargiulo a été condamné par le jury d'un tribunal de Los Angeles
après quatre jours de délibération. Le procès doit toutefois se poursuivre pour déterminer si l'accusé était en pleine possession de ses moyens au moment des meurtres, commis en 2001 et 2005, avant
de fixer sa peine. Michael Gargiulo, qui a plaidé la folie, risque la peine de mort.


Une victime retrouvée presque décapitée


Les avocats de la défense affirment quant à eux qu'il n'y a aucune preuve que leur client se soit trouvé sur le lieu des deux meurtres. Et selon eux, un dédoublement de la personnalité pourrait être à l'origine d'une attaque en 2008 contre une troisième femme, qui a
survécu et réussi à blesser son assaillant, qui a été confondu
par son ADN.


Selon le procureur Dan Akemon, Gargiulo s'en prenait aux femmes près
desquelles il vivait et attendait patiemment le moment de frapper,
généralement de nuit et à proximité de leur domicile, dans des "meurtres minutieusement planifiés". Poignardées à de multiples reprises, les victimes subissaient notamment des mutilations à la poitrine, et l'une d'entre elle a été retrouvée presque décapitée. Pour le procureur, l'accusé est un "tueur en série froid comme la pierre qui prend les femmes pour cibles" et a tué ses victimes lors "d'attaques au couteau frénétiques".


Ashton Kutcher témoigne


L'acteur Ashton Kutcher connaissait la première victime, une étudiante en
stylisme de 22 ans nommée Ashley Ellerin. Il a raconté au tribunal
qu'il s'était rendu à son domicile d'Hollywood fin 2001 pour sortir avec elle mais qu'il était arrivé en retard et que personne n'avait ouvert la porte.


Il avait alors regardé par la fenêtre du logement mais avait seulement vu ce qu'il avait cru être du vin rouge répandu sur le sol. Ashton Kutcher était reparti, pensant que la jeune femme était déjà sortie sans l'avoir attendu. Ashley Ellerin avait succombé à 47
coups de couteau dans le couloir menant à sa salle de bains.


La seconde victime, Maria Bruno, 32 ans, une voisine de Michael Gargiulo, a été poignardée dans son sommeil à 17 reprises. Michael Gargiulo avait été arrêté en 2008 à Santa Monica, près
de Los Angeles, après s'être accidentellement coupé lors d'une
attaque contre une troisième victime, qui avait survécu. Le tueur est également poursuivi dans l'Illinois pour le meurtre d'une femme dans cet Etat en 1993, quand il avait 20 ans. Le procès doit reprendre mardi.




L’armée chinoise rappelle qu’elle n’est qu’à " dix minutes de Hongkong "

L’armée chinoise rappelle qu’elle n’est qu’à " dix minutes de
Hongkong "http://www.via214.net/


Publié le 16/08/2019 à 05:49 La Rédaction Via214




La présence de troupes chinoises à Shenzhen n’est pas une nouveauté. Ce qui l’est, c’est que la Chine les exhibe pour faire pression
sur les manifestants.


L’armée chinoise tient à faire savoir qu’elle est prête, en cas d’intervention à Hongkong. Depuis quelques jours, des photos et des vidéos de convois militaires chinois massés à Shenzhen, la
ville de Chine continentale qui fait face à Hongkong, se multiplient. Le président américain, Donald Trump, a confirmé l’information dans un Tweet publié mardi 13 août, alors que
le chaos créé à l'aéroport par des manifestants hostiles à Pékin atteignait
son paroxysme. Les photos montrent notamment des dizaines de camions
militaires occupant un stade de football à Shenzhen. Certaines montrent également des tanks.


L’armée chinoise elle-même a diffusé une photo assortie d’une menace
explicite : "Il faut dix minutes pour atteindre Hongkong à partir du stade de Chunjian près de la baie de Shenzhen et c’est à 56 km de
l’aéroport de Hongkong. "
L’armée
chinoise disposerait de 6 000 hommes à Hongkong même, mais la plupart des troupes seraient en fait stationnées en Chine continentale où les terrains sont moins chers et les manœuvres plus
faciles à effectuer.


La présence de troupes chinoises à Shenzhen n’est pas une nouveauté.
Ce qui l’est, c’est que la Chine les exhibe pour faire pression sur les manifestants de Hongkong. Depuis le 1er août, trois vidéos ont été diffusées, montrant des manœuvres de l’armée
ou de la police militaire chinoise effectuées à Shenzhen et faisant
explicitement référence à Hongkong.


Plusieurs moyens d’intervention


Comme la rhétorique chinoise qualifie désormais les manifestations de "révolution de couleur "et
de "signes de terrorisme ",une
action militaire ne peut être exclue. Mercredi, l’ambassadeur chinois au Royaume-Uni, ancienne puissance tutélaire du territoire, Liu Xiaoming, a pour sa part déclaré que "Pékin
ne restera pas les bras croisés "
si
la situation devient "incontrôlable ".Les responsables hongkongais, quelle que soit leur couleur politique,
sont convaincus du contraire. Le coût politique serait selon eux trop élevé pour Pékin. Trente ans après le massacre de Tiananmen, la Chine serait à nouveau mise au ban des nations.


C’est également l’avis de Shi Yinhong, expert des relations
internationales de l’université Renmin à Pékin et conseiller du gouvernement chinois.
" Je ne pense pas que nous avons besoin d’envoyer des troupes. La police de Hongkong va progressivement renforcer son action et ils n’ont pas épuisé leurs moyens ",
explique-t-il
jeudi 15 août dans le South
China Morning Post,
quotidien
de langue anglaise de Hongkong, propriété du patron d’Alibaba, Jack Ma. Cet expert va même plus loin. Jusqu’ici il était admis que le président Xi Jinping ne saurait accepter que les
manifestations antichinoises troublent les commémorations du 1er octobre, date du 70eanniversaire de l’arrivée au pouvoir de Mao. Shi Yinhong est plus mesuré. "La Fête nationale est un moment important, mais le gouvernement chinois n’est pas assez naïf pour croire qu’il y aura la paix partout sur terre.(…)On peut être à peu près sûrs que la guerre commerciale va continuer
et aucun tournant majeur n’est en vue à Hongkong ",
remarque-t-il.


" Les Américains se souviennent de la place Tiananmen "


La Chine a plusieurs moyens d’intervention. Certains affirment que des policiers de Canton sont d’ores et déjà engagés au sein de la police de Hongkong. Reste que les Chinois, notamment après l’agression dont a été victime, mardi, un journaliste du
quotidien chinois Global Timesà
l’aéroport de Hongkong, pris à partie par des manifestants, sont remontés contre Hongkong, si l’on en croit les réseaux sociaux. Il est loin d’être exclu que des "faucons" chinois
fassent pression sur Xi Jinping en faveur d’une intervention. Mais,
pour le moment, celui qui est également président de la commission militaire centrale et donc chef des armées ne semble pas avoir donné son feu vert à une intervention.


La Maison Blanche a haussé le ton jeudi, après des semaines de propos
très mesurés de la part de Washington. Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, a estimé dans un entretien à Voice of America que "les chinois doivent faire très attention aux mesures qu’ils prennent,
parce que les Américains se souviennent de la place Tiananmen ".


Il s’agit du premier avertissement ferme de Donald Trump qui espère voir des gestes positifs de la Chine sur le commerce en restant bienveillant quant au conflit qui agite Hongkong. "Si
le président Xi rencontrait directement et en personne les manifestants, il y aurait une fin heureuse et positive au problème de Hongkong. Je n’en doute pas ! ",
a tout de même proposé le locataire de la Maison Blanche sur
Twitter.

Angélus de l’Assomption: choisir la grandeur du ciel

Angélus de l’Assomption: choisir la grandeur du cielhttp://www.via214.net/


Publié le 15/08/2019 à 13:08 La Rédaction Via214



En cette solennité de l’Assomption de la bienheureuse Vierge Marie, le Pape François a évoqué la Reine des cieux "comme une mère qui nous attend pour l’éternité". Avant de réciter l’Angélus, il a enjoint les fidèles à chercher "les grandes choses de la vie", pour ne pas se perdre derrière "mesquineries et futilités".


Dans l'Évangile de cette solennité de l'Assomption, la Sainte Vierge prie en disant: "Mon âme magnifie le Seigneur et mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur"(Lc 1, 46-47).


Munificiences et réjouissances


Le Pape François propose ainsi de méditer les deux verbes de cette prière: "magnifier "et "se réjouir".


Marie se réjouit d’abord à cause de Dieu, et nous enseigne "à exulter
en Lui"
, car il fait de "grandes choses".Quant au verbe "magnifier", il équivaut à "exalter une réalité pour sa grandeur et sa beauté", commente le Souverain Pontife.


Aspirer à la grandeur du ciel


Ainsi le Pape se propose d’insister sur le message marial: "Dans la vie,
il est important de chercher de grandes choses, sinon l’on se perd derrière tant de petites choses".


Marie, elle, nous montre que si nous voulons que notre vie soit heureuse,
Dieu doit être placé en premier, car lui seul est grand, développe-t-il. Néanmoins, souligne François, combien de fois, au lieu de cela, "nous vivons à la poursuite de choses sans importance: préjugés, rancune, rivalité, jalousie, biens matériels superflus ... Combien de mesquineries dans la vie!",regrette
le Pape.


Aujourd'hui donc à l’inverse, Marie nous invite à regarder les "grandes
choses"
que le Seigneur a accomplies en elle. Marie, petite et humble, reçoit au ciel la plus haute gloire, affirme François, ajoutant qu’elle nous attend bien là-bas, "comme une mère qui attend le retour de ses enfants". Pour cela, le peuple de Dieu l’invoque comme "la porte du Ciel".


"Au seuil du ciel, une mère nous attend"


Ainsi, la fête de l'Assomption de Marie est un appel à tous, en particulier à ceux qui sont affligés de doutes et de tristesse et qui vivent les yeux baissés, a relevé le Saint-Père, rappelant qu’"au seuil du ciel, une mère nous attend".


Elle est la reine des cieux et elle est notre mère qui nous dit: "Vous êtes précieux aux yeux de Dieu; vous n'êtes pas fait pour les petites
satisfactions du monde, mais pour les grandes joies du ciel"
. Et
le Pape de s’exclamer: "Dieu est joie, et non ennui".


"Soyons attirés par la vraie beauté, ne soyons pas aspirés dans la
petitesse de la vie, mais choisissons la grandeur du ciel",
exhorte enfin le Pape François en ce 15 août.


Après l’Angélus


Après avoir récité la prière de l’Angélus, le Saint-Père a exprimé
sa proximité avec les populations de plusieurs pays d'Asie du Sud, durement touchées par les pluies de la mousson. "Je prie pour les victimes et les personnes déplacées, pour toutes les familles sans abri. Que le Seigneur donne de la force à eux et à ceux qui
les aident",
a-t-il déclaré.


Enfin, le Pape argentin a eu un mot pour les pèlerins rassemblés au
sanctuaire de la Vierge noire de Czestochowa, en Pologne. En mémoire
du centenaire de la restauration des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la Pologne, le Successeur de Pierre a tenu à adresser toutes ses salutations aux fidèles de Jasna Gora.






Enquête sur un scandale de corruption : Trudeau accusé de conflit d’intérêts

Enquête sur un scandale de corruption : Trudeau accusé de conflit
d’intérêtshttp://www.via214.net/


Publié le 15/08/2019 à 12:31 La Rédaction Via214



Le commissaire à l’éthique du Canada l’accuse d’avoir fait pression sur son ex-ministre de la justice pour éviter un procès à l’entreprise d’ingénierie québécoise SNC-Lavalin.



A deux mois des élections législatives, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, est éclaboussé par un rapport accablant du commissaire à l’éthique. Ce dernier l’accuse d’avoir d’avoir fait pression sur son ex-ministre de la justice et procureure
générale, Jody Wilson-Raybould, pour éviter un procès à l’entreprise d’ingénierie québécoise SNC-Lavalin, impliquée notamment dans un scandale de corruption en Libye.


" La position d’autorité dont
bénéficient le premier ministre et son cabinet a servi à contourner, à miner et finalement à tenter de discréditer la
décision de la directrice des poursuites pénales ainsi que l’autorité de Mme Wilson-Raybould ",
a précisé mercredi Mario Dion, commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique. Ce commissariat est un organisme du Parlement indépendant du gouvernement.


Jody Wilson-Raybould, désormais candidate indépendante aux élections législatives, s’est dite "reconnaissante " envers le commissaire Mario Dion. "Le
rapport confirme des faits cruciaux, conformes à ce que j’ai affirmé aux Canadiens
(…).Le commissaire n’a pas été distrait par des informations erronées à propos des événements ou de ma personne, et a tiré ses conclusions
en se basant uniquement sur les faits véritables de ce qui s’est produit ",
a-t-elle fait savoir par voie de communiqué. Elle a déploré par ailleurs le fait qu’elle ait dû lutter contre l’ingérence du premier ministre dans l’affaire SNC-Lavalin.


" Doigt dans un engrenage "


La police fédérale avait accusé en 2015 le géant de l’ingénierie SNC-Lavalin d’avoir versé des pots-de-vin à des responsables libyens entre le 16 août 2001 et le 20 septembre 2011, et ce pour une valeur d’au moins 47,7 millions
de dollars canadiens (près de 32 millions d’euros).


Devenue ministre des anciens combattants, Mme Wilson-Raybould avait accusé le premier ministre et son
entourage d’avoir exercé sur elle des
pressions" inappropriées ",auxquelles elle avait résisté, pour éviter un procès criminel à la firme.
Elle avait donné sa démission en février. Deux autres membres du
gouvernement ont démissionné dans son sillage : le secrétaire principal et ami de longue date de Justin Trudeau, Gerald Butts, et l’ex-ministre de la santé puis ex-présidente du Conseil du Trésor Jane Philpott.


De passage à Niagara-on-the-Lake, en Ontario, M.Trudeau, également député de la circonscription de Papineau, à Montréal, où se situe le siège social de SNC-Lavalin, a pris acte de ce rapport, tout en affirmant son désaccord avec les
conclusions et en refusant de s’excuser. "Je n’ai pas à m’excuser pour avoir défendu les emplois des Canadiens ",a-t-il argué. Le premier ministre redoute en effet qu’une éventuelle
condamnation de SNC-Lavalin, qui emploie 50 000 travailleurs dans le monde, ne mette en péril les activités de l’entreprise. Si elle était reconnue coupable de tels actes, la compagnie ne
serait en effet plus autorisée à répondre à des appels d’offres
publics.

Sarkozy et Macron réunis pour les 75 ans du débarquement de Provence, Hollande absent

Sarkozy et Macron réunis pour les 75 ans du débarquement de Provence,
Hollande absenthttp://www.via214.net/


Publié le 15/08/2019 à 11:58 La Rédaction Via214




Emmanuel Macron participera ce jeudi, aux côtés de vétérans ainsi que les présidents ivoirien Alassane Ouattara et guinéen Alpha Condé, et
de l'ancien président Nicolas Sarkozy, à la cérémonie du 75e anniversaire du débarquement de Provence à Saint-Raphaël (Var).


Emmanuel Macron participera ce jeudi à la cérémonie du 75e anniversaire du
débarquement de Provence à Saint-Raphaël (Var), première sortie officielle du président de la République en France depuis le début de sa villégiature d'été au Fort de Brégançon.

Cette commémoration s'inscrit dans la série de cérémonies liées à la fin des deux conflits mondiaux que le chef de l'État a multiplié depuis l'automne: centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale en novembre, puis 75e anniversaire du débarquement de Normandie en juin.


Hommage à 450.000 soldats


Jeudi matin, c'est un tournant de la Seconde Guerre mondiale en France
qu'Emmanuel Macron célèbrera, à la nécropole de Boulouris, où reposent 464 combattants de la 1ère armée française. Un hommage sera rendu aux 450.000 soldats qui participèrent au débarquement allié en Provence du 15 août 1944. L'opération a été menée par
les forces américaines et françaises, parties d'Afrique du Nord, de Corse et d'Italie du Sud. La cérémonie prévoit la lecture d'un texte par David Diop, Prix Goncourt des Lycéens 2018, et d'un
témoignage de vétéran par une lycéenne.

Traditionnellement, la commémoration du débarquement en
Provence est l'occasion de saluer la contribution des soldats des anciennes colonies françaises à la Libération. Les troupes incluaient 260.000 combattants de la 1ère armée française dirigée
par le général de Lattre de Tassigny, composée principalement de soldats venus d'Afrique du Nord et subsaharienne.


Lors du 50e anniversaire, 18 pays africains avaient été représentés et
pour le 60e, une quinzaine de chefs d'Etat d'Afrique noire et du Maghreb étaient présents, rendant hommage notamment aux tirailleurs sénégalais et algériens, goumiers et tabors marocains, pieds-noirs ou encore marsouins du Pacifique et des Antilles qui participèrent à l'opération "Dragoon".


Retrouvailles entre Macron et Sarkozy


Aux côtés d'Emmanuel Macron, des vétérans seront présents, ainsi que
les présidents ivoirien Alassane Ouattara et guinéen Alpha Condé,
et l'ancien président Nicolas Sarkozy. Le chef de l'Etat a invité tous ses prédécesseurs mais seul l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine a accepté, a précisé la présidence.


François Hollande, quant à lui, ne sera pas présent en raison d'une
incompatibilité avec son agenda. "Ce n'est d'ailleurs pas une tradition, aucun de ses prédécesseurs n'était venu en 2014 pour le 70e anniversaire de ce débarquement", a indiqué l'entourage de
l'ancien maire de Tulle au Parisien.



"Emmanuel Macron voit à intervalle régulier Nicolas Sarkozy depuis le début
de son mandat. (...) Un lien cordial existe entre les deux. Mais il
y a aussi un calcul politique de la part des deux hommes. D'un côté Emmanuel Macron veut siphonner les voix des Républicains, de l'autre côté Nicolas Sarkozy reste au contact de la population et de la politique", a analysé Pierrick Bonno, reporter au
service politique de RMC INFO, sur notre antenne.

Fin des vacances en vue


Pour Emmanuel Macron, qui s'est fait très discret depuis son arrivée au fort de Brégançon le 25 juillet, il s'agira de la première sortie officielle depuis le début de ses vacances, hormis un bref aller-retour à Tunis le 27 juillet pour
assister aux funérailles nationales du président tunisien Béji Caïd Essebsi.

Des congés "studieux", selon son entourage, dont seules ont fuité des photos de quelques escapades effectuées avec son épouse dans la région, comme une visite le 28 juillet à l'Abbaye du Thoronet ou un dîner avec ses proches dans une pizzeria du Lavandou, au milieu des autres clients.

Deux jours après Saint-Raphaël, Emmanuel Macron doit également participer à une cérémonie plus informelle, célébrant la libération de la commune de Bormes-les-Mimosas, commune où se trouve la résidence d'été des présidents. Ce rendez-vous, auquel il a promis de se rendre chaque année, devrait lui permettre de passer un moment "convivial" avec les habitants, selon l'Elysée.

Les vacances du président prendront fin la semaine prochaine, avec une rentrée diplomatique, en recevant lundi au Fort de Brégançon le président russe Vladimir Poutine. Il enchaînera avec sa rentrée
nationale le 21 août, jour du conseil des ministres de rentrée, avant de s'envoler pour Biarritz où il accueillera les dirigeants du G7.





Crise à Hongkong : Trump espère que la Chine agira avec " humanité "

Crise à Hongkong : Trump espère que la Chine agira avec " humanité "http://www.via214.net/


Publié le 15/08/2019 à 11:14 La Rédaction Via214



Le président américain a laissé entendre qu’il pourrait lier ses
discussions commerciales avec Pékin à la résolution de la crise à Hongkong.



Jusque-là discret sur la crise qui secoue Hongkong depuis plus de deux mois, Donald Trump est sorti de sa réserve mercredi 14 août.


" En Chine, des millions d’emplois disparaissent pour aller dans des pays qui ne sont pas sujets aux taxes douanières. Des milliers
d’entreprises quittent le pays. Bien sûr que la Chine veut passer un accord
[avec les Etats-Unis]. Qu’ils travaillent avec humanité avec Hongkong d’abord ! ", a écrit le président américain sur son compte Twitter.


Peu après, dans un autre tweet à la tonalité différente, il a assuré
que le président chinois, Xi Jinping, pourrait faire preuve de cette même humanité, suggérant au passage une "rencontre en personne ".


" Je connais très bien le président chinois Xi. C’est un grand leader qui a tout le respect de son peuple. Il est également bon dansles affaires à la dure. Je n’ai aucun doute que si le président Xi veut résoudre
rapidement et avec humanité le problème à Hongkong, il peut le faire "
, a-t-il écrit avant d’ajouter : "Rencontre en personne ? ", semblant s’adresser directement au dirigeant chinois.


Donald J. Trump


@realDonaldTrump


I know President Xi of China very well. He is a great leader who very
much has the respect of his people. He is also a good man in a “tough business.” I have ZERO doubt that if President Xi wants to quickly
and humanely solve the Hong Kong problem, he can do it. Personal
meeting?


74.6 k


00:59 - 15 août 2019


Les Etats-Unis " très préoccupés "


Aux Etats-Unis, les critiques se sont multipliées contre le président
républicain pour son apparente bienveillance à l’égard de Pékin,
avec qui Washington est impliqué dans d’importantes – et ardues – négociations commerciales.


Plus tôt dans la journée, un porte-parole de la diplomatie américaine
avait déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) que les Etats-Unis étaient "très préoccupés "par "les
mouvements paramilitaires chinois "
à la frontière avec Hongkong. L’ex-colonie britannique traverse sa plus grave crise depuis sa rétrocession à Pékin en 1997.


Dans le dossier américano-chinois, Donald Trump veut forcer Pékin non
seulement à réduire son excédent commercial avec les Etats-Unis mais aussi à mettre fin à des pratiques qu’il juge déloyales, comme le vol de propriété intellectuelle par exemple. Déjà 250 milliards de dollars de marchandises et matériaux chinois sont taxés par les Américains depuis un an.





Incendie en cours dans le sud : 900 hectares ravagés dans l'Aude, des centaines de pompiers mobilisé

Incendie en cours dans le sud : 900 hectares ravagés dans l'Aude, des
centaines de pompiers mobiliséshttp://www.via214.net/


Publié le 15/08/2019 à 10:34 La Rédaction Via214



FLAMMES- Plus de 500 pompiers sont mobilisés ce jeudi matin pour tenter de maîtriser un important incendie qui s'est déclaré mercredi après midi dans l'Aude, où plus de 900 hectares ont déjà été ravagés. Dans l'Hérault, un autre feu de pinède a quant à lui touché quelque 250 hectares de végétation. La plupart des départements du sud du pays sont en alerte. Suivez les dernières informations.



Plus de 900 hectares de pinèdes et de végétation ont été détruits dans
l'Aude par un incendie qui s'est déclaré mercredi après-midi et contre lequel quelque 510 pompiers, appuyés par des moyens aériens, continuaient de lutter dans la matinée de jeudi, les flammes
continuant de progresser. Un feu qui n'a cependant pas fait de victime et ne menace pas d'habitations, assure à l'AFP le commandant Philippe Fabre, chef du groupement opérationnel du Service
départemental d'incendie et de secours de l'Aude (SDIS).


Le feu s'est déclaré pour une raison inconnue vers 16h sur la commune de
Montirat, au sud-est de Carcassonne, dans cette zone de pinèdes et de végétation basse classée "sévère" en raison de la sécheresse. Un secteur est très difficile d'accès, dépourvu de
pistes praticables, avait souligné dans la nuit la préfecture de
l'Aude.


Dès le lever du jour, une reconnaissance aérienne sera effectuée par les secours pour faire "le tour" du sinistre et déterminer la stratégie à mettre en place avec les moyens aériens qui seront mobilisés. Un avion Dash bombardier d'eau et un Canadair devraient entrer rapidement en action, tandis que deux autres Canadair
pourraient arriver en renfort dans la matinée. Le vent devrait se renforcer dans la journée, avec des rafales prévues à 60 km/h, selon le commandant Fabre.


Dans l'Hérault, au moins 250 hectares sont d'ores et déjà partis en fumée dans l'ouest du département.


HÉRAULT


Dans l'Hérault, qui s'était déclaré mercredi après-midi dans le secteur de Cébazan, village situé à 21 kilomètres au nord-ouest de Béziers, est désormais "fixé" après avoir parcouru quelque 250 hectares. "La tête de feu est fixée. Les flancs sont toujours actifs mais ne progressent plus", précisent les
pompiers,qui ont été jusqu'à 450 à être mobilisés dans la nuit "pour protéger la commune de Creissan, qui a été directement menacée, ainsi que plusieurs dizaines de domaines viticoles".


AUDE


Les pompiers du Service départemental d'incendie et de secours de l'Aude mobilisés contre les flammes ayant déjà détruit plus de 900 hectares de végétation et de pinède dans le département faisaient état d'une "petite embellie" à 8H30. Les soldats du feu indiquent à l'AFP avoir réussi "à fixer
l'incendie le long de la RD42", qui a été fermée à la circulation, et "à l'arrière du feu". Le commandant
Philippe Fabre précise que l'enjeu est d'"arriver à éteindre les secteurs les plus actifs et prévenir une réactivation dans les secteurs difficiles", alors que le vent devait forcir en cours de journée, avec des rafales prévues à 60 km/h.


AUDE


Le jour s'étant désormais levé, les pompiers vont pouvoir reprendre leur opérations aériennes pour tenter d'éteindre l'incendie qui a déjà ravagé plus de 900 hectares dans l'Aude. Les
précisions de notre envoyé spécial.


BOUCHES-DU-RHÔNE


Dans les Bouches-du-Rhône, toujours en raison de la sécheresse et
du vent, douze massifs forestiers restent interdits d'accès, indique
la préfecture.


LE VAR EN ALERTE


Dans le Var, comme dans les départements voisins d'ailleurs, la
vigilance reste maximale en raison des conditions météorologiques, et notamment du vent. Quatre massifs forestiers y sont ainsi placés en risque "très sévère" d'incendie, trois autres en
risque "sévère".



SÉCHERESSE


Des mesures de restrictions d'eau sont mises en place dans 85 départements, qui comportent au moins une zone en alerte. Parmi eux,
certains sont en partie en état de crise et seuls les usages prioritaires y sont autorisés. Découvrez la carte des zones
concernées.


Si la canicule est passée, la
sécheresse perdure. Et s'étend. Des mesures de restrictions d'eau sont actuellement mises en place dans 85 départements, selon le site
gouvernemental Propluvia, ce jeudi 15 août. Parmi eux, plusieurs comportent des zones en état de crise, où des mesures plus drastiques ont été instaurées. 184 arrêtés sont en cours.


La carte des zones concernées est consultable sur Propluvia.



AUDE


La préfecture de l'Aude appelle la population à éviter le secteur des incendies en cours pour permettre aux pompiers d'intervenir.




À Philadelphie, une fusillade fait au moins 6 blessés parmi les policiers

À Philadelphie, une fusillade fait au moins 6 blessés parmi les
policiershttp://www.via214.net/


Publié le 15/08/2019 à 09:39 La Rédaction Via214



Les forces de l'ordre ont été visées par des tirs pendant plusieurs
heures avant que le tireur, retranché, soit arrêté.


ÉTATS-UNIS- Au moins six policiers ont été blessés par balle ce mercredi 14
août dans l’après-midi à Philadelphie, dans l’État américain de Pennsylvanie, lors d’un affrontement de plusieurs heures avec un homme retranché
dans un immeuble.


L’incident avait commencé dans l’après-midi comme une affaire de drogue, a indiqué Richard Ross, commissaire de la police de Philadelphie. Initialement, le suspect tirait par une fenêtre et les policiers
ripostaient.


Peu après 22 heures (4 heures jeudi à Paris), un porte-parole de la police de Philadelphie a finalement annoncé sur Twitter que le suspect avait été interpellé, près de huit heures après le début de la fusillade.


Eric Gripp


@PPDEricGripp


UPDATE: Suspect is in custody. SWAT is still clearing the house


2 158


06:08 - 15 août 2019


Mise à jour: le suspect est en garde à vue. Le SWAT (unité
d’intervention spécialisée, ndlr) sécurise toujours le logement”


Le maire met en cause les responsables politiques


Le commissaire Richard Ross a précisé lors d’une conférence de presse que la vie d’aucun des policiers blessés n’était en danger. “Les six policiers blessés ont tous pu sortir de
l’hôpital”, a ajouté un porte-parole de la police, indiquant qu’un autre agent était soigné pour des blessures dans
un accident de voiture lié à la fusillade.


Eric Gripp


@PPDEricGripp


UPDATE: ALL six officers who were shot have been released from area
hospitals. One Officer is being admitted for injuries sustained in a vehicle crash related to the incident. Situation remains active and ongoing.


5 062


04:11 - 15 août 2019


Deux policiers, qui à un moment étaient bloqués dans un immeuble où se
trouvait le tireur, ont pu être libérés avant l’arrestation du suspect.


NBC10 Philadelphia


@NBCPhiladelphia


"It is nothing short of astounding that in such a confined space… that
we didn’t have more of a tragedy that we did," @PhillyPolice Commissioner Richard Ross said after two officers were safely freed from the hostage situation. More: on.nbc10.com/wNyjpeS



Le maire de Philadelphie, Jim Kenney, a fait l’éloge de la police de la ville, mais il a mis en cause les responsables politiques pour l’absence de mesures tendant à limiter la violence par armes à feu.


“Les autorités, aussi bien au niveau fédéral qu’au niveau de l’État
(de Pennsylvanie), ne veulent pas faire quoi que ce soit pour enlever les armes de la rue”, a déclaré Jim Kenney à la presse. “Nos agents méritent d’être protégés, ils ne méritent pas de se
faire tirer dessus par un type pendant des heures avec une quantité illimitée de munitions. C’est dégoûtant. Nous devons faire quelque chose”, a encore déclaré le maire.


NBC10 Philadelphia


@NBCPhiladelphia


"They don't deserve to be shot at by a guy for four hours with an unlimited
supply of weapons and an unlimited supply of bullets. It's disgusting
and we've got to do something about it." — @PhillyMayor Jim Kenney says of police shooting.
Latest: on.nbc10.com/nyn7h01



La fusillade a eu lieu dans le nord de la ville, près du campus de
Temple University.


NBC Philadelphia


@NBCPhiladdelphia


#BREAKING UPDATE: Multiple @phillypolice officers have been shot during an active shooting incident in
Nicetown-Tioga section of Philadelphia. Continuing live coverage. on.nbc10.com/c3qlLDr



L’incident intervient après deux tueries de masse en août, l'une à El Paso (Texas), l'autre à Dayton (Ohio),
qui ont fait en tout 31 morts et ont profondément choqué les États-Unis.

Le roi du Maroc renonce à la célébration officielle de son anniversaire

Le roi du Maroc renonce à la célébration officielle de son
anniversairehttp://www.via214.net/


Publié le 14/08/2019 à 07:12 La Rédaction Via214



Le roi du Maroc Mohammed VI, qui fête ses 56 ans le 21 août prochain,
a décidé "de ne plus organiser, à partir de cette année, la cérémonie officielle" célébrant son anniversaire, a annoncé
mardi un communiqué du Palais.


Le communiqué n'a pas précisé les raisons de cette décision.


Le calendrier marocain est ponctué de fêtes officielles, marquant des dates historiques et des rendez-vous liés à la vie monarchique, généralement rythmée par de grandes réceptions, des discours et des grâces royales.


La célébration de l'anniversaire royal coïncide traditionnellement
avec la "Fête de la Jeunesse". Pendant le règne d'Hassan II, cette Fête de la Jeunesse était célébrée le jour de
l'anniversaire du père du souverain actuel, le 8 juillet.


Pour la dernière Fête du Trône, qui a marqué le 30 et 31 juillet les 20 ans de règne de Mohammed VI, le Palais avait appelé à les Marocains à une commémoration "normale, sans célébration
supplémentaire".


Cette fête avait culminé le 31 juillet avec le très protocolaire rituel
d'allégeance qui voit chaque année des centaines de dignitaires, élus et hauts responsables du ministère de l'Intérieur se prosterner devant leur souverain.


En 2018, les célébrations de la Fête de la Jeunesse coïncidaient avec la fête religieuse de l'Aid Al Adha.


Pour son 54e anniversaire, en 2017, le roi avait notamment organisé une
réception dans la ville de M'diq (nord) en présence d'une foule de représentant du monde politique, diplomatique et militaire.

Fusillades, attentats... 50 ans après, refaire Woodstock serait impossible

Fusillades, attentats... 50 ans après, refaire Woodstock serait impossiblehttp://www.via214.net/


Publié le 14/08/2019 à 06:40 La Rédaction Via214



Des centaines de milliers de personnes réunies pour écouter de la
musique, consommer des drogues ou faire l'amour dans l’insouciance: 50 ans après, une répétition de Woodstock semble impossible dans un pays désormais hanté par la peur des attentats et des
fusillades.


Des organisateurs du festival légendaire d'août 1969 rêvaient pourtant
d'organiser un "remake" pour le 50e anniversaire. Leurs
efforts se sont avérés vains, à l'ère des détecteurs de métaux, des chiens renifleurs de bombe et des fouilles systématiques de sacs.


"L'environnement d'aujourd'hui est très, très différent d'il y a 50 ans",
souligne Stuart Cameron, chef de la police du comté de Suffolk, à l'est de New York, et spécialiste de la sécurité des festivals. "On n'autoriserait pas" de nos jours un événement comparable à Woodstock, dit-il. "Il y aurait trop de risques pour la sécurité".


Les comptes-rendus de l'époque sont parfois contradictoires, mais les
trois jours du festival auraient fait deux morts en 1969: l'un écrasé par un tracteur de nettoyage et un autre au moins décédé d'une overdose.


Pour assurer la sécurité, les organisateurs avaient fait venir des
membres d'une célèbre communauté hippie californienne - "The Hog Farm" (la ferme aux cochons).


Leurs méthodes reflétaient l'esprit du festival: certains veillaient, dans des tentes spécialement réservées, sur ceux qui avaient fait un mauvais trip à l'acide, d'autres étaient chargés de prier poliment les festivaliers de rester calmes.


Pour le 50e anniversaire, Michael Lang, l'un des organisateurs du Woodstock de 1969, avait invité quelque 80 groupes ou musiciens à venir jouer, du rappeur Jay-Z à Santana, espérant recréer l'événement.


Mais impossible de trouver un paysan prêt à les accueillir sur son terrain, après que le site de Watkins Glen, à 200 km à l'ouest du site original de Bethel, au nord de New York, eut décliné.


Les organisateurs se sont vu refuser l'un après l'autre les permis nécessaires, pour des raisons tenant au dispositif d'assistance médicale, à l'eau, à la nourriture ou au personnel de sécurité.


Des policiers devant la salle du Bataclan  Paris le 12 novembre 2016


Des policiers devant la salle du Bataclan, à Paris, le 12 novembre 2016
( FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives )


"Tout le monde aujourd'hui est beaucoup plus sensible aux questions de
sécurité et de santé," explique Stuart Cameron. "Quand les gens achètent de la nourriture à un événement, ils supposent
qu'elle est bonne à consommer. Et, s'ils sont blessés, qu'il y aura une ambulance". "A l'époque, on ne supposait pas forcément tout ça".


"Plus jamais la même expérience"


Au-delà de la sécurité sanitaire, la multiplication des fusillades et attentats ces dernières années, notamment lors de concerts, a compliqué l'organisation de ce genre de rassemblements de masse.


En octobre 2017, 58 personnes sont mortes quand un homme lourdement armé
a tiré sur une foule à Las Vegas lors d'un concert de musique country.


Quelques mois auparavant, 22 autres avaient péri en marge d'un concert
d'Ariana Grande à Manchester, en Angleterre, dans un attentat à la
bombe.


En novembre 2015, un commando jihadiste avait tué 90 personnes qui
assistaient à un concert du groupe Eagles of Death Metal dans la salle du Bataclan, à Paris.


Certes, plusieurs grands festivals musicaux prospèrent - comme Coachella,
Glastonbury, Primavera Sound, Bonnaroo et Lollapalooza - mais ils sont coûteux et toujours lourdement encadrés et protégés, loin de l'esprit "peace and love" de Woodstock.


"Autrefois, on s'inquiétait surtout des gens qui introduisaient alcool et
drogues en douce, maintenant ce sont ceux qui apportent des armes de
destruction massive pour tuer tout le monde", souligne Joseph Giacalone, détective retraité, qui travailla longtemps à sécuriser les célébrations du Nouvel An à Times Square à New York.


Camping au festival de Woodstock en 1969


Camping au festival de Woodstock en 1969 ( Annie BIRCH / Annie BIRCH personal collection/AFP )


"C'est pas qu'il n'y avait pas de fusillades avant, mais elles étaient très espacées", poursuit-il, citant pour exemple la fusillade qui fit 14 morts à Austin, au Texas en 1966, et qui resta la plus sanglante pendant 18 ans.


Et l'ex-détective de lâcher: "La société a changé au cours des 20-30 dernières années (...) Les gens qui ont vécu les années 1960 ne connaîtront plus jamais la même expérience".

Trump relâche la pression commerciale sur la Chine et le consommateur américain

Trump relâche la pression commerciale sur la Chine et le consommateur américainhttp://www.via214.net/


Publié le 14/08/2019 à 06:09 La Rédaction Via214



Donald Trump a relâché mardi la pression contre Pékin en retardant
l'imposition de tarifs douaniers punitifs sur une série de produits
de grande consommation, un geste aussi adressé au consommateur américain avant les achats de fin d'année.


Cette initiative saluée avec enthousiasme par les marchés et des
importateurs apparaît en effet comme un cadeau aux consommateurs américains qui craignaient des hausses de prix autour des fêtes à cause des tarifs douaniers.


"Nous faisons ça pour Noël juste au cas où cela aurait un impact sur le
consommateur américain", a reconnu Donald Trump, ajoutant: "nous les avons reportés (les tarifs) pour qu'ils n'aient pas d'influence sur les fêtes de fin d'année".


C'est la première fois que le président reconnaît aussi clairement que
l'économie américaine --dont le consommateur est le principal pilier-- pourrait pâtir de la guerre commerciale qu'il a déclenchée contre la Chine il y a un peu plus d'un an.


Il s'est d'ailleurs empressé de souligner que "pour l'instant"
les taxes qu'il a imposées aux importations chinoises n'avaient eu
"aucun effet". Une majorité d'économistes et le FMI insistent au contraire sur l'effet funeste de la guerre commerciale qui oppose les deux premières puissances économiques du monde sur la croissance mondiale.


Pour tenter de sortir de l'impasse, Américains et Chinois ont repris
langue. Les responsables des négociations ont eu un entretien
téléphonique mardi qualifié par le président américain de "très
productif".


Le gouvernement américain a donc annoncé reporter au 15 décembre
l'instauration de tarifs douaniers supplémentaires de 10% sur les produits électroniques chinois qui était prévue pour le 1er septembre.


Le prsident amricain Donald Trump parle  la presse  laroport de Morristown dans le New Jersey le 13 aot 2019


Le président américain Donald Trump parle à la presse à l'aéroport de Morristown dans le New Jersey, le 13 août 2019 ( Nicholas Kamm / AFP )


Cette décision, qui retarde de deux mois et demi la taxation d'une grande
partie des 300 milliards de dollars d'importations chinoises concernées par ces tarifs --sur un total de quelque 550 milliards de biens chinois importés chaque année aux Etats-Unis--, a été fêtée par les marchés.


Wall Street qui avait démarré dans le rouge mardi, inquiète de la crise
politique à Hong Kong, a terminé en hausse de 1,48% mardi. Le soulagement a également gagné les Bourses asiatiques mercredi matin. Hong Kong gagnait 1,26% à l'ouverture, et Tokyo 0,98%.


Donald Trump veut forcer Pékin non seulement à réduire son excédent
commercial avec les Etats-Unis mais aussi à mettre fin à des pratiques qu'il juge déloyales, comme le vol de propriété intellectuelle par exemple.


Déjà 250 milliards de dollars de marchandises et matériaux chinois sont
taxés par les Américains depuis un an.


Dans un communiqué, les services de l'ambassadeur américain au Commerce
USTR précisent que le report annoncé mardi touche les téléphones portables, les ordinateurs portables et autres consoles de jeux made in China.


Plusieurs valeurs d'entreprises qui s'approvisionnent largement en Chine ont
bondi peu après la publication du communiqué de l'USTR: l'action du
géant informatique Apple, qui joue gros avec son iPhone, prenait ainsi plus de 4,3% à la mi-journée.


Coups de téléphone


"On est certainement soulagés qu'une grande partie des marchandises ne
soient pas affectées durant la saison des fêtes", a réagi pour l'AFP Rebecca Mond, vice-présidente de l'Association
professionnelle du jouet. "Mais on aimerait que ces tarifs douaniers disparaissent complètement", a-t-elle ajouté.


Des produits dimportation chinois  Washington le 9 aot 2019


Des produits d'importation chinois à Washington, le 9 août 2019 ( Alastair Pike / AFP/Archives )


La Fédération du commerce de détail s'est elle aussi réjouie, mais a
exhorté le président à trouver un autre moyen que les tarifs "qui tuent des emplois américains et affectent les consommateurs" pour faire plier la Chine.


D'autres produits, qui sont liés à la santé ou à la sécurité notamment, seront en outre exemptés de tarifs, a indiqué l'USTR. Les bibles imprimées en Chine en font partie, a précisé l'administration.


Ce geste du gouvernement Trump intervient alors que les tensions
commerciales entre Pékin et Washington s'étaient aggravées lorsque Washington a officiellement accusé la Chine de manipuler sa monnaie la semaine dernière pour en tirer un avantage compétitif sur le front des exportations.


Même si l'initiative de la Maison Blanche de retarder les nouveaux tarifs
offre un répit dans l'escalade des tensions, il n'est pas clair si la session de discussion commerciale du mois prochain est maintenue.


Un cargo dans le port de Qingdao en Chine le 6 aot 2019


Un cargo dans le port de Qingdao, en Chine, le 6 août 2019 ( STR / AFP/Archives )


L'USTR a précisé mardi que le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer avait eu une conversation téléphonique avec le
vice-premier ministre chinois Liu He qui mène les négociations pour Pékin. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a participé à ces entretiens, a-t-on indiqué de source informée.


Un autre contact téléphonique est également prévu dans deux semaines.


Pour sa part, le président Donald Trump a continué à reprocher dans un
tweet à la Chine de ne toujours pas avoir acheté de produits agricoles américains, comme promis. Il a aussi affirmé mardi que les Etats-Unis pourraient quitter l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qu'il critique parce qu'elle accorde, selon lui, un traitement de faveur à la Chine au détriment des Etats-Unis.

Méditerranée : encore un sauvetage pour l'Ocean Viking, 356 migrants à bord

Méditerranée : encore un sauvetage pour l'Ocean Viking, 356 migrants à bordhttp://www.via214.net/


Publié le 13/08/2019 à 07:05 La Rédaction Via214



Le navire humanitaire Ocean Viking a secouru lundi 105 migrants supplémentaires dans les eaux internationales au large de la Libye,
et compte désormais 356 personnes à la recherche d'un port sûr pour débarquer, a constaté l'AFP à bord.


Dans le même temps, plus de 150 migrants étaient bloqués, certains
depuis plus de 10 jours, sur le navire espagnol Open Arms au large de
l'île italienne de Lampedusa.


Le canot bleu en caoutchouc a été repéré dans la journée à environ
40 milles nautiques des côtes libyennes, grâce à la veille permanente mise en place sur le pont supérieur du navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF).


A bord se trouvaient 105 hommes et adolescents, en majorité des
Soudanais comme lors des deux précédentes opérations de secours,
parmi lesquels 29 mineurs dont deux enfants d'environ 5 et 12 ans.


L'opération de lundi a été plus compliquée que les précédentes : quand les zodiacs des marins-sauveteurs sont arrivés à sa hauteur, le canot
avait commencé à se dégonfler et plus d'une demi-douzaine de personnes sont tombées à l'eau, mais tous sont sains et saufs.


L'Ocean Viking est équipé pour accueillir entre 200 et 250 personnes dans de bonnes conditions dans des conteneurs aménagés sur le pont, mais
il a encore la capacité de recueillir de nouveaux migrants si la situation l'impose, affirment les deux ONG.


Le grand bateau rouge restait donc au large de la Libye, d'autant qu'un
autre canot, parti en même temps que celui secouru lundi, avait été signalé.


Les conditions météorologiques sont actuellement favorables aux départs
et il est possible que la grande fête musulmane de l'Aïd al-Adha influence la vigilance des garde-côtes libyens.


Les autorités maltaises, contactées par l'Ocean Viking avant le sauvetage de lundi, ont refusé d'accueillir les migrants présents à bord, estimant qu'elles n'étaient tenues de le faire que dans le cas d'opérations conduites dans sa zone de secours.


Tous les migrants de l'Ocean Viking, qui bat pavillon norvégien, ont été
secourus dans la vaste zone dépendant de la Libye, mais selon le coordinateur des opérations à bord, Nicholas Romaniuk, les tentatives pour contacter les garde-côtes libyens sont restées vaines depuis cinq jours.


A Rome, le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, a répété
"l'interdiction absolue pour ces deux navires étrangers de pénétrer dans les eaux italiennes. Ouvrez les ports de France, d'Espagne ou de Norvège".


Il est arrivé par le passé que Tripoli propose un port de débarquement
libyen, ce à quoi les ONG se refusent en raison des abus et violences que les migrants risquent d'y retrouver.


Une partie des migrants de l'Open Arms ont été secourus dans la zone de
Malte, et la marine maltaise a proposé de les conduire à La Valette, mais l'ONG a refusé, expliquant redouter des actes
désespérés de la part de ceux obligés de rester à bord au moment du transfert.


Le fondateur de l'ONG espagnole, Oscar Camps, a cependant dénoncé le
refus de Malte comme de l'Italie de laisser l'Open Arms s'abriter près de ses côtes, alors que "des creux de 2,2 m sont prévus pour mercredi après-midi".





Baisse des marchés asiatiques; la tension à Hong Kong s'intensifie alors que les manifestants occupe

Baisse des marchés asiatiques; la tension à Hong Kong s'intensifie alors
que les manifestants occupent l'aéroporthttp://www.via214.net/


Publié le 13/08/2019 à 06:36 La Rédaction Via214



Investing.com - Les marchés asiatiques ont chuté mardi dans la matinée, les actions de Hong Kong ayant perdu plus de 1,5%, dans un contexte de
troubles politiques persistants dans la ville.


L'indice Hang Seng s'est échangé
pour la dernière fois à 25 428, à 22h50 (02h50 GMT), en baisse de 1,55%. L'aéroport de Hong Kong a rouvert ses portes aujourd'hui après avoir interrompu tous les vols lundi, alors que les manifestants occupaient les halls d'arrivée depuis quelques jours,
bien que des rapports suggèrent que l'occupation a été pacifique.


L’aéroport a annoncé que les vols seraient reprogrammés aujourd’hui, mais
que leur nombre devrait être limité. Cathay Pacific Airways Limited (HK:0293)
a déclaré avoir annulé plus de 200 vols aujourd'hui, selon le site internet.


Lundi, les manifestants ont de nouveau reproché à la police d'avoir fait un usage excessif de la force alors qu'elle tirait des gaz lacrymogènes et des boulettes de sacs d'haricot à bout
portant. Dans le même temps, le porte-parole du bureau des affaires de Hong Kong et Macao, Yang Guang, a déclaré lors d'une conférence de presse que les manifestants "utilisaient fréquemment des outils extrêmement dangereux pour attaquer la police ces derniers jours, constituant ainsi un crime grave et des
poussées de terrorisme".


Le Shanghai Composite de Chine et
la composante de Shenzhen se sont échangés de 0,7% et 0,9% de moins. Les données montrent que les investissements directs étrangers en Chine ont progressé de 7,3% par rapport à l'année dernière au cours des sept premiers mois de
l'année, bien que ces indicateurs ne soient pas déterminants.


La KOSPI de la Corée du Sud a perdu 0,7%.


En dessous, l'ASX200 australien
a chuté de 0,3%. Une enquête a montré que l'indice des conditions de
l'activité économique de la National Australia Bank du pays était en baisse de 2 points à +2 en juillet.


"La dégradation de la conjoncture économique depuis le début de 2018 a
été généralisée et a continué à se maintenir à des niveaux inférieurs à la moyenne ces derniers mois", a déclaré
l'économiste en chef du groupe NAB, Alan Oster.


"C’est inquiétant, car même si les conditions restent positives, cela
laisse augurer d’une perte de vitesse importante dans le secteur des entreprises", a-t-il noté.


Dans le même temps, Singapour a abaissé de zéro à 1% sa prévision de
croissance du PIB pour 2019 en année pleine, contre 1,5% à 2,5% précédemment. Le PIB du deuxième trimestre a diminué de 3,3% en glissement trimestriel, soit plus que prévu de 2,9%.


"À l'avenir, la croissance du PIB sur bon nombre des principaux marchés
de la demande finale de Singapour au second semestre de 2019 devrait ralentir ou rester similaire à celle enregistrée au premier semestre", a déclaré le ministère du Commerce et de l'Industrie
dans un communiqué Mardi.





Les choses s'arrangent entre Rihanna et son père

Les choses s'arrangent entre Rihanna et son pèrehttp://www.via214.net/


Publié le 13/08/2019 à 06:11 La Rédaction Via214



FAMILLELa star avait poursuivi en justice son paternel, l’accusant d’avoir exploité son nom


Il semble que Rihanna a tout pardonné à son père, Ronald Fenty. La star est venue se ressourcer sur sa terre natale, la Barbade, à l’occasion du Crop Over Festival, une grande fête traditionnelle avec un carnaval.


Et sur des clichés obtenus par Entertainment Tonight, on peut voir la chanteuse tout sourire auprès de son père, qui n’était pas moins heureux de ces retrouvailles. Pourtant, il y a
encore quelques mois, les relations étaient plus qu’orageuses
entre eux.



Une plainte en justice


En effet, Rihanna n’a pas hésité à poursuivre son père en justice, ainsi que son associé Moses Joktan Perkins, pour avoir exploité son nom par le biais de leur société Fenty Entertainment. La chanteuse a accusé les deux associés d’avoir promis des concerts de la
star contre plusieurs millions de dollars, sans l’accord de la
principale intéressée.


Il semblerait en tout cas que la joie de participer au carnaval du Crop
Over Festival ait permis d’arrondir les angles entre le père et la fille.






American Airlines remporte un blocage permanent devant un tribunal contre de prétendues perturbation

American Airlines remporte un blocage permanent devant un tribunal contre de prétendues perturbations causées par des mécanicienshttp://www.via214.net/


Publié le 13/08/2019 à 05:50 La Rédaction Via214



(Reuters)- Un tribunal fédéral américain a publié lundi une injonction
permanente contre le syndicat des mécaniciens d'American Airlines (NASDAQ:AAL), qui avait été accusé de ralentissements illégaux qui auraient
dévasté ses opérations pendant la haute saison estivale.


Le jugement, rendu devant le tribunal de district des États-Unis pour le district nord du Texas, avait rendu permanente une ordonnance antérieure contre l'association TWU-IAM, exigeant que les travailleurs cessent de s'ingérer dans les activités d'American.


En mai, American avait engagé une action en justice contre le groupe
syndical après avoir bloqué les négociations contractuelles
supervisées par un médiateur fédéral.


À l’époque, American avait déclaré que des perturbations présumées
de la part des mécaniciens avaient entraîné des centaines d’annulations de vols et des retards de maintenance encore plus importants.


Le groupe syndical a nié les accusations devant le tribunal.


L'ordre de lundi interdit aux employés d'appeler, de permettre, d'inciter, d'autoriser, d'encourager, de participer, d'approuver ou de
poursuivre toute forme de perturbation ou d'ingérence dans les activités des compagnies aériennes américaines, y compris le refus d'accepter des heures supplémentaires ou d'effectuer des travaux de maintenance dans les conditions normales. Cours de travail.




Le pape François préoccupé par le "souverainisme" et le "populisme"

Le pape François préoccupé par le "souverainisme" et le "populisme"http://www.via214.net/


Publié le 12/08/2019 à 07:22 La Rédaction Via214



REACTIONJe suis préoccupé parce qu’on entend des discours qui ressemblent à ceux d’Hitler en 1934 ", a déclaré le souverain pontife


Alors que le leader d'extrême droite Matteo Salvini a déclenché une crise politique en Italie, en faisant éclater la coalition au pouvoir, le pape François a réagi, fustigeant le souverainisme, une attitude de " fermeture " qui " mène à la guerre ", et
le populisme dont le discours est " très proche", a-t-il déclaré dans un entretien publié vendredi par La Stampa.


" Le souverainisme est une attitude d’isolement. Je suis préoccupé parce qu’on entend des discours qui ressemblent à ceux d’Hitler en 1934. "Nous d’abord. Nous… nous" : ce sont
des pensées qui font peur ", a souligné le souverain pontife.


" Chasser les oligarques européens "


L’homme fort du gouvernement italien Matteo Salvini, chef de la Ligue, a fait éclater jeudi la coalition au pouvoir dans laquelle il était allié au Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème), provoquant une crise politique. En cas d’élections anticipées à l’automne, il devrait concourir seul et les sondages lui prédisent une large
victoire avec l’appoint du parti post-fasciste Fratelli d’Italia.


Matteo Salvini, qui se dit ami du dirigeant hongrois Viktor Orban et de la
cheffe de l’extrême droite française Marine Le Pen, revendique appartenir à un " front souverainiste " dont le but est de " chasser les oligarques européens ".


" Les populismes nous mènent aux souverainismes "


" Un pays doit être souverain, mais pas fermé. La souveraineté doit
être défendue, mais les rapports avec d’autres pays, avec la Communauté européenne, doivent également être défendus. Le souverainisme est une exagération qui finit toujours mal : elle mène à la guerre ", a ajouté le pape.


Interrogé sur " le populisme ", il a estimé qu’il s’agissait " du même discours ". " Les populismes nous mènent
aux souverainismes : ce suffixe en "isme" ne fait jamais du bien ", a-t-il asséné. Réagissant dans un tweet, Marine Le Pen a jugé cette phrase " affligeante " : " quid du catholicisme et du christianisme à ses yeux ? ! ",
s’est-elle interrogée.



Marine Le Pen




@MLP officiel


Déclaration affligeante du Pape : "Les populismes nous mènent aux
souverainismes : ce suffixe en +isme+ ne fait jamais du bien".

Quid du catholicisme et du christianisme à ses yeux ?!MLPlepoint.fr/monde/le-pape-...



2 815


13:03 - 9 août 2019


2 037 personnes parlent à ce sujet


Pour le pape, il faut " sauver " l’Europe


Pour le pape François, l’Europe, qui représente " l’unité ", " ne doit pas se dissoudre ". " Elle s’est affaiblie avec les années, aussi en raison de quelques problèmes de gouvernance, de dissensions internes. Mais il faut la sauver. Après
les élections, j’espère qu’un processus de relance va commencer ", a-t-il dit, en saluant la nomination d’une femme
à la tête de la Commission européenne, l’Allemande Ursula von der Leyen.


Le pape évoque régulièrement le danger de la montée des partis populistes anti-immigration, sans jamais nommer les pays ou dirigeants concernés.





Salvini pourrait "entraîner l'Italie hors de l'UE" estime un ancien Premier ministre italien

Salvini pourrait "entraîner l'Italie hors de l'UE" estime un ancien
Premier ministre italienhttp://www.via214.net/


Publié le 12/08/2019 à 06:45 La Rédaction Via214




POLITIQUEPour
Enrico Letta, " les élections sont assez probables "



L’ancien chef du gouvernement italien Enrico Letta, de centre gauche, s’est dit " très préoccupé " dimanche face " au chaos politique " en Italie, estimant nécessaire de stopper
l’ascension de l’homme fort de l’extrême droite, Matteo Salvini, qui " pourrait entraîner l’Italie hors d’Europe ".
Enrico Letta, ancien numéro 2 du Parti démocrate (centre gauche, PD), a dirigé l’Italie d’avril 2013 à
février 2014. Retiré de la vie politique, il vit désormais à Paris.


Le chef de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini a fait exploser jeudi la coalition formée avec le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème), au pouvoir depuis 14 mois, et réclame la fin du
gouvernement de Giuseppe Conte et des élections anticipées. " Cette majorité n’avait aucune chance de durer, c’étaient deux partis incompatibles ", a constaté Enrico Letta, soulignant que
Matteo Salvini, " en grand opportuniste, cherche à tirer les bénéfices " de la crise.


" Élections assez probables "


Pour Enrico Letta, aujourd’hui doyen de l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po Paris, " les élections sont assez probables ", puisqu’il sera " très compliqué de mettre ensemble des partis aussi différents que le PD et le M5S " pour former une nouvelle coalition.


Des élections offriraient à Matteo Salvini, crédité de 36 à 38 % des voix dans les sondages, " un résultat important ", voire " une majorité absolue " au Parlement. " Ce serait un grand danger pour le pays ", avertit-il. " Matteo Salvini et ses idées souverainistes pourraient entraîner le pays hors de l’Europe ".


Si le leader d’extrême droite a toujours assuré vouloir rester dans
l’UE, Enrico Letta juge qu’il " n’a aucun principe ". " Un jour, il peut dire qu’il veut l’Europe, le lendemain
qu’il veut en sortir ", affirme Enrico Letta, assurant qu'" avec Matteo Salvini, un Brexit italien n’est pas
impossible ".





Syrie: L'Etat islamique promet d'intensifier ses attentats contre la coalition et les kurdes

Syrie: L'Etat islamique promet d'intensifier ses attentats contre la
coalition et les kurdeshttp://www.via214.net/


Publié le 12/08/2019 à 06:19 La Rédaction Via214




TERRORISMELe dernier attentat en date revendiqué par l'EI remonte au 7 août



Le groupe Etat islamique (EI)
a promis dimanche d’intensifier son " combat " contre la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et ses alliés kurdes en Syrie, dans la deuxième vidéo de ce genre postée sur son organe de propagande depuis sa défaite territoriale en mars.


Ces derniers mois, l’EI a mené une série d’attentats visant notamment les forces kurdes dans ses ex-fiefs dans le nord et le nord-est de la Syrie. La chute du " califat " autoproclamé par l’EI en 2014 a été annoncée le 23 mars
dernier après la prise de l’ultime bastion des jihadistes dans l’est de la Syrie, au terme d’une offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes
et soutenues par la coalition internationale antijihadiste.


Mais des combattants de l’EI et des " cellules dormantes " sont encore disséminés dans plusieurs régions du pays. Selon un récent rapport du Pentagone, l’EI est en train de " ressurgir en Syrie ". " Le feu de la bataille entre nous et eux (les forces kurdes et à leurs alliés, ndlr) a été rallumé et va s’intensifier ", a menacé l’EI dans une vidéo adressée à
ses partisans.


" L’Etat islamique a repris ses activités "


Le dernier attentat en date revendiqué par l’EI remonte au 7 août.
Cinq personnes, dont trois enfants, ont péri dans une attaque à la voiture piégée à Qahtaniya, dans la province de Hassaké, contrôlée par les Kurdes. La vidéo, d’une dizaine de minutes
montre par ailleurs des scènes de décapitation et de tirs à bout
portant sur des personnes présentées comme des combattants kurdes kidnappés par les jihadistes.


Le montage inclut des passages de reportages télévisés et des témoignages affirmant que l’EI n’a pas été vaincu et qu’il est toujours présent en Syrie. " Même s’il a perdu son " califat " territorial, l’Etat islamique (…) a
repris ses activités en Syrie ce trimestre ", est-il précisé dans le rapport du Pentagone, alors que les Etats-Unis se sont " partiellement retirés " du pays sur décision du président américain Donald Trump.





Elysée : ces malédictions qui entourent le palais présidentiel

Elysée : ces malédictions qui entourent le palais présidentielhttp://www.via214.net/


Publié le 12/08/2019 05:49 La
Rédaction Via214



Pièce chargée d'histoire, bureau qui "rend fou", Premières dames éphémères... plusieurs malédictions semblent planer au-dessus du palais de l'Elysée.


La malédiction de la Première dame


Au Touquet en 2017 pour aller voter, Brigitte Macron a été mise en garde par un badaud au sujet d'une malédiction qui pourrait la frapper prochainement ! "Soyez prudente, parce que… il y
a une malédiction à l’Elysée, vous savez ?", a-t-il lancé à la femme du président. Et celui-ci de préciser : "Les Premières dames disparaissent quelques mois après…". Une mise en garde qui n’a pas eu l’air de faire peur à l'épouse du président, laquelle lui a répliqué avec un sourire : "Oh la
la ! On va conjurer".


Le "bureau qui rend fou"


A l'Elysée, il paraît qu'il y a un "bureau qui rend fou". Ce bureau, ancienne chambre de l'impératrice Eugénie, situé au premier étage de l'Elysée, offre une vue imprenable sur le parc du palais présidentiel. Il est stratégiquement situé entre le bureau du président et ses appartements privés.


Mais d'après la rumeur, ce bureau, autrefois occupé par Henri Guaino
puis Aquilino Morelle rendrait fou ses occupants. Dans le livre Elysée,
vérités et légendes
, les auteurs relatent cette rumeur qui conduirait l'occupant de ce bureau à une "dérive narcissique" et une "coupure avec 'la vraie vie'". Est-ce pour cela que François Hollande avait fait de cette très belle pièce, si convoitée, une
salle de réunion ?


Le salon d'Argent


Dans le palais présidentiel, il est un lieu où l'on n'aime pas trop
s'attarder... Il s'agit du "Salon d'argent", lieu chargé d'histoire. C'est en effet là que Napoléon Ier a signé son
abdication et que le président Felix Faure est mort d'une crise cardiaque dans les bras de sa maîtresse. C'est aussi là que le général de Gaulle est passé après avoir annoncé son départ en
1969. C’est aussi dans cette pièce qu’un intrus, qui avait réussi à escalader la grille du Coq, avait été retrouvé faisant une sieste dans le canapé, en 1974...


Des vols à répétition


Malgré l’important système de sécurité qui y est déployé, l’Elysée
n’échappe pas aux vols. Un rapport commandé par la Cour des comptes en 2008 révélait que 200 objets répertoriés par le Mobilier national avaient disparu entre 1995 et 2007. Et si certains
ont pu être identifiés et attribués à des délégations étrangères reçues en voyage officiel, la plupart de ces larcins demeurent un mystère, ainsi que le rapportent Patrice Duhamel et
Jacques Santemaria dans Elysée,
coulisses et secrets d’un palais
.


Des vols à répétition


Malgré l’important système de sécurité qui y est déployé, l’Elysée
n’échappe pas aux vols. Un rapport commandé par la Cour des comptes en 2008 révélait que 200 objets répertoriés par le Mobilier national avaient disparu entre 1995 et 2007. Et si certains
ont pu être identifiés et attribués à des délégations étrangères reçues en voyage officiel, la plupart de ces larcins demeurent un mystère, ainsi que le rapportent Patrice Duhamel et
Jacques Santemaria dans Elysée,
coulisses et secrets d’un palais
.


La malédiction des présidents éliminés


Sur les 25 présidents de la République que la France a connu depuis
1848, seuls 10 ont terminé leur mandat, relève dans son livre Patrice de Moncan, auteur du Palais de l'Elysée. Certains y sont morts brutalement, d'autres ont été assassinés, ou ont
démissionné. "D'autres encore sont devenus fous, au point de grimper dans les arbres du parc !", ajoute l'historien.




Trump réaffirme son soutien sans faille à la détention d'arme à feu

Trump réaffirme son soutien sans faille à la détention d'arme à feuhttp://www.via214.net/


Publié le 11/08/2019 à 11:03 La Rédaction Via214



Donald Trump a confirmé vendredi avoir discuté avec la NRA, le puissant
lobby des armes à feu, et il a assuré être le plus fervent défenseur du droit des Américains à détenir une arme.


Six jours après les deux fusillades qui ont ensanglanté, une énième
fois, les Etats-Unis, à El Paso, au Texas et à Dayton dans l'Ohio,
le président des Etats-Unis a exhorté à tenir les armes hors de portée des "personnes malad