Portrait
Via214
Fermer

Paysages d'autrefois

Comment fêter Pâques

Comment fêter Pâqueshttp://www.via214.net/


Publié le 21/04/2019 à 11:22 La Rédaction Via214



  • Fête la plus importante pour les chrétiens, Pâques marque la résurrection du Christ.Sa date correspond au printemps et à la renaissance de la nature. Ses symboles sont connus du grand public : agneau, œufs, cloches.
    Tout savoir pour fêter Pâques.


    1.Qu’est-ce que l’on fête le dimanche de Pâques?<


    La Pâque est une fête juive qui
    commémore le miracle de la libération du peuple juif, sorti Égypte en traversant la mer Rouge à pied sec.


    La Pâque chrétienne, tout en rappelant cet événement, célèbre le
    passage de la mort à la vie de Jésus, crucifié.



    2 Comment se préparer à la fête de Pâques ?


    Les chrétiens se préparent à la fête de Pâques pendant le carême et la semaine sainte :


    ■ Le carême Le carême est la période de 40 jours qui précède le jour de Pâques. Il rappelle les 40 jours que Jésus a passés au désert. Il commence le mercredi des Cendres et s’achève au jour de Pâques.


    ■ La semaine sainte: La semaine sainte s’ouvre par le dimanche des Rameaux, commémorant l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Il est acclamé comme un roi.


    Durant la semaine, les chrétiens commémorent le dernier repas que Jésus
    prend avec ses apôtres (Jeudi saint),
    son arrestation, son procès, sa mort sur la croix (Vendredi saint) et sa résurrection le troisième jour, le dimanche de Pâques.



    3. Pourquoi deux écritures : Pâque et Pâques ?


    Ces deux écritures correspondent à deux traditions religieuses
    différentes.


    ■ La Pâque juive est une fête centrale dans le rituel juif. Elle
    commémore la sortie d’Égypte du peuple hébreu et sa libération de l’esclavage par Dieu. Elle est célébrée autour d'un repas rituel nommé "le sedder".


    ■ La fête chrétienne s'écrit Pâques avec un " s ". Elle intègre la commémoration de la sortie d’Égypte,
    Jésus étant juif, et rappelle les derniers moments de la vie de Jésus et sa résurrection, le passage de la mort à la vie.


    4. Pourquoi la date de Pâques change-t-elle chaque année ?


    Pâques se célèbre toujours un dimanche. C’est le concile de Nicée, en
    325, qui a souhaité faire coïncider la célébration de la résurrection du Christ avec le retour du printemps. La fête de
    Pâques a lieu le premier dimanche qui suit la première pleine lune, après le jour du Printemps. L'équinoxe de printemps étant le 21 mars, Pâques tombe au plus tôt le 22 mars et au plus tard le 25 avril.


    5.Les traditions du jour de Pâques


    À Pâques, les Français mangent du chocolat et les enfants partent à
    la chasse aux œufs. Il existe d’autres traditions comme l’agneau pascal, les cloches qui reviennent de Rome. D’où viennent toutes ces traditions de Pâques?




Pâques : François invite à " retirer les pierres de la méfiance et du péché "

Pâques : François invite à " retirer les pierres de la méfiance et du
péché "http://www.via214.net/


Publié le 21/04/2019 à 10:29 La Rédaction Via214



Dans une homélie pleine d’espérance, malgré la crise de l’Église, François a invité, lors de la veillée pascale, samedi soir 20 avril, à ne pas laisser " le courant des problèmes (…) nous briser sur les pierres du péché et sur les écueils de
la méfiance et de la peur ".


    Alors que l’Église, en crise, est tentée par les peurs, les fermetures et les replis sur soi, c’est, au contraire, un message de foi et d’espérance que le pape François a lancé, samedi soir 20 avril, au cours de la veillée pascale, en la basilique Saint-Pierre de Rome.


"Notre chemin n’est pas vain", "il ne se cogne pas contre une pierre tombale", a-t-il martelé, en centrant son homélie sur les mots des anges aux femmes qui se demandaient qui allait bien pouvoir leur rouler la pierre du tombeau où elles se rendaient de bon matin : "Pourquoi
cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? "
.


"Pourquoi cédez-vous à la résignation et à l’échec ? ", a lancé le pape aux fidèles rassemblés dans la nef tout éclairée de Saint-Pierre, mais aussi à une Église catholique en plein doute, et auxquels il a rappelé que "Dieu enlève les pierres les plus dures contre lesquelles viennent s’écraser les espérances et les attentes : la mort, le péché, la peur, la mondanité".


Le Ressuscité renverse nos déceptions


"La pierre de la méfiance" qui édifie "le tombeau de l’espérance" François a ainsi rappelé que, si "nous sommes tentés de tout juger sur la base de nos échecs ", le Christ ressuscité vient au contraire "faire toutes choses nouvelles, renverser nos déceptions".


Et d’interroger chacun pour qu’il se demande "quelle est ma pierre à retirer, comment se nomme cette pierre ? ". Avant d’en soulever lui-même deux, particulièrement actuelles
dans la crise de l’Église.


D’abord, "la pierre de la méfiance "qui "entrave
l’espérance "
, notamment "quand
l’idée que tout va mal prend de l’ampleur et qu’il n’y a jamais de fin au pire
", et qui nous pousse "à
croire que la mort est plus forte que la vie "
, nous rendant "cyniques
et moqueurs, porteurs de découragement malsain
", édifiant ainsi "le
tombeau de l’espérance "
.


" Le péché, c’est chercher la vie parmi les morts "Refusant cette "psychologie du tombeau ",
François a au contraire rappelé que "le Seigneur n’habite pas dans la résignation", et appelé chaque chrétien à ne pas "enterrer
l’espérance "
.


Seconde pierre "scellée
dans le cœur "
 : celle du péché qui "séduit, promet des choses faciles et rapides, bien-être et succès, mais il
laisse ensuite, à l’intérieur, solitude et mort
". "Le péché, c’est chercher la vie parmi les morts, le sens de la vie dans les choses qui passent ", a-t-il insisté. Face à ces pierres qui nous maintiennent "prostrés dans nos limites ", "terrés dans nos peurs", le Christ, a rappelé le pape, "nous
appelle à nous lever, à nous redresser sur sa Parole, à regarder vers le haut et à croire que nous sommes faits pour le Ciel, non pas pour la terre ; pour les hauteurs de la vie, non pas pour les
bassesses de la mort
".


" La certitude non négociable de la vie "


À l’inverse des prophètes de malheur qui invite au rejet ou au retrait du monde, François a rappelé que Dieu "voit toujours en chacun de nous un foyer irrésistible de beauté".


"Le Seigneur aime cette vie qui est la tienne, même quand tu as peur de
la regarder et de la prendre en main
", a-t-il rappelé à chacun, au point, a-t-il expliqué "de la traverser tout entière, d’éprouver l’angoisse, l’abandon, la mort et les enfers pour en sortir victorieux et te dire : “Tu n’es pas seul, aies confiance en moi !”"Ne restons pas à regarder par terre, apeurés, regardons Jésus ressuscité : son regard nous insuffle l’espérance, parce qu’il
nous dit que nous sommes toujours aimés et que malgré tout ce que nous pouvons faire, son amour ne change pas
",
a donc exhorté le pape, voyant dans cette permanence de l’amour du Christ "la certitude non négociable de la vie".


Ne pas "s’arrêter
au cimetière "
mais "marcher
à la rencontre du Vivant "
D’où, et c’est ainsi qu’il a achevé cette homélie prononcée avec son ton vif habituel alors qu’il avait semblé très fatigué
au début de la célébration, la nécessité pour chacun comme pour l’Église "revenir à un amour vivant avec le Seigneur ".


"Autrement, on a une foi de musée, non pas la foi pascale",
a-t-il mis en garde, rappelant que "Jésus n’est pas un personnage du passé " mais " une personne vivante". "Aujourd’hui ;
on ne le connaît pas dans les livres d’histoire, on le rencontre dans la vie
", a-t-il insisté invitant les croyants à ne pas "s’arrêter
au cimetière "
mais "à marcher à la rencontre du Vivant ".


"Dans la vie, vers quoi est-ce que je marche ?", s’est-il interrogé, appelant ceux qui l’écoutaient, et notamment huit néophytes de 21 à 61 ans, hommes et femmes, qu’il a lui-même baptisés, à demander "la grâce de ne pas (se) laisser entraîner par le courant, par l’océan des problèmes ; de ne pas nous briser sur les pierres du péché
et sur les écueils de la méfiance et de la peur
".

Sri Lanka : au moins 137 morts après une série d’explosions dans des églises et des hôtels

Sri Lanka : au moins 137 morts après une série d’explosions dans des
églises et des hôtelshttp://www.via214.net/


Publié le 21/04/2019 à 09:53 La Rédaction Via214



Six attaques à l’explosif ont frappé trois églises et trois hôtels
dans trois villes différentes. Elles ont aussi fait plus de 400 blessés.



Le Sri Lanka est endeuillé ce dimanche par une série d’attentats. Six
explosions se sont produites dans trois hôtels de luxe et trois églises.


Au moins 137 morts et 400 blessés.Ces attaques ont fait au moins 137 morts. Un précédent bilan comptabilisait 52 personnes décédées. Le journal "Times of India", quotidien anglophone édité à Bombay, fait état de plus de 400 blessés, citant un porte-parole d’un hôpital de la capitale sri-lankaise,
Colombo.


Ces attaques ont pris pour cible trois hôtels de luxe et une église de
la capitale, ainsi que deux autres églises, l'une dans la ville côtière de Negombo, juste au nord de Colombo, l'autre à Batticaloa, sur la côte est de l'île.


Les autorités ont, pour l’instant, recensé 45 morts à Colombo, dont
9 étrangers, 67 à Negombo et 25 à Batticaloa.


Au moins 160 personnes ont été blessées dans la seule église
Saint-Anthony, à Colombo. Une des victimes au moins a péri dans le
Cinnamon Grand Hotel, situé dans la capitale.


L’église Saint-Sébastien de Negombo a lancé un appel à l’aide sur Facebook. "Attentat contre notre église, s'il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s'y trouvent", a-t-elle
fait savoir.



Des menaces redoutées d’attentats suicide.Ces explosions se sont produites au moment où était célébrée la
messe de Pâques dans les églises. Cette fête est la plus importante pour les chrétiens. Elle célèbre la résurrection du Christ.


Ces derniers jours, le chef des forces de police a dit redouter des
attentats suicide. Dans une note du 11 avril, fondée sur des informations d’un service de renseignement étranger, il expliquait qu’une organisation islamique était susceptible de s’en prendre
à des églises.


Le Premier ministre sri-lankais, Ranil Wickremesinghe, a convoqué un
conseil de sécurité national, qui se tiendra plus tard ce dimanche. Sur Twitter, il a dénoncé des "attaques lâches". Le chef du gouvernement
sri-lankais appelle son peuple à rester "uni et fort". ll demande aussi de ne pas relayer de fausses informations.


I strongly condemn the cowardly attacks on our people today. I call upon all Sri Lankans during this tragic time to remain united and strong. Please avoid propagating unverified reports and speculation. The government
is taking immediate steps to contain this situation.

—Ranil Wickremesinghe (@RW_UNP) 21 avril 2019

Le Sri Lanka est un pays à majorité bouddhiste. Les catholiques sont
estimés à 1,2 million sur une population de 21 millions d'habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12%
d'hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens. Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice car ils sont présents aussi bien dans la communauté des Tamouls que dans celle,
majoritaire, des Cingalais.


Certains chrétiens sont cependant mal vus parce qu'ils soutiennent des
enquêtes extérieures sur les crimes de l'armée srilankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile qui s'est achevée en 2009. Selon les Nations unies, le conflit de 1972 à 2009 a fait de 80 000 à 100 000 morts.

Gilets jaunes: les transports parisiens fortement perturbés ce samedi

Gilets jaunes: les transports parisiens fortement perturbés ce samedihttp://www.via214.net/


Publié le 20/04/2019 à 07:19 La
Rédaction Via214



Plusieurs gares et stations desservies par le métro et le RER seront fermées samedi.


Les gilets jaunes descendent dans les rues de Paris ce samedi pour leur
23e week-end de mobilisation. Alors que le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a affirmé que les "casseurs" seraient au rendez-vous, la préfecture de police de Paris a annoncé plusieurs mesures de sécurité. Les transports en commun, notamment, seront fortement
impactés.


Après l'incendie de Notre-Dame de Paris, un périmètre de sécurité a été
mis en place sur une grande moitié de l'Ile de la Cité. Sauf dérogation, la circulation à pied ou en voiture est interdite. La zone concernée se situe entre le Boulevard du Palais et la pointe Est de l'île de la Cité. La station Cité de la ligne 4 ainsi
que la gare Saint-Michel sur le RER B et C restent également fermées
jusqu'à nouvel ordre.


De nombreuses lignes de métro interrompues


La RATP annonce par ailleurs que plusieurs lignes de bus seront à
nouveau déviées notamment dans les secteurs allant de la basilique de Saint-Denis au quai Saint-Bernard et de Bercy à République.


Dès 8 heures du matin, le trafic des métros sera interrompu sur:



  • la ligne 1 entre la Défense et Châtelet


  • la ligne 6 entre Charles de Gaulle-Etoile et Trocadéro


  • la ligne 8 entre La Motte-Picquet Grenelle et Richelieu-Drouot


  • la ligne 9 entre Trocadéro et Saint-Augustin


  • la ligne 12 entre Sèvres-Babylone et Saint-Lazare


  • la ligne 13 entre Duroc et Saint-Lazare


    Plusieurs stations seront par ailleurs fermées. Les trains y passeront sans marquer l'arrêt.


  • Sont concernés sur la ligne 2, les arrêts Victor Hugo, Charles de
    Gaulle-Etoile, Ternes


  • Sont concernés sur la ligne 7, les arrêts Palais Royal-Musée du Louvre, Opéra et Pyramides.


  • Sont concernés sur la ligne 14, les arrêts Madeleine et Pyramides


  • Les RER ne marqueront pas l'arrêt à Charles de Gaulle-Etoile et Invalides.




Aveyron : le fromage qui fait polémique

Aveyron : le fromage qui fait polémiquehttp://www.via214.net/


Publié le 20/04/2019 à 06:52 La Rédaction Via214



Le groupe Lactalis commercialise, depuis début avril, un fromage intitulé "Bleu de Brebis". Un produit vendu sous la marque Société et dont l'emballage fait penser à un autre fromage : le
Roquefort.



Il a fait son apparition il y a quelques jours dans les rayons des
supermarchés. Un bleu de brebis qui ne porte aucunement la mention "Roquefort", mais dont l'emballage, et surtout la marque Société, pourraient y faire penser. C'est en tout cas la conviction
de José Bové. "On assiste à un produit qui un ersatz, qui est fait par le principal industriel de Roquefort. C'est vraiment le coup de poignard dans le dos. Jamais on n’aurait pu penser que ça arriverait", tonne le député européen.


L'entreprise Société se défend


Le Roquefort fait vivre 1 500 producteurs de lait en Aveyron. Des producteurs qui sont en train d'examiner le cahier des charges de ce nouveau bleu
pour s'assurer qu'il ne leur cause pas de tort. Filiale du groupe Lactalis, l'entreprise Société, à l'origine de ce nouveau fromage, se défend : pas question de concurrencer le célèbre Roquefort, d'appellation d'origine protégée, qui reste d'ailleurs son produit phare.





"Gilets jaunes" : pourquoi le 23e samedi de mobilisation s'annonce tendu

"Gilets jaunes" : pourquoi le 23e samedi de mobilisation s'annonce tenduhttp://www.via214.net/


Publié le 20/04/2019 à 06:00 La Rédaction Via214



Les "gilets jaunes" entendent faire de ce samedi un moment fort après la fin du grand débat national et l'absence, selon eux, de réponses du gouvernement à leurs revendications.



Les gilets jaunes ont promis depuis plus de trois semaines une mobilisation exceptionnelle pour le samedi 20 avril, à l'issue du grand débat national. Et la valse-hésitation autour des annonces d'Emmanuel Macron, dont l'allocution a finalement été annulée lundi à cause de l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, n'y a rien changé. Sur Facebook, les appels à se rendre dans la capitale pour ce 23e samedi consécutif de manifestation se
multiplient, parfois sur un ton menaçant. Franceinfo détaille les raisons qui laissent craindre que cette journée soit le théâtre de fortes tensions.


Parce qu'Eric Drouet a conseillé au gouvernement "d'organiser la
sécurité"


Dès le 28 mars, Eric Drouet, une des figures des "gilets jaunes", appelait à une mobilisation significative le 20 avril, à l'issue du grand débat. Et dans une vidéo diffusée ce jour-là sur YouTube, il demandait d'emblée au président de la République et au
ministre de l'Intérieur d'"organiser la sécurité", comme s'il prévoyait déjà des incidents.


Monsieur Macron, monsieur Castaner, c'est le 20 avril que la France remonte ou redescend à Paris, prévenait-il.Donc organisez-vous comme vous voulez, mais tout simplement ne faites pas passer les 'gilets jaunes' pour des cons. Organisez-vous, c’est votre métier de faire le maintien de l’ordre (...) Vous avez la date, vous avez le lieu, ce sera Paris. Comme d'habitude, les
Champs-Elysées ou à proximité (...) Cette fois-ci, essayez d'éviter de remettre la faute sur les 'gilets jaunes'
[comme]le 16
mars".


Un"ultimatum" au
gouvernement :"Vous avez trois semaines pour vous organiser pour la sécurité et trois semaines pour répondre à nos demandes (...) : plus de démocratie, plus de pouvoir d'achat, mieux vivre, le RIC[référendum d'initiative citoyenne]".


Parce que des groupes appellent à se rendre à Paris "de manière non
pacifique"


Dans la foulée, la mobilisation a pris sur Facebook des accents parfois
menaçants, notamment ces derniers jours. Jeudi en milieu de journée, le groupe "Acte 23, Ultimatum 2.Appel National Et International Tous à Paris !!!" comptait déjà 5 500 participants et 18 000 intéressés. Le ton y était explicite :"Nous appelons tout nos citoyens à se rendre à Paris de manière non
pacifique et jaune..."
Les
énormes dont des milliardaires pour
restaurer Notre-Dame ont ravivé la contestation et le sentiment d'injustice, estiment les auteurs de cet appel :"Quant à "Notre Dame', c'est bon les milliardaires ont su trouver 1 milliard [d'euros], mais 140 000 sdf, tout le monde s'en fout!"



Au même moment,le groupe "Acte 23: Paris Ultimatum Et Révolte Du Peuple ! "réunissait, lui, 1 400 participants et 5 400 intéressés. "Aappel
national et international

manifester]
!",est-il spécifié.



Même tonalité du côté du groupe "Acte
23 Ultimatum 2 : RDV A L'elysee !",
dont les consignes sont les suivantes&"Le premier rdv sera sur les champs elysee et terminera a l'elysee, il ne faut PAS nous séparer !"Une façon de braver les interdictions puisque les Champs-Elysées seront à nouveau interdits aux
manifestants, comme ce fut le cas samedi dernier. Quant à manifester aux abords de l'Elysée, c'est tout bonnement
interdit depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". Il sera également interdit de manifester près d'institutions comme l'Assemblée nationale ou le Sénat, mais aussi dans toute l'île de la Cité, où se trouve
Notre-Dame.


Parce que les autorités sont en alerte


A l'issue de la 22e journée de mobilisation du 13 avril, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, avait prévenu :"La menace semble plus forte pour le 20 avril".Il
a ensuite évoqué des "appels
qui invitent quasiment à détruire Paris".
Il a de nouveau affirmé vendredi s'attendre à la présence de
manifestants violents :"Les
casseurs seront à nouveau au rendez-vous. (...) L'objectif des casseurs est clair : reproduire le 16 mars
[journée de mobilisation particulièrement violente]".


Le préfet de Paris, Didier Lallement, a de son côté annoncé vendredi qu’une seule manifestation"au
titre des gilets jaunes"
avait
été autorisée, celle qui partira de la Basilique Saint-Denis et se terminera à la faculté de Jussieu. En revanche, deux autres manifestations "problématiques", qui devaient s’achever sur les Champs-Elysées ou emprunter les quais près de Notre-Dame ont été interdites. Le préfet a demandé aux organisateurs de modifier leur parcours. Il a également affirmé
que les forces déployées, à "l’extrême mobilité",
interviendraient immédiatement dès qu’il y aura de "la casse"et
que "les attroupements délictuels"seront dispersés.


Parce que les forces de l'ordre seront fortement mobilisées


Un syndicaliste policier a confirmé jeudi à franceinfo que la situation s'annonce"compliquée".
En conséquence, la mobilisation policière s'annonce exceptionnelle.
Le ministre de l’Intérieur a annoncé que "60 000 policiers"seraient déployés dans toute la France samedi pour maintenir l’ordre. A
Paris, 20 compagnies de CRS et 36 escadrons de gendarmerie mobile seront mobilisés, soit 56 compagnies de forces mobiles, contre seulement 12 samedi dernier. Au total, quelque 5 000 policiers et gendarmes seront déployés dans la capitale, sans compter les
effectifs de la préfecture de Paris. Un niveau de mobilisation comparable à celui des week-ends les plus virulents, tout en sachant que le ministère de l'Intérieur a prévu des réserves
d'hommes disponibles au cas où la situation s'aggraverait.


En région, plusieurs préfectures ont déjà pris les mêmes arrêtés que les samedis précédents. A Toulouse, du vendredi 19 avril à 18h jusqu'au dimanche 21 avril à 6h du matin, l'achat de "tout carburant par jerricans (...) ou récipients divers"sera
interdit, ainsi que "le port et le transport, sans motif légitime, d'armes de chasse" ou encore "le transport et l'utilisation de produits dangereux, inflammables ou
chimiques".


A Bordeaux, comme c'est déjà le cas depuis plusieurs semaines, l'hyper-centre sera interdit aux manifestants (le détail des rues est donné ici).
A Montpellier, les mesures de samedi dernier seront encore une fois reconduites, indique la préfecture, et notamment l'achat et transport au détail de carburant, de produits dangereux,
et la consommation de boissons alcoolisées sur les lieux des manifestations.





Kim et Poutine tiendront leur premier sommet en Russie fin avril

Kim et Poutine tiendront leur premier sommet en Russie fin avrilhttp://www.via214.net/


Publié le 19/04/2019 à 07:25 La Rédaction Via214



Le Kremlin a annoncé jeudi la préparation d'un sommet inédit entre le
dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président Vladimir Poutine, prévu pour fin avril en Russie, signe du rôle accru que Moscou souhaite avoir dans ce dossier brûlant.


Cette annonce intervient dans un contexte de tensions entre Pyongyang et
Washington après un sommet raté en février, la Corée du Nord exigeant désormais le retrait du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo des discussions sur ses arsenaux nucléaires, quelques heures après avoir annoncé l'essai d'un nouveau type d'arme.


La rencontre entre Kim Jong Un et Vladimir Poutine sera la première du
genre. Le dirigeant nord-coréen aurait dû se rendre à Moscou en mai 2015 pour les 70 ans de la victoire des Alliés lors de la Seconde guerre mondiale, mais il y avait renoncé quelques jours avant.


La sommet faisait depuis plusieurs jours l'objet de spéculations dans
la presse russe, sud-coréenne et japonaise, selon lesquelles il
pourrait avoir lieu dès le début de semaine prochaine à Vladivostok, dans l'Extrême orient russe.


"La Russie se doit d'avoir au moins quelque contrôle sur la situation
dans la péninsule coréenne. Les événements récents ont évincé presque tout le monde hormis la Corée du Nord et les Etats-Unis", relève Andreï Lankov, de l'université Kookmin de Séoul.


Ces dernières années, des responsables russes se sont rendus à
plusieurs reprises en Corée du Nord, et des responsables nord-coréens en Russie. Les deux pays entretiennent des relations amicales, Moscou prônant, comme Pékin, un dialogue avec Pyongyang
sur la base d'une feuille de route définie par les deux puissances.


En 2011, le père de Kim Jong Un, Kim Jong Il, s'était rendu en Sibérie
pour rencontrer Dmitri Medvedev, l'actuel Premier ministre russe qui
était alors président. Mort peu après cette visite, Kim Jong Il s'était alors dit prêt à renoncer aux essais nucléaires.


Le dossier nord-coréen a été abordé jeudi lors d'une rencontre "constructive" à Moscou entre l'émissaire américain pour la Corée du nord, Stephen Biegun, et un haut diplomate russe, selon l'ambassade américaine en Russie.


- "Gangster" -


La Corée du nord a accusé jeudi Mike Pompeo de manquer de prudence et
de maturité, demandant la désignation d'un nouvel interlocuteur américain et faisant monter les enchères en pleine impasse diplomatique.


Le département d'Etat américain a pour sa part rétorqué que les Etats-Unis "restent prêts à dialoguer avec la Corée du Nord dans le cadre de négociations constructives".


Après une année 2018 marquée par un spectaculaire rapprochement sur la
péninsule coréenne et un sommet historique entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump, la détente apparaît de plus en plus fragile, dans la foulée du fiasco de la seconde rencontre entre les deux hommes en février à Hanoi.


"Je crains que si M. Pompeo participe encore aux discussions, l'atmosphère sera mauvaise et les discussions vont à nouveau s'engluer", a déclaré le responsable des Affaires américaines
au ministère nord-coréen des Affaires étrangères Kwon Jong Gun, selon l'agence publique KCNA.


Pyongyang l'avait déjà accusé, avec le conseiller à la sécurité nationale
de la Maison Blanche John Bolton, d'être responsable de l'échec de Hanoi pour avoir "créé une atmosphère d'hostilité et de défiance". L'été dernier, la Corée du Nord avait dénoncé ses "méthodes de gangster".


Depuis le début du processus diplomatique l'an passé, Pyongyang a toujours préféré traiter directement avec M. Trump, qui présente M. Kim
comme son "ami" et n'évoque quasiment plus jamais les violations massives des droits humains imputées au régime
nord-coréen.


- "Puissante ogive" -


La charge de Pyongyang contre M. Pompeo est intervenue quelques heures
après que KCNA eut rapporté que M. Kim avait supervisé l'essai d'une nouvelle "arme tactique guidée" avec une "puissante ogive", contribuant aux doutes quant au processus diplomatique.


Kim Jong Un a qualifié ce test d'"événement d'une très grande
importance pour accroître la puissance de combat de l'Armée populaire" nord-coréenne.


La Corée du Sud n'a rien détecté sur ses radars, a indiqué à l'AFP un responsable militaire, jugeant improbable qu'un missile ait été
tiré. La présidence sud-coréenne et des responsables du Pentagone ont refusé de s'exprimer sur cette annonce.


Pour Ankit Panda, analyste spécialisé dans les questions nord-coréennes,
"il peut s'agir de n'importe quoi, depuis un petit missile antichar téléguidé jusqu'à un missile sol-air, en passant par un système de roquettes d'artillerie".


Le Centre des études stratégiques et internationales (CSIS), basé à Washington, a de son côté fait état mercredi de signes d'activité
sur le complexe de Yongbyon, principal site nucléaire nord-coréen, laissant penser à une reprise du retraitement de matières radioactives à des fins militaires.





Un homme arrêté à la cathédrale de New York avec des bidons d'essence

Un homme arrêté à la cathédrale de New York avec des bidons
d'essencehttp://via214.net/


Publié le 19/04/2019 à 06:50 La Rédaction Via214



Interrogé, l'individu a évoqué une panne d'essence mais ses réponses étaient "incohérentes et évasives", selon la police.



La police ignore encore ses motivations. Un homme a été arrêté après
avoir pénétré dans la cathédrale Saint-Patrick de New York (Etats-Unis) avec deux bidons d'essence, deux bouteilles de liquide pour briquets et deux allume-gaz, annonce la police, jeudi 18 avril.
Un agent de sécurité lui a d'abord demandé où il allait en le prévenant qu'il ne pouvait pas entrer dans la cathédrale avec ces objets. "A
ce moment-là, de l'essence a apparemment coulé par terre alors qu'il se retournait"
, a précisé le commissaire adjoint John Miller, lors d'une conférence de presse.


Alertés, des agents du bureau de la lutte contre le terrorisme de la police
new-yorkaise l'ont rattrapé et arrêté après un interrogatoire. Le suspect a affirmé qu'il avait simplement pris un
raccourci par le bâtiment pour se rendre à Madison Avenue, après être tombé en panne d'essence avec sa voiture. Ses réponses étaient toutefois "incohérentes et évasives",
selon le commissaire adjoint. La police, d'ailleurs, a inspecté son véhicule et celui-ci ne "manquait
pas d'essence"
.



NYPD NEWS


@NYPDnews


Around 7:55pm, a man walked into St. Patrick’s Cathedral in Manhattan with
gas cans and lighter fluid, and was subsequently apprehended by @NYPDCT without incident. We thank our partners for their help, and remember - if you see something, say something.


7 026


05:08- avr. 2019 - St. Patrick's Cathedral


L'homme, âgé de 37 ans, était "connu des services de police", et ses antécédents sont passés à la loupe. Pour le moment, "nous
ne savons pas quel était son état d'esprit, quelle était sa motivation"
, a précisé John Miller depuis les marches de la cathédrale, une
structure néogothique au cœur de Manhattan qui a fait l'objet d'une
restauration majeure en 2015. Aucune accusation n'a encore été formulée à l'encontre de cet individu, précise le New York Times (en anglais).

En Italie, deux jumeaux naissent... avec deux mois d’écart

En Italie, deux jumeaux naissent... avec deux mois d’écarthttp://www.via214.net/


Publié le 19/04/2019 à 06:28 La Rédaction Via214



CARNET ROSE - En décembre, une Italienne enceinte de jumeaux a accouché
prématurément de l’un d’eux. L’équipe médicale ayant réussi à maintenir le placenta intact, le deuxième bébé a poursuivi sa croissance.



Alessandro et Andrea sont jumeaux. Mais les deux bébés sont nés avec deux mois d’écart : le premier est né en 2018, l’autre en 2019. L’un est Capricorne, l’autre est Poisson.


Cette histoire pour le moins insolite nous vient d’Italie. A Lodi, en
Lombardie, une maman de 40 ans a dû être hospitalisée d’urgence en décembre 2018 : elle avait accouché le 24 d’Alessandro, un bébé prématuré de 800 grammes âgé de moins de 6 mois (24
semaines). Ses chances de survie n’étaient alors que de 50%, raconte le journal italien Corriere della Sera.


Grâce à l'équipe médicale, le placenta est resté intact et l'autre jumeau a pu poursuivre sa croissance dans le ventre de sa mère. L'histoire,
très compliquée d'un point de vue médical, a eu un dénouement heureux lorsque 60 jours plus tard, Andrea, 3 kilos, a vu le jour à 33 semaines (8 mois).


Pas le même âge


"Toute la famille va bien, elle devrait sortir d'ici quelques jours", a
précisé jeudi à l’AFP la responsable de la "Fondation pour l'Enfant et sa Mère" de la ville de Monza (près de Milan), qui gère la maternité. "C'est la première fois que nous voyons un cas de ce type", a-t-elle souligné.


Les deux jumeaux n'auront paradoxalement pas le même âge, ce qui a suscité la perplexité des services administratifs au moment de rédiger le
certificat de naissance du premier, raconte le père. "Doit-on écrire que c'est le jumeau d'un autre qui n'est pas encore né?", se sont-ils demandés.




Sarthe : prise d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye, l'homme interpellé

Sarthe : prise d'otage au Super U de Bessé-sur-Braye, l'homme interpelléhttp://www.via214.net/


Publié le 19/04/2019 à 05:59 La
Rédaction Via214



Une prise d'otages a eu lieu ce jeudi 18 avril au magasin Super U de
Bessé-sur-Braye (Sarthe). Les otages ont été libérés au bout d'une heure, le GIGN est intervenu à 18H15 pour interpeller le forcené qui a été blessé en retournant un couteau contre lui.



Un homme portant
une arme à feu
(l'enquête
devra déterminer si elle était factice) est entré ce jeudi 18 avril 2019 dans le magasin Super U de Bessé-sur-Braye (Sarthe) où se trouvaient plusieurs clients et du personnel. Il a été interpellé à 18h17 par les gendarmes du GIGN, avec difficulté ont précisé les forces de l'ordre : le forcené s'est légèrement blessé à la gorge en tentant de retourner un couteau contre lui et a légèrement blessé à la main deux gendarmes.


Le directeur du magasin a pris la place d'une otage


Selon plusieurs témoignage recueillis par France Bleu Maine, notamment celui de la responsable accueil-caisse du magasin, le directeur du Super U a convaincu le preneur d'otage de relâcher une dame qu'il menaçait d'un couteau et s'est substitué à elle.
L'enquête devra déterminer s'il s'agit du couteau du boucher du supermarché, comme l'ont affirmé plusieurs témoins, ou si cet homme l'avait apporté avec lui. Le directeur a pu sortir du Super U
un peu plus tard et le GIGN est alors intervenu.


Vingt-trois personnes, clients et membres du personnel, ont été prises en charge par les secours. Choquées, elles ont été transférées vers la salle communale de la Pléiade pour être entendues par des psychologues.


Le preneur d'otages venait de perdre son emploi


Selon les informations communiquées lors d'un point-presse après
l'intervention, le preneur d'otages est un habitant de Cellée dans le Loir-et-Cher, qui venait de perdre son emploi dans un abattoir de volailles. Contrairement à ce qui a pu circuler sur les réseaux sociaux,
l'homme ne travaillait pas chez Ariowiggins, la papeterie de Bessé-sur-Braye liquidée le 29 mars dernier.


Âgé d'une quarantaine d'années, ce client régulier du Super U a un
profil d'"instabilité
psychologique"
selon le procureur-adjoint du Mans, Yvon Ollivier. Il a passé plus d'une
heure à déambuler dans les rayons du magasin selon les employés, avant de s'en prendre aux personnes présentes sur place.

Notre-Dame : le pape fait part de la "gratitude de toute l'Église" pour les pompiers

Notre-Dame : le pape fait part de la "gratitude de toute l'Église"
pour les pompiershttp://www.via214.net/


Publié le 18/04/2019 à 07:40 La Rédaction Via214



Le pape François a pris la parole ce mercredi 17 avril pour exprimer sa
proximité avec l'ensemble du peuple français affecté par l’incendie de la cathédrale parisienne et faire part de la "gratitude de toute l'Église" pour les pompiers.


Le pape François dit merci au nom de toute l'Église. Le souverain pontife a
exprimé ce mercredi 17 avril "la gratitude de toute l'Église" catholique envers les pompiers et tous ceux "qui se sont dépensés, au risque même de leur vie", pour sauver des flammes la cathédrale Notre-Dame de Paris."Que
la Vierge Marie les bénisse et soutienne le travail de reconstruction
.
Que cela puisse être une oeuvre collective, à la louange et à la
gloire de Dieu", a déclaré le pape lors de son audience hebdomadaire devant des milliers de fidèles sur la place
Saint-Pierre de Rome.


"Chers frères et sœurs,j'ai
ressenti une grande douleur et je me sens si proche de vous tous
",
a-t-il ajouté dans ce message, traduit ensuite en français par un prêtre, adressé "à tous les Parisiens et à l'ensemble du peuple français".


" Le Pape François est proche de la France "


Mardi après-midi,le pontife argentin s'était entretenu par téléphone avec le président français, Emmanuel Macron, après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame lundi
soir. Dans un télégramme adressé mardi à l'archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit,il avait souhaité "la mobilisation de tous" pour reconstruire ce "joyau architectural d'une mémoire collective", qui
appartient selon lui au "patrimoine architectural et spirituel de Paris, de la France et de l'humanité"."Le
Pape François est proche de la France
. Il prie pour les catholiques français", avait assuré Alexandre
Gisoti, directeur de la salle de presse du Saint-Siège. Le cardinal Gianfranco Ravasi, "ministre" de la Culture du Saint-Siège, a proposé mardi la contribution "technique et scientifique" des experts des Musées du Vatican pour aider à la reconstruction de Notre-Dame.

Melania Trump frustrée . Quand Donald Trump la fait enrager

Melania Trump frustrée . Quand Donald Trump la fait enragerhttp://www.via214.net/


Publié le 18/04/2019 à 07:13 La Rédaction Via214

Rsultat de recherche dimages pour photos de donald trump et melania



LE PRÉSIDENT AMÉRICAIN N'EN FAIT QU'À SA TÊTE


S'il est souvent fait état de supposées tensions voyant parfois le jour au sein du couple formé par Donald et Melania Trump, le New York Times livre à ses lecteurs un saisissant exemple.


Avant même que Donald Trump accède à la présidence des Etats-Unis, de
nombreuses rumeurs couraient outre-Atlantique au sujet des supposées
tensions existant entre l'homme d'affaire et son épouse, Melania
Trump. A en croire le New York Times (NYT), ces tensions ne se sont
pas estompées une fois le couple installé à la Maison blanche, bien au contraire. Le quotidien new-yorkais rapporte en effet qu'une querelle a vu le jour entre les deux époux dès
leur premier jour de cohabitation au sein des appartements de fonction du successeur de Barack Obama.Pas
de politique au cœur du désagrément mais une question bien plus anodine, celle de la décoration des lieux.
D'un
côté, Melania Trump, qui, en terme de design "préfère des lignes simples, modernes" explique le NYT. De l'autre, un Donald Trump dont le goût prononcé pour les dorures ostentatoires et autres intérieurs kitsch n'est
plus un secret pour personne.


Selon le quotidien, Melania Trump, qui a passé les premiers mois de la présidence à New York en compagnie de son fils Baron, avait jeté son dévolu sur une série de meubles et de papiers
peints censés décorer les appartements du couple à Washington et ce, des mois avant de rejoindre son mari à la Maison blanche.Une fois sur place, quel ne fut donc pas le choc de la First Lady en
découvrant que le père de son enfant avait fait changer toute une
partie de la décoration durant son absence
. Le 45e président des Etats-Unis n'avait même pas pris la peine de
la prévenir. Les proches du couple approchés par le NYT expliquent avoir évoqué cet exemple pour illustrer "la tendance qu'a le président Trump à pas céder à la moindre demande
de sa femme
". De quoi laisser imaginer ce que l'absence de dialogue peut provoquer lors de disputes sur des sujets plus sensibles.

Italie : 27 millions d'euros d'amende pour deux étudiants dont le barbecue a dégénéré en incendie

Italie : 27 millions d'euros d'amende pour deux étudiants dont le barbecue a dégénéré en incendiehttp://www.via214.net/


Publié le 18/04/2019 à 06:44 La Rédaction Via214



SANCTION - Deux étudiants italiens ont été condamnés à payer solidairement une amende de 27 millions d'euros pour avoir provoqué un gigantesque incendie avec un barbecue en forêt en Italie, ont
annoncé mercredi les médias italiens.



Les grillades ont coûté cher. En Italie, deux étudiants ont été condamnés à payer solidairement une amende de 27 millions d'euros pour avoir provoqué un gigantesque incendie à cause d'un barbecue organisé en forêt. Le feu avait dévasté un millier d'hectares de
forêt au nord du lac de Côme, dans le nord du pays. Il avait fallu deux semaines et des moyens considérables pour venir à bout des flammes, qui s'étaient propagées à une grande partie de la montagne, dévastant plusieurs habitations ainsi qu'un gîte rural où
tous les animaux avaient péri.


Poursuivis pour incendie volontaire, les deux Italiens de 22 ans contestent les faits. Le 30 décembre, ils se trouvaient avec un groupe d'amis chez le grand-père de l'un d'eux pour fêter le Nouvel An. Quatre mois plus tard, les carabiniers du corps forestier leur ont
notifié leur sanction. Selon les conclusions de l'enquête, le feu
était parti des braises des grillades.


Entre 118 et 593 euros d'amende par centaine de mètres carrés détruits


En Italie, selon un règlement de 2008, "quiconque détruit ou endommage
par le feu le renouvellement de la forêt", peut être condamné à une amende dont le barème est compris entre 118 et 593 euros par centaine de mètres carrés détruits. Avec ce tarif, la sanction
maximale pouvait monter jusqu'à 40 millions d'euros, vue la surface
calcinée.


Les avocats des deux étudiants ont trois semaines pour contester la somme devant un tribunal administratif. En parallèle, une procédure judiciaire
est en cours et pourrait aboutir à un procès pénal et civil susceptible d'alourdir encore l'ardoise, puisque le parquet a recensé onze parties civiles, selon La Repubblica.





Kim Jong Un supervise le test d’une nouvelle arme tactique

Kim Jong Un supervise le test d’une nouvelle arme tactiquehttp://www.via214.net/


Publié le 18/04/2019 à 06:17 la Rédaction Via214



ARMEMENT- Le leader nord-coréen Kim Jong-un a supervisé le tir d'essai
d'une nouvelle "arme tactique guidée", ont annoncé les médias d'Etat nord-coréens.



Que prépare donc Kim Jong-un ? Selon les médias nationaux, le leader nord-coréen a supervisé l'essai d'une arme d'un nouveau genre. Cet essai a permis de vérifier le fonctionnement du "système particulier de guidage en vol et le chargement d'une puissante
ogive", a affirmé l'agence officielle KCNA. Kim Jong-un a qualifié ce test d'"événement d'une très grande importance pour accroître la puissance de combat de l'Armée populaire" nord-coréenne, selon la même source. Le leader a lui-même "guidé l'essai de tir" qui a été dirigé sur plusieurs cibles, a
ajouté l'agence officielle.


C'est la deuxième fois que la Corée du Nord affirme avoir procédé à un
essai d'arme depuis le début, en 2018, de ses négociations avec les Etats-Unis sur ses programmes de missiles balistiques et d'armement nucléaire. Pyongyang avait déjà annoncé, en novembre dernier, avoir testé "une nouvelle arme tactique de haute technologie" dont elle n'avait pas précisé la nature. On ignore s'il s'agit de la même arme que celle du nouvel essai rendu public jeudi.


L'utilisation par KCNA du terme "tactique" suggère toutefois que ces
essais n'ont impliqué aucun missile balistique de longue de portée
ni aucun dispositif nucléaire.


L'armement atomique de retour ?


Cet annonce intervient alors que le Center for Strategic and International
Studies, un organisme américain, a fait état mercredi d'un regain d'activité sur le principal site nucléaire nord-coréen, signe d'une possible reprise par Pyongyang de son programme d'armement
atomique après l'échec en février du sommet entre Kim Jong-un et le président américain Donald Trump.


Depuis cet échec, la Corée du Nord a indiqué qu'elle examinait ses options
diplomatiques avec les Etats-Unis. Kim Jong Un s'est dit la semaine dernière ouvert à un troisième sommet avec M. Trump si Washington arrivait à la table des négociations avec "la bonne attitude".


Selon le CSIS, des images satellite prises le 12 avril montrent la présence
de cinq wagons près de l'usine d'enrichissement d'uranium et du
laboratoire de radiochimie du complexe nucléaire de Yongbyon.


La Corée du Nord s'est abstenue de procéder à de nouveaux tests balistiques
ou nucléaires depuis le premier sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un en juin 2018 à Singapour.





Pendant son allocution sur Notre-Dame, Macron a fait passer quelques messages aux Gilets jaunes

Pendant son allocution sur Notre-Dame, Macron a fait passer quelques messages aux Gilets jauneshttp://www.via214.net/


Publié le 18/04/2019 à 05:49 La
Rédaction Via214



DÉSIR D'UNION - Dans son allocution diffusée mardi à 20 heures et
consacrée au drame de Notre-Dame-de-Paris, le président de la République a adressé quelques messages d'union aux Français. Difficile de ne pas y voir des allusions aux Gilets jaunes, qui
manifestent depuis maintenant cinq mois.



Il devait prendre la parole lundi soir pour annoncer ses conclusions au Grand débat national. Il se sera finalement exprimé 24 heures plus tard, mais pour évoquer le terrible incendie qui a détruit une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris lundi en fin de journée. "Je revendrai vers vous comme je m’y étais engagé, dans les jours prochains, pour que nous puissions agir collectivement suite à notre
Grand débat", a annoncé le président de la République lors de son allocution. Pourtant les Gilets jaunes, dont la contestation est à l'origine du Grand débat national, n'étaient pas totalement
absents de l'intervention présidentielle.


Dès le début de son message aux Français, Emmanuel Macron se réjouit
d'avoir vu un peuple uni. "Ce que nous avons vu, cette nuit, ensemble, à Paris, c’est cette capacité de nous mobiliser, nous unir, pour vaincre", a-t-il déclaré, exprimant comme une forme
de regret que cette union se fissure chaque samedi depuis le 17 novembre, date de la première manifestation des Gilets jaunes.


"L’incendie de Notre-Dame nous rappelle que notre histoire ne s’arrête jamais, jamais, et que nous aurons toujours des épreuves à surmonter. Ce
que nous croyons, en quelque sorte, indestructible, peut aussi être atteint", a poursuivi le chef de l'Etat, faisant possiblement allusion à la démocratie et aux institutions françaises, contestées et attaquées par certains Gilets jaunes. "Tout ce
qui fait la France, matériel et spirituel, est vivant ; et pour
cette raison-même est fragile. Et nous ne devons pas l’oublier. Et c’est à nous, les Françaises et les Français d’aujourd’hui, qu’il revient d’assurer au long du temps cette grande continuité
qui fait la Nation française."


Pas d'impatience


Ensuite, Emmanuel Macron a enjoint les Français à ne pas se montrer trop
impatients. "Après le temps de l’épreuve, viendra celui de la réflexion puis celui de l’action. Mais ne les mélangeons pas, ne nous laissons pas prendre au piège de la hâte" a glissé
Emmanuel Macron, qui avant son intervention du 10 décembre 2018, au cours de laquelle il avait annoncé un plan de 10 milliards d'euros pour booster le pouvoir d'achat, avait été accusé de ne pas réagir assez
rapidement, et de ne pas écouter ses concitoyens.


"J’entends comme vous, je sais toutes les pressions, je sais en quelque sorte
l’espèce de fausse impatience qui voudrait qu’il faut réagir à chaque instant, pouvoir dire les annonces qui étaient prévues à telle date. Comme si être à la tête d’un pays n’était
qu’administrer des choses. Et pas être conscient de notre histoire, du temps, des femmes et des hommes. Je crois très
profondément qu’il nous revient de transformer cette catastrophe en occasion de devenir tous ensemble, en ayant profondément réfléchi à ce que nous avons été et à ce que nous avons à être : devenir meilleurs que nous ne le sommes. Il nous revient de trouver le fil de notre projet national, celui qui nous a fait, qui nous unit, un projet humain, passionnément français," a-t-il conclu, laissant là encore transparaître son désir d'union, d'unité, son envie de voir son peuple uni. Et unanimement derrière lui ?

Carla Bruni : sa fille Giulia part en classe verte et provoque leur première séparation

Carla Bruni : sa fille Giulia part en classe verte et provoque leur
première séparationhttp://www.via214.net/


Publié le 17/04/2019 à 08:06 La Rédaction Via214



Maman d’une petite Giulia, fruit de ses amours avec Nicolas Sarkozy,
Carla Bruni n’a eu d’autres choix que de laisser la prunelle de ses yeux partir en classe verte. Un départ qu’elle a partagé sur Instagram.



Carla Bruni a peut-être partagé la vie de Raphaël Enthoven – et de son
papa Jean-Paul -, mais c’est finalement dans les bras de Nicolas Sarkozy qu’elle a trouvé la personne avec qui conjuguer sa mélodie du bonheur. Ensemble
depuis fin 2007
, le couple a consolidé son amour avec un mariage au Salon vert de l'Elysée au dans les mois qui ont suivi et la naissance de leur fille Giulia, le 19 octobre 2011 à la clinique de la Muette dans le 16e
arrondissement de Paris.


Et la tête blonde a désormais bien grandi. Elle fait d’ailleurs
constamment la fierté de ses parents, et surtout de sa maman qui partage tous leurs moments de complicité sur son compte Instagram. Tout en prenant soin de dissimuler le visage de sa petite, Carla Bruni a par exemple levé le voile sur l’admiration de Giulia devant le sapin de Noël, ses câlins avec le chien de la maison Nana et ses leçons de poney ou de danse. Si pour toutes ces premières fois, Carla était là, celle qu’elle a récemment partagée a dû
se faire sans elle…


Du haut de ses sept printemps, Giulia a pris la direction de la classe verte ! Sac à dos rose sur le dos et valise sous le bras, la petite fille
était entourée d’autres camarades d’école ce lundi 15 avril pour le grand départ. Un instant difficile de maman que Carla Bruni a voulu partager en story Instagram avec toutes les mères qui la suivent. Si elle a qualifié sa fille de "prête pour l’aventure", pas sûr que sa chanteuse de maman soit du même avis...


La justice administrative annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse

La justice administrative annule la privatisation de l’aéroport de
Toulousehttp://www.via214.net/


Publié le 17/04/2019 à 07:15 La rédaction Via214



INFO LA DEPECHE Dans son arrêt de ce mardi 16 avril, la cour administrative d’appel de Paris a annulé la procédure administrative par laquelle l’État a
vendu 49,9 % de ses parts de l'aéroport de Toulouse-Blagnac au consortium chinois Casil Europe. L'Etat peut se pourvoir en cassation. Me Christophe Léguevaques, l'avocat des opposants à la privatisation, s'apprête maintenant à saisir le tribunal de commerce.




Après l'audience du 11 mars, la cour administrative d’appel
de Paris saisie par les opposants à la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB), a annulé ce mardi la procédure administrative par laquelle l’État a vendu 49,9 % de ses
parts de la plateforme au consortium chinois Casil Europe.


Le mois dernier,Me Christophe Léguevaques avait plaidé devant la juridiction pour contester un jugement rendu en avril 2017 par le tribunal
administratif, et qui avait validé la procédure de cession.
Devant
la cour d’appel, l’avocat toulousain avait fait valoir que le cahier des charges qui encadrait cette opération capitalistique n’avait pas été respecté. " En septembre 2014, alors qu’un
appel à candidature avait été lancé par l’État auprès des acquéreurs potentiels d’une partie de ses participations au
capital d’ATB, une offre avait été enregistrée aux noms de Casil Europe et de SNC Lavalin. Or deux mois plus tard, en novembre, lorsque la liste des candidatures retenues est publiée, SNC Lavalin qui, entretemps, a été mis en cause dans une affaire de corruption
en Syrie, est sorti du jeu. Techniquement, le candidat retenu et le
lauréat n'ataient plus les mêmes ", avait fait valoir notamment Me Léguevaques.


Un argumentaire entendu par le rapporteur public. Dans son avis remis à
la cour, le haut fonctionnaire indépendant s’était rangé dans le
camp du " Collectif contre la privatisation d’ATB ". Concluant lui-même au vice substantiel qui entachaît la procédure, le rapporteur public avait préconisé l’annulation du jugement initial d’avril 2017 réclamée par Christophe Léguevaques.


L'Etat condamné à verser 1500 € aux plaignants


Ce mardi, la cour administrative a suivi les recommandations du haut
magistrat. "Le jugement du 15 mars 2017 du tribunal administratif de Paris est annulé en tant qu'il a rejeté les conclusions tendant à l'annulation de la décision de céder à la société Casil Europe 49,99 % des parts du capital de la société anonyme Aéroport de Toulouse-Blagnac ", peut-on lire dans l’arrêt en date de ce mardi 16. L’État est accessoirement condamné à verser 1500 € aux plaignants, l'Union
syndicale Solidaires de Haute-Garonne et à la Fédération syndicale unitaire 31.


Une nouvelle bataille va s'ouvrir devant le tribunal de commerce


" En clair, la cour d’appel considère que lorsque l’État a vendu ses parts à Casil Europe, les conditions légales et administratives de la cession n’étaient pas respectées ", explique l’avocat
toulousain. Christophe Léguevaques qui savoure cette première victoire, sait que le chemin est encore long. " L’État fera probablement un pourvoi en cassation auprès du conseil d'Etat alors
qu’est engagée la procédure de privatisation d’Aéroports de Paris. Par ailleurs, cet arrêt ne sanctionne que le volet administratif du dossier. A ce stade, l’acte de vente reste valide puisqu’il relève du droit commercial. Je
vais donc saisir le tribunal de commerce pour demander la nullité de la vente ", annonce Me Léguevaques.


Et maintenant?


Quelles seront les conséquences en cas de succès devant cette juridiction ?
Dans cette hypothèse, Casil sera forcé de restituer les 49,9 % des parts de l’aéroport de Toulouse-Blagnac à l’État.
Le consortium devra également rembourser les 30 millions de dividendes qu’il a levés puisqu’il serait alors définitivement réputé n’avoir jamais été actionnaire d’ATB. Quant à l’État,
il devra rembourser Casil au prix auquel il avait vendu ses parts, soit 309 millions d’euros. Il lui appartiendra alors de décider s’il les conserve ou s’il relance un processus de vente, au prix actuel du marché, entre 450 et 500 millions d’euros.



Réactions


L'organisation syndicale Solidaires 31 s'est rapidement réjouie de cette décision dans un communiqué : "Oui, nous avons gagné ! Après 4 ans de procédures, la cour d’appel du tribunal administratif de Paris a annulé les actes de la vente de l’aéroport de Toulouse-Blagnac ! Il s’agit d’un véritable camouflet à ceux qui veulent vendre les biens communs, au mépris de l’intérêt public. Cette gifle atteint en premier lieu M. Macron, ministre des finances au moment de la privatisation et privatiseur en chef d’aéroport de Paris. Il s’agit d’une victoire également pour les citoyens, les
organisations syndicales, les associations qui se sont regroupées
pour mettre en œuvre cette procédure. Il s’agit d’un désaveu pour les collectivités territoriales qui auront refusé avec obstination de se joindre à notre demande, préférant négocier
avec le repreneur le partage des bénéfices."

Michelle Obama était en bateau sur la Seine pendant l'incendie de Notre-Dame

Michelle Obama était en bateau sur la Seine pendant l'incendie de Notre-Damehttp://www.via214.net/


Publié le 17/04/2019 à 06:49 La Rédaction Via214



À l'AccorHotel Arena de Paris pour la promotion de son livre "Devenir",
l'ancienne première dame américaine a raconté comment elle avait
vécu l'incendie.


NOTRE-DAME -“Notre-Dame sera reconstruite!” L’ex-première dame
américaine, Michelle Obama, a adressé un message d’espoir aux Parisiens venus l’écouter présenter son livre de
mémoires Devenir, dans
l’immense salle de l’AccorHotel Arena ce mardi 16 avril. Elle a également confié s’être trouvée très près de l'incendie qui a ravagé Notre-Dame lundi soir.


Michelle Obama a en effet expliqué avoir participé à un dîner-croisière sur la Seine, sur le bateau du chef Alain Ducasse, lorsque l'incendie s'est déclaré dans la cathédrale, emblème de la capitale.



LAURENCE HAIM


@lauhaim


Michelle Obama était sur la Seine sur un bateau au moment ou hier soir Notre
Dame brûlait. Elle a immediatement immédiatement demandé à son staff de faire une réaction via tweet.


221


21:35 - 16 avr. 2019



LAURENCE HAIM


@lauhaim


C' est avec le chef Alain Ducasse que Michelle Obama dînait hier soir sur un bateau sur la Seine.


49


21:36 - 16 avr. 2019


L’ancienne première dame a dit n’avoir d’abord pas cru ce qui arrivait.
“C’était l’incrédulité (...) Je n’ai pas vraiment réalisé jusqu’à ce que je voie les images”, a-t-elle raconté selon
l’AFP.


Plusieurs médias anglo-saxons ont publié ce mardi des photos volées de
Michelle Obama sur ce bateau sur la Seine, visiblement troublée en
regardant le téléphone que lui tend un autre convive. “L’ancienne première dame était tout sourire lorsqu’elle a embarqué sur le Ducasse sur Seine lundi soir -à quelques pas de la Tour Eiffel-
(...) Comme vous pouvez le voir sur les photos... les sourires de tout le monde se sont transformés en regards inquiets”, avance le site américain TMZ.




CruiseHealdlines.com @cruisehealdline


Michelle Obama was on a Paris cruise when Notre Dame caught fire - Daily Mail https://www.dailymail.co.uk/news/article-6928937/Michelle-Obama-Paris-cruise-Notre-Dame-caught-fire.html?utm_source#cruise#travel


11:42 - 16 avr. 2019


Michelle Obama avait rapidement tweeté un message lundi soir: “Étant
à Paris ce (lundi) soir, mon cœur souffre avec le peuple de France.
Mais je sais que Notre-Dame nous émerveillera de nouveau”.



“Vous avez traversé des épreuves bien plus terribles que nombre d’entre
nous. Soyez forts et ayez la foi”, a-t-elle dit à son auditoire ce mardi soir à l’AccorHotel Arena. Elle est également revenu sur ce que représentait pour elle ce monument: “Paris a été ma première
expérience internationale quand j’étais petite fille. C’était la première fois que je partais en avion loin de chez moi avec un passeport. Je me souviens être allée à la cathédrale et avoir mangé une ‘crêpe fromage’ comme aujourd’hui”,
a-t-elle confié.




MarleneSchiappa

@MarleneSchiappa


" Notre-Dame will be rebuilt ! " #MichelleObama se confie sur son histoire avec #Paris et adresse un message de soutien à la #France suite au terrible incendie de #NotreDame #IAmBecoming


Michelle Obama



8:40
PM · 16 avr. 2019 · Twitter Web App


Dans Devenir, sorti le 13 novembre et déjà vendu à plus de 10 millions d’exemplaires dans le monde, Michelle Obama revient notamment sur
ses difficultés à tomber enceinte, son désintérêt de la politique et la polémique partagée par Donald Trump sur la citoyenneté américaine de son mari, Barack Obama.

Election en Indonésie: un président issu du peuple face à un ex-général à poigne

Election en Indonésie: un président issu du peuple face à un ex-général à poignehttp://www.via214.net/


Publié le 17/04/2019 à 05:57 La Rédaction Via214



L'élection présidentielle qui se tient mercredi en Indonésie oppose le
président sortant Joko Widodo, un homme du peuple qui cultive le consensus, à un ancien général au passé controversé, Prabowo Subianto, qui veut diriger le pays avec plus de poigne.


Avec les deux mêmes candidats en lice, cette élection apparaît comme un
match retour du scrutin de 2014 qui avait été remporté de justesse
par Joko Widodo.


Joko Widodo


La victoire de Joko Widodo, surnommé Jokowi, il y a cinq ans avait couronné l'ascension au pouvoir d'un outsider dans un paysage politique jusque là monopolisé par de grandes familles et l'élite issue de la dictature de Suharto.



L'homme politique de 57 ans qui a grandi dans une cabane de bambou avait
séduit les électeurs avec ses façons modestes dans un pays miné par la corruption.


Tout au long de son mandat, Jokowi, un fan de heavy metal, a cultivé sa
popularité en se rendant sur le terrain et en menant une politique de redistribution et de développement des infrastructures.


Mais son bilan sur les droits de l'homme n'a pas été à la hauteur des
espoirs suscités par celui qui qui était présenté comme l'"Obama indonésien" pour ses origines modestes et une certaine
ressemblance physique.


Fils de charpentier, Jokowi a grandi dans les environs de Solo, une ville
d'un demi-million d'habitants. Il y a vendu des meubles et créé une société d'import-export qui lui a permis d'acquérir une notoriété et une indépendance financière.


Il se lance en politique en 2005 et décroche la mairie de Solo où il
est réélu triomphalement. L'homme charismatique au style détaché et souriant est propulsé en 2012 gouverneur de Jakarta, un poste qui lui sert de tremplin pour la présidence où il sera élu en 2014.



Au pouvoir, ce père de trois enfants a encouragé un boom des infrastructures avec la construction de routes, d'aéroports et de liaisons ferroviaires dans l'archipel de 17.000 îles.


Il a aussi renforcé la couverture sanitaire et sociale de la population
et fourni une aide aux agriculteurs les plus pauvres.


Mais en matière de droits de l'Homme, le bilan de son gouvernement est
plus contesté face à la montée de l'intolérance envers la communauté LGBT ou la multiplication des discriminations contre les minorités religieuses dans ce pays qui compte la plus grande
population musulmane au monde.


Les ONG de défense des droits de l'Homme critiquent aussi les arrestations d'activistes et de nouvelles lois qui permettent
d'interdire les organisations de masse ou limitent la liberté d'expression sur internet.


Le choix du prédicateur islamiste conservateur Ma'ruf Amin pour être
son candidat à la vice-présidence apparaît comme une caution islamique destinée à convaincre l'électorat musulman conservateur.


Mais cet allié connu pour ses prises de position hostiles aux minorités
inquiète les plus libéraux.


Prabowo Subianto


Prabowo Subianto, 67 ans, avait perdu de justesse la course à la présidentielle il y a cinq ans face à Joko Widodo. Et cette élection est sans doute la dernière tentative de celui qui a tenté de gagner le pouvoir à plusieurs reprises ces dernières 15 années
mais a été handicapé par ses liens avec le régime de l'ex-dictateur Suharto et son passé militaire.



Issu d'une famille aisée, Prabowo Subianto a étudié quelques années à
la prestigieuse école internationale American School à Londres et s'est lancé dans une carrière militaire, devenant un général dont les agissements sous le règne du dictateur Suharto (1967-1998)
restent controversés.


Cet homme au visage rond portant le traditionnel couvre-chef noir a reconnu avoir ordonné l'enlèvement de militants pro-démocratie à la fin de l'ère Suharto. Les ONG l'accusent également d'avoir commis des violations des droits de l'homme au Timor oriental, lors
de la lutte de cette région pour l'indépendance, durement réprimée
par les forces spéciales dont il était le commandant.


Certains lui attribuent aussi un coup d’État manqué peu après la chute en
1998 de Suharto, dont il est l'ancien gendre. Prabowo a ensuite quitté l'armée et s'est exilé pendant quelques années en Jordanie avant de devenir un homme d'affaires fortuné, puis de revenir en
politique en 2009.



Candidat malheureux cette année-là à la vice-présidence sous les couleurs
de Megawati Sukarnoputri, fille du premier dirigeant de l'Indonésie
indépendante, Sukarno, il a joué à fond sur son passé militaire pour séduire l'électorat.


Pour cette dernière élection, l'ex-militaire qui compte plusieurs
chrétiens dans sa famille s'est rapproché des groupes islamistes
parmi les plus radicaux et a donné des gages à l'électorat le plus
conservateur au risque de s'aliéner les minorités religieuses.


Il a aussi joué sur la fibre nationaliste et populiste en dénonçant
les investissements chinois dans le pays et l'appropriation des richesses du pays par une élite économique.


L'ex-général est toutefois crédité d'une vaste fortune tandis que son colistier, l'ancien homme d'affaires Sandiaga Uno, a indiqué avoir versé plus
d'une centaine de millions de dollars de ses fonds personnels dans la campagne.


En cas de défaite, le candidat à la vice-présidence, qui a fait campagne sans relâche et gagné une popularité importante, est vu comme un possible candidat à la présidentielle de 2024.

Guerre Commerciale: Quelles seront les prochaines cibles de Trump après la Chine

Guerre Commerciale: Quelles seront les prochaines cibles de Trump après la
Chinehttp://www.via214.net/


Publié le 16/04/2019 à 16:52 La Rédaction Via214




De nouvelles informations positives au sujet des discussions
commerciales Chine-USA ont pu être relevées le weekend dernier.


A l’occasion des réunions de printemps du FMI et de la Banque
Mondiale samedi, le secrétaire au Trésor US Mnuchin a déclaré : " Nous avons l'espoir de nous rapprocher de la dernière ronde de discussions pour trouver une conclusion aux problèmes " encore irrésolus, se refusant toutefois à envisager une date précise pour
la signature d’un accord.


Les USA et la Chine de plus en plus proches d'un accord commercial


Plus précisément, des avancées récentes auraient été faites en ce
qui concerne les mécanismes de vérification de l’application de
l’accord, et également en ce qui concerne les sanctions en cas de
non-respect des engagements.


Les Etats-Unis plaident en effet depuis plusieurs mois pour mettre en
place une solution qui permette de s’assurer que la Chine tiendra
parole, et qu’elle sera sanctionnée si ce n’est pas le cas.


Selon les propos tenus par Mnuchin au cours du weekend, les USA accepteraient une réciprocité de ce principe, ce qui pourrait effectivement aider la Chine à accepter de telles mesures au sein de
l’accord.


Il se murmure également, selon le Wall Street Journal, que les deux
pays pourraient inclure à l’accord commercial un pacte de non-manipulation des devises, un autre sujet cher aux USA dans leurs négociations, Trump ayant souvent accusé l’Empire du Milieu de
dévaluation compétitive.


Enfin, les Etats-Unis auraient également décidé de ne pas se montrer trop exigeants avec la Chine sur le sujet des réductions d’impôts et
subventions accordées par l’Etat à certaines industries(conférant ainsi un avantage injuste à ces industries chinoises), en vue d’augmenter la probabilité d’arriver à un accord.


Ces pratiques sont en effet étroitement liées à la politique
économique intérieure de la Chine et à la protection de secteurs stratégiques, des sujets sur lesquels les concessions sont plus difficiles.


En d’autres termes, les signaux positifs s’accumulent, et les
barrières tombent. Après des mois de négociations il semble donc désormais réaliste d’anticiper un accord à horizon plus ou moins 1 mois.


L'Europe et le Japon, prochains champs de bataille de la guerre commerciale de Donald Trump?


La question qui se posera ensuite est "où la guerre commerciale de Donald Trump va se déplacer ?" L’actualité récente suggère deux champs de bataille potentiels : L’Europe, et le Japon.


En ce qui concerne l’Europe, Donald Trump n’a pas été avare en menaces envers la Zone Euro la semaine dernière, notamment en raison des subventions accordées à Airbus (PA:AIR), qui confèrent à l’avionneur européen un avantage jugé déloyal par rapport à son concurrent US Boeing (NYSE:BA).


Le secteur automobile européen est également dans le collimateur du
président US, comme on a pu le constater avec de nombreuses déclarations et menaces de tarifs douaniers sur les importations véhicules européens aux USA.


Des discussions vont donc prochainement s’engager, comme l'a confirmé le vote des gouvernements européens à une écrasante majorité en
faveur du mandat de négociations proposé par la Commission européenne. Cela devrait fournir un autre sujet de préoccupation aux traders, à moins que Donald Trump n’agisse plus vite que prévu et prépare déjà des barrières douanières à l’encontre de
l’Europe…


L’autre cible potentielle est le Japon. Les négociations entre les deux pays se poursuivent également, et concernent là aussi en grande partie
le secteur automobile, Donald Trump ayant également menacé le Japon de taxer ses importations de véhicules aux USA.


Les négociations devraient également concerner les devises, comme l’a rappelé Mnuchin ce weekend : " Je pense que nous voudrons nous assurer que quel que soit l’accord commercial, il y ait des
dispositions sur la monnaie, comme nous l’avons fait pour " l’accord de libre-échange avec le Canada et le Mexique.


En conclusion


En d’autres termes, la guerre commerciale n’est pas encore terminée,
et d’autres champs de bataille sont à prévoir.


La bataille la plus importante de Trump, avec la Chine, semble être sur
le point de se terminer, et l’attention du président US devrait rapidement se focaliser sur l’Europe et le Japo, une fois le dossier chinois (momentanément) refermé.


Les enjeux en termes d’impact sur l’économie mondiale, bien que moins importants que dans le cadre de la guerre commerciale avec la Chine, pourraient se révéler significatifs. Dans le cas du Japon, on relèvera par exemple que les échanges avec les USA représentent 30% du PIB mondial.


Quant à l’Europe, déjà en difficulté avec une croissance moins solide
qu’aux Etats-Unis, il semble qu’il n’en faudrait pas beaucoup pour que la région bascule dans la récession, et une guerre
commerciale avec les Etats-Unis pourrait être un facteur largement suffisant…





Les valeurs à suivre à Wall Street

Les valeurs à suivre à Wall Streethttp://www.via214.net/


Publié le 16/04/2019 à 16:24 La Rédaction Via214



(Reuters)- Principales valeurs à suivre mardi à Wall Street où les contrats à terme sur les indices signalent une ouverture en hausse de l'ordre de 0,35% à 0,65%.


* BANK OF AMERICA (NYSE:BAC)
a fait état mardi d'une hausse de 6% de son bénéfice du premier trimestre, l'accroissement du portefeuille de prêts et des réductions de coûts ayant compensé une chute des revenus tirés de
la banque d'investissement. Le titre de la banque recule de 0,1% dans les transactions en avant-Bourse.


* JOHNSON & JOHNSON progresse de 2,1% en avant-Bourse après avoir publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et relevé sa prévision de croissance de ses ventes cette année, pour la porter dans une fourchette de 2,5% à 3,5% contre 2-3%
précédemment.


* UNITEDHEALTH a annoncé un bénéfice en hausse de 22,2% au premier trimestre, grâce à la performance de sa principale division d'assurance et de sa filiale Optum, qui intègre la gestion des
ordonnances. L'action avance de plus de 1,5% en avant-Bourse.


* OMNICOM a publié mardi un bénéfice supérieur aux attentes au premier trimestre, le groupe publicitaire américain ayant tiré parti d'une hausse des dépenses de ses clients à travers le monde.


* BLACKROCK (NYSE:BLK), le numéro un mondial de la gestion d'actifs, a fait mieux que prévu au premier trimestre grâce à une hausse de la collecte auprès des investisseurs.


* IBM (NYSE:IBM) et NETFLIX publieront leurs résultats trimestriels après la clôture. Selon Thefly.com, Deustche Bank a relevé sa recommandation
à "achat" contre "conserver" sur le titre Netflix (NASDAQ:NFLX), qui prend 1,6% en avant-Bourse.


* AT& T - La plate-forme américaine de vidéos en ligne Hulu, concurrente de Netflix et d'Amazon (NASDAQ:AMZN),
a déboursé 1,43 milliard de dollars (1,26 milliard d'euros) pour racheter à l'opérateur télécoms sa part de 9,5% dans son capital, ce qui renforce le contrôle de WALT DISNEY (NYSE:DIS),
qui détient 60% de Hulu.


* CHEVRON (NYSE:CVX) - La Cour suprême des Pays-Bas a rejeté un recours de l'Equateur contre l'annulation d'un jugement ordonnant au groupe pétrolier
américain de verser 9,5 milliards de dollars d'indemnités pour une pollution environnementale occasionnée par sa filiale Texaco.


* GILEAD a annoncé mardi qu'il allait s'associer avec la société Insitro pour développer des thérapies contre la maladie du foie NASH.


* DOWDUPONT (NYSE:DWDP) - RBC abaisse sa recommandation à "performance du secteur" contre "valeur privilégiée" ('top pick') et abaisse de 21 dollars son objectif de cours pour le ramener à 40 dollars.


* MARATHON OIL - RBC relève sa recommandation à "surperformance"
contre "performance du secteur".


(Service Marchés)





Incendie à Notre-Dame de Paris : causes, dégâts, photos... Le point sur la catastrophe

Incendie à Notre-Dame de Paris : causes, dégâts, photos... Le point
sur la catastrophehttp://www.via214.net/


Publié le 16/04/2019 à 06:31 La Rédaction Via214



NOTRE DAME - Un important incendie s'est déclaré ce lundi 15 avril
2019, en fin de journée, dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris.
L'incendie a ravagé le toit de l'édifice, dont la flèche s'est
écroulée. L'incendie à Notre-Dame a été maîtrisé après 23h, laissant apparaître de nombreux dégâts...


L'ESSENTIEL



  • Un incendie a ravagé la cathédrale de Notre-Dame de Paris ce lundi 15 avril 2019, dans la soirée. Selon le déroulé des événements, le feu s'est déclaré aux alentours de 18h50, dans les combles du monument historique le plus visité d'Europe, avant de gagner en intensité. L'ensemble de la charpente a été ravagée par les flammes et la flèche de Notre-Dame s'est effondrée peu avant 20h. Le feu a ensuite gagné une des tours du monument avant d'être maîtrisé peu après 23h, après de fortes
    craintes sur la structure du bâtiment.


  • Un pompier a été grièvement blessé dans l'incendie de Notre-Dame de Paris selon Reuters. Aucune autre victime n'était à déplorer en toute
    fin de soirée. Les dégâts matériels restent quant à eux à évaluer, mais le toit de Notre-Dame, sa charpente du XIII e siècle et sa flèche ont été totalement détruits. D'autres dégâts pourraient avoir endommagé la façade et l'intérieur du monument. La couronne d'épines et la tunique de Saint-Louis ont pu être sauvées.


  • Les causes de l'incendie de Notre-Dame de Paris seraient accidentelles, alors que l'édifice est plongé depuis juillet dernier dans un important chantier de restauration. Ce sont les travaux effectués sur la toiture qui seraient à l'origine du feu. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour déterminer les circonstances exactes de l'incendie. Elle a été confiée à la police judiciaire.


  • "Cette cathédrale, nous la rebâtirons", a déclaré Emmanuel Macron
    sur place dans la soirée. Le chef de l'Etat a reporté son allocution prévue à l'issue du grand débat ce lundi soir et s'est dit "triste de voir brûler cette part de nous". La maire de Paris Anne Hidalgo a fait part de sa "douleur". Quant au Vatican, il a communiqué sur sa "tristesse" et son "incrédulité".



Comment aider à la reconstruction de Notre-Dame de Paris ?


FIN DU DIRECT - Si vous souhaitez faire un don pour aider à la
réparation et à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, sachez qu'une souscription nationale a été annoncée par Emmanuel Macron et que la Fondation du patrimoine a déjà ouvert une collecte
de dons en ligne son site Internet (voir ici). Plusieurs cagnottes ont été également ouvertes sur Internet comme
"Notre-Dame de Paris Je t’aime", lancée par le site Dartagnans, engagé dans le patrimoine. Vous pouvez aussi donner à "Financement des réparations de Notre Dame", lancé sur la plateforme Leetchi. L’Observatoire du patrimoine religieux a
aussi sa cagnotte en ligne, baptisée "Souscription nationale pour Notre-Dame de Paris", sur le site Lepotcommun. Attention, certaines cagnottes en ligne non certifiées peuvent aboutir à des
arnaques en ligne.


Les ouvriers du chantier de Notre-Dame "entendus par les enquêteurs"


Des ouvriers du chantier de Notre-Dame de Paris sont "entendus par
les enquêteurs", a indiqué le parquet de Paris à l'AFP tard dans la nuit. Selon les enquêteurs qui ont débuté les
auditions, l'incendie pourrait être parti d'échafaudages installés sur le toit de l'édifice. Pour rappel, une enquête a été ouverte pour "destruction involontaire par incendie".


100 millions d'euros débloqués par la famille Pinault pour Notre-Dame


"Mon père et moi-même avons décidé de débloquer dès à présent sur les fonds d'Artemis une somme de 100 millions d'euros pour participer à l'effort qui sera nécessaire à la reconstruction
complète de Notre Dame", écrit François-Henri Pinault, le fils de François Pinault, à l'AFP cette nuit. Artemis est
la société d'investissement de la famille Pinault, qui veut ainsi participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris.


D'importants dégâts à l'intérieur de Notre-Dame


Raphaelle Bacqué, journaliste au Monde, a elle aussi accompagné Emmanuel
Macron et quelques journalistes, au sein de Noytre-Dame de Paris. Elle décrit ‏une nef "encombrée par les restes de la flèche en miettes" mais un autel "resté intact, avec sa croix". "Il y a encore du feu, entre la voûte en pierre et la charpente de bois, au-dessus", ajoute la journaliste. Sur les images qu'elle a postées sur Twitter, elle montre le trou, à l’endroit où était la flèche.


Emmanuel Macron a quitté Notre-Dame de Paris


Après avoir pénétré dans la cathédrale pour se faire une idée des
dégâts, Emmanuel Macron a salué les troupes qui sont restées mobilisées pour maîtriser l’incendie. Près de 500 pompiers ont été ainsi mobilisés à Notre-Dame de Paris. Le chef de l'Etat
a ensuite quitté les lieux pour un crochet par la Préfecture de police de Paris, accompagné par le Premier ministre Edouard Philippe et le secrétaire d’Etat auprès du ministre de
l’Intérieur Laurent Nunez, avant de regagner l’Elysée.


Une image de l'intérieur de la cathédrale


Un journaliste du Figaro a pu suivre Emmanuel Macron à l'intérieur de
Notre-Dame de Paris, peu après son intervention devant le parvis de
la cathédrale. Arthur Berdah décrit l’intérieur de la cathédrale ainsi : "une partie du toit a été soufflé par les flammes. Le feu n’est pas encore totalement maîtrisé, et des traînées de braises tombent sur le sol..."



Arthur Berdah


@arthurberdah


- 5h


Replying to @arthurberdah


#NotreDameDeParis À l’intérieur de la cathédrale, une partie du toit a été
soufflé par les flammes. Le feu n’est pas encore totalement maîtrisé, et des traînées de braises tombent sur le sol...



Une trêve politique après l'incendie de Notre-Dame de Paris


Alors que dans un mois et demie, les élections européennes battront leur plein, une trêve politique semble se mettre en place, comme on a pu en connaitre d'autres en période d'attentat. Laurent Wauquiez, qui était attendu en meeting à Nîmes demain soir, aux côté de la tête de liste des Républicains aux européennes François-Xavier Bellamy, a annoncé qu'il annulait ce rendez-vous qui devait lancer la campagne chez LR. Nicolas Dupont-Aignan a indiqué qu'il suspendait sa campagne, estimant que "l'heure n'est plus à la
division", mais à "l'unité nationale". Jean-Luc Mélenchon s'est aussi ému de l'incendie de Notre-Dame, "un message universel" qui a vu transiter "toutes les grandes heures" de la France. Enfin Marine Le Pen a salué" le courage des soldats du feu" qui ont sauvé "la tunique de Saint-Louis et la couronne d’épines" autant que "la structure de Notre Dame".


Donald Trump veut éteindre la polémique sur l'incendie de Notre-Dame de Paris


Alors qu'il avait jugé "terrible" d'assister à l'incendie de Notre-Dame de Paris il y a quelques heures, conseillant même à la France d'agir "vite" et d'avoir recours à des
"bombardiers d'eau" dans un tweet dont il a le secret, Donald Trump vient de poster un message moins polémique sur le
réseau social. "Que Dieu bénisse le peuple Français", a simplement tweeté le président américain. Ses conseils en début de soirée pour lutter contre l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de
Paris avaient forcé les pompiers parisiens à communiquer, en, indiquant que l'usage de Canadairs pouvait "détruire tout le
bâtiment".



Donald J. Trump


@realDonaldTrump


God bless the people of France!


144 K


11:58 PM - Apr 15. 2019


Les touristes eux aussi meurtris par l'incendie de Notre-Dame de Paris


"Je suis dévastée", a indiqué à l'AFP Nathalie Cadwallader, présentée par l'agence comme une femme de 42 ans, arrivée à Paris il y a deux jours pour visiter la capitale française avec son mari et ses deux enfants. "C'est vraiment triste, la chose la plus
triste que j'ai jamais vue dans ma vie", dit Sam Ogden, un Britannique venu en famille à Paris spécialement pour visiter Notre-Dame. "Nous avons le coeur brisé parce que, en tant que new-yorkais, nous sommes passés par là", déclare Jeanne Duffy, une new-yorkaise de 62 ans, venue à Paris pour voir son neveu courir le marathon, dimanche. "En terme d'héritage, c'est encore pire que ce que nous avons vécu", dit-elle, en référence aux attentats du 11 septembre 2001 et la destruction des Twin Towers.


La Fondation du patrimoine voit son site saturé par l'affluence


Alors qu'une collecte nationale doit être lancée demain par la Fondation
du patrimoine pour Notre-Dame de Paris, son site Internet a été saturé par l’afflux de visiteurs dans la soirée, a repéré le Figaro. La Fondation avait communiqué l'adresse à laquelle il est
possible de faire un don(https://don.fondation-patrimoine.org/SauvonsNotreDame/) avant de connaitre des difficultés en ligne.


Des témoignages poignants chez les catholiques après l'incendie de
Notre-Dame


L'AFP a recueilli de nombreux témoignages auprès des centaines voire des milliers de personnes qui ont assisté au triste spectacle de
l'incendie de Notre-Dame, à Paris. Entre cris de stupeur et pleurs les spectateurs ont fait part de leur stupéfaction, tout en filmant pour certains la scène sur leurs téléphones portables. L'AFP évoque aussi des centaines de catholiques "réunis pour
prier sur le Pont aux Changes, face au monument". "Je me sens très triste, immensément triste et vide", a indiqué
Stéphane à l'Agence France Presse au milieu d'un chant. "Paris est défigurée. Cette ville ne sera plus jamais ce qu'elle a été", se désole Philippe, un autre pratiquant. "C'est une tragédie.
Si vous êtes croyant, c'est le moment de prier".


La piste d'un départ de feu accidentel "retient l'attention"


Après l'incendie de Notre-Dame de Paris, c'est bien la piste d'un départ
de feu accidentel qui "retient l'attention des enquêteurs en l'état des investigations", indique une source proche du dossier à l'AFP. Le feu serait parti du chantier en cours sur le toit de la cathédrale indique encore l'agence de presse, alors que l'incendie semble désormais maîtrisé, cinq heures très
exactement après son déclenchement.


"Nous ferons appel aux plus grands talents" pour Notre-Dame, dit
Macron


"Cette histoire c'est la nôtre, alors elle brûle. Mais je veux avoir un
mot d'espérance. Cette espérance, c'est la fierté que nous devons avoir, de tous ceux qui se sont battus pour que le pire n'advienne pas", a aussi déclaré Emmanuel Macron qui rappelle : "une
souscription nationale sera lancée et nous ferons appel aux plus grands talents. Nous rebâtirons Notre-Dame".



Emmanuel Macron


@EmmanuelMacron


LIVE| Déclaration depuis le parvis de #NotreDame.periscope.tv/w/10wxWkILXbMxO


11.9 k


23:34 - 15 avr. 2019 - Paris. France


"Cette cathédrale, nous la rebâtirons", Emmanuel Macron prend la
parole à Notre-Dame


Le chef de l'Etat Emmanuel Macron a pris al parole devant les ruines de
Notre-Dame de Paris, désormais à ciel ouvert depuis que son toit est parti en fumées. "Ce qui s'est passé ce soir dans cette cathédrale est un terrible drame", a commencé Emmanuel Macron, saluant le "courage extrême" des pompiers mobilisés. S'il a reconnu que les prochaines heures seraient "difficiles",
le président de la République estime que "le pire a été évité même si la bataille n'a pas été totalement gagnée". "Cette cathédrale, il y a plus de 800 ans, nous avons su l'édifier et, à travers les siècles, la faire grandir et l'améliorer. Cette cathédrale, nous la rebâtirons tous ensemble", a martelé le chef de l'Etat.


Plusieurs prises de paroles devant Notre-Dame de Paris


En attendant qu'Emmanuel Macron s'exprime, de nouvelles prises de
paroles ont eu lieu devant Notre-Dame de Paris. La maire de Paris Anne Hidalgo a vanté la "chaine humaine qui s'est tout de suite mise en place [...] pour la préservation des oeuvres". Elle salue la mobilisation des pompiers, mais aussi du recteur de Notre-Dame, du ministère de la Culture et de la ville la ville de
Paris, "pour récupérer les oeuvres et les objets du culte". une mobilisation que l'élue parisienne a comparée à "la
Libération de Paris". Mgr Aupetit, archevêque de Paris, a ensuite "remercié les pompiers qui ont pu sauver les
deux tours et qui risquent leur vie à chaque fois". "Aujourd’hui Paris est en prière, toutes les églises sont
ouvertes. Nous sommes tous ensemble unis dans ce grand malheur", a-t-il ajouté dans des propos repris par Le Monde.


Le feu semble maîtrisé, les pompiers toujours à pied d'oeuvre à
Notre-Dame


Les pompiers sont toujours à pied d'oeuvre à Notre-Dame et continuent à
arroser avec leurs lances la façade du bâtiment, bien que les dernières nouvelles soient rassurantes quant à la structure de l'édifice. Le Figaro indique que l'incendie "semble maîtrisé"
au niveau de la façade, même si "des informations contradictoires circulent sur l'avancée de la nuit". On ne
distingue plus réellement de flammes sur la toiture décimée de la cathédrale. Selon Le Monde, "les pompiers commencent à explorer la façade de la cathédrale". De nouveaux éléments pourraient être communiqués très bientôt sur l'état de
Notre-Dame de Paris après cet incendie avec une nouvelle évaluation
des dégâts.


Emmanuel Macron de retour à Notre-Dame, il devrait prendre la parole


Emmanuel Macron est de retour à proximité de Notre-Dame de Paris. Le chef de l'Etat pourrait s'exprimer dans les prochaines minutes, indique France info. Le chef de l'Etat s'était déjà rendu sur place il y a quelques heures pour un bref point sur la situation. Emmanuel Macron était attendu pour une allocution à 20 heures à la télévision, pour présenter ses conclusions et ses mesures concrètes après la crise des gilets jaunes et le grand débat
organisé depuis le début de l'année. Une intervention très attendue qui attendra, le chef de l'Etat ayant décidé de le
rapporter à cause de l'incendie.


La piste accidentelle se précise pour l'incendie de Notre-Dame


Le parquet de Paris vient de communiquer sur l'enquête ouverte pour
l'incendie de Notre-Dame. Celle-ci a été ouverte du chef de "destruction involontaire par incendie". La piste de
l'accident semble donc se confirmer, alors que Notre-Dame est depuis plusieurs semaines dans un important chantier de rénovation.


Un pompier grièvement blessé dans l'incendie de Notre-Dame


Un pompier aurait été grièvement blessé dans l'incendie de Notre-Dame de
Paris ce lundi soir, selon Reuters. Les journalistes de France info soulignent que de nombreux hommages sont livrés aux pompiers, sur place où ils sont chaudement applaudis par les Parisiens, mais aussi en ligne, où les internautes sont nombreux à saluer leur
travail et le sauvetage du monument.


Causes de l'incendie à Notre-Dame


Les causes exactes de l'incendie à Notre-Dame de Paris sont inconnues à ce
stade, mais le monument était en travaux de restauration au moment où le feu s'est déclaré, manifestement dans les combles d'un toit de l'édifice, aux alentours de 18h50. Les pompiers de Paris ont d'abord déclaré que l'incendie de Notre-Dame serait potentiellement lié à ces travaux de rénovation. C'est aussi ce qu'a indiqué, au conditionnel, le porte-parole de Notre-Dame. Alors
qu'une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour déterminer les circonstances de l'incendie, et confiée à la police judiciaire, c'est bien la piste accidentelle qui "retient
l'attention des enquêteurs en l'état des investigations", indiquait une source proche du dossier à l'AFP en fin de
soirée. Le feu serait parti du chantier en cours sur le toit de la cathédrale.





Michelle Obama sera à Paris le 16 avril pour présenter son livre "Devenir"

Michelle Obama sera à Paris le 16 avril pour présenter son livre "Devenir"http://www.via214.net/


Publié le 16/04/2019 à 05:41 La Rédaction Via214



L'ancienne première dame américaine Michelle Obama sera à Paris le 16 avril pour présenter son livre de mémoires "Devenir". L'événement se tiendra dans la vaste salle de Bercy.


L'ex-"First-lady" devait présenter "Becoming" ("Devenir" dans sa version française) le 5 décembre dernier
dans la capitale française. Mais l'épouse de Barack Obama avait du
annuler cette date en raison des obsèques du Président George Bush.
"Il est important pour moi de me joindre à la famille Bush pour célébrer la vie exemplaire du président George H.W. Bush. Malheureusement, cela empêche mes visites à Paris et Berlin", avait-elle expliqué sur Twitter.




Michelle Obama


@MichelleObama


- 2 déc. 2018


It’simportant to me to join the Bush family in celebrating President
George H.W. Bush’s exemplary life. This will unfortunately preclude my visits to Paris and Berlin. I’ve been deeply touched by the enthusiasm for my memoir, and I’m working to reschedule my trip for next year.




Michelle Obama


@MichelleObama


I hope readers and ticket holders will understand my decision regarding
my desire to attend President Bush’s funeral, and join me in paying
tribute to him and his tremendous contributions to our world.


32.4 k


16:33 - 2 déc. 2018


Face au succès de son livre, Michelle Obama a choisi la salle de l'AccorHotel Arena (ex-Bercy) pouvant accueillir plus de 20.000 spectateurs, pour présenter au public français son autobiographie.



"Devenir", sorti le 13 novembre, a déjà été tiré à plus de 6 millions
d'exemplaires dans le monde et traduit dans une trentaine de langues. Dans ce best-seller, Michelle Obama, 54 ans, y confie notamment ses difficultés à tomber enceinte, son désintérêt de la politique et l'impossibilité de pardonner à Donald Trump la polémique sur la citoyenneté américaine de son mari Barack Obama.

La BCE satisfaite des anticipations du marché sur les taux

La BCE satisfaite des anticipations du marché sur les tauxhttp://www.via214.net/


Publié le 15/04/2019 à 07:36 La Rédaction Via214



WASHINGTON (Reuters) - Les anticipations du marché d'un nouveau report de la première hausse de taux de la BCE depuis la crise ont créé la
stimulation financière nécessaire à une relance de l'inflation, a déclaré vendredi le chef économiste de la BCE lors d'une conférence.


Les marchés monétaires - selon la courbe OIS (Overgnight Indexed Swap)
des swaps de taux au jour le jour - n'attendent pas de hausse de taux
de la BCE dans les 21 mois à venir, ce qui paraît excessif au regard de la communication avancée de la BCE qui n'évoque un maintien des taux que jusqu'à la fin de l'année.


Mais la BCE prévient depuis longtemps que la durée de ce report dépendra
de la conjoncture et le président de la BCE Mario Draghi a dit en mars que la communication avancée pourrait encore changer, comme ce fut le cas dans le passé.


"La courbe OIS qui s'est dessinée après la Watchers' conference de
Francfort est quelque chose qui correspond bien à notre conception
de ce que les conditions financières doivent être", a dit Peter Praet dont le mandat prend fin le 31 mai.


"Il y a de bonnes raisons de penser que l'économie va se stabiliser,
elle se stabilisera probablement quelque part au deuxième trimestre (....). C'est notre scénario et je crois toujours dans ce scénario", a-t-il dit à l'occasion de la première journée des réunions de
printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque
mondiale à Washington.


La BCE est ouverte à l'idée d'une modulation du taux de dépôt, ce
qui pourrait limiter l'impact des taux d'intérêt négatifs sur les établissements de crédit, a ajouté l'économiste.


"Le 'tiering' (modulation des taux) n'est pas un instrument (...). C'est
quelque chose (...) qui peut atténuer une partie des conséquences négatives de certaines politiques que nous avons mises en place", a-t-il dit. "En ce qui concerne le 'tiering', la position est à
l'ouverture, à voir ce qu'il en est."


Selon des sources proches du dossier, les responsables de la BCE semblent
de plus en plus disposés à récompenser les banques qui prêtent aux entreprises et aux ménages mais une majorité d'entre eux sont sceptiques sur l'éventualité de moduler le taux de dépôt, et aucun débat n'a eu lieu à ce sujet.


Praet a également affirmé que l'économie de la zone euro devrait se
stabiliser au deuxième trimestre, ce qui signifie que la projection de la Banque centrale européenne d'un rebond de la croissance au deuxième semestre reste à portée de main.




Macron fera ses annonces lundi à 20H00

Macron fera ses annonces lundi à 20H00http://www.via214.net/


Publié le 15/04/2019 à 07:07 La Rédaction Via214



Emmanuel Macron annoncera, lors d'une allocution lundi à 20H00, "les chantiers d’action prioritaires et avancera les premières mesures concrètes" en réponse au grand débat et à la crise des
"gilets jaunes", a annoncé dimanche la présidence de la République.


Le chef de l'Etat a prévu ensuite une conférence de presse mercredi, ajoute l'Elysée. Cette conférence de presse sera la première de son quinquennat en France.


"Les annonces sont prêtes", a affirmé dimanche son entourage à l'AFP, assurant qu'elles contenaient "un nouvel acte et des changements en profondeur qui vont être lancés" par le chef de l'Etat après cinq mois de crise des "gilets jaunes".


"C'est le sens des réunions qui se tiennent ce (dimanche) soir à l'Elysée", a ajouté cette source, précisant que le président recevait à 19H00 le Premier ministre Edouard Philippe puis des
membres du gouvernement à 20H00.


"Lundi, il donnera le cadre général et annoncera de premières mesures
concrètes", a précisé une source proche de l'exécutif. "Mercredi, il les expliquera et les détaillera", a-t-elle
ajouté.


Le gouvernement et la majorité ont axé leur communication sur l'importance de ce rendez-vous,affirmant que le président allait annoncer des décisions "puissantes et concrètes" après
trois mois de grand débat.





Trump accusé d'incitation à la violence contre une élue musulmane

Trump accusé d'incitation à la violence contre une élue musulmanehttp://www.via214.net/


Publié le 15/04/2019 à 06:34 La Rédaction Via214




Les élus démocrates ne décoléraient pas dimanche contre le président
américain, l'accusant "d'inciter à la violence" contre une élue musulmane du Congrès, après son tweet associant des
propos d'Ilhan Omar aux images des attentats du 11-Septembre.


Face à la polémique, la Maison Blanche a assuré que Donald Trump
n'essayait "pas d'inciter à la violence".


La présidente démocrate de la Chambre des représentants a demandé à la police du Capitole de revoir la sécurité d'Ilhan Omar, celle de sa famille et de son équipe, indiquant que les forces de l'ordre continueraient à "surveiller et répondre aux menaces auxquelles elle fait face".


"Les mots du président pèsent énormément et sa rhétorique haineuse et
incendiaire crée un véritable danger", a tonné Nancy Pelosi dimanche, dans un communiqué, exhortant le président à "retirer sa vidéo dangereuse et irrespectueuse".


Donald Trump avait publié vendredi sur Twitter une vidéo associant des
propos tenus par Ilhan Omar, l'une des deux premières femmes musulmanes élues au Congrès, aux images des tours jumelles de New York en feu.



S'exprimant en mars dernier devant le Conseil des relations américano-islamiques(CAIR), la représentante du Minnesota à la Chambre basse avait
alors estimé que l'organisation avait été fondée après les attentats du 11-Septembre "parce qu'ils reconnaissaient que certaines personnes avaient fait quelque chose et que chacun d'entre
nous commençait (de ce fait) à perdre accès à nos libertés citoyennes".


Des conservateurs ont accusé Ilhan Omar de minimiser, par sa formulation, l'attaque la plus meurtrière sur le sol américain.


La vidéo postée par le président républicain et visionnée plus de 9
millions de fois dimanche, a suscité un torrent de réprobations du côté démocrate.


"Rappeler à l'ordre"


"Le président incite à la violence contre une membre du Congrès en
exercice- et un groupe entier d'Américains en fonction de leur
religion. C'est répugnant. C'est scandaleux", a par exemple tweeté la sénatrice candidate à l'élection présidentielle, Elizabeth Warren.


"La vie d'@IlhanMN est en danger", a aussi réagi la jeune élue de la Chambre des représentants Alexandria Ocasio-Cortez.


La Maison Blanche a fermement défendu le président américain dimanche.


Donald Trump "n'essaie pas d'inciter à la violence contre quiconque",
a justifié sa porte-parole Sarah Sanders, sur la chaîne Fox News.


"Le président ne souhaite assurément aucun mal ni aucune violence contre personne, mais (il) doit absolument rappeler à l'ordre la membre du Congrès pour, non pas un seul, mais de nombreux
commentaires antisémites", a-t-elle dit sur ABC.


Sarah Sanders semblait faire ici référence à une autre polémique
impliquant Ilhan Omar après de récents commentaires sur Israël jugés antisémites par de nombreux élus, y compris dans le camp démocrate.



Elle avait sous-entendu que des élus américains soutenaient Israël par
intérêt financier. Elle s'était ensuite excusée publiquement.


"Merci de vous tenir à mes côtés - contre une administration qui cherche
à bannir les musulmans de notre pays - dans le combat pour l'Amérique que nous méritons", a réagi sur Twitter Ilhan
Omar, réfugiée somalienne, à la suite de la vidéo postée par le président républicain.


"Personne - peu importe à quel point il est corrompu, incompétent ou vicieux
- ne peut menacer mon amour inconditionnel pour l'Amérique", a
également tweeté la femme de 37 ans.


CAIR a été fondée en 1994 et non après les attaques du 11 septembre
2001 comme indiqué par Ilhan Omar. Cité par le Washington Post, son porte-parole explique qu'elle s'est mal exprimée et voulait dire que l'organisation avait vu ses effectifs doubler après le 11-Septembre.

TIM demande un délai sur la scission de son réseau fixe

TIM demande un délai sur la scission de son réseau fixehttp://www.via214.net/


Publié le 15/04/2019 à 06:08 La Rédaction Via214



MILAN (Reuters) - L'opérateur italien Telecom Italia (MI:TLIT) (TIM) a demandé au régulateur national AGCOM de retarder son examen de son projet de scinder son réseau de lignes fixes car le plan sera
modifié, a dit samedi à Reuters une source proche du dossier.


Selon la source, qui confirme une information du journal La Repubblica,
l'administrateur délégué de TIM, Luigi Gubitosi, a écrit à l'AGCOM pour lui demander de différer son évaluation en raison des discussions en cours avec l'opérateur de réseau de plus petite
taille Open Fiber sur la possibilité d'une combinaison des actifs
réseaux des deux groupes.


TIM a refusé de faire un commentaire.


L'avenir du réseau de Telecom Italia est devenu un sujet majeur de
contentieux entre les principaux actionnaires de l'opérateur, Vivendi (PA:VIV) et le fonds activiste Elliott.


Si Elliott fait pression sur TIM pour qu'il se sépare de son réseau et le fusionne avec Open Fiber, Vivendi s'oppose à ce que l'opérateur perde le contrôle de son principal actif.


La banque d'Etat italienne Cassa Depositi e Prestiti (CDP), désormais
deuxième actionnaire de TIM et co-propriétaire d'Open Fiber avec
l'électrien Enel (MI:ENEI),
aimerait pour sa part voir le projet de création d'un réseau unique devenir réalité, en partie pour éviter des investissements redondants.

Une quarantaine de gardes à vue à Toulouse pour le 22e samedi en jaune

Une quarantaine de gardes à vue à Toulouse pour le 22e samedi en jaunehttp://www.via214.net/


Publié le 15/04/2019 à 05:45 La Rédaction Via214



TOULOUSE (Reuters) - Quarante-trois personnes ont été placées en garde à
vue à Toulouse, où s'est concentré samedi la 22e journée de manifestations des "Gilets jaunes", selon un bilan
actualisé publié dimanche par les autorités.


Ces gardes à vue interviennent à la suite de 45 interpellations en centre ville dont 15 pour dissimulation volontaire du visage "sans motif légitime", ce qui est désormais passible d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende, selon la nouvelle loi
"anti-casseurs".


Vingt-et-un blessés se trouvaient en urgence relative dont un blessé parmi les forces de l'ordre.


A Paris, le bilan définitif de la journée du 13 avril est de 35
interpellations.


Le ministère de l'Intérieur a fait état de 31.000 manifestants dans
toute la France, dont 5.000 à Paris, un léger regain de mobilisation avant les annonces attendues ces prochains jours
d'Emmanuel Macron, en conclusion du "grand débat" organisé pour désamorcer la crise.

Jean-Marie Le Pen fait ses adieux au Parlement européen et à la vie politique

Jean-Marie Le Pen fait ses adieux au Parlement européen et à la vie politiquehttp://www.via214.net/


Publié le 14/04/2019 à 11:35 La Rédaction Via214



Jean-Marie Le Pen fait mardi ses adieux au Parlement européen en même temps qu'à la vie politique, même si, toujours bravache, le nonagénaire
aurait rêvé se faire réélire, "comme Molière qui souhaitait mourir sur les planches".


Le cofondateur du Front national, qu'il a présidé près de 40 ans
avant de le léguer à sa fille Marine en 2011, a été élu sept fois d'affilée à l'assemblée de Strasbourg dont il est l'un des doyens, alors qu'il n'a été député en France sur la même période
que deux ans, de 1986 à 1988.


C'est un scrutin européen, celui du 18 juin 1984, qui permet au FN, partisan à l'époque d'une sortie de la France de l'Europe, de percer en franchissant pour la première fois la barre des 10% au
plan national, et d'envoyer dix députés à Strasbourg, dont Jean-Marie Le Pen.


L'eurodéputé confie à l'AFP que "c'était la première victoire après une
longue traversée du désert" et son premier souvenir marquant.


Chambre d'écho inespérée pour le FN (devenu Rassemblement national), le
Parlement européen fut aussi l'un des pires ennemis de ce parti. Le RN est aujourd'hui accusé par la justice d'y avoir mis en place un "système de détournement", à son profit, des
rémunérations de ses assistants parlementaires.


Un ancien eurodéputé, brouillé avec le parti, avait expliqué aux policiers qu'un tel "système" était déjà enraciné du temps où le FN était dirigé par sa figure historique.


- "Figure de proue" -



Au Parlement, Jean-Marie Le Pen fut "la figure de proue de l'extrême droite européenne et son principal orateur",
siégeant dans le même groupe que le parti néofasciste italien MSI qui lui s'est "très peu intéressé à Strasbourg",
rappelle le politologue Jean-Yves Camus.


L'hémicycle lui a aussi "permis de nouer des contacts au niveau international. En montrant qu'au fond, si le parti était isolé à l'intérieur - en France - il avait quand même des amis à l'extérieur", ajoute-t-il.


Mais, exclu du FN en 2015 après ses propos polémiques sur les chambres à
gaz, il ne peut plus se représenter, même s'il aurait bien voulu "assumer le rôle de doyen" dans l'enceinte européenne, "un peu comme Molière qui souhaitait mourir sur les planches".


A 90 ans, il "s'apprête à se faire à l'idée" de n'avoir plus de mandat électoral mais réfute quitter la vie politique, en annonçant son rassemblement du 1er-mai à Paris.


Son exclusion du FN lui a valu de siéger parmi les non-inscrits puis de
rejoindre en 2018 le parti européen néofasciste Alliance pour la paix et la liberté, distinct du mouvement Europe des nations et des libertés auquel est rattaché le RN.


Peu de mains "à serrer"


Pourtant, Jean-Marie Le Pen soutiendra la liste du RN aux élections
européennes malgré les "désaccords" avec sa fille, notamment sur l'euro. Le RN ne veut plus en sortir depuis 2017 alors
que Jean-Marie Le Pen n'exclut pas un Frexit.



A défaut d'être candidat, il distille ses critiques. Il aurait ainsi
souhaité "qu'à l'ardeur supposée de la jeunesse" de Jordan Bardella, 23 ans, qui conduira la liste, "corresponde le
poids de l'expérience", comme la sienne, et compare le transfuge de LR Thierry Mariani à un "fantôme politique".


Il dénonce la "volonté fédéraliste des majorités" au Parlement, mais a surtout la dent dure contre "la dictature de la technocratie" européenne. Visé par des procédures de
recouvrement pour les emplois présumés fictifs de ses assistants, il doit rembourser au Parlement 320.000 euros.


Ses adversaires ne sont pas davantage cléments: l'eurodéputée socialiste Pervenche Bérès, élue depuis 1994, se souvient qu'il prenait "de la place avec son service de sécurité, mais qu'il
n'a rien fait" sur le plan politique.


Neuf fois, ses collègues du Parlement européen ont réclamé la levée de son immunité, que ce soit pour des propos controversés hors de l'hémicycle ou pour les emplois fictifs. Trois demandes lui ont été favorables et six défavorables, détaille-t-il pour mieux dénoncer
le "zèle exceptionnel" de la justice à son égard.


Le 12 mars, lorsque le Parlement a levé une dernière fois son immunité, il s'est voulu fataliste: "Je n'aurai pas beaucoup de mains à serrer en partant".

Grand débat: multitude de pistes pour éviter la sortie de route

Grand débat: multitude de pistes pour éviter la sortie de routehttp://www.via214.net/


Publié le 14/04/2019 à 10:50 La Rédaction Via214




Panorama des pistes envisagées, qui font débat ou écartées au sein de
l'exécutif, avant l'annonce attendue dans les prochains jours des mesures d'Emmanuel Macron pour relancer son quinquennat chahuté par la crise des "gilets jaunes".


- ENVISAGÉ:


- La piste la plus probable est une baisse de l'impôt sur le revenu,
avec l'ajout de nouvelles tranches d'imposition pour le rendre plus
progressif. Il existe actuellement cinq tranches, dont s'acquittent 43% des contribuables: 0%, 14%, 30%, 41% et 45%.



-Une réindexation des "petites retraites" sur l'inflation est à l'étude. Il s'agirait d'un revirement pour l'exécutif, qui a limité la hausse des pensions de base à 0,3% au 1er janvier, bien en deçà de l'inflation (1,8% en 2018), afin d'économiser 2,8
milliards d'euros. Le sujet, plebiscité dans un sondage Ifop au JDD (88%), doit revenir sur la table, puisque le Conseil constitutionnel a censuré en décembre la hausse de 0,3% prévue en 2020, obligeant
le législateur à inscrire la mesure dans le prochain budget.


- Améliorer le paiement de la pension alimentaire aux mères célibataires.


- Introduire une dose de 20% de proportionnelle pour les élections
législatives au lieu des 15% évoqués jusqu'à présent.


- Remplacer des conseillers départementaux et régionaux par des
conseillers territoriaux, réforme proposée par Nicolas Sarkozy.


- Mettre davantage de fonctionnaires "sur le terrain" et moins dans les administrations centrales, avec l'ambition de rendre accessibles les services publics aux citoyens en moins de 30 minutes.



- Créer une "Banque européenne pour le climat" afin de financer la transition écologique du continent, a été proposé par Emmanuel Macron. Cette idée est portée depuis un an par le
climatologue Jean Jouzel et l'économiste Pierre Larrouturou (sur la liste de Raphaël Glucksmann aux européennes), qui plaident pour transformer la BEI (Banque européenne d'investissement) en banque de développement durable.


- Une hausse du plafond d'abattage des loups a été annoncée par le
chef de l'Etat de 10-12% à 17-19% en fonction des départements, en
réponse à une revendication des éleveurs.


- Supprimer les avantages des ex-présidents, Premiers ministres et
ministres. Après avoir quitté l'Elysée, les ex-chefs de l'Etat disposent en effet d'une rémunération et de différents services (bureau, agents de sécurité...).


- Remplacer ou réformer l'ENA, l'école de formation des élites de
l'Etat sur le modèle de l'Ecole de Guerre.


- EN DÉBAT:


- La remise à plat d'une partie des 474 niches fiscales, qui coûtent, ensemble, près de 100 milliards d'euros selon Bercy, est défendue par le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.



  • Edouard Philippe et plusieurs ministres ont aussi suscité la confusion ces derniers jours en assurant tout à la fois que la réforme Delevoye ne toucherait pas à l'âge légal de 62 ans - promesse de campagne d'Emmanuel Macron - tout en évoquant un possible allongement de la durée du travail pour financer la dépendance et le grand âge.




-Instaurer un taux de TVA à 0% sur les produits de première nécessité, comme le réclament certains "gilets jaunes". Gérald Darmanin et Edouard Philippe doutent d'une mesure coûteuse
qui impliquerait aussi d'obtenir un accord préalable de la commission européenne, le droit européen interdisant d'appliquer un
taux nul.


- La hausse de la taxe carbone, à l'origine de la crise des "gilets
jaunes" est exclue dans l'immédiat par le chef de l'Etat et le Premier ministre. Mais l'exécutif reste vague pour l'année 2020 et au-delà. "Ca fera partie des choix à faire dans les mois qui viennent", a déclaré jeudi sur France Inter le ministre François de Rugy.


- Se passer à 100% du glyphosate en trois ans, un pesticide classé comme "cancérogène probable", ne sera pas possible d'ici à 2021, a signifié Emmanuel Macron, alors qu'il s'y était engagé.


- Prendre en compte les votes blancs. La Garde des Sceaux Nicole Belloubet s'est montrée toutefois prudente quant à "l'impact" d'un telle mesure sur "la légitimité des élus".


- Fusion du Sénat et du Conseil économique social et environnemental
(Cese), auquel le Sénat est totalement opposé.


- Concernant la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, mesure très contestée, Emmanuel Macron s'est dit ouvert à des aménagements locaux, au risque de désavouer le
Premier ministre.


- ECARTÉ


- Voulu par 77% des Français, selon un sondage Ifop, le retour de l'ISF a été fermement écarté par Emmanuel Macron. Mais un élargissement de l'IFI, l'impôt sur la fortune immobilière, pour
les gros patrimoines (à partir de 1 million au lieu de 1,3), est
avancé par certains.


- Modifier les règles sur la taxation des héritages? "On n'y touchera pas tant que je serai là", a prévenu le président à l'automne.


- Une nouvelle réduction de la CSG semble peu probable après celle du
taux concédée fin décembre pour les retraités touchant moins de
2.000 euros par mois.





Le plus grand avion du monde fait son baptême de l'air

Le plus grand avion du monde fait son baptême de l'airhttp://www.via214.net/


Publié le 14/04/2019 à 10:20 La Rédaction Via214



La société américaine Stratolaunch a annoncé samedi avoir effectué au-dessus d'un désert californien le premier vol d'essai du plus grand avion du monde, dont l'envergure est plus grande de près de moitié que celle d'un Airbus A380.


L'étrange appareil, construit par la mythique société d'ingénierie
aéronautique Scaled Composites dans le désert du Mojave, a deux fuselages et est propulsé par six moteurs de Boeing 747.


Il doit servir en théorie à emporter et larguer en altitude une petite
fusée qui allumera alors son moteur, et se propulsera vers l'espace pour placer des satellites en orbite. C'est une méthode d'accès à l'espace plus souple que les décollages de fusées à la verticale, car il suffirait d'une grande piste de décollage.


L'avion Stratolaunch a décollé de l'aéroport et "spatioport" de
Mojave, en Californie, à 06H58 heure locale (13H58 GMT), et est resté en l'air pendant deux heures et demie, a annoncé la société dans un communiqué dimanche. Jusqu'à présent, l'avion n'avait fait que des essais de roulage au sol.


La vitesse maximale durant le vol a été de 304 km/h (189 miles par heure, selon Stratolaunch), et l'avion est monté jusqu'à 17.000 pieds, soit 5.182 mètres.


"Quel premier vol fantastique", s'est félicité le directeur général de Stratolaunch, Jean Floyd. "Le vol d'aujourd'hui fait avancer notre mission de proposer une solution alternative flexible aux systèmes de lancement au sol".



L'envergure de l'engin, 117 mètres, est plus grande qu'un terrain de football. Un Airbus A380 mesure 79,75 mètres d'envergure.


Stratolaunch était financée par un cofondateur de Microsoft, Paul Allen, afin de devenir un nouvel acteur du marché des lancements de petits
satellites. Mais le décès de M. Allen, en octobre 2018, rend incertain l'avenir du Stratolaunch.




Le fisc américain à l'affût du bébé royal d'Harry et Meghan

Le fisc américain à l'affût du bébé royal d'Harry et Meghanhttp://www.via214.net/


Publié le 14/04/2019 à 09:31 La Rédaction Via214



Aucun doute sur le fait que le bébé royal d'Harry et de Meghan naîtra
avec une cuillère d'argent dans la bouche. Mais le fisc américain voudra en prime en connaître la valeur.


La raison de cet intérêt des services fiscaux des Etats-Unis pour ce
bébé tient à sa double nationalité, britannique par son père Harry, et américaine par sa mère, la duchesse de Sussex.


"Lorsqu'un des deux parents d'un enfant est américain et qu'il a résidé aux Etats-Unis pendant cinq ans dont au moins deux après 14 ans, alors le bébé est américain", rappelle David Treitel, fondateur de l'American Tax Returns, une société de conseil pour les expatriés
américains au Royaume-Uni.


"C'est le cas de Meghan", ajoute-t-il, précisant qu'il s'agit d'une
première dans la famille royale.


La nationalité américaine est toutefois assortie de conditions
particulièrement restrictives: comme tout bon citoyen américain qui naît, grandit et meurt n'importe où sur le globe, ce bébé devra chaque année montrer patte blanche au fisc de son pays d'origine.


A partir de sa naissance, les comptes en banque du bébé alimentés en argent frais par des parents soucieux de son avenir devront être déclarés. Tout comme les revenus qu'il pourrait générer si ses parents décidaient par exemple de lui faire suivre les traces de sa
mère, ancienne actrice, en faisant de lui un bébé star du petit ou grand écran.


"Américains accidentels"


Au-delà de l'intimité de ce bébé bien né, "le fisc américain va obtenir beaucoup d'informations sur la richesse du couple" à travers ces déclarations et celles de sa mère, résume David
Treitel.


Car, l'IRS, le service des impôts des Etats-Unis, exige aussi que les
cadeaux de valeur offerts par des non-Américains à cet enfant --qui ne manquera pas d'être gâté -- soient également déclarés.


"Imaginez que la reine offre au bébé un beau livre d'art de la collection
royale. Il devra alors être déclaré au fisc s'il dépasse une valeur de 100.000 dollars", rappelle David Treitel.


En revanche, les cadeaux glanés lors de la coûteuse "baby-shower", la fête entre une future maman et ses amies, organisée récemment par Meghan à New York, n'auront sans doute pas à être déclarés par la femme d'Harry s'ils ont été offerts par des compatriotes,
selon lui.


Si le bébé et sa mère devront s'acquitter de déclarations qui seront
sans doute chronophages pour leurs comptables, il n'est pas dit qu'ils paieront beaucoup d'impôts: ceux-ci "peuvent souvent être compensés par les impôts à payer en Grande-Bretagne",
commente Laura Saunders, spécialiste des questions fiscales au Wall
Street Journal.


Au-delà de la famille royale, la volonté des autorités américaines de
contrôler ses administrés expatriés a parfois des conséquences plus graves, touchant des individus qui n'ont a priori aucun lien avec les Etats-Unis si ce n'est le fait d'y avoir respiré leurs
premières bouffées d'oxygène.


C'est le cas des "Américains accidentels", plusieurs milliers de
personnes en France qui ont acquis automatiquement la nationalité
américaine parce qu'elles sont nées aux Etats-Unis, mais qui ont souvent quitté le pays très jeunes et n'y ont plus aucune attache.


Amendes


Depuis l'adoption en 2010 du Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA), qui
substitue le critère de la nationalité à celui du domicile fiscal, ces citoyens se voient obligés de déclarer leurs revenus aux Etats-Unis, et le cas échéant d'y payer des impôts.


Or une grande partie, et pas seulement des Français, ont parfois quitté les Etats-Unis très tôt. L'Association des Américains accidentels
(AAA) qui les regroupe a appelé en fin d'année dernière le président américain Donald Trump à "trouver une solution".


Leur situation est particulièrement problématique car en cas de refus de
se plier aux obligations fiscales américaines, leurs établissements
bancaires s'exposent à des sanctions, ce qui pousse ces banques à leur refuser l'accès à des services financiers tels que l'ouverture de comptes bancaires ou la souscription d'une hypothèque.


A une échelle moins dramatique, la famille royale britannique ne peut
pas non plus se soustraire à ces obligations puisqu'une déclaration
non conforme à la réalité est également assortie de risques d'amendes.


Une solution existe tout de même pour éviter les maux de tête aux comptables du couple: que Meghan renonce à sa nationalité américaine. Mais si elle-même échapperait ainsi aux contraintes
fiscales, le bébé serait, lui, toujours soumis au devoir de déclaration jusqu'à sa majorité.





Trump a envisagé de nommer sa fille à la tête de la Banque mondiale

Trump a envisagé de nommer sa fille à la tête de la Banque mondialehttp://www.via214.net/


Publié le 14/04/2019 à 09:00 La Rédaction Via214



"Elle est très bonne avec les chiffres": le président américain
Donald Trump raconte, dans un entretien publié vendredi, avoir envisagé de nommer sa fille Ivanka, 37 ans, à la tête de la Banque mondiale.


"C'est une vraie diplomate", explique M. Trump dans un entretien au magazine The Atlantic. "Elle aurait été géniale aux Nations unies par exemple (comme ambassadrice des Etats-Unis, NDLR)".


"Si je l'avais nommée, ils auraient crié au népotisme alors que cela
n'aurait absolument rien eu à voir avec du népotisme", poursuit-il.


Continuant sur sa lancée, le président américain ajoute: "J'ai même
pensé à Ivanka pour (diriger) la Banque mondiale", institution fondée en 1944 à Bretton Woods en même temps que le Fonds
monétaire international (FMI).


"Elle aurait été excellente sur ce poste parce qu'elle est très bonne
avec les chiffres", ajoute-t-il en évoquant sa fille et proche conseillère dont le mari, Jared Kushner, est aussi l'un de ses plus influents conseillers.


Donald Trump a finalement nommé l'un de ses fidèles soutiens, David
Malpass, à la tête de la "BM".


"Elle est calme. Je l'ai vue dans des situations d'énorme stress, elle réagit très bien (...) Elle a une présence extraordinaire quand elle entre dans une pièce", poursuit M. Trump en évoquant sa
plus grande fille, née de son premier mariage avec Ivana Trump.


"Si elle décidait un jour d'être candidate à la présidentielle, je
pense qu'elle serait très très difficile à battre", conclut le magnat de l'immobilier.


Le 45e président des Etats-Unis ne s'en cache pas: il est très sensible aux demandes de sa fille, qui a une véritable influence sur certaines de ses décisions.


"Elle m'appelait et elle disait: Papa! Tu ne comprends pas! Tu dois faire
ça, tu dois le faire!", avait il raconté fin décembre lors de la signature d'une loi de réforme sur la justice pénale. "Alors je lui ai dit: OK, c'est bon", a-t-il ajouté, amusé, en présence de nombreux élus rassemblés dans le Bureau ovale.

GE Belfort : crainte d’un plan social et nouveau patron

GE Belfort : crainte d’un plan social et nouveau patronhttp://www.via214.net/


Publié le 13/04/2019 à 11:37 La Rédaction Via214



La division General Electric France va avoir un nouveau patron de 39
ans, proche d’Emmanuel Macron, alors qu’un plan social se dessine, qui pourrait se caractériser par la suppression de plusieurs centaines d’emplois industriels à Belfort.




HughBailey, 39 ans, deviendra à compter du 22 avril le nouveau
directeur général de la branche française de General Electric. Il
remplacera Corinne De Bilbao.


Le nouveau DG était jusqu’ici directeur des affaires publiques de GE
France. Il avait intégré l’entreprise américaine fin 2017 après un début de carrière dans la haute fonction publique française. Il a notamment été le conseiller industrie d’Emmanuel Macron lorsque celui-ci était à Bercy, et on considère que M. Bailey a été, au
ministère de l’Economie et des Finances, un des pilotes de l’opération de cession de la branche énergie d’Alstom à
General Electric.


Ce changement de tête chez General Electric France intervient à un
moment où on s’attend à l’application d’un plan social chez General Electric France, qui pourrait toucher particulièrement les sites de Belfort et de Bourogne dans le Territoire de Belfort. Jusqu’ici, la France avait été épargnée par GE en raison des
engagements pris par Jeff Immelt, l’ancien patron de la multinationale américaine, lors du rachat d’une partie d’Alstom. Ces engagements sont arrivés à leur terme et GE, en pleine
restructuration mondiale, peut désormais appliquer à la France les coupes d’effectifs qu’elle a déjà appliquées dans d’autres pays. La nomination de Hug Bailey est plutôt mal reçue par les
responsables syndicaux, en raison des options prises par l’Etat lorsqu’il était le conseiller d’Emmanuel Macron, dont il est proche.


Les syndicats demandent qu’une diversification des sites belfortains
intervienne rapidement, en se servant des 50 millions versés à l’Etat par GE pour ne pas avoir respecté sa promesse de créer 1000 emplois en France. Un des projets, défendu depuis des mois par
la CGC, vise à orienter une partie des ateliers vers la production d’éléments de moteurs d’avions (marché porteur) au lieu de la production de pièces de turbines à gaz (marché en difficulté).


La crainte, vive à Belfort depuis plusieurs semaines, est que les sites
locaux soient durement impactés par la restructuration qui arrive. Des centaines d’emplois sont en jeu, peut-être près de la moitié des postes belfortains de la branche turbines à gaz, dont l’effectif total vient de passer sous la barre des 2000 salariés après une série de ruptures conventionnelles des contrats de travail.


Il y a quelques jours, les parlementaires belfortains, le maire de
Belfort et le président du conseil départemental (LR et UDI) ont interpellé Emmanuel Macron sur le sujet en demandant son intervention. Présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay a déclaré, voici quelques jours, refuser "la suppression de plus de 1000 emplois" chez GE Belfort en s’inquiétant, au delà de l’impact social que représenterait
une telle mesure, de la perte de compétence et de savoir-faire pour
la France.





Toulouse : Il violente une femme devant un élu

Toulouse : Il violente une femme devant un éluhttp://www.via214.net/


Publié le 13/04/2019 à 11:09 La Rédaction Via214



L'homme a été entendu par la police.



Un individu a été interpellé aujourd’hui après avoir violenté une
femme, rue d’Alsace-Lorraine au cœur de Toulouse. Un délit sous les yeux de nombreux témoins, dont un adjoint au maire qui a très vite réagi.


"Cela a été hyperviolent ! Cet homme a plaqué la jeune femme contre la vitrine du restaurant où nous déjeunions. Il l’a frappée. Inadmissible", confie, encore émue, une femme, témoin direct des violences qui ont eu lieu en début d’après-midi, ce vendredi, rue d'Alsace-Lorraine devant le restaurant "La Compagnie française" au centre de Toulouse.


Cette femme est immédiatement intervenue pour calmer l’individu, "pas
très content que l’on vienne interrompre sa violente dispute conjugale", confie cette jeune mère de famille. Quelques
minutes de tension où ces deux femmes ont reçu le soutien de Jean-Jacques Bolzan, l’adjoint au maire. "Je passais par hasard. J’ai assisté aux violences. C’était en effet violent et intolérable", confirme l’adjoint au maire. Des personnels de l’établissement sont également intervenus pour éviter que la colère de cet homme violent ne se retourne contre les témoins.


Alertée, la police municipale a envoyé sur place plusieurs patrouilles. La victime ne voulait pas déposer plainte mais l’individu, maintenu
sur place, a été arrêté par la police nationale et placé en garde à vue au commissariat central où les témoins, dont l’adjoint au marie, ont été entendus pour confirmer les violences. L’homme, âgé de 21 ans, s’en est pris à sa compagne pour une raison que les policiers devront déterminer durant leur
enquête.





RDC: l’OMS déclare l’épidémie d’Ebola "urgence de portée internationale"

RDC: l’OMS déclare l’épidémie d’Ebola "urgence de portée
internationale"http://www.via214.net/


Publié le 13/04/2019 à 10:04 La Rédaction Via214



Déclarée en août dernier, l’épidémie d’Ebola qui frappe l’Ituri et le Nord-Kivu a déjà tué 764 personnes ; 1 140 sont confirmés. Mais le nombre de nouvelles contaminations enregistrées chaque semaine a presque triplé en mars, selon Médecin sans frontières. Malgré cette accélération, l'OMS a décidé vendredi 12 avril de ne pas déclarer l'épidémie comme une "urgence de portée
internationale", la maladie restant pour le moment circonscrite à la RDC.


Dix-huit nouveaux cas d’Ebola confirmés dans la seule journée de mardi. 20 mercredi. La propagation de l’épidémie a battu des records cette
semaine. Au-delà du nombre de personnes contaminées, c’est la multiplication de nouveaux foyers çà et là qui inquiète.


Selon Médecins sans frontières, la moitié des patients nouvellement
atteints n’entretenaient pas de liens connus avec des malades d’Ebola. Ils surviennent parfois dans zones où les équipes chargées de lutter contre la maladie ne sont pas présentent, sans
oublier les cas qui ressurgissent là où l’on pensait l’épidémie
déjà maîtrisée.


Inquiétant aussi, le fait que près de la moitié des nouveaux cas recensés
n’ont pu être confirmés qu’après leur décès. Cela témoigne de la grande méfiance qu’inspirent toujours les centres de traitement Ebola à
une partie de la population. "Beaucoup ne cherchent même plus à obtenir des soins", a déploré jeudi la Croix-Rouge dans un communiqué. Ou bien préfèrent se rendre dans des centres de santé locaux, souvent mal
équipés et où les contaminations sont fréquentes. Ce qui accélère la propagation de l’épidémie et rend difficile le suivi des personnes ayant été en contact avec des malades.


Un climat volatile, qui fait craindre une propagation d’Ebola dans une
grande ville comme Goma épargnée jusque-là. Ou encore à des pays voisins, qui n’ont cessé de renforcer les contrôles aux frontières ces dernières semaines.


Une décision qui " ne change rien à notre détermination à
mettre fin " à l'épidémie


Pour la deuxième fois, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est
donc réunie en urgence vendredi à propos de l'épidémie d'Ebola en RDC, rapporte notre correspondant à Genève Jérémie
Lanche
. Pour la deuxième fois également, l'organisation a décidé de ne
pas élever le niveau de vigilance. Elle aurait par exemple pu recommander d'imposer des restrictions de voyage. Mais ça n'apporterait aujourd'hui aucun bénéfice dans la lutte contre la maladie, selon l’OMS. Elle n'a toujours pas dépassé les frontières de la RDC. Sauf que le risque est de plus en plus grand. Surtout que l'argent vient à manquer.


"Le fait que nous n'ayons pas déclaré l'épidémie comme une urgence de
portée internationale ne change rien à notre détermination à y mettre fin,
souligne Tedros Ghebreyesus, directeur de l'OMS.Nous appelons la communauté internationale à intensifier son engagement. Nous ne pouvons pas augmenter nos efforts si nous n'avons pas assez d'argent. À cause du manque de fonds, nous avons dû diminuer nos
activités de prévention dans les pays voisins de la RDC. "



Tedros Adhanom Ghebreyesus


@DrTedros


The fact that a Public Health Emergency of International Concern has not been declared makes no difference to our commitment or our ability to
fight this #Ebola outbreak. We are calling on the international community to step up its financial commitment. bit.iy/2IheNEY


47


20:49 - 12 avr. 2019



L'OMS demande 148 millions de dollars pour ses activités de lutte anti-Ebola. Seule la moitié lui est pour le moment parvenue. Il y a quelques semaines encore, Tedros Ghebreyesus disait espérer mettre fin à l'épidémie d'ici six mois. Ça sera sans doute beaucoup plus long, a lâché le patron de l'OMS.

Algérie : heurts entre policiers et manifestants au cœur d'Alger

Algérie : heurts entre policiers et manifestants au cœur d'Algerhttp://www.via214.net/


Publié le 13/04/2019 à 09:28 La Rédaction Via214



Des centaines de jeunes manifestants ont affronté la police, vendredi 12
avril, à Alger (Algérie), renvoyant les grenades lacrymogènes tirées par les policiers. Mais ils ont fini par être dispersés à l'issue d'un huitième vendredi de manifestations hebdomadaires qui a fortement mobilisé.


Ces violences sont survenues en marge d'un gigantesque défilé dans lequel les participants ont réclamé le départ du président par intérim Abdelkader Bensalah. Et ce après avoir obtenu la démission d'Abdelaziz Bouteflika le 2 avril, après vingt ans au pouvoir.


A la fin de la journée, les policiers ont réussi à repousser quelques centaines d'irréductibles qui les affrontaient aux abords jusqu'au carrefour de la Grande Poste, bâtiment situé au coeur d'Alger. L'essentiel du cortège s'est, lui, dispersé dans le
calme. Des manifestants se sont interposés entre émeutiers et
policiers, scandant "Silmiya"(pacifique). Puis ils ont commencé à nettoyer les rues, ramassant douilles de lacrymogènes et pierres.


Une ambiance plus tendue qu'à l'accoutumée


Alors que le défilé dans la capitale s'est déroulé en majeure partie dans le calme, mais dans une ambiance plus tendue qu'à l'accoutumée, des heurts ont éclaté dès le milieu d'après-midi entre des manifestants et un cordon de police. De premières échauffourées sont survenues sur la place Maurice-Audin, un des points de passage du cortège chaque vendredi. Les policiers bloquant l'accès à un boulevard ont fait un usage massif de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants qui ont lancé des pierres. Ce type de heurts avait souvent lieu plus tard, en fin de cortège, lors des
premières semaines de manifestations.


Plusieurs manifestants ont été légèrement blessés par des pierres ou dans les bousculades qui ont suivi, ou indisposés par les gaz lacrymogènes, ont constaté des journalistes de l'AFP. Un
officier de la protection civile a indiqué à l'AFP avoir évacué cinq policiers blessés, mais il n'a pas été possible d'avoir de bilan global officiel. Des manifestants interrogés par l'AFP ont rejeté la responsabilité de ces affrontements sur "des
voyous"
et sur le raidissement de l'attitude la police envers le mouvement de contestation.


Le périmètre dans lequel le cortège du vendredi est autorisé à défiler est réduit depuis plusieurs semaines par la police. Les forces de sécurité avaient en outre tenté dans la matinée, pour
le premier vendredi depuis le début du mouvement le 22 février, de disperser des manifestants pacifiques dans le centre d'Alger.





Abus sexuels, un texte troublant de Benoît XVI

Abus sexuels, un texte troublant de Benoît XVIhttp://www.via214.net/


Publié le 12/04/2019 à 08:03 La Rédaction Via214



Une revue allemande a publié un texte de Benoît XVI dans lequel le
pape émérite semble prendre le contre-pied du pape François sur la question des abus sexuels.



Dans son dernier numéro, le mensuel du clergé bavarois Klerusblatta publié un texte du pape émérite Benoît XVI dans lequel
celui-ci attribue les crimes pédophiles du clergé à l’"absence de Dieu ", dans un contexte d’" effondrement "de l’enseignement moral de l’Église.


Alors que le pape François voit le cléricalisme comme la source principale de la crise, son prédécesseur, lui, l’enracine dans le contexte de libération sexuelle né de la " Révolution de 1968 ", de l’apparition de l’éducation sexuelle à l’école
et de la banalisation de la pornographie.


L’effondrement de la théologie morale


" Dans le même temps, et indépendamment de ces développements, la
théologie morale catholique a souffert d’un effondrement qui a rendu l’Église sans défense contre ces changements de société "
, explique-t-il.


Critiquant une théologie morale qui ne serait plus fondée sur la loi
naturelle, il prend l’exemple du refus par les théologiens de voir le Magistère de l’Église prendre des positions définitives en matière morale, et leur opposition à l’encycliqueVeritatis
splendor
de Jean-Paul II. Il considère même comme un signe de " Dieu
miséricordieux " la mort prématurée d’un théologien qui comptait s’opposer au texte papal.


Des attaques contre la foi


Pour Benoît XVI, cette évolution a pour conséquence, dans l’Église,"la
dissolution du concept chrétien de moralité "
, notamment dans la vie des prêtres et des séminaristes. Il dénonce ainsi l’établissement de "cliques homosexuelles "dans
les séminaires – prenant l’exemple d’un séminaire allemand mélangeant futurs prêtres et agents pastoraux, ces derniers avec leurs épouses ou petites amies…


Ou encore le fait qu’"un
critère pour la nomination des nouveaux évêques était alors leur “conciliarité” "
, celle-ci étant comprise"comme une attitude critique ou négative envers la tradition qui existait jusque-là ". Il en veut pour preuve l’interdiction de ses livres dans certains séminaires.


C’est dans ce contexte large que Benoît XVI replace l’émergence
des abus sexuels des membres du clergé à partir du milieu des années 1980. Des actes que son texte analyse toujours comme des péchés alors que lui-même les avait, dès 2006, qualifiés de "crimes". Car, pour lui, il s’agirait d’abord d’attaques contre la foi et c’est celle-ci qui, dans les procédures contre les agresseurs, doit d’abord être"défendue ".


" Protéger le don de l’Eucharistie des abus "


Ainsi, s’il explique son action résolue - et trop souvent occultée - contre les abus, le texte du pape émérite montre les limites de la tolérance zéro qu’il prônait. Le mot " victime " n’apparaît qu’une seule fois dans les 11 pages : quand il raconte l’histoire d’une servante d’autel à qui l’agresseur s’adressait en
disant "ceci est mon corps livré pour vous " ! S’il reconnaît toute la difficulté pour cette femme d’entendre aujourd’hui les mots de la consécration, Benoît XVI en conclut surtout que "nous devons faire tout ce que nous pouvons pour protéger le don de l’Eucharistie des abus ".


On est ici loin de l’analyse du pape François, pour qui il faut aller
au-delà de la tolérance zéro et de la punition des abus et développer une politique de prévention qui empêche qu’ils soient commis. D’où ses attaques contre le "cléricalisme" dans
lequel le pape actuel voit le terreau d’une "culture de l’abus "et du"système de couverture qui lui permet de se perpétuer ".


Des " réflexions qui n’ont aucune valeur magistérielle "


Benoît XVI, au contraire, se refuse à imaginer "une autre Église ". "L’idée d’une meilleure Église, créée par nous-mêmes, est en fait une
proposition du Diable, par laquelle il veut nous éloigner du Dieu vivant, à travers une logique trompeuse par laquelle nous sommes trop facilement dupés "
, estime-t-il. Plutôt qu’"une autre Église venue de nos propres desseins ", et dont "nous n’avons pas besoin ",
il faut, explique-t-il, "un
renouveau dans notre foi dans la réalité de Jésus-Christ qui nous est donné dans le Saint-Sacrement "
.


Ce texte, dérangeant à bien des égards, Benoît XVI en a prévenu
le pape François, affirme-t-il. Au Vatican, où l’on confirme que le pape actuel a bien été mis " au courant " de la publication, – ce qui ne signifie pas qu’il l’a approuvée –, on rappelle aussi qu’il s’agit là de "réflexions
qui n’ont aucune valeur magistérielle "
.


Certains vont toutefois jusqu’à mettre en doute la paternité d’un texte
dans lequel ils ne reconnaissent pas la plume habituelle de l’ancien pape qui, à 92 ans la semaine prochaine, leur apparaît plus que jamais sous la coupe de son entourage.

Décollage de la Falcon Heavy de SpaceX pour son premier vol commercial

Décollage de la Falcon Heavy de SpaceX pour son premier vol commercialhttp://www.via214.net/


Publié le 12/04/2019 à 07:31 La Rédaction Via214



Cap Canaveral (awp/afp) - La société spatiale SpaceX a effectué jeudi
le premier lancement commercial de sa fusée lourde Falcon Heavy, après un report pour cause de météo défavorable, afin de placer en orbite un satellite saoudien.


"Falcon Heavy est en route vers l'espace", a lancé un commentateur de
Space X lors de la retransmission du tir en direct sur internet, peu après le décollage. "La trajectoire a l'air bien."


Falcon Heavy, qui s'est détachée de son pas de tir à Cap Canaveral (Floride) à 18H36 locales (22H36 GMT), doit placer le satellite Arabsat-6A --qui pèse six tonnes-- en orbite géostationnaire, à 36.000 km de la Terre. Cette opération doit intervenir environ 34 minutes après le décollage.


L'objectif de la société est également de récupérer sur Terre les trois boosters de la fusée: deux sur la terre ferme (environ 8 minutes après le décollage) et le troisième sur la barge stationnée dans l'océan Atlantique baptisée "Of course I still love you"
près de dix minutes après le décollage.


SpaceX a deux fusées opérationnelles: la Falcon 9, qui effectue la plupart des
lancements et domine le marché américain (21 lancements en 2018), et la Falcon Heavy, qui sert à lancer des charges utiles beaucoup plus lourdes ou sur des orbites plus distantes.


En février 2018, une fusée Falcon Heavy avait réussi son premier vol lors d'un essai sans client, lors duquel elle avait envoyé une Tesla décapotable rouge dans l'espace. Space X et le constructeur automobile appartiennent à l'homme d'affaires Elon Musk.


La récupération du lanceur sur la barge avait échoué.


La version lourde de l'engin spatial est constituée de l'équivalent de trois
fusées Falcon 9, attachées ensemble pour tripler la poussée au décollage.


Depuis la réussite du premier tir il y a un peu plus d'un an, l'armée
américaine et des clients privés ont signé des contrats pour des lancements par Falcon Heavy, et la Nasa a évoqué la possibilité de lui confier des missions pour son programme de retour sur la Lune.


SpaceX récupère régulièrement le premier étage de son lanceur afin de le
réutiliser pour réduire nettement les coûts de lancement. Jusqu'à présent, cette partie très coûteuse s'abîmait en mer.





Le dalaï lama sort de l'hôpital (porte-parole)

Le dalaï lama sort de l'hôpital (porte-parole)http://www.via214.net/


Publié le 12/04/2019 à 06:58 La Rédaction Via214



Le dalaï lama est sorti vendredi de l'hôpital de New Delhi où il avait été admis pour des douleurs thoraciques, a annoncé son porte-parole.


"Il a quitté l'hôpital à 08H00", a déclaré Tenzin Taklha à l'AFP. "Il se porte très bien à présent".


Le quatorzième dalaï lama vit en exil à Dharamsala dans le nord de l'Inde depuis sa fuite du Tibet en 1959, passé sous contrôle de la Chine communiste.


Le moine bouddhiste de 83 ans avait été admis à l'hôpital Max de la
capitale indienne mardi avec des douleurs thoraciques. Un autre de
ses collaborateurs a évoqué une "toux légère".


Le prix Nobel de la paix est déjà retourné à ses activités "normales" et fait des exercices, a ajouté M. Talkha.


Le dalai lama serait en route pour Dharamsala.


Bien que le dirigeant exilé reste un orateur extrêmement populaire, il a
réduit ses engagements internationaux et n'a rencontré aucun leader étranger depuis 2016. Les gouvernements à travers le monde ne se pressent cependant pas pour l'inviter, craignant de susciter la
colère de Pékin.


Redoutant que la désignation de son successeur ne soit phagocytée par la
Chine, Tenzin Gyatso a plusieurs fois signalé que sa lignée, perpétuée depuis le XIVe siècle, pourrait s'éteindre à sa mort.


Cette icône mondiale a renoncé en 2011 à son pouvoir politique et a
confié la charge de guider les Tibétains en exil à un Premier ministre élu par la diaspora, une rupture historique.


Tout au long de son existence, passée pour la majeure partie en Inde, le
dalaï lama a cherché sans relâche un compromis avec Pékin sur le sort des Tibétains. Une lutte non-violente et pacifiste saluée par le prix Nobel de la paix en 1989.

La Chine courtise l'Europe de l'est, sous l'oeil inquiet de Bruxelles

La Chine courtise l'Europe de l'est, sous l'oeil inquiet de Bruxelleshttp://www.via214.net/


Publié le 12/04/2019 à 06:21 La Rédaction Via214



Le Premier ministre chinois Li Keqiang rencontre vendredi en Croatie les dirigeants d'Europe centrale et orientale pour parler économie, sous
l'oeil inquiet de Bruxelles qui a obtenu cette semaine de Pékin la promesse d'une plus grande ouverture.


La ville côtière de Dubrovnik, la "perle de l'Adriatique", accueille ce 8e sommet "16+1" - une plateforme pour les
investissements de Pékin dans 11 pays d'Europe de l'est et centrale.


Ce groupement est regardé avec inquiétude en Europe de l'ouest, qui
redoute une tentative chinoise pour diviser l'Union, ce que dément
Li Keqiang.


Dans une tribune publiée dans des quotidiens croates avant la rencontre,
le chef du gouvernement chinois a décrit ce sommet en des termes enthousiastes. "Quand on rassemble 17 pays de toutes les couleurs, on obtient quelque chose de plus riche qu'un arc-en-ciel",
s'est-il enflammé. "Si nous construisons un pont arc-en-ciel entre l'Asie et l'Europe, nous parviendrons à une belle coopération dans l'avenir."


L'Europe orientale est une composante essentielle du projet chinois de
"nouvelles routes de la soie".


Ce projet pharaonique lancé par Pékin en 2013 prévoit des investissements de plus de 1.000 milliards de dollars dans des infrastructures routières, ferroviaires et maritimes pour permettre
l'acheminement des exportations chinoises.


La Chine a par le passé annoncé une ligne de crédit de 10 milliards
de dollars et un fonds de trois millions de dollars d'investissements pour les 16 pays d'Europe centrale et orientale qui retrouvent Li Keqiang vendredi.


Jusque-là, le bilan est mitigé: certains grands projets sont en cours de
construction, mais des investissements promis ont été reportés ou annulés.


Par exemple, la construction d'un des projets emblématiques des "16+1" - un chemin de fer entre Belgrade et Budapest - vient tout juste de commencer en Serbie, cinq ans après avoir avoir été annoncée.


Déclaration commune UE-Chine


Le sommet de cette année survient trois jours seulement après une rencontre importante entre le Premier ministre chinois et l'UE, qui réclame des relations commerciales plus équilibrées avec le géant asiatique, désormais qualifié de "rival systémique".


Mardi à Bruxelles, la Chine a promis d'ouvrir un peu plus son économie
dans une déclaration commune avec l'Union saluée comme "une percée" par les Européens, qui restent cependant prudents.


Dans un document de 7 pages signé par Li Keqiang, le président du Conseil européen, Donald Tusk, et celui de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, Bruxelles et Pékin s'engagent à promouvoir un commerce "fondé sur des règles" et à combattre "l'unilatéralisme et le protectionnisme".


Certains pays européens, comme la France et l'Allemagne, s'inquiètent de
plus en plus du projet de "nouvelles routes de la soie", particulièrement depuis que le gouvernement populiste italien est devenu le premier membre du G7 à le rallier.


La Chine était en 2018 le premier importateur dans l'UE et la deuxième
destination des produits européens à l'exportation. La balance commerciale est largement bénéficiaire aux Chinois: +184 milliards d'euros, selon les chiffres de la Commission.



Le Premier ministre chinois a visité jeudi le site où une compagnie
chinoise a démarré en début d'année la construction du pont de Peljesac, chantier stratégique d'un montant de 280 millions d'euros sur la côte adriatique.


Cet ouvrage est destiné à éviter de sortir de Croatie et de passer par
la Bosnie pour aller sur la péninsule de Peljesac, et notamment à Dubrovnik. La Bosnie a critiqué par le passé ce projet, craignant notamment que la construction de ce pont entrave son accès à la mer.


Il s'agit du plus gros projet chinois en Croatie, et il est financé par
l'Union européenne.


"Ce pont est un projet pilote à la fois pour la coopération +16+1+ et
la coopération entre la Chine et l'UE", a assuré Li Keqiang.





ANTIBIOTIQUES : L’APURONE® RETIRÉ DU MARCHÉ, CAR PLUS DANGEREUX QU’UTILE

ANTIBIOTIQUES : L’APURONE® RETIRÉ DU MARCHÉ, CAR PLUS DANGEREUX QU’UTILEhttp://www.via214.net/


Publié le 12/04/2019 à 05:45 La
Rédaction Via214



Suite à une étude sur le rapport bénéfice/risque des antibiotiques à
base de quinolones, l’Apurone®, va être retiré du marché. Ses effets secondaires pourraient s’avérer invalidants et
irréversibles.



L’Apurone®, un antibiotique à base de quinolones, va être retiré du marché, car son rapport
bénéfice/risque
a été jugé défavorable par l’Agence européenne des médicaments(EMA). Ce dernier recommande également aux médecins la plus grande
vigilance quant à la prescription de médicaments formulés avec des
fluoroquinolones.


L’Apurone® retiré du marché à cause de ses effets indésirables

Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM),
“les quinolones et
les fluoroquinolones sont
des antibiotiques administrés
par voie systémique ou par voie inhalée”. Ces médicaments sont
“utilisés pour traiter des infections bactériennes au cours desquelles le pronostic vital peut être engagé”.


Néanmoins, la gravité de leurs effets indésirables a
poussé l’Agence européenne des médicaments (EMA) à réévaluer ces antibiotiques. Ces substances pourraient, en effet, provoquer des troubles musculo-squelettiques ou
du système nerveux, pouvant durer plusieurs années ou même s’avérer
totalement irréversibles.


Suite à cette réévaluation, le comité de pharmacovigilance européen (PRAC) a jugé que les quinolones présentaient plus de risques que de bénéfices potentiels. L’ANSM a donc annoncé, dans une lettre aux professionnels de santé, que l’Apurone® - seul antibiotique à base de quinolones commercialisé en France - allait être retiré du marché. Les fluoroquinolones, quant à eux, restent autorisés, mais font désormais l’objet de restrictions.


L’EMA conseille aux médecins de limiter leurs prescriptions de
fluoroquinolones


Ainsi, les traitements à base de fluoroquinolones devraient
être “réservés aux infections pour lesquelles l’utilisation d’un antibiotique est indispensable et
où d’autres antibiotiques ne peuvent pas être utilisés”. Ils ne seront donc plus prescrits pour traiter des infections non-sévères (angine, pharyngite…) ou de sévérité modérée (cystite,bronchite chronique, otite moyenne aiguë...).


En outre,les fluoroquinolones ne
doivent en aucun cas être administrés aux patients ayant déjà présenté des effets indésirables graves avec un antibiotique de cette famille, et ne doivent pas être consommés en parallèle
de corticoïdes. L’ANSM appelle également à la prudence dans le traitement des personnes
âgées
, et des patients atteints d'insuffisance rénale ou ayant bénéficié de greffes d’organe, qui sont plus à risque face aux effets secondaires.


Si vous suivez actuellement un traitement à base de fluoroquinolones,
l’Agence nationale de sécurité du médicament vous invite à consulter votre médecin, si vous constatez des symptômes tels
que “des douleurs ou une faiblesse musculaire, et des douleurs ou gonflements des articulations”.




Face à l'épidémie de rougeole, New York rend la vaccination obligatoire

Face à l'épidémie de rougeole, New York rend la vaccination obligatoirehttp://www.via214.net/


Publié le 11/04/2019 à 07:57 La Rédaction Via214



Le maire de New York rend obligatoire le vaccin contre la rougeole dans
les quartiers de la ville touchés par une résurgence de cette maladie. Les contrevenants s’exposeront à des amendes et à des poursuites pénales.



L’état d’urgence sanitaire est déclaré dans ce quartier de New York. Le
maire de la ville, Bill de Blasio, a ordonné le 9 avril 2019 que les
habitants non vaccinés de Williamsburg, à Brooklyn, soient contraints de recevoir le vaccin contre la rougeole. Tous les individus "ayant
pu être exposés à la rougeole
"
devront être vaccinés, sous peine de poursuites pénales et d'une amende de 1.000 dollars (environ 890 euros).


Le but : tenter d’endiguer une résurgence de la maladie. Depuis le mois d’octobre 2018, 285 cas de rougeole ont en effet été enregistrés à New York alors que la maladie avait quasiment disparu aux Etats-Unis, avec seulement 86 malades dans l'ensemble du pays en
2016 dont deux à New York, selon les Centres pour le contrôle et la
prévention des maladies américains (CDC).


La communauté juive impliquée dans la résurgence


Cette résurgence observée dans de nombreux pays occidentaux est
directement liée à la montée des mouvements anti-vaccination. Ceux-ci sont particulièrement présents dans les communautés religieuses, comme la communauté juive orthodoxe à New York, même si ni les textes religieux, ni les autorités juives de New York ne
déconseillent pas la vaccination.
Jusqu'ici, l'Etat de New York
obligeait à une série de vaccinations pour intégrer le système scolaire mais accordait des exemptions pour motifs
religieux.
Désormais, les garderies destinées à la communauté juive orthodoxe ainsi que les yeshivas, écoles talmudiques, qui accepteraient des enfants non vaccinés seraient passibles de poursuites pénales et même de fermeture administrative.


Vacciner pour se protéger et protéger les autres


"Il était temps de passer à une approche plus musclée",
a estimé Bill de Blasio précisant que le vaccin serait disponible gratuitement pour les familles n'ayant pas les moyens de payer. Il a par ailleurs assuré que le situation pouvait "être
résolue rapidement
"
et qu’il était possible de "mettre un terme"
à l’épidémie.


Herminia Palacio, maire adjointe chargée de la santé et médecin, a ajouté : "Quand vous choisissez de ne pas faire vacciner votre enfant, ayez en tête que vous faites aussi ce choix pour les gens qui gravitent autour de
lui.
" En effet, le vaccin permet de protéger à la fois la personne
qui le reçoit et les personnes qu’elle côtoie et en particulier celles qui souffrent de maladies chroniques et qui ne peuvent pas elles-mêmes se faire vacciner.



Mayor Bill de Blasio


@NYCMayor


Replying to @NYCMayor


As a father, I know how much parents want their children to be safe and
healthy. Don’t take this risk. If your child isn’t vaccinated against measles, get them vaccinated today. @NYCHealthy is ready to help provide the vaccination free of charge.


125


2:34 AM - Apr 10. 2019


"En tant que père, je sais à quel point les parents souhaitent que
leurs enfants soient en sécurité et en bonne santé. Ne prenez pas ce risque. Si votre enfant n’est pas vacciné contre la rougeole, faites-le vacciner aujourd’hui. NYCHealthy
(Autorités sanitaires de la ville de New York, ndlr)est prêt à fournir une vaccination gratuite."


La municipalité a également rappelé que la rougeole était une maladie très contagieuse, pour laquelle il n'existait pas de traitement curatif et qui pouvait provoquer des complications médicales, voire même la mort. Pour justifier le refus des vaccins, le mouvement "anti-vax" évoque souvent le crainte d’une augmentation du risque d’autisme, alors que ce risque ne s’appuie sur aucune preuve et que toutes les études scientifiques sur le sujet ont montré qu’il n’existait aucun lien entre les deux. "Il n’y a pas de place pour la désinformation quand il s’agit de protéger nos enfants. Les vaccins sont sûrs et efficaces. Ils
fonctionnent
" a d’ailleurs rappelé Bill de Blasio.


Les autorités de Rockland, un comté situé au nord de New York devenu
un autre foyer majeur de rougeole, avaient annoncé le 26 mars dernier interdire écoles et lieux publics aux mineurs non vaccinés. Mais un juge a suspendu cette interdiction le 5 avril, après avoir été saisi par une dizaine de parents d'une école du comté.

Jean-Marie Le Pen convoqué devant un tribunal pour détention d'armes

Jean-Marie Le Pen convoqué devant un tribunal pour détention d'armeshttp://www.via214.net/


Publié le 11/04/2019 à 07:19 La Rédaction Via214



L'eurodéputé RN Jean-Marie Le Pen est convoqué jeudi devant le tribunal de
Nanterre pour répondre de détention d'armes, retrouvées à son domicile et chez son épouse Jany en 2015, a indiqué son avocat à l'AFP, confirmant une information du Parisien.


Le cofondateur et ex-président du Front national est poursuivi pour
avoir détenu illégalement "un fusil de chasse, un revolver calibre 22 et un petit pistolet de collection", ainsi que des munitions, a précisé Me Frédéric Joachim.


Le Parisien évoque également un lanceur de balles de défense ou
encore "deux pistolets semi- automatiques".


Me Joachim souligne que l'ancien dirigeant frontiste avait une
autorisation de port d'arme concernant le revolver, arme qui lui avait d'ailleurs été "restituée par la suite".


Quant au "fusil de chasse", il fait "partie de l'héritage de Jany Le Pen" dont l'ex-mari, décédé, était chasseur, a poursuivi l'avocat.


Fusil et revolver notamment avaient été découverts par des pompiers lors
d'un incendie qui s'était déclaré au domicile de Jany Le Pen à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) le 26 janvier 2015. Les soldats du feu avaient prélevé les armes et les avaient remises à la police, relate le conseil.


Quant au pistolet, un "semi-automatique 9 mm" selon Le Parisien,
il avait été découvert en novembre 2015 lors de perquisitions au manoir de M. Le Pen à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), dans le cadre d'une enquête pour blanchiment de fraude fiscale dirigée par le
Parquet national financier. Cette arme a été "offerte" à l'ex-patron du FN "par un haut responsable des services secrets
français il y a plusieurs décennies" et se trouvait "dans un coffre-fort au sous-sol de sa maison de Montretout, chargeur enlevé", assure Me Joachim.


Pour l'avocat il s'agit là d'"une histoire ridicule, une histoire de
cornecul". Selon lui les enquêteurs ont "mis plus de zèle à saisir ces armes qu'à découvrir la véritable cause de
l'incendie" qui a ravagé la maison de Jany Le Pen et "dont les circonstances restent à ce jour inexpliquées".


Selon Lorrain de Saint Afrique, conseiller de M. Le Pen, ce dernier ne
sera pas présent à l'audience jeudi après-midi. "Il avait prévu d'y être mais il doit préparer la prochaine session parlementaire" européenne, a précisé Me Joachim.


L'ancien dirigeant était également convoqué ce jeudi par des juges
envisageant sa mise en examen dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs au RN, mais l'eurodéputé leur a opposé en début de semaine une fin de non-recevoir, s'estimant couvert par son
immunité parlementaire.

Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines

Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippineshttp://www.via214.net/


Publié le 11/04/2019 à 06:47 La Rédaction Via214



BORDEAUX, 10 avril (Reuters) - Une équipe pluridisciplinaire internationale a découvert une nouvelle espèce humaine, baptisée Homo luzonensis, lors de fouilles effectuées dans la grotte de Callao, située sur l'île de Luçon, dans le nord des Philippines, ont annoncé mercredi les scientifiques.


Les conclusions de l'analyse approfondie de treize restes fossiles d'os et de dents provenant d'au moins trois individus différents vont être publiées jeudi dans la revue de référence Nature.


Les restes fossiles ont été retrouvés lors de fouilles menées dans la grotte
de Callao en 2007, 2011 et 2015. Les scientifiques n'ont pas pu prélever leur ADN mais ils ont déterminé qu'un des individus a vécu il y a 67.000 ans et un autre il y a 50.000 ans.


L'analyse des fossiles a mis en évidence "une mosaïque de caractéristiques morphologiques singulière qui différencie Homo luzonensis des autres espèces du genre Homo et souligne le rôle majeur joué par
l'Asie du sud-est insulaire dans l'histoire évolutive des homininés", lit-on dans un communiqué de l'Université de Poitiers, dont le chercheur Guillaume Daver a participé à l'étude sous la direction de Florent Détroit, paléoanthropologue au Musée
de l'Homme-Muséum National d'Histoire Naturelle à Paris.


Il s'agit des plus anciens restes humains retrouvés aux Philippines, où ces petits hommes vivaient avant l'arrivée des premiers Homo sapiens,
apparus il y a environ 300.000 ans en Afrique et dont des ossements datés de 30 à 40.000 ans ont été mis au jour sur l'île de Palawan, au sud-ouest de l'archipel.


"HOMO SAPIENS N'ÉTAIT PAS SEUL SUR TERRE"


L'Homo luzonensis était contemporain de l'Homo floresiensis, une autre
espèce de petite taille identifiée en 2003 sur l'île indonésienne de Flores, à 3.000 km au sud de l'île de Luçon.


Rien n'indique que les deux espèces ont interagi ou qu'elles avaient un lien de parenté, mais leur découverte démontre que l'évolution de l'humanité a été plus complexe que ce que l'on pensait jusqu'à présent et que l'Asie réserve peut-être encore d'autres surprises, soulignent les scientifiques.


Selon l'Université de Poitiers, "les analyses comparatives entreprises sur les fossiles, notamment au moyen de méthodes d'imagerie et de morphométrie 3D, montrent que l'espèce Homo luzonensis présente des éléments ou caractères très primitifs, ressemblant aux Australopithèques, et d'autres très modernes, proches de notre propre espèce Homo sapiens".


L'île de Luçon, où la plus ancienne présence d'homininés connue date de
700.000 ans, n'a jamais été accessible à pieds secs pendant le Quaternaire. Homo luzonensis représente donc vraisemblablement une espèce du genre Homo "ayant évolué sous les effets de
l'endémisme insulaire", relève le communiqué.


"Nous savons désormais que l'histoire de l'évolution a été beaucoup
plus complexe, avec l'existence de plusieurs espèces distinctes
contemporaines de l'Homo sapiens, des croisements, des extinctions...", souligne Florent Détroit. "Homo sapiens
n'était clairement pas seul sur Terre."





Législatives anticipées en Australie le 18 mai

Législatives anticipées en Australie le 18 maihttp://www.via214.net/


Publié le 11/04/2019 à 06:22 La Rédaction Via214


SYDNEY, 11 avril (Reuters) - Des élections législatives anticipées seront organisées le 18 mai en Australie, a déclaré jeudi le Premier ministre Scott Morrison, donnant le coup d'envoi d'une campagne qui devrait être axée sur la baisse des impôts, les luttes contre les inégalités et contre le changement climatique.
Selon les dernières enquêtes d'opinion, la coalition
conservatrice menée par Scott Morrison est devancée dans les intentions de vote par l'opposition travailliste.
"Le choix qu'auront à faire les Australiens le 18 mai est le
même que pour chaque scrutin: en qui avez-vous confiance pour rendre solide l'économie dont dépendent des services qui vous sont essentiels ?", a-t-il dit aux journalistes à Canberra.






Venezuela: accord avec la Croix-Rouge pour une distribution d'aide humanitaire

Venezuela: accord avec la Croix-Rouge pour une distribution d'aide humanitairehttp://www.via214.net/


Publié le 11/04/2019 à 05:54 La Rédaction Via214



Le président Nicolas Maduro a annoncé mercredi qu'un accord avait été conclu avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour une distribution d'"aide humanitaire" au Venezuela.


Le gouvernement et le CICR se sont mis d'accord pour "travailler avec les agences de l'ONU pour apporter toute l'aide humanitaire qu'il est possible d'apporter" au Venezuela, a déclaré le chef de l'Etat dans une allocution télévisée.


Nicolas Maduro, qui nie que la situation actuelle du Venezuela puisse être qualifiée de crise humanitaire, a estimé que cette coopération devrait être mise en oeuvre "sans politisation grotesque", dans la "légalité et le respect".


Le chef de l'Etat a fait cette annonce à l'issue d'une visite de
plusieurs jours au Venezuela d'une délégation du CICR conduite par
le président de cette organisation, Peter Maurer, avec lequel le président Maduro s'est entretenu mardi.


Le 23 février, les partisans du chef de file de l'opposition Juan Guaido, reconnu comme président intérimaire par plus de 50 pays sur 193, dont les Etats-Unis, ont tenté de faire entrer plusieurs tonnes d'aide humanitaire stockées aux portes du Venezuela, en Colombie, au Brésil et sur l'île néerlandaise de Curaçao.


Les camions chargés de produits de première nécessité, envoyés
essentiellement des Etats-Unis, ont dû rebrousser chemin face au blocage frontalier ordonné par le gouvernement. Sept personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées dans des heurts.


Le président Maduro avait alors dénoncé l'opération comme un prétexte en vue d'une intervention militaire.


Le Venezuela a déjà reçu "diverses marques de solidarité, du soutien et de l'aide humanitaire" de la part de l'Inde, de la Chine, de la Russie et de la Turquie, a rappelé M. Maduro, en citant trois de ses alliés.



Selon l'ONU, près d'un quart des 30 millions de Vénézuéliens ont besoin
d'une aide urgente. D'après un rapport de l'organisation mondiale, quelque 3,7 millions d'entre eux souffrent de malnutrition, et au moins 22% des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique.


Dans un communiqué diffusé la semaine dernière, le CICR s'était déclaré "préoccupé par le grave impact que la situation actuelle a sur les Vénézuéliens, particulièrement sur ceux qui n'ont pas accès aux services de base".


Le Venezuela souffre de pénuries de produits alimentaires et de médicaments. Le gouvernement, principal importateur, est en manque de liquidités en raison de l'effondrement de la production
pétrolière (96% des ressources du pays) et de son éviction des marchés financiers par des sanctions de Washington.


Caracas rend les sanctions américaines responsables des problèmes
d'approvisionnement du Venezuela. Juan Guaido attribue ces problèmes à la corruption et à l'incurie du gouvernement.

Retraites: l'égalité public-privé et la fin des régimes spéciaux sont des préalables pour Wauquiez

Retraites: l'égalité public-privé et la fin des régimes spéciaux sont des
préalables pour Wauquiezhttp://www.via214.net/


Publié le 10/04/2019 à 08:13 La Rédaction Via214



Le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez a fait mardi de la
"mise à égalité des régimes du public et du privé" et de "la suppression de tous les régimes spéciaux de retraite"
une "condition" préalable avant de toucher à l'âge du départ à la retraite.


"Je suis évidemment d'accord pour qu'on pose la question de l'âge du
départ à la retraite, à une condition, c'est qu'on commence d'abord et tout de suite par mettre à égalité les régimes du public et du privé et par supprimer tous les régimes spéciaux de retraite", a estimé sur RTL le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.


"Ensuite on discute de l'âge du départ à la retraite, mais si cette
condition n'est pas remplie, je ne suis pas d'accord parce que vous ne pouvez pas avoir certains qui vont partir à 65 ans et les régimes spéciaux qui continuent à partir à 56 ans", a-t-il argumenté.


"Le premier temps, c'est bien les régimes spéciaux de retraite, parce
que sinon, vous continuerez à laisser subsister les injustices et c'est ce que les Français ne supportent plus", a-t-il ajouté en notant que "si on est honnête, nous-mêmes par le passé, on a commis cette erreur".


"Et on commence par ceux des parlementaires et ceux des élus, c'est
normal", a-t-il précisé.


Selon lui, le Haut Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul
Delevoye, "a très clairement dit: on pourra continuer à avoir des régimes différents, ce qui signifie, en clair, qu'on gardera des régimes différents et donc des avantages spéciaux".


Lge moyen de dpart  la retraiteL'âge
moyen de départ à la retraite ( Valentina BRESCHI / AFP )


Le Premier ministre Edouard Philippe et plusieurs ministres ont suscité
la confusion ces derniers jours en assurant tout à la fois que la réforme Delevoye ne toucherait pas à l'âge légal de 62 ans - promesse de campagne d'Emmanuel Macron - tout en évoquant un
possible allongement de la durée du travail pour financer la dépendance et le grand âge.


Deux des rivaux de Laurent Wauquiez à droite, Xavier Bertrand et Valérie
Pécresse ont appelé récemment à porter l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans.





Il y a urgence à réduire la pauvreté, estime le nouveau patron de la Banque mondiale

Il y a urgence à réduire la pauvreté, estime le nouveau patron de la
Banque mondialehttp://www.via214.net/


Publié le 10/04/2019 à 07:38 La Rédaction Via214



Il y a urgence à réduire la pauvreté dans le monde. Et la Banque mondiale peut y parvenir. C'est avec ce message teinté d'optimisme que David Malpass a embrassé mardi ses nouvelles fonctions de président de l'institution.


Unique candidat pour remplacer son prédécesseur démissionnaire; controversé en raison de prises de position passées
particulièrement critiques envers la Banque mondiale, ce fidèle de Donald Trump s'est d'abord évertué à rassurer ses nouvelles troupes: "ma première priorité est de parler au personnel",
a-t-il déclaré au moment où il entrait dans l'édifice à Washington.


Quelques heures plus tard, sourire aux lèvres, il a assuré à des journalistes qu'il avait reçu un accueil chaleureux. Il est aussi revenu sur le processus de sa nomination, soulignant avoir discuté avec de nombreux pays, notamment la Chine, et avoir été "rassuré" par les nombreuses marques de soutien reçues de la part des actionnaires et des pays membres de la Banque mondiale.


"Je souhaite écouter attentivement les pays en développement", a-t-il affirmé, ajoutant qu'il avait déjà participé à des réunions avec deux groupes mardi matin: l'un consacré à la
pauvreté, l'autre à l'Afrique.


"Il y a toujours 700 millions de personnes vivant dans l'extrême
pauvreté dans le monde. C'est trop", a-t-il constaté sobrement. "Je ressens personnellement et professionnellement
l'urgence de s'attaquer" à ce problème.


L'autre mission est de mieux partager la prospérité, a-t-il poursuivi.


Culture du résultat


Enumérant les nombreux défis à relever -- nécessité d'une croissance plus solide, changement climatique, intégrer véritablement les femmes
dans les économies, renforcer le secteur privé -- il s'est dit pressé de s'atteler "à cette tâche avec enthousiasme".


Interrogé sur les changements à apporter pour améliorer l'efficacité de la Banque mondiale, David Malpass a écarté l'idée d'une restructuration.


En revanche, "je pense que nous avons besoin de nous concentrer clairement sur les résultats à atteindre", a-t-il expliqué.


Le nouveau dirigeant de la Banque mondiale a, par ailleurs, semblé vouloir prendre ses distances avec les prises de position du locataire de la Maison Blanche.


Alors que Donald Trump, climatosceptique affiché, a retiré les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, David Malpass a estimé mardi que
la lutte contre le changement climatique était un élément clé de sa mission pour réduire la pauvreté, dans les pays développés en particulier.


Il a en outre radicalement adouci le ton envers Pékin.


Alors qu'il exhortait en 2017 la Banque mondiale à moins prêter à des
pays comme la Chine ayant un accès suffisant aux financements sur les marchés, il s'est félicité mardi que le géant asiatique ait sorti de la pauvreté "près d'un milliard de personnes".


Le nouveau président a également salué le fait que Pékin ait un rôle
grandissant en tant que donateur au fonds de la Banque mondiale qui fournit des prêts aux pays les plus pauvres.


Selon lui, la Banque mondiale doit désormais davantage se concentrer sur
la qualité des projets susceptibles d'être financés. Elle doit aussi se montrer plus transparente sur les niveaux d'endettement et lutter efficacement contre la corruption.


La candidature de M. Malpass avait suscité des inquiétudes à cause de
ses reproches en 2017 visant les institutions internationales jugées
dépensières, "pas très efficaces" et "souvent corrompues dans leurs pratiques de prêts".


Créée en 1944, la Banque mondiale, qui soutient des projets de
développement, compte aujourd'hui 189 Etats membres et plus de 10.000 collaborateurs dans le monde entier.

Guillaume Faury: un nouveau patron pour accompagner Airbus vers l'aéronautique du futur

Guillaume Faury: un nouveau patron pour accompagner Airbus vers l'aéronautique
du futurhttp://www.via214.net/


Publié le 10/04/2019 à 06:45 La Rédaction Via214



Guillaume Faury, 51 ans, succède mercredi à Tom Enders à la tête d'Airbus
où il devra, au-delà du défi de la monter en cadence de la production, négocier le virage vers l'industrie aéronautique du futur grâce au numérique.


Entré à Airbus Helicoptères -à l'époque Eurocopter- en 1998, ce
passionné d'aviation a effectué une incursion dans le secteur de
l'automobile de 2009 à 2013 comme vice-président exécutif de la recherche et développement du constructeur français Peugeot.


Il est ensuite revenu au sein d'Airbus Helicopters, qu'il a dirigé
jusqu'en 2018 en assumant le poste de président au pire moment, peu de temps avant que le secteur offshore, principal client des voilures tournantes, ne plonge dans une crise structurelle liée à la chute des prix du pétrole.


Il est parvenu à limiter les dégâts, grâce à une stratégie d'innovation et un rééquilibrage autour des services et a mis en place une réorganisation de la production afin de réduire les coûts
et les délais de fabrication.


En février 2018, il est nommé président d'Airbus aviation commerciale
et succède à Fabrice Brégier, emporté par la crise de gouvernance qui a secoué le groupe fin 2017, sur fond d'investigations du Parquet national financier (PNF) en France et du Serious fraud office (SFO) en Grande-Bretagne pour des irrégularités sur des
transactions, des faits que le groupe avait lui-même dénoncés en 2016.


M. Faury, désigné comme successeur du président exécutif du groupe Tom Enders le 8 octobre, n'a pas été aux commandes entre 2008 et 2013, soit les périodes visées par les enquêtes en cours.


"Simplicité efficace et sans fioritures"


"Courtois et accessible", avec un côté "ascète", il agit dans la "simplicité efficace et sans fioritures", selon des cadres du groupe, interrogés par l'AFP et s'exprimant sous couvert de l'anonymat.


Le nouveau patron du géant de l'aéronautique a en interne la
réputation d'être un "vrai spécialiste de l'aéronautique qui sait ce que c'est qu'une machine volante", selon un de ces
cadres.


Depuis sa prise de fonction comme patron de la division aviation commerciale il y a 14 mois, il a examiné le fonctionnement d'Airbus "dans
ses moindres détails" en faisant "un scanner très méthodique de l'entreprise et de ses équipes", commente un
autre salarié.


Désormais, pour diriger un géant de l'aéronautique, présent dans les domaines du spatial et de l'aviation civile et militaire et qui emploie
quelque 129.000 personnes dans le monde, "il va devoir changer de dimension", ajoute-t-il.


Après la montée en cadence sur ses programmes phares, le moyen-courrier
A320 et le dernier né de ses gros porteurs, l'A350, l'un des grands
chantiers d'Airbus est la modernisation de son outil industriel avec l'arrivée de nouvelles technologies liées au numérique.


En parallèle, le constructeur continue à se concentrer sur
l'amélioration des performances environnementales de ses avions.


A moyen terme, il travaille aussi sur des projets de mobilité urbaine
comme l'hélicoptère sans pilote CityAirbus, développé par Airbus
Helicopters sous la houlette de M. Faury.


A très court terme, "il va devoir réagir à l'impact de possibles et réelles retombées sur la compétitivité d'Airbus" en cas de sortie du Royaume uni de l'Union européenne sans accord,
estime Howard Wheeldon, un expert britannique en aéronautique.


Airbus emploie plus de 14.000 personnes au Royaume-Uni où il fabrique les ailes de ses avions. Fin janvier M. Enders a averti les autorités
britanniques de décisions "très douloureuses" en cas de Brexit sans accord.


Marié et père de trois enfants, M. Faury est un grand sportif adepte du
triathlon et amateur de vin de Bourgogne.


Diplômé de l'École polytechnique de Paris en 1990 puis de l'École nationale
supérieure de l'aéronautique et de l'espace de Toulouse, il a débuté sa carrière aéronautique auprès de la Direction générale de l'armement (DGA) où il supervisait les essais en vol de
l'hélicoptère de combat Tigre.





Le dalaï lama transporté à l'hôpital de New Delhi pour des douleurs thoraciques

Le dalaï lama transporté à l'hôpital de New Delhi pour des douleurs
thoraciqueshttp://www.via214.net/


Publié le 10/04/2019 à 06:19 La Rédaction Via214



Le dalaï lama a subi un "check-up" dans un hôpital de New Delhi à la suite de douleurs à la poitrine et son état de santé est stable, a déclaré un de ses représentants.


Ngodup Tsering, représentant aux Etats-Unis du moine bouddhiste, a indiqué à l'AFP que le chef spirituel tibétain, 83 ans, s'est envolé mardi
matin pour New Delhi afin d'effectuer une visite médicale à l'hôpital Max, à la suite d'une "légère toux".


"Le médecin a dit qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Ce n'est pas si grave", a affirmé M. Tsering, sans indiquer si le dalaï lama a été hospitalisé en vue d'un traitement.


"Il prend quelques jours de repos", a-t-il dit.


Le commissaire de police de Kangra, Santosh Patial, a expliqué au
quotidien Indian Express que le chef spirituel tibétain, qui vit en exil depuis 60 ans à Dharamshala, dans le nord de l'Inde, a pris un vol régulier mardi.


"Il n'y a aucune raison de paniquer", a-t-il assuré.


Bien que le dirigeant exilé reste un orateur extrêmement populaire, il a
réduit ses engagements internationaux et n'a rencontré aucun leader étranger depuis 2016.


Les gouvernements à travers le monde ne se pressent cependant pas pour
l'inviter, craignant de susciter la colère de la Chine.


En 2011, le dalaï lama a empêché toute tentative de Pékin de désigner son successeur, allant jusqu'à annoncer que sa lignée, perpétuée depuis le XIVe siècle, pourrait s'éteindre à sa mort.


A Washington, où le leader spirituel tibétain jouit d'un large soutien au sein de l'ensemble de la classe politique, un sénateur a soulevé la question de sa succession, lors d'une audition mardi.


Le sénateur républicain Cory Gardner, qui dirige la sous-commission sénatoriale des relations étrangères avec l'Asie, a déclaré que les Etats-Unis devaient suivre la question de sa succession.


"Laissez-moi être très clair, le Congrès américain ne reconnaîtra jamais un dalaï lama qui serait choisi par les Chinois", a-t-il affirmé.


Même l'Inde, qui lui a offert l'asile en 1959 lorsqu'il s'est enfuit en
traversant à pied l'Himalaya déguisé en soldat, lui a tourné le dos.


Le gouvernement semble avoir mis en garde les autorités contre sa participation à des événements, selon des sources diplomatiques sensibles.





Rome va creuser son déficit, risque de nouveau conflit avec Bruxelles

Rome va creuser son déficit, risque de nouveau conflit avec Bruxelleshttp://www.via214.net/


Publié le 10/04/2019 à 05:49 La
Rédaction Via214



Le gouvernement populiste italien, confronté à une croissance en berne, a relevé mardi soir ses prévisions de déficit public, tablant désormais sur 2,4% du PIB en 2019, ce qui risque de
déclencher un nouveau bras de fer avec Bruxelles.


Ce chiffre est en effet exactement celui que la coalition avait fixé
initialement l'an passé et auquel la Commission s'était vivement opposée. Rome avait finalement accepté de le réduire à 2,04% après plusieurs mois d'âpres discussions.


Mais face au ralentissement de l'économie italienne, dans un contexte
mondial compliqué et avec une demande intérieure en berne, la coalition, formée de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement 5 étoiles (antisystème), a choisi la voie d'une nouvelle épreuve de
force.


Après 2,4% cette année, Rome prévoit un déficit à 2,1% du PIB en 2020 (contre 1,8% prévu initialement) et 1,8% en 2021 (contre 1,5%).


La faute à la croissance en berne: le PIB italien ne devrait croître que de 0,2% en 2019, contre 1% prévu précédemment, puis de 0,8% en 2020 et 2021 (contre respectivement 1,8% et 1,5% estimé auparavant), selon les nouvelles prévisions du gouvernement.


En conséquence, la dette publique, déjà colossale (2.300 milliards d'euros), va continuer de progresser. Elle doit atteindre 132,6% du PIB en 2019, contre 130,7% fixé précédemment et 132,2% enregistré l'an passé, un chiffre qui constituait pourtant déjà un record
historique absolu.


Bruxelles ne cesse pourtant d'appeler la péninsule à agir pour réduire son
énorme dette publique.


Pas de hausse de TVA


"Le pays est pris dans un mauvais équilibre, marqué par la stagnation
de l'économie, des taux d'intérêt d'emprunt pour l'Etat relativement élevés et une situation budgétaire précaire", souligne Nicola Nobile, économiste chez Oxford Economics.


Selon lui, les problèmes budgétaires et la hausse du ratio de dette "risquent de jeter le trouble dans la fragile coalition gouvernementale, conduire à d'intenses discussions avec la
Commission européenne et créer de (nouvelles) tensions sur les
marchés" financiers.



Pour limiter la hausse du déficit, le ministre de l'Economie, Giovanni Tria, plaidait pour une hausse de la TVA en 2020 et 2021. Mais cette mesure a été abandonnée après un vif débat avec Luigi Di Maio, selon les agences italiennes.


"Les programmes de gouvernement sont confirmés: aucune nouvelle taxe et
aucune modification de la loi de finances", a martelé la présidence du Conseil dans un communiqué, en affirmant qu'elle respectait aussi "les objectifs fixés par la Commission européenne".


La coalition a régulièrement souligné que le seuil maximal de déficit fixé par Bruxelles était de 3% du PIB.


"On ne revient pas sur la +quota 100+ (la réforme des retraites, prévoyant un départ anticipé, NDLR), aucune augmentation de la TVA", a souligné pour sa part Matteo Salvini, en se félicitant, en revanche, que le texte prévoie le lancement d'une "flat
tax", un impôt à taux unique, pour les particuliers, sans toutefois souffler mot sur le coût d'une telle mesure.


L'Italie est entrée en récession technique fin 2018 et est le seul pays de la zone euro dans une telle situation.


La coalition populiste, arrivée au pouvoir en juin, espérait redresser
la situation grâce à une politique budgétaire expansionniste, qui prévoit en particulier un "revenu de citoyenneté" pour les plus modestes à partir d'avril. En vain.


Le Fonds monétaire international (FMI) a, lui aussi, abaissé mardi sa
prévision de croissance pour le pays, tablant désormais sur une hausse du PIB de 0,1% cette année, contre 0,6% précédemment.


Et certains experts ou organisations sont encore plus pessimistes, comme
l'OCDE qui table sur un recul de 0,2%, ou Lorenzo Codogno, ancien économiste en chef du Trésor italien et fondateur du cabinet LC Macro Advisors, qui prévoit une baisse de 0,5%.


En raison de cette situation, le taux de chômage, déjà le troisième plus élevé de la zone euro, devrait encore grimper à 11% en 2019 et 11,1% en 2020, contre 10,6% en 2018, selon les prévisions du
gouvernement.


Chez les jeunes de 15 à 24 ans, il atteint déjà actuellement 32,8%, une
situation "alarmante", s'inquiète l'importante association de consommateurs Federconsumatori.




Subventions d'Airbus: les USA proposent des tarifs sur des produits européens

Subventions d'Airbus: les USA proposent des tarifs sur des produits européenshttp://www.via214.net/


Publié le 09/04/2019 à 06:59 La Rédaction Via214



WASHINGTON, 9 avril (Reuters) - Le bureau du représentant américain au Commerce (USTR) a publié lundi une liste de produits européens qui pourraient faire l'objet de droits de douane en représailles aux subventions accordées par l'Union européenne à Airbus.


Les avions gros porteurs commerciaux européens ainsi que leurs pièces mais aussi les produits laitiers et le vin font partie des produits visés dans
la liste publiée par l'USTR.


Les Etats-Unis et l'UE s'accusent mutuellement depuis 2004 d'aide publique illégale au bénéfice des deux avionneurs que sont Boeing et Airbus. Les poursuites que les deux parties ont engagées devant l'Organisation
mondiale du Commerce (OMC) ont déjà donné lieu à des milliers de pages de conclusions.


"Notre objectif ultime est de trouver un accord avec l'UE pour mettre fin à
toutes les subventions accordées aux avions commerciaux, qui sont contraires aux règles de l'OMC. Lorsque l'UE mettra un terme à ces subventions nocives, les droits de douane américains imposés
pourront être levés", dit le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, dans le communiqué.


Les Etats-Unis évalue le préjudice causé par ces subventions à hauteur de 11 milliards de dollars (9,8 milliards d'euros) d'échanges commerciaux par an. L'UE conteste cette estimation.


L'USTR annoncera la liste finale de produits après l'arbitrage de l'organe
de règlement des différends de l'OMC. Le résultat est attendu cet été, précise le communiqué.





Israël-Netanyahu brigue mardi un cinquième mandat

Israël-Netanyahu brigue mardi un cinquième mandathttp://www.via214.net/


Publié le 09/04/2019 à 06:24 La Rédaction Via214



JERUSALEM, 9 avril (Reuters) - Les Israéliens sont appelés à élire mardi les 120 députés de la Knesset et les sondages prédisent une victoire
des partis favorables au Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu,
qui s'est engagé à annexer les colonies juives de Cisjordanie.


Le Likoud, le parti de droite de Netanyahu, devrait toutefois être devancé par le parti centriste "Bleu et blanc" dirigé par un ancien général très populaire, Benny Gantz.


Depuis les premières élections israéliennes en 1949, aucun parti politique n'a réussi à lui seul à obtenir une majorité absolue au
Parlement, ce qui a parfois entraîné de longues tractations en vue de former des gouvernements de coalition.


Selon une enquête du quotidien Yedioth Ahronoth rendue publique vendredi, dernier jour autorisé pour la publication des sondages, le parti de
Benny Gantz obtiendrait 30 sièges à la Knesset et le Likoud 26.


Mais les partis de la coalition de droite de Netanyahu totaliseraient 63 des 120 sièges du Parlement, une courte mais suffisante majorité. D'autres
sondages vont également dans ce sens.


Le Parti travailliste n'est crédité que de dix sièges, contre 18
actuellement.


Pour entrer au Parlement, un parti doit obtenir au moins 3,25% des voix, ce qui représente quatre sièges.


Le scrutin sera clos mardi à 22h00 locales (19h00 GMT).


En fonction des résultats, le président Reuven Rivlin consultera les dirigeants des différentes formations politiques et choisira celui qu'il juge le plus à même de former un gouvernement. Ce n'est pas obligatoirement le chef du parti qui a remporté le plus de sièges.


Le dirigeant choisi aura alors 42 jours pour rendre sa copie et annoncer un gouvernement, faute de quoi le président demandera à un autre de
s'atteler à la tâche.


LE PARTI ZEHOUT, "FAISEUR DE ROI" ?


Netanyahu, qui brigue un cinquième mandat, un record, vise à reconduire une
coalition proche de celle qu'il dirige actuellement, avec des formations ultra-nationalistes et juives orthodoxes.


Gantz et son parti "Bleu et blanc" comptent sur une alliance avec la
gauche mais les sondages ne lui laissent guère de chances d'obtenir
une majorité.


Le parti Zehout de Moshe Feiglin, ancien membre du Likoud, pourrait se retrouver en position de "faiseur de roi". Il présente en effet dans son programme des mesures "libertaires", comme la légalisation progressive du cannabis, qui rencontrent un écho
certain dans l'électorat.


Zehout est par ailleurs favorable à l'annexion de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Il veut inciter les Palestiniens à émigrer et prône la
construction d'un troisième Temple à Jérusalem.


Samedi, Benjamin Netanyahu a annoncé lors d'une interview télévisée qu'il
annexerait les colonies de peuplement juives situées en Cisjordanie
occupée s'il remportait un nouveau mandat.


La Chaîne 12 israélienne demandait au chef du gouvernement pourquoi il n'avait
pas étendu la souveraineté israélienne aux grandes colonies de ce territoire palestinien, comme cela a été fait avec Jérusalem-Est et le plateau du Golan, deux territoires dont s'est emparé par
Israël lors de la guerre des Six-Jours en 1967 et annexés par la suite.


"Qui dit que nous ne le ferons pas ? Nous sommes sur cette voie et nous en
discutons", a déclaré Netanyahu. "Vous demandez si nous passons à l'étape suivante. La réponse est oui, nous allons passer à l'étape suivante. Je vais étendre la souveraineté (d'Israël)
et je ne fais pas de distinction entre blocs de colonies et colonies
isolées."


Après des décennies de construction de colonies, plus de 400.000 Israéliens
vivent désormais en Cisjordanie, protégés par l'armée israélienne.





Hong Kong-Trois chefs du mouvement "Occupy" reconnus coupables

Hong Kong-Trois chefs du mouvement "Occupy" reconnus coupableshttp://www.via214.net/


Publié le 09/04/2019 à 06:04 la
Rédaction Via214



HONG KONG, 9 avril (Reuters) - Trois dirigeants du mouvement de désobéissance civile "Occupy", qui avait agité Hong Kong pendant près de trois mois en 2014, ont été reconnus coupables mardi de conspiration en vue de provoquer des nuisances publiques


Le professeur de droit Benny Tai, 54 ans, le professeur de sociologie Chan Kin-man, 60 ans, et le pasteur à la retraite Chu Yiu-ming, 75 ans, ainsi que
six autres coaccusés, ont tous été reconnus coupables d'au moins un chef d'inculpation de nuisances publiques pour leur rôle dans le mouvement de protestation que l'on avait surnommé la "révolution des parapluies".


Le mouvement "Occupy" est né en septembre 2014. Pendant près de trois
mois, des centaines de milliers de Hongkongais sont descendus dans les rues, occupant les grandes artères, pour réclamer une véritable démocratisation de la vie politique de Hong Kong, retournée dans le giron de la Chine en 1997 en vertu du concept "Un pays, deux
systèmes".




L'académie de Toulouse va tester la cantine à 1 euro

L'académie de Toulouse va tester la cantine à 1 eurohttp://www.via214.net/


Publié le 08/04/2019 à 07:53 La Rédaction Via214



Lancement de la cantine à un euro le 12 avril et à partir du 17 avril les
petits-déjeuners gratuits dans huit académies test



Les académies de Toulouse et Montpellier vont tester à partir du
12 avril la cantine à 1 euro et, à partir du 17 avril, les petits-déjeuners gratuits. Ces mesures font partie de la
"stratégie nationale" de lutte contre la pauvreté lancée par Emmanuel Macron.


La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Santé, Christelle
Dubos, annonce ce dimanche le lancement de la cantine à un euro le 12 avril et à partir du 17 avril les petits-déjeuners gratuits dans huit académies test, avant leur généralisation en septembre.


"Dès ce vendredi, nous lançons avec Jean-Michel Blanquer (ministre de
l'Education) la cantine à 1 euro", dit la secrétaire d'Etat dans une interview au Journal du dimanche (JDD).


"Les communes qui s'engagent recevront une aide de l'État de 2 euros par repas, sachant qu'il coûte en moyenne 4,50 euros. Ça concernera
jusqu'à 10. 000 communes", précise-t-elle.


A propos de petits-déjeuners gratuits, promis dans le cadre d'un plan
annoncé par Emmanuel Macron en septembre, la secrétaire d'Etat
détaille également le calendrier: "le 17 avril, avec Jean-Michel Blanquer, nous annoncerons leur mise en place dans huit académies test : Amiens, Toulouse, Montpellier, etc. Puis, en septembre, sur tout le territoire".


"Dans les zones défavorisées, un enfant sur dix arrive en classe le
ventre vide. Il n'a donc pas les mêmes chances d'apprentissage qu'un camarade qui a le ventre plein. Mettre en place le petit déjeuner à l'école, c'est une mesure de bon sens qui s'attaque aux racines des inégalités", commente Mme Dubos.


Jeûne matinal et impact sur la scolarité


Combien d’enfants, aujourd’hui, arrivent à l’école le ventre vide ?
Le gouvernement avance le chiffre de 15 % des enfants pauvres (7 % en moyenne). Une enquête du Centre de recherches pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc), menée en 2015 auprès de 540 professeurs du CP au CM2, faisait état d’une moyenne de 3 élèves par classe repérés comme sautant la collation du matin, chiffre susceptible d’atteindre 5 enfants par classe en
zone d’éducation prioritaire. Interrogés sur les conséquences de ce jeûne matinal, les professeurs des écoles évoquaient, pêle-mêle, la fatigue des écoliers, leur manque de concentration,
des maux de ventre. 40 000 enfants dans 400 écoles ont d’ores et déjà accès à des petits déjeuners à l’école. À la
rentrée de septembre 2019, plus de 100 000 enfants pourraient en bénéficier précise le compte rendu du conseil des ministres du 20 mars dernier.


Un plan à 8,5 milliards d'euros


En septembre, le président de la République avait annoncé la "stratégie nationale" de lutte contre la pauvreté, doté de 8,5 milliards d'euros.


Parmi les mesures promises, la cantine à un euro, le petit-déjeuner
gratuit, mais aussi le revenu universel d'activité (RUA) qui fusionnera "le plus grand nombre possible de prestations",
du RSA aux aides au logement, et dont "l'État sera entièrement responsable", avait-il dit.


"Une concertation citoyenne et institutionnelle sera organisée début mai et posera toutes les questions : faut-il intégrer au RUA l'allocation spécifique de solidarité, l'allocation adulte handicapé, le minimum vieillesse, un dispositif pour les moins de
25 ans ?", annonce encore Mme Dubos.





Des milliers de Vénézuéliens de nouveau dans la rue pour une sortie de la crise politique

Des milliers de Vénézuéliens de nouveau dans la rue pour une sortie de
la crise politiquehttp://www.via214.net/


Publié le 08/04/2019 à 06:58 La Rédaction Via214



Le chef de l’opposition vénézuélienne a déclaré avoir lancé la
" phase définitive " de l’éviction de Nicolas Maduro, qui a demandé l’aide de pays de la région pour ouvrir un dialogue entre les deux camps.



Samedi 6 avril a été une nouvelle journée de mobilisation au Venezuela : les partisans du président Nicolas Maduro et ceux de Juan Guaido, reconnu comme président intérimaire par plus de 50 pays, ont une fois de plus manifesté par milliers dans les rues de
Caracas et d’autres villes.


" On est là et on va y rester ! Tous dans la rue, pour la phase définitive qui mettra fin à l’usurpation ! ", a déclaré M. Guaido, juché sur un camion équipé d’enceintes devant des milliers de partisans rassemblés dans l’est de Caracas, qui agitaient des drapeaux du Venezuela et des pancartes portant l’inscription "Liberté ".


"On est en mode survie, c’est ce à quoi nous oblige cette dictature ", a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Marcel Rouaix, un
étudiant de 22 ans.



Pour que la mobilisation ne retombe pas, M. Guaido a appelé à une nouvelle manifestation pour mercredi prochain. Celui qui à 35 ans préside le Parlement, seule institution vénézuélienne tenue par l’opposition, avait annoncé vendredi "la montée en pression la plus grande de l’histoire ".


A Maracaibo, la deuxième ville du Venezuela, dans l’ouest, les forces de l’ordre ont violemment dispersé une manifestation et deux députés de l’opposition, Renzo Prieto et Nora Bracho, ont été arrêtés et brièvement détenus, a déclaré à l’AFP leur
collègue parlementaire Elimar Diaz.


Maduro appelle à l’établissement d’un dialogue intervénézuélien


Le pouvoir chaviste, qui n’entend pas laisser la rue à l’opposition, a lui aussi fait descendre dans la rue des milliers de fidèles vêtus
de rouge contre l’ "impérialisme ". "Ensemble, toujours mobilisés, continuons à défendre la paix et l’indépendance nationale. Halte à l’ingérence ! ", a écrit M. Maduro sur Twitter.


Devant une foule de ses partisans rassemblés près du palais présidentiel
de Miraflores, M. Maduro a appelé plusieurs pays de la région à contribuer à l’établissement d’un dialogue
intervénézuélien. " Le
Venezuela demande un soutien et un accompagnement pour un grand
dialogue de paix, d’entente "
,
a-t-il déclaré. Le Mexique et l’Uruguay avaient proposé en janvier de faciliter un dialogue entre MM. Maduro et Guaido. Outre ces deux pays, le président socialiste a sollicité samedi la
Bolivie et les pays des Caraïbes.


" Mettons toutes les cartes sur la table ", a-t-il dit, "et
avec l’accompagnement du Mexique, de la Bolivie, de l’Uruguay et de la Caraïbe, le Venezuela peut organiser au plus tôt une table de dialogue avec tous les secteurs. "
Jusqu’à présent, M. Guaido a rejeté toute discussion avec le camp Maduro.




Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir mercredi à la demande de Washington, en présence du vice-président américain Mike Pence, pour discuter de la crise humanitaire au Venezuela. Vendredi, les Etats-Unis ont annoncé de nouvelles sanctions contre
trente-quatre navires du groupe pétrolier public vénézuélien
PDVSA."Ce n’est qu’un premier pas ", a prévenu samedi John Bolton, le conseiller à la sécurité
nationale de la Maison Blanche.

Pour Marine Le Pen, les éoliennes valent bien quelques arrangements avec la réalité

Pour Marine Le Pen, les éoliennes valent bien quelques arrangements avec
la réalitéhttp://www.via214.net/


Publié le 08/04/2019 à 06:25 La Rédaction Via214



La présidente du RN a lancé en Bretagne une campagne #StopEoliennes.
Pour la promouvoir, elle cite des chiffres pas vraiment documentés.


ENVIRONNEMENT - Elle ne va pas aussi loin que Donald Trump. “Il paraît que le
bruit des éoliennes provoque des cancers”, a déclaré il y a quelques jours le président américain. Mais Marine Le Pen mène le même combat que lui pour s’opposer à cette énergie
renouvelable.


En 2017, pendant la campagne présidentielle, elle promettait déjà un
moratoire. Deux ans plus tard, la présidente du Rassemblement national a décidé de faire de sa croisade anti-éolienne l’un de ses thèmes favoris de la campagne des européennes dans
laquelle l’écologie s’impose comme une question centrale.


Après avoir évoqué le sujet lors du récent débat entre chefs de parti
sur BFMTV, la députée du Pas-de-Calais y a consacré un déplacement ce samedi 6 avril. En Bretagne, Marine Le Pen est allée sur un chantier à Chantepie où elle a dénoncé un projet “anti-économique et anti-écologique”.


″Ça me fait mal au cœur, moi qui suis originaire de Bretagne, de voir
ces beaux paysages défigurés par les implantations inouïes d’éoliennes. Nous assistons à un saccage de nos paysages et de notre patrimoine”, a-t-elle déclaré peu après lors d’une
conférence de presse au cours de laquelle elle a lancé sa campagne
#StopEoliennes. Elle a notamment annoncé qu’elle envoyait un courrier à l’Unesco pour dénoncer des projets envisagés “dans l’environnement de sites tels que la cathédrale de Chartres, la colline de Vézelay ou encore l’abbaye de Fontenay”.


Mais l’argument esthétique n’est pas le seul avancé par la leader d’extrême droite qui développe depuis quelques semaines une théorie économique qui s’arrange parfois avec la réalité des
chiffres.


8 milliards par an? Pas vraiment


Quand elle affirme que les logements construits près d’un champ d’éoliennes perdent jusqu’à 40% de leur valeur, elle reprend ici un argumentaire des anti-éoliens construit en réalité sur une
décision de justice qui a diminué de 40% le prix d’une maison qui a été vendue sans que l’acquéreur soit informé de la présence future d’éolienne à proximité de son bien.


De nombreuses études, surtout à l’étranger, ont été menées sur la dépréciation de l’immobilier. Aucune n’aboutit à ce chiffre de 40%. Certaines arrivent même à la conclusion d’une absence d’impact. Dans le rapport publié en septembre 2017, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) jugeait indispensable de lancer sa propre étude pour arriver
à un chiffre objectif.


Marine Le Pen dit aussi, elle l’a affirmé sur BFMTV à la mi-mars, que
l’éolien coûte 8 milliards d’euros par an à la France; une somme qui serait répercutée sur la facture d’électricité des Français. Comme 20 Minutesl’a
mis en évidence il y a quelques jours, la présidente du RN se trompe dans son calcul. Ce chiffre correspond en effet à l’ensemble des aides de soutien aux politiques de l’énergie; cela englobe
aussi bien l’aide directe à l’éolien, que le photovoltaïque, mais aussi le raccordement de certains territoires ou encore le financement des tarifs sociaux de l’énergie.


La partie correspondant à l’éolien est estimée à 1,9 milliard d’euros pour 2019 soit environ deux fois moins que pour le photovoltaïque.

Gérald Darmanin écarte la TVA à 0% sur les produits de première nécessité

Gérald Darmanin écarte la TVA à 0% sur les produits de première nécessitéhttp://www.via214.net/


Publié le 08/04/2019 à 05:55 La
Rédaction Via214



"Ce n'est ni l'idée la plus simple à mettre en oeuvre ni le meilleur
moyen de soutenir le pouvoir d'achat."


FISCALITÉ - C’est l’une des revendications majeures des gilets jaunes. Mais elle ne devrait pas être une piste retenue à la sortie du grand
débat. Gérald Darmanin estime qu’une suppression de la TVA sur les produits de première nécessité ne constitue pas le “meilleur moyen de soutenir le pouvoir d’achat”.


Dans un entretien au Journal du Dimanche(JDD) ce 6 avril, le ministre des Comptes publics écarte cette mesure à laquelle même le président (ex-LR) de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a récemment demandé de réfléchir.


Les marges augmentent plus que les prix baissent


Mais pour Gérald Darmanin, “ce n’est pas l’idée la plus facile à mettre en œuvre, ni le meilleur moyen de soutenir le pouvoir d’achat”, car “la difficulté avec la TVA, c’est que la baisse ne se répercute pas forcément au profit du
consommateur”. “Il ne faudrait pas qu’une perte de recettes pour l’État se traduise seulement par une augmentation
des marges des distributeurs. C’est souvent ce qu’on a observé par le passé”, explique-t-il.


Il a sans doute en tête la baisse de la TVA dans la restauration décidée en 2009. Passée de 19,5 à 5,5%, elle a surtout bénéficié aux restaurateurs qui ont capté près de 60% des gains, selon une étude publiée en 2018 par l’Institut des politiques publiques.. Les consommateurs n’ont bénéficié que de 10% des gains, soit 2% de baisse du prix des menus (50 centimes pour une ardoise à 25
euros).


Le ministre du Budget évoque aussi une problématique pratique pour faire baisser cette TVA. “En outre, il faudrait en débattre des années avec la Commission européenne, car instaurer une TVA à 0 % n’est pas possible dans le cadre des règles actuelles”, rappelle-t-il.


La question des niches fiscales et crédits d’impôt


Quant à rendre l’impôt sur le revenu plus progressif , pour Gérald Darmanin, “c’est une piste parmi d’autres comme la suppression de la redevance audiovisuelle, la baisse des impôts de production pour les entreprises ou des droits de succession”.


Mais selon lui, “ce qui mine la progressivité de l’impôt sur le
revenu, c’est l’optimisation fiscale que la multiplicité des niches fiscales rend possible. Or elles ne sont pas toutes utiles ni justes”.


Le ministre a aussi rappelé que les niches fiscales et autres crédits
d’impôt représentaient 100  milliards d’euros par an. “Les députés de la majorité proposent une revue générale pour en évaluer l’efficacité. C’est une bonne idée”, a-t-il assuré, alors que les élus LREM à l’Assemblée ont versé leurs idées sur la fiscalité au grand débat, mardi.


Mais le ministre a estimé qu’il ne fallait pas toucher à la déduction
pour les emplois à domicile. “Ce serait une mauvaise idée. C’est une politique utile à tous : aux familles, aux employés, à l’économie, car c’est un secteur pourvoyeur d’emplois”.

Attaque du Hayabusa : le Japon bombarde un astéroïde

Attaque du Hayabusa : le Japon bombarde un astéroïdehttp://www.via214.net/


Publié le 07/04/2019 à 11:57 La Rédaction Via214



La sonde japonaise Hayabusa 2 a transmis les premiers clichés pris
après avoir fait exploser une partie de l'astéroïde Ryugu. L’opération a pour objectif d’analyser le matériau resté
intact sous la surface depuis la formation du système solaire.


La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 a provoqué vendredi une explosion au-dessus de l'astéroïde Ryugu afin
d'y former un cratère. Pour ce faire, un impacteur a été largué de la sonde, qui s'était approchée de la surface, et a projeté sur l'astéroïde un obus en cuivre.



小惑星探査機「はやぶさ2」



@haya2e_jaxa


【SCI】SCIがリュウグウ表面に衝突したときに放出されたイジェクタを分離カメラ(DCAM3)で撮影することに成功しました。小惑星への衝突実験は世界初です。今後、どのようなクレーターが出来たのか、イジェクタがどのように分散しているのかを調べます。


5 650


11:56 - 5 avr. 2019


Il s'agit de la première expérience de collision au monde avec un
astéroïde, soulignent les chercheurs. Une caméra installée sur la sonde a recueilli des images de cette explosion programmée.



CNES


@CNES


·5 avr.2019


Une étape inédite a été franchie cette nuit par @haya2e_jaxa ! La sonde a créé un petit cratère sur l’astéroïde RyuguPourquoi, comment ? Si vous le lisez pas le japonais, déroulez, on en parle tout de suite





CNES


@CNES


La sonde japonaise @haya2e_jaxa a largué cette nuit un petit dispositif explosif nommé SCI (Small Carry-On Impactor, en photo). Pas de remake du film “Armageddon” en vue, mais 3 objectifs scientifiques : pic.twitter.com/c0NA3nIEYX


23


12:40 - 5 avr.2019



Le choc avec l'astéroïde a donc permis de créer un cratère artificiel. L'objectif de cette opération est d'avoir accès à du matériau se trouvant sous la surface de l'astéroïde pour analyser la composition du système solaire à sa création, car ce matériau
n'a pas été altéré par l'exposition aux rayonnements spatiaux.



HAYABUSA2@JAXA@haya2e_jaxa


·5 avr.2019


En réponse à @haya2e_jaxa


[SCI] This is an image taken with the wide angle optical navigation
camera (ONC-W1) immediately after (few seconds) the separation of the SCI. The retroreflective sheet on the SCI glows white due the image being shot with a flash. This showed the separation was on schedule.




HAYABUSA2@JAXA@haya2e_jaxa


[SCI] The deployable camera, DCAM3, successfully photographed the ejector
from when the SCI collided with Ryugu’s surface. This is the world’s first collision experiment with an asteroid! In the future, we will examine the crater formed and how the ejector dispersed.pic.twitter.com/eLm6ztM4VX


1 046


12:28 - 5 avr.2019


Hayabusa2 (littéralement "Faucon pèlerin 2") est une mission spatiale de
la JAXA, l'agence spatiale japonaise, lancée le 3 décembre 2014, qui doit étudier l'astéroïde (162173) Ryugu et en ramener un échantillon sur Terre en décembre 2020. La sonde devrait se poser sur l'astéroïde en mai prochain pour
prélever des échantillons de sol.



CNES


@CNES


·5 avr.2019


En réponse à @CNES


Hayabusa2 a confirmé ce matin qu’elle est en bon santé, et que la séparation de SCI puis de la caméra se sont déroulées comme prévu



@hay2e_jaxa va pouvoir retourner à sa position de référence, à
20km de #Ryugu.


CNES


@CNES


La collecte d’échantillons au creux du cratère aura lieu dans quelques
semaines. @haya2e_jaxa devra d'abord le repérer (normalement, il doit être par là


)pic.twitter.com/kQEIQhnzm5


63


12:52 - 5 avr.2019











Carole Ghosn : "Tout le monde a lâché Carlos"

Carole Ghosn : "Tout le monde a lâché Carlos"http://www.via214.net/


Publié le 07/04/2019 à 11:05 La Rédaction Via214



Jeudi 4 avril, l'ancien patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn a été
arrêté sous les yeux de sa femme et conduit une nouvelle fois en prison. Le Journal du dimanche a pu s'entretenir longuement avec Carole Ghosn.


Elle défend son mari, décrit un homme "fier" et "digne" et se dit "choquée par les réactions en France". Carole Ghosn est arrivée à Paris samedi 6 avril, après deux jours
d'angoisse et une nuit passée dans l'avion. Décidée à défendre son mari, qu'elle dit victime d'un "coup monté" et "lâché par tout le monde", Carole Ghosn a longuement reçu le Journal du dimanche
. Elle proclame son innocence et en appelle au président de la République, Emmanuel Macron.



Le JDD


@leJDD


EXCLUSIF. Carole Ghosn au #JDD : "Je suis choquée par les réactions en France. Tout le monde a laissé tomber Carlos, par lâcheté, y compris les patrons"lejdd.fr/Economie/exclu...


21


7:25 AM - Apr 7.2019


Carole s'est dit choquée par les conditions de sa nouvelle arrestation.
"Les procureurs et la police ont sonné à la porte à 6 heures moins dix du matin. Ils étaient au moins vingt pour l'arrêter et fouiller un deux pièces (...) On m'a fouillée plusieurs fois -
j'étais en pyjamas, je ne vois pas ce que j'aurais pu cacher !" Carlos Ghosn, lui, "est resté fier, la tête haute, digne et calme", d'après sa femme. "Il est d'une force incroyable", poursuit-elle. Un message de Carlos Ghosn bientôt diffusé Carole Ghosn raconte sa sidération. "Les avocats nous ont dit qu'une telle chose n'arrivait jamais. Il a été libéré contre une caution de 8 millions d'euros et il a respecté tout ce qui lui était imposé, il n'y avait aucune raison, sauf si on voulait le faire taire", explique-t-elle. Son époux préparait une conférence de presse qui devait avoir lieu le 11 avril. Mais il a aussi enregistré un message pour "désigner les responsables de ce
qui lui arrive". Le message sera "bientôt" diffusé. Carole Gohsn poursuit "je ne veux pas que mon mari soit au-dessus des lois mais qu'il soit jugé de façon équitable. Je sais qu'il est
innocent. Je demande solennellement qu'on lui laisse la présomption
d'innocence comme à tout citoyen français et j'en appelle au président de la République". Elle dit redouter un procès inéquitable. "Tout
le monde l'a laissé tomber"
Elle
se dit choquée par les réactions en France. "Dans les médias, Carlos est déjà coupable. On oublie ce qu'il a fait pour Renault et Nissan. Il a redressé ces entreprises, sauvé des emplois, contribué à la grandeur de la France. On ne parle plus que de son salaire, on
le décrit comme un homme assoiffé d'argent. (...) Je suis choquée par les réactions en France. Tout le monde l'a laissé tomber, par lâcheté, y compris les patrons. Ça me dégoûte". Selon
elle, son mari "a eu des résultats extraordinaires", c'est un homme juste qui pensait parfois à sa vie après Renault-Nissan et songeait à "devenir professeur, donner des conférences, aider les jeunes. S'investir dans l'éducation". "Carlos a toujours été attentif aux autres, poursuit-elle, c'est le contraire d'un homme arrogant."En garde à vue jusqu'au 14 avril Arrêté un mois après sa remise en liberté, Carlos Ghosn a été une nouvelle fois placé en garde à vue au Japon jusqu'au 14 avril au moins pour répondre à de nouveaux soupçons de malversations
financières.


Le tribunal de Tokyo a approuvé vendredi la requête du parquet, qui
invoque un "risque d'altération des preuves" pour justifier le maintien en détention de l'ancien patron.

Pour Theresa May, soit le Royaume-Uni quitte l'UE avec un accord, soit il n'y aura pas de Brexit du

Pour Theresa May, soit le Royaume-Uni quitte l'UE avec un accord, soit il
n'y aura pas de Brexit du touthttp://www.via214.net/


Publié le 07/04/2019 à 10:35 La Rédaction Via214



Dans un communiqué, la Première ministre a encore tendu à la main à
l'opposition travailliste dans l'espoir d'obtenir une majorité au Parlement.


Theresa May écarte encore l'hypothèse du "no deal", une sortie de l'Union européenne le 12 avril. Alors qu'elle tente de trouver un compromis avec l'opposition travailliste pour sortir de l'impasse au Parlement, la Première ministre britannique a déclaré, samedi 6
avril, qu'il y avait désormais un choix clair entre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne avec un accord ou pas de Brexit du tout.


Theresa May a échoué à trois reprises à faire adopter par la Chambre des
communes l'accord de retrait qu'elle a négocié avec Bruxelles. Des députés de son Parti conservateur et du Parti unioniste démocratique (DUP) d'Irlande du Nord, dont May dépend pour disposer
de la majorité, ont en effet voté contre le texte. Depuis, elle espère convaincre l'UE de lui accorder un report de la sortie de l'UE au 30 juin.


May cherche un compromis avec le Labour


Dans l'espoir de sortir in extremis de cette impasse au Parlement, elle s'est ainsi tournée vers le Labour, le parti d'opposition."Il y a des domaines sur lesquels les deux principaux partis sont d'accord : nous voulons tous deux la fin de la liberté de circulation, quitter l'UE avec un bon accord et protéger nos emplois",a déclaré Theresa May, selon un communiqué diffusé par ses services."C'est la base pour un compromis qui peut obtenir la majorité au Parlement,
le seul moyen de tenir la promesse du Brexit. Plus cela prendra du temps, plus grand sera le risque que le Royaume-Uni ne parte jamais"
, a-t-elle
ajouté.


Samedi, le chef de file Jeremy Corbyn a déclaré qu'il attendait de voir bouger les lignes rouges fixées par la dirigeante conservatrice.


Selon le Sunday Times, le gouvernement britannique envisage d'inscrire dans la loi un accord douanier avec l'UE dans le but de convaincre les travaillistes de soutenir un accord sur le Brexit, et les
conseillers de May ont discuté de la possibilité d'offrir au Labour une place dans la délégation qui prendra part mercredi au sommet extraordinaire de l'UE.





Européennes: la France insoumise a déjà récolté 1,5 million d'euros dans le cadre de son emprunt pop

Européennes: la France insoumise a déjà récolté 1,5 million d'euros dans le
cadre de son emprunt populairehttp://www.via214.net/


Publié le 07/04/2019 à 10:11 La Rédaction Via214



"C'est exceptionnel", se félicite le parti de Jean-Luc Mélenchon,
assurant que "ces prêts seront intégralement remboursés après les élections européennes".


La France insoumise a annoncé samedi 6 avril avoir déjà récolté 1,5 million d'euros grâce à l'emprunt populaire que le parti lancé il y a une semaine
pour financer sa campagne aux élections européennes, selon un message à ses militants transmis à l'AFP.


"Merci à toutes celles et à tous ceux qui ont participé à l'emprunt
populaire que nous avons lancé dimanche dernier sur la plateforme finactions.fr. En 5 jours, nous avons récolté 1,5 million d'euros. C'est exceptionnel"
, se félicite le parti de Jean-Luc Mélenchon, assurant que "ces
prêts seront intégralement remboursés après les élections européennes".


"La démonstration de notre capacité à rassembler largement"


La loi limitant à 2 millions d'euros le montant de l'emprunt populaire,
La France insoumise se fixe comme objectif d'"atteindre
rapidement ce plafond pour assurer à notre campagne son indépendance
face aux banques"
.


"Cette mobilisation est la démonstration de notre capacité à rassembler largement et à convaincre grâce à notre programme",
estime le parti, dont la liste est conduite par Manon Aubry. Le
mouvement avait indiqué dimanche dernier que son"budget global envisagé"était de "4
millions d'euros"
. Le Rassemblement national a aussi annoncé cette semaine le lancement d'un emprunt auprès des Français pour financer sa campagne.

Paris : violent incendie dans un immeuble du 19e arrondissement

Paris : violent incendie dans un immeuble du 19e arrondissementhttp://www.via214.net/


Publié le 07/04/2019 à 09:30 La
Rédaction Via214



Une cinquantaine de pompiers sont intervenus samedi soir sur un incendie
d'un immeuble d'habitation du 19e arrondissement. Un bilan provisoire
fait état d'aucune victime.


Un violent incendie s'est déclaré samedi soir dans le XIXe arrondissement de Paris dans un immeuble d'habitation.


Quelque 80 pompiers sont intervenus pour éteindre le sinistre qui a touché
cet immeuble comptant 27 appartements. Selon les premières déclarations de Gabriel Plus, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris, le feu s'est propagé du deuxième au cinquième étage de cet
immeuble du boulevard MacDonald. Un bilan provisoire fait état
d'aucune victime.

Des flammes à l'intérieur et l'extérieur du bâtiment


Des témoins ont fait état d'une explosion et sur les réseaux sociaux
des images de l'incendie montrent effectivement un forte explosion qui dégage une boule de feu au niveau d'un étage.. Les flammes se sont propagées à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment a expliqué Gabriel Plus.



Mayes@mayesoworld


Faites attention à vous #incendie dans le 19e


"Il y a un certain nombre d'images qui montrent cette explosion. Ce que
je peux vous dire c'est que l'immeuble n'est pas alimenté au gaz mais il peut y avoir eu des bouteilles de gaz sur les balcons qui ont pu exploser, mais il nous faudra un peu de temps pour évaluer si cette explosion est due à une bouteille de gaz", a expliqué le
lieutenant-colonel Plus.Au sujet de l'origine du feu et de sa propagation rapide, "vraisemblablement que le potentiel calorifique qui se situe sur les balcons, dans les étages, dans les
appartements, a favorisé cette conduction des gaz chauds puis de
l'incendie", a ajouté le porte-parole.



Info Françaises@InfoFrançaises


PARIS : Important incendie en cours dans un immeuble du Boulevard Macdonald, dans le 19ᵉ arrondissement, des dizaines de pompiers mobilisés.


826


9:36 PM - Apr 6.2019


Peu avant 23H00, il n'y avait plus de flammes visibles depuis le boulevard, a constaté l'AFP. "Le feu est circonscrit et en voie d'être totalement maîtrisé" a tweeté le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, peu
après 23H00. Des témoins ont fait état d'une explosion. "J'ai entendu un boum,
puis je suis sortie et j'ai vu les flammes aux 2e, 3e et 4e étages. C'était affreux, le feu était partout", a déclaré à l'AFP une voisine de cet immeuble. La circulation a été bloquée sur le boulevard McDonald pour permettre l'intervention des secours. Les pompiers repliaient leurs échelles. On pouvait voir encore des faisceaux de lampes torches des secours qui s'activaient au 4e étage de l'immeuble. Des centaines de personnes, riverains, curieux et
aussi des migrants venant d'un camp tout proche, s'étaient massés sur le trottoir d'en face. Les habitants de l'immeuble qui ont été évacués "vont être pris en compte par la mairie", selon le porte-parole des pompiers.

A Calexico, Donald Trump vient admirer un tronçon du mur

A Calexico, Donald Trump vient admirer un tronçon du murhttp://www.via214.net/


Publié le 06/04/2019 à 17:29 La Rédaction Via214



ETATS-UNIs " Notre pays est complet, on ne peut plus vous accepter", a lancé le
président américains


Donald Trump s’est rendu vendredi à Calexico, petite ville californienne aux portes du Mexique, pour délivrer de la plus simple des manières son message contre l’immigration clandestine les Etats-Unis n’ont plus de capacités d’accueil, ils sont " complets ". Les clandestins " submergent notre système d’immigration et ça ne peut plus continuer ", lors d’une rencontre avec des agents de la police aux frontières, avant d’aller inspecter un tronçon du mur qu’il entend ériger entre les deux pays. " Notre système est complet, on ne peut plus vous accepter. Notre pays est complet ", a-t-il martelé. " Alors rebroussez chemin ".


Donald Trump a aussi vanté les résultats de sa fermeté face à son voisin du sud dans cette ville située à quelque 300 km au sud-est de
Los Angeles. " Le Mexique, pour la première fois depuis des décennies, effectue des interpellations significatives à sa frontière sud, avant que les migrants n’entament leur long périple vers les Etats-Unis ", s’est-il félicité. " Le Mexique se comporte de manière absolument fantastique depuis quatre jours. Ils arrêtent tout le monde ", a-t-il ajouté. Le milliardaire républicain a toutefois de nouveau averti qu’il pourrait imposer des tarifs douaniers sur les voitures importées du
Mexique en cas d’inversement de la tendance.


La frontière reste ouverte


Donald Trump maintient la pression sur le Mexique mais il avait fait savoir
jeudi qu’il ne mettrait pas pour l’instant en application sa menace de fermer purement et simplement la frontière. Les conséquences économiques seraient considérables pour les deux
pays.


Le président américain reproche aux Mexicains de laisser les migrants
originaires d’Amérique centrale – essentiellement du Honduras, du Guatemala et du Salvador – transiter sur son sol pour rejoindre les Etats-Unis. Depuis 2015, il répète que la solution à l’afflux de migrants est la construction d’un mur frontalier. Mais il se heurte au scepticisme du Congrès et a dû déclarer l’urgence nationale, une procédure exceptionnelle, pour trouver les milliards de dollars nécessaires à sa construction.


A Calexico, devant un tronçon déjà érigé, le président américain a vanté les mérites de l’édifice. " Très, très difficile à escalader. C’est un très beau mur, je crois qu’il a vraiment
l’air fantastique ", a-t-il affirmé. Mais de l’autre côté de la frontière, dans la ville de Mexicali, ce sont près de 200 personnes qui manifestaient sous un ballon géant représentant
Donald Trump en bébé grincheux portant une couche-culotte.

Rassemblement de gilets jaunes devant la villa des Macron au Touquet

Rassemblement de gilets jaunes devant la villa des Macron au Touquethttp://www.via214.net/


Publié le 06/04/2019 à 17:06 La Rédaction Via214



La police a fait usage de gaz lacrymogènes avant que les manifestants
ne se dispersent dans le calme vers 23 heures.


Plusieurs dizaines de gilets jaunes se sont rassemblés ce vendredi soir devant la villa de Brigitte et Emmanuel Macron au Touquet, dans le Pas-de-Calais. Selon La Voix du Nord, les manifestants venus de différentes villes de la région, ont agi
par surprise, prenant au dépourvu les forces de l’ordre.


Le rassemblement a nécessité le déploiement de renforts de police
pour soutenir les 7 gendarmes mobiles habituellement présents devant
la résidence du couple présidentiel.


Gaz lacrymogènes


Si la manifestation s’est déroulée dans un calme apparent, la situation s’est tendue vers 21 heures et les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes. Les manifestants se sont
dispersés dans le calme aux alentours de 23 heures.


La villa du Touquet appartient à Brigitte Macron qui s'y rend
occasionnellement et dans la plus grande discrétion. Emmanuel Macron, quant à lui, n'y a pas été vu depuis plus d'un an.

Un ancien sarcophage égyptien sera bientôt ouvert en direct à la télévision

Un ancien sarcophage égyptien sera bientôt ouvert en direct à la
télévisionhttp://www.via214.net/


Publié le 06/04/2019 à 15:56 La Rédaction Via214



Un ancien sarcophage égyptien sera bientôt ouvert en direct à la télévision lors d’une émission diffusée sur Discovery Channel. L’événement sera animé par Chris Jacobs et l’explorateur Josh Gates, lors de l’émissionExpedition Unknown.


L’ouverture d’un sarcophage ancien se fait généralement dans le plus grand
des secrets, pour ne pas attiser les convoitises. Mais l’Égypte peine depuis quelques années à faire revenir les touristes qui autrefois affluaient par millions. Pour y remédier, quoi de mieux
qu’un événement exceptionnel ? Si le lieu est évidemment tenu secret, une équipe de chercheurs a en effet récemment autorisé l’ouverture d’un sarcophage en direct à la télévision. Les téléspectateurs auront ainsi la chance de découvrir
l’intérieur d’un tombeau vieux
de 3 000 ans en même temps que les archéologues. De quoi ravir tous les amoureux d’égyptologie.



Un " mystérieux
sarcophage en pierre calcaire "


Vous allez donc pouvoir, depuis votre canapé, apprécier les chercheurs
en train de se déplacer dans un réseau souterrain de chambres et de tunnels récemment découvert, mais encore en grande partie inexploré. L’une des chambres prochainement analysées contiendrait également
un"mystérieux
sarcophage en pierre calcaire "
, nous apprend la chaîne Discovery, qui diffusera l’événement. " L’identité de la momie à l’intérieur est un mystère depuis 3000 ans… ". Du moins jusqu’au 7 avril prochain, aux États-Unis. En France, l’événement sera diffusé le 19 avril, à 20 h 45,
sur la chaîne Discovery
Channel
française.


Interrogé par la radio américaine WBUR, Josh Gates explique ne pas savoir du tout ce que renferme la tombe située dans cette région " peu
visitée "
du pays. " C’est
ce qui fait la beauté de l’émission
, dit-il.Je pense que c’est l’incertitude de cette aventure qui la rend vraiment excitante. Tout ce qu’on sait, c’est qu’il y a beaucoup de momies là-bas ". Peut-être une quarantaine, peut-on lire. L’égyptologue Zahi Hawass et le secrétaire général du Conseil suprême des antiquités
d’Égypte, Mostafa Waziri, seront également de la partie.



Tout ce que nous savons, c’est que cet étrange sarcophage semble dater
d’environ 3 000 ans. C’est à peu près à cette époque que la civilisation égyptienne a commencé à décliner (autour de 1200 av. J.-C.), victime des guerres et autres invasions. Elle prit fin aux alentours de 30 av. J.-C., en grande partie tombée dans les mains de l’Empire romain après la mort de Marc Antoine et de Cléopâtre.

Une battue organisée à La Calmette pour retrouver Christophe, un policier d'Alès disparu depuis lund

Une battue organisée à La Calmette pour retrouver Christophe, un
policier d'Alès disparu depuis lundihttp://www.via214.net/


Publié le 06/04/2019 à 14:57 La Rédaction Via214



Une battue est organisée ce dimanche 7 avril à La Calmette pour retrouver Christophe. Ce policier d'Alès de 49 ans a disparu depuis le lundi 1er avril.


La compagne de Christophe appelle à une battue civile sur sa page Facebook pour retrouver cet homme de 49 ans disparu depuis le 1er avril. Le rendez-vous est fixé à 9h sur le parking de La Calmette juste en face de la mairie. Gendarmes, policiers, et civils cherchent déjà ce policier d'Alès depuis plusieurs jours en vain.



Guénaëlle Thiery


il y a 4 heures


À TOUS, demain dimanche 7 avril
nous en appelons à toutes les bonnes volontés pour une nouvelle " grande battue civile ".


NOUS DEVONS RETROUVER CHRISTOPHE


Rendez-vous parking de la Calmette, en face de la mairie, à 9h.


Équipement nécessaire : manches longues, pantalon long, affaires de pluie, bonnes chaussures, gants, plan, jumelles, eau, repas éventuel.


Nous allons traverser les bois entre la Calmette et le Gardon. Ronces et
passages parfois pénibles pour marcheurs non avertis.


Un grand merci pour vos messages nombreux et votre solidarité
précieuse.


Nous vous attendons !


Le policier est un habitué des sorties nature. Il est adepte du
survivalisme. "Il peut se débrouiller seul pendant plusieurs jours",confiait jeudi le lientenant-colonel Sébastien Baudoux, qui supervise les opérations sur le terrain.

La terre a de nouveau tremblé dans le nord de la Gironde

La terre a de nouveau tremblé dans le nord de la Girondehttp://www.via214.net/


Publié le 06/04/2019 à 14:26 La
Rédaction Via214




Un nouveau séisme a frappé la Nouvelle-Aquitaine ce samedi matin. La
secousse d'une magnitude de 3,6 sur l'échelle de Richter s'est produite vers 6h45 à la frontière entre Gironde, Charente et Charente-Maritime. Une zone déjà touchée par un séisme le 20 mars
dernier.



Le sol a encore tremblé ce samedi matin, dans le nord de la
Gironde : un séisme de magnitude 3,6 sur l'échelle de Richter, enregistré par le réseaux national de surveillance sismique vers 6h45. L'épicentre de la secousse se situerait à la frontière entre Charente, Charente-Maritime et Gironde, à 35 kilomètres environ de
Coutras, au nord du département.



FranceSeisme@FranceSeisme


#Séisme faible à environ 21 km SE Jonzac (dépt. 17, le 06-04-19 à 6h44
heure locale, M=3,6) selon CEA-LDGfranceseisme.fr//seisme.php?Id...


Une réplique du séisme du 20 mars


Le phénomène est rare dans la région et pourtant, ce n'est pas la première fois qu'un tremblement de terre frappe la Gironde dans un passé récent. Le 20 mars dernier, un séisme de magnitude 4,9 sur l'échelle de Richter s'est produit à peu près dans le même secteur. Il a été ressenti dans une bonne partie du département.


Mais rien d'inquiétant selon Jérôme Vergne, sismologue à l'institut de
physique du globe de Strasbourg :"des séismes comme celui de ce matin, avec une magnitude de 3,6, se
produisent en moyenne une fois par mois sur le territoire métropolitain donc il n'y a rien d'extraordinaire. C'est très
probablement une réplique du séisme qui s'est produit il y a deux semaines. Statistiquement les répliques sont plus nombreuses dans les heures et les jours qui suivent mais elles sont encore possibles plusieurs jours voire plusieurs mois après un événement"
.

Les Allemands dans la rue pour contester "la folie des loyers"

Les Allemands dans la rue pour contester "la folie des loyers"http://www.via214.net/


Publié le 06/04/2019 à 07:50 La Rédaction Via214



BERLIN (awp/afp) - Les manifestants sont attendus samedi par dizaines de milliers en Allemagne pour dénoncer la "folie des loyers".
Et ils ont en ligne de mire des coupables tout trouvés: les spéculateurs immobiliers.


A Berlin, le prix du logement à la location a ainsi doublé en dix ans, et les manifestants se rassembleront donc en nombre à la mi-journée sur
Alexanderplatz pour dénoncer des groupes comme Deutsche Wohnen et Vonovia, qui ont racheté des milliers d'édifices, profitant de prix bien plus bas que dans d'autres capitales européennes.


"Le nouveau propriétaire est connu ici, il dispose de plus de 1.500
appartements et c'est du pur business (...) il achète et vend avec l'argent d'investisseurs qui veulent naturellement avoir les plus hauts rendements possibles", explique à l'AFP Hans von Maydell, 75 ans.


Après 45 ans de vie dans son immeuble de la rue Hasenheide, cette personne change de propriétaire. Et elle redoute ce que des dizaines de milliers de
Berlinois ont déjà connu : une résiliation de son bail, suivie d'une rénovation d'ampleur puis une remise en location moyennant une augmentation considérable du loyer.


Expropriations


En 2018, Vonovia a ainsi augmenté son loyer moyen de 4,2%. La société détient près de 350.000 appartements.


Cette évolution des prix est portée par la popularité des grandes villes, où
Allemands et Européens viennent s'installer par dizaines de milliers
chaque année sans que l'offre ne suive.


"Depuis cinq ans, nous avons une croissance des constructions de nouveaux
logements, mais ça ne couvre pas le déficit car trop peu de logements sociaux, de logements à des prix abordables sont construits", explique Ulrich Ropertz, porte-parole de
l'association allemande des locataires.


Par ailleurs, selon lui, les sociétés immobilières comme Vonovia ou Deutsche
Wohnen ont un pouvoir "d'influence politique à l'échelle nationale" qui bloque l'adoption de réelles mesures de maîtrise des loyers.


Bien souvent, les règles sont municipales, comme celles du "Milieuschutz", qui visent à protéger des quartiers de la gentrification et des investisseurs en limitant les rénovations. Mais ça ne peut que
"ralentir le phénomène", note M. Ropertz.


D'autres réglementations visant à plafonner l'augmentation des loyers à 10% par rapport à un tarif de référence se sont avérées illégales
ou inapplicables.


En réaction, une campagne s'organise pour tenter d'obtenir que la mairie de Berlin exproprie les sociétés immobilières détenant plus de trois mille logements, explique Rouzbeh Taheri, porte-parole de cette initiative.


Sa pétition doit rassembler suffisamment de signatures -- d'abord 20.000 puis 170.000 -- pour qu'un référendum local soit convoqué.


M. Taheri assume raviver ici le concept de "lutte des classes". "Il
s'agit d'envoyer un signal aux spéculateurs : votre capital n'est
pas en sécurité à Berlin", dit-il.


Ce projet est "complètement absurde" lâche cependant l'économiste Harald Simons, car, dit-il, les Vonovia et autre Deutsche Wohnen ne contrôlent jamais plus de 5-6% des locations.


S'attaquer aux seuls grands groupes signifierait que "5% des locataires
berlinois n'aurait plus à payer de grosses sommes, quand les autres
payeraient toujours la même chose", précise-t-il.


36 milliards d'euros


"Le bailleur typique en Allemagne est un petit bailleur, qui a deux, trois, quatre, jusqu'à vingt appartements. C'est ça dans 70% des locations", ajoute-t-il.


Reste alors comme solution le rachat d'immeubles par la ville, qui est dirigée par une coalition gauche-extrême-gauche-Verts, et ainsi arrêter
l'envolée de loyers.


C'est une option évoquée depuis quelques mois, même si la mairie a ses
finances dans un état catastrophique et que le prix du m2 a aussi explosé.


"Les prix de vente ont augmenté deux fois plus vite que les loyers, cela
aurait été une bonne idée il y a 8 ans", commente M. Simons.


La mairie devrait dépenser de son propre aveu jusqu'à quelque 36 milliards
d'euros, et cela alors qu'elle a vendu à bien moins cher par le passé une partie conséquente de son parc immobilier.


"Quand les gens sauront de combien de milliards il est question, beaucoup
verront les choses autrement", a reconnu le maire Michael Müller.

Accusation de cartel: BMW va provisionner 1 mrd EUR pour risques juridiques

Accusation de cartel: BMW va provisionner 1 mrd EUR pour risques juridiqueshttp://www.via214.net/


Publié le 06/04/2019 à 07:22 La Rédaction Via214



FRANCFORT(awp/afp) - BMW prévoit une provision de "certainement plus
d'un milliard d'euros" en raison de risques juridiques liés aux accusations de cartel publiées par l'Union européenne, a annoncé le constructeur automobile allemand vendredi.


BMW, accusé avec Volkswagen et Daimler de s'être entendus pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions
polluantes, a indiqué que cela devrait amputer la marge de sa branche auto de "1 à 1,5 point de pourcentage" en 2019.





L'Egypte sabre dans les subventions aux carburants à l'approche de la fin du programme du FMI

L'Egypte sabre dans les subventions aux carburants à l'approche de la fin du programme du FMIhttp://www.via214.net/


Publié le 06/04/2019 à 06:41 La Rédaction Via214



LE CAIRE (Reuters) - L’Égypte éliminera les subventions sur la
plupart des produits énergétiques d’ici au 15 juin, a annoncé au Fonds monétaire international dans une lettre de janvier publiée par le FMI dans le cadre de la révision du programme de prêts au
Caire, doté de 12 milliards de dollars, avec prêteur.


Cela impliquera une augmentation du prix aux consommateurs d'essence, de
diesel, de kérosène et de mazout, qui représentent désormais 85% à 90% de leurs coûts internationaux, a indiqué la lettre datée du 27 janvier.


La lettre du ministre égyptien des Finances et du gouverneur de la banque centrale figurait dans un rapport du FMI daté du 28 janvier et publiée après le versement en février de la cinquième tranche sur six du prêt.


Le programme de prêts a débuté en 2016 et est lié à des réformes qui incluent une forte dévaluation de la livre égyptienne et l'instauration d'une taxe sur la valeur ajoutée. Ils ont
contribué à stabiliser l'économie égyptienne, mais ont également mis des millions d'Egyptiens sous une pression économique accrue.


Les prix du carburant ont augmenté régulièrement au cours des trois
dernières années. Le GPL et le mazout utilisés pour la production d'électricité et les boulangeries ne sont pas inclus dans l'engagement de parvenir au recouvrement intégral des coûts grâce aux réductions de subventions, a indiqué la lettre.


Dans sa lettre, le gouvernement a indiqué qu'après avoir commencé à
associer l'essence Octane 95 moins utilisée aux prix internationaux
- ce qu'il a réalisé en avril -, il introduirait des mécanismes d'indexation similaires pour d'autres produits en juin, les premiers ajustements de prix étant attendus pour la mi-septembre.


Le gouvernement a indiqué qu'il avait également mis en place un mécanisme de couverture pour se protéger contre les chocs du pétrole et d'autres produits de base.Dans son examen, toutefois, le
FMI "a recommandé la prudence en utilisant des instruments financiers avec des coûts initiaux qui ne protègent que temporairement contre les fluctuations extrêmes des prix",
faisant référence à la couverture.


CIBLE DE DETTE


Depuis le lancement du programme de prêt du FMI, l’Égypte a beaucoup
emprunté à l’étranger.


Dans sa lettre, le gouvernement annonçait son intention de réduire sa
dette générale de 86% du produit intérieur brut (PIB) prévu d'ici
fin juin à 72% d'ici juin 2023. La dette représentait 93% du PIB en juin 2018.


Il s'est également engagé à éliminer complètement les arriérés détenus par la société publique, l'Egyptian General Petroleum Company (EGPC), d'ici la fin du mois de juin de cette année. Les
arriérés s'élevaient à 1,043 milliard de dollars à la fin de 2018.


L'Egypte a déclaré avoir limité la capacité du gouvernement à emprunter
auprès de la banque centrale via un compte de découvert à 66 milliards de livres égyptiennes (3,82 milliards de dollars) en 2018/20, soit 10% des revenus des trois années précédentes, afin de gérer la liquidité et réduire l'inflation.


La banque centrale éliminerait progressivement les prêts subventionnés
aux petites et moyennes entreprises et les programmes de logement social. Au lieu de cela, ces programmes seraient financés directement par le budget de l'Etat, indique la lettre.


La vente de participations dans au moins 23 entreprises d'État sur une
période allant de 24 à 30 mois à compter d'avril 2018 devrait permettre de lever environ 80 milliards de livres égyptiennes, a-t-il ajouté.


Dans son examen, le FMI a déclaré que le programme de réforme de l'Égypte était "globalement en bonne voie".


"Les progrès en matière de réformes structurelles ont été mitigés, mais les objectifs du programme restent réalisables", a-t-il déclaré.


"Des efforts soutenus sont nécessaires pour faire avancer les réformes cruciales en matière de concurrence, d'affectation de terrains
industriels, de transparence et de gouvernance des entreprises publiques et des marchés publics".


Le resserrement récent des conditions financières mondiales a aggravé la balance des risques, l'Egypte étant vulnérable à toute augmentation inattendue des prix du pétrole, a déclaré le FMI.


"Les appels à des prêts garantis par l'État, qui ont été de plus en plus utilisés pour financer de grands projets d'infrastructure par des entités publiques, ou d'autres passifs éventuels pourraient également faire pression sur la dette publique", indique le
rapport.


Le FMI n'a pas expliqué le retard dans la publication de la revue.






Duke's Williamson nommé joueur de l'année Oscar Robertson

Duke's Williamson nommé joueur de l'année Oscar Robertsonhttp://www.via214.net/


Publié le 06/04/2019 à 06:09 La Rédaction Via214



MINNEAPOLIS - La recrue Duke Zion Williamson a remporté le trophée Oscar
Robertson, présenté au joueur de l'année 2018-19 US Basketball Writers Association.


Williamson est le huitième Blue Devil à remporter le trophée et le troisième
étudiant de première année (Anthony Davis du Kentucky, Kevin Durant) à remporter cet honneur.


Robertson a remis à Williamson le trophée de bronze, qui représente le
portrait de Robertson, vendredi au US Bank Stadium lors d'une conférence de presse avec Joe Mitch de l'USBWA. Williamson a également été présenté au joueur national de l'année dans une
autre cérémonie après avoir recueilli 59 des 64 votes possibles en première place.


"Il y a tellement d'autres grands joueurs à travers le pays qui auraient
pu remporter ce prix", a déclaré Williamson. "Ce prix, je le vois comme un prix d'équipe. Sans eux, je ne serais pas là. J'aimerais vraiment remercier ma mère de m'avoir poussée après chaque entraînement, chaque match."


Robertson a déclaré que le jeu de jambes de Williamson avait attiré son
attention en le regardant jouer cette saison.


Williamson, qui a également été sélectionné à l’unanimité au sein de
l’équipe All-America de basketball universitaire en 2019 mardi, a
obtenu en moyenne 22,6 points, 8,9 rebonds, 2,1 aides et 1,8 blocs
par match.


"En parlant à Sion à l'arrière, je l'ai félicité pour cette excellente année", a déclaré Robertson. "Mais ton
meilleur ballon de basket est devant toi. C'est excitant pour moi de m'asseoir à côté de toi. Tu es si humble à propos de ce prix et c'est génial. J'espère que tu vas dans la bonne équipe. Tu vas être une étoile formidable dans la NBA ".


Williamson est projeté comme le choix n ° 1 général dans le draft de la NBA
2019. Il a ris des suggestions qu'il ne jouerait pas pour certaines équipes de la NBA après qu'un rapport d'ESPN daté du 1er avril ait laissé entendre qu'il ne jouerait pas pour les Knicks.


Williamson a déclaré qu'il comptait profiter de l'université et discuterait
de sa prochaine étape avec sa famille.


Williamson est le septième joueur de Duke à remporter le titre de joueur de
l'année dans la catégorie AP. Il est le troisième étudiant de première année à réclamer le prix AP, Davis et Durant étant à nouveau les deux autres.

500 enseignants grévistes manifestent dans les rues de Toulouse

500
enseignants grévistes manifestent dans les rues de Toulousehttp://www.via214.net/


Publié le 05/04/2019 à 07:00 La Rédaction Via214




Dans
le cadre d'un appel à la grève national dans les écoles et les
lycées, près de 200 enseignants grévistes ont bloqué, tôt ce
jeudi matin, les entrées du rectorat de Toulouse. Ils étaient
ensuite un peu plus de 500 à défiler dans l'après-midi au
centre-ville. Le SNUipp-FSU, principal syndicat des professeurs
des écoles, annonce un taux de grévistes de 40% à Toulouse contre
14,47% au niveau national.



Un
peu plus de 500 enseignants grévistes ont défilé, ce jeudi
après-midi à Toulouse, contre le projet de loi de " l’école
de la confiance " et les réformes du ministre de l’Education
nationale Jean-Michel Blanquer. Le cortège est parti de la place
Arnaud-Bernard pour rejoindre le Monument aux morts, au rythme de
chants anti-Blanquer.



La
mobilisation à Toulouse est encore en deçà de la manifestation du samedi 30 mars,
 et le ministère de l’Education nationale a comptabilisé 9,09 %
de grévistes au niveau national : le mouvement semble plus suivi
dans le primaire (14,47 %) que dans le secondaire (4,14 %), mais
avec des disparités par académie. Selon le Snuipp-FSU, majoritaire
dans le premier degré et un des six syndicats enseignants qui a
appelé à cette nouvelle journée nationale de grève, le taux de
grévistes dans les écoles a atteint les 40 % à Toulouse.



La
secrétaire départementale adjointe du Snuipp-FSU 31 Alexia Seguin
assurait, ce jeudi matin, qu’une « soixantaine d’écoles sont
restées fermées en Haute-Garonne » qui compte 815 écoles
publiques.



Ce qui
coince dans le primaire



Si
les professeurs de lycée montent toujours au créneau contre la
réforme Blanquer, la plateforme internet post-bac Parcoursup, leurs
collègues du primaire objectent de plus en plus de « défiance »
à « l’école de la confiance » proposée par le ministre.
Point d’achoppement, la création d’établissements publics des
savoirs fondamentaux (EPSF) qui placeraient de fait les directions
des écoles sous l’autorité d’un principal de collège. Joël,
directeur d’une école maternelle à Toulouse, se dit « inquiet
à plusieurs titres ».



« Ce
sera la construction d’une usine à gaz, du CP jusqu’à la
troisième, pour les parents ce sera une complication supplémentaire.
Si on regroupe six écoles avec un collège, je doute qu’on gardera
tous les directeurs adjoints, deux tout au plus… et les autres ?
On a reçu une belle lettre du ministre nous disant qu’il faut
avoir confiance et que les directeurs sont un maillon essentiel dans
l’école, c’est bien, mais dans la loi, ce n’est pas ce qui est
écrit. Il semble faire machine arrière, mais l’idée c’est de
réduire les effectifs, mutualiser les effectifs des élèves pour
éviter les ouvertures de classes et créer un élément hiérarchique
à l’intérieur des écoles, ce qui n’existe pas actuellement. Si
on supprime des postes de direction, les collègues vont forcément
se retrouver devant une classe ».



Blocage
du rectorat de Toulouse



Avant
la manifestation toulousaine, à l'appel de plusieurs syndicats
enseignants (Snuipp-FSU, Snes-FSU, Sud, FO et CGT éduc'action), près
de 200 enseignants grévistes ont bloqué très tôt ce jeudi matin
les principales entrées du rectorat de Toulouse, rue Saint-Roch. Les
personnels, filtrés par les manifestants, ont toutefois pu entrer
dans le bâtiment dont certains accès étaient barrés par des
cagettes, des pneus et autres obstacles. Sur les grilles de l'entrée
principale, on peut lire plusieurs slogans anti-Blanquer sur des
banderoles.




Aux
alentours de 9 heures, les enseignants grévistes, ont simulé, en
guise d'animation, le gazage par les forces de l'ordre de certains de leurs collègues
,
le 19 mars dernier, qui s'étaient agrippés aux grilles du rectorat
et empêchaient la sortie d'un camion transportant les sujets
nationaux de l'agrégation. Anne Bisagni-Faure, la rectrice, avait
demandé l'intervention des policiers pour que le véhicule puisse
passer. Ce jour-là, plus d'une centaine de candidats partout en
France attendaient les sujets de l'agrégation, qui ont finalement
été distribués avec une heure de retard. Selon Alexia Seguin, "le
blocage du rectorat reste symbolique". Et d'ajouter :  



"Les
administratifs ont pu rentrer, mais pour nous le rectorat représente
la politique de M. Blanquer dans l'académie de Toulouse. On refuse
tout de la loi Blanquer qui va complètement dénaturer l'école
primaire, son fonctionnement. Ce qui crispe le plus, c'est le
regroupement écoles-collège. Sans compter le cadeau de 150 millions
d'euros fait au privé avec l'instruction obligatoire à 3 ans, au
dépens de l'école publique. Ce qui accentuera la concurrence entre
le privé et le public, c'est très problématique"


Des
"annonces en trompe l'oeil"



Sur
le fond, les enseignants grévistes, tentent de mobiliser au-delà
des principales revendications, pointant la "précarisation"
de leur métier. 



"Ce
qui nous inquiète beaucoup dans la loi Blanquer, c'est la
précarisation du service public. On supprime énormément de postes,
malgré les annonces en trompe-l'oeil du ministre, estime Louis,
professeur des écoles dans une classe dédoublée du réseau
d'éducation prioritaire (REP). Moi, j'ai un CP à douze élèves,
dont se vente M. Blanquer, mais c'est une réforme qui a été faite
avec les mêmes moyens qu'avant." 


Outre
la demande de retrait de Parcoursup, la plateforme internet
d'admission de l'enseignement supérieur, et de la réforme du lycée
qui entre en vigueur à la rentrée 2019, les enseignants du
secondaire poursuivent leurs actions (Nuit des lycées, grève des
notes, démissions de professeurs principaux). Quand leurs collègues
du premier degré, eux, craignent un glissement de l'article 1 de la
loi Blanquer qui impose aux "personnels une obligation
d'engagement et d'exemplarité qui porte atteinte aux libertés
individuelles, la liberté d'opinion et d'expression", estiment
les syndicats enseignants. 



"Blanquer
n'a pas reculé"



"La
loi Blanquer sur l'école de la confiance dit qu'il y aura des
directeurs d'école adjoints à un principal pour plusieurs écoles
liées à un même collège, dénonce Laure, professeur des écoles.
Il y aura toujours un directeur d'école, mais il sera l'adjoint d'un
principal, donc le ministre n'a pas vraiment reculé sur cette
question. Nous, on reste motivés, très déterminés. Aujourd'hui,
il y a un vrai ras-le-bol des enseignants par rapport à leurs
conditions de travail qui se sont dégradées depuis des années. ça
ne date pas d'aujourd'hui et de la loi sur l'école de la confiance.
Il y a un manque de moyens, manque de postes, on n'est plus remplacé
quand on est absent, les classes sont surchargées".




Risque d'embrasement en Libye, réunion d'urgence à l'ONU vendredi

Risque d'embrasement en Libye, réunion d'urgence à l'ONU vendredihttp://www.via214.net/


Publié le 05/04/2019 à 06:22 La
Rédaction Via214



CONFLIT Des forces de l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, sont à moins de 30 km de la capitale Tripoli



L’heure presse pour éviter le chaos. Des forces de l’homme fort de l’est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, s’approchent de la capitale Tripoli, siège du gouvernement d’union
nationale (GNA), suscitant de fortes craintes d’un embrasement militaire dans ce pays divisé, huit ans après la chute de Kadhafi. Selon des diplomates, le Conseil de sécurité de l’ONU devrait se
réunir en urgence vendredi, à la demande du Royaume-Uni.


Deux autorités se disputent depuis des années le pouvoir dans ce pays en
proie au chaos : à l’ouest, le GNA dirigé par Fayez al-Sarraj, établi fin 2015 par un accord parrainé par l’ONU et
basé à Tripoli à l’est, une autorité rivale contrôlée par l’Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée par le
maréchal Khalifa Haftar. Jeudi soir, des forces de l’ANL ont pris position sur un barrage de sécurité à 27 km à l’entrée
ouest de la capitale libyenne Tripoli, selon un journaliste de l’AFP. Au moins une quinzaine de pick-ups armés de canons anti-aériens et des dizaines d’hommes en uniformes militaires ont pris position à ce point de contrôle connu sous le nom de " pont 27 ".


Le maréchal Haftar ordonne à ses forces " d’avancer " vers Tripoli


Plus tôt, le maréchal Khalifa avait ordonné à ses forces d'" avancer " en direction de Tripoli. " L’heure a sonné ", a déclaré le maréchal, ordonnant aux troupes qui lui sont loyales
" d’avancer " sur Tripoli dans un message sonore, promettant d’épargner les civils, les " institutions de
l’Etat " et les ressortissants étrangers.


Du côté du GNA, le Premier ministre Fayez al-Sarraj a donné mercredi
soir l’ordre à ses troupes de se tenir prêtes pour " faire face à toute menace ". De puissants groupes armés de la ville de Misrata (ouest), loyaux au GNA, se sont dits jeudi " prêts (…) à stopper l’avancée maudite " des pro-Haftar,
demandant à Sarraj de donner ses " ordres sans délai ". Jeudi soir, la Force de protection de Tripoli, une coalition de milices tripolitaines pro-GNA, a annoncé de son côté sur sa page
Facebook le lancement d’une opération anti-Haftar.


Réunion d’urgence


Dans un communiqué commun, Washington, Paris, Londres, Rome et Abou Dhabi ont appelé jeudi " toutes les parties " libyennes à faire baisser " immédiatement les tensions ". Le Conseil
de sécurité de l’ONU doit se réunir en urgence vendredi soir à la demande du Royaume-Uni, pour discuter de la situation libyenne, ont indiqué des diplomates.


Cette montée des tensions a coïncidé jeudi avec le deuxième jour de la
visite dans le pays du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. Au cours d’une conférence de presse à Tripoli, il a adressé un " appel ferme " pour " l’arrêt de tous les mouvements militaires, (…) à la retenue, au calme et à la désescalade, à la fois militaire et politique ". " Il n’existe pas de solution militaire en Libye. La solution doit être politique ", a-t-il répété.





Ford : des détails sur le futur SUV électrique inspiré de la Mustang

Ford : des détails sur le futur SUV électrique inspiré de la Mustanghttp://www.via214.net/


Publié le 04/04/2019 à 07:56 La Rédaction Via214



Décidément, Ford est très actif depuis la grande présentation européenne
organisée à Amsterdam. la marque américaine en a en effet profité
pour donner quelques informations sur le futur SUV électrique inspiré de la Mustang. Il aura droit à 600 km d'autonomie.


Ford met le paquet sur les SUV. Petits, gros, électriques ou hybrides, le constructeur à l'ovale bleu fait feu de tout bois dans le domaine de la voiture surélevée, mais il en reste encore à découvrir. Le Puma, pour commencer, mais aussi le SUV électrique inspiré de la Mustang et qui devait, fut un temps, prendre le nom de Mach 1, avant que Ford n'abandonne
ce patronyme.


Ce n'est pas la première voiture électrique de Ford qui proposait déjà
l'ancienne Focus avec des batteries, mais ça sera bien la première d'une toute nouvelle génération. Le constructeur a d'ailleurs profité de l'évènement Hier à Amsterdam pour
confirmer l'autonomie du SUV sur une charge, qui sera d'environ 600 km.


Une telle portée indique des batteries plus que conséquentes,
certainement proches des 100 kWh. Forcément, avec un tel pack de batteries, le prix devrait être plutôt salé, mais Ford vise de toute façon une concurrence plutôt "premium" avec
le Tesla Model Y. Pour découvrir ce SUV électrique tiré de la Mustang, il faudra
patienter jusqu'en 2020.





Britney Spears internée en hôpital psychiatrique

Britney Spears internée en hôpital psychiatriquehttp://www.via214.net/


Publié le 04/04/2019 à 07:30 La Rédaction Via214



La célèbre chanteuse, qui souffre de "détresse émotionnelle", a été internée dans un hôpital psychiatrique la semaine dernière, selon les informations de TMZ.


Britney Spears a été admise en hôpital psychiatrique la semaine dernière, selon une information de TMZ, confirmée par Variety. La star de la pop souffrirait notamment de "détresse
émotionnelle".

Selon les médias américains, la chanteuse suivra un traitement et restera internée pendant au moins un mois. Cette internement serait notamment liée à la santé
fragile de son père, Jamie, hospitalisé à plusieurs reprises ces derniers mois. De quoi provoquer une vive angoisse chez sa fille qui avait stoppé sa tournée en janvier pour être à ses côtés.


Comme le précise le très informé TMZ, Jamie est en effet responsable des affaires et des biens de sa fille depuis 2008, date à laquelle elle confiait souffrir d'un syndrome maniaco-dépressif.


Ce n'est pas la première fois que la chanteuse est hospitalisée en
institutions psychiatriques. Elle avait ensuite fait plusieurs séjours dans ces hôpitaux après 2007, lorsqu’elle avait la une des média people en se rasant la tête et en prenant à partie un
paparazzi.

Macron dans le coeur de la technologie cyberdéfense

Macron dans le coeur de la technologie cyberdéfensehttp://www.via214.net/


Publié le 04/04/2019 à 06:59 La Rédaction Via214



BRUZ, Ille-et-Vilaine (Reuters) - Emmanuel Macron s'est rendu ce mercredi à Bruz (Ille-et-Vilaine), coeur de la technologie cyberdéfense française, pour faire le point sur ce domaine stratégique face à des attaques toujours plus complexes et plus nombreuses.


Après avoir assisté aux assises des maires de Bretagne à Saint-Brieuc
dans le cadre du "grand débat national", le chef de l'Etat et chef des armées a passé une heure et demie sur ce site
stratégique et hautement sécurisé de la direction générale de l'armement (DGA), à une quinzaine de kilomètres de Rennes.


Au programme de cette visite, une démonstration sur la lutte informatique offensive - qui se tiendra à huis clos compte tenu de la sensibilité du sujet - et une démonstration des apports de
l'intelligence artificielle.


"Le spectre des compétences est très large, en amont pour identifier la
menace comme en aval en intervenant au profit des forces françaises", a souligné Marie-Noëlle Sclafer, directrice du centre d'expertise et d'essais DGA.


Composé de 18 experts et en pleine montée en puissance, le département
intelligence artificielle (IA) joue un rôle stratégique tant sur le plan défensif qu'offensif face à des "menaces qui augmentent et se complexifient dans leur mode d'attaque".


"On a besoin d'être à la pointe et on a détecté que l'intelligence
artificielle pouvait être une technologie de rupture pour le
domaine, on pressent qu'on peut faciliter la mise en place de certaines attaques, voire qu'on peut le rendre beaucoup plus puissantes", a précisé Benoît, expert cyber à la DGA.


Au total, quelque 1.500 personnes travaillent sur le site de Bruz, qui a
fêté ses 50 ans l'an dernier - des effectifs en augmentation de 30% depuis 2012 et qui devraient encore être renforcés, selon l'Elysée, à hauteur d'une centaine de recrutements dans le cadre de la mise en oeuvre de la LPM.


Adoptée en juin 2018, la LPM 2019-2025 consacre 1,6 milliard d'euros à la
lutte dans l'espace numérique et prévoit 1.000 postes supplémentaires dans ce domaine pour porter à 4.000 le nombre de
"cyber-combattants" contre 3.000 aujourd'hui.


L'enjeu est de taille, souligne-t-on à l'Elysée, où l'on rappelle que les
armées françaises ont été l'objet de quelque 700 incidents de sécurité en 2018, dont une attaque informatique imputée à "Turla", un programme malveillant soupçonné d'être développé par une agence gouvernementale russe.

En France, les investisseurs étrangers ont créé moins d'emplois en 2018

En France, les investisseurs étrangers ont créé moins d'emplois en
2018http://www.via214.net/


Publié le 04/04/2019 à 06:23 La Rédaction Via214



Le nombre d'emplois créés ou maintenus par les investissements
étrangers en France a reculé de 10% entre 2017 à 2018 pour tomber à 30.302, soit légèrement plus que la moyenne depuis 10 ans, a annoncé mercredi Business France.


Dans neuf cas sur dix, il s'agit de créations nettes, que ce soit par de
nouvelles implantations ou des extensions de sites existants.


"On avait eu une année exceptionnelle en 2017 avec l'effet de l'élection
du président de la république" qui avait dégelé des projets dans les cartons et créé un nouvel élan, a expliqué à l'AFP
Christophe Lecourtier, le directeur général de cette agence chargée d'attirer les investisseurs étrangers.


L'an dernier, le "climat international n'était pas tellement
porteur", dit-il, citant le ralentissement en Allemagne, les
tensions commerciales sino-américaines ou l'arrivée d'un gouvernement populiste Italie.


Au total 1.323 décisions d'investissement ont été prises l'an
dernier, un nombre en légère hausse sur 2017, dont 30% provenant d'entreprises qui n'étaient pas encore présentes dans l'hexagone.


Les Etats-Unis sont restés pour la deuxième année consécutive le premier investisseur avec 232 projets qui ont permis la création ou le maintien de 6.274 emplois, alors que plus de 4.500 sociétés contrôlées par un investisseur américain emploient au total 450.000 personnes en France.


En deuxième position arrive l'Allemagne avec 180 projets recensés l'an dernier pour 3.618 emplois, sur un stock total de 4.600 entreprises
employant plus de 310.000 salariés. En outre, "la France se maintient comme le premier pays d'accueil des investissements créateurs d'emploi en provenance d'Allemagne".


- Impact du Brexit -


Grâce aux relocalisations sur le continent européen d'activités de la
City de Londres, le Royaume-Uni s'est hissé l'an dernier à la troisième place avec 118 projets, en hausse de 33%, avec 2.448 emplois créés ou maintenus.


"Dans le secteur financier, 40% de l'investissement vient du Royaume-Uni",
relève M. Lecourtier, qui y voit "un impact très clair du Brexit".


Quelque 3.000 entreprises britanniques emploient au total 170.000 personnes en France.


Avec plus de 18.000 postes, le premier employeur d'outre-Manche est le
groupe Kingfisher (LON: KGF), propriétaire des enseignes Castorama et Brico Dépôt, dont 11 magasins doivent prochainement fermer dans l'hexagone.


Les investissements chinois sont pour leur part "orientés à la baisse pour la deuxième année consécutive" suite aux
contrôles sur les sorties de capitaux mis en place par Pékin, constate encore Christophe Lecourtier.


Business France ne donne pas de chiffre total sur l'emploi dépendant des
investissements étrangers en France.


L'agence met toutefois en avant l'importance des multinationales étrangères dans la recherche-développement, activité où elles emploient près de 37.000 personnes, soit 22% des chercheurs présents dans les
entreprises en France.


Par régions, c'est le Grand Est qui a, relativement à la taille de son
bassin d'emplois, le plus bénéficié des investissements étrangers, avec près de 5.300 postes créés ou maintenus, représentant 2,5 emplois sur 1.000. L'Ile-de-France a enregistré près de 6.800 postes, mais ceux-ci ne pèsent que 1,1 pour 1.000.


"Le niveau de richesse produit par habitant est un déterminant essentiel
du choix de localisation des investissements étrangers", relève
Business France dans son rapport.


En 2018, ces investissements "sont moins concentrés qu'il y a quatre ans en Ile-de-France", relève M. Lecourtier qui ajoute les grandes métropoles comme Bordeaux, Toulouse, Lyon et à moindre
degré Nantes, Strasbourg et Lille sont les premières bénéficiaires d'un mouvement de déconcentration qui tarde encore à gagner les villes moyennes.





Les contrats à terme sur Pétrole Brut ont reculé durant la séance en Asie

Les contrats à terme sur Pétrole Brut ont reculé durant la séance en
Asiehttp://www.via214.net/



Publié le 04/04/2019 à 06:00 La Rédaction Via214



Investing.com - Les contrats à terme sur le Pétrole Brut ont reculé durant la séance en Asie ce Jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange, Les contrats à terme sur le Pétrole Brut pour livraison en Mai s'échangeaient à 62,34 dollars le baril au moment
de la rédaction de l'article, en baisse de 0,19%.

Plus tôt, le baril s'échangeait lors d'une session baissière à dollars. Le pétrole Brut était susceptible de trouver un
support à 59,41 dollars et une résistance à 62,98 dollars.

L'Futures indice du dollar US, qui suit les performances du billet vert face à six autres principales devises, a
progressé de 0,00% pour s'échanger à 96,660 dollars.

Ailleurs
sur l'ICE, Le pétrole Brent pour livraison en Juin a reculé de 0,06% et s'échangeait à 69,27 dollars le baril tandis que l'écart entre la valeur des contrats sur Le pétrole Brent et Le pétrole Brut s'établit à 6,93 dollars le
baril.






Etats-Unis: Donald Trump affirme de nouveau que son père est né en Allemagne

Etats-Unis: Donald Trump affirme de nouveau que son père est né en Allemagnehttp://www.via214.net/


Publié le 03/04/2019 à 15:38 La Rédaction Via214



FAKE NEWS Fred Trump est en réalité né à New York, son propre père Friedrich ayant émigré aux Etats-Unis en 1892



Il est beaucoup question des racines dans l’Aile Ouest de la Maison Blanche. Donald Trump, lors d’un discours prononcé mardi à l’occasion des 70 ans de l’Otan, a de nouveau affirmé que son père était né en Allemagne, alors que le géniteur du milliardaire aurait vu le jour… à New York,  rapporte le Washington Post.




Tommy MMXIXtopher


@tommyxtopher


Trump just said "my father is German, was German. Born in a very wonderful place in Germany." Fred Trump was born in New York.


58.4k


20:49 - 2 avr. 2019


" Mon père est allemand… était allemand. Né dans un endroit merveilleux en Allemagne, alors j’ai une grande affection pour l’Allemagne ", a ainsi déclaré le locataire de la Maison
Blanche. Mais Fred Trump, le père de Donald, est en réalité né à
New York, souligne le Post,
selon lequel le président a fait cette fausse affirmation au moins trois fois.


Son arrière-grand-père expulsé d’Allemagne


C’est son grand-père Friedrich Trump qui est né en Allemagne, avant d’émigrer aux Etats-Unis en 1885, précise le journal. Il aurait acquis la citoyenneté américaine fin octobre 1892, juste à
temps pour voter à l’élection présidentielle de la même année,
qui a porté au pouvoir le démocrate Grover Cleveland pour la seconde fois. Plus tard, en 1905, Friedrich Trump aurait été expulsé d’Allemagne au motif qu’il n’avait pas accompli son
service militaire, selon l'agence Associated Press.


Peut-être Donald Trump voulait-il afficher sa solidarité avec ses partenaires du Traité de l’Atlantique nord ? Le président américain, d’habitude très critique à l’égard de l’Otan, s’est félicité mardi de la hausse des dépenses militaires des
pays membres de l’Alliance. " Des progrès formidables ont été réalisés et l’Otan est beaucoup plus forte ", a-t-il
lancé. " Depuis ma prise de fonctions, c’est une montée en flèche ", " les gens payent et je suis très heureux ", a ajouté Donald Trump en recevant le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, dans le Bureau ovale.






États-Unis : le ministère de l’Agriculture annonce la fermeture de "l’abattoir à chatons"

États-Unis : le ministère de l’Agriculture annonce la fermeture de "l’abattoir à chatons"http://www.via214.net/


Publié le 03/04/2019 à 15:02 La Rédaction Via214



Sous la pression, le ministère de l’Agriculture a annoncé mardi
avoir mis fin à l’utilisation de chats—et de chatons— par son Service de recherche agricole, à Beltsville, en banlieue de Washington. La mission scientifique, a argué le département, a été accomplie.


Pendant 36 ans, dans un laboratoire public près de Washington, plus de 3 000
chatons et chats ont vécu dans un seul but :servir d’hôtes au parasite de la toxoplasmose, avant d’être euthanasiés, incinérés et oubliés. Le programme n’était pas strictement secret, mais ce n’est qu’en mai 2018
qu’une association l’a révélé au grand public, alertant des élus du Congrès horrifiés et décidés à interdire la pratique.


Nourris à la viande contaminée


Pendant les trois premières décennies, à Beltsville, les scientifiques ont fait manger à des générations de chats et chatons de la viande potentiellement contaminée par des parasites de la toxoplasmose, en guise de test sanitaire.



White Coat Waste Project@WhiteCoatWaste



VICTORY



After an intensive year-long campaign, we just got the @USDA to stop all cat kitten testing adopt out the survivors




Read bout how we scored this historic win


blog.whitecoatwaste.org/2019/04/02/vic...


123


12:45 AM - Apr 3. 2019


40 millions d’Américains sont sans doute infectés par le parasite,
sans symptôme. Mais l’infection peut être très dangereuse pour les femmes enceintes et le fœtus. Le meilleur moyen de l’éviter est de bien cuire la viande et de se laver les mains après avoir
jardiné ou nettoyé la litière du chat.


Ces parasites ne peuvent accomplir l’ensemble de leur cycle de vie que
chez les chats, d’où l’intérêt des chercheurs. Après les avoir nourris de viande contaminée, ils récupéraient leurs déjections pour confirmer la présence de toxoplasmose.


Poussés à l’anthropophagie


Ces dernières années, ils ne se servaient plus des chats pour tester la
viande, mais seulement pour cultiver les parasites et faire des expériences. Au bout de trois semaines, les chats
étaient euthanasiés, même s’ils étaient devenus immunisés,
en bonne santé et adoptables (le ministère argue qu’ils n’étaient
pas adoptables, mais d’autres experts affirment l’inverse).


D’autres chats se voyaient inoculés avec diverses doses du parasite et
mouraient à cause de l’infection.


En mars, un autre rapport de l’association White Coat Waste Project a
fait l’effet d’une bombe : pendant une décennie, jusqu’à 2015, le service a acheté des centaines de chats et de chiens morts en Chine, au Vietnam, en Éthiopie, en Colombie et d’autres pays…
afin de nourrir leurs chats et d’autres animaux de ces viandes
du "cannibalisme", selon l’association.



Dareh Gregorian@darehgregorian


Fini les "abattoirs de chaton": le gouvernement arrête des expériences
mortelles sur des chats nbcnews.com/politics/polit... via @nbcnews


552


17h14 - 2 avril 2019






Paris: Deux hommes qui projetaient d’attaquer une école ou un policier ont été mis en examen

Paris: Deux hommes qui projetaient d’attaquer une école ou un policier
ont été mis en examenhttp://www.via214.net/


Publié le 03/04/2019 à 14:29 La Rédaction Via214



TERRORISME Deux individus ont été mis en examen et placés en détention
provisoire à Paris pour avoir projeté d’attaquer une école ou un policier.



Deux hommes soupçonnés d’avoir projeté l’attaque d’une école à Paris ou d’un policier, ont été interpellés en Seine-et-Marne et à Paris le 25 mars selon des sources concordantes,
confirmant une information de BFMTV.


Ils ont été mis en examen par un juge antiterroriste et placés en détention provisoire vendredi dernier pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a indiqué le parquet de
Paris.


Les deux hommes connus des services de police


Le principal suspect présente " une très forte instabilité psychiatrique ", selon une source proche de l’enquête. Selon BFMTV, il se revendiquerait comme " le fils spirituel " de Mohamed Merad, le tueur de Toulouse et Montauban.


La chaîne assure que l’homme de 31 ans était connu des services du
renseignement territorial pour sa radicalisation depuis fin 2017. La
Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) aurait été informée qu’il cherchait à se procurer des armes.


Le deuxième suspect serait un ami d’enfance du premier. En août 2018,
il aurait été interpellé par les douaniers alors qu’il cherchait
à importer des armes.





Nicole Dassault, la veuve de Serge Dassault, est morte à l'âge de 88 ans

Nicole Dassault, la veuve de Serge Dassault, est morte à l'âge de 88 anshttp://www.via214.net/


Publié le 03/04/2019 à 13:55 La Rédaction Via214



Nicole Dassault, épouse de Serge Dassault, est morte à l'âge de 88 ans
comme nous l'apprend Le Figaro, le mardi 2 avril.



Nicole Dassault, épouse de Serge Dassault, est morte à l'âge de 88 ans comme nous l'apprend Le Figaro, le mardi 2 avril.


Près d'un an après la mort de Serge Dassault, célèbre businessman français décédé en mai 2018, c'est son épouse, Nicole, qui s'est éteinte, à l'âge de 88 ans à son domicile parisien du boulevard Suchet, selon les informations du Figaro, groupe qui appartient à la famille Dassault et qui nous apprend sa mort le 2 avril. Nicole Dassault n'avait plus été vue publiquement depuis décembre 2015, à l'occasion du 15e anniversaire de la Fondation SOS Jeunes Talents, au côté de son mari.


Le Figaro nous apprend que Nicole Dassault était passionné par le
sport, "apprenait un poème par jour, aimait la musique, la culture, l'art, la politique, les enfants, les amis et les autres". Elle était la mère
de quatre enfants
: Olivier, député de l'Oise, Laurent, qui travaille dans le groupe familial, Thierry, spécialisé dans l'intelligence économique et
Marie-Hélène, responsable du mécénat. Elle avait également treize petits-enfantsetcinq arrière-petits-enfants.


Fille de marchands de bien alsacien, Nicole Dassault avait rencontré son
futur mari lors d'une fête organisée à Sciences Po, dans les années 1940. Ils se fiancent le 3 avril 1950et
se marient trois mois plus tard. La femme de Serge Dassault était très
impliquée auprès de différentes associations
, notamment dans la lutte contre le cancer ou la maladie d'Alzheimer.

Algérie : le président Abdelaziz Bouteflika a officiellement remis sa démission

Algérie : le président Abdelaziz Bouteflika a officiellement remis sa
démissionhttp://www.via214.net/


Publié le 03/04/2019 à 08:01 La Rédaction Via214



Le chef de l'Etat algérien a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel sa décision de mettre fin à son mandat, a appris l'agence de presse algérienne auprès de la présidence de la République.



CE QU'IL FAUT SAVOIR


Il n'a pas attendu le 28 avril. Le
président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika, a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel sa décision de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République, a appris l'agence de presse algérienne auprès de la présidence de la République.


"Cette décision que je prends en mon âme et conscience est destinée à
contribuer à l'apaisement des coeurs et des esprits de mes compatriotes, pour leur permettre de projeter ensemble l'Algérie vers l'avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement"
,
écrit le président démissionnaire."Cette décision procède de mon souci d'éviter que les excès verbaux qui
marquent malencontreusement l'actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l'Etat
".


Un peu plus tôt dans la soirée, l'armée avait réclamé un départ "immédiat"du président en début de soirée. Dans un communiqué publié un peu avant 20 heures mardi, le chef d'état-major et vice-ministre
de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah, avait estimé qu'"il
n'y a plus lieu de perdre davantage de temps et qu'il faut appliquer
immédiatement la solution constitutionnelle proposée"
.


Toujours pas de date pour la présidentielle


Initialement prévue le 18 avril, l'élection d'un nouveau chef de l'Etat a été reportée "pour apaiser les appréhensions qui ont été manifestées", avait fait valoir Abdelaziz Bouteflika dans un message adressé à la
nation le 11 mars. Aucune date n'a pour le moment été choisie. Elle doit être organisée dans la période de 90 jours d'intérim.


C'est le président du Conseil de la nation – poste actuellement occupé
par Abdelkader Bensalah, 77 ans – qui doit assurer l'intérim durant une période de 90 jours maximum après la démission du président. Si"pour
quelque cause que ce soit"
,
la présidence du Conseil de la nation est "vacante",
c'est le président du Conseil constitutionnel – actuellement Tayeb Belaiz, 70 ans – qui assume la charge du chef de l'Etat, pour la même période de 90 jours.


Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a démissionné. Le chef de l'Etat algérien a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel sa décision de mettre fin à son mandat.
Des rassemblements ont eu lieu dans la foulée à Alger.


La France est confiante dans la poursuite d'une "transition démocratique" en Algérie, annonce le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.


"Le système va essayer par tous les moyens de créer des diversions,
mais le peuple est conscient de ces manœuvres-là (...) c'est la première fois de son histoire que le peuple tient le régime à la gorge. Il ne va pas le lâcher".



"J'étais convaincu qu'il n'y aurait pas de 5e mandat", a réagi l'écrivain algérien, Yasmina Khadra, après l'annonce de la démission du président algérien.


Des premiers cris de joie à Alger, après la démission d'Abdelaziz
Bouteflika.




Un concert de klaxons a accueilli la nouvelle de la démission de d'Abdelaziz Bouteflika à Alger, et des Algérois ont commencé à se rassembler sur le parvis de la Grande poste, épicentre de la
contestation, en plein centre de la capitale.


Le gouvernement ne peut être ni démis ni remanié avant l'élection d'un nouveau président de la République. Si le Premier ministre est candidat à la présidentielle, il est automatiquement démissionnaire et remplacé par un membre du gouvernement désigné par le chef de
l'Etat par intérim.




Une élection présidentielle doit être organisée au cours de cette période de 90 jours, selon la Constitution. Le chef de l'Etat par intérim ne peut être candidat à cette élection.


Que va-t-il se passer maintenant ? A la démission du chef de l'Etat, le
Conseil constitutionnel se réunit "de plein droit", c'est-à-dire de sa propre initiative. Il constate alors, à la majorité de ses membres,"la vacance définitive de la présidence". Il communique "immédiatement l'acte de vacance définitive" au Parlement, dont les deux Chambres, l'Assemblée populaire nationale et le Conseil de la Nation, se réunissent de "plein droit".


Quelques heures avant l'annonce de la démission d'Abdelaziz Bouteflika, le
chef d'état-major des forces armées, le général Ahmed Gaed Salah, avait demandé que le président de la République soit, sans attendre, déclaré inapte à diriger le pays.


Âgé de 82 ans, de santé fragile depuis son AVC en 2013, Abdelaziz
Bouteflika était à la tête du pays depuis vingt ans. Sous la pression de la rue, il avait renoncé en mars à briguer un cinquième mandat et avait annoncé le report sine die de l'élection présidentielle normalement prévue ce mois-ci.


"Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel, sa décision
de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République"
,
a appris l’Agence de presse officielle auprès de la présidence de la République.


20h55Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika,a démissionné.


L'armée algérienne considère comme non authentique le communiqué de la
présidence ayant annoncé, lundi, la démission du président Abdelaziz Bouteflika avant la fin de son mandat, le 28 avril. L'armée estime que ce communiqué n'émane pas du chef de l'Etat
mais"d'entités non constitutionnelles et non habilitées", non nommément citées.

États-Unis: Les marchés actions finissent en ordre dispersé; l'indice Dow Jones Industrial Average r

États-Unis: Les marchés actions finissent en ordre dispersé; l'indice Dow Jones Industrial Average recule de 0,30%http://www.via214.net/


Publié le 03/04/2019 à 07:10 La Rédaction Via214



Investing.com – États-Unis: Les marchés actions ont terminé la séance en
ordre dispersé ce mardi; la progression des secteurs Technologie, Matériaux de base, et Finance a contribué à cette hausse alors que le repli des
secteurs Télécom, Pétrole et gaz, et Biens de consommation ont eu, sur les cours, un effet baisse.


En clôture à NYSE, l'indice Dow Jones Industrial Average a lâché 0,30%, alors que l'indice S&P 500 s'est inscrit en hausse de 0,00%, et l'indice NASDAQ Composite s'est octroyé 0,25%.


La meilleure performance de la séance pour l'indice Dow Jones Industrial Average est à mettre au crédit du titre Apple Inc (NASDAQ:AAPL) en hausse de 1,45% soit 2,78 points pour un cours de clôture de 194,02. En seconde position, on retrouve Cisco Systems Inc (NASDAQ:CSCO) qui gagne 0,56% soit 0,31 points pour une clôture à 55,29. Le titre JPMorgan Chase & Co (NYSE:JPM)
vient compléter ce trio de tête avec une progression de 0,48% soit 0,50 points pour une fin de séance à 105,14.


Walgreens Boots Alliance Inc (NASDAQ:WBA) signe la pire performance de la séance, en perdant 12,81% soit 8,13 points pour un cours de clôture de 55,36. Nike Inc (NYSE:NKE) abandonne 1,01% soit 0,86 points et termine à 84,37. Pour sa part, United Technologies Corporation (NYSE:UTX) lâche 0,97% soit 1,29 points pour un cours de clôture de 131,90.


Les meilleures performances de l'indice S&P 500 reviennent à Delta
Air Lines Inc (NYSE:DAL) qui s'adjuge 6,04% pour un cours de 55,33, Wynn Resorts Limited (NASDAQ:WYNN)
en hausse de 4,40% à 135,03 et Facebook
Inc (NASDAQ:FB) qui gagne 3,26% pour un cours de clôture à 174,20.


Les valeurs les moins performantes sont Walgreens Boots Alliance Inc
(NASDAQ:WBA) en repli de 12,81% à 55,36 en clôture, AmerisourceBergen (NYSE:ABC)
qui perd 5,82% à 74,49 et Cardinal
Health Inc (NYSE:CAH), en baisse de 3,99% à 47,16 en clôture.


Les meilleures performances de l'indice NASDAQ Composite reviennent
à AVEO Pharmaceuticals Inc (NASDAQ:AVEO)
qui s'adjuge 42,34% pour un cours de 1,5800,EDAP TMS SA (NASDAQ:EDAP) en hausse de 42,14% à 4,250 et Sangamo Therapeutics Inc(NASDAQ:SGMO)
qui gagne 28,96% pour un cours de clôture à 12,29.


Les valeurs les moins performantes sont Energy Focu (NASDAQ:EFOI) en repli de 55,65% à 0,51 en clôture, Evoke Pharma Inc (NASDAQ:EVOK) qui perd 47,06% à 0,90 et Five Star Quality Care Inc (NASDAQ:FVE), en baisse de 37,98% à 0,599 en clôture.


Les titres en baisse ont dépassé en nombre les titres en hausse à la
Bourse de New York par 1635 valeurs à 1347 et 114 stables; sur le NASDAQ, 1337 valeurs ont enregistré une hausse et 1298 ont enregistré une baisse, 86 sont demeurées inchangées.


Les titres Walgreens Boots Alliance Inc (NASDAQ:WBA) ont reculé et atteint un plus bas , après avoir abandonné 12,81% soit 8,13 points pour un cours de 55,36. Les titres Walgreens Boots
Alliance Inc (NASDAQ:WBA) ont reculé et atteint un plus bas, après avoir abandonné 12,81% soit 8,13 points pour un cours de 55,36. Les titres Cisco Systems Inc (NASDAQ:CSCO) ont progressé et atteint un plus haut, après s'être octroyé 0,56% soit 0,31 points pour un cours de 55,29. Les titres Energy Focu
(NASDAQ:EFOI) ont reculé et atteint un plus bas historique, après avoir abandonné 55,65% soit 0,64 points pour un cours de 0,51. Les titres EDAP TMS SA
(NASDAQ:EDAP) ont progressé et atteint un plus haut de 52 semaines, après avoir
pris 42,14% soit 1,260 points pour un cours de 4,250. Les titres Evoke Pharma Inc (NASDAQ:EVOK) ont reculé et atteint un plus bas historique, après avoir abandonné 47,06% soit 0,80 points pour un cours de 0,90.


L'indice CBOE Volatility Index, qui mesure la volatilité implicite des options de l'indice S&P 500, a perdu 0,30% atteignant les 13.36.


D'autre part, l'or pour livraison en juin a gagné 0,20% soit 2,60 points, à
$1.296,80 l'once troy. Concernant les autres matières premières, le pétrole brut pour livraison en mai a progressé de 1,57% soit 0,97 points pour un cours de $62,56 le baril, alors que le Brent pour livraison en juin a gagné 0,12% soit 0,08 points pour un cours de
$69,55 le baril.


La paire EUR/USD a enregistré une hausse de 0,01% à 1,1203, alors que
la paire USD/JPY a pris 0,03% à 111,34.


L'US Dollar Index a gagné 0,05% à 96,852.








Trump prêt à fermer la frontière avec le Mexique malgré le risque économique

Trump prêt à fermer la frontière avec le Mexique malgré le risque
économiquehttp://www.via214.net/


Publié le 03/04/219 à 06:23 La Rédaction Via214



Tout à sa lutte contre l'immigration illégale, Donald Trump a réitéré
mardi sa menace de fermer dans les prochains jours "de grandes portions" de la frontière avec le Mexique malgré l'impact potentiellement catastrophique pour l'économie des Etats-Unis.


Le président américain a appelé le Mexique à interpeller les migrants originaires d'Amérique centrale qui transitent sur son sol et le Congrès à muscler les lois migratoires des Etats-Unis, faute de quoi a-t-il dit, "la frontière sera fermée, c'est sûr à
100%".


La fermeture portera peut-être uniquement sur "de grandes portions
de la frontière" et pas sur les 3.200 kilomètres qui séparent les Etats-Unis du Mexique, a-t-il précisé, promettant une annonce "dans les prochains jours".


Vendredi, il doit se rendre à la frontière au niveau de Calexico, en
Californie.


Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a immédiatement exprimé son désaccord avec le président. "Fermer la frontière pourrait avoir un impact économique catastrophique sur notre pays et j'espère que nous n'allons pas le faire", a-t-il dit à des journalistes.


Donald Trump, qui s'exprimait en marge d'une rencontre avec le secrétaire
général de l'Otan Jens Stoltenberg, a balayé cet argument.


"C'est sûr que cela aura un impact sur l'économie", a-t-il reconnu. Le Mexique "est un gros partenaire commercial" avec lequel "nous venons de signer l'un des plus importants accords
commerciaux au monde", a-t-il souligné en référence au nouvel "Accord Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC)" qui remplace l'Aléna.


Mais "la sécurité est plus importante que le commerce", a-t-il assuré, en accusant à nouveau la frontière d'être poreuse pour les trafiquants de drogue.


- "Calamité" -


Au même moment, son conseiller économique Larry Kudlow expliquait sur
CNBC que la Maison Blanche envisageait plusieurs "options" pour minimiser "les dégâts pour l'économie" américaine.


"On pourrait garder les lignes de fret ouvertes pour les camions" afin d'empêcher des ruptures des chaînes d'approvisionnement, a-t-il notamment évoqué.


Cela pourrait être "plus difficile" pour les travailleurs frontaliers ou les touristes, a-t-il toutefois reconnu.


Le Mexique est le deuxième partenaire commercial des Etats-Unis, les échanges entre les deux pays s'étant élevés à 612 milliards de dollars en 2018.


La balance commerciale est déficitaire pour les Etats-Unis qui
importent notamment du Mexique des pièces détachées essentielles pour l'industrie automobile ou des produits agricoles nécessaires à l'industrie alimentaire.


"Nous partageons l'inquiétude du gouvernement sur l'arrivée massive de
migrants (...) mais nous nous opposons à la fermeture de la frontière avec le Mexique", a réagi Neil Bradley l'un des
responsables de la Chambre américaine du commerce, en rappelant que 1,7 milliard de marchandises et près d'un demi-million de personnes traversent la frontière chaque jour.


D'après son organisation, fermer la frontière avec le Mexique serait "une
calamité" pour les Etats-Unis et mettrait immédiatement en danger cinq millions d'emplois.


- "Seul moyen" -


Donald Trump a fait de la lutte contre l'immigration illégale une de ses
priorités, mais est confronté à une hausse des arrivées de migrants en provenance essentiellement du Honduras, du Guatemala ou du Salvador estimés à environ 100.000 par mois.


Or, contrairement aux flux de Mexicains célibataires, faciles à
expulser, ces migrants, souvent en famille, déposent des demandes d'asile et peuvent se maintenir sur le sol américain.


Face à cette "crise migratoire", Donald Trump a régulièrement menacé de fermer la frontière sud. Vendredi, il s'était dit prêt à le faire dans le courant de cette semaine si le Mexique
n'intervenait pas pour endiguer ces flux.


Depuis, a-t-il assuré, les autorités mexicaines ont procédé à "des milliers" d'interpellations. "On va voir s'ils vont continuer", a lancé Donald Trump mardi, en se disant "totalement prêt", sinon, à verrouiller la frontière.
"C'est le seul moyen d'obtenir une réponse", a-t-il estimé.


Le milliardaire républicain a également défendu sa décision de
couper des subventions destinées aux trois pays d'origine des flux
migratoires. "Ils ne font rien pour nous" et "profitent des Etats-Unis", a-t-il déclaré.


Le ministère américain des Affaires étrangères a précisé que ces coupes portaient sur environ 450 millions de dollars d'aide prévus dans le budget 2018 et des fonds non dépensés en 2017, dont le montant reste à évaluer.







Intelligence artificielle : un prix Nobel pour le français Yann LeCun

Intelligence artificielle : un prix Nobel pour le français Yann LeCunhttp://www.via214.net/


Publié le 02/04/2019 à 06:41 La Rédaction Via214



Le Français Yann LeCun a été récompensé par le prix Turing pour ses
travaux sur l’intelligence artificielle.

Le Français Yann LeCun, un des pionniers en matière d’intelligence
artificielle, a reçu une récompense de renommée avec la remise du prix Turing. Il a reçu celui-ci avec ses homologues Yoshua Bengio et Geoffrey Hinton pour leurs travaux de recherche ayant trait au deep learning.


Le Français Yann LeCun se voit remettre le prestigieux prix Turing


C’est une reconnaissance forte pour la Français Yann LeCun, qui s’est vu
remettre le prix Turing avec ses comparses Yoshua Bengio et Geoffrey
Hinton. Ce prix est considéré comme l’équivalent du prix Nobel. Yann LeCun se l’est vu remettre par l’Association for Computing Machinery le 27 mars dernier.


Il a reçu à cette occasion un million de dollars. Ce prix récompense les chercheurs qui sont à l’origine d’innovations considérées comme majeure dans le secteur des sciences de l’informatique. Les trois scientifiques ont été récompensés cette année pour leurs travaux de recherche menés sur l’intelligence artificielle et le
deep learning.


Ce dernier correspond à l’apprentissage automatique profond, à la base de conceptions innovantes comme les voitures autonomes, les dispositifs de reconnaissance visuelle ou bien encore les assistants intelligents. Il faut remonter à 1987 pour voir les trois chercheurs travailleur ensemble au Canada, à l’université de Toronto.


Des travaux avant-gardistes sur l’intelligence artificielle


Et c’est durant une vingtaine d’années qu’ils ont pu accumuler des
données pour développer les réseaux de neurones profonds que l’on a vu apparaître dans les années 1980, contexte où ces derniers n’avaient pas vraiment le vent en poupe. Et c’est en 2000 que les trois chercheurs ont pu voir le bien-fondé de leurs recherches.


En effet, la période correspond à l’optimisation des algorithmes mais aussi celle de la puissance de calcul. Le développement du big data permet aussi de tester les réseaux de neurones sur de très grandes bases de données.


Tout cela leur a ainsi permis de concevoir le concept d’apprentissage
automatique profond, la méthode qui va peu à peu s’imposer sur les autres méthodes de recherche de l’intelligence artificielle, et intéresser de plus en plus les GAFA. Yann LeCun a ainsi été
recruté en 2013 par Facebook pour diriger son laboratoire d’IA.

Mick Jagger malade : le chanteur va subir une lourde opération cardiaque

Mick Jagger malade : le chanteur va subir une lourde opération cardiaquehttp://www.via214.net/


Publié le 02/04/2019 à 06:17 La Rédaction Via214



Lundi 1er avril, Drudge Reportque a indiqué que Mick Jagger, allait subir
une opération de remplacement d'une valve cardiaque, à New York.


Nouvelle inquiétude pour les fans des Rolling Stones. Il y a quelques jours, le groupe britannique a été contraint de reporter plusieurs concerts initialement prévus aux Etats-Unis et au Canada à cause de l'état de santé de Mick Jagger. Lundi 1er avril, Drudge
Report
a affirmé de sources non identifiées que le leader charismatique du groupe allait devoir subir dans les prochains jours une lourde opération, rapporte Reuters. En effet, le chanteur devrait subir une chirurgie de remplacement d'une valve cardiaque, à New York.


Tandis que leur tournée en Amérique du Nord devait être lancée le 20
avril prochain, les Rolling Stones ne devraient pas pouvoir remonter sur scène sans Mick Jagger avant l'été prochain. Les détails de cette opération cardiaque surviennent seulement quelques jours après que le groupe ait annoncé par Dans un communiqué de presse que "Mick
a été averti par les médecins qu'il ne pourra pas poursuivre la tournée, car il a besoin d'un traitement médical. Les médecins ont dit à Mick qu'il devait se remettre complètement avant d'espérer
pouvoir revenir sur scène le plus tôt possible"
, précisait le groupe.


"Je déteste vous décevoir de cette manière"


Le chanteur s'était quant à lui montré très déçu et avait tenu à
s'excuser auprès de ses nombreux fans sur les réseaux sociaux. "Je déteste vous décevoir de cette manière. Je suis dévasté de devoir décaler la tournée mais je vais travailler très dur pour
remontrer sur scène aussi vite que possible. Encore une fois, je vous présente toutes mes excuses"
, avait écrit sur Instagram le rockeur de 75 ans.

Toulouse : quelqu'un a-t-il tenté de tuer le ténor américain au théâtre du Capitole 

Toulouse : quelqu'un a-t-il tenté de tuer le ténor américain au théâtre
du Capitole http://www.via214.net/


Publié le 02/04/2019 à 05:45 La Rédaction
Via214



En 2015, lors d'une représentation de Tristan et Isolde, un rocher de
212 kg manque d'écraser le ténor américain sur la scène du théâtre du Capitole.
Sabotage ou pas, 4 ans après, la justice n'a pas fait la lumière sur cette affaire.


28 janvier 2015, il est 23h30 quand s'achève qu théâtre du Capitole,la première de Trisan et Isolde, le célèbre opéra de Richard Wagner. Dans ce dernier acte tragique, Tristan est étendu sur le sol tandis que s'abaisse lentement sur lui un rocher de 212 kg symbolisant sa pierre tombale. La scène est bien réglée. Les machinistes responsables de la manoeuvre veillent à faire descendre l'énorme bloc suspendu par des câbles, pour qu'il s'arrête à 60 cm du ténor américain Robert Dean Smith. Ce soir là, rien ne se passe comme prévu : le lourd rocher en carton-pâte poursuit inexorablement sa descente jusqu'à 10 cm du sol, le chanteur allongé sur la scène roule sur le côté pour éviter d'être écrasé. Le public amusé par la résurrection soudaine de Tristan n'y verra qu'un problème technique, mais 4 ans après, l'enquête révèle un scénario inimaginable. L'enquête a d'abord débuté en interne, selon les éléments du journal Le Parisien, qui nous ont été confirmés par Me Alexandre Martin,
avocat du principal suspect. La
direction du Capitole a cherché à savoir si l'ordinateur chargé de piloter les cintres (ces câbles d'acier qui soutiennent les décors) ne présentait pas de défaillance technique, mais ils réalisent que la programmation informatique a été volontairement modifiée, la veille de la représentation à 18h19. Dans l'équipe de machinistes, six techniciens sont capables de faire fonctionner le logiciel, et le soir de la représentation, deux d'entre eux sont présents, dont Nicolas S. La veille, il est le seul à être encore sur place en cette fin d'après-midi. Pourquoi
ce père de famille, salarié du théâtre du Capitole depuis 15 ans, aurait-il voulu intenter à la vie du ténor Robert Dean Smith ? Le scénario ne tient pas et l'enquête s'oriente vers un règlement de
compte entre machinistes sur fond d'ambiance de travail délétère. Les
soupçons se portent essentiellement sur Nicolas S.qui a de bonnes raisons de se venger de son collègue Richard R..C'est lui qui est aux commandes le soir de la première. Selon le rapport d'enquête de
police, les deux hommes se vouent une véritable haine. Pourtant Nicolas S. clame son innocence. Ses avocats, Me Alexandre Martin et Me Emmanuelle Franck, estiment que le dossier ne tient pas et que les accusations ne reposent sur rien, car à 18h23, soit 4 minutes après la supposée manoeuvre de sabotage, le téléphone de Nicolas S. borne une dernière fois au Capitole, sans savoir si celui-ci se trouvait à l'intérieur ou dans la zone du théâtre. La seule certitude, est que l'homme a effectué des achats à 19h01, à 12 km de là, et qui lui était impossible de rejoindre cette grande surface en une demie heure de Toulouse en pleine heure de pointe. Selon Alexandre Martin, "le timing ne tient pas et deux solutions sont envisageables : soit les machinistes sont tous les deux machiavéliques, soit l'incident est purement technique, dû à une défaillance de la machine particulièrement décriée par les
théâtres qui l'utilisent déjà." Après 4 années, une enquête préliminaire, une convocation au tribunal, et un renvoi devant le juge d'instruction, le juge n'a pas statué sur la clôture ou non du dossier. Les avocats de Nicolas S. vont solliciter le magistrat pour lui demander un non lieu. Le technicien, seul mis en examen dans ce dossier a été muté après cet incident dans un autre théâtre de la ville, où il est toujours
en poste.

En Algérie, épreuve de force entre l’armée et le clan Bouteflika

En Algérie, épreuve de force entre l’armée et le clan Bouteflikahttp://www.via214.net/


Publié le 01/04/2019 à 19:21 La
Rédaction Via214



Le chef de l’Etat a nommé un nouveau gouvernement alors que la pression pour son départ s’intensifie.



Alors que les luttes fratricides s’exacerbent au sommet du régime algérien, un nouveau gouvernement a été désigné, dimanche 31 mars, par le
président Abdelaziz Bouteflika, reclus dans sa résidence médicalisée à Zeralda, à l’ouest d’Alger, et dont le départ
est réclamé par le chef de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah.


Le gouvernement dirigé par Noureddine Bedoui comprend vingt-sept membres, dont huit sont issus de l’équipe de l’ex-premier ministre Ahmed Ouyahia, démissionnaire le 11 mars. Le général Ahmed Gaïd Salah, qui a recommandé le 26 mars l’activation de l’article 102 de la Constitution prévoyant l’ "empêchement "du président pour raison de santé, a été reconduit au poste de vice-ministre de la défense. M.Bouteflika lui-même conserve le poste de ministre de la défense. Ramtane Lamamra, désigné le 11 mars vice-premier ministre et ministre des affaires
étrangères, ne figure pas dans le nouveau gouvernement. Il est remplacé par Sabri Boukadoum, ambassadeur d’Algérie à l’ONU.


La formation du gouvernement, fruit d’efforts laborieux, donne une apparence de mouvement alors que le régime,
contesté depuis six semaines par une protestation populaire d’une ampleur inédite dans l’histoire du pays, est paralysé par le bras de fer opposant le chef de l’armée au clan présidentiel. Gaïd Salah, dont la proposition d’"empêcher "le président a été rendue jusqu’à présent inapplicable par le silence du Conseil constitutionnel – seule instance habilitée à déclencher la procédure – est remonté au créneau samedi avec plus de fermeté.


Le " parrainage des services français "


Entouré par les commandants des différentes armes et du commandant de la 1re région militaire – dont relève Alger – le chef de l’armée a assuré que la" solution de la crise ne peut être envisagée qu’à travers l’activation
des articles 7, 8 et 102 ".
La
référence aux articles 7 et 8 disposant que "la souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple "et que" le pouvoir constituant appartient au peuple "est destinée à donner des gages au mouvement de contestation, dont la méfiance à l’égard de l’ensemble du régime s’est à nouveau
exprimée vendredi sous la forme de rassemblements massifs à travers le pays.


Lors de cette réunion, Gaïd Salah a
accusé "certaines parties malintentionnées"de"préparer
un plan visant à porter atteinte à la crédibilité de l’ANP
[Armée
nationale populaire]et à
contourner les revendications légitimes du peuple".
La chaîne privée Echourouk TV, passée sans transition de l’adulation de Bouteflika à celle de Gaïd Salah, s’est chargée de donner une
tonalité dramatique à la crise, en affirmant que les forces spéciales de la gendarmerie se déployaient en force à Alger.

L’auteur de l’alerte à la bombe à la gare de Rennes est un maire breton

L’auteur de l’alerte à la bombe à la gare de Rennes est un maire bretonhttp://www.via214.net/


Publié le 01/04/2019 à 18:56 La
Rédaction Via214



À l’issue de sa garde à vue, l’auteur de l’alerte à la bombe dimanche 31 mars en gare de Rennes a été remis en liberté ce lundi matin. Cet homme de 46 ans, employé de la SNCF, est aussi maire de la commune de la Chapelle-aux-Filtzméens en Ille-et-Vilaine. Il sera
jugé en octobre prochain.



L’homme de 46 ans, à l'origine de la fausse alerte à la bombe dimanche
matin en gare de Rennes, a été remis en liberté ce lundi matin à l’issue de sa garde à vue. Employé de la SNCF, Erwan Hercouet, est aussi maire de la petite commune de la Chapelle-aux-Filtzméens
en Ille-et-Vilaine près de Saint-Malo. Il a reconnu les faits et évoqué des difficultés personnelles. Il a également expliqué n’avoir pas mesuré les conséquences de son acte. Il a été
convoqué le 3 octobre prochain devant le tribunal correctionnel de Rennes dans le cadre d’une audience de plaider coupable. Il encourt deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.


300 voyageurs retardés


Dimanche 31 mars, vers les 9 h 30, il avait contacté la gare de Rennes
pour signaler la présence d’un engin explosif sous le pont Saint-Hélier. Immédiatement, le trafic ferroviaire avait été suspendu et un périmètre de sécurité mis en place au niveau du
pont.


Une fausse alerte qui a été levée à 11 h mais qui a entraîné des retards de 1 à 2 h dans le trafic des TGV avec près de 300 personnes qui ont été impactées.


L’auteur a pu être rapidement identifié par les services de police et il a été interpellé dans la gare.





L'imminence du Brexit a boosté les demandes de naturalisation des Britanniques en Occitanie

L'imminence du Brexit a boosté les demandes de naturalisation des Britanniques en Occitaniehttp://www.via214.net/


Publié le 01/04/2019 à 18:09 La
Rédaction Via214



SOCIETE Dans la région Occitanie, terre d’adoption de nombreux Britanniques, les demandes pour obtenir la nationalité française ont beaucoup
augmenté depuis trois ans



Depuis le référendum du 23 juin 2016 en faveur du Brexit, de nombreux
ressortissants britanniques ont décidé de prendre la nationalité française.



  • Dans le Sud-Ouest, terre d’adoption de nombreux " British ",
    les demandes ont doublé en l’espace de deux ans, voire plus parfois.


  • Faites très souvent par conviction, ces demandes prennent du temps malgré les modalités mises en place par les services de l’Etat.



Le soleil tape ce matin de mars à la terrasse du Café du centre, à Montcuq. Autour d’un café crème et d’une tasse de thé, les discussions se font souvent en anglais. Cette bourgade du fin fond du
Lot, rendue célèbre grâce à l'humoriste Daniel Prévot, a en effet des airs très british depuis plusieurs années déjà. Au
point que le vendredi soir, un fish & chips est proposé à la carte.


" Quand je me suis installée ici il y a dix ans, tout le monde m’a dit qu’il y avait beaucoup d’Anglais ", confirme Rosamund Williams, conseillère municipale de la petite commune de moins de 2.000 âmes. Sujette de sa Majesté, elle est aussi depuis un peu plus d’un an une citoyenne française, carte d’identité à l’appui.


" J’y avais pensé avant le Brexit. Après le vote, je me suis décidée et comme je pouvais garder aussi
ma nationalité britannique c’était plus simple, car je n’ai pas envie de me débarrasser complètement de mes racines, même si en ce moment j’ai vraiment honte du gouvernement britannique ", relève dans la langue de Molière cette microbiologiste à la retraite. Aujourd’hui présidente d’une association de sauvegarde du patrimoine, si elle voulait rester élue de sa commune
d’adoption, être Européenne était aussi un prérequis.


Hausse de 250 % des naturalisations en Ariège


Marianne Fox, agent immobilier à Mauvezin, partage ce sentiment. Elle a
fait sa demande deux jours seulement après le référendum. " Et quand je vois tout ce qui se passe aujourd'hui, je me dis que j’avais raison ", assure celle qui a posé ses valises dans le Gers voilà dix-neuf ans.


" Faire cette démarche était assez simple, je paie mes impôts ici, j’y
ai passé presque la moitié de ma vie, je me sens Européenne, Britannique et Française ", insiste-t-elle. Au-delà de son attachement aux Frenchies et à leur pays, elle voit aussi un côté pratique à cette nouvelle citoyenneté. " Avoir deux passeports, cela simplifie aussi les choses car je voyage et j’ai encore de la famille en Angleterre ", poursuit Marianne, qui s’est rendue outre-Manche au cours du mois de mars, tout en
s’assurant être de retour avant la date du 29 mars.


Trois ans après le choc des urnes, quand elle voit le temps d’attente
pour obtenir aujourd’hui un rendez-vous en préfecture, elle ne regrette pas d’avoir pris sa décision dès 2016. Et comme elle, ils sont nombreux à avoir sauté le pas ces derniers mois. Dans le
Lot, où résident plus de 2.300 ressortissants britanniques selon
l’Insee, l’an dernier, 40 d’entre eux ont été naturalisés, quand ils étaient seulement six deux ans plus tôt. En Ariège, ce chiffre a bondi de 250 % entre 2017 et 2018.


En Haute-Garonne, où les demandes sont passées de 134 l’année du référendum à 277 en 2018, les services de la préfecture de région ont ouvert un guichet dédié en novembre dernier.


Longueur et jungle administrative


" Mais les délais sont très longs à Toulouse. C’est vrai un défi de
trouver un créneau ", relève Curt. Cet Anglais, marié à une Française, a depuis septembre 2017 la double nationalité. Pour aider les Britanniques a s’y retrouver dans les méandres
administratifs, il gère un groupe Facebook dédié à la question, loin des sites marchands qui se sont démultipliés ces derniers temps.


Chacun peut solliciter à la volée des tuyaux sur les pièces à fournir, du certificat de mariage des parents aux traductions assermentées. Certains y livrent aussi leur parcours du combattant, comme ce ressortissant qui s’est vu refuser son dossier à trois reprises à cause de problèmes de pièces, dont une fois pour un document mal
tamponné.



Université de Toulouse@Univ_Toulouse


Sujet brûlant


d'actualité au menu du prochain #CaféduQuai: LE #BREXIT



Et si on faisait un petit état des lieux de la situation ? Quels sont les enjeux politiques, sociaux et économiques ?




02/04, 18h - @QuaiDesSavoirs




bit.ly/2HYgIMG


14


16:76 - 28 mars 2019


Une barrière de procédures que certains ont du mal à passer. Airbus, qui compte en France près de 800 ressortissants britanniques, s’est rapproché des services de l’Etat " pour mieux connaître les démarches qui seront à effectuer pour ces salariés ".


Katie, en France depuis deux ans et dont le mari est employé par
l’avionneur européen, a fait des démarches pour avoir une carte
de séjour. Et cela a été plus rapide que pour une demande de naturalisation, dont l’obtention n’est jamais acquise. " Je
l’ai eu en cinq à six semaines. Mais c’est vrai que pour les naturalisations c’est la galère. Mon beau-père de 78
ans, qui a une maison dans le Tarn, a déposé sa demande il y a trois ans et l’a eu il y a cinq semaines seulement ",
confirme cette mère de famille qui craint avant tout l’après Brexit.


" Nous ne savons rien. En 2016, lors du référendum,on ne nous a pas dit quelles seraient les conséquences et les gens ont voté sans rien savoir ", conclut un brin dépité Julia Barton, installée comme Rosamund Williams à Montcuq. A 77 ans, elle ne s’est pas lancée dans le périple de la naturalisation, celui de la carte de séjour " est déjà compliqué ". Et elle
ne s’interdit pas de retourner un jour en Angleterre, même si aujourd’hui elle pose un regard " triste " sur la " folie " qui s’est emparée de son pays.





Anne Hidalgo veut taxer les trottinettes et les vélos partagés

Anne Hidalgo veut taxer les trottinettes et les vélos partagéshttp://www.via214.net/


Publié le 1/04/2019 à 07:48 La Rédaction Via214



Le Conseil de Paris va examiner une délibération proposée par la
maire de Paris instaurant une redevance pour ces quelque 15.000 moyens de transport.




Faut-il faire payer les opérateurs de vélos, trottinettes et autres scooters partagés qui envahissent les rues de la capitale? Lundi ou
mardi, le Conseil de Paris va examiner une délibération proposée par la maire de Paris, Anne Hidalgo, instaurant une redevance pour ces quelque 15.000 moyens de transport. Cette proposition a toutes
les chances d’être adoptée car la colonisation des trottoirs par ces engins provoque une exaspération quasi unanimement partagée.


Cette mesure concernera surtout les neuf opérateurs de trottinettes (Lime,
Bird, Voi…) qui n’en finissent pas d’inonder la chaussée avec leurs produits. Cette redevance pour occupation de l’espace public sera graduée suivant le nombre d’engins exploités. "Ceux qui ont moins de 500 trottinettes débourseront 50 euros par engin chaque année, explique-t-on à la Mairie de Paris. La redevance montera jusqu’à 65 euros annuels par trottinette pour ceux qui en opèrent plus de 3000." La mesure passe plutôt bien chez les
leaders du marché. "Nous avons une stratégie de long terme. Payer
cette redevance ne nous dérange absolument pas", déclarait récemment au Figaro Arthur-Louis Jacquier,
directeur général de Lime France.


Avec les fonds récoltés (quelques centaines de milliers d’euros), la
Mairie compte créer 2500 places de parking pour ces engins


En touchant les opérateurs au portefeuille, la Mairie de Paris compte
les faire réfléchir à deux fois avant de déployer d’énormes flottes. Une redevance allant de 20 à 26 euros pour les vélos et de 60 à 78 euros pour les scooters est aussi prévue.


Seront concernés Mobike, le dernier opérateur à exploiter des vélos
mécaniques en free floating à Paris, mais aussi Uber qui va déployer d’ici à l’été des vélos électriques partagés de
la marque Jump. Cityscoot et Coup, qui opèrent des scooters électriques, devront aussi passer à la caisse. Avec les fonds récoltés (quelques centaines de milliers d’euros), la Mairie compte créer 2500 places de parking pour ces engins. Cette redevance devrait être exigible d’ici à fin avril.





La guerre froide est-elle de retour ? Un comité contre " la menace chinoise " aux USA

La guerre froide est-elle de retour ? Un comité contre " la
menace chinoise " aux USAhttp://www.via214.net/


Publié le 1/04/2019 à 07:20 La Rédaction Via214



Un groupe d’anciens fonctionnaires d’État et de militants conservateurs américains, dont Steve Bannon, ont décidé de recréer le Comité sur le danger actuel (Committee on the Present Danger), sans cacher que ses activités seraient principalement dirigées contre la Chine. Un analyste chinois a commenté la situation pour Sputnik.


Lors d'une conférence de presse à Washington, les promoteurs de la renaissance du Comité sur le danger actuel Committee on the Present
Danger), initialement créé en 1950 contre l'Union soviétique, ont déclaré que toute une série de menaces émanaient à présent de la Chine. Les États-Unis étaient notamment préoccupés par la
croissance de la puissance militaire de l'empire du Milieu, par le renforcement de son potentiel nucléaire stratégique et son vol des technologies américaines.


Le chef adjoint dudit comité, Frank Gaffney Jr., haut cadre du Pentagone
sous l'administration Reagan, a déclaré que cette nouvelle structure avait pour tâche de servir de base à une discussion
nationale sur la "menace chinoise".


On dirait que l'opposition à Pékin grandit dans les milieux politiques à
Washington, ce qui alimente la guerre commerciale. Et bien que les actuelles négociations commerciales sino-américaines puissent aboutir à la signature d'un accord quelconque, les contradictions fondamentales entre la Chine et les États-Unis ne disparaîtront
pas, a déclaré à Sputnik Yang Mian, professeur à l'Institut des relations internationales de l'Université chinoise des communications.


"La guerre commerciale n'est qu'une manifestation extérieure des
profondes contradictions opposant la Chine et les États-Unis, qui ne datent évidemment pas d'aujourd'hui, loin de là. […] Dans les années 1950 et 1960, avant la normalisation des relations
sino-américaines, les États-Unis ont également mené une "guerre froide" contre la Chine", a-t-il poursuivi.


Et d'ajouter qu'à l'époque, cette guerre visait essentiellement l'organisation et l'idéologie de l'État chinois.


"Et à présent, un nouveau contenu s'y est ajouté, la Chine ayant
commencé à se développer rapidement. Les États-Unis estiment sans doute que la Chine représente désormais une menace pour la domination américaine, que ce soit dans les domaines politique,
économique ou militaire", a expliqué le professeur.


Selon ce dernier, un éventuel accord commercial pourrait évidemment apporter
une certaine détente dans les relations entre Pékin et Washington, mais ne changerait rien à la nature même des contradictions entre la Chine et les États-Unis. "Tout dépend sans doute des États-Unis, de leur bon sens pour évaluer de façon réaliste la croissance de la Chine et le rapport de forces dans le monde contemporain", a résumé l'interviewé.

La politique de la BCE fait mal au climat

La politique de la BCE fait mal au climathttp://www.via214.net/


Publié le 31/03/2019 à 12:00 La
Rédaction Via214




Les achats de titres d’entreprises opérés par la Banque Centrale Européenne sont accusés de soutenir les secteurs les plus polluants. Mais les choses
bougent peu à peu.


"Le climat menace la stabilité financière",
déclarait Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre (Bank of England, BOE) en 2015. Un discours qui avait fait date, et initié un début de prise en compte des enjeux climatiques par le monde de la finance. La Banque centrale européenne (BCE) reste toutefois
peu ambitieuse sur ce sujet, selon une récente étude publiée par l'Institut Veblen et l'ONG bruxelloise Positive Money. Depuis juin 2016, 63 % des titres d’entreprise achetés par la BCE ont permis de financer les secteurs économiques les plus émetteurs de gaz à effets de serre, comme la production d’énergies fossiles ou l’automobile. "La BCE ne fait ainsi que confirmer les choix des marchés financiers, alors que ces derniers ne semblent pas alignés sur l’objectif de
limiter le réchauffement climatique à 1,5°C
", indiquent Stanislas Jourdan et Wojtek Kalinowski, auteurs de la note.


Composante de la politique de quantitative easing (QE)– c’est-à-dire
d’achats de titres de dettes pour soutenir l’activité –, le rachat de titres privés conduit par la BCE complète depuis juin 2016 son programme phare de rachat de dettes publiques.
178 milliards d’euros sur les 2 600 milliards du QE ont ainsi été déboursés en l’espace de deux ans, entre
juin 2016 et décembre 2018, date à laquelle l’ensemble du programme de quantitative easing a pris fin. Et 110 de ces 178 milliards ont profité à des entreprises polluantes. Il serait pourtant possible de réorienter
ces sommes en faveur de la transition énergétique. A condition de
réunir plusieurs conditions.


Un portefeuille carboné


Déjà accusé de favoriser les grandes entreprises aux petites et moyennes entreprises et d’avoir augmenté le patrimoine des plus riches en encourageant la spéculation financière, le CSPP (Corporate Sector Purchase Program, programme de rachats de
titres d’entreprise en français) est sous le feu des critiques cette fois en raison de son impact climatique. Si la BCE a récemment publié le bilan (positif) de sa politique de quantitative easing sur les taux d'intérêt et niveau d'endettement des Etats européens, aucune étude ne s’est penchée sur son impact climatique. Faute de disposer d’une autoévaluation de la BCE, Stefano Battiston et Irene Monasterelo– deux chercheurs dont la note coproduite par l’Institut Veblen et
Positive Money traduit le travail – ont choisi de reconstituer le portefeuille de titres de l’institution à partir des critères de rachats communiqués par la Banque.


Les titres éligibles au programme de rachat européen sont limités aux
obligations libellées en euro et émises par des entreprises bien notées (entre AAA et BBB–) par au moins une des quatre
agences de notation utilisées par la BCE 1. En outre, cette dernière s’est engagée à respecter ce qu’on
appelle la "neutralité de marché", c’est-à-dire à suivre scrupuleusement la composition sectorielle du marché
obligataire de la zone euro. A titre d’exemple, si le secteur du transport ferroviaire représente 7 % des obligations présentes sur le marché obligataire, la banque centrale devra en compter également 7 % dans son portefeuille afin de reproduire l’exact
état du marché et ne pas être accusée de favoriser un secteur au détriment d’un autre.


Résultat : les deux tiers du portefeuille de la BCE, tel qu’évalué par Stefano Battiston et Irene Monasterelo, financent des entreprises
polluantes. "Le CSPP apparaît ainsi comme une occasion manquée de relancer les investissements dans les modes de transports durables",
soulignent Stanislas Jourdan et Wojtek Kalinowski. Appliqué aux six banques nationales qui ont mis en place ce programme de rachats d’actifs pour le compte de la BCE (la Banque de France, la Banca d’Italia, Banco de España, Banque nationale de Belgique, Deutsche
Bundesbank et la Banque centrale finlandaise), ce principe de neutralité révèle les spécificités industrielles nationales. Le portefeuille de la Bundesbank allemande est ainsi composé en grande partie d’obligations du secteur automobile.


Autre enseignement de l’étude : la part des obligations polluantes
détenues par la BCE ne semble pas pouvoir se résorber dans la décennie à venir. "La part des secteurs les plus carbonés ne baisse pas pour les échéances de remboursement longues. Les obligations vertes ont, elles, des
échéances inférieures à la moyenne
", analysent en effet les auteurs. Les actifs liés aux énergies
fossiles devraient donc garder une place importante dans le bilan de la BCE jusqu’à au moins 2029.


La neutralité du marché en question


"Le critère de neutralité du marché doit être interrogé, car il crée
un décalage entre les objectifs climatiques de l’Union européenne
et la politique monétaire de la BCE
", souligne Wojtek Kalinowski. Tout se passe en effet comme si l’Europe
avait deux pilotes conduisant dans deux directions différentes. En reproduisant le strict état du marché obligataire – dont les prix ne prennent pas en compte les externalités négatives liées
au climat –, la politique monétaire conduite par l’institution de Francfort encourage l’endettement des
entreprises polluantes, sans que celles-ci doivent fournir de contrepartie en matière de réorientation stratégique (vers le développement des énergies renouvelables par exemple).


La politique de la BCE est donc neutre sur le marché des obligations…
Mais elle ne l’est pas pour l’économie réelle ! Comme le soulignait le Grantham Institute on Climate Change ans the Environment dans une note publiée courant 2017,"la
distribution sectorielle des achats
[de la BCE, NDLR] n’est pas cohérente avec la contribution à la valeur ajoutée de chaque
secteur
".


Comment sortir de la neutralité ?


Stanislas Jourdan et Wojtek Kalinowski proposent donc de redéfinir la neutralité comme un "équilibre entre une prise de risque modérée, le maintien des conditions de
marché équitables et la contribution aux objectifs de l’Union européenne
". L’abandon de la neutralité de marché de la BCE telle qu’elle
est entendue aujourd’hui cristallise néanmoins certaines inquiétudes. Dirk Schoenmaker, professeur de la banque-finance à la Rotterdam School of Management, souligne notamment le risque de voir alors la politique monétaire
européenne décidée par des banquiers entre en contradiction avec les pouvoirs nationaux issus des élections.


Autre objection fréquente : la prise en compte de la transition écologique n’entrerait pas dans le mandat de la BCE, défini par le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Or, si la fonction première de
l’institution est de garantir la stabilité des prix 2, elle est également tenue"d’apporter son soutien aux politiques économiques générales dans l’Union, en vue de contribuer à la réalisation des objectifs de l’Union". Parmi ces derniers figure en bonne place l’Accord de Paris,
auquel la BCE s'est d'ailleurs reconnue liée. Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE a ainsi admis en novembre dernier à Berlin que "les
banques centrales avaient une marge de manœuvre pour atténuer les risques associés au changement climatique tout en restant dans leur mandat
". Il confirmait le constat établi un mois auparavant dans le premier rapport d'étape 3 du réseau pour le verdissement du système financier (NGFS),
composé de 18 banques centrales ou superviseurs et cinq institutions internationales.


Pour d’autres, la solution est à trouver en dehors de la BCE. "Inutile de modifier les statuts de la BCE, peut-on lire sur le site dédié au pacte finance climat. Il “suffit” de faire de la Banque européenne d’investissement, une Banque du développement durable chargée de fournir aux Etats membres des
financements qui seront intégralement utilisés pour la transition
énergétique "
.


Réinvestir plus vert


En l’occurrence, la BCE pourrait déjà agir par plusieurs biais. D’abord, à travers sa politique de réinvestissement. Si les rachats de titres prévus dans le cadre du quantitative easing ont pris fin au 31 décembre 2018, la BCE a annoncé qu’elle continuerait "pour une longue période" à réinvestir les titres de son portefeuille arrivant à échéance
pour maintenir la taille de son bilan. "Quand un gouvernement ou une entreprise remboursera, par exemple, un
million d’euros à la BCE, elle utilisera cette somme d’argent pour acheter une autre obligation du même
montant ",
explique Stanislas Jourdan de 'ONG Positive Money, qui œuvre pour renforcer l’appropriation citoyenne des politiques monétaires. L’objectif : ne pas porter un coup d’arrêt trop brusque à une zone euro encore fragile.


Dans le cadre de ce réinvestissement, les auteurs plaident donc en faveur
d’une élimination progressive des secteurs liés à la production et distribution des énergies fossiles du portefeuille de titres privés, "à l’exception des titre labellisés comme obligations vertes et
en tenant compte des indicateurs de reconversion industrielle, comme
la part des revenus provenant des différentes activités
".
Le potentiel est important : le réinvestissement du CSPP va générer des revenus tout au long de la décennie 2020. Pour la seule année 2019, l’Eurosystème (ensemble des institutions
gérant l’euro) devrait réinjecter 6 milliards d’euros dans des obligations d’entreprises (201 milliards toutes classes d’actifs confondues). "Autre signal fort envoyé au marché, la BCE pourrait à terme mettre fin à
sa relation avec les agences de notation qui n’intègrent pas de systématiquement des critères environnementaux "
,
complète Wojtek Kalinowski.


Pour Dirk Schoenmaker, la réallocation du portefeuille de titres de la BCE en fonction de leurs impacts carbone respectifs pourrait
facilement réduire son impact émissif de près de 40 % et abaisser le coût de l’endettement des firmes peu polluantes de 4 points de base.


Vers une décote écologique ?


L’autre canal de transmission que la BCE pourrait utiliser pour améliorer
son impact climatique concerne les banques commerciales. Lorsqu’elles
ont besoin de liquidité, ces dernières peuvent en effet se " refinancer " à Francfort, c’est-à-dire obtenir une
certaine somme d’argent en contrepartie du dépôt de certains de leurs actifs (qu’on appelle "collatéraux") au bilan
de la BCE.


Contrairement aux rachats directs, la BCE n’est pas tenue dans ce cadre de
racheter les actifs des banques à leur prix de marché. Par exemple, si une banque dépose un actif dont la valeur faciale équivaut à un million d’euros et que la BCE l’estime risqué, elle peut ne
fournir à la banque que 600 000 euros en échange. C’est ce qu’on appelle une décote prudentielle. On pourrait imaginer, sur ce principe, que la BCE y ajoute une décote écologique qui,
selon les auteurs de l’étude, serait applicable lors de toute opération de refinancement. En conséquence, un actif perçu comme nocif pour le climat deviendrait moins intéressant pour les banques, les incitant à s’en détourner. "Le mécanisme existe, il suffit de l’adapter ", souligne Wojtek Kalinovski.


Encore faut-il disposer de données suffisantes pour effectuer ces choix
stratégiques. Or, les données publiées par les entreprises restent aujourd’hui lacunaires, ce qui rend difficile pour la BCE d’évaluer l’impact environnemental des titres qu’elle détient, et d’adapter sa stratégie de rachat en conséquence.
La France a récemment avancé sur ce point, puisqu’ en vertu de l'article 173 de la loi de transition énergétique, les investisseurs institutionnels sont tenus de publier un rapport annuel sur leur exposition aux risques climatiques.


Un projet de taxonomie verte –une classification des secteurs d’activité compatibles ou non avec les objectifs de
l’Accord de Paris – est actuellement étudié par la Commission européenne. Mais en l’absence de caractère
contraignant, elle devrait davantage offrir aux entreprises une grille de lecture pour améliorer leur image verte que de permettre une réelle réorientation des flux financiers."C’est un outil de promotion du vert, pas de pénalisation des produits
bruns
[polluants]. Or ce sont surtout les financements nuisibles qu’il faut réduire !",
résume Wojtek Kalinowski.


Résoudre la tragédie des horizons


Sans changement plus radical, le système financier devrait donc continuer
à contribuer au réchauffement climatique, et augmenter dans le même
temps son propre risque d’explosion."Le portefeuille CSPP [des
titres d’entreprise de la BCE, NDLR] pourrait s’avérer bien plus exposé que les règles internes de la BCE ne
l’autorisent
", soulignent Wojtek Kalinowski et Stanislas Jourdan. Deux types de risques dominent. Un risque physique d’abord, lié à l’impact
direct des inondations, sécheresses, cyclones et autres événements extrêmes sur l’activité économique. Un risque de transition ensuite, engendré, d’un côté, par la perte de valeurs des titres
liés à des activités très émissives et, de l’autre côté, par la meilleure valorisation des activités en faveur de la transition, pouvant avoir un impact à très court terme sur le bilan de la BCE
et, plus largement, de toute banque centrale.


La tragédie des horizons décrite par Mark Carney, selon laquelle les
préoccupations court-termistes de la finance seraient incompatibles
avec l’enjeu climatique de plus long terme, pourrait s’avérer erronée."Même les risques de long terme peuvent avoir des conséquences à court
terme, au gré des réévaluations d’actifs par les investisseurs, qui anticipent un avenir plus sobre en carbone
", a ainsi indiqué la Réserve fédérale américaine (Fed) de
San Francisco dans une note parue le 25 mars dernier. Eviter leur propre perte, voilà peut-être un objectif qui
encouragera rapidement les banquiers centraux à intégrer le risque
climatique dans leurs modèles de décision.


A l’image de la Fed, les banques centrales sont heureusement de plus
en plus nombreuses à intégrer ces risques dans leurs discours publics. Mais le changement de direction du "paquebot finance" s’opère pour l’instant à petits pas.




La première sortie spatiale 100% féminine a-t-elle été annulée par manque de combinaisons pour femme

La première sortie spatiale 100% féminine a-t-elle été annulée par
manque de combinaisons pour femmeshttp://www.via214.net/


Publié le 31/03/2019 à 10:42 La Rédaction Via214



La Nasa assure qu'une des deux astronautes a décidé de changer de
taille de combinaison, et que la préparation d'un modèle correspondant était possible mais a été jugée trop longue.



La nouvelle avait été annoncée le 8 mars, Journée internationale des
droits des femmes : pour la première fois, une sortie hors de la Station spatiale internationale (ISS) allait être assurée par deux femmes astronautes, Anne McClain et Christina Koch. Mais celles et ceux qui se sont réjouis de cette (tardive) avancée
de la part de la Nasa ont déchanté lundi 25 mars, quand l'agence spatiale américaine a annulé cette première sortie 100% féminine.


La raison avancée – l'impossibilité de préparer une combinaison à la bonne taille pour une de ces astronautes – a suscité de nombreux commentaires ironiques ou agacés. Selon eux, ce
motif illustre le peu de place accordée aux femmes dans le domaine spatial comme dans de nombreux autres.



Laélia Véron@Laelia_Ve


Donc en 2019, la #NASA peut mettre en place des programmes ultra sophistiqués de sortie dans l'espace, par contre elle n'est pas capable de prévoir suffisamment de combinaisons à la taille des astronautes femmes.


<:p>

huffingtonpost.fr/2019/03/25/la-...


659


08:18 - 26 mars 2019



"Pas de combi pour femmes à la Nasa ?", nous a interrogé l'un de nos lecteurs dans le live de franceinfo. Cela nous prouve à quel point rien dans ce monde n'est prévu pour les femmes, même dans l'espace", a résumé la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa sur notre antenne. Christina Koch a finalement effectué cette mission de maintenance de la station avec un homme, Nick Hague, le 29 mars, et Anne McClain sortira à nouveau le 8 avril. Mais est-ce à cause de leur genre que ces deux astronautes n'ont pas pu effectuer ensemble cette sortie qui s'annonçait historique ?


Deux combinaisons de taille M, dont une "de rechange"


Ce n'est pas la façon dont la Nasa présente les choses."Les
combinaisons sont unisexe, ce sont les mêmes pour les hommes et les femmes"
, rappelle Stephanie Schierholz, porte-parole de l'agence, à
franceinfo. Chaque combinaison est composée de nombreux éléments
qui sont choisis et assemblés en fonction de la taille de celle ou
celui qui va la porter.


En l'occurrence, une seule pièce a posé problème dans le cas d'Anne
McClain : le torse. Elle souhaitait en porter un de taille M. Mais "parce qu'un seul torse de taille M peut-être disponible d'ici au
29 mars,
[Christina]Koch le portera",
a expliqué la Nasa (en anglais), contraignant sa consœur à attendre la sortie suivante.



Cela ne veut pas dire qu'il n'y avait qu'un seul torse de combinaison à
la taille des deux femmes à bord de l'ISS. Dans une mise au point (en anglais) publiée mercredi, la Nasa explique que les astronautes ont à leur disposition deux torses de taille M, deux L et deux XL. Mais "un
des
[torses]taille M et un des XL sont des pièces de rechange, qui demanderaient douze
heures de travail de l'équipage pour être configurés"
et être aptes à une utilisation dans l'espace.


D'autant qu'il n'était pas prévu qu'Anne McClain porte une combinaison de
cette taille. Sur Terre, elle s'était entraînée à la fois avec des combinaisons de taille M et L et, si elle avait porté du M lors de sa première sortie, le 22 mars, elle devait porter du L lors de la seconde, laissant le modèle plus petit à Christina
Koch. Mais une fois dans l'espace, le 22 mars, l'astronaute a "réalisé" que la combinaison taille M "lui convenait mieux", explique la Nasa. On le sait, l'absence de gravité a notamment pour effet de faire grandir les voyageurs de l'espace et d'atrophier leurs muscles. Et il est impossible de reproduire à la perfection les conditions de l'apesanteur à l'entraînement.


Un planning de travail réglé à la minute


Sur Twitter, Anne McClain elle-même a dédouané l'agence spatiale en
expliquant que "cette décision a été prise sur la base de[sa]recommandation.(...) Nous ne devons jamais accepter un risque qui peut être atténué. La sécurité de l'équipe et l'exécution de la mission
passent en premier."



Anne McClain


@AstroAnnimal


This decision was based on my recommendation. Leaders must make tough
calls, and I am fortunate to work with a team who trusts my judgement. We must never accept a risk that can instead be mitigated. Safety of the crew and execution of the mission come first.



L'autre solution, préparer la seconde combinaison à sa taille, a été rejetée à cause des douze heures de travail qu'elle représentait, "un
processus très méthodique et méticuleux pour assurer que le système complexe d'assistance respiratoire (...) soit réassemblé correctement, sans aucun risque de fuite"
. Du travail supplémentaire que l'équipage de l'ISS ne peut pas forcément se permettre tant son planning est réglé à la minute près (nous avions raconté celui de Thomas Pesquet). Prendre du retard sur le reste de ses activités, à quelques semaines de l'envoi de deux modules de ravitaillement qui représenteront une nouvelle charge de travail, a été jugé
impossible par la Nasa. Changer de binômes pour les sorties spatiales était "plus simple (et plus rapide !)", résume la porte-parole Stephanie Schierholz.


Des combinaisons plus petites abandonnées


Mais toutes ces explications ne dédouanent pas pour autant la Nasa, et
des voix n'ont pas manqué de s'élever pour questionner le fait que la gamme de combinaisons accessibles aux astronautes ne descende pas en dessous du M."La taille S, connaît pas !" s'exclame Brigitte Godard, qui a été médecin de Thomas Pesquet et de
l'astronaute italienne Samantha Cristoforetti, dans Le Parisien.


Pourtant, il fut un temps où les EMU, le nom des combinaisons toujours
utilisées à bord de l'ISS (pour "extravehicular mobility units", unités de mobilité extravéhiculaire), existaient en taille S. Mais dans les années 1990, la Nasa, forcée de
construire de nouvelles versions des EMU, est touchée par des coupes
budgétaires : "Une des choses qui ont été éliminées en conséquence de la réduction des coûts ont été les tailles S et XL", expliquait en 2006 un responsable de la Nasa chargé des sorties spatiales, Steve Doering, à la radio américaine NPR (en
anglais)
. L'agence a fini par investir dans des combinaisons XL, mais pas dans des modèles de petite taille.


Et sans EMU à sa taille, impossible de séjourner dans l'ISS, dont tous
les membres doivent pouvoir sortir dans l'espace si besoin, explique la journaliste spécialisée Marina Koren sur le site de The Atlantic (en anglais). Or, avec la fin des vols de navette en 2011, la station est devenue la seule destination des astronautes. Depuis, "les
postulants
[au métier d'astronaute de la Nasa]doivent
être grands pour être choisis"
, raconte l'ancienne astronaute Bonnie Dunbar à The Atlantic,
ce qui prive les plus petits de leur rêve spatial. De toute façon,
explique l'astronaute Nancy
Currie, 1,52 m, à NPR (en
anglais)
, les dimensions de la station elle-même empêchent les personnes les plus petites d'accomplir certaines tâches de maintenance. Sans
surprise, ces problèmes de taille touchent majoritairement les femmes : en 2003, Steve Doering constatait que la trop grande taille des combinaisons était un problème pour 8 des
25 femmes astronautes de la Nasa, mais aucun des hommes.




Le fait que les EMU soient "unisexe" masque un autre problème : utilisées depuis 1966, dix-sept ans avant que la Nasa n'envoie pour la première fois une Américaine dans l'espace, ces combinaisons ont été avant tout conçues
pour des hommes, sans réflexion sur les besoins liés à la morphologie féminine."A taille et poids égaux, les femmes ont des hanches significativement
plus larges et des épaules plus étroites que les hommes"
, rappelle une ingénieure de la Nasa dans un article de recherche (en anglais),
cité par The Atlantic, sur
la complexité de concevoir des combinaisons aux bonnes mesures : si une pièce est conçue pour couvrir un homme des épaules aux hanches, elle sera donc trop petite ou trop grande pour une femme au niveau d'au moins une de ces parties du corps. Alors les femmes
astronautes "glissent une sorte de mousse au niveau des épaules et de la taille pour combler les vides", explique la docteure Brigitte Godard, et ce compromis n'a rien de confortable.


Toilettes inadaptées et kit de maquillage


Les combinaisons ne sont d'ailleurs pas le seul domaine dans lequel les
équipements des astronautes ne répondent pas aux besoins des femmes. Ainsi, note Le Parisien,
les toilettes de la partie américaine de l'ISS, conçues pour recycler l'urine des habitants, ne sont pas adaptées aux règles des femmes astronautes, qui doivent donc utiliser les toilettes de la partie russe de la station. En revanche, les ingénieurs de la Nasa avaient jugé utile de concevoir, à l'attention de Sally Ride, la première Américaine dans l'espace… un kit de maquillage. Un compte Twitter de la Nasa a exhumé ce souvenir peu glorieux
en 2018.



NASA History Office


@NASAhistory


Sally Ride: "The engineers at NASA, in their infinite wisdom, decided
that women astronauts would want makeup - so they designed a makeup kit... You can just imagine the discussions amongst the predominantly male engineers about what should go in a makeup kit."#RideOn #Classof78


4 626


16:05 - 16 janv. 2018


Le couac de l'annulation de la première sortie spatiale 100% féminine
permet donc de remettre sur la table un problème plus large, qui n'est pas près d'être résolu. Les EMU, qui auraient dû être rangées au placard depuis longtemps, attendent toujours leurs
remplaçantes. Il faudra encore"des années", concluait un rapport de la Nasa (en
anglais)
en 2017, malgré près de 200 millions de dollars d'investissements dans la recherche. Et l'avancée du dossier n'est pas
aidée par l'incertitude sur l'avenir des missions spatiales : on ne conçoit pas la même combinaison pour aller sur la Lune ou sur Mars, explique Marina Koren dans The Atlantic.
Mardi, le vice-président Mike Pence a fixé l'objectif d'un retour des Américains sur la Lune d'ici à 2024. Le président de la Nasa espère que
la prochaine personne à fouler sa surface sera une femme. Mais elle devra le faire dans une combinaison conçue pour être portée par un homme.





Européennes : premier meeting poussif pour En marche et Nathalie Loiseau

Européennes : premier meeting poussif pour En marche et Nathalie Loiseauhttp://www.via214.net/


Publié le 31/03/2019 à 09:49 La
Rédaction Via214



L'ancienne ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau doit encore
entrer dans le costume de la tête de liste pour La République en
marche.



Le meeting a commencé par quelques mots de celui qui, pour beaucoup, est la vraie tête de liste dans cette campagne des européennes
: Emmanuel Macron. Quelques images, une voix qui tombe des hauteurs de la salle comme venue du ciel. "Il ne faut pas se laisser intimider par l'illusion du repli", demande le chef de l'État. Ne pas non plus se laisser intimider par le moment. Car pour beaucoup, et y compris pour la tête de liste Nathalie Loiseau, ce meeting avait des allures de "grande première", note un Marcheur, semblant ainsi demander un peu d'indulgence.


Une grande première avec parfois un côté poussif. Mais au moins, cela ressemble à une réunion de famille, avec la présence du Premier ministre Édouard
Philippe, de François Bayrou et d'une grande partie des membres du gouvernement.… Dans une interview au "Parisien" samedi, Stéphane Séjourné,
directeur de campagne, défend la cohérence de la liste d'investiture du parti de la majorité. "La
campagne sera violente. On s'y attend."
Alors que Nathalie Loiseau donne le coup d'envoi de la campagne de La République en marche et de ses alliés pour les européennes, samedi 30 mars, lors d'un meeting à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), son directeur de campagne, Stéphane Séjourné, dit s'attendre, dans Le Parisien, à ce que la tête de liste soit "attaquée".


"Les oppositions vont forcément chercher à nous déstabiliser", pronostique-t-il dans le quotidien, après les critiques sur les
anciens propos de l'ex-ministre des Affaires européennes, où elle légitimait le port du voile par les musulmanes.


Nathalie Loiseau va tenter de démontrer aux 3 000 personnes attendues aux Docks de Paris, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) sa capacité à dépasser son image de technocrate et endosser les habits d'une tête de liste.


"Une partie de la classe politique joue avec la peur de la mondialisation"


Selon un sondage Elabe diffusé mercredi, la liste LREM aborde l'échéance au coude-à-coude avec celle du Rassemblement national, autour des
22% d'intentions de vote."C'est
le révélateur d'une recomposition politique qui touche le monde entier
,souligne Stéphane Séjourné.


Une partie de la classe politique joue avec la peur de la mondialisation, en demandant moins d'Europe et qu'on se recroqueville sur nos frontières nationales."


A ceux qui dépeignent la liste de LREM comme "fourre-tout" et "caméléon",
Stéphane Séjourné répond que "cette liste est au contraire la plus cohérente". "Le PS et Les Républicains ont des colistiers qui ne sont pas d'accord entre eux sur leur conception de l'Europe", estime-t-il,
y allant du même coup d'un tacle envers Raphaël Glucksmann, la tête de liste soutenue par le PS, en le qualifiant de "libéral bobo repenti".


Le directeur de campagne LREM précise également le programme du parti de la majorité sera dévoilé dans la deuxième quinzaine d'avril.





Nouveau rejet de l'accord sur le Brexit: Donald Tusk convoque un sommet européen le 10 avril

Nouveau rejet de l'accord sur le Brexit: Donald Tusk convoque un sommet
européen le 10 avrilhttp://www.via214.net/


Publié le 30/03/2019 à 11:25 La Rédaction Via214



Le président du Conseil européen Donald Tusk va réunir les chefs
d'État et de gouvernement de l'Union le mercredi 10 avril.


Le président du Conseil européen Donald Tusk a convoqué un sommet
européen spécial le 10 avril, après le nouveau rejet de l'accord sur le Brexit par les députés britanniques, a-t-il annoncé sur Twitter.


Un départ non organisé "est désormais un scénario probable", a affirmé une porte-parole de la Commission européenne, ajoutant que l'UE s'y préparait depuis décembre 2017 et "est maintenant pleinement préparée" à ce scénario "à minuit le 12 avril". La Commission a "regretté" le vote
négatif des députés.


La prochaine date décisive: le 12 avril


Selon l'un des deux scénarios retenus par les 27 lors d'un sommet à Bruxelles il y a une semaine, sans ratification britannique de l'accord de retrait avant le 29 mars, le Royaume-Uni "indiquera
avant le 12 avril 2019 une voie à suivre, en vue de son examen par
le Conseil européen". Les dirigeants européens avaient ainsi accordé un délai à la Première ministre Theresa May, reportant sous condition la date du Brexit initialement prévu ce vendredi.


"Au vu du rejet du Traité de retrait par la Chambre des communes, j'ai
décidé de convoquer un sommet européen le 10 avril", a déclaré sur Twitter Donald Tusk, qui chapeaute l'institution
regroupant les chefs d'Etat et de gouvernement, seulement quelques
minutes après l'issue du vote à Londres. Selon un responsable au Conseil, l'UE attend les indications de la part du Royaume-Uni "suffisamment à temps pour que le Conseil européen puisse
[les] examiner". Les détails sont encore à déterminer mais, à l'image de la réunion du 21 mars, Theresa May pourrait
participer au début de la rencontre, a ajouté cette même source.



Donald Tusk


@eucopresident


In view of the rejection of the Withdrawal Agreement by the House of
Commons, I have decided to call a European Council on 10 April.#Brexit


19K


3:43 PM - Mar 29. 2019





Annexion du Golan: Macron insiste sur le refus de reconnaître la souveraineté d'Israël

Annexion du Golan: Macron insiste sur le refus de reconnaître la souveraineté
d'Israëlhttp://www.via214.net/


Publié le 30/03/2019 à 10:55 La Rédaction Via214



PROCHE-ORIENT Le président français s'exprimait après la visite du roi Abdallah II de Jordanie



Le président Emmanuel Macron a réitéré vendredi le rejet par la
France de la décision américaine de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan. "Le Président de la République a souligné que la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan, territoire occupé, était contraire au droit international et ne pouvait qu'alimenter les tensions régionales", écrit l'Elysée dans un communiqué diffusé suite à une visite à Paris
du roi Abdallah II de Jordanie.


Le président américain Donald Trump s'est prononcé le 21 mars en faveur de la reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur le Golan, une décision en rupture avec la position des Etats-Unis
depuis des décennies.



Donald J.Trump


@realDonaldTrump


After 52 years it is time for the United States to fully recognize Israel’s Sovereignty over the Golan Heights, which is of critical strategic
and security importance to the State of Israel and Regional Stability!


181 k


17:50 - 21 mars 2019


La diplomatie française avait aussitôt rappelé sa position opposée
à l'annexion israélienne de ce plateau conquis sur la Syrie en 1967 par l'Etat hébreu. Territoire stratégique pour les deux pays, il est riche en eau et surplombe la Galilée et le lac de Tibériade du côté contrôlé par Israël.


La Syrie abordée


Emmanuel Macron a reçu vendredi le roi Abdallah II pour échanger sur les
crises régionales, en particulier la Syrie et le conflit israélo-palestinien. "Les deux dirigeants ont rappelé leur
attachement à une solution politique à la crise syrienne, seul moyen d'éteindre durablement le foyer d'instabilité que constitue aujourd'hui cette crise pour la région et pour l'Europe", a affirmé l'Elysée après la rencontre: "Pour la France, en l'absence de progrès vers une telle solution inclusive, la
normalisation des relations avec le régime de Damas minerait toute
perspective de paix en Syrie et par conséquent toute probabilité de
retour sûr, digne et volontaire des réfugiés syriens".


Celle-ci lui a également donné l'occasion de redire que pour Paris, "la
solution au conflit israélo-palestinien passe par la reconnaissance de deux Etats, Israël et la Palestine, vivant côte à côte dans la paix et dans des frontières reconnues et sûres, avec Jérusalem comme capitale".





"Les 12 coups de midi" : Jean-Luc Reichmann réagit à l'arrestation de Christian Quesada

"Les 12 coups de midi" : Jean-Luc Reichmann réagit à l'arrestation
de Christian Quesadahttp://www.via214.net/


Publié le 30/03/2019 à 10:23 La
Rédaction Via214



Christian Quesada écroué, l'animateur des "12 coups de midi" s'est
exprimé pour la première fois sur Instagram.




TÉLÉVISION - L’animateur des “12 coups de midi” est sous le choc. Alors que le champion de l’émission Christian Quesada a été écroué pour "corruption de mineur" et “détention et diffusion d’images pédopornographiques”, Jean-Luc Reichmann a laissé exploser sa colère sur les réseaux sociaux.


Suite à ce qu’il qualifie de “nouvelle dévastatrice”, le présentateur de TF1 dit être “sous le choc”. “Je ne peux qu’exprimer mon sentiment d’horreur, de dégoût et de colère”,
écrit-il dans un post Instagram avant d’exprimer son respect à l’attention de la Brigade des mœurs et de “toutes les personnes qui travaillent à combattre ces prédateurs qui peuvent, de près ou
de loin, nous côtoyer”.


“Cette rage qui s’empare de moi m’incite, aujourd’hui plus que jamais,
à continuer mes combats, dont celui de protéger et d’accompagner au mieux nos enfants”, poursuit Jean-Luc Reichmann qui a partagé 193 émissions et plus de six mois aux côtés de Christian Quesada
dans “Les 12 coups de midi”.


Ce mercredi 27 mars, on apprenait que le “champion des champions”, reparti avec plus de 800.000 euros de gains, avait été mis en examen puis écroué pour détention d’images pédopornographiques
et “tentative de corruption de mineur”. L’issue d’une enquête démarrée il y a deux ans, lorsqu’une jeune fille âgée de 17 ans le dénonçait après qu’il lui ait demandé de se dénuder au cours d’une discussion en ligne.


Lors d’une perquisition à son domicile en début de semaine, les
enquêteurs ont également découvert des milliers d’images et de vidéos pédopornographiques.


Il y a quelques semaines, la famille des “12 coups de midi” avait déjà été touchée par un drame d’un tout autre genre lorsqu’on apprenait le meurtre du jeune Bastien Payet, 23 ans, ancien candidat de l'émission.







Lapidation des homosexuels à Brunei: Clooney appelle à boycotter ces palaces parisiens

Lapidation des homosexuels à Brunei: Clooney appelle à boycotter ces palaces parisienshttp://www.via214.net/


Publié le 30/03/2019 à 09:48 La Rédaction Via214



George Clooney appelle à boycotter neuf palaces à travers le monde, dont
le Plaza Athénée et le Meurice à Paris.


BOYCOTT - Dans une tribune publiée sur le site Deadline, George Clooney appelle à boycotter neuf palaces à travers le monde, dont le Plaza Athénée
et le Meurice à Paris. L’acteur fait référence aux propriétaires de ces palaces, un fonds d’investissement détenu par le sultanat de Brunei.


Le sultanat, situé sur l’île de Bornéo, est un petit État de
l’Asie du Sud-est. Avec 420.000 habitants, il compte parmi les plus
riches du globe, le cinquième selon le classement Forbes. Son fonds d’investissement détient neuf palaces, du Beverly Hills à Rome, en passant par Londres ou Milan.


Le pays est l’un des plus stricts concernant l’application de la
charia. ″À partir du 3 avril, la loi condamnera à la lapidation les personnes homosexuelles”, explique George Clooney dans sa tribune.


L’homosexualité et l’adultère vont en effet bientôt être passibles de la
lapidation à Brunei, qui s’apprête à faire appliquer les peines les plus sévères de la charia, la loi islamique, suscitant l’indignation des défenseurs des droits de l’homme.


La nouvelle législation de ce riche petit Etat pétrolier d’Asie du
Sud-Est, situé sur l’île de Bornéo, prévoit aussi l’amputation d’une main ou d’un pied pour vol. L’homosexualité, déjà illégale, sera désormais considérée comme un crime.


La vigilance s’est peu à peu estompée”


Brunei avait annoncé en 2014 l’introduction progressive de la charia,
malgré l’opposition des défenseurs des droits de l’homme. Un document du bureau du procureur général daté du 29 décembre 2018 prévoit l’entrée en vigueur de ces dispositions au 3 avril.


L’annonce de l’introduction de la charia en 2014 avait provoqué à travers
le monde des appels au boycott d’hôtels appartenant au monarque, vague de boycott qui s’est ensuite tarie.


“Comme pour toutes les bonnes intentions, quand la flamme de l’indignation se déplace vers des centaines d’autres raisons de s’indigner, la vigilance s’est peu à peu estompée et ces hôtels ont retrouvé
le cours de leur business”, selon George Clooney.


Le nouveau code pénal s’appliquerait à tous les musulmans du pays, soit 70% de la population environ. De nombreuses ONG ont dénoncé cette atteinte aux droits de l’Homme, dont Amnesty International.

Brésil: une juge interdit la commémoration du coup d'Etat militaire de 1964

Brésil: une juge interdit la commémoration du coup d'Etat militaire de 1964http://www.via214.net/


Publié le 30/03/2019 à 09:13 La Rédaction Via214



Une juge brésilienne a interdit vendredi au gouvernement du président
d'extrême droite Jair Bolsonaro de célébrer le 55e anniversaire du
coup d'Etat militaire de 1964, indiquant que l'initiative était "incompatible" avec la Constitution.


La juge de Brasilia Ivani Silva da Luz a estimé que la commémoration prévue dimanche et proposée par le président
Bolsonaro lui-même, "n'est pas compatible avec le processus de
reconstruction démocratique" promue par la Constitution de 1988, et que les dates commémoratives officielles doivent être approuvées par le Congrès.


"Après des années de luttes politico-idéologiques, de résistance
démocratique et de reconquête de l'Etat de droit, qui ont abouti à la promulgation de la Constitution fédérale de 1998, il est attendu de la concorde, de la sérénité et de l'équilibre de la part des institutions", a écrit la magistrate dans sa décision.


Lundi, le porte-parole de la présidence avait annoncé que le 31 mars 1964 devait être "commémoré comme il se doit" dans les casernes.


Le Parquet fédéral avait réagi en recommandant que les régiments
s'abstiennent "de promouvoir ou participer à toute manifestation publique pour célébrer le coup d'Etat militaire". Et son entité responsable de la défense du citoyen avait estimé
que ces cérémonies étaient "incompatibles avec l'Etat de
droit démocratique".


Face à la polémique, le président lui-même a nuancé ses propos jeudi,
affirmant qu'il ne s'agissait pas de "commémorer, mais de se remémorer" cet épisode de l'histoire brésilienne.


Aucun détail n'a jusque-là filtré sur les cérémonies prévues dans les casernes, mais un régiment de Sao Paulo a déjà célébré jeudi cet anniversaire avec la lecture d'un message du ministre de la Défense, pour qui les militaires ont servi de "rempart contre
le totalitarisme".


Sous le mot d'ordre "Plus jamais de dictature", des manifestations sont prévues dimanche dans plusieurs villes
brésiliennes.


Selon un rapport publié en 2014 par la Commission nationale de la vérité, 434 assassinats ont été perpétrés au cours des 21 ans de régime militaire, sans compter les centaines de détentions
arbitraires et cas de torture d'opposants.



Des Israéliens dévoilent "la plus longue grotte de sel du monde"

Des Israéliens dévoilent "la plus longue grotte de sel du monde"http://www.via214.net/


Publié le 29/03/2019 à 06:36 La Rédaction Via214



Des spéléologues israéliens ont annoncé qu'une grotte de sel abritant
des stalactites impressionnantes et découverte près de la mer Morte était "la plus longue du monde", battant ainsi selon eux le record détenu par une cavité iranienne.


La grotte nommée Malham, qui s'étend sur plus de 10 kilomètres, traverse le mont Sedom, la plus large montagne d'Israël, et atteint l'extrémité sud de la mer Morte adjacente.


Des stalactites de sel descendent des plafonds et certaines parois brillent de cristaux de sel. Des gouttes d’eau salée sont visibles au bout de certaines stalactites.


Dans les années 1980, Amos Frumkin, fondateur et directeur du Centre de
recherches sur les grottes de l’Université hébraïque de Jérusalem, avait cartographié environ cinq kilomètres de Malham, située dans la région présumée de la Sodome biblique.


En 2017, le spéléologue israélien Yoav Negev a estimé que le temps était venu d'achever le travail d'Amos Frumkin, et a appelé à des spéléologues bulgares à la rescousse.


Fondateur du club israélien d'explorateurs de grottes, M. Negev s'est associé à Boaz Langford, chercheur au Centre de recherches sur les grottes
de l'Université Hébraïque, pour mettre sur pied une équipe de huit spéléologues européens et de 20 autres locaux.



Ils ont passé une dizaine de jours à travailler dans la grotte en 2018.


Une deuxième expédition de 10 jours en 2019 avec 80 spéléologues locaux et internationaux a permis d'achever la cartographie avec des outils de mesure au laser, déterminant ainsi la longueur de la grotte: plus de 10 kilomètres.


Le mont Sedom est essentiellement un énorme bloc de sel recouvert d’une
mince couche de roches. Les rares pluies dans cette zone désertique pénètrent dans les fissures de la roche et dissolvent le sel pour former de petites grottes qui descendent vers la mer Morte.


- "Les dix commandements" -


Une grande partie de l'intérieur de la grotte est recouverte d'une fine
poussière provenant du désert.



© Fournis par AFP Vue générale à l'extérieur de la grotte de Malham au Mont Sedom en Israël, le 27 mars 2019


D'importantes masses de sel, certaines de couleur ambrée provenant d'un mélange de poussière et de minéraux, font saillie pour former des
stalactites spectaculaires.


Une fine plaque de sel sortant du sol est surnommée "la guillotine". Des plaques jumelles imposantes ont reçu le surnom "les dix commandements".


Les journalistes qui ont visité mercredi le site ont dû grimper et
ramper à travers les passages étroits de la grotte avant d’atteindre la "salle des mariages", où des centaines de
stalactites blanches de formes et longueurs diverses créent un décor
de fête.


"Il n'y a rien d'équivalent en Israël", déclare M. Negev. Evoquant le vaste réseau de "cavernes, passages, piliers, plateaux, l'un sur l'autre", il s'émerveille devant la grotte "la plus impressionnante d'Israël et l'une des plus belles et des plus fascinantes que j'ai vues".


En 2006, avant la reprise des travaux en Israël, des chercheurs ont
cartographié plus de six kilomètres de la grotte N3 sur l'île de Qeshm en Iran, ce qui lui avait valu le titre de "la plus longue grotte de sel au monde".


M. Negev n'attache trop d'importance au fait de reprendre le titre à
l'Iran, considéré comme le principal ennemi d'Israël.


Il confie avoir noué des "liens excellents" avec des spéléologues iraniens à travers les réseaux sociaux et à l'occasion de conférences professionnelles.


"La rivalité politique crée un désir de contact et une curiosité mutuelle. Ce sont vraiment d'excellents spéléologues et j’espère pouvoir y aller un jour", dit-il en parlant de l'Iran et de ses
grottes.

Obscur assassinat d'un ex-agent français soupçonné d'avoir voulu tuer un opposant congolais

Obscur assassinat d'un ex-agent français soupçonné d'avoir voulu tuer un
opposant congolaishttp://www.via214.net/