Portrait
Via214
Fermer

Paysages d'autrefois

MARSEILLAN - Le programme du Village de Noël 2019

MARSEILLAN - Le programme du Village de Noël 2019http://www.via214.net/


Publié le 15/11/2019 à 07:53 La Rédaction Via214



Du 7 décembre 2019 au 1er janvier 2020 La Magie de Noël sera au
rendez-vous.


Tous les jours de 10h et 22h, la ville de Marseillan vous invite à
découvrir les multiples animations gratuites pour petits et grands :
la crèche vivante animée, la maison du Père Noël et le Village de Noël avec ses 30 chalets proposant leurs produits de fête !


Samedi 7 décembre


17h – Arrivée du Père Noël et parade par la Compagnie Bamboleo


Echassiers, danseurs, acrobates, magiciens et clowns accompagneront le père Noël jusqu’au village –Départ
de l’Esplanade du port


18h – Ouverture officielle du Village de Noël


Ouverture de la crèche et du Village de Noël –Place Carnot et Place de la République


Dimanche 8 décembre


14h & 18h – Promenade en Petit Train


Le Petit Train vous fait découvrir la Ville –Départ Parvis de la médiathèque


18h & 20h – Animation musicale avec la Pena Bella Ciao


Place de la République


Mercredi 11 décembre


15h – Spectacle enfant ‘La cigale et la fourmi’ – Théâtre Henri
Maurin


14h & 18h – Ateliers " Créations de Noël "


Découpage, collage, bricolage. Venez fabriquer des belles décorations de Noël
– Animation enfant –Place de la République


Vendredi 13 décembre


17h30 & 19h30 – Animation musicale de Batucada avec le groupe Badaüe


Place de la République


Samedi 14 décembre


10h & 18h – Construis un mini Village de Noël


Animations pour enfants et construction de cabanes en bois


Rue du Général de Gaulle


18h – Concert Gospel


Le gospel Harmony vous invite à (re)découvrir cette musique de
partage, d’échange et d’humilité.


Eglise St Jean Baptiste


Dimanche 15 décembre


14h & 18h – Promenade en Petit Train


Le Petit Train vous fait découvrir la Ville –Départ Parvis de la médiathèque


14h & 19h – Animation musicale avec Les Mozdrums


Fanfare lumineuse et musiciens scintillants, la troupe Mozdrums bat le pavé au son de leurs rythmes de percussion avec leurs effets de lumières
! –Place de la République


Mercredi 18 décembre


14h & 18h – Atelier maquillage pour enfants


Place de la République


14h & 18h – Structures gonflables


Faucheuse mécanique et jeux de tir, des animations interactives à partager
pour les petits et les grands ! –Place de la République


18h – Chorale des enfants du " KT de Marseillan " de l’Eglise Saint
Jean-Baptiste


Place de la République


Vendredi 20 décembre


18h & 20h – Animation musicale avec Batuca Nostra


Percussions brésiliennes –Place
de la République


Samedi 21 décembre


14h & 17h – A la découverte des jeux en bois traditionnels


20 jeux en bois à découvrir et partager –Place de la République


15h & 17h – Spectacle ‘Aux rythmes de noël’


Spectacle interactif pour enfants – Préparez la venue du père Noël avec
des chansons et des rires–Place
de la République


Dimanche 22 décembre


15h – Défilé de feu " Errance enflammée "


Des jongleurs cracheurs de feu dans une ambiance festive et chaleureuse.


17h– Spectacle " Feu acoustique "


Performance chorégraphiée de cracheurs de feu en musique


18h – Spectacle de feu " Firdawa "


De la danse, du feu jonglé et craché, des percussions, de la flûte, de la guimbarde et un final de pyrotechnie


14h & 18h – Promenade en Petit Train


Le Petit Train vous fait découvrir la Ville –Départ Parvis de la médiathèque


Lundi 23 décembre


14h & 18h – Atelier maquillage pour enfants


Place de la République


14h & 18h – Parade des peluches en musique


Place de la République


Mardi 24 décembre


21h30 – Messe de Noël


Eglise Saint Jean-Baptiste


Jeudi 26 décembre


10h & 18h – Démonstration de " Sculpture sur bois "


Le sculpteur sur bois Gérard Saez réalisera une œuvre en bois
représentant un élément emblématique de notre ville –Place de la République


16h & 18h – Spectacle ‘Un tour du monde pour le père Noël’


Spectacle interactif pour enfants – Des géants de pierre islandais au Japon,
en passant par le Machu Picchu ou l’Afrique, une expédition fantastique remplie de légendes, d’histoires et de rencontres inattendues –Théâtre
Henri Maurin


Vendredi 27 décembre


10h & 18h – Démonstration de " Sculpture sur bois "


Le sculpteur sur bois Gérard Saez réalisera une œuvre en bois
représentant un élément emblématique de notre ville –Place de la République


14h & 17h – Atelier " Sculptures sur bois " pour enfants


Venez–vous essayer à la sculpture sur bois –Place de la République


14h & 17h – A la découverte des jeux en bois traditionnels


20 jeux en bois à découvrir et partager –Place de la République


Samedi 28 décembre


14h & 18h : Renne mécanique et jeux gonflables


Qui restera assis le plus longtemps sur le Renne de Noël ? Petits et
grands pourront s’affronter afin de faire le meilleur temps ! Des jeux gonflables feront également le bonheur des plus petits –Place de la république


17h – Concert : Quatuor vocal classique par l’orchestre Paul Selmer


Eglise St Jean Baptiste


Dimanche 29 décembre


14h & 18h – Promenade en Petit Train


Le Petit Train vous fait découvrir la Ville –Départ Parvis de la médiathèque


17h & 19h – Parade ‘La princesse des glaces’


La princesse des glaces et ses pingouins musiciens quittent le pays du
grand froid pour rendre visite à tous les enfants –Place de la République


Lundi 30 décembre


14h & 18h – Parade des peluches en musique



Place de la République


Mercredi 1er janvier 2020


18h00 – Ouverture de la Nouvelle Année par Monsieur le maire, suivi du
Premier Feu d’artifice 2019


Place de l’église





Colomiers. Sensibilisation aux risques de pédophilie et de bizutage

Colomiers.
Sensibilisation aux risques de pédophilie et de bizutagehttp://www.via214.net/


Publié le 15/11/2019 à 07:08 La Rédaction
Via214




Le
rugbyman Sébastien Boueilh se consacre à la prévention des
agressions sexuelles sur les enfants dans les milieux du sport.


Jeudi
14 novembre à 20 h, au complexe Capitany, l'USC Omnisports donne
rendez-vous à tous les éducateurs, salariés, bénévoles et
dirigeants d'associations sportives, pour une soirée de
sensibilisation aux risques de pédophilie et de bizutage en milieux
sportifs. Elle sera animée par Laeticia Pachoud, vice-présidente de
la Fédération française de rugby, en charge de la cohésion
sociale et chargée du développement en Occitanie.



L'USC
compte sur une grande mobilisation du monde sportif columérin sur ce
sujet particulièrement grave et sensible, ardemment pris en charge
par l'association Colosse aux pieds d'argile, créée en 2013 par
Sébastien Boueilh, victime d'un prédateur sexuel qui sévissait
dans son club sportif.



Contact :
Tél.
 05 61 15 49 30.

La Banque européenne d'investissement renonce à financer les énergies fossiles

La Banque européenne d'investissement renonce à financer les énergies fossileshttp://www.via214.net/


Publié le 15/11/2019 à 06:50 La Rédaction Via214



La Banque européenne d'investissement (BEI) va arrêter de soutenir les
projets liés aux énergies fossiles, y compris le gaz, à partir de 2022, a annoncé l'institution jeudi dans un communiqué.


La décision est historique,
selon le ministre de l'Économie français Bruno Le Maire. Un bond de géant,
selon le président de la BEI Werner Hoyer.



"Nous allons arrêter de financer les énergies fossiles et nous allons lancer la plus ambitieuse stratégie d'investissements pour le climat de toutes les institutions financières publiques dans le monde."

Werner Hoyer


La BEI, basée à Luxembourg, est la banque de l'Union européenne. Son conseil d'administration, composé de
représentants des États membres et de la Commission européenne, a voté jeudi pour sa nouvelle politique d'investissement.


Dès juillet, la BEI avait préconisé de ne plus investir dans les projets liés aux énergies fossiles, y
compris le gaz.


La discussion a été longue sur
le calendrier, a reconnu ainsi son vice-président Andrew McDowell lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes. Plusieurs ONG avaient de leur côté dénoncé les hésitations
autour de l'inclusion des projets liés au gaz, la moins émettrice en CO2 des énergies fossiles.


La Commission européenne a soutenu jeudi la nouvelle politique de la BEI, et s'est dite satisfaite d'un arrangement, transitoire pour l'abandon progressif des projets gaziers, y compris les projets vitaux d'interconnexion et de stockage de gaz, les projets dits d'intérêt commun.


Outre l'annonce phare sur les énergies fossiles, la BEI espère débloquer jusqu'à 1000 milliards d'euros d'investissements dans l'action pour le
climat et le développement durable au cours de la prochaine décennie. Selon M. McDowell, un euro sur deux investi par la BEI d'ici 2025 sera consacré à des projets environnementaux.


La future présidente de la Commission
européenne Ursula von der Leyen avait appelé de ses vœux la transformation de la BEI en une véritable banque
du climat.


Cette décision confirme que l'UE se dote de moyens financiers à la hauteur de ses ambitions climatiques et doit créer une dynamique au niveau mondial, a
déclaré de son côté le ministre français Bruno Le Maire.


Il a rappelé le soutien du président Emmanuel Macron à la mue de la BEI. La France est même prête à augmenter sa participation au capital pour servir cette ambition, a-t-il poursuivi dans un entretien au quotidienLesÉchos.


La banque veut aligner sa politique
d'investissement sur les engagements pris lors de la signature de l'accord de Paris sur les réductions d'émissions de gaz à effet de serre.


La décision a été saluée par plusieurs ONG.


Enfin, la plus grande banque publique du monde s'est pliée à la pression
du public et a reconnu que le financement de tous les combustibles
fossiles doit cesser, a réagi Colin Roche, de Friends of the Earth, appelant toutes les autres banques, privées et publiques, à s'en inspirer.


C'est aussi un appel clair à ce que tous les fonds de l'UE emboîtent le
pas et excluent toutes les activités qui aggravent le changement climatique des possibilités de financement,
a ajouté Markus Trilling, de Climate
Action Network.


Mais les organisations de défense de
l'environnement ont tout de même déploré une application jugée tardive.



"Alors que la nouvelle politique
signifie que l'UE mettra largement fin à son soutien au charbon et au pétrole, le financement de projets tels que les gazoducs jusqu'en 2021 et la modernisation des infrastructures existantes en matière de combustibles fossiles après 2021 menacent les engagements de l'UE en matière de climat."


Greenpeace


La BEI va introduire à la fin de 2021 une norme de performance, un seuil d'émissions fixé à 250 grammes de CO2 par kilowattheure, auquel devront se conformer les projets pour être
approuvés.


Une limite que les projets gaziers
conventionnels ne peuvent pas respecter, selon la BEI. Seul le recours à des gaz verts ou des technologies avancées de stockage de carbone, par exemple,
permettraient de répondre à ce critère.


Un seuil trop élevé, juge toutefois l'organisation WWF, qui estime qu'il permet à des centrales à gaz performantes d'être admissibles.


Selon Greenpeace et WWF, 19 États membres ont soutenu la nouvelle politique, y compris la France et
l'Allemagne.


Le manque de flexibilité sur le gaz a refroidi plusieurs pays qui ont voté contre ou se sont abstenus. De plus,
l'Autriche et le Luxembourg se sont abstenus pour protester contre l'inclusion du nucléaire dans cette nouvelle politique, toujours selon ces organisations.

Californie : deux élèves tués lors d'une fusillade dans une école secondaire

Californie : deux élèves tués lors d'une fusillade dans une école secondairehttp://www.via214.net/


Publié le 15/11/2019 à 06:25 La Rédaction Via214



Une nouvelle fusillade est survenue dans une école secondaire aux
États-Unis, faisant deux morts et plusieurs blessés. Les deux victimes sont des élèves fréquentant l’école secondaire Saugus, à Santa Clarita, à une soixantaine de kilomètres de Los Angeles.


Les deux victimes sont un garçon de 14 ans et une fille de 16 ans. Ils ont succombé à leurs blessures à l'hôpital.


Au total, six personnes, dont le tireur, ont été conduites à l’hôpital, selon ce que rapporte le shérif
du comté de Los Angeles, Alex Villanueva, qui n'a pas donné de bilan détaillé.


Le suspect est un élève de l’école.


Nous avons placé le suspect en état d'arrestation. Il est actuellement
soigné dans un hôpital local. Il s'agit d'un élève, un garçon âgé de seize ans,
a déclaré M. Villanueva à la chaîne de télévision CBS. Le tireur aurait tenté de se suicider après avoir ouvert le feu.


Les autorités policières croyaient au départ que le tireur avait pris la fuite après la fusillade dans l’école que fréquentent près de 2400 élèves. Mais il a été retrouvé environ une heure plus tard parmi les blessés qui avaient
été évacués des lieux.


Ce sont des témoins ainsi que des images de vidéosurveillance qui ont permis d'identifier le suspect, a expliqué M. Villanueva.


Avant l'interpellation du suspect, les autorités avaient demandé aux résidents du secteur de rester chez eux et de verrouiller leurs portes. Le campus de l’école a aussi fait l’objet d’une fouille minutieuse durant près d’une heure.


La tuerie est survenue aux environs de 7 h 40, heure locale, alors que de nombreux élèves étaient déjà en cours
et que d'autres arrivaient sur les lieux.


Tous les autres établissements scolaires situés dans les environs de l’école secondaire Saugus ont aussi été
placés en état de confinement par mesure de sécurité, comme c'est l'usage aux États-Unis.





Canada : Un refuge pour sans-abri ouvre près du square Cabot

Canada : Un refuge pour
sans-abri ouvre près du square Cabothttp://www.via214.net/


Publié le 15/11/2019 à 05:57 La Rédaction Via214



Le nouveau centre pour sans-abri Résilience Montréal a ouvert ses
portes jeudi au centre-ville de la métropole. Attendu depuis plusieurs mois, le refuge se veut une solution à ce qui était qualifié de " crise humanitaire " au square Cabot, lieu
de rencontre de la population itinérante et autochtone.


Signe de l’importance politique de ce refuge, une impressionnante délégation était présente à l’ouverture, dont la mairesse Valérie Plante, la ministre provinciale responsable des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours, et la commissaire aux relations avec les peuples autochtones, Marie-Ève Bordeleau.


Cette dernière a d’ailleurs salué le " travail d’équipe " sous-tendant le projet, dont le financement a été bouclé et annoncé à la fin d'octobre. Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal versent ensemble 300 000 $ pour le fonctionnement du centre, situé à
l’intersection des rues Atwater et Sainte-Catherine.


" Résilience, c’est le meilleur exemple d’une collaboration, du début à la fin, des organismes du milieu
et des différents paliers de gouvernements ", a souligné la
commissaire Bordeleau.


Les organismes communautaires dénoncent depuis des mois le vide créé par le départ du refuge Open Door, qui a dû déménager en décembre en raison de l’embourgeoisement du quartier. Des organismes du milieu rapportent que quatorze personnes, la plupart des itinérantes autochtones, sont mortes depuis l'hiver dernier.


Résilience Montréal, un centre de jour destiné à la population en situation d'itinérance dans le secteur du square Cabot, a été inauguré
jeudi.



Un centre nouveau genre


Le centre, qui se veut " nouveau genre ", est essentiellement composé de trois salles : la salle d’accueil - qui comprend un manteau de cheminée et quelques ordinateurs -, une salle " de bien-être ", et une salle " de guérison ", où les clients recevront la
visite de psychologues et de physiothérapeutes. Si les usagers sont
victimes d'agression sexuelle ou autres, ils bénéficieront d’un endroit calme pour rédiger des rapports avec des agents de police.


L’organisme ouvert de 8 h à 20 h
dispose également de douches et d’une cuisine où seront préparés des mets pour la clientèle.


" C’est encore mieux que le refuge Open Door! ", s’exclame Joanna Oovaut, originaire de Quaqtaq, au Nunavik, venue avec son conjoint assister à l’inauguration des lieux. À Montréal depuis un an et demi, l’Inuk compte bien
utiliser les services offerts par le nouveau centre.


Les différents intervenants à l'origine du projet, dont Nakuset, directrice générale du Foyer pour femmes
autochtones de Montréal, mettent l’accent sur " le sens de communauté " et " l’atmosphère invitante " que
pourront ressentir les futurs clients dans cet " espace sécuritaire " (safe space).


À noter que des organismes comme Moisson Montréal et Cactus Montréal viendront y dispenser des soins.


Le projet a été rendu possible notamment grâce " au travail acharné " d’une centaine de bénévoles, et aussi grâce à Architecture sans frontières Québec, " bras humanitaire " de l’Ordre des architectes du Québec. Les
travaux de rénovation ont été effectués en trois semaines seulement.


Le centre, situé dans un ancien restaurant japonais, est temporaire, puisque le local devrait être détruit
pour faire place à des copropriétés. Nakuset et ses partenaires sont déjà à la recherche d’un nouveau local permanent, mais toujours aux alentours du square Cabot.


Le nouvel emplacement sera également réalisé avec Architecture sans frontières Québec, dans le même " esprit ". " C’est très important d’avoir des services qui continuent ", affirme Nakuset.





Pete Buttigieg double Biden et Warren dans un sondage clé pour 2020

Pete Buttigieg double Biden et Warren dans un sondage clé pour 2020http://www.via214.net/


Publié le 14/11/2019 à 07:42 La Rédaction Via214



Le maire enregistre 22% des intentions de vote dans l’Iowa, devant Joe Biden (19%), Elizabeth Warren (18%) et le sénateur indépendant
Bernie Sanders (13%).


ÉTATS-UNIS -Le jeune maire américain Pete Buttigieg s’est hissé jusqu’aux sommets de la primaire démocrate dans
l’Etat-clé de l’Iowa, menaçant l’ancien vice-président Joe Biden qui fait aussi face à la perspective inquiétante de l’entrée en lice du milliardaire Michael Bloomberg dans la course à la Maison
Blanche.


La lutte est rude pour prendre, ou garder, sa place dans le peloton de tête alors qu’il reste encore une vingtaine de candidats à l’investiture démocrate, tous désireux de défier le républicain Donald Trump en novembre 2020.


A l’échelle nationale, l’ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, reste en tête mais son avantage s’est réduit. Et à ce stade de la campagne, tous les regards se tournent vers les premiers Etats à organiser des primaires en 2020 car ils pourront influencer la suite de la course.


Ascension de Buttigieg dans un État clé


Or dans l’Iowa, premier à voter le 3 février, le jeune modéré Pete Buttigieg, 37 ans, a dépassé les poids lourds dans un sondage publié mardi 12 novembre. C’est la première fois qu’il arrive en tête dans un Etat.


Le maire enregistre 22% des intentions de vote dans l’Iowa, selon ce
sondage de l’institut de Monmouth University, devant Joe Biden (19%), la sénatrice progressiste Elizabeth Warren (18%) et le sénateur indépendant Bernie Sanders (13%). La marge d’erreur est
importante, à 4,6 points, mais ce nouveau sondage vient confirmer
l’ascension de Pete Buttigieg dans l’Iowa depuis plusieurs semaines.


Encore inconnu du grand public il y a un an, le maire de South Bend, dans
l’Indiana, s’est depuis forgé un nom en se posant en modéré capable de rassembler l’Amérique pour battre Donald Trump.


Ancien militaire, polyglotte et utra-diplômé, Pete Buttigieg a récemment
déclaré à l’AFP être “aussi différent de ce président qu’il est possible de l’être”.


Marié depuis 2018 à un enseignant, Chasten, il est le premier candidat
homosexuel avec de réelles chances dans la course à la Maison Blanche.


Les rivaux de Donald Trump


Sur les 17 candidats encore en lice pour l’investiture démocrate, Joe
Biden reste favori au niveau national mais est en perte de vitesse (26,8%), suivi par Elizabeth Warren (20,8%), Bernie Sanders (17%), avec, loin derrière, Pete Buttigieg (7,5%).


Un nouveau venu pourrait bouleverser la course: l’ancien maire de New
York Michael Bloomberg, qui a franchi mardi un nouveau pas en direction d’une candidature à la Maison Blanche.


La rivale de Donald Trump en 2016, Hillary Clinton, a de son côté estimé mardi qu’il ne fallait “jamais dire jamais”, lors d’une interview à BBC radio 5 live. “Je suis sous une énorme pression de la part de beaucoup, beaucoup, beaucoup de gens pour y penser”, a-t-elle ajouté en référence à une éventuelle candidature. “Mais
pour le moment, assise dans ce studio pour vous parler, ce n’est absolument pas dans mes plans”, a ajouté l’ancienne secrétaire d’Etat.


Michael Bloomberg avait lui déjà déposé vendredi sa candidature dans
l’Alabama, parmi les premiers Etats à clore les listes de candidats. L’Arkansas et l’Alabama organiseront leurs primaires lors du “Super Tuesday”, avec une autre douzaine d’Etats le 3
mars prochain.


Ces dépôts de candidature “ne signifient pas que nous allons nous
présenter mais si nous le faisons nous devons être sûrs de faire partie du scrutin”, a-t-il expliqué mardi à des médias locaux, ajoutant que le moment où il prendrait sa décision finale se
“rapprochait”.





Un nouveau séisme d'une magnitude de 2,6 ressenti à Strasbourg

Un nouveau séisme d'une magnitude de 2,6 ressenti à Strasbourghttp://www.via214.net/


Publié le 14/11/2019 à 07:21 La Rédaction Via214



Un petit tremblement de terre d'une magnitude de 2,6 a, une nouvelle
fois, secoué Strasbourg, mercredi 13 novembre, peu avant minuit.


Un petit séisme d'une magnitude de 2,6 a secoué Strasbourg mercredi
soir, au lendemain d'une secousse un peu plus forte de 3,3, a indiqué le Réseau national de surveillance sismique (RéNaSS) de Strasbourg.


Situé à 5 km de la capitale alsacienne, l'épicentre de ce nouveau séisme, intervenu mercredi peu avant minuit, est proche de celui du séisme
de mercredi, selon les données publiées par le site internet du RéNaSS, qui qualifie ce phénomène d'"événement
induit "
, comme le précédent.


Mardi, un chercheur du RéNaSS avait estimé " tout à fait possible que le séisme ait été provoqué par des activités de géothermie " conduites
au nord de Strasbourg, à Reichstett, par l'entreprise Fonroche. Fonroche a, pour sa part, contesté tout lien avec son
activité de forage.


La secousse de mardi survenait elle-même au lendemain de celle, beaucoup plus puissante, qui a frappé l'Ardèche lundi, faisant quatre blessés.





Crise à l’hôpital : ce qu’il faut savoir sur la journée de grève de jeudi

Crise à l’hôpital : ce qu’il faut savoir sur la journée de grève de
jeudihttp://www.via214.net/


Publié le 14/11/2019 à 06:55 La Rédaction Via214



L’ensemble des personnels hospitaliers sont appelés à faire grève ce jeudi pour obtenir un vaste plan pour l’hôpital.



Un jeudi noir. C'est ce que promet la quinzaine d'organisations
syndicales qui appellent les personnels de santé des établissements publics à faire grève et à manifester contre les conditions de travail et pour de nouveaux moyens ce 14 novembre, à Paris et en province. Du succès de cette journée dépend la réaction du gouvernement qui planche actuellement sur un grand plan hôpital, promis par Agnès Buzyn fin octobre et dont le détail pourrait être dévoilé la
semaine prochaine. Un plan attendu aussi par le Sénat qui a suspendu mardi le vote du budget de la Sécu pour 2020.


80 % de grévistes attendus à l'AP-HP


Tous les ingrédients sont réunis pour marquer cette journée d'une pierre blanche. L'Elysée et Matignon redoutent même que ce mouvement des blouses blanches, lancé en mai dernier par les
personnels non médicaux des urgences, et qui a fait tache d'huile à l'hôpital, ne s'agrège au mécontentement des Gilets jaunes.


Du coup, les établissements ont massivement déprogrammé la plupart
des interventions chirurgicales non urgentes et réquisitionné de nombreux personnels pour assurer la continuité du service.


Une contestation généralisée


Selon Inter-Urgences, à l'initiative du mouvement, 268 services d'urgences sur 650 sont actuellement touchés par des grèves. Depuis l'été s'est constitué un autre collectif, Inter-Hôpitaux,
qui appelle aussi à la grève pour des moyens et de meilleures conditions de travail et d'accueil des patients à tous les étages de l'hôpital.


Les syndicats d'internes, de jeunes médecins, de kinés, de psychologues… s'associent au mouvement. Même les doyens des facultés de médecine soutiennent la journée, incitant leurs
étudiants à descendre dans la rue.


À l'AP-HP, qui compte 37 hôpitaux en Île-de-France, 80 % des personnels paramédicaux (infirmières, aides-soignantes) devraient se déclarer grévistes, même réquisitionnés.


Grève du codage


La colère a même gagné les discrets médecins chefs de service. Ils ont entamé une " grève du codage ", qui permet aux établissements de facturer les actes à l'Assurance maladie. C'est le cas à Marseille et à l'AP-HP, où 380 services sont touchés par cette
pratique qui pénalise les finances des 39 hôpitaux du groupe.


Le ministère de la Santé a pourtant annoncé en juillet un plan de 750 millions d'euros. Mais l'incendie, loin de s'éteindre s'est propagé à tout
l'hôpital.


Car plus que les moyens, c'est l'attractivité de l'hôpital qui est en
jeu. Sur les 230 postes de personnels paramédicaux proposés par l'AP-HP suite au plan urgence de Buzyn, seule une vingtaine a trouvé preneur.


Impossible de recruter


" On a rarement vu une telle situation, réagit le directeur général
adjoint de l'AP-HP, François Crémieux. On assumait la suppression cette année de 779 emplois administratifs ou techniques du fait de réorganisations, hausse de la chirurgie ambulatoire... Mais on va finalement avoir perdu 1300 postes. " Il manque des anesthésistes,
gériatres et pas moins de 100 manipulateurs radio ! " Et pour les
infirmières la situation s'est sévèrement dégradée, poursuit-il
: nous en cherchons 500 ! "





Grave tremblement de terre dans la Drôme : les images des dégâts

Grave
tremblement de terre dans la Drôme : les images des dégâtshttp://www.via214.net/


Publié
le 14/11/2019 à 06:28 La Rédaction Via214






Il
a ravagé la région. Un séisme de magnitude 5,4 vient de frapper la
Drôme et l'Ardèche. Survenu le 11 novembre 2019, il est le plus
fort tremblement de terre que la France ait connu depuis 16 ans.







Au
mieux, les murs sont lézardés. Au pire, les façades sont
littéralement tombées, secouées par la violence de ce tremblement
de terre. De magnitude 5,4 sur l’échelle de Richter, il a frappé
tout un pan du sud de la France, ce lundi 11 novembre 2019.
Cependant, signale le quotidien 20 minutes,
 l’Ardèche est le département le plus malmené.



Parmi
les communes qui ont le plus souffert, on retrouve notamment Le Teil,
installée tout près de l’épicentre. D’après le journal, c’est
elle qui affiche les dégâts matériels les plus importants. Et pour
cause ! Depuis 2003, l’Hexagone n’avait pas connu pareille
catastrophe. C’est le séisme le plus important à survenir sur le
territoire français depuis 16 ans. Les secousses ont d’ailleurs
été ressenties jusqu’à Lyon, Grenoble ou Montpellier…



Maison
éventrées, fenêtres arrachées : le maire parle de dommages
énormes 



Compte
tenu du risque d’effondrement, de nombreux habitants n’ont pas pu
dormir chez eux, indique France 2.
 Il a fallu faire évacuer les 8 500 habitants du Teil sur ordre de la
préfecture et nombreux sont ceux à avoir passé la nuit dans des
gymnases réquisitionnés pour l’occasion.



Plusieurs
bâtiments importants ont été largement fragilisés, comme des
lieux de cultes ou l’hôtel de ville. "Le dernier étage de la
mairie n’est pas accessible, les plafonds sont tombés",
explique en effet le maire (PS), qui poursuit : "les deux
églises, les toits menacent de s’effondrer, on n’a pas évalué
les dégâts, mais ils sont énormes". Plus d’informations
dans notre diaporama.



Au
total, quatre personnes ont été blessées, dont trois suite à un
mouvement de panique. La dernière a été touchée par la chute d’un
échafaudage à Montélimar, épicentre du séisme.


Autre
danger potentiel pointé du doigt : les sites nucléaires à
proximité. Certains, comme le rappelle le collectif antinucléaire
du Vaucluse, sont implanté "sur une faille sismique active". 
L’Agence de sûreté nucléaire (ASN) a répondu à ces
inquiétudes, estimant que le tremblement de terre n’avait provoqué
"aucun dommage apparent".






 Autorité de sûreté nucléaire (ASN)


@ASN



Séisme
en vallée du Rhône : L’ASN a contrôlé la bonne application des
procédures de vérification. L’ASN s’est mobilisée pour faire
le point avec l’ensemble des exploitants ayant des installations
nucléaires dans la région... ->asn.fr/Informer/Actua... 


124


7:24 PM - Nov. 2019





L'incroyable histoire de la maison hantée de M. et Mme Mariole

L'incroyable
histoire de la maison hantée de M. et Mme Mariolehttp://www.via214.net/


Publié le 14/11/2019 à 06:06 La
Rédaction Via214



Ils
ont passionné l'Angleterre avec leur fait divers : Charlotte et
Jean-Marc Mariole, un couple de jeunes mariés français installés
outre-Manche, ont habité durant près d'un an dans une maison
hantée.






On
pourrait croire à un scénario de film d’épouvante, mais il n’en
est rien. Quand Charlotte et Jean-Marc Mariole se sont installés en
avril 2010 à Frodsham, près de Manchester, au Nord de l’Angleterre,
ils pensaient avoir déniché la bonne affaire : "pour environ
600 euros, nous avions une maison sur deux niveaux. C’était
inespéré",  confie Jean-Marc Mariole au Parisien. 






Ayant
eu vent de ce fait divers, la presse anglaise ne tarde pas à en
faire écho. En février dernier, les journalistes britanniques
publient des interviews du couple tandis que des caméras s’invitent
dans la maison, dans l’espoir de capter un phénomène paranormal.
C'est chose faite avec une vidéo mise en ligne sur le site
du Sun 
(voir
la capture ci-contre).






Sur
cette vidéo, des petits cercles lumineux apparaissent dans une pièce
plongée dans l’obscurité.



"Ces
formes ont commencé à apparaître alors que nous écoutions une
chanson triste au piano. Elles tournaient autour de nous, parfois par
dizaines” commente le couple qui précise : “nous avons vu entre
200 à 300 de ces choses qui volaient dans la maison”.



Qui
sont ces fantômes ?



Selon
le Daily Mail,
 deux personnes se seraient suicidées près de la maison, ce qui
expliquerait peut-être l’origine de ces phénomènes.






Selon
le Daily Mail, 
deux personnes se seraient suicidées près de la maison, ce qui
expliquerait peut-être l’origine de ces phénomènes.



Charlotte
et Jean-Marc, eux, racontent au Parisien 
qu’ils
se sont renseignés auprès de leurs voisins.



Selon
les informations qu’ils ont collecté, la maison (voir photo
ci-contre) a été construite en 1869 par un noble irlandais amateur
de pipe. Etrange, le couple se plaignait justement de "cette
odeur de vieux tabac à pipe qui nous suivait jusque dans la salle de
bains".


"On
ne peut rien faire, la maison est hantée. Fuyez !"



Près
d’un an après leur arrivée, les Mariole sont à bout. Terrifiés,
ils dépensent plus de 3 000 euros en chambre d’hôtel pour ne plus
avoir affaire aux fantômes de leur maison, une fois la nuit tombée.



"C’était
devenu invivable : entre ces spectres et les bruits, on ne pouvait
jamais passer une nuit tranquille", "les bruits étaient
très pénibles, on les dirait tout droit sortis d’un film
d’horreur et cela n’était pas bon pour notre vie sexuelle"
confie le couple.



Jean-Marc
et Charlotte envisagent même l’exorcisme pour chasser les esprits
frappeurs. Mais le curé du village n’a pu les aider : "On ne
peut rien faire, la maison est hantée. Fuyez !" aurait-il dit.



Mal
à l’aise dans leur maison et fatigué de dépenser de l’argent
en chambre d’hôtel, le couple a été contraint de quitter son
foyer britannique pour revenir en France. Jean-Marc et Charlotte
habitent aujourd'hui à Biganos, en Gironde. 

Trump reçoit Erdogan, malgré les tensions et les controverses

Trump reçoit Erdogan, malgré les tensions et les controverseshttp://www.via214.net/


Publié le 13/11/2019 à 08:02 La
Rédaction Via214




Après des semaines d'échanges tendus et parfois confus, place au
tête-à-tête: Donald Trump reçoit mercredi à la Maison Blanche son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, pour évoquer la Syrie, le sort des prisonniers jihadistes ou encore l'Otan.


La conférence de presse commune des deux dirigeants, prévue en début
d'après-midi, s'annonce haute en couleur. D'autant qu'elle coïncidera avec un autre événement de taille à Washington: les premières auditions publiques au Congrès dans l'enquête en vue d'une éventuelle destitution de Donald Trump.


Le locataire de la Maison Blanche s'enorgueillit de savoir négocier
avec les dirigeants autoritaires. Mais ses tractations avec M. Erdogan au cours des semaines écoulées ont été pour le moins chaotiques, suscitant de réelles interrogations sur sa stratégie
dans la durée en Syrie.


Après l'annonce par M. Trump du retrait des troupes américaines déployées dans le nord-est de la Syrie, Ankara a lancé 9 octobre une offensive
militaire visant les forces kurdes alliées de la Coalition internationale dans la lutte contre les jihadistes.


"Ne jouez pas au dur! Ne faites pas l'idiot!", lançait alors M. Trump dans une lettre au ton surprenant adressée à son homologue turc.


Fortement critiqué, y compris dans son propre camp, il a ensuite durci le ton, menacé de "détruire" l'économie turque et autorisé des sanctions contre la Turquie, qui ont été levées après un accord conclu mi-octobre.


Mais l'abandon des forces kurdes et la place laissée à la Russie dans le
conflit syrien ont indigné nombre d'élus, démocrates comme républicains.


"Nous pensons que le moment est particulièrement mal choisi pour recevoir le président Erdogan aux Etats-Unis, nous vous exhortons à retirer
votre invitation", ont écrit des élus des deux bords dans une lettre rendue publique lundi.


N'est-ce pas faire un cadeau à Recep Tayyip Erdogan que de le recevoir en
grande pompe à la Maison Blanche ?


"Nous nous devons de parler avec la Turquie sur la Syrie", répond un
haut responsable département d'Etat sous couvert d'anonymat. "Il ne faut pas voir ce genre de visites comme des récompenses mais comme des outils de la diplomatie".


Les atermoiements de M. Trump et l'offensive turque ont aussi suscité de
vives tensions au sein de l'Alliance atlantique - dont la Turquie est membre - qui redoute une résurgence du groupe Etats islamique.


Le président français Emmanuel Macron a déploré en termes très vifs l'absence totale de coordination avec les Etats-Unis sur ce dossier, jugeant que l'Otan était en état de "mort cérébrale".


- Missiles russes -


Le tête-à-tête entre les deux dirigeants intervient à la veille
d'une réunion à Washington de ministres de la coalition internationale antijihadiste. Elle avait été demandée en urgence par le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le
Drian après l'annonce du retrait des soldats américains.


Au-delà du dossier syrien, les sources de frictions sont nombreuses.


Malgré les protestations de Washington, la Turquie a acheté des systèmes de missiles antiaériens S-400 à la Russie. En réponse, les Etats-Unis ont écarté la Turquie du programme de développement de l'avion de combat furtif américain F-35, en dépit des
investissements importants d'Ankara dans ce projet.


"Nous sommes très en colère", a souligné dimanche sur CBS Robert
O'Brien, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump. "Il
n'y pas de place, au sein de l'Otan, pour des achats importants
d'armement à la Russie".


De son côté, Ankara a laissé éclater son mécontentement après le vote fin octobre d'un texte par la Chambre des représentants des Etats-Unis qualifiant de "génocide" le massacre de centaines de milliers d'Arméniens par l'Empire ottoman, un terme que la Turquie rejette.


La dernière visite de M. Erdogan à Washington, en mai 2017, avait été
marquée par des affrontements violents entre ses services de sécurité et des manifestants pro-Kurdes dans un quartier huppé de Washington, devant la résidence de l'ambassadeur de Turquie.



L'élue républicaine Liz Cheney a adressé un courrier au chef de la
diplomatie Mike Pompeo lui demandant d'interdire l'accès sur le territoire américain à toute personne voyageant avec le président turc et ayant participé à "l'attaque contre des citoyens américains qui manifestaient pacifiquement".


"Le recours à la violence par le régime Erdogan, où que ce soit, est
inhumain et inacceptable", a-t-elle écrit.





Italie : Venise sous les eaux après une marée historique

Italie :
Venise sous les eaux après une marée historiquehttp://www.via214.net/


Publié le 13/11/2019 à 07:37 La Rédaction Via214




La place San Marco et de nombreux
quartiers de Venise sont inondées après une marée historique, le
12 novembre 2019. — Marco Bertorello / AFP





PLANETE
L'" acqua
alta " a atteint 187 cm, et l’état de catastrophe
naturelle devrait être déclaré mercredi



Des
gondoles échouées sur les trottoirs, des restaurants, des boutiques
et des hauts lieux du patrimoine mondial inondés : la
situation est " catastrophique " à Venise, frappée par
une marée historique, a annoncé le maire de la ville, mardi soir.
Luigi Brugnaro a indiqué qu’il allait demander que l’état de
catastrophe naturelle soit déclaré mercredi, s’attendant à des " dégâts majeurs ".



Luigi Brugnaro


@LuigiBrugnaro



Anche
oggi affrontando maree che segnano record negativi. Domani
dichiareremo lo stato di calamità. Chiediamo al #Governo 
di aiutarci, i costi saranno alti. Questi sono gli effetti dei
cambiamenti climatici. Il Mose va terminato presto. Domani scuole
chiuse a Venezia e isole.




263


22:47 - 12 nov. 2019



Luigi Brugnaro


@LuigiBrugnaro



Situazione
drammatica





332


00:22 - 13 nov. 2019



Vers
23H30, le Centre des marées indiquait une hauteur de marée à
1,87 m, soit la plus importante " acqua alta " depuis le record enregistré le 4 novembre 1966 (1,94 m).


" Marée
exceptionnelle "



Le
niveau de marées est enregistré à Venise depuis 1923. Un niveau de
marée de 1,87 m qui ne signifie pas pour autant que la Cité
des Doges se trouve immergée sous près de deux mètres d’eau. Il
faut en effet retrancher de cette hauteur le niveau moyen de la ville
qui se trouve entre un mètre et 1,30 m.


PastalCapitano
 @PCapitano2


#acquaAlta #venezia

Incredibile acqua raggiunge 2,00m

Se ci fosse stato
il Mose in funzione non sarebbe accaduto.

Ma invece di
costruirle le opere pubbliche i nostri politici se le mangiano in
tangenti.




66


00:12 - 13 nov. 2019


" Nous
sommes en train d’affronter une marée plus qu’exceptionnelle.
Tout le monde est mobilisé pour gérer l’urgence ", a tweeté
Luigi Brugnaro. " Nous avons besoin que tout le monde nous aide
à faire face à ce qui est clairement les effets du changement
climatique », a ajouté le maire présent sur une barque sur la
célèbre place San Marco en fin de soirée.

La faillite de Parmalat secoue l'Italie et touche la France

La faillite de Parmalat secoue l'Italie et touche la Francehttp://www.via214.net/


Publié le 13/11/2019 à 06:41 La Rédaction Via214



IL S'AGIRAIT de la plus grande escroquerie en Europe depuis la guerre.
Depuis samedi, Parmalat, le géant laitier italien, est en faillite, et son président, Calisto Tanzi, dort depuis en prison. Un scandale à la Enron qui secoue l'Italie et dont les retombées touchent la France.


Un trou de 7 à 13 milliards d'euros :


une myriade de sociétés logées dans des paradis fiscaux, des documents
bancaires falsifiés, des bilans truqués, des actionnaires appauvris par la chute de l'action... Une mécanique qui fonctionne depuis près de quinze ans ! Depuis dix jours, les enquêteurs italiens découvrent la face cachée.


Rien n’était plus prévisible que la faillite du géant de l’agroalimentaire Parmalat, démontre Beppe Grillo. L’humoriste italien va plus loin : c’est tout le système politico-économique créé par Berlusconi qui repose sur la tromperie. Et qui empêche le pays d’avancer.


Depuis des années, de nombreux signes indiquaient qu’il ne fallait pas
investir dans Parmalat. Si cela me semblait évident, à moi qui suis
un comique de profession, comment ne l’était-ce pas pour les banques internationales, les sociétés d’audit, les investisseurs et les épargnants ? Quelques semaines avant que l’entreprise
ne s’effondre, sa dette était encore fort honorablement classée par l’agence de notation financière Standard & Poor’s. Au cours des six mois précédents, la valeur des actions Parmalat avait doublé. Mais la Deutsche Bank, qui en détenait 5 %, a vendu
ses parts juste avant la chute. Personne, vraiment, n’était au
courant ? Depuis 2002, dans mes spectacles, j’ai parlé des dettes et des bilans falsifiés de Parmalat à plus de cent mille spectateurs. Je suis fils d’industriel. Ce qui me laisse perplexe
dans l’affaire Parmalat, c’est la stratégie industrielle bien plus que la stratégie financière : je suis frappé par la disproportion entre la pauvreté du produit de base (le lait) et la
mégalomanie du projet et des dépenses publicitaires du patron de Parmalat, Calisto Tanzi. Si une entreprise de taille moyenne à l’échelle régionale déclare vouloir devenir, comme disait Tanzi, “le Coca-Cola du lait”, c’est qu’elle ne connaît ni son produit ni les marchés. C’est comme si un fabricant de cadrans solaires disait : “Je veux devenir la Rolex des cadrans solaires.” Comment peut-on confier son argent à un tel individu ? Les caractéristiques du lait sont exactement à l’opposé de
celles du Coca-Cola, qui est une mixture chimico-végétale inventée par un pharmacien, standardisée et mondialisée, produite dans un petit nombre d’usines énormes et centralisées. Le Coca-Cola a des coûts de production très bas et des coûts d’exploitation très élevés parce que son attrait est fondé en grande partie sur l’émotion et sur la publicité. Le lait, à l’inverse, est un
produit naturel, périssable, local, qui provient de milliers de producteurs il présente des coûts de production élevés et de faibles coûts d’exploitation, et il est confronté à une forte concurrence. Coca-Cola tire ses bénéfices de ce qui a été créé
autour de sa bouteille, ceux du lait proviennent de ce qui est dans la bouteille. Un produit déjà parfait, qui a été optimisé au cours d’une évolution de plusieurs millions d’années. Modifier
une chose parfaite ne peut que la rendre pire, à moins d’en faire quelque chose de très différent, comme le fromage ou le yaourt. Avec le lait, il y a deux possibilités : le modifier le moins
possible et conserver au mieux ses propriétés pendant quelques jours, ou le transformer en autre chose, qui sera vendu pour d’autres motifs, nutritionnels, comme le fromage ou le yaourt, ou émotionnels, comme les “nouveaux aliments” inventés par le marketing. Dans le premier cas ce sont les petites laiteries locales, souvent
coopératives ou communales, dont il y a de bons exemples en Italie et en Suisse, qui réussissent le mieux. Dans le second, seules les quelques grandes entreprises qui investissent massivement dans la recherche et le marketing tirent leur épingle du jeu. Dans les deux
cas, les marges restent modestes et ne justifient pas d’énormes dépenses publicitaires.


Tanzi et Berlusconi deux mégalomanes pathologiques
Marlboro ou Benetton
peuvent sponsoriser la formule 1 parce qu’ils vendent des produits à forte valeur ajoutée et à fort contenu émotionnel, parce qu’ils proposent des produits identiques dans plus de cent pays à travers un réseau de distribution extrêmement ramifié. Mais un consortium
de laiteries ne peut sûrement pas sponsoriser la formule 1 comme l’a
fait Parmalat pendant des années : c’est de l’argent jeté par les fenêtres. Cela s’applique aussi au parrainage de dizaines d’équipes sportives dans le monde, dont celle, très coûteuse, du
club de football de Parme. Cela vaut aussi pour le jet privé de Parmalat, que, selon plusieurs journaux, Tanzi prêtait à des évêques, à des cardinaux, et même à un ambassadeur des Etats-Unis. En somme, il y a une forte incohérence entre la nature de cette entreprise industrielle et l’étendue extravagante de ses dépenses. Ce qui m’a le plus frappé dans les reportages que j’ai
vus ces temps-ci est que l’on ne parle que de l’argent, jamais des produits. On a écrit un tas de choses sur Parmalat en tant qu’entreprise financière, mais pas en tant qu’industrie qui fabrique des produits comestibles. Cela relève d’une conviction très répandue, en particulier en Italie : n’importe quelle entreprise, quoi qu’elle produise, peut générer de très gros profits si elle est prise en main par des financiers créatifs et
culottés. Dans mes spectacles, j’ai commencé à parler d’abord des produits de Parmalat, et seulement ensuite de ses milliards. En 2001, je me promenais dans les rangs du public en tenant un merlan
que je plongeais dans une tasse de lait en demandant aux gens quel effet ça leur faisait. Je m’inspirais de l’un des “nouveaux aliments” de Parmalat : une campagne publicitaire impressionnante annonçait la “découverte” du lait contenant des oméga-3 qui, promettait-on, ont des effets bénéfiques sur le
système cardio-vasculaire. Ce que la publicité ne disait pas, c’est que les oméga-3 sont des acides gras que l’on extrait des poissons. Ce lait n’avait pas été “découvert”, mais inventé
en laboratoire en mélangeant artificiellement du lait de vache et
des additifs. Qu’en est-il aujourd’hui de ce produit et de ces investissements ? Les scandales alimentaires de ces dernières années ont fait perdre à beaucoup d’Européens leur confiance
dans l’industrie agroalimentaire. Mais ils sont censés la retrouver grâce aux “contrôles rigoureux” italiens de la
nouvelle Agence alimentaire européenne, qui aura son siège précisément à Parme, ville dont Parmalat est le symbole. Et qui a imposé Parme comme siège de cette Agence ? Silvio Berlusconi, qui a dit à l’Europe : “Pour Parme, le garant, c’est moi !” Il voulait comme d’habitude jurer sur la tête de ses enfants, mais on le lui a déconseillé. Tanzi et Berlusconi sont aujourd’hui les deux chefs d’entreprise italiens les plus connus au monde. Il me semble que leur célébrité n’en fait pas les meilleurs exemples de cette Italie qui inspire confiance. J’entends des industriels et des financiers répéter que Parmalat est une exception criminelle et qu’elle n’est pas représentative de l’Italie j’entends dire que tout domaine d’activité a ses brebis galeuses. En fait, c’est tout le contraire. Tanzi et
Berlusconi sont de bons exemples de la classe dirigeante italienne
d’aujourd’hui : des cas pathologiques de mégalomanie, qui possèdent une grande équipe de football, des yachts qui valent des millions et un jet privé. Avant que Berlusconi ne fonde le parti
Forza Italia [en 1994], l’ampleur des dettes de l’homme d’affaires, son habileté dans la falsification des bilans et son réseau de sociétés financières offshore présentaient de
nombreuses ressemblances avec la situation de Tanzi. Berlusconi
confia même à la presse que le seul moyen pour lui de s’en tirer était de conquérir le pouvoir politique. La voilà, la différence insurmontable entre Tanzi et Berlusconi : Tanzi n’aurait pas
pu fonder “Forza Lat” et sauver sa peau en entrant en politique comme l’a fait Berlusconi. Car, contrairement à la télévision commerciale, le lait ne peut pas être transformé en une proposition
politique. La mentalité, l’idéologie, l’appareil, les hommes et les méthodes de Berlusconi en affaires consistent à abuser et à conquérir des millions de personnes en leur présentant l’image
fascinante d’une société idéale dans laquelle les gens sont jeunes et beaux, immergés sous un déluge de produits de
consommation, toujours joyeux, largement au-delà du seuil de la stupidité. La formule magique ? Davantage de publicité, donc plus de consommation, plus de production, plus d’emplois, plus de profits, et donc, de nouveau, plus de publicité et ainsi de suite dans une spirale infinie du bien-être. Ce programme - qui était déjà intrinsèquement politique - a été facilement transformé en un programme cette fois explicitement politique. Il a suffi d’élargir légèrement le spectre des objectifs, de trouver un nom adéquat
(Forza Italia) à un pseudo-parti, de sélectionner quelques dizaines d’employés parmi les meilleurs de Publitalia - la puissance agence
de publicité du groupe Fininvest [propriété de la famille Berlusconi] - et de les transformer en commissaires politiques ayant pour mission de conquérir le marché à n’importe quel prix. Tanzi n’a ni le sens du spectacle ni les outils de communication de
Berlusconi. Voilà pourquoi il ne pouvait pas devenir lui-même un produit politique. Il se contentait de financer le parti le plus fort, d’abord la Démocratie chrétienne, puis Forza Italia. Tanzi est austère, réservé, c’est un homme d’Eglise peu bavard. Son
style est celui d’un cardinal. Celui de Berlusconi est tout autre, c’est celui d’un amuseur de mauvais goût. Quand il était jeune, il poussait la chansonnette et racontait des blagues sur les
paquebots de croisière. Il n’a jamais cessé, même au Parlement européen, de s’exhiber et d’essayer de faire rire. Le coeur de métier de Berlusconi, c’est Berlusconi lui-même. C’est le
cabaret qui lui a permis de s’en tirer par la politique, ce sont ses expériences juvéniles de bateleur et un instinct de comique bas de gamme qui garantissent son succès parmi les gens les moins cultivés - précisément les spectateurs de ses chaînes de
télévision. S’il n’était pas un personnage tragique pour l’Italie, Berlusconi serait en tant que pitre de cabaret le plus grand phénomène du siècle. Tanzi et Berlusconi ont tous deux le titre de “Cavaliere del lavoro” [Chevalier du travail, distinction décernée par l’Etat à des entrepreneurs]. En Italie, la presse utilise le terme “Il Cavaliere” comme synonyme de Berlusconi. Pour clarifier les choses, il faudrait aujourd’hui que
certains renoncent à ce titre : soit Tanzi et Berlusconi, soit les nombreux Cavalieri honnêtes que compte l’Italie. Tant que Berlusconi et Tanzi seront Cavalieri, ils feront forcément penser
aux cavaliers de l’Apocalypse. Ce sont des gens comme eux qui mènent l’économie et les valeurs civiques de l’Italie tout
droit à la catastrophe absolue.


Faute de réformes, le pays accumule les retards


L’Italie est un grand Parmalat, fondé davantage sur l’apparence et la falsification que sur la substance. Comme pour Parmalat, rares sont ceux qui se rendent compte de l’abîme qu’il y a entre l’image et la réalité de
l’Italie. Pendant trente ans, l’instabilité politique et la corruption ont ralenti la modernisation du pays. Mais depuis dix ans, depuis que la Fininvest de Berlusconi est devenue le principal acteur politique italien, ce ralentissement s’est transformé en
paralysie. D’un bout à l’autre de l’éventail politique, toutes les énergies sont absorbées par la tentative d’étendre le pouvoir et l’idéologie Fininvest à l’ensemble de l’Etat et de
la société, ou par la volonté de contrecarrer cette offensive hégémonique. De nombreux secteurs nécessitent depuis des décennies
des réformes profondes et urgentes : instruction, information, recherche, innovation, technologie, système des retraites, emploi, répartition des revenus, justice, énergie, transports, gestion du territoire, protection de l’environnement, développement durable.
Mais depuis dix ans tout cela passe au second plan. Les retards italiens s’accumulent, deviennent dramatiques. Le système Fininvest et le système Italie sont, par certains aspects, analogues
au système Parmalat : beaucoup d’effets d’image, des comptes falsifiés, de la corruption, une qualité médiocre.
Pourtant, si Parmalat trafiquait les comptes, elle produit des millions de tonnes d’aliments qui génèrent un bien-être réel pour des dizaines de millions de personnes dans trente pays.
Fininvest n’est pas une multinationale, comme Parmalat, mais une “hypernationale”. Ses profits proviennent presque exclusivement
de l’Italie et sont en étroite synergie avec le système politique et la corruption. La plus grande partie de ses gains provient de la publicité, une activité qui apporte à la population plus de maux que de bienfaits. Bien plus que de profits dans un marché compétitif, il s’agit d’une rente sans risques, fondée sur le monopole, le dirigisme étatique et la production d’aucun objet concret. Avec le système de la publicité “obligatoire”, ce sont
des milliards d’euros que Fininvest prélève dans les poches des Italiens puisque ceux-ci, y compris ceux qui ne regardent pas ses chaînes de télévision, paient les produits plus cher du fait du
coût de la publicité. Sans mérite et sans risques, puisque les citoyens subissent un bombardement publicitaire forcé, qu’ils ne peuvent éviter parce que la télévision commerciale, qu’elle soit privée ou publique, est le seul type de télévision existant en
Italie. Cette rente publicitaire se fonde sur la concession par l’Etat de fréquences qui ont été obtenues au temps de Bettino Craxi [socialiste, président du Conseil de 1983 à 1987] en
corrompant le pouvoir politique. Sans ces concessions, en partie illégales, les revenus et le pouvoir de Fininvest s’écrouleraient. En outre, depuis deux ans, la rente Fininvest est garantie par les hommes du groupe - plusieurs centaines -, qui ont pris le contrôle
du gouvernement, du Parlement et de la télévision publique et tentent maintenant de mettre la main sur la magistrature et la banque centrale. La rente Fininvest est vraiment sans risques, puisqu’une large part des soixante-dix avocats que Berlusconi a fait élire au Parlement sont aussi ceux qui le défendent dans des procès au cours desquels ils utilisent les lois qui lui sont favorables et qu’eux-mêmes approuvent en tant que parlementaires.


Le faux en écriture vient d’être dépénalisé


Ces mêmes avocats sont souvent invités à des talk-shows télévisés où ils poursuivent leur défense de Berlusconi depuis le “tribunal”
italien le plus important, celui qui rassemble des millions de téléspectateurs et d’électeurs. Ce type d’avocat milliardaire représente bien ce qui s’est produit en Italie : la
concentration du pouvoir économique, exécutif, législatif et de
l’information dans les mains d’une unique entreprise, Fininvest.
Grâce à une loi de Berlusconi - applicable rétroactivement, y
compris à lui-même -, le faux en écritures a été presque complètement dépénalisé. Il est donc resté ou devenu une pratique très répandue non seulement dans les entreprises, mais aussi au gouvernement. Si l’on en croit ce gouvernement, le rapport entre le déficit et le produit intérieur brut (PIB) en 2003 est inférieur à 3 %. En réalité, il serait supérieur à 4 % si la
comptabilité créative de Giulio Tremonti, ministre de l’Economie
et des Finances - qui fut un expert comptable de Berlusconi -, n’avait pas comptabilisé pour 2003 les recettes provenant des énormes amnisties fiscales et immobilières ou des ventes de biens
publics, qui, en fait, s’échelonnent sur plusieurs années. L’Italie est un pays au crépuscule. C’est la raison pour laquelle, dans mon spectacle Blackout, j’entre en scène dans une salle plongée dans le noir en tenant un bougeoir. Je suis un acteur comique et le déclin de l’Italie, je le perçois d’abord
avec les yeux et les oreilles : je vois la publicité et la vulgarité envahir le paysage, les médias, la vie quotidienne. Là où il y avait autrefois des entrepôts industriels, on voit maintenant de longues files de panneaux publicitaires montrant des marchandises qui autrefois étaient produites à cet endroit même,
et qui désormais sont importées. Je vois l’environnement se dégrader, j’entends la circulation et le bruit qui augmentent, partout. J’entends les gens : avilissement, absence de perspectives, ignorance et désintérêt envers ce qui se passe dans le reste du monde, égoïsme, méchanceté et vulgarité croissantes,
déclin du sens civique et de la solidarité. Même si en tant qu’artiste je suis en droit de le faire, je ne me fonde pas uniquement sur mes impressions. Moi qui suis un vrai acteur, je ne veux pas faire comme Berlusconi, homme d’Etat pour de faux, qui parle à la télévision en maquillant les faits et les statistiques, en évoquant des rêves, des promesses, des miracles et des révolutions. J’aime me documenter avec des faits et des chiffres nus, sans lifting. Aux quelques étrangers qui voudraient encore
investir en Italie et aux nombreux Italiens qui voudraient voter à nouveau pour le système Fininvest-Forza Italia, je conseille deux petits livres : Pocket World in Figures 2004, une synthèse de
statistiques internationales réalisée par The Economist, et Il declino dell’Italia, un essai inquiétant du journaliste économique Roberto Petrini [publié chez Laterza, non traduit en français]. Ces ouvrages permettront à qui voudra se documenter sur le crépuscule italien d’éviter bien des ennuis et des erreurs d’investissements.L’Italie est en train de devenir un ex-pays industriel. Elle a démantelé une bonne partie d’une industrie qui était jusque-là bien placée dans le monde : chimie, pharmacie, informatique, électronique, aéronautique, et peut-être bientôt automobile. C’est le pays qui compte le plus de personnes âgées au monde et le taux de fécondité le plus bas de tous les pays industrialisés : depuis des années, les naissances sont moins nombreuses que les décès. Nos niveaux d’instruction, de culture et de recherche sont parmi les plus faibles d’Europe. Nous avons l’un des pourcentages de diplômés les plus bas de tous les pays industrialisés, et le nombre le plus élevé de mages, de
publicitaires et de guérisseurs. Nous sommes passés de 5 à 3,6 % du total des exportations mondiales, et nous sommes en voie de disparition du classement des exportations de produits technologiques
avec un petit 2,5 %, tandis que la France et l’Allemagne sont à 6 et 8 %. Il ne faut pas s’étonner si nous sommes le pays industriel qui attire le moins de capitaux étrangers. Les investissements des multinationales en Italie ont diminué de 11 % en 2001 et de 44 % en 2002. Par la bouche de l’un de ses membres les plus influents, le
leader de la Ligue du Nord et ministre des Réformes Umberto Bossi, le gouvernement a affirmé que l’Union européenne était dominée par les “nazis rouges”. Ce même Bossi a déclaré que, en
faisant échouer l’approbation de la Constitution européenne à Bruxelles, “nous avons réussi à empêcher le retour de l’empire communiste”, et que “l’euro est le hold-up du millénaire. C’est une invention des francs-maçons.” Si vous étiez un investisseur étranger, vous mettriez votre argent dans un pays
gouverné par des gens pareils ?L’Italie peut toutefois sembler riche : septième PIB du monde, quatrième parmi les grands pays pour le nombre d’automobiles et de téléphones portables par habitant. Mais, selon la vingtaine des principaux
indicateurs qui permettent de se représenter l’avenir d’un pays, elle se trouve entre la vingtième et la quarantième place. Ceux dont nous nous rapprochons le plus sont des pays en voie de développement (Colombie, Namibie, Sri Lanka, Chine, Brésil), des
pays d’Europe de l’Est en transition (Slovénie, Estonie, Slovaquie) ou, dans le meilleur des cas, les pays européens les moins riches (Espagne, Portugal, Grèce). La grande différence entre
l’Italie et ces pays est que ces derniers gravissent les échelons
des palmarès internationaux alors que nous dégringolons. Ce déclin atteint une profondeur incroyable. A la Renaissance, nous avons été un phare de la culture, de la science, de l’innovation et de la
finance en Europe. Plus tard, nous avons inventé l’hélicoptère, l’hydroglisseur, le bathyscaphe, le téléphone, la radio. Mais aujourd’hui nous n’inventons pratiquement plus rien. L’Italie
a moins de prix Nobel que le seul Institut polytechnique de Zurich
nos exportations portent seulement sur des produits de faible technologie, qui bientôt pâtiront de la concurrence des pays en voie de développement. En revanche, nos dirigeants d’entreprise
veulent aligner leurs salaires sur ceux de leurs homologues américains, et ceux de leurs employés sur les salaires des Bulgares ou des Chinois. Le nombre des diplômés italiens installés à l’étranger est sept fois plus important que celui des diplômés étrangers qui travaillent en Italie.


Les inégalités sociales ne cessent de s’aggraver


Au crépuscule industriel, technologique et culturel s’ajoute le déclin social, avec une croissance rapide de la richesse des nantis et l’extension et l’approfondissement de la pauvreté. Pour ce qui est de l’inégalité des revenus, nous sommes même plus forts que les Etats-Unis : entre 1991 et 2001, 20 % des Italiens sont devenus plus riches et 80 % plus pauvres. Les revenus des 10 % les plus fortunés se sont accrus de 12 %, tandis que pour les 10 % les plus démunis ils ont diminué de 22 %. Huit millions d’Italiens vivent
au-dessous du seuil de pauvreté et quatre autres millions sont à peine au-dessus. Beaucoup d’entre eux ont un travail, voire deux ou trois, mais cela ne leur suffit pas pour vivre décemment. Le salaire moyen d’un conducteur de tramway à Zurich atteint presque le
triple de celui de son collègue milanais, alors que le coût de la
vie et des billets de tram à Zurich est seulement supérieur de moitié à celui observé à Milan. Les salaires réels sont de plus en plus bas et les emplois de plus en plus précaires. Le destin de
Fiat est sans doute l’un des plus sûrs indicateurs du déclin italien : il y a dix ans, Fiat vendait en Italie une auto sur deux, aujourd’hui une sur trois. L’image la plus forte du crépuscule italien est, selon moi, celle de la caravane de limousines sombres qui, un soir de 2002 - au plus fort de la crise
que traversait Fiat -, a emmené tout l’état-major du constructeur pour une consultation dramatique, non pas au ministère de l’Industrie ou des Finances, mais dans la grande villa d’Arcore, résidence privée de Silvio Berlusconi, patron de Fininvest et chef
du gouvernement. Les images du journal télévisé ressemblaient à celles d’un film sur la Mafia, quand vient l’heure du règlement de comptes et du renversement de la famille au pouvoir. C’était la défaite de ce qui reste de l’Italie industrielle, rendant les
armes devant la nouvelle hégémonie, l’Italie de la publicité et de la télévision commerciale. La défaite de la substance devant l’apparence. Ce n’est pas un hasard si l’industrie qui a
conquis le pouvoir politique en Italie ne fabrique pas des objets mais des rêves, ne vend pas des marchandises mais des promesses.


Beppe Grillo


A la une


Beppe Grillo, à qui Internazionale, l’homologue italien de Courrier international, ouvre ses colonnes, dénonce depuis trente ans les maux de la société italienne. Ses croisades contre la publicité mensongère, la pollution et les aberrations de la société de consommation l’ont rendu très populaire. Défenseur des consommateurs, ce Génois de 55 ans est à l’origine de plaintes
pour fraude contre des opérateurs de téléphonie.


Plus de 14 milliards d'euros évaporés


Parmalat, qui a déposé son bilan, vient d’obtenir auprès de vingt banques
créancières un prêt de 105 millions d’euros afin de poursuivre son activité le temps que ses administrateurs montent un plan de sauvetage. En décembre 2003, le groupe, qui employait 36 000
personnes dans trente pays, s’est révélé incapable de rembourser un emprunt obligataire de 150 millions d’euros arrivé à échéance. Il a alors été placé sous tutelle de l’Etat et les administrateurs ont découvert un trou de 14,3 milliards d’euros dans les comptes, des fraudes, des falsifications et des
détournements de fonds. De nombreuses personnes sont emprisonnées, dont Calisto Tanzi (photo), le fondateur du groupe, qui a commencé à donner à la justice le nom des hommes politiques italiens avec lesquels il était en relation. Des magistrats ont par ailleurs révélé que Parmalat avait passé un accord avec la mafia napolitaine pour qu’elle impose ses produits dans les circuits de distribution de la région contre un versement annuel de 200 000 euros.


Prémonitoire


Le 16 janvier, le comique Beppe Grillo a été entendu dans le cadre de
l’enquête sur la faillite de Parmalat, raconte Le Devoir, de Montréal. Il y a plusieurs années, lors d’un spectacle à Gênes, il avait épinglé l’entreprise : “13 000 milliards de lires de dettes pour 13 000 milliards de chiffre d’affaires, dans un monde normal, ce serait la banqueroute assurée !” Ces
chiffres lui avaient été donnés par un cadre de Parmalat, avec lequel il avait dîné en 2001, à la fin de son spectacle à Parme. Beppe Grillo, qui passe beaucoup de temps à s’informer, y compris en étudiant des bilans d’entreprise, en avait simplement tiré une conclusion logique. “J’ai laissé aux enquêteurs mes monologues sur Fiat et Telecom Italia… et je leur ai dit : comme ça, vous prendrez de l’avance”, conclut l’humoriste.


Ramifications


L’affaire Parmalat dépasse les frontières italiennes. Des commissions
rogatoires ont été lancées par les magistrats parmesans auprès des banques américaines Bank of America et Citibank, ainsi que dans plusieurs paradis fiscaux (Luxembourg, Monaco, Malte, îles Caïmans
et Liechtenstein). Le Luxembourg enquête sur un éventuel blanchiment d’argent. Aux Etats-Unis, où les autorités boursières ont ouvert une enquête, un cadre de la Bank of America a reconnu
avoir détourné 22 millions d’euros dans des opérations montées avec Parmalat. La justice s’est également saisie du dossier en Autriche et au Brésil, où la filiale locale de Parmalat a recyclé
des capitaux, revenus ensuite dans la poche des actionnaires italiens.

La Bourse de Londres optimiste avant un discours de Trump

La Bourse de Londres optimiste avant un discours de Trumphttp://www.via214.net/


Publié le 13/11/2019 à 06:13 La Rédaction Via214



La Bourse de Londres a terminé en hausse de 0,50% mardi, espérant un geste d'apaisement de Donald Trump sur les droits de douanes qu'il veut imposer sur des produits européens.


A la clôture, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a pris 36,90 points à 7.365,44 points.


"Les spéculations sur un report de la décision du président Trump
visant à imposer des droits de douanes sur les voitures européennes ont soutenu la tendance sur les marchés boursiers européens"
, résume David Madden, analyste chez CMC Markets.


Ces espoirs ont été alimentés par l'annonce d'un discours que doit prononcer Donald Trump mardi à la veille de la date limite à laquelle l'administration américaine doit décider si elle va ou non augmenter les droits de douanes sur les automobiles et les pièces de rechange en provenance de l'Union européenne.


"L'administration Trump a adouci son ton concernant l'UE ces derniers mois"et "les investisseurs sont prudemment optimistes", selon David Madden.





Aux Etats-Unis, un géant du lait fait faillite

Aux Etats-Unis, un géant du lait fait faillitehttp://www.via214.net/


Publié le 13/11/2019 à 05:53 La
Rédaction Via214



Dean Foods, une des plus grandes laiteries aux Etats-Unis, a annoncé
mardi avoir déposé le bilan dans un contexte difficile pour le secteur alors que les consommateurs boivent de moins en moins de lait.


Au premier semestre, le chiffre d'affaires du groupe a encore baissé de 15%. Souvent servi aux enfants pendant les repas et majoritairement vendu
en bidon, le lait est un élément incontournable des frigos américains. Mais de plus en plus de consommateurs se tournent vers d'autres boissons, dont des produits à base de plantes comme le lait d'amandes ou de soja.


Selon le ministère de l'Agriculture, les Américains consomment en moyenne
26% moins de lait qu'il y a 20 ans, 39% moins qu'il y a 40 ans.


Si on prend en compte des aliments comme les yaourts et surtout le fromage, la consommation de l'ensemble des produits laitiers s'affiche en
revanche en hausse.


Mais avec ses 50 marques allant du lait aux crèmes glacés, Dean Foods a
aussi fait face à la concurrence croissante des marques propres des
distributeurs, notamment celle de Walmart, ainsi qu'à une production
toujours plus abondante de lait aux Etats-Unis qui pèse sur les prix.


En se plaçant sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les
faillites, le groupe devrait pouvoir continuer à opérer et gérer sa dette en attendant de trouver un repreneur.


Le groupe gère au total une soixantaine de laiteries réparties dans l'ensemble des Etats-Unis et environ 5.000 camions réfrigérés.




Séisme: des habitants "un peu perdus" passent la nuit dans un gymnase

Séisme:
des habitants "un peu perdus" passent la nuit dans un
gymnasehttp://www.via214.net/





Publié le 12/11/2019 à 06:59 La Rédaction Via214



"On
est un peu perdus", déclare d'un air dépité une habitante du
Teil (Ardèche), s'apprêtant à passer la nuit avec sa famille dans
un gymnase après le séisme exceptionnel qui a secoué cette ville
proche de Montélimar.



"Demain
je dois travailler et je ne sais pas comment faire", ajoute Asma
Dous, 34 ans, dont la maison, achetée et rénovée récemment,
présente des fissures après le tremblement de terre.



Ce
lundi étant férié, son mari appellera leur assureur le lendemain.
"J'espère qu'on sera mieux logés avec l'assurance",
souffle cette mère de famille assise sur un lit de camp avec ses
jeunes enfants dans le gymnase Pierre de Coubertin du Teil.



Quatre
personnes ont été blessées, dont l'une grièvement, dans ce
séisme. S'il n'a duré que quelques secondes lundi peu avant midi,
il a provoqué de nombreux dégâts principalement au Teil, ville
limitrophe de Montélimar (Drôme).



Celia
Gonzalez, 25 ans, a dû quitter précipitamment avec ses enfants son
appartement après la secousse. "Je n'ai eu le temps de rien
prendre pour les enfants, tous les papiers sont dans l'appartement".



Quant
à leur assurance, "personne n'a répondu" à son appel,
ajoute la jeune femme blonde, mère de quatre enfants.



"On
ne peut plus rentrer chez nous, il y a une différence de sol d'une
dizaine de centimètres. Les enfants ont eu très peur et on avait
peur en sortant du bâtiment que le toit tombe", raconte Mme
Gonzalez.



"Heureux
qu'on n'ait rien"


Des habitants du Teil rfugis dans le gymnase aprs le tremblement de terre le 11 novembre 2019Des
habitants du Teil réfugiés dans le gymnase après le tremblement de
terre, le 11 novembre 2019 ( JEFF PACHOUD / AFP )



Au
Teil, trois gymnases ont été ouverts pour accueillir les personnes
contraintes de quitter leur logement après cette secousse de 5,4 de
magnitude, la plus forte constatée en France continentale depuis
2003 selon les données du Bureau central sismologique Français
(BCSF) de Strasbourg.



Selon
la préfète, entre 200 et 250 habitations ont été endommagées,
mais au gymnase Pierre de Coubertin, seules une trentaine de
personnes restaient sans solution d'hébergement pour la nuit. Les
autres sont rentrés chez eux ou dorment chez des proches.



Des
personnels de la Sécurité civile, de la Croix-Rouge, ainsi que des
pompiers sont présents à leur côté et leur proposent des boissons
chaudes et des sandwiches.



A
une centaine de mètres, dans leur pavillon, Marie et Jean-Pierre
Vettoretti constatent les dégâts. Le sol du séjour est jonché de
vaisselle cassée.



Les
assiettes décoratives sont "irrécupérables" tout comme
la lampe offerte par sa fille, brisée en plusieurs morceaux, se
lamente la sexagénaire. Elle s'extasie quelques minutes plus tard en
ramassant un autre bibelot en céramique, qui miraculeusement ne
s'est pas cassé.



"On
peut s'estimer heureux qu'on n'ait rien mais ce qui est perdu, c'est
affectif", confie Mme Vettoretti.



Le
couple a pris des photos et une vidéo des dégâts, sur les conseils
de leur assureur qui doit les recevoir demain.



La
secousse, d'une intensité rare dans la région, a été ressentie
jusqu'à Saint-Etienne, Grenoble, Lyon, distante de quelque 150
kilomètres de l'épicentre du séisme, et même dans le sud de la
France.



Au
Teil, les établissement scolaires seront fermés mardi.





Italie : recul de la production industrielle

Italie : recul de la production industriellehttp://www.via214.net/


Publié le 12/11/2019 à 06:40 La Rédaction Via214



La production industrielle italienne est retombée de 0,4% au mois de septembre...


La production industrielle italienne est retombée de 0,4% au mois de septembre 2019, en comparaison du mois antérieur, ce qui ressort en ligne avec le consensus des économistes de la place. Cette production avait grimpé de 0,4% au mois d'août, selon les données
de l'Institut national italien des statistiques Istat.


La production industrielle italienne a encore augmenté sensiblement en
février alors qu'elle était attendue en baisse, laissant espérer un retour à la croissance après la modeste récession du deuxième semestre 2018.


La production a augmenté de 0,8% par rapport à janvier et la hausse de
ce mois-là a été révisée à +1,9% au lieu de +1,7%, a indiqué l'institut de la statistique Istat.


Dix-neuf économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un repli
de 0,8% en février, l'estimation la plus haute étant de +0,3%.


La production industrielle italienne n'avait plus affiché deux mois
consécutifs de hausse depuis mai-juin l'an dernier.


Sur les trois mois à février toutefois, la production industrielle reste en baisse de 0,3% par rapport à la période septembre-novembre, selon
l'Istat.


Sur un an, la production a augmenté de 0,9% en février en données ajustées des jours ouvrés après une baisse de 0,8% en janvier. Il s'agit de sa première hausse en variation annuelle depuis octobre.


Par secteur, les biens de consommation (+3,2%), biens d'équipement
(+1,1%) et biens intermédiaires (+0,2%) ont augmenté en février par rapport à janvier alors que la production d'énergie a reculé de 2,4%.


Le gouvernement a réduit mardi sa prévision de croissance pour 2019 à
seulement 0,2%, à comparer à un précédent objectif de 1,0% établi
en décembre.


La production industrielle italienne a baissé d'un quart environ au cours de la récession à double creux de 2008-2013 et le redressement modeste qui a suivi n'a permis d'en rattraper qu'une
petite partie.







Bombardier : en négociation pour céder des actifs à Latécoère

Bombardier : en négociation pour céder des actifs à Latécoèrehttp://www.via214.net/


Publié le 12/11/2019 à 05:58 La Rédaction Via214



Latécoère annonce avoir adressé une offre indicative non-engageante et être entré en négociation exclusive en vue de l'acquisition potentielle
de certains actifs et contrats de l'activité de câblage EWIS de Bombardier Aviation. L'équipementier aéronautique précise que le chiffre d'affaires annuel moyen de l'activité de câblage EWIS (Electrical Wiring Interconnection
System) concernée au titre des trois dernières années s'élève à 60 millions de dollars américains. L'opération
dépendra des travaux de due diligence usuels à venir, de la négociation d'accords juridiques engageants et de la mise en place de son financement, ainsi que des approbations usuelles. Il n'existe aucune certitude qu'elle pourra effectivement aboutir.

ALIBABA : nouveau succès de "la Fête des célibataires"

ALIBABA : nouveau succès de "la Fête des célibataires"http://www.via214.net/


Publié le 12/11/2019 à 05:45 La
Rédaction Via214



"La Fête des célibataires" continue de faire des heureux en Chine.
Et en premier lieu, les géants du net. Lundi, à mi-parcours de cet
événement marketing qui supplante le "black friday", Alibaba et JD.com ont annoncé des ventes de près de 60 milliards de dollars. Il s'agit d'une bonne nouvelle, les observateurs redoutaient des ventes médiocres en raison du fléchissement de la croissance
chinoise et les craintes liées à la guerre commerciale. "La Fête des célibataires" a été créée dans les années 90 par des étudiants universitaires comme alternative à la Saint-Valentin. Alibaba en a fait un outil marketing il y a dix ans. Les créateurs ont choisi le 11 novembre car la date est simple à retenir : 11.11. Les sites Internet proposent ce jour-là des rabais sur les smartphones,
la bière artisanale ou encore les forfaits de soins. Alibaba a annoncé que ses ventes avaient atteint 221,6 milliards de yuans (31,7 milliards de dollars) à 18h (heure de Pékin), contre 30,8 milliards de dollars l'an dernier. JD.com avait lui réalisé un chiffre d'affaires de 179,4 milliards de yuans
(25,6 milliards de dollars) en début d'après-midi. Alibaba avait donné le coup d'envoi de cette opération commerciale dimanche soir avec un concert de Taylor Swift dans un stade de Shanghai.

Toulouse. Une course-poursuite de 30 kilomètres avec la BAC

Toulouse.
Une course-poursuite de 30 kilomètres avec la BAChttp://www.via214.net/


Publié
le 11/11/2019 à 11:45 La Rédaction Via214




Pendant
près de 30km, un chauffeur livreur s’est adonné à une
course-poursuite avec la brigade anticriminalité du Mirail. Parti de
Saint-Martin-du-Touch, il est finalement intercepté dans le nord
toulousain à Saint-Sauveur. Il a été condamné à 10 mois
d’emprisonnement.



Il
est environ 3h30 dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 novembre
lorsqu’un équipage de la BAC Mirail en patrouille repère un
véhicule. Voulant procéder au contrôle du conducteur, ils lui font
signe de s’arrêter mais celui-ci refuse d’obtempérer.



Une
course-poursuite démarre alors dans le centre-ville de
Saint-Martin-du-Touch, avant de se poursuivre sur la nationale 124,
dans l‘ouest toulousain. Toujours avec la voiture de la brigade
anticriminalité dans ses rétroviseurs, le chauffard continu sa
course effrénée à vive allure sur le fil d’Ariane puis la Voie
Lactée, avant de se retrouver aux abords de Gagnac et de Lespinasse.



Non
décidé à se rendre, le fuyard poursuit en direction de la
départementale 20, où il sort d’un rond-point à contresens.
Rasant les véhicules sans toutefois provoquer d’accident, il
continu son chemin du mauvais côté pendant plusieurs centaines de
mètres, sans toutefois réussir à semer ses poursuivants.



Arrivé
à Saint-Sauveur, il est finalement intercepté après s’être
engagé dans une impasse, rapporte la dépêche du Midi. À bord du
véhicule se trouvaient 3 personnes. L’un d’entre eux a profité
des quelques minutes d’arrêt pour prendre la fuite à pied à
travers champs.



Contrôlé
par les forces de l’ordre, le chauffard s’avère être un jeune
homme de 21 ans. Aussitôt placé en garde à vue, sa
course-poursuite aura duré pendant près de 30 kilomètres. Le
passager a été laissé libre… à 27 kilomètres du point de
départ. La gendarmerie a tenté de retrouver en vain le 3ème homme.



10
mois de prison et annulation du permis



Le
jeune homme, passé de chauffeur livreur à chauffard en une soirée,
a été jugé jeudi 7 novembre par le tribunal correctionnel de
Toulouse dans le cadre des comparutions immédiates. Sans reconnaître
sa responsabilité, il a expliqué à la barre que le fameux passager
s’étant enfui était en réalité le conducteur.



Pour
la procureure, le conducteur a pris des risques inconsidérés,
roulant notamment à contresens pendant 1,5 kilomètre et faisant des
pointes à 140 km/h. Tout cela par crainte de perdre son emploi pour
0,09 mg d’alcool. Une peine d’un an d’emprisonnement a été
requis.



Le
tribunal l’a condamné à 10 mois de prison et à l’annulation de
son permis de conduire, avec interdiction de le repasser pendant 6
mois. Il devra également verser 600 euros de préjudice moral à
chacun des policiers. Le véhicule, lui, est saisi.

11-Novembre : Macron inaugure un monument aux soldats morts en "Opex"

11-Novembre : Macron inaugure un monument aux soldats morts en "Opex"http://www.via214.net/


Publié le 11/11/2019 à 11:11 La Rédaction Via214



Le monument en bronze, dans le parc André Citroën à Paris, jouxte un
mur sur lequel sont inscrits les noms des 599 soldats français morts lors d’opérations extérieures.


L'armée les appelle la " quatrième génération du feu ". Emmanuel Macron
inaugure lundi après-midi, à Paris (XVe), un monument dédié aux 549 soldats français morts en opérations extérieures depuis 1963.


Quelque 600 proches de ces militaires morts pour la France sont attendus à
la cérémonie, au cours de laquelle le chef de l'Etat déposera une gerbe avant de prononcer une allocution, vers 16h45.


Le mémorial est une haute sculpture de bronze dans un espace tranquille
du parc André-Citroën. Il représente six soldats - cinq hommes et une femme - la tête recouverte d'un képi, d'un béret ou d'une casquette. Le visage grave, ils portent un cercueil… invisible.


Ministère des Armées


@Defense gouv


[Webséries] Découvrez dès demain à quoi va ressembler le #MonumentOPEX dans le dernier épisode de la Websérie !Et en attendant vous pouvez regarder les anciens épisodesyoutube.com/watch?v=Ac6OSr...



36


18:00 - 10 nov. 2019


" Matérialiser le cercueil par le vide est la meilleure forme symbolique pour rendre hommage à nos soldats disparus ", explique le sculpteur, Stéphane Vigny.


Dernier nom ajouté, celui de Ronan Pointeau, tué au Mali


À côté, sur un mur, sont inscrits les noms de 549 militaires, dont deux femmes, tués par l'ennemi ou morts à la suite de blessures de guerre, de maladie ou d'accident au cours des " Opex ", ces
interventions des forces militaires françaises menées en dehors du territoire national depuis la fin de la guerre d'Algérie.


Le dernier nom inscrit est celui du brigadier-chef Ronan Pointeau, tué le 2 novembre au Mali, où sont déjà morts 23 soldats français. Les militaires auxquels est dédié ce monument sont décédés sur 17 théâtres d'opération, dont 141 au Liban, 129 au Tchad, 85 en Afghanistan et 78 en ex-Yougoslavie.


" La France n'oublie pas ceux qui sont morts pour elle. Elle n'oublie
aucun de ses enfants. C'est notre devoir et notre honneur ", avait déclaré le chef de l'Etat le 13 juillet 2018 dans un discours aux armées.

Le comportement "imprudent" de la Russie pourrait déclencher un conflit

Le comportement "imprudent" de la Russie pourrait déclencher
un conflithttp://www.via214.net/


Publié le 11/11/2019 à 10:40 La Rédaction Via214




Le chef d'état-major de la Défense britannique critique "un comportement imprudent et le manque de respect pour le droit international" de la Russie.


Il adresse une mise en garde à la communauté internationale. Le comportement "imprudent" de la Russie et ses violations du droit international risquent de déclencher "accidentellement" un nouveau conflit mondial, a prévenu dimanche le chef d'état-major de la Défense britannique, le général Nick Carter.


"Des États ambitieux comme la Russie, la Chine et l'Iran s'affirment
d'une manière qui constitue un défi pour notre sécurité, stabilité et prospérité", écrit-il dans The Sunday Telegraph à l'occasion du "Dimanche du souvenir" (Remembrance Day),
hommage aux soldats britanniques et du Commonwealth tombés au champ
d'honneur.


De "nouveaux types d'armements"


Selon lui, ceux-ci opèrent en "zone grise" avec de "nouveaux types d'armements" comme les cyberattaques, la diffusion de fausses informations ou le recours à des sociétés militaires privées qui "sapent notre cohésion politique et détruisent insidieusement
notre mode de vie".


"La Russie est bien plus sûre d'elle qu'il y a dix ans. Elle a maintenant de l'assurance quand elle s'affirme comme une puissance mondiale", a-t-il ajouté sur la BBC.


Et de citer comme exemples, dans le journal dominical, les "activités infâmes" en Afrique du groupe paramilitaire russe Wagner, suspecté d'appartenir à un homme d'affaires proche du Kremlin, ou une opération de désinformation dans plusieurs pays d'Afrique, démantelée par Facebook, menée à partir de la Russie par le
réseau d'un proche de Vladimir Poutine.


"Manque de respect pour le droit international"


"Je n'insinue pas que nos opposants veulent aller en guerre selon la définition traditionnelle du terme, mais un comportement imprudent et le manque
de respect pour le droit international (...) risquent d'entraîner une escalade qui peut facilement mener à une erreur de jugement par inadvertance", a estimé le général Carter.


L'Occident s'inquiète de la Russie après une série de cyberattaques imputées au Kremlin, qui nie, contre des cibles aussi diverses que les organismes sportifs mondiaux, le Parti démocrate américain et l'Otion pour l'interdiction des armes chimiques, basée aux
Pays-Bas.


La Russie de Poutine



  • Pour Macron la Russie n'a pas d'autre choix qu'un "partenariat" avec l'Europe


  • En Russie, une fameuse ONG de défense des droits humains fermée par la justice


  • Vaste opération sous-marine russe dans l'Atlantique Nord



Dans ce contexte, l'Otan "demeure un élément très important de notre sécurité nationale", selon le chef d'état-major
britannique, interrogé par Sky News. Cette semaine, le président français Emmanuel Macron qui a jugé que l'Otan était en état de "mort cérébrale".





La Ville de Narbonne dépensera 15 M€ en 2020 pour s’équiper

La Ville de Narbonne dépensera 15 M€ en 2020 pour s’équiperhttp://www.via214.net/


Publié le 11/11/2019 à 10:10 La Rédaction Via214



Au menu : la voie verte de l’avenue Mouly, l’Aréna, la
réhabilitation du quartier de Bourg, l’aménagement de Crabit, le Grand Castelou…


Jeudi dernier, en conseil municipal, le 1er adjoint au maire de Narbonne,
Bertrand Malquier, a présenté le rapport d’orientation budgétaire de la majorité. En conclusion de ce rapport, l’élu a détaillé les projets d’investissements 2020 de la commune.


Les dépenses d’équipement seront de l’ordre de 15 millions €, auquel se rajouteront 7 millions € d’amortissement du capital de la dette.
La Ville mènera l’opération entrée Est-Voie verte
sur l’avenue Hubert Mouly (2 M€). Elle permettra de livrer près de 2 kilomètres de voie dédiés aux modes doux et deviendra l’ossature de desserte des équipements de ce quartier.
La
municipalité injectera 1,4 million € pour la Narbonne Aréna et 1 million pour la requalification urbaine du quartier Bourg-Parerie.


Elle consiste principalement en une rénovation complète de près de 2 hectares d’espaces publics. Au menu, entre autres, la création d’une aire de jeux et la plantation d’arbres. Il faut aussi signaler l’aménagement de la rue de l’Oranger dans le quartier Crabit pour 300 000 €. Dans le même secteur, la mairie va créer le giratoire des Vallons, qui sera situé à l’intersection du chemin des Vallons et de la route départementale 607, pour 700 000 €.


Par ailleurs, la Ville va programmer, comme tous les ans, un entretien
des axes routiers qui demandent une réhabilitation (900 000 €). La
valorisation du Grand Castelou se poursuivra (500 000 €), tout comme la restauration des monuments historiques (60 000 €).


Enfin, la commune continuera ses travaux de rénovation des crèches (crèche du Jardin, 200 000 €), des écoles élémentaires et maternelles
(500 000 €). Des cantines seront créées dans les écoles maternelles Blum, Peyronne et Lamartine (600 000 €).

Cuba et le Venezuela dénoncent un "coup d'Etat" en Bolivie

Cuba et le Venezuela dénoncent un "coup d'Etat" en Boliviehttp://www.via214.net/


Publié le 11/11/2019 à 09:38 La
Rédaction Via214



Le président cubain Miguel Diaz-Canel a dénoncé dimanche le "coup d'Etat violent et lâche de la droite contre la démocratie en Bolivie", après la démission du président Evo Morales, dont la réélection à un quatrième mandat était vivement contestée depuis trois
semaines.


Le chef de l'Etat a exprimé sa "condamnation énergique du coup d'Etat", dans un tweet, estimant que "le monde doit se mobiliser pour la vie et la liberté d'Evo",
avec le hashtag #EvoNoEstasSolo (Evo, tu n'es pas seul).


Miguel Diaz-Canel Bermudez


@DiazCanelB


La derecha con violento y cobarde golpe de estado atenta contra la
democracia en #Bolivia.
Nuestra enérgica condena al golpe de estado y nuestra solidaridad
con el hermano Pdte @evoespueblo. El mundo se debe movilizar por la vida y la libertad de Evo. #EvoNoEstasSolo #SomosCuba



9 098


22:45 - 10 nov. 2019


Cuba, allié traditionnel du dirigeant socialiste, exprime sa "solidarité
avec le frère président Evo Morales, protagoniste et symbole de la
revendication des peuples indigènes de nos Amériques"
, a également tweeté le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez.


Le président vénézuélien Nicolas Maduro a également condamné "catégoriquement"dimanche le "coup d'Etat"en Bolivie, après la démission du président Evo Morales, poussé au départ par trois semaines de manifestations contre la réélection
et lâché par l'armée. "Nous
condamnons catégoriquement le coup d'Etat survenu contre le frère
président Evo Morales"
, a-t-il écrit sur Twitter, appelant à "la
mobilisation pour exiger que soit préservée la vie des peuples indigènes boliviens, victimes du racisme"
.


Nicolàs Maduro


@NicolasMaduro


Condenamos categóricamente el golpe de Estado consumado contra el hermano
presidente @evoespueblo. Los movimientos sociales y políticos del mundo nos declaramos en movilización para exigir la preservación de la vida de los pueblos originarios bolivianos víctimas del racismo.



15.6 k


22:58 - 10 nov. 2019


Le président bolivien Evo Morales a démissionné dimanche après avoir
perdu le soutien de l'armée et de la police, au bout de trois semaines de vives protestations contre sa réélection lors du premier tour de la présidentielle du 20 octobre. "Je
renonce à mon poste de président"
,
a déclaré à la télévision le leader indigène de 60 ans, au pouvoir depuis 2006, au terme d'une journée marquée par de nouveaux affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ainsi que des démissions en série de ministres et députés.

Chute du Mur : le président allemand demande du "respect" aux Etats-Unis

Chute du Mur : le président allemand demande du "respect" aux
Etats-Unishttp://www.via214.net/


Publié le 10/11/2019 à 10:43 La Rédaction Via214



Le président allemand a exhorté samedi 9 novembre les Etats-Unis de Donald Trump à faire preuve de "respect" à l'égard de leurs alliés et à tourner le dos à "l'égoïsme national", lors des cérémonies des 30 ans de la chute du Mur de Berlin.


Alors que ces festivités s'annonçaient comme consensuelles, Frank-Walter Steinmeier, dont le rôle est honorifique mais qui est considéré
comme l'autorité morale du pays, a mis les pieds dans le plat en soulignant à cette occasion la dégradation des relations translantiques ces dernières années.


Devant la mythique Porte de Brandebourg, symbole jusqu'en 1989 de
la"division de l'Allemagne", Frank-Walter Steinmeier a décrit dans un discours le rôle prépondérant des Etats-unis, le "bras
fort de l'Ouest"
, dans la fin du Rideau de fer il y a trois décennies."Nous, les Allemands, nous devons beaucoup à cette Amérique. A cette Amérique en tant que partenaire dans le respect mutuel, en tant que
partenaire pour la démocratie et la liberté, contre l'égoïsme national. C'est ce que j'espère aussi à l'avenir"
, a asséné Frank-Walter Steinmeier. Une allusion voilée, mais
limpide, à l'administration actuelle à Washington.


Des relations particulièrement tendues entre les deux pays


Donald Trump, qui n'a pas fait de visite officielle en Allemagne depuis son élection en 2016 et projette de construire un mur entre son pays et
le Mexique, a lui salué samedi en l'Allemagne "un des plus précieux alliés" des Etats-Unis.


Mais du contentieux au sujet des dépenses militaires à celui concernant
le commerce, les relations entre l'Allemagne et les Etats-Unis n'ont
jamais été aussi tendues dans la période d'après-guerre que depuis l'élection de Donald Trump. Au-delà, l'actuel chef de
l'Etat américain a critiqué à plusieurs reprise l'Union européenne.


Le président allemand a aussi délivré des messages à la Nation allemande lors de cette célébration, dans un enthousiasme mesuré, de la fin du "rideau de fer". Il a déploré que "de nouveaux murs (aient) été construits dans tout le pays : des murs
de frustration, des murs de colère et de haine"
.





Soupçonnés d'abus sexuel à Benidorm : les Blagnacais "ont repris leur vie"

Soupçonnés d'abus sexuel à Benidorm : les Blagnacais "ont repris leur vie"http://www.via214.net/


Publié le 10/11/2019 à 10,05 La Rédaction Via214



Les cinq Blagnacais soupçonnés d'un viol collectif requalifié en abus
sexuel, début août à Benidorm en Espagne ont repris leur vie. Ils attendent d'être jugés.


"Dire que ces gosses vont bien, c'est faux. Mon client suit un programme
avec un psychologue spécialisé dans le traitement des vécus traumatiques non digérés". Trois mois après l'arrestation de cinq jeunes Blagnacais, soupçonnés, dans un premier temps de viol et
d'une agression sexuelle sur deux étudiantes norvégiennes à Benidorm, en Espagne (nos éditions précédentes), le dossier suit son cours de l'autre côté des Pyrénées tandis que la vie a repris en région toulousaine pour les cinq suspects.


"Dans le cadre du contrôle judiciaire, il est retourné à la fac. Il a repris le sport et sa vie chez ses parents, décrit Me Frédéric David, l'avocat toulousain de l'un d'entre eux. Mais ils sont traumatisés par la façon dont la Guardia civil les a traités ainsi que par la détention". Trois des cinq Français âgés de 19 ans
avaient été emprisonnés pendant trois semaines à l'issue de leur passage devant le juge. "En prison, on les a mis à l'écart car il fallait que les choses se tassent par rapport aux autres détenus".


"Rétablir l'équilibre"


Début août, l'emballement médiatique avait été tel à Benidorm que le
spectre de "La meute", du nom d'une affaire de viol collectif retentissante en Espagne, avait resurgi. Les images des cinq Blagnacais étaient diffusées en boucle sur les chaînes
d'information.


Puis la notion de viol a disparu du dossier pour se transformer en abus
sexuel, "c'est-à-dire quand une personne fait œuvre de violences ou d'intimidation pour obtenir un rapport sexuel avec quelqu'un qui n'est pas en capacité de dire oui ou non", précise l'avocat. Dès lors, l'instruction s'attache à connaître l'état de la jeune fille le soir des faits, notamment son état d'ébriété ou son éventuelle
absorption de produits stupéfiants. "L'audition des chauffeurs de taxi sera déterminante. Celui qui a amené les deux jeunes filles aurait déclaré qu'elles étaient dans un état d'excitation avancé. Ce qui est certain, c'est qu'elles avaient amené de l'alcool, elles l'ont reconnu." Les Français et les Norvégiennes avaient fait
connaissance via l'application de rencontres Tinder. "Des investigations sont menées sur les téléphones portables pour connaître ce qu'elles ont pu faire avant et après". Me David insiste : "Je ne veux pas dire qu'elle n'est pas victime mais il faut qu'on rétablisse l'équilibre entre les deux parties et prendre en considération le fait que, dans ce dont elle se plaint, il y a
une part de choses qui résulte de sa propre initiative".


Pour l'heure, les Blagnacais sont placés sous contrôle judiciaire. Ils
encourent jusqu'à cinq ans de prison. Le procès pourrait avoir lieu avant l'été.



Deux versions


Début août, les jeunes Français et les étudiantes norvégiennes s'étaient contactés à travers le réseau social de rencontres Tinder. Les jeunes filles avaient rejoint les garçons dans leur
appartement. Dans la nuit, l'une des deux jeunes femmes avait quitté
les lieux et l'autre était restée seule avec les cinq Français, qu'elle a accusés de viol collectif. Selon la version des Toulousains, ils ont bien rencontré les filles. La soirée s'est
poursuivie dans leur appartement où personne ne semble nier avoir eu
des relations sexuelles. Mais selon eux, ils n'ont ni agressé, ni violé la victime présumée.





La taupe qui fait trembler Donald Trump : " un enfant de 12 ans dans une tour de contrôle "

La taupe qui fait trembler Donald Trump : " un enfant de 12 ans dans une tour de contrôle "http://www.via214.net/


Publié le 10/11/2019 à 09:36 La Rédaction Via214



L'auteur de "A Warning" insiste aussi sur le comportement et le langage du président candidat à un second mandat, "Tout ce que je peux vous dire, c’est que les gens normaux qui passent du temps avec Donald Trump sont mal à l’aise face à ce qu’ils voientBRENDAN SMIALOWSKI AFP



Dans le livre " A Warning ", un membre de l’administration Trump qui a choisi de rester anonyme délivre un témoignage édifiant sur le président américain. Des extraits de l’ouvrage qui sortira le 19 novembre prochain ont été diffusés dans la presse.


Déjà poussé dans les cordes par la procédure de destitution qui le menace, Donald Trump devrait bientôt endurer une nouvelle épreuve avec la publication d’un livre d’un haut responsable de son
administration, auteur l’an dernier d’une tribune explosive dans
le New York Times.


Intitulé " A Warning " (" Un Avertissement "), le livre doit être publié le 19 novembre aux éditions Twelve. Son auteur, anonyme, avait écrit en septembre 2018 dans le New
York Times une tribune à charge qui avait provoqué la colère du président américain. Sous le titre " Je fais partie de la résistance au sein de l’administration Trump ", le haut
responsable racontait comment il s’efforçait, avec d’autres, de lutter de l’intérieur contre les " pires penchants " d’un président au leadership " mesquin ", " impétueux " et " inefficace ".


" A Warning " était présenté par CNN il y a quelques jours comme " un témoignage choquant, de première main, sur le président Trump et son travail ". Ces derniers jours, de premiers
extraits publiés dans la presse américaine, et relayés dès vendredi par "Le Monde ", confirme le statut explosif de l’ouvrage.





Gilets jaunes : calme à Paris, des heurts à Montpellier et Strasbourg

Gilets
jaunes : calme à Paris, des heurts à Montpellier et Strasbourghttp://www.via214.net/


Publié
le 10/11/2019 à 09:20 La Rédaction Via214






L’un
des manifestants montpelliérains a été arrêté avec une arme de
poing, indique la préfecture.


Un " acte 52 " en demi-teinte. A l'approche du premier anniversaire de
ce mouvement qui a plongé la France dans une forme de contestation
inédite, des milliers de Gilets jaunes ont voulu ce samedi faire
preuve de leur regain de motivation. Certains défilés ont été
émaillés de violences, notamment à Montpellier (Hérault), ville
désignée comme point de rassemblement national de la mobilisation.


Les
organisateurs de cette nouvelle journée de contestation ont
indiqué sur les réseaux sociaux sur vouloir
faire de la ville " la capitale de la résistance ".



À Montpellier, des
heurts et 15 interpellations


Dès
14 heures, le défilé montpelliérain a débuté dans l'agitation.
Selon la préfecture, " 1000 manifestants " ont été recensés au
plus fort du défilé.


France 3 relate
que les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène contre
les manifestants alors que le cortège se trouvait sur la place de la
Comédie et tentait de se diriger vers la préfecture. La Dépêche du Midi fait
aussi état de charges policières.



Midi Libre Montpellier


@MLMontpellier


#Montpellier les #gilets jaunes ont entonné la Marseillaise en s’approchant du cordon,
nouvelle chargé policière





28


14:29 - 9 nov. 2019



METROPOLITAIN


@my Metropolitain



La
manifestation des gilets jaunes est contenue dans la rue Maguelone.
Situation toujours très compliquée #Montpellier 





10


14:30 - 9 nov. 2019


Quinze
personnes ont été interpellées, précisent aussi au Parisien les
services de la préfecture. L'une d'elles a été identifiée lors
d'un contrôle préventif mené dans la matinée, alors qu'elle se
trouvait en possession d'une " arme de poing de calibre 8 mm ".



Jets de bouteilles à
Strasbourg


La
situation est également tendue à Strasbourg. Un journaliste
de L'Alsace indique
avoir assisté à des jets de bouteille à l'encontre des forces de
l'ordre. La police a par ailleurs fait usage de gaz lacrymogène
place Kléber, pour disperser des manifestants. Selon les
organisateurs cités par le journal, trois manifestants auraient été
blessés.



Des Gilets jaunes sur
les rails à Bordeaux


À
Bordeaux, des gilets jaunes ont envahi les rails de la gare
Saint-Jean après avoir investi le MacDonald tout près.





Un petit " couac " commercial vendredi, mais encore une belle semaine à la Bourse de Paris

Un petit " couac " commercial vendredi, mais encore une belle semaine
à la Bourse de Parishttp://www.via214.net/


Publié le 09/11/2019 à 08:08 La Rédaction Via214



Le Cac 40 a a fini en repli très symbolique vendredi, faute de nouveaux
éléments alimentant l’espoir sur le front des négociations commerciales. Il n’en gagne pas moins plus de 2% sur la semaine. Le marché continue de miser sur la signature d’un accord de " phase
1 " entre Washington et Pékin.


Il s’en est fallu de peu d’inscrire un 5/5 à la Bourse de Paris, cette séance de vendredi s’étant soldée par un repli symbolique de 0,02% pour l’indice phare de la place. Le Cac 40 n’en
signe pas moins une troisième semaine de hausse d’affilée (+2,22%) et s’affiche sur des pics de plus de douze ans. Il a
manqué de peu de rallier le seuil des 5.900 points jeudi, après avoir repris lundi celui des 5.800 points. Il finit vendredi à 5.889,70 points.


Alors que la saison des résultats touche à sa fin, les investisseurs ont
pu se reconcentrer à loisir sur les nouvelles en provenance du dossier de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Avec des gestes de détente apparents. Alors que les deux pays semblent vouloir trouver une nouvelle terre d’asile pour la signature d’un accord de phase 1 entre Donald Trump et Xi Jinping, après l’annulation par le Chili de l’Apec, où les deux présidents devaient se rencontrer, on a également appris jeudi, par la voix du porte-parole des Affaires étrangères chinois Gao Feng, que " si
la Chine et les Etats-Unis parviennent à un accord de phase 1, les deux parties devraient retirer les droits de douane additionnels existants simultanément et dans les mêmes proportions sur la base
du contenu de l’accord, ce qui est une condition importante pour parvenir à un accord.
"


Pour le moment, c’est encore un " non " de Trump


S’il était confirmé par les Etats-Unis, ce principe pourrait constituer
une feuille de route en vue d’une désescalade dans la guerre
commerciale, dont l’ombre plane sur l’économie mondiale, alors que la principale exigence de la Chine depuis le début des négociations porte sur la suppression des droits de douane punitifs imposés par le président Trump.


Les doutes sont donc très vite réapparus ce vendredi, après que Donald
Trump eut déclaré, devant la presse, que Washington n’avait pas donné son accord à la proposition chinoise d’un retrait
progressif et mutuel des droits de douane supplémentaires mis en place ces derniers mois. Le repli du marché est toutefois resté limité par le sentiment que les relations entre les deux premières économies mondiales sont entrées dans une phase de désescalade
plutôt que d’escalade. A New York, au moment de la clôture européenne, les grands indices oscillaient autour de leurs niveaux de clôture de la veille, avec un Dow Jones en petite baisse malgré la forte progression de Walt Disney après la publication de comptes trimestriels meilleurs que prévu, tandis que le Nasdaq Composite gagnait, lui, un peu de terrain.


Les opérateurs ont également pu s’appuyer sur une bonne statistique
américaine. La confiance du consommateur s’est ainsi améliorée en ce début de mois, l’indice établi par l’Université du Michigan progressant de 0,2 point à 95,7, son meilleur niveau depuis
juillet, contre une stabilisation à 95,5 attendue. La composante des attentes progresse quant à elle de 1,7 point à 85,9, marquant également un plus haut de quatre mois.


La banque verte en rouge


Libellé


Cours


Variation


CREDIT AGRICOLE

12,28


-2,31%


EURONEXT


71,90


-4,52%



NATIXIS


4,02


-7,33%


C’était une journée banque ce vendredi à la Bourse de Paris. Avec du rouge en couleur de fond. Crédit
Agricole
a reculé en dépit de résultats de bonne facture. Si le bénéfice net a progressé de près de 9% au troisième trimestre grâce aux activités de marché, certains analystes pointent la forte hausse du coût du risque (+53% sur un an), notamment dans la banque d'investissement, qui pâtit d’un effet de base défavorable.


Natixis a accusé
la plus forte baisse du SRD. La banque a fait état de résultats supérieurs aux attentes au troisième trimestre et relevé son objectif de solvabilité financière. Les analystes de Deutsche
Bank s'inquiètent cependant de l'accélération des sorties de capitaux et d'une croissance des actifs à risques moins contenue qu'auparavant.


Euronext suit
de près. Stéphane Boujnah, le directeur général de la plateforme boursière, a démenti discuter d’une fusion avec la Bourse espagnole (Bolsas y Mercados Espanoles, BME) ou tout autre place
européenne.





Entretiens pervers au ministère de la Culture: "Il a attendu que j’urine et a tout écouté", raconte

Entretiens
pervers au ministère de la Culture: "Il a attendu que j’urine
et a tout écouté", raconte une victimehttp://www.via214.net/


Publié
le 09/11/2019 à 07:28 La Rédaction Via214





Des
femmes accusent un ancien haut fonctionnaire du ministère de la
Culture de les avoir humiliées en les poussant à uriner devant lui
et en les photographiant. L'une d'elles en aurait été victime en
2011 mais a longuement attendu avant d'en parler, muselée par la
honte.



Des
"douleurs" et une "furieuse envie d’uriner".
Après l’éclatement de l'affaire d'intoxication aux diurétiques au
ministère de la Culture, à laquelle Libération a
consacré une longue enquête, une femme s’en disant victime a
témoigné sur le plateau de BFMTV ce vendredi soir. Elle s’appelle
Alyzée, et avait 22 ans lorsqu'elle a croisé le
chemin de cet homme en 2011, alors qu’elle était en contrat
d’alternance depuis neuf mois.



"Je
ne travaillais pas directement avec lui mais il m’a sollicitée
pour un entretien de fin de stage. Il m’a proposé un café,
que j’ai accepté. Nous avons discuté pendant une heure. Au début,
il était plus préoccupé par son téléphone que par ce que je lui
disais. Puis, à un moment, j’ai ressenti des douleurs et une
furieuse envie d’uriner. J’en avais des sueurs froides. J’ai
fini par dire qu’il fallait que j’aille aux toilettes. Il m’a
accompagnée, il est entré avec moi dans les toilettes et a attendu
que j’urine. Il a tout écouté. J’en suis ressortie soulagée
mais très gênée par ce qui venait de se passer", a expliqué
Alyzée.


"Le
photographe"



Selon
le quotidien, cet ancien sous-directeur des politiques de ressources
humaines versait d'abord un diurétique dans une boisson chaude,
qu'il proposait généralement à des candidates à des postes au
ministère. Il isolait ses victimes pour les pousser à uriner devant
lui et en tenait registre dans un fichier Excel intitulé
"Expériences", avec force détails et photographies. En
revenant des toilettes, Alyzée a repris l’entretien.



"De
nouveau, il s’est mis sur son téléphone. En sortant, j’ai
débriefé avec mes collègues en omettant l’épisode des toilettes
car j’avais beaucoup trop honte. Je leur ai dit qu’il était
constamment sur son portable, ils n’ont pas semblé étonnés. Ils
m’ont dit que c’était normal et qu’il prenait des photos des
jambes des femmes, que tout le monde l’appelait 'le
photographe'. On m’a dit de me méfier et que c’était un
pervers", a détaillé la jeune femme qui a porté plainte.


En
tout, 200 femmes auraient été victimes de cet homme entre 2009 et
2018, photographiées et intoxiquées aux diurétiques à leur insu.
Il aura fallu neuf années avant que cet ancien sous-directeur des
politiques de ressources humaines ne soit stoppé. Le 15 juin 2018, à
la Direction régionale des affaires culturelles de la région Grand
Est, il est pris sur le vif en train de photographier "discrètement"
les jambes d'une sous-préfète de Moselle. Il est suspendu en
octobre puis révoqué en janvier 2019.



"J'aurais
voulu qu'on m'arrête avant", a-t-il déclaré au quotidien,
reconnaissant pour sa part avoir intoxiqué "dix ou vingt"
femmes. Cette affaire, révélée en mai dernier par Le Canard enchaîné, est "complètement folle", a réagi ce vendredi le ministre
de la Culture, Franck Riester sur Europe 1, pointant les agissements
d’un "pervers".


Sa
hiérarchie mise en cause



Placé
sous contrôle judiciaire, l’homme a été mis en examen pour
"administration de substance nuisible", "agression
sexuelle par personne abusant de l'autorité conférée par sa
fonction", "atteinte à l'intimité de la vie privée par
fixation d'image", "violence par une personne chargée de
mission de service public" et "infraction à la législation
sur les médicaments", selon une source judiciaire à l’AFP.
Une information judiciaire a été ouverte le 24 octobre 2019 par le
parquet de Paris. Il a depuis été radié de la fonction publique.



"Dès
que le ministère a eu connaissance de signalements de ses agents, il
a engagé des actions auprès du procureur de la République. C'est à
ce titre qu'une procédure judiciaire est en cours", a précisé
le ministère de la Culture.


Mais
pour Alyzée, le doute subsiste. Selon elle, les supérieurs du
suspect étaient au courant et sont restés muets. "Je suis
persuadée que la hiérarchie savait. Ça remontait de tous les
côtés. Dans une telle situation on en parle à la médecine du
travail, aux RH… Mais là, le problème c’est qu’il détenait
la fonction de RH. Mais je ne peux pas croire que sa hiérarchie
n’était pas au courant", a-t-elle avancé, sceptique.

L'Alsace pourrait bientôt produire une part importante du lithium consommé en France

L'Alsace
pourrait bientôt produire une part importante du lithium consommé
en Francehttp://www.via214.net/




Publié
le 09/11/2019 à 07:02 La Rédaction Via214


Le
sous-sol alsacien renferme une quantité de lithium qui permettrait
de subvenir en partie aux besoins de la France pour ce métal
stratégique, a-t-on appris vendredi auprès des énergéticiens ES
et Fonroche.



Les
sociétés Electricité de Strasbourg (ES), filiale d'EDF, et
Fonroche Géothermie ont confirmé la présence de lithium à un
niveau significatif sur plusieurs sites en Alsace dont elles
explorent le sous-sol en vue d'y construire des centrales de
géothermie profonde.



Dans
le cadre du projet de Fonroche Géothermie à Vendenheim (Bas-Rhin),
"les analyses dans les eaux extraites des puits de forage
confirment la présence de lithium en qualité et quantité très
prometteuse permettant d'envisager la production annuelle de quelque
1.500 tonnes de lithium", a indiqué cette société dans un
communiqué reçu vendredi par l'AFP.



Ce
volume représente 10% des besoins annuels d'approvisionnement
estimés pour la France dans les prochaines années, a poursuivi
Fonroche Géothermie.



"Sur
la base de trois +centrales+ programmées en Alsace, Fonroche
Géothermie pourrait donc fournir 30% à 40% de l'ensemble de la
demande industrielle française en lithium à partir de 2023",
en conclut le communiqué.



Le
lithium sert à la fabrication des batteries, notamment celles des
véhicules électriques. Actuellement, sa production et ses réserves
se concentrent en Australie, en Chine et en Amérique du Sud
(Argentine, Chili, Bolivie).



ES
a également identifié un potentiel de 1.500 tonnes par an sur ses
sites d'études de centrales géothermiques à plusieurs milliers de
mètres de profondeur en Alsace, a indiqué sa direction.



L'énergéticien
compte implanter en 2021 un "démonstrateur" sur l'un de
ces sites, afin de confirmer en configuration réelle la "pertinence"
du chlorure de lithium prélevé dans les eaux du sous-sol, qui a été
mise en évidence pour l'instant en laboratoire, a précisé à l'AFP
Bernard Kempf, directeur du développement.



Ces
essais sont menés par le groupe minier Eramet dans le cadre d'un
consortium de recherche qui réunit entre autres ES, le chimiste BASF
et le constructeur automobile PSA, a rappelé M. Kempf.



La
production à échelle "industrielle" pourrait ensuite être
"espérée en 2025", a-t-il ajouté.



"Notre
devoir est de rester prudents, le chemin est encore long", a
toutefois tempéré M. Kempf.



Selon
ES et Fonroche, la technique d'extraction en Alsace aurait un "très
faible impact environnemental" permettant de produire un
"lithium propre".

Au Brésil, la chute de Sergio Moro, l’ancien juge star de l’anticorruption

Au Brésil, la chute de Sergio Moro, l’ancien juge star de
l’anticorruptionhttp://www.via214.net/


Publié le 09/11/2019 à 06:38 La Rédaction Via214




Le président brésilien Jair Bolsonaro (au entre), avec, à gauche,
Sergio Moro, son ministre de la justice, durant la finale de football de la Copa América, à Rio de Janeiro, le 7 juillet 2019. Andre Penner / AP



La majorité des Brésiliens jugent inappropriée la conduite du
ministre de la justice, soupçonné de partialité.



Tel un César s’adressant à la plèbe, Jair Bolsonaro avait soumis,
dimanche 7 juillet, le destin de son ministre de la justice à
l’appréciation d’une foule de supporteurs de football. Au stade
Maracana, à Rio de Janeiro, peu avant le coup d’envoi de la finale de la Copa América opposant le Brésil au Pérou, le chef d’Etat brésilien s’est affiché aux côtés de l’ex-juge Sergio Moro, héros déchu de l’anticorruption pris dans la tourmente d’un scandale mettant à mal son impartialité. Jair Bolsonaro attendait le verdict du public."Le peuple dira si nous avons raison ou pas", avait-il lancé crânement deux jours plus tôt. Las, après un
hommage à Joao Gilberto, chanteur mythique de bossa-nova décédé
la vieille, les tribunes ont autant sifflé qu’applaudi le chef d’Etat et son ministre en difficulté.


" Le temps des Césars est révolu.(…)On ne peut doubler la réalité des institutions démocratiques en se soumettant soi-même et son ministre de la justice au procès d’un
stade de football en imaginant qu’il représente toute la société "
,
commente, dans une tribune au quotidien O Estado de Sao Paulo,
le politologue Carlos Melo. Le peuple, en réalité, avait déjà donné son avis la veille du match.


Samedi, un sondage Datafolha révélait que 58 % des Brésiliens jugeaient "inappropriée "la conduite de l’ancien magistrat révélée par les conversations qu’il a tenues entre 2014 et 2018 avec les procureurs de
l’opération anticorruption " Lava Jato " (" lavage express "). Divulgués au compte-gouttes depuis le début du
mois de juin par le site The
Intercept
en partenariat avec des médias brésiliens comme le quotidien Folha de Sao Pauloou
le magazine conservateur Veja,
les messages égrainés au fil des semaines révèlent un magistrat tentant de manipuler les enquêtes et d’influencer les procureurs en flirtant avec la légalité.




L’ancien président brésilien Lula sort de prison après plus d’un an et demi d’incarcération

L’ancien président brésilien Lula sort de prison après plus d’un an et
demi d’incarcérationhttp://www.via214.net/


Publié le 09/11/2019 à 06:01 La Rédaction Via214



Luiz Inacio Lula da Silva tient un discours à sa sortie de prison, dans
la ville de Curitiba, dans le sud du Brésil, le 8 novembre 2019.
RODOLFO BUHRER / REUTERS



L’ancien chef de l’Etat, condamné dans l’affaire " Lava Jato ",
était sous les verrous depuis avril 2018 pour corruption. Vendredi, la justice a autorisé sa libération.



L’ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010) a été
libéré, vendredi 8 novembre, et a été accueilli à sa sortie par une véritable marée rouge de militants de gauche devant la prison de Curitiba, dans le sud du pays, après plus d’un an et
demi d’incarcération.


La justice brésilienne avait autorisé, une heure plus tôt, la
libération de l’ancien président brésilien, condamné à l’issue d’un procès controversé pour corruption dans l'affaire " Lava Jato " ( " lavage express "). Portant une veste sombre, Lula, 74 ans, est sorti à pied,
souriant aux côtés de sa compagne, la sociologue Rosangela da Silva, embrassant chaleureusement des sympathisants et saluant la foule d’un poing levé.


Combatif, il a rapidement harangué la foule de sa voix rauque. "Je
veux continuer à lutter pour améliorer la vie du peuple brésilien "
,
a-t-il dit, attaquant d’emblée le gouvernement du président d’extrême droite Jair Bolsonaro."Le peuple a de plus en plus faim, il est au chômage, le peuple travaille pour Uber ou livre des pizzas ", a lancé Lula, qui avait pu, au cours de ses deux mandats (2003-2010) extraire près de 30 millions de Brésiliens de la pauvreté dans une
période de forte croissance économique.


Après ce premier bain de foule à Curitiba, Lula doit aller samedi près de
Sao Paulo, au syndicat des métallurgistes de Sao Bernardo do Campo,
où il était resté retranché avec ses partisans avant de se rendre aux autorités pour commencer à purger sa peine en avril 2018.


L’ancien chef de l’Etat avait engrangé une victoire juridique décisive, jeudi, à l’annonce d’une décision de la Cour suprême jugeant
inconstitutionnelle la jurisprudence selon laquelle un condamné peut
être emprisonné avant l’épuisement de l’ensemble de ses recours si sa condamnation a été confirmée en appel.


L’Amérique latine réagit


" La Cour suprême a voté contre le peuple ", a déploré Major Olimpo, le leader au Sénat du PSL, la formation du président Jair Bolsonaro animée par une farouche haine du PT, le
parti des Travailleurs fondé par Lula en 1980. Le président Bolsonaro, habituellement très disert sur Twitter, est resté muet sur le sujet, préférant tweeter sur l’action de son gouvernement. En 2018, il avait lâché en pleine campagne qu’il souhaitait voir
Lula "pourrir en prison ".
Son fils député Eduardo a en revanche déploré sur Twitter qu’ "on libère les brigands ".


Le président élu argentin, le péroniste de centre gauche Alberto
Fernandez, a salué sa sortie de prison, soulignant son "courage "et
son "intégrité "et dénonçant le "processus judiciaire arbitraire auquel il a été soumis ". "Le peuple vénézuélien est heureux et salue la libération du frère Lula ",
s’est quant à lui exclamé le président du Venezuela Nicolas Maduro.


Cuba s’est aussi félicité de sa libération après "580 jours de détention injuste ".


Suites de l’enquête " Lava Jato "


Approuvée par six voix contre cinq, la décision enterre une mesure mise en
place il y a trois ans et qui a contribué au succès de l’enquête
anticorruption " Lava Jato ". Cette enquête est centrée sur des entreprises du bâtiment et des travaux publics (BTP) qui ont arrosé de pots-de-vin des responsables politiques et d’anciens
cadres d’entreprises nationales en échange de contrats avec la compagnie pétrolière nationale Petroleo Brasileiro (Petrobras) et avec d’autres sociétés. Lula avait été accusé d’avoir bénéficié d’un triplex dans la station balnéaire de Guaruja, près de Sao Paulo, en échange de contrats accordés à une
entreprise du BTP.


La perspective d’être emprisonné immédiatement après avoir perdu
un premier procès en appel encourageait les suspects à négocier des accords de plaider-coupable avec les procureurs en leur fournissant des informations dans le cadre de l’enquête anticorruption. Le président de la Cour suprême, Jose Antonio Dias Toffoli, dont la voix a été décisive, a déclaré que les libérations ne seraient pas automatiques mais décidées par les tribunaux au cas par cas.


Les libérations décidées au cas par cas


Le magistrat Sergio Moro, qui a conduit l’enquête " Lava Jato " avant de devenir ministre de la justice du gouvernement de Jair Bolsonaro, avait averti avant la décision de la Cour suprême que revenir sur cette interprétation du code pénal constituerait un grand revers infligé à la lutte contre la corruption.


Les procureurs de " Lava Jato " ont déploré une décision qui compliquera leur tâche et favorisera l’impunité en raison des procédures d’appel " excessives "du système judiciaire brésilien. Le Parti des travailleurs (PT), dont est issu Lula, a salué l’arrêt de la Cour suprême. Sa
présidente, Gleisi Hoffmann, l’a qualifié d’" étape très importante pour renforcer la démocratie et la Constitution à un moment où elles sont menacées par un gouvernement d’extrême droite ".


Selon le Conseil national de justice, près de 4 900 personnes pourraient potentiellement bénéficier de cet arrêt. Le barreau brésilien a fait valoir que la prison obligatoire violait la
Constitution en ne respectant pas la présomption d’innocence des accusés tout au long de la procédure d’appel.

Eutelsat : dividende sur orbite le 25 novembre

Eutelsat
: dividende sur orbite le 25 novembrehttp://www.via214.net/


Publié
le 08/11/2019 à 07:50 La Rédaction Via214





L'Assemblée
générale annuelle ordinaire et extraordinaire des actionnaires
d'Eutelsat Communications du 7 novembre a approuvé l'ensemble de
résolutions proposées.



Notamment,
les actionnaires ont approuvé les comptes de l'exercice et le e
dividende au titre de l'exercice 2018-2019. Il est d'un montant de
1,27 euro par action, stable par rapport à l'exercice précédent.
Sa mise en paiement interviendra le 25 novembre.



Les
actionnaires ont renouvelé le mandat d'Ana Garcia Fau et la
nomination de Cynthia Gordon en tant qu'administratrice. Ils ont
aussi validée la rémunération des mandataires sociaux et la
politique de rémunération.



Le
Conseil d'administration est désormais composé de 10 membres, dont
50% de femmes et 70% d'indépendants.



Le
résultat du vote de l'ensemble des résolutions est à disposition
sur le site internet de la société.

Juncker: Trump ne va pas surtaxer les importations automobiles européennes

Juncker: Trump ne va pas surtaxer les importations automobiles européenneshttp://www.via214.net/


Publié le 08/11/2019 à 07:22 La Rédaction Via214



Jean-Claude Juncker, président sortant de la Commission européenne, s'est dit persuadé dans une interview que le président américain Donald
Trump n'imposerait pas dans les prochains jours de nouveaux droits de
douane sur l'importation d'automobiles européennes.


"Trump va critiquer un peu, mais il n'y aura pas de droits de douane
(supplémentaires, ndlr) sur les automobiles", a déclaré M.Juncker au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung dans une interview publiée dans son édition de vendredi.


"Il ne le fera pas", a assuré le président de la Commission, ajoutant à l'adresse du journaliste: "Vous parlez à un homme complètement informé".


Les Etats-Unis doivent décider d'ici la mi-novembre s'ils vont ou non
augmenter les droits de douane sur les automobiles et les pièces d'automobiles en provenance de l'Union européenne.


En mai, Donald Trump a reporté de six mois, jusqu'à la mi-novembre, sa décision sur l'imposition de telles taxes supplémentaires.


Si elles étaient adoptées, ces mesures toucheraient avant tout des
constructeurs allemands comme Volkswagen, BMW ou Daimler.


Le 3 novembre, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, avait laissé entendre que les Etats-Unis pourraient ne pas avoir à imposer de nouvelles taxes douanières sur les importations automobiles.


"Nous espérons que les négociations que nous avons eues avec des entreprises individuelles au sujet de leurs projets d'investissements porteront suffisamment leurs fruits pour qu'il ne soit peut-être pas nécessaire de mettre en oeuvre" le projet de nouvelles taxes, avait déclaré M. Ross sur Bloomberg Television.


"Nous avons eu de très bonnes conversations avec nos amis européens,
japonais et coréens, et ce sont les principaux secteurs de la production automobile", avait souligné le secrétaire américain au Commerce.





Présidentielle 2020: Michael Bloomberg envisage de se lancer dans la course

Présidentielle 2020: Michael Bloomberg envisage de se lancer dans la coursehttp://www.via214.net/


Publié le 08/11/2019 à 06:35 La Rédaction Via214



Ira, ira pas? A trois mois des premières primaires pour la présidentielle 2020, le milliardaire Michael Bloomberg n'exclut plus de briguer l'investiture démocrate, inquiet de voir Joe Biden rattrapé par les
candidats pourfendeurs de Wall Street, Bernie Sanders et Elizabeth Warren.


En mars, celui qui fut maire de New York 12 ans durant avait pourtant
annoncé officiellement qu'il ne se présenterait pas, au vu de la
vingtaine de démocrates déjà en lice, et pour ne pas saper les chances de l'ex-vice-président Joe Biden, un candidat centriste comme lui.


Mais selon des sources proches de l'homme d'affaires, citées notamment
par le New York Times et CNN, il rassemble désormais les signatures
nécessaires au dépôt de sa candidature dans l'Etat de l'Alabama (sud), qui requiert des candidats qu'ils s'enregistrent au plus tard ce vendredi.


"Il pense que Biden est faible et que Sanders et Warren ne peuvent pas
gagner", a indiqué une source proche de M. Bloomberg, citée par le New York Post.


Michael Bloomberg, 77 ans, qui a fait fortune à Wall Street et s'est revendiqué indépendant et républicain par le passé, n'a jamais caché son opposition aux mesures prônées par Mme Warren et M. Sanders.


Les deux sénateurs font campagne très à gauche, dénonçant notamment un système "corrompu" par Wall Street, les milliardaires et les grandes entreprises.


"Mike pourrait gagner"


Ces dernières semaines, alors que Joe Biden perdait du terrain face à Elizabeth Warren et Bernie Sanders dans les sondages, des proches du milliardaire avaient déjà laissé entendre qu'il réfléchissait à nouveau à la possibilité de rejoindre la course.


Michael Bloomberg, classé 9ème homme le plus riche du monde par le magazine
Forbes avec une fortune évaluée à 55,5 milliards de dollars, est néanmoins connu pour tergiverser sur ce genre de décisions.


Il avait déjà envisagé de se présenter comme indépendant lors de la
présidentielle 2016, avant d'abandonner de peur de diviser les démocrates face à Donald Trump.


Il n'a d'ailleurs pas officiellement confirmé les informations concernant son enregistrement dans l'Alabama. Plusieurs sources citées par les médias américains soulignaient qu'il n'avait pas encore arrêté sa décision.


"Il faut achever le travail et nous assurer que Trump sera battu, mais
Mike craint de plus en plus que le groupe actuel de candidats ne soit
pas en bonne position pour y arriver", a simplement indiqué Howard Wolfson, conseiller de M. Bloomberg, dans un communiqué.


"Etant donné ses réussites, son leadership et sa capacité à rassembler
en faveur du changement, Mike pourrait engager le combat face à Trump et gagner", a-t-il ajouté.


Même si la décision n'est pas encore prise, les hésitations de Michael Bloomberg pourraient peser sur la course à l'investiture démocrate, encore très ouverte avec 17 candidats.


Joe Biden, Elizabeth Warren et Bernie Sanders sont en tête de peloton, mais un quatrième candidat, le jeune maire de l'Indiana Pete Buttigieg, centriste lui aussi, progresse dans les sondages.


"Bienvenue dans la course"


"Bienvenue dans la course, Michael Bloomberg", a réagi jeudi soir
Elizabeth Warren sur Twitter.


"Si vous cherchez des idées politiques qui pourraient grandement changer les choses pour les gens qui travaillent, et qui sont très populaires, commencez par ça", a-t-elle lancé en boutade, renvoyant vers ses projets de taxation des riches censés financer ses projets d'éducation gratuite ou d'assurance santé pour tous.


Bernie Sanders n'a pas évoqué directement le nouveau candidat, mais il a semblé y faire allusion dans un tweet jeudi soir: "la classe des milliardaires a peur, et elle a raison d'avoir peur".


Très actif dans la lutte contre le changement climatique ou pour la santé,
Michael Bloomberg, qui a fait fortune grâce à l'agence d'informations financières qui porte son nom, dépense déjà des millions pour soutenir des candidats démocrates à des élections
locales. Comme il l'a fait lors des élections de mi-mandat en novembre 2018, ou lors des élections locales en Virginie ce mardi.


Plusieurs de ses proches avaient indiqué en début d'année que cet homme deux fois grand-père serait prêt à mettre 500 millions de dollars sur
la table pour la présidentielle 2020.





Disney: synergies et monétisation au sein du royaume enchanté

Disney: synergies et monétisation au sein du royaume enchantéhttp://www.via214.net/


Publié le 08/11/2019 à 06:20 La Rédaction Via214



Accords de distribution, synergies entre les services et tests techniques:
Disney a mis toutes les chances de son côté pour assurer le succès de Disney+, sa plateforme de streaming vidéo qui sera en concurrence directe avec le leader du secteur, Netflix, à partir du 12 novembre aux Etats-Unis.


"Nous sommes confiants que nous sommes prêts à un lancement à grande
échelle", a déclaré jeudi le patron du groupe, Bob Iger, lors d'une conférence aux analystes, après la publication de résultats trimestriels meilleurs qu'attendus et salués en Bourse.


Disney+ sera disponible à partir de 6,99 dollars par mois, un prix largement
inférieur à celui de Netflix, et proposera un impressionnant catalogue, avec 500 films (des collections "Star Wars", Pixar, Marvel...) et 7500 épisodes de séries, dont les 30 saisons
des "Simpson".


La plateforme du royaume enchanté va commencer son expansion par le Canada, les Pays-Bas, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ce mois-ci, suivis par les Européens (dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, le Canada, l'Italie, l'Espagne...) le 31 mars 2020.


Le groupe espère attirer entre 60 et 90 millions d'abonnés d'ici 2024. Il va se mesurer à Netflix (près de 160 millions d'abonnés), Amazon Prime Video, Apple TV+ (en ligne depuis une semaine), et bientôt Peacock (NBCUniversal) et HBO Max (WarnerMedia).


Monétisation


Bob Iger a annoncé avoir conclut un accord de distribution avec Amazon pour que Disney+ soit présent sur les télévisions "Fire TV". "Nous avons des accords avec Apple, Samsung, Microsoft, LG et Google. Donc nous avons fait des progrès significatifs en terme d'accords de distribution, et Amazon est le dernier d'entre eux", a-t-il détaillé sur la chaîne américaine CNBC.


Il a ajouté que la plateforme Hulu, dont Disney a pris le contrôle,
proposerait bientôt des programmes de 21 Century Fox (21 CF), racheté en décembre 2017. Aux Etats-Unis, le groupe va aussi
proposer aux membres du club Disney D23 de s'abonner simultanément à Disney+, Hulu et ESPN+ (sports) pour 12,99 dollars.


Le groupe du royaume enchanté renforce ainsi les synergies entre ces
multiples actifs pour assurer le succès de son nouveau service, que Bob Iger considère comme le plus important produit lancé par le groupe depuis près de 15 ans qu'il est en poste.


Le PDG a expliqué qu'il ne considérait les différentes applications
(Hulu, ESPN+) ou Fox comme des entités séparées, mais comme les acteurs d'un ensemble plus large de "production, créativité, distribution et monétisation", avec la possibilité, par
exemple, de diffuser des films au cinéma, puis à la télévision et
sur les plateformes.


"C'est une manière extraordinaire d'atteindre plus de consommateurs et de
générer des revenus", a-t-il assuré. "Cela nous donne un avantage compétitif par rapport à nos concurrents qui n'ont pas autant de fenêtres de diffusion ou de façons de monétiser leurs
contenus".


"Au-delà des enfants"


Disney compte avoir la même approche avec ESPN et les droits sportifs, notamment en diffusant plus de sport sur sa chaîne ABC, "car la valeur des compétitions sportives en direct sur les chaînes traditionnelles augmente".


Bob Iger s'est aussi dit satisfait des tests menés sur Disney+ aux Pays-Bas ce weekend. "La plateforme et robuste et tous les éléments sont en place pour gérer le passage à échelle", a-t-il promis.


"Nous avons constaté que la palette démographique de nos publics est plus
large que ce à quoi les gens s'attendent, ça va bien au-delà des
enfants et des familles", a-t-il ajouté. "Toutes les marques ont suscité de l'intérêt, c'est de bon augure."


En plus des catalogues historiques, Disney + va proposer à sa mise en
service 10 films originaux et des séries, dont The Mandalorian, la
nouvelle série Star Wars de Lucasfilm. La société promet 620 films et plus de 10.000 épisodes de séries d'ici 5 ans.


Disney a engrangé 19,1 milliards de dollars de chiffre d'affaires au quatrième trimestre de son exercice décalé (+34%) pour un bénéfice par action de 1,07 dollar, des résultats supérieurs aux attentes des analystes.


Pour l'ensemble de l'exercice, il a réalisé un chiffre d'affaires de
69,57 milliards de dollars en progression de 17%. Ces fortes
progressions s'expliquent notamment par l'intégration de 21 CF.


Le titre Disney prenait plus de 5% en Bourse lors des échanges électroniques après la clôture de Wall Street.

Un séisme fait 5 morts et 120 blessés dans le Nord-Ouest de l'Iran

Un séisme fait 5 morts et 120 blessés dans le Nord-Ouest de l'Iranhttp://www.via214.net/


Publié le 08/11/2019 à 05:54 La Rédaction Via214



Cinq personnes ont été tuées et 120 blessées, par un séisme ayant frappé le nord-ouest de l'Iran dans la nuit de jeudi à vendredi, selon des informations de la télévision d'Etat iranienne.


L'épicentre de la secousse initiale, d'une magnitude de 5,9, a été localisé à
8 km de profondeur, dans la province de l'Azerbaïdjan-Oriental, à environ 120 kilomètres au sud-est de la ville de Tabriz, selon le centre sismologique de l'Institut de géophysique de l'Université de Téhéran.


Elle a été suivie par cinq répliques de magnitudes comprises entre 4,0 et 4,8 entre 22h50 et 01h40 GMT (01h20 et 05h10 heure locale) dans la même région de Turkmantchaï, selon les données de ce même institut.


Joint par la télévision au téléphone, le gouverneur de la province, Mohammad-Réza Pourmohammadi, a déclaré que 5 personnes avaient été tuées et que le séisme avait détruit "30 maisons".


Selon la télévision d'Etat, on dénombre également 120 blessés. Un
bilan précédent faisait état de 3 morts et 20 blessés.


Des opérations de secours se déroulent dans 41 villages, mais les
dégâts matériels, qui apparaissent limités, se concentrent essentiellement dans deux localités, a indiqué la télévision.


La population dans ces zones rurales de montagnes est sortie de ses habitations après la première secousse.


Vers 05h30 (02h00 GMT), l'agence iranienne Fars a rapporté que les gens
commençaient à rentrer chez eux et que la situation semblait revenir à la normale après la panique initiale.


Situé aux confins de plusieurs plaques tectoniques et traversé par
plusieurs failles, l'Iran est une zone de forte activité sismique.


Le dernier séisme majeur remonte à novembre 2017: un tremblement de
terre de magnitude 7,3 dans la province de Kermanshah (Ouest) avait fait 620 morts.


En 2003, un séisme de magnitude 6,6 dans la province de Kerman, dans le
sud-est de l'Iran, avait ravagé l'ancienne ville de Bam -dont la
célèbre citadelle en pisé- et tué au moins 31.000 personnes.


Le séisme le plus meurtrier de ces 30 dernières années, d'une magnitude 7,4, avait fait 40.000 morts et laissé un demi-million de personnes sans-abri dans le nord du pays en 1990.





Drones, foie gras...: les accords signés lors de la visite de Macron en Chine

Drones, foie gras...: les accords signés lors de la visite de Macron en Chinehttp://www.via214.net/


Publié le 07/11/2019 à 07:41 La Rédaction Via214



Des drones au foie gras, en passant par le nucléaire et... la confiture, voici une liste des principaux accords signés lors de la visite en Chine du président français, Emmanuel Macron, qui s'achève mercredi.


De source officielle chinoise, ces accords, dont plusieurs évoquent des
projets non finalisés, portent sur des transactions d'un montant total de 15,1 milliards de dollars (13,6 milliards d'euros). Ce chiffre n'a pas été confirmé côté français.


Energie - environnement


- Paris et Pékin ont appelé mercredi à signer avant le 31 janvier un méga-contrat portant sur la construction d'une usine de recyclage du combustible nucléaire usagé en Chine. En négociation depuis une dizaine d'années, l'accord est évalué à plus de 20 milliards d'euros, dont plus de la moitié pour le français Orano (ex-Areva).


- Suez va créer plusieurs coentreprises avec des partenaires chinois dans l'incinération de déchets dangereux pour un total compris entre 100 et 150 millions d'euros.


Engie et Beijing Entreprises Clean Energy vont investir dans les nergies nouvelles  hauteur de 13 milliard deuros


Engie et Beijing Entreprises Clean Energy vont investir dans les énergies
nouvelles à hauteur de 1,3 milliard d'euros ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )


- Coopération entre Engie et Beijing Entreprises Clean Energy pour des
investissements dans les énergies nouvelles d'un montant de 1,3 milliard d'euros.


- GTT, filiale d'Engie, a signé un accord de coopération pour un terminal et un stockage GNL à Tianjin (est) ainsi qu'une canalisation d'environ 230 km pour acheminer le gaz jusqu'à Pékin.
Ce projet, d'une valeur totale de 1 milliard d'euros selon l'Elysée, est "en cours d'examen" par le ministère chinois du Commerce.


- Total va créer plusieurs coentreprises avec différents partenaires chinois dans la production de batterie lithium-ion, la distribution
de GNL et le solaire.


- Air Liquide a signé un protocole d'accord avec Sinopec pour accélérer le développement de solutions de mobilité hydrogène en Chine, plus grand marché mondial de la mobilité.


Agroalimentaire


- Les deux pays vont coopérer en vue de la reconnaissance par la Chine
du "zonage" dans la lutte contre la peste porcine africaine (PPA). Objectif: que la France puisse continuer à exporter du porc même si l'épizootie touche une de ses régions (ou "zone").
"Les deux chefs d'Etat s'accordent à considérer l'établissement d'une feuille de route à cette fin comme prioritaire", selon l'Elysée.


- La France obtient 20 agréments à l’exportation pour des entreprises des filières volaille, boeuf, porc et charcuterie.


- Extension aux palmipèdes et au foie gras du protocole définissant les conditions sanitaires d'exportation de volailles vers la Chine.


- Construction en Chin