Portrait
Via214
Fermer

Paysages d'autrefois

Un centre commercial de Toulouse offre une minute de shopping entièrement gratuit.

Un
centre commercial de Toulouse offre une minute de shopping entièrement gratuit.http://www.via214.net/




Une
minute pour remplir son panier avec le plus d'articles possibles afin
de se les faire offrir. Cela sera possible dans une enseigne de
vêtements de Toulouse, samedi 26 mai 2018. "Fast & shopping":
c'est le nom de l'opération menée dans le magasin New look, samedi
26 mai 2018. L'espace Saint-Georges, à Toulouse, dans lequel
l'enseigne est située, va en effet offrir une session de shopping
illimité à cinq de ses clients. L'an passé les gagnants avaient
dépensé plus de 1.200 euros. Les cinq gagnants auront donc une
minute pour remplir leur panier avec le maximum d'articles de la
boutique avant de se les faire offrir. L'an passé, lors de la
première édition de ce "Fast & shopping", les gagnants
avaient pu s'offrir plus de 1.200 euros d'articles. Pour participer à
cette opération commerciale, il convient de s'inscrire sur la page
Facebook de l'espace Saint-Georges ou sur son site internet, au plus
tard le mercredi 23 mai 2018, ou bien de se rendre sur place le
jour-même: une personne sera sélectionnée sur le site internet,
deux sur la page Facebook et deux seront choisies sur place le samedi
26 mai 2018. En 2017, plus de 700 personnes avaient participé à ce
grand concours.

154 économistes allemands disent "nein" au projet de réforme de l'euro de Macron.

154 économistes allemands disent "nein" au projet de réforme de
l'euro de Macron.http://www.via214.net/





Dans une tribune publiée par un des principaux quotidiens allemands, des
économistes plaident pour une Europe de la rigueur et dénoncent le
projet de réforme de l'euro du président français. Ils
recommandent même une procédure de sortie de l'euro. 154 professeur
d'économie allemands mettent en garde contre la poursuite du
développement de l'union monétaire et bancaire européenne vers une
«union de la responsabilité» que certains médias français ont
préféré traduire par "union de la dette". Leur lettre ouverte,
publiée le 21 mai -jour de l'annonce de la formation du nouveau
gouvernement italien – par le quotidien allemand Frankfurter
Allgemeine Zeitung (FAZ) s'en prend directement au président
français et à celui de la Commission européenne. Ainsi ils
écrivent: "Les propositions du président français Macron et du
président de la Commission européenne, Juncker, mentionnent dans
l'accord de coalition présentent de grands risques pour les citoyens
européens". En effet, l'accord de la coalition, signé le 7 février
à Berlin par les représentants des partis conservateurs CDU-CSU et
les sociaux-démocrates du SPD, commence par un chapitre intitulé
"Un nouvel élan pour l'Europe". Celui-ci se réfère en partie aux
propositions d'Emmanuel Macron soutenues par Jean-Claude Juncker pour
réformer l'Europe et la zone euro. Mais, pour les économistes
signataires de la lettre, l'utilisation de l'actuel Mécanisme
européen de stabilité (MES) en tant que garantie de dernier recours
contre des faillites de banques réduisait "l'incitation à assurer
le poids des créances douteuses". De plus, cela se ferait "au
détriment de la croissance et de la stabilité financière". Ils
estiment aussi et surtout qu'une mutualisation européenne de
garantie des dépôts bancaires aboutirait à faire porter par tous
le coût des erreurs commises par certaines banques et certains
gouvernements. Pour les éditeurs du FAZ il ne fait visiblement aucun
doute que parmi les banques et gouvernement visés, l'Italie occupe
la première place comme ne témoigne l'illustration choisie: une vue
du Colisée à Rome accompagnée de la légende "La nouvelle source
d'euro-inquiétudes". "Ne pas récompenser la mauvaise conduite".
Les économistes ne sont pas plus enthousiasmés par la création
d'un fonds d'investissement européen en appui de réformes
structurelles car, pour les signataires de la lettre, ce projet
aboutirait immanquablement à des transferts d'argent et prêts à
des pays de la zone euro qui n'ont pas effectué de réformes
structurelles et reviendrait à "récompenser la mauvaise conduite".
En claire, pas question de créer une source de financement destinée
à aider les pays du sud de l'Europe à se désendetter. Quant au
ministre des Finances "disposant d'une capacité fiscale en tant
qu'interlocuteur de la BCE", ils n'en veulent pas non plus, car
selon eux il "contribuerait à rendre la politique monétaire encore
plus politisée". A la fin de cette lettre, les économistes
montrent enfin qu'aucune politique de soutien à l'économie par la
dépense publique ou l'émission monétaire ne saurait trouver grâce
à leurs yeux. Ils fustigent ainsi la politique dite
d'assouplissement quantitatif adoptée, sous la présidence de Mario
Draghi, par la Banque centrale européenne depuis 2015. Cette
stratégie monétaire a consisté à soutenir l'accès au crédit à
bas taux via un système de rachat de dettes souveraines par les
banques centrales de la zone euro. Pour eux: "Les très gros achats
d'obligations de la Banque centrale européenne (2 550 milliards
d'euros en septembre 2018) équivalent déjà à un financement
public par l'intermédiaire de la banque centrale." Et ils estiment
que cette politique doit cesser rapidement. Une mutualisation de la
dette saperait la croissance. Les économistes affirment pour
conclure que "le principe de responsabilité est la pierre angulaire
de l'économie sociale de marché" et que cette "union de la
responsabilité sape[rait] la croissance et menace[rait] la
prospérité dans toute l'Europe". Ils demandent au gouvernement
allemand de "revenir aux principes de base de l'économie social de
marché" et considèrent qu'il est "important de promouvoir des
réformes structurelles au lieu de créer de nouvelles lignes de
crédit et des incitations à la mauvaise conduite économique". Ils
recommandent aussi que les droits de vote au sein de la BCE soient
"liées à la responsabilité". Une façon polie de demander que
les gouverneurs des banques centrales de la zone euro dont les pays
ne respectent pas les critères de stabilité – déficit public et
dette contenues dans les limites respectives de 3% et 60% du produit
intérieur brut (PIB) – soient privés de toute influence sur la
politique monétaire de la BCE. Sorite de l'euro préconisée pour
les mauvais élèves. Enfin ils estiment nécessaire la "création
d'une procédure d'insolvabilité ordonnée pour les Etats et d'une
procédure de retrait ordonnée", autrement dit: une sortie de la
zone euro pour les Etats ne parvenant pas à faire face aux échéances
de remboursement de leur dette. Difficile d'aller plus loi dans la
condamnation du projet de réforme défendu en avril dernier devant
le Parlement européen par Emmanuel Macron. A l'époque, le président
français le justifiant par la nécessité de contrer, au nom "d'une
Europe qui protège", la progression redoutée des partis
eurosceptiques dans la perspective des élections européennes de
2019. Une préoccupation partagée par Jean-Claude Juncker, lui aussi
mis en cause dans cette lettre des pères-la rigueur allemands.  

Coup de théâtre en Italie: le cauchemar de Bruxelles continue.

Coup de théâtre en Italie: le cauchemar de Bruxelles continue.http://www.via214.net/





Berlusconi
ayant ouvert la voie à une alliance entre le M5S et la Ligue, le
rédacteur en chef du mensuel Ruptures Pierre Levy estime que c'est
là le cauchemar de Bruxelles -un gouvernement "anti-système" -
qui se précise en Italie. Les événements viennent de s'accélérer
spectaculairement en Italie. Pendant les deux mois qui ont suivi les
élections générales du 4 mars, la situation politique semblait
dans une impasse. Malgré les nombreuses tractations -visibles et
dans l'ombre – aucune majorité ne semblait pourvoir être formée.
Ultime solution, un retour aux urnes paraissait inévitable. Le coup
de tonnerre a finalement eu lieu le 9 mai -ironie de l'Histoire, lors
de la "journée de l'Europe". Il a pris la forme d'une déclaration
surprise de Silvio Berlusconi. L'ancien Premier ministre (81ans) ne
pouvait concourir en raison de condamnations antérieures, mais,
avant le scrutin, se voyait comme "faiseur de roi". Les électeurs
en ont décidé autrement en plaçant sa formation, Forza Italia
(13%), en deuxième position au sein de l'alliance des trois partis
de droite, loin derrière ses alliés de la Ligue (ex du Nord) qui
obtenait 18%. Le leader de celle-ci, Matteo Salvini, revendiquait
donc de prendre la tête du gouvernement. L'autre grand gagnant du
scrutin, le Mouvement cinq étoiles (M5S), ne l'entendait pas de
cette oreille. Ce parti "inclassable" et "populiste", fondé par
le comique Beppe Grillo et dirigé par le jeune Luigi Di Maion était
en effet arrivé en tête du scrutin, avec près de 32% des voix. Ce
dernier estimait dès lors que c'était à lui d'entrer au palais
Chigi (le Matignon italien). Quant à la troisième grande force du
paysage politique, le Parti démocratique (PD, souvent étiqueté "centre-gauche"), elle sortait laminée des urnes, avec 19% des
suffrages. Le PD payait ainsi ses années de pouvoir, notamment sous
la coupe de Matteo Renzi (2014-2016) qui avait mis en œuvre à
marche forcée les réformes attendues par Bruxelles (loi travail
notamment). Au sein de ce parti, les partisans d'un soutien à un
gouvernement formé par les M5S, au nom de «l'esprit de
responsabilité» et de l'intérêt supérieur de l'UE, se sont
affrontés à ceux d'un retour dans l'opposition. Ces derniers l'ont
finalement emporté. Sur le papier, la seule configuration
majoritaire possible était donc un tandem associant le M5S et la
Ligue. Mais cette dernière était entravée par le veto de son allié
Forza Italia. Se fâcher avec Berlusconi aurait été plus que
périlleux pour la Ligue, qui se serait trouvé quelque peu isolée.
Volte-face du Cavaliere. C'est donc dans ce contexte qu'est intervenu
la volte-face du Cavaliere: celui-ci ne s'opposait plus à une
coalition entre le M5S et la Ligue. Certes, réaffirmant l'ancien
patron de la droite, il n'accorderait jamais sa confiance au M5S.
Mais, précisait-il, "si une autre formation politique que la
coalition de droite veut assumer la responsabilité de former un
gouvernement avec les cinq étoiles, nous prendrons acte de ce choix
avec respect". Le blocage ainsi levé, les équipes de Di Maio et
Salvini se sont immédiatement mises au travail. Les deux hommes –
qui refusaient pourtant de travailler ensemble il y a encore quelques
semaines (mêmes si cette hypothèse n'avait pas été exclue durant
ma campagne) – ont accepté de faire un "pas de côté" en
renonçant chacun à diriger le futur gouvernement. Le nom d'une
personnalité qui conviendrait aux deux partis, sans forcément
appartenir à l'un d'entre eux, devrait être connu sous peu, même
si aucun rebondissement n'est jamais à exclure. Beaucoup de mesures
envisagées sont de nature à faire exploser l'orthodoxie budgétaire
indissociable de la monnaie unique. Sur le plan pragmatique, les deux
forces ont, en quelques jours, dégagé des axes communs, fût-ce au
prix d'un étrange bric-à-brac. Cela va du revenu minimum (dit "de
citoyenneté") à la remise en cause de la réforme très
impopulaire des retraites imposée par Bruxelles, en passant par la
baisse des impôts ou... la fin de la vaccination obligatoires. Le
durcissement des lois migratoires – une question qui avait été
centrale lors de la campagne électorale – fait également
consensus entre les deux formations. Un dernier aspect donne plus que
des sueurs froides à Bruxelles: les deux forces se sont prononcées
en faveur de la levée des sanctions contre la Russie (ces sanctions
de l'UE doivent être renouvelées tous les six ans... à l'unanimité
des Etats membres). Le président de la République, qui détient
constitutionnellement le pouvoir de nommer le chef du gouvernement, a
averti qu'il était le garant des équilibres financiers et des "engagements internationaux" du pays, au premier rang desquels
l'appartenance à l'Union européenne et la discipline que cela
implique. Le très pro-européen Sergio Mattarella a donc fait savoir
qu'il veillerait au grain. "La perspective -encore à confirmer –
d'un gouvernement dit "anti-système" constitue en elle-même une
première en Europe". Si les marchés financiers ont commencé à
s'agiter, il serait certainement prématuré de prédire que le futur
gouvernement italien va faire un bras d'honneur à Bruxelles.
D'autant que le chef du M5S, en particulier dans la dernière ligne
droite de la campagne, avait tenu à se déclarer pro-UE, vantant
même à cet égard les choix d'Emmanuel Macron. Il faut également
rappeler que son mentor, Beppe Grillo, avait tenté, i l y a deux
ans, un rapprochement tactique au sein du parlement européen avec le
groupe de l'euro-fanatique et fédéraliste Guy Verhostadt. La Ligue,
pour sa part, s'est place résolument dans le camp dit "eurosceptique". Mais sa proximité avec le Front national
français, lui-même en plein recentrage "euroconstructif", donne
une idée de la capacité de la machine européenne à "assagir",
domestiquer, voire retourner ses opposants d'apparence radicale. Pour
autant, la perspective – encore à confirmer – d'un gouvernement
dit "anti-système" constitue en elle-même une première en
Europe. Au-delà des possibles retournements des dirigeants
politiques, elle reflète un fait de portée considérable:
l'accélération du rejet de l'intégration européenne par les
peuples aux quatre coins du continent, comme en témoignent toutes
les récentes élections (Pays-Bas, Allemagne, Autriche, République
Tchèque, Hongrie et probablement Suède en septembre) sans évidement
oublier le Brexit. Les dirigeants européens n'en sont peut-être
qu'au début de leurs pires cauchemars. En attendant, ce 9 mai, ce
n'était plus la fête de l'Europe mais plutôt, selon le vocabulaire
insoumis, la Fête.. à L'Europe. 

Insolite: la première boutique de cannabis vient d'ouvrir en France.

Insolite: la première boutique de cannabis vient d'ouvrir en France.http://www.via214.net/




Jusqu'alors,
tes potes et toi vous vous terrez dans vos appartements pour fumer
des zder en regardant des reportages sur la BAC et les stup'. Jamais
en manque de zeub, tu roules plus vite que ton ombre et cette vie ô
combien dangereuse fait partie intégrante de ce que tu es. Alors
qui, on préfère te prévenir, ce qui va suivre va te choquer: une
boutique de cannabis vient d'ouvrir à deux pas de Lille... Et en
toute légalité! C'est désormais officiel! Depuis le 19/05/2018,
vous pouvez acheter librement et sans avoir de sueur froide du
cannabis! Qui plus est dans une vraie boutique: le Bestown Shop.
Située à Annoeuillin, à côté de Lille, cette dernière était
autrefois une boutique de fringues tenue par un couple qui a changé
du tout au tour en proposant désormais des produits à base de
cannabis thérapeutique. Comment cette idée folle leur est venue?
Tout simplement en reprenant le concept déjà existant à Besançon.
Alors qu'est-ce-qu'on y trouve de beau (bon)? Des plantes à infuser,
des cristaux faire fondre dans la bouche, des huiles et même du
liquide pour cigarette électronique! En gros, le cannabidiol est ici
vendu sous diverses formes. Parce que, oui, c'est ça leur petit
secret: ils commercialisent cette molécule tout à fait légale
présente dans le cannabis et aux vertus thérapeutiques. Néanmoins,
pas de THC dans les produits vendus et donc rien à voir avec des
stupéfiants! Pour rappel, le cannabidiol réduisait les tremblements
causés par la maladie de Parkinson, soulagerait de la douleur,
l'anxiété voire même jusqu'à la maladie de Crohn...

La consommation s'accélère en avril les salaires augmentent.

La
consommation s'accélère en avril les salaires augmentent.http://www.via214.net/


Moscou
(awp/afp) – La consommation des ménages russes a rebondi au mois
d'avril et le pouvoir d'achat a augmenté, selon les chiffres publiés
mardi par l'agence de statistiques russe. Selon le rapport mensuel de
conjoncture de Rosstat, les ventes de détail ont augmenté de 2,4%
en avril sur un an, une amélioration après le ralentissement en
début d'année. En mars, elles avaient augmenté de 2,0% sur un an.
Les revenus réels des ménages, mesure la plus large du pouvoir
d'achat, ont progressé de 5,7% sur un an et avril, poursuivant leur
reprise encourageante (+4,5% sur un an en mars). En février, ils
avaient enregistré la première évolution positive depuis janvier
2017, un bon signe après leur diminution de 1,7% en 2017 par rapport
à 2016. Le salaire réel moyen a pour sa part augmenté 7,8 en
avril. Plombé par l'envolée des prix, le pouvoir d'achat des Russes
la lourdement chuté pendant la récession de 2015-2016 due à
l'effondrement des cours du pétrole et aux sanctions occidentales
liées à la crise ukrainienne. Les statistiques publiées mardi
continuent d'être rassurantes pour 2018, après une fin d'année
montrant un essoufflement de la reprise économique. La production
industrielle avait également surpris positivement au mois d'avril,
avec une croissance de 1,3% sur un an, supérieure aux prévisions
des spécialistes. Selon les analystes de Capital Economics, ces
données semblent indiquer que "le durcissement des sanctions
américaines et la chute du rouble au débit du mois d'avril ont eu
peu d'impact sur l'économie réelle jusqu'à présent."  

Insertion et remplace: accélération du développement clinique d'UCART123 en LAM suite à l'approbatio

Insertion et remplace: accélération du développement clinique d'UCART123 en LAM suite à l'approbation d'un protocole modifié.http://www.via214.net/


Augmentation
des doses actuellement testées de 6.25x104/kg
à 2.5x10
5/k.
Intervalle et traitement entre les patients raccourci de 42 jours à 28 jours, puis à 14 jours pour les patients suivants. Ouverture d'un nouveau
centre clinique pour l'étude LAM au MD Anderson Cancer Center. Ce
communiqué remplace celui publié le 22 mai à 22 h 30 pour la
raison suivante: Des informations ont été ajoutées dans le premier
point après le deuxième paragraphe Cellectis (Euronext Growth:
ALCLS-Nasadaq: CCL), société biopharmaceutique de stade clinique
spécialisée dans le développement d'immunothèrapies fondées sur
des cellules CAR-T allogéniques ingénierées (UCART), annonce
l'pprobation d'un amendement au protocole de l'essai clinique de
Phase I pour ICART123, un produit candidat exclusivement détenu par
Cellectis, évalué chez des patients atteints de leucémie aiguë
myéloblastique (LAM). Les principaux changements au protocole
comprennent:Le palier de la dose 1 à administrer passe de du protocole modifié de UCART123, un produit candidat exclusivement
détenu par Cellectis, constitue une étape importante dans la
progression de notre étude, et l'ouverture d'un nouveau centre
clinique au MD Anderson, l'un des centres de cancérologie les plus
réputés au monde, permet à la Société d'avancer
sur des bases solides pour aider autant de patients atteints de LAM
que possible avec cette nouvelle thérapie innovante", a déclaré
le Professeur Stéphane Depil, Vice-président senior de la recherche
et du Développement et directeur médical. "L'immunothérapie sur
étagère fondée sur l'édition de gènes continues à révolutionner
la médecine moderne, et nous espérons que cette approche aboutira
dans un avenir proche à un traitement salvateur pour les patients
atteints de LAM". Cellectis
a travaillé en étroite collaboration avec les parties prenantes
après examen des détails de l'étude UCART123 et nous sommes
maintenant impatients d'activer ce nouveau protocole dans le but
d'accélérer le développement d'un traitement efficace pour les
patients atteints de LAM dont les besoins médicaux non satisfaits
sont importants", a ajouté Stéphan Reynier, Chief Regulatory ans
Compliance Officer. "Nous avons hâte d'obtenir des données
supplémentaires afin de pouvoir traiter cette maladie aussi rare que
dévastatrice". La période de revue par la FDA pour cet amendement
est maintenant terminée et Cellectis a obtenu l'approbation de
comités d'éthique. Plus d'informations sur cet essai sont
disponibles sur ClinicalTrial.gov. UCART123 est notre premier produit
candidat exclusivement détenu par Cellectis, fondé sur des cellules
T ingénièrées ciblant l'antigène CD123, exprimé à la surface
des cellules tumorales dans des pathologies telles que la leucémie
aiguë myéloblastique (LAM). Celletis a reçu l'autorisation de
l'U.S. Food ans Drug Administration (FDA) de procéder à des essais
cliniques de Phase I pour la LAM. Ils 'agit de la première
autorisation octroyée aux Etats-Unis pour un produit allogénique,
"sur étagère" fondé sur des cellules CAR-T issues de l'édition
de gènes. L'essai clinqiue UCART123 pour la LAM est une étude de
Phase I à dose progressive et croissante visant à évaluer
l'innocuité, l'expansion, la persistance et l'activité clinique de
UCART123 (cellules T allégoéniques génétiquement modifiés
exprimant le récepteur antigènique chimérique ciblant l'antigène
CD123) chez des patients atteints de LAM récidivante ou réfractaire
et chez des patients atteints de LAM à haut risque nouvellement
diagnostiquée. Cette étude clinique est coordonnée par le Docteur
Gail J. Roboz, Investigateur Coordinateur, Directeur du programme
clinique et recherche translationnelle sur les leucémies et
Professeur de médecine au Weill Cornell Medicine – New
York-Presbyterian Hospital. La LAM est due à la prolifération
incontrôlée de cellules immatures tumorales s'accumulant dans la
moelle osseuse et parfois dans le sang. La moelle osseuse de ce fait
n'est plus en mesure d'assurer la production de cellules sanguines
normales. Cette insuffisance médullaire ainsi que la prolifération
incontrôlée des blastes leucémiques sont fatales en l'absence de
traitement. Aux Etats-Unis, on estimé à 19950 le nombre de nouveau
cas de LAM par an et 10430 décès liés à cette maladie chaque
année. Cellectis, est une entreprise biopharmacieutique de stade
clinique, spécialisée dans le développement d'une nouvelle
génération d'immunothérapie contre le cancer fondées sur les
cellules CAR-T ingénierées (UCART). En capitalisant sur ses 18 ans
d'expertise en ingénierie des génomes, sur sa technologie d'édition
du génome TALEN® et
sur la technologie pionnière d'électroporation PulseAgile-Cellectis
utilise la puissance du système immunitaire pour cibler et éliminer
les cellules cancéreuses. Grâce à ses technologies pionnières
d'ingénierie des génomes appliquées aux sciences de la vie, le
groupe Cellectis a pour objectif de créer des produits innovants
dans de multiples domaines ciblant plusieurs marchés. Ce communiqué
de presse contient des déclarations prospectives sur les objectifs
de la Société, qui reposent sur nos estimations et hypothèses
actuelles et sur les informations qui nous sont actuellement
disponibles. Les déclarations prospectives sont soumises à des
risques connus et inconnus, des incertitudes et d'autres facteurs qui
pourraient entraîner des différences matérielles entre nos
résultats, performances et accomplissements actuels et les
résultats, performances et accomplissements futurs exprimés ou
suggérés par les déclarations prospectives. De plus amples
informations sur les facteurs de risques qui peuvent affecter
l'activité de la société et ses performances financières sont
indiquées dans le rapport annuel de Celletis en anglais intitulé "Form20-F" pour l'exercice clos le 31 décembre 2017, dans le
rapport financier (incluant le rapport de gestion du conseil
d'administration) pour l'exercice clos le 31 décembre 2017 et les
documents enregistrés postérieurement par Celletis auprès de la
Securities Exchange Commission. Sauf si cela est requis par la
réglementation applicable, nous déclinons toute obligation
d'actualiser et de publier ces énormes prospectifs, ou de mettre à
jour les raisons pour lesquelles les résultats pourraient différer
matériellement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs, même
si de nouvelles informations étaient disponibles dans le futur.

Tirs de missiles Houthis sur le Yémen-chaîne Al Arabia.

Tirs de missiles Houthis sur le Yémen-chaîne Al Arabia.http://www.via214.net/


RYAD,
22 mai (Reuters) – Les miliciens chiites Houthis ont tiré
plusieurs missiles sur la ville de Marib, dans l'ouest du Yémen,
blessant et tuant plusieurs civils, a annoncé mardi la chaîne de
télévision saoudienne Al Arabia. "Un missile visant un quartier
résidentiel dans le centre-ville de Marib", a-t-elle dit, dans
donner de précision quant au nombre de victimes et aux dégâts. La
coalition menée par l'Arabie saoudite a déclaré lundi que la
défense antiaérienne saoudienne avait intercepté et détruit un
missile au-dessus de la ville de Jazan, dans le sud de l'Arabie
saoudite, tiré par les rebelles Houthis. Soutenus par l'Iran, les
Houthis, qui tiennent la majeure partie du Yémen dont la capitale
Sanaa, ont procédé à plusieurs séries de tirs de missiles vidant
l'Arabie saoudite ces derniers mois, en réponse aux frappes
aériennes menées au Yémen par la coalition depuis 2015.


(Mohamed
el Sherif, Jean Terzian pour le service français).

Rencontre Trump-Moon préparatoire au sommet avec Kim.

Rencontre Trump-Moon préparatoire au sommet avec Kim.http://www.via214.net/


SEOUL/WASHINGTON, 22
mai (Reuters) – Trois semaines avant la tenue présumée d'un
sommet inédit avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, le
président américain Donald Trump rencontre mardi son homologue
sud-coréen Moo Jae-in alors que des représentants de
l'administration américaine s'interrogent sur les intentions de la
Corée du Nord. Destinée à l'origine à affiner une stratégie
commune en vue du sommet avec Kim, la rencontre entre Trump et Moon
s'apparente davantage à une réunion de crise après que Pyoungyang
a menacé de renoncer à participer au sommet prévu le 12 juin à
Singapour. La Corée du Sud a oeuvré pour renouer le dialogue avec
son voisin du Nord et pour servir d'intermédiaire entre Pyoungyang
et Washington, en effectuant auprès de la Maison Blanche des
comptes-rendus optimistes des discussions intercoréennes. Mais les
Etats-Unis ont été pris au dépourvu lorsque la Corée du Nord a
semé le doute sur le sommet sans précédent entre Kim et Trump,
menaçant la semaine dernière de reconsidérer sa participation si
Washington continuait d'insister sur une dénucléarisation
unilatérale de la République populaire démocratique d Corée.
Donald Trump a déjà prévu par le passé que le sommet pourrait ne
pas avoir lieu s'il pensait qu'un accord avec Pyoungyang n'était pas
possible. Les conseillers de Trump comptent désormais sur le
président sud-coréen pour les aider à déterminer si Kim Jong-un a
adopté une position sur la dénucléarisation plus ferme que celle
présentée auparavant par Séoul, a annoncé un représentant
américain sous couvert d'anonymat. Moon Je-in, désireux d'obtenir
des avancées dans les relations Nord-Sud, pourrait s'être montré
trop optimiste sur la volonté de Kim de négocier le démantèlement
de son arsenal nucléaire, s'inquiètent en privé des représentants
américains. UN TEST. Les
deux visites à Pyoungyang du secrétaire d'Etat Mike Pompeo lors des
deux derniers mois n'ont semble-t-il pas permis de clarifier les
intentions du numéro un nord-coréen. Certains membres de
l'administration américaine craignent que Moon Jae-in soit disposé
à accepter un accord moins strict sur la dénucléarisation de la
Corée du Nord et une levée plus rapide des sanctions prises contre
Pyoungyang. Selon de nombreux experts, il est irréaliste de penser
que Pyoungyang va accepter d'abandonner complètement son programme
nucléaire, considéré par Kim Jong-un comme crucial pour son
maintien au pouvoir. Un représentant américain estime que la menace
de Pyoungyang concernant sa participation au sommet est une manière
de tester si Trump est prêt à faire des concessions sur la
dénucléarisation nord-coréenne. "C'est une façon de faire
classique de la part de la Corée du Nord", a-t-il dit. La Corée du
Sud espérait garantir la réussite du sommet entre Washington et
Pyoungyang, après que le premier sommet intercoréen en près de dix
ans a abouti le mois dernier à la promesse d'une "dénucléarisation
complète" de la péninsule coréenne et l'établissement d'une paix "permanente" et "solide". Mais le rôle de Séoul a été remis
en cause la semaine dernière lorsque Pyoungyang a taxé "d'ignorance" et "d'incompétence" le gouvernement sud-coréen,
rejetant pour le moment toutes nouvelles discussions avec lui.
Washington est "enclin à ne pas donner trop de choses à la Corée
du Nord trop tôt (…) tandis que Séoul a probablement un peu plus
d'intérêt à ce que des mesures d'incitation économiques" soient
prises, a estimé Christopher Green, un analyste du Groupe de crise
international. "Ils ont donc besoin de trouver un positionnement
intermédiaire", a-t-il ajouté.


(Avec
Josh Smtih à Séoul et John Walcott à Washington, Jean Terzian pour
le service français)  

Lola Marois: sa tendre déclaration d'amour pour les 64 ans de Jean-Marie Bigard.

Lola Marois: sa tendre déclaration d'amour pour les 64 ans de Jean-Marie
Bigard.http://www.via214.net/




Ce jeudi 17 mai, Jean-Marie Bigard célébrait son soixante-quatrième
anniversaire. A cette occasion, sa femme Lola Marois lui a adressé
une belle déclaration d'amour sur Instagram. Hier, Jean-Marie Bigard
soufflait ses 64 bougies. Un jour bien spécial que l'humoriste a
évidemment passé auprès de ses proches. Sur les réseaux sociaux,
sa femme Lola Marois a souhaité le mettre à l'honneur en lui
adressant une tendre déclaration. "Joyeux anniversaire à l'homme
qui a fait de moi la personne que je suis aujourd'hui qui m'a
toujours incitée à croire en mes rêves... à ne jamais abandonner,
a écrit la maman de Jules et Bella. Ma force, mon éternel, mon
exemple. A jamais et pour la vie, NOUS." Un très beaux message
qu'elle a accompagné d'une photo, où me couple prend la pose. Très
active sur Instagram, l'actrice de Plus belle la vie affiche
régulièrement son amour pour Jean-Marie Bigard. De son côté, le
pensionnaire des Grosses têtes ne tarit jamais d'éloges sur l'élue
de son cœur. "Vous savez, ce qui me lie le plus à Lola, ce sont
les mots et surtout les rires. En dehors du fait que c'est une petite
pépette incroyablement belle, sexy et une comédienne incroyable, on
se..." 

Italie: le nom du futur chef de gouvernement populiste est attendu dans la journée.

Italie: le nom du futur chef de gouvernement populiste est attendu dans la journée.http://www.via214.net/





Le Mouvement 5 étoiles et la Ligue doivent présenter dans les heures à
venir la composition du futur gouvernement populiste. Deux mois et
demi après les élections en Italie, le Mouvement 5 étoiles
(anti-système) et la Ligue (extrême droite) doivent présenter
lundi au président Sergio Mattarella, et à tout le pays, leur choix
de chef du futur gouvernement populiste. Le rendez-vous, pas encore
fixé, est attendu dans l'après-midi. Ces derniers jours, les deux
jeunes chefs de file, Luigi Di Maio (M5S), 31 ans, et Matteo Salvini
(Ligue), 45 ans, ont conclu et fait valider par plus de 90% de leurs
troupes un programme commun qui tourne résolument le dos à
l'austérité et aux "diktats" de Bruxelles. Giuseppe Conte favori
selon les médias. Chacun des deux rêvait de diriger le premier
gouvernement anti-système d'un pays fondateur de l'Union européenne.
Mais une féroce lutte d'égos et des scores individuels insuffisants
aux législatives les ont forcés à choisir une tierce personne.
Selon la presse italienne, ils devraient néanmoins se réserver des
maroquins de choix: le ministre de l'Intérieur pour Matteo Salvini
et un grand ministère du Développement économique, incluant le
Travail pour Luigi Di Maio. "Nous nous sommes mis d'accord sur le
chef et les ministres du gouvernement et nous espérons que personne
ne mettra de veto sur un choix qui représente la volonté de la
majorité des Italiens", a assuré dimanche Matteo Salvini. La
presse pariait sur Giuseppe Conte, 54 ans, un juriste qui enseigne le
droit privé à Florence et à Rome, spécialiste de la justice
administrative. Quasi inconnu en Italie, il a un curriculum vitae à
rallonges après être passé par de prestigieuses universités
étrangères (Yale, Cambridge, La Sorbonne). Berlusconi fâché. Le
nom d'Andrea Roventini, 41 ans, un jeune économiste enseignant à
l'université de Pise, était également cité. Tout comme celui de
Paolo Savona, 81 ans, ministre de l'Industrie en 1993-1994 et qui
s'est toujours opposé au traité de Maastricht, présenté dans le
programme commun comme le début de la dérive de l'Union européenne.






Il n'a pas la moindre chance, mais le chef de Fora Italia, Silvio
Berlusconi (droite), désormais très fâché avec Matteo Salvini,
son allié des législatives, s'est proposé pour revenir aux
manettes. Le vieux milliardaire qui vient de retrouver son
éligibilité a en effet plutôt mal pris les pans du programme
commun sur la justice et les conflits d'intérêt. "Salvini n'a
jamais parlé au nom de la coalition, mais seulement en son propre
nom et au nom de la Ligue", a-t-il dit vendredi soir en promettant
une "opposition raisonnable et critique" et en se proposant, si
Matteo Salvini se résolvait à lâcher le M5S, pour diriger le
gouvernement. Mais la Constitution italienne est claire: c'est le
président de la République, Sergio Mattarella, qui a seul le
pouvoir de désigner le prochain chef du gouvernement puis, sur
proposition de ce dernier, de nommer ses ministres. Six Italiens sur
dix favorables à un gouvernement Ligue-M5S. Il devrait examiner
aussi lundi le "contrat de gouvernement" signé par le M5S et la
Ligue, qui promet une politique de croissance plutôt que d'austérité
pour combler les déficits, un rabaissement de l'âge de la retraite,
la fermeté contre la corruption et un tour de vis sécuritaire,
anti-immigrés et anti-islam. La version finale du programme a
toutefois gommé des mesures choc apparues dans des versions
préliminaires, comme une éventuelle sortie de l'euro ou
l'effacement pur et simple d'une partie de la colossale dette
publique. Selon un sondage publié dimanche dans La Repubblica, six
Italiens sur dix se disent favorables à un gouvernement Ligue-M5S.
Seuls un quart des électeurs aimeraient que le projet de
gouvernement des populistes échoue afin de pouvoir revoter.
Pourtant, la presse italienne a décortiqué ces derniers jours les
propositions phares des populistes sur un ton alarmiste, additionnant
les dizaines milliards d'euros que les promesses risquent de coûter.
Et la revendication de flexibilité financière formulée par le
programme commun promet de faire des étincelles au sein de l'UE.
Durant le weekend, la France a eu droit à un avant-goût salé.
Luigi Di Maio a ainsi annoncé unilatéralement le blocage de
l'énorme chantier de la ligne ferroviaire Lyon-Turin (8,6 milliards
d'euros) et Matteo Salvini a qualifié "d'inacceptable" les
avertissements du ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire,
qui se disait inquiet pour la stabilité de la zone euro. 

Après la France, Free peut-il rejoindre les trublions dans la téléphonie mobile en Italie?

Après la France, Free peut-il rejoindre les trublions dans la téléphonie
mobile en Italie?http://www.via214.net/





Avec plusieurs mois de
retard, Iliad doit débarquer avant le 21 juin en Italie dans la
téléphonie mobile. Il lui sera difficile de réaliser le même
exploit que dans l'Hexagone en 2012, l'Italie ayant des habitudes de
marché spécifiques, même si Iliad ne cache pas ses ambitions.
Alors qu'en France, il a subi une baisse de ses abonnés au fixe,
immédiatement sanctionné par la Bourse, Iliad (maison-mère et
Free) arrive en Italie où l'opérateur fonde de gros espoirs. Son
objectif: révolutionner le marché italien, comme il l'avait fait en
France en lançant il y a six ans des offres mobiles à deux euros.
Son mot d'ordre: des "offres simples, transparentes, sans coût
cachés", sur lesquelles il garde pour le moment le secret le plus
total. Selon Iliad, le marché italien est "concurrentiel" mais
présente "de fortes opportunités pour un nouvel entrant". Il met
ainsi en avant le fait que la dépense moyenne mobile par habitant
est de 19,1 euros contre 17,6 euros en France, soit 1,5 euros de plus
par mois. Autre cheval de bataille: le "manque total de
transparence" des offres actuelles en Italie. En début de semaine
dernière, Iliad Italia a lancé ses pages officielles sur Twitter,
Facebook et Instagram accompagnées d'une première publicité pour
un faux opérateur moquant le manque de transparence sur les minutes
de communication (cf illustration ci-dessous). "Le marché des
télécoms italiens a toujours été assez bloqué (…) Les nouveaux
entrants n'ont jamais été en mesure ou n'ont jamais voulu changer
les règles du jeu, il y a peu près la même approche, le même type
d'offres d'un opérateur à un autre. Et donc cela reste un marché
encore relativement profitable", explique à l'AFP Massimo Colombo,
professeur d'économie de l'innovation à l'école de commerce de
Polytechnique à Milan. Il estime de fait qu'il "y a de l'espace
pour y entrer avec une stratégie marketing complètement
différente". Etonnement, ce sont les opérateurs italiens eux-même
qui ont laissé entrer le loup dans la bergerie, puisque la fusion
entre Wind et 3 (Tre) n'a pu être validée par la Commission
européenne qu'à la condition qu'ils cèdent une partie de leurs
fréquences à un tiers, Iliad en l'occurrence. Wind Tre, Telecom
Italia (Tim) et Vodafone sont actuellement au coude à coude, avec
chacun environ 30% du marché mobile, le reste étant aux mains de
Poste Mobil (autour de 4%) et d'autres MVNO (opérateur virtuels). Le
marché du mobile en Italie est mature et déclinant. Avec l'entrée
d'Iliad, Carlo Alberto Carnavale Maffé, professeur de stratégie à
l'université Bocconi de Milan, s'attend à une "plus grande
concurrence sur le segment d'entrée de gamme, celui des MVNO" et
parallèlement à une accélération du mouvement des segmentation
entre les deux marchés, avec un positionnement vers le haut des
offres des autres opérateurs qui se préparent à la 5G. Ainsi "Telecom Italia a lancé une deuxième marque, Kena, pour rivaliser
avec Iliad et les MVNO sur les prix, tout en positionnant sa marque
Tim sur les services ajoutés, les contenus", note-t-il. D'après ce
professeur d'université, Iliad ne pourra pas révolutionner le
marché comme en France: dans l'Hexagone, "le marché était encore
entrain de croître, les smartphones étaient à peine arrivés. En
Italie, le marché est mature et en décline". Il estime que le
trublion pourra atteindre une par de marché de 10 ou 15% en volume
(en nombre de cartes Sim) mais pas en valeur. Iliad devra faire avec
la forte culture du prépayé en Italie. De son côté,
l'universitaire Massimo Colombo souligne que "l'Italie est un pays
compliqué pour les étrangers. Si les pays européens peuvent
paraître se ressembler, il y a des spécificités dans la
réglementation, le rôle des institutions, la culture et les
comportements des gens, et les approches à adopter". Les Italiens
ont par exemple "la culture" du prépayé, qui représente quelque
85% des cartes sim en circulation, contre 15% pour les abonnements. "Si Iliad veut changer les règles, il faudra qu'il développe une
stratégie commerciale sur mesure", note Massimo Colombo. D'après
Carlo Alberto Carnavale Maffé, l'Italie a aussi un "modèle
d'acquisition très traditionnel, avec une grande importance des
magasins et peu de ventes sur internet". Ce qui impliquera pour
Iliad d'avoir un vrai accès physique à la clientèle, via des
partenariats avec des magasins. Mais "cela est coûteux et attaquera
des marges qui seront déjà basses" conclut-il.   

Baisse des aides sociales: l'Etat lance-t-il une nouvelle offensive contre les plus démunis?

Baisse des aides sociales: l'Etat lance-t-il une nouvelle offensive contre
les plus démunis?http://www.via214.net/




Le rapport de la direction du budget, intitulé "transformer les
prestations sociales", est une bombe politique. Le Monde a pu se
procurer un document qui prévoit de nouvelles coupes dans les
prestations sociales aux dépens des plus fragiles. Après la
révélation par Le Parisien de l'avant-projet de loi sur la réforme
du code du travail en juin 2017, la divulgation du rapport Spinetta
en février 2018 pour une réforme drastique du ferroviaire, la
publication en mai de la note interne pour privatiser la SNCF ou
encore la fuite en janvier du projet de loi sur les fake news, le
gouvernement cherche-t-il encore à tester l'opinion publique avant
de lancer une nouvelle réforme explosive? Ce 18 mai, Le Monde
assure avoir en sa possession le document qui prépare un plan de
réduction des dépenses dans les aides sociales. La direction du
budget a ainsi délivré plusieurs pistes pour "transformer les
prestations sociales". Si l'entourage du ministre du Budget Gérald
Darmanin, contacté par le quotidien, atteste qu'il ne s'agit pas que
de "travaux techniques", difficile de ne pas y voir un premier jet
pour un futur projet politique de réduction des dépenses publiques.
Depuis juin 2017, le gouvernement s'est effectivement lancé dans une
vaste entreprise de réduction de ces dépenses, de l'ordre de 80
milliards d'euros d'ici 2022. Un défi de taille, puisque l'Etat a,
par la même occasion, renoncé à plusieurs milliards d'euros de
rentrées fiscales après ses mesures, décrites par l'opposition, "pour les riches": par exemple, la transformation de l'impôt sur
la fortune (ISF) entraîne une baisse de recettes pour l'Etat de près
4 milliards d'euros; le coup de rabot sur l'imposition du capital
produit un manque à gagner, de 1,5 milliards d'euros selon le
gouvernement à 4 milliards d'euros selon l'OFCE; la suppression de
l'exit taxi induit quant à elle un manque à gagner de près de 800
millions d'euros, selon un rapport du Conseil des prélèvements
obligatoire daté de janvier 2018. La facture pour les pauvres,
démunis et handicapés? L'Etat doit donc s'attraper aux aides qu'ils
distribue s'il veut au moins compenser les "cadeaux fiscaux", "aux
plus aisés", "aux plus riches", pour reprendre les termes des
opposants à la politique "macronienne". Parmi les coupes
économiques dans les aides sociales, l'Aide personnalisée au
logement (APL) est, une fois encore, dans le collimateur des
mandarins du budget. Ils proposent cette fois-ci d'intégrer les
minima sociaux et les prestations familiales dans les ressources
servant de base à leu calcul "à compter de 2020". En outre, les
bourses sur critères sociaux (BCS), accordées aux étudiants "issu
de foyer modestes" seraient revues, gelées dans un certain cas. Par
ailleurs, l'allocation personnalisée pour l'autonomie (APA), pour
les personnes âgées en difficulté physique, et jugée "trop
diluée et insuffisamment démographique". Enfin, pour l'allocation
adulte handicapé (AAH), il est proposé de "maîtriser les flux
d'entrée en [révisant] les critères d'attribution". Sur toutes
ces aides, la note conseille de mieux cibler, c'est-à-dire, en
filigrane, de réserver les aides aux plus démunis, privant d'autres
populations des aides auxquelles elles avaient jusqu'à présent
droit. En effet, la direction du budget estime que les aides sociales
constituent "un poids croissant" pour les finances publiques, de
l'ordre de 26% des dépenses. Cela risque d'assez mal se passer pour
les pauvres et les laissé-pour-compte de notre société. Invité de
RT France, Guillaume Duval, rédacteur en chef d'Alternatives
Economiques, estime que "le plus simple [pour Emmanuel Macron] c'est
effectivement de couper dans les aides sociales et les dépenses
sociales dans la mesure où beaucoup d'effort ont déjà été fait
en termes d'austérité", en prenant l'exemple du gel, depuis
plusieurs années, du salaire des fonctionnaires. Il juge d'ailleurs
que «cela risque d'assez mal se passer pour les pauvres et les
laissé-pour-compte de notre société» en comparant la politique "macronienne" à "la logique anglo-saxonne".  

Venezuela: une présidentielle sous haute pression américaine.

Venezuela: une présidentielle sous haute pression américaine.http://www.via214.net/




L'élection
présidentielle vénézuélienne, pour laquelle Nicolas Maduro fait
figure de favori à sa propre succession, se tient le 20 mai, dans un
contexte de fortes pressions internationales, particulièrement en
provenance de Washington. Le timing ne doit évidemment rien au
hasard: le 18 mai, à 48 heures de la présidentielle, les Etats-Unis
ont annoncé de nouvelles sanctions contre le numéro deux du pouvoir
vénézuélien, Diosdado Cabello. Washington, qui accuse ce haut
responsable de corruption et de trafic de drogue, a souligné dans un
communiqué sa détermination à "mettre un coup d'arrêt à ceux
qui trahissent la confiance du peuple vénézuélien". Et les
Etats-Unis, magnanimes, ont précisé que ces sanctions visaient à "soutenir les efforts du peuple vénézuélien à restaurer leur
démocratie". Diosdado Cabello a balayé les accusations à son
encontre d'un revers de la main, se disant "persécuté" par "l'impérialisme" américain qu'il accuse de vouloir fragiliser le
président Nicolas Maduro avant les élections du 20 mai. L'héritier
d'Hugo Chavez, favori à sa propre succession, est un ennemi de
longue date des Etats-Unis, qui ne cachent pas leur volonté de voir
un changement de régime à Caracas. Et ce nouvel épisode s'inscrit
dans une longue série de mesures prises en ce sens. Sanctions et
menaces. La pression internationale contre Nicolas Maduro s'est en
effet subitement accrue en août dernier, après une vague de
manifestations marquées par des violences, à cause de la grave
crise économique que traverse le pays. Les Etats-Unis ont saisi
l'occasion pour adopter plusieurs trains de sanctions financières
contre le Venezuela, et Donald Trump est même allé jusqu'à
entretenir l'idée d'une intervention militaire. Suivant les traces
de Washington, Emmanuel Macron avait qualifié l'Etat sud-américain
de "dictature", et 12 pays d'Amérique du sud avaient condamné "une rupture de l'ordre démocratique". Dès lors, la pression
n'est plus retombée contre Nicolas Maduro et son gouvernement: début
2018, l'Union européenne a adopté des sanctions contre Caracas, qui
visaient des proches du président vénézuélien, dont déjà
Diosdado Cabello. Quelques jours plus tard, le président français a
fait savoir qu'il souhait que l'UE renforce ses sanctions contre le
Venezuela, dont il a dénoncé la "dérive autoritaire". C'est dans
ce contexte que Nicolas Maduro a annoncé fin janvier la tenue
d'élections anticipées, qui pourrait légitimer son pouvoir au yeux
du monde. "Si le monde veut nous infliger des sanctions, nous allons
organiser des élections […] Des pouvoirs impériaux et sans
légitimité ont déclenché une campagne systématique de haine
contre le Venezuela", notait alors Diosdado Cabello. Des élections
pour asseoir sa légitimité quand celle-ci est remise en cause:
l'idée semble cohérent, mais pas pour Washington. Le vice-président
américain Mike Pence a demandé le 8 mai au nom des Etats-Unis le
report de la présidentielle vénézuélienne, qualifiant l'élection "d'escroquérie" et de "massacre". Une sortie qui laisse présager
de la réaction de Washington aux résultats si Nicolas Maduro
venait à l'emporter.  

Fusillade dans le lycée au Texas: la colère des survivants de Parkland.

Fusillade dans le lycée au Texas: la colère des survivants de Parkland.http://www.via214.net/





Trois mois après la
fusillade qui a fait 17 morts au lycée Marjory Stoneman Douglas de
Parkland, en Floride, les survivants ont apporté leur soutien aux
victimes de la tuerie survenue ce vendredi à Santa Fe. "Bien que ce
soit la 22 e fusillade dans une école cette année, nous demandons à
ceux qui lisent ce message de ne pas la glisse sous le tapis et
l'oublier". Quelques heures après une fusillade qui a fait au moins
huit morts ce vendredi dans un établissement du Texas, ce sont
d'autres survivants, lycéens eux aussi, qui ont présenté leurs
condoléances: ceux de la tuerie de Parkland, en Floride, où 17
personnes ont été tuées, le 14 février dernier. "Nous sommes
profondément attristés par la tragédie au lycée de Santa Fe et
nous envoyons notre amour et notre soutien aux familles ainsi qu'à
l'ensemble de la communauté", ont-ils déclaré dans un communiqué
publié sur la page du mouvement March for our lives, créé après
l'horreur perpétré au lycée Marjory Stoneman Douglas. En mars
dernier, plus d'un million d'Américains ont répondu à leur appel
et défilé dans plusieurs villes des Etats-Unis afin de manifester
contre les armes à feu. "Ceci n'est pas le prix de notre liberté".
Mais ce groupe de lycéens, désormais célèbres pour leur
engagement contre la violence par les armes à feu, ne s'en tient pas
aux paroles de sympathie habituelle et aux 'pensées et prières" qu'ils dénoncent dans le discours des politiques. "Ceci n'est pas
le prix de notre liberté". C'est la fusillade la plus meurtrière
depuis celle qui a frappé notre école et des tragédies comme
celle-ci se produisent toujours à moins que nous agissions",
ont-ils asséné. "Santa Fe, nous sommes avec vous, et nous ferons
ce que nous pouvons pour vous soutenir les jours qui viennent",
ont-ils conclu. Nombre d'entre eux ont réagi individuellement sur
Twitter. "Je devrais fêter mon,dernier jour de lycée, mais au lieu
de ça mon cœur est brisé d'apprendre la tragédie à Santa Fe.
Nous ne pouvons pas laisser cela être la norme. Nous ne pouvons pas" a par exemple tweeté Delaney Tarr. "Santa Fe, vous ne méritez pas
ça", a réagi Emma Gonzalez, figure emblématique de la lutte
lycéenne contre les armes. "Vous méritez plus que des 'Pensées et
prières', et après nous avoir soutenu en désernant vos classes (le
14 mars dernier, NDRL), nous serons là pour vous soutenir en élevant
vos voix", a-t-elle poursuivi. "Aujourd'hui, c'est mon dernier jour
au lycée Marjory Stoneman Douglas, et j'apprends qu'il y a eu une
fusillade au Texas, au lycée de Santa Fe. Mon cœur a mal pour eux",
a par ailleurs réagi Kyra Parrow, l'une des survivants de la tuerie
du 14 février. "Nous nous battons pour vous", a confirmé David
Hogg, un lycéen qui avait commencé à interviewer et filmer ses
camarades pour accueillir leurs impressions alors qu'ils étaient
confinés au sein du lycée Marjory Stoneman Douglas à cause de la
fusillade. "Préparez-vous à deux semaines de couverture médiatique
de politiciens qui prétendent en avoir quelque chose à faire alors
qu'ils veulent juste booster leur code de popularité avant les
élections de mi-mandat", a ajouté le jeune homme. D'autres s'en
sont directement pris à la réaction de Donald Trump après la
fusillade du lycée de Santa Fe. "Comme un vinyle abîmé", a ainsi
commenté Jaclyn Corin, réagissant aux propos du président
américain. "Aux étudiants, familles, professeurs et au personnel
du lycée de Santa Fe, nous sommes avec vous en cette heure tragique
et nous sommes avec vous pour toujours", a-t-il entre autre déclaré.
Cameron Kasky, un lycéen qui œuvre particulièrement pour que les
politiques arrêtent d'être financés par la NRA, le puissant lobby
américain pro-armes, a assuré que Donald Trump "n'en avait rien à
faire des fusillades dans les écoles". "Donald Trump ne fait rien
pour (les) arrêter", a-t-il dénoncé. "Donald Trump se fiche que
vos enfants se fassent tirer dessus", a conclu le lycéen.  

Mariage royale quel est le dress code.

Mariage royale quel est le dress code.http://www.via214.net/




Alors
que tous les regards seront posés sur Meghan Markle et le prince
Harry lors de leur mariage le samedi 19 mai, les 600 invités à la
Chapelle Saint George sont aussi soumis à un dresscode tout
particulier. Famille royale oblige, la tenue de ceux présents pour
le jour J doit respecter le protocole britannique. Les looks
conseillés, les faux-pas à éviter, les stars qui ont transgressé
les règles... On vous dit tout. Le dress code imposé pour le
mariage du Prince Harry et Meghan Markle: C'est lors de la
publication de l'image du carton d'invitation par Kensington Palace
que les internautes ont pu repérer les tenues demandées lors de cet
événement royal. En bas à droite du faire-part sont visibles les
mentions "Dress: Uniform, Morning Coat or Lounge Suit/Day Dress with
Hat". Les femmes sont donc priées de porter des robes élégantes
avec un chapeau pour la cérémonie en journée. Les hommes quant à
eux doivent être vêtus d'un formel costume trois-pièces (Lounge
Suit) ou d'un Morning Dress soit une tenue composée d'un Morning
Coat (jaquette ou queue-de-pie), d'un veston et d'un pantalon à
rayures. Pour les militaires, l'uniforme est accepté. Les règles
implicites: Pour la famille: Si elles privilégient les robes, les
invitées au royal wedding ont aussi des contraintes. Leur tenue ne
doit pas arriver au-dessus du genou et leurs épaules doivent être
couvertes. A cela s'ajoute l'obligation de porter un chapeau lors de
la cérémonie religieuse, l'occasion pour les membres de la royauté
de faire preuve d'originalité. Côté chaussures, les escarpins
sont fermés et les talons relativement petits. Si la robe laisse
entrevoir de la peau, les femmes sont tenues de porter des collants,
souvent chairs. Symbole de fête en Angleterre, le chapeau se porte
même dans l'église. Pour les hommes: Si l'un des invités est un
militaire haute gradé, il est conseillé de porter son uniforme pour
prouver son statut.Pour le reste le costume sobre est de mise et les
couleurs trop originales, à éviter. Les faux-pas à ne pas
commettre: Les hommes et les femmes décorés doivent éviter
d'arborer leurs médailles: le Prince Harry étant un militaire
gradé, il doit être le seul porter ses distinctions, mais aussi
pour pas répéter l'erreur commise par David Beckham lors du mariage
du prince William et Kate Middleton en 2011. Il portait sa médaille
d'honneur remise par l'Empire britannique du mauvais côté de sa
veste. Un détail qui a fait les gros titres de la presse anglaise.
Lors de ce royal wedding de 2011? Victoria Beckham et la femme du
Premier ministre David Cameron avaient elles aussi commis des
impairs. La première avait opté pour des stilettos très hauts,
tandis que la seconde était apparie jambes nues.   

Un Boeing 737 s'écrase peu après son décollage de La Havane.

Un Boeing 737 s'écrase peu après son décollage de La Havane.http://www.via214.net/



La Havane, 18 mai (Reuters) – Un Boeing 737 s'est écrasé vendredi
peu après son décollage de La Havane à Cuba, rapporte le site
officiel cubain Cubadebate. L'avion assurait une liaison
intérieure vers Holhuin et transportait 104 passagers, a précisé
la télévision publique. L'avion "s'est écrasé entre la localité
de Boyeros et le village de Santiago de La Vegas", dans la région
située à une vingtaine de kilomètres au sud de la capitale.


(Sarah Marsh. Pierre Sérisier pour le service français).  

Brigitte Macron est à Bordeaux.

Brigitte Macron est à Bordeaux.http://www.via214.net/




La
Première dame Brigitte Macron est à Bordeaux ce jeudi. Un
déplacement consacré à l'handicap. Brigitte Macron, l'épouse
d'Emmanuel Macron, est à Bordeaux ce jeudi. Selon nos informations,
ce déplacement en Gironde de la Première dame a trait au handicap.
Elle a ainsi déjeuné au restaurant solidaire, qui emploie des
travailleurs handicapés, Le Jardin pêcheurs aux Bassins à Flot.
Une photo a d'ailleurs été publiée à la mi-journée sur la page
Facebook de l'établissement, montrant la Première dame attablée.




A
l'issue, elle devait rencontrer, dans l'après-midi, une association
bordelaise spécialisée dans la réinsertion des handicapés. Demain
vendredi, elle devrait se rendre aux studios TSF du Pôle images de
Bègles. C'est ici qu'a été tournée la mini-série "Vestiaires"
diffusée sur France 2 et consacrée justement au handicap.

La dresseuse de Nemo convoquée pour un entretien préalable au licenciement.

La dresseuse de Nemo convoquée pour un entretien préalable au
licenciement.http://www.via214.net/




Céline Ravenet, directrice du refuge de la SPA d'Hermeray, est dans le
viseur de sa hiérarchie. Ultime épisode d'une crise qui affecte
l'institution. La directrice du refuge de la SPA d'Hermeray, dans les
Yvelines, a été convoquée mardi à un entretien préalable au
licenciement. Céline Ravenet est connue pour avoir choisi Nemo, le
croisé griffon-labrador du couple présidentiel. C'est également
elle qui avait gardé le chien des Macron pendant leurs vacances au
ski cet hiver. Bénévole depuis l'âge de 13 ans, Céline Ravenet,
dont le refuge place environ 1000 chiens par an, est très affecté
par cette procédure disciplinaire, d'après plusieurs membres de son
entourage. Selon nos informations, sa hiérarchie lui reproche
d'avoir "dissimulé" l'euthanasie, depuis 2004, d'une dizaine de
chiens dangereux, non seulement pour les salariés du refuge mais
respecté la stricte procédure, très compliquée à mettre en
oeurve, et qui prévoit notamment des analyses comportementales par
un vétérinaire à plusieurs semaines d'intervalle. Or les refuges
débordent et le personnel peine à se concentrer sur les animaux qui
ont un espoir d'être placés dans une famille d'accueil. Pour une
poignée de cas extrêmes, la directrice du refuge aurait donc en
recours à un vétérinaire qui aurait endormi les chiens hors
procédure. Avant de les faire sortir du centre, sur les registres
administratifs, comme s'ils avaient été adoptés. "Céline connaît
ses animaux et est très appréciée. Elle ne se cache pas de
protéger ses salariés et les adoptants de chiens qui sont des
dangers publics", lance Alain Lambert, rédacteur en chef du Journal
de la protection animale. "Je visite une cinquantaine de refuge par
an, ajoute-t-il. Je donne toujours Céline en exemple." Et le "poil
à gratter" de la SPA, comme il se définit lui-même, de conclure: "Vivre quelqu'un comme elle, ce serait juste de la folie". Très
populaire, Céline Ravenent avait été recommandé aux Macron par
Claude Chirac, qui avait adopté son chien au refuge des Yvelines.
Solidaires, les salariés d'Hermeray, qui lui ont apporté leur
soutien, ont quant à eux été convoqués au siège de la SPA, à
Paris. En interne, on murmure que l'énergique directrice pourrait
avoir trop pris de lumière, avec l'adoption de Nemo. Le sujet avait
en effet suscité des frictions avec sa directrice, notamment avec la
présidente de la SPA, Natacha Harry, qui nous informe qu'elle ne
souhaite pas faire de commentaire. Un des conseillers nous fait tout
de même savoir que la situation est grave. Mais dément toute
crise avec les départs et licenciements qui se sont enchaînés ces
derniers mois. "Céline était quelqu'un que la SPA aimait bien et
respectait, ce n'était pas un mouton noir du tout, affirme une
source proche de la présidente, qui, tout en affirmant qu'aucune
sanction n'a encore été décidée, parle d'elle au passé. Pour les
autres, c'était un problème plus générale de loyauté à un
président élu." En l'occurrence, Natacha Harry. Les "autres"?
Eric Gaftarnik, le secrétaire général de la SPA, qui a claqué la
porte au mois de mars. "La maison ne fonctionne plus d'une façon
normale, sa présidente devient omnipotente et je ne veux pas
cautionner ce qui se passe", a-t-il confié au Monde. Deux ans
auparavant, c'est Jean-Benoît Sangnier, le directeur généra, qui
était licencié pour une remarque sexiste et un "comportement
déloyal", raconte le quotidien du soir. L'homme a finalement obtenu
gain de cause devant les prud'hommes. En février, son successeur,
Joël Pain, a quant à lui été mis à pied, une fois encore pour un
comportement sexiste, selon la direction. Le 12 mars dernier, La
Monde, toujours, révélait que le directeur administratif et
financier ainsi que la directrice juridique de la SPA étaient
également sur la sellette. Si tous pointent du doigt la dérive
autoritaire de Natacha Harry, elle s'en défend. Le 7 mars, la
présidente avait obtenu le soutien unanime de son conseil
d'administration pour licencier le directeur général, conclut Le
Monde dans un article intitulé "La purge à la direction de la SPA
continue". 

Meghan Markle: sa demi-soeur Samantha, mauvais génie de leur père Thomas Markle reste son pire cauch

Meghan Markle: sa demi-soeur Samantha, mauvais génie de leur père Thomas Markle reste son pire cauchemar.http://www.via214.net/




Elle
fait des siennes à nouveau! Responsable de la fausse paparazzade
ridiculisant leur père, la peu sympathique demi-soeur aînée de
Meghan Markle enchaîne les interviews pour se justifier. Et faire un
peu plus honte à celle qui épousera le prince Harry, ce samedi 19
mai... Une vraie teigne, et la comparaison avec le parasite n'est pas
exagérée... demi-soeur aînée de Meghan Markle, avec laquelle elle
n'a plus de contact depuis 10 ans, elle n'a pas été invitée au
mariage de sa cadette avec le prince Harry, prévu le 19 mai, sous
les voûtes de la chapelle Saint-George, dans le parc du château de
Windsor. Mais cela n'empêche pas Samantha Markle de chercher à
saboter l'événement jusqu'au bout. Décidément sans aucun
complexe, celle qui se décrit comme une "performeuse du cirque
médiatique" sur son compte Twitter multiplie, à quelques heures
des noces, les messages et les duplex avec les chaînes de télévision
britanniques pour se dédouaner de l'embarras qui accable
actuellement les Windsor et sa sœur. Oui, c'est elle qui a conseillé
à leur père Thomas Markle de participer à fausse paparazzade, le
montrant en train de faire du sport, d'essayer son costume pour le 19
mai ou encore de lire des ouvrages sur la famille royale. Non, elle
ne cherchait pas à nuire à Meghan. "Les médias ont si injustement
présenté (notre père) que je lui ai suggéré de faire des photos
qui restaureraient son image et qui profiteraient également à la
famille royale. Nous n'imaginions pas qu'on tirerait profit de nous.
Nous n'avons pas fait cela pour l'argent", a-t-elle écrit à ses
floowers ce 14 mai, depuis son domicile de Floride et la chaise
roulante à laquelle la condamne une sclérose en plaque depuis 2008.
Un discours répété aux journalistes qui veulent bien l'entendre.




Avec
cette précision: de toute façon, tout cela est la faute des
magazines, obsédés par le mariage qui se profile! Il faut laisser
Thomas Markle, septuagénaire affaibli par de très sérieux
problèmes cardiaques tranquille! A 53 ans, l'aînée des enfants
Markle -fraîchement teinte en brune, comme pour mieux accentuer une
certaine ressemblance avec sa cadette – ne manque pas d'aplomb.
Depuis l'officialisation des amours d'Harry et de Meghan, ne novembre
2016, elle n'a cessé de surgir de l'ombre, tantôt menaçante,
tantôt mieux disposée à l'égard de sa frangine. Ses premières
déclarations sont cinglantes: Meghan ne serait qu'une ambitieuse,
"narcisique et égoïste", s'imaginant déjà sous une tiare, après
avoir abordé la série Suits comme un "ascenseur social". En avril
2017, l'effrontée promet encore pire dans une biographie qu'elle
cherche à vendre sous le titre de Journal de la sœur d'une
princesse arriviste. Elle prose même de participer à une
télé-réalité, qui lui permettrait de teaser sur ses scandaleuses
révélations... Autant de perches que personnes n'a jugé bon de
saisir. Et pour cause: dans l'entourage de la "princesse arriviste",
on rappelle que 17 ans séparent les deux demi-soeurs et que Samantha
peu vécu avec sa cadette, élevée par sa mère afro-américaine,
Doria Ragland, après le divorce de celle-ci d'avec Thomas Markle, en
1987. Cette année-là, Meghan fêtait ses 6 ans... Qu'à cela ne
tienne! A l'automne 2017, alors que le palais de Kensington annonce
les fiançailles de sa sœur avec le prince Harry, la tempétueuse
Samantha, deux mariages, trois enfants, adoucit son discours. Son
ouvrage Journal de la sœur d'une princesse arriviste, retracera «la
vie d'une famille bi-racial en Amérique», le titre moque surtout
la presse tabloïde et ses accroches de une qu'elle réprouve. Ex
"mannequin et actrice", reconvertie "écrivain et juriste", selon
ses dires, l'incorrigible bavarde surjoue la fierté devant les
caméras de télévision: "La naissance de Meghan fut un cadeau du
ciel, car sa personnalité joyeuse et pétillante a soudé notre
famille recomposée... Une famille très belle, multiculturelle,
unique." Meghan ne bronche toujours pas. Pas l'ombre d'un faire-part
de mariage, en Floride. Alors, début 2018, Samantha – Yvonne, de
son vrai prénom – repasse à l'attaque. Elle reproche notamment à
sa sœur de ne pas aider financièrement leur géniteur ancien chef
éclairiste qui a déclaré banqueroute en 2016. "Honnêtement, ce
qu'elle va dépenser pour son mariage pourrait sauver notre père, ça
devrait être sa priorité", rouspette-t-elle, devant de nouvelles
caméras. Sa propre mère, Roslyn Grant, et son frère, Thomas Markle
Junior, préfèrent lever les yeux au ciel. Dans une interview au
Daily Mail, la première a rappelé: «Loin d'être fière de sa
famille bi-raciale, Samantha avait pour habitude de dire à ses amis
que Doria, la mère de Meghan, était la femme de ménage. Ma fille a
mauvais fond. C'est une "incurable jamlouse." Confirmation du frère:
"Samantha est une emmerdeuse. Elle ne cesse de persifler, parce
qu'elle n'a rien de mieux à faire. Plus personne ne veut d'ailleurs
lui parler dans la famille". Bref, chez les Markle, ne demandez plus
la demi-soeur aînée, toxique au plus haut point...

OM-Atlético: des incidents sur le Vieux- Port après la finale, huit interpellations.

OM-Atlético: des incidents sur le Vieux- Port après la finale, huit
interpellations.http://www.via214.net/




Des incidents ont éclaté sur le Vieux Port de Marseille après la
défaite de l'OM face à l'Atlético de Madrid, ce mercredi soir, en
finale de la Ligue Europe (3-0). Des groupes d'individus ont jeté
des projectiles sur les CRS, qui ont répliqué avec des gaz
lacrymogènes. Vingt supporters phocéens ont également été
interpellés à Lyon. Le Vieux-Port espérait vivre une soirée de
liesse. Mais la lourde défaite de l'OM face à l'Atlético de
Madrid, ce mercredi à Lyon (3-0), a aplombé l'ambiance à
Marseille. Déçu par la tournure des événements, la plupart des
supporters qui s'étaient rassemblés sont rentrés chez eux dans le
calme après la rencontre. Mais quelques groupes d'individus,
alcoolisés et assez virulents, ont commencé à lancer des bouilles
en verre sur les CRS. Ces derniers ont répliqué en faisant usage de
leurs bombes lacrymogènes. Des policiers qui s'étaient placés au
milieu de la foule ont également distribué des coups de matraque.
Après une petite heure d'affrontements, le calme est revenu sur
place, même si des échauffourées ont continué à éclater en
remontant la Canebière. Selon les informations de RMC Sport, il y a
eu huit interpellations sur le Vieux-Port. Un policier a été
légèrement blessé au bras. Une vingtaine d'interpellations ont eu
lieu à Lyon. Des scènes qui contrastent avec l'ambiance au Groupama
Stadium, qui a était plutôt sereine dans l'ensemble. La rencontre
s'est achevée dans le calme et les supporters marseillais ont pu
regagner leurs bus tranquillement pour rallier la cité phocéenne,
comme l'ont constaté nos envoyées spéciaux. Aucun débordement
majeur n'a eu lieu à l'intérieur du stade. Mais ma soirée a tout
de même donné lieu l'interpellation de vingt supporters
marseillais, selon l'AFP, qui précise que dix-sept d'entre eux ont
été placés en garde à vue. Ces fans olympiens ont été
appréhendés pour "violences aggravées", intrusion sur la
"pelouse", "dégradations" ou "rébellion". Des violences ont
également été constatées place des Terreux face à l'Hôtel de
Ville, où trois supporters de l'OM ont été interpellés.

Un marines US tient le parapluie au président Barack Obama.

Un marines US tient le parapluie au président Barack Obama.http://www.via214.net/






Il y a eu un
bref moment où certains conservateurs essayant de faire un scandale
à cause du moment du président sous la pluie jeudi. Mais
malheureusement, ce scandale est mort avant qu'il ne le puisse. La
droite a encore trouvé un autre "Watergate" pour tenter de faire
échouer Obama. Pas les attaques de Benghazi, ni même le scandale de
ciblage de l'IRS – mais cela implique de l'eau. Le président
Barack Obama est en train de critiquer Twitter après avoir eu un
parapluie au-dessus de sa tête lors d'une conférence de presse à
la Rose Garden jeudi. Qui sont-ils, et pourquoi tenaient-ils des
parapluies? Pour moi, la plus grande distinction entre le président
Obama et le président Trump est la façon dont ils traitent les
militaires en public. Je ne parle pas... L'élitiste Obama s'en est
pris au scandale du parapluie! Le Daily Mail a qualifié hier de "tempête" l'une des gaffes du président Obama dans un article, et
la première chose qui lui est venue à l'esprit est le dicton "une
tempête..." Les conservateurs font moins de merveilles. En dépit
de ne pas avoir le courage moral ou physique de servir le pays en
uniforme, Right-Wing nutjobs être... Barack Obama a demandé à des
marins proches de brandir des parapluies lors d'une conférence de
presse avec le Premier ministre turc Recept Tayyip Erdogan. Barack
Obama aime les troupes... Pour tenir son parapluie. POTUS déploie
des Marines pour la pluie dans Rose Garden avec le Premier ministre
turc Erdogan. (Major Garrett). "… j'ai un changement de costume
mais je ne sais pas pour... notre premier ministre" a-t-il dit
Barack Obama. Lourds et peu attrayants, les brollies transforment
rapidement leurs gentlemen-owners en wallies. Apprenez à faire face
à la pluie, dit Michael Hogan. Le discours du président Obama sur
la sécurité nationale était un méli-mélo de contreversités,
d'hypocrisie et de planitude. Le président Obama oblige les Marines
américains à briser leur propre code en tenant le parapluie [POLL].
Marines tenant des parapluies: le président Obama demande aux
Marines de tenir des parapluies à cause de la pluie. Ils ont protégé
Obama, et le Premier ministre Erdogan.



 

Mariage de Meghan Markle et Harry: le prince George et la princesse Charlotte vont bien participer à

Mariage de Meghan Markle et Harry: le prince George et la princesse Charlotte vont bien participer à la cérémonie.http://www.via214.net/




Meghan Markle, se fera-t-elle voler la vedette par d'autres invités ou
membres de la famille royale britannique? Peut-être. En tout cas,
pour le mariage prévu le 19 mai prochain dans la chapelle
Saint-George de Windsor, les derniers préparatifs se mettent en
place – sur fonds de scandale au sujet de fausses paparazzades
organisées par le père de la marié. Si des doutes subsistent quant
à celui ou celle qui accompagnera l'ex-actrice de Suits: avocats sur
mesure en raison de l'absence de son père – il est actuellement
hospitalisé après une crise cardiaque – l'identité
des différents témoins a été révélée par une journaliste
spécialiste de la famille royale, Rebecca English. Les damoiselles
d'honneur et témoins seront la princesse Charlotte, Florence van
Cutsem, la filleule du prince Harry, Remi Litt et Ryan Litt, les
filleules de Meghan Markle, Ivy Mulroney et Brian Mulroney, les
enfants de Ben et Jessica Mulroney, des amis de l'actrice ainsi que
Zalie Warren et Jasper Dyer, deux autres filleuls du fils de Lady
Diana. En bref, les témoins et demoiselles d'honneur sont des
enfants âgés de 3 à 7 ans. Pour le moment, leur rôle précis
durant la cérémonie n'a pas été révélé par le palais de
Kensington. Le mystère reste donc entier quant à leurs mission
durant ce mariage tant attendu.. Mais aucun doute, tous les regards
seront rivés vers la famille royale...  

La presse américaine accuse Donald Trump d'avoir fait reculer le processus de paix.



La presse américaine accuse Donald Trump d'avoir fait reculer le
processus de paix.http://www.via214.net/





Après l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem et les
violences à Gaza, la presse américaine établit l'avis de décès
du processus de paix israélo-palestinien. La presse américaine est
sévère au lendemain de la journée du lundi 14 mai, au cours de
laquelle Israël a fêté son 70 e anniversaire et le déménagement
de l'ambassade américaine à Jérusalem. Au même moment à Gaza,
les Palestiniens manifestent à la frontière et 58 d'entre eux
étaient tués par l'armée israélienne. Les médias américains,
dans leur grande majorité, établissent l'avis de décès du
processus de paix israélo-palestinien. La Washington Post joue ainsi
la provocation pour qualifier la situation: "rien ne fait autant
pour le processus de paix que la mort de 58 palestiniens, sans
oublier 2700 blessés, auxquels il faut ajouter les tensions
renouvelées entre l'Iran et Israël, le risque d'embrasement de la
région". "Le processus de paix est moribond, appuie L.A. Times,
tout comme les espoirs de 2 millions de personnes entassées dans une
bande de terre le long de la Méditerranée entre Israël et
l'Egypte". Le quotidien dénonce l'action de Donald Trump qui "fait
reculer le processus de paix". Assurant,
dans son éditorial, que "l'ouverture de l'ambassade est un cadeaux
sans contrepartie fait au gouvernement israélien de Benjamin
Netanyahu et d'un coup violent asséné aux Palestiniens", le New
York Times aussi que "à quoi le monde a assisté n'est le début
d'un processus de paix et de sécurité pour deux peuples qui
l'espèrent". Le quotidien poursuit: "Depuis des années, le
gouvernement israélien affirme qu'il n'a pas d'interlocuteurs pour
le processus de paix, tout en se comportant de manière à n'en avoir
aucun." Quant à Donald Trump, il "a promis un grand plan pour la
paix, sans tenir parole, mettant, au contraire, tout le poids des
Etats-Unis derrière la stratégie extrémiste d'Israël", tranche
le New York Times. Pour le Washington Post, c'est l'attitude de Jared
Kuchner, le gendre de Donald Trump, qui est en cause: "Celui qui est
responsable de l'effort de paix" de Donald Trump a utilisé son
temps de parole, lors de l'inauguration de l'ambassade pour dénoncer
les Palestiniens, déclarant: "ceux qui provoquent la violence font
partie du problème et ne font pas partie de la solution". Le
tabloïde New Daily New s'en prend, pour sa part, à la fille du
président américain, Ivanka Trump qui accompagnait Jared Kushner.
Elle est présentée, tout sourire en "une" et qualifiée de "petite goule à papa". Le transfert de l'ambassade aurait pu être
un moment d'unité et de fraternité, poursuit le Washington Post qui
rappelle que les allées des Etats-Unis ont boycotté l'événement,
et que seuls quatorze membre du Congrès, tous républicains, ont
fait le voyage. Les républicains ont critiqué l'attitude des
démocrate. Qui affirment ne pas avoir été invités. "Comme tout
ce que touche Donald Trump, il est devenu un symbole de division. […]
Cela aurait pu être la pierre angulaire d'un accord de paix […] au
lieu de cela, l'espoir d'une solution à deux Etats a été anéanti." Le Wall Street Journal rappelle toutefois que ce transfert avait été
promis par plusieurs présidents, dont Bill Clinton et George W.
Bush, et note que "Donald Trump remplit une de ses promesses de la
campagne". Néanmoins, pour le Washington Post, Donald Trump, non
content d'avoir renforcé le clivage que Israël entre démocrates et
les républicains, renforce aussi la division parmi les juifs
américains qui étaient en majorité (68%) opposés au déplacement
de l'ambassade de Tel-Aviv vers Jérusalem. Le Washington Post
souligne aussi "qu'Israël est dans son droit en défendant ses
frontières, y compris celle avec Gaza. Mais ses responsables ne sont
pas convaincants quand ils expliquent que les balles réelles, plutôt
que les lacrymogènes ou d'autres armes non létales, sont le seul
moyen d'éviter que la frontière soit franchie". Le New York Times
n'exonère pas les Palestiniens pour autant: "Gouvernés par des
dirigeants corrompus, violents ou les deux, les Palestiniens ont
échoué dans leur effort de paix. Et en ce moment même, les
Gazaouis nuisent à leur cause en recourant à la violence au lieu de
manifester pacifiquement. Derrière la satire du monologue du Late
Show sur la chaîne télévisée CBS, Stephen Colbert a lancé que "selon l'ambassadeur des Etats-Unis en Israël, le fait de déplacer
l'ambassade envoie le message à Israël: vous n'êtes pas seul. Et
c'est vrai: Israël n'est pas le seul. Il y a un tas d'autres
personnes qui y vivent aussi. Ils sont en colère". Poussant le
bouchon un cran plus loin, il a lancé: "Il nous reste à
déstabiliser l'Antarctique et bingo! Nous aurons une crise
mondiale". 

Le pétrole monte avec les tensions géopolitiques.

Le pétrole monte avec les tensions géopolitiques.http://www.via214.net/




New York - Les cours du pétrole ont de nouveau progressé mardi, le
Brent européen frôlant les 80 dollars le baril dans un marché
galvanisé par les tensions géopolitiques. Le baril de Brent de la
mer du Nord pour la livraison en juillet a clôturé à 78,43 dollars
sur l'intercontinental Exchange (ICE) de Londre, en hausse de 20
cents par rapport à la clôture de lundi et au plus haut depuis fin
2014. Vers 12 h 20 GMT, il a touché 79,47 dollars, tout près de la
barre symbolique des 80 dollars. Sur le new York Mercantile Exchange
(Nymex), le baril de "ligt sweet crude" (WTI) pour le contrat de
juin a pris 35 cents pour finir à 70,96 dollars. "La tension monte
en Moyen-Orinet avec les affrontements mortels à Gaza, qui
démontrent à quel point la situation s'est détériorée dans la
région", ont commenté les analystes de JBC Energy. La tension
restait vive entre Israéliens et Palestiniens mardi dans les
territoires au lendemain de la journée la plus meurtrière du
conflit depuis quatre ans, avec la mort de près de 60 Palestiniens
sous les balles israéliennes. L'Iran, par l'intermédiaire du
porte-parole du ministre iranien des Affaires étrangères, a estimé
mardi que les dirigeants israéliens devraient être jugés pour
crime de guerre après le "massacre" de lundi. Téhéran, troisième
producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole
(Opep), doit de son côté faire face aux sanctions américaines
après la sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire
iranien. Reste à savoir quelle sera la réaction du reste du cartel,
engagé depuis fin 2016 dans un accord de limitation de sa production
aux côtés de dix autre autres producteurs, dont la Russie. "Tout
tourne autour de l'Arabie saoudite, qui a le pouvoir de faire
repartir les prix à la baisse en augmentant sa production ou, à
l'inverse, de les faire grimper en tournant le robinet dans l'autre
sens", a commenté Naeem Aslam, analyste chez Think Markets. Dans le
dernier rapport de l'Opep, publié mardi, la production saoudienne
est évaluée en légère hausse selon des sources indépendantes (en
légère baisse selon les chiffres gouvernementales), mais bien en
deça de la baisse marquée de la production au Venezuela, dont
l'industrie est fortement affectée par la crise économique et
politique qui secoue le pays. "L'Opep semble globalement assez
engagée dans l'accord de réduction de la production", a indiqué
Kyle Cooper de IAF Advisors. Par ailleurs, un prix du Brent qui
dépasserait les 80 dollars n'affecterait selon lui pas la demande
des consommateurs. "L'énergie représente un pourcentage assez
faible du total de la consommation des ménages, surtout européens.
D'autant que les taxes représentent une partie élevées des coûts
de l'essence", a-t-il noté. 

Paris : la start-up Fretlink trace sa route.


Paris:
la start-up Fretlink trace sa route.http://www.via214.net/



Créée
fin 2015, cette start-up parisienne est passée de 10 à 48 salariés
en un an. Elle compte recruter encore 30 personnes d'ici en 2018. Et
veut bâtir un géant du transport routier "digitalisé". Ils
viennent juste d'installer dans leurs locaux tous neufs, rue de
Tocqueville (XVII e). Sur l'immense plateau de 600 m2, 48 salariés
sont à pied d'oeuvre devant leur écrans d'ordinateur. L'an dernier,
ils n'étaient que 10. Et l'équipe n'a pas fini de grandir. "Nous
prévoyons d'être 80 d'ici la fin de l'année, une centaine l'an
prochain, et 300 l'année d'après", annonce Paul Guillemin,
le PDG de Fretlink. Cette jeune start-up parisienne, spécialisée
dans le transport, trace sa route à vitesse grand V. Créée en
novembre 2015, elle a bouclé en avril 2017 une levée de fonds de 6
M d'euros. Et s'apprête à solliciter de nouveau les investisseurs,
à hauteur de 30 M d'euros cette fois. "Nous avons pour ambition de
devenir le leader européen sur notre marché", poursuit Paul
Guillemin. Ce marché, c'est celui du fret routier, que Fretlink a
entrepris de "révolutionner". Comment? En utilisant les
algorithmes et la data (données informatiques) pour permettre aux
industriels d'optimiser leur transport des marchandises. "Nous
allons chercher de la capacité chez les petits transporteurs. 80%
des entreprises de transport avec lesquelles nous travaillons ont
moins de 20 camions", avance Antoine Le Squeren, cofondateur et
directeur produit de ce "commissionnaire digital" qui assure
également le suivi des opérations jusqu'à la livraison finale.
Fretlink est née un peu par hasard à l'initiative de deux cousins,
Paul Guillemin et Antoine Le Squeren. "J'étais consultant, je
réalisais des sites internet. Un jour, un de mes clients m'a demandé
de lui faire un petit logiciel pour gérer sa flotte de camions. J'ai
découvert un marché très opaque, très mal organisé avec toute
une chaîne d'intermédiaires", raconte Paul Guillemin.
Aujourd'hui, la start-up travaille apvec près de 250 clients
réguliers, parmi lesquels Procter
Gamble, Showroomprivé,
Saint-Gobain, Kronenbourg... De belles références, et la marge de
progression est encore grande: "Le marché du fret représente trois
fois celui des VTC, soit 300 Mds d'euros en Europe", souligne Paul
Guillemin. A force de cette entreprise est d'avoir réuni "des
équipes composées à la fois de jeune "geeks" qui codent et de
seniors avec une expertise métier forte dans le fret", avance Paul
Guillemin. "Nos deux cofondateurs, Didier Duval et Frédéric Menou,
étaient respectivement président du groupe LDT Logistique et
directeur technique de Captain Train. Mais nous avons aussi des
employés qui ne savaient pas ce qu'était un camion en arrivant.
C'est ce mélange de générations qui a fait la réussite de
Fretlink. Et notre capacité à faire communiquer ces différentes
populations". La start-up prévoit de s'implanter en Allemagne avant
la fin de l'année. Pour accueillir ses nouveaux salariés, elle
devra aussi rapidement trouver... de nombreux locaux parisiens.





Fretlink
vise à moyen terme le nombre de 300 employés. Mais avant
d'accélérer ses recrutements, elle accueillera, d'ici la fin de
l'année, une trentaine de nouvelles recrues. "Une dizaine de
commerciaux, mais aussi des pilotes de flux, des affréteurs, des
développeurs"... et surtout, des "experts" au sens large,
capables d'accompagner la montée en puissance de l'entreprise. "Il
n'y a pas vraiment de fiche de poste, résume Paul Guillemin. On
cherche surtout des gens qui ont une belle capacité d'adaptation,
qui sont capables de prendre une mission et de la faire avancer".
Pas besoin d'une longue liste de diplômes pour postuler dans cette
ruche où la moyenne d'âge s'élève à 30 ans. "La connaissance du
monde du transport pas indispensable pour tous les postes à
pourvoir", rappelle Paul Guillemin. Jean-David 32 ans, l'actuel
responsable des ventes, est titulaire d'un CAP-BEP de menusier. Avant
de rejoindre la start-up, il a goûté à plusieurs activités. "J'ai
vendu des fenêtres, des volets roulants, des meubles... et c'est en
reprenant mes études en master de commerce que j'ai que j'ai
rencontré Paul. Je me suis tout de suite vu vendre sa solution",
raconte le jeune-homme. Aujourd'hui directeur des ventes, il gère
une équipe de deux "business développeurs" - rémunérés entre
35.000 et 50.000 euros annuels. Paul Guillemin cite également le cas
de ce product manager de 25 ans, "qui a fait quatre postes
différents en deux ans, et qui gère aujourd'hui tout la vision
produit". "C'est ce type de profils qu'on privilégie. Des
autodidactes qui ont la niaque, et l'envie de changer le monde avec
nous, ça nous va très bien".


En
chiffre d'affaire:


1,3
M d'euros de chiffre d'affaire en 2017.


1
M d'euros de chiffre d'affaire sur le seul mois d'avril 2018.


48
employés, dont 12 développeurs.


1.200
clients inscrits sur la plate-forme Fretlink, dont 250 "régulièrement
actifs"


29
ans: l'âge actuel de deux des 4 cofondateurs, Paul Guillemin et
Antoine Le Squeren. 

Cannes 2018: Julie Gayet radieuse sur le tapis rouge du Festival.

Cannes
2018: Julie Gayet radieuse sur le tapis rouge du Festival.http://www.via214.net/




Vendredi
soir, la compagne de François Hollande n'a pas hésité à jouer le
jeu des photographes. Ces dernières années, Julie Gayet s'est faite
une place solide dans la famille du cinéma français. Actrice tout
d'abord, avec des rôles dans «La Taularde» avec Sophie Marceau ou
bien dans «Quai d'Orsay» avec Thierry Lhermitte. Productrice
évidemment, avec des projets exigeants comme «The Ride», «Visages
Villages» et «Grave». Alors quoi de plus naturel de voir Julie
Gayet monter les marches du plus célèbre festival au monde.
Vendredi soir, lors de la projection du très attendu long-métrage
de Jia Zhang-ke, «Les Eternels», l'un des favoris de cette 71 e
édition du festival de Cannes, Julie Gayet a foulé le red carpet
dans une robe bustier, moitié beige moitié verte, dans laquelle
elle était radieuse et visiblement heureuse de faire partie de cette
célébration du cinéma. Pour preuve, elle, de nature si discrète,
n'a pas hésité vendredi soir à poser devant les photographes,
faisant crépiter les flashs en s'octroyant une descente des marches
pour un dernier sourire. Il était temps ensuite d'entrer dans le
Grand Théâtre Lumière pour découvrir le long-métrage, et,
peut-être, a future Palme d'Or. 

Carla Bruni Sarkozy dévoile une florilège de citations en admiration à son mari Nicolas Sarkozy.

Carla Bruni Sarkozy dévoile une florilège de citations en admiration à
son mari Nicolas Sarkozy.http://www.via214.net/





Carla Bruni, invitée sur le plateau de l'émission L'Invité, le 14
novembre dernier sur France 5, a fait part de l'admiration qu'elle
avait pour son mari, Nicolas Sarkozy. "Je vous signale que mon mari
est de loin le meilleur homme politique que la France n'ait jamais
eu" a affirmé l'ex-première dame avant de conclure "Moi je pense
sue dans une autre époque il aurait fait prophète". Dans une autre
interview accordée à Elle en juillet 2016, l'ex-première Dame
cite, "Je suis une bâtarde et j'aime bien les bâtards". Cette
citation est l'une des nombreuses déclarations étonnantes de
l'ex-première dame dans sa dernière interview parue dans Elle. "Si
j'ai pris du ventre, c'est uniquement parce qu'il m'arrive de boire
de la bière". Une déclaration de Carla Bruni datant de juillet
2008 lors d'une interview à Metro, pour démentir à l'époque les
rumeurs de grossesse la concernant. "Si j'apprenais que mon mari me
trompe, je le prendrais très mal c'est certain! Je pourrais en
arriver à commettre des actes extrêmes comme de lui couper la gorge
ou les oreilles pendant son sommeil".




Carla Bruni-Sarkozy explique comment elle réagirait si son mari la
tromperait dans son interview pour Elle, publiée le 1er juillet
2016. "Je suis monogame de temps en temps mais je préfère la
polygamie et la polyandrie". Extrait d'une interview pour Le Figaro
Madame, en février 2007. "Je ne sais pas que je vivais avec un
écrivain". D'une interview accordée à RTL le 4 février 2016. "Il
a cinq ou six cerveaux parfaictement irrigués", extrait de Carla et
Nicolas, la véritable histoire, un livre de Valérie Bénaïm et et
Yves Azéroual. Carla Bruni dit en admirant l'intelligence de son
mari. "Je suis une amadoueuse, une chatte, une italienne. J'aime
projeter la féminité la plus classique: la douceur, le "charmage",
la "charmetude", comme pourrait dire Ségolène. Extrait d'une
interview à Le Figaro Madame, en février 2007. "Qu'on me mente ne
me déplaît pas, la franchise est trop fondamentalement brutale à
mes yeux". Extrait d'une interview accordée à Le Figaro Madame, en
février 2007. "Je ne sais pas faire une division ou une simple
multiplication, je n'ai jamais su je crois". Extrait de son
interview publiée dans Elle, le 1er juillet dernier.

Bourse de Paris: les valeurs à suivre à Paris et en Europe.

Bourse de Paris: les valeurs à suivre à Paris et en Europe.http://www.via214.net/




Paris,
le 14 mai (Reuters) – les valeurs à suivre lundi à la Bourse de
paris et en Europe:



Vivendi
– Vivendi Bolloré a porté sa participation dans Vivendi à plus
de 24%, renforçant son influence sur le groupe de médias et de
divertissement, selon des déclarations réglementaires.



PSA
– Opel a suspendu son plan de départs volontaires après avoir été
alerté par les représentants su personnel sur le fait que la vague
de départs déjà observée après la reprise de la marque par PSA
pourrait entraîner une pénurie de travailleurs qualifiés.



Total
- a annoncé dimanche la signature d'un protocole d'accord avec Oman
pour développer des ressources de gaz naturel dans ce sultanat du
Golfe.



EDP
ENERGIAS DE PORTUGAL – Chine Three Gorges a soumis vendredi une
offre pour prendre le contrôle de la compagnie électrique
portugaise EDP, dont il est déjà le principal actionnaire avec 23%
du capital. Le groupe public chinois propose 3,26 euros par action,
soit une prime d'un peu moins de 5% par rapport au cours de clôture
du titre EDP vendredi, à 3,11 euros.



Bayer
– Les synergies potentielles réalisées par Bayer avec
l'acquisition de Monsanto seront inférieures à 1,5 milliards de
dollars (1,26 milliard d'euros) en raison des cessions d'actifs
destinées à apaiser les autorités de la concurrence, a déclaré
le directeur financier du géant allemand de l'agrochimie.



Daimler
– l'autorité allemande des marchés financiers la BaFin, envisage
d'imposer des amendes concernant la constitution par Li Shufu,
président du constructeur automobile chinois Geely, d'une
participation de 9,69% au capital de Daimler.







(Agenda
économique. Service des marchés).

Vatican: Pape François se sépare de sa Lamborghini adjugé aux enchères à 715.000 euros.

Vatican: Pape François se sépare de sa Lamborghini adjugé aux enchères à
715.000 euros.http://www.via214.net/




A-t-on le
droit de vendre un cadeau? A cette question, au lendemain de Noël,
ils sont nombreux à répondre oui et à placer sur internet le
présent qui ne plaît pas ou qui ne sert à rien. La Lamborghini
offerte l'an dernier au pape François appartient sans doute à cette
seconde catégorie et tient plus du coup publicitaire que d'un vrai
cadeau tant qu'il apparaît improbable que le pape prenne un jour les
commandes d'un engin aux sensations pourtant célestes. Mise en vente
à Monaco, la Lamborghini toute blanche et vierge de tout kilométrage
attestant d'un déplacement papal a été adjugée samedi à 715.000
euros, multipliant par deux son estimation de départ, indique la
maison de ventes Sotheby's. Offert l'an dernier au souverain pontife
par le constructeur italien, ce modèle "Huracan", un coupé à la
carrosserie immaculée et aux lisères dorés, était estimé entre
250.000 et 350.000 euros dans le catalogue. Il avait été béni et
signé par le pape François lors de sa réception en novembre
dernier. La maison de vente n'a pas communiqué sur l'identité de
l'acquéreur, qui devra débourser, outre les 715.000 euros
correspondant au prix "au marteau", une somme supplémentaire se
montant à 20% du total, pour la TVA. Hors de prix, certes – elle
est vendue en France à partir de 180.000 euros - , mais c'est un
beau geste humanitaire, une destination inéluctable, dont
Lamborghini n'ignorait rien bien sûr. L'argent de la vente financera
en particulier un projet de reconstruction d'habitation, de lieux de
culte et de structures publiques dans la plaine de Ninive en Irak,
pour aider les chrétiens chassés par la guerre à "retrouver leurs
racines et leur dignité", avait indiqué le Saint-Siège en
novembre dernier.



La
Lamborghini papale subventionnera aussi une association italienne
venant en aide aux victimes des réseaux de prostitution, ainsi que
deux associations italiennes actives en Afrique, dont le Groupe
international chirurgies amis de la main (Gicam). La pape, habitué
aux cadeaux insolites, s'est déjà vu offrir dans le passé une
Harley-Davidson, qu'il avait également mise aux enchères au profit
d'oeuvres caritatives.

Indonésie: trois attentats meurtriers contre des églises à Surabaya.

Indonésie: trois attentats meurtriers contre des églises à Surabaya.http://www.via214.net/




Trois attentats à la
bombe, dont une attaque suicide, ont fait au moins 9 morts et 40
blessés dans une église en Indonésie. Dans ce pays, en majorité
musulmane, les attaques terroristes en cessent d'augmenter depuis
2016. Au moins 9 personnes ont été tuées et 40 blessées ce
dimanche, dans trois attentats à la bombe, dont une attaque suicide
contre des églises à Surabaya en Indonésie, a indiqué la police.
Les trois attaques ont été perpétrées dans trois endroits
différents, à dix minutes d'intervalle, la première explosion
s'étant produite à 7 h 30 (0h30 GMT), a précisé la police de
Subaraya, deuxième ville d'Indonésie, dans l'est de l'Île de Java. "Neuf personnes sont mortes et 40 ont été blessées", a déclaré
un porte-parole de la police locale, Frans Barung Mangera, précisant
que deux policiers figuraient parmi les blessés. Ces attaques n'ont
pas été revendiquées, mais un porte-parole des services de
renseignements a déclaré qu'elles étaient le fait un groupe Jemaah
Ansharut Daulah (JAD), qui s'inspire de Daesh. Elles interviennent à
quelques jours du début du ramadan dans ce pays d'Asie du Sud-est en
haute alerte après des attaques perpétrées ces dernières années,
certaines par le groupe djihadiste Etat islamique. Le JAD, répertorié
par le département américain d'Etat sur sa liste noire des
organisations terroristes, aurait attiré des centaines de
sympathisants de Daesh en Indonésie. La police a déclaré aux
journalistes que les attentats avaient été perpétrés par des "kamikazes" et que le bilan pourrait s'alourdir. Des images
diffusées par les médias montrent un corps gisant devant une porte
de l'église catholique Santa Maria à Surabaya et des membres de la
police scruter les lieux au milieu des décombres. "J'étais
effrayée. Beaucoup de gens crient", a raconté à l'AFP Roman, un
homme de 23 ans témoin de l'explosion à l'église Santa Maria.
Selon les médias, dans l'une des églises, une femme accompagnée
d'un enfant et d'un adolescent qui venait d'entrer, était interrogée
par la sécurité lorsque la bombe a explosé. Dans l'église Santa
Maria, l'attaque s'est produite après une messe matinale et au
moment où les fidèles arrivaient pour un deuxième office. Le
kamikaze a frappé en se servant d'un deux-roues. La police a ordonné
la fermeture temporaire de toutes les églises à Surabaya.




Ces attaques surviennent
quelques jours après que cinq policiers et un détenu ont été tués
au cours de violents affrontements dans une prison de haute sécurité
dans la banlieue de la capitale Jakarta. Daesh avait revendiqué
l'incident mais la police indonésienne avait écarté l'implication
de ce dernier. L'intolérance religieuse a augmenté ces dernières
années en Indonésie, pays de 260 millions d'habitants dont très de
90% sont de confession musulmane, mais qui compte aussi des minorités
comme les chrétiens, hindous et bouddhistes. D'autres attaques
visant des églises se sont produites ces dernières années à
travers l'archipel d'Asie du Sud-est. En février, la police était
parvenue à neutraliser un homme armé d'une épée qui avait attaqué
en pleine messe une église à Sleman, sur l'île de Java, blessant
quatre personnes dont un prêtre. En 2016, un adolescent était entré
dans une église remplie de fidèles à Medan, sur l'île de Sumatra,
s'était approché du prêtre et l'avait légèrement blessé au
couteau à un bras. Il avait tenté de faire exploser un objet avant
d'être maîtrisé par des fidèles. Un extrémiste islamiste avait
également été condamné en septembre dernier à la réclusion
criminelle à perpétuité en Indonésie pour une attaque meurtrière
au cocktail Molotov perpétrée en 2016 contre une église avec des
complices d'un groupe soutenant Daesh. Les autorités sont en état
d'alerte depuis les attentats suicides et attaques armées à Jakarta
en janvier 2016, qui avaient coûté la vie à quatre civils. Les
quatre assaillants avaient été tués dans ces attaques revendiquées
par Daesh, les premières de cette ampleur en Indonésie depuis 2009.
L'Indonésie avait été précipitée dans sa propre "guerre contre
le terrorisme" par les attentant de Bali, île la plus touristique
du pays où ces attaques avaient fait 202 morts, parmi lesquels de
nombreux étrangers. Les autorités avaient ensuite lancé une
offensive majeure contre les extrémistes islamistes et affaibli
ainsi les réseaux les plus dangereux, selon des experts. Mais
l'organisation djihadiste Etat islamique est parvenue à mobiliser de
nouveau la frange extrémiste indonésienne.  

Emmanuel Macron et Brigitte en vacance à fort de Brégançon.

Emmanuel Macron et Brigitte en vacance à fort de Brégançon.http://www.via214.net/




Le chef d'Etat et son
épouse passent le week-end au fort de Brégançon, dans le Var.
C'est la première fois depuis son élection qu'Emmanuel Macron se
rend dans cette résidence d'été des présidents de la République.
Un court séjour avant d'envisager des vacances plus longues cet été.
Quelques jours de repos ne font mal à personne... y compris
lorsqu'on est président de la République. A l'instar de nombreux
Français qui profitent de mai pour souffler un peu, Emmanuel Macron
s'accorde un week-end de détente au fort de Brégançon. Le chef
d'Etat, son épouse Brigitte – et leur chien Nemo – sont
installés depuis jeudi soir dans cette résidence présidentielle,
située à Bormes-les-Mimosas. Vendredi, ils ont notamment effectué
une sortie en VTT. Selon nos informations, aucune sortie publique
n'est prévue ce samedi.



C'est la première fois
qu'Emmanuel Macron se rend à Brégançon depuis son arrivée à
l'Elysée. Il s'inscrit ainsi dans la lignée de ces prédécesseurs
qui ont passé quelques vacances dans ce fort acquis par la France au
XV e siècle. La décision d'en faire la résidence d'été des
présidents de la république a été prise par le général De
Gaulle en 1968. Tous ses successeurs sans exception, s'y sont rendu
au moins à une reprise. En 1978, Valéry Giscard d'Estaing y a même
donné une interview télévisée quelques semaines avant les
élections législatives. Si les présidents viennent avant tout à
Brégançon pour se reposer, il n'est pas rare que certains en
profitent pour recevoir, dans une ambiance conviviale, des
personnalités politiques dans le but de tisser un lien qui dépasse
le cadre protocolaire d'une rencontre à l'Elysée. C'est ainsi que
François Mitterrand y reçu le chancelier allemand Helmut Kohl en
août 1985. Ce pourrait être le cas également pour Emmanuel Macron.
"Ce lieu de repos sécurisé permet de recevoir pour des entretiens
bilatéraux ou des sommets, c'est une possibilité", confirme
l'Elysée à LCI. Si Georges Pompidou et Jacques Chirac appréciaient
le charme des lieux, le fort de Brégançon a progressivement été
boudé ces dernières années. Nicolas Sarkozy préférait se
ressourcer dans la maison familiale de Carla Bruni, située à Cap
Nègre, également dans le Var. De son côté, François Hollande,
après un séjour lors de l'été 2012 au cours duquel sa compagne
Valérie Trierweiler s'y était sentie harcelée par les paparazzis,
avait décidé d'ouvrir les portes de Brégançon au public à partir
de 2013. La présidence a toujours conservé la possibilité d'en
avoir ponctuellement l'usage. Comme l'expliquait Le Figaro en
septembre dernier, Emmanuel Macron aurait bien aimé goûter à la
tranquillité de cette résidence dès l'été dernier. Mais François
Hollande, juste avant de quitter l'Elysée, avait prolongé le statut
touristique de Brégançon, jusqu'en septembre 2017, rendant donc
tout escapade impossible à organiser. L'envie d'Emmanuel Macron de
découvrir les lieux va donc enfin pouvoir être assouvie. Quitte à
prolonger? Selon l'Elysée, Brégançon est "typiquement l'endroit
où le président pourrait rester l'été", bien que "rien ne
soit décidé". Le fort, qui était jusqu'ici géré par le Centre
des monuments nationaux, vient de passer sous la gestion directe de
l'Elysée. Le site vient de subir des travaux de rafraîchissement.
En absence du couple présidentiel, il restera ouvert au public.

Un garçon de 12 ans dans le coma après une chute du troisième étage d'un collège de Montreuil.

Un garçon de 12 ans dans le coma après une chute du troisième étage
d'un collège de Montreuil.http://www.via214.net/




Il aurait lui-même
enjambé la rambarde de l'escalier pour s'amuser, vendredi. Il a fait
une chute de dix mètres. Son état est jugé grave, selon les
informations de franceinfo. Un garçon de 12 ans, élève en sixième
au collège Colonel-Fabien de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a été
grièvement blessé après avoir chuté, vendredi 11 mai en fin de
matinée, du troisième étage d'une cage d'escalier. L'adolescent se
trouvait vendredi soir dans le coma, après avoir été opéré, a
appris franceinfo auprès d'un porte-parole du conseil départemental
de Seine-Saint-Denis, confirmant une information du journal Le
Parisien. Une enquête a été ouverte pour établir les causes
exactes de cette chute. L'hypothèse de l'accident est privilégiée.
L'élève de sixième aurait de lui-même enjambé la rambarde de
l'escalier, vraisemblablement "par défi ou pour s'amuser", et
s'est retrouvé suspendu dans le vide par un bras, sans pouvoir
remonter. Un de ses camarades, a aussitôt tenté de le secourir de
10 mètres. Victime d'un grave traumatisme crânien, l'élève a été
transporté à l'hôpital Necker à Paris. Il a été opéré
vendredi soir et se trouvait dans le coma à l'issue de l'opération,
dans un état toujours jugé grave. La jeune fille qui a tenté de
l'empêcher de tomber, très choquée, a quant à elle été
hospitalisée vendredi après-midi. Les cours ont été suspendus dès
15 heures au collège Colonel-Fabien, où plusieurs cellules
psychologiques ont été mises en place pour accompagner les élèves,
les enseignants et les personnels de cet établissement, tous très
choqués.  

NASA: la NASA prévoit d'envoyer un mini-hélicoptère sur Mars.

 NASA: la NASA prévoit d'envoyer un mini-hélicoptère sur Mars.http://www.via214.net/




L'engin qui la NASA
prévoit d'envoyer sur la planète Mars, ne devra pas dépasser le
poids de 1,8 kilo, et décollera de la Terre en 2020. L'agence
spatiale américaine a annoncé vendredi son intention d'expédier en
2020 le tout premier hélicoptère sur Mars. Cet engin miniature
proche d'un drone pourrait permettre d'approfondir la connaissance de
la planète rouge. Sobrement baptisé "The Mars Helicopter", cet
appareil ou fuselage à peine plus gros d'une balle de baseball pèse
moins de 1,8 kilo. Il a vocation à voyager depuis la Terre avec le
rover Mars 2020, un robot sur roues qui doit étudier l'habitabilité
de la planète, chercher des signes d'une vie ancienne et évaluer
les ressources naturelles et les dangers pour de futurs explorateurs
humains. Le lancement est prévu en juillet 2020, pour une arrivée
en février 2021. "La NASA est fière de son histoire de pionnière,
a indiqué Jim Brinenstine, patron de l'agence spasiale, dans un
communiqué. L'idée d'un hélicoptère volant dans le ciel d'une
autre planète est palpitante". Ce projet a débuté en août 2013
comme un projet de développement du Jet Propulsion Laboratory (JPL),
laboratoire de la NASA. Afin de voler dans l'atmosphère ténue
martienne, l'engin doit être extrêmement léger mais aussi puissant
que possible. "L'altitude record atteint par un hélicoptère sur
Terre est d'environ 40.000 pieds", soit plus de 12.000 mètres, a
révélé Mimi Aung, cheffe de projet du Mars Helicopter ou JPL.
Selon elle, "l'atmosphère de Mars est seulement 1% de celle de la
Terre donc quand notre hélicoptère est à la surface de Mars, il se
trouve déjà à un équivalent sur Terre de 100.000 pieds (30.500
mètres)." L'engin est équipé de panneaux solaires pour recharger
ses batteries lithium-ion et d'un dispositif de chauffage pour le
garder au chaud pendant les froides nuits martiennes", a précisé
la NASA. Il sera piloté depuis la Terre, avec un décalage de
quelques minutes. Pour la NASA, c'est une "prouesse technologique à
haut risque et à grandes retombées". En cas de succès, il
pourrait inspirer de futures explorations de la planète rouge en
survolant des endroits inaccessibles aux rovers. En cas d'échec,
cela n'affecterait pas la mission Mars 2020. "La capacité de voir
clairement ce qu'il y a derrière la prochaine colline est cruciale
pour les futurs explorateurs", a confié Thomas Zirbechen, un
responsable de la NASA.  

La Première Dame Melania Trump lance le programme BE BEST.

La Première Dame Melania Trump lance le programme BE BEST.http://www.via214.net/



"Il reste notre apéritif
moral de génération à assumer la responsabilité et aider nos
enfants à gérer les nombreux problèmes auxquels ils font face
aujourd'hui", la First Lady Melania Trump dit. A une époque d'un
accès sans précédent à tout de la technologie aux médicaments
délivrés sur ordonnance, ces défis sont plus répandus et jamais
addictifs que jamais. Le 7 mai la première Dame a annoncé "BE
BEST" une campagne de sensibilisation dédiée à la protection de
nos enfants. "Cela me préoccupe que, dans le monde trépidant et
toujours connecté d'aujourd'hui, les enfants peuvent être moins
disposés à exprimer ou gérer leurs émotions", a déclaré la
Première Dame.



"Les enfants méritent
toutes les occasions de profiter de leur innocence". Mieux
comprendre trois piliers principaux: le bien-être, les médias
sociaux et l'abus d'opiacés. En faisant la promotion des valeurs
telles que la vie saine, l'encouragement, la gentillesse et le
respect, les adultes peuvent aider les enfants à former des
habitudes positives tôt et éviter de tourner à des comportements
destructeurs comme un exutoire. "Cela reste l'impératif morale de
notre génération de prendre ses responsabilités et d'aider nos
enfants à gérer les nombreux problèmes auxquels ils sont
confrontés aujourd'hui, y compris encourager des habitudes sociales,
émotionnelles et physiques positives..." La mission de BE BEST est
de concentrer sur certains des problèmes majeurs auxquels sont
confrontés les enfants aujourd'hui, dans le but d'encourager les
enfants à être meilleurs dans leur parcours individuel, tout en
leur enseignant l'importance de la santé sociale, émotionnelle et
physique. BE BEST se fera le champion de nombreux programmes de
bien-être réussi qui fournissent aux enfants les outils et les
compétences nécessaires pour la santé émotionnelle, sociale et
physique. La campagne fera également la promotion des organisations
des programmes et des personnes qui aident les enfants à surmonter
certains des problèmes auxquels ils sont confrontés dans le monde
moderne. En promouvant des valeurs telles que la vie saine,
l'encouragement, la gentillesse et le respect, les parents, les
enseignants et d'autres adultes peuvent aider à préparer l'enfant à
leur avenir. Avec ces valeurs comme une base solide, les enfants
seront en mesure de mieux faire face aux maux de la crise des
opioïdes et d'éviter les interactions négatives sur les médias
sociaux. Lorsque les enfants apprennent des comportements en ligne
positifs dès le début, les médias sociaux peuvent être utilisés
de manière productive et peuvent entraîner des changements
positifs. Mme. Trump croit que les enfants devraient être vus et
entendus, et il est de notre responsabilité entant qu'adultes de les
éduquer et de les renforcer que lorsqu'ils utilisent leur voix –
verbalement ou en ligne – ils doivent choisir leurs mots avec
sagesse et parler avec respect. La compassion. La dépendance aux
opioïdes, la toxicomanie et les abus sont une épidémie dans ce
pays. BE BEST soutiendra les familles et les enfants touchés par
cette crise, attirera l'attention sur le syndrome d'abstinence
néonatale et aider à éduquer les parents sur l'importance d'une
grossesse en santé. La Première Dame Trump a participé à une
table ronde sur la cybersécurité et la technologie, dans la salle à
manger de l'Etat à la Maison Blanche, mardi 20 mars 2018, à
Washington DC.  

Le sommet historique entre Trump et Kim Jong Un aura lieu le 12 juin à Singapour.

Le sommet historique entre Trump et Kim Jong Un aura lieu le 12 juin à
Singapour.http://www.via214.net/




Le 12 juin à Singapour:
dans un mois, Donald Trump et Kim Jong Un vont se rencontrer lors
d'un sommet historique pour discuter d'un enjeu crucial, la "dénucléarisation" de la Corée du Nord après des mois
d'escalade et de tensions. Le président des Etats-Unis, qui
entretenait le suspense sur la table et le lieu de ce tête-à-tête
avec le numéro un nord-coréen, en a fait l'annonce jeudi quelques
heures après avoir accueilli, près de Washington trois prisonniers
américains tout juste libérés par Pyongyang. "La rencontre très
attendue entre Kim Jong Un et moi aura lieu à Singapour le 12 juin.
Nous allons tous deux essayer d'en faire un moment très important
pour la Paix du Monde!" a-t-il écrit sur Twitter. Aucun président
américain en exercice n'a rencontré jusqu'ici un dirigeant
nord-coréen et les deux pays sont techniquement toujours en guerre
depuis la fin du conflit entre les deux Corées en 1953. Les plus
haut responsables américains en exercice à s'être rendus en Corée
du Nord ont été des secrétaires d'Etat: Madeleine Albright en 2000
lors d'un bref dégel sans lendemain sur les dossiers balistiques et
nucléaires, et Mike Pompeo, qui a ramené jeudi les ex-prisonniers.
Les anciens présidents Jimmy Carter et Bill Clinton ont aussi fait
le déplacement à Pyongyang. Après s'être tenté par un sommet à
la frontière entre les deux Corées, où Kim Jong Un a rencontré
fin avril le président sud-coréen Wilson Center, sur Twitter. Il
fallait aussi que ce soit "assez proche" de Pyongyang "pour que
Kim puisse s'y rendre dans son petit avion". C'est donc cette
Cité-Etat neutre et ultramoderne d'Asie du Sud-Est qui a été
choisie pour mettre en scène leur rencontre emblématique de
l'extraordinaire détente en cours après des mois d'escalade
ponctuée d'échanges musclés et d'inventives personnelles.
Résolument optimiste en accueillant les ex-prisonniers en pleine
nuit à leur descente d'avion, Donald Trump a tenu à "remercier"
Kim Jong Un, "qui a vraiment été excellent" avec eux. Puis lors
d'un meeting dans l'Indiana jeudi soir, le président américain a
expliqué à ses supporters que cette rencontre "vise à parvenir à
un avenir de paix et de sécurité pour le monde entier". "Je pense
que cela sera un très gros succès" a-t-il de nouveau affirmé,
avant de relativer "que si ce n'est pas le cas, alors ce n'est pas
le cas". Le dirigeant nord-coréen a lui qualifié le sommet de
chance "historique" pour construire un "bel avenir". La
préparation de cette rencontre donne lieu à un tourbillon
diplomatique. Mike Pompeo a ainsi rencontré à deux reprises en un
mois Kim Jong Un – la première, en secret entant que directeur de
la CIA. Et le dirigeant nord-coréen s'est rendu deux fois en Chine
en six semaines pour parler au président Xi Jinping. Désormais, les
diplomates américains et nord-coréens s'affairent pour définir
l'ordre du jour de la rencontre. Une tâche à haut risque. Le
président américain, qui a annoncé mardi son retrait, malgré le
tolle international, de l'accord sur le nucléaire iranien espère
démontrer ses qualités de négociateur dans cet autre dossier
atomique. Kim Jong Un s'est dit prêt à négocier la
"dénucléarisation" de son pays reclus et frappé par des
sanctions internationales draconiennes, infligées en partie en 2017
après une série de tirs de missiles y compris intercontinentaux
capables d'atteindre le continent américain, et d'essais atomiques
qui avaient fait monter les tensions. Mais les experts pensent que sa
définition de ce terme n'est pas la même que celle de Washington,
qui réclame la dénucléarisation "complète véritable et
irréversible" de la péninsule coréenne et assure n'être prête à
aucune concession avant d'avoir atteint cet objectif "sans délai". "Si Kim Jong Un veut un allègement de la +pression maximale+
imposée à la Corée du Nord et d'être accueilli à la table des
puissance mondiales reconnues, c'est sa seule option», explique à
l'AFP le sénateur républicain Cory Gardner, qui a évoqué les
préparatifs du sommet à la Maison Blanche mercredi. "Tout que les
différentes parties abandonnent leur politique hostile et les
menaces" à l'encontre de Pyongyang, "il n'y a aucune raison pour
la Corée du Nord d'être un Etat nucléaire et la dénucléarisation
peut se concrétiser", a assuré Kim Jong Un à Xi Jinping, d'après
l'agence Chine nouvelle.
(11/05/2018 03:30:37 - Washington AFP).   

"Et putain la tête que j'ai!" La chanteuse Lââm défigurée.

"Et putain la tête que j'ai!" La chanteuse Lââm défigurée.http://www.via214.net/ 


Quelques jours avant la
diffusion de "The Island Célébrities", M6 dévoile des images de
l'émission où on découvre la chanteuse Lââm méconnaissable. "Ils ont connu la gloire, ils vont connaître le enfer". Tel est le
slogan de "The Island Cénébrities" que M6 diffusera à partir du 15
mai. Cette phrase semble résumer le parcours de Lââm dans
l'émission de survie avec Mike Horn. Dans les images proposées par "Télé loisirs", on découvre la tête de l'interprète de "Chanter pour ceux qui sont loin de chez eux" recouverte de piqûres
de moustiques. Ces énormes boutons rendent le visage de la star
méconnaissable. "Putain de tête que j'ai. Je ne me suis jamais vue
comme ça" lance l'aventurière novice de 46 ans en se découvrant
dans les images avant de fondre en larmes. "Je fais partie de ceux
qui ont été le plus piqués. Nuit et jour, il ne me lâchent pas" raconte-t-elle à l'hebdomadaire à propos des moustiques
envahissants. Les téléspectateurs seront peut-être aussi surpris
durant l'émission de découvrir Lââm sans chapeau, ni perruque.
Elle a préféré participer au programme la tête rasée. "Je
voulais être libre et ne penser qu'à The Island alors je me suis
rasé la tête comme Britney Spears. Pas de cheveux, pas de perruque,
pas de extentions: pas de stress", a-t-elle encore révélé. Lââm
a partagé l'aventure avec deux autres célébrités parmi lesquelles
Camille Cerf, Amaury Leveaux, Louisy Joseph ou encore Stomy Bugsy.
Durant 15 jours, ils ont dû survivre sur une île du pacifique sans
eau ni nourriture et loin de tout confort.  

Italie: Berlusconi ouvre la voie à la formation d'un gouvernement "antsystème".

Italie: Berlusconi ouvre la voie à la formation d'un gouvernement "antisystème". http://www.via214.net/




En Italie l'ancien chef
du gouvernement et leader Forza Italia Silvio Berlusconi, parvient à
un accord avec le Mouvement 5 Stelle. Silvio Berlusconi a ouvert la
voie, mercredi 9 mai au soir, à la formation du premier gouvernement "antisystème" en Italie, en donnant son feu vert à un accord en
ce sens entre ses alliés la Ligue (extrême-droite) et le Mouvement
5 étoiles (M5S). Les deux formations, qui disposent de la majorité
au Parlement depuis les élections législatives du 4 mars, doivent
cependant encore s'entendre sur un chef de gouvernement et un
programme commun. "Nous allons commencer à parler des thèmes pour
le pays. Ensuite nous parlerons des noms", a assuré Luigi Di Maio,
chef de file du M5 S, à la presse. "Il reste à travailler sur le
programme, sur les échéances, sur l'équipe et les choses à faire,
a ajouté Matteo Salvini, patron de la Ligue, dans un communiqué
Soit on conclut, soit on retourne voter". Depuis deux mois, le vieux
milliardaire qui a dirigé la droite italienne pendant vingt-cinq ans
apparraissait comme le principal obstacle à un tel dialogue: pour
M. Di Maio, il était le symbole de tous les maux de l'Italie et donc
infréquentable, tandis que pour M. Salvini, il restait au contraire
un allié précieux qu'il a toujours refusé de lâcher. "Moi je
fais un pas en arrière, Salvini fait un pas en arrière, il y a
encore quelqu'un autre qui doit faire un pas en arrière" avait
insisté M. Di Maio, alors que lui comme M. Salvini, ont tous deux
renoncé à diriger eux-mêmes le gouvernement. Dans un communiqué,
mercredi soir, Berlusconi a répété que les élus de son parti
Forza Italia (FI) ne pas la confiance à un gouvernement du M5S,
jugeant qu'il n'avait "pas la maturité politique pour assumer toute
responsabilité". Mais "si une autre force politique de la
coalition droite veut assumer la responsabilité de former un
gouvernement avec les 5 étoiles, nous prendrons acte de ce choix
avec respect", a-t-il assuré. Et la victoire est totale pour M.
Salvini puisque son vieil allié qu'un tel choix "ne marquera pas la
fin de l'alliance" entre FI et Ligue, en particulier dans les
régions qu'ils dirigent ensemble, dans le nord du pays. Après plus
de deux mois, de discussions infructueuses entre les diverses forces
politiques, le président Sergio Mattarella s'était prononcé lundi
en faveur d'un gouvernement "neutre" chargé de gérer le pays
jusqu'en décembre avant de nouvelles élections début 2019. Il
devait présenter mercredi après-midi, la personnalité choisie pour
diriger cette équipe tandis que la presse se perdait en conjonctures
sur la date des prochaines élections en cas de rejet au parlement de
ce gouvernement technique: en pleines vacances de juillet, ou à
l'automne au risque de ne pas pouvoir adopter de budget 2019? A la
mi-journée, le palais présidentiel a toutefois annoncé que la
Ligue et le M5S, fermement opposés à l'idée d'un gouvernement
technique, avaient demandé un délais de 4 heures pour pousser leurs
discussions en cours sur un possible accord du gouvernement.





Ensemble, les deux
formations disposent d'une majorité de sept voix au Sénat et de
trente-deux voix à la Chambre des députés, et elles pourraient
bénéficier au coup par coup du soutien actif ou au moins de une abstention bienveillante des partenaires de la coalition de droite,
dont Forza Italia. Les divergences semblent importante entre la Ligue
– formation nationaliste proche du Front national français – qui
a fait le plein des voix au Nord sur la promesse de baisse drastique
d'impôts, et le M5S, plus ambivalent que l'Union européenne et
plébiscité par le Sud pour avoir promis un revenu de citoyenneté.
Mais outre l'ambition de leurs jeunes dirigeants, les deux partis ont
en commun un rejet des forces politiques traditionnelles et des
promesses voisines en matière de retraites, de lutte contre
l'immigration ou de moralisation de la vie publique.  

Emmanuel Macron reçoit le prix Charlemagne à un moment de vérité pour l'Europe.

Emmanuel Macron reçoit le prix Charlemagne à un moment de vérité pour
l'Europe.http://www.via214.net/




Emmanuel Macron, ce jeudi
10 mai, au lendemain d'un très symbolique "Journée de l'Europe",
le président de la République, doit recevoir dans la ville
allemande d'Aix-la-Chapelle, ancienne capitale de l'empire
carolingien, le prix Charlemagne, la plus prestigieuse et la plus
ancienne des distinctions européennes. Après Jean Monnet, Winston
Churchill, Kourad Adenauer, François Mitterrand, Simone Veil et
Angela Merkel, il sera distingué pour "l'élan donné à l'Europe à
la suite de la campagne électorale il y a un an en France", sa
volonté de "renouer l'Europe et l'idée européenne au cœur des
sociétés des populations avec notamment le lancement des
consultations citoyennes". Et aussi pour son initiative "Make our
planet great again" destinée à préserver l'accord de Paris sur
le climat. Mais depuis la splendide salle du couronnement, où il
recevra sa distinction, et prononcera son discours – le quatrième
sur l'Europe en moins d'un an -, le chef de l'Etat devrait en
profiter pour faire passer un message d'urgence aux autres dirigeants
de l'Union européenne (UE), et spécialement à la chancelière
Merkel, qui sera présente pour prononcer son laudatio: après que
les Etats-Unis se sont récemment brutalement retirés de l'accord
sur le nucléaire iranien, au mépris des avertissements et des
intérêts européens, l'UE doit plus que jamais prendre son destin
en main. L'Europe est désormais "chargée de garantir l'ordre
multilatéral" mondial fragilisé, a déclaré, mercredi 9 mai, le
président français, Emmanuel Macron, depuis Aix-la-Chapelle, à la
télévision publique allemande. "Nous sommes à un moment
historique pour l'Europe [qui] est chargée de garantir l'ordre
multilatéral que nous avons créé à la fin de la seconde guerre
mondiale et qui est parfois aujourd'hui bouscule", a estimé le chef
d'Etat. Il a profité de cette interview pour exhorter la chancelière
Merkel à accepter ses propositions de réformer de l'UE: "L'Allemagne va avoir à formuler d'ici au mois de juin sa réponse,
c'est celle-ci que j'attends et j'espère beaucoup de la chancelière
et de son gouvernement pour être à la hauteur de ce moment
historique." Cela fait maintenant sept mois qu'Emmanuel Macron a
formulé une longue liste de propositions notamment pour la zone
euro, comptant à l'époque que Berlin serait sa main tendue. Mais
bien qu'il soit très apprécié outre-Rhin pour les réformes qu'il
mène au pas de charge en France, il a jusqu'à présent buté sur la
prudence de la chancelière et sur celle de son nouveau ministre des
finances, le social-démocrate Olaf Scholz, qui s'inscrit plus dans
la continuité que dans la rupture avec l'héritage du très
orthodoxe Wolfgang Schäuble. Le fait que le président français
soit très isolé sur la scène européenne ne l'a jusqu'à présent
pas aidé à plaider sa cause à Berlin: les pays de l'Est et l'UE
ont d'autres priorités; l'Italie est toujours en recherche du
gouvernement; quant à l'Espagne, elle se tient en retrait en raison
de la crise catalane... Plus question par exemple de parler d'un "super" ministre des finances ni d'envisager un budget conséquent
pour l'union monétaire. Même l'idée d'une taxe sur le revenu des
géants du web fait tiquer outre-Rhin. Idem concernant la réponse à
apporter à Donald Trump, qui menace depuis des mois de taxer sur le
revenu d'acier et d'aluminium sur le territoire des Etats-Unis: sur
ce dossier, Paris et Berlin ne sont pas alignés, les Allemand
s'étant montrés plus ouverts à une éventuelle relance d'une
négociation de type Partenariat transatlantique de commerce et
d'investissement (TTIP) avec Washington. "Ceux qui sont aujourd'hui
aux responsabilités ne doivent avoir qu'une ambition: que la
jeunesse européenne ait encore plus d'ambition qu'eux" a encore
souligné M. Macron face aux Aixois venus l'accueillir à son
arrivée, mercredi soir, avec ballons et drapeaux aux couleurs de
l'Europe. Face à ce parterre acquis de familles et retraités, le
président français a ajouté, saluant au passage les vingt-sept
lauréats d'un "prix Charlemagne de la jeunesse": "Nous avons
besoin de plus d'investissements européens, qui n'irons pas
forcément qu'à la France et à l'Allemagne (…). Je cois dans une
réponse commune entre l'Allemagne et la France. Nous devons savoir
dépasser nos propres peurs, nos propres égoïsmes et même nos
propres colères". Les Allemands seront-ils capables de lui remettre
plus d'une décoration et plus qu'une pâle "feuille de route" commune en juin? "On vise un accord de substance, pas un accord
d'affichage" glissait-on à l'Elysée il y a quelques jours. Juste
avant la décision américain sur le nucléaire iranien, qui rend ce
sursaut franco-allemand encore plus pressant.  

L'Oréal Paris: Isabelle Adjani est la nouvelle égérie du groupe.

L'Oréal Paris: Isabelle Adjani est la nouvelle égérie du groupe.http://www.via214.net/


L'Oréal
annonce qu'Isabelle Adjani, actrice française, est la nouvelle
égérie de L'Oréal Paris. 'Son talent et sa filmographie ont fait
d'elle l'actrice française la plus primée, la seule à avoir
remporté cinq césars. Isabelle Adjani a été sacrée deux fois
meilleure actrice à Cannes et nominée à deux reprises pour le même
titre aux oscars' indique le groupe. 'Au-delà de sa carrière
impressionnante, son combat pour l'égalité en fait une figure
essentielle pour l'Oréal Paris, marque qui œuvre en faveur de
l'indépendance et de l'affirmation des femmes. Pour nous, elle est
une icône au vrai sens du terme: fière représentante de la beauté
libre à la française, d'un style parisien qui a de la substance et
de l'élégance' a déclaré Pierre-Emmanuel Angeloglou, Directeur
Général L'Oréal Paris.

Houston et Golden State se rejoignent en finale à l'Ouest.

Houston et Golden State se rejoignent en finale à l'Ouest.http://www.via214.net/






NBA:
Le choc des titans aura bien lieu. Les Rockers et les Warriors ont
respectivement battu le Jazz (112-102) et les Pelicans cette nuit.
Ils décrochent ainsi leur ticket pour l'ultime round à l'Ouest. Une
finale avant la finale entre les deux meilleurs équipes de la ligue.
Houston remporte la série 4-1. Chris Paul la voulait celle-là. Plus
de dix ans qu'il attend. Treize saisons NBA sans jamais passer le
second tour. Au point de se tailler une réputation de loser, lui qui
est pourtant l'un des quinze joueurs de l'Histoire à son poste. Il
en lui manquait plus qu'une victoire contre le Jazz pour enfin
valider son premier ticket pour les finales de Conférence. Il est
allé la chercher. Avec détermination. CP3 a donc inscrit 41 points
– un record personnel en playoffs – pour éliminer Utah (112-102)
cette nuit. Le voilà donc arrivé à un stade de la compétition
qu'il s'apprête à découvrit au bout de sa dixième campagne de
palyoffs. "Il a pris le contrôle du match. Il avait une opportunité
qu'il n'avait jamais eu par le passé et il voulait la saisir" notait James Harden, au second plan (derrière Paul) depuis deux
matches et auteur de 18 points à 7/22 cette nuit. En réalité, le
meneur All-Star était plusieurs fois en position de passer les
demi-finales de Conférence. Il a parfois manqué de chance, parfois
de talents à ses côtés. Mais ses Los Angeles Clippers menaient 3
matches à 1 contre les... Houston Rockets d'Harden avant de
s'écrouler en 2015 (défaite 3-4). Cette fois-ci, il n'a pas laissé
tomber son équipe. Paul était partout. 41 points, certes, mais
aussi 10 passes, 8 paniers primés et pas la moindre balle perdue.
Les Texans ont vite pris le contrôle dans son sillage. Ils menaient
de 8 points à la mi-temps. Ils ont ensuite subi le réveil de
Donovan Mitchell. Le rookie a inscrit 22 de ses 24 points dans le
troisième quart temps et Utah est repassé devant à l'entame du
quatrième quart (78-75). Mais le jeune homme a été contraint de
quitter le parquet à sept minutes de la sirène en raison d'une
blessure à la jambe. Houston en a profité. Chris Paul a notamment
planté 8 points rapides au milieu du dernier quart temps pour
permettre à son équipe de prendre le large (105-96 à trois minutes
de la fin). Les Rockets ont géré les derniers instants. Favoris
pour le titre et peut-être la seule équipe en mesure d'inquiéter
(au moins un peu) les Warriors, ils vont avoir le droit à leur duel
équipe avec les champions en titre. Warriors-Pelican: 113-104.
Golden State remporte la série 4-1. Les Warriors ont effectivement
eux aussi fini leur adversaire cette nuit. Les Pelicans étaient
valeureux mais ils était trop limités pour stopper une armada avec
une telle puissance de frappe. Surtout que Golden State a récupéré
Stephen Curry en cours de route. Le double MVP est monté en
puissance depuis son premier match des payoffs, le deuxième de la
série. Il a inscrit 28 points à 10/16 cette nuit. 10 paniers
également pour Klay Thompson (23 points) et Kevin Durant (24
points). Draymond Green a lui frôlé le triple-double avec 19
points, 14 rebonds et 9 passes.

Foot série A: Naples perd des points, la Juventus de Torino est quasiment assurée du titre.

Foot série A: Naples perd des points, la Juventus de Torino est quasiment assurée du titre.http://www.via214.net/




La Juventus de Turin est
quasiment assurée de décrocher un septième titre de championne
d'Italie consécutif, le 34 e en tout, après le match nul de Naples
face à Torino (2-2) dimanche lors de la 36 e journée. A deux
journées de la fin du championnat, la Juventus compte six points
d'avance sur Naples. Les deux équipes sont à égalité dans les
confrontations directes et la différence de buts est très favorable
à la Juventus (+61 contre +45). Les Turinois n'ont donc pas besoin
que d'un seul point pour être officiellement champions, alors qu'il
leur reste un difficile déplacement dimanche sur la pelouse de l'AS
Rome, puis la réception du Hellas Vérone, 19 e et déjà relégué.
Et même dans l'hypothèse improbable où la Juventus perdait ces
deux derniers matches, il faudrait encore que Naples, manifestement à
bout de souffle depuis des semaines, réussisse deux très gros
scores à Gênes face à la Sampdoria puis contre Crotone pour avoir
une chance de refaire son retard à la différence de buts. La
semaine prochaine est donc décisive pour la Juventus, qui jouera
mercredi face à l'AS Milan la finale de la Coupe d'Italie, et peut
donc décrocher un quatrième doublé Coupe-Championnat d'affilée.
Dimanche, les joueurs de Naples savaient qu'ils avaient besoin d'une
victoire pour espérer étirer encore le suspense après le succès
de la Juve samedi face à Bologne (3-1). Mais même s'ils ont mené
par deux fois grâce à Mertens puis Hamsik, ils n'ont jamais réussi
à se mettre à l'abri. Et à la 83 e minute, De Silvestri a égalisé
pour le Torino, offrant ainsi la quasi-certitude d'un nouveau titre à
la Juventus.  

Italie: faute d'accord politique "un gouvernement neutre" comme solution provisoire.

Italie: faute d'accord politique "un gouvernement neutre" comme solution
provisoire.http://www.via214.net/




Sans majorité au
parlement deux mois après l'élection, le président italien propose
un gouvernement neutre comme solution provisoire. Un "gouvernement
politique neutre". C'est la solution proposé lundi par le président
italien Sergio Mattarella pour sortir le pays de la crise politique
qui le secoue depuis deux mois. Depuis les élections, l'Italie n'a
pas de gouvernement, faute d'accord entre les forces politiques. Sans
véritable majorité parlementaire, un gouvernement provisoire
pourrait donc être installé jusqu'au mois de décembre. Le
président n'a pas précisé qui pourrait prendre la tête de ce
gouvernement. Il a appelé les partis à faire preuve de "responsabilité" en soutenant sa proposition, faute de quoi il convoquerait de nouvelles élections "à l'automne ou en juillet".
En cas de rejet, "cette législature serait la première de
l'histoire de la République italienne à s'arrêter avant même
d'avoir démarré" a-t-il prévenu. Sergio Mattarella a expliqué
que ce gouvernement aura pour mission de faire adopter le budget de
l'année 2019 avant de nouvelles élections en début d'année
prochaine. Luigi Di Maio et Matteo Salvini, chefs du Mouvement 5
étoiles et de la Ligue et protagonistes d'une alliance inédite
entre populistes et droite qui a bien failli gouverner le pays, ont
exprimé lundi leur opposition à un gouvernement technique. Ils
souhaitent plutôt retourner aux urnes dès juillet. Prudent, le
président Sergio Mattarella a précisé que si une majorité
politique devait se dessiner sans les prochains mois, le gouvernement "neutre" démissionnerait aussitôt.

Iran: Trump dévoile sa décision qui risque de tuer l'accord nucléaire.

Iran: Trump dévoile sa décision qui risque de tuer l'accord nucléaire.http://www.via214.net/




Donald Trump qui promet
depuis longtemps de "démanteler" l'accord dur le nucléaire
iranien, pourrait mettre mardi s menace à exécution malgré les
mises en garde internationales, ouvrant une période de forte
turbulences avec l'Europe et d'incertitudes quant aux ambitions
atomiques de Téhéran. Diplomates et observateurs en sont persuadé:
sauf revirement de dernière minute, le président des Etats-Unis
devrait annoncer à 14 h 00 (18 h 00 GMT) depuis la Maison Blanche
qu'il rétablit, au moins partiellement les sanctions levées en
contrepartie de l'engagement pris par l'Iran en 2015 de ne pas se
doter de l'arme nucléaire. "Il me parait assez évident" qu'il va
rétablir les sanctions, à résumé lundi soir à Washington un
diplomate européen. Cela risque, pensent les experts de "tuer" l'accord conclu à Vienne par Téhéran avec les Etats-Unis, la
Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne après
plus de dix ans de tensions sur le programme nucléaire iranien et un
marathon diplomatique. Tous les autres signataires ont défendu
jusqu'au bout ce compromit qu'il jugent "historique", soulignant
que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui
conduit des inspections réputées très poussées, a régulièrement
certifié le respect par Téhéran des termes du texte censé
garantir le caractère non militaire de son programme nucléaire.



"Nous sommes tout à
fait déterminés à sauver cet accord parce que cet accord nous
préserve de la prolifération nucléaire", a réaffirmé lundi le
chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian. Son homologue
allemand Heiko Maas, a lui, redouté qu'un échec ne conduise à
une escalade au Moyen-Orient. Depuis qu'il n'était qu'un candidat
républicain à la présidence, Donald Trump vœu aux gémonies ce "plan d'action" conclu sous l'administration de son prédécesseur
démocrate Barack Obama, auquel il reproche des "lacunes
désastreuses". En janvier, il avait lancé un ultimatum aux
Européens, leur donnant jusqu'au 12 mai pour le "durcir" sur
plusieurs points: les inspections de l'AIEA, la levée progressive, à
partir de 2025, de certaines restrictions aux activités nucléaires
iraniennes, qui en font selon lui une sorte bombe à retardement, ais
aussi le fait qu'il ne s'attaque pas directement au programme de
missiles balistiques de Téhéran ni à son rôle jugé "déstabilisateur" dans plusieurs pays du moyen-Orient (Syrie,
Yémen, Liban...). Et Paris, Londre et Berlin, qui ne juraient il y a
encore quelques mois que par cet accord, tout l'accord mais rien que
l'accord, ont jugé le jeu en négocient avec les diplomates
américains des solutions à ces préoccupations. Les demandes de
Donald Trump ont légitimes", a ainsi reconnu lundi à Washington le
ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson. Mais "nous pensons qu'on peut être plus dur sur l'Iran, répondre aux
inquiétudes du président sans jeter le bébé avec l'eau du bain".




Le président français
Emmanuel Macron, qui affiche son entente avec son homologue
américain, lui a proposé le 24 avril de négocier un "nouvel
accord" avec l'Iran pour répondre aux inquiétudes américaines. La
chancelière allemande Angela Merkel l'a suivi quelques jours plus
tard, admettant que l'accord actuel "n'est pas suffisant". "Ce
n'est pas le meilleur du monde", mais "sans être parfait, il a
néanmoins un certain nombre de vertus" et les Iraniens le "respectent", a déclaré mardi la ministre française des Armées
Florence Parly à la Radio RTL. "Cet accord, doit être complété.
(…) Il faudra poursuivre sana cesse pour plaider l'amélioration de
cet accord, que les Etats-Unis y soient présents ou pas", a-t-elle
ajouté. Donald Trump "a réussi à faire évoluer" les Européens
estime Robert Malley, ex-négociateur avec l'Iran sous la présidence
Obama et actuel président du groupe de réflexion International
Crisis Group. Que va faire l'Iran? Car malgré des transactions bien
avancées entre diplomates des deux rives de l'Atlantique, Emmanuel
Macron n'a pas caché son pessimisme. Selon lui, le milliardaire
républicain risque de claquer la porte "pour des raisons politiques
extérieure". Malgré la réprobation internationale, c'est déjà
au nom de son slogan "America First" "l'Amérique d'abord" que le
président de la première puissance mondiale a renié plusieurs
engagements multilatéraux, comme l'accord de Paris sur le climat ou
le traité libre-échange transatlantique, et en réponse à une
autre promesse de campagne qu'il a décidé de reconnaître Jérusalem
comme capital d'Israël. L'annonce de mardi va elle aussi avoir des
répercussions encore difficiles à prédire. Les Européens ont fait
savoir qu'il comptent rester dans l'accord quoi qu'il advienne. Mais
que vont faire les Iraniens? Pour l'instant, Téhéran, où
cohabitent des ultraconservateurs autour du guide suprême Ali
Khamenei et des dirigeants plus modérés autour du président Hassan
Rohani, ont soufflé le chaud et le froid, menaçant de quitter à
leur tour l'accord de 2015, de relancer et accélérer le programme
nucléaire, ou alors en laissant entendre qu'ils pourraient y rester
si les Européens pallient l'absence américaine. Au-delà des
premières réactions, devrait donc s'engager une phase de tractation
en coulisses. Même après mardi, "il y a encore beaucoup d'efforts
diplomatiques à mener", a estimé récemment le nouveau secrétaire
d'Etat américain Mike Pompeo.



Gâteau au fromage blanc.

Gâteau au fromage blanc.http://www.via214.net/






Ingrédients pour 6 personnes:


500 g de fromage blanc


100 g de beurre


90 g de farine


3 œufs


un zeste de citron jaune


1 pincée de sel


coulis de framboise



Préparation:

Râper un zeste de
coitron jaune. Préchauffer le four à 180°C. Battre le fromage
blanc avec le sucre. Ajouter les jaunes d'oeufs et réserver les
blancs. Incorporer la farine, fouetter et ajouter le zeste de citron.
Monter les blancs en neige ferme avec la pincée de sel. Les
incorporer délicatement à la préparation. Verser dans un moule à
charnière beurré de 20 cm de diamètre. Enfourner environ 25
minutes. Laisser refroidir avant de démouler. Servir bien frais,
accompagné de coulis de framboises.



La chanteuse Maurane est morte.

La chanteuse Maurane est morte.http://www.via214.net/




La chanteuse belge
Maurane est décédée à l'âge de 57 ans. La chanteuse belge Claudine
Luypearts, plus connu sous le nom d'art Maurane, a été retrouvée
morte à son domicile de Bruxelles à l'âge de 57 ans. Une autopsie
devra déterminer la cause de son décès. La chanteuse Maurane est
décédée à l'âge de 57 ans, vient de l'annoncer ce mardi matin la
chaîne de télévision publique belge RTBF. Elle a été retrouvée
sans vie à son domicile de Scharbeek, en périphérie de Bruxelles,
lundi soir. Une autopsie devra, déterminer la cause du décès
soudain de la chanteuse. A ce stade de l'enquête "la mort
n'est pas considérée comme suspecte par l'intervention de tiers"
selon le porte-parole du parquet, cité par l'AFP. Maurane était
connue en France depuis les années 1980 et sa participation à la
comédie musicale Starmania coproduite par Michel Berger, et plus
récemment pour avoir été jurée dans l'émission de télévision
La Nouvelle Star. Plusieurs passages sur scène es derniers jours en
Belgique à l'occasion de l'hommage à Jacques Brel laissait augurer
une reprise de carrière, qu'elle avait mise entre parenthèses,
notamment en raison d'une problème aux cordes vocales. Elle avait
elle-même, annoncé ce retour ces derniers jours sur les réseaux
sociaux. "Aujourd'hui je remets officiellement les pieds sur scène
après plus de 2 ans d'absence. Je ne vous dirai pas dans quel état
je suis... Vous devez vous en douter" écrivait-elle jeudi dernier
sur sa page Facebook, avant une soirée consacrée à Brel et
Wallonie. Samedi et dimanche à Bruxelles elle avait chanté du Brel
en duo avec d'autres artistes à l'occasion respectivement d'un
miniconcert puis d'un festival en plein air devant de milliers de
personnes. Maurane préparait une tournée programmée dans le
printemps 2019, dans la foulée d'un album consacré à Jacques
Brel qui devait sortir à l'automne à l'occasion du quarantième
anniversaire de la mort. "Côté album, les choses avancent bien
puisque 14 maquettes sont enregistrées (…). un premier single
devrait sortir sana le courant de l'été" ajoutait-elle sur
Facebook. Dans la nuit après l'annonce du décès, Lara Fabian et
Christophe Willem ont été parmi les premiers à rendre hommage à
Maurane sur les réseaux sociaux. "Quelle tristesse d'apprendre la
disparition de Maurane, une des plus grandes voix (…) le choc est
brutal, tant j'ai son visage et le son de sa voix gravés dans ma
mémoire, mélange de douceur éternelle et de désillusion sur la
vie", a réagi Christophe Willem sur son compte Instagram à côté
d'une photo en noir et blanc de Maurane. Depuis le Canada, la
chanteuse Lara Fabian a salué une artiste "rare", "plus grande
que la musique". "Je suis assise ici dans mon petit bureau tout en
blanc à Montréal, je ne veux pas réaliser que tu n'es plus là, je
ne veux pas. Je me dis que tu vas appeler et m'engueuler, parce qu'on
ne se voit pas assez" a-t-elle publié sur sa page Facebook. Maurane
était réputée pour son franc parler et ses coups de colère. Née
le 12 novembre 1960 à Ixelles d'une mère pianiste et d'un père
directeur d'une académie de musique, Claudine Luypearts, la future
Maurane, avait grandi à Scharbeek, autre commune de Bruxelles, selon
son site officiel. Elle avait participé dès l'adolescence à des
concours de chant et tenu en 1979 un rôle dans le spectacle musicale
déjà en hommage à Jacques Brel. Elle avait enregistré son premier
disque "J'me roule en boule" en 1980. Maurane était notamment une
grande admiratrice de Claude Nougaro, à qui elle avait consacré un
disque de reprises dans les années 2000. Maurane a sorti dix albums
en solo dont "L'Ami ou ennemi" qui s'est vendu à 400.000
exemplaires. Artiste engagée, elle a participé à plusieurs levées
de fonds pour les Restos du cœurs, la Soirée des enfoirés ou Sol
en Si (Solidarité Enfants SIDA). Au cinéma, elle avait donné la
réplique à François Cluzet dans le Collier rouge le dernier film
du réalisateur Jean Becker sorti en début d'année. Maurane était
la mère d'une fille, Lou, née en 1993.  

Karine Traval-Michelet invitée par France Bleu Occitanie au Pavillon Blanc Henri Molina à Colomiers.

Karine Traval-Michelet invitée par France Bleu Occitanie au Pavillon Blanc
Henri Molina à Colomiers.http://www.via214.net/




La députée maire de
Colomiers Karine Traval-Michelet était cet après-midi à 16 h 00,
invitée au Pavillon Blanc Henri Molina, place de la Mairie, par
France Bleu Occitanie. L'Académie d'OC est en Haute-Garonne cette
semaine. Direction la deuxième ville du département pour accueillir
Karine Traval-Michelet, la maire de la ville élue après le départ
de monsieur le maire Bernard Sicard, qui a parlée du dynamisme de sa
ville, sportif et culturel, et également du Pavillon Blanc Henri
Molina, centre d'art et médiathèque où la radio France Bleu
Occitanie a installé son studio, et où y restera toute la semaine.
Nous entendrons aussi Marie-Christine, nouvelle diplômée de
l'Académie d'OC qui repart avec son diplôme et livre offert par les
éditions Privat.



Karine Traval-Michelet a
soulignée pendant l'interview, la différence de la ville de
Colomiers, de il y a vingt ans à aujourd'hui. La maire de Colomiers
a mentionné que à l'époque il n'y avait pas tous les moyens de
transport en commun qui permettent aujourd'hui de faire la liaison
entre Colomiers et Toulouse. Une ville de Colomiers qui a changé
depuis, "une belle ville de Colomiers qui bouge, qui offre pleines
de possibilités, et qui est très jeune d'ailleurs. Très sportive,
très culturelle. On le voit ici avec ce magnifique Pavillon Blanc.
Et une ville qui a aussi, je crois qu'on peux le dire, gardé son
esprit village" a-t-elle dit.



La députée maire a
rappelé la raison pour laquelle le nom de la médiathèque a été
choisi Henri Molina "Oui, c'est vraiment à juste titre qu'on le lui
devait, c'est un homme de grande culture très engagé pour sa ville,
donc très humain qui devait certainement connaître tous les
habitants de Colomiers un par un. C'était le médecin de la commune
aussi, et c'était quelqu'un qui avait à cœur à la fois de
développer un équipement culturel de grande qualité, mais
accessible à tous. Pour lui la culture n'était pas un espace fermé,
c'était un espace ouvert et ouvert à toutes et à tous", a-t-elle
expliqué. Aujourd'hui on vient à l'espace Molina pour tous les
services qu'il offre, la culture qu'il offre mais aussi, pour le
visiter parce que, c'est un objet artistique et urbain en soit.
Sylvain Lecas qui animé l'interview a ensuite ouvert la parenthèse
sportive, vu l'avancé des talents sportifs Columériens.




Karine Traval-Michelet a
en effet poursuivi les mêmes propos disant "Colomiers est en effet
une ville sportive. 12.000 licenciés dans nos 80 associations
sportives. Alors à Colomiers on adore le sport. On est une ville
très jeune, il faut bien le dire, et on a des équipes qui portent
notre ville et qui la font rayonner ici à Colomiers, derrière
lesquelles, évidemment nous sommes tous réunis". "Alors, nous
avons nos équipes élites bien sûr, la ProD2 en rugby, bien sûr
notre équipe en nationale 2 en foot, le basket aussi l'équipe
féminine de basket qui connaît de très bon résultats. On a pas
parlé encore de tennis, mais 1.000 licenciés de toute la
Haute-Garonne, de la région d'ailleurs, je crois. Je veux citer la
pétanque, parce que c'est un sport dont on parle rarement mais" "qui a le plus grand nombre de licenciés sur l'Occitanie" intervient Sylvain Lecas. "Oui monsieur, et à Colomiers aussi, avec
de très bon résultats en pétanque, et notamment féminins aussi,
je veux les saleur. Et cette année Colomiers est déclaré en 2018,
ville sportive" conclut-elle la députée maire de Colomiers Karine
Traval-Michelet, sur le plateau de l'Académie d'OC d'Occitanie au
Pavillon Blanc Henri Molina.



Les marchés plombent Société Générale et BNP Paribas.

Les marchés plombent Société Générale et BNP Paribas.http://www.via214.net/




Les deux banques
françaises Société Générale et BNP Paribas, qui vendredi matin
ont publié leurs résultats trimestriels, ont enregistré une forte
baisse de leurs activités de taux et de change, malgré une
stabilisation de la banque de détail. L'action Société Générale
dégrangole de 6%. La volatilité sur les marchés boursiers et la
correction de février n'ont pas profité à tous les acteurs. Si les
banques américaines telles que Morgan Stanley et Goldman Sachs ont
battu les attentes grâce à un regain d'activité sur les marchés,
les banques françaises BNP Paribas et Société Générale, qui ont
publié ce vendredi matin leurs résultats trimestriels, affichent
des performances en berne dans ce domaine. L'action Société
Générale a perdu plus de 5% ce vendredi à la Bourse de Paris,
celle de BNP Paribas a limité son recul en clôture à 1,15%. Elles
ont signé les plus fortes baisses du CAC 40. le produit net bancaire
de BNP Paribas, première banque de la zone euro par les actifs, a
reculé de 4,4% à 10,8 milliard d'euros au premier trimestre,
légèrement en déça des attentes. Il est en baisse de 14,6% dans
les activités, de marché à 1,5% milliard, certes par rapport à
une base de comparaison élevée l'an dernier mais aussi du fait de
la chute des revenus issus de l'obligataire et des changes (-31,4%).
l'activité de banque de détail affiche, en revanche, une légère
croissance (+0,4%). le bénéfice net part du groupe est en repli de
17,3% à 1,5 milliard d'euros. "Même si le contexte de marché a
été moins porteur en Europe qu'au premier trimestre 2017, ces
résultats sont en ligne avec la trajectoire du plan 2020 et
l'atteinte de ses objectifs", a commenté le directeur général de
la Société Générale, Jean-Laurent Bonnafé, dans un communiqué.
Du côté de la Société Générale, cinquième banque de la zone
euro par les actifs, le produit net bancaire a reculé de 2,8% à
6,29 milliards d'euros, en dessous du consensus. Le bénéfice net
est en hausse de 13,8% à 850 millions d'euros, grâce à la forte
baisse des provisions par rapport à l'an dernier (pour litiges et
mauvaises créances). Ajusté des éléments non récurrents, il est
en repli de 13,5%/ Les revenus de divisions de marchés sont en recul
de 18% à 1,3 milliard d'euros, plongeant même de 31,1% dans les
activités de taux, crédits, changes et matières premières, contre
10,7% sur les marchés d'actions, le tout "dans un contexte de
dollar plus faible et par rapport à une base de comparaison élevée
sur les produits de taux au premier trimestre 2017, en dépit d'une
performance commercial résiliente", observe la Société Générale. "Une performance décevante" a réagi le courtier Jefferies dans
une note ce vendredi matin qui évoque "des gains de port de marché
au détriment des revenus". Le directeur général de la Société
Générale, Frédéric Oudéa a qualifié le trimestre de «bizarre,
très contrasté d'un mois à l'autre sur les marchés" lors d'une
conférence téléphonique ce vendredi matin. Dans la banque de
détail en France, le produit net bancaire est en léger repli de
0,7% à 2 milliard d'euros, du fait de moindres renégociations de
prêts immobiliers. Le réseaux au carré rouge et noir confirme
s'attendre à une stabilisation cette année et indique gagner des
clients dans une banque privée. Elle se félicite des performances
de sa banque en ligne Boursorama, qui «démontre une nouvelle fois
la force de son moteur de conquête, avec l'acquisition de 126.000
clients par trimestre, signant un trimestre record en hausse de 57%.
Le leader français de la banque en ligne compte 1,4 millions de
clients à fin mars. "Les performances commerciales sont solides
pour l'essentiel de nos métiers, notamment de banque de détail, et
en dépit de l'évolution contrastée des différentes activités de
marché, le groupe dégage une rentabilité sous-jacente très
encourageante" a déclaré Frédéric Oudéa, directeur générale
de la Société Générale. Au sujet des litiges en cours, les
enquêtes sur les manipulations de taux interbancaires Libor et sur
l'affaire des corruption en Libye, il a indiqué lors d'une
conférence téléphonique ce vendredi matin que la banque "est en
discussions actives avec l'ensemble des autorités", comprendre
américaines et françaises notamment, et espère "aboutir à un
accord dans les prochains jours ou les prochaines semaines". Il a
précisé que "les enjeux étaient en phase avec le niveau de
provisions" effectuées dans les comptes, de l'ordre de un milliard
d'euros sur ces deux dossiers.

Vladimir Poutine réinvesti pour six ans de plus, que fera-t-il en 2024?

Vladimir Poutine réinvesti pour six ans de plus, que fera-t-il en 2024?http://www.via214.net/



Vladimir Poutine aura dirigé la Russie pour un quart de siècle et
il aura 72 ans. Prendra-t-il sa retraite en 2024? Cherchera-t-il à
rester au pouvoir? Dans un pays qui n'a jamais connu d'alternance
politique normale, la question de la fin de sa carrière et de la
désignation d'un éventuel successeur ne s'est jamais autant posée
qu'au début de ce quatrième mandat. Voici quelques scénarios
possibles pour 2024. Sauf réforme constitutionnelle, Vladimir
Poutine ne pourra pas être à nouveau candidat en 2024: la
Constitution russe interdit de briguer plus de deux mandats
consécutifs. En 2024, il fêtera ses 72 ans et pourrait alors
décider de quitter le Kremlin après 24 ans du pouvoir. Dans un
entretien à la chaîne télévisée américaine NBC, Vladimir
Poutine a dit avoir songé à un potentiel successeur dès 2000: "Cela ne fait pas de mal d'y penser mais en fin de compte, c'est le
peuple russe qui décidera" a-t-il déclaré. Mais pour l'instant le
président russe s'est bien gardé de donner la moindre indication
sur la personne à qui il pense éventuellement pour prendre sa
succession. En 2008, Vladimir Poutine qui ne pouvait se représenter
après deux mandats consécutifs, avait laissé sa place à son
actuel Premier ministre Dmitri Medvedev, avant de revenir au Kremlin
en 2012, ce qui ne fait pas pour autant de ce dernier un dauphin en
puissance. La vie politique russe est marquée par une lutte feutrée
entre deux clans rivaux, les "siloviki" issus de l'armée et des
services de sécurité, et les représentants d'une mauvance plus
libérale aux millieux d'affaires. "La lutte est déjà en cours",
assure à l'AFP l'analyste indépendant Nikolaï Petrov, ajoutant que "personne ne va attendre passivement, chaque groupe va tenter de
promouvoir ses intérêts". Le président ne partira pas sans avoir
désigné de successeur, assure Petrov. S'il souhaite rester au
pouvoir, Vladimir Poutine pourrait être tenté de reproduire le
scénario de 2008. lorsqu'il avait propulsé à la présidence Dmitri
Medvedev et était devenu Premier ministre pendant quatre ans tout en
gardant la main sur les domaines clés du pays. Il pourrait renoncer
à ce scénario en raison de son âge: en 2030 quand un retour au
Kremlin se ferait dans le respect de la Constitution, il aura 78
ans. Vladimir Poutine a semblé écarter une telle hypothèse: "Vous
devez plaisanter! Que-ce-que je sois faire? Rester ici jusqu'à
mes 100 ans? Non". Bénéficient d'une forte popularité, omniprésent
dans les médias russes, Vladimir Poutine a bâti l'autorité de
l'Etat en formant une verticale du pouvoir dépendent de lui seul.
Il a cependant démenti: vouloir s'accrocher au pouvoir lors d'un
entretien avec la chaîne américaine NBC, diffusé le 9 mars. "Je
n'ai jamais modifié la Constitution (…) et je n'ai aucune
intention de faire ce genre de choses aujourd'hui", a-t-il déclaré.
Vladimir Poutine a ainsi laissé entendre qu'il n'envisageait pas de
régner indéfiniment et de suivre l'exemple du président Xi
Jinping, qui a obtenu la suppression de la limitation du nombre des
mandats présidentiels. Interrogé par l'AFP, l'analyste Dmitri
Orechkine reste sceptique: "Je ne croit pas qu'il refusera le
pouvoir en 2024, même s'il en a vraiment assez". "Il ne peut pas
partir parce qu'il ne croit pas que qui que se soit pourra alors le
protéger".  

Le Duc Philip ne sera pas présent au mariage de Meghan Markle et prince Harry.

Le
Duc Philip ne sera pas présent au mariage de Meghan Markle et prince
Harry.http://www.via214.net/




Voilà pourquoi le Duc
Philip ne sera pas présent au mariage de Meghan Markle et prince
Harry le 19 mai 2018. Le dernier engagement public du prince consort
Philip, Duc d'Edimbourg a été le 2 août 2017. Après avoir raté
une cérémonie en honneur de son fils Andrew, il se pourrait que le
prince Philip manque aussi le mariage de Meghan Markle et prince
Harry le 19 ami prochain, pour des raisons de santé. Le tabloïd OK!
Rapporte que si le palais de Kensington a confirmé la présence de
la reine, du prince Charles ainsi que de prince William au mariage,
il n'a pas été confirmé que le prince Philip y assiste. "Nous
l'espérons vivement", a ainsi fait savoir le palais. En effet, ce
sont de soucis de santé qui empêcheront peut-être le prince
consort de se rendre à la cérémonie en la Chapelle Saint-Georges
du château de Windsor. En avril dernier, le mari de la reine
Elizabeth II avait subi une opération de remplacement de la hanche.
Et s'il se remettait correctement de cette intervention chirurgicale,
le prince n'était pas vraiment en forme pour se rendre à la
traditionnelle messe de Pâques avec toute la famille royale, ni au
concert anniversaire organisé pour les 92 ans de la reine. Il n'est
donc pas encore certain que le prince Philip puisse assister au
mariage de son petit-fils, du moins à la cérémonie. Peut-être
sera-t-il plus à l'aise loin des caméras lors de la soirée
organisée le soir même par le prince Charles dans le manoir de
Frogmore House où ont été conviés les personnes proches du
couple.  

Festival de Cannes: les starlettes arrivent déjà sur la Croisette.

Festival de Cannes: les starlettes arrivent déjà sur la Croisette.http://www.via214.net/





Le 71 me Festival de
Cannes débutera ce mardi 8 mai, et ce sera à suivre sur Europe 1,
avec ses envoyés spéciaux sur la Croisette. Cette année encore
beaucoup de stars vont fouler le tapis rouge menant au Palis des
Festivals. Dès l'ouverture, c'est l'un des couples les plus glamour
d'Hollywood qui grimpera les 24 marches du tapis rouge: Pénélope
Cruz et Javier Barden, pour le Vanessa Paradis, mais aussi et surtout
das les sélections parallèles où défileront Isabelle Adjani,
Vincent Cassel, Marion Cotillard ou les garçons du film "Le grand
bain" réalisé par Gilles Lellouche. L'histoire de quadras et
quinquas qui se lancent dans la natation synchronisée. Viendront
donc monter les marches Gilles Lellouche, Guillaume Canet,Mattieu
Amalric ou Benoît Poelvoorde. On ne sait pas encore s'ils les
monteront en smoking ou en maillot de bain. Enfin, tout le monde
attend le retour sur la croisette de Lars Von Trier, exclu en 2011,
pour avoir déclaré en conférence de presse, "oui je suis nazi".
Il signe cette année son grand retour accompagné de son actrice Uma
Thurman. Le 25 avril, M. Paulo Branco et sa société de production
Alfma Films ont demandé à la justice d'interdire la projection
prévue le samedi 19 mai du film The Man Who Killed Don Quixote, de
Terry Gilliam, en clôture du Festival de Cannes 2018. La requête
sera examinée en référé le lundi 7 mai prochain, veille
d'ouverture du Festival.  

"Fête à Macron" huit interpellations.

"Fête à Macron" huit interpellations.http://www.via214.net/




La police a procédé à
huit interpellations samedi après-midi à Paris à l'occasion de la
manifestation contre la police d'Emmanuel Macron, dont une personne
mise en cause pour dégradation d'un camion-régie de Franceinfo, a
indiqué la préfecture. "Le dispositif renforcé mis en place,
notamment pour le contrôle en amont de la manifestation, a
pleinement joué son rôle. Les forces de d'ordre ont ainsi procédé
à huit interpellations", a-t-elle précisé dans un communiqué.
Sur ces huit interpellations, quatre l'ont été en amont de "la
fête à Macron", notamment "pour port d'arme par destination",
selon le préfet de police Michel Delpuech. Un seul incident à
signaler. Le rassemblement, estimé par la police à 40.000
personnes, "s'est déroulé dans des conditions qui n'ont donné
lieu à aucune difficulté, aucun incident, à un cas près", a
ajouté le préfet de police, en référence à la dégradation d'un
camion-régie de Franceinfo ciblé par "quelques individus" palace
de la Bastille. La préfecture de police a indiqué que les forces de
police "sont rapidement arrivées sur place pour sécuriser les
mieux et extraire le véhicule". "Un des fonctionnaires
intervenants a été victime d'un jet de projectile. Blessé sans
gravité, il a été néanmoins conduit à l'hôpital" a précisé
la préfecture. Dans ce communiqué, Michel Delpuech a souligné "l'efficacité des dispositifs mis en place" et "l'excellente
coordination, lors de cette manifestation, avec le service d'ordre
des organisateurs". Hormis cet incident place de la Bastille, le
défilé s'est déroulé dans une ambiance largement festive, encadré
par 2000 policiers e gendarmes venus empêcher l'irruption de black
blocs, quelques jours après les violents incidents du 1 er Mai.    

ENM: l'avocat Me Dupont-Moretti l'étonnant rétropédalage sur la suppression de l'école de magistratu

ENM: l'avocat Me Dupont-Moretti l'étonnant rétropédalage sur la
suppression de l'école de magistrature.http://www.via214.net/


L'avocat
qui ne cesse de réclamer la suppression de l'école, a nuancé ses
propos devant les auditeurs de justice. Il n'était pas forcément le
bienvenu devant plus de 300 auditeurs de justice qui s'apprêtaient à
prendre en septembre leur premier poste de magistrat. Eric
Dupont-Moretti, l'avocat redouté par nombre de juges et de
procureur, était à Bordeaux jeudi 3 mai pour défendre la
suppression de l'Ecole nationale de la magistrature (ENM) qu'il
réclame dans les médias et violemment encore dans son dernier livre
(Le Dictionnaire de ma vie, Kero, mars 2018). Olivier Leurent,
directeur de l'ENM l'avait invité dans une lettre ouverte en
septembre à venir débattre et juger sur place l'école qu'il estime "incapable de former les futurs magistrats tant que le plan professionnel que sur le plan humain". Le ténor du barreau a
écarquillé les yeux devant le nombre de ces futurs magistrats qui
se sont levés lorsqu'un des leurs a demandé à ceux qui ont exercé
la profession d'avocat avant d'entrer à l'ENM de se signaler. M.
Dupont-Moretti, selon qui le seul fait d'avoir été avocat avant de
devenir magistrat permettrait d'avoir des juges dotés "d'humanité",
leurs a demandé s'ils ne sentaient pas un "plus". Une élève a
répondu avoir davantage appris en deux semaines à l'ENM qu'en un an
d'école du barreau. "Les avocats connaissent l'échec et donc
l'humilité" a-t-il plaidé avant de déplorer d'avoir rencontré "tant de juges qui prennent comme une atteinte personnelle le fait
de faire un recours contre leur décision". Sa principale critique à
l'égard de l'ENM est de développer "l'entre soi" et créer "une
alchimie entre le juge et le procureur dont l'avocat est exclu". Il
souhaiterait un juge du siège à équistance entre le parquet et la
défense. Dans son plaidoyer pour l'école, M. Leurent a pris des
airs d'avocat enragé de ma partie civile. "Votre méthode est
caricaturale et excessive" a-t-il lancé. Citant le livre de M.
Dupot-Moretti où est écrit que les magistrats sont encastés [à
l'ENM] dans un moule dont ils ne sortirons jamais", le directeur de
l'école lui a reproché l'usage de "termes gratuits pour salir une
profession" au point que le célèbre avocat a fini par s'excuser
d'avoir utilisé le mot "caste". Il avait d'emblée prévenu au
sujet de l'école: "Vous l'avez compris, suppression est un grand
mot je ne veux pas rien supprimer tout". Un étonnant rétropédalage
pour ce fort en gueule qui ne semblait tout d'un coup plus assumer
totalement ses écrits. Le problème est que les plaidoiries (et les
confessions) s'envolent, les écrits restent. Plus grave encore est
le constat, partagé par tous lors de ces deux heures trente de
débat, de "comportements inadmissibles" de certains magistrats en
exercice qui ne sont pas sanctionnés. Les dysfonctionnements de la
justice ne viennent peut-être pas de son école.    

Attentat du 13 novembre: Trump critique encore la législation française sur les armes.

Attentat du 13 novembre: Trump critique encore la législation française sur les armes.http://www.via214.net/




Le président des
Etats-Unis a affiché vendredi un soutien sans réserve au puissant
lobby américain pro-amers lors de la convention annuelle de la
National Rifle Association (NRA) à Dallas. Le président des
Etats-Unis était annoncé au Congrès annuel de la National Rifle
Association à Dallas (Texas), mais c'est plutôt le candidat Donald
Trump qui a pris la parole devant son électorat, vendredi 4 mai. Il
a prononcé à cette occasion d'un discours sans nuances en faveur
des armes à feu au cours duquel il est notamment revenu sur sa
lecture des attentats de Paris, en novembre 2015. "Paris, France, a
les lois les plus dures sur les armes à feu, leur président vient
juste de quitter Washington, Emmanuel, un type super. Personne n'a
d'armes à Paris. Personnes", a assuré Donald Trump. "Et on se
souvient tous des plus des cent trente personnes [tuées], sans
parler du nombre incroyable de personnes horriblement, horriblement
blessées". "Ils parlent toujours des cent trente qui sont mortes,
mais jamais de deux cent cinquante qui ont d'horribles, horribles
blessures. Ils n'en parlent jamais" a-t-il affirmé. "Mais elles
sont mortes dans un restaurant et dans d'autres endroits aux
alentours. Ils ont été brutalement tués par un petit groupe de
terroristes, qui avaient des armes" a-t-il ajouté. "Ils ont pris
leur temps et les ont tués un par un", a continué le président
des Etats-Unis en mimant la scène, utilisant la main droite comme un
pistolet: "Boum. Viens là, boum. Viens là, boum." "Mais si un
employé, ou juste un client avait eu une arme, ou si l'un de vous
dans l'assistance avait été là avec une arme pointée dans la
direction opposée, les terroristes auraient fui ou se seraient fait
tirer dessus, et ça aurait été une toute autre histoire", a-t-il
affirmé, "pas vrais?". Donald Trump avait répété presque mot
pour mot le même argumentaire juste après les attentats, en
novembre 2015, cinq mois après avoir fait son entrée en politique.
Comme à Dallas, vendredi, il avait déjà mis en parallèle les
morts de Paris avec ceux causés par les violences à Chicago
(Illinois), après avoir dénoncé la législation restrictive en
vigueur dans cet Etat. Alors simple citoyen, il avait réagi de la
même manière aux attentats visant l'hebdomadaire Charlie Hebdo et
le magasin Hyper Casher, en janvier 2015. "Si les personnes si
violemment abattues à paris avaient eu des fusils, au moins elles
auraient eu une chance de se défendre", avait-il écrit sur son
compte Twitter.  

Le Touquet: un phoque abattu au fusil de chasse sur la plage.

Le Touquet: un phoque abattu au fusil de chasse sur la plage.http://www.via214.net/




L'autopsie pratiquée sur
un phoque abattu sur la plage près du Touquet le 29 avril dernier, a
démontrée que ce phoque a été abattu avec un fusil et huit plombs
dans le thorax. C'est ce qui a révélé l'autopsie du phoque,
retrouvé dimanche, mort sur la plage, par Groupement de défense de
l'environnement de l'arrondissement de Montreuil et du Pas-de-Calais
(GDEAM). Selon le GDEAM ce phoque veau marin a été "abattu
délibératement par un braconnier au fusil de chasse". Or, il
s'agit d'une espèce protégée et inoffensive pour l'homme. Nous
loin du premier cadavre, le GDEAM a découvert un deuxième phoque
mort, "ouvert sur le dos et à une palmure arrière" précise le
communiqué de l'association. Celui-ci était connu d'un ancien
centre de soin pour phoques en Picardie. Une bague a permis son
identification. Suite à ces morts suspects, les deux animaux ont été
transférés à la faculté de médecine vétérinaire de Liège. En
plus de huit impacts de balles, le phoque a reçu "des coups forts
violents, alors qu'il était agonisant, entraînant une hémorragie
fatale". Le second a lui aussi, été frappé. Les coups ont
cependant été moins violents pour ce dernier. Le veau marin est
mort d'asphyxie en se noyant, "probablement pris dans un engin de
pêche", suppose la GDEAM. Les défenseurs de l'environnement ne
comptent pas s'en tenir à ce triste constat. Une plainte sera
déposée pour "destruction d'espèce protégée" auprès de la
police ainsi qu'à l'Office National de la Chasse et de la Faune
Sauvage. Cette plainte n'est pas la première de l'année. En
janvier, un autre phoque avait été abattu, à Oye-Plage, près de
Calais. Les gendarmes saisis de l'enquête, n'ont pas encore retrouvé
le meurtrier.  






Ligue d'Europe: Ronaldo héros des Marseillais.

Ligue d'Europe: Ronaldo héros des Marseillais.http://www.via214.net/




"Et nous allons gagner!" devant le centre d'entraînement de l'OM, hier soir les supporters
étaient déjà chauds, et certains de gagner hier soir contre le
Salzbourg. L'Olympique de Marseille est une rares équipes qui fédère
des supporters passionnés dans toute la France. Mais au cœur de la
cité Phocéenne on s'est s'affaire à préparer cette finale dans
les moindres détails, comme des gâteaux avec dessus la statue de
bonne mère. Chez un coiffeur stylé on sait faire la coupe de
cheveux, comme les joueur de l'OM. On autrie ce matin, le dernier
entraînement de l'équipe de Salzbourg, pas de quoi impressionner
les Marseillais, même si l'OM devra gérer ce match prudemment pour
ne pas se faire peur. "Il n'y a pas de scénario idéal. Ce qui
comte est d'être qualifié à la fin du match et c'est ce qu'on
attend bien faire" a dit l'entraîneur Rudi Garcia. "C'est un rêve
de gagner un titre de cette envergure avec l'Olympique de Marseille.
Et à titre personnel et collectif aussi, et on pourrait être encore
et à jamais les premiers dans ce domaine là". Ils seront 22.000 au
vélodrome pour suivre le match sur un grand écran et 1.500 sur la
place en Autriche. Tous ont espéré se retrouver le 16 mai à Lyon
pour la finale, la première pour l'OM depuis 14 ans. Merci Ronaldo!
Que d'un geste de buter, le défenseur a offert à l'Olympique de
Marseille une 5 e finale européenne, au bout d'une prolongation à
Salzbourg (2-1), qui a longtemps cru pouvoir renverser le destin (2-0
à l'aller pour l'OM). Le défenseur blessé en avril, entrée à la
101 e minute à la place de Morgan Samson, a surgi sur un corner de
Dimitri Payet pour tromper du pied, en coin, Alexandre Walke (116e)
et envoyer l'OM à Lyon, le 16 mai contre l'Atlético Madrid. Symbole
d'un groupe toujours capable d'arracher un résultat en fin de match,
même épuisé, au bout de son 58 e match de la saison, record
d'Europe. Symbole d'un collectif sondé qui a fêté extatique sa
joie sur la pelouse. L' OM ira bien à Lyon, pour chanter sous les
fenêtres du président Jean-Michel Aulas, bien sûr, comme l'on
rappelé les 1.500 n Marseillais présents en Autriche à la fin du
match, mais surtout pour essayer de soulever un second trophée
européen, après la Ligue des Champions 1993. Mais longtemps ce
rêve n'a tenu qu'à un fil, face à une brillante équipe de
Salzbourg. Dominés, privés de ballon, les Marseillais ont longtemps
subi la loi du Red Bull, qui a marqué un superbe but par Amadou
Haidara en solitaire (53), puis a profité d'un contre son camp
malheureux de Bouna Sarr (65) pour arracher la prolongation. Yhann
Pelé est l'autre héros du match, plusieurs fois décisif, notamment
pour choper une frappe en coin de Hwang Hee-chan, entré trois
minutes plus tôt pour Frederik Gulbrandsen (71) et surtout pour son
extraordinaire manchette sur une tête de Duja Caleta-Car (99). Pelé
et Ronaldo ont pris le relais des héros habituels, qui étaient
fatigués. Double passeur à l'aller, Payet a mal tiré trop de coups
de pied arrêtés, mais pas le dernier.




L'OM s'est faite peur une
première fois sur un ballon mal maîtrisé par Yohann Pelé sur une
frappe du remuant Munas Dabbur (13). Le gardien marseillais a aussi
adroitement capté un centre périlleux d'Amadou Haidara (31). Les
Bleus et Marine essayaient pour leur part de piquer en contre, sur
les côtés et rarement au centre, ou sur les coups de pied, arrêtés,
pas inspirés, donc, de "Dim". L'OM était plus entreprenant au
retour des vestiaires, sous l'impulsion de Valère Germain. Mais la
crise de confiance de l'attaquant – un seul but en deux mois –
s'est fait sentir: intelligent dans le jeu comme toujours, il ratait
le dernier geste, un centre pour Payet (46) ou une volée après un
bon un-deux en contre avec le même "Dim" (49). C'est au moment où
l'OM revenait à al surface que Hiadara a frappé. Le Malien a
traversé la défense marseillaise pour battre au bout de sa
chevauchée Pelé d'un joli extérieur du droit.





Survolté, le RBS a
encore menacé Pelé, obligé de boxer de façon peu orthodoxe un
boulet d'André Ramlho (58), puis Dabbur a gâché une énorme balle
de 2-0 en contrant sa propre talonnade (61). Les Marseillais ne
respiraient plus, incapables de remettre le pied sur le ballon. Et
l'égalisation est venue des pieds de Bouna Sarr, qui a divisée une
frappe de Xaver Schlager qui n'était pas cadrée, sur une action où
les Phocéens n'avaint pas pu se dégager. Thauvin trouvait la barre
de la tête (73) dans un rare sursaut marseillais, et réclamait un
penalty pour une main dans la surface de Caleta-Car sur un tir de
Thauvin, mais l'arbitre russe Sergei Karasev l'a jugée involontaire
(87). Il a donc fallu cramer un peu plus d'essence et beaucoup
d'adrénaline en prolongation, mais la victoire aidera à diriger la
fatigue car avant Lyon, il y aura Nice, dimanche. Emmanuel Macron se
réjouit de la victoire de l'Olympique de Marseille sur Salzbourg et
de sa qualification pour la finale de la Ligue d'Europe depuis la
Nouvelle-Calédonie, où il est en visite jusqu'à samedi, a constaté
une journaliste de l'AFP.

La ville de Paris doit-elle reprendre la gestion de Vélib'?

La
ville de Paris doit-elle reprendre la gestion de Vélib'?http://www.via214.net/






Les failles du nouvel opérateur
des vélos en libre-service seront à l'ordre du jour du Conseil de
Paris. Certains élus réclament un nouvel appel d'offre, d'autres
prônent le passage en régie publique. Plus légers et certaines
d'entre eux équipés d'une assistance électrique, le nouveau Vélib'
a été mis en service en janvier 2018. Les bugs et les retards se
multiplient. La société Smovengo est mise en cause. Que faire avec
Vélib' 2? La ville de Paris va devoir trancher. Alors que les
déconveneuses se multiplient pour Smovengo, le consorcium chargé de
la gestion de ce nouveau Vélib', Paris a exigé de l'opérateur un
plans de sortie de crise lors d'une réunion qui s'est tenue ce
mercredi soir à l'hôtel de ville. Ce jeudi, le Conseil de Paris
doit se pencher sur le vœu de Danielle Simonnet, élue (FI) du XX
arrondissement, qui demande la multiplication du service. Il y a en
effet urgence. Car depuis le passage de relais entre JC Decaux et
Smovengo au 1 janvier 2018; rien ne va plus. Station en panne, les
failles sont nombreuses. Fin mars, l'opérateur a déjà été
condamné à payer 3 millions d'euros de pénalité de retard au
syndicat mixte Autolib' Vélib' Métropole (SAVM qui réuni Paris et
une soixantaine de villes de banlieue). Décision a été prise de
rembourser les usagers de leur forfait pour les trois premiers mois
de l'année. Enfin, une grève des agents, commencée il y a deux
semaines, rend, depuis, la situation encore plus chaotique. La ville
de Paris doit-elle reprendre la gestion de Vélib'? Les élus
Danielle Simonnet (FI) et Jérôme Dubus (ex-LR) en débattent. "S'il
y avait une régie directe, il n'y aurait pas de problème de
changement d'opérateur" a-t-elle déclarée Danielle Simonnet.






L'idée vient d'elle. Dans un
communiqué publié le 25 avril, la conseillère de Paris Danielle
Simonnet, du groupe la France Insoumise, propose une reprise en
gestion publique directe du service Vélib' par la ville de Paris.
Elle déposera ce vœu lors du Conseil de Paris, ce jeudi. Face aux
multiples disfonctionnements et à la grève des salariés, "une
conclusion s'impose", écrit-elle «la gestion déléguée ou privée
de services publics ne permet pas de garantir la continuité du
service et la satisfaction des usagers". L'élue de gauche balaye
d'un revers demain la proposition d'un nouvel appel d'offre. "Il n'y
a aucune raison pour que cela fonctionne mieux! Pour remporter le
marché, on applique la logistique du moins cher. Mais on voit bien
qu'elle pose problème: le fonctionnement des vélos n'est pas
opérationnel, sans parler du problème de l'implantation électrique
et des batteries" énumère l'élue. "J'ai soutenu la grève, et
les employés me décrivaient la différence de traitement avec JC
Decaux le précédent prestataire. Leur prime de nuit et de week-end
est passée de 45 à 10%. On observe une dégradation en cascade des
conditions de travail. Forcément, la reprise n'est pas au
rendez-vous" poursuit-elle. Pour Daneille Simonnet, la reprise en
main du dossier par la Ville éviterait une "rupture" du service
public. "S'il y avait une régie directe, il n'y aurait pas de
problème de changement d'opérateur. Un nouvel appel d'offre va
prendre encore des mois!" A ceux qui lui reprochent de vouloir
municipaliser à tout-va, elle rétorque "je ne connais pas une
seule privatisation qui fonctionne au niveau municipal. La collecte
des déchets est onéreuse, le contrôle du stationnement confié à
Streeteo est une catastrophe et maintenant, on veux aussi
externaliser le ménage des bibliothèques. Le recours à une
entreprise privée coûte toujours plus cher. Sinon, c'est que le
travail est moins bien fait". Concernant les communes de petite
couronne, l'élue de gauche affirme que "des conventions et des
partenariats avec les collectivités avoisinantes" peuvent se faire "sans difficultés". "La Ville n'a pas les moyens de faire face à
une technicité si forte" a-t-il déclaré Jérôme Dubus (ex-LR).
Jérôme Dubus est contre la municipalisation mais réclame un appel
d'offre. Libéral convaincu, le conseiller de Paris Jérôme Dubus
(ex-LR et pro-Macron) rejette deux solutions: la poursuite du contrat
actuel, avec la société Smovengo, et la municipalisation de la
gestion de Vélib', proposée par l'élue (FI) Danielle Simonnet.
Pour lui, il fait repartir de zéro, en lançant un nouvel appel
d'offre. Son groupe, le PPCI (Parisiens, Progressistes, Constructifs
et Indépendants) posera une question d'actualité sur ce sujet ce
jeudi après-midi au Conseil de Paris. "On ne s'en sortira pas avec
la société actuelle, Smovengo, qui a montré des failles énormes,
même dans la gestion de la clientèle. Les usagers sont furieux. Il
serait vain de continuer avec cette entreprise. On lui a laissé
suffisamment de temps, nous n'avons plus confiance" martèle l'élu.






Mais il estime aussi qu'une
gestion publique, demandée par Danielle Simonnet serait "une grave
erreur". "Il faut effectuer une opération de sauvetage du Vélib',
mais sans municipaliser puisque la Ville n'a absolument pas les
moyens de faire face à une technicité aussi forte. Pour cela, il
faudrait un nombre de collaborateurs beaucoup plus important. Cette
proposition n'a aucun sens pratique, et elle ne garantirait pas une
meilleur gestion, au contraire: si la Ville de Paris reprend le bébé,
toutes les communes avoisinantes qui disposent de Vélib' – une
soixantaine – seraient dépendantes des services de la Ville. Ce
n'est pas très crédible. Il faudrait l'accord des autres communes
pour qu'il y ait une municipalisation de la gestion. Et cela
prendrait des mois". "La municipalisation ne s'adapte pas de tout
au fonctionnement des vélos libre-service: aucune commune, à ma
connaissance, ne gère directement un tel service. Et pour les
usagers, il n'y a aucun avantage à en tirer". En revanche, Jérôme
Dubus prône la nomination d'une "société sérieuse" choisie "en
totale transparence" à l'issue d'un nouvel appel d'offre. Au
Conseil de Paris, ce jeudi, il interpellera "directement la maire" à ce sujet "c'est à elle, et non à son adjoint de nous montrer
comment elle peut sauver le Vélib'". 

Pourquoi les écoles de New York sont-elles séparées?

Pourquoi les écoles de New York sont-elles séparées?http://www.via214.net/



Interrogé sur la
ségrégation scolaire à New York, le maire Bill de Blasio a déclaré
que les écoles sont séparées parce que les quartiers sont: "Nous
ne pouvons pas changer la réalité de base du logement à New York."
Maintenant, comme un débat sur les plans d'intégration des écoles
secondaires a englouti un district de Manhattan, une étude publié
mercredi promet cette idée. Il a constaté que 40% des jeunes de la
ville de New York ne fréquentent pas l'école voisine à laquelle
ils sont affectés. C'est un vaste flux de 27.000 enfants de 5 ans
qui traversent la ville chaque jour. Alors que les parents de toutes
les races choisissent d'envoyer leurs enfants hors de leurs zones, le
schéma général de leur choix peut rendre les écoles plus
ségréguées. Il concentre également les effets de la pauvreté sur
les écoles rattachées à une zone, les écoles auxquelles les
enfants sont affectés en fonction de leur lieu de résidence. "Je
ne pense pas que quiconque se soit rendu compte, que ce nombre était
si grand" a déclaré Nicole Mader, l'auteur principal de l'article,
qui a été menée par le Centre des affaires de la ville de New York
à la New York School. "Si 40% des élèves du primaire ne sont pas
à l'école où ils vivent, comment la ségrégation résidentielle
peut-elle être le seul facteur de ségrégation scolaire?" Les
écoles chinoises, selon l'étude ont tendance à partager deux
caractéristiques principales: elles avaient moins d'élèves pauvres
que les écoles zonées que les familles quittaient, et elles avaient
des scores plus élevés. Selon les auteurs de l'étude, les
étudiants passant d'écoles à faible revenu à des écoles à
revenu élevé ont tendance à se rapprocher du cœur économique de
la ville en suivant les lignes de métro de East New York à Crown
Heights ou de Harlem à Upper West Side. Les étudiants qui partent
sont ensuite remplacés par des enfants des quartiers populaires. Le
choix de l'école a été annoncé comme un moyen pour tous les
enfants d'obtenir une meilleure éducation, leur permettant de sortir
des écoles en difficultés. Et en effet, l'étude a révélé que
pour de nombreux étudiants, le choix leur permettrait de fréquenter
des écoles plus performantes. Mais ses auteurs ont trouvé que le
choix avait des conséquences inattendues Les écoles qu'ils
laissent derrière eux font face à des défis de plus en plus grands
alors qu'ils luttent pour servir les enfants les plus nécessiteux de
la ville. L'étude a porté sur dix ans de données sur les
inscriptions à la maternelle, à compter de l'automne 2007 et
jusqu'à l'automne 2016, période au cours de laquelle 715.000 élèves
se sont inscrits à la maternelle. A l'aide de données du ministère
de l'Education de la ville, les auteurs ont pu déterminer si chaque
enfant fréquentait leur école rattachée ou se rendait ailleurs,
comme une école à charte, un programme doué et talentueux ou une
école différente située à l'extérieur du quartier. Au cours de
cette période, les options offertes à ceux qui voulaient éviter
leur école de quartier ont augmenté: il y avait 567 écoles
élémentaires et 196 autres options au début de la décennie, et
491 écoles réparties en zones et 457 alternatives à la fin.
L'étude en nie pas que la ségrégation au logement existe, mais
elle a révélé que si tout le monde se rendait à leur école
rattachée, les élèves seraient "marginalement" moins ségrégués,
sur le plan racial et socio-économique, qu'aujourd'hui. Les enfants
noirs étaient plus susceptibles de ne pas fréquenter l'école de
leur quartier, 59% d'entre eux se rendant ailleurs l'an dernier,
selon l'étude; 39% des familles hispaniques n'ont pas non plus
choisi leurs écoles de quartier. Une petite partie de chacun de ces
groupes qui était le moins susceptible de quitter leur école zonée
étaient des étudiants blancs et asiatiques, selon l'étude, ce qui
va à l'encontre de la recherche ailleurs dans le pays, qui a montré
que les familles blanches sont plus susceptibles de faire des choix.
Selon les auteurs de l'étude, c'est peut-être parce qu'à New York,
ils sont plus satisfaits des écoles de leurs quartiers, qui ont
tendance à être plus performants, de sorte que les familles n'ont
aucune raison de fuir. Mais quand les familles blanches et à revenu
élevé vivent dans un quartier "diversifié", ou gentrifiant,
elles sont plus susceptibles d'envoyer leurs enfants à l'école
ailleurs. Dans certaines écoles de Bedford-Stuyvesant, de Harlem, de
Ford Greene et de Crown Heights – qui sont toutes historiquement
des zones noires en pleine gentrification – moins de 25% des
enfants fréquentent l'école qui leur est assignée. "Les zones
fournissent aux familles des moyens un accès exclusif aux écoles
qu'elles aiment" a déclaré l'étude, "alors que le choix leur
permet de fuir celles qu'ils n'ont pas".

(New York Times)    

Beyoncé s'associe à Google pour offrir des bourses d'étude.

Beyoncé s'associe à Google pour offrir des bourses d'étude.http://www.via214.net/




La chanteuse est entrée
dans la phase de générosité. Beyoncé a décidée d'offrir 100.000
dollars (82.000 euros) répartis en quatre universités. Dans le
sillage de son second show monumental à Coachella, Beyoncé a
décidée d'offrir 100.000 dollars (82.000 euros) de bourse d'étude
supplémentaires via sa fondation BeyGOOD et en partenariat avec
Google.org. Il s'agirait donc, d'offrir quatre bourses d'une valeur
de 25.000 dollars à des étudiants issus d'université
historiquement fréquentées par la population afro-américaine pour
l'année 2018-2019. Parmi les établissement choisis se trouve la
Texas Southern University de Houston, ville natale de Beyoncé. "Google comprend le rôle vital que les universités noires jouent
afin de délivrer une éducation culturelle responsable de grande
qualité", a déclaré Maab Ibrahim, manager du programme
Google.org, lors d'une annonce relayée par Variety. "Durant de
nombreuses années, Google a lancé des programmes innovants pour
réduire la distance entre Silicon Valley et les universités; nous
sommes fiers de poursuivre notre engagement grâce au généreux don
de Beyoncé."

Défilé du 1 mai: magasins saccagés et 200 Blacks Blocs interpellés.

Défilé du 1 mai: magasins saccagés et 200 Blacks Blocs interpellés.http://www.via214.net/




La manifestation du 1 mai
qui se déroulait normalement à Paris a été perturbé par des
incidents et 200 personnes ont été placées en garde à vue mardi
soir. Plusieurs centaines d'individus masqués ont pris part à la
mobilisation et un restaurant McDonald's a été saccagé à
Austerlitz. Dès les premiers minutes de la manif, les journalistes
sur place avaient remarqué la présence d'individus "encagoulés" ou "masqués". Rassemblés autour de banderoles comme "Premiers de
cordée, premiers guillotinés" ou "Cette fois, ont s'est organisé" ils criaient "Tout le monde déteste la police», "Paris, débout,
soulève-toi" ou encore "Zyad, Bouna, Theo et Adama, on n'oublie
pas, on pardonne pas". Vers 15 heures, la préfecture de police de
Paris recensait de "40 à 50 individus masqués et encagoulés". A peine une heure plus tard, c'est 1.200 individus en noir, des Blacks
Blocs, que les autorités dénombraient. Peu avant 18 heures, la
préfecture annonçait que 200 Blacks Blocs avaient été encerclés
par les forces de l'ordre maîtrisés et interpellés. Six autres
personnes ont été interpellés, dont trois pour port d'arme prohibé
et trois pour jets de projectiles. 102 personnes étaient placées en
garde à vue mardi soir. En début d'après-midi, alors que le
cortège syndical devait partir, une foule formée de Blacks Blocs
s'est élancée en direction de la gare d'Austerlitz. Sur le chemin,
des individus ont incendié un engin de chantier Caterpilar. A
Austerlitz un McDonald's a été attaqué à coups de pavés par des
individus encagoulés. Plusieurs mobiliers urbains ont également été
dégradés. Puis des voitures sans permis, d'une concession Aixam,
boulevard de l'hôpital, entre Austerlitz et boulevard d'Italie, ont
été incendiés. Les forces de l'ordre ont par ailleurs essuyés des
jets de projectiles et ont répliqué avec des grenades lacrymogènes.
Ils ont également en recours aux canons à eau. Peu après 17 h 30,
une barricade faite de barrières de chantiers et de grilles d'arbres
a été élevée en travers du boulevard de la Bastille pour
perturber l'avancée des autorités. La présence de ces individus a
par ailleurs empêché le cortège officiel, formé par 20.000
personnes selon la préfecture (55000 selon la CGT), de s'élancer à
l'heure prévue. En fin d'après-midi, alors que des affrontements
avec les forces de l'ordre éclataient au niveau du port
d'Austerlitz, la préfecture a demandé au cortège syndical de
modifier l'itinéraire. Dans un tweet, Gérard Collomb, ministre de
l'Intérieur, a condamné les "violences et dégradations". "Tout
est mis en œuvre pour faire cesser ces graves troubles à l'ordre
public et appréhender les auteurs de ces actes inqualifiables."
Anne Hidalgo, maire de Paris, a également condamné ces violences,
qui seraient, selon Jean-Luc Mélenchon l'oeuvre "de bandes
d'extrême droite".


Lundi
la préfecture de police avait évoqué un risque de débordement par
«des groupes extrémistes" voulant faire de cette journée "un
grand rendez-vous révolutionnaire" et prévoyant de "s'en prendre
violemment aux forces de l'ordre ainsi qu'aux symboles du
capitalisme".

Theresa May fragilisée par la démission de sa ministre de l'Intérieur.

Theresa May fragilisée par la démission de sa ministre de l'Intérieur.http://www.via214.net/





Amber Rudd était sur la
sellette depuis plusieurs jours, après des affaires liées au
contrôle de l'immigration par ses services. A quatre jours des
élections locales difficiles pour le Parti conservateur, dont elle
est la chef, et après plusieurs reculades sur le Brexit, la première
ministre britannique Theresa May subit un nouveau revers. Sa ministre
de l'Intérieur Amber Rudd, proche d'elle et figure montante de
l'aide modérée des Tories, a été contrainte de démissionner dans
la soirée du dimanche 30 avril, à la suite d'un scandale touchant
le point réputé fort de Mme May: l'immigration. La révélation par
le quotidien The Guardian de la responsabilité de la première
ministre dans la politique de reconduite à la frontière, ayant
conduit à menacer d'éloignement forcé ou à refuser un traitement
médical à des Antillais présent s légalement au Royaume-Uni
depuis des décennies, a précipité le départ de Mme Rudd, qui joue
ainsi le rôle de fusible pour Mme May. A l'origine du scandale se
trouve la situation de milliers d'immigrés issus du Commonwealth
arrivés entre 1948 et 1973. On les surnomme "génération
Windrush", du nom du premier bateau d'immigrants "Empire Windrush" qui accosta en 1948 dans l'avant-port de Londre avec 492 personnes à
bord, en provenance de la Jamaïque. Appelés en renfort comme
infirmiers et cheminot pour reconstruire le pays dévasté après la
deuxième guerre mondiale, ces Antillais bénéficiaient alors du
droit d'installation dans la "métropole" britannique entant que
ressortissants du Commonwealth. D'autant que ceux nés avant les
indépendances avaient la nationalité britannique. Mais le droit de
séjour a été supprimé par une loi sur l'immigration de 1971, pour
les personnes entrées sur le territoire britannique à partir du 1
janvier 1973. Toutes celles présentes auparavant ont continué de
bénéficier du droit de séjour, voire de la nationalité. Mais ils
n'ont effectué aucune démarche particulière pour obtenir des
papiers en l'attestant. Le Royaume-Uni ignore les cartes d'identité
et les intéressés, la plupart trop modestes pour voyager, n'ont pas
demandé de passeport. Leur tranquillité a pris fin à partir de
2012, lorsque le gouvernement conservateur a lancé une politique
officiellement intitulée "d'environnement hostile à l'immigration
illégale". Il s'agissait d'encourager les propriétaires, les
employeurs, les médecins, à contrôler la régularité du séjour
de leurs salariés, locataires et patients, les "suspects" étant
de fait repérés par leur couleur de peau, leur accent ou leur lieu
de naissance. A l'époque des camions publicitaires arborent dans les
rues de Londre des affiches portant une énorme paire de menottes et
la mention: "Illégalement au Royaume-Uni? Rentrez chez vous ou
risque d'arrestation." Leur promoteur? La ministre de l'Intérieur
de l'époque, une certaine Theresa May. En mars, la journaliste de
Guardian Amelia Gentleman a commencé à exposer le cas des membres
de la "génération Windrush" licenciés par leur employeur, privés
de soin médicaux, voire menacés d'éloignement forcé faute de
pouvoir justifier de leur nationalité britannique et pris au piège
de "l'environnement hostile". Le cas d'Albert Thompson – un
pseudonyme -, un infirmier de 63 ans vivant au Royaume-Uni depuis
quarante-quatre ans, à qui un traitement de son cancer de la
prostate a été refusé, a particulièrement ému l'opinion. Mais
pas le gouvernement de Theresa May qui le 10 avril, a refusé de
recevoir les douze ambassadeurs d'Etats et des ex-Antilles
britanniques, qui lui réclamaient une entrevue sur le sujet. Une
bévue d'autant plus grave qu'un sommet du Commonwealth s'ouvrait
quelques jours plus tard à Londre, avec pour objectif de resserrer
les liens entre les anciennes possessions et le Royaume-Uni après le
Brexit. Cent quarante députés sous la houlette du travailliste
David Lammy, ont alors signé un texte de protestation qui a obligé
Mme Rudd à présenter ses "excuses" aux Communes. Mais les
révélations répétées du Guardian et les appels de l'opposition à
sa démission ont fini par déstabiliser la ministre de l'Intérieur.
Un document officiel publié par le quotidien a d'abord montré que
la ministre avait menti en affirmant qu'il n'existait pas d'objectifs
chiffrés en matière de reconduite à la frontière. Mme Rudd a
alors prétendu qu'elle n'avait pas eu connaissance de ce document.
Dimanche, le quotidien Guardian a porté l'estocade en publiant une
lettre adressé en janvier 2017 par Mme Rudd à la première
ministre, lui promettant une augmentation de 10% du nombre des
éloignements forcés "dans les prochaines années". En révélant
une politique du chiffre dont certains "Windrush" ont fait les
frais, le scandale soulève indirectement l'un des points les plus
sensibles du débat politique britannique: l'objectif sans cesse
proclamé par les conservateurs depuis 2010 – mais jamais atteint
-, de faire descendre à moins de 100.000 par an (contre 230.000
aujourd'hui) le nombre d'entrées d'étrangers sur le territoire. Un
objectif et un échec personnifiés par Mme May, ministre de
l'Intérieur de 2010 à 2016. l'immigration qui a pesé lourd dans le
vote du Brexit en 2016, reste un sujet-clé pour la popularité de la
première ministre réputée largement plus ferme en la matière que
le chef de file de l'opposition, Jeremy Corbin. A la veille des
élections locales du jeudi 3 mai où les sondages les créditent de
gains substantiels, les travaillistes tentent d'utiliser le scandale. "Ce qui est arrivé à la génération Windrush en résulte pas
d'une erreur de l'administration. C'est une conséquence de
l'environnement hostile créé par le gouvernement [conservateur]" a
dénoncé Sadiq Khan, le maire de Londre, ville où les électeurs
issus de l'immigration sont nombreux. Le Labour tente aussi
d'utiliser l'inquiétude pour l'après-Brexit que suscite le
traitement de la "génération Windrush" chez les trois millions de
ressortissants de l'UE installés au Royaume-Uni et qui votent aux
élections locales. Les Européens vont se dire: "Mon Dieu, si cela
peut arriver aux Windrush, cela peut bien sûr nous arriver!" a
lancé le député David Lammy. Les conservateurs ne se privent pas
non plus de rappeler la déclaration de guerre aux discriminations
raciales lancée par Theresa May sur le perron du 10 Dowing Street,
en juin 2016, lorsqu'elle a pris ses fonctions. "Si vous êtes noir,
dénonçait-elle alors, vous êtes plus durement traité par la
justice pénale que si vous êtes blanc." Elle promettait alors de
faire de la Grande-Bretagne "un pays qui marche pour tout le monde".    

Louis de Cambridge: la duchesse de Cambridge Kate Middleton prononce le prénom de son fils officiell

Louis de Cambridge: la duchesse de Cambridge Kate Middleton prononce le
prénom de son fils officiellement.http://www.via214.net/




Vu du côté français il
n'y a pas débat. Mais outre-Manche, le choix du duc et de la
duchesse de Cambridge pour le prénom très "frenchy" - de leur
troisième enfant a posé problème concernant la prononciation.
Alors VF ou VO? La duchesse en détient la réponse. Passée la
surprise après la découverte du prénom du troisième enfant du
prince William et de la duchesse Catherine de Cambridge, qui ne
figurait pas du tout parmi les favoris des pronostics, les
Britanniques – et plus largement les anglophones intéressés et
heureux événement – se sont trouvés circonspects face à la
prononciation qu'il convient d'adopter. A la française ou à
l'anglaise? Alors que le côté très français du prénom principal
du prince Louis Arthur Charles de Cambridge, né le 23 avril 2018 à
Londre, a divisé l'opinion publique en raison de son côté très
«royaliste», il ne devrait pas y avoir de dissension au sujet de la
manière de le prononcer: si l'ont suit l'exemple de Kate, sa maman,
c'est la version française qui prévaut. So chic! Se remémorant que
Louis est également l'un des prénoms du prince William (mais aussi
de son fils aîné le prince Georges), les médias britanniques sont
allé chercher dans les archives du mariage royal, célébré le 29
avril 2017, pour retrouver le moment où la duchesse de Cambridge
Catherine le prononce en public lors de l'échange des consentements
en abbaye de Westminster. "Moi, Catherine Elizabeth, je te prends
toi, William Arthur Philip Louis, en tant que mon époux, pour le
meilleur et pour le pire, dans la richesse et dans la pauvreté, dans
la maladie et dans la santé, pour t'aimer et te chérir jusqu'à la
ce que la mort nous sépare" déclare-t-elle alors. Lorsque William
a fait de même énonçant ses prénoms, c'est également la
prononciation française, le s restant muet qu'il emploie. Un bon
point este réglé! A noter que le palais de Kensington n'a pas
manqué en ce dimanche 29 avril 2018 de marquer le 7 e anniversaire
de mariage de William et Kate avec une belle photo souvenir publié
sur les réseaux sociaux. Le prénom Louis dans la descendance du
prince Charles, a une connotation particulière, renvoyant à Lord
Louis Mountbatten, oncle de prince Philip tué en 1979 par une
explosion d'une bombe de l'IRA alors qu'il se trouvait en bateau à
bord du Shadow V lors d'une partie de pêche. De passage en 2015 sur
les lieux du drame dans une démarche de pardon et d'apaisement, le
prince Charles avait eu des mots très émouvants à propos de la
mort de ce grand-oncle qui lui a tant manqué. "A l'époque, je ne
pouvais pas concevoir que nous puissions surmonter la douleur d'une
telle perte, étant donné que pour moi, Lord Mountbatten
représentait le grand-père que je n'ai jamais eu. Alors c'était
comme si, les fondements de tout ce que nous avions de précieux,
dans la vie avaient été irrémediablement démolis".  

Etats-Unis: Trump snobe à nouveau le dîner des correspondants de la Maison Blanche.

Etats-Unis: Trump snobe à nouveau le dîner des correspondants de la Maison
Blanche.http://www.via214.net/




Trump, qui attaque
fréquemment les médias "malhonnêtes" et qualifie de "fake news" toute information négative à son encontre, a préféré donner un
meeting devant ses électeurs du Michigan... plutôt que de se rendre
au dîner annuel des correspondants de la Maison Blanche. On connaît
son désamour pour les médias, et les journalistes. Donald Trump a
ostensiblement préféré aller à la rencontre de ses électeurs
samedi à Washington... dans le Michigan, plutôt que de se frotter
au gotha de la presse réuni à Washington DC pour le prestigieux
dîner des correspondants de la Maison Blanche. "N'est-ce pas plus
agréable qu'un dîner à la maison blanche avec des journalistes
correspondants hypocrites?" a demandé le président américain aux
supporters venus l'acclamer au Michigan. "Je pourrai me tenir devant
eux ce soir, souriant comme si j'appréciais leurs coups bas, les uns
après les autres. Mais ces gens, je les déteste". Donald Trump qui
attaque fréquemment les médias "malhonnêtes" et qualifie de "fake news" toute information négative à son encontre, snobe
ainsi pour la deuxième année consécutive le dîner annuel des
journalistes accrédités à la Maison Blanche, qui est
traditionnellement l'occasion d'échanges de bons mots entre un
humoriste et le président devant le tout – Washington et quelques
stars d'Hollywood. Le meeting, qui se déroulait dans un stade du
Michigan, était le cinquième de Donald Trump dans la région de
Detroit depuis le lancement de sa campagne présidentielle en 2015.
Pendant plus d'une heure, Donald Trump a enflammé la foule sur les
sujets les plus divers, du contrôle des frontières au commerce, aux
accusations de collusion de sa campagne présidentielle avec la
Russie et aux développements spectaculaires dans la péninsule
coréenne. Comme il l'a fait pendant sa campagne, Donald Trump a
insisté sur le sort des Américains aux revenus modestes dans les
régions industrielles socialement dévastées par la mondialisation.
"Pendant trop longtemps, la loyauté des travailleurs du Michigan a
été récompensée par une trahison pure et simple" a lancé le
président républicain. "Vous avez été trahis. Pendant des
décennies vous avez reçu un coup violent après l'autre. Des
accords commerciaux désastreux, que je suis entrain de corriger" a
dit Donald Trump. Commentant la défaillance du président au dîner
des correspondants de la Maison Blanche, l'historien Julien Zelize a
estimé sur le site The Atlantic que cette "absence se situe dans un
contexte plus large". "Non seulement le président est extrêmement
hostile à la presse, en mettant sa légitimité en doute et en
accusant les journalistes d'être des ennemis de l'Etat, mais il
n'accepte personne à part la mauvance Fox News-Breitbart", les
médias ultra-conservateurs qui le soutiennent, ajoure-t-il. Le signe
le plus clair de son rejet des médias est "sa décision de
n'accorder qu'une conférence de presse, seul face aux journalistes,
depuis qu'il a pris ses fonctions" poursuit l'historien. La
comédienne Michelle Wolf, chargée d'amuser le gotha des médias
américains, devait évoquer l'actualité et peut-être aussi les
récents scandales qui ont affecté des proches de Donald Trump,
notamment le ministre chargé de l'Environnement Scott Puitt et le
médecin de la Maison Blanche Ronny Jackson, qui a renoncé à
devenir le nouveau ministre des Ancien combattants. De quoi agacer un
peu plus le président américain...

La vente de Direct Energie fait la fortune de trois actionnaires historiques.

La vente de Direct Energie fait la fortune de trois actionnaires
historiques.http://www.via214.net/




En rachetant Direct
Energie, le groupe pétrolier Total a fait le bonheur de trois
investisseurs "historiques" du premier fournisseur d'énegie
alternatif français: Jacques Veyrat, ancien patron du groupe
Louis-Dreyfus, le producteur télé et touche-à-tout Stéphane
Courbit, et le discret Jean-Paul Bize qui vont en pocher ensemble 1
milliard d'euros. Jacques Veyrat avait senti très tôt l'opportunité
de l'ouverture à la concurrence et poussé Louis- Dreyfus à prendre
33% du capital. Une participation qu'il a racheté en 211 quand il a
quitté le groupe pour fonder sa propre structure, Impala. En plus de
Direct Energie, qui va lui rapporter 630 millions d'euros, Jacques
Veyrat détient la majorité de Neoen, le plus gros producteur
français d'énergie renouvelable qui prépare son arrivée en
Bourse, des participations dans de nombreuses ETI et PME, et de la
gestion d'actifs. En 2007, il avait convaincu son ami Stéphane
Courbit d'investir dans Direct Energie. Une opération réussie
puisque les 5,5% qu'il détenait sont valorisés plus de 100 millions
d'euros. Le troisième investisseur, le discret Jean-Paul Bize
propriétaire de 18,5% de Direct Energie, qui vont lui rapporter 350
millions d'euros, possède d'autres participations: de l'hôtellerie
(six hôtel 4 étoiles à Paris), le joaillier Poiray et l'enseigne
de prêt-à-porter Tara Jarmon. En juillet, la vente de Direct
Energie fera grimper ses trois ex-actionnaires dans le classement
2018 des grandes fortunes de Challenges. Et Jacques Veyrat devrait
intégrer le club des milliardaires.  

Katy Perry craque son pantalon en direct.

Katy Perry craque son pantalon en direct.http://www.via214.net/





Oup! Le pantalon de Katy
Perry a craqué en direct, pendant une émission American Idol aux
Etats-Unis. La chanteuse pop a eu un petit souci en direct quand son
pantalon a craqué! Mais loin d'être gêné, la star en a ri et a
même tenu à montrer ses fesses à tout le monde.  

Les nerfs de la guerre avec le jeu post-apocalyptique de Frostpunk.

Les nerfs de la guerre avec le jeu post-apocalyptique de Frostpunk.http://www.via214.net/




Le jeu de gestion
atypique, le post-apocalyptique "Frostpunk" n'est peut-être pas au
niveau d'un Sim City mais réussi un exploit rare dans les jeux de
guerre: celui de raconter une histoire. Jusqu'à ici inconnus du
grand public (qui se souvient de leur série Anomaly?), les Polonais
de 11 bit studios ont décroché le gros lot en 2014 avec This War of
Mine, qui proposait de faire l'expérience de la guerre des Balkans
côté civil. Leur nouveau jeu, Frostpunk est disponible sur PC
depuis mardi 24 avril. Un jeu dont l'action, toujours aussi peu gaie,
a cependant le mérite de nous transporter dans un univers de
fiction: une Angleterre victorienne post-apocalyptique, frappée par
une vague de froid sans précédent. Dans le Londre de Frostpunk, le
thermomètre affiche, les beaux jours, un timide -20°C. La neige
recouverte l'intégralité du pays. Pour ne pas mourir sans avoir
tout tenté, quelques dizaines de survivants se lancent dans
l'immensité gelée et se décident à fonder une petite colonie
autour d'un gigantesque réacteur à charbon au fond d'un cratère à
l'abri du vent. C'est là que l'aventure commence. Frostpunk est un
jeu de gestion de ville, dans la lignée de Sim City. Un jeu dans
lequel, depuis le post de capitaine de la colonie, il faut subvenir
aux besoins de ses habitants, et donc développer une industrie, où
travailleront davantage d'habitants, qui auront besoins, vous l'avez
deviné, de davantage d'industrie.



Assez classique, donc,
d'autant que l'économie du jeu reste simple. On ramasse du bois, ou
mine de charbon, de l'acier, et on se débrouille pour maintenir nos
stocks de nourriture dans le vert... Sans réelle gestion de la
pollution, du trafic ou de la criminalité, Frostpunk fait
volontairement l'impasse sur ce qui fait la profondeur de la plupart
des jeux du genre. Sauf qu'il y a un twist: on organise pas une ville
par -50°C comme une banlieue pavillonnaise américaine. Les nerfs de
la guerre, c'est la chaleur qui produit le générateur géant. Pour
avoir une chance de tenir, il faut en permanence l'alimenter en
charbon. Débloquer des paliers technologiques pour lui permettre de
réchauffer plus fort, plus loin, tandis que le fond de l'air, de
jour en jour, se rafraîchit inexorablement.Surtout cela change
complètement le rapport à la planification urbaine. Chaque mètre
carré devient précieux. Mais les dilemmes ne tardent pas à
apparaître: vaut-il mieux loger tout le monde, ou construire un
atelier? Un hôpital de campagne ou une scierie? Très vite la
question se pose: que faire des enfants? On peut décider de leur
construire des abris d'où ils pourront prêter assistance aux
scientifiques ou aux médecins à moins, plus prosaïquement, qu'on
ne préfère les envoyer à la mine. Bien sûr, cela va fâcher tout
le monde, mais peut-être que, si on leur offre un beau cimetière
plutôt qu'une atroce fausse commune, cela pourra calmer un peu les
esprits. Tout est possible dans Frostpunk même l'abject: il faut
juste savoir doser, ne pas laisser se faire vider complètement la
jauge d'espoir, ne pas faire déborder celle du mécontentement. Plus
tard dans la partie, ce sont des véritables choix de société (en
gros, fasciste et théocratique) qui sont proposés, et vers lesquels
devront se tourner ceux qui ont demandé de trop grands sacrifices à
leur peuple. Le jeu Frostpunk ne coûte que 30,00, mais ça vaut bien
le prix. En imposant une fin au jouer Frostpunk s'interdit d'être un
jeu de gestion, et c'est ainsi qu'il devient un grand jeu tout court.   

Deuxième éruption de cette année du volcan le Piton de la Fournaise.

Deuxième éruption de cette année du volcan le Piton de la Fournaise.http://www.via214.net/




Suite à la crise
sismique débutée à 20 h 15 (heure locale) ce vendredi 27 avril
2018, le volcan le Piton de la Fournaise (île de La Réunion) est
entrée en éruption à 23 h 50. D'après les renseignements fournis
par l'observatoire volcanologue du Piton de la Fournaise, la ou les
fissures se sont ouvertes su le flan sud du volcan, dans le secteur
du cratère Rivals. En conséquence, le préfet a décidé de
déclencher l'alerte 2-2 du plan ORSEC *Volcan "éruption en cours"
à compter de ce samedi 28 avril 2018 à 00 h 30. L'accès au public
à l'enclos Fouqué, depuis le sentier du Pas de Bellecombe ou depuis
tout autre sentier, ainsi que le poser d'aéronefs dans la zone du
volcan, sont interdits jusqu'à nouvel avis. Pour rappel, le sentier
du Nez Coupé de Sainte-Rose est interdit à la circulation est
interdit à la circulation pédestre à partir du Piton Partage en
raison d'un danger réel et imminent d'effondrement, d'après la
publication dur Facebook du site Fournaise.info. Finalement, c'est au
bout de peu plus 3 heures, que des fissures se sont ouvertes sur le
flan sud du volcan le Piton de la Fournaise. La préfecture qui s'est
empressée de déclencher l'alerte 1 "éruption imminente" à 21 h
30, s'est empressée d'activer l'alerte 2 "éruption en cours" ce
samedi à 00 h 30. Cela signifie que tous les amateurs désirant se
rendre au volcan pour observer l'éruption, des restrictions
s'imposent.  

Séoul: les dirigeants de la Corée du Nord et de la Corée du Sud se sont mis d'accord sur un retrait

Séoul: les dirigeants de la Corée du Nord et de la Corée du Sud se sont
mis d'accord sur un retrait de toutes les armes nucléaires.http://www.via214.net/




Une poignée de main et
des sourires, le son rare de la voix du leader nord-coréen devant la
caméra et les gardes du corps en course, faisaient partie des
spectacles de la rencontre historique entre les deux dirigeants
coréens. A Seoul, les deux dirigeants de la Corée du Nord et de la
Corée du Sud se sont mis d'accord vendredi pour retirer toutes les
armes nucléaires de la péninsule et poursuivre les pourparlers avec
les Etats-Unis pour la fin officielle de la guerre de Corée. Lors de
ce sommet historique, c'est la première fois qu'un dirigeant
nord-coréen met le pied dans le Sud, les dirigeants ont promis de
négocier un traité pour remplacer une trêve qui a maintenu une
paix précaire sur la péninsule coréenne divisée pendant plus de
six décennies. Un traité de paix a été l'une des incitations que
la Corée du Nord a réclamées en échange du démantèlement de son
programme nucléaire. "La Corée du Sud et du Nord ont confirmé
l'objectif commun de réaliser une dénucléarisation complète, un
péninsule coréenne dénucléarisée» a déclaré le chef de la
Corée du Nord, Kim Jong-un, et le président du Sud Moon Jae-in lors
de la réunion ténue au village frontalier de Panmunjom. Les
accords ont été conclus à la fin d'une journée diplomatique
extraordinaire soulignant les espoirs de réconciliation et de
désarmement diffusés en direct dans le monde entier, en commençant
par un sourire et une poignée de main que Kim et Moon se sont
échangés dans le village frontalier. Une conversation de 30 minutes
qu'ils ont eu près de la fin de la journée dans une zone boisée du
village. Leur réunion a été marqué par des moments étonnamment
candides mais aussi des promesses majeures, M. Kim déclarant "Je
suis venu ici pour mettre un terme à l'histoire de confrontation".
L'accord était toutefois court sur les détails, les calendriers et
les prochaines étapes. L'événement à la Maison de la Paix, une
conférence sur le côté sud-coréen de Panmunjom, a été surveillé
de près car il pourrait donner le ton au sommet encore plus critique
entre le président Trump et M. Kim, deux leaders connus pour leur
audace. Imprévisible, des actions qui ont mis le monde à rude
épreuve l'année dernière avec des menaces de guerre nucléaire.
L'administration Trump a renforcé les sanctions contre la Corée du
Nord avec l'aide de la Chine et, consciente que le Nord n'a pas tenu
ses promesses dans le passé, a insisté pour que M. Kim fasse des
progrès substantiels en démantelant son arsenal nucléaire. Mais en
acceptant de conclure un accord de paix cette année, M. Moon a
présenté la perspective de progrès vers l'un des objectifs
principaux de la Corée du Nord avant que le Nord abandonne ses armes
nucléaires, et peut-être des mesures pour retirer les troupes de la
zone démilitarisée, zone tampon lourdement armée entre les deux
Corées, et créer une zone de pêche conjointe autour de la
frontière maritime occidentale contestée, une scène d'escarmouche
navale sanglante entre les deux Corées. M. Moon a également fait
miroiter une incitation économique, réaffirmant les promesses
faites par le passé par le Sud, d'énormes investissements pour
aider améliorer les réseaux routiers et ferroviaires du Nord. Mais
ces accords se sont effondrés alors que le Nord persistait à
développer des armes nucléaires, et les assistants de M. Moon ont
dit qu'une telle assistance ne peut venir qu'après que le Nord a
fait des progrès vers la dénucléarisation et que les sanctions ont été levées.




A Washington, M. Trump a
signalé son soutien à la position de M. Moon, écrivant tôt
vendredi sur Twitter "des bonnes choses arrivent, mais seul le temps
nous le dira!" Quinze minutes plus tard, il déclarait dans un tweet "CAS" POUR FINIR! "Et a déclaré que tous les Américains
devraient être "très fiers" de ce qui se passait dans la
péninsule coréenne. Lors d'une rencontre dans le bureau ovale avec
la chancelière allemande Angela Merkel vendredi, M. Trump a déclaré
qu'il croyait que le leader mord-coréen était sérieux au sujet
d'un accord pour abandonner ses armes nucléaires. "Je pense pas
qu'il joue" a déclaré M. Trump, qui a reproché à ses
prédécesseurs d'avoir géré la menace de la Corée du Nord,
affirmant qu'ils s'étaient laissé super. "Les Etats-Unis pt été
joué magnifiquement, comme un violon, parce que vous aviez un chef
différent" a déclaré M. Trump. "On ne va pas jouer, O. K? Nous
allons faire un marché, espérons-le, si nous le faisons pas, c'est
bien". Sur Twitter le président Trump a également remerciés le
président chinois Xi Jinping pour sa "grande aide" dans le processus.




Les médias de l'Etat
chinois ont joué un rôle important dans la réunion du sommet, même
si la Chine avait été laissé à l'écart avec peu d'influence sur
la procédure. Le ministère chinois des Affaires étrangères a
salué le courage des deux dirigeants coréens et s'est félicité du "nouveau voyage" pour la paix dans la péninsule coréenne. Le ton
du sommet – dont une grande partie était diffusée en direct en
Corée du Sud mais pas en Corée du Nord – était convivial et
parfois jovial, mais M. Kim faisant preuve d'honnêteté surprenante
quant aux différences de conditions entre les deux nations. Yoon
Young-chan porte-parole de M. Moon, a déclaré que M. Kim a reconnu
les mauvaises conditions routières dans son pays, une admission
surprenante pour un membre de sa famille régnante, qui est
considérée comme divine et irréprochable parmi les Nord-Coréens.
M. Kim a également révélé que les Nord-Coréens qui ont visité
le Sud pendant les jeux Olympiques d'hiver en février ont tous
admiré le train à balle là-bas. Après que M. Moon a parlé de
vouloir visiter la Corée du Nord, M. Kim a dit "Ce sera très
embarrassant" faisant allusion aux routes de là-bas. M. Kim a
également répété une phrase légère qu'il avait utilisé lors de
sa rencontre avec des diplomates sud-coréens qui se sont rendus à
Pyoungyang, la capitale nord-coréenne le mois dernier, s'excusant
d'avoir dérangé son sommeil avec des tests de missiles et
l'obligeant à assister à ses réunions. Conseil nationale de
sécurité. "Je vous ais entendu vous faire bouleverser votre
sommeil tôt le matin parce que vous deviez aller au N.S.C. Réunions
à cause de nous" a déclaré M. Kim. "Se lever tôt le matin doit
être devenu une habitude pour vous. Je ferai en sorte que votre
sommeil du matin ne soit pas perturbé" M. Moon a plaisanté "Maintenant, je peux dormir en paix."


(New York Times).

Colère en Espagne à la suite de la condamnation pour "abus sexuels" de "la Meute" de Pampelune.

Colère en Espagne à la suite de la condamnation pour "abus sexuels" de "la Meute" de Pampelune.http://www.via214.net/




La condamnation est très
inférieure aux réquisitions du parquet, qui demandaient notamment
vingt-deux ans et dix mois de réclusion contre chacun des coupables.
Ils se surnommaient "la Meute". Cinq hommes ont été condamnés à
neuf ans de prison jeudi 26 avril en Espagne, pour "abus sexuels" et "abus de faiblesse" sur une femme de 18 ans aux fêtes de Saint
Fermin, à Pampelune – la capitale de Navarre -, en juillet 2016.
Les cinq Andalous âgés de 27 et 29 ans – dont le groupe de
messagerie WhatApps était appelé "La manade" ("La Meute") - ont
également été interdits d'approcher la victime à moins de 500
mètres et de la contacter pendant quinze ans. Ils devront par
ailleurs lui verser une indemnité de 50.000 euros. Mais la décision
du tribunal de Pampelune a provoqué la colère des Associations de
défense des droits des femmes, qui déplorent que l'accusation de
viol n'ait pas été retenue par la justice. La condamnation est en
effet très inférieure aux réquisitions du parquet, qui demandait
vingt-deux ans et dix mois de réclusion contre chacun d'entre eux,
ainsi que 100.000 euros d'indemnisation totale. La procureure avait
rejeté les arguments de la défense en disant que "l'intimidation,
gravissime, avait empêché la résistance ou la fuite". Elle
expliquait que la jeune femme, qui ne s'était jamais adonnée au
sexe en groupe avait rencontré ses agresseurs sept minutes avant le
viol". La réquisition du parquet avait notamment été alourdie par
le fait que l'un des accusés est membre de la garde civile – il
est actuellement suspendu de ses fonctions -, et qu'un autre des
accusés avait appartenu à l'armée. De son côté, la défense
avait réclamé l'acquittement, et n'admettant que le vol du
téléphone de la victime, abandonnée à demi-nue dans une entrée
d'immeuble, le 7 juillet 2016. Les cinq hommes avaient auparavant
proposé à la jeune femme de la raccompagner à pied jusqu'à sa
voiture. Les prévenus arrêtés dès le lendemain des fais, sont en
détention provisoire depuis. Que le juge accepte qu'un détective
ait fouillé dans la vie privée de la jeune femme pour y chercher de
quoi justifier un crime a provoqué une vague d'indignation en
Espagne. A Madrid, Barcelone, Séville, Valladolid ou Gijon le 17
novembre 2017, des milliers de manifestants avaient exprimé leur
solidarité avec la victime aux cris de "Moi, je te croit" Sur les
pancartes, on pouvait lire leur colère: "Tant qu'on ne me tue pas,
on ne me croit pas", "Nous ne voulons pas être courageuses, nous
voulons être libres», ou encore «La justice patriarcale est
complice des agressions". Une manifestations a été organisée
jeudi soir à 20 h 00, devant le ministère de la justice. Le
ministre Rafael Catala, a admis qu'il était temps de "réfléchir à
une réforme" de la législation espagnole sur les agressions
sexuelles, qui date de 1995. De son côté, l'avocat de la victime a
annoncé qu'il allait faire appel de la décision, tout comme un
porte-parole du parquet de Navarre. Les avocats de quatre accusés
ont également annoncé leur intention de faire appel.  

La touche d'homophobie d'Hollande.

La touche d'homophobie d'Hollande.http://www.via214.net/




"Humour gras avec une
touche d'homophobie". "Monsieur les petites blagues" est-il allé
trop loin? Mercredi soir sur le plateau de "Quotidien",
l'ex-président François Hollande s'est moqué des très nombreuses
poignées de main et tapes sur le dos qu'à échangées Emmanuel
Macron avec Donald Trump lors de sa visite aux Etats-Unis. "Emmanuel
Macron est plutôt ce qu'on pourrait dire 'passif' dans le couple",
a cru bon de lâcher l'ex-chef d'Etat. Une petite blague douteuse
pour le porte-parole du gouvernement. "C'est de l'humour gras et
avec une touche d'homophobie" a affirmé Benjamin Griveaux. "J'ai
toujours trouvé que François Hollande n'avait pas été à la
hauteur de sa tâche de président de la République. Mais avec ces propos, il est en dessous de tout" a-t-il poursuivi.  

Britney Spears: la taille du sexe de son boyfriend fascine les fans du couple.

Britney Spears: la taille du sexe de son boyfriend fascine les fans du
couple.http://www.via214.net/




Depuis quelques mois,
c'est une Britney Spears heureuse en amour que l'on découvre sur les
réseaux sociaux. En couple avec le professeur de fitness qu'elle a
rencontré sur le tournage de son clip "Slumber Party", un certain
Sam Asghari, la très célèbre popstar ne le quitte plus d'une
semelle depuis... et elle a bien raison! Même lorqu'elle se rend au
Japon ou encore en Chine pour sa tournée asiatique, il est à ses
côtés. Avec sa plastique à tomber, le beau gosse remporte un franc
succès sur les réseaux sociaux... surtout depuis qu'il a laissé
entrevoir un détail de son anatomie! En effet, le 2 août 2017, avec
la photo qu'il a partagé sur Twitter (et qu'il a depuis supprimé)
le mettant en scène face à un miroir et simplement vêtu d'un
miniscule short rouge, Sam Asghari en a montré plus que prévu. Si
ses abdos suffisent d'ordinaire à faire trembler le Net, cette fois,
c'est surtout grâce à son anatomie généreuse sur le petit ami de
Britney Spears fait parler de lui. Certains internautes se demandent
même si le cliché a été retravaillé afin que son entre jambe
paraisse plus important... Mais on suppose que l'interprète du tube
Toxic est une femme comblée. Avant même de rencontrer celui qui
partage sa vie aujourd'hui, la maman de deux garçons, fruit de ses
amours avec son compagnon Kevin Federline, faisant très attention à
elle. Depuis sa descente en enfer en 2007, Britney ne pense qu'à
une seule chose: son bonheur. Et cela passe par le sport! Avec la reprise de ses shows sur scène aux
quatre coins du monde et l'arrivée de Sam Asghari à ses côtés, la
blonde est devenue une véritable fit girl! Jour après jour, Britney
Spears s'affiche plus amencie que jamais sur les réseaux sociaux.



A 35 ans, ma star américaine partage
souvent des photos de sa silhouette svelte, sur Instagram. Et elle
peut en être fière de son évolution spectaculaire!

Emmanuel Macron devant les étudiants de Washington il se la joue façon Kennedy.

Emmanuel Macron devant les étudiants de Washington il se la joue façon Kennedy.http://www.via214.net/




Bras de chemise et
proximité. Au dernier jour de sa visite d'Etat à Washington,
Emmanuel Macron s'est livré mercredi à un exercice qu'il apprécie:
la rencontre avec les étudiants. Debout et sur une estrade aux
allures de ring de boxe, le président français s'est offert un
moment d'expression libre lors d'une séance de questions-réponses
avec plus d'un millier d'étudiants de l'Université George
Washington. Les spectateurs ont été tiré au sort. "Je suis là
pour vous, soyez direct!" a-t-il dit en anglais en grimpant sur
l'estrade dressé au centre de la salle de basket de la GWU, applaudi
par les étudiants assis sur des gradins bleus aux couleurs de
l'équipe. Signe de l'intérêt qu'il suscite, les spectateurs avaient
été tiré au sort par l'université, dépassée par les 5.000
demandes de billets alors que les 1.2000 place disponibles s'étaient
arrachées en 10 minutes. Arrivé à pieds, en retard, après avoir
bavardé sur le trottoir avec quelques étudiants arborant des
pancartes contre le "bombardement en Syrie" il a été
chaleureusement ovationné debout le public. La GWU qui compte 36.000
étudiants, est comme pour être engagée politiquement. Surprise, la
première question à laquelle il a répondu portait sur les grèves
dans la fonction publique aux Etats-Unis et en France, ainsi que dans
les chemins de fer. "La grève est une expression de la démocratie", "il y a beaucoup de grèves et de manifestations, c'est normal quand
on fait des réformes, il y a des désaccords, mais au bout du compte
vous avez la loi qui est votée" a-t-il répondu. Il a ensuite
répondu à des questions variées: avenir de l'Europe, montée de
l'antisémitisme, relation avec le dalaï lama, politique africaine,
Syrie, lutte contre Daech, immigration, guerre commerciale. Mais il a
aussi été interrogé sur la situation française, comme le retour
ou non de la division gauche-droite. Il s'est notamment dit prêt à
agir comme médiator entre le dalaï lama et la Chine pour résoudre
la crise au Tibet. "Si la France peut être utile pour régler la
situation entre le dalaï lama et son peuple, et la Chine, je ferai
de mon mieux" a-t-il affirmé. Mais c'est à sur une question sur
l'immigration, l'Islam et l'insécurité, posée par une étudiante
qui voyait un lien entre ces sujets, qu'il a le plus longuement
répondu, avec un plaidoyer pour la tolérance qui a été très
applaudi. Il a été particulièrement attendu là-dessus, certains
étudiants le soupçonnant d'être anti-immigrant et islamophobe? Une
image alimentée par les félicitations que lui avait adressées la
veille Donald Trump, qui a salué les mesures "pas toujours
populaires" prises par la France pour lutter contre "l'immigration
incontrôlée". "L'Islam est un défi pour nos sociétés parce que
cette religion est nouvelle, originaire d'une autre partie du monde" a plaidé le président français. "Maintenant des millions de
personnes y croient et ce son nos concitoyens, avec les mêmes
droits. Il existe une tension avec l'Islam parce que nos populations
ne sont pas habituées, parfois. La bonne réponse n'est pas de dire
que nous devons nous en débarrasser" a-t-il dit, déclenchant des
applaudissements de la salle. "La meilleure réponse est la
tolérance et que chacun respecte les règle. Si au nom de votre
religion, vous ne respectez pas les lois, je suis contre vous mais
vous pouvez croire à ce que vous voulez" a-t-il précisé. Quant à
l'immigration il a défendu le principe de la loi en cours d'adoption
en France, que améliore le droit d'asile mais limite l'entrée de
ceux venus pour des raisons économiques. "Vous ne pouvez pas
accepter tout le monde car n'est pas une charge soutenable pour la
société française" a-t-il plaidé.  

Malia Obama en couple: Barack et Michelle écrivent à son boyfriend!

Malia Obama en couple: Barack et Michelle écrivent à son boyfriend!http://www.via214.net/




La fille aînée de
l'ancien couple présidentiel des Etats-Unis est amoureuse. A 19 ans,
Malia Obama a un chéri qui plaît beaucoup à ses parents. Barack et
Michelle Obama ont même écrit une lettre au jeune homme en lui
présentant... des excuses. Comme le rapporte la journaliste
Charlotte Griffiths, chroniqueuse mondaine du DailyMail, Malia Obama
n'est donc plus un cœur à prendre. La demoiselle a trouvé l'amour
dans les bras de Rory Farquharson, âgé de 20 ans et issu d'une
famille bourgoise. Selon le Mail, Charles et Catherine Farquharson,
les parents de Rory – qui vivent dans le Suffolk en Angleterre –
ont affirmé que leurs fils aurait reçu une lettre de l'ancien
président américaine et de son épouse. Le contenu de ce courrier
est très étonnant puisque Barack et Michelle Obama
s'excuseraient... de leur notoriété. Il faut dire que leur fille
Malia est fréquemment suivie par des photographes et que cela rend
difficile sa vie amoureuse. Ainsi, les parents de la jeune femme
auraient présenté leurs excuses à Rory concernant le fait qu'il
est désormais lui aussi, au centre de l'attention et qu'il va de
plus en plus être mitraillé. L'ancien président démocrate aurait
promis d'essayer de trouver un moyen de garder la presse à bonne
distance... Rory Farquharson a longtemps étudié dans les meilleures
écoles britanniques, pratiquant notamment le rugby à un très haut
niveau avant de poursuivre ses études à la prestigieuse université
d'Harvard. C'est là que le jeune homme a fait la rencontre de Malia
Obama, inscrite depuis plus d'un an. Les amoureux se fréquentent
depuis novembre 2017 et ont été vus ensemble à plusieurs reprises,
notamment dans les rues de New York.  

Canada: une camionnette a foncé sur la foule tuant 9 personnes et blessant 16 autres à Toronto.

Canada: une camionnette a foncé sur la foule tuant 9 personnes et blessant 16 autres à Toronto.http://www.via214.net/




Une camionnette a foncé
sur la foule ce lundi après-midi à Toronto, percutant plusieurs
piétons, neuf d'entre eux sont morts et seize autres ont été
blessés. Le conducteur a été arrêté peu après, sans que l'on
connaisse des motivations pour l'instant. La police a indiqué
qu'elle poursuivait l'enquête. Cette accident intervient alors que
Toronto accueille une réunion des ministres de la Sécurité
publique du G7, après avoir été l'hôte ce week-end de la
rencontre des ministres des Affaires étrangères des sept pays les
plus industrialisés [Etats-Unis, Japon, Allemagne, France,
Royaume-Uni, Italie et Canada]. Le chef de la police Peter Yuen
annonce neuf morts et 16 blessés dans sa conférence de presse.
L'enquête est toujours en cours.



L'un des hôpitaux de la
ville a communiqué sur les victimes qu'il a accueilli. Dans une
conférence de presse, le maire de Toronto s'est exprimé pour
communiquer son soutien aux victimes et à leur proches. "Nous
demandons aussi aux gens qui vivent ou travaillent dans cette zone de
ne pas rester, ainsi qu'aux entreprises alentours de fermer et
libérer leurs employés pour aider la police à poursuivre ses
investigations" a-t-il également déclaré. Sur les images reprises
par les médias locaux, un homme de bonne corpulence, débout sur le
côté de la camionnette fait face à un policer armé. "Il y avait
un policer et l'homme avait une arme à la main, les deux pointant
leur arme sur l'autre", a raconté Carlos, un témoin sur la chaîne
CTV News. L'homme lâche ensuite son arme avant d'être maîtriser,
puis menotté sur le capot de la voiture de police et emmené. Aucun
coup de feu a apparemment été tiré. Les autorités locales
indiquent que la camionnette aurait roulé sur le trottoir sur une
distance de plusieurs centaines de mètres, fauchant tous les piétons
sur son passage. "Nous suivons la situation, nous sommes avec ceux
qui ont été touchés" affirme le premier ministre canadien Justin
Trudeau à la presse canadienne. Dans un nouveau tweet la police de
Toronto revient finalement sur sa première annonce et indique qu'il "n'y aurait PAS eu de tirs", après de nouvelle investigations. Un
véhicule de type van a foncé sur des piétons à Toronto ce lundi
après-midi. Le journal local The Star rapporte que selon la police
locale, huit à dix personnes auraient été touchées. Cette "fourgonnette blanche" a renversé des passants sur la rue Yong, au
coin de l'avenue Finch, au nord du centre-ville de Toronto. Ces faits
rappellent les modes opératoires d'attaques à la voiture bélier
dans plusieurs grandes villes, comme à New York, Barcelone, Londre,
Paris, Berlin, ou Stockholm, où des éléments radicaux à bord de
véhicules ont fauché mortellement des piétons.




Les drapeaux de l'hôtel
de ville d'Ottawa, de la Maison du Citoyen à Gatineau et du
Parlement canadien ont été mis en berne pour souligner les
événements. Marie-France Lalonde, députée provinciale
d'Ottawa-Orléans et ministre de la Sécurité communautaire et des
Services correctionnels, a également offert ses pensées aux
victimes. "Je remercie les premiers répondants qui font un travail
important sur le terrain et les équipes médicales des services
d'urgence", a-t-elle écrit, en assurant que son ministère
surveillait avec attention la situation.

Ports africains: Vincent Bolloré en garde à vue pour soupçons de corruption.

Ports africains: Vincent Bolloré en garde à vue pour soupçons de
corruption.http://www.via214.net/



L'homme d'affaires breton
Vincent Bolloré et des cadres de don groupe ont été placés en
garde à vue mardi matin à Nanterre, la justice enquêtant sur des
soupçons de corruption entourant l'obtention par son groupe de
concessions portuaires en Afrique de l'Ouest. Le milliardaire breton
de 66 ans, encore aux commandes du groupe Bolloré mais qui a
récemment cédé les rênes de Vivendi à son fils Yannick, était
entendu depuis 10 h 00 dans les bureaux de la police anticorruption,
ont indiqué à l'AFP des sources concordantes, confirmant une
information du Monde. Des juges d'instruction tentent de déterminer
si le groupe Bolloré a utilisé les activités de conseil politique
de sa filiale Havas pour se voir attribuer la gestion des ports de
Lomé, au Togo, et de Conakry en Guinée, via une autre de ses
filiales, Bolloré Africa Logistics, anciennement appelée SDV. Le
responsable du pôle internationale de Havas, Jean-Philippe Dorent,
et Gilles Alix, directeur général du groupe Bolloré, ont également
été placés en garde à vue, a précisé la source judiciaire. Dans
un communiqué, le groupe Bolloré a "formellement" démenti avoir
commis des irrégularités en Afrique. "Le lien qui tente d'être
fait pour certains entre l'obtention de ces concessions et les
opérations de communication est dénué de tout fondement économique
et révèle une méconnaissance lourde de ce secteur industriel",
a-t-il affirmé. L'annonce de cette garde à vue a fait plonger
l'action du groupe Bolloré à la Bourse de Paris, le titre a clôturé
en baisse de plus de 6%. Au cours de l'enquête, initiée notamment
par les plaintes d'un ancien associé franco-espagnol de Bolloré,
Jacques Dupuydauby, se trouvent les conseils prodigués en 2010 par
Havas lors des campagnes présidentielles victorieuses d'Alpha Condé
en Guinée et de Faure Gnassingbé au Togo. Tous deux avaient eu
recours aux activités de conseil d'Havas, pilotées par M. Dorent.
En Guinée, SDV avait obtenu la gestion du port de Conakry quelques
mois après 'élection de M. Condé fin 2010. Et au Togo, la filiale
avait remporté le marché peu avant la réélection en 2010 de M.
Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005.  

Visite d'Etat d'Emmanuel Macron et Brigitte aux Etats-Unis pendant trois jours.

Visite d'Etat d'Emmanuel Macron et Brigitte aux Etats-Unis pendant trois
jours.http://www.via214.net/




Le président français Emmanuel Macron
et son épouse Brigitte sont en visite d'Etat aux Etats-Unis depuis
hier soir, où y resteront pendant trois jours. La première visite
du genre, du couple Macron, depuis lundi 23 avril.



Au programme: une visite
de Mount Vernon, la demeure de George Washington, pour un dîner
privé lundi soir, mais également des discussions diplomatiques sur
les sujets brûlant du moment, la lutte contre le terrorisme, le
nucléaire iranien et les taxes douanières américaines sur certains
produits européens. C'est à ce sujet que Donald Trump et Emmanuel
Macron devraient s'exprimer lors de la conférence de presse
conjointe qu'ils vont donner ce mardi 24 avril, vers 17 h 45 (heure
de Paris). Alors que tout les éloigne dans leurs convinctions et
leurs parcours, les deux présidents affichent une entente
personnelle qu'ils mettent en scène pendant les trois jours de
visite d'Emmanuel Macron aux Etats-Unis. D'un côté les deux
dirigeants s'opposent sur de nombreux sujets: climat, nucléaire
iranien, ect. Aucun dirigeant n'a par ailleurs porté de jugement
plus sévère sur la présidence Twitter de Donald Trump qu'Emmanuel
Macron dans un entretient au magazine Time, en novembre 2017. "Quand
vous avez la responsabilité de grandes institutions et de beaucoup
de personnes, vous ne pouvez pas réagir en permanence sur ce type de
média ou sur n'importe quel autre média. Vous avez besoin de temps
et de distance, vous devez vérifier les informations, réfléchir à
ce à quoi vous devez réagir ou non". En même temps, Emmanuel
Macron affiche une attitude très chaleureuse envers Donald Trump,
dans un contexte où ce dernier est moqué, méprisé ou boudé par
la plupart des autres chefs d'Etats, comme explique Laurence Nardon
responsable du programme Etats-Unis de l'Institut français des
relations internationales (IFRI). "Donald Trump est mal vu à peu
près partout dans le monde sauf en Arabie saoudite et en Israël."
Ses relations personnelles avec la chancelière allemande, Angela
Merkel, comme avec la première ministre britannique, Theresa May,
dont il est pourtant proche idéologiquement, sont très mauvaises,
car il est manifestement mal à l'aise avec l'image renvoyée par de
telles femmes politiques. Il s'agit de la première visite d'Etat
d'un dirigeant étranger à Washington depuis l'arrivé au pouvoir de
Donald Trump. La visite d'Etat, est au niveau protocolaire, le type
de rencontre le plus important aux Etats-Unis, devant la visite
officielle ce mois-ci par le premier ministre japonais Shizo Abe. Les
négociations commerciales, le troisième sujet que les deux
présidents devraient aborder ensemble. C'est avec le climat, l'autre
grand sujet de discorde, depuis le 8 mars l'administration Trump a
relevé de 25% les taxes douanières sur l'acier et de 10% sur
l'aluminium, tout en épargnant provisoirement les pays européens.
Ces derniers ont jusqu'au 1 mai pour négocier des exemptions
permanentes. La chancelière allemande Angela Merkel, devrait
également aborder ces sujets lors de sa visite à Washington le 27
avril, mais ses relations avec Donald Trump sont très mauvaises. Le
président américain s'en est pris, avant et après son élection, à
l'Allemagne en général et à la chancelière en particulier pour
dénoncer les excédents commerciaux du pays, menacer le secteur de
l'automobile de droits de douane accrus et critiquer l'accueil des
réfugiés depuis 2015. Yves Bertoncini de l'Institut Jacques Delors
a relevé: "Pour les Etats-Unis, le numéro de téléphone de
l'Europe, sa figure de référence était Angela Merkel. Désormais
c'est Emmanuel Macron". L'Iran, le deuxième sujet que les deux
présidents devraient aborder ensemble.




La lutte contre la
prolifération nucléaire et chimique sera aussi au cœur des
discussions et notamment le dossier du nucléaire iranien, sur lequel
Paris et Washington ont des sérieuses divergences d'approche. Donald
Trump n'a jamais caché son hostilité à "l'horrible accord" de
juillet 2015 entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité
de l'ONU, l'Allemagne et Téhéran gelant pour dix ans le programme
nucléaire iranien. Le 13 octobre, le président américain avait
refusé de certifier, comme la moi américaine l'exige, que l'accord
était conforme aux intérêts américains et de proroger la levée
des sanctions contre Téhéran. Donald Trump a posé la date du 12
mai comme ultimatum à ses alliés européens pour qu'ils s'entendent
avec l'Iran, afin de "remédier aux terribles lacunes" du texte. Il
réclame d'avantage d'inspections et surtout, des gages pour l'après
alors que l'accord limitant l'activité nucléaire de Téhéran est
censé expirer contre 2025 et 2030. La France s'emploie, avec les
autres signataires européens, l'Allemagne et le Royaume-Uni, à la
compléter avec des "recommandations fortes" y compris la menace de
nouvelles sanctions à propos de missiles balistiques, afin
d'augmenter la pression sur Téhéran et de donner des gages au
président américain. Le retrait des Etats-Unis donnerait en effet
le cou de grâce, à l'accord de 2015, même si les autres
signataires à commencer par les Européens, continueraient à en
respecter les termes. De son côté l'Iran promet de reprendre
"vigoureusement" l'enrichissement d'uranium, si les Etats-Unis
décideraient de se retirer du traité. La lutte contre le terrorisme
et ses financements est un combat prioritaire que la France comme les
Etats-Unis. Une conférence internationale sur ce sujet se tiendra à
Paris les 25 et 26 avril. Les deux pays veulent éradiquer
l'organisation djihadiste Etat islamique, encrée de en Syrie et en
Irak. Emmanuel Macron espère convaincre Donald Trump de maintenir
les quelques 2.000 soldats américains, notamment les forces
spéciales, déployés dans le nord-est de la Syrie, dans le
territoire contrôlé par les FDS (forces démocratiques syriennes) à
prédominante kurde.




La deuxième journée de
la visite d'Etat sera marquée par une conférence de presse commune.
Une fois ces discussions diplomatiques terminées, Donald Trump et
Emmanuel Macron donneront une conférence de presse, vers 17 h 45 (heure de Paris). Ils iront ensuite visiter le cimetière d'Arlington,
où sont enterrés des milliers de soldats américains. La journée
se terminera par un dîner d'Etat. Environ 130 personnes y sont
attendues.