Portrait
Via214
Fermer

Paysages d'autrefois

Coups de feu à la Gloire : blessé devant son fils de 8 ans

Coups de feu à la Gloire : blessé devant son fils de 8 anshttp://www.via214.net/


Publié le 21/07/2018 à 06:46 Claire Lagadic




Toboggan, jeux pour enfant, le petit parc municipal situé rue Claude-Augé,
dans le quartier de la Gloire à Toulouse, paraît plutôt paisible.
À quelques dizaines de mètres pourtant, un tag rouge sur un mur indique : "Point de deal", agrémenté d'une flèche afin que les clients ne se perdent pas. La cité de la Gloire, au nord de
Toulouse, a été le théâtre, jeudi, peu avant 18 h 30, d'une tentative d'homicide à l'encontre d'un homme de 33 ans, sur ce terrain de jeux (notre
édition d'hier).
Un individu a surgi sur les lieux et a tiré à trois ou quatre reprises en direction de sa victime, touchée à la main par du plomb. Des témoins ont entendu plusieurs détonations. À ce
moment-là, la personne visée était accompagnée d'un petit garçon de 8 ans, son fils. Il se trouvait à quelques centaines de mètres de son domicile. Après les tirs, l'auteur est resté quelques instants sur place avant de prendre la fuite et de s'évanouir dans
la nature. Dans le square, le père de famille, touché au niveau de la main a été pris en charge par les sapeurs-pompiers qui l'ont médicalisé sur place plusieurs dizaines de minutes avant de le conduire à l'hôpital. Ses jours n'étaient pas en danger. Malgré
les recherches effectuées par la police, le tireur est resté introuvable. Les lieux de l'agression ont été passés au peigne fin de sorte que les enquêteurs ont collecté les moindres traces et
indices utiles pour retrouver le suspect. Ces derniers ont été confiés aux experts du laboratoire de police scientifique. Les témoins ont été entendus.


Trafic de drogue?


Le parquet a confié cette enquête pour tentative d'homicide à la brigade criminelle et de répression des atteintes aux personnes (BCRAP) de la sûreté départementale de la Haute-Garonne. Pour quelle raison s'en est-on pris à ce père de famille de 33 ans ?
S'agit-il d'un règlement de comptes sur fond de trafic de produits stupéfiants comme le laissent à penser le scénario et le lieu de l'agression ? Le mobile n'a-t-il rien à voir ? Depuis jeudi soir, les enquêteurs de la BCRAP explorent toutes les pistes. Toujours
est-il que la cité de la Gloire est un haut lieu du trafic d'héroïne à Toulouse. Il y a quelques mois, une descente des policiers de la sûreté départementale avait permis la prise record de 5 kg d'héroïne, 1,5 kg de cocaïne et 249 000 € en liquide dans ce
secteur.

Airbus: ouvert à une fusion avec BAE Systems sur le marché des chasseurs

Airbus: ouvert à une fusion avec BAE Systems sur le marché des chasseurshttp://www.via214.net/




21/07/2018 | 23:59


LONDRES, 21 juillet (Reuters) - Le président exécutif d'Airbus s'est dit ouvert à la fusion des activités de son entreprise dans le domaine des avions de chasse avec celles de BAE Systems, rapporte le Sunday Times. Tom Enders a jugé le moment venu d'"envisager sérieusement de regrouper et de fusionner les efforts", estimant qu'"il n'y a pas de place pour trois programmes différents, ni même pour deux". Ni
Airbus et ni BAE Systems n'ont pu être contactés.


(Alistair Smout, Jean-Philippe Lefief pour le service français)



Les industriels allemands prônent l'ouverture des marchés

Les industriels allemands prônent l'ouverture des marchéshttp://www.via214.net/



22/07/2018 | 00:28


BERLIN, 22 juillet (Reuters) - Les droits de douane instaurés récemment par
les Etats-Unis et ceux qu'ils menacent d'ajouter risquent de nuire à leurs propres activités commerciales, avertit Dieter Kempf, directeur de la Fédération de l'industrie allemande (BDI), dans un
entretien accordé au Welt Am Sontag.Washington taxe les importations d'aluminium et d'acier européens depuis le 1er juin et envisage de le faire avec les voitures et les pièces détachées. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, se rendra mercredi à Washington pour évoquer le sujet avec Donald Trump."Les droits de douane sous couvert de sécurité nationale devraient être abolis", estime Dieter Kempf, invitant Jean-Claude Juncker à signifier clairement au président américain que les Etats-Unis
pâtiraient également d'une taxation des importations de voitures et de pièces détachées. Les constructeurs automobiles allemands emploient plus de 118.000
personnes aux Etats-Unis et 60% de ce qu'elles produisent est exporté, souligne-t-il, invitant l'Europe à "ne pas céder au chantage" et à "afficher sa confiance". "Tous les arguments en faveur de ces droits de douane sont (...) finalement assez fantaisistes", juge quant à lui Eric Schweitzer,
président de la fédération allemande des Chambres de commerce (DIHK). L'économie
allemande compte depuis des décennies sur l'ouverture des marchés et sur un système commercial mondial fiable, poursuit-il, mais, "chaque jour, les entreprises allemandes sentent la fracture transatlantique se creuser".


(Michelle Martin, Jean-Philippe Lefief pour le service français)


G20-La France rejette l'ouverture commerciale des Etats-Unis

G20-La France rejette l'ouverture commerciale des Etats-Unishttp://www.via214.net/




22/07/2018 | 02:24 par Luc Cohen et
David Lawder



BUENOS AIRES, 21 juillet (Reuters) - Le secrétaire américain au Trésor a tenté samedi de mettre l'Europe et le Japon de son côté dans le bras de fer commercial avec la Chine, en leur proposant des accords de libre échange, mais s'est heurté à la ferme résistance de la
France, lors d'une réunion des ministres des Finances du G20 à Buenos Aires.
"Si l'Europe croit au libre échange, nous sommes prêts à signer un accord en ce sens", a déclaré Steven Mnuchin, ajoutant qu'un tel accord nécessiterait non seulement l'élimination des droits de douane, mais des barrières non tarifaires et des subventions. "Il
faut régler les trois problèmes", a-t-il insisté.
"Nous refusons de négocier avec un pistolet sur la tempe", lui a
indirectement répondu le ministre français de l'Economie et des
Finances, Bruno Le Maire, excluant d'entamer des négociations
commerciales avec les Etats-Unis sans une levée des droits de douane sur l'acier et d'aluminium importés de l'Union européenne, du
Canada et du Mexique.
Cette mesure imposée en juin par Donald Trump lui a valu une riposte
commerciale des "28". Le président américain envisage désormais de taxer les automobiles, ce qui frapperait durement les Etats membres de l'UE et le Japon.
Washington a également décidé de taxer 34 milliards d'importations chinoises et Donald Trump s'est dit prêt à porter le total à 500 milliards.


OLAF SCHOLTZ PESSIMISTE


Le Fonds monétaire international (FMI) a mis en garde samedi contre les risques que cette guerre commerciale fait peser sur la croissance économique mondiale.
Christine Lagarde, directrice générale du Fonds, a présenté aux ministres
des Finances et gouverneurs des banques centrales du G20 un rapport selon lequel les tensions commerciales pourraient faire baisser le PIB mondial de 0,5%.Dans une note rédigée à l'attention des ministres des Finances, le FMI
estime par ailleurs que la croissance mondiale devrait atteindre 3,9% en 2018 et 2019.Steven Mnuchin a quant à lui affirmé devant la presse qu'il n'y avait pour l'instant pas d'effet macro-économique sur l'économie mondiale. Les
conséquences micro-économiques de ce bras de fer commercial ne
devraient pas empêcher les Etats-Unis de connaître une croissance
de 3% cette année, a-t-il ajouté.
Lors de leur dernière réunion, fin mars, les ministres des Finances du G20 s'étaient contentés de promettre de "poursuivre le dialogue", faute d'accord sur la politique commerciale.
Selon le brésilien Eduardo Guardia, ils ont cette fois reconnu que les
risques pesant sur l'économie mondiale s'étaient accrus depuis leur
dernière entrevue. Le communiqué final, a-t-il poursuivi, reflétera la nécessité, en particulier pour les marchés émergents qui ont été perturbés par la faiblesse des devises, d'entreprendre des réformes pour faire face à la volatilité.
Je ne m'attends pas à ce que des progrès tangibles soient accomplis lors de cette réunion", a quant à lui déclaré le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, dans l'avion qui le conduisait à
Buenos Aires.


(Avec Eliana Raszewski et Scott Squires, Jean-Philippe Lefief pour le
service français)



Le FBI publie des documents sur la surveillance d'un ancien conseiller de Trump

Le FBI publie des documents sur la surveillance d'un ancien conseiller
de Trumphttp://www.via214.net/




22/07/2018 | 03:53



WASHINGTON, 21 juillet (Reuters) - Le FBI a publié samedi soir des documents
relatifs à la surveillance de Carter Page, ancien conseiller de campagne de Donald Trump, dans le cadre d'une enquête ouverte pour déterminer s'il a comploté avec les autorités russes pour peser sur l'issue de l'élection présidentielle américaine de 2016.
Dans ces 412 pages, figurent notamment les demandes que le FBI a présentées à la Cour de surveillance des renseignements étrangers (Foreign Intelligence Surveillance Court). "Le FBI pense que Page a collaboré et conspiré avec le gouvernement russe",
peut-on lire dans l'une d'elle, déposée en octobre 2016.
"Le FBI estime que les efforts du gouvernement russe sont coordonnés avec Page et peut-être d'autres personnes associées à" l'équipe de campagne de Donald Trump, disent par ailleurs les
auteurs d'un de ces documents. L'ancien conseiller de campagne de Trump a selon eux "établi des relations avec des fonctionnaires russes, y compris des agents des services de renseignement".
Pour Nancy Pelosi, présidente du groupe démocrate à la Chambre des représentants, "ces documents prouvent clairement qu'il y a eu coordination entre la Russie et Carter Page (...) pour influencer illégalement l'élection présidentielle américaine de 2016".
Les parlementaires républicains contestent la légalité de la demande
de surveillance de Carter Page. Selon eux, elle s'appuie notamment un dossier fourni par Christopher Steele, un ancien agent des services de renseignement britanniques, or le FBI a omis de préciser qu'il était employé par une firme mandatée par le parti démocrate pour effectuer des recherches sur les affaires de Trump.
Michael Horowitz, inspecteur général du département de la Justice, a promis en mars de déterminer si les procédures ont été respectées.
Douze membres des services de renseignement russes ont été inculpés la
semaine par un grand jury américain pour le piratage de systèmes informatiques du parti démocrate en 2016.


(David Shepardson, Jean-Philippe Lefief pour le service français)


Des pièces de 1 et 2 centimes en sursis... avant de passer au "zéro cash"

Des pièces de 1 et 2 centimes en sursis... avant de passer au "zéro
cash"http://www.via214.net/



VU 6021 FOIS LE 20/07/2018 À 19:41 MIS À JOUR LE 20/07/2018 À 21:30




Après avoir "fuité" à de nombreuses reprises, le rapport du Comité d’action publique (CAP) 2022 a été publié hier par le syndicat Solidaires finances publiques.


Et avec lui sont "dévoilées" les mesures préconisées par la quarantaine de membres du Comité, visant à "réinventer le service public pour mieux servir".


De nombreux démentis



Quelques propositions avaient été révélées en début de semaine, comme la
fin de la TVA réduite dans le bâtiment et la restauration, la fin des augmentations générales (par hausse du point d’indice), ou des diminutions d’effectifs à Pôle emploi - le tout pour une trentaine de milliards d’euros d’économies de. Autant de mesures démenties par le gouvernement.


Parmi les autres mesures classées en 23 "blocs" de propositions, la fin des pièces de 1 et 2 centimes d'euro: "On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces
de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple", note le rapport.


La mesure est préconisée "à court terme". Il s'agirait d'une première étape vers le "zéro cash", qui permet de
mieux lutter contre la fraude.



Même si ce sujet fait souvent l’objet de nombreux débats en France, Christophe Beaux, le PDG de la Monnaie de Paris, soulignait en octobre 2015 que "si ces pièces sont enlevées, les prix vont
être arrondis à l’unité supérieure et la population va ressentir une hausse des prix".



Suivre l'exemple belge?



Mais une pièce de 1 centime d'euro coûte... 1,2 centime à produire. La
Belgique a ainsi fait le choix d'autoriser les commerçants à arrondir aux 5 centimes les plus proches (au-dessus ou au-dessous) le montant global d'un ticket de caisse.


D'ailleurs, le rapport préconise aussi de supprimer les espèces, les chèques
et les timbres pour les paiements fiscaux et sociaux d’ici deux
ans. Afin d’accompagner en particulier les publics les plus fragiles, des solutions intermédiaires pourraient être envisagées(par exemple utilisation d’une carte sans contact).


Le rapport CAP 2022 propose enfin de rendre obligatoire l’acceptation
des paiements dématérialisés (carte bancaire, téléphone, virement) pour tous les achats, sans montant minimum, et de
développer une application par laquelle les consommateurs pourraient
aisément signaler des difficultés.



D'autres mesures envisagées



- Un guichet unique "service public" dans le rural, "afin
que l’usager n’ait plus à se déplacer plusieurs fois".
Cela coûte surtout moins cher.


- Fermeture du ministère des Sports : la gestion de l’élite serait confiée à une agence, le reste aux collectivités locales.



- Des contrats de droit privé : la fin du statut de la fonction publique n’est pas annoncée, mais presque…



- Plus de zones gendarmerie : de 30 à 177 (admirez la précision…) circonscriptions de sécurité peu peuplées passeraient de la police à la gendarmerie.



- Le bracelet au lieu de la prison : le premier coûte 10 € par jour, contre 100 € la journée de détention. Il serait généralisé pour la détention provisoire.



- Les allocations familiales sous condition de revenu : une vieille
idée, partiellement réalisée par François Hollande. 30 % des ménages ne percevraient plus d’allocations familiales.



- Péages urbains : comme à Londres ou Stockholm, avec exemption pour les véhicules électriques.


Toutes ces idées ne sont que des propositions recensées dans un rapport.
Le gouvernement, qui en a démenti plusieurs, cherche bien 60 milliards d'euros d'économies. Mais il n'a pas (encore) décidé comment...










Prince George fête bientôt son anniversaire, découvrez le premier cadeau qu'il a reçu !

Prince George fête bientôt son anniversaire, découvrez le premier cadeau qu'il a reçu!http://www.via214.net/



Ecrit par Betty R



Alors que le prince George est sur le point de fêter ses cinq ans,
découvrez le tout premier cadeau qu'il a reçu !





Un véritable honneur ! Eh oui les meltynautes, dimanche proche, l'aîné des enfants de Kate Middleton et du prince William fêtera ses cinq ans. Un anniversaire très attendu par les admirateurs du clan royal. Alors que la rédac' de melty vous proposait de découvrir les surnoms des membres de la
famille royale qui risquent de vous faire bien rire, sachez que le petit garçon a déjà reçu un premier cadeau. Il lui a été offert par le Royal Mint. Il s'agira d'une pièce de 5 livres en honneur du petit prince et qui pourra même acheter par le public britannique. Ils pourront y découvrir une image de Saint George, le patron d'Angleterre. Mais ce n'est pas tout puisqu'il y aura aussi un dragon. D'après la légende, ce dragon avait pour habitude d'attaquer les habitants de la ville de St George et un chevalier du même nom décida alors de se battre contre lui et serait parvenu à le tuer. Il s'agit d'évoquer le courage et le triomphe du bien contre le mal à l'occasion de l'anniversaire du fils du Duc et de la Duchesse de
Cambridge. Vous pouvez d'ailleurs jeter un coup d'oeil à la pièce par ICI. Un joli présent que ses parents garderont certainement précieusement. En attendant de plus amples informations, découvrez
pourquoi la princesse Charlotte est plus bankable que le prince
George.

Le père de Meghan Markle a peur pour sa fille, "je vois dans ses yeux qu'elle est terrifiée"

Le père de Meghan Markle a peur pour sa fille, "je vois dans ses
yeux qu'elle est terrifiée"http://www.via214.net/


Par Jordane Guignon Le 16 juillet 2018 mis à jour 18 juillet 2018




Et il va encore s'étonner que la famille royale ne l'accueille pas à bras ouverts...



Alors qu'il ne cesse de se plaindre du peu de considération de la famille royale à son égard, Thomas Markle, le
père de Meghan, n'a pas pu s'empêcher de s'épancher une nouvelle fois dans la presse britannique. Cette fois-ci, c'est pour"défendre" sa fille. Il semble craindre le pire pour elle. Selon lui, la nouvelle duchesse de Sussex vit sous une pression constante depuis son mariage et il s'inquiète. Ce que je pense de ma fille en ce moment, c'est que je crois qu'elle est terrifiée, a déclaré Thomas Markle, 73 ans, au Sun. Je le vois dans ses yeux, je le vois dans son visage et je le vois dans son sourire. Je l'ai vue sourire pendant
des années. Je connais son sourire. Et je n'aime pas celui que je vois maintenant. Ce n'est même pas un sourire mis en scène - c'est un sourire douloureux. Peut-être qu'elle a connu quelques jours difficiles, je ne sais pas. Mais cela m'inquiète vraiment. Je pense qu'elle est sous trop de pression. Il y a un prix élevé à payer pour être marié à cette famille."



Il dénigre l'étiquette



Thomas Markle, l'Américain, a une dent contre la famille royale anglaise dont il juge les us et coutumes obsolètes. "Je ne blâme ni Harry ni qui que ce soit, mais ils suivent des règles qui n'ont aucun sens pour moi. Ils ne sont pas moins humains que quiconque. Je
suis désolé qu'ils ne puissent pas montrer leurs émotions." Le code vestimentaire imposé à sa fille?
Tout le monde applaudit, lui le trouve "ridicule. Meghan semble sortir tout droit d'un vieux film. Pourquoi en 2018 devrait-on s'habiller comme dans les années 1930? Pourquoi se couvrir les
genoux?", raille-t-il.



Il se plaint, il se moque mais l'ancien directeur de la photographie a
toujours du mal à comprendre pourquoi la famille royale le rejette. Certes, il y a eu cette histoire de vraie-fausse paparazzade organisée quelques jours avant le mariage de Meghan et Harry, mais "je me suis déjà excusé auprès de la famille royale. (...). J'ai plutôt réussi ma vie. Je suis assez franc sur certaines choses mais je ne suis pas différent de tout autre père", se défend
Thomas Markle. Et s'il cessait tout simplement de faire appel aux tabloïds pour s'apitoyer sur son sort?

Miley Cyrus et Liam Hemsworth séparés? L'acteur dément les rumeurs

Miley Cyrus et Liam Hemsworth séparés? L'acteur dément les rumeurshttp://www.via214.net/


Par Mélanie Faure Le 19 juillet 2018 à 22h57




Le feuilleton Liam Hemsworth et Cyrus continue. Après la rumeur faisant les gros titres au sujet de l'annulation de leurs fiançailles,l'acteur de la saga cinématographique Hunger Games a tenu à mettre les choses au clair... subtilement. Ce jeudi 19 juillet, Liam
Hemsworth a publié sur sa story Instagram une vidéo de Miley Cyrus et
lui complices dans leur véhicule. "Je suis le seul et unique", lance le comédien américain. Un message subtil pour démentir les rumeurs de l'annulation de leurs fiançailles?Selon Ok! Australia, Liam Hemsworth serait prêt à devenir papa, ce qui n'est pas le cas de Miley Cyrus. "Ce n'est pas le futur qu'imagine Miley, a indiqué un proche au magazine australien.
Il a le cœur brisé. Miley retardait le mariage et Liam s'est lassé. Cela
fait des mois que rien ne va plus entre eux. [Miley] ne voulait pas vraiment se marier. C'est quelque chose que tout le monde avait compris sauf Liam. Sa famille le suppliait d'ouvrir les yeux mais il croyait Miley. Maintenant il se sent comme un idiot."


L'année dernière encore, Miley Cyrus, 25 ans, confiait que le mariage n'était pas sa priorité."J'ai 24 ans. J'ai encore des choses à vivre", estimait-elle. L'ex
star de Disney finira-t-elle par changer d'avis ?




Etats-Unis: Des discussions en "cours" pour la venue de Poutine à Washington

Etats-Unis: Des discussions en "cours" pour la venue de Poutine à Washingtonhttp://www.via214.net/


International|Le Parisien avec AFP |
19 juillet 2018, 23h26|


Sous le feu des critiques, Donald Trump enfonce le clou. Il veut "poursuivre le dialogue" avec l’homme fort du Kremlin.


En pleine polémique sur les déclarations qu'il a faites lundi à Helsinki, Donald Trump s’est dit jeudi impatient d’une nouvelle rencontre avec Vladimir Poutine. Aussi a-t-il demandé à son
conseiller à la sécurité nationale John Bolton "d’inviter le président Poutine à Washington à l’automne et ces discussions sont déjà en cours".


C’est ce qu’a expliqué la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders sur Twitter. Lundi en Finlande, le président américain "a accepté la poursuite du dialogue" entre les conseillers à la
sécurité nationale des deux pays, a-t-elle encore ajouté.


Sous le feu des critiques, au sein même de son propre camp, depuis le face-à-face dans la capitale finlandaise où il a multiplié les déclarations pour le moins conciliantes vis-à-vis de son homologue russe, Donald Trump s’en est pris avec virulence aux journalistes
coupables à ses yeux de ne pas avoir souligné le "grand succès" de leur face-à-face. Il entend surtout rebondir.


L’ennemi: les "médias fake News"


"Le sommet avec la Russie a été un grand succès, sauf pour le vrai ennemi du peuple, les médias fake News", a-t-il tweeté jeudi, reprenant une expression particulièrement agressive qu’il avait
déjà utilisée en 2017. "J’attends avec impatience notre deuxième rencontre pour que nous puissions commencer à mettre en
place certaines des choses dont nous avons parlé", avait-il
ajouté.


Citant, pêle-mêle, la lutte contre le terrorisme, "la sécurité pour Israël", les cyberattaques, les échanges commerciaux, l’Ukraine, la paix au Proche-Orient ou encore la Corée du Nord, il a estimé que ces problèmes pouvaient "tous être réglés", même si
certaines réponses étaient difficiles.


Poutine plaide pour un renforcement des contacts



Fait remarquable, Vladimir Poutine avait, quelques heures plus tôt, lui
aussi dénoncé les critiques visant Donald Trump, stigmatisant les "forces" aux Etats-Unis "prêtes à sacrifier les relations russo-américaines à leurs ambitions".


Plaidant pour un renforcement des contacts entre les deux grandes puissances nucléaires, le maître du Kremlin a notamment rappelé que le traité de réduction du nombre des armes nucléaires entre la Russie et les
Etats-Unis, le New START, devait expirer en 2021.


A Washington, les critiques restaient vives, tant sur le sommet que sur les jours qui ont suivi. "En ce qui concerne la Russie, cela a été une mauvaise semaine et il est impératif que (Donald Trump) comprenne qu’il a mal évalué Poutine", a lancé le sénateur républicain Lindsey Graham, un sénateur républicain pourtant souvent en phase avec le milliardaire.



Trump toujours soutenu par ses électeurs



Le tête-à-tête Trump/Poutine, qui a duré environ deux heures, fait désormais l’objet d’intenses conjectures. Certains élus ont même demandé que l’interprète du président américain soit
interrogée par le Congrès.


Fait rare, le directeur du renseignement américain, Dan Coats, est monté
au créneau pour défendre le travail de ses équipes après les propos de Donald Trump - sur lesquels il est partiellement revenu
depuis mettant en doute l’ingérence russe.


Selon un sondage CBS News publié jeudi, seul un tiers (32 %) des Américains approuve la façon dont Donald Trump a géré le rendez-vous d’Helsinki. Dans le camp républicain, cependant, le taux d’approbation monte à 68 %.





Vaudreuil Golf Challenge: 42 Bleus sur une terre de champions

Vaudreuil Golf Challenge: 42 Bleus sur une terre de championshttp://www.via214.net/


David CHARPENET (Sport24)16/07/2018 | Mise à jour:17/07/2018 à 19:32




Le Vaudreuil Golf Challenge est un véritable tremplin pour les joueurs
du Challenge Tour qui ont pris l'habitude de briller parmi l'élite
après avoir été sacrés en Normandie. Toujours à la recherche d'un premier titre, les Français rêvent d'être enfin couronnés au pays des Vikings.


Depuis son intronisation au calendrier du Challenge Tour en 2013, le
vainqueur du Vaudreuil Golf Challenge a toujours rejoint l'European Tour dès la fin de saison, en brillant même la plupart du temps. Premier de cordée, l'Américain Brinson Paolini est celui qui a connu le moins de succès avec une année 2014 bien terne parmi l'élite et plus aucun podium depuis sa victoire au cœur de l'été 2013. L'Anglais Andrew Johnston ouvrait réellement la voie
l'année suivante en s'imposant largement (notamment sur Clément Sordet, alors amateur). Celui qui allait rapidement gagner le surnom de "Beef", s'imposait en 2016 sur l'European Tour et confirmait son statut de star du circuit grâce à un talent et une bonhomie aussi
immenses que sa barbe est foisonnante. Le Suédois Alexander Björk
et l'Anglais Aaron Rai, titrés en 2016 et 2017 ont également gagné sur l'European Tour depuis. Et le Néo-Zélandais Ryan Fox a bien failli les imiter il y a deux semaines, avec
une défaite en playoff face à l'Écossais Russell Knox et son putting chirurgical. Tous ces champions ont rejoint l'European Tour dès la saison suivante, et Aaron Rai peut même se vanter
d'avoir rejoint le Tour dès la fin du Vaudreuil Golf Challenge qui était son troisième titre de la saison. Le Danois J.B. Hansen aurait pu rêver pareil destin avec déjà deux titres au
compteur cette saison, mais le Scandinave n'est pas au départ au
Vaudreuil. Toujours pas de victoire française...



Et au milieu de cet océan de champions, même les dauphins ont fière allure avec notamment Adrian Otaegui, Clément Sordet,Thomas Linard, Byeong-Hun An, Sihwan Kim, Jens Fahrbring et Morten
Orum Madsen, tous également au moins une saison complète sur l'European Tour après une deuxième place en Normandie. Mais depuis 2013 et la première édition, jamais aucun Français n'a réussi à
s'imposer! Cette année, aucun Tricolore n'a d'ailleurs encore triomphé sur une étape du Challenge Tour. Une première depuis 2010 aussi tard dans la saison et l'unique victoire française de Romain
Wattel à Strasbourg... au mois de septembre! Les astres ne sont
malheureusement pas forcément bien alignés en 2018 pour démentir cette triste statistique puisque aucun golfeur français n'est actuellement dans le top 15 de la Road to Ras al Khaimah.


Un tracé manucuré



Pour cette édition 2018, les équipes de Jean-Claude Forestier et
Guillaume Biaugeaud ont décidé de mettre un peu plus de rough le long des fairways toujours aussi manucurés et étonnamment verts malgré une sécheresse inhabituelle. Un choix particulièrement
heureux esthétiquement qui divisera peut-être les concurrents... notamment les moins adroits driver en main. Cette année, seul trois membres du top 15 ont fait le déplacement sur cette terre de Vikings (comme le rappelle le trou numéro 5). Aux quarante-deux Tricolores
d'en profiter dans un été où tout sourit au sport bleu-blanc-rouge!


L'Europe inflige une amende record de 4,34 Md€ à Google

L'Europe inflige une amende record de 4,34 Md€ à Googlehttp://www.via214.net/


Par Philippe Filippone, publié le 18
Juillet 2018




Empêtré depuis 2017 dans une affaire d'abus de position dominante en Europe
concernant Android, Google a été finalement sanctionné par la
Commission Européenne. La sanction est lourde, 4,34 milliards
d'euros, mais le géant américain compte bien faire appel de cette
décision.





La Commission Européenne a rendu sa décision dans l'affaire d'abus de
position dominante de Google relatif à son système d'exploitation Android. L'institution reproche au géant américain d'avoir imposé des restrictions illégales envers les fabricants de terminaux Android et les opérateurs de réseaux mobiles pour "cimenter sa position dominante dans la recherche Internet globale", peut-on
lire dans un communiqué la Commission. Comme on pouvait s'y attendre, une amende record a été requise, 4,34 milliards d'euros, soit bien plus qu'une précédente de 2,42 milliards demandée pour un abus de position de position dominante dans la recherche internet
lui ayant permis de favoriser son service de comparaison de prix en
ligne.



Aux yeux de la Commission Européenne, Google s'est mis dans l'illégalité
avec deux pratiques, à savoir s'être assuré que son app de recherche est pré-installé sur pratiquement tous les terminaux Android vendus dans l'espace économique européen, tout comme son
navigateur web mobile. "La pré-installation peut créer un biais
de statu-quo. Les utilisateurs qui trouvent des apps pré-installées de recherche et de navigation web sur leurs terminaux sont enclins à rester coller
dessus", explique la Commission. En 2016, l'institution a par exemple trouvé que sur les terminaux Android sur lesquels Google Search était pré-installé, plus de 95% de l'ensemble des requêtes de recherche étaient effectuées sur cette app, comparé aux plus de
75% via Bing sur les terminaux Windows Mobile.



Jusqu'à 5% du chiffre d'affaires mondial



Mais ce n'est pas tout: "Google a empêché les fabricants de périphériques d'utiliser toute version alternative d'Android qui n'a pas été approuvée par Google (forks Android). Afin de pouvoir
pré-installer sur leurs appareils les applications propriétaires de Google, y compris le Play Store et la recherche Google, les fabricants devaient s'engager à ne pas développer ou vendre même un seul appareil fonctionnant sur un fork Android", indique la
Commission. Autre grief mis en avant : avoir payé certains grands fabricants et opérateurs de réseaux mobiles à la condition d'installer de façon exclusive son app de recherche sur leurs
terminaux.


Lourdement chargée par la Commission Européenne et sa commissaire à la
concurrence Margrethe Vestager, Google a 90 jours pour s'exécuter et payer son amende sans quoi il encourt une pénalité qui pourra aller jusqu'à 5% du chiffre d'affaires mondial d'Alphabet, la maison mère de Google. Dans un tweet, la firme de Mountain View a toutefois annoncé qu'elle allait faire appel de cette décision ce qui lui permettra de repousser de plusieurs mois la sentence. "Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins. Un écosystème
vivant, de l'innovation rapide et des prix bas qui sont les marqueurs
classiques d'une solide concurrence. Nous allons faire appel de la décision de la Commission", a expliqué Google.



Article rédigé par Dominique Filippone








Toulouse: évacuation du McDonald's d'Esquirol en raison d'une fuite de dioxyde de carbone

Toulouse: évacuation du McDonald's d'Esquirol en raison d'une fuite de dioxyde de carbonehttp://www.via214.net/

Publié
le 18/07/2018 à 21:56, Mis à jour le 18/07/2018 à 22:03




Peu avant 21h, ce mercredi soir, le restaurant McDonald’s de la place
Esquirol à Toulouse a dû être évacué en raison d’une fuite de dioxyde de carbone qui proviendrait vraisemblablement des mélangeurs de boissons. Les dix salariés qui se trouvaient alors sur les lieux,
ont dû quitter momentanément leur lieu de travail le temps de l’intervention des sapeurs-pompiers de Haute-Garonne sont intervenus. Pour rappel, une trop haute concentration de dioxyde de carbone dans l’air peut s’avérer dangereuse, voire mortelle.


LA REDACTION







Google lance son projet de câble sous-marin vers la France

Google lance son projet de câble sous-marin vers la Francehttp://www.via214.net/


ParDominique Filippone Chef des actualités LMI – Le 18/07/2018




Et de 13. Afin d'améliorer la qualité de ses services cloud dans le monde, Google a lancé le projet de construction d'un cable fibre optique sous-marin qui va relier les Etats-Unis à la France sur une distance 6400 km. Jusqu'à présent, la firme de Mountain View n'avait jamais encore fait aboutir un tel cable dans l'Hexagone, c'est désormais chose faite. Enfin pas tout de suite car sa mise en
oeuvre opérationnelle est prévue pour 2020. Ce cable, baptisé Dunant - en hommage à Henri Dunant le fondateur de la Croix Rouge - va permettre d'améliorer la qualité de bande passante et réduire les latences de ses multiples services cloud (G-Suite, Compute
Engine, BigQuery...) et plus globalement de sa Cloud Platform. Point essentiel pour un câble, sa capacité de bande passante n'a été annoncée, contrairement à celle de cable Microsoft-Facebook, Marea.



Google s'appuie sur Tyco Electronics Subsea Communications (TE SubCom) pour
concevoir, fabriquer et dérouler son cable qui va s'étendre de Virginia Beach à un point de chute pour l'instant inconnu sur la côte Atlantique. La construction de ce 13e cable s'inscrit dans une stratégie offensive de Google de bâtir un réseau sous-marin dense
reliant les plus grandes plaques mondiales (Asie, inde, Japon,
Australie, Amérique du Sud, Afrique...).



 

A Johannesburg, Obama rend hommage à Nelson Mandela… et aux Bleus

A
Johannesburg, Obama rend hommage à Nelson Mandela… et aux Bleushttp://www.via214.net/


Le
Monde.fr avec AFP Le 17.07.2018 à 19h01
• Mis à
jour le 18.07.2018 à 02h59


A
l’occasion d’un discours très politique prononcé mardi pour le
centenaire de la naissance de 
Mandela, l’ancien président
américain a fait une digression sur les Bleus.



C’était
un discours très politique prononcé à Johannesburg, pour le
centenaire de la naissance de Nelson Mandela, mardi 17 juillet. Avec
une digression rendant hommage à l’équipe de France championne du
Mondial.


"Le régime [sud-africain] de
l’apartheid [tombé
en 1994] était
entièrement artificiel",
a déclaré l’ancien président américain Barack Obama, en
reprenant des propos de Nelson Mandela. "Ce qui était vrai à l’époque l’est toujours
aujourd’hui. (...) On
se voit dans l’autre, on partage des espoirs et des rêves communs.
C’est une vérité incompatible avec toute forme de discrimination
fondée sur la race, la religion ou le sexe",
a-t-il poursuivi.


"Tous,
ils sont Français !"


"Et c’est une vérité qui porte ses fruits de façon très pratique
puisqu’elle permet à une société de
profiter de l'énergie et des qualités de tous ces gens-là.Regardez l'équipe de France qui vient de remporter la Coupe du monde", a-t-il lancé, faisant une digression sur les Bleus, incarnation selon lui de la vision défendue par le premier président sud-africain noir et combattant de l'apartheid. "Tous ces gars ne ressemblent pas, selon moi, à des Gaulois, mais ils sont Français, ils sont Français!", a-t-il ajouté en souriant, sous les applaudissements du stade   Wanderers de Johannasburg, où étaient massés quelques 15 000 personnes.


Parmi
les vingt-trois Bleus présents au Mondial en Russie, quatorze
avaient des origines sur le continent africain (Guinée, Mali,
Sénégal, Angola, Algérie, Maroc…), deux y sont même nés
(Samuel Umtiti, à Yaoundé, Steve Mandanda, à Kinshasa).

Le député LRM Thierry Solère placé en garde à vue

Le député LRM Thierry Solère placé en garde à vuehttp://www.via214.net/


LE MONDE | 17.07.2018 à 09h33 • Mis à jour le 17.07.2018 à 11h44 |
Par Simon Piel


Soupçonné d’avoir favorisé des anciens employeurs, il doit être entendu sur
l’embauche de l’épouse de l’un de ses anciens patrons et des prêts non déclarés.


Le député La République en marche (LRM) des Hauts-de-Seine Thierry Solère a été placé en garde à vue, mardi 17 juillet au matin, dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre. Il est visé
depuis septembre 2016 par une enquête judiciaire ouverte sur des soupçons de fraude fiscale. Celle-ci a depuis été élargie aux chefs de trafic d’influence, de corruption, d’abus de bien
sociaux, de financement illicite de dépenses électorales et de manquements aux obligations déclaratives auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).


Le parquet de Nanterre, qui conduit l’enquête, avait demandé fin juin la levée de son immunité parlementaire afin de pouvoir l’entendre dans le cadre d’une garde à vue. Cela avait
finalement été fait le 11 juillet par le bureau de l'Assemblée nationale. Une décision prise à l’unanimité. Pour motiver sa demande, le parquet de Nanterre avait expliqué aux membres du bureau que la garde à vue était "bien
en l’espèce l’unique moyen de parvenir à l’exécution des investigations". De son côté, M.Solère avait envoyé, en parallèle de la demande du parquet, un courrier à François de Rugy, président de l’Assemblée, pour lui demander également sa levée d’immunité.



Emploi présumé fictif



Le député est notamment soupçonné de s’être servi de sa position d’élu pour
favoriser des entreprises pour lesquelles il travaillait par ailleurs. La justice souhaitait aussi l’entendre sur l’embauche en tant qu’assistante
parlementaire de l’épouse de l’un de ses anciens employeurs. Un emploi que la justice présume fictif. M. Solère devrait aussi être interrogé sur des prêts octroyés par un de ses proches, promoteur immobilier, pour plus d’un million d’euros, qui n’auraient pas
été déclarés. Autant de faits contestés par l’intéressé.


Interrogé
alors par
Le
Monde,
l’avocat de Thierry Solère, Pierre-Olivier Sur affirmait qu’"il
y a eu des prêts enregistrés notariés, transmis à la -HATVP et ils ont été remboursés pour la plupart, et c’est en cours pour le dernier". Ce dossier avait eu des conséquences inattendues. Soupçonné d’avoir transmis à M. Solère des éléments sur cette enquête, l’ex-garde des sceaux socialiste, Jean-Jacques Urvoas, a été mis en examen par
la Cour de justice de la République pour "violation du secret professionnel".

Les USA ont versé 77.000$ au club de golf de Trump avant sa visite

Les USA ont versé 77.000$ au club de golf de Trump avant sa visitehttp://www.via214.net/



18/07/2018 | 03:29




WASHINGTON, 17 juillet (Reuters) - L'administration américaine a versé plus de 77.000 dollars au club de golf écossais de Donald Trump avant son
séjour du week-end dernier, d'après le registre des dépenses fédérales, ce qui montre que sa visite officielle en Europe a pu profiter à ses activités privées.


Le département d'Etat américain, chargé d'organiser les déplacements
présidentiels à l'étranger, a payé depuis avril 77.345,35 dollars à SLC Turnberry Ltd, la société du président qui gère le site du même nom, pour "les chambres d'hôtel de personnalités".


L'information avait été rapportée dans un premier temps par The Scotsman, un
journal écossais.


Donald Trump a séjourné samedi dernier au club de golf de Turnberry, entre
un sommet de l'Alliance atlantique et un entretien avec son homologue
russe Vladimir Poutine, à Helsinki.


Washington a payé en avril 7.670 dollars à SLC Turnberry, puis 70.000 dollars
de plus dans les jours qui ont précédé cette visite. Interrogé sur ces versements, le département d'Etat s'est refusé à tout commentaire, tout comme la Maison blanche.


Le président a renoncé à diriger SLC Turnberry quand il a pris ses
fonctions, en janvier 2017, mais il détient toujours une part du
capital, ce qui lui a valu 20,4 millions de dollars l'année dernière, selon sa dernière déclaration de patrimoine, publiée en mai.



(Andy Sullivan, Jean-Philippe Lefief pour le service français)








Texas Instruments: Démission du directeur général de Texas Instruments

Texas Instruments: Démission du directeur général de Texas Instrumentshttp://www.via214.net/



17/07/2018 | 23:03





17 juillet (Reuters) - Brian Crutcher a démissionné de son poste de directeur général et du conseil d'administration de Texas Instruments en raison de violations du code de conduite de
l'entreprise, a annoncé mardi le fabricant américain de puces.


Le président du conseil d'administration, Rich Templeton, va reprendre le poste de directeur général.


"Ces violations sont liées à un comportement personnel ne respectant pas
le code éthique et les valeurs essentielles de l'entreprise mais
elles ne sont pas liées à la stratégie, aux activités et aux publications financières de l'entreprise", a précisé Texas Instruments.



Le titre a perdu jusqu'à 2,5% dans les échanges après la clôture à Wall Street.




(Arjun Panchadar à Bangalore Bertrand Boucey pour le service français)





Trump condamne la sonde russe après les pourparlers de Poutine

Trump condamne la sonde russe après les pourparlers de Poutinehttp://www.via214.net/


Lundi 16 juillet 2018 à 12 h 41



FINLANDE
-



Le président russe Vladimir Poutine a déclaré lundi qu'il souhaitait que Donald Trump remporte l'élection présidentielle américaine de 2016, mais n'a pris aucune mesure pendant la campagne pour y arriver. Il a dit qu'il favorisait l'homme d'affaires célèbre en raison de sa politique.


Trump et Poutine "ont passé beaucoup de temps" à discuter des allégations d'ingérence électorale russe lors de leur rencontre de plusieurs heures lundi, a déclaré le président américain. Mais Trump n'a pas condamné fermement les efforts d'interférence, que les agences de renseignement américaines ont insisté, y compris le piratage des courriels démocrates, l'objet de l'inculpation de 12 Russes la semaine dernière. Trump a dit, comme il l'a fait maintes fois, qu'il n'y avait "aucune collusion" entre sa campagne et les Russes. Poutine, comme toujours, a tout nié. Les deux dirigeants ont pris la parole lors d'une conférence de presse
conjointe.

Trump,dans ses remarques d'ouverture, a déclaré que les relations américano-russes avaient été à leur plus bas niveau jusqu'à ce que les deux se sont assis face à face dans un sommet très
attendu.


"Cela a changé", a déclaré Trump, "Depuis environ quatre heures."

Trump a également continué à nier qu'il y avait eu une autre collusion entre sa campagne et les Russes, déclarant: "Nous avons mené une campagne brillante et c'est pourquoi je suis président."

Le sommet a commencé quelques heures après que Trump ait accusé les
Etats-Unis - et non l'ingérence électorale russe ou son annexion de
la Crimée - pour un point bas dans les relations américano-russes. Le drame se jouait sur fond d'effilochage des alliances occidentales, un nouveau sommet dans l'enquête russe et des craintes que l'agression de Moscou ne soit pas contestée.


Notre relation avec avec la Russie n'a jamais été pire", a tweeté Trump lundi matin, blâmant "de nombreuses années de bêtises et de bêtises américaines et maintenant, la tricherie sorcière!"
Le ministère russe des Affaires étrangères a répondu en lisant le tweet de Trump et en répondant ensuite: "Nous sommes d'accord". Interrogé sur le tweet et s'il tenait la Russie responsable de quoi que ce soit, Trump a dit qu'il jugeait que "les deux pays responsables" pensaient que les Etats-Unis "trompaient" et que "nous sommes tous à blâmer". "L'enquête sur un désastre pour notre pays, il n'y a pas eu de collusion" Poutine, s'exprimant par l'intermédiaire d'un interprète, a de
nouveau démenti ce qu'il a qualifié de "soi-disant ingérence de la Russie". Il a qualifié cela d '"absurdité" et
a insisté sur le fait que l'Etat russe n'avait jamais interféré et n'interviendrait jamais dans le processus électoral américain. Les
deux hommes avaient ouvert leur sommet longuement attendu lundi avec un clin d'œil, puis ils se sont entretenus les uns après les autres pendant plus de deux heures avant que le leader américain déclare que leur réunion était "très, très bien pour tout le monde".
" "Nous ne nous entendons pas bien depuis plusieurs années", a déclaré Trump après son arrivée au palais
présidentiel dans la capitale finlandaise, où les dirigeants se
rencontrent. "Mais je pense que nous finirons par avoir une relation extraordinaire ... Je pense vraiment que le monde veut nous voir s'entendre." Poutine, pour sa part, a déclaré que lui et Trump ont maintenu un contact régulier par le biais d'appels
téléphoniques et de réunions lors d'événements internationaux, mais "le moment est venu d'avoir une discussion approfondie sur divers problèmes internationaux et questions sensibles". Il a ajouté: "Il y en a beaucoup pour lesquels nous devons faire attention." Leur séance d'ouverture en tête-à-tête devait durer 90 minutes. Les Russes ont dit que cela durait deux heures et
dix minutes. La Maison Blanche ne confirmerait pas immédiatement le
moment. Le sommet, qui est surveillé de près dans le monde entier, n'était pas la première fois que Trump et Poutine discutaient. Ils se sont rencontrés en marge des réunions des leaders mondiaux en Allemagne et au Vietnam l'année dernière. Mais la session de lundi
a été condamnée à l'avance par les membres du Congrès des deux partis après l'inculpation américaine la semaine dernière de 12 officiers de renseignement militaires russes accusés de piratage des démocrates lors des élections de 2016 pour aider la campagne
présidentielle de Trump. Trump a déclaré la semaine dernière qu'il souleverait de nouveau la question de l'ingérence avec
Poutine, mais les questions tournent autour de savoir si Trump va réprimander publiquement son homologue russe pour l'interférence qui a provoqué une enquête spéciale que Trump a qualifié à
plusieurs reprises de "chasse aux sorcières". "S'adressant aux journalistes avant la réunion en tête-à-tête, Poutine a pris une pose désinvolte pendant les remarques de Trump, affalé sur sa chaise avec les jambes larges et les yeux bas. Il hocha la tête à certaines des remarques de Trump avant qu'ils ne soient traduits, mettant en valeur sa maîtrise de l'anglais. Trump se pencha en avant dans sa chaise, ses mains tendues devant lui et regarda souvent le président russe. À un moment donné, il a tiré un clin d'oeil à
Poutine. Après que Trump ait fini ses remarques, les journalistes américains ont crié plusieurs questions au sujet de s'il souleverait l'ingérence d'élection pendant ses discussions avec Poutine. Trump n'a pas répondu; Poutine semblait sourire en coin. Avec cela, les dirigeants ont donné une poignée de main rapide et leur réunion privée dans l'opulente salle gothique était en
cours. Juste les deux, chacun avec un traducteur. Ils ont continué la discussion avec un groupe élargi d'assistants et pendant le
déjeuner dans une pièce appelée la Galerie des Glaces, qui était autrefois la salle du trône de l'empereur. Puis vint la conférence de presse conjointe. Dans les rues, le sommet a attiré un sac de manifestants, avec des militants de l'avortement portant des ventres
artificiellement bombés et des masques Trump, des manifestants antifascistes portant des pancartes avec des insultes chargées d'explosifs, des commerçants libres, des Ukrainiens anti-guerre et
des homosexuels. Les défenseurs des droits font entendre leur voix.









La maire de Paris Anne Hidalgo réfléchit à une police municipale armée

La maire de Paris Anne Hidalgo réfléchit à une police municipale
arméehttp://www.via214.net/


LE MONDE | 17.07.2018 à 11h10 • Mis à jour le 17.07.2018 à 13h39
|Par Béatrice Jérôme 




A moins de deux ans des municipales, la maire socialiste dit ne pas avoir de "tabous" sur ce sujet sensible. Elle fera des "propositions" début 2019.
Menace terroriste, protection des touristes, délinquance, cambriolages en
hausse, tensions croissantes dans les quartiers populaires, théâtres de trafic de stupéfiant ou de rixes mortelles entre bandes… Face à l’insécurité à Paris, Anne Hidalgo ne veut pas rester l’arme au pied. Longtemps hostile à la création d’une police municipale, la maire de la capitale prépare un aggiornamento. "Pourquoi pas une police parisienne?", a-t-elle confié, le 2 juillet, à quelques journalistes, avant
d’ajouter: "Sur l’armement non plus, je n’ai pas de tabous".


Un changement important dans cette capitale où la sécurité est avant
tout de la responsabilité de la police nationale. Selon ses mots, la maire juge que le dispositif est perfectible, tant en termes de moyens que de répartitions des compétences", à propos du partage des rôles entre policiers nationaux et agents de sécurité de la ville.


Si elle préempte le débat à deux ans des municipales, elle se garde de le trancher. Une façon de ne pas braquer les écologistes et les communistes, qui, au sein de sa majorité, sont vent debout contre une police municipale, armée ou pas. Elle fera "des propositions" début
2019 au vu d’un audit indépendant commandé par la ville et qui sera rendu
à la fin de l’année.



Futur sujet pour les municipales


Enlisée par ailleurs dans le fiasco de Vélib’ et critiquée sur la propreté de sa ville, Mme Hidalgo entend couper l’herbe sous le pied de ses adversaires qui ne manqueront pas de lui reprocher son bilan en matière de sécurité. Parmi ses concurrents éventuels en 2020, Pierre-Yves Bournazel, député (Agir) de Paris prône depuis longtemps la création d’une police municipale armée, à l’instar de la droite et de l’UDI-MoDem à Paris. Gaspard Gantzer, à la tête de son mouvement "Parisiennes, Parisiens", estime qu’une police parisienne armée est une des toutes premières priorités
pour Paris,confie également Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement qui se prépare à défier la maire sortante. Mais c’est bien beau de le
dire. On fait comment? Moi je consulte, j’y travaille."


Elle a beau être à l’offensive, la maire de Paris sait que le terrain est miné. Et ce n’est pas le rapport confidentiel posé sur son bureau depuis mai qui devrait la rassurer. L’étude de 120 pages que Le Monde s’est procurée, commandée à un administrateur de la
ville, Hervé Hulin, visait à répondre aux revendications des syndicats en faveur d’un armement renforcé des agents après la mort du policier Xavier Jugelé, en avril 2017, lors d’une attaque
terroriste sur les Champs-Elysées. Consacré à l’armement des agents parisiens, le rapport estime que "le statu quo" paraît "difficile". Mais il insiste sur "les risques et les dangers" d’une évolution et rappelle que leurs missions actuelles ne
l’exigent pas.


En créant en 2016 la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection (DPSP), Mme Hidalgo lui a assigné la lutte contre les incivilités du quotidien. Les 1 200 agents de surveillance de Paris (ASP) transférés le 1er janvier 2018 à la DPSP, en passant de la tutelle du préfet à celle de la Ville, y sont uniquement chargés du stationnement gênant et de la régulation de la circulation. Quant aux 900 inspecteurs de sécurité de la Ville
(ISVP), leur première mission est de sévir contre les atteintes à la propreté (jets de mégots, dépôts sauvages, épanchement d’urine, crottes de chien) et contre les nuisances sonores dans les
lieux publics.



Baisse d’effectifs



Dans les faits, pourtant, les interventions des ISVP confinent à des
opérations de maintien de l’ordre. Qu’il s’agisse de fermer certains parcs la nuit, de barrer les voitures sur les Champs-Elysées piétons une fois par mois ou de lutter contre les ventes à la
sauvette dans le 18e arrondissement… "Le public rencontré est plus difficile. Les gens sont moins dans le dialogue, plus dans l’agressivité", observe Frédéric Frémont, représentant CGT au
sein de la DPSP.



Les ISVP interviennent aussi de plus en plus aux côtés de la police nationale, de façon programmée ou imprévue, comme lors des attentats du 13 novembre 2015 ou de l’agression d’un militaire près du Louvre en février 2017. Avec leur uniforme bleu barré du mot "sécurité", ils sont souvent assimilés à des policiers municipaux, voire nationaux, sans avoir les mêmes armes. Outre une
matraque et une bombe lacrymogène, comme les ASP, les ISVP sont
dotés d’un bâton de défense, de type Tonfa.


Dans leurs rangs, la demande d’un armement plus offensif est pressante
depuis les attentats terroristes. Tous les syndicats, hormis le Supap-FSU, réclament des pistolets électriques de type Taser ou des Flash-Ball. "Nous sommes des cibles potentielles en cas d’attaques, explique Laurent Zignone, président de l’Union des cadres de Paris
(UCP) au sein de la DPSP. Nous armer nous permettrait de nous protéger et de pouvoir défendre les usagers". La plupart des organisations – UNSA, CFTC, FO, UCP, CGT – sont favorables à des
armes létales pour une partie des agents et dans certaines missions. Mais le rapport Hulin souligne "la complexité" qu’engendrerait une telle décision: risque d’accidents sur les agents, exigences d’une formation, d’une protection contre le vol des armes…
Armer les 900 ISVP aurait un coût élevé, qu’il estime à 10,7 millions d’euros par an.



Plus largement, le rapport met en garde contre l’effet contre-productif d’un armement renforcé – létal ou non. Alors que la Mairie de Paris déplore la baisse régulière depuis des années des effectifs policiers à Paris, l’armement des personnels de la ville "entraînerait une restriction du nombre d’agents de police sur la voie publique", explique l’étude. A Lyon, Marseille ou Toulouse,
après l’équipement de la police locale en armes létales, les effectifs de la police nationale sur le terrain ont diminué. Les agents parisiens armés devraient "assurer des missions de maintien de l’ordre qui ne sont pas de leur compétence", insiste le
rapport.


Cette crainte se fait d’ores et déjà jour au sein de la DPSP. "Notre vocation n’est pas de devenir une variable d’ajustement de la police nationale, prévient Sylvie Borst, directrice adjointe de la DPSP. Aujourd’hui, lorsqu’ils sont sollicités par la police
nationale pour prêter main-forte lors d’une opération Vigipirate, nos agents peuvent refuser au motif qu’ils ne sont pas armés. Armés, ils n’auront plus la possibilité d’invoquer cette
raison."



"Fragilité au niveau du droit"



Le rapport préconise du coup un scénario très circonscrit qui consisterait à armer de pistolet de type Taser la seule Brigade d’intervention de Paris, unité "volante" de la DPSP, qui compte 300 ISVP. M. Hulin reconnaît que ce scénario ne répond pas "aux inquiétudes des agents face au risque terroriste", contrairement aux armes à feu.



Qu’il soit létal ou pas, un armement renforcé supposerait une nouvelle loi, assure le rapport. A la demande de M.Hulin, la direction des affaires juridique de la ville a conduit une expertise de la loi d’avril 1999 qui autorise les maires à armer les policiers municipaux. Dans sa note de novembre 2017, la Ville estime que la
règle ne s’applique pas aux agents de sécurité de Paris car ils n’ont pas le statut de policiers municipaux et ne sont pas mentionnés dans le texte de loi. Selon le rapport Hulin, cette "fragilité au niveau du droit" "exposerait la Ville" en cas
d’usage d’une arme par un de ses agents à des "recours" ou des "contentieux".


Le débat sur la nécessité d’armer les agents de la municipalité est loin d’être clos. Interrogé par Le Monde, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, voit en tout cas plutôt d’un bon œil cette possibilité. Selon son cabinet, le cadre juridique actuel
permet aux agents de la Ville chargés d’un service de police de détenir une arme de poing. "L’amélioration de la sécurité à Paris suppose une complémentarité et la coordination entre les agents de la Ville et les policiers. C’est le sens de la première convention que j’ai signée, en mars, avec Mme Hidalgo", estime le
préfet.


La préfecture considère que, dans la capitale comme ailleurs, le maire peut prendre l’initiative d’armer ses agents et l’Etat valide par un arrêté ministériel. En clair, Mme Hidalgo aurait, selon le préfet de police, non seulement le choix des armes mais aussi celui de créer – ou non – une police municipale. Si la balle est dans
son camp, le dilemme est plus cruel encore.







Bourse de Wall Street: Wall Street finit dans le désordre, le pétrole pèse

Bourse de Wall Street: Wall Street finit dans le désordre, le pétrole pèsehttp://www.via214.net/


17/07/2018 | 06:59




NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé sur une tendance mitigée lundi, le repli des cours de pétrole ayant contrarié l'impact positif des bons résultats trimestriels publiés par Bank of America.



L'indice Dow Jones a gagné 44,95 points, soit 0,18%, à 25.064,36. Le S&P-500, plus large, a perdu 2,88 points, soit 0,10%, à 2.798,43. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 20,26 points (-0,26%) à 7.805,72 points.


"Il semble que nous fassions une petite pause après la bonne performance
de la semaine dernière", a dit Paul Nolte, gérant de portefeuille chez Kingsview Asset Management. Il se peut aussi que les investisseurs "en fasse le minimum" avant une avalanche de résultats cette semaine et la première audition (mardi) au Congrès du président de la Fed Jerome Powell, a-t-il ajouté.


Bank of America (BofA) a pris 4,31% après avoir publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes de Wall Street, gonflé par la maîtrise de ses dépenses et la croissance de ses prêts et de ses dépôts.



Le secteur dans l'ensemble a rattrapé ses pertes de vendredi à la suite de la publication des premiers résultats, de JPMorgan (+3,97%), Citigroup (3,67%) et Well Fargo (2,94%). L'indice des financières a gagné 1,8%.


LA MANIPULATION GÉNÉTIQUE CHUTE



Parallèlement, les craintes d'un effet macroéconomique global des tensions
commerciales entre Washington et Pékin persistent alors que s'ouvrent deux jours de discussions entre la Chine et l'Union européenne qui pourraient déboucher sur un front commun contre les
Etats-Unis après l'instauration par Washington de nouveaux droits de
douane.



Le président américain Donald Trump a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine lors de leur premier sommet, à Helsinki. Il n'a pas dit un mot critique envers Moscou alors que plusieurs sérieux points de désaccord ont refroidi les relations entre Moscou et Washington, ce qui a soulevé un tollé à Washington, y compris au sein des
républicains.



Du côté des indicateurs économiques, la croissance de l'activité manufacturière dans la région de New York a décéléré en juillet, mais un peu moins que prévu, a montré l'enquête mensuelle de la Réserve fédérale régionale. Les ventes au détail ont en revanche continué à bien progresser en juin, portées entre autres par le dynamisme des ventes automobiles,
ce qui renforce l'hypothèse d'une croissance économique robuste au deuxième trimestre.



Aux valeurs individuelles, Arconic a bondi de 10,47% à la suite d'une
information faisant état d'un intérêt de fonds de capital-investissement pour le fabricant de pièces en aluminium pour
l'aéronautique, l'automobile et le BTP.


Netflix, qui a publié des résultats trimestriels décevants après-Bourse, a
gagné 1,18% en séance mais abandonnait de 14% dans les transactions post-Bourse, entraînant dans son sillage Facebook, Amazon et Alphabet.



Le secteur de la manipulation génétique a chuté également à la suite d'une étudie montrant que la technique expérimentale Crispr-Cas9 peut provoquer des dommages collatéraux sur l'ADN.



"Nous nous sommes rendu compte que les mutations de l'ADN avaient été
sérieusement sous-estimées" a dit Allan Bradley, chercheur au Welcome Sanger Institute au Royaume-Uni, qui a co-dirigé l'étude publiée lundi. CRISPR Therapeutics a cédé 8,6%, Editas Medicine 7,12%, Intellia Therapeutics 9,34% et Sangamo Therapeutics 4,65%.



Le volume de transactions a été limité, à environ 5,4 milliards de titres contre 6,6 milliards en moyenne au cours des 20 dernières séances, selon les données de Thomson Reuters. Sur le marché des
changes, le dollar a reculé de 0,27% face à un panier de devises de référence, dont l'euro, qui est repassé au-dessus de 1,17 dollar. Du côté de la dette souveraine, les rendements sont en hausse, celui des emprunts d'Etat américains à 10 ans repassant à plus de 2,85%, contre 2,83% vendredi.





(Caroline Valetkevitch, Juliette Rouillon pour le service français)



Par Caroline Valetkevitch




Bourse de Paris: Les valeurs à suivre à Paris et en Europe

Bourse de Paris: Les valeurs à suivre à Paris et en Europehttp://www.via214.net/


17/07/2018 | 06:00





* Variation des futures sur indice CAC 40


* Variation des futures sur indice Stoxx 600


* Valeurs qui se traitent ex-dividende


* Le point sur les marchés européens


PARIS, 17 juillet (Reuters) - Les valeurs à suivre mardi à la Bourse de Paris et en Europe :


* THYSSENKRUPP - Le président du conseil de surveillance a annoncé lundi sa démission, un peu plus d'une semaine
seulement après le départ du président du directoire du conglomérat
industriel allemand, soumis à d'intenses pressions de fonds activistes exigeant une restructuration en profondeur.



L'AGENDA ÉCONOMIQUE DU JOUR:


(Service Marchés)






Des dizaines de femmes dénoncent des faits d'agressions sexuelles le soir de la victoire des Bleus

Des dizaines de femmes dénoncent des faits d'agressions sexuelles le
soir de la victoire des Bleushttp://www.via214.net/



Par La rédaction Le 16 juillet 2018 à 23h23




Des dizaines de femmes ont dénoncé sur les réseaux sociaux les
agressions sexuelles dont elles ont été victimes le jour de la
finale de la Coupe du monde 2018.


C'est le côté sombre de la Coupe du Monde 2018. Au lendemain de la finale opposant la France à la Croatie, des
dizaines de femmes ont dénoncé sur les réseaux sociaux les agressions sexuelles dont elles ont été victimes dans
les fans zones, le métro ou les Champs-Elysées. Dimanche 15 juillet, des millions de personnes sont descendues dans les rues pour célébrer la victoire des Bleus. Plusieurs d'entre elles ont témoigné auprès de Buzz Feed, racontant comment une journée d'euphorie est soudainement devenue un
enfer.



L'une d'entre elles raconte l'agression subie dans le métro parisien. Melody se
trouvait station Liège, vers 21 heures. "Le métro est encore plus bondé, j'ai le nez à 2cm de la porte. Il y a un mouvement derrière moi mais je le mets sur le compte du métro, on n'a pas le choix, métro blindé on sait qu'on est amenés à se faire rentrer dedans de temps à autre. Puis le mouvement devient insistant, une deuxième fois qui m'interpelle et puis à la troisième je comprends ce qui se passe. (...) J'essaie de me dégager mais le bassin me suit, j'avoue être un peu paniquée. (...) Je suis obligée de me recadrer sur la gauche mais cette fois je le regarde dans les yeux. Son regard est fuyant, la station d'après il descend rapidement. Je me repasse les événements en boucle en me disant que j'aurais dû hurler. A Rouen, une ancienne boxeuse a retrouvé ses réflexes lorsqu'un individu l'a agressée sexuellement sur la place de l'Hôtel de ville, après avoir regardé le match sur les quais près de la fan
zone. "L'un d'eux s'est cru plus malin que les autres et m'a mis une main aux fesses. (...) Je lui ai collé une droite au niveau de l'œil. (...) Je pense que j'ai dû vraiment lui faire mal parce qu'il s'est pris le visage dans les mains." A Lyon, une femme raconte s'être
"pris des mains au cul" au moment de sortir de la fan zone, épuisée. "On va uniquement garder le positif de cette soirée en oubliant le gars qui a essayé de m'embrasser de force", a dénoncé une autre. "J'ai subi un attouchement sexuel de la part d'un bourré dans la foule sur les Champs-Elysées, je ne m'en remettrai jamais je pense". 

Salon de Farborough: une première journée à 35 milliards de dollars

Salon de Farborough: une première journée à 35 milliards de dollarshttp://www.via214.net/


BRUNO TREVIDIC Le 16/07 à 14:00Mis à jour à 15:03




Pour le monde de l’aéronautique, le salon Farnborough, la version anglaise du Bourget, est un rendez-vous à ne surtout pas manquer. Malgré la crise du Brexit et ses possibles conséquences sur ce secteur économique, cette édition s’annonce prometteuse pour Airbus.



Comme son concurrent direct, l’américain Boeing, au premier jour de cet
événement organisé au sud-ouest de Londres, le constructeur européen a annoncé une moisson de commandes ou d’intentions d’achat émises par sept compagnies aériennes. Au total, le montant de ces accords est estimé à plus de 30 milliards de dollars selon les prix catalogue d’Airbus.



Déjà près de 201 avions A320 neo en soute



Ils portent sur 27 appareils A350 mais surtout sur 201 avions de type
A320neo, le best-seller du constructeur. Parmi les clients, on trouve
Sichuan Airline pour dix A350 XWB, mais aussi la compagnie Goshawk, la première compagnie aérienne à bas prix d'Oman, SalamAir, avec six A320neo, et une commande ferme de 20 A320neo ou encore la compagnie indienne Vistaran qui s’est engagé pour 50 A320neo. Mais le protocole d’accord le plus important a été signé par un client qui a voulu rester anonyme et s’est engagé pour 80 A320neo pour la bagatelle de 8,848 milliards de dollars au prix catalogue. Le salon aéronautique de Farnborough, à côté de Londres, a ouvert ses portes ce lundi matin pour une semaine. De nombreuses annonces de commandes sont attendues. Malgré les inquiétudes autour du Brexit, l'aéronautique affiche sa bonne santé. Organisé en alternance avec
le rendez-vous français du Bourget, le salon aéronautique de Farnborough, situé dans le sud-ouest de Londres, a ouvert ses portes ce lundi matin pour une semaine. Il espère franchir le cap des
80.000 visiteurs d'ici au 22 juillet. Plus de 600 exposants ont répondu présent et 150 avions y sont exposés, soit sur le tarmac du site soit lors des démonstrations aériennes quotidiennes. La traditionnelle bataille des commandes entre Airbus et Boeing a commencé dès ce matin. Les salons aéronautiques offrent aux compagnies clientes et aux avionneurs une caisse de résonance
exceptionnelle. Le constructeur européen présente, à Farnborough, l'A220, le nouveau nom de l'ancien Cseries du canadien Bombardier dont il a pris le contrôle. Après le contrat pour 60 A220 fermes annoncé la semaine dernière par la compagnie américaine JetBlue,
Airbus a signé d'autres belles commandes.



L'ombre du Brexit



Le salon devrait être animé par de nombreuses annonces cette semaine. Plusieurs sociétés de leasing devraient signer des contrats. Parmi elles, Calc pour 200 appareils moyen et long-courriers ou encore DAE (400 avions de type A320). On attend aussi des commandes de la part de China Eastern (150 moyen-courriers), des compagnies indiennes IndiGo et Vistara et européenne Lufthansa et du groupe Thomas
Cook... Le marché de l'aéronautique civil reste dynamique. Dans sa dernière étude de marché, Airbus prévoit une demande pour plus de 37.390 avions neufs, entre 2018 et 2037. Ce qui représente des commandes d'une valeur de 5800 milliards de dollars (aux tarifs
catalogue)! La demande est soutenue par le dynamisme du transport aérien de passagers qui, malgré les crises, les menaces terroristes, les guerres et les tensions géopolitiques progresse année après année. Airbus anticipe une croissance moyenne annuelle du trafic aérien de 4,4% sur les vingt prochaines années. En 2017, il a crû de 7,6 %, ce qui représente 300 millions de voyageurs
supplémentaires. L'édition 2018 de Farnborough a une saveur particulière. L'ombre du Brexit plane sur le salon dont c'est la dernière édition avant la sortie du Royaume-Uni de l'Union
européenne. Le manque de clarté sur les conditions de sortie et sur les relations, notamment commerciales, avec les pays de l'UE suscite de fortes inquiétudes au sein de la communauté aéronautique. Airbus, par la voix de son président exécutif Tom Enders, a menacé
de transférer ses activités hors du Royaume-Uni, où le géant européen emploie 15.000 personnes dans 25 sites et pilote un réseau de 4000 sous-traitants.

En visite au Kenya, Barack Obama va voir sa famille

En visite au Kenya, Barack Obama va voir sa famillehttp://www.via214.net/



Par Le Figaro Mis à jour le 16/07/2018 à 14:34 Publié le 16/07/2018 à 13:23




L'ancien président des États-Unis a visité son village en marge d'un séjour
au Kenya.


L'excitation s'est emparée du petit village de Kogelo dans l'ouest du Kenya alors que le plus célèbre de ses fils, Barack Obama, a foulé sa terre natale après 12 ans. L'ancien président des États-Unis a visité son village ancestral en 2006 lorsqu'il était sénateur américain. M. Obama est arrivé dimanche au Kenya et devrait inaugurer un projet de jeunes dirigé par sa sœur. Connue sous le nom de Fondation Sauti
Kuu, ce projet sera un centre sportif et de formation professionnelle. L'arrivée
de l'ancien président au Kenya a été discrète contrairement à sa visite de 2015 alors qu'il était encore au pouvoir. Il a rencontré dimanche Uhuru Kenyatta, le président du Kenya. Selon
des médias locaux, un cordon de sécurité a été mis en place, mais il n'a pas découragé les commerçants locaux de vendre des marchandises commémoratives, dont des drapeaux américains. Les
journaux tanzaniens ont indiqué qu'avant de se rendre dans son village, M. Obama et sa famille ont passé huit jours dans le célèbre parc national du Serengeti.


Un journaliste de la BBC a partagé un tweet montrant les titres des journaux que certains Kenyans voient comme des Tanzaniens qui jubilent du fait d'avoir accueilli l'ancien président avant le
Kenya.



Barack Obama se rendra en Afrique du Sud après sa visite au Kenya pour donner la conférence annuelle de la Journée Mandela mercredi.

Trump estime que la Russie, l’Union européenne et la Chine sont des "ennemis" économiques

Trump estime que la Russie, l’Union européenne et la Chine sont des "ennemis" économiqueshttp://www.via214.net/


Le Monde.fr
avec AFP et Reuters | 15.07.2018 à 19h57 • Mis à jour le 16.07.2018 à 03h20





Le président américain a estimé que l’UE était une "ennemie" des Etats-Unis en raison de "ce qu’elle fait [aux Américains] dans le domaine du commerce". Le président américain, Donald Trump, a estimé que la Russie, l’Union européenne et la Chine étaient, pour différentes raisons, des "ennemis" des Etats-Unis, dans une interview diffusée à la télévision américaine dimanche 15 juillet, à la veille de sa première rencontre bilatérale, à Helsinki, avec son homologue russe Vladimir Poutine.



"Je pense que nous avons beaucoup d’ennemis. Je pense que l’Union
européenne est un ennemi, avec ce qu’ils nous font sur le commerce. Bien sûr on ne penserait pas à l’Union européenne,
mais c’est un ennemi. La Russie est un ennemi par certains aspects. La Chine est un ennemi économique, évidemment c’est un ennemi. Mais ça ne veut pas dire qu’ils sont mauvais, ça ne veut rien dire. Ça veut dire qu’ils sont compétitifs", a détaillé M. Trump, dont les propos avaient été recueillis par
la chaîne CBS samedi.



Manifestations en Ecosse et en Finlande



Donald Trump a quitté dimanche après-midi l’Ecosse à destination de la Finlande, où il est attendu en début de soirée. Vendredi 13 juillet, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Londres contre sa visite et des milliers d’autres ont manifesté
samedi en Ecosse, où il a passé une bonne partie du week-end à
jouer au golf.



Deux mille cinq cents personnes ont manifesté dimanche, dans les rues de
la capitale finlandaise, en faveur des droits de l’homme, de la démocratie et de l’environnement, à la veille du sommet que doivent tenir, dans la capitale finlandaise, Donald Trump et son homologue russe, Vladimir Poutine.


Les manifestants brandissaient des banderoles frappées des slogans


"Faites la paix, pas la guerre!", "Les
réfugiés sont bienvenus" et "Make
human rights great again", détournement du slogan de campagne de Donald Trump "Make America great again". Certains agitaient des drapeaux arc-en-ciel pour protester contre les lois et les attitudes homophobes en Russie.



"L’ordre mondial actuel (…) est contesté par l’admiration pour la force et par l’attitude du "chacun pour soi". Et c’est bien ce que ces deux hommes ont en
commun, Trump et Poutine, le mépris de la démocratie, le mépris des accords internationaux, le mépris des droits de l’homme", a déclaré, lors du rassemblement, Heidi Hautala, députée
écologiste finlandaise au Parlement européen.




France: Deschamps, la bonne étoile du "Père la Victoire"

France: Deschamps, la bonne étoile du "Père la Victoire"http://www.via214.net/


Publié le 16/07/2018 à 00:09 |
Mis à jour le 16/07/2018 à 00:09




La première étoile comme capitaine, la seconde comme sélectionneur: Didier Deschamps a assis un peu plus encore sa place spéciale dans l'histoire de France en décrochant l'édition 2018 de la Coupe du monde, dimanche contre la Croatie (4-2) en finale.



Dans l'histoire du sport, le Français de 49 ans s'est assis à la table du Brésilien Mario Zagallo et de l'Allemand Franz Beckenbauer, les deux seules autres figures du foot qui avaient jusqu'alors remporté le titre suprême comme joueur puis sélectionneur. Au niveau national, au soir de la victoire en demi-finale contre la Belgique mardi à Saint-Pétersbourg (1-0), il était devenu le premier sélectionneur de l'équipe de France à la guider vers deux finales consécutives de grands tournois, après celle de l'Euro-2016 (perdue
1-0 a.p. face au Portugal). Les deux finales qu'il avait enchaînées comme joueur avaient été gagnées: il était le capitaine lors de l'âge d'or des Bleus, marqué par le doublé Mondial-1998/Euro-2000, soit le tout premier sacre français en Coupe du monde puis le second Championnat d'Europe, après celui de la génération Platini en
1984.



"Dédé la Gagne"



Deschamps était alors surnommé "la Dèche", et avait, ironie de l'histoire, achevé la traversée du désert bleu, où il avait connu notamment le cauchemar bulgare de 1993, en soulevant la Coupe du monde à l'issue d'une finale rêvée (3-0 contre le Brésil du "Fenomeno" Ronaldo, à Saint-Denis). Et il avait pris sa retraite internationale sur le titre européen en 2000. Le milieu
défensif était déjà entré dans l'histoire du foot français en étant, en 1993, le capitaine de la première équipe française à remporter la Ligue des champions, Marseille contre l'AC Milan en finale (1-0). Sa proximité avec les dirigeants, de notoriété publique, avait poussé certains de ses coéquipiers à le
surnommer... "l'Œil de Moscou". Et c'est dans la capitale russe qu'il a renoué avec le fil de son destin, cousu d'or. Brisé lors de la finale perdue de l'Euro-2016, dont il gardait la rancoeur deux ans après. "Une finale, cela se gagne, oui. Parce que celle qu'on a perdue il y a deux ans, on ne l'a toujours pas digérée", avait-il dit mardi soir. La finale de Moscou reprend l'histoire de "Dédé la Gagne". Car le
résultat, c'est son obsession, dans une finale de Coupe du monde comme à un jeu de cartes. Or, question finales, l'entraîneur Deschamps présentait avant dimanche un palmarès garni de quatre
Coupes de la Ligue (avec Monaco et Marseille) et de dernières marches ratées (revers monégasque en Ligue des champions en 2004 et bleu à Euro-2016).


La "chatte à DD"



La "chance à DD", ou "chachatte à DD" dans un langage plus familier mais désormais courant, ronronne de nouveau.
Témoins, un but contre son camp concédé par les Croates - première en Coupe du monde, puis un penalty obtenu grâce à l'assistance vidéo à l'arbitrage
(VAR), là encore une première en finale de Coupe du monde. Pendant le tournoi, cette bonne étoile, il ne l'avait pas niée, mais y avait adjoint la notion de travail: "Que je sois souvent au bon
endroit au bon moment, c'est probable, je n'ai pas à me plaindre. Je sais, et j'associe évidemment l'ensemble de mon staff, tout le travail qui est fait. Il y a des exigences qui sont là, c'est ce qui me plaît". Le parcours n'a pas toujours été aisé: Deschamps était proche de la sortie avant le barrage retour du Mondial-2014 (victoire 3-0 contre l'Ukraine après une défaite 2-0 à Kiev) et n'aurait sans doute pas résisté à une élimination dès les 8e de finale contre l'Argentine en Russie. "On a assez d'expérience pour savoir ce qui aurait pu se passer" en cas d'élimination, avait admis son adjoint Guy Stéphan, cheville ouvrière de la
fluidité des relations dans le groupe des Bleus. Mais voilà, l'Ukraine et l'Argentine étaient deux de ses principaux faits d'armes, et portaient sa marque: au pied du mur, l'équipe de France sait faire le dos rond et s'imposer. Rebelote en 2018, au terme d'un premier tour laborieux dans le jeu, et d'une demi-finale passée à subir. Les Belges avaient pointé cela. "La frustration est là car on perd contre une équipe qui n'est pas meilleure que nous, on a perdu contre une équipe qui joue à rien, qui défend", enrageait le gardien Thibaut Courtois. "Je préfère perdre avec la Belgique que gagner avec la France", enchaînait Hazard. La réponse de Deschamps tient en une (bonne) étoile.

Trump dit que la reine estime que le Brexit est un "problème très complexe"

Trump dit que la reine estime que le Brexit est un "problème très
complexe"http://www.via214.net/




Par Le Figaro avec AFP mis à jour le 15/07/2018 à 07:47 Publié le 15/07/2018 à 07:35



Le président américain Donald Trump semble avoir enfreint le protocole
royal en rendant publique sa conversation privée avec la reine
Elizabeth II qui, selon lui, estime que le Brexit est un "problème très complexe", dans une interview accordée à un média britannique.



Le président - qui déjà a provoqué l'ire des autorités durant sa visite de quatre jours en Grande-Bretagne en critiquant la première ministre Theresa May pour la manière dont elle gère le Brexit-, a
rencontré la reine vendredi au château de Windsor. Il a déclaré par la suite au commentateur de télévision Piers Morgan qu'ils avaient discuté de l'épineuse question de la sortie de la
Grande-Bretagne de l'Union européenne. "Elle a dit - et elle a raison - que c'est un problème très complexe, je
pense que personne n'imaginait à quel point ça allait être compliqué", a-t-il dit selon une interview publiée par le
journal Mail on Sunday. "Tout le monde pensait que ça allait être 'Oh, c'est simple, nous intégrons ou n'intégrons pas, ou allons voir ce qui va se passer'", a-t-il ajouté. Donald Trump a aussi affirmé avoir dit à May que Londres devrait obtenir une "dérogation" sur le Brexit avec l'UE, de manière à
pouvoir ensuite réaliser un accord commercial exhaustif avec les Etats-Unis. Malgré une série de désaccords diplomatiques entre la Grande Bretagne et Trump, Theresa May espère parvenir rapidement à un tel accord après avoir quitté l'UE. "Je lui ai dit (à Mme
May), 'assurez-vous d'obtenir une dérogation de façon à ce que, quoi qu'il arrive, vous ayez le droit de passer un accord avec les Etats-Unis", a dit Trump dans cette interview.



Après avoir participé au sommet de l'OTAN et effectué une visite officielle en Grande-Bretagne, le président américain se trouve en Ecosse en attendant de rencontrer lundi son homologue russe Vladimir Poutine.




Coupe du monde 2018: faites vos pronostics pour France-Croatie

Coupe du monde 2018: faites vos pronostics pour France-Croatiehttp://www.via214.net/ 

06h06, le 15 juillet 2018 Par Nicolas Rouyer





L'équipe de France retrouve dimanche (17 heures), en finale de la Coupe du
monde, la Croatie, qu'elle avait battue en demi-finales il y a 20 ans.



On y est ! Les Bleus vont disputer dimanche soir la troisième finale de
Coupe du monde de leur histoire, après 1998 (victoire sur le Brésil 3-0) et 2006 (défaite aux tirs au but contre l'Italie 1-1 a.p, 5-3 aux t.a.b). Les trois matches à élimination directe, huitièmes, quarts et demies, ont dessiné le profil d'une équipe tricolore réaliste et efficace, avec un match inoubliable face à l'Argentine (4-3) et deux qualifications plus (Uruguay) ou moins (Belgique) maîtrisées. En face d'eux, les joueurs de Didier Deschamps
retrouveront dimanche au stade Loujniki de Moscou un pays novice à ce niveau, la Croatie, qui s'est débarrassée pour parvenir en finale du Danemark, de la Russie et de l'Angleterre, en disputant à chaque fois une prolongation.



Lilian Thuram : héros des Bleus, cauchemar croate.



France-Croatie. Une telle affiche nous ramène inévitablement 20 ans en arrière
quand, le 8 juillet 1998, Lilian Thuram avait inscrit un doublé (ses deux seuls buts en bleu !) pour envoyer l'équipe de France en finale de la Coupe du monde. Si la majorité des Bleus, très jeunes, ont peu ou pas de souvenirs de cet exploit, cette rencontre continue de
hanter les Croates "Cela a été le sujet de discussion des 20 dernières années !", a même déclaré le sélectionneur de la Croatie, Zlatko Dalic, après la demi-finale. "On venait de célébrer le but de Davor Suker mais, à peine assis, ils (les Bleus) avaient égalisé (dans la minute suivante, ndlr). Mais on ne
cherche pas une revanche, c'est le football, et on ne se concentre
que sur l'idée de tout faire pour offrir le meilleur match du tournoi lors de la finale." On ne cherche pas une revanche,
vraiment ?



Les Bleus ont aussi quelque chose à exorciser.



Si les Croates ont évidemment une défaite à oublier, c'est aussi le
cas des Bleus. Elle ne date pas d'il y a 20 ans, mais d'il y a deux ans. Le 10 juillet 2016, l'équipe de France s'était incliné 1-0 contre le Portugal en finale de l'Euro après avoir éliminé l'Allemagne en demi-finales. "Les larmes ont séché mais c'est encore dans un petit coin de la tête et c'est tant mieux car ça doit servir pour dimanche", a réagi Blaise Matuidi vendredi. Son coéquipier Paul Pogba était dans le même état d'esprit la veille, dessinant même ce qui ressemble à un nuestra culpa. "Franchement, quand on a gagné contre l'Allemagne (2-0 en demi-finale, ndlr), on pensait que c'était ça la finale. Contre les Portugais, avec leur parcours, on s'est dit que c'était gagné
d'avance, c'était ça notre erreur. Maintenant, ce n'est pas pareil, on est tous conscients, concentrés. On ne veut pas faire la même erreur."


Les Croates ont joué un match de plus.


Une prolongation face au Danemark, une autre contre la Russie et une dernière face à l'Angleterre. La Croatie a disputé trois prolongations avant de parvenir en finale face à la France, fait unique dans l'histoire de la Coupe du monde. Trois prolongations de
30 minutes : si vous faites le compte, cela fait 90 minutes, soit l'équivalent d'un match entier."Les joueurs ont dépensé énormément d'énergie, mais on dirait que plus les circonstances sont difficiles, et mieux on joue", a
assuré le sélectionneur croate, jeudi soir, en conférence de presse. "Il ne peut pas y avoir d'excuses, c'est une opportunité unique dans une vie, je suis sûr que nous allons trouver la force et
la motivation."Jean-Claude Perrin, ancien préparateur physique de l'équipe de France de Coupe Davis, relève: "Ils ont des ressources mentales et physiques hors norme." Et le consultant d'Europe 1 d'ajouter: "Ces ressources physiques passent par une force mentale et nationaliste, c'est indéniable".


La Croatie, plus "petit" pays en finale depuis l'Uruguay.



Zlatko Dalic a insisté dessus en conférence de presse : "On s'est invité dans les pages des livres d'histoire en étant la plus petite nation à se qualifier pour une finale de Coupe du monde, avec l'Uruguay (1930, 1950), et si vous regardez les infrastructures de
notre pays, nous sommes un miracle", a-t-il insisté. Effectivement, la Croatie présente une superficie totale d'un peu
moins de 57.000 km2 (contre un peu moins de 673.000 pour la France) pour une population d'un peu plus de quatre millions d'habitants (contre près de 68 millions en France). France (1998), Brésil (2002), Italie (2006), Espagne (2010) et Allemagne (2014): la Croatie
du duo Luka Modric-Ivan Rakitic peut rejoindre dimanche cette lignée de champions et imposer définitivement sur la carte du monde l'État des Balkans, indépendant depuis 1991 et l'éclatement de l'ex-Yougoslavie.



La France invaincue en cinq confrontations.



France-Croatie, c'est surtout, mais ce n'est pas seulement la demi-finale du Mondial 1998. Ce fut là la première opposition entre les deux équipes, qui
se sont affrontées quatre fois depuis, mais une seule fois en compétition. C'était lors du premier tour de l'Euro 2004 et les deux équipes avaient fait match nul (2-2), avec des buts d'Igor
Tudor contre son camp et de David Trezeguet pour les Bleus. Le dernier France-Croatie, en amical, en 2011, a également débouché sur un nul (0-0). Les deux autres matches amicaux, la France les a emportés : 3-0 en novembre 1999 au Stade de France (buts de Robert
Pirès, Florian Maurice et Tony Vairelles) et 2-0 à Zagreb en mai
2000 (Pirès et Trezeguet). Le bilan est donc à l'avantage de la France, avec trois victoires et deux nuls en cinq matches. Le sixième est très attendu…

Famille ours: enfants à bord

Famille ours: enfants à bordhttp://www.via214.net/



LE MONDE | 15.07.2018 à 06h33 |Par Yoanna Sultan-R'bibo





Si vous hésitez entre Deauville et Trouville, rendez-vous sur la presqu’île de la Touques pour un séjour les pieds dans l’eau de la piscine ou de la mer. Si vous préférez prendre un
peu de hauteur, direction l’Ardèche, pour faire du VTT, des balades à pied ou un safari. "La Matinale" vous invite au voyage. Cet été, retrouvez les sept
familles de vacanciers: lézards, rats des villes, mille-pattes, cigales, poissons, rats des champs. Cette semaine, les ours! Pour ceux qui se déplacent en tribu.




Mondial-2018: des milliers de forces de l’ordre mobilisées, les transports compliqués à Paris

Mondial-2018: des milliers de forces de l’ordre mobilisées, les transports compliqués à Parishttp://www.via214.net/



LE MONDE | 15.07.2018 à 07h34




Dans la capitale, une quinzaine de stations de métro et RER seront fermées au fur et à mesure de la journée, et les lignes de bus et de tramway seront suspendues à partir de 18 h.




Ils risquent de ne pas voir grand chose de la finale. Plusieurs milliers de policiers et gendarmes, dont 4 000 à Paris, seront sur le pont, dimanche 15 juillet, dans toute la France afin d’assurer la sécurité des supporters, qui afflueront par centaines de milliers
sur les Champs-Elysées en cas de victoire des Bleus. Au total, 63 500 policiers et 46 500 gendarmes ont été mobilisés tout le week-end pour les festivités du 14-Juillet et pour la finale de la Coupe du monde, qui oppose la France et la Croatie, à partir de
17 h à Moscou. En outre, 143 unités de CRS et de gendarmes mobiles, dont 86 pour la seule région parisienne, ont également été déployées, ainsi que 44 000 pompiers. Plus discrètement, les
unités d’intervention, BRI à Paris, RAID et GIGN, seront prêtes à intervenir partout sur le territoire, alors que la France vit toujours sous la menace terroriste.



230 "fan zones"



"On ne peut pas mobiliser plus que ce que nous mobilisons" a affirmé le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, sans que soient précisés les effectifs affectés spécifiquement à la journée de dimanche. Quelque 230 "fan zones" ont été recensées dans tout le pays, dont Paris où 90 000 personnes sont attendues sur le Champ-de-Mars. Elle sera entièrement protégée de barrières et dotée de six accès sécurisés, avec contrôles et fouilles. Dès l’ouverture des portes à 13 h, la circulation sera
interdite sur un large périmètre autour de la "fan zone" parisienne et ce jusqu’à 21 h au moins. La Tour Eiffel sera également fermée. En cas de victoire des Bleus, l’interdiction se prolongera jusqu’à lundi 4 h et sur une zone beaucoup plus large, de la Porte
Maillot aux Jardins des Tuileries, en passant par les Invalides et les Champs-Elysées où une marée humaine de supporters est attendue si la France est sacrée championne.



Transports compliqués à Paris


Une quinzaine de stations de métro et RER situées dans ce périmètre seront fermées au fur et à mesure de la journée :À partir de 13 h: seront fermées les stations Cambronne (Ligne 6), Dupleix (Ligne 6), Ecole Militaire (Ligne 8), La Motte-Picquet-Grenelle (Lignes 6, 8 et 10) et Passy (Ligne 6). À partir de 16 h: La station Bir-Hakeim (Ligne 6) sera également fermée. À partir de 18 heures: Les lignes de bus de Paris et des départements 92, 93 et 9), les lignes
de tramway T1, T2, T3b, T5 et T8 seront à leur tour interrompues, notamment pour éviter de voir se reproduire le scénario de la demi-finale, lors de laquelle des toits de bus avaient été pris d’assaut par des supporteurs. À partir de 18 h 40: Les stations George V (Ligne 1), Charles de Gaulle-Etoile (Lignes 1,
2, 6, RER A), Franklin D. Roosevelt (Lignes 1 et 9), Miromesnil
(Lignes 9 et 13), Concorde (Lignes 1, 8 et 12), Champs-Elysées - Clémenceau (Lignes 1 et 13), Kléber (Ligne 6), Boissière (Ligne 6) et Tuileries (Ligne 1) seront fermées.



Sept interpellations



Dans la nuit de mardi à mercredi, plusieurs centaines de milliers de
personnes s’étaient rassemblées sur les Champs-Elysées après la victoire en demi-finale contre la Belgique. Les CRS, qui descendaient la célèbre avenue pour "relancer la circulation" peu après minuit, avaient répondu à des jets de bouteilles par des gaz lacrymogène. Sept personnes avaient été interpellées pour des délits mineurs (jets de projectiles sur les forces de l’ordre,
vols, outrages, etc.). "Oui, il y a des moyens exceptionnels qui sont mis en place mais j’en appelle surtout à la responsabilité de nos concitoyens. La
sécurité, elle dépend aussi de comportements. Il y a des comportements simples à respecter, a déclaré samedi sur BFMTV Christophe Castaner, secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, en marge du défilé du 14 juillet.




Défilé du 14-Juillet: les sept choses à savoir sur le défilé militaire

Défilé du 14-Juillet: les sept choses à savoir sur le défilé militairehttp://www.via214.net/



08h07,le 14 juillet 2018 DOMINIQUE FAGET / AFP





Japon et Singapour invités d'honneur, Thomas Pesquet dans les airs, sous-marinière et cantatrice... On vous dit tout sur l'édition 2018
du défilé militaire.





Au total, quelque 4.290 militaires, 220 véhicules, 250 chevaux, 64 avions et 30 hélicoptères seront mobilisés pour l'événement, organisé sur la célèbre avenue des Champs-Elysées, au coeur de la capitale, chaque 14 juillet. Comment se passera celui de cette année?
On vous dit tout.



L'Asie à l'honneur



Après les Etats-Unis, le Japon et Singapour seront les invités d'honneur
cette année. Les emblèmes des deux pays asiatiques ouvriront le défilé aux côtés de l'emblème français, escortés par sept
soldats de chaque nationalité.



Convié par Emmanuel Macron à assister aux festivités, le Premier japonais
Shinzo Abe a dû annuler pour cause de graves inondations dans son pays. Il sera remplacé par le ministre japonais des Affaires étrangères, Taro Kono. Le Premier ministre singapourien Lee Hsien
Loong sera également dans la tribune présidentielle.Depuis 20 ans, des pilotes de chasse singapouriens sont formés sur la base française de Cazaux (sud-ouest). Plus de 180 d'entre eux y ont été brevetés. L'année 2018 marque parallèlement le 160e anniversaire
des relations diplomatiques entre la France et le Japon.



Blindés belges et Diables Rouges


Sans rancune après la défaite de leur équipe mardi face aux Bleus en demi-finale de la Coupe du Monde de football, des soldats belges du bataillon de chasseurs ardennais descendront les Champs-Elysées à bord de blindés Piranha, aux côtés des Français du 152e régiment d'infanterie de Colmar, surnommés...les Diables Rouges, tout comme les joueurs de l'équipe nationale belge.



Blessés avec la Patrouille de France



Les neuf Alphajet de la Patrouille de France voleront avec à leur bord
trois blessés de guerre issus des Forces spéciales françaises - un marin, un aviateur et un soldat de l'armée de Terre. Une initiative qui fait écho au thème du défilé cette année: "Fraternité
d'armes sous l'uniforme : l'engagement d'une vie".



Le premier régiment de spahis, qui a perdu en février deux de ses hommes au Mali dans l'explosion d'une mine artisanale, sera par ailleurs présent dans le cortège à pied, mené par leur chef de corps, lui-même blessé au cours du tragique épisode.



Thomas Pesquet en Rafale



Dixième Français à être allé dans l'espace, l'astronaute Thomas Pesquet
aura le privilège de voler au-dessus du public à bord d'un Rafale. L'ancien pilote d'Air France et ex-pensionnaire de la Station spatiale internationale est membre de la réserve citoyenne de
l'armée de l'Air.



Focus sur l'opération Irma



Gendarmes, soldats, marins, aviateurs, sapeurs-pompiers, policiers : l'édition
2018 du 14-Juillet mettra à l'honneur les forces de tous bords envoyées au secours des populations locales après le passage dévastateur en septembre dernier des ouragans Irma et Maria dans les
Antilles françaises.



Parmi eux défileront des jeunes du service militaire adapté (SMA) de
Guadeloupe, Guyane et Martinique. Ce système d'insertion professionnelle avec un encadrement militaire est destiné à des jeunes d'Outre-mer en décrochage scolaire, chômeurs ou en risque de
désocialisation.



Sous-marinière, une première



L'une des quatre premières femmes officiers à avoir servi à bord d'un
sous-marin nucléaire français défilera au côté de son équipage. La capitaine de corvette Karen, 41 ans, ingénieure atomicienne, était chef du service réacteur pendant la dernière patrouille du sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) Le Vigilant. Elle et ses trois consoeurs sont des pionnières: la Marine française vient seulement d'ouvrir au personnel féminin cette filière très fermée.



Musique lyrique



Après l'étonnante reprise l'an dernier des tubes du groupe électro français Daft Punk par une fanfare militaire, le programme musical qui clôturera le défilé 2018 se fera plus sage. Accompagnée par un orchestre et un choeur militaires, la cantatrice Julie Cherrier interprétera pour le public "L'Hymne à l'Amour" et "La Marseillaise".




Ce lien étrange entre Jacques Chirac et Line Renaud

Ce lien étrange entre Jacques Chirac et Line Renaudhttp://www.via214.net/



Publié par Marion Epinette le Jeudi 12 Juillet 2018: 10h43





A l’occasion de ses 90 ans, Line Renaud a de nouveau montré toute son affection à l’un des membres de la famille de Jacques Chirac. Dans une interview, la chanteuse a dit la force de la relation qui la lie à l'ancien chef d'Etat.



Line Renaud et les Chirac : une seconde
famille



Comme un fils. Entourée de tous ses proches amis et de sa "famille recomposée", Line Renaud a soufflé ses 90 bougies le 1er juillet. Parmi les invités d’exception, Martin Rey-Chirac, qui n’est qu’autre que le petit-fils de Jacques Chirac, était présent. A Gala dans son édition parue en kiosque ce 11 juillet, la chanteuse raconte
leur relation singulière. C’était une fête qui rassemblait pas moins de 200 personnes à bord de la péniche du groupe Potel Chabot, pour une virée sur la Seine. Line Renaud était entourée de
tous ses plus proches amis. Claude Chirac, fille de l’ancien président de la République est venue accompagnée de son unique fils, né d’un précédent mariage avec Thierry Rey, ancien
champion olympique de judo et ex-conseiller sport et jeunesse de
François Hollande.Line Renaud possède un lien véritablement unique avec la famille Chirac, et ce depuis toujours. Pour elle, l’ancien chef de l’Etat "est
comme un frère". A Gala, elle se confie sur cette relation d’exception : "De temps en, temps, il m'appelle Jacqueline (son véritable prénom, ndlr), qui
était le prénom de sa sœur. Ce sont des liens familiaux qui se sont noués au fur et à mesure. Finalement, ça s'appelle une famille recomposée".



Elle a rencontré celui qu’elle considère comme un fils de cœur à sa naissance : "Le premier jour de sa vie, je l'ai pris dans mes bras à la clinique : ce sont des émotions que je n'avais jamais
ressenties. C'était merveilleux pour moi qui n'ai jamais eu d'enfant".



Line Renaud et Martin Rey-Chirac : une relation presque familiale



L’adolescence de Martin Rey-Chirac n’a d’ailleurs pas toujours été très
facile. Line Renaud en témoigne à Gala,
et prouve combien leur relation est importante à ses yeux : "On
s'en parlait beaucoup avec Claude et, parfois, il me disait plus de choses à moi qu'à sa mère. Que voulez-vous, il avait beaucoup de mal avec ses études et l'anglais : j'étais comme lui enfant,
j'avais un vrai blocage avec l'école, je ne pensais qu'à chanter. Mais désormais, je ne me fais aucun souci pour lui. Il va trouver sa place dans sa vie professionnelle comme dans sa vie privée."



De son côté, le petit fils unique de Jacques Chirac partage ce sentiment. Pour lui, Line Renaud est une "deuxième grand-mère" et ils passent beaucoup de moment à deux : "Nous déjeunons
souvent ensemble et nous parlons bien évidemment de ma vie, personnelle, je lui confie tout, ma vie intime et mais également les développements de mon métier." Du haut de ses 90 ans, Line Renaud est une artiste présente dans la vie de beaucoup de présidents de la République. Comme l'a souligné
Closer, à son anniversaire, Emmanuel Macron, qui n'était pas
présent à la fête, a tout de même tenu à lui rendre hommage: "Vous êtes une grande artiste, chanteuse, meneuse de revue, actrice de théâtre comme de cinéma (…) Un grand merci parce que vous n'avez pas seulement été une grande artiste française, vous avez aussi fait rayonner la France à travers le
monde".




La réaction amusante de Meghan Markle quand un petit garçon s’approche pour lui toucher les cheveux

La réaction amusante de Meghan Markle quand un petit garçon s’approche
pour lui toucher les cheveuxhttp://www.via214.net/



Marine Madelmond | jeudi 12 juillet 2018 à 09:00 | Mise à jour le jeudi 12
juillet 2018 à 13:43




Depuis leur mariage en mai dernier, Meghan Markle et le prince Harry enchaînent les événements. Lors de leur voyage à Dublin, le duc et la duchesse de Sussex ont fait la rencontre d'un petit garçon. Ce dernier ne s'est d'ailleurs pas privé de toucher les cheveux de
l'ex-actrice…



Durant cette visite, Meghan Markle et le prince Harry ont assisté aux entraînements de jeunes joueurs de hurling, un sport collectif d'origine irlandaise. L'occasion pour l'ex-actrice de Suits: avocats sur mesure de faire la rencontre d'un petit garçon prénommé Walter Cohen, âgé de 3 ans. Visiblement intrigué par la présence de la
duchesse, ce dernier n'a pas hésité à lui tirer les cheveux à plusieurs reprises. Meghan Markle, amusée, a gardé le sourire face à cet élan de tendresse. Meghan Markle, amusée, a gardé le
sourire face à cet élan de tendresse. De son côté, le prince Harry a lui aussi été approché par un autre petit garçon. Dylan Mahon, 4 ans, s'est amusé à lui toucher sa barbe. L'occasion pour
le fils de Lady Diana de lui adresser une petite blague: "Tu pourrais bientôt avoir une barbe toi aussi, tu ne sais pas", a-t-il lancé comme le rapporte de The Sun. Le couple s'est ensuite rendu au centre ville de la capitale
irlandaise, à Trinity College, pour consulter le "Livre de Kells",
manuscrit réalisé par des moines, véritable trésor culturel pour
le pays.





Brigitte Macron et Melania Trump tout sourire pour leurs retrouvailles

Brigitte Macron et Melania Trump tout sourire pour leurs retrouvailleshttp://www.via214.net/


Marine Madelmond | jeudi
12 juillet 2018 à 07:35 | Mise à jour le jeudi 12 juillet 2018 à
07:35





Mercredi 11 juillet, le sommet de l'OTAN se tenait à Bruxelles en présence
des dirigeants des pays membres de cette organisation. Pour
l'occasion, les conjoints des chefs d'Etat ont également participé
à des événements. Melania Trump et Brigitte Macron étaient
d'ailleurs très complices pour leurs retrouvailles…



Brigitte Macron, Melania Trump mais aussi Emine Erdogan (Turquie), Gauthier Destenay (Luxembourg) et Malgorzata Tusk (Pologne) ont ainsi été accueillis par Amélie Derbaudrenghien, l'épouse du premier ministre belge Charles Michel et par la diplomate Ingrid Schulerud, à la
chapelle musicale Reine Elisabeth, à Waterloo, pour un concert classique. Les deux Premières dames étaient particulièrement complices et tout sourire. Visiblement heureuses de se retrouver pour cet événement. Selon les informations de la RTBF, Brigitte Macron et Melania Trump ont également goûté
à des chocolats d'Herman Van Dender durant l'entracte mais aussi découvert une exposition de chapeaux de Fabienne Delvigne
Jeudi 12 juillet, les épouses et époux des dirigeants se retrouveront
pour un autre événement organisé dans le Brabant flamand.

Donald et Melania Trump iront boire un thé avec la reine Elisabeth II, rencontre qui suscite de nomb

Donald et Melania Trump iront boire un thé avec la reine Elisabeth II,
rencontre qui suscite de nombreuses interrogationshttp://www.via214.net/



Anne Yasmine Machet | jeudi 12 juillet 2018 à 11:27




Vendredi 13 juillet, les yeux du monde seront rivés sur le château de Windsor. Donald et Melania Trump iront boire un thé avec la reine Elisabeth II, une rencontre qui suscite de nombreuses interrogations, parmi lesquelles la tenue de la First lady…



Vendredi 13 juillet, Donald Trump posera ses valises à Londres, il rencontrera la reine Elisabeth II autour d'un thé au château de Windsor. Comme il s'agira de la première visite du président américain, elle concentre toute l'attention. Parmi les questions
soulevées, celle du choix vestimentaire de Melania Trump, dont le look est régulièrement soumis à interprétations. Qui pourrait oublier sa veste polémique "Je m'en fiche complètement" portée
alors qu'elle rendait visite à des enfants immigrés clandestins au
Texas, ni son sublime costume blanc immaculé après le scandale de
l'infidélité de son mari. Vendredi, ce
ne sera pas le jour pour commettre un impair… Comment pourrait donc s'habiller la First Lady pour s'assurer être
dans les bonnes grâces de sa Majesté et de ses sujets ? Selon Rupert Wesson, directeur de l'académie de l'étiquette Debrett's interrogé par Madame Figaro, s'il reconnaît qu'il n'y a pas de
contrainte vestimentaire imposée, "porter du noir serait assez surprenant". Selon lui, le personnel du palais de Buckingham a discuté avec celui de la Maison Blanche pour s'assurer d'éviter le moindre faux pas.
Même son de cloche pour Grant Harrold, commentateur royal, qui mise
sur le bon sens de Melania Trump: "La
First Lady peut porter ce qu'elle veut. Cependant, je suis sûre qu'en présence de la famille royale, elle fera attention à ne pas mettre une jupe trop courte et à afficher des couleurs plutôt
neutres." Une chose est sûre: son look sera scruté à la loupe par le monde
entier.

Fincantieri: une liaison très, très dangereuse pour Naval Group

Fincantieri: une liaison très, très dangereuse pour Naval Grouphttp://www.via214.net/


Par
Michel Cabirol |
12/07/2018,
6:56
|





Un rapport du bras armé de l'Etat en matière d'intelligence économique l'ADIT, dont La Tribune a pris connaissance, détaille les pratiques
opaques de Fincantieri. Un rapport qui traîne dans plusieurs ministères.


C'est un rapport de 36 pages de l'ADIT, qui est très négatif sur les pratiques du chantier naval italien Fincantieri en matière de conformité (compliance) et d'éthique. Il traîne dans plusieurs
ministères, dont Bercy et l'Hôtel de Brienne, en raison du projet de rapprochement entre Fincantieri et Naval Group. Réalisé par le bras armé de l'Etat en matière d'intelligence économique (10% du capital en propre et 24% via Bpifance), ce rapport, dont La Tribune a pris connaissance, compile les affaires ou les suspicions d'affaires
de corruption, qui sont imputées ces dernières années au groupe naval italien. Et ce n'est pas rien, le rapport évoque des affaires en Libye, Irak, Inde, Emirats Arabes Unis... Par
ailleurs, la lettre spécialisée Intelligence Online évoque, dans
sa dernière livrée datée du 11 juillet, des "négociations à l'ancienne" pour
le contrat gagné par Fincantieri au Qatar (7 navires pour un montant
de 5 milliards d'euros). Intelligence Online précise que des versements ont été versés en marge du contrat, dont un de 17,4 millions d'euros. En outre, une note blanche de la DGSE, remise à
Matignon ainsi qu'aux ministères des Armées et de l'Economie, relaterait par le menu détail les pratiques douteuses de Fincantieri en matière commerciale.


De nombreuses affaires devant les tribunaux



En Libye justement, la justice italienne a mis en cause en 2013 un personnage sulfureux Francesco Belsito, par ailleurs secrétaire administratif de Fincantieri en 2010, ainsi que le directeur des chantiers italien en Ligurie (2006-2011) pour leur rôle dans une tentative de vente d'un navire militaire au régime du colonel
Khadafi, Cette vente "n'a finalement jamais eu lieu", note l'ADIT. "Les
deux mis en cause sont pour le moment jugés pour d'autres affaires", constate le leader européen de l'intelligence stratégique. L'ex-trésorier de la Ligue du Nord, Francesco Belsito est également
dans le collimateur de la justice italienne dans le cadre de la vente
en 2009 de patrouilleurs aux Emirats Arabes Unis. Fincantieri ferait par ailleurs l'objet d'une double enquête en Inde depuis 2016, "l'une pour favoritisme" et "l'autre pour d'éventuelles malversations" sur
la vente de deux pétroliers ravitailleurs à la marine indienne,
selon l'ADIT, qui s'appuie sur la presse indienne. Lors d'une de ses premières sorties, l'un des deux pétroliers a vu apparaître des fissures. Fincantieri avait proposé un acier de moindre qualité contrairement aux spécifications de l'appel d'offres qui exigeait un
acier de haute qualité. Enfin, le chantier naval italien a été condamné en 2014 par la Haute Cour de Londres à payer un total de 20,9 millions d'euros en faveur d'un milliardaire russe, rappelle le rapport. Yuri Shefler a accusé Fincantieri de violation de droit de propriété intellectuelle dans le cadre de l'achat du yacht Serene. Le chantier naval a fait appel de cette décision. Conséquence des différentes procédures en cours, l'ADIT constate "une hausse continue des provisions" du
groupe italien. Fincantieri explique cette augmentation des provisions pour quatre raisons : plainte de salariés réclamant des dommages après une exposition à l'amiante, provision pour le litige Serene, nombreux litiges à la suite d'un nombre important de
blessures sur la chantier Monfalcone. Enfin, Fincantieri a assigné son partenaire américain Lockheed Martin devant la cour de justice du district de Columbia "pour non-respect des termes contractuels". Fincantieri dénonce des contrats passés par son partenaire
américain à des chantiers locaux alors qu'il devait les signer avec
une filiale du groupe italien.



Des liens avec la mafia?



Le rapport fait également état de "liens
ou de suspicions" de la part de certains sous-traitants de Fincantieri "avec
des organisations criminelles". En janvier 2017, la Direzione Investigativa Antimafia (DIA) de Trieste, une entité du ministère de l'Intérieur, a arrêté
Antonio Palumbo, sous-traitant travaillant pour Fincantieri à
Monfalcone "pour des suspicions de liens avec le clan Gionta de la Camorra (mafia
napolitaine)", selon l'ADIT. En 2013, la DIA et son homologue de la garde des finances ont arrêté six individus travaillant pour trois sous-traitants de
Fincantieri pour leur liens avec des organisations criminelles, constate l'ADIT. Puis en décembre 2014, la DIA a lancé une action en justice à l'encontre de huit cadres de Fincantieri du chantier de Monfalcone en charge des achats"pour avoir toléré des pratiques illégales de la part de sous-traitants",
précise l'ADIT. En juin 2015, la justice italienne a condamné sept des huit cadres de Fincantieri concernés. Fin
2015, le patron de Fincantieri Giuseppe Bono a reçu un courrier de la présidente de la région du Frioul-Vénétie lui demandant à améliorer la transparence des contrats de sous-traitance et d'achat de groupe. De même, le coordinateur national de la construction
navale FIOM/CGIL, Bruno Papignani, évoque fréquemment le manque de transparence lié au nombre de sous-traitants de Fincantieri.



Une direction peu impliquée


Des lacunes demeurent par rapport aux standards d'une politique de compliance",estime l'ADIT. Selon le leader européen de l'intelligence
stratégique, la politique de compliance de Fincantieri, si elle évoque les agents et les consultants, elle "ne
parle pas des partenaires, et d'une manière générale des offsets". En outre, détaille l'ADIT, "les paiements de facilitations sont à peine abordés, de même que les risques de corruption ou de trafic d'influence dans le cadre
d'activités de lobbying réalisées pour le compte de la société par des tiers".
Enfin, le rapport constate une "absence
de référence à une charte achats et responsabilité d'entreprise que les fournisseurs devraient signer et qu'ils devraient faire signer par leurs propres fournisseurs". Il n'y aurait pas non plus de mentions à "d'éventuelles
vérifications préalables approfondies (due diligence) sur les fournisseurs".
D'une manière générale, l'ADIT constate que Fincantieri participe peu à des réunions de groupes de travail créés par les organisations professionnelles pour développer des standards communs
en matière d'éthique des affaires, y compris au niveau international. En même temps, l'ADIT évoque des cadres et des
membres du conseil d'administration cités dans des affaires. Ceci pourrait expliquer cela... La France va-t-elle confirmer sa volonté de rapprocher Naval Group de Fincantieri?

Cartoucherie: le chantier du programme Hype Park lancé

Cartoucherie: le chantier du programme Hype Park lancéhttp://www.via214.net/


Par Pierrick Merlet
| 10/07/2018, 15:47





En plein développement, l’éco-quartier de la Cartoucherie de Toulouse a été animé lundi 9 juillet par la pose de la première pierre de la future résidence Hype Park. Porté par le promoteur
Nexity, ce projet immobilier comportera 7 bâtiments rassemblant près de 420 logements dont déjà 70 % sont réservés. Ils seront livrés, par tranche, entre septembre 2019 et fin 2020.


"C'est le début de la seconde phase du renouveau de la Cartoucherie", n'a pas hésité à lancer Cyrille Thonnelier, le directeur général Midi-Pyrénées du promoteur Nexity. En effet, lundi 9 juillet, sur un segment du futur éco-quartier de la Cartoucherie a été fêtée
la pose de la première pierre du programme Hype Park, porté par ce
promoteur. Après la livraison de quelques centaines de logements les mois et années auparavant dans des bâtiments situés à quelques dizaines de mètres
de là, le projet immobilier Hype Park doit donner un nouveau visage à ce futur éco-quartier qui doit accueillir à terme 8 000 personnes dans 3 500 logements. Ce programme contiendra pas moins de
7 bâtiments dans lesquels seront répartis 417 logements de diverses
catégories. Sur son ensemble, 131 de ces logements seront des logements étudiants, 42 autres seront des habitations à prix maîtrisés (un moyen d'accéder à la propriété pour les revenus modestes, ndlr) et 85 logements seront des logements sociaux. À noter que sur la totalité du programme, la moitié des logements proposés seront des habitations de plus de trois pièces. Enfin, environ 1 800 m2 en rez-de-chaussée seront consacrés à des
commerces et à un pôle médical.



Le programme Hype Park, dont les volumes répondent avec esthétisme à la densité urbaine du territoire et favorisent l'ensoleillement et l'éclairage naturel des appartements, comporte des logements libres vendus à prix maîtrisés, des logements sociaux, une résidence
étudiants et des commerces en rez-de-chaussée. Il a été conçu pour que les résidents puissent profiter de belles vues sur Toulouse ou les Pyrénées, mais également accéder à la fois à l'intensité de la place centrale de l'éco-quartier de La Cartoucherie et aux
Halles en direct ainsi qu'au centre-ville avec le tramway en pied d'immeuble", a décrit dans un communiqué le promoteur qui a rapporté un appel d'offres en décembre 2015 pour s'approprier ce marché.


Près de trois quarts des logements réservés



"La première tranche des logements de cet éco-quartier a reçu des avis contrastés, alors je souhaite que la seconde ait l'approbation des Toulousains. Ce programme est une très belle opération d'un point de vue architectural. Il est clair que la proposition faite par Nexity répondait à ce critère de qualité architectural", a
réagi Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse
Métropole. Pour satisfaire les élus sur ce point, le promoteur immobilier a travaillé avec l'atelier Architectes Singuliers et l'atelier d'architecture Diana. Mais le projet semble aussi
convaincre les potentiels acquéreurs puisque 70 % des logements seraient déjà réservés selon Nexity alors que la
commercialisation a débuté l'année passée. Néanmoins la livraison de ces logements s'étalera de septembre 2019 à fin 2020, en plusieurs tranches. Pour rappel, ce programme immobilier va être
réalisé sur une partie des 33 hectares de friches industrielles laissées par les anciennes usines Giat le long de l'avenue de Grande-Bretagne. Ce terrain, en plus de logements, accueillera près de 78 000 m2 de bureaux et 15 000 m2 d'espaces publics, dont un groupe scolaire et un centre de petite enfance. Les Halles, quant à elles, seront rénovées pour en faire un tiers-lieu ultra-moderne. Les travaux doivent
débuter en janvier 2019.

La Croatie dame le pion aux Anglais, et rejoint la France en finale

La Croatie dame le pion aux Anglais, et rejoint la France en finalehttp://www.via214.net/




Les Croates sont passés par les prolongations pour battre les Anglais
(2-1). Ce sera la première finale de leur histoire, face une équipe
de France plus reposée.




Pour la première fois de son histoire, la Croatie va jouer une finale de
Coupe du monde. Au bout d’une demi-finale qui est allée en prolongation, les Croates ont battu les Anglais. Rapidement menés après un coup franc sublime de Kieran Trippier (5e), les
Croates ont égalisé en milieu de seconde période grâce à un but d’Ivan Perisic (68e), avant que Mario Mandzukic assome les Anglais en seconde partie du temps additionnel (108e). Vingt ans après leur unique affrontement en Coupe du monde, en demi-finales, la Croatie retrouvera, dimanche à 17 heures, la France pour tenter de décrocher un premier titre de champion du monde. Ils arriveront avec un jour de repos de moins que les Bleus, et l’équivalent d’un match de plus dans les jambes (3 prolongations). L’Angleterre, elle, affrontera la Belgique, samedi, dans le match pour la troisième place.


Le chef-d’œuvre de Trippier


Pourtant, tout avait mal commencé pour Luka Modric et les Croates. Le génial
meneur de jeu s’est montré coupable d’une faute évitable à l’entrée de la surface sur Dele Alli. Kieran Trippier n’a pas laissé filer l’occasion et a décoché une superbe frappe sous la
barre de Danijel Subasic, impuissant, au plus grand bonheur des supporteurs anglais. C’était le neuvième but anglais sur une phase de jeu arrêté, sur les 12 inscrits dans la compétition. Il a
été fêté, comme chacun d’entre eux, à Londres. Les Anglais, plus dangereux tout au long de la première période auraient même pu doubler la mise, mais les positions de hors-jeu de Harry Kane
(22e et 30e) et l’absence de précision de Jesse Lingard, (36e) n’ont rien donné. En face, malgré les multiples tentatives d’Ante Rebic sur le côté droit, jamais les Croates ne semblaient vraiment en mesure de mettre en danger une équipe anglaise bien en
place et appliquée.




Le come-back croate


Visiblement épuisés, les Croates se montraient incapables de faire déjouer la défense anglaise. Les frappes lointaines d’Ante Rebic et d’Ivan Perisic ne trouvaient pas le cadre ou étaient contrées (65e). Quant à Luka Modric et Ivan Rakitic, ils peinaient à peser. Alors que l’on n’imaginait presque plus un retour croate, Ivan Perisic est venu devancer Trippier et Walker sur un centre de Sime Vrsaljko
pour l’égalité (68e). Le même Ivan Perisic est passé à quelques millimètres du doublé sur un superbe enchaînement, mais sa frappe, légèrement trop croisée
a trouvé le poteau (71e). Revigorés, les Croates faisaient souffrir la défense anglaise qui parvenait cependant à repousser les centres et anticiper les ouvertures de Rakitic vers Mandzukic. Enfin trouvé dans le dos de la défense, Mario Mandzukic enchaînait contrôle et frappe, mais il ne trouvait que les gants de Pickford. En face, les Anglais ont eu une dernière munition en toute fin de match: un coup franc, comme ils les aiment tant à l’entrée de la
surface, mais Kane ne parvenait pas à cadrer, comme s’il était écrit que ce match devait aller en prolongation.



Mandzukic, héros de la nation



Ereintés, à l’image de Strinic sorti pour cause de crampes (93e), les
Croates, qui jouaient là leur troisième prolongation consécutive, semblaient en-dessous, au moins physiquement. Sur sa ligne, Sime Vrsaljko sauvait une sublime tête de John Stones, qui prenait le
chemin de la lucarne (99e). Dans la foulée c’est Pickford qui réalisait l’arrêt le plus important de sa carrière en s’imposant devant Mario Mandzukic, qui s’était jeté dans ses jambes (105e).
Trois minutes plus tard, l’attaquant croate profitait d’une déviation
de Perisic pour échapper au marquage anglais, croiser une frappe puissante et inscrire son deuxième but de la Coupe du monde, synonyme de qualification pour la finale. A 10, après la blessure de
Trippier et sans changement restant, les Anglais ont eu deux coups francs intéressants, mais ils n’ont pas réussi à réagir. Comme en 1990, l’Angleterre échouait aux portes de la finale. La
Croatie, elle, a trois jours pour récupérer avant de jouer le match
le plus important de son histoire.


Merci à toutes et à tous d'avoir suivi ce direct consacré à la demi-finale de la Coupe du monde. Ce sont bien les Croates qui affronteront la France dimanche à 17 heures (avec vous, et avec
nous, évidemment), et on a vraiment cro-hâte d'y être (oui, il
fallait la faire).



Excellente soirée à toutes et à tous, et on se retrouve demain... pour du
Tour de France !





Trump dénonce une Allemagne "totalement contrôlée" par le Kremlin

Trump dénonce une Allemagne "totalement contrôlée" par le Kremlinhttp://www.via214.net/



Par Jean-Jacques Mével- Mis à jour le 11/07/2018 à 16:54- Publié le
11/07/2018 à 12:11



Au premier jour du sommet de l'Otan à Bruxelles, le président américain a mené une attaque virulente contre Berlin. Ce à quoi la chancelière allemande a répliqué que l'Allemagne prenait ses
décisions de manière "indépendante". Emmanuel Macron a également exprimé son désaccord.





Correspondant à Bruxelles



Donald Trump n'a attendu ni l'arrivée d'Angela Merkel, ni le début du
sommet pour régler des comptes avec l'allié central des Etats-Unis dans l'Otan. Dans une attaque virulente, il a accusé l'Allemagne d'être "totalement contrôlée par la Russie" à travers ses
importations massives de gaz de Sibérie et de financer ainsi la montée en puissance d'un pays qui reste le rival numéro un de l'alliance militaire occidentale. La République fédérale est "prisonnière" du Kremlin parce qu'elle achète une grande partie de l'énergie produite en Russie, a estimé le président américain, mercredi, lors d'un petit déjeuner avec Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan. "Nous Américains devons défendre l'Allemagne
de la Russie, tandis que la première paie des milliards à la seconde et l'aide ainsi à s'enrichir (...) Ce n'est pas normal!" Donald Trump devrait rencontrer Angela Merkel en marge du sommet. La réplique de la chancelière allemande ne s'est pas fait attendre. "Nous pouvons mener nos propres politiques, nous pouvons prendre des
décisions indépendantes", a-t-elle affirmé, sans citer directement Donald Trump, à son arrivée à un sommet. "L'Allemagne fait aussi beaucoup pour l'Otan. Nous sommes le deuxième plus grand fournisseur de troupes, nous mettons la plupart de nos capacités
militaires au service de l'Otan", a-t-elle insisté. Emmanuel Macron a également réagi à ces propos. Dans l'après-midi, lors d'une rencontre entre Donald Trump, le président français a indiqué être en désaccord avec cette affirmation. La diatribe du président américain, lancée en prélude au sommet des 29 pays de l'Otan, menaçait ainsi de donner le ton de la journée. A
la stupeur du secrétaire général Stoltenberg, le chef de la
Maison-Blanche a réussi à focaliser micros et caméras en transformant en réquisitoire antiallemand ce qui ne devait être qu'une séance de photo autour d'un café-croissants. Il enfonce
aussi un coin entre les Européens, divisés sur une ligne Est-Ouest
sur la question du gaz russe. Il cherche enfin à se disculper d'une trop grande complicité avec Vladimir Poutine, à cinq jours d'un tête-à-tête à Helsinki.



Merkel, le bouc-émissaire parfait


Aux yeux de Donald Trump, la chancelière Merkel est le parfait bouc-émissaire du sommet. L'Allemagne continue de bénéficier à bon compte du parapluie
américain, tandis que ses exportations contribuent largement à creuser un déficit commercial qui dépasse les 100 milliards de dollars avec l'Union européenne. Avant même l'ouverture du sommet, le président ajoute un troisième grief: une dépendance énergétique
qu'il juge coupable vis-à-vis du Kremlin. L'enjeu immédiat est le
gazoduc Nord Stream 2 qui vise à doubler d'ici à 2020 les livraisons directes de gaz en Allemagne à partir de la Russie, via la mer Baltique. Le gaz, contrairement au secteur pétrolier, n'est pas touché par les sanctions que l'UE a décrétées il y a quatre après l'intervention russe dans l'est de l'Ukraine. A sa mise en service prévue fin 2019, ce tube long de 1.225 km doublera la capacité d'un premier gazoduc mis en service en 2012: 55 milliards de m3 par an, soit la moitié de la consommation allemande.
L'investissement, évalué à quelque 10 milliards d'euros, répond au besoin des
Allemands et des Européens: la production gaz de la Norvège, des
Pays-Bas et du Royaume-Uni décroît rapidement alors qu'à leurs portes, la Russie dispose des plus grandes réserves mondiales. Chantier privé quoi que très politique, il rassemble les firmes
énergétiques allemandes Uniper et Wintershall, l'autrichien OMV,
l'anglo-néerlandais Shell et le français Engie. Nord Stream 2 est ouvertement décrié par les voisins européens de la
Russie, qui s'inquiètent d'une dangereuse dépendance, peut-être
nuisible pour leur sécurité. Donald Trump a reçu l'appui immédiat du président polonais Andrzej Duda. A son arrivée à Bruxelles, ce dernier a assuré que la diversification des approvisionnements doit devenir la priorité de l'UE.

Qui est Dylan Deschamps, le fils de Didier Deschamps

Qui est Dylan Deschamps, le fils de Didier Deschampshttp://www.via214.net/





Didier Deschamps est plutôt discret sur sa vie privée mais saviez-vous qu'il a un fils de 22 ans, amateur de sport également? Focus sur Dylan Deschamps, ce jeune homme encore peu connu.






Dylan Deschamps, un amoureux du sport
Né en 1996, Dylan, fils de Didier et Claude Deschamps, est lui aussi un
amoureux du sport. Il n’avait que deux ans lorsque son père a remporté la coupe du monde 1998. Vingt ans après, il soutient plus que jamais son père et son équipe arrivée jusqu’en demi-finale. Lors des huitièmes de finale, il était présent au sein du stade russe pour supporter les Bleus. Il était en compagnie de sa mère et d’un bon ami de son père, le célèbre présentateur de France 2, Nagui. Du haut de sa vingtaine, le jeune homme ne se contente pas de regarder et supporter les matchs, il joue beaucoup et semble passionné par le sport. C’est ce que l’on pouvait observer sur son compte Instagram où il est suivi par plus de 5500 abonnés. Si
Dylan a choisi de passer son compte en privé, cachant ainsi ses publications au public, on pouvait auparavant y voir des photos de lui en train de jouer au football et s’amuser en pratiquant différents sports.


Dylan Deschamps, un étudiant (presque) comme les autres?



Depuis toujours, Dylan Deschamps assiste à des matchs en compagnie de son père, comme ceux de l’AS Monaco dont Didier Deschamps a été l’entraineur dans les années 2000. Grâce au travail de son
patriarche, il a eu l’occasion de rencontrer des personnes assez connues principalement dans le milieu du football. Le jeune homme postait régulièrement sur son compte Instagram des photos où il posait avec des célébrités dont Ronaldo, Antoine Griezmann, ou encore la chanteuse Rihanna. Passionné par les nouvelles
technologies, il a étudié le marketing et la finance à l'école de commerce EDHEC Business School de Nice. C’est dans cette école qu’il a rencontré sa petite amie, Mathilde. Depuis quelque temps il a lancé, seul, une start-up de conseil en marketing mobile.















Coupe du monde: un mouvement de foule fait 30 blessés à Nice

Coupe du monde: un mouvement de foule fait 30 blessés à Nicehttp://www.via214.net/


Faits divers|Le Parisien avec AFP |11
juillet 2018, 0h01



Juste avant le coup de sifflet final de France-Belgique, deux jets de pétards ont provoqué l'affolement de dizaines de personnes attablées dans les bars pour regarder le match.





"Les gens ont cru à des coups de feu, à un attentat, certains ont voulu se cacher dans le restaurant", décrit un restaurateur de cette ville encore très marquée par l'attaque de la Promenade des Anglais le 14 juillet 2016. Ce mardi soir, alors que la France exultait sa joie de voir les Bleus remportent la demi-finale de la Coupe du Monde en Russie, une trentaine de personnes ont été légèrement blessées dans un mouvement de foule à Nice (Alpes-Maritimes). La brève panique a été provoquée par des jets de pétards à chaque extrémité du cours Saleya - une rue très fréquentée du Vieux-Nice - sur des terrasses bondées de supporters regardant le match juste avant le coup de sifflet final. Dans la panique, des
personnes ont été blessées légèrement, par des chutes, mais aussi des coupures, selon les pompiers, qui ont pris en charge une trentaine d'entre elles sur la Promenade des Anglais. Une heure après le mouvement de foule, le cours Saleya était un véritable champ de
bataille, avec des tables et chaises renversées, des effets personnels abandonnés, du verre brisé et du sang sur les meubles des restaurants. Une cinquantaine de pompiers et six ambulances ont été mobilisés.

Les Bleus en finale de la Coupe du monde après une demie maîtrisée contre la Belgique

Les Bleus en finale de la Coupe du monde après une demie maîtrisée
contre la Belgiquehttp://www.via214.net/




Publié le mardi 10 juillet 2018 à 21:54
| Mis à jour le 10/07/2018 à 23:02




L'équipe de France a rejoint la finale de la Coupe du monde pour la troisième
fois de son histoire en dominant la Belgique (1-0) ce mardi, sur un
but de Samuel Umtiti. Les Bleus viseront une deuxième étoile dimanche, contre l'Angleterre ou la Croatie. Elle
était là, elle leur tendait les bras. Les Bleus l'ont saisie à pleines mains. Dimanche, ils joueront la finale de la Coupe du monde! Pour la troisième fois de son histoire, après 1998 et 2006,
l'équipe de France aura cette immense chance. Vingt ans après avoir soulevé le trophée à la maison, c'est à Moscou que Didier Deschamps et ses joueurs tenteront d'aller chercher le Graal. Ce sera face à l'Angleterre ou à la Croatie. Mais avant d'y penser, ils
peuvent savourer. Car leur victoire contre la Belgique (1-0), ce mardi à Saint-Pétersbourg, a été acquise de haute lutte. Les Diables rouges n'avaient plus perdu depuis 24 matches. On redoutait leur attaque, mais c'est la défense française qui a eu le dernier
mot. Dès la première action, Kylian Mbappé a donné le ton. Une
accélération, des défenseurs belges pris de vitesse et la soirée promettait d'être animée, à des années-lumière du match contre l'Uruguay (2-0). Il n'a pas fallu attendre longtemps pour voir Eden
Hazard lui répondre, mais son centre a été coupé in extremis par Umtiti au premier poteau (6e). À chaque fois qu'elles en ont eu l'occasion, les deux équipes se sont engouffrées dans les rares espaces laissés par l'adversaire. C'était prévu mais difficile à
empêcher. Hazard, intenable, a failli ouvrir le score d'une frappe trop croisée (15e). Puis l'ancien Lillois a vu son tir dévié par une tête de Varane juste au-dessus de la barre (19e). Les Bleus reculaient, souffraient mais tenaient bon. Un grand Hugo Lloris,
encore auteur d'une parad exceptionnelle sur une frappe en pivot d'Alderweireld (21e), a sauvé les siens, comme il l'avait fait contre l'Uruguay. Puis la tempête s'est un peu calmée et ce fut au
tour des Français de répliquer. Olivier Giroud (34e) et surtout Benjamin Pavard, qui s'est heurté à l'excellent Courtois (39e), ont manqué de peu eux aussi de placer les Bleus devant à la mi-temps,
atteinte sur un 0-0 pas cher payé. Mais le premier but n'a pas tardé à arriver après la pause. Sur un corner de Griezmann, Umtiti a jailli au premier poteau, pour devancer Fellaini de la tête et tromper Courtois (51e). Jusque-là très tactique, malgré pléthore de situations franches des deux côtés, le match était enfin lancé. Mbappé a continué de régaler, mais Giroud n'en a pas profité (56e). Fellaini aurait pu
se racheter mais sa tête n'a pas trouvé le cadre (65e). Dans une ambiance feutrée, loin d'être à la hauteur d'une demi-finale de Coupe du monde, les acteurs ont fini par faire lever les 64 286 spectateurs, dont le président Emmanuel Macron, en se rendant coup
pour coup. La tension est montée aussi d'un cran dans les vingt dernières minutes, à mesure que le chrono tournait. Mais à l'exception d'une frappe de Witsel boxée par Lloris (81e), les Diables rouges, qui ne lâchaient plus le ballon, ne savaient plus
trop quoi en faire. Griezmann (90e+2) et Tolisso (90e+5) auraient pu soulager tout le monde. Qu'importe, au coup de sifflet final, le grand ouf n'en était que plus beau.


Le fait: une défense de fer



Combien de centres ont-ils repoussé? Combien de ballons chauds ont-ils
dégagés? Les Bleus ont fait corps pendant 90 minutes pour ne pas
céder face à la meilleure attaque du tournoi. Après une première période difficile, face aux changements de rythme impulsés par Hazard notamment, ils ont resserré leur bloc en seconde et n'ont plus laissé le moindre espace pour éteindre le capitaine belge. Enfermé dans la tenaille, Lukaku a été inexistant. Et même après l'entrée de Mertens sur la fin, l'arrière-garde tricolore s'est adaptée, pour ne plus être inquiétée. Impérial dans sa cage,
Lloris a pu compter sur un axe central Varane-Umtiti impressionnant de solidité. Sur six matches disputés, l'équipe de France en a fini quatre sans prendre le moindre but.



Le joueur: Mbappé a fait très mal



Après son récital joué face à l'Argentine, Kylian Mbappé a encore
réalisé une prestation de haute volée. Même s'il n'a pas marqué cette fois, le jeune Parisien a été un danger permanent pour les Diables rouges, qui ont peiné à l'arrêter. Vertonghen a souvent eu
besoin de l'aide d'un voire deux partenaires pour stopper la flèche
tricolore. Et quand il ne mettait pas le turbo, Mbappé faisait tourner la tête aux défenseurs belges, comme sur ce double râteau-talonnade, pour offrir une balle de but à Giroud (56e), contré. Il n'a pas beaucoup soutenu Pavard dans les tâches défensives, sur Hazard, mais qu'est-ce qu'il a fait mal devant!
Jusqu'au bout, il a été un vrai poison.



Demi-finales:


Mardi 10/07 20:00 à Sant Petersbourg


Mercredi 11/07 20:00 à Moscow Croatie-Angleterre



Finale-Dimanche 15/07 17:00 à Moscow France-Croatie ou Angleterre








Carla Bruni et sa petite Giulia en vacances: la fillette s’éclate à la plage

Carla Bruni et sa petite Giulia en vacances: la fillette s’éclate à la plagehttp://www.via214.net/



Laetitia Reboulleau | lundi 9 juillet 2018 à 08:30 | Mise à jour le mardi 10
juillet 2018 à 11:42






Les vacances d'été débutent à peine pour les plus jeunes, mais la fille de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni a déjà les pieds dans l'eau. A la plage en compagnie de sa maman, elle profite du soleil et de la liberté loin des bancs de l'école.





Pour les élèves de primaire, le top départ des vacances scolaires a été donné ce vendredi 6 juillet, en fin de journée. L'année est bel et bien terminée et les plus jeunes vont pouvoir profiter de deux mois de repos avant de reprendre le chemin de l'école, au début du mois de septembre. En attendant,
les plus chanceux sont déjà en route pour leurs aventures estivales. Et c'est le cas pour la petite Giulia Sarkozy. Âgée de 6 ans, la fillette est en vacances en compagnie de sa maman, Carla
Bruni-Sarkozy, et compte bien profiter de chaque instant pour s'amuser. La
mère et la fille ont donc quitté Paris pour une destination plus
agréable en cette période de canicule. Au programme: farniente, baignades… Et découvertes riches en sensations fortes !Sur Instagram, la chanteuse a en effet dévoilé un cliché représentant
sa fille et l'une de ses copines en pleine leçon de voile, en train d'apprendre à faire du trapèze. A son habitude, afin de préserver la vie
privée de son enfant, la chanteuse ne dévoile pas son visage sur la photo.
Casquette et lunettes de soleil bien arrimées, gilet de sauvetage et harnais
attachés, la fillette a écouté avec soin les consignes du moniteur afin de pouvoir se lancer à l'assaut des vagues en toute sécurité. Pour elle, l'été commence donc avec des sensations
fortes, du sport et des découvertes. Giulia Sarkozy prouve ainsi qu'elle n'a pas froid aux yeux, mais aussi qu'elle est bien décidée à passer des vacances
inoubliables en jouant les marins. Et cela ne fait que commencer.



 

Equipe de France: voici votre onze contre la Belgique

Equipe de France: voici votre onze contre la Belgiquehttp://www.via214.net/




Publié le : 09/07/2018 - 21 h 00


Constant Wicherek



Guillaume Vigier





Nous vous avons demandé de composer votre onze de départ idéal de l’équipe de France pour affronter la Belgique en demi-finale. Vous avez été très nombreux à nous répondre. Les Français ne sont plus qu’à une marche de la finale de la Coupe du Monde, douze ans après leur défaite contre l’Italie aux tirs au
but. Pour l’atteindre, il faudra, demain, vaincre la Belgique à
Saint-Pétersbourg à 20h00 (rencontre à suivre sur notre live commenté, bien évidemment). Ainsi, ce matin, nous vous demandions quel système et quels joueurs vous souhaiteriez voir sur la pelouse
ce mardi au coup d'envoi. Dans un premier temps, nous vous remercions
de votre participation. Place désormais aux résultats. Sans surprise, Hugo Lloris, le capitaine des Bleus est plébiscité et c’est presque un euphémisme puisque Steve Mandanda et Alphonse Areola n’ont récolté absolument aucune voix. Mais le plus important à retenir c’est qu’il semble que Didier Deschamps vous ait convaincu puisque le 4-2-3-1 qu’il impose depuis la phase
éliminatoire est celui que vous avez retenu plutôt qu’un 4-3-3 déjà vu lors de la première rencontre contre l’Australie (2-1).



Les idées de Didier Deschamps vous plaisent


Derrière, Pavard, Varane, Umtiti et Hernandez ont vos faveurs tandis que
Sidibé, Mendy et Kimpembe ou même Rami n’ont pas beaucoup de voix
(8 voix en tout). Le milieu de terrain était au centre des attentions. Toutefois, N’Zonzi (une voix) et Tolisso, plutôt convaincant dans son rôle contre l’Uruguay (2-0) ne récupère que cinq petits votes. Par conséquent, la doublette Kanté-Pogba est aussi bien installée dans vos esprits pour cette rencontre. Si Kylian Mbappé est aussi plébiscité, Olivier Giroud et Antoine
Griezmann obtiennent leur place sans forcément être inquiétés. Dembélé, deux voix, Thauvin, trois, ou encore Lemar, quatre, sont, dans vos esprits, des remplaçants. Enfin, vous êtes plutôt de
l’avis de Didier Deschamps puisque vous installez Blaise Matuidi sur l’aile gauche (18 voix) plutôt que Nabil Fekir (12 voix). Reste à savoir si Didier Deschamps alignera ce système et ces
joueurs et encore mieux, s’ils seront vainqueurs.




Japon-Les pluies ont fait 130 morts, les sauveteurs s'activent

Japon-Les pluies ont fait 130 morts, les sauveteurs s'activenthttp://www.via214.net/
10/07/2018 | 02:58





Inondations les plus meurtrières depuis 1982



*Elles ont fait quelque 130 morts



*Les sauveteurs à la recherche d'éventuels survivants



par Issei Kato et Kiyoshi Takenaka



KURASHIKI, Japon, 10 juillet (Reuters) - Les sauveteurs s'activaient toujours
mardi au Japon dans la boue et les décombres à la recherche
d'éventuels survivants après les pluies torrentielles de la semaine dernière qui ont provoqué inondations et glissements de terrain et fait quelque 130 morts. Le Premier ministre, Shinzo Abe, a annulé un déplacement à l'étranger - il devait se rendre en Belgique, en France, en Arabie Saoudite et en Egypte - en raison des inondations, les plus meurtrières depuis 1982. Les pluies de la semaine dernière ont fait place au soleil et au ciel bleu, avec des températures
supérieures à 30 degrés Celsius. Les autorités craignent désormais des problèmes de santé liés à la chaleur dans les zones privées d'eau et d'électricité. Environ 11.200 foyers sont privés de courant électrique, ont indiqué les compagnies d'électricité lundi. Plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient sans eau. Le
bilan de cette désolation était de 126 morts mardi matin, selon un point diffusé par la chaîne de télévision NHK, avec six autres personnes en état d'arrêt cardiopulmonaire. Ce terme est souvent utilisé par les autorités japonaises pour décrire les personnes
qui n'ont pas été officiellement déclarées mortes par un médecin.
Soixante-trois personnes sont portées disparues. S'il ne pleut plus sans discontinuer, des averses soudaines et des orages ainsi que d'autres glissements de terrain sur les versants escarpés des montagnes sont à craindre, estiment les autorités. L'activité
industrielle est également touchée. Mazda s'est dit contraint de fermer son siège social à Hiroshima lundi.



"JAMAIS RIEN VÉCU DE TEL"



Le constructeur automobile, qui a suspendu ses activités dans plusieurs
usines la semaine dernière, a déclaré que la mise à l'arrêt se poursuivrait dans deux d'entre elles jusqu'à mardi, bien qu'elles n'aient pas subi de dégâts, parce qu'il ne peut plus recevoir de composants. Dans le district de Mabi de la ville de Kurashiki, une des zones les plus touchées, les eaux ont commencé à baisser, laissant apparaître une épaisse couche de boue brune avec des voitures renversées ou à
moitié submergées, tandis que les habitants rentraient chez eux pour commencer à déblayer. "Je n'ai jamais rien vécu de tel dans ma vie", a déclaré Hitoko Asano, 71 ans, en train de
nettoyer sa maison sur deux niveaux. "La machine à laver, le réfrigérateur, le micro-ondes, le grille-pain, le PC, ils sont tous détruits", a-t-elle dit. "Les vêtements dans les tiroirs ont tous été endommagés par l'eau boueuse. Nous ne prenons même pas la peine de les laver. A Hiroshima, après un glissement de
terrain, là où il y avait des maisons, il n'y a plus que des amas de bois brisés, au vu des images diffusées par les chaînes de télévision. Des maisons se retrouvent à l'envers, le toit en bas. Bien que les ordres d'évacuation aient beaucoup diminué depuis le
week-end, quelque 1,7 million de personnes se sont vues ordonner ou
conseiller de rester à l'écart de leur domiciles, ont déclaré des services des incendies et des catastrophes naturelles. Le Japon émet régulièrement des alertes météorologiques, mais, compte tenu de la densité de la population dans les plaines de ce pays
essentiellement montagneux, chaque parcelle de terrain utilisable est
construite, ce qui le rend très vulnérable aux catastrophes.


(Avec Elaine Lies, Naomi Tajitsu et Osamu Tsukimori; Danielle Rouquié pour
le service français)



Avant l'annonce sur la Cour suprême, les Trump de retour à la Maison-Blanche

Avant l'annonce sur la Cour suprême, les Trump de retour à la
Maison-Blanchehttp://www.via214.net/




Paris Match Publié le 09/07/2018 à 11h20 Mis à jour le 09/07/2018 à 11h29



Kahina Sekkai



Donald et Melania Trump sont rentrés dimanche de Bedminster, où ils ont
passé le week-end. Ce lundi, le président américain va annoncer son choix pour le prochain juge de la Cour suprême. Avant une annonce cruciale, un retour sous l'oeil des caméras. Dimanche, Donald et Melania Trump ont regagné la Maison-Blanche, après avoir
passé le week-end dans le New Jersey, à Bedminster plus précisément, où la Trump Organization possède un club de golf où
le président se rend régulièrement -selon NBC News, il s'agissait de son 168ème jour dans une propriété Trump depuis son arrivée à la présidence (534 jours). Le milliardaire portait un costume sans cravate et une casquette blanche brodée aux initiales "USA" à
l'avant et son patronyme à l'arrière, vendue 40 dollars sur son site officiel. Melania Trump, elle, avait une nouvelle fois choisi une création de la marque Erdem, une robe avec un motif très
estival puisqu'il s'agit de perroquets et de fleurs. Le modèle, actuellement soldé chez certains revendeurs, a pour prix initial plus de 1330 euros. Elle l'avait accessoirisé, comme souvent, avec des talons hauts et une ceinture en cuir havane. A leur arrivée sur la pelouse de la Maison-Blanche, Melania et Donald Trump se tenaient la main, comme ils l'ont fait jeudi dernier pour les célébrations de la fête nationale organisées au sein de la résidence
présidentielle. Un geste affectueux noté tant la First Lady a, à plusieurs reprises, repoussé les avances de son mari en public et soulevé ainsi des rumeurs sur l'état de leur mariage.


Une décision marquante annoncée lundi


Lundi soir, Donald Trump annoncera la personne qu'il a choisie pour succéder à Anthony Kennedy, juge bientôt retraité de la Cour suprême. Ce choix, qui survient plus d'un an et demi après la
nomination de Neil Gorsuch, est crucial pour le président car il pourrait lui permettre d'influencer durablement l'instance qui tranche sur la constitutionnalité des lois du pays. De nombreuses avancées sociétales ont ainsi été obtenues grâce aux décisions
des neufs juges de la Cour suprême comme l'autorisation du mariage
entre personnes du même sexe (en 2015) et celle de l'interruption
volontaire de grossesse. Cette dernière décision, tranchée en 1973
avec l'arrêt Roe vs Wade, pourrait être en danger si le nombre de
juges conservateurs dépassait celui de progressistes défendant ce
droit. Parmi les favoris au poste se trouvent Brett Kavanaugh et Amy
Coney Barrett, tous deux magistrats bien connus des milieux conservateurs. Donald Trump, dont l'avis a fluctué à plusieurs
reprises, se présente désormais comme un "pro-vie", une opposition à l'avortement qui ravit son électorat le plus
religieux. 

Jenifer: Humiliée en public par une célèbre humoriste

Jenifer: Humiliée en public par une célèbre humoristehttp://www.via214.net/


Jenifer


Coup dur pour Jenifer qui s'est fait tacler par une ex-candidate de The
Voice... regardez ! Cette semaine, Camille Lellouche était présente au festival Le Marrakech du rire organisé par Jamel Debbouze. A cette occasion, l’humoriste a proposé un sketch inédit dans lequel elle parle de son expérience dans le télé-crochet The Voice sur TF1. Ex-membre de la Team Jenifer, la jeune femme ne semble pas avoir un très bon souvenir de son aventure avec l’interprète de J’attends l’amour. En effet, sur le ton de l’humour bien sûr, elle balance: Comme vous savez, dans The Voice, ça commence toujours par les auditions à l'aveugle et moi, mon plus grand rêve, c'était que des piliers de
la chanson française, comme Zazie et Florent Pagny se retournent. Là, je commence à chanter et c'est Jenifer… Je la regarde et je lui dis: Non, retourne-toi et appelle Zazie. Un tacle finement
passé qui a fait rire le public mais qui risque de ne pas plaire à la principale intéressée. Déjà les fans de l’artiste se sont rebellés sur Twitter reprochant à Camille de cracher dans la soupe.
Et vous, qu’en pensez-vous? Simple blague ou manque de respect? On attend vos réactions dans les commentaires.

Une mère et son bébé grièvement blessés dans un accident de la route au sud de Toulouse

Une
mère et son bébé grièvement blessés dans un accident de la route
au sud de Toulousehttp://www.via214.net/





L'accident
a eu lieu sur les routes de la commune de Gaillac Toulza au sud de
Toulouse.






8
juillet 2018 – faits divers





Semaine
noire sur les routes de la région. Un nouvel accident de la route a
eu lieu ce dimanche matin, cette fois ci sur les routes de Gaillac
Toulza au sud de Toulouse. Une mère et son bébé sont grièvement
blessés.


Une
mère de famille et son bébé ont été grièvement blessés ce
dimanche matin dans un accident de la route sur la commune de Gaillac
Toulza non loin de Cintegabelle au sud de Toulouse. Les deux victimes
ont été héliportés aux urgences de l’hôpital de Toulouse. Pour
l’heure les causes de l’accident ne sont pas connues. Une enquête
est ouverte. Cette semaine, trois personnes ont perdu la vie sur les
routes de la région.




Agression d’un couple de policiers: Les deux suspects incarcérés avant leur procès mercredi

Agression d’un couple de policiers: Les deux suspects incarcérés avant leur procès mercredihttp://www.via214.net/





JUSTICE - Le procès des deux suspects, incarcérés ce dimanche, s’ouvrira
mercredi…


Publié le 08/07/18 à 17h10 — Mis à jour le 08/07/18 à 17h28




Les deux frères suspectés d’avoir agressé un couple de policiers en
dehors de leur service en Seine-et-Marne ont été incarcérés dimanche dans l’attente de leur procès mercredi, a annoncé le parquet de Meaux.


La piste de la vengeance privilégiée


Le deuxième individu mis en cause dans l’agression a été placé en garde à vue, avait annoncé samedi le parquet de Meaux. Il s’agit du frère cadet d’un premier suspect, âgé de 27 ans, qui avait été interpellé vendredi matin, a-t-on précisé de même source. Recherché par les enquêteurs de la police judiciaire de Meaux, le jeune homme, 24 ans, a été placé en garde à vue à dans la nuit de samedi à dimanche. La piste de la vengeance, après une intervention à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) est privilégiée par la police judiciaire de Meaux, qui a été saisie de l’enquête.
L'agression s’était déroulée mercredi vers 21 heures. La brigadière et son compagnon sortaient de chez des amis chez qui ils avaient dîné. Ils ont été agressés par deux hommes, devant leur
fille de trois ans. La policière s’est vue prescrire quatre jours d’interruption totale de travail, son compagnon quinze. Le frère aîné jugé en état de récidiv. Les deux suspects comparaîtront mercredi pour violences en réunion et sur personnes dépositaires de l’autorité publique, ayant entraîné
des incapacités totales de travail (ITT), a précisé la procureure
de Meaux Dominique Laurens. Le frère aîné sera jugé en état de récidive, ayant déjà été condamné pour des violences aggravées. Le parquet de Meaux avait indiqué samedi que les deux suspects avaient gardé le silence pendant leur garde à vue. 

Emmanuel Macron au Congrès de Versailles, à la recherche du ton perdu

Emmanuel Macron au Congrès de Versailles, à la recherche du ton perduhttp://www.via214.net/





POLITIQUE - 09/07/2018 02:47 CEST Actualisé il y a 2 heures



Cerné par les critiques après une série de couacs, le président doit
rassurer son propre camp sur sa vision politique.



POLITIQUE - Même lieu, même date, même décor mais toute autre ambiance. Comme il y a un an, Emmanuel Macron convoque ce lundi 9 juillet les parlementaires en Congrès à Versailles pour ce qui s'annonce comme un nouveau discours présidentiel de politique générale. Comme il y a un an, certains députés (essentiellement de la France insoumise
et de la droite) ont prévu de boycotter le rendez-vous, les uns pour dénoncer le règne du "président monarque", les autres pour ne pas cautionner une opération de "communication politique à 500.000 euros". Mais sur le fond, rien de bien nouveau sous le soleil de juillet: le président de la République tient à sa promesse de s'expliquer une
fois par an devant la représentation nationale et, à travers elle, à tous les Français, pour leur signifier les "transformations" qu'il entend engager dans les douze mois qui suivent. Outre la défense de la future révision constitutionnelle qui arrive à
l'Assemblée ce mardi, le chef de l'Etat "tracera les grandes lignes de son action pour l'année à venir et la mettra en perspective, mais ce discours n'a pas vocation à entrer dans le détail d'annonces", a indiqué la présidence, manifestement avare de confidences sur le contenu précis de l'allocution,
programmée à 15h.




Bévues communicationnelles


Si le format de ce "discours sur l'état de l'union" (très largement inspiré des Etats-Unis) est en passe de devenir une
habitude, le climat de ce deuxième exercice quinquennal n'en demeure pas moins lourdement chargé par la succession de couacs et de déboires qui ont écorné l'image sociale d'un président de la République désormais embourbé dans sa caricature de "président des riches". Contrairement à l'an dernier, où les députés LREM, fraîchement élus, avaient applaudi comme un seul homme cette (rare) prise de
parole jupitérienne, nombreux sont les parlementaires macronistes à attendre de ce discours de Versailles une rupture avec la communication brouillonne de ces derniers mois. Outre des mesures impopulaires, comme la réduction de la vitesse maximale à 80km/h sur le réseau secondaire, Emmanuel Macron a semé le doute jusque dans sa majorité en enchaînant les bévues communicationnelles, depuis la publication d'une vidéo où il
déplorait le "pognon de dingue" dépensé pour les aides sociales, l'enterrement en direct du plan Borloo sur les banlieues jusqu'au report in extremis d'un plan pauvreté très attendu pour cause de Coupe du Monde.Pour ne rien arranger, ces cafouillages ont coïncidé avec des polémiques qui ont parasité le discours réformateur du président,
de 'l'affaire' de la vaisselle à
500.000 euros de l'Elysée jusqu'à la piscine du Fort de Bregançon. Le tout sur fond de couacs ministériels sur une hypothétique disparition des pensions de réversion dans le cadre de la future
réforme des retraites. Résultat des courses: l'action politique d'Emmanuel Macron n'a jamais été aussi désavouée, à en croire notre dernier baromètre You Gov, même si le chef de l'Etat est loin d'avoir totalement décroché dans l'opinion.
Obsédante question sociale


Autant dire que les députés de La République En Marche attendent du fond
et de la forme de la part du président de la République, lui qui n'a jusqu'ici jamais semblé très sensible aux appels du pied de l'aile gauche de sa majorité. Autre nouveauté par rapport à l'an dernier, les anciens "godillots"
n'hésitent plus à exprimer publiquement leurs attentes. Dans une tribune au Monde le député du Doubs Frédéric Barbier (ex-PS) a jugé que "si l'on peut constater certaines avancées sociales, pour autant, l'équilibre n'a pas encore été trouvé". Il est temps de lever les ambiguïtés autour de la question sociale qui agite la classe politique. Ni les partis, ni les parlementaires, ni même le président de la République ne peuvent s'y soustraire", prévient-il en réclamant "des actes concrets" et de la
"lisibilité". Le député n'est pas le seul à acter ce déséquilibre. Ancien chiraquien, vice-président de l'Assemblée et considéré comme un macroniste loyal, le député de Paris Hugues Renson a rappelé qu'en "matière de politique sociale, "on fait rarement mieux avec moins quand d'autres ont carrément tiré la sonnette d'alarme. "L'ambition émancipatrice (...) du programme présidentiel échappe à un nombre grandissant de concitoyens, y compris parmi les plus fervents
supporteurs de 2017", ont mis en garde il y a peu les économistes Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry dans une note confidentielle peu rassurante adressée à l'Elysée. Tous trois avaient planché sur le programme du candidat En Marche!. Sans parler de fronde, Emmanuel Macron se sait désormais attendu au tournant. Une position qu'il n'apprécie guère et qui l'a souvent, conduit à prendre le contre-pied de ce qui était attendu de lui.


Par Geoffroy Clavel



Russie-Croatie / Coupe du Monde 2018: Modric et sa clique éliminent le pays hôte aux pénos...

Russie-Croatie / Coupe du Monde 2018: Modric et sa clique éliminent le pays hôte aux pénos...http://www.via214.net/







Le Monde le 7 juillet à 23h17




Fin de parcours donc pour la Russie. Annoncée par beaucoup incapable de passer le premier tour de son Mondial, la "Sbornaya" n'est pas passée loin du dernier carré. Déjà vainqueurs au tour
précédent de l'Espagne après les tirs au but, les hommes de Tchertchessov ne sont cette fois pas parvenus à triompher de la séance fatale. Les Russes avaient pourtant pris un bon départ. Muselant le milieu de terrain croate, si remuant au premier tour de cette Coupe du monde, les hôtes ont ouvert le score à la demi-heure de jeu par Denis Cheryshev, auteur d'une merveille de frappe depuis l'extérieur de la surface. L'avantage ne durait que dix minutes. Avant le retour aux vestiaires, Adrej Kramaric égalisait, profitant d'un bon travail de Mario Mandzukic. 1-1 à la mi-temps. Le score n'évoluera plus jusqu'au terme des 90 premières minutes. Logique dans un match où la Croatie n'aura pas su déployer son jeu et se sera même fait quelques frayeurs sur des contres rondement menés par les Russes. La faille viendra à la 101e minute. Masqué par ses défenseurs, le gardien Igor Afinkeev ne pouvait rien sur la tête de
Domagoj Vida. Insuffisant pourtant pour valider son ticket en demi-finales : à cinq minutes de la fin, Mario Fernandes catapultait une tête dans les filets croates. 2-2 à la 120e minute. Place aux
tirs au but. Héros croate face aux Danois en huitièmes, Danijel Subasic a encore porté les siens. Sur la première tentative russe, le Monégasque ne se faisait pas avoir par Smolov qui, confiant, tentait une panenka. Après l'échec de Kovacic, Subasic remportera
un nouvel duel crucial... sans rien faire. Auteur de l'égalisation dans les prolongations, Fernandes a trop croisé son tir et condamné la Russie. Qualifiée pour la deuxième fois consécutive aux tirs au but, la Croatie rencontrera donc en demi-finales l'Angleterre, vainqueur plus tôt de la Suède. L'autre affiche opposera la France à la Belgique.




Manifestation à Chicago pour dénoncer la violence par armes à feu

Manifestation à Chicago pour dénoncer la violence par armes à feuhttp://www.via214.net/




Avec 650 meurtres en 2016, la 3e ville
des Etats-Unis reste celle qui compte le plus d’homicides dans le
pays.



Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 07.07.2018 à 22h36 • Mis à jour le
08.07.2018 à 08h38



Plusieurs milliers de personnes ont manifesté, samedi 7 juillet, contre la
violence par armes à feu à Chicago, la troisième ville des Etats-Unis. Les manifestants, menés par le père Michael Pfleger, un prêtre catholique du South Side de Chicago, quartier défavorisé de
la ville, le chef de la police de la ville Eddie Johnson et le révérend Jesse Jackson, ont bloqué une partie de l’autoroute Dan Ryan pendant près d’une heure. Aujourd’hui, nous avons attiré l’attention des hommes politiques, a dit le père Michael Pfleger à la chaîne
WLS-TV. La population a gagné aujourd’hui parce que les gens sont venus (…) pour dire qu’ils
en avaient assez de cette satanée violence à Chicago"




650 meurtres en 2017 à Chicago





Le gouverneur républicain de l’Illinois Bruce Rauner a qualifié le blocage de l’autoroute par les manifestants "d’inacceptable", se disant déçu par l’action du maire de Chicago Rahm Emanuel. Chicago a enregistré 650 meurtres en 2017, 771 en 2016. Sur les six premiers mois de l’année 2018, 254 meurtres et 1 114 fusillades ont été enregistrés. Bien que les meurtres soient en baisse de 23 % par rapport à la même période l’an dernier, la ville reste celle qui en compte le plus dans le pays.

Europe: Les Bourses européennes en petite hausse, prudentes face à la guerre

Europe: Les Bourses européennes en petite hausse, prudentes face à la
guerrehttp://www.via214.net/



06/07/2018 | 18:51 


Guerre commerciale Etats-Unis Chine





PARIS (awp/afp) - Les Bourses européennes ont terminé vendredi en petite hausse, restant prudentes face au déclenchement de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et à l'approche de la saison des résultats d'entreprises, tandis que Wall Street était plus résolument dans le vert. A New York, vers 12H20 GMT, le Dow
Jones Industrial Average gagnait 0,58% à 24.498,39 points, le Nasdaq 1,20% à 7.677,73 points et l'indice élargi S&P 500 0,91% à 2.761,39 points. Malgré l'annonce coup sur coup de sanctions douanières des Etats-Unis contre la Chine, puis de la Chine contre
les Etats-Unis, les courtiers se concentraient davantage sur le
rapport mensuel américain sur l'emploi, qui a fait état d'embauches solides et d'une hausse contenue des salaires. "Ce rapport semble atténuer les préoccupations de la banque centrale américaine (Fed) et contrer l'escalade des tensions commerciales" entre
Pékin et Washington, ont affirmé les analystes de Charles Schwab. En
Europe, les investisseurs "ont toujours des craintes par rapport à une guerre économique avec les Etats-Unis", qui entraînent de l'attentisme et des ajustements à très court terme de
portefeuille, a commenté auprès de l'AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale de Oddo BHF Securities. L'Eurostoxx 50 a grappillé 0,22%. A Paris, le CAC 40 a progressé de 0,18%, soit 9,45 points, à 5.375,77 points, dans un volume d'échanges moyen de 3,2 milliards d'euros. Airbus a gagné 0,78% à 98,50 euros. Le secteur automobile, dans le viseur de Donald Trump, s'est replié: Renault a reculé de 1,38% à 74,45 euros, Peugeot de 0,43% à 20,65 euros et Valeo de 0,44% à 47,66 euros. Le secteur pétrolier s'est
aussi montré morose dans le sillage du recul des cours de l'or noir. TechnipFMC a cédé 0,54% à 25,85 euros et Total 0,76% à 53,31 euros. Eurazeo a pris 4,91% à 67,35 euros et Eurofins a grimpé de 4,08% à 459,00 euros. L'indice Dax de Francfort a pris 0,26%, soit 31,88 points, à 12.496,17 points. Deutsche Bank a progressé de 2,51% à 9,76 euros et Commerzbank de 0,02% à 8,55 euros. Thyssenkrupp a gagné 2,42% à 22,01 euros. L'indice FTSE-100 de Londres a
progressé de 0,19%, soit 14,48 points, à 7.617,70 points, malgré la baisse des compagnies actives dans les matières premières. Les compagnies minières, suivant des cours des métaux en baisse, ont reculé: Anglo American a perdu 1,18% à 1.701,20 pence, Antofagasta 0,92% à 944,00 pence et Fresnillo 2,26% à 1.123,50 pence. Le groupe d'assurance Direct Line Insurance a chuté de 3,70% à 330,20 pence. Associated British Foods (marque de vêtements Primark, entre autres) a cédé 4,30% à 2.492,00 pence. ITV a gagné 4,28% à 180,40 pence. Le croisiériste Carnival a avancé de 0,91% à 4.302,00 pence, le fabricant de semi-conducteurs Micro Focus de 0,36% à 1.260,50 pence, et le distributeur de boissons Diageo de 0,27% à 2.747,00 pence. Le motoriste Rolls-Royce est resté stable à 985,60 pence. L'indice
SMI de la Bourse suisse a terminé en légère hausse de 0,24%, à 8.695,27 points. Malgré 13 valeurs à la baisse, l'indice a fini dans le vert du fait de la bonne tenue de certains de ses poids
lourds, comme le géant de l'agroalimentaire Nestlé (+0,48% à 79,58
francs suisses suisses) ou le numéro un mondial des parfums et arômes Givaudan (+0,98% à 2.316,00 CHF). Du côté des
pharmaceutiques, Novartis a progressé de 0,08% (76,26 CHF) mais Roche a fini très légèrement en baisse (-0,02% à 223,65 CHF). Richemont, numéro deux mondial du secteur du luxe, a terminé en baisse de 0,36% à 82,32 CHF, tout comme le groupe Swatch (-0,22% à 451,60 CHF). Parmi
les valeurs bancaires, Credit Suisse a perdu 0,23% à 14,905 CHF, UBS 0,10% à 15,14 CHF et Julius Baer 0,45% à 57,84 CHF. A Madrid, l'Ibex 35 a avancé de 0,39% à 9.905 points. Parmi les valeurs les plus prisées figuraient le fabricant de composants automobiles CIE Automotive (+2,20% à 27,86 euros) et le groupe de
construction ACS (+1,77% à 35,71 euros) qui a annoncé avoir obtenu un contrat de 2,6 milliards d'euros pour la construction d'un pont entre les Etats-Unis et le Canada. Le secteur bancaire a fini en ordre dispersé: Banco Santander +0,76% à 4,76 euros, BBVA +0,95% à
6,37 euros, CaixaBank -0,80% à 3,86 euros et Bankia -1,94% à 3,29 euros. Les
valeurs liées au pétrole ont terminé en baisse: Repsol -0,55% à 17,16 euros et Tecnicas Reunidas -2,81% à 26,94 euros. A Milan, le FTSE Mib a gagné 0,05% à 21.926 points. Unipol SAI a réalisé la
meilleure performance avec un gain de 2,92% à 2,009 euros, suivi de Campari (+2,86% à 7,375 euros) et de BPER Banca (+1,97% à 4,768 euros). Pirelli a subi la plus forte baisse ( 2,19% à 7,136 euros), suivi de Mediobanca (-1,58% à 8,102 euros) et de Banca Generali (-1,52% à 21,96 euros). L'indice AEX d'Amsterdam a pris 0,22% à 553,62 points. A la hausse, Altice Europe a gagné 3,73% à 3,28 euros et le groupe de biotechnologies Gemalto 3,60% à 82,34 euros. A la baisse, l'assureur Aegon a perdu 0,81% à 5,16 euros et l'assureur NN 0,80% à 34,80 euros. L'indice Bel-20 de Bruxelles a fini en hausse de 0,63% à 3.770,67 points. Le groupe de biotechnologie Galapagos a enregistré la meilleure performance +3,60% à 82,34 euros. Parmi les cinq valeurs dans le
rouge, le groupe postal bpost a perdu 1,06% à 13,06 euros. Le PSI20 de Lisbonne a engrangé 0,55% à 5.599,76 points. La banque BCP a chuté de 0,92% à 0,26 euro. Côté énergétiques, Galp Energia a gagné 0,71% à 16,92 euros, EDP a lâché 0,72% à 3,43 euros et sa filiale dans les renouvelables EDP Renovaveis 0,76% à 9,10 euros. Le distributeur Jeronimo Martins a pris 1,91% à 12,57 euros.





Bourse de Wall Street: RPT-Malgré les tarifs douaniers, Wall St finit en hausse, soutenue par l'empl

Bourse de Wall Street: RPT-Malgré les tarifs douaniers, Wall St finit en
hausse, soutenue par l'emploihttp://www.via214.net/




La Bourse de New York a fini en hausse vendredi, soutenue par les chiffres des créations d'emploi, qui ont relégué au second plan l'entrée en vigueur, attendue, des nouveaux droits de douane
américains sur des produits chinois et la riposte de Pékin. L'indice Dow Jones a gagné 99,74 points, soit 0,41%, à 24.456,48. Le Standard Poor's 500, plus large, a progressé de 23,21
points, soit 0,85%, à 2.759,82. De son côté, le Nasdaq Composite a
pris 101,96 points, soit 1,34%, à 7.688,39. L'indice à forte
composante technologique a été porté Microsoft (+1,4%), Apple
(+1,39%), respectivement deuxième et troisième meilleures
performances du Dow, Facebook (+2,4%) et Amazon (+0,64%). Sur la semaine, le Dow a pris 0,7%, le S&P-500 s'est octroyé 1,5% et le Nasdaq a avancé de 2,4%. Tous les compartiments du S&P-500 ont fini dans le vert. Le département du Travail a annoncé vendredi que l'économie
américaine avait créé le mois dernier 213.000 emplois non-agricoles, grâce à une hausse des embauches dans l'industrie, contre 195.000 attendus. Mais le léger ralentissement de la
croissance des salaires (+0,2%) suggère une modération des pressions inflationnistes, une évolution susceptible de priver la Réserve fédérale d'un argument pour l'accélération de la hausse des taux.
"Les chiffres d'aujourd'hui n'indiquent pas vraiment que les pressions sur
les salaires deviennent incontrôlables, c'est positif pour le marché", estime Anthony Sagimbene, stratège chez Ameriprise Financial Services.



IMPACT LIMITÉ DU BRAS DE FER COMMERCIAL



La statistique de l'emploi a fait passer au second plan, le durcissement du bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Washington applique depuis ce vendredi des droits de douane de 25%
sur 34 milliards de dollars (29 milliards d'euros) de produits chinois. Pékin a répliqué par des mesures équivalentes sur des montants identiques et saisi l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Le président américain, Donald Trump, a averti qu'à terme,
plus de 500 milliards de dollars de produits chinois, soit la quasi-totalité des importations américaines en provenance de Chine, pourraient être taxées. "Même s'il y a une querelle
commerciale, elle va être mesurée, elle ne va pas porter sur 500 milliards de dollars en une seule fois", relève Jamie Cox, associé directeur chez Harris Financial Group. "Cela donne l'opportunité de négociations et ne torpille pas l'économie, ce que les gens redoutaient." "Le marché va un peu stagner si les tensions commerciales commencent à s'accroître", prévient toutefois Gerry Sparrow, gérant de
portefeuille pour Interactive Brokers Asset Management.



BIOGEN DOPE LA SANTÉ



Aux valeurs, Biogen, plus fort contributeur à la hausse du S&P-500,
a bondi de 19,63%, après avoir annoncé des résultats positifs d'une étude sur un traitement de la maladie d'Alzheimer développé en commun avec le japonais Eisai. C'est la plus forte hausse en
pourcentage du titre depuis plus de 14 ans. Dans son sillage, le secteur de la santé du S&P-500 a pris 1,45%, plus forte hausse sectorielle, devant les technologiques (+1,24%) et la distribution (+0,78%). L'indice des biotechs du Nasdaq s'est lui adjugé 3,72%. EchoStar a gagné 1,87%. Le groupe a annoncé renoncer à une offre d'achat sur Inmarsat, l'opérateur britannique de satellites ayant rejeté une proposition de 3,2 milliards de dollars (2,7 milliards d'euros) de son concurrent américain. Caterpillar, une des grandes valeurs sensibles aux tensions commerciales, a perdu 0,30%, plus fort recul du Dow. PriceSmart, distributeur spécialisé dans les magasins d'entrepôt en Amérique centrale et dans les Caraïbes, a lui chuté de 10,71%, après la publication de résultats trimestriels inférieurs aux attentes. Quelque 5,30 milliards d'actions ont changé de mains sur les marchés américains, à comparer avec une moyenne de 6,98 milliards sur les 20 dernières séances.



LE DOLLAR CREUSE SES PERTES


Sur le marché des changes, le dollar a creusé ses pertes après le rapport mensuel sur l'emploi américain, les cambistes se montrant plus sensibles au taux de chômage, reparti à la hausse et surtout, à la modeste hausse du salaire horaire moyen qu'aux créations d'emploi. Le billet vert a cédé 0,5% face à un panier de devises de référence. L'euro est remonté à 1,1742 face au dollar, après un pic à 1,1767, son plus haut niveau face au billet vert depuis le
14 juin, date de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). Le rendement des emprunts d'Etat américains à dix ans a lui aussi baissé à 2,8254%, contre
2,84% jeudi soir. Sur le front pétrolier, le Brent et le brut léger
américain (West Texas Intermédiate,
WTI) ont évolué en ordre dispersé, le premier s'orientant à la baisse, tandis que le second bénéficiait d'achats de couverture. Les tensions liées au commerce international s'ajoutant aux
informations faisant état d'une hausse de la production saoudienne de 500.000 barils par jour le mois dernier ont pesé sur les cours.



(Avec Sruthi Shankar et Savio D'Souza; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le
service français) par April Joyner










Un fort séisme près de Tokyo déclenche une alerte au Tsunami

Un fort séisme près de Tokyo déclenche une alerte au Tsunamihttp://www.via214.net/







INTERNATIONAL



13:40 07.07.2018(mis à jour 14:56 07.07.2018)



Un séisme de magnitude 6,0 près de Tokyo a déclenché une alerte au tsunami qui a été levée quelques minutes plus tard. Les secousses telluriques ont duré environ dix secondes et ont été ressenties dans 15 préfectures du centre et du nord-est du Japon, y compris
dans la capitale. Un séisme de magnitude 6,0 s'est produit samedi à 20h23 heure locale (11h23 UTC) près de Tokyo, déclenchant une alerte au tsunami qui a
été levée quelques minutes plus tard, a annoncé l'agence météorologique nationale. L'épicentre du tremblement de terre a été localisé dans la préfecture de Chiba voisine de Tokyo. Le foyer du séisme se situait à 50 km de profondeur. Les secousses telluriques ont duré environ 10 secondes et ont été ressenties dans 15 préfectures du centre et du nord-est du Japon, y compris
dans la capitale. Selon l'Institut d'études géologiques des Etats-Unis (USGS), le tremblement de terre japonais a été de magnitude 5,9 et son hypocentre se trouvait à 39,4 km de profondeur.
Les habitants ont été priés de ne pas s'approcher de la ligne
côtière malgré la levée de l'alerte au tsunami. Les informations sur les victimes ou les destructions ne sont pas encore disponibles. Les autorités appellent les résidents à ne pas
paniquer. Aucun incident n'a été enregistré dans les centrales nucléaires
japonaises, d'après la Commission nationale de réglementation de
l'énergie nucléaire. Plusieurs
trains de la région ont été stoppés pour vérification des voies, a annoncé la chaîne de télévision japonaise NHK. Le
gouvernement a annoncé avoir mis en place une cellule de crise auprès de la chancellerie du Premier ministre nippon Shinzo Abe. Cette structure collectera et analysera les données concernant le
séisme et coordonnera les activités des services concernés. Le séisme vient s'ajouter aux pluies torrentielles qui s'abattent depuis plusieurs jours sur le sud et l'ouest du Japon et qui ont déjà
fait au moins 20 morts, entraîné des crues exceptionnelles, des glissements de terrain et des inondations, d'après les autorités.

Moscou commente la décision de Macron de se rendre au Mondial 2018 en Russie

Moscou commente la décision de Macron de se rendre au Mondial 2018 en
Russiehttp://www.via214.net/




Moscou salue la décision du Président français de se rendre en Russie pour assister à la Coupe du Monde, a déclaré à Sputnik le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Le Kremlin a applaudi le fait que le Président Macron se rende
prochainement en Russie pour profiter de la performance des Bleus dans le cadre du Mondial. Nous sommes ravis de savoir que le Président français viendra chez
nous, a affirmé à Sputnik le porte-parole du dirigeant russe, Dmitri
Peskov. Plus tôt dans la journée, l'Élysée a annoncé qu'Emmanuel Macron
viendrait soutenir l'équipe de France en demi-finale à Saint-Pétersbourg. Cette décision a été annoncée après que les
Bleus se sont imposés face à l'Uruguay lors du match qui s'est tenu à Nijni Novgorod et se sont ainsi qualifiés pour les demi-finales. La France a ouvert ce vendredi le score dans ce match de quarts de finale de la Coupe du Monde de football. Le premier but a été inscrit par le défenseur Raphaël Varane sur un coup franc tiré par Antoine Griezmann à la 40e minute. Par la suite, le score a été alourdi par Griezmann à la 61e minute. L'équipe de France affrontera donc le vainqueur de la rencontre
Brésil-Belgique en demi-finale qui vient de se solder par la victoire des Diables rouges.




Canada: la canicule a déjà fait 54 morts au Québec

Canada: la canicule a déjà fait 54 morts au Québechttp://www.via214.net/




Le ministère de la Santé du Québec a confirmé qu’au moins cinquante décès pouvaient être liés à la chaleur qui s’est abattue sur la province ces derniers jours.



Le bilan s’alourdit encore au Canada. La canicule qui sévit depuis une semaine dans l’est du pays a fait au moins 54 morts au Québec, ont annoncé vendredi les autorités locales. Vingt-huit décès liés à "la vague de chaleur accablante" ont été décomptés dans l’agglomération de Montréal, ont précisé les autorités
sanitaires de la métropole québécoise. Il faisait 34 degrés Celsius mercredi à Montréal avec un facteur humidex pouvant
dépasser 40, selon les données du service météo d’Environnement Canada. Les autres décès ont été relevés dans le sud-ouest de la province canadienne francophone, a précisé le ministère québécois de la Santé. Après une semaine de températures caniculaires dans l’est du Canada, le mercure devrait revenir dans les moyennes de saison à partir de samedi. Une centaine de morts en 2010 près de Montréal "Vu la météo, on s’attend à un retour à la normale
dans les prochaines heures", a abondé Noémie Vanheuverzwijn, porte-parole du ministère. "Je suis de tout cœur avec les gens du Québec qui ont perdu un être cher pendant la canicule", avait
tweeté mercredi le Premier ministre canadien Justin Trudeau en invitant ses concitoyens à "veiller à bien (se) protéger ainsi que (leur) famille". Aucun décès lié à la chaleur n’a pour l’instant été rapporté dans la province voisine d’Ontario, qui a elle aussi connu une canicule. En 2010, une vague de chaleur avait déjà entraîné la mort d’une centaine de personnes dans la région de Montréal.@JustinTrudeau Je
suis de tout cœur avec les gens du Québec qui ont perdu un être cher pendant la canicule. Ces températures record devraient se poursuivre dans le centre et l’Est du Canada, alors veillez à bien vous protéger ainsi que votre famille.



11:39 - 4 juil. 2018

Coupe du Monde 2018: la presse uruguayenne s’incline devant l’équipe de France

Coupe du Monde 2018: la presse uruguayenne s’incline devant l’équipe
de Francehttp://www.via214.net/





Publié le : 07/07/2018 - 09 h 00 - Dernière modification : 07/07/2018 - 09
h 00 Mathieu Rault





Dominatrice du début à la fin, l’équipe de France a, malgré sa jeunesse fait preuve d’une grande maturité pour venir à bout de la Celeste et sa défense réputée "de fer" en quart de finale de la Coupe du Monde. En Uruguay, la presse a réagi après l’élimination des
siens. Elle est unanime. Les Bleus ont donné une leçon de football à leurs protégés. La France a balancé une cargaison de football sur l’Uruguay. Elle a donné une leçon de football, dominé la Celeste de la première à
la quatre-vingt dixième minute, et s’est très logiquement
qualifiée pour les demi-finales de la Coupe du Monde, lance le quotidien uruguayen El Observador au coup de sifflet final, ajoutant que "lorsque
l’on perd de belle façon, il n’y a rien à ajouter."Le journal imprimé à Montevideo va plus loin et ose une comparaison avec le Portugal, adversaire écarté par la Celeste et Edinson
Cavani en huitième de finale. "L’équipe
de France a beaucoup plus de football que l’équipe de Cristiano Ronaldo, et lorsqu’elle s’est présentée dans les trente derniers mètres, elle a toujours été dangereuse." Comme en Espagne, en Allemagne, ou en Argentine, la presse uruguayenne parle de fin de cycle. "La
Coupe du monde se termine pour l’Uruguay. Et avec, sûrement, le
meilleur d’une génération historique, celle de Muslera, Godín, Cáceres, Suárez, Cavani, qui auront dépassé les 35 ans lors du Mondial au Qatar en 2022. Il est temps de les remercier pour les
joies vécues, et de regretter que ce vendredi après-midi le football n’ait pas été au rendez-vous," conclut El
Observador. Après avoir évoqué "La
fin d’un rêve", El Pais souligne lui l’attitude d’Antoine Griezmann, qui n’a pas célébré son but face à la Celeste. Attaché au pays sud-américain, l’attaquant de l’Atlético de Madrid se voit offrir une bonne place en une du
quotidien, qui titre "Griezmann a une nouvelle fois prouvé son amour pour l’Uruguay". Du côté du journal El Diario, le titre est flatteur: tombé
face à une énorme équipe de France, l’Uruguay dit au revoir au Mondial!.
Il poursuit en résumant froidement la rencontre: L’équipe de Deschamps a réalisé une meilleure performance sur le terrain et a déstabilisé toute l’équipe uruguayenne." La Republica, de son côté, est concise, mais claire: "la
France met fin au rêve de la Celeste: elle fut supérieure et s’est imposée 2-0". Toujours dans El Observador, joueurs et sélectionneur ont pu exprimer leur sentiment après la l’élimination. Si le capitaine de la Celeste, Diego Godin, a tout d’abord tenu à féliciter ses troupes, il a également rendu hommage aux Bleus, assurant que la France était une grande équipe avec de jeunes joueurs".

La controverse reprend en Israël sur la loi mémorielle polonaise concernant l’Holocauste

La controverse reprend en Israël sur la loi mémorielle polonaise
concernant l’Holocaustehttp://www.via214.net/





En échange de la réécriture du texte, Benyamin Nétanyahou a accepté
de valider l’argumentaire orienté et contesté de la droite
ultraconservatrice polonaise.


LE MONDE | 06.07.2018 à 00h44 •
Mis à jour le 06.07.2018 à 05h03 |


La prise de conscience a réclamé quelques jours, mais elle a fini par
faire du bruit. Le compromis annoncé le 27 juin entre les gouvernements israélien et polonais au sujet de la loi sur l'Holocauste, qui avait été adoptée par le Parlement de Varsovie,
à Varsovie le 26 janvier, ressemblait à un succès diplomatique de l’Etat hébreu. Après de longs échanges avec le gouvernement de Mateusz Morawiecki, ce
dernier avait accepté de soutenir une révision du texte. Cette loi mémorielle controversée prévoyait jusqu’à trois ans de prison pour "l’attribution à la nation ou à l’Etat polonais, en dépit des faits, de crimes contre l’humanité" dans le contexte de la seconde guerre mondiale. C’est ce volet pénal
qui a été abandonné.



Priorité au présent



Les autorités polonaises, au lieu de reconnaître leur recul, ont décidé
de largement médiatisé la déclaration commune avec Israël, qui à l’origine n’existait qu’en anglais. A l’initiative exclusive de Varsovie, des pages entières ont été achetées dans de grands
quotidiens européens, en quatre langues, et enfin en hébreu. "Les Polonais sont victimes d’un hubris énorme", peste un diplomate israélien. Mais le cœur de la polémique est ailleurs. En échange de la réécriture de la loi, Benyamin
Nétanyahou a accepté de valider l’argumentaire orienté et contesté de la droite ultraconservatrice polonaise. Le premier ministre israélien a accordé la priorité au présent, aux intérêts immédiats d’Israël plutôt que de tendre la relation bilatérale. Et ces intérêts passent, selon lui, par le groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie). M. Nétanyahou – qui doit accueillir le premier ministre hongrois Viktor Orban, le 19 juillet à Jérusalem – considère ces pays, à divers titres, comme des chevaux de Troie au
sein de l’Union européenne (UE). Celle-ci campe sur la dénonciation de la colonisation en Cisjordanie et le soutien à une solution à deux Etats avec les Palestiniens. Or M. Nétanyahou joue
sur ses bonnes relations avec les pays de Visegrad pour geler toute initiative de l’UE qui serait hostile à Israël. Il espère aussi que ces Etats membres suivront l’exemple américain, un jour, et transféreront leur ambassade à Jérusalem.



Contre la déclaration commune, un rare consensus



Mais la publication de la déclaration commune en Israël a ranimé un débat vif. Jeudi 5 juillet, Benyamin Nétanyahou s’est trouvé pris entre deux feux hostiles: celui de l’Institut pour la mémoire de la Shoah, Yad Vashem, et celui de la droite messianique. Dans un
rare consensus, ils ont dénoncé le blanchiment de l’histoire orchestrée par la droite polonaise, avec la complicité du chef du gouvernement israélien, sans toutefois le nommer. Sur Twitter, le
ministre de l’éducation Naftali Bennett, chef de file du Foyer juif, parti ultranationaliste et sioniste religieux, a qualifié la déclaration commune de "honte saturée de mensonges, qui trahit la mémoire des victimes de
l’Holocauste".
Le mot a également été employé par l’un des historiens les plus reconnus de la période, Yehuda Bauer.Je ne sais pas ce qui s’est produit ici, écrit-il dans le quotidien Haaretz. De l’ignorance, de la stupidité ou la victoire clairement amorale d’intérêts passagers qui resteront pour nous une honte éternelle. Dans un long et sévère communiqué, Yad Vashem a démonté les petits arrangements avec l’histoire au cœur de cet accord, qui contient "des erreurs graves et des tromperies". L’argumentaire est révélateur du conflit mémoriel entre une
écrasante majorité de la communauté des historiens et la narration, aux accents nationalistes, promue par une large frange de la droite polonaise. Elle concerne le rôle des populations civiles
pendant l’occupation allemande du pays, leur participation à des pogroms, ou les positions du gouvernement polonais en exil. Le jour de la signature de la déclaration commune, le premier ministre
polonais, M.Morawiecki, avait ainsi dénoncé la pédagogie de la honte promue
par ses prédécesseurs libéraux et par certains historiens polonais point de vue polonais soit perçu par un prisme positif. Et je crois profondément que ce
sera le cas grâce à cette déclaration, par laquelle nous défendons l’honneur de nos ancêtres, (…) ainsi que l’héroïsme des Polonais dans le sauvetage de leurs concitoyens juifs", avait-t-il
déclaré.



"Manœuvre cynique"



Cette réécriture fausse des responsabilités est inacceptable pour les spécialistes de Yad Vashem. La
tentative d’amplification de l’aide qui avait été accordée aux juifs, sa description comme un phénomène répandu et le fait de minimiser le rôle des Polonais dans les persécutions des juifs
constituent une insulte à la vérité historique, mais aussi à la mémoire de l’héroïsme des Justes parmi les nations, est-il écrit. Rappelant que l’aide offerte par des Polonais aux juifs était "relativement rare", Yad Vashem met en cause la dissolution de l’identité des coupables nationaux, qui ont aidé les nazis dans leur entreprise de
destruction. Ils étaient Polonais et catholiques, et ils ont collaboré avec
l’occupant allemand, qu’ils détestaient, pour persécuter les citoyens juifs de Pologne. Yad Vashem rappelle une nouvelle fois le non-sens que représente
l’expression camp de la mort polonais", dont l’usage a motivé la démarche législative initiée par le parti Droit et Justice (PiS) de Jaroslaw Kaczynski. Mais il estime que son emploi d’"antipolonisme" "fondamentalement
anachronique" et ne devrait jamais être placé sur le même plan que l’antisémitisme. Pour l’historien Jan Grabowski, un des plus éminents spécialistes polonais de l’histoire de l’Holocauste, cité par le quotidien
Gazeta Wyborcza, "la déclaration de Yad Vashem met en lumière la manœuvre
cynique des politiques polonais et israéliens, dont l’objectif était de donner au pouvoir nationaliste polonais un certificat de respectabilité et
l’ouverture des salons diplomatiques, dont ils ont été exclus après l’adoption de la scandaleuse loi mémorielle."


Nicolas Sarkozy et Carla Bruni au mariage de Marine Delterme et Florian Zeller

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni au mariage de Marine Delterme et Florian
Zellerhttp://www.via214.net/




Carla Bruni a assisté avec son époux au mariage de Marine Delterme, dont
elle était le témoin. Marine Delterme,
l’actrice du Juge est une femme, était le témoin de mariage de Carla Bruni et au mois de février 2008. Cette fois, c’était au tour de Marine de convoler. La comédienne a en effet épousé samedi son compagnon l'écrivain Florian Zeller, avec qui elle a déjà un petit Roman, 1 an et demi. Et c’est évidemment à son amie de vingt ans, Carla, qu’elle a demandé de jouer le rôle de témoin. Selon les informations de le couple présidentiel s’est rendu au cirque d’hiver, où se déroulaient les festivités, après un déjeuner à l’hôtel
Lutetia. Parmi les autres hôtes de cette soirée, figuraient Zylberstein,
Christopher Thompson, Nicolas Bedos, Josée Dayan,Charles Berling et
Raphaël Enthoven et Valéria Bruni-Tedeschi, Charles Berling et
Raphaël Enthoven et Valéria Bruni-Tedeschi, (la
sœur de Carla).



J.D.

Rabat et Londres tiennent leur première session du Dialogue Stratégique

Rabat et Londres tiennent leur première session du Dialogue Stratégiquehttp://www.via214.net/




Le Maroc et le Royaume Uni tiendront leur première session du Dialogue
Stratégique, jeudi à Londres, sous la présidence du ministre des
Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita et son homologue, le Secrétaire d'Etat aux affaires étrangères et au Commonwealth, Boris Johnson.



La délégation marocaine comprendra également la Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Mounia Boucetta, et le Secrétaire d’Etat chargé de l’Investissement, Othmane El Firdaous, ainsi que d’autres hauts responsables de différents départements ministériels. La session inaugurale du premier Dialogue Stratégique Maroc-Royaume Uni, verra la signature, par les deux ministres des
Affaires étrangères, de plusieurs accords, visant à renforcer davantage le cadre juridique existant entre les deux pays. La tenue de ce Dialogue marque une étape nouvelle dans les relations
bilatérales entre les deux Royaumes et leur insuffle une forte dynamique afin de consolider les acquis de coopération et asseoir un socle de visions communes des enjeux et défis du partenariat
Maroc-Royaume Uni. Cette rencontre offre l’occasion pour les deux pays, en partenaires fiables et stratégiques, d’édifier un espace de concertation pour donner les directives stratégiques de leur coopération, et de discussions autour de questions prioritaires,
notamment, politiques, bilatérales et régionales, sécuritaires, économiques, commerciales ou concernant le volet culturel et l’éducation.

Loisir: La station Saïdia a eu son aquaparc à 154 MDH

Loisir: La station Saïdia a eu son aquaparc à 154 MDHhttp://www.via214.net/




La Société de développement Saïdia (SDS), filiale du Groupe CDG, a annoncé l’ouverture aujourd’hui d’un aquaparc aux standards internationaux, baptisé Alpamare Saïdia. Le nouveau parc aquatique, qui s’étale sur plus de 7 hectares au cœur de la station balnéaire, a nécessité un investissement global de 154 millions de dirhams et près de trois années de travaux. "L’aquaparc Alpamare Saïdia propose plus d’une dizaine d’attractions, avec une
thématique et un fil conducteur narratif basé sur les aventures en haute mer, les corsaires et les créatures marines", indique la SDS dans un communiqué. Il offre ainsi à ses visiteurs une piscine à vague de 1.250 m² offrant des vagues d’un mètre de haut, une rivière lente pour les amateurs des longs fleuves tranquilles, un immense bateau pirate avec 6 toboggans sur le bateau et 9 à partir du bord de la piscine, une forteresse sur 613 m² pour les plus
petits. De plus, il propose 8 toboggans pour les adultes amateurs de sensations fortes. La gestion de l’aquaparc de Saïdia a été confiée à la société Alpamare, un groupe européen spécialisé
dans le loisir qui gère entre autres le plus grand parc aquatique d’Europe situé dans la banlieue de Zurich en Suisse, lit-on dans le même communiqué.

Coupe du Monde Russie 2018: Match Brésil-Serbie: 4 blessés dans une bousculade à Belo Horizonte

Coupe du Monde Russie 2018: Match Brésil-Serbie: 4 blessés dans une
bousculade à Belo Horizontehttp://www.via214.net/




Des mouvements de foule aux abords du stade Mineirão de Belo Horizonte,
où était retransmis sur écran géant la victoire du Brésil contre la Serbie mercredi, a fait quatre blessés, a signalé la radio CBN. Près de 30.000 personnes étaient présentes dans le Mineirão pour assister à la victoire du Brésil 2 à 0 contre la Serbie à Moscou,
synonyme de qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe
du monde en Russie. Mais des milliers de personnes n'ont pas pu entrer dans le stade de Belo Horizonte, dans l'Etat du Minas Gerais (sud-est), de sorte que beaucoup ont commencé à sauter par-dessus les barrières de sécurité et à détruire certaines portes de l'enceinte, selon CBN, qui cite la police militaire. Il y a eu "beaucoup de confusion après qu'un groupe de personnes a commencé
à essayer de passer dans les tribunes depuis l'esplanade" du stade, selon la chaîne R7 Noticias. La police a dû utiliser du gaz poivre", a affirmé la chaîne sur son site Web. "Il y a eu une bousculade et des gens ont été frappés". "Certains personnes ont eu des problèmes et ont eu besoin de soins médicaux", a aussi affirmé R7 Noticias, qui montre
des images de la cohue et d'un homme blessé. La Seleçao affrontera lundi en huitièmes le Mexique, qui s'est incliné mercredi 3-0 face à la Suède.

New York: La statue de la liberté évacuée après qu'une manifestante ait tenté de l’escalader

New York: La statue de la liberté évacuée après qu'une manifestante
ait tenté de l’escaladerhttp://www.via214.net/




Liberty Island, la petite île abritant la statue de la liberté à New York,
a été évacuée, mercredi, par les autorités locales après qu’une
manifestante anti-Trump ait tenté de l’escalader, avant de se réfugier à son pied refusant de descendre ou de coopérer avec la police et les équipes de secours. Des images diffusées en direct par les chaines de télévision locales, montraient une femme noire
allongée au pied de la statue de liberté, à plusieurs mètres de
hauteurs, refusant d’obtempérer avec les équipes de secours. Le chef de la police de New York a déclaré que ses équipes sur place traitaient la situation en tant que tentative de suicide, prenant
ainsi leur temps pour interpeller la manifestante. Selon les médias, elle aurait lancé à la police qu’elle ne descendrait pas tant que l’ensemble des personnes interpellées par les services
d’immigration américains ne soient libérées. Cet incident intervient alors que les Américains célébraient ce mercredi leur fête de l’indépendance (4th of July), marquée habituellement par des manifestations de patriotisme, et des feux d’artifices prévus dans la soirée dans toutes les grandes villes notamment à New York.

Rapport du président Donald Tusk au Parlement européen sur les réunions du Conseil européen de juin

Rapport du président Donald Tusk au Parlement européen sur les réunions du Conseil européen de juinhttp://www.via214.net/



Le dernier Conseil européen s'est déroulé dans un contexte géopolitique qui se dégrade. C'est pourquoi j'ai lancé un appel aux dirigeants pour que l'UE agisse de concert. Pour moi, cela
signifie renforcer la coopération militaire, préparer les pires scénarios en termes de commerce et, surtout, rechercher l'unité dans tous les aspects de la coopération européenne, y compris la migration et la réforme de la zone euro. Nous avons réussi à faire
des progrès sur tous ces problèmes, mais il n'y a pas moyen de se cacher que la route qui nous attend est encore longue et certainement pas facile. Nous avons commencé par une discussion entre les
dirigeants et le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans le but d'approfondir la coopération entre l'UE et l'OTAN. Les dirigeants ont convenu que l'UE devait assumer une plus grande
responsabilité pour sa propre sécurité, d'abord et avant tout parce que c'est dans notre propre intérêt en tant qu'Européens. Afin de renforcer notre défense commune, l'UE renforcera
l'investissement, le développement des capacités et la préparation opérationnelle. "Permettez-moi
de mentionner ici la question des menaces étrangères à nos démocraties." Le Conseil européen a invité le Haut Représentant et la Commission à présenter, d'ici décembre, des propositions concrètes pour une réponse coordonnée de l'UE à ce défi, en
particulier aux tentatives de désinformation de la Russie actuellement traitées par une très petite équipe de communication stratégique du SEAE. Ceci est particulièrement important à la
lumière des signaux sur le rôle de la Russie dans le Brexit. En ce qui concerne les migrations, j'ai présenté les trois propositions suivantes: des plates-formes de débarquement hors
d'Europe, un outil budgétaire dédié dans le prochain CFP pour lutter contre les migrations illégales, ainsi que le soutien de l'UE à la Garde côtière libyenne. Ils ont été soutenus de façon
univoque par les dirigeants. Nous
avons également accepté de soutenir les autorités maltaises en envoyant un message à tous les navires, y compris ceux des ONG, opérant en Méditerranée. Le message est clair: respecter la loi et ne pas entraver les opérations de la Garde côtière libyenne. De plus, les dirigeants ont accepté la proposition franco-italienne de centres contrôlés sur le territoire de l'UE. C'est aux
gouvernements de décider s'ils veulent créer de tels centres. Cependant, toutes les obligations liées au fonctionnement de ces centres, y compris la réinstallation et la réinstallation, seront prises sur une base volontaire. Enfin et surtout, nous avons convenu
de lancer la prochaine tranche de financement pour la Turquie et de
transférer 500 millions d'euros d'argent pour le développement au Fonds d'affectation spéciale de l'UE pour l'Afrique. Les dirigeants ont confirmé leur volonté de porter notre coopération avec l'Afrique à un nouveau niveau. Cela signifie non seulement un financement public accru, mais aussi un nouveau cadre permettant la croissance des investissements privés. C'est la meilleure preuve de nos intentions, malgré les affirmations infondées selon lesquelles l'Europe veut abandonner l'Afrique. Il est impossible d'arrêter le flux de migrants illégaux sans une coopération étroite avec les pays africains. C'est pourquoi nous utiliserons tous les outils possibles, de la défense et du développement aux visas et autres formes de coopération, pour y arriver. "Passons au sommet de la zone euro. En octobre dernier, au Sénat, j'ai déclaré ce qui suit: Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour prendre les premières mesures très concrètes, d'ici juin. Si nous ne parvenons pas à un accord d'ici juin, je dirai précisément pourquoi cela n'a pas été possible et qui en est responsable.
Aujourd'hui, je peux dire que les dirigeants ont effectivement pris
les premières décisions. Cela signifie un accord sur de nouvelles
étapes pour compléter l'Union bancaire et renforcer le MES. En particulier, nous avons convenu que le MES fournira le filet de sécurité commun au fonds de résolution unique. En conséquence,
notre union bancaire deviendra beaucoup plus forte. Certains d'entre vous peuvent dire que c'est trop peu, trop tard. Et vous auriez raison, dans un sens. Mais le fait est qu'après quelques années d'immobilisme, nous relançons effectivement le processus d'approfondissement de l'UEM. Pour faire en sorte que les progrès se poursuivent, j'organiserai un autre sommet de la zone euro en décembre. Les dirigeants ont également adopté des conclusions faisant progresser la coopération de l'UE sur les questions numériques et l'innovation, ainsi que sur le commerce. Dans le contexte des tensions commerciales croissantes, le Conseil européen a souligné l'importance de préserver et d'approfondir le système multilatéral fondé sur des règles. La Commission a été invitée à proposer
une approche globale pour améliorer, avec des partenaires partageant
les mêmes vues, le fonctionnement de l'OMC dans des domaines cruciaux. Les dirigeants ont également appelé à l'adoption de la proposition sur le dépistage des investissements directs étrangers, qui est d'une importance cruciale pour la sécurité de nos
économies, et des citoyens. Il va sans dire que la Commission bénéficie du soutien total du Conseil européen en ce qui concerne le différend commercial avec les États-Unis. Je suis sûr que
Jean-Claude va développer cela. Un
dernier point sur le Brexit. Les 27 dirigeants partageaient une préoccupation. Bien que des progrès aient été accomplis dans un
certain nombre de domaines, certains aspects clés doivent encore être convenus. Comme il y a beaucoup de travail à faire de moins en moins de temps, j'ai été très honnête dans mon évaluation, y compris lorsque j'ai parlé au premier ministre May la semaine
dernière. Le plus tôt nous aurons une proposition précise du Royaume-Uni sur la frontière irlandaise, meilleure sera la chance de finaliser les négociations sur le Brexit cette année. En d'autres
termes, nous ne pouvons progresser que si un filet de sécurité solide est présenté par le Royaume-Uni et accepté par nos amis irlandais. Nous attendons maintenant avec impatience le Livre blanc du Royaume-Uni, et nous espérons vivement qu'il apportera la clarté,
le réalisme et l'élan nécessaires à ces négociations.



Remarques de clôture


"Juste un commentaire sur la migration: Je suis absolument certain que les
citoyens européens attendent de nous que nous fassions preuve de détermination dans nos actions pour reconstruire leur sentiment de sécurité et d'ordre. Les gens ne le veulent pas parce qu'ils sont
devenus xénophobes et qu'ils veulent vivre dans une sorte d'isolement européen splendide avec des murs contre le reste du monde. Ils veulent avoir une autorité politique capable de faire
appliquer la loi, de protéger notre territoire et nos frontières. En fait, c'est la première et la plus importante obligation de chaque gouvernement. Beaucoup en Europe et dans le monde prétendent que l'UE, ou plus probablement nos démocraties traditionnelles, sont incapables de protéger efficacement les frontières extérieures. C'est l'argument préféré de certains nouveaux mouvements politiques, pas seulement en Europe, offrant une réponse simple, radicale et attrayante aux questions les plus compliquées. Ils
veulent convaincre les gens que seuls les hommes forts anti-européens et ayant tendance à l'autoritarisme sont capables d'arrêter la migration illégale." Nous
devons prouver qu'ils ont tort. Nous devons remplir notre obligation
politique.

L'incident qui a donné le vertige à Beyoncé lors de son concert à Varsovie

L'incident qui a donné le vertige à Beyoncé lors de son concert à Varsoviehttp://www.via214.net/





En pleine tournée mondiale On The Run II avec Jay-Z, la chanteuse a fait face à une déconvenue en Pologne le 30 juin. La plateforme sur laquelle elle se trouvait sur scène ne fonctionnait plus,
l'empêchant de redescendre. Les secours ont du intervenir.



20 ans de carrière et 270 millions d'albums vendus à travers le monde. La carrière de Beyoncé Knowles n'est plus à faire. L'interprète de Drunk
in Love forme avec son conjoint Jay-Z le
couple le plus "bankable" du hip-hop. En 2016, il y avait de l'orage dans l'air chez les tourtereaux avec la diffusion de l'album Formation où Beyonce accusait le rappeur d'adultère. Mais cette époque est révolue. Le 16 juin, Beyonce et Jay-Z ont diffusé par surprise l'album Everything is love. Les "Carters" sont réunis et plus soudés que jamais. Le couple est actuellement en tournée mondiale On The Run II, en référence à leur premier tournée commune On The
Run Tour en 2014. Alors que leurs shows battent leur plein, ils en feront au total 48 jusqu'au mois d'octobre, Beyoncé a fait face à une déconvenue le 30 juin à Varsovie, en Pologne. Entre la
diffusion de deux images intimes avec sa famille, Jay-Z, sa fille Blue Ivy et ses jumeaux, la diva s'est retrouvée bloquée sur une plateforme. Le décor devait redescendre pour lui permettre de
rejoindre la scène principale, sans succès. En body noir à paillettes et cuissardes en cuir, Beyoncé était dans une situation inconfortable. Les secours sont rapidement arrivés avec une échelle
pour l'aider. Les milliers de fans présents au Stade national de Varsovie ont encouragé la star du mieux qu'ils le pouvaient. C'est finalement grâce à l'aide du personnel de la salle que Beyonce a pu redescendre. Ils ont rallongé l'échelle et soutenu ses jambes
pendant la descente. Espérons qu'un tel événement n'arrive pas à l'ex-membre des Destiny's Child le 14 juillet au Stade-de- France. Le couple Carter. Avec 36 dates, les parents de Rumi et Sir, traverseront notamment l'Europe et monteront deux fois sur scène en France, avec un concert le 14 juillet à Saint-Denis, au Stade de France, et un autre à
l'Allianz Riviera à Nice le 17 juillet. La tournée des stades continuera ensuite outre-Atlantique avec une dernière performance à Vancouver au Canada le 2 octobre. C'est Queen B qui a annoncé la
nouvelle dans une série de publications destinées à ses 112 millions d'abonnés sur Instagram. Sur l'une des photos, en noir et blanc, le couple pose, sur une moto, avec l'inscription OTR II, une
référence à leur tournée commune On the Run, en 2014, qui avait rapporté quelque 100 millions de dollars.





Nantes: émeute au Breil après le décès d'un jeune de 22 ans

Nantes: émeute au Breil après le décès d'un jeune de 22 anshttp://www.via214.net/




Un contrôle policier a mal tourné, dans le quartier du Breil, à
Nantes, ce mardi 3 juillet, dans la soirée. Plusieurs détonations
ont été entendues. Un jeune de 22 ans est mort suite à un coup de
feu. Le secteur est quadrillé par un important dispositif de sécurité. La Maison des associations est en feu.


Tout est parti d’un contrôle policier. Il était 20 h 30, ce mardi 3
juillet, rue des Plantes, dans le quartier du Breil, à Nantes. Des
CRS, qui patrouillaient la cité, ont voulu contrôler le conducteur
d’un véhicule. "Il a refusé d’obtempérer", indique une source policière. Qui ajoute : À ce moment-là, il a fait une marche arrière brusque. Il a heurté un CRS au genou, qui a juste eu le temps de s’écarter. Un de ses
collègues a tiré pour arrêter le véhicule. "



"Sans sommation"



Le jeune, âgé de 22 ans, qui aurait été touché au cou, est décédé. "Sans sommation", s’énerve
un habitant du quartier. L’enquête a été confiée à la police judiciaire.Très
vite, la nouvelle s’est répandue dans le quartier, qui a été rapidement quadrillé par les forces de l’ordre. Des camions de CRS stationnent rue des Plantes. Des
jeunes ont envoyé des projectiles et cocktails Molotov. Les forces de l’ordre ont répliqué par des gaz lacrymogènes. Trois voitures, au moins, ont pris feu. Peu avant 23 h, c’est un local jouxtant le centre commercial, qui s’est
embrasé. Les pompiers sont intervenus en nombre.



"Ce n’est pas une surprise"



"Ce n’est pas une surprise, il fallait que ça arrive", s’agace un trentenaire, qui a grandi ici. La semaine passée, une jeune fille de 13 ans a été blessée, par erreur, à la main en voulant fermer
les volets. Tout au long de la soirée, plusieurs détonations ont retenti. Des mères de famille sont sorties pour tenter de résonner des jeunes, dont
certains étaient cagoulés. Toutes
les mamans sont dehors. Les jeunes sont cagoulés, ils ne veulent pas
en démordre",
raconte une habitante du quartier.









Japon: l'empereur malade annule ses obligations

Japon: l'empereur malade annule ses obligationshttp://www.via214.net/


L'empereur Akihito du Japon, âgé de 84 ans, a été contraint de suspendre ses
obligations mardi, pour le deuxième jour de suite, en raison d'une
anémie cérébrale, selon l'Agence de la Maison impériale. Le
souverain se sent encore un peu mal. Il "souffre d'un léger mal
au ventre en plus de vertiges", a déclaré à l'AFP un
porte-parole de l'institution. "Il va se reposer aujourd'hui, et
reporter ses fonctions officielles", a-t-il ajouté, sans
préciser jusqu'à quand Akihito devrait rester au calme. L'anémie
cérébrale résulte d'un flux sanguin insuffisant vers le cerveau,
provoquant étourdissements et nausées. Akihito, 125e empereur du Japon, règne deuis janvier 1989. Il avait déjà eu
de graves problèmes de circulation sanguine dans le passé et avait
subi en février 2012 un pontage coronarien en raison du
rétrécissement de deux artères. Il doit normalement quitter ses
fonctions fin avril 2019, en vertu d'une loi spéciale qui l'autorise
à abdiquer. En août 2016, Akihito avait en effet prononcé une allocution
exceptionnelle à la télévision, disant s'inquiéter des risques de
ne pouvoir continuer longtemps de remplir "corps et âme" les obligations attenant à sa fonction de "symbole du peuple et de l'unité de la nation". Cette déclaration avait été
interprétée comme un souhait de laisser de son vivant le trône du
Chrysanthème à son fils aîné, le prince Naruhito, 58 ans, ce que
ne prévoit pas la législation sur la Maison impériale. D'où l'élaboration d'une loi d'exception lui permettant d'abdiquer, un texte qui vaut pour lui, mais pas pour ses successeurs.





Le Figaro.fr avec AFP

Washington "ne reconnaît pas" l’annexion de la Crimée

Washington "ne reconnaît pas" l’annexion de la Criméehttp://www.via214.net/





Le président américain Donald Trump avait laissé planer le doute sur
la position des Etats-Unis sur la Crimée, n’excluant pas clairement de reconnaître l’annexion de cette dernière par la Russie.


La Maison Blanche a martelé lundi 2 juillet que les Etats-Unis ne
reconnaissaient pas l’annexion de la Crimée par la Russie, quelques jours après les propos ambigus de Donald Trump sur ce thème. "Nous ne reconnaissons pas la tentative de la Russie d’annexer la Crimée. Les sanctions contre la Russie resteront en place jusqu’à ce que
la Russie rende la péninsule à l’Ukraine", a affirmé Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif. Interrogé
vendredi à ce sujet à bord d’Air Force One, M.Trump, qui doit rencontrer
son homologue russe Vladimir Poutine le 16 juillet à Helsinki, était resté volontairement évasif. "Nous verrons", avait-il simplement répondu. Le Kremlin a réaffirmé de son côté que la Crimée était "une partie inaliénable" de
la Russie et affirmé que la question ne serait pas à l’ordre du jour des discussions. Le rattachement en mars 2014 de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou, à l’issue d’un référendum jugé illégal par Kiev et les Occidentaux, avait été dénoncé en
particulier par les Etats-Unis qui avaient adopté plusieurs trains
de sanctions contre la Russie.

Un match de basket Philippines-Australie dégénère en bagarre générale, 13 expulsés

Un match de basket Philippines-Australie dégénère en bagarre
générale, 13 expulséshttp://www.via214.net/





Les sanctions risquent d'être très lourdes. Un match de basket entre les Philippines et l'Australie, comptant pour les qualifications au Mondial-2019, a dégénéré en énorme bagarre
générale, lundi à Manille, entraînant l'expulsion de treize joueurs et l'interruption de la rencontre.


BASKET - Des chaises qui volent, des gaillards de 2,10 mètres qui s'envoie
des coups de poings monumentaux et des images honteuses pour le sport. Lundi 2 juillet, l'Australie et les Philippines s'affrontaient dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde de basket, qui aura lieu à l'automne 2019 en Chine. Et la situation a
totalement dégénéré. En fin de troisième quart-temps, alors que les Aussies menaient très largement, un fait de jeu est venu mettre le feu aux poudres. À
l'origine, une faute pour le moins virile d'un Philippin sur le
meneur de jeu australien, Chris Goulding, immédiatement vengée par
Daniel Kickert, auteur d'un très violent coup de coude à l'agresseur. Il n'en fallait pas plus pour déclencher une mêlée générale... Pendant plusieurs minutes, les joueurs présents sur le
terrain, mais aussi très vite les remplaçants et même des membres
des staffs et de la sécurité se sont échangés des bourre-pifs et autres jets de mobilier, le tout sous l'œil des caméras qui retransmettaient le match ainsi que d'une salle garnie et médusée.
Plusieurs joueurs de renom se sont joints à la mêlée, dont Thon Maker,
actuel pivot titulaire des Bucks de Milwaukee aux États-Unis, ou
encore Andray Blatche, New-Yorkais naturalisé philippin et habitué
des débordements et des coups de folie lors de ses années en NBA. Au total, treize joueurs ont été expulsés, et la FIBA -l'instance en charge du basket mondial- a annoncé qu'elle donnerait ses
sanctions dans les jours à venir. Anthony Moore, le patron de l'équipe nationale australienne a publié un
communiqué dans lequel ol s'excuse pour
le comportement de ses joueurs. "Nous sommes extrêmement embêtés par ce qui s'est passé et notre rôle là-dedans. Ce n'est pas l'esprit dans lequel le sport doit se pratiquer, et certainement
pas la manière dont nous voulons jouer au basket. Nous nous excusons
auprès de nos fans et attendons de recevoir les sanctions."
Aussi incroyable que cela puisse paraître, le match a repris après
trente minutes d'interruption, avec seulement trois joueurs encore
habilités à jouer du côté des Philippines. Puis deux d'entre eux
ayant commis trop de fautes, il a finalement été interrompu sur le
score de 89-53 pour les Australiens. Le plus surprenant dans cette
affaire? Sans aucun doute le
selfie pris fièrement par
les joueurs philippins au terme de la bagarre... 

En Italie, Salvini lance l’idée d’une "Ligue des Ligues" en Europe

En Italie, Salvini lance l’idée d’une "Ligue des Ligues" en
Europehttp://www.via214.net/




Le ministre de l’intérieur et chef de file du mouvement d’extrême
droite la Ligue veut réunir les mouvements européens "qui veulent
défendre leurs frontières". Le
ministre italien de l’intérieur, et chef de file de la Ligue, Matteo Salvini, a lancé dimanche 1er juillet l’idée "d’une
Ligue des Ligues en Europe", réunissant les mouvements "qui veulent défendre leurs frontières", à l’occasion du rassemblement annuel de son parti souverainiste à Pontida, dans le nord de l’Italie. "Je pense à une Ligue des Ligues en Europe, qui unisse tous les
mouvements libres qui veulent défendre le bien-être de leurs enfants",
a lancé M.Salvini devant des milliers de sympathisants qui l’acclamaient. Plus tôt, il avait annoncé que les élections
européennes de mai 2019 seraient "un
référendum entre l’élite, le monde de la finance et celui du travail réel, entre une Europe sans frontières avec une immigration de masse et une Europe qui protège ses citoyens". "C’est une émotion indescriptible. Faites arriver le cri d’amour qui vient de Pontida",
a poursuivi M. Salvini sur une grande scène où figuraient les
slogans. "Le bon sens au gouvernement" et "Les Italiens d’abord", leitmotiv du chef de file du parti eurosceptique. Selon les médias, quelque 50 000 personnes sont venues de toute l’Italie pour cette grand-messe du mouvement d’extrême droite organisée à Pontida,
près de Bergame, où serait née, en 1167, la Ligue lombarde, une alliance de villes du Nord de l’Italie contre l’empereur Frédéric Barberousse.



Macron appelé à "se laver la bouche"


Sur des stands représentant les régions de la Péninsule étaient vendus des t-shirts à l’effigie de M. Salvini avec le slogan. "La belle vie, c’est ultra-fini", en référence aux récents propos du chef de la Ligue qui avait
déclaré que "pour les migrants clandestins, la belle vie, c’est fini".
Fort du double portefeuille de vice-premier ministre et de ministre de
l’intérieur, dont il est titulaire depuis un mois, M. Salvini a réussi à imposer le thème des migrants à l’agenda européen en interdisant, début juin, l’accès aux ports italiens aux navires des ONG portant secours aux migrants en Méditerranée. Il les accuse d’être
complices des passeurs, ce qu’elles contestent avec virulence. "La décision d’ouvrir les ports ou de les fermer,
c’est le ministre de l’intérieur qui la prend", a-t-il martelé dimanche. Cette
décision est à l'origine des tensions diplomatiques avec la France,
cette dernière ayant accusé Rome "d’irresponsabilité" et M. Salvini rétorquant que l’Italie n’avait pas de leçons à recevoir de la part d’un pays qui, selon lui, n’a pas tenu ses
engagements en matière d’accueil. Si les relations avaient semblé se réchauffer ces derniers jours entre les deux capitales, à la faveur de rencontres entre le président du Conseil Giuseppe Conte et le président français Emmanuel Macron, M. Salvini n’a pas changé
de ton pour autant. Avec son style sans nuances, il a conseillé vendredi à M. Macron de "se laver la bouche parce que l’Italie à fait beaucoup plus que les
Français qui continuent de repousser des personnes à Vintimille", à la frontière franco-italienne.


Large adhésion des Italiens



Une ligne dure qui semble lui réussir selon les sondages, dont un récent, réalisé mi-juin par Ipsos, et qui a montré qu’une majorité de ses compatriotes (59 %) approuvaient ses choix en matière d’immigration. Une large adhésion dont la Ligue, alliée
du Rassemblement national (RN, ex-FN) de Marine LePen en France, tire tout naturellement avantage: arrivée au pouvoir aux législatives du 4 mars avec 17% des voix (en troisième position), elle était créditée, samedi, de 31,2% des intentions de votes pour les
élections européennes, faisant du mouvement eurosceptique le premier parti d’Italie. La Ligue dame le pion à son allié de la coalition gouvernementale, le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), arrivé en tête des législatives et qui reste stable à environ 30 % des intentions de
vote. Luigi Di Maio, le chef de file du M5S, devenu lui aussi vice-premier ministre (et ministre de travail), a été éclipsé par son allié, les thématiques sociales portées par le M5S (comme le
revenu de citoyenneté) étant reléguées au second plan.

Les Champs-Élysées transformés en cinéma géant

Les Champs-Élysées transformés en cinéma géanthttp://www.via214.net/




1700 personnes se sont assis sur la célèbre avenue parisienne pour
regarder "Les Visiteurs"



PARIS - Pour la première fois, l'avenue parisienne des Champs-Elysées a
été transformée le temps d'une soirée en cinéma géant, ce dimanche 1er juillet, avec la projection du film "Les Visiteurs" en présence d'un de ses acteurs Jean Reno, a constaté un
journaliste de l'AFP. Égarés
dans les couloirs du temps, le comte Godefroy de Montmirail et son
valet Jacouille la Fripouille, héros du film "Les Visiteurs", se sont retrouvés devant l'Arc de Triomphe sur un spectaculaire écran de 180 m2 en technologie LED haute définition, d'un poids de 6 tonnes, retenu par une grue élévatrice de 30 mètres de haut.
L'écran avait été installé en haut de la célèbre avenue parisienne fermée à la circulation jusqu'à l'avenue George V. À
l'initiative du Centre national du Cinéma (CNC) et du Comité des
Champs-Elysées, cette projection inédite en plein air a été organisée à l'occasion de la Fête du Cinéma qui permet jusqu'au 4 juillet d'accéder à toutes les projections dans tous les cinéma français pour 4 euros la séance. En présence de l'ancien ministre de la Culture Jack Lang, 1700 privilégiés, désignés par tirage au sort en participant à un sondage, et des milliers de badauds, ont assisté à la projection du film culte de Jean-Marie Poiré sorti il y a tout juste 25 ans. Pour cette projection de cinéma hors normes, des transats avaient été
installés sur toute la largeur de l'avenue. Les contre-allées des
Champs-Elysées offrant une visibilité parfaite sur l'écran, étaient accessibles au grand public. 16.000 personnes en tout ont participé à un sondage pour choisir le film projeté dimanche soir. "Les Visiteurs" de Jean-Marie Poiré sorti en salles en
1993, a été désigné devant "La Folie des Grandeurs" et "La Gloire de Mon Père", autres films cultes du 7e art
français.