Portrait
Via214
Fermer

Paysages d'autrefois

La Bourse de Paris attendue en baisse, toujours tournée vers le Royaume-Uni

La Bourse de Paris attendue en baisse, toujours tournée vers le
Royaume-Unihttp://www.via214.net/


Publié le 18/01/2019 à 07:41 La Rédaction Via214



La Bourse de Paris devrait ouvrir en recul jeudi, marquant le pas après
deux séances de hausse, tout en gardant les yeux tournés vers le Royaume-Uni et le Brexit.


Le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 0,51% une quarantaine de
minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait fini en hausse de 0,51% à 4.810,74 points.


Wall Street a terminé également dans le vert, dynamisée par les résultats solides des géants bancaires de Goldman Sachs et Bank of America.


Theresa "May a survécu à la motion de censure" et "les marchés attendent la prochaine étape", a souligné Michael
Hewson, un analyste de CMC Markets.


La Première ministre britannique Theresa May a survécu de justesse à
une motion de censure mais doit de nouveau s'atteler jeudi à trouver
d'autres plans pour sauver le Brexit.


"L'impression générale qui prédomine sur les marchés est que d'une manière ou
d'une autre les parlementaires britanniques vont réussir à se
mettre d'accord" pour échapper à l'absence d'accord, même si
"cette théorie risque d'être mise à rude épreuve dans jours et les semaines qui viennent", a ajouté l'analyste.


Dans la soirée les investisseurs ont pris connaissance du Livre Beige de
la Fed. Les incertitudes politiques et commerciales, la volatilité des marchés financiers et les hausses de taux d'intérêt ont entamé l'optimisme des milieux d'affaires aux États-Unis au début de l'année, selon ce rapport de conjoncture.


Du côté des indicateurs, la deuxième estimation de l'inflation en décembre dans la zone euro est à l'agenda.


Outre-Atlantique, les demandes hebdomadaires d'allocations chômage, les mises en chantier de logements pour décembre et l'indice d'activité de la
région de Philadelphie pour janvier sont aussi attendus.


VALEURS A SUIVRE


Société Générale : La banque a annoncé qu'elle avait enregistré une
charge exceptionnelle de 240 millions d'euros au 4e trimestre de l'année écoulée en raison de l'application de normes comptables et qu'elle prévoyait une baisse de 10% des revenus de ses activités de marché en 2018.


Alstom : Le constructeur ferroviaire français a estimé qu'il n'y avait
"pas de certitude" que les propositions pour permettre la fusion envisagée avec les activités mobilités de l'allemand
Siemens soient suffisantes pour que la Commission européenne autorise l'opération. Alstom a en outre publié un chiffre d'affaires en hausse de 10% pour son troisième trimestre décalé 2017/18.


Renault : L'État français a officiellement lâché le PDG de Renault Carlos Ghosn mercredi, deux mois après son arrestation, et demandé la
nomination d'un successeur dans les prochains jours pour prendre la tête du constructeur automobile.


Les avocats de M. Ghosn ont de leur côté fait appel du refus de libérer
leur client sous caution.


Orange : L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) a mis en demeure
l'opérateur historique de respecter ses obligations en terme de qualité sur les offres de gros à destination du marché entreprises mais également concernant l'accès à la boucle locale.


Argan: La foncière spécialiste des entrepôts compte dépasser les 100
millions d'euros de chiffres d'affaires d'ici à 2021, a-t-elle annoncé à l'occasion de résultats annuels marqués par une nette hausse de ses bénéfices.


LDC : Après les engrais et les métaux, le groupe de négoce agricole
Louis Dreyfus Company va arrêter ses activités laitières d'ici la mi-2019, afin de se concentrer sur ses activités principales, oléagineux et céréales notamment.




Européennes: le RN de Marine Le Pen privé de salle pour son premier meeting en province

Européennes: le RN de Marine Le Pen privé de salle pour son premier meeting en provincehttp://www.via214.net/


Publié le 18/01/2019 à 07:15 La Rédaction Via214



La ville de Thor dans le Vaucluse explique n'avoir eu connaissance de la
venue de Marine Le Pen que la semaine dernière et refuse de louer sa
salle des fêtes pour raisons de sécurité.


Le Rassemblement national a annoncé jeudi avoir saisi la justice en
référé après que le maire de la commune du Thor, dans le Vaucluse, où le RN doit tenir un meeting samedi, a refusé de lui
louer sa salle des fêtes.



"Nos responsables ont engagé un référé parce le maire n'a aucune raison de nous avoir autorisé la salle puis de nous l'avoir retirée", a dit la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen en marge de ses voeux à la presse, au siège de son parti à Nanterre.


"D'autant que les forces de l'ordre indiquent qu'il n'y a pour eux aucun
problème d'organisation et de maintien de l'ordre", a ajouté la responsable du RN, confirmant une information de France Inter.

"Mon meeting aura lieu" assure Le Pen


Sollicité par l'AFP, le maire sans étiquette du Thor, Yves Bayon de Noyer,
n'était pas joignable dans l'immédiat. Selon la radio, le maire n'aurait été informé de cette réunion que la semaine dernière et il estime que la salle des fêtes "se trouve dans un cul-de-sac,
sans parking, ni grillage", et qu'elle "est trop petite".


Marine Le Pen doit participer à cette réunion publique, la première en
province depuis le lancement de la campagne pour les européennes du RN dimanche, avec la tête de liste RN aux élections européennes Jordan Bardella, et l'ancien ministre LR Thierry Mariani qui a rallié cette liste.



"Mon meeting aura lieu même s'il faut que je le fasse dans la rue", a assuré la chef du RN, accusant "un certain nombre de militants d'extrême gauche qui cherchent à nouveau à semer la
perturbation dans cette campagne européenne (comme) dans la campagne
présidentielle".



Grenade assourdissante, TNT et LBD : l'exception française du maintien de l'ordre en Europe

Grenade assourdissante, TNT et LBD: l'exception française du maintien
de l'ordre en Europehttp://www.via214.net/


Publié le 18/01/2019 à 06:34 La Rédaction Via214



Oui, la France est bien le seul pays d'Europe à utiliser des grenades
explosives et presque le seul à user des LBD contre les manifestants. Alors que la polémique enfle sur les blessures parfois très graves subies par des Gilets jaunes depuis le début du
mouvement, pourquoi l’Hexagone tient-il tant à ces armes de force "intermédiaire"?


Le Défenseur des droits Jacques Toubon a exprimé sur RTL jeudi sa préoccupation quant à l'usage des lanceurs de balles de défense (LBD), utilisés par les forces de l'ordre lors des manifestations: "J'espère que
devant l'évidence aujourd'hui de la dangerosité de ces armes de force intermédiaire le gouvernement prendra des dispositions".


Le recours à ces armes de force intermédiaire, notamment le LBD 40 et
les grenade lacrymogènes instantanées GLI F4, est au cœur de polémiques ces dernières semaines après que de nombreux Gilets jaunes ont été blessés, parfois grièvement au visage, parfois entraînant un coma. La diffusion de plus en plus massive de vidéos, témoignages et
photos de ceux visés par ces armes pose la question: les forces de l'ordre françaises doivent-elles continuer à utiliser ces armes lors des manifestations? L'Hexagone se distingue effectivement d'autres pays d'Europe, demeurant presque le seul à utiliser les grenades de désencerclement et les LBD sans restrictions drastiques.


Voici un aperçu de l'utilisation des LBD en Europe. Les forces de l'ordre
en Autriche, Irlande, Finlande, Norvège, Suède, Danemark et Royaume-Uni n'utilisent pas du tout les LBD, selon Libération. En Allemagne, ils ne sont utilisés que dans deux Lands sur seize. En Espagne, hors Catalogne, il est également utilisé par la Guardia civile. Parmi les pays listés, la Pologne et la Grèce usent sans limite du LBD, tout comme la France.


En ce qui concerne la GLI F4, l'Europe entière, France exclue, redoute
son utilisation par les forces de l'ordre. Une vidéo filmée pendant
une mobilisation des Gilets jaunes donne une idée de la puissance de cet outil.


Ce n'était qu'une poubelle, mais il est facile d'imaginer son effet en
cas d'utilisation contre une personne. Toutefois, l'expérience passée et les mobilisations des Gilets jaunes l'illustrent de façon éloquente: un bon nombre de membres arrachés et
même un mort au barrage de Sivens, en 2014.


Effectivement, c'est la grenade la plus puissante de l'arsenal policier français. Composée de 25 grammes de TNT, une substance explosive, de 10
grammes de 2-Chlorobenzylidène malonitrile (ou Gaz CS), la grenade
dispose de trois effets: lacrymogène, sonore (son bruit avoisine les
165 décibels, plus qu'un avion au décollage) et assourdissant (grâce à l'explosion des particules qui sont projetées sur plusieurs centaines de mètres).


Après que des tirs de LBD et de grenades pendant les manifestations des
Gilets jaunes ont fait un grand nombre de blessés graves, dont la liste complète a été dressée par Libération, une pétition a vu le jour sur Change.org pour interdire ces armes de force intermédiaire.


Le 14 décembre 2018, Amnesty International s'en est pris également aux GLI F4, appelant les forces de l'ordre françaises à la retenue et
condamnant leur utilisation contre les mineurs et les manifestants.


Comment l'État français explique-t-il le fait que seul l'Hexagone parmi
tous les pays européen fait usage de grenades pour le maintien de
l'ordre?


"L'étude d'exemples pris dans les pays voisins a permis de confirmer la spécificité française, seule nation d'Europe à utiliser des munitions explosives en opération de maintien de l'ordre avec l'objectif de maintenir à distance les manifestants les plus
violents", a souligné un rapport
commun de l'IGPN (inspection générale de la police nationale) et de l'IGGN (inspection générale de la gendarmerie nationale) de 2014. "Les
autres pays ont choisi des solutions et des postures, selon leur histoire, leur culture et leur corpus juridique."


Le 24 mai 2018, selon le bulletin officiel, le ministère de l'Intérieur
a indiqué qu'il allait renouveler ses stocks de grenades, mais n'a pas commandé de nouvelles GLI F4. "Il a été décidé de ne plus fabriquer de cette grenade", a expliqué le ministère. Pourtant, celle-ci continuera d'être utilisée jusqu'à épuisement des
stocks.


Son remplaçant, la GM2L, existe déjà. Selon le ministère de l'Intérieur, elle contient aussi un effet lacrymogène et
assourdissant, mais n'a pas l'effet déflagrant de la GLI-F4.




Brexit. Le Parlement britannique votera le 29 janvier sur le " plan B " de Theresa May

Brexit. Le Parlement britannique votera le 29 janvier sur le " plan B " de Theresa Mayhttp://www.via214.net/


Publié le 18/01/2019 à 05:56 La
Rédaction Via214




Après le rejet de l’accord sur la sortie de l’Union Européenne mardi
15 janvier, les parlementaires britanniques se prononceront le
29 janvier sur un " plan B " présenté par la Première ministre Theresa May. Le gouvernement n’exclut pas la possibilité
d’un Brexit dur, sans accord.



Le Parlement britannique se prononcera le 29 janvier sur le " plan
B " que va lui présenter la Première ministre Theresa May après le rejet massif de l'accord sur le Brexit qu’elle
a négocié avec Bruxelles, a annoncé jeudi la ministre des Relations avec la Chambre des communes, Andrea Leadsom.


Ce " plan B " sera dévoilé lundi prochain et débattu pendant
une journée avant d’être soumis au vote des députés.


Une sortie prévue le 29 mars


Le gouvernement et l’opposition travailliste semblent toujours aussi
peu disposés à se faire des concessions au lendemain du rejet à Westminster d'une motion de censure contre
Theresa May.


Le dirigeant du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, a souligné jeudi
matin qu’il n’acceptera de discuter avec Theresa May que si celle-ci rejette clairement l’éventualité d’un Brexit sans accord. Il a estimé que la Première ministre semblait prête" à envoyer le pays sur les récifs " en n’excluant pas une sortie de l’UE sans accord le 29 mars prochain, une perspective qui ne semble guère inquiéter les plus
chauds partisans du Brexit au sein du Parti conservateur.


56 % des Britanniques opposés au Brexit


Faute de consensus, la cinquième économie mondiale quittera l'UE fin mars sans accord ou sera obligée de repousser la date de sa sortie de l'Union, avec à la clé soit un nouveau référendum, soit des élections législatives.


Jeremy Corbyn n’exclut apparemment plus un nouveau référendum mais souligne qu’un tel vote ne doit en aucun cas être
une " réédition " de celui de juin 2016.


Selon un récent sondage, 56 % des Britanniques voteraient pour le
maintien de leur pays dans l’Union Européenne si la question leur était à nouveau posée.


Theresa May s’est déclarée opposée aussi bien à des législatives anticipées qu’à un nouveau référendum qui serait pour elle " trahir " la
volonté des 17,4 millions de Britanniques qui ont voté pour le
Brexit en juin 2016. "  C’est mon devoir de répondre à la volonté du peuple britannique […] et j’ai l’intention de le faire ", a-t-elle insisté.


Service national obligatoire: 3.000 volontaires dès juin prochain dans 13 départements pilotes

Service national obligatoire: 3.000 volontaires dès juin prochain dans 13 départements piloteshttp://www.via214.net/



Publié le 17/01/2019 à 08:15 La Rédaction Via214




Gabriel Attal, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation, a
dévoilé ce mercredi les contours de la première phase du service national qui sera obligatoire pour les jeunes de 16 ans. Il sera effectif dès juin 2019.

Chant de la Marseillaise, formation aux premiers secours, ateliers autour
de valeurs républicaines, courses d'orientation... Une première cohorte d'environ 3.000 jeunes volontaires va expérimenter dès juin prochain le futur Service national universel (SNU), promesse de campagne d'Emmanuel Macron.



  • 3.000volontaires recrutés dès mars



Pour permettre de mieux dessiner ses contours, le gouvernement va appeler dès cette année quelque 200 jeunes
volontaires dans "13 départements pilotes"*(un par grande région métropolitaine et un en Outre-mer),soit
3.000 personnes âgées de 16 ans, à effectuer une première phase sur la base du volontariat, a annoncé le secrétaire d'Etat Gabriel Attal, en charge du sujet, dans un entretien à l'AFP. C'est
au mois de mars que seront recrutés les premiers volontaires.



"J'ai demandé aux préfets de cartographier la jeunesse de leur
département pour que participent à la fois des jeunes scolarisés, des apprentis, des décrocheurs, des jeunes en situation de handicap", a indiqué Gabriel Attal.

Ils seront envoyés dans un des départements pilotes dans la deuxième
quinzaine du mois de juin. À terme, le Service national universel doit s'organiser en deux temps: une phase allant jusqu'à un mois obligatoire, pour les jeunes de 16 ans, puis une phase facultative d'une durée de trois à douze mois.


* Les départements pilotes annoncés sont, selonLe Point et le Parisien,les Ardennes, le Cher, la Creuse, l'Eure, la Guyane, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Saône, la Loire-Atlantique, le Morbihan,
le Nord, le Puy-de-Dôme, le Val-d'Oise et le Vaucluse



  • Débats, jeux de rôle et courses d'orientation




En uniforme, les jeunes seront hébergés dans des internats ou
bâtiments de l'armée et encadrés par des militaires et des éducateurs rémunérés. La journée commencera par "le salut
au drapeau et le chant de l'hymne national". "Ce moment de communion républicaine est important", a souligné
Gabriel Attal.


Ils seront formés aux premiers secours, aux réactions à avoir en cas
d'attentat ou de catastrophe naturelle, et recevront des modules sur
la protection de l'environnement ou les valeurs de la République. Un bilan de santé et des tests de français leur seront aussi proposés. Le ministre souhaite que soient privilégiés les débats et jeux de rôle, mais aussi des activités "à l'extérieur", comme
des parcours en forêt, des courses d'orientation, des franchissements d'obstacles. La quinzaine se terminera par une cérémonie républicaine.



  • La question de la laïcité



Avant même que ses contours soient définis, la question de la neutralité
religieuse a fait polémique la semaine dernière. Une étude publiée début janvier par l'Observatoire de la laïcité a en effet rappelé que la loi du 15 mars 2004 sur le port de signes religieux
ne peut s'appliquer "qu'aux 'élèves des écoles, collèges et lycées publics'", or les jeunes appelés dans le cadre du SNU
ne le seront pas en tant qu'élèves. "Evidemment, la laïcité sera respectée", assure Gabriel Attal, en attendant qu'une loi vienne peut-être combler ce "vide juridique".


Quant au calendrier de mise en place d'un service obligatoire,  il n'est pas encore tranché. Le rapport du général Daniel Ménaouine, qui a servi de base au projet, propose qu'il soit
effectif au plus tard en 2026. "Nous travaillons à des scénarios qui nous permettent d'aller un peu plus vite",
souligne Gabriel Attal.



  • La question du coût reste en suspens




Les jeunes volontaires pourront effectuer la seconde phase du SNU entre
juillet 2019 et juin 2020, en participant à une mission générale
dans une association ou une collectivité locale, pendant quinze jours consécutifs ou avec des heures réparties tout au long de l'année.


Le SNU est vivement critiqué par plusieurs organisations représentatives de la jeunesse, dont les syndicats d'étudiants, la Fage et l'Unef, qui s'interrogent sur son caractère obligatoire et surtout sur son coût. Si la première phase test aura un coût
"marginal", selon Gabriel Attal, son coût final n'est pas encore connu. Il a pour l'instant été estimé, au plus bas, à 1,7 milliard d'euros par an.



"Aujourd'hui,
on a des jeunes qui naissent et grandissent en France sans parfois
jamais quitter leur environnement", souligne Gabriel Attal. "C'est d'abord pour cet enjeu de creuset républicain, de mixité sociale et territoriale, qu'on fait le SNU".





Toulouse : voici ce que les Gilets jaunes ont prévu pour la venue d’Emmanuel Macron, jeudi

Toulouse : voici ce que les Gilets jaunes ont prévu pour la venue d’Emmanuel Macron, jeudihttp://www.via214.net/



Publié le 17/01/2019 à 07:26 La Rédaction Via214



Jeudi 17 janvier 2019, Emmanuel Macron est attendu à Toulouse, où il
présentera ses vœux aux armées, à Francazal. Certains Gilets jaunes espèrent l'approcher... Ce qui est prévu.


Il est attendu de pied ferme. Jeudi 17 janvier 2019,Emmanuel Macron se rendra à Toulouse pour
présenter ses vœux aux armées.
Accompagné de
Florence
Parly
, ministre des armées et
Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des armées, le président de la République est attendu à la base aérienne militaire de Francazal,
qui héberge la 11e brigade
parachutiste et le Pôle national des opérations aéroportées de
Toulouse.


À cette occasion, le chef de l’État prononcera un discours
devant 1 600 civils et militaires des trois armées et de la gendarmerie, des directions et services du ministère et du monde combattant.


Un dispositif de sécurité impressionnant


Un déplacementsous très haute sécurité qui a été marqué à l’agenda par les Gilets jaunes de Toulouse, une des places fortes du mouvement qui a débuté le 17 novembre 2018 dans l’Hexagone. Toutefois, les Gilets jaunes ne se font guère d’illusion : arriver à approcher le président de la République sera quasiment mission impossible, jeudi. Mardi 15 janvier, à l'occasion de son déplacement à Grand Bourgtheroulde (Eure), en Normandie,
pour y lancer le Grand débat national, ce village de 3 700 habitants s’était transformé en véritable citadelle, avec plusieurs centaines de forces de l’ordre
mobilisées.


Aucun échange n’avait eu lieu entre Emmanuel Macron et les Gilets jaunes
qui avaient battu le pavé non loin de là… À Toulouse, le dispositif de sécurité sera encore plus élevé
.

Plusieurs centaines de policiers
et gendarmes
seront affectés à Toulouse, pour sécuriser
la visite présidentielle.


Certains Gilets jaunes vont essayer de l’approcher


Du côté des Gilets jaunes,
on ne se fait donc guère d’illusion. " Nous voulons essayer de le voir et de lui parler ", indique Laetitia, Gilet jaune de la première heure à Toulouse.


Certains Gilets jaunes vont essayer de s’approcher de la base de Francazal avec des banderoles et pour faire du bruit, mais on sait déjà que les lieux vont être très sécurisés. Ça va être compliqué voire impossible de s’approcher de lui et les Gilets jaunes vont être bloqués.

Une approche d’autant plus délicate qu‘Emmanuel Macron va atterrir directement sur la base de Francazal et
non à l’aéroport Toulouse-Blagnac, d’après nos informations.


Une opération escargot envisagée


Si les Gilets jaunes essaient de garder le mystère jusqu’au bout, une
action est pourtant bien prévue aux abords de la base de Francazal par
certains Gilets jaunes. Sur les réseaux sociaux, une opération escargot est
envisagée autour de la base militaire,
avec distribution de tracts et affichage de banderoles, à partir 13h30, jeudi. Une opération envisagée alors que la visite d’Emmanuel Macron entraînera, dès le début de matinée, de grosses perturbations sur les routes, à Toulouse.




Fincantieri, ce partenaire de Naval Group qui joue un inquiétant double jeu

Fincantieri, ce partenaire de Naval Group qui joue un inquiétant double jeuhttp://www.via214.net/



Publié le 17/01/2019 à 06:08 La
Rédaction Via214



En dépit de son alliance avec Naval
Group, Fincantieri ne semble pas jouer le jeu à l'exportation avec son partenaire français. Bien au contraire.



Brésil, Pérou, Roumanie, Egypte, Emirats Arabes Unis, Arabie Saoudite... La liste des pays est longue, bien trop longue où le chantier naval italien Fincantieri joue un double jeu avec son partenaire français, Naval Group. Les deux groupes sont pourtant en train de mettre en place une politique commune commerciale supervisée par les
ministères de la Défense des deux côtés des Alpes. Le délégué général pour l'armement Joël Barre a d'ailleurs rencontré à cet effet avant Noël son homologue italien. Mais Fincantieri reste très agressif dans les pays où Naval Group est pourtant en pole position pour remporter des commandes notamment en raison de références
passées fortes. Au point même de saboter les chances de son partenaire français dans certains de ces pays. C'est le cas en Roumanie, en Egypte ou encore aux Emirats Arabes Unis. Et quand ce
n'est pas le cas, Fincantieri ne se montre pas du tout très fair play, voire plus comme au Brésil. D'une façon générale, Fincantieri ne montre pas une réelle volonté de favoriser son
partenaire français dans le cadre de leur alliance.


Naval Group joue le jeu de l'alliance


De son côté, Naval Group semble en revanche jouer le jeu du partenariat. La direction du groupe naval français aurait, selon nos informations, proposé aux Italiens une offre commune en Grèce où Fincantieri n'a pourtant aucune référence à ce jour. En janvier 2009, le ministère de la Défense grec, le KYSEA, l'organe de décision des acquisitions, avait fait le choix historique
de la France contre l'Allemagne, pourtant partenaire de la Marine de
longue date. Depuis, Naval Group est le favori pour vendre quatre frégates FREMM puis des FTI. Interrogé par La Tribune, Naval Group n'a pas souhaité commenter cette information. En revanche, le
groupe naval réfléchit à la demande de Fincantieri de lui laisser le champ libre au Pérou. Pourquoi ? Naïveté ou volonté à tout prix de faire une alliance ?


D'une façon générale, ce partenariat entre les deux groupes doit se
concrétiser par la création d'une société commune contrôlée à parts égales. Une parité obtenue par les Italiens uniquement grâce au contrat remporté au Qatar (3,8 milliards d'euros pour Fincantieri). Doha fut le seul pays export de Fincantieri en 2017 et que l'obtention de ce contrat se serait déroulée dans des conditions pour le moins opaques. En outre, Naval Group et
Fincantieri prévoient notamment de préparer des offres conjointes pour des programmes binationaux et les marchés export, de déployer une supply chain plus efficiente (achats croisés, meilleurs rapports qualité-prix, effets volume, etc...), de mener conjointement des projets de recherche et d'innovation.


Au Brésil, Fincantieri a failli éliminer Naval Group


Selon des sources concordantes, Naval Group a attendu longtemps, très longtemps une réponse de Fincantieri à sa proposition de présenter
une offre commune au Brésil pour participer au programme Tamandaré, qui prévoit l'acquisition de quatre corvettes par la marine brésilienne. A tel point que le groupe naval français a
failli être éliminé de la compétition sans avoir la possibilité d'y concourir. Pourquoi ? Les Français ont appris au tout dernier moment que les Italiens n'allaient pas jouer vraiment le jeu d'une offre commune, en déposant en catimini une proposition en solo. Déjà
sélectionné en amont pour le design des futures corvettes, le chantier naval italien n'aurait pas dû être autorisé à concourir, étant de fait juge et partie... En conséquence, Naval Group a dû bâtir en une quinzaine de jours seulement, à la hâte une offre.


En coordination avec la société pour les projets navals Empresa Gerencial de Projetos Navais (EMGEPRON), la Direction de la gestion du programme de la marine brésilienne a annoncé en octobre une
"liste restreinte" de quatre consortiums toujours en course sur les 21 groupes ou consortiums intéressés au départ.
Initialement, la marine ne devait sélectionner que trois finalistes.
Il semblerait que Naval Group ait été finalement rajouté in extremis. Cette liste restreinte ne comprend que des groupes navals européens qui se sont associés à un partenaire brésilien : Águas Azuis (ThyssenKrupp Marine Systems et Embraer), Damen et Saab Tamandaré, FLV (Fincantieri et Vard), et, enfin, Villegagnon (Naval Group et Enseada), qui propose une corvette Gowind de 3.200
tonnes.


En outre, Fincantieri pourrait bénéficier du réchauffement des
relations entre le Brésil et l'Italie : en décembre 2010, seule l'intransigeance italienne à exiger l'extradition de Cesare Battisti avait amené le président brésilien de l'époque Luiz Inácio Lula da Silva, dit Lula, à annuler la commande du siècle (cinq FREMM, cinq OPV et un ravitailleur) qu'il s'apprêtait
à signifier à Fincantieri. Avec la signature de l'acte d'extradition de Cesare Battisti par l'ancien président Michel Temer le 14 décembre dernier, et l'arrestation de l'Italien en Bolivie peu après, l'affaire semble en voie de règlement entre le président
Jair Bolsonaro et le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini
et pourrait être un élément décisif du gouvernement brésilien en faveur du chantier italien pour le projet de quatre corvettes nationales Tamandaré.


En Egypte, Fincantieri pourrait torpiller Naval Group


Alors que Naval Group pourrait laisser le champ libre à Fincantieri au
Pérou, les Italiens se sont bien gardés de rendre la politesse aux Français en Egypte : sollicité par Le Caire, qui cherche des chantiers avec du crédit, Fincantieri n'a pas hésité à
répondre à cette demande. Loin d'être gêné ou d'en informer son partenaire, le chantier naval italien a proposé, explique-t-on à La tribune, une frégate FREMM (la tête de série, la Bergamini)
ainsi que deux corvettes de type Qatar, lesquelles ont été vendues 800 millions d'euros l'unité, hors armement. L'accompagnement financier de l'opération est complet : crédit couvrant toute l'opération avec des garanties de restitution d'acomptes au crédit acheteur, un moratoire de paiements et des étalements de
remboursement. Autant de facilités que l'Allemagne est prête également à donner au Caire mais que les autorités françaises, frileuses financièrement envers les Égyptiens, ne voulaient pas
faire.


Pour mémoire,la France propose la vente de deux dernières Gowind 2500 à la marine égyptienne, qui en avait acheté quatre en 2014 plus une frégate
FREMM. L'industrie navale espère toujours le déblocage de la commande de deux Gowind 2500 voire d'une FREMM à l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron (27-29 janvier). L'attitude de
Fincantieri dans ce pays illustre parfaitement la façon de procéder
du chantier naval italien qui ne joue absolument pas le jeu de la
coopération.


En Roumanie, Fincantieri oeuvre en coulisse contre Naval Group


Si Naval Group a déjà fort à faire en Roumanie pour contrer Damen, le
nouveau favori de Bucarest, Fincantieri, déjà présent sur deux sites roumains, travaille lui aussi en coulisse pour faire avancer son offre. Et uniquement son offre qui est pourtant arrivée
en dernière position sur le plan financier. Le chantier italien a
noué un réseau qui a des liens avec l'un des hommes les plus puissants de Roumanie, le président social-démocrate de la Chambre des députés Liviu Dragnea, ainsi que les services roumains. Selon
la presse roumaine, Liviu Dragnea, condamné en juin dernier à trois
ans et demi de prison pour abus de pouvoir, ne serait pas insensible
aux arguments de Fincantieri.


Damen, pourtant favori depuis le début, n'a pas vu venir le retour de
Fincantieri. Associé au chantier roumain Galati, et opérant le chantier de Mangalia comme actionnaire minoritaire, le chantier néerlandais semble pourtant distancé en raison des accusations de
corruption qui pèsent sur lui et qui ont émaillé les articles de presse roumaine depuis novembre. Pour l'heure, Bucarest n'a fait que suspendre l'appel d'offres qui avait été pourtant gagné par
Naval Group.


Aux Emirats, Fincantieri insiste pour faire dérailler Naval Group


Aux Emirats Arabes Unis (EAU), où l'homme fort, MBZ, a donné sa
préférence aux deux Gowind Combat de Naval Group, Fincantieri comme
Damen jouent le pourrissement des négociations, effectivement très
dures entre Emiriens et Français. Les Italiens proposent une corvette et deux patrouilleurs dans le cadre d'une société commune locale. Si Damen n'y a vendu que des coques civiles et tente par le biais de Thales Nederland de troubler le jeu français, Fincantieri
est implanté dans ce pays du Golfe. Il avait remporté un contrat de corvette (dite Abu Dhabi) en 2009, et deux patrouilleurs Falaj-2 en 2010 et a créé une société commune Eithad Ship Building (ESB) avec le groupe Al Fattan ship Industry. Il garde l'ambition
d'obtenir une commande additionnelle des bâtiments déjà vendus.


Les Emirats arabes unis (EAU) ont annoncé en novembre 2017 vouloir
acquérir deux corvettes Gowind, construites par Naval Group en
partenariat avec la société émirienne, Abu Dhabi Ship Building Company (ADSB). Ce projet d'acquisition est assorti d'une option pour deux bâtiments supplémentaires, selon Naval Group. Au dernier jour de sa visite présidentielle dans ce pays du Golfe allié de la
France, le Chef de l'Etat Emmanuel Macron avait fait cette annonce lors d'une conférence de presse, après une série d'entretiens avec le prince héritier d'Abu Dhabi et commandant en chef adjoint des forces armées des Emirats, Mohammed ben Zayed al-Nahyane.


En Arabie Saoudite, Fincantieri concurrence Naval Group


Enfin, en Arabie saoudite, un pays où Naval Group a exporté les frégates Sawari I et II et les modernise actuellement. De son côté, le groupe italien n'a jamais rien vendu mais il tente de prendre pied en proposant depuis octobre 2016 à la Marine saoudienne le même paquet naval que celui qu'il avait vendu au Qatar peu
avant...Le chantier italien profite également de l'intérêt saoudien pour le bâtiment de projection Kalaat Beni Abbès, vendu par Fincantieri en Algérie en 2011... En conséquence, les Italiens
ne jouent jusqu'ici pas vraiment le jeu de l'alliance sur ces différents dossiers. Ce qui n'est pas le cas de Naval Group, qui est prêt à sacrifier certaines campagnes commerciales au profit d'une alliance bancale. Pourquoi ?


Explosion à Paris : "Je n’ai même pas le droit à une indemnisation pour m’acheter le strict nécessai

Explosion à Paris : "Je n’ai même pas le droit à une indemnisation
pour m’acheter le strict nécessaire"http://www.via214.net/



Publié le 16/01/2019 à 07:35 La Rédaction Via214




Quatre jours après l'explosion,
habitants et commerçants autour de la rue de Trévise sont à bout. Seize immeubles seraient très fragilisés et dangereux. Lundi soir, lors d'une réunion organisée par la municipalité dans un café, des habitants ont témoigné de leur inquiétude.



L’image semble venir d’un pays en guerre. Mais les bâtiments dévastés de
la rue de Trévise témoignent qu’un épouvantable accident peut avoir lieu dans un pays "tranquille". Quatre jours après l’explosion du samedi 12 janvier, l’enquête s’oriente vers une fuite de gaz dans le restaurant du rez-de-chaussée, au numéro 6 de la rue. La première hypothèse d’un défaut dans l’installation de la boulangerie Hubert, totalement détruite, a été abandonnée
quand on a appris que ses équipements étaient électriques. Mais le souffle a été tel qu’il faudra des mois pour reconstituer ce qui s’est passé. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris et confiée à la direction régionale de la police judiciaire.


Seule certitude, le quartier aura besoin de temps pour se remettre. Les
habitants racontent les dix minutes qui ont séparé l’arrivée des pompiers, pour "une forte odeur de gaz", de l’explosion. L’onde de choc a retourné des voitures, soufflé des vitres, arraché fenêtres et portes, dévasté des magasins et, surtout, atteint jusqu’aux structures de certains immeubles. Les visites d’inspection des architectes de la préfecture de Paris ont débouché sur une série d’arrêtés de péril, avec interdiction temporaire d’habiter et même parfois de seulement d’entrer dans de nombreux bâtiments.


"Les désordres structurels interdisent d’y pénétrer", explique Colombe Brossel, adjointe en charge de la sécurité et de la prévention. Delphine Bürkli, maire LR du IXe arrondissement, estimait mardi à seize le nombre de ces immeubles très fragilisés et dangereux. Rue de Trévise, rue Sainte-Cécile, rue de Montyon,
rue Bergère… Un quartier. Les expertises devront déterminer si certains immeubles ne doivent pas être démolis et reconstruits.


"Je ne suis pas qu’un contrat !"


Parmi les bâtiments touchés, de nombreux hôtels. L’Ibis et le Mercure
situés en face de la boulangerie n’ont plus une seule fenêtre. Le groupe Accor, propriétaire des enseignes, a proposé à la ville 100 chambres pour les relogements temporaires des habitants et
le Mercure de la rue de Montyon pour installer un premier QG opérationnel. La mairie leur donne acte qu’"ils
ont été très bien"
.


Mais pour les habitants, ces efforts ne font pas sens. Ils sont en vie,
certes, mais en chemise. Lundi soir, lors d’une réunion improvisée par la municipalité dans un café pour informer les commerçants, une habitante craque, en colère contre les assureurs : "Je me suis retrouvée dans la rue avec mon enfant terrorisé, en pyjama et en chaussons. Impossible de récupérer des vêtements, je n’ai même pas le droit à une indemnisation pour m’acheter le strict nécessaire. C’est un traitement malhonnête et humiliant de la
part des assurances. Je ne suis pas qu’un contrat !"


Voulant s’adresser aux commerçants, Stéphane Pénet, directeur de la
Fédération nationale des assurances, donne involontairement raison à cette mère excédée."Si vous avez pris la garantie de perte d’exploitation, elle vous couvre pour une perte d’activité liée au temps de réparation de votre dommage",jargonne-t-il. Certains commerçants découvrent. "En général,poursuit l’assureur décidément délicat,les gens ne la souscrivent pas car elle est très chère."


Le café est bondé, Olivia Polski, adjointe à la maire de Paris en
charge du commerce, est montée sur un guéridon pour se faire entendre. Delphine Bürkli, maire de l’arrondissement, prend la suite sur le piédestal. Les gens qui sont là témoignent tous qu’ils sont sortis de l’appartement, du bureau, du magasin, sans rien. Ils veulent savoir quand ils pourront rentrer chez eux, "même
cinq minutes…"
Les deux élues répondent invariablement qu’elles n’en savent rien, qu’elles ne décident pas. Elles ne parviennent pas à faire passer
la notion de péril."Même les pompiers ne peuvent pas entrer", tente Delphine Bürkli.


"L’explosion a dégondé toutes les portes"


Les élus, le président de la Chambre de commerce, tous promettent aux
sinistrés une prise en charge. Mais certains en doutent. Une habitante du 8, rue de Trévise prend la parole : "Je suis dans une situation où on me dit qu’on ne sait pas si mes nuits à l’hôtel seront prolongées. Tout le monde se renvoie la balle."


Entendant que le 16, rue Sainte-Cécile va faire l’objet d’un arrêté de
péril, une dame tombe en larmes dans les bras de son fils. Au 6, rue de Trévise, tous les habitants ont été évacués. Certains sont à l’hôtel, d’autres logés chez des proches. "Nous n’avons pas du tout pu retourner chez nous, explique Claire Sallavuard, l’une d’entre eux.On ne nous a rien dit sur l’état de notre immeuble". Elle campe dans un"appartement prêté par la famille".Ce qui est arrivé, elle le raconte avec une intensité de film
:"J’étais chez moi, au troisième étage avec mes deux enfants. L’explosion a dégondé toutes les portes à l’intérieur et la porte d’entrée
blindée a carrément sauté. Elle était en travers du couloir, elle nous barrait le chemin. On est passé en dessous pour sortir."


Quatre personnes, dont deux pompiers sont mortes. Cinquante ont été blessées dont neuf grièvement, les questions restent entières.




Traité d'Aix-la-Chapelle: non, la France ne va pas céder l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne

Traité d'Aix-la-Chapelle: non, la France ne va pas céder l'Alsace et la
Lorraine à l'Allemagnehttp://www.via214.net/


Publié le 16/01/2019 à 06:55 La Rédaction Via214



De fausses informations lancées par des proches de Debout la France et
reprises par des gilets jaunes circulent sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Ils rapportent, à tort, qu'Emmanuel Macron va céder l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne.


Après le pacte de Marrakech censé "vendre la France à l'ONU", des groupes de gilets jaunes relaient une information selon laquelle la France s'apprêterait à signer un traité
franco-allemand visant à "rendre l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne". Une fake news relayée depuis lundi par un eurodéputé Debout la France, ainsi qu'une autre personnalité
d'extrême-droite, Christine Tasin.


"La réalité est terrifiante, tragique", gronde sur son site
celle qui a été tête de liste de Debout la France en 2009, et a cessé d'adhérer au parti en 2012. "Macron va réaliser le rêve d’Hitler avec une France soumise à l’Allemagne et découpée pour agrandir l’Allemagne", ajoute-t-elle.


"C'est évidemment faux" réagit l'Elysée


Cette fausse information se base sur le fait qu'Emmanuel Macron et Angela Merkel s'apprêtent à signer, le 22 janvier prochain à Aix-la-Chapelle, un nouveau traité de coopération et d'intégration franco-allemand censé "renforcer les liens" entre les deux pays. Mais ce traité n'envisage à aucun moment de cession territoriale de la France à l'Allemagne. Il prévoit en réalité un simple renforcement de la coopération sur l'économie, la défense ou encore la possibilité de "projet
transfrontaliers".


Parmi les 28 articles du traité d'Aix-la-Chapelle déjà consultable sur le site Contexte, aucun
ne stipule que ces départements repasseront sous gestion allemande. "C’est évidemment faux", confirme l'Élysée à nos confrères de 20 minutes. "Ce traité crée des outils, il ne change pas en lui-même nos lois et
respecte par définition notre Constitution", ajoute la présidence.


Pourtant sur les groupes Facebook de gilets jaunes, des publications indignées reprennent les contenus de ces personnalités publiques. Ces vidéos et ces textes sont partagés, likés et
commentés plusieurs dizaines de fois. Des membres du groupe s'offensent du traité qui s'apprête à être signé le
22 janvier. Un certain nombre de gilets jaunes, aguerris depuis l'épisode du pacte de Marrakech, qui était aussi devenu l'objet de fake news, parvient néanmoins à déjouer la fausse information.


Dupont-Aignan "hostile" au traité


La rumeur est en fait issue d'une vidéo publiée vendredi dernier par le député européen Bernard Monot,ancien Front National désormais encarté à Debout la France. Dans
sa vidéo intitulée Le Traité d'Aix-la-Chapelle: nouvelle trahison de la nation, l'eurodéputé développe des théories souverainistes. Bernard
Monot accuse aussi Emmanuel Macron de vouloir "livrer l'Alsace et la Lorraine à une puissance étrangère".


"Évidemment, comme pour le Pacte de Marrakech, les Français n’ont jamais
entendu parler du traité d’Aix-la-Chapelle à la télévision (...) pendant que dans notre dos Macron prépare un nouveau putsch contre la France", vitupère le député européen avant de
poursuivre:


"Pour Emmanuel Macron, l’Allemagne n’est en fait qu’un prétexte pour
faire plier ce peuple français qu’il déteste, un prétexte pour
effacer, plus rapidement, la France et son identité."


Contacté par BFMTV.com, l'entourage de Nicolas Dupont-Aignan botte en
touche concernant la diffusion de fausses informations par un membre du parti mais précise que le président de Debout la France est "hostile" au traité d'Aix-la-Chapelle, qui selon lui,
"brade à l'Allemagne le libre-arbitre de la France, notamment concernant notre siège au Conseil de sécurité de l'ONU
et notre dissuasion nucléaire".


Nouvelles révélations sur la façon dont Carlos Ghosn gâtait son entourage avec l'argent de Nissan

Nouvelles révélations sur la façon dont Carlos Ghosn gâtait son entourage
avec l'argent de Nissanhttp://www.via214.net/



Publié le 16/01/2019 à 05:58 La
Rédaction Via214



Les révélations se poursuivent autour du patron de Renault et de
Nissan. Rémunérations injustifiées à des membres de sa famille, adhésion à un yacht-club, travaux pris en charge d'une luxueuse villa... Les Echos révèlent différents exemples qui montrent que
Carlos Ghosn aurait largement contourné les règles de déontologie chez le constructeur japonais.


En détention depuis le 19 novembre dernier, Carlos Ghosn voit les
charges s'accumuler contre lui. Si la justice japonaise est pour le
moment restée assez discrète, des éléments liés à l'enquête interne lancée par Nissan,à l'origine de l'arrestation du dirigeant, continuent de sortir dans la presse.


Rémunération injustifiée de 660.000 euros à sa soeur


Les Echos ont ainsi eu accès à des éléments accablants, montrant comment Carlos Ghosn aurait largement contourné les règles de déontologie chez le
constructeur japonais.


Premier exemple cité par le quotidien économique: l'embauche en 2003
de Claudine Oliveira, soeur de Carlos Ghosn vivant au Brésil, en tant que membre d'un "Conseil Global des Donations". Surprenant pour un courrier adressé à un membre de sa famille
proche, la lettre lui confirmant son recrutement, et alors signée de
celui qui est PDG de Nissan depuis deux ans seulement, démarre
par un étrange "Dear Sir" ("Cher monsieur") et conclut par une formule de politesse très classique, "Yours
Faithfully". Au total, la rémunération perçue par Claudine Oliveira entre 2003 et 2016 est estimée à 755.000 dollars, soit 660.000 euros et aucun document ne prouverait qu'elle ait exercé une
activité réelle, a confié un proche de l'enquête auxEchos.


Au-delà de cette rémunération, un bonus accordé à Claudine Oliveira se
révèle également suspect. Le mémo lui confirmant cette prime est surmonté d'une note de Carlos Ghosn: "Ok pour 30.000 dollars. Cette année!", quelques jours avant le versement de la somme.


Une maison à Beyrouth et un appartement à Rio


Carlos Ghosn aurait notamment profité de structures opaques créées aux
Pays-Bas dans le cadre de l'Alliance Renault-Nissan ou comme des filiales de l'entreprise japonaise. Le quotidien Les Echosévoque ainsi une facture de 63.164 dollars (55.000 euros) réclamée par le yacht-club de Rio de Janeiro à un employé de Nissan en 2014.


Nissan aurait également pris en charge l'achat d'une maison à Beyrouth
(Liban) et sa rénovation pour un coût de 16,7 millions de dollars (14,6 millions d'euros) et un appartement à Rio (Brésil) pour 5,8 millions de dollars (5,07 millions d'euros).


Le patron de Nissan toujours choqué


Si ces éléments devront bien sûr être examinés par la justice, ils peuvent expliquer l'attitude du patron de Nissan, Hiroto Saikawa, qui s'était exprimé de manière très dure dès l'arrestation de Carlos Ghosn. Dabs une interview publiée ce lundi par Les Echos, il a d'ailleurs rappelé avoir été choqué par les révélations de l'enquête.


"Ce que suggère l'enquête interne, c'est que nous avons affaire à des
manipulations et à des dissimulations intentionnelles", a notamment déclaré Hiroto Saikawa, soulignant que Renault, qui a pour le moment laissé à Carlos Ghosn son poste de PDG contrairement
à Nissan et Mitsubishi, prendra la même décision:


"Il y a des comportements qui ne sont pas acceptables pour un dirigeant
si bien qu'il était de notre devoir de mettre fin à ses fonctions. Tout ce que je souhaite, c'est que les administrateurs de Renault aient eux aussi accès au dossier complet, aux faits. Je pense que, lorsque ce sera le cas, ils tireront la même conclusion
que nous".




Disparition d'un Mirage 2000: La boîte noire de l'avion a été retrouvée

Disparition d'un Mirage 2000: La boîte noire de l'avion a été retrouvéehttp://www.via214.net/



Publié le 15/01/2019 à 07:09 La Rédaction Via214




ACCIDENTLes deux pilotes ont été tués dans le crash de leur aéronef, alors qu'ils s'exerçaient au vol à basse altitude dans les montagnes du
Jura...




Il va pouvoir fournir des réponses après l’accident. La boîte noire
de l’avion de chasse Mirage 2000D, qui s'est écrasé la semaine dernière dans le Jura, tuant ses deux membres d’équipage, a été retrouvée, a-t-on appris ce lundi auprès du procureur de la République de Metz.


" La
boîte noire a été découverte vendredi en fin de journée ",
a indiqué à l’AFP le procureur de la République à Metz, 
Christian Mercuri, confirmant une information du journal L’Est
Républicain
.
Cette découverte doit servir à déterminer les causes de
l’accident. " La boîte noire sera transmise pour analyse à
la Direction générale de l’armement ", a-t-il expliqué au
quotidien.



Deux
militaires aguerris



Mercredi,
l’appareil avait disparu des écrans radar vers 11 heures alors
qu’il effectuait un vol d’entraînement à basse altitude
au-dessus du massif jurassien. Des opérations de recherche à
Mignovillard (Jura), menées dans des conditions difficiles liées
aux chutes de neige, avaient permis de retrouver des débris
d’aéronef, puis de découvrir jeudi des fragments humains appartenant aux deux membres d'équipage. 



Pilote
de combat, le capitaine Chirié totalisait 24 missions de guerre et
940 heures de vol, selon l’armée de l’Air. Sous-chef
navigatrice, la lieutenant Michelon totalisait 97 missions de guerre
et 1.250 heures de vol. Une enquête pour " recherche des
causes de l’accident " a été ouverte par le parquet de
Metz, compétent pour les affaires militaires dans le Grand Est.

Melania Trump montre la neige tombée sur la Maison-Blanche

Melania Trump montre la neige tombée sur la Maison-Blanchehttp://www.via214.net/


Publié le 15/01/2019 à 06:33 La Rédaction Via214



Melania Trump a partagé sur Twitter deux images montrant la neige qui est
tombée sur Washington, que Donald Trump aurait "espéré montrer" à ses abonnés.


Il suffisait de... partager des photos. Dimanche,Donald Trump a évoqué la beauté de la neige qui est tombée sur Washington à cause de la tempête de neige Gia, déplorant de ne pas pouvoir la montrer à ses quelque 57 millions d'abonnés : "J'aurais aimé pouvoir partager avec tous la beauté et la majesté d'être à la Maison-Blanche et de regarder les pelouses et le Rose Garden sous la neige. C'est vraiment quelque chose - PAYS A PART, ENDROIT A PART!


Une vision qu'il aurait simplement pu partager en... publiant des photos.
Ce que son épouse Melania Trump a,
elle, fait : elle a posté six minutes plus tard deux images prises depuis le Balcon Truman, ajoutant des émoticones de flocons de neige. Il s'agissait du premier tweet de la First Lady depuis le 1er janvier, lorsqu'elle avait partagé un selfie avec un filtre étoilé
pour souhaiter à ses abonnés une bonne année 2019.



Melania Trump @FLOTUS



@WhiteHouse



Sous les tweets de Donald et Melania Trump, de nombreux internautes ont
répondu en évoquant le "shutdown", fermeture partielle des administrations fédérales, devenu le plus long de l'histoire. Le président américain, qui refuse de promulguer toute loi
budgétaire qui ne compterait pas un budget de 5,7 milliards de dollars pour bâtir le mur qu'il souhaite le long de la frontière avec le Mexique, campe sur ses positions. Les élus démocrates,
majoritaires à la Chambre des représentants depuis le 3 janvier
dernier, restent également fidèles à leurs convictions. Quelque 800 000 fonctionnaires fédéraux ne sont pas payés depuis 23 jours.


Après l'extradition de Cesare Battisti, Salvini se tourne vers Macron

Après l'extradition de Cesare Battisti, Salvini se tourne vers Macronhttp://www.via214.net/



Publié le 15/01/2019 à 05:55 La
Rédaction Via214



Alors que Cesare Battisti, ex-activiste d'extrême gauche condamné pour sa participation à 4 meurtres et expulsé de Bolivie, est arrivé ce lundi 14 janvier en Italie pour y purger une peine de réclusion à perpétuité, Matteo Salvini compte écrire une lettre à Emmanuel Macron pour réclamer à la France l’extradition de 30 autres
anciens terroristes.




La cavale de Cesare Battisti a
pris fin ce lundi 14 janvier lorsque l’avion des services secrets italiens a atterri à l’aéroport militaire de Ciampino, dans la banlieue de Rome. Entouré par sept agents, l’ex-terroriste des Prolétaires armés pour le communisme (Pac) a traversé la piste gardée par une autre dizaine d’agents armés de mitraillettes. Après avoir été identifié dans les bureaux de l’immigration,
Cesare Battisti a immédiatement été transféré dans la prison de haute sécurité d’Oristano (Sardaigne) où il sera placé à l’isolement le jour pendant six mois. Selon le parquet milanais en
charge du dossier, l’ex-terroriste condamné à perpétuité pour quatre meurtres dont celui d’un agent et d’un bijoutier, ne bénéficiera d’aucune remise de peine.


" La fête est finie pour les délinquants. A présent, nous attendons qu’ Emmanuel Macron nous rende les délinquants qui se sont réfugiés en France pour échapper
à la justice italienne, la capture de Cesare Battisti est seulement
un début
", a réagi le patron de la Ligue, Matteo Salvini, qui cumule aussi les casquettes de ministre de l’Intérieur et de vice-président du
Conseil. L’idée de l’homme fort du gouvernement italien, qui a le soutien du président de la République Sergio Mattarella, est d’envoyer une lettre à Emmanuel Macron pour réclamer
l’extradition des 30 anciens terroristes qui se sont réfugiés de l’autre coté des Alpes à la fin des années de plomb, selon les calculs du Centre italien de recherche sécurité et terrorisme
(CRST).


"LE PROBLÈME RISQUE DE SE POSER MAINTENANT POUR LA FRANCE"

A commencer par Giorgio Pietrostefani, condamné pour l’assassinat en 1972 du commissaire Luigi Calabresi, ou les ex-membres des Brigades rouges Simonetta Giorgieri, Carla Vendetti et Sergio Tornaghi. Ou
encore Narciso Manenti, condamné à perpétuité pour le meurtre d’un carabinier, toujours durant les années de plomb, que Matteo Salvini promet d’aller chercher à Paris. "Leproblème risque de se poser maintenant pour la France puisque le gouvernement italien va réclamer l’expulsion des ex-terroristes installés en France et protégés par la doctrine Mitterrand,estime le journaliste Alessandro Farrugia.Cela risque d’envenimer ultérieurement les relations bilatérales qui ne sont pas terribles. L’affaire Battisti nous apprend que la
situation a changé : Rome n’a pas l’intention d’en rester là,
l’arrestation de Cesare Battisti marque un tournant important sur le plan historique et politique
".
Le gouvernement italien veut aussi interpeller la Suisse, l’Argentine, le Pérou, le Nicaragua et le Royaume-Uni, qui ont accueilli six ex-terroristes également condamnés pour association subversive ou crimes de sang.


En Italie, l’arrestation de Cesare Battisti a été saluée unanimement par la classe politique, toutes tendances confondues, choquée par le fait que l’ex-terroriste, qui se dit innocent,
n’ait jamais exprimé aucun remord. "La justice a finalement suivi son cours "a réagi Maurizio Martina,
secrétaire national du parti démocrate."Un chapitre honteux de l’histoire récente de l’Italie est clos",
a déclaré pour sa part Maria Elisabetta Alberti Casellati, présidente du Sénat et membre de Forza Italia. Après l’arrestation de l’ancien membre des Pac, la justice italienne a ouvert un
nouveau volet sur sa cavale pour identifier les personnes qui l’ont
aidé à s’enfuir il y a quarante ans, d’abord en France puis en
Amérique Latine.


Explosion rue de Trévise à Paris : il est "trop tôt pour identifier la cause de cet accident", selon

Explosion rue de Trévise à Paris : il est "trop tôt pour identifier la
cause de cet accident", selon GRDFhttp://www.via214.net/



Publié le 14/01/2019 à 07:52 La Rédaction Via214



EXPLOSION - Au lendemain de la très forte explosion survenue dans une
boulangerie du 9e arrondissement de la capitale, les secours ont découvert une 4e personne sans vie dans les décombres. Les experts cherchent désormais à évaluer le risque d'effondrement des
immeubles touchés. Au total, le drame a fait 4 morts dont 2 pompiers, une touriste espagnole et, vraisemblablement, une habitante
de l'immeuble.


La déflagration a fait des dégâts dans 4 rues tant l'onde de choc
était violente. Une très forte explosion a eu lieu dans une boulangerie du 9e arrondissement de la capitale samedi en début de matinée. Les pompiers intervenaient sur une fuite de gaz quand la déflagration s'est produite. Le bilan humain est très lourd : 2 pompiers ont été tués ainsi qu'une touriste
espagnole. Une quatrième victime a été retrouvée morte dans les décombres ce dimanche. Les pompiers recherchaient une femme, habitante de l'immeuble et signalée manquante.


Une centaine de personnes ont été évacuées des immeubles et hôtels
adjacents le temps pour les secours et les experts d'évaluer le risque d'effondrement. Une cellule de crise a été activée à la mairie du IXe arrondissement ainsi qu'au Quai d'Orsay.


L'hypothèse d'une explosion due au gaz est la plus vraisemblable mais l'enquête ne fait que commencer. Elle devra déterminer les causes de cette
fuite. Suivez les dernières informations dans notre live ci dessous.




Emmanuel Macron: ce moment embarrassant lors de la galette des rois de l'Elysée

Emmanuel Macron: ce moment embarrassant lors de la galette des rois de l'Elyséehttp://www.via214.net/



Publié le 14/01/2019 à 07:20 La Rédaction Via214



Emmanuel Macron et Brigitte Macron fêtent l'Épiphanie avec la traditionnelle Galette des rois à l'Elysée

Grand débat national: L'opposition tacle Macron sur sa lettre aux Français

Grand débat national: L'opposition tacle Macron sur sa lettre aux Françaishttp://www.via214.net/



Publié le 14/01/2019 à 06:10 La Rédaction Via214



Réactions Les adversaire politiques du président ont surtout critiqué les " lignées rouges " tracées par Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français, concernant notamment la suppression de l'ISF...


Emmanuel Macron promet de tirer " toutes les conclusions " du grand débat national qui sera lancé mardi. Dans une lettre aux Français rendue publique dimanche, le chef de l’Etat pose une trentaine de questions destinées à
encadrer la consultation et annonce qu’il " rendra des comptes directement dans le mois qui suivra la fin du débat ". Mais tout en assurant qu’il n’y aura " pas de questions interdites ", il trace des " lignes rouges ", excluant notamment de revenir sur les réformes votées sur la fiscalité sur le patrimoine et la suppression de l’ISF, des propos qui ont vivement fait réagit la classe politique dimanche.


" On ne convoque pas tous les Français à un débat en leur interdisant
de parler par exemple de l’ISF, a lancé sur Twitter le premier secrétaire du PS Olivier Faure. Les conclusions doivent être celles des Français, pas celles déjà prévues par le président de la République ".


" Pas de questions interdites mais pas touche aux mesures économiques et
fiscales, a raillé le député LFI Eric Coquerel. Pour le reste les questions énumérées par Emmanuel Macron renseignant sur les décisions qu'il annoncera seul. Le peuple peut débattre, Jupiter tranchera ".


" Se sortir d'une mauvaise passe, mais pas répondre aux Français "


Benoît Hamon a estimé que la lettre " déçoit car elle est faible, prévisible, sans souffle ni vision. Elle confirme nos inquiétudes. Le président de la République cherche par cette lettre à se sortir d'une mauvaise passe, mais pas à répondre aux Français ", a jugé le chef de file de Générations.


" Il n'est à aucun moment question de " pouvoir d'achat " dans ce courrier aux Français ", a regretté Fabien Roussel,
secrétaire national du PCF, a notamment qu'il n'y a " rien non plus sur l'évasion fiscale et les moyens de lutter contre la financierisation de l'économie ". " Nous ne voulons pas
que ce débat soit l'occasion d'éviter de répondre aux questions de justice fiscale et de justice sociale qui posent les Français depuis des mois. Il doit encore moins servir à cautionner des politiques d'austérité encore plus sévères ".


" Des questions souvent fermées et orientées "


A la droite de la droite, Nicolas Dupont-Aignan pense qu' "avec sa #Lettre Aux Français, @Emmanuel Macron ne cherche qu'à gagner du temps. Le seul #GrandDébat c'est un #Référendum sur des questions concrètes. Assez de bla bla bla " ! a jugé le président
de Débout la France.


Florian Philippot, président des Patriotes, a dénoncé une lettre aux
Français extrêmement longue, illisible, et surtout des questions souvent fermées, orientées, des sujets fondamentaux absents, rien
sur l'UE !... "



Florian Philippot@f philippot


#LettreAuxFrançais: extrêmement longue, illisible, et surtout des questions souvent fermées, orientées, des sujets fondamentaux absents, rien sur l’UE !...




11:07
- 13 janv. 2019


" Un président qui va rendre des comptes "


Côté LERM, le porte-parole des députés de la majorité Olivia Gregoire a
au contraire salué " une lettre aux Français dans laquelle je reconnais totalement Emmanuel Macron : un président qui pose de vrais enjeux sur la table (économie, social), un président qui ouvre toutes les questions, notamment celles attendues (citoyenneté), un président qui va rendre compte ".


Frédéric Lefevre, vice-président du parti Agir, a encensé pour sa part " un
débat ouvert et sans aucun tabou proposé au peuple par Emmanuel
Macron dans une longue et sincère Lettre aux Français ".





Israël affirme avoir localisé tous les tunnels du Hezbollah libanais

Israël affirme avoir localisé tous les tunnels du Hezbollah libanaishttp://www.via214.net/



Publié le 13/01/2019 à 11:06 La Rédaction Via214



L'armée israélienne a affirmé dimanche avoir découvert la totalité des
tunnels creusés par le Hezbollah libanais dans le but, selon elle,
de mener des infiltrations sur son sol, et annoncé une fin prochaine de l'opération lancée début décembre.




"Nous avons trouvé un autre tunnel d'attaque du Hezbollah (le 6e, ndlr)
sous la frontière entre le Liban et Israël", a affirmé à des journalistes le lieutenant colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l'armée. "Selon notre évaluation, il n'y a plus d'autre tunnel
transfrontalier", a-t-il ajouté.


L'entrée du dernier tunnel localisé se trouve dans le village libanais de
Ramyeh situé à 800 mètres du territoire israélien.


S'étendant sur plusieurs dizaines de mètres en Israël et creusé à 55 mètres
sous terre, il s'agit du tunnel le plus profond, "le plus long et le plus complet" des six tunnels découverts par l'armée, a ajouté le porte-parole.


L'armée israélienne a lancé le 4 décembre une opération anti-tunnels à
la frontière libanaise surnommée "Bouclier du nord".


Les tunnels devaient servir au Hezbollah à enlever ou assassiner des
soldats ou des civils israéliens, et à s'emparer d'une frange du territoire israélien en cas d'hostilités, selon Israël.


"Nous avons atteint notre objectif que nous nous étions fixés au début",
qui était de découvrir et de détruire les tunnels, a dit M. Conricus, précisant que le dernier tunnel découvert serait détruit dans les prochains jours.


Le porte-parole a indiqué que l'armée continuait de surveiller des
"installations" creusées par le Hezbollah en territoire libanais.


Il a également réaffirmé qu'Israël tenait le gouvernement libanais
pour responsable "de tout acte de violence ou de toute violation de la résolution 1701 de l'ONU" qui avait mis fin la guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah.




Carla Bruni dévoile une silhouette de rêve en shooting

Carla Bruni dévoile une silhouette de rêve en shootinghttp://www.via214.net/



Publié le 13/01/2019 à 10:39 La Rédaction Via214




Quand on a fait partie des Supermodels, cette génération de top models devenus d'immenses stars dans les 1990, on ne prend jamais tout à fait sa retraite. Carla Bruni, comme ses amies de l'époque, est toujours sollicitée par la mode et ceux qui la font.


Carla Bruni a coutume de dire que le métier de mannequin s'est arrêté tout
naturellement lorsqu'elle a eu 30 ans. Mais à l'instar de Claudia Schiffer, Cindy Crowford ou encore Christy Turlington, elle fait partie de cette génération unique des Supermodels qui a
marqué durablement la mode et la pop culture. En 2018, les années 1990 ont fait un come-back retentissant dans la mode et avec elles, leurs plus célèbres ambassadrices.


À 51 ans, Carla Bruni continue de fasciner la mode et ceux qui la font.
La preuve avec ses retrouvailles avec le photographe Gilles Bensimon. L'épouse de Nicolas Sarkozy a posté sur Instagram trois images de leur rencontre dans un studio. C'est Carla qui tient l'appareil et Gilles Bensimon la guitare. La
chanteuse affiche une silhouette incroyable sur ces images. L'intéressée expliquait dansThé ou Cafésa chance d'avoir un appétit d'oiseau: "Je mange beaucoup de fois par jour, peut-être cinq ou six fois, et de très petites choses à chaque fois. Je n'ai jamais vraiment faim.(...) Ce qu'il faut, à mon avis, c'est manger peu. Je n'ai jamais vu d'autre solution pour être mince."


En légende de son post Instagram, Carla partage sa joie d'être en si
bonne compagnie : "Quel plaisir de retrouver mon ami pour une journée de photos." La star ne donne pas plus d'indication. En revanche, sur son propre compte Instagram, Gilles Bensimon tag l'édition
italienne du magazine ELLE et
Antonella Antonelli, sa directrice de la création, en charge de l'image et du positionnement Mode. Parions que Carla sera prochainement à l'honneur du ELLE italien.


Cette semaine, la griffe Dolce & Gabbana a dévoilé sa large campagne pour la collection printemps-été 2019. L'un des visuels, pris sur le vif lors défilé auquel elle participait, nous montre Carla Bruni en compagnie d'autres légendes des podiums : Eva Herzigova et Helena Christensen.



En 2017, Carla Bruni avait accepté de défiler en hommage à Gianni Versace pour
le 20e anniversaire de sa mort. Donatella Versace avait pour l'occasion réuni les tops préférés de son défunt frère : Carla, Claudia Schiffer, Naomi Campbell, Cindy Crawford et Helena Christensen.




Julian Castro, le candidat latino qui veut être l’"antidote à Trump", se lance dans la course à la p

Julian Castro, le candidat latino qui veut être l’"antidote à Trump",
se lance dans la course à la présidentiellehttp://www.via214.net/



Publié le 13/01/2019 à 10:00 La Rédaction Via214



L’ancien maire de San Antonio, petit-fils d’immigrés mexicains, a annoncé sa candidature à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle américaine de 2020.




" Je suis candidat à la présidence des Etats-Unis ",a
déclaré Julian Castro, devant plusieurs centaines de partisans réunis sur la Plaza Guadalupe de San Antonio, la ville dont il est originaire, et dont il a été maire entre 2009 et 2014. Il devient
le démocrate le plus en vue à faire son entrée officielle dans la course à la présidentielle de 2020, à laquelle devraient participer des candidats divers et variés pour faire face à Donald Trump.


Sous le slogan " Une nation, un destin ", Julian Castro, qui s’est décrit comme un " antidote à Donald Trump " dans un entretien à la chaîne NBC, a affirmé son opposition au président conservateur actuel. "Nous
disons non à la construction du mur et oui à la construction de communautés "
, a-t-il lancé à la foule, alors que M. Trump demande toujours 5,7 milliards de dollars pour financer la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique, qui a provoqué la mésentente avec les démocrates et mené au " shutdown" le plus long de l'histoire du pays. Un projet qu’il estime être une " manière idiote d’utiliser nos ressources ", répétant que" nous n’avons pas besoin d’un mur ".


Agé de 44 ans, petit fils d’une femme de ménage mexicaine, M. Castro n’hésite pas à invoquer le parcours de sa famille
– " mon histoire est celle d’un immigré " – pour s’opposer à la politique de l’actuel président des
Etats-Unis. La grand-mère de Julian Castro est arrivée du Mexique à l’âge de six ans dans les années 1920, et sa propre mère, Rosie Castro, était une militante de la lutte pour les droits civiques des " Chicanos ", les Américains d’origine latino. Julian
Castro et son frère jumeau Joaquin ont tous deux étudié dans les prestigieuses universités Stanford et Harvard.


Plus jeune membre du conseil municipal de San Antonio, élu à l’âge de
26 ans en 2001, il prend ensuite la tête de la métropole texane de 1,3 million d’habitants en 2009, puis est réélu
confortablement en 2011 avec 81 % des suffrages.


Une étoile montante saluée en 2012


Il est présenté comme "l’étoile
montante du parti démocrate "
lors
de la convention de 2012 où il fait un discours remarqué commekeynote speaker, avec une aisance rappelant celle de Barack Obama, huit ans auparavant. Cet " Obama latino " devient le benjamin du
gouvernement démocrate en 2014 au poste de secrétaire d’Etat au logement et au développement urbain, jusqu’en 2017.


Son frère Joaquin, qui lui ressemble de manière troublante, suit ses pas en politique, puisqu’il a lui-même été élu comme représentant du Texas en 2003, puis à la chambre des représentants des Etats-Unis en 2013, où il est aussi un
farouche opposant à Donald Trump.



Le nom de Joaquin Castro a été évoqué pour former un ticket avec Hillary Clinton lors de la présidentielle de 2016, mais c’est finalement Tim Kaine qui a été désigné. Sa candidature pourrait raviver l’enthousiasme pour les démocrates chez les électeurs
hispaniques, qui ont soutenu Hillary Clinton, mais dans une moindre
proportion que Barack Obama. Cependant, la course s’annonce serrée puisqu’il pourrait devoir affronter plusieurs grandes figures du Parti démocrate, comme Elizabeth Warren, Joe Biden, Bernie Sanders, Kamala Harris, et
même un rival venu du Texas, Beto O’Rourke, qui s’est fait connaître en affrontant le sénateur républicain Ted Cruz. L’élue démocrate d’Hawaï au Congrès, Tulsi Gabbard, a elle annoncé
vendredi, à seulement 37 ans, qu’elle serait aussi en lice.


" Je ne suis pas le favori,admet le candidat latino sur NBC. Mais vous savez, je crois que je ne peux pas me rappeler d’un seul moment de ma vie où j’ai été le favori. "


Violente explosion rue de Trévise à Paris : "Nous avons perdu encore une fois deux des nôtres"

Violente explosion rue de Trévise à Paris : "Nous avons perdu encore une
fois deux des nôtres"http://www.via214.net/



Publié le 13/01/2019 à 09:30 La
Rédaction Via214




EXPLOSION - Au lendemain de la très forte explosion survenue dans une
boulangerie du 9e arrondissement de la capitale, une centaine d'habitants et de touristes ont été évacués. Les experts
cherchent désormais à évaluer le risque d'effondrement des immeubles touchés. 2 pompiers sont morts dans la catastrophe ainsi qu'une femme de nationalité espagnole.




La déflagration a fait des dégâts dans 4 rues tant l'onde de choc était violente. Une très forte explosion a eu lieu dans une boulangerie du 9e arrondissement
de la capitale samedi en début de matinée. Les pompiers intervenaient sur une fuite de gaz quand la déflagration s'est produite. Le bilan humain est très lourd : 2 pompiers ont été tués ainsi qu'une touriste espagnole. "Les pompiers sont dans la peine. Nous avons perdu, encore une fois, deux des nôtres",
a déclaré ce dimanche le porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris sur LCI.


Une centaine de personnes ont été évacués des immeubles et hôtels
adjacents le temps pour les secours et les experts d'évaluer le risque d'effondrement. Une cellule de crise a été activée à la mairie du IXe arrondissement ainsi qu'au Quai d'Orsay.


L'hypothèse d'une explosion due au gaz est la plus vraisemblable mais l'enquête ne fait que commencer. Elle devra déterminer les causes de cette
fuite. Suivez les dernières informations dans notre live ci dessous.




Phares laser, suspensions magnétiques... 10 innovations qui vont changer notre conduite

Phares laser, suspensions magnétiques... 10 innovations qui vont changer notre conduitehttp://www.via214.net/



Publié le 12/01/2019 à 10:54 La Rédaction Via214



De nouvelles technologies équipent les véhicules d’exception. Demain, elles seront toutes dans votre citadine.




1. Le régulateur de vitesse adaptatif


En 2004, les cabines radar automatiques se répandent. Les constructeurs trouvent la parade : le régulateur limiteur de vitesse. Aujourd’hui, il équipe 95 % des voitures neuves. Son évolution a été la
version adaptative qui maintient les distances de sécurité. Aujourd’hui, l’ACC (Active Cruise Control) lit et s’adapte aux panneaux de vitesse, et sert au Traffic Jam Assist. Ce système
anti-bouchon, mis au point par le groupe Volkswagen, permet une conduite presque autonome (garder les mains sur le volant reste cependant obligatoire), mais gère tous les arrêts-départs-arrêts
de 0 à 60 km/h.


2. Les suspensions magnétiques


Elément indispensable pour une bonne tenue de route (donc pour la sécurité),
la suspension. Depuis les années 2000, les voitures européennes sont quasiment toutes équipées de suspensions indépendantes (une triangulation de bras sur chaque roue) à l’avant et à l’arrière. L’avenir, c’est le MagneRide. Imaginé par l’équipementier Delphi et apparu pour la première fois sur les Audi TT et R8, puis sur la Corvette et maintenant sur la Mustang, l’amortisseur
s’adapte en un millième de seconde aux changements des conditions d’adhérence de la route. Le principe : un fluide magnétique piloté fait varier la fermeté de l’amortissement en fonction de
la qualité du revêtement du sol.


Classique ou rechargeable, le moteur hybride est maintenant de plus en plus
populaire : 2,9 millions de voitures électrifiées ont été vendues en 2017. Mais l’avenir de l’hybridation est le moteur électrique placé dans les roues. C’est Ferdinand Porsche qui imagina le
concept en… 1899. Outre un gain de place, le principe gagne en simplicité technique et en efficience énergétique puisqu’il est sans transmission et, de fait, limite les frottements. En 2008,
Michelin a remis au goût du jour ce système avec l’Active Wheel. Puis Ford a présenté, en 2013, une version de sa Fiesta, baptisée eWheelDrive, reprenant le principe. Mais, depuis 2016, Honda
commercialise sa sportive hybride NSX avec un moteur dans chacune des roues avant. Résultat : jusqu’à 307 km/h pour seulement 10 litres aux 100 kilomètres.


4. Les phares laser


En moins de quinze ans, l’automobile est sortie des ténèbres de l’ampoule à filament pour passer au xénon – et son effet bleuté – puis aux phares LED. La longueur du faisceau est passée de 80 à
plus de 200 mètres. Mais le xénon est cher et énergivore. Nettement plus que le nouveau haut de gamme, le full-LED, qui éclaire jusqu’à 300 mètres. Ces LED ont un autre avantage : leur faible
consommation électrique et une durée de vie prévue pour être celle de la voiture. Sauf que le futur est déjà là. Les phares laser, qui équipent aujourd’hui les Audi A8 et R8 et les BMW i8, envoient un faisceau lumineux à plus de 600 mètres, et adaptent automatiquement leur intensité et leur orientation à la circulation.


Bosch a mis au point un système prévu pour recharger les BMW i3 par induction. Il suffit que la voiture se place sur une plaque et elle se recharge. Pour un coût d’environ 4.000 euros, il est possible d’obtenir une charge de 3,2 kilowatts. Toyota et Volkswagen
travaillent aussi sur des systèmes similaires dont certains pourront
dépasser les 7 kilowatts de chargement.


6. Un petit moteur plus puissant


A terme, les douze, dix, huit, voire six cylindres, sont tous condamnés. La raison : les normes moyennes d’émission de CO2. En 2014, l’Union européenne a imposé un objectif de 95 g/km à
horizon 2020. Pour cela, les motoristes pratiquent le downsizingavec
des moteurs plus petits (réduction de la cylindrée) et une injection directe, équipés de turbos et de Stop Start, mais
surtout explorent de nouvelles technologies Alors que l’ACT (Active
Cylinder Technology) était réservée à des moteurs V12 Mercedes ou V8 de Corvette, cette technologie est désormais disponible sur de
simples moteurs quatre cylindres essence, comme ceux de Seat. Le
principe : à vitesse régulière, deux cylindres se mettent en veille pour limiter la consommation.


7. La boîte automatique pour tous


En 1995, la boîte mécanique représentait 97 % des immatriculations.
En 2010, c’était 89 %. En 2017, la part est tombée à 70 % en France. Ce recul constant profite à l’automatique. Qu’elle soit "mécanique robotisée à simple (ou double) embrayage", à
variation continue (également appelée CVT) ou celle à convertisseur de couple (la plus classique), la demande de boîte
automatique ne cesse de croître. Elle est plus facile à conduire, plus agréable dans les bouchons et, surtout, elle affiche aujourd’hui des consommations inférieures aux boîtes mécaniques. Logique : la voiture est toujours au bon régime moteur. La demande ne devrait pas s’arrêter. Les modèles électriques comme les
autonomes sont forcément équipés de boîte de vitesses automatique.


8. De la propulsion à l’intégrale


Avant la Citroën Traction, 100 % des automobiles de série étaient des
propulsions (les roues arrière motrices). Dans les années 1990,
cette part est descendue à 20 %. Mais plus coûteux, ce système – plus à même de pouvoir transférer le couple moteur – a rapidement été réservé aux sportives. Problème, plus la puissance et le couple augmentent, plus la voiture devient
sous-vireuse et compliquée à conduire. Les constructeurs ont donc adopté la transmission intégrale (4 roues motrices), beaucoup plus sécurisante. En Europe de l’Ouest, la part de marché des
transmissions intégrales est passée de 9,9 % en 1994 à 42,3 % en 2017.


9. Le purificateur d’air


Depuis 2010, 100 % des voitures sont vendues avec une climatisation. Demain,
l’air irrespirable des rues sera filtré et purifié. La Renault Latitude (une Samsung rebadgée) a été la première à proposer un ioniseur. La ZOE lui a emboîté le pas avec, en plus, un "diffuseur de senteurs". En 2015, Volvo annonçait pour le marché chinois
à l’air vicié un système de filtration pour que l’air intérieur d’une Volvo pékinoise soit identique à celui respiré
en Scandinavie.


10. De la clé au smartphone


Plus de risque de perdre sa clé avec l’équipementier Valeo. Demain, ce
sera une application smartphone. Plus sûre (code renouvelé chaque jour), cette clé permettra de régler à distance le chauffage, de connaître le niveau de carburant… Pour un prêt, un SMS avec code d’accès suffira.




Gratuité des transports : le cadeau d'Anne Hidalgo pourrait coûter beaucoup plus cher que prévu

Gratuité des transports : le cadeau d'Anne Hidalgo pourrait coûter beaucoup plus cher que prévuhttp://www.via214.net/



Publié le 12/01/2019 à 10:08 La Rédaction Via214



Le chiffrage des mesures annoncées par la maire de Paris Anne Hidalgo
lors de ses voeux est basé sur des prévisions “optimistes”. Que la réalité pourrait démentir.


“La gratuité, ça a un coût !” L’oxymore préféré des opposants à
la politique des transports de la maire de Paris Anne Hidalgo a de beaux jours devant lui. À l’occasion de sa rentrée politique, l’édile socialiste a dévoilé dans Libération un catalogue de nouvelles mesures destinées à soulager le budget “transports” des familles parisiennes. À défaut de la gratuité
totale dont elle rêvait, la majorité municipale a décidé de rembourser l’intégralité du Pass Navigo pour les Parisiens de 4 à 11 ans (qui bénéficient actuellement d’une réduction de 50%) et
pour les moins de 20 ans handicapés, ainsi que de prendre en charge la moitié du coût du sésame pour les collégiens et les lycéens.


Un plan que les services des finances de l’hôtel de ville chiffrent à 5 millions d’euros en 2019 - les mesures entreront en vigueur au 1er septembre - et 15 millions d’euros en année pleine,
c’est-à-dire à partir de 2020. Or cette budgétisation pourrait s’avérer largement inférieure à la réalité. Particulièrement en ce qui concerne l’annonce phare du plan, c’est-à-dire la
gratuité des transports jusqu’à 11 ans, estimée à 5 millions d’euros en année pleine.


Contacté par Capital, l’entourage de la maire de Paris affirme que ce
chiffre est basé sur les statistiques du syndicat des transport d'Île-de-France (IDFM), qui recensent 12.000 utilisateurs annuels du sésame chez les
Parisiens de moins de 11 ans. La municipalité envisage donc de financer à 100% - au lieu de 50% jusqu’ici - ces 12.000 titres de transports. Soit un coût de 342 euros par usager, selon la mairie de Paris. À ce volume initial, elle ajoute 3.000 nouveaux utilisateurs,
attirés par la gratuité, pour arriver au chiffre de 15.000 futurs abonnés. Ce qui correspond à un peu plus de 10% de nouveaux usagers, après l’entrée en vigueur de la mesure. Une estimation
“réaliste”, nous assure l’entourage de l’édile. C’est l’évolution “généralement observée du nombre d’usagers” après ce type de mesures. Pour la mairie, l’engagement de financer 15.000 pass navigo au prix de 342 euros chacun représente, au total, une facture globale d’environ 5 millions d’euros à partir de 2020.


Mais ce que la mairie ne dit pas, c’est qu’une augmentation plus nette
que prévu du nombre d’usagers de moins de 11 ans pourrait de facto entraîner un surcoût considérable. “50 millions d’euros, en année pleine”, va même jusqu’à avancer l’entourage de
Valérie Pécresse, qui prête à la maire de Paris des “arrières-pensées électoralistes” avec ce plan transports
dégainé à quelques mois de son entrée en campagne. Une suggestion qui, cette fois, paraît anormalement élevé. Pour atteindre ce chiffre, l’entourage de Valérie Pécresse part du principe que
l’intégralité des Parisiens âgés de moins de 14 ans, 150.000 personnes (Insee, 2015) va sauter sur l’effet d’aubaine en s’équipant d’un
titre de transport gratuit dès 2020.


Pour être parfaitement exact, il y a 120.000 et non 150.000 bénéficiaires
potentiels de cette mesure, puisque la gratuité existait déjà pour les enfants parisiens de moins de 4 ans. Il n’empêche, le remboursement de 120.000 abonnements à 342 euros l’unité serait
une catastrophe budgétaire pour la mairie, qui verrait alors le coût
de sa mesure s’envoler : de 5 millions d’euros initialement prévus en année pleine à… 41 millions d’euros ! “Improbable, ce serait du jamais vu. Il n’y aura pas d’effet d’aubaine”, nous assure-t-on dans l’entourage d’Anne Hidalgo. Parmi les raisons avancées, la mairie laisse entendre que tous les potentiels bénéficiaires n’entreprendront pas la démarche administrative nécessaire à l’obtention d’un remboursement intégral.


“Le calcul démontre que la maire ne croit pas à sa propre mesure”, grince l’entourage de Valérie Pécresse, qui a beau jeu d’insister sur le petit nombre - 3.000 - de nouveaux usagers gratuits des transports espérés par la mairie. Même tonalité au sein du groupe
l’opposition municipal LREM et MoDem : “Ces annonces sont cosmétiques et démagogiques”, tacle Eric Aziere, qui imagine la maire “déjà en campagne” pour sa réélection. Du côté de la
majorité, on assure que l’augmentation plus nette que prévue du nombre d’usagers circulant gratuitement ou à prix réduits(collégiens et lycéens) n’aurait pas d’effet sur l’équilibre
budgétaire de la ville. La ville de Paris mise sur l’augmentation actée de ses recettes publicitaires à partir de 2020 - 28 millions d’euros supplémentaires - pour compenser un éventuel surcoût.“On a de la marge”, affirme-t-on au cabinet d’Anne Hidalgo.
L’avenir dira si c’est suffisant...


Une Américaine de 13 ans s'évade après 88 jours aux mains du tueur de ses parents

Une Américaine de 13 ans s'évade après 88 jours aux mains du tueur de
ses parentshttp://www.via214.net/



Publié le 12/01/2019 à 09:27 La
Rédaction Via214




Elle a profité d’une absence de son ravisseur pour s’enfuir. Arrêté
juste après, le suspect sera présenté lundi à un juge en vue de son inculpation.




Une adolescente de 13 ans, Jayme Closs, était saluée comme
une "héroïne " vendredi
aux Etats-Unis, au lendemain de son évasion après 88 jours aux mains d’un homme de 21 ans, qui est soupçonné d’avoir tué ses parents pour l’enlever.



Son
ravisseur présumé, Jake Thomas Patterson, arrêté juste après
l’évasion, sera présenté lundi à un juge en vue de son inculpation pour enlèvement et double meurtre, a déclaré la police.


" Le suspect avait l’intention précise de kidnapper Jayme "et
il avait soigneusement "planifié "l’enlèvement, a précisé lors d’une conférence de presse Chris Fitzgerald, le shérif de Barron, une petite ville de la région des Grands lacs. La jeune fille était "sa seule cible ",
a-t-il ajouté. Mais, "nous ne savons pas comment il l’a repérée "."Nous croyons qu’il n’avait jamais été en contact avec la famille "avant le 15 octobre 2018, avait-il dit un peu plus tôt.


Ce jour-là, James Closs, 56 ans, et sa femme Denise, 46 ans, un couple
sans histoire, avaient été abattus dans leur maison de Barron, dont la porte avait été défoncée. Leur fille Jayme avait disparu. La police et les habitants de l’Etat du Wisconsin, choqués par ce drame, s’étaient immédiatement lancés à sa recherche, mais leurs efforts étaient restés infructueux. Et l’espoir de la
retrouver vivante s’était amenuisé au fil des jours.


" Un fantôme "


Jeudi après-midi, l’adolescente a profité d’une absence de son
ravisseur pour s’enfuir de la maison où elle était captive, située dans une zone isolée près de la bourgade de Gordon, à une centaine de kilomètres au nord de Barron.


Sale, amaigrie, les cheveux emmêlés et chaussée de souliers trop grands,
elle a demandé de l’aide à une femme qui promenait son chien. Celle-ci l’a emmenée chez des voisins, qui ont alerté la police."C’était comme voir un fantôme ", a raconté à la presse locale Peter Kasinskas, chez qui elle a
attendu l’arrivée des autorités, en précisant que l’adolescente "probablement en état de choc " ne s’était pas montrée très bavarde.


Elle leur a tout de même donné le nom de son ravisseur présumé, la couleur et la marque de sa voiture. Elle a assuré qu’elle ne le connaissait pas avant la mort de ses parents.


Avec ces informations, la police a rapidement appréhendé le suspect qui
se trouvait au volant de sa voiture. Il cherchait apparemment à retrouver la jeune fille. Inconnu des services de police, le jeune homme n’a pas d’emploi connu. Lors de fouilles à son domicile,
la police a retrouvé plusieurs armes, dont un fusil correspondant à l’arme utilisée pour tuer les parents Closs.


" Instinct de survie "


Jayme Closs, qui a passé la nuit à l’hôpital, a été entendue vendredi par les enquêteurs, qui n’ont pas révélé si elle avait souffert d’abus pendant sa détention. "Elle va bien compte tenu des circonstances ", a simplement assuré le shérif Fitzgerald. Elle a été confiée à sa tante dans l’après-midi et doit retrouver le reste de sa
famille dans la soirée.


" Je vais l’embrasser, la serrer fort ", a déclaré à la presse locale son grand-père Robert Naiberg. "On pensait que ça finirait autrement, alors on est heureux qu’elle
soit OK "
, a ajouté son oncle Jeff Closs sur une radio.


Le double homicide des parents Closs, un couple apparemment paisible qui
travaillait dans une société locale d’élevage de volailles, avait plongé dans la perplexité les autorités du Wisconsin. En l’absence d’arme et de mobile évident, le mystère s’était
épaissi avec la disparition durable de l’enfant, malgré des recherches menées jour et nuit et des battues rassemblant des milliers de bénévoles. Les autorités avaient également offert une
récompense de 50 000 dollars pour toute information susceptible d’aider à la localiser.


L’enquête a été compliquée par l’absence d’indices sur la scène du
crime. Le suspect " était allé très loin dans ses préparatifs " et
avait notamment rasé sa tête pour ne pas laisser de cheveux, a expliqué le shérif Fitzgerald.


Ce " dossier était difficile "et c’est finalement "Jayme
qui nous a offert la solution "
,
a noté un responsable du FBI, Justin Tolomeo."L’instinct de survie qui anime cet enfant est incroyable ",
a ajouté le shérif Fitzgerald. " Jayme est l’héroïne de cette affaire, sans aucun doute ".


Ce que l'on sait de l'incendie qui a fait 20 blessés dont un grave à Toulouse

Ce que l'on sait de l'incendie qui a fait 20 blessés dont un grave à
Toulousehttp://www.via214.net/



Publié le 11/01/2019 à 06:50 La Rédaction de Via214



Un violent incendie s'est déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi
à Toulouse,
dans un immeuble proche de la gare ferroviaire Matabiau. Le sinistre a fait 20 blessés dont un en urgence absolue. Le plan "nombreuses
victimes" a été activé. Ce jeudi soir, 52 personnes dorment dans un gymnase mis à disposition par la mairie de Toulouse.


Où a eu lieu l'incendie ?


Selon la préfecture, le feu s'est déclaré dans les combles, au quatrième
et dernier étage d'un immeuble situé au 73 rue Bayard, en face de la gare Matabiau, aux alentours de 2h40 du matin. Les flammes se sont rapidement propagées dans le bâtiment, notamment via les cages d'escalier en bois, et ont provoqué l'effondrement partiel de
l'édifice. Le toit d'un parking situé derrière l'édifice menace lui aussi de s'écrouler.



Le feu est-il éteint ?


Le feu est maîtrisé depuis ce jeudi matin, a indiqué le SDIS 31 (service départemental d'incendie et de secours). A la mi-journée, de la fumée continuait de s'élever au-dessus de l'édifice


Au plus fort de l'opération, 150 sapeurs-pompiers et une quarantaine de
véhicules ont été mobilisés. Ils poursuivent les reconnaissances
dans l'immeuble, notamment à l'aide d'un drone, pour évaluer l'ampleur des dégâts.






Combien y a-t-il de victimes ?


Le sinistre a fait 20 blessés dont un toujours dans un état grave. Ce
dernier avait sauté avec une autre personne du troisième étage en
tentant de fuir les flammes. Les deux victimes qui souffrent de multiples fractures ont été transférées à l'hôpital de Purpan.


Les 17 autres blessés légers ont été soignés sur place ou transférés dans les hôpitaux à proximité (Purpan, Rangueil,
Ducuing). Deux sapeurs-pompiers ont également été blessés, dont l'un est passé à travers le plancher : l'un a été soigné sur place, le deuxième a été transféré à Purpan.


Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, a exprimé son "soutien" et
"solidarité" envers les sinistrés.



Quel
est le dispositif mis en place ?


Le plan NOVI ("nombreuses victimes") a été déclenché, dirigé par la préfecture pour coordonner les opérations de secours et de prise en charge des victimes. Aux côtés des pompiers, 20 personnels du SAMU sont mobilisés ainsi que 32 policiers de la DDSP ( Direction départementale de la sécurité publique) et 9 policiers
municipaux. Un poste médical avancé a été installé à proximité du sinistre et une cellule d'urgence médico-psychologique a été déployée pour accompagner les sinistrés.


Qu'est-il arrivé aux autres habitants de l'immeuble ?


Hormis les blessés, les pompiers ont évacué 72 personnes, logées dans le
bâtiment touché ou dans les immeubles attenants, notamment l'hôtel Bristol. Elles ont été prises en charge dès 4 heures du matin par les services municipaux qui les ont relogées pour la nuit dans le gymnase Léo Lagrange.


Parmi eux se trouvent des familles avec enfants. Des vêtements, des
couvertures chauffantes et des petits-déjeuners leur ont été fournis. La municipalité s'engage également à leur trouver des solutions intermédiaires de relogement pour les jours à venir.



Jeudi soir, 52 habitants dorment dans le gymnase Léo Lagrange.


Dans quel état était le bâtiment ?


La préfecture a indiqué que le bâtiment touché par le feu "n'était pas concerné par une procédure d'insalubrité ou de péril". Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc a déclaré que la Ville prendrait contact ultérieurement avec le propriétaire de l'immeuble. Un arrêt de mise en péril imminent doit être pris
par la mairie suite à l'incendie.


De leur côté, les locataires décrivent un immeuble mal entretenu et mal fréquenté.


Peut-on accéder à la gare ?


L'accès en voiture à la gare est très compliqué. Un périmètre de sécurité a été installé : la rue Bayard et une portion de l'avenue Pierre Paul Riquet sont bouclées. La circulation des
voitures est déviée devant la gare, le long du canal sur le faubourg Bonnefoy, ou vers le centre-ville. Il est conseillé d'éviter le secteur.


L'incendie ne perturbe pas la circulation des trains.




Voici le programme de la visite d’Emmanuel Macron à Toulouse, pour ses seuls voeux en 2019

Voici le programme de la visite d’Emmanuel Macron à Toulouse, pour ses
seuls voeux en 2019http://www.via214.net/



Publié le 11/01/2019 à 06:09 La Rédaction de Via214




Le président de la République sera jeudi 17 janvier 2019 à la base
militaire de Francazal, au sud de Toulouse, pour ses vœux aux armées, les seuls qu'il a décidé de maintenir.




Emmanuel Macron est à Toulouse,
jeudi 17 janvier 2019, pour présenter ses vœux aux armées. Cette cérémonie sera la seule du genre, Emmanuel Macron ayant selon Le Parisien décidé de ne pas se plier à la traditionnelle tournée des vœux (une vingtaine de rendez-vous en 2018) cette année.


Le président de la République a choisi la base aérienne militaire de Francazal à Cugnaux, au sud de Toulouse,
hébergeant la 11 e brigade parachutiste et le Pôle national des opérations aéroportées de Toulouse.


Une visite qui était évoquée dans la Ville rose depuis quelques semaines. Une
rencontre avec les " paras " de Toulouse.


Accompagné de Florence Parly,
ministre des armées et Geneviève
Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées, le
président de la République est annoncé sur la base dès 14h45. Les
honneurs militaires interarmées lui seront rendus à 15 heures, avant une rencontre avec les " Paras " de
la 11 e brigade parachutiste à 15h30. Le
président se verra ensuite présenter une unité élémentaire d’un hélicoptère guépard (15h50) puis l’équipage d’un A400M, l’avion militaire d’Airbus (16h15), tous prêts à embarquer.


600 civils et militaires


À 17 heures, le président de la République prononcera ensuite
son discours de vœux.


Outre le préfet et les principaux élus d’Occitanie, l’assistance sera
composée des représentants militaires des trois armées.600 personnes au
total.


Dans le Lot, le lendemain


Emmanuel Macron ne quittera pas l’Occitanie au terme de la cérémonie. Il
sera en effet dans le Nord du Lot dans le cadre de son tour des régions précédant le Grand débat national.





France-Le boxeur de gendarmes attendra son procès en prison

France-Le boxeur de gendarmes attendra son procès en prisonhttp://www.via214.net/



Publié le 10/01/2019 à 07:20 La Rédaction de Via214




* Un ex-champion de France de boxe,
soutien des "gilets jaunes"


* Un symbole malgré lui de la radicalisation du mouvement ?


* Un procès renvoyé au 13 février




PARIS, 10 janvier (Reuters) -L'ancien boxeur professionnel Christophe
Dettinger, qui s'en est violemment pris samedi à deux gendarmes lors d'une manifestation des "Gilets jaunes" à Paris, a obtenu mercredi le renvoi de son procès pour préparer sa défense mais
l'attendra en prison.


Il était entendu en comparution immédiate pour violences volontaires
en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique ayant notamment entraîné une incapacité temporaire de travail (ITT) supérieure à huit jours. Pour de tels faits, la peine maximale
encourue est de cinq à sept ans de prison.


Le tribunal correctionnel a renvoyé son procès au 13 février mais rejeté les demandes de supplément d'information ou renvoi à l'instruction formulées par ses avocats, qui souhaitaient que les
actes du boxeur soient replacés dans leur "contexte".


Le tribunal a également décidé de le placer sous mandat de dépôt, synonyme de placement immédiat en détention, alors que les avocats plaidaient pour un simple contrôle judiciaire.


La présidente du tribunal a invoqué, pour justifier cette décision, son soutien aux "Gilets jaunes" depuis le début du mouvement et son "manque de maîtrise de lui-même" laissant selon elle craindre de nouveaux actes de violence, ainsi que le risque qu'il ne se présente pas au tribunal le 13 février.


Des supporters des "Gilets jaunes" et du boxeur sont alors sortis de la salle d'audience en criant à la décision politique.


"Il ne faudra pas s'étonner s'il y a des dégâts à Paris" lors des prochaines manifestations, a lancé l'un d'eux.

Les avocats du boxeur, Mes Laurence Léger et Hugues Vigier, ont dit qu'ils allaient réfléchir à la possibilité de faire appel de ce placement en détention. "Sans doute allons-nous le faire parce que nous considérons que rien ne justifie ce placement en
détention", a déclaré Me Vigier à la presse.


Les images de Christophe Dettinger frappant des deux poings un gendarme
et rouant de coups de pied un de ses collègues sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, non loin de l'Assemblée nationale, ont été l'un des épisodes marquants du week-end.


Elles ont symbolisé, avec l'intrusion violente de "Gilets jaunes" dans l'hôtel particulier hébergeant les bureaux du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, un regain de radicalisation de ce mouvement.


REGRETS

L'un des deux gendarmes, le plus légèrement blessé, était présent
mercredi à l'audience en tant que partie civile, assis face au box des prévenus, où Christophe Dettinger a été amené à 22h00, après l'examen d'une série d'affaires de harcèlement, de petits
larcins ou trafics sans rapport avec les "Gilets jaunes".


Rapidement identifié après les faits, l'ancien champion de France lourd-léger
(2007-2008), originaire de l'Essonne et âgé de 37 ans, s'était rendu à la police lundi. Il avait auparavant reconnu dans une vidéo postée sur internet avoir "mal réagi".


C'est au bord des larmes que cet homme athlétique a de nouveau exprimé
ses regrets mercredi soir.


"Je regrette mes actes, je ne voulais pas ça, ç'a été un moment de panique. Quand je vois ces images, je ne suis pas fier de moi", a déclaré ce père de trois enfants, fonctionnaire territorial
depuis plus de dix ans, aujourd'hui responsable de la voirie et de la
propreté d'Arpajon (Essonne).


Ses avocats et lui-même avaient auparavant expliqué qu'il s'en était
pris aux gendarmes pour venir à la rescousse d'une femme frappée à
coups de matraque par l'un d'eux et tombée au sol, de son fils de 18
ans et d'autres "Gilets jaunes", alors que les manifestants étaient bloqués sur la passerelle.


Cette femme de 37 ans aux cheveux fuchsia, Gwénaëlle, originaire de
Chartres et souffrant d'un cancer, a assisté à l'audience et déclaré à Reuters qu'elle reviendrait témoigner en faveur du boxeur le 13 février.


Les avocats de Christophe Dettinger ont décrit un bon père de famille,
bien intégré, propriétaire de son logement et sans problème financier, au casier judiciaire vierge, venu avec son épouse et des amis à la manifestation de samedi.


Me Laurence Léger a estimé qu'il s'agissait somme toute d'une affaire
banale, qui avait pris un tour "extraordinaire à cause de la
pression et de l'emballement médiatiques".


"Christophe Dettinger n'a pas demandé à être porte-parole de quoi que ce soit
et n'a pas souhaité une telle notoriété (...) Il ne demande pas de traitement de faveur mais il ne veut pas servir d'exemple", a-t-elle déclaré pendant l'audience. "Je vous demande le même
traitement que pour un justiciable normal."


Une collecte lancée pour le soutenir sur le site en ligne Leetchi a recueilli un peu plus de 120.000 euros, selon cette plateforme. Elle a suscité une polémique, le gouvernement estimant notamment que cela revenait à encourager la violence.


En réaction, deux collectes de soutien aux membres des forces de l'ordre blessés ont été lancées sur internet, dont l'une, sur le même site
Leetchi, a recueilli près de 190.000 euros en 24 heures.




Australie/Colis suspects: la police procède à une arrestation

Australie/Colis suspects: la police procède à une arrestationhttp://www.via214.net/



Publié le 10/01/2019 à 07:01 La Rédaction de Via214





SYDNEY, 10 janvier (Reuters) - Un homme accusé d'avoir envoyé près d'une
quarantaine de colis suspects à des missions diplomatiques de plusieurs villes australiennes a été arrêté jeudi, a annoncé la police australienne, précisant qu'aucune menace ne pesait sur la sécurité publique.


Plus d'une dizaine de consulats et ambassades situés à Melbourne et Canberra, parmi lesquels les consulats américain et britannique, ont reçu
mercredi des colis suspects.


Dans un communiqué, la police fédérale australienne a dit avoir inculpé un homme de 48 ans pour envoi de produits dangereux, un crime passible d'une peine de dix ans d'emprisonnement.


Elle a précisé avoir récupéré 29 des 38 colis suspects, dont elle doit encore
déterminer la composition exacte.




L'espoir sur le commerce a stimulé Wall Street

L'espoir sur le commerce a stimulé Wall Streethttp://www.via214.net/



Publié le 10/01/2019 à 06:26 La Rédaction de Via214





NEW
YORK (Reuters) - Wall Street a inscrit mercredi une quatrième hausse
d'affilée, portée par les espoirs nés des négociations commerciales entre Washington et Pékin qui ont stimulé en
particulier des valeurs technologiques très sensibles à ce paramètre.


La Bourse a reçu un autre coup de pouce avec le compte rendu de la
réunion de décembre de la Réserve fédérale. Plusieurs responsables y ont estimé que la banque centrale pouvait faire preuve de patience quant aux futures hausses des taux d'intérêt et
quelques-uns d'entre eux n'ont pas approuvé le relèvement intervenu
ce mois-là.


L'indice Dow Jones a gagné 91,67 points, soit 0,39%, à 23.879,12 points. Le S&P-500, plus large, a pris 10,55 points (0,41%) à 2.584,96 points,
enregistrant sa plus longue série haussière depuis près de quatre
mois. Le Nasdaq Composite a progressé de 60,08 points (0,87%) à 6.957,08 points.


Les négociations commerciales sino-américaines se sont terminées
mercredi en délivrant des progrès apparents sur des dossiers tels
que les achats par la Chine de produits agricoles et énergétiques américains et d'accès au marché chinois.


La Chine s'est engagée à acheter "un montant substantiel" de produits agricoles et énergétiques, de biens manufacturés et de services aux Etats-Unis, ont déclaré mercredi les services du représentant américain au Commerce (USTR) à l'issue de trois jours
de discussions commerciales à Pékin.


"Il y a une solide tendance haussière qui a émergé du rétrogradage de
Noël; tout signe montrant que la question (commerciale) sera en
définitive réglée aidera bien les marchés", a dit Randy frederick (Charles Schwab).


Cet élément, couplé à une solide statistique de l'emploi de décembre
et au sentiment que la Réserve fédérale n'est plus autant décidée
à augmenter encore les taux d'intérêt, a permis à l'indice S&P-500 de regagner près de 10% par rapport à son plus bas de 20 mois touché vers Noël.


"Je crois vraiment qu'une Fed plus stable donnera des marchés plus
stables dans le temps", a déclaré Mark Heppenstall (Penn Mutual Asset Management). "Les fortes fluctuations du marché s'expliquent en partie par le fait que le resserrement monétaire de
la Fed commençait à avoir des répercussions sur la croissance
économique et les conditions financières".


Le marché des futures de taux courts continue d'évaluer à moins de 25% la probabilité d'une hausse des taux de la Fed cette année et à 25% environ celle d'une baisse des taux d'ici le début de 2020.


L'indice de volatilité du CBOE, dit encore indice de la peur, a touché un
plus bas de 19,48 en séance et a cédé plus de 3% à 19,84.


Le volume a été de 8,0 milliards de titres échangés contre une moyenne de 9,0 milliards sur les 20 dernières séances.



VALEURS


L'indice S&P des technologiques, très sensible à la situation du commerce international, a gagné 1,24%, stimulé par Apple (NASDAQ:AAPL), Microsoft (NASDAQ:MSFT)(+1,43%) et les fabricants de semi-conducteurs.


Apple a gagné 1,7%, plus forte hausse du Dow Jones, se reprenant après sa
chute de 10% de la semaine passée consécutive à son avertissement sur son chiffre d'affaires de la période des fêtes de fin d'année.


Et ce en dépit du fait que, selon le quotidien financier Nikkei,Apple a abaissé de 10% son objectif de production de ses trois derniers modèles d'iPhone au premier trimestre.


Micron (NASDAQ:MU)Technology a gagné plus de 5%, Bernsetin ayant relevé sa
recommandation à "surperformer". L'action avait perdu 22,8% en 2018.


L'indice des semiconducteurs de la Bourse de Philadelphie a lui enregistré
2,52% de hausse. Les concepteurs de puces figurent parmi les multinationales américaines les plus exposées à la Chine pour ce qui est du chiffre d'affaires.


"Si on veut savoir comment les investisseurs considèrent les
négociations commerciales en cours, il faut regarder les techs, et en particulier les semi-conducteurs", dit Jack Ablin (Cresset Wealth Advisors).


L'indice de l'énergie, en enregistrant la plus forte hausse du jour (+1,50%), a entraîné le reste de la cote, aidé par des cours pétroliers au
plus haut depuis près d'un mois.


A l'autre bout du spectre, Constellation Brands, qui fabrique la bière Corona, a chuté de 12,5% après avoir revu en baisse sa prévision
de bénéfice annuel, pesant ainsi sur l'indice S&P des biens de consommation non essentiels qui a cédé près de 1%.


LES INDICATEURS DU JOUR


Aucun indicateur majeur n'a été publié.


LA SÉANCE EN EUROPE


Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, portées par des signes de progrès au terme de trois jours de négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.


À Paris, l'indice CAC 40 a
terminé en hausse de 0,84% à 4.813,58 points. Le Footsie britannique a pris 0,66% et le Dax allemand 0,83%.


L'indice EuroStoxx50 a gagné 0,5%, le FTSEurofirst 300 0,52% et le Stoxx 600 0,53%.


En Bourse, les secteurs souvent ballottés par les tractations sur le
commerce ont bénéficié des espoirs nés des négociations USA-Chine. Le compartiment automobile a conclu sur la plus forte progression de la séance (+2,44%) et les technologiques ont pris
2,06%.


TAUX


Les taux de rendement des Treasuries ont reflué, en réaction aux déclarations de responsables de la Fed et au compte rendu de la dernière réunion de cette dernière.


Le président de la Fed Jerome Powell doit s'exprimer à nouveau jeudi
et le marché obligataire sera à l'affut de ses déclarations.


Ils ont également subi l'impact d'une adjudication de 24 milliards de
dollars d'obligations à 10 ans qui a suscité une forte demande.


Le Trésor doit encore adjuger pour 16 milliards de dollars de papier à
30 ans jeudi.


L'emprunt à 10 ans a gagné 1/32 pour donner un rendement de 2,712%, après
être monté jusqu'à 2,747%, au plus haut depuis le 28 décembre.


CHANGES


La prudence manifestée par la Fed vis-à-vis de sa politique de
normalisation monétaire a fait perdre du terrain au dollar, notamment face à l'euro et au sterling.


Face à un panier de devises de référence, il a lâché 0,73% à 95,200,
après être tombé à un plus bas de trois mois.


L'euro a gagné 0,8% à 1,1537 dollar et la livre 0,6% à 1,2795 dollar.


PETROLE


Les cours ont terminé en forte hausse sur le Nymex, dopés par les espoirs engendrés par l'évolution des discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et par la nouvelle réduction de la production inspirée par l'Opep et en vigueur depuis le début de l'année.


À SUIVRE JEUDI 10 JANVIER:


Intervention publique de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, devant l'Economic Club de Washington à 17h00 GMT.






L'UE enquête sur la reprise des Chantiers de l'Atlantique, Salvini menace

L'UE enquête sur la reprise des Chantiers de l'Atlantique, Salvini menacehttp://www.via214.net/



Publié le 10/01/2019 à 06:00 La Rédaction de Via214




BRUXELLES/ROME (Reuters) - La Commission européenne, saisie par la France et
l'Allemagne, a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête sur le projet de rachat des Chantiers de l'Atlantique, à Saint-Nazaire, par Fincantieri en raison de ses craintes en matière de concurrence dans le secteur de la construction navale, ce qui a suscité une vive
réaction de l'Italie.


Ce projet n'atteint pas le seuil de chiffre d'affaires au-delà duquel
il doit être notifié à l'exécutif européen mais la Commission a
été saisie par la France, rejointe par l'Allemagne, et elle va désormais demander à Fincantieri de lui soumettre son opération.


"Sur la base des éléments fournis par la France et l'Allemagne, et sans
préjudice de l'issue de son enquête exhaustive, la Commission considère que l'opération pourrait nuire de manière significative à la concurrence en matière de construction navale, en particulier sur le marché mondial des bateaux de croisière", écrit la
Commission européenne dans un communiqué.


Un accord conclu en septembre 2017 avait pourtant mis fin à des mois de
tensions sur ce dossier entre la France et l'Italie.


Il prévoit le rachat par Fincantieri de 50% des chantiers navals à
l'Etat français, qui doit lui prêter par ailleurs 1% supplémentaire afin qu'il puisse avoir le contrôle opérationnel du groupe.


Le solde du capital doit être in fine détenu essentiellement par l'Etat (33,34% en excluant le prêt de 1%) ainsi que par Naval Group. L'ex-DCNS, désormais détenu conjointement par Thales(PA:TCFP) et l'Etat français, a également conclu un accord avec Fincantieri dans le naval militaire, dont les modalités précises ne sont
toutefois pas encore fixées.


A l'Elysée, on souligne que la requête française auprès de la
Commission européenne émane de l'Autorité de la concurrence. "Le
gouvernement n’en est pas à l’origine. Notre position n’a pas varié et nous sommes toujours favorables au rapprochement", dit la présidence française.


Matteo Salvini, vice-président du Conseil italien, a néanmoins dénoncé
l'attitude de la France et de l'Allemagne et a menacé de remettre en
cause "tous les accords".


"Ce qui s'est passé est extrêmement grave, la France et l'Allemagne se
sont mal comportées. Cela remet en débat tous les accords", a dit le dirigeant de la Ligue, selon une déclaration diffusée par sa porte-parole.


Le président du Conseil italien Giuseppe Conte a déclaré pour sa part
dans un entretien télévisé avoir été "surpris" par la décision de la Commission européenne.


Le chef de file du Mouvement cinq étoiles (M5S), Luigi Di Maio, qui est
également vice-président du Conseil italien, a appelé lundi les "Gilets jaunes", qui protestent depuis huit samedi consécutifs en France pour plus de pouvoir d'achat et de démocratie
participative, à "ne rien lâcher".


Luigi Di Maio et Mattheo Salvini ont eu des échanges vifs sur l'immigration et d'autres sujets et la ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a recommandé via Twitter (NYSE:TWTR)
aux deux dirigeants d'apprendre "à balayer devant leur propre porte."


En France, des syndicats ont manifesté récemment leurs inquiétudes
sur une prise de contrôle des chantiers français par l'italien, en raison des accords conclus par ce dernier avec des partenaires chinois pour la construction de navires de croisière.


Rome crée un fonds de 1,3 milliard d'euros pour renflouer Banca Carige

Rome crée un fonds de 1,3 milliard d'euros pour renflouer Banca Carigehttp://www.via214.net/



Publié le 09/01/2019 à 07:52 La Rédaction de Via214



(Reuters) - L'Italie a créé un fonds de 1,3 milliard d'euros pour couvrir les
coûts potentiels de mesures d'urgence approuvées lundi en vue de renflouer la banque en difficulté Banca Carige.


Un décret, entré en vigueur mardi, autorise le Trésor italien à apporter une garantie allant jusqu'à trois milliards d'euros sur de nouvelles obligations émises par Carige d'ici fin juin. Le coût des garanties peut atteindre 300 millions d'euros.


Rome a aussi prévu un dispositif de garantie de souscription d'un milliard d'euros d'actions Carige pour une recapitalisation soutenue par l'Etat en cas de besoin, d'ici fin septembre, selon le même schéma de "recapitalisation de précaution" utilisé il y a deux ans pour renflouer Monte dei Paschi di Siena (MI:BMPS).


Banca Carige a fait savoir qu'il était peu probable qu'elle demande le
déclenchement de ce dispositif mais elle a bien l'intention de demander des garanties de l'Etat sur sa dette.


Le gouvernement italien a approuvé lundi un décret permettant le sauvetage de la dixième banque du pays, qui a été placée sous administration temporaire par la Banque centrale européenne (BCE) la semaine dernière à la suite de son incapacité à boucler une augmentation de capital.




Ce que nous avons appris sur Ultima Thule de la mission New Horizons de la NASA

Ce que nous avons appris sur Ultima Thule de la mission New Horizons de la NASAhttp://www.via214.net/


Publié le 09/01/2019 à 07:15 La Rédaction de Via214




LAUREL, Md. - Quelques jours avant que la navette spatiale New Horizons
effectue son survol d’un petit monde glacé bien au-delà de Pluton, les scientifiques travaillant sur la mission ont finalement obtenu une photo du corps, surnommée Ultima Thule, qui était plus qu’un point. Cela avait l'air un peu allongé, mais c'était vraiment tout ce qui pouvait être détecté à partir de l'image.


"Je n'ai jamais vu autant de gens aussi enthousiastes à propos de deux pixels", a déclaré lundi S. Alan Stern, l'enquêteur principal de la mission, lors d'une conférence de presse.


Deux jours plus tard, les scientifiques ont dévoilé des images du survol avec quelques 28 000 pixels. Ils
pourraient enfin dégager des détails significatifs qui pourraient
éventuellement faire progresser la compréhension scientifique des
premiers jours du système solaire.


L’équipe de New Horizons devra attendre 20 mois pour que toutes les données et images de l’engin spatial soient renvoyées sur Terre, mais
voici ce qu’elles ont appris jusqu’à présent.


C'est un bonhomme de neige (ou BB-8)


Ultima Thule, connue également sous le nom officiel de MU69 2014, s'avère
être ce que les spécialistes en sciences planétaires appellent un "contact binaire" - deux corps qui se sont formés séparément, puis doucement touchés et collés ensemble. C'est un peu plus
de 21 miles de long. Pour identifier les deux parties, les scientifiques ont nommé le plus grand Ultima et le plus petit Thule.


Les scientifiques de New Horizons l'ont décrit comme un bonhomme de
neige, mais des personnes sur Twitter ont remarqué une ressemblance avec un personnage de robot tiré des récents films Star Wars.


Lors de la conférence de presse de jeudi, les scientifiques ont publié des images stéréo de l'astéroïde, donnant une idée un peu plus précise de cette
forme. Brian May, l'astrophysicien qui était aussi le guitariste principal du groupe de rock Queen, a réalisé l'une de ces images. Vendredi, le Dr. Stern a tweeté une vidéo montrant comment l'équipe de New Horizons a exprimé sa gratitude pour le travail du Dr. May.


Il a l'air aussi vieux et vierge que les scientifiques espéraient


Les scientifiques planétaires sont intrigués par la région connue sous
le nom de ceinture de Kuiper - la maison d’Ultima Thule et d’autres objets - car c’est peut-être le seul endroit où certains des plus anciens blocs de construction du système solaire sont préservés.


L'absence de coins pointus et d'une surface apparemment lisse d'Ultima Thule
suggère que celui-ci n'a pas beaucoup changé au cours des 4,5 derniers milliards d'années. Ce que les scientifiques y découvrent pourrait en dire long sur la formation du soleil et des planètes.


Bilobate et rouge partout


Les mesures de couleur confirment que Ultima Thule est rougeâtre, comme
de nombreux objets du système solaire externe. En fait, en couleur, il s’agit d’un membre anodin de ce que les astronomes appellent les classiques froids, qui semblent tous demeurés vierges et non perturbés depuis leur formation.


"Elle affiche une couleur moyenne qui se situe bien dans les couleurs
moyennes affichées par les objets froids classiques de la ceinture de Kuiper", a déclaré Silvia Protopapa, membre de l'équipe scientifique, lors d'une conférence de presse jeudi.


Les deux lobes, Ultima et Thule, ont la même nuance de rouge, suggérant
qu'ils se sont formés l'un près de l'autre avant de se confondre. Le "cou" où les lobes se connectent est plus clair et moins rouge, ce qui pourrait indiquer des débris qui ont glissé
sur les pentes.


Il tourne une fois toutes les 15 heures


Au cours des cinq derniers mois, lorsque New Horizons a approché Ultima
Thule, la sonde a recherché des variations rythmiques de luminosité
qui indiqueraient la vitesse de rotation du corps .Cependant, la
luminosité semblait rester stable.


Ils savent maintenant que l'engin spatial est en train de regarder
grossièrement l'un des pôles d'Ultima Thule, de sorte que c'est généralement le même côté du corps qui a toujours fait face à l'engin spatial.


Les deux lobes du monde étant maintenant visibles, les scientifiques de la mission peuvent enfin calculer un taux de rotation: une fois
toutes les 15 heures, à peu près toutes les heures.


Des choses qu'ils n'ont pas vues


Les scientifiques n'ont pas encore repéré de cratère, mais cela ne veut pas dire qu'il n'y en a pas. Dans les images vues jusqu'à présent, le soleil est derrière la sonde et les ombres ne seraient donc pas visibles, masquant ainsi la topographie. Les images de
résolution supérieure devraient être plus révélatrices.


En outre, les cratères pourraient ne pas ressembler à des cratères en
raison de la faible densité d'Ultima Thule et de la faible vitesse des collisions dans la ceinture de Kuiper.


"C'est presque comme si les balles de polystyrène se rencontraient à basse
vitesse", a déclaré Richard P. Binzel, membre de l'équipe scientifique de New Horizons. "Vous ne faites pas tellement
de cratères que de bosses."


Aussi pas encore vu sont des lunes ou des anneaux. Les chercheurs recherchent également une atmosphère, bien qu’ils ne s’attendent pas à en trouver.


L'équipe New Horizons a atteint son but


La prévision de l'approche la plus proche de New Horizons vers Ultima
Thule était erronée de seulement 2 secondes. En revanche, pour le survol de Pluton par le vaisseau spatial en 2015, la prévision était d’environ 80 secondes. Même si Ultima Thule est plus
petit et plus éloigné, les navigateurs ont pu tracer un parcours plus précis cette fois-ci, car en 2017 et 2018, les astronomes de l'équipe de mission ont pu localiser l'emplacement d'Ultima Thule en observant l'objet passant devant lui. quelques étoiles lointaines.


À l'approche la plus rapprochée, deux secondes après 00h33, New Horizons se trouvait à moins de 2 200 milles de l'Ultima Thulé, voyageant à 32 290 milles à l'heure.


Au-delà d'Ultima Thule


New Horizons a terminé son étude sur Ultima Thule.


Au moment où l’engin spatial restitue ses données, la plus haute résolution des images prises au moment de l’approche la plus proche suscite un vif intérêt.


Compte tenu de la précision avec laquelle la sonde semble avoir performé,
le Dr Stern s'est dit "optimiste" en ce qui concerne l'avenir d'Ultima Thule dans certaines de ces images.


Le satellite a également repris les mesures de poussière, de gaz et de
radiations dans la ceinture de Kuiper, ce qui pourrait aider les scientifiques à comprendre les processus qui rendent les matériaux rouges dans la ceinture de Kuiper. New Horizons réalisera
également des images à longue distance d'autres petits mondes à comparer avec Ultima Thule.




Des scientifiques préparer leur propre lave

Des scientifiques préparer leur propre lavehttp://www.via214.net/



Publié le 09/01/2019 à 06:36 La Rédaction de Via214





Lorsque la lave rencontre de l'eau, les résultats sont souvent explosifs.


L'année dernière, de la lave du volcan Kilauea à Hawaii s'est déversée
dans l'océan, créant des bombes de roche en fusion qui ont été jetées dans le ciel et ont ensuite heurté un bateau de tourisme à proximité, blessant 23 personnes.


En 2010, un volcan recouvert de glacier en Islande appelé
Eyjafjallajökull est entré en éruption et a craché un panache de cendres dans les airs à 30 000 pieds, provoquant l'échouement de certaines de vols en Europe.


Les scientifiques veulent mieux comprendre ces réactions violentes pour
aider à préparer les communautés proches des volcans et des étendues d’eau ou des nappes phréatiques. Mais le faire sur
des sites actifs peut s'avérer peu pratique. Au lieu de cela, une équipe de chercheurs a récemment préparé sa propre lave de jardin.


"Nous ne sommes pas juste des fous qui mélangent et voient ce qui se
passe", a déclaré Ingo Sonder, volcanologue à l'université de Buffalo."Nous sommes des scientifiques et nous voulons quantifier, et nous avons une idée de ce que nous faisons ici."


Tout d'abord, le Dr Sonder et ses collègues ont obtenu des fragments
noirs de lave ancienne solidifiée, appelée basalte, provenant d'une
carrière située au Texas. Ils ont versé environ 120 livres de basalte dans un creuset à l'intérieur d'un four. En l'espace de quatre heures, avec quelques bouleversements occasionnels, le four
chauffait les roches à environ 2400 degrés Fahrenheit, jusqu'à ce que le basalte devienne un mélange fondu bouillonnant.


En portant des combinaisons thermiques d’argent pour les protéger de
la chaleur intense et des radiations, les chercheurs ont ensuite versé 10 gallons de pâte brillante dans une série de boîtes en acier isolées. La taille des récipients variait: certains étaient longs et plats, d'autres étaient hauts et étroits, comme une cheminée, afin de reproduire les types de colonnes de magma trouvées dans la nature.


Les parois des conteneurs en acier avaient des injecteurs conçus pour
pulvériser de l’eau sous pression dans la lave très chaude. Après que chaque engin ait été déplacé à une distance de sécurité de la remise qui abritait le four, les scientifiques ont lancé un
compte à rebours sur leurs ordinateurs.


Souvent, au moment où l'eau heurtait la lave, elle explosait, projetant une
tache brûlante d'environ six pieds dans les airs et quelques bombes de lave atteignant 15 pieds. Mais d'autres fois, rien ne se passait, alors les chercheurs ont utilisé une masse contrôlée à
distance pour frapper le conteneur et déclencher l'explosion.


L’équipe a utilisé des caméras haute vitesse pour filmer les explosions et a
publié le premier de ses résultats, toujours préliminaires, le mois dernier dans la revue JGR-Solid Earth.


Ils prévoient de continuer à brasser de la lave en réalisant l'expérience avec des récipients de formes différentes et des quantités variables d'eau.


"Si nous avons une meilleure idée des conditions qui provoquent ces
explosions violentes d’eau de lave", a déclaré Greg Valentine, volcanologue à l’Université de Buffalo et auteur du journal, "nous pouvons faire un meilleur travail de mise en garde des personnes. et atténuer le danger. "


Trump lance un appel au mur, citant des statistiques trompeuses sur la crise et la criminalité à la

Trump lance un appel au mur, citant des statistiques trompeuses sur la crise et la criminalité à la frontièrehttp://www.via214.net/



Publié le 09/01/2019 à 06:00 La
Rédaction de Via214




WASHINGTON - Le président Trump a
doublé mardi soir sur l'un des plus gros paris de sa présidence avec un appel télévisé visant à faire pression sur le Congrès pour qu'il paye son mur de frontière promis depuis longtemps, même
au prix de laisser le gouvernement à moitié fermé jusqu'à ce que les législateurs cèdent.


S'engageant dans une stratégie qu'il a lui-même décriée en privé, car il a peu de chances de fonctionner, M. Trump a consacré le premier discours de sa
présidence aux heures de grande écoute de son président à la barrière proposée, dans l'espoir de rallier le soutien du public à un conflit idéologique et politique de nombreux organismes fédéraux pendant 18 jours.


Dans un discours de neuf minutes qui ne présentait pas de nouveaux arguments mais incluait de nombreuses assertions fallacieuses, le président cherchait à reformuler la situation à la frontière mexicaine comme une "crise humanitaire" et refusait de déclarer une urgence nationale pour contourner le Congrès, qu'il avait menacé de quitter. Faire, au
moins pour le moment. Mais il a accusé les démocrates de bloquer le mur, de les accuser d'hypocrisie et d'exposer le pays à des immigrants criminels.


"Combien plus de sang américain
devons-nous verser avant que le Congrès fasse son travail?", A demandé M. Trump, citant une litanie de crimes effroyables qui auraient été commis par des immigrants clandestins. Invitant les
Américains à appeler leurs législateurs, il a ajouté: "C’est un choix entre le vrai et le faux, la justice et l’injustice. Il s’agit de savoir si nous remplissons notre devoir sacré envers les citoyens américains que nous servons."


Les démocrates ont qualifié son
discours de crise de "cynisme exagéré" et, avec des sondages montrant que M. Trump était de plus en plus accusé depuis le début de la fermeture partielle du mois dernier, ne trahissait
aucun signe d'abandon. La Maison-Blanche a envoyé le vice-président Mike Pence d'autres se rendent à Capitol Hill pour tenter de consolider les républicains au Sénat, qui s'inquiètent de plus en
plus face à l'impasse.


Dans leur propre réponse télévisée
mardi soir, la présidente Nancy Pelosi de Californie et le sénateur Chuck Schumer de New York, le leader démocrate, ont accusé le président d'attiser la peur et de se moquer de lui pour avoir demandé aux contribuables de payer la note d'un mur qu'il avait
longtemps répété au Mexique. serait payer pour.


"Le président Trump doit cesser
de tenir le peuple américain en otage, cesser de créer une crise et
rouvrir le gouvernement", a déclaré Mme Pelosi.


En présentant son argument à un
auditoire de la télévision nationale et en se rendant à la frontière avec le Texas qu’il compte faire jeudi, M. Trump
espérait recadrer le débat. Après avoir passé une bonne partie des deux premières semaines de la fermeture de la maison blanche à la Maison-Blanche, il a maintenant choisi d'utiliser les pouvoirs de la présidence pour attirer l'attention du public sur ses
avertissements inquiétants concernant la frontière.


Pourtant, en privé, M. Trump a rejeté
sa nouvelle stratégie comme inutile. Dans un déjeuner officieux avec des présentateurs de télévision quelques heures avant le discours, il a clairement indiqué qu'il n'était pas enclin à donner le discours ni à se rendre au Texas, mais qu'il avait été
discuté par des conseillers, selon deux personnes informées la discussion qui a demandé à ne pas être identifié partageant des détails.


Choix de l'éditeur


Arborant des pierres et des couteaux,
l'Arizonan attaque les voitures autonomes


Lorsque les impôts ont été réduits,
les locataires ont payé un prix.


C'était un homme gay dans une paroisse catholique. Puis les menaces ont commencé à arriver.


"Cela ne changera rien, mais je le
fais toujours", a déclaré M. Trump à propos de la visite à la frontière, selon l'une des personnes présentes dans la pièce. Le voyage n'était qu'une occasion de prendre des photos, a-t-il
déclaré. "Mais, a-t-il ajouté, désignant ses collaborateurs en communication, Bill Shine, Sarah Huckabee Sanders et Kellyanne Conway, ces personnes disent que cela en vaut la peine.


M. Trump envisage de se rendre au
Capitole mercredi pour assister à un déjeuner sénatorial républicain. Il accueillera plus tard des dirigeants du Congrès des deux parties afin de reprendre des négociations qui ont peu
progressé jusqu'à présent. M. Trump a insisté pour 5,7 milliards de dollars pour le mur, alors que Mme Pelosi a déclaré qu'elle ne lui donnerait pas un dollar pour un mur qu'elle a qualifié d
'"immoral".


Faisant un clin d'œil aux démocrates,
M. Trump a passé la première moitié de son discours sur la situation humanitaire à la frontière avant même de mentionner le mur, exprimant sa sympathie pour les personnes victimes de passeurs clandestins. "C’est une crise humanitaire - une crise du cœur et
une crise de l’âme", a-t-il déclaré.


Malgré tout, il a directement attaqué
Mme Pelosi et M. Schumer. "La seule chose qui soit immorale, c'est que les politiciens ne fassent rien et continuent à permettre à davantage d'innocents d'être aussi horriblement victimisés", a-t-il déclaré.


M. Trump a fait du mur le foyer
singulier de sa présidence alors qu'il entre dans sa troisième année de mandat. Sa promesse d'ériger un "grand et beau mur" le long de la frontière est peut-être la promesse la plus mémorable
de la campagne électorale de cet automne, suscitant les chants des
partisans de "construisez le mur". Il a été frustré par son incapacité à tenir ses promesses.


Mais sa description alarmante d'une
"crise" à la frontière a soulevé des questions de crédibilité. Bien que les experts s'accordent sur le fait qu'il existe de graves problèmes à résoudre, le nombre de passages frontaliers de
migrants est en déclin depuis un an.

Privé de sanctuaire, l'État islamique reste menaçant

Privé de sanctuaire, l'État islamique reste menaçanthttp://www.via214.net/



Publié le 08/01/2019 à 09:30 La Rédaction de Via214




Au Levant, l'État islamique (EI) lutte-t-il pour sa survie? Ou doit-il, sous la contrainte, rationaliser ses opérations? Grâce à ses autres filiales, en Afrique notamment, Daech maintient sa priorité
de perpétrer des "attaques transnationales", notamment en
inspirant des sympathisants en Europe. Tour d'horizon de la menace, avant un retrait militaire américain de Syrie.



En Syrie



Les djihadistes ne contrôlent plus qu'une poignée de villages, sur une
vingtaine de kilomètres dans le désert dans l'est du pays sur le fleuve Euphrate, autour de Soussa et d'al-Chaafa, à quelques kilomètres de la frontière irakienne au-delà de laquelle ils peuvent aller se réfugier. Ces derniers mois, les Forces démocratiques syriennes (FDS) - une alliance arabo-kurde soutenue par les Occidentaux - ont réduit l'influence de Daech en reprenant son bastion voisin de Hadjin. De leur côté, l'armée syrienne et ses alliés, notamment les miliciens chiites irakiens pro-iraniens, ont chassé les djihadistes
des massifs volcaniques ...




Le "champ de force" évoqué par des diplomates américains tombés malades à Cuba était... un criquet

Le "champ de force" évoqué par des diplomates américains tombés malades à Cuba était... un criquethttp://via214.net/index.php



Publié le 08/01/2019 à 08:55 La Rédaction de Via214




En novembre 2016, des diplomates américains en poste à Cuba ont été
atteints d'étranges symptômes, allant de nausées à des pertes d'audition. Beaucoup avaient identifié un son très aigu, supposé être à l'origine de leurs maux. Selon une étude scientifique
publiée vendredi 4 janvier, il s'agirait en réalité… de criquets.




L'arme secrète des ennemis des Etats-Unis était finalement... un simple
insecte. Telle est la découverte révélée ce vendredi 4 janvier par un groupe de scientifiques sur la fameuse affaire du "champ de force de Cuba". Tout remonte au mois de novembre 2016. Les diplomates américains en poste à Cuba semblaient alors avoir été victimes d'une mésaventure digne d'un épisode de Star Trek. Des sons très aigus avaient
raisonné dans leurs maisons et leur hôtels à la Havane, souvent accompagnés par une sensation d'être soumis à une haute pression, décrite comme un "champ de force".
Soumis à des examens médicaux, environ vingt-cinq diplomates ont révélé avoir des commotions ou des lésions cérébrales. Quelques jours après ces révélations, la très sérieuse agence Associated Press révélait l'enregistrement du son en question, qui fut ensuite repris en boucle par de nombreux médias à l'international.



Deux ans plus tard, ce vendredi 4 janvier, une équipe de scientifiques a
été en mesure de révéler l'origine de ces fameuses "attaques acoustiques".
Laser à micro-ondes ? Tournevis sonique ? Rien de tout ça. Selon une étude de chercheurs de l'université de Californie, de Berkeley aux Etats-Unis, et de Lincoln en Angleterre, l'étrange crissement serait en réalité le fait… de criquets.



PAS D'ARME SONIQUE



Attention :comme le précise le New York Times, il est possible que les diplomates en question aient été attaqués. Mais a priori pas par des criquets. Les conclusions des chercheurs
démontrent que l'enregistrement qu'ils ont réalisé dans leur demeure pour prouver leur agression ne vient pas, comme il avait été suggéré "d'une
arme sonique
". "Les milieux médicaux discutent abondamment des éventuelles blessures physiques subies par ces personnes", a déclaré le scientifique Alexander Stubbs lors d’un entretien téléphonique."Tout
ce que je peux dire de façon assez définitive, c’est que l’enregistrement publié par Associated Press est un criquet, et nous pensons savoir de quelle espèce il s’agit"
.



Les multiples articles, analyses d'experts, les exposés sur les durées
des séquences de l'enregistrement n'ont donc pas servi à grand chose. Lors de la publication de l'article d'Associated Press, l'agence annonçait très sérieusement que l'enregistre du son avait été "diffusé aux travailleurs de l'ambassade américaine"
à Cuba "pour leur apprendre"
à quoi il était nécessaire d'être attentif. Sans s'en être rendus compte, depuis plus d'un an, les spécialistes de l'acoustique mondiaux dissertent tous sur le son d'un insecte.



LE RESPONSABLE EST LE "CRIQUET À QUEUE COURTE DES INDES"



Lorsque M. Stubbs a pour la première fois entendu l'enregistrement, il a
immédiatement reconnu le son que faisaient les insectes quand il
travaillait dans les Caraïbes. Après avoir téléchargé le fichier d'AP avec son collègue, le Dr Montealegre-Z, il a ensuite réalisé que les schémas acoustiques étaient très similaires aux chants émis par certains insectes. Cherchant une correspondance avec
plusieurs insectes, les chercheurs ont comparé le son aux enregistrements de la base de données en ligne d'une université en Floride. Et… Bingo ! Les diplomates américains avaient entendu un
son présentant une ressemblance frappante avec le chant d'une espèce
en particulier : celui du criquet à queue courte des Indes, que vous pouvez écouter ici.



Pas convaincu ? C'est tout à fait normal. Le son de la base de donnée
de l'Université en Floride est enregistré dans des conditions
"optimales", en extérieur, par des spécialistes. Les diplomates ont pour leur part capté le son en intérieur, dans une demeure où il était constamment répercuté sur les murs. Pourtant,
le chant du criquet à queue courte des Indes "concorde, de manière précise et nuancée, avec l'enregistrement A.P. en durée, en taux de répétition, spectre de puissance, stabilité du taux de pouls et oscillations par pouls", affirment les scientifiques dans leur analyse.



"ILS SONT EXTRAORDINAIREMENT BRUYANTS"



Les diplomates américains avaient pourtant exclu dès les premiers
instants la possibilité que le son appartiennent à un insecte : très long, il semblait surtout beaucoup trop imposant pour appartenir à un criquet normal. "Ils sont extraordinairement bruyants, confirme M. Stubbs. Vous pouvez les entendre à l'intérieur d'un camion diesel rouler
soixante-cinq kilomètres à l'heure sur l'autoroute."



Alexander Stubbs est formel : ce n'est donc pas ce pauvre criquet à queue
courte des Indes qui a rendu malade les diplomates. "Il est tout à fait possible qu'ils soient tombés malades à cause de quelque chose de complètement différent qui ne soit pas une attaque
sonique, ou qu'ils aient été ciblés d'une autre manière"
, a-t-il déclaré. Le département d'Etat américain va devoir chercher une autre explication aux multiples symptômes de ses
employés.


Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un est en visite en Chine

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un est en visite en Chinehttp://www.via214.net/



Publié le 08/01/2019 à 07:57 La Rédaction de Via214





SHANGHAI/SEOUL (Reuters) - Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un effectue une
visite de quatre jours en Chine à l'invitation du président chinois
Xi Jinping, ont rapporté mardi les agences de presse officielles chinoise et nord-coréenne.



Selon la presse officielle nord-coréenne, Kim Jong-un a quitté la Corée
du Nord en train lundi après-midi en compagnie de sa femme Ri Sol-ju et de plusieurs hauts représentants de Pyongyang.



Cette visite, qui avait été rapportée plus tôt par les médias sud-coréens, a été confirmé par l'agence de presse Chine Nouvelle, laquelle a précisé que la visite de Kim Jong-un aurait lieu de lundi à jeudi.



Aucun des médias officiels des deux pays n'a donné de détails sur le programme de Kim ou sur le but de cette visite.



Citant une source au fait des relations intercoréennes, le journal sud-coréen Hankyoreh rapportait plus tôt que Kim Jong-un se rendait Pékin afin d'y retrouver Xi Jinping pour un quatrième sommet bilatéral.



Kim Jong-un s'est rendu en Chine à trois reprises l'année dernière pour s'entretenir avec Xi Jinping, avant et après les sommets que le dirigeant nord-coréen a tenus, séparément, avec le président américain Donald Trump et le président sud-coréen Moon Jae-in.



De source diplomatique, on déclare que Xi Jinping se rendra sans doute
prochainement en Corée du Nord. Il serait alors le premier dirigeant
chinois à le faire depuis 2005.



Le journal sud-coréen Munhwa Ilbo a rapporté récemment que des responsables du département d'Etat américain avaient rencontré à plusieurs reprises récemment des responsables nord-coréens à Hanoï
afin d'évoquer les préparatifs d'un nouveau sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un, ce qui laisse penser qu'il pourrait se tenir au Vietnam.



Le premier sommet Trump-Kim, le 12 juin dernier, avait eu pour cadre la
cité-Etat de Singapour, où les deux dirigeants avaient conclu un
accord en termes vagues sur une dénucléarisation future de la
péninsule coréenne.


"Gilets jaunes": le gouvernement veut une nouvelle loi "anticasseurs"

"Gilets jaunes": le gouvernement veut une nouvelle loi "anticasseurs"http://www.via214.net/



Publié le 08/01/2019 à 07:25 La Rédaction de Via214




Paris (AFP) - Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé lundi une nouvelle loi "anticasseurs" avec un fichier à l'image de celui antihooligans réclamé par des syndicats de policiers, et promet un dispositif de sécurité "considérable" pour l'acte IX des
"gilets jaunes" samedi.



Les "gilets jaunes" dont la contestation dure depuis près de deux mois, dénoncent eux régulièrement un amalgame entre leur
mouvement et les "casseurs".



Le dispositif de sécurité retrouvera samedi son niveau de mi-décembre, à savoir près de 80.000 policiers et gendarmes dans toute la France dont 5.000 à Paris, a dit le Premier ministre, sans préciser s'il
s'attendait à une plus forte participation samedi pour l'acte IX des
"gilets jaunes".



"Dans bien des villes de France, les manifestations se sont passées
pacifiquement, mais nous ne pouvons pas accepter que certains profitent de ces manifestations pour déborder, pour casser, pour brûler. Ceux-là n'auront jamais le dernier mot dans notre pays",
a affirmé M. Philippe sur TF1.



"A l'ultra violence nous opposerons l'ultra fermeté", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner lors de ses voeux aux forces de sécurité, alors que l'exécutif s'apprête à lancer
en parallèle un "grand débat national" à partir de la semaine prochaine.



Depuis le début de la mobilisation des "gilets jaunes", le 17 novembre 2018, 5.600 personnes ont été placées en garde à vue et quelque 1.000 condamnations prononcées par la justice, a précisé
lundi Édouard Philippe.



Les images de violences lors ou en marge de manifestations des "gilets jaunes" ont fait le tour du monde depuis le début de ce mouvement inédit, qu'elles visent des forces de l'ordre prises à
partie, des symboles comme l'Arc de Triomphe tagué, des quartiers de
Paris vandalisés, ou encore des manifestants blessés partout en
France.



Lors de "l'acte VIII" qui a rassemblé 50.000 personnes samedi, 345 personnes ont été interpellées dans toute la France, dont 281 placées en garde à vue.



A Paris, des individus sont parvenus, en défonçant la porte avec un engin de chantier, à pénétrer dans l'enceinte du ministère du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, qui a dû être exfiltré.



Des journalistes ont également été pris à partie, notamment à Rouen. Les journalistes du service reportage de BFMTV ont décidé de ne pas couvrir les actions des "gilets jaunes" ce lundi pour protester contre les agressions subies par plusieurs de leurs collègues.



L'ex-boxeur soupçonné d'avoir agressé deux gendarmes sur une passerelle
enjambant la Seine s'est présenté de lui-même à la police lundi matin et a été placé en garde à vue.



Face à cette nouvelle flambée de violences, le Premier ministre a
répondu "oui" à la demande des syndicats de policiers, dont Alliance, qui réclament la création d'un fichier de personnes interdites de manifestations.



- "Capitulation morale" -



Le secrétaire général adjoint du syndicat de police Alliance, Frédéric Lagache, a estimé que les mesures annoncées par l'exécutif, loi d'orientation, création d'un fichier et
durcissement des sanctions contre les casseurs (ex: passer de la contravention au délit pour les gens agissant le visage masqué) sont "une bonne chose".



Il est plus "dubitatif" sur le volet justice en regrettant l'absence d'annonces fortes renforçant la sévérité des peines contre les agresseurs de policiers et gendarmes.






900 emplois menacés chez le fabricant français de papier Sequana

900 emplois menacés chez le fabricant français de papier Sequanahttp://www.via214.net/



Publié le 08/01/2019 à 07:58 La Rédaction de Via214



Mauvaise nouvelle sur le front de l'emploi et pour Bpifrance,
actionnaire à 15,4%: le groupe papetier françaisSequana va demander l'ouverture d'une procédure de sauvegarde et le placement en redressement judiciaire de certaines unités de sa filiale de fabrication Arjowiggins. Ces procédures concernent les trois unités de la filiale Arjowiggins Graphic: les usines de Bessé-sur-Braye et Le Bourray dans la Sarthe (72) et l'usine de Greenfield, à
Château-Thierry dans l'Aisne (72), qui totalisent 906 emplois.



Le site de Greenfield (150.000 tonnes par an), construit en 1997, est
"leader européen en pâte recyclée de très haute qualité", selon Arjowiggins. Fondée en 1824, l'usine de Bessé-sur-Braye (320.000 t/an) fabrique en particulier des papiers couchés de
spécialité et des papiers laminés, tandis que l'usine du Bourray
(100.000 t/an), créée en 1848, produit notamment des papiers de bureau. Ces trois sites emploient 568 salariés à
Bessé-sur-Braye, 262 à Le Bourray et 76 à Greenfield, selon les
données d'Arjowiggins.



Le tribunal de commerce de Nanterre statuera le 8 janvier



Sequana fait valoir que les actifs concernés par la procédure de sauvegarde
comptent "des marques renommées en papiers fins haut de gamme et en papiers graphiques recyclés", ainsi qu"un "outil
industriel unique dans la production de pâte à papier 100% recyclée



Les demandes de procédures seront examinées mardi 8 janvier par le tribunal de commerce de Nanterre. Le groupe souligne que la mise en sauvegarde ou en redressement judiciaire doit permettre de rechercher "toutes les solutions favorisant la poursuite de
l'activité des divisions Graphique et Papiers de création d'Arjowiggins dans le cadre d'un plan de reprise pérenne".



La vente de ces activités au Finlandais Finaska a échoué



Cette demande de placement en redressement judiciaire intervient quelques jours après que le groupe papetier diversifié a renoncé au projet
de cession au Finlandais Finaska des deux principales entités (plus de 90% des ventes) de sa filiale Arjowiggins, à savoir les activités Graphique et Papiers de création. Le groupe papetier invoque, pour expliquer cet échec, "la dégradation des conditions de marché,
frappées notamment par des hausses successives et très significatives du prix de la pâte et, dans une moindre mesure, de l’énergie".



Sequana rappelle avoir déjà mené en 2014 "une lourde restructuration" de ses activités de papiers d'impression et d'écriture chez Arjowiggins, ce qui avait permis le retour à un flux de trésorerie positif en 2017. Mais depuis, Arjowiggins a été confronté à "une
augmentation inédite et continue" du prix de la pâte à papier qui a atteint un niveau historiquement le plus élevé ces derniers mois. Le groupe n'a pas pu compenser cette hausse dans ses prix de
vente, dans un marché souffrant de trop grandes capacités.



Carlos Ghosn, devant le tribunal pour la première fois, se dit "faussement accusé"

Carlos Ghosn, devant le tribunal pour la première fois, se dit "faussement accusé"http://www.via214.net/



Publié le 08/01/2019 à 06:27 La Rédaction de Via214




Tokyo (AFP) - Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, s'est dit "faussement accusé et détenu de manière injuste", lors de sa première comparution devant un juge, près de deux mois après son arrestation
surprise à Tokyo.



Le magnat de l'automobile de 64 ans, qui a subi une chute brutale après être devenu un personnage tout-puissant, s'est défendu d'une voie claire et forte, sans montrer d'émotion, au cours d'une audience qui a attiré les médias du monde et de nombreux curieux.



Vêtu d'un costume sombre, sans cravate, sandales vertes en plastique au pied, il est apparu nettement amaigri, les joues creuses, menotté, avec une corde autour de la taille avant le début de la séance qui a duré quasiment deux heures, de 10H30 locales (01H30 GMT) à 12H15.



S'exprimant en anglais, il a rappelé avoir dédié "deux décennies de sa
vie à relever Nissan et bâtir l'alliance", une entreprise
qu'il dit aimer.



Le dirigeant franco-libano-brésilien affirme "avoir agi avec honneur, légalement et avec la connaissance et l'approbation des dirigeants de la compagnie", selon une déclaration écrite
qu'il a lue.



Il a assuré n'avoir nullement fait couvrir des pertes personnelles à
Nissan et a détaillé les transactions pour lesquelles il est accusé d'abus de confiance, assurant que les sommes versées par une filiale de Nissan à un homme d'affaires saoudien l'ont été en rétribution de services rendus pour aider le groupe dans la région du Golfe.



-Risque de fuite -



Le juge a justifié de son côté son maintien en détention par un
risque de fuite à l'étranger "où il a des bases" et d'altération de preuves.



"Il y a suffisamment d'éléments pour estimer que le suspect pourrait
inciter des personnes concernées à dissimuler des infractions", a argué le magistrat Yuichi Tada.



Dès les premières heures de la matinée, une longue queue s'était formée devant le tribunal. Plus d'un millier de personnes, parmi lesquelles de nombreux journalistes étrangers, ont patienté dans le froid pour tenter de décrocher une des rares places dans la salle:
seulement 14 tickets ont été alloués par tirage au sort à des membres du public, pour assister à la comparution du célèbre accusé.



L'ambassadeur de France au Japon, Laurent Pic, était présent "dans le cadre de la protection consulaire", selon un porte-parole de l'ambassade. Devaient aussi en être son homologue du Liban et le consul du Brésil, d'après la chaîne de télévision publique NHK.



La procédure de comparution de ce type est rare, seulement 0,6% des détenus ont fait une telle requête l'an dernier. Elle n'a quasiment aucune chance de changer le cours des choses mais la portée symbolique est forte pour M. Ghosn, qui a pu rompre le silence
médiatique dans lequel il est muré depuis plusieurs semaines.



"Même si ça n'est que dix minutes, pour lui c'est très important de pouvoir dire au monde sa vérité à lui", a réagi Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile basé à Paris.



- Une inculpation, trois gardes à vue -



Son équipe d'avocats, menée par un ancien procureur, Motonari Otsuru a
prévu de tenir une conférence de presse mardi après-midi. Ils sont arrivés un peu plus d'une heure avant le début de l'audience, en taxi.



Carlos Ghosn a été mis en examen le 10 décembre pour dissimulation aux autorités boursières d'une partie de ses revenus perçus chez Nissan: environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) sur cinq années, de 2010 à 2015.



A l'issue de cette première garde à vue, il a fait l'objet d'un nouveau mandat d'arrêt pour une minoration similaire d'émoluments, mais cette fois entre 2015 et 2018, puis d'un troisième, pour abus
de confiance.



Quand Carlos Ghosn peut-il être libéré? Après des espoirs déçus en décembre, il arrive vendredi au bout de sa troisième garde à vue, mais il peut rester en prison dans l'attente de son procès ou même être arrêté sur de nouvelles charges.



La longueur de sa détention étonne à l'étranger où certains s'offusquent de la dureté du système judiciaire japonais.



Ses proches aussi se sont indignés. Deux de ses filles, interviewées par le New York Times, s'interrogeant sur une cabale de Nissan afin de contrer un éventuel projet de fusion avec Renault.



- Vaste enquête -



La femme de Greg Kelly, bras droit de M. Ghosn arrêté le même jour que lui et relâché le 25 décembre sous caution, a elle aussi dénoncé "un complot international, une trahison de certains
dirigeants de Nissan".


Trump peut-il décréter l'État d'urgence pour construire son mur

Trump peut-il décréter l'État d'urgence pour construire son murhttp://www.via214.net/



Publié le 08/01/2019 à 06:10 La Rédaction de Via214




Cherchant à sortir de l'impasse sur le financement de son mur à la frontière
mexicaine, le président américain menace de recourir à une procédure d'urgence si le Congrès ne lui donne pas les 5 milliards de dollars qu'il réclame.




Fait rare, Donald Trump s'adressera à la nation mardi soir avant de partir effectuer une visite à la frontière avec le Mexique. Alors que le bras de fer
avec le Congrès au sujet de la construction de son mur suscite
depuis dix-sept jours une paralysie partielle des administrations
fédérales -"shutdown"- d'aucuns prédisent que le président
américain pourrait annoncer qu'il envisage de recourir à l'État
d'urgence pour contourner le Congrès si le blocage persiste. De quoi s'agit-il exactement?


Le cadre légal. Une loi votée en 1976, le "National Emergencies Act", autorise le président des États-Unis à invoquer une "urgence" nationale pour activer des pouvoirs extraordinaires
prévus dans d'autres textes, à condition de spécifier lesquels. Par simple décret, la Maison Blanche peut ainsi proclamer la loi martiale, restreindre les libertés civiles, réquisitionner des
propriétés privées, mobiliser la Garde nationale, recruter des militaires... Selon la loi, les deux chambres du Congrès doivent se réunir six mois après le décret présidentiel pour renouveler ou abolir la mesure. Et, celle-ci doit être renouvelée après un an, sans quoi elle expire automatiquement.


Les précédents. Tous les présidents ont fait usage de
ces dispositions. Un grand nombre des décrets ayant été reconduits chaque année, plus de vingt mesures d'urgence sont en vigueur actuellement. Le président George W. Bush avait notamment décrété l'urgence après les attentats du 11 septembre 2001, ce qui avait permis d'augmenter les moyens de l'armée au-delà du budget voté, de lancer des programmes secrets de surveillance ou encore de pratiquer des interrogatoires musclés des prisonniers, plus tard
comparés à de la torture.



Le président Barack Obama avait lui invoqué l'urgence lors de l'épidémie de grippe H1N1 pour lever certaines dispositions du secret médical, ce qui avait permis aux hôpitaux de réagir plus
rapidement. Plus souvent, cette loi a été utilisée pour prendre des sanctions contre d'autres pays, du Venezuela au Soudan, en passant par le Zimbabwe. C'est ainsi que le président Jimmy Carter avait invoqué l'urgence après la prise d'otages à l'ambassade
américaine de Téhéran en 1979. Ce dispositif, reconduit chaque année, fournit le cadre à l'interdiction du commerce avec l'Iran.


Le cas du mur. Donald Trump pourrait déclarer une "urgence migratoire" à la frontière avec le Mexique, en s'appuyant sur l'arrestation de plus de 100.000 étrangers entrés
illégalement aux États-Unis en octobre et novembre. Une loi migratoire définit ce type d'urgence comme "un afflux d'étrangers d'une telle ampleur" que les administrations ne sont plus en mesure
de les gérer. Cela lui permettrait de déployer plus d'hommes à la frontière et de débloquer un fonds de 20 millions de dollars. Mais c'est bien moins que les 5,7 milliards qu'il réclame au Congrès.



Une autre loi permet au président, en cas d'urgence, de recourir au budget de l'armée pour "des projets de construction militaire". Mais il n'est pas certain que le mur entre dans cette catégorie. De plus, le tracé du mur passe par de nombreuses terres privées et, même avec des mesures d'urgence, il n'est pas certain que l'exécutif
puisse les réquisitionner.



Par ailleurs, le Congrès a le pouvoir de contester tout décret d'urgence. L'opposition démocrate, qui contrôle la Chambre des représentants, a d'ores et déjà indiqué qu'elle ferait tout pour
le bloquer. Enfin, les tribunaux ont aussi un droit de regard. "Je pense que le président se retrouverait à la merci d'une décision de justice qui questionnerait l'existence d'une urgence", a estimé le parlementaire démocrate Adam Smith.




Migrants au large de Malte: Le pape appelle les dirigeants de l'UE à la "solidarité"

Migrants au large de Malte: Le pape appelle les dirigeants de l'UE à la "solidarité"http://www.via214.net/



Publié le 07/01/2019 à 07:39 La Rédaction de Via214




MIGRATIONS Les migrants bloqués à bord de deux navires d’ONG allemandes, tout près des côtes maltaises, ont entamé ce week-end leur deuxième
semaine en Méditerranée pour certains...



Le Pape François a appelé ce dimanche les dirigeants européens à faire preuve de " solidarité concrète " à l’égard des 49 migrants toujours bloqués à
bord de deux navires d’ONG au large de Malte. Certains d’entre eux sont bloqués depuis deux semaines.



"Depuis plusieurs jours, 49 personnes sauvées en Méditerranée sont à bord
de deux navires d'ONG, dans l’attente d’un port sûr où débarquer. J’adresse un
appel pressant aux dirigeants européens afin qu’ils fassent preuve de solidarité concrète à l’égard de ces personnes ", a
déclaré le pape devant des milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre à l’occasion de la traditionnelle prière de l’angelus.



Les Pays-Bas et l’Allemagne prêts à les accueillir



Les migrants bloqués à bord de deux navires d’ONG allemandes, tout près des côtes maltaises, ont entamé ce week-end leur deuxième semaine en Méditerranée pour certains, troisième semaine pour
d’autres, sans qu’aucune solution ne soit encore en vue.



L'Italie et Malte ont toutes deux confirmé dimanche qu’elles n’avaient
aucune intention d’autoriser ces deux navires à accoster. " En Italie, plus personne n’arrive. C’est la ligne et elle ne changera pas ", affirme ainsi le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini et patron de la Ligue (extrême
droite), dans un entretien dimanche avec le quotidien Il Messaggero.
" Les ports italiens sont et resteront fermés ", a-t-il réitéré sur Twitter.



Le Premier ministre maltais Joseph Muscat a de son côté expliqué ne pas vouloir créer de " précédent " en autorisant ces migrants à débarquer, dans un entretien avec Radio One à Malte, cité par les médias italiens.



Les Pays-Bas et l’Allemagne ont indiqué être prêts à accueillir ces migrants, à condition que cette opération se fasse dans un cadre européen.


Le boxeur qui a frappé des gendarmes parmi les gilets jaunes va "apprendre le code pénal", promet la

Le boxeur qui a frappé des gendarmes parmi les gilets jaunes va
"apprendre le code pénal", promet la policehttp://www.via214.net/



Publié le 07/01/2019 à 07:06 La Rédaction de Via214




Christophe D., boxeur professionnel identifié par la police, a été interpellé selon France 3, après son face-à-face sur la passerelle
Léopold-Sédar-Senghor.




GILETS JAUNES - C'est l'une des images les plus saisissantes de cette
huitième journée de mobilisation des gilets jaunes. Un homme vêtu de noir (et sans gilet jaune sur les épaules), assénant plusieurs coups violents au
visage d'un gendarme, comme s'il était sur un ring de boxe.



La vidéo de ce face-à-face a rapidement circulé sur les réseaux sociaux ce samedi 5 janvier, au jour de "l'Acte VIII" de la mobilisation des gilets jaunes, et des premières manifestations de l'année 2019. Dans la soirée, un syndicat de policiers a indiqué sur Twitter que cet homme, un boxeur professionnel évoluant dans la région parisienne selon France 3,
avait été identifié.



"Monsieur, vous qui avez frappé un collègue à terre, vous êtes identifié.
Pour un boxeur, vous ne respectez apparement pas beaucoup de règles.
Nous allons vous apprendre celles du code pénal", écrit le syndicat des commissaires de la police nationale, avec une photo de l'homme en question.





Commissaire Police Nationale SCPN @ScpnCommissaire



Monsieur, vous qui avez frappé un collègue à terre, vous êtes identifié.
Pour un boxeur, vous ne respectez apparement pas beaucoup de règles.
Nous allons vous apprendre celles du code pénal. @Emmanuel Macron @EPhilippePM @Ccastaner @NunezLaurent @DGPNEEricMorvan @prefpolice



11:12
- 5 janv. 2019




    Une "attaque intolérable" pour Castaner



    La scène s'est déroulée sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor à
    Paris, qui relie les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des
    Tuileries. Des gilets jaunes, tentant de l'emprunter pour rejoindre l'Assemblée nationale, ont été repoussés par les forces de l'ordre. De nombreux coups ont été échangés. Dans une vidéo diffusée par l'agence Line Presse et visible ci-dessous,
    on voit le boxeur distribuer plusieurs coups de poings à l'un des
    gendarmes.



    LINE PRESS @LinePress


    #Gilets Jaune très forte mobilisation à #Paris le peuple en colère force les barrages de police #acte 8 #ActeVIII #O5janvier #05janvier2019



    06:15
    - 5 janv. 2019



    Christophe Castaner



    @CCastaner Le @PrefPolice a saisi le procureur de la République de Paris. Pleine confiance en notre justice devant laquelle il devra rendre compte de cette
    attaque aussi lâche qu'intolérable. Gratitude à ces gendarmes mobiles pour leur sang-froid exemplaire. twitter.com/ScpnCommissair...



    Dans la soirée, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a
    rapidement relayé le tweet de la police, indiquant que le procureur de la République de Paris avait été saisi. "Pleine confiance en notre justice devant laquelle il devra rendre compte de cette attaque aussi lâche qu'intolérable", ajoute le ministre.



    Selon France 3, l'homme, Christophe D., aurait été interpellé. Le syndicat de police a relayé l'information, ajoutant : "Vous rendrez des comptes devant qui de droit. Pour la boxe, votre carrière
    est aussi terminée, vous n'avez pas les valeurs requises".


Un Américain est sorti du coma après avoir été débranché

Un Américain est sorti du coma après avoir été débranchéhttp://www.via214.net/



Publié le 07/01/2019 à 06:30 La Rédaction de Via214




T. Scott Marr est désormais surnommé "l'homme miraculé". Un homme est sorti du coma après avoir été débranché.




FAITS-DIVERS - "C'est un miracle de Dieu". T. Scott Marr, un commentateur sportif américain plongé dans le coma après un accident vasculaire cérébral est revenu à la vie quelques instants
après avoir été débranché, et alors que plus aucun espoir ne semblait permis.



Selon la télévision locale KMTV3 qui
rapporte l'histoire, T. Scott Marr a été transporté en urgence à l'hôpital de la ville d'Omaha, dans le Nebraska, après avoir été découvert inconscient le 12 décembre. L'homme est alors dans le
coma et les médecins se montrent très pessimistes sur ses chances de survie. "Nous pensions que le processus était irréversible", explique à KMTV3 un des professionnels de l'hôpital.



T. Scott Marr ayant déjà fait savoir à ses enfants qu'il ne souhaitait pas être maintenu en vie artificiellement, ces derniers prennent la décision de le débrancher. "Les médecins nous ont
dit qu'il était sur le chemin de la mort cérébrale. Alors nous lui avons dit adieu, avant de le le débrancher, tous les appareils ont été arrêtés et nous avons attendu à ses côtés", a raconté
sa fille Preston Marr lors d'une conférence de presse citée par The Independent.



Mais contre toute attente, T. Scott Marr continue à respirer sans assistance médicale. Le lendemain, son état s'améliore: "Je lui ai demandé de bouger les doigts et il les a légèrement bougés. Et je lui ai demandé de bouger les orteils et il les a vraiment bougés légèrement", confie sa fille.



"D'un point de vue médical, c'est un miracle assez effrayant"



Au fur et à mesure, T. Scott Marr recouvre ses facultés. Des analyses
faites par la suite ont finalement montré que l'homme n'avait pas été victime d'un AVC, mais d'un syndrome de leucoencéphalopathie postérieure réversible. "Le plus souvent, c'est le résultat d'une hausse de la pression artérielle, mais plusieurs choses
peuvent en être responsables. Nous nous inquiétions du fait que, dans ce cas précis, le processus soit irréversible et qu'il amène à une mort cérébrale", précise l'équipe médicale.



"D'un point de vue médical, on peut le voir comme ça, c'est un miracle assez effrayant", confirme lui-même l'intéressé, qui raconte à KMTV3 avoir fait un rêve particulier alors qu'il était inconscient. Dans son rêve, il aurait croisé son père décédé,
qui lui aurait ordonné de "ramener ses fesses à la maison."



"Je ne veux pas en faire une grosse affaire de religion mais je vais vous
dire: c'était un joli miracle", affirme T. Scott Marr, qui a depuis repris le cours de sa vie et répond désormais au surnom de "l'homme miraculé".


Toulouse: Une femme poignardée à mort par son conjoint dans le quartier de Bellefontaine

Toulouse: Une femme poignardée à mort par son conjoint dans le quartier de Bellefontainehttp://www.via214.net/



Publié le 07/01/2019 à 06:00 La Rédaction de Via214




FAITS DIVERS Une femme a été tuée de plusieurs coups de couteau dimanche matin à Toulouse. L’auteur, qui serait son conjoint, est en fuite…




Les pompiers n’ont pas pu la sauver. Dimanche matin, lors de leur arrivée dans un appartement d’un immeuble de la rue Van Gogh, dans le quartier toulousain de Bellefontaine, ils ont trouvé le corps inanimé d’une femme.



Le conjoint est en fuite



Cette mère de famille de 29 ans est morte, poignardée à plusieurs
reprises.



Une enquête a été ouverte. Selon les premiers éléments, son conjoint, en fuite, pourrait être l’auteur présumé des coups. Une dispute conjugale aurait éclaté peu de temps avant le drame, alors qu’un enfant dormait
dans une pièce voisine.




Jesta enceinte : voici comment elle a choisi sa robe de mariée

Jesta enceinte : voici comment elle a choisi sa robe de mariéehttp://www.via214.net/



Publié le 06/01/2019 à 12:15 La Rédaction de Via214



Bientôt,Jesta et Benoît
se diront "oui" pour
la vie. Alors les deux candidats deKoh-Lanta préparent leur union. Et il s'avère que la future maman a déjà une idée précise de la robe de mariée qu'elle porte le grand jour. Une tenue
qui sera adaptée à a grossesse, quelques jours après que le couple a annoncé le 3 janvier l'arrivée de leur premier enfant. Sur Snapchat, Jesta a répondu aux questions des internautes."Pour
la robe de mariée, on a dû faire en fonction. J'ai réservé ma robe, elle sera faite sur mesure. Là, elle est partie en confection et les retouches seront faites un mois avant le mariage. J'ai dû faire en fonction du confort. Je ne pouvais pas me permettre de choisir une tenue qui soit hyper moulante ou très sexy et que je ne sois pas à l'aise dedans. J'ai privilégié le confort. Je serai enceinte de 8 mois, je ne vais pas faire la dingue."



Pour rappel, c'est en octobre dernier que les deux tourtereaux ont annoncé
qu'ils allaient se marier. "J'ai dit OUI à New-York City !!! Je vais épouser l'homme le plus incroyable au monde, je
vous souhaite à tous de trouver votre âme sœur parce qu'il y a rien de plus fort au monde que l'amour. Je t'aime Benoit Assadi"
, écrivait la Toulousaine sur Instagram. Entre les deux amoureux, le bonheur est à son comble !


Meghan Markle, top 10 des prénoms qu'elle pourrait donner à son enfant

Meghan Markle, top 10 des prénoms qu'elle pourrait donner à son enfanthttp://www.via214.net/



Publié le 06/01/2019 à 11:25 La Rédaction de Via214




Meghan Markle et le prince Harry accueilleront leur premier enfant au
printemps prochain. Et depuis l'annonce de cette grossesse, les spéculations sur le sexe mais surtout le prénom du royal baby vont bon train.



Le 15 octobre dernier, le monde entier apprenait la grossesse de Meghan Markle. Au printemps prochain, le duc et la duchesse de Sussex accueilleront
leur premier enfant et il se peut même que le royal baby pointe le bout de son nez un peu plus tôt que prévu ! En effet, lors des fêtes fin d'année qu'elle a passé à Sandringham avec tous les membres de la famille royale d'Angleterre, l'épouse du prince Harry aurait lancé : "Nous sommes excités. Nous y sommes presque". En attendant son arrivée, les spéculations sur le sexe mais surtout sur le prénom du bébé vont bon train. Selon les parieurs de la société de paris Ladbrokes,Diana serait
aujourd'hui le choix le plus populaire en Angleterre. Sans surprise, il s'agit du prénom de la défunte mère du prince Harry. Celui-ci avait déjà été choisi comme troisième prénom de la princesse Charlotte par le prince William et
Kate Middleton.



Le prénom Victoria en première position



La société Ladbrokes en a également profité pour dévoiler son top 10. En première position, on retrouve le prénom Victoria, suivi d'Albert et de Diana. En quatrième position, le prénom Philip
devance ceux d'Alice et d'Arthur. Il s'agit du prénom du grand-père du prince Harry et époux de la reine Elizabeth II. Le top 10 est finalement clôturé par les prénoms Alfred, Elizabeth, James et Mary. S'il faudra attendre la naissance du royal baby pour le découvrir, certains lancent également les paris sur le nombre d'enfants qu'attend la duchesse de Sussex. Si jusqu'aujourd'hui rien ne laissait réellement présager qu'il s'agissait d'une grossesse gémellaire, le Daily Mail vient de relancer la rumeur en citant deux proches du couple royal. Selon ces personnes dont on ne connaît l'identité, Harry et Meghan auraient en effet acheté
deux lits pour leur nouvelle demeure. Affaire à suivre...



Le classement des prénoms potentiels du futur royal baby :



  • Victoria


  • Albert


  • Diana


  • Philip


  • Alice


  • Arthur


  • Alfred


  • Elizabeth


  • James


  • Mary



“J'ai été le chauffeur de Jacques Chirac pendant 18 ans, il était comme mon père”

J'ai été le chauffeur de Jacques Chirac pendant 18 ans, il était comme
mon père”http://www.via214.net/



Publié le 06/01/2019 à 10:34 La Rédaction de Via214




Il y a quelques semaines, Jacques Chirac a fêté ses 86 ans. Il ne sort
quasiment plus de l'hôtel particulier où il vit dans le 6e arrondissement de Paris. André D., dit Max, son ancien chauffeur, nous raconte en exclusivité dix-huit ans d'une vie tourbillonnante
auprès d'un homme qu'il admire plus que tout.




Avant tout, qui êtes-vous ?



Je m'appelle André D. Dans le milieu politico-policier, on m'a toujours
surnommé Max, en référence au film Mad Max. C'était mon nom de guerre. Dix-huit années durant, j'ai été le chauffeur personnel du Président Jacques Chirac, que j'ai toujours appelé
"l'patron" ! J'ai aussi bossé pour Charles Pasqua au Service d'action civique (SAC). J'ai fait deux campagnes
présidentielles à leurs côtés.



Quelle était la nature de vos rapports avec Jacques Chirac ?



J'étais sa bonne à tout faire ! Tout au long de ces années, nous étions très proches. J'ai été chef de garage, chauffeur. Je m'occupais aussi du courrier, de l'argent... Il avait une telle confiance en moi qu'il faisait appel à mes services pour régler toutes sortes d'affaires. J'étais armé à cette époque. Après les attentats qui ont émaillé l'année 1988, le préfet de police m'avait accordé un port d'arme. Alors, j'allais mettre mon nez partout pendant les manifs, comme [Alexandre] Benalla ! Je m'occupais aussi des enfants du patron, parfois même de ses chiens.



Comment le définiriez-vous ?



Pour moi, le Président Chirac était comme un père, celui que je n'ai
jamais eu. Il a été le dernier grand chef d'Etat de ce pays. Un homme extrêmement humain, d'une générosité sans pareille. Il a aidé des millions de personnes.


Comment aviez-vous fini par croiser sa route ?



Au départ, je n'étais rien qu'un petit voyou. Ne supportant plus mon travail de conducteur de bennes (...)



Ingrid Levavasseur annonce finalement avoir refusé d'être chroniqueuse sur BFMTV

Ingrid Levavasseur annonce finalement avoir refusé d'être chroniqueuse sur BFMTVhttp://www.via214.net/



Publié le 06/01/2019 à 10:04 La Rédaction de Via214




GILETS JAUNES - Finalement, c'est non. L'une des figures du mouvement des
gilets jaunes, Ingrid Levavasseur, dont BFMTV avait annoncé qu'elle participerait à une émission en vue d'y être intégrée par la suite comme
chroniqueuse, a annoncé sur Facebook samedi 5 janvier avoir "refusé
cette offre".



"STOPPPPPPP arrêtez avec vos messages cyniques, j'ai refusé cette offre !!"
écrit l'aide-soignante. "Vous n'imaginez même pas le mal que vous faites aux gens qui se battent pour vous !! Débrouillez vous entre vous puisque vous avez les solutions..." poursuit-elle.





Levavasseur Ingrid Citoyenne En Gilet Jaune



il y a 11 heures



STOPPPPPPP arrêtez avec vos messages cyniques, j'ai refusé cette offre !! Vous n'imaginez même pas le mal que vous faites aux gens qui se battent
pour vous !! Débrouillez vous entre vous puisque vous avez les solutions... Apolline De Malherbe est une femme qui a le mérite de proposer un temps de parole aux gilets jaunes mais vos égos et votre
jalousie vous font dire des bêtises et fait du mal à notre mouvement. (Et pour info, jamais je ne suis allée sur le plateau de BFM) Quand je lis les commentaires, je suis terriblement désolée de ne pas réussir à être à la hauteur de vos attentes. Je ne suis
qu'un être humain sur qui beaucoup prennent de plaisir à malmener.
Maintenant je vais prendre beaucoup de recul et vous laissez balancer
vos insanités et continuer mon travail que j'aime, retrouver mes enfants, mes amis et ma famille !



Contactée par Apolline De Malherbe



Plus tôt dans la soirée, BFMTV avait pourtant annoncé vouloir tester cette mère de famille comme chroniqueuse de l'une de ses émissions d'actualité. "Madame Levavasseur interviendra parmi
les chroniqueurs de l'émission, comme citoyenne, par ailleurs engagée dans le mouvement des gilets jaunes", avait indiqué la chaîne d'informations en continu, avant d'ajouter : "La suite de la collaboration entre Madame Levavasseur et la chaîne sera décidée à l'issue de cette première émission".






BFMTV @BFMTV


Et en même temps : précision sur la participation d'Ingrid Levavasseur@et en memetempsbfmtv.com/emission/et-en...


9


15:37 - 5 janv.2019


L'animatrice de l'émission "Et en même temps", Apolline De Malherbe, avait indiqué à l'AFP avoir elle-même contacté Ingrid Levavasseur pour qu'elle rejoigne les chroniqueurs de son émission de débat politique, car "elle incarne une France qui est parfois peu
représentée mais qui est une France très présente".



"Apolline De Malherbe est une femme qui a le mérite de proposer un temps de
parole aux gilets jaunes mais vos égos et votre jalousie vous font dire des bêtises et fait du mal à notre mouvement", dit Ingrid Levavasseur dans son message Facebook de samedi soir, après avoir visiblement été la cible de commentaires désobligeants.



Sur Twitter, certains messages lui reprochaient d'avoir "trahi" le mouvement en se...


Gilets jaunes, acte VIII : des rassemblements partout en France

Gilets jaunes, acte VIII : des rassemblements partout en Francehttp://www.via214.net/



Publié le 06/01/2019 à 09:35 La Rédaction de Via214




Plusieurs centaines de manifestants ont été recensés à Paris dès 11 heures
du matin, notamment aux abords des Champs-Élysées, près de l'Arc de Triomphe.




Les Gilets jaunes ont commencé samedi à se rassembler dans plusieurs villes pour l'acte VIII de leur mobilisation, dans l'espoir de peser
sur le gouvernement qui dénonce des velléités " d'insurrection " et réclame le retour à l'ordre.



Bordeaux, Toulouse, Lyon... Pour cette première mobilisation de l'année 2019,
les Gilets jaunes se sont donné rendez-vous autour de places symboliques des grandes villes, insensibles aux concessions de l'exécutif et au grand débat national qui doit s'ouvrir à la
mi-janvier.



Plusieurs rassemblements à Paris



À Paris, deux principales actions ont été déclarées à la préfecture : une marche partira de la place de l'Hôtel de
Ville en début d'après-midi pour rallier l'Assemblée nationale et un rassemblement sur les Champs-Élysées, haut lieu de contestation lors des précédents week-ends.



Vers 11 heures, entre 500 et 600 personnes étaient rassemblées
dans le calme sur la célèbre artère, non loin de l'Arc de Triomphe, et tenaient une assemblée générale, a constaté un
journaliste de l'AFP. " On va manifester ici tous les samedis, ça va continuer tout 2019 ", déclamait dans un mégaphone
Sophie, une des figures de ce groupe. Plusieurs d'entre eux ont fini
par investir la chaussée aux cris de " Macron démission ", allumant quelques fumigènes et bloquant la circulation.



Près du Panthéon, une vingtaine de personnes, originaires de région
parisienne mais (...)



Donald Trump s'accroche au mur et se dit prêt à un "shutdown" de longue durée

Donald Trump s'accroche au mur et se dit prêt à un "shutdown" de
longue duréehttp://www.via214.net/



Publié le 05/01/2019 à 11:51 La Rédaction de Via214




Donald Trump a confirmé vendredi qu'il était prêt à ce que le "shutdown" dure "pendant très longtemps, des
mois, voire des années".



Donald Trump a une nouvelle fois défendu bec et ongles, vendredi 4 janvier, son
projet de mur à la "dangereuse" frontière sud des Etats-Unis. Le président américain a averti qu'il était prêt à ce que, le la paralysie partielle de l'administration fédérale dure plusieurs mois, voire plus d'un an.



Depuis le 22 décembre, quelque 800 000 employés fédéraux, soit un quart des agents des services publics, ne sont plus payés. Certaines administrations ont été fermées; pour les autres, les employés toucheront leur salaire avec retard. Ce "shutdown" a été déclenché par le président républicain qui réclame des financements nécessaires à la construction du mur qu'il veut ériger
le long de la frontière mexicaine.



"Ce n'est pas un jeu"



Si Donald Trump a évoqué des discussions "très très productives",
les responsables démocrates venus à sa rencontre à la Maison Blanche ont donné un compte-rendu de l'entrevue nettement moins optimiste. De nouvelles discussions sont prévues dans les jours à venir. "J'ai nommé un groupe, nous allons nous voir ce week-end", a déclaré Donald Trump depuis les jardins de la Maison Blanche.



La construction d'un mur à la frontière avec le Mexique est une question de "sécurité nationale",
a-t-il martelé."Ce n'est pas un jeu", a-t-il ajouté, tout en soulignant "le chemin parcouru" dans les négociations avec ses adversaires politiques. A la sortie de la Maison Blanche, pourtant, Chuck Schumer, leader des démocrates au
Sénat et Nancy Pelosi, nouvelle "Speaker" de la Chambre des représentants, ont fait un récit très différent, évoquant des discussions"tendues".



Selon Chuck Schumer, Donald Trump a même indiqué qu'il était prêt à ce
que le "shutdown" dure "pendant
très longtemps, des mois, voire des années". "Oui, j'ai dit cela"
,
a confirmé le locataire de la Maison Blanche. "Je ne pense que cela sera le cas, mais je suis prêt", a-t-il ajouté.


Yann Moix en couple et sans filtre : "Je ne sors qu'avec des Asiatiques..."

Yann Moix en couple et sans filtre : "Je ne sors qu'avec des Asiatiques..."http://www.via214.net/



Publié le 05/01/2019 à 11:22 La Rédaction de Via214




A l'occasion de la sortie de son nouveau roman "Rompre", Yann Moix a accepté de parler de ses amours et de sa vision de la vie à deux... Des propos sans faux-semblants qui ne devraient pas passer
inaperçus !



Yann Moix ne mâche pas ses mots.



Interrogé par nos confrères du magazine Marie-Claire sur son rapport aux femmes à l'occasion de la sortie de son livre Rompre (éditions
Grasset), l'écrivain, réalisateur et chroniqueur télé de 50 ans a confié être actuellement en couple avec une jeune femme.



Sans langue de bois, ou faisant même fi du politiquement correct, il a
raconté : "Je suis avec une femme depuis quelques mois (...) Je ne sors qu'avec des Asiatiques. Essentiellement des Coréennes, des Chinoises, des
Japonaises. Je ne m'en vante pas. Beaucoup de gens seraient incapables de vous l'avouer car c'est du racialisme. C'est peut-être triste et réducteur pour les femmes avec qui je sors, mais le genre asiatique est suffisamment riche, large et infini pour que je n'en
aie pas honte
." Aussi, sans dévoiler l'âge de sa dulcinée, le chroniqueur des Terriens du samedi(C8) a affirmé qu'il serait bien incapable de sortir avec une femme de son âge. "Ça, ce n'est pas possible. Je trouve ça trop vieux. Quand j'en aurai 60,
j'en serai capable. 50 ans me paraîtra alors jeune (...) Je préfère le corps des femmes jeunes, c'est tout. Point. Je ne vais pas vous mentir. Un corps de femme de 25 ans, c'est extraordinaire
", a-t-il assumé.



En ce qui concerne ses envies de paternité, Yann Moix a ajouté que
l'idée faisait son chemin. Toutefois, il ne tient pas à élever un quelconque enfant. "Mon rêve est d'avoir un enfant sans m'en occuper. Le croiser de temps en temps, jouer, dessiner, faire les devoirs (...) Eduquer un enfant,
oui, l'élever, non. Je ne supporte pas l'autorité, la punition, les
reproches"
, a-t-il encore une fois assumé. Et de poursuivre : "Je
suis déjà sorti avec des filles qui ont des enfants, c'est une aliénation
."



Pour finir, Yann Moix a concédé qu'il faisait toujours en sorte de se faire quitter, consciemment ou non. Il a pour coutume de "quitter pour de faux" plusieurs fois ses compagnes jusqu'au jour où celles-ci prennent la
décision de le quitter véritablement. Un manège qui ne devrait pas fonctionner avec sa compagne actuelle. "Si
je dis à celle avec qui je suis actuellement 'Je te quitte', elle
vapote. Comme elle a des enfants, sa pire peur ne peut pas être que
je la quitte
", a-t-il analysé.





Julie Gayet, cachottière : ses performances physiques méconnues

Julie Gayet, cachottière : ses performances physiques méconnueshttp://www.via214.net/


Publié le 05/01/2019 à 10:35 La
Rédaction de Via214




C'est un talent qu'elle s'était bien gardé de révéler. Jusqu'à
maintenant. Julie Gayet se livre sur ces performances physiques méconnues du grand public.




Julie Gayet prend son métier de comédienne très au sérieux. Si bien
qu’elle a préféré se consacrer à sa carrière plutôt que de devenir Première dame aux côtés de François Hollande. La compagne de l'ancien président
fera
toujours passer sa carrière avant ses amours. C’est donc tout naturellement qu’elle peutaccepter d’étonnants défis pour un rôle.
Ce fut le cas pour son rôle dans le film d’Antoine Desrosières, À
la belle étoile
. Julie Gayet a alors 21 ans et débute dans ce milieu lorsqu’on lui propose d’incarner une funambule.Le challenge est de taille. Mais cela ne lui fait pas peur.



Ni une ni deux, Julie Gayet s’est donc inscrite dans l’école de cirque Annie Fratellini. Le coup de foudre avec ce nouveau monde est immédiat. " Un
univers dont je suis tombée amoureuse et où j’ai
fini
par rester un an et demi
", confirme d’ailleurs cette mère de famille dans
un portrait qui lui est consacré dans M, le magazine du Monde. "J’adorais
l’esprit de troupe, mélanger les disciplines, ne jamais juger les
autres, expérimenter autant qu’on voulait, monter le chapiteau, aller vendre des crêpes à l’entracte
",
révèle-t-elle. Mais surtout, elle a dû se lancer dans ce challenge
sportif.



"Outre le fil de fer, je faisais de la voltige sur les chevaux(…) J’étais moins à l’aise en acrobaties à cause de ma grande
taille. C’était dur. Neuf heures par jour où il fallait répéter encore et encore les mêmes gestes jusqu’à les maîtriser et s’assouplir.
Des
courbatures terribles
", se remémore celle qui partage l'affiche avec Kad Merad dans Le Gendre de ma vie.&Douleurs qu’elle a d’ailleurs surmontées d’une manière très
surprenante. "Jusqu'au jour où une contorsionniste m’a refilé un tuyau : verser un tube d’aspirine effervescente dans l’eau chaude du bain pour
parvenir à se détendre.
J’étais
circonspecte, mais j’en suis sortie délassée, légère
", confie cette femme divorcée.


Allemagne: Les données personnelles de centaines de responsables, dont Merkel, piratées et divulguée

Allemagne: Les données personnelles de centaines de responsables, dont Merkel,
piratées et divulguéeshttp://www.via214.net/



Publié le 05/01/2019 à 09:51 La Rédaction de Via214




HACKERSCes données ont été piratées via un compte twitter déjà à Noël mais le gouvernement n'en a fait état que vendredi...




Si le gouvernement allemand n’est
pas encore en mesure de savoir s’il s’agit d’une cyberattaque ou non, il a annoncé, ce vendredi, que les données personnelles de centaines de personnalités politiques allemandes, dont la chancelière Angela Merkel,
avaient été publiées sur Internet.



Selon la porte-parole du gouvernement, Martina Fietz, aucune " donnée sensible " émanant de la chancellerie n’a toutefois été rendu public à cette occasion, confirmant qu’Angela Merkel était aussi visée par ces publications. " Il est maintenant établi que les données et des documents de centaines de responsables politiques et de personnalités publiques ont été publiées sur Internet ", a-t-elle indiqué, suite à des informations de presse en ce sens.



Une attaque commanditée par ceux " qui veulent saboter la confiance en la démocratie et ses institutions "


Elles l’ont été via un compte Twitter déjà vers Noël mais le gouvernement n’en a fait état que vendredi. Selon l’un des
documents postés en ligne, deux adresses e-mails de la chancelière apparaissent, ainsi qu’un numéro de fax et l’intitulé d’une lettre qui lui a été adressée. Le gouvernement ne " peut ni confirmer ni démentir " à ce stade qu’il s’agit d'une cyberattaque comme l’Allemagne en a déjà connu, a précisé le porte-parole du
ministère de l’Intérieur, Sören Schmidt.



L’Office pour la sécurité informatique (BSI) a jugé sur Twitter qu’il s’agissait d'" une cyberattaque contre des politiques" et expliqué " étudier intensivement " l’affaire " en coordination étroite avec les autorités " concernées. La ministre allemande de la Justice, Katarina Barley, a dénoncé " une attaque grave " commanditée par ceux " qui veulent saboter la confiance en la démocratie et ses institutions ", selon
l’agence allemande dpa.



Contacts, numéros de téléphone, tchat, données bancaires et adresses


Plusieurs médias, dont la chaîne publique régionale RBB, avaient révélé
un peu plus tôt que des centaines de personnalités politiques, mais aussi des journalistes du service public, des animateurs et des vedettes avaient été victimes d'une attaque informatique. Tous les grands partis politiques, de la CDU de la chancelière aux Verts, ont été victimes de cette attaque de hackers, qui visent aussi bien des députés que des élus régionaux et même municipaux.



Ce sont avant tout des listes de contacts avec des centaines de numéros
de téléphone portables et d’adresses qui ont été diffusées, ainsi que des documents internes aux partis comme des listes d’adhérents. Certains de ces documents datent toutefois d’il y a
plusieurs années, poursuit RBB. Des conversations par tchat, des
documents d’identité, des lettres mais aussi des coordonnées de cartes bancaires ont été rendues public.


Un jeune homme d'une vingtaine d'années poignardé à mort dans le quartier du Mirail à Toulouse

Un jeune homme d'une vingtaine d'années poignardé à mort dans le
quartier du Mirail à Toulousehttp://www.via214.net/


Publié le 05/01/2019 à 09:25 La
Rédaction de Via214




Une macabre découverte a été faite ce vendredi matin, dans le couloir
d’un immeuble, chemin de Lestang dans le quartier du Mirail à Toulouse

.
Un homme a été retrouvé mort, tué à l’arme blanche.



Il aurait reçu plusieurs coups de couteau dans la région du thorax. La
victime qui serait âgée d’une vingtaine d’années n’a pas été formellement identifiée. En revanche, un couteau a été retrouvé sur les lieux du drame.



L’enquête pour homicide a été confiée par le Parquet au service régional de
la police judiciaire de Toulouse.


Guerre Commerciale: Pékin confirme une visite des négociateurs US dès lundi

Guerre Commerciale: Pékin confirme une visite des négociateurs US dès
lundihttp://www.via214.net/



Publié le 04/01/2019 à 10:11 La Rédaction de Via214




Le ministère chinois du Commerce a confirmé vendredi que des négociateurs des Etats-Unis se rendraient en Chine lundi et mardi pour le premier tête-à-tête entre les deux puissances depuis que les chefs d'Etat des deux pays se sont rencontrés début décembre
put tenter d'apaiser leur différend commercial.



Le représentant adjoint pour le Commerce Jeffrey Gerrish conduira la délégation américaine en vue de mener "une discussion active et constructive", a annoncé dans un communiqué le ministère.



Les deux délégations s'efforceront de "mettre en oeuvre l'important consensus obtenu lors de la rencontre en Argentine" entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois
Xi Jinping, précise le communiqué.



Après des mois de hausses mutuelles des droits de douane sur leurs exportations respectives, les dirigeants des deux pays avaient convenu de se donner un répit de trois mois, jusqu'au 1er mars, pour laisser une chance à la négociation.



Plusieurs gestes de conciliation ont été effectués depuis, la Chine annonçant par exemple qu'elle suspendrait au 1er janvier, pour trois mois, les surtaxes douanières imposées aux voitures et pièces automobiles importées des États-Unis. Elle a passé en outre plusieurs grosses commandes de soja américain.



Pékin a par ailleurs donné son accord à l'importation de riz américain.



Mais le différend dépasse de très loin la simple question de l'énorme déficit commercial des Etats-Unis envers la Chine.



Washington accuse ainsi Pékin de "voler" ses innovations afin de devenir un champion du monde technologique, et exige des avancées en matière de protection de la propriété intellectuelle en Chine.





EUR/USD: En attente d'une confirmation haussière, avant une journée très chargée

EUR/USD: En attente d'une confirmation haussière, avant une journée très chargéehttp://www.via214.net/



Publié le 04/01/2019 à 09:43 La Rédaction de Via214




Investing.com – La paire EUR/USD reste bien orientée ce vendredi matin et tente de confirmer une cassure au-dessus de 1.14, suite à un mouvement de hausse démarré hier après-midi après un creux journalier à 1.1337.



Rappelons en effet que l’Euro-Dollar avait profité de la faiblesse du billet
vert, affecté par la publication d’un indice ISM manufacturier US très décevant, à 54.1 points pour le mois de décembre contre 57.7 anticipé, et au plus bas depuis décembre 2016.



Un calendrier économique très chargé attend l’EUR/USD ce vendredi



Aujourd’hui, les traders feront également face à un calendrier économique chargé, avec plusieurs statistiques susceptibles d’influencer les échanges en Europe et aux Etats-Unis.



Sur le Vieux Continent, ce sont les indices PMI des services finaux du
mois de décembre qui seront les premiers indicateurs à surveiller, à 9h55 pour l'Allemagne et 10 h pour la Zone Euro, avant l’IPC Européen à 11h.



Aux Etats-Unis, les traders devront surtout surveiller le rapport NFP sur
les créations d’emplois US du mois de décembre à 14h30. Une surprise positive n’est pas exclue, compte tenu du fait que le rapport ADP publié hier, qui mesure également les créations d’emplois du mois de décembre, s’est de son côté révélé très fortement supérieur aux attentes.



L’indice PMI des services US devra également être surveillé, à 15h45, peu
avant une intervention de Powell, le patron de la Fed, à 16h15.



Analyse Technique EUR/USD



D'un point de vue graphique, la tendance de la paire EUR/USD devient davantage positive depuis hier, mais l'Euro doit encore confirmer sa hausse en franchissant les moyennes mobiles 200 et 100 heures, situées à 1.1410 et 1.1412, et qui bloquent clairement le mouvement
haussier depuis hier après-midi.



Au-dessus de cette zone, les prochaines résistances potentielles qui pourraient servir d'objectifs haussiers se situent à 1.1435, puis 1.15.



En cas de retour sous 1.14, l’ancien support-résistance de 1.1350 et les creux d'hier à 1.1337 forment une première zone de support, avant le seuil psychologique de 1.1300-05.


Kim Kardashian : pour son 4ème enfant, elle fait appel à une autre mère porteuse

Kim Kardashian : pour son 4ème enfant, elle fait appel à une autre mère
porteusehttp://www.via214.net/



Publié le 04/01/2019 à 08:40 La Rédaction de Via214




La mère porteuse du 4ème enfant de Kim Kardashian et Kanye West ne sera pas la même que celle de leur fille, Chicago. Pourquoi ? La réponse ici.




Ils sont déjà parents de North (5 ans), Saint (3 ans) et de la petite Chicago (qui aura 1 an le 15 janvier).


Kim Kardashian et Kanye West ont
décidé d'agrandir leur incroyable famille ! Pour leur 4ème enfant, ils vont de nouveau faire appel à une mère porteuse. Mais elle ne sera pas la même que pour leur petite dernière.



"Cela n’a pas fonctionné cette fois-ci"



"Vu qu'ils avaient un autre embryon, Kim et Kanye ont toujours su qu'ils
voulaient aussi essayer de l'implanter", explique une source à People magazine. "Ils espéraient travailler avec la même mère porteuse, mais cela n’a pas fonctionné cette fois-ci. Ils
travaillent avec une deuxième mère porteuse qui est enceinte et qui
va accoucher au printemps".


"Tout s'est bien déroulé jusqu'à présent", poursuit la source. "Comme la dernière fois, Kim est très impliquée dans cette grossesse. Kim se rend chez
le médecin pour voir la mère porteuse et s'assure qu'elle a tout ce dont elle a besoin. Elle est une femme qui habite dans le coin avec sa propre famille. Et c'est le gynécologue obstétricien de Kim qui supervise sa grossesse".



"Dangereux pour elle de porter un autre bébé"



Pour rappel, Kim Kardashian, n'a pas pu retomber enceinte par voie naturelle pour raison de santé - elle est atteinte de placenta accreta

.
Elle est cependant très contente de passer par la GPA. "Après la naissance de Chicago, Kim a déclaré très ouvertement à quel point elle aimait avoir fait appel à une mère porteuse. Kim n'avait pas vraiment d'autre choix car il était physiquement dangereux pour
elle de porter un autre bébé" précise cette source.


Musées fermés, congés forcés... Les conséquences du shutdown

Musées fermés, congés forcés... Les conséquences du shutdownhttp://www.via214.net/



Publié le 04/01/2019 à 07:49 La Rédaction de Via214




Douze jours déjà que l'Etat fédéral américain est en partie paralysé. Les démocrates sont face au mur d'un Trump inflexible.



Apple, Amazon ou Microsoft vont devoir patienter s'ils comptent obtenir ces
jours-ci des autorisations de commercialisation de nouveaux produits.
Et cela alors que s'ouvre mardi prochain le CES de Las Vegas, grand raout technologique annuel. La Commission fédérale des communications (FCC), chargée de telles homologations, est en effet victime du "shutdown", soit l'absence de financement par le Congrès des activités gouvernementales.



La FCC n'est qu'une administration parmi les nombreuses autres victimes de cette paralysie budgétaire en vigueur depuis le 22 décembre dernier. La raison ? Les démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants à la suite des élections de mi-mandat de novembre, refusent d'incorporer dans le budget fédéral une enveloppe de plus de 5 milliards de dollars destinée à financer l'une des promesses de campagne les plus controversées de Donald Trump : un mur à la frontière avec le Mexique.



La rentrée du Congrès, ce jeudi, n'y devrait rien changer. La Maison-Blanche a annoncé qu'elle ne signerait pas les lois de financement temporaire que compte faire voter les démocrates, emmenés par la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi.



800 000 fonctionnaires affectés



Faute d'une trésorerie suffisante, en particulier pour payer les salaires,
la FCC a donc annoncé qu'elle ne rendrait plus qu'un service minimal
à partir de ce 12e jour de "shutdown". L'organisme va cesser de traiter les plaintes de consommateurs et ne pourra plus assurer la régulation de la concurrence. Moins d'un cinquième des quelques 1440 salarié continuent
à assurer certaines tâches prioritaires, telle "la protection de la vie privée et de la propriété".



Environ 800 000 fonctionnaires sur les quatre millions que comptent les Etats-Unis sont affectés par le "shutdown". 380 000 sont en congés forcés sans solde, tandis que les 420 000 restants doivent se rendre à leur travail sans garantie que leur prochain salaire sera versé.



L'IRS, l'administration chargée de la collecte des impôts, opère avec seulement 10 000 salariés sur les 80 000 qu'elle compte. Elle pourrait avoir à rappeler des employés en cas de prolongation, sans garantie de paiement des salaires. En revanche, l'équivalent
américain de la Sécurité sociale, financé en septembre pour 2019, n'est pas affecté par le shutdown, rappelle le New York Times.






En tout, neuf départements exécutifs fédéraux et de nombreuses agences ne sont plus financés. Tous disposent cependant d'un plan pour assurer les services essentiels ou vitaux pour la nation.



La Maison-Blanche, le Congrès, la justice, la police, le transport aérien, les services postaux, le ministère des anciens combattants et ses hôpitaux, ainsi que les services jugés essentiels à la sécurité et à la protection du pays sont globalement épargnés.



Plus de mariage possible à Washington



Reste que plusieurs grands musées de Washington ainsi que le zoo national
sont fermés depuis le 1er janvier. Certains grands parcs nationaux ne sont plus entretenus, ni surveillés. C'est le cas de Joshua Tree et Yosemite, où les détritus s'accumulent, explique le Los Angeles Times.



Financée par le Congrès, la ville de Washington est également affectée par
le "shutdown". Le bureau des mariages est fermé, et plusieurs couples ont ainsi fait état sur les réseaux sociaux du report de leur union, comme le raconte Wtop ou Buzzfeed. Le ramassage des ordures dans les espaces publics gérés par le service des Parc nationaux est assuré à titre provisoire par la
municipalité.



Mais le compte à rebours tourne. Pour le moment, les tribunaux fédéraux fonctionnent normalement, grâce à des fonds non liés aux crédits annuels. En cas de prolongation du shutdown au-delà du 11 janvier, toutefois, ils devront déterminer les ressources en personnel
nécessaires afin d'assurer la gestion des dossiers en cours,
selon Politico.



Le shutdown de 2013, lors du deuxième mandat présidentiel de Barack Obama, avait duré 16 jours. L'actuel "pourrait durer longtemps" a prévenu Donald Trump, décidé à faire plier les démocrates afin
de tenir sa promesse d'un mur le long de la frontière avec le Mexique. Pour l'hôte de la Maison-Blanche, qui songe sans doute au scrutin présidentiel de 2020, le maintien de cet engagement est
essentiel pour conserver la confiance de son électorat.







La Chine réussit le premier alunissage sur la face cachée de la Lune

La Chine réussit le premier alunissage sur la face cachée de la Lunehttp://www.via214.net/



Publié le 04/01/2019 à 07:06 La Rédaction de Via214




L'atterrisseur chinois Chang'e-4, doublé d'un petit rover, est le premier à se
poser sur la face caché de la Lune, jeudi.




Enfin! Après trois semaines d’attente, la Chine peut célébrer l’alunissage réussi de la mission Chang’e 4. Jeudi 3 janvier à 10 h 26 heure de Pékin (3 h 26 à Paris), l’atterrisseur, qui avait quitté la Terre le 8 décembre, a touché le sol lunaire avec à son bord un engin d’exploration lunaire, au terme d’un voyage de vingt-et-un jours dans l’espace. Il a pris une première photo de la surface peu connue de la Lune,
transmise par le satellite Queqiao envoyé dans l’orbite lunaire en
mai 2018. Quelques heures plus tard, le patrouilleur a effectué ses
premiers tours de roues sur la poussière lunaire.



" Un événement majeur dans la conquête spatiale ",s’enthousiasme
le quotidien nationaliste Global
Times
. Sur le plateau de la télévision nationale CCTV, le porte-parole du programme Chang’e 4 rayonne :" C’est un événement majeur pour la Chine, qui s’affirme comme grande puissance spatiale ! "



Ce succès est crucial pour le programme spatial chinois, en vue d’un premier vol habité à l’horizon 2022. Pour la première fois, Pékin n’est plus suiveur : tout ce qu’avait accompli le spatial
chinois jusqu’ici avait déjà été réalisé par les Américains ou les Russes – les premiers à photographier la face cachée de la Lune en 1959 – il y a des dizaines d’années.



Gare aux cratères



" Dans le passé, les succès en matière d’exploration spatiale
étaient réservés aux Etats-Unis et à l’URSS. L’alunissage réussi de Chang’e 4 montre que la Chine est aussi une puissance scientifique en matière d’exploration de l’espace profond ",
déclare au Monde Chen
Xuelei, le directeur adjoint du département de cosmologie de
l’observatoire astronomique national.



La Chine est enfin la première à poser un engin dans un territoire inexploré, peu connu, et posant des défis technologiques. D’abord parce que la face sombre de la Lune est aussi la plus hostile, avec son relief rugueux et des cratères profonds qui compliquent toute
approche.



Ensuite parce que la communication avec un engin placé de ce côté de la
Lune toujours caché à la Terre est difficile, la masse lunaire
faisant écran aux communications radio. En mai 2018, Pékin avait donc envoyé un satellite, aujourd’hui positionné à 65 000 kilomètres derrière la Lune, pour assurer le relais dans les
transmissions. "Le lieu, le moment, tout s’est déroulé exactement comme nous
l’avions anticipé ",
a déclaré à la télévision nationale Sun Zezhou, l’ingénieur en chef de la mission.



Cette célébration nationale intervient après une longue attente dans un
silence angoissé, car les risques sont nombreux pour une mission d’une telle difficulté. Les jours précédant l’alunissage, le programme spatial chinois n’a pas communiqué la moindre
information : pas question de rappeler au grand public qu’une fusée chinoise pouvait aussi bien se poser avec succès que s’écraser, annihilant les espoirs de conquête spatiale chinois. Alors que la
NASA propose des suivis en direct de missions moins importantes, seules les rumeurs permettaient d’estimer le moment où la sonde chinoise toucherait le sol lunaire.



C’est la deuxième mission chinoise à toucher la Lune, après Chang’e 3 et son " lapin de Jade " (Yutu) dont les aventures avaient captivé les Chinois en 2013. Un succès en demi-teinte puisque le robot s’était immobilisé après avoir parcouru une centaine de mètres
seulement. Mais il avait continué d’envoyer des signaux par intermittence à la Terre pendant trente-et-un mois, donnant un coup d’accélérateur décisif au programme spatial du pays.



Chang’e-4 emporte avec lui six expériences scientifiques chinoises et quatre autres fournies par des équipes étrangères. Le rover, qui doit être baptisé prochainement suivant les résultats d’un concours ouvert au public, devrait collecter des données pendant un ou deux mois avant de rendre l’âme.



L’un des principaux intérêts de la mission sera l’exploration de l’univers. En effet, la position du rover sur la face cachée de la Lune ouvre une opportunité scientifique : abrités des signaux radio de la Terre, les engins embarqués à bord de la sonde devraient
pouvoir capter des signaux encore inconnus.



" Les sons de l’Univers "



"Pour les astronomes, il s’agit d’un poste d’observation unique : on peut capter des signaux inaudibles sur Terre. Chang’e emporte avec elle des nouveaux détecteurs de spectre radio de fréquence
basse, pour lequel nous avons collaboré avec les Pays-Bas. Nous allons pouvoir étudier l’explosion du Soleil, l’environnement de la Lune, les champs de basse fréquence des planètes du Système solaire, et écouter les sons de l’univers ",
s’enthousiasme
Chen Xuelei.



Mais la mission première de Chang’e 4 reste l’exploration de la Lune, sa topographie et sa géologie, indique le professeur Chen. La sonde chinoise s’est en effet posée dans le cratère Von Karman, le plus ancien et le plus profond sur la Lune. Chang’e 4 pourrait permettre d’étudier les origines et l’évolution du satellite de la Terre.
Le bassin pourrait aussi être riche en ressources minières, une possibilité de développement pour les missions spatiales chinoises à venir.



La
mission en cours est une étape supplémentaire dans l’ambitieux
programme d’exploration chinois. Chang’e 5 doit poursuivre l’exploration lunaire dès cette année en prélevant des échantillons de minerais pour les ramener sur Terre. D’ici à 2021, la Chine prévoit la mise en service d’un lanceur de fusée réutilisable.



Etape décisive pour Pékin



A moyen terme, Pékin prépare également le lancement d’une fusée capable de porter des charges plus lourdes que celle de la NASA, des vols habités dans l’espace, et une mission d’exploration vers Mars. De quoi venir concurrencer directement les ambitions spatiales
américaines. En soi, l’exploration lunaire présente un intérêt scientifique limité, mais elle constitue une étape décisive dans la conquête spatiale.



Philippe Coué, spécialiste du programme spatial chinois et auteur de Shenzhou, les Chinois dans l’espace(L’Esprit du temps, 2013), estimait récemment que " l’intérêt scientifique de la Lune, pour la Chine, consiste à disposer de ses propres données pour préparer ses futures missions automatiques et habitées – connaissance des régions lunaires pour
faire évoluer ses engins et pour rechercher les zones les plus
intéressantes à exploiter sur les plans scientifique et éventuellement minier ".


Des dizaines de milliers de touristes fuient des îles de Thaïlande à l’approche de la tempête Pabuk

Des dizaines de milliers de touristes fuient des îles de Thaïlande à
l’approche de la tempête Pabukhttp://www.via214.net/



Publié le 04/01/2019 à 06:20 La Rédaction de Via214




La tempête tropicale devrait notamment frapper vendredi après-midi les îles très touristiques de Koh Samui, Koh Phangnan et Koh Tao.



Même si aucun ordre officiel d’évacuation n’a été donné à
l’approche de la tempête tropicale Pabuk, des dizaines de milliers
de touristes ont commencé à fuir mercredi 2 janvier certaines des
îles les plus populaires de Thaïlande.



Les vacanciers, très nombreux pendant les fêtes de fin d’année, ont
commencé à évacuer alors que la tempête devrait notamment frapper vendredi après-midi les îles très touristiques de Koh Samui, Koh Phangnan et Koh Tao, situées dans le golfe de Thaïlande. Pabuk devrait provoquer dans le sud du royaume de fortes pluies, des vents
violents et des vagues de plusieurs mètres.



" Entre 30 000 et 50 000 personnes sont parties depuis les fêtes du 31 décembre ", a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Krikkrai Songthanee, chef du district de Koh Phangnan. Le maire suppléant de Koh Tao, l’un des meilleurs sites de plongée d’Asie du Sud-Est, a pour sa part indiqué que les bateaux à destination de Chumpon, sur le
continent, étaient remplis de touristes, même si plusieurs milliers d’entre eux ont décidé de rester.



Les autorités locales ont annoncé la mise en place d’abris pour ceux
qui décideraient de rester alors que de nombreux touristes n’ont pu trouver un vol. Bangkok Airways, qui détient un quasi-monopole sur la liaison aérienne avec l’île, a annulé tous ses vols à
destination de Samui vendredi.


"Des vagues pouvant atteindre cinq ou sept mètres"



Il est peu probable que Pabuk, première tempête tropicale à frapper cette partie du pays en dehors de la saison de la mousson depuis environ trente ans, se transforme en typhon, d’après les
météorologistes. "Nous nous attendons tout de même à des vagues pouvant atteindre cinq ou sept mètres près du cœur de la tempête, contre deux mètres habituellement, a déclaré Phuwieng Prakammaintara, directeur du centre météorologique de Thaïlande.Il est difficile de prédire la gravité de la tempête, les gens
devraient donc se conformer aux recommandations des autorités."



Pabuk, qui désigne un poisson-chat géant en Lao, devrait causer de fortes
pluies dans d’autres hauts lieux touristiques notamment Krabi ou
Phuket, dans la mer d’Andaman. Les îles du Similan et leurs plages immaculées doivent rester fermées jusqu’à samedi. De fortes pluies sont également attendues dans les provinces de Pattani,
Narathiwat et Yala, limitrophes de la Malaisie.



La Thaïlande, dont l’économie est fortement tributaire du tourisme,
devrait accueillir un nombre record de 40 millions de visiteurs cette année, dont une majorité se rendent dans les stations balnéaires du sud.




Madonna : des implants fessiers qui intriguent

Madonna
: des implants fessiers qui intriguenthttp://www.via214.net/


Publié
le 03/01/2019 à 08:20 La Rédaction de Via214





La
dernière apparition de Madonna a attiré tous les regards vers ses
fesses. S'est-elle fait poser des prothèses ?







A
l’instar de Kim Kardashian, Madonna s’est-elle
fait poser des implants fessiers? C’est la question qui agite Hollywood en ce début d’année. Et
pour cause, la madone a passé le réveillon de la Saint Sylvestre
dans un bar gay de New York, le célèbre Stonewall Inn, où, en
1969, a eu lieu une émeute pour les droits des homosexuels. Madonna,
accompagnée de son fils Davis, 13 ans, a donné un concert surprise et a livré un discours pour évoquer la
lutte pour les droits LGBT. " N’oublions jamais les émeutes
de Stonewall et ceux qui ont eu le courage de se lever. Assez ! Assez
de brutalité. Assez de violence infligée à cette communauté.
Assez de stigmatisme. Assez d’oppression. Assez de douleur et de
souffrance. " Puis, au micro, accompagnée de son fils, elle a
repris le tube d’Elvis Presley " Can’t help falling in love
with you " devant un public médusé. 

Après
cette apparition surprise, les personnes présentes à la soirée
n’ont pas manqué de publier des vidéos de l’événement sur les
réseaux sociaux. Et tous les regards ont été attirés par le
derrière de Madonna, qui semblait anormalement arrondi. Ces
nouvelles formes n’ont pas échappé au célèbre blogueur Perez
Hilton, qui, sans attendre, a lancé le débat : la madone a-t-elle
eu recours à la chirurgie esthétique ? Sur Twitter, les réponses
varient. Certains se demandent si elle a opté pour une culotte
rembourrée, d’autres sont certains qu’elle s’est bel et bien
fait poser des prothèses. Une fois est sure, à 60 ans, Madonna sait
toujours faire le buzz ! Kim, J.Lo, Iggy, Shakira... Les plus belles fesses de Hollywood! 





Shutdown : Donald Trump privé de sa Chambre d’amis

Shutdown : Donald Trump privé de sa Chambre d’amishttp://www.via214.net/



Publié le 03/01/2019 à 07:36 La Rédaction de Via214





Les démocrates américains font leur rentrée parlementaire à la Chambre des représentants ce jeudi, forts de leur majorité conquise aux midterms. Au programme de la journée : le vote de deux lois pour sortir de l’impasse budgétaire.





L’acte II de la présidence Trump débute jeudi, jour de rentrée parlementaire
à Washington. Après deux ans d’emprise républicaine sur le Congrès, et même s’il a parfois subi, au Sénat en particulier, la fronde d’élus de son propre camp, Donald Trump va devoir
composer avec une opposition revigorée. Forts de leur majorité à la Chambre des représentants, conquise lors des midterms de novembre, les démocrates jouissent désormais de réels pouvoirs.
contrôle et d’enquête, via la présidence des puissantes commissions. Pouvoir aussi de fixer un cap législatif conforme à leurs priorités : réduire l’influence de l’argent dans la politique ou le coût des médicaments, rénover les infrastructures, défendre l’accès au vote ou relancer la lutte contre le réchauffement climatique.



Sur la plupart de ces sujets, il leur sera toutefois impossible de trouver le nécessaire compromis avec le Sénat républicain et Donald Trump pour que leurs projets deviennent lois. A la Chambre, la session inaugurale va d’ailleurs offrir ce jeudi une première
illustration de ce nouveau rapport de forces. Pas de round d’observation. Il faut dire qu’il y a urgence : depuis
le 22 décembre, le gouvernement fédéral est en partie paralysé, à cause du désaccord sur le financement du mur que Trump veut ériger à la frontière mexicaine. Dans ce contexte, les
démocrates comptent passer d’emblée à l’offensive, en votant ce jeudi deux lois budgétaires pour sortir du shutdown.


Chômage technique



Menée par l’expérimentée et tenace Nancy Pelosi, qui s’apprête à
devenir speakerde
la Chambre pour la deuxième fois de sa carrière,traversée
par d’indéniables fractures idéologiques et générationnelles mais unie dans son opposition à Trump, la majorité démocrate devrait adopter sans encombres les deux textes présentés en début
de semaine par les dirigeants du parti, désireux de "sortir[le] pays de ce pétrin".



Le premier inclut six lois qui financeraient intégralement jusqu’au
terme de l’année fiscale (30 septembre) les budgets des ministères et agences fédérales qui ne font pas polémique mais
ont été affectés par le shutdown. On y trouve, entre autres, le département de l’Intérieur (chargé notamment des parcs
nationaux), l’administration fiscale et l’Agence de protection de
l’environnement… Le second texte financerait jusqu’au 8 février le département de la Sécurité intérieure (DHS), au cœur de la bataille politique. Ce budget provisoire inclurait 1,3 milliard de dollars (1,14 milliard d’euros) pour la sécurisation de la
frontière - y compris la réfection de clôtures existantes - mais rien pour la construction du mur frontalier, promesse emblématique de Donald Trump depuis le début de sa campagne présidentielle
en 2015.



En isolant l’âpre débat sur le mur du reste des financements fédéraux, les démocrates, Pelosi en tête, espèrent donner l’image d’un parti raisonnable, tourné vers la recherche d’un
compromis. Ils cherchent également à accentuer la pression sur
Mitch McConnell, le leader républicain du Sénat, coincé entre l’intransigeance du Président et le mécontentement d’une
majorité d’Américains, hostiles au shutdown qui a mis environ 380
000 fonctionnaires au chômage technique. 420 000 autres jugés "essentiels",comme les agents frontaliers ou les contrôleurs aériens, travaillent sans être payés. "Le Président utilise la fermeture du gouvernement pour essayer d’imposer un mur cher et inefficace au peuple américain, mais les démocrates ont
offert deux lois qui séparent les querelles sur le mur de la fermeture du gouvernement",
ont souligné lundi Nancy Pelosi et Chuck Schumer, le chef de la minorité démocrate au
Sénat.



Pour leur rival républicain Mitch McConnell, l’équation s’avère d’autant plus délicate que les six lois budgétaires soumises jeudi au vote de la Chambre reprennent quasiment mot pour mot des textes approuvés récemment, en commission ou en plénière, par le
Sénat républicain, mais rejetés ensuite par Donald Trump. "Ce serait le summum de l’irresponsabilité et du cynisme politique pour les sénateurs républicains de désormais rejeter les mêmes textes qu’ils avaient soutenus",insistent Pelosi et Schumer.


Partition dangereuse



A la stratégie démocrate visant à diviser les républicains et endosser le costume du parti constructif, Trump réplique en accusant ses rivaux de laxisme. "Les démocrates se fichent des frontières ouvertes et de tout le crime et les drogues que cela apporte",a-t-il tweeté mardi. Reclus à la Maison Blanche, de plus en plus isolé, le Président joue avec le shutdown une partition dangereuse. Mais
a-t-il vraiment le choix ? Reculer sur sa promesse emblématique du mur pourrait décevoir une partie de sa base. Inenvisageable pour un homme qui n’a qu’une obsession en tête : être réélu en 2020. Quel qu’en soit le prix.




Soldes 2019 : Elles commencent aujourd'hui dans certains départements

Soldes 2019 : Elles commencent aujourd'hui dans certains départementshttp://www.via214.net/



Publié le 03/01/2019 à 07:06 La Rédaction de Via214



Pour faire face à la concurrence des pays frontaliers, les commerçants installés en Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle et dans les Vosges démarrent les soldes ce mercredi 2 janvier.



Les Français, dans leur grande majorité, pourront profiter des soldes dans une semaine, mercredi 9 janvier. Mais, comme chaque année, les commerçants présents dans quatre départements de l'Est de la
France sont autorisés à pratiquer des prix au rabais dès aujourd'hui, mercredi 2 janvier, comme le rappelle le quotidien régional Le Républicain Lorrain.



Les habitants des Vosges, de Meurthe-et-Moselle, de la Meuse et de la Moselle sont attendus dans les magasins dès ce deuxième jour de l'année. Ces soldes anticipées sont mises en place pour que les commerçants ne pâtissent pas de la
concurrence du Luxembourg voisin, qui a déjà commencé à pratiquer des réductions dès le week-end dernier.



Le contexte social de la fin d'année 2018, marquée par la crise des
"gilets jaunes", rend la période des sondes encore plus cruciale pour les commerçants. " On a senti beaucoup de
frilosité pour se rendre dans les magasins", déplore Pascal Schons, le directeur de la Fédération des commerçants de Metz, interrogé par le Républicain Lorrain.



"On espère que les prochaines semaines seront plus favorables", explique une commerçante messine. Pour redresser la situation économique, les professionnels du secteur vont proposer des rabais
importants dès la première semaine. Les prix des vêtements seront divisés par deux dans certaines enseignes. "Les deux premières semaines seront déterminantes", lance Pascal Schons au
Républicain Lorrain.



La période des soldes prendra fin le 12 février prochain dans ces quatre départements. La date butoir est fixée au 19 février pour le reste du territoire.

Sylvain Fort, proche conseiller de Macron, démissionne

Sylvain Fort, proche conseiller de Macron, démissionne Sylvain Fort, proche conseiller de Macron, démissionnehttp://www.via214.net/



Publié le 03/01/2019 à 06:38 La Rédaction de Via214




Le directeur de la communication du président devrait quitter le Palais
durant la deuxième quinzaine du mois de janvier.




Le passage en 2019 n'a pas marqué l'arrêt des difficultés pour
Emmanuel Macron. Alors que le mouvement des "gilets jaunes" se poursuit et que l'affaire Benalla ressurgit, le président de la République doit faire face à une nouvelle épreuve. Et elle est de taille. Sylvain Fort, qui est à la fois sa plume et le directeur de sa communication, a indiqué mercredi soir
qu'il allait quitter l'Élysée. Contacté par Le Figaro, le quadragénaire a confirmé l'information révélée par Le
Parisien
. Son départ devrait intervenir durant la deuxième quinzaine du mois de janvier, juste après avoir fini de travailler sur la lettre aux
Français promise par Emmanuel Macron.



Prévenu "il y a plusieurs semaines" de cette décision, le chef de l'État aurait, selon nos informations, tenté de retenir celui dont il est très proche. "Nous avons une relation d'exception qui restera intacte", se contente de commenter Sylvain Fort, qui dit avoir
toujours considéré que sa "mission" ne serait pas éternelle. Père de trois enfants, l'homme de 46 ans va donc s'offrir plusieurs semaines de vacances et profiter de sa famille, avant de probablement retourner exercer dans le privé.



Recruté par le candidat d'En marche! à la rentrée 2016 pour l'aider à conquérir l'Élysée, Sylvain Fort a été nommé responsable du pôle communication du mouvement durant la campagne présidentielle. Mais après l'élection, ce normalien passionné d'opéra avait
demandé à quitter ce poste "chronophage" pour s'orienter vers des fonctions qui seraient plus en phase avec son CV.



C'est ainsi qu'il a été nommé, au printemps 2017, "conseiller discours
et mémoire" du président de la République. Après plus d'un an
passé dans l'ombre, l'homme a toutefois été rappelé à la rescousse à l'été 2018, au plus fort de l'affaire Benalla: le chef de l'État lui a demandé de venir chapeauter la cellule communication du Palais. Alors que l'ensemble de ses conseillers de l'Élysée semblaient dépassés par la crise et incapables de le protéger - à l'instar de Bruno Roger-Petit - le président s'en était remis à son noyau historique. Sylvain Fort en était l'un des piliers.

Le président Bolsonaro promet de "rétablir l'ordre" au Brésil

Le président Bolsonaro promet de "rétablir l'ordre" au Brésilhttp://www.via214.net/



Publié le 02/01/2019 à 08:07 La Rédaction de Via214




Le nouveau président d'extrême droite du Brésil Jair Bolsonaro a promis mardi de "rétablir l'ordre", se lançant dans une croisade contre la criminalité, la corruption et l'idéologie de gauche, au premier jour de son mandat de quatre ans.





"Aujourd'hui est le jour où le peuple commence à se libérer du socialisme et du politiquement correct", a affirmé l'ancien capitaine de l'armée de 63 ans, lors d'un vibrant discours d'investiture devant une foule de partisans qui l'acclamaient aux cris de "Mito" (le
mythe, son surnom).



Visiblement ému, il s'est interrompu quelques secondes pour savourer le moment et entendre ses partisans crier "le capitaine est arrivé".



"Vous pouvez compter sur tout mon engagement pour construire le Brésil de
nos rêves", a ajouté le nouveau chef de l'Etat, fustigeant aussi "l'inversion des valeurs" -- une référence à la
théorie du genre qu'il combat -- où "le gigantisme étatique", alors qu'il veut alléger le poids de l'Etat dans l'économie et l'administration.



Brandissant un drapeau brésilien, ce farouche anticommuniste a affirmé que
"cette bannière ne sera(it) jamais rouge", "sauf si "notre sang doit être versé".



Plus tôt, lors d'une discours plus protocolaire devant le Congrès, il
avait déjà donné le ton de cette croisade en promettant de libérer
le Brésil "du joug de la corruption, de la criminalité, de l'irresponsabilité économique et du carcan idéologique".



Il a également préconisé "un vrai pacte national entre la société et les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire".



Le président américain Donald Trump a félicité dans un tweet M. Bolsonaro "pour son super discours d'investiture",
ajoutant: "Les Etats-Unis sont avec vous".



"Je vous remercie pour ces mots d'encouragement. Ensemble, sous la
protection de Dieu, nous allons apporter la prospérité et le progrès à nos peuples", a répondu le président brésilien à celui avec lequel il partage de nombreuses valeurs.



Le nouveau président a reçu des mains de son prédécesseur Michel Temer l'écharpe présidentielle, une pièce de soie jaune et verte, sertie d'or et de diamants, après avoir monté la rampe du Palais de
Planalto.



La Première Dame Michelle Bolsonaro, vêtue d'une robe rose pâle avec les épaules dénudées, a fait une entorse surprenante au protocole en donnant un bref discours en langage des signes.



"Je remercie Dieu pour l'opportunité d'aider les gens qui en ont le plus
besoin", a affirmé cette fervente néo-pentecôtiste, très impliquée en faveur des sourds-muets.



-Attentes et inquiétudes -



Jair Bolsonaro, dont la carrière politique se limite à 27 ans de
députation sans autre relief que ses outrances verbales, n'a pas fait mystère de sa volonté de renverser la table pour extirper le Brésil de ses crises multiples.



Le capitaine de réserve devrait lancer au pas de course une série de réformes pour inaugurer son mandat à la tête de la première puissance d'Amérique latine.



Premier chef d'Etat d'extrême droite jamais arrivé au pouvoir au Brésil
par les urnes, il a suscité énormément d'attentes avec ses promesses de redresser une économie atone et de mater la corruption et la violence qui désespèrent ou exaspèrent les 208 millions de Brésiliens.



Mais son arrivée à la tête du pays suscite de nombreuses inquiétudes,
notamment en matière de respect des valeurs démocratiques, des minorités, des alliances avec les partenaires traditionnels du Brésil et de protection de l'environnement.



Ses dérapages racistes, machistes ou homophobes comme ses éloges de la période noire de la dictature militaire (1964-1985) lui ont aliéné des millions de compatriotes.



Ancien parachutiste, Jair Bolsonaro s'est fait élire avec 55% des suffrages le 28 octobre, mettant fin à une série de quatre victoires électorales du Parti des Travailleurs
(PT, gauche) de Luiz Inacio Lula da Silva, aujourd'hui en prison pour
corruption.



-Rolls-Royce décapotable -



Son investiture s'est déroulée sous très haute sécurité à Brasilia, où même les parapluies ont été interdits. L'impressionnant dispositif a compris outre de nombreux check-points pour la foule, un système antimissile, 20 avions de chasse mobilisés et la fermeture
de l'espace aérien.



Jair Bolsonaro a frôlé la mort lors d'un attentat à l'arme blanche en plein bain de foule le 6 septembre 2018 et a depuis limité les sorties publiques.



Malgré les craintes d'un nouvel attentat, il a remonté l'esplanade des
Ministères à bord d'une Rolls-Royce décapotable, saluant la foule debout à l'arrière du véhicule, aux côtés de son épouse et encadré par les cavaliers des Dragons de l'Indépendance.



"Je suis très heureuse de participer à ce moment historique. Heureusement, Dieu a posé son regard sur notre nation, a montré sa miséricorde. Nous aurons sûrement un Brésil différent", a
affirmé l'avocate Rosana Alves, arrivée avec plusieurs heures d'avance sur l'esplanade pour ne pas perdre une miette des festivités.




Italie: le ministre Matteo Salvini donné pour mort par un faux journal

Italie: le ministre Matteo Salvini donné pour mort par un faux journalhttp://www.via214.net/



Publié le 02/01/2019 à 07:28 La Rédaction de Via214




La fausse nouvelle a été diffusée par un site pirate imitant à s'y
méprendre le quotidien italien

La Stampa.




"Dernière minute. Le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini est mort sur le coup. Nouveau deuil pour le monde de la politique". Une page web imitant un célèbre quotidien italien a annoncé la mort du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini le 28 décembre. Cette fausse
nouvelle, qui évoquait un accident de voiture fatal, a été commentée par Matteo Salvini lui-même, et largement relayée par les médias italiens depuis lundi.



"Maintenant ils plaisantent même sur ma mort, c'est une histoire de fou!", a réagi sur Facebook le vice-président du Conseil italien, qui a l'habitude de publier très souvent sur les réseaux sociaux. Au-delà de la plaisanterie de mauvais goût, l'histoire a été prise très au sérieux par La Stampa, le quotidien visé par cette imitation.



"Ces derniers jours un site pirate qui falsifie l'en-tête de notre journal diffuse de fausses nouvelles sur le ministre de l'Intérieur", regrette la direction, qui précise avoir signalé ce site à la justice "depuis quelques mois" en demandant "sa fermeture immédiate".


Le site en question est toujours disponible, et l'article, non signé,
toujours en ligne ce mardi.






Nuit de la Saint-Sylvestre : 277 véhicules incendiés en Ile-de-France

Nuit de la Saint-Sylvestre : 277 véhicules incendiés en Ile-de-Francehttp://www.via214.net/



Publié le 02/01/2019 à 06:54 La Rédaction de Via214




Le ministère de l’Intérieur refuse de donner un bilan chiffré des incendies de voitures.



Le réveillon de la Saint-Sylvestre, marqué cette année par un important déploiement de forces de l’ordre, n’a pas connu d’incident majeur. Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur,
et Laurent Nuñez, son secrétaire d’Etat, ont loué le " bon déroulement et la bonne physionomie d’ensemble ". Place Beauvau, on ne donne cependant pas de bilan chiffré. Le décompte effectué
par les préfectures met en évidence une augmentation des interpellations par rapport à l’année passée (370 contre 300 en 2017).



Le chiffre des voitures brûlées reste un secret bien gardé, l’Intérieur refusant à donner un chiffre afin de " ne pas donner lieu à une émulation malsaine ". Selon nos informations, 277 véhicules ont été incendiés en Ile-de-France (dans les secteurs gérés par la police), dont 99 pour la seule Seine-Saint-Denis. Dans les Yvelines, 54 voitures ont été détruites. Les informations collectées par la presse régionale font par
ailleurs état d’une vingtaine d’incendies de véhicules dans le
Rhône, une vingtaine en Seine-Maritime, une quarantaine dans les Alpes-Maritimes, ou encore 22 dans les Bouches-du-Rhône. Ces deux dernières années, le nombre de véhicules incendiés en France le soir de la Saint-Sylvestre avoisinait le millier.




Corée du Nord: Pyongyang pourrait changer d'attitude si les USA maintiennent leur pression

Corée du Nord: Pyongyang pourrait changer d'attitude si les USA
maintiennent leur pressionhttp://www.via214.net/



Publié le 02/01/2019 à 06:22 La Rédaction de Via214




COREE DU NORD Peu de progrès ont été enregistrés depuis le sommet historique entre Donald Trump et Kim Jong-Un portant sur une future dénucléarisation de la péninsule nord-coréenne…




Des voeux pas très diplomates. La Corée du Nord pourrait envisager de changer d’attitude si les Etats-Unis maintiennent leurs sanctions liées à son dossier nucléaire, a déclaré mardi
le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un dans son discours de Nouvel An. Son avertissement intervient après douze
mois de rapprochement diplomatique entre Pyongyang et Washington.



" Si les Etats-Unis ne tiennent pas la promesse qu’ils ont faite devant le monde entier, nous pourrions ne pas avoir d’autre choix que d’envisager une nouvelle manière de sauvegarder notre
souveraineté et nos intérêts ", a averti Kim Jong-un dans son discours retransmis par la télévision d’Etat nord-coréenne.


" Des discussions fructueuses "



Kim Jong-un se référait à son sommet historique avec le président des Etats-Unis Donald Trump en juin dernier à Singapour, lors duquel le numéro un nord-coréen avait dit avoir eu " des discussions fructueuses " avec Donald
Trump et avoir " échangé des idées constructives " avec lui.



Lors de ce sommet, les deux dirigeants avaient signé un accord rédigé en termes vagues portant sur une future dénucléarisation de la péninsule nord-coréenne. Mais peu de progrès ont été enregistrés depuis et les deux capitales ne sont pas d’accord sur la signification précise du texte.



Kim disposé à rencontrer Trump à tout moment



" Je suis prêt à tout moment à m’asseoir de nouveau (à la table de négociations, ndlr) avec le président des Etats-Unis et je ferai tous les efforts possibles pour produire un résultat qui sera salué
par la communauté internationale ", a déclaré Kim Jogn-un dans son discours. Mais les Etats-Unis et la Corée du Sud ne devraient plus effectuer de manoeuvres militaires communes, qui sont " une source de tension ", a ajouté le leader nord-coréen.



L’ampleur de ces manoeuvres a été largement réduite depuis le sommet de
Singapour. " Des équipements liés à la guerre - y compris des éléments stratégiques venant de puissances extérieures - ne devraient plus être autorisés à être introduites " dans la
péninsule, a dit Kim Jong-un. Séoul et Washington ont une alliance stratégique, et 28.500 militaires américains sont stationnés en Corée du Sud pour protéger le pays contre son voisin du Nord.




250.000 personnes ont fêté sur les Champs-Elysées le passage en 2019, 200 Gilets jaunes selon la Pré

250.000 personnes ont fêté sur les Champs-Elysées le passage en 2019, 200
Gilets jaunes selon la Préfecturehttp://www.via214.net/


Publié le 01/01/2019 à 11:45 La Rédaction de Via214




NOUVEL AN - A Paris, plus de 250.000 personnes ont fêté le passage en 2019
sur les Champs-Elysées.




Parmi elles, quelques centaines de Gilets jaunes. Une soirée dans le calme
après plusieurs mois de tensions et de manifestations à Paris et dans tout le pays. Quelques heures plus tôt, Emmanuel Macron a tenté de reprendre le cap de son quinquennat en adressant ses seconds voeux aux Français. Debout face à la caméra, il a égrené trois voeux -
"vérité, dignité, espoir" et évoqué les Gilets jaunes sans jamais désigner explicitement le mouvement.



URGENT



CHAMPS-ELYSÉES



250.000 personnes ont fêté le passage en 2019 selon un dernier décompte de la Préfecture de police. Parmi elle se trouvaient 200 Gilets jaunes.



CHAMPS-ELYSEES



A Paris, des dizaines de milliers de personnes sont rassemblées sur
les Champs-Elysées. Parmi elles, des gilets (ou ballons) jaunes.



EMMANUEL MACRON



Sans jamais désigner les Gilets jaunes, le chef de l'Etat a évoqué "une
colère venant de loin".



CHAMPS-ELYSÉES



L'avenue des Champs-Elysées est déjà bien remplie un peu plus de 2 heures
avant le lancement du grand spectacle pour fêter le passage en 2019.





MACRON



Le premier des trois voeux formulés par Emmanuel Macron pour 2019 : "la
vérité".



MACRON



"Je sais que notre avenir dépend de notre capacité à nous aimer, à aimer notre patrie. Je crois en nous, je crois en cet espoir français et européen" conclut Emmanuel Macron.



EUROPE



"Je crois très profondément en cette Europe qui peut mieux protéger les peuples. (...) Nous voulons en finir avec ce sentiment d'impuissance qui existe à tous les niveaux."



ESPOIR



"Je veux formuler un troisième vœu : l'espoir. L'espoir de croire en nous-même."



MACRON



"Notre dignité exige que chacun se sente pleinement acteur du destin de notre pays. La dignité c'est aussi le respect de chacun. J'ai vu ces derniers jours des choses impensables. Nous ne vivons libres dans notre pays que parce des générations se sont battues pour obtenir
ce droit" souligne Macron, qui ajoute que "le peuple est souverain" : "Nous sommes un état de droit. L'ordre
républicain sera assuré sans complaisance."



MACRON



"Mon deuxième vœu est un vœu de dignité. Je suis convaincu que chaque citoyen est nécessaire pour l'avancement de la Nation. Je pense aux mères seules, aux agriculteurs. (...) Cela implique d'assurer à chacun la meilleure éducation."



MACRON



"On peut débattre de tout mais débattre du faux peut nous égarer. Il est indispensable de rétablir une confiance démocratique basée sur la vérité de l'information. Ce vœu de vérité est un vœu d'écoute, de dialogue, d'humilité."



MACRON



"Nous devons prendre toute notre part dans la renaissance de notre monde.
2019 est une année décisive et je veux formuler 3 voeux. Le premier: la vérité, car on bâtit rien sur des mensonges. Il faut que nous acceptions en face la réalité" développe-t-il, louant le
système scolaire, hospitalier. "Cessons de nous déconsidérer. Nous pouvons faire mieux et nous devons faire mieux. S'assurer que nos services publics subsistent, et surtout que nous puissions vivre en sécurité et en tranquillité chaque jour".



MACRON



"Nous avons un rôle à jouer, une vision à proposer, c'est la ligne que je trace depuis le premier jour de mon mandat. Je veux mettre l'homme au premier plan de notre projet."



MACRON



Le chef de l'Etat dénonce également l'obscurantisme, qui a frappé Strasbourg ou encore Trèbes cette année.



MACRON



"Nous ne sommes pas résignés, notre pays veut bâtir un avenir meilleur, tel est à mes yeux, la leçon à retenir de 2018. Nous voulons innover sur le plan politique, social, environnemental pour y parvenir."



MACRON



Le président évoque aussi le système du chômage, qu'il compte modifier pour inciter à "reprendre le travail".



MACRON



"Françaises, français, mes chers compatriotes, je vous présente tous nos voeux pour 2019. L'année ne nous a pas épargné de nombreux événements,
des victoires sportives, le centenaire de l'armistice, ou encore nombre de transformations, de grands déchirements" déclare le Chef de l'Etat, qui évoque la situation des médecins ou encore le
réchauffement climatique. "L'effet ne sera pas immédiat" ajoute le chef de l'Etat.



ALLOCUTION



C'est parti : le président de la République démarre son allocution.



ALLOCUTION



Dans quelques minutes, le président de la République Emmanuel Macron va
exprimer ses vœux à la Nation, dans une allocution télévisée depuis le Palais de l'Elysée.



"Imposteur", "moralisateur", "serein": La classe politique réagit aux voeux de Macron

"Imposteur", "moralisateur", "serein": La classe politique réagit aux voeux de Macronhttp://www.via214.net/


Publié le 01/01/2019 à 10:30 La Rédaction de Via214





REACTIONS Sans trop de suspense, Emmanuel Macron en a pris pour son grade sur Twitter même si le président peut toujours compter sur le soutien de certains fidèles...




Les réactions n’ont pas tardé sur Twitter aussitôt les voeux du
président de la République diffusés. Petit florilège.



Il y a ceux qui, sans surprise, ne mâchent pas leurs mots. Pour le
président de France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron n’est autre qu’un "donneur de leçon".





Jean-Luc Mélenchon @JLMelenchon



On ne sait pas pourquoi mais tout ce qu'il dit tombe à plat. Et quand
on comprend, on préférerait ne pas avoir entendu. Quel lunaire donneur de leçons. #VoeuxMacron



2 359



20:15 - 31 déc. 2018



Du côté de Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, les mots doux vont aussi bon train : "Ce président est un imposteur." Et même "un pyromane…".





MarineLe Pen @MLP officiel



Ce Président est un imposteur. MLP#VoeuxMacron



4 420



20:20 - 31 déc. 2018




Marine Le Pen @MLP officiel



Et un pyromane... MLP



Pour le secrétaire national du PCF Fabien Roussel, Emmanuel Macron est un
président " moralisateur " alors que Nicolas Du Pont-Aignan, président de Debout la France, estime que Macron " sera donc pire en 2019 ".





Fabien Roussel @Fabien Rssl



Un Président moralisateur qui va poursuivre ses réformes sans tenir
compte des colères, des attentes de ceux qui aspirent tout simplement à vivre mieux ! Rien sur la distribution des richesses: tant mieux pour les plus riches, tant pis pour la majorité des
français.#VoeuxMacron



367



20:31 - 31 déc. 2018




N. Dupont-Aignan @dupontaignan


E. #Macron sera donc pire en 2019 ! Il n'a rien appris, rien compris à ce que
les Français vivent et ont exprimé ! Plus exalté que jamais, il accélère, klaxonne et fonce dans le mur ! Faute d'un référendum, les Français seront les arbitres aux élections européennes #VoeuxMacron



1276



20:38 - 31 déc. 2018



Florian Philippot, président des Patriotes, s’offusque quant à lui " du
mépris hallucinant qu’il a exprimé à l’égard des Gilets jaunes, les qualifiant de "foule haineuse" ".






Florian Philippot @f philippot


Ma réaction aux #VoeuxMacron








12:19


- 31 déc. 2018



Heureusement pour lui, le président de la République a quand même quelques
soutiens. Le maire de Bordeaux Alain Juppé a qualifié l’intervention d’Emmanuel Macron d'"excellente".



Alain Juppé @alinjuppe



Excellente intervention du Président de la République. Dans la forme comme sur
le fond. Le cap est donné. Bonne année à la France.



5 928



20:23 - 31 déc. 2018



Pour le ministre de l’économie Bruno Le Maire, cette intervention était
"lucide et courageuse".




Bruno Le Maire @BrunoLeMaire


“Je crois que la France porte en elle un projet inédit : ne plus subir, retrouver la maîtrise de notre vie” : intervention lucide et courageuse d’@EmmanuelMacron pour #2019. Maintenant, retroussons nous les manches pour rebâtir ensemble la #France.



701



20:16 - 31 déc. 2018



Enfin, Stanislas Guerini, délégué général LREM, a fait preuve d’optimisme : "J’ai vu le Président de la République debout, offensif, qui croit dans notre pays, tel qu’il est, avec ses forces
et ses faiblesses."





Stanislas Guerini @StanGuerini



Pour ses #Voeux2019, j'ai vu le Président de la République debout, offensif, qui croit dans notre pays, tel qu'il est, avec ses forces et ses faiblesses.


Oui, en 2019, nous avons des choix cruciaux a faire, pour la France et pour l'Europe ! Retrouvons la maîtrise de notre destin.




Emmanuel Macron@EmmanuelMacron



Voeux 2019 aux Français.pscp.tv/w/1YqJDyDmjDAxV



433



21:03 - 31 déc. 2018





Frappe aérienne irakienne contre l'EI dans l'est de la Syrie

Frappe aérienne irakienne contre l'EI dans l'est de la Syriehttp://www.via214.net/



Publié le 31/12/2018 à 15:30 La Rédaction de Via214




BAGDAD, 31 décembre (Reuters) - Des avions irakiens ont bombardé lundi un
bâtiment où étaient réunis des dirigeants du groupe Etat islamique (EI) près de Daïr az-Zour, dans l'est de la Syrie, a annoncé l'armée irakienne.



Des chasseurs-bombardiers F-16 ont
visé dans le village d'Al Soussa un immeuble où étaient réunis "trente dirigeants de Daech" et le bâtiment a été détruit, a-t-elle ajouté.



Les forces irakiennes ont déjà mené par le passé plusieurs raids aériens en territoire syrien avec l'accord du gouvernement du président Bachar al Assad.


Les valeurs à suivre aujourd'hui à Wall Street Lundi 31 décembre 2018

Les valeurs à suivre aujourd'hui à Wall Street Lundi 31 décembre 2018http://www.via214.net/


Publié le 31/12/2018 à 15:11 La Rédaction de Via214




AMAZON Amazon prévoit aux Etats-Unis de construire de nouveaux magasins Whole Foods et d'agrandir ceux existants. Selon la presse américaine, le géant du commerce en ligne compte ainsi offrir à plus de clients
son service de livraison en deux heures.


MICHAEL KORS Capri, ça commence pour Michael Kors. Le groupe de mode américain a annoncé lundi qu'il se nommerait Capri Holdings dès le 2 janvier. La maison new new-yorkaise a également finalisé le rachat de
Versace, acquis en septembre dernier pour un peu plus de deux milliards de dollars.


Une quenelle qui passe mal au restaurant parisien Le Train Bleu

Une quenelle qui passe mal au restaurant parisien Le Train Bleuhttp://www.via214.net/


Publié le 31/12/2018 à 14:47 La Rédaction de Via214




ANTISEMITISME



Le restaurant dédié à la gastronomie lyonnaise a été interpellé sur les réseaux sociaux ce dimanche à propos d’un cliché montrant certains de leurs employés effectuant en souriant une "quenelle"…




Le célèbre restaurant parisien Le Train Bleu, installé dans la Gare de Lyon, va porter plainte et sanctionner
certains de ses salariés à cause d’une photo sur laquelle ils effectuent une "quenelle",a-t-on appris dimanche.



Le restaurant dédié à la gastronomie lyonnaise a été interpellé sur les réseaux sociaux ce dimanche à propos d’un cliché dont la date et l’auteur sont inconnus. Il montre une douzaine d’hommes portant la tenue du restaurant, au sein de l’établissement, qui
effectuent en souriant ce geste controversé popularisé il y a
plusieurs années par Dieudonné.



Des sanctions "exemplaires"


Le restaurant a condamné fermement ce geste, assurant sur son compte
Twitter que "des poursuites judiciaires vont être engagées", et ajoutant que "le personnel incriminé" serait mis à pied "le temps de l’enquête".



Puis, la société SSP France (filiale du géant britannique de la restauration dans les transports SSP), propriétaire du Train Bleu, a condamné à son tour la publication de cette photo, dont elle dit avoir appris l’existence "avec effarement et horreur". Confirmant
qu’une plainte allait être déposée, SSP a indiqué que des sanctions "exemplaires" seraient prises contre les personnes présentes sur la photo et qui feraient toujours partie du personnel
de l’établissement.



"Un geste haineux"



Ceux qui ont commis "ce geste en forme de salut nazi inversé, devenu un signe de ralliement dont nous n’ignorons ni la gravité ni la signification antisémite avérée", ont "violé les valeurs de
notre entreprise qui réprouve toute forme de haine, de racisme et de
discrimination", a expliqué SSP France.


"Ceux des personnes figurant sur la photographie qui font encore partie de
ses effectifs seront convoqués dans les plus brefs délais et le cas échéant sanctionnés de manière exemplaire. En tout état de cause, la société SSP France se tiendra à la disposition des
autorités pour permettre l’identification de toutes les personnes
qui se sont adonnées à un geste haineux et qui ont fait partie de l’établissement Train Bleu", a ajouté SSP.




Poutine assure dans ses Voeux être "ouvert au dialogue" avec Trump

Poutine assure dans ses Voeux être "ouvert au dialogue" avec Trumphttp://www.via214.net/


Publié le 31/12/2018 à 14:12 La
Rédaction de Via214




Ce 30 décembre, le Président russe a envoyé des messages aux chefs
d’État du monde à l’occasion des fêtes de fin d’année. Parmi les destinataires: Donald Trump, Emmanuel Macron, Benjamin
Netanyahu, Theresa May, Angela Merkel, et beaucoup d’autres.




À l'occasion des fêtes de Noël et du Nouvel An, Vladimir Poutine a adressé ses vœux à plusieurs dirigeants du monde, a déclaré le service de presse du Kremlin.



La France



Dans un message pour Emmanuel Macron, le Président russe a souligné que les relations russo-françaises avaient un grand potentiel.



"Les relations russo-françaises ont un grand potentiel, ce qui a été
confirmé par nos récentes réunions et négociations. Je compte sur la poursuite des travaux communs sur le développement d'une coopération mutuellement bénéfique entre nos pays dans divers domaines, ainsi que sur la résolution des problèmes d'actualité relevant de l'agenda régional et mondial", a déclaré le dirigeant russe dans son message.


Les États-Unis



La Russie est ouverte au dialogue avec Washington, a assuré le chef d'État russe à son homologue américain: "Dans un message de félicitations adressé au président des États-Unis Donald Trump à
l'occasion des fêtes de Noël et du Nouvel An, Vladimir Poutine a
souligné que les relations russo-américaines constituaient le facteur le plus important pour assurer la stabilité stratégique et la sécurité internationale, et a confirmé que la Russie était ouverte au dialogue avec les États-Unis sur l'ordre du jour le plus vaste".



Israël



"Félicitant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu,Vladimir Poutine a noté que les deux pays avaient acquis une expérience considérable en matière de coopération dans divers domaines et a exprimé l'espoir que, d'ici 2019, les relations
russo-israéliennes se développeront dans un esprit de partenariat constructif, au profit des peuples dans le but de renforcer la paix, la sécurité et la stabilité au Proche-Orient", indique le message du Président russe à M.Netanyahu.



La Syrie



Envoyant ses voeux à son homologue syrien Bachar al-Assad, M.Poutine a mis l'accent sur la lutte contre le terrorisme.



"Vladimir Poutine a également adressé un message de bons vœux au Président
de la République arabe syrienne, Bachar al-Assad, dans lequel il a souligné que la Russie continuerait de fournir une assistance complète au gouvernement et au peuple syriens dans la lutte contre
les forces terroristes, en protégeant la souveraineté de l'État et l'intégrité territoriale, et a souhaité aux citoyens syriens un retour rapide à une vie paisible et prospère", indique le Kremlin.



L'Allemagne



"Dans ses voeux au Président fédéral allemand Frank-Walter Steinmeieret à la Chancelière fédérale allemande Angela Merkel,le chef d’État russe, soulignant l'expérience très significative de la coopération entre les deux pays dans divers domaines, a exprimé l'espoir de poursuivre les travaux conjoints sur l’ordre du jour bilatéral et international, en particulier, la réussite de grands projets communs mis en oeuvre dans les domaines de l’économie, de la culture, des sciences et de l’éducation l’année prochaine", déclare le communiqué du Kremlin.


La Chine



À Xi Jinping, Vladimir Poutine a souligné le "bon impact" de la coordination entre Moscou et Pékin dans le règlement des problèmes régionaux
et mondiaux.



"Les relations de partenariat de confiance global et d'interaction
stratégique entre la Russie et la Chine ont atteint un niveau sans précédent", indique le message.



Le Royaume-Uni



La reine Elisabeth II,la Première ministre Theresa May et le peuple britannique ont reçu les vœux de Noël et du Nouvel An de Vladimir Poutine.



"Le dirigeant russe a également adressé ses voeux à la reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, Élisabeth II, et à la Première ministre du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et
d'Irlande du Nord, Theresa May, dans laquelle il leur souhaitait bonne santé, bonheur et réussite, et au peuple britannique du bien-être et de la prospérité", a déclaré le service de presse.



La Turquie



La construction du premier bloc de la centrale nucléaire d'Akkuyu, le gazoduc Turkish Stream, la lutte antiterroriste en Syrie: voici les points clés du message,de M.Poutine à son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan.



"Poutine a exprimé sa conviction que les travaux visant à établir des partenariats mutuellement bénéfiques dans tous les domaines au profit des peuples des deux pays dans le but de renforcer la paix, la sécurité et la stabilité sur le continent eurasien se
poursuivront", a déclaré le service de presse.



Au total, 50 personnalités ont reçu des messages, dont des dirigeants
d'associations sportives et de diverses organisations, d'anciens Présidents et d'anciens Premiers ministres. En plus des dirigeants en place, le Kremlin a précisé que le Président russe avait envoyé ses vœux à Nicolas Sarkozy,
François Fillon, George W.Bush et Gerhard Schröder.


Les scientifiques découvrent une planète recouverte de saphirs et de rubis

Les scientifiques découvrent une planète recouverte de saphirs et de
rubishttp://www.via214.net/


Publié le 31/12/2018 à 11:39 La
Rédaction de Via214




Des chercheurs affirment avoir découvert une exoplanète, baptisée HD219134b, recouverte de saphirs et de rubis.




Encore plus fort que dans les films. Des scientifiques des universités de
Zurich et de Cambridge pensent avoir découvert une planète extrasolaire dont la surface serait composée de saphirs et de rubis.



HD219134b,(c'est son nom), se situe dans la constellation de Cassiopée à 21
années-lumière de la Terre.



Son noyau, constitué de calcium et d'aluminium, en fait une planète
cinq fois plus lourde que la nôtre.



"Peut-être qu'elle brille comme le rubis et le saphir, parce que ces pierres précieuses sont des oxydes d'aluminium, qui sont courantes sur
l'exoplanète
", explique Caroline Dorn, astrophysicienne à l'Institut de science computationnelle de l'Université de Zurich, sur le site d'information scientifique Eurekalert.



HD219134b se situe très près de son étoile, ce qui explique pourquoi la
température y est très élevée. C'est cette chaleur qui pourrait avoir créé des réactions chimiques causant la formation de bloca de rubis et de saphirs.

Travail, salaires. Ce qui change au 1er janvier 2019

Travail, salaires. Ce qui change au 1er janvier 2019http://www.via214.net/



Publié le 30/12/2018 à 11:51 La Rédaction de Via214



Smic, prime d’activité, apprentissage, heures supplémentaires… Tour d’horizon de ce qui change au 1er janvier 2019 dans le monde du travail.




Le Smic revalorisé. Au 1er janvier 2019, le Smic horaire passe de 9,88 à 10,03 euros brut (+1,5 %), et le Smic mensuel de 1 498 à 1 521 euros sur la base de 35 heures hebdomadaires. En net, la hausse sera de 16 euros à 1 204
euros. Il s’agit d’une revalorisation automatique et non pas une mesure exceptionnelle du gouvernement.


La prime d’activité revalorisée… pour certains. À compter du 1er janvier, la prime d'activité, touchée par les travailleurs sous certaines conditions, notamment de ressource et d’emploi, est revue à la hausse, seulement pour chaque membre du foyer dont les revenus sont supérieurs à 602 euros nets. De nombreux critères entrent en compte, mais cette revalorisation pourra atteindre, pour certains, jusqu’à 90 € par mois. Cette prime d’activité revalorisée sera versée à partir du 5 février. Ceux qui la touchent déjà n’ont aucune démarche à faire. Pour les autres, il faut d’abord utiliser le simulateur de la Caf, qui sera mis à jour au 1er janvier, puis faire sa demande en ligne.


Défiscalisation des heures supplémentaires. Les heures supplémentaires seront exonérées de cotisations salariales et d’impôt sur le revenu jusqu’à 5 000 euros nets par an, dès le 1er janvier 2019. Tous les salariés, y compris les fonctionnaires, pourront en bénéficier.


Le compte personnel de formation. Le compte personnel de formation sera désormais alimenté en euros et
plus en heures. Ce sera à hauteur de 500 euros par an (800 euros pour les peu qualifiés et handicapés) dans la limite de 5 000 euros (8 000 euros). Les heures déjà acquises sont converties au taux de
15 euros.


Apprentis. Au 1er janvier 2019, la limite d’âge maximum pour l'apprentissage passe de 26 à 29 ans. La durée du travail des apprentis est assouplie. Création d’une aide unique pour les entreprises de moins de 250
salariés et d’une aide au permis de conduire de 500 euros pour les
apprentis qui pourront entrer en formation tout au long de l’année.


Italie: ce que prévoit le premier "budget du peuple"

Italie: ce que prévoit le premier "budget du peuple"http://www.via214.net/



Publié le 30/12/2018 à 11:08 La Rédaction de Via214




Sauf surprise, le Parlement italien devrait adopter le premier budget
présenté par la coalition populiste. En voici les principales mesures.




Sous l'oeil attentif de Bruxelles, le Parlement italien s'apprête à
adopter le premier budget présenté par la coalition populiste arrivée
au pouvoir en juin, qui prévoit pour 2019 un déficit public à
2,04% du PIB.



Ce "budget du peuple", comme l'a
baptisé le gouvernement, compte 32 milliards d'euros de dépenses
supplémentaires et de baisses d'impôts, mais en raison de la dette publique colossale, le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite) ont dû limiter leurs mesures phares sous la pression de Bruxelles et des marchés financiers.



Voici les principaux points de ce projet :


> Réforme des retraites


Le texte assouplit les conditions de départ en retraite, une promesse phare de la Ligue, avec 3,9 milliards d'euros budgétés en 2019 et 8,6 milliards en 2020.



Alors que la loi actuelle prévoit un
départ à 67 ans, une "quota 100" permet de partir à compter de 62 ans et 38 années de cotisations. Le gouvernement
estime que 85% des quelque 400.000 personnes concernées en 2019 en
profiteront et espère libérer ainsi des emplois pour les jeunes.



Comme promis, le texte prévoit aussi une réduction des retraites dites "dorées", mais le gouvernement a aussi ajouté la semaine dernière une limitation progressive de l'indexation sur l'inflation des pensions supérieures à 1.500 euros net par mois.



>Revenu de citoyenneté


Promesse phare du M5S, ce revenu mensuel de 780 euros est destiné à 1,7 million de familles les plus modestes et vise à favoriser leur réinsertion. Sa dotation initiale de 9 milliards d'euros pour 2019 a été réduite à 7,1 milliards. Le M5S promet les premiers chèques dès avril mais la mise en place du dispositif s'annonce complexe et
ses conditions assez strictes.



>Amnistie fiscale



Voulue par la Ligue, cette amnistie concernera finalement des personnes
n'ayant pas payé des impôts qu'elles avaient déclarés correctement ou sous-déclarés entre 2000 et 2017. Le
gouvernement propose aussi une mini-flat tax de 7% pour les retraités de l'étranger, italiens ou non, décidant de venir ou revenir vivre dans les petites communes du sud du pays.



> Réforme fiscale



Les impôts seront ramenés à 15% pour plus d'un million d'auto-entrepreneurs et artisans ayant un chiffre d'affaires de moins de 65.000 euros.



Parallèlement, le gouvernement introduit en particulier une "web tax" de 3% pour les entreprises qui vendent des biens, des services ou de la publicité sur internet, ce qui devrait rapporter 150 millions en 2019, et 600 millions une fois le système fonctionnant à plein régime.



Au final, le total des taxes sur les sociétés sera en hausse. Si les banques et les assurances vont être les plus touchées par les hausses, les
organisations à but non lucratif voient aussi leur taux d'imposition doubler. Le gouvernement a cependant promis de revenir sur cette dernière mesure dès janvier.



>Mini-hausse des investissements



Aux 38 milliards d'euros déjà alloués sur 15 ans pour les infrastructures, le gouvernement qui avait signé fin mai un
programme commun très expansif prévoyait d'ajouter 9 milliards pour les trois prochaines années, afin de relancer la croissance via "le plan d'investissements publics le plus important jamais réalisé en Italie". Mais faute de moyens, le montant a été nettement revu à la baisse: seulement 3,6 milliards sur trois ans.



> Pas de hausse de la TVA


La précédente loi de finances prévoyait une augmentation automatique de la TVA. La nouvelle supprime cette hausse automatique, ce qui va amputer le budget de 12,5 milliards d'euros de recettes fiscales en 2019. En revanche, le mécanisme est maintenu pour les années
suivantes, à moins que le gouvernement ne trouve 23 milliards de recettes en 2020 et 28 milliards en 2021.



> Baisses de dépenses, nouvelles recettes



-Gel des titularisations dans la fonction publique jusqu'au 15
novembre 2019.



-Baisse de 500 millions d'euros par an pour les fonds alloués à l'accueil des migrants.



-Hausse des taxes sur les jeux, et des recettes venant des privatisations.



-Réduction progressive des aides directes à la presse (28,5 millions
d'euros en moins en 2019) jusqu'à leur suppression en 2022.



-Ecotaxe de 1.100 à 2.500 euros pour l'achat d'une voiture de moyenne
ou grosse cylindrée, mais pas pour les véhicules utilitaires, et bonus pour les véhicules électriques ou hybrides.



>Rome et Venise



-Venise est autorisée à faire payer l'entrée sur son territoire, comme les îles de Capri et d'Elbe: 2,50 à 5 euros par personne selon les périodes.



-Le gouvernement envoie le génie
militaire boucher les nids-de-poule de Rome (40 millions d'euros en 2019), au grand dam d'autres communes qui réclament une aide similaire.


Emmanuel et Brigitte Macron à Saint-Tropez : "Un faux pas de communication" pour certains habitants

Emmanuel et Brigitte Macron à Saint-Tropez : "Un faux pas de
communication" pour certains habitantshttp://www.via214.net/


Publié le 30/12/2018 à 10:17 La Rédaction de Via214




Le couple présidentiel a été aperçu dans les rues de Saint-Tropez vendredi 28 décembre, et les passants ne voient pas ce séjour d'un très bon œil.




Gilets Jaunes", nouvelle affaire Benalla avec ses passeports diplomatiques... Les Français attendent de pied ferme Emmanuel Macron lundi 31 décembre au soir, pour la traditionnelle allocution
présidentielle de la Saint-Sylvestre. Le président de la République rentrera à Paris la veille, dimanche 30 décembre. Il est actuellement en famille à Saint-Tropez, et certains habitants de la cité balnéaire du Var trouvent ce
séjour quelque peu déplacé.



"Ceux qui se permettent de venir ici en vacances ont les moyens, donc (Emmanuel Macron) ne voit que du beau monde. C'est un peu dommage qu'il soit ici parce que,
s'il était ailleurs, il verrait peut-être aussi la misère. Ici il n'y en a pas", estime Lisa, retraitée, qui vend des baguettes de pains sur le marché pour arrondir ses fins de mois et
soutient les "gilets jaunes".



Beaucoup de Tropéziens comme elle lui reprochent d'être dans sa bulle. "Il
est venu faire le réveillon avec Bernard Arnault"
, ironise Maxime en terrasse d'un café. Le chef de l'État serait
plutôt chez Danièle Thomson, productrice et amie de la famille.



"C'est peut-être pas le moment de passer ses vacances là, parce que malheureusement Saint-Tropez a une
connotation
bling-bling, festive. Les gens ne voient que les milliardaires, les yachts", explique Hélène, qui vit depuis toujours à Saint-Tropez. Celle-ci voit là, comme beaucoup l'ont déploré à plusieurs moments de l'année 2018, "un faux pas de communication" de
la part de l'Élysée.



Incendie d'un immeuble à Bobigny : une ampoule serait à l'origine du drame

Incendie d'un immeuble à Bobigny : une ampoule serait à l'origine du dramehttp://www.via214.net/


Publié le 30/12/2018 à 09:42 La Rédaction de Via214




SINISTRE - Ce serait une ampoule tombée sur un matelas qui serait à l'origine de l'incendie qui a coûté la vie de quatre habitants dont deux fillettes, dans un immeuble Bobigny (Seine-Saint-Denis), jeudi soir.




Il s'agirait d'un accident. Un accident bête de la vie quotidienne, mais qui a coûté la vie à quatre personnes, dont deux petites filles, jeudi à Bobigny. Alors que les enquêteurs s'orientaient dès le soir du drame vers une piste accidentelle, la mère de famille
chez qui s'est déclaré le feu, raconte les circonstances de ce drame.



Dans les colonnes du Parisien,
cette habitante explique que c'est dans son appartement du 1er étage, que l'incendie a commencé à se propager. Il "est parti d'une ampoule sans abat-jour, posée sur la table de chevet dans la chambre de mon fils. Elle est tombée sur un matelas. Et ça a pris feu", raconte cette maman de neuf enfants.



Elle explique également que dès lors que le feu a pris sur le matelas, la famille a jeté de l'eau sur le "foyer" mais le feu s'est "propagé sur les murs dans tout l'appartement", raconte-t-elle. Voyant que rien ne lui permettait d'éteindre l'incendie, la mère de famille a alors pris ses enfants et est
sortie de l'appartement, sans avoir refermé préalablement la porte pour contenir les flammes. Celles-ci ont alors vraisemblablement envahies les parties communes et le reste de l'immeuble.



En tout, ce sont quatre personnes qui ont péri dans cet incendie : une
maman et ses deux filles, ainsi qu'une autre habitante, âgée de 25 ans. La maman et ses deux fillettes se sont retrouvées piégées dans l'ascenseur qu'elles ont empruntées en tentant de fuir.



Dans un communiqué, le bailleur de l'immeuble, affirme que le bâtiment
avait fait récemment "l'objet de travaux lourds de réhabilitation de plusieurs millions d'euros" et que ses installations électriques étaient "en bon état". Seine-Saint-Denis Habitat ajoute qu'une entreprise avait vérifié en novembre "la conformité des installations incendie" qui ont "bien fonctionné" jeudi soir.




Selena Gomez de nouveau hospitalisée après sa greffe de rein

Selena Gomez de nouveau hospitalisée après sa greffe de reinhttp://www.via214.net/


Publié le 30/12/2018 à 09:15 La
Rédaction de Via214




Alors qu'elle a subi une greffe de rein il y a plusieurs mois, Selena Gomez a été de nouveau hospitalisée en
urgence.




Selena Gomez brille de nouveau dans les charts grâce à sa collaboration sur le titre "Taki Taki" de DJ Snake. Dans le clip, la chanteuse de 26 ans s'amuse comme une folle, elle qui a subi une greffe de rein l'été dernier pour rester en vie. Malheureusement, après être allée une première fois se
faire soigner à l'hôpital il y a quelques jours, elle est y retournée à la suite d'un "choc émotionnel"
selon le site TMZ.




"Elle va déjà mieux" rassure un proche



Fatiguée, "une forte baisse du taux de globules blancs à la suite de la
transplantation
" serait la cause de cette hospitalisation soudaine. "Elle voulait rentrer mais les médecins ont refusé. Selena a paniqué et
a retiré l'intraveineuse de son bras
" assure toujours TMZ.
Elle aurait depuis rejoint une unité psychiatrique pour suivre une thérapie comportementale dialectique. "Elle
va suivre un traitement sur la côte Est
" a fait savoir un proche de l'artiste au magazine People.
"Elle est entourée par sa famille et reçoit énormément de soutien. Elle
va déjà mieux
".



Sur Twitter, le hashtag #PrayForSelena a été repris des milliers de fois par ses fans, très inquiets de l'état de santé de leur idole.


Bolsonaro et Netanyahu saluent une nouvelle "fraternité" entre le Brésil et Israël

Bolsonaro et Netanyahu saluent une nouvelle "fraternité" entre le
Brésil et Israëlhttp://www.via214.net/


Publié le 29/12/2018 à 11:15 La Rédaction de Via214




Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président élu du Brésil Jair Bolsonaro ont célébré vendredi à Rio de Janeiro le début d'une nouvelle "fraternité" entre leurs deux pays, avec la perspective d'une étroite collaboration économique et militaire.



Les deux dirigeants se sont rencontrés dans un fort militaire à la vue
imprenable sur la célèbre plage de Copacabana, donnant ainsi le
coup d'envoi de la première visite officielle d'un chef de gouvernement israélien au Brésil.



Accueilli par une haie d'honneur de militaires et d'autorités locales à sa
descente de l'avion, il doit rester cinq jours au Brésil et assister le 1er janvier à l'investiture en grande pompe du président élu d'extrême droite à Brasilia.



M. Netanyahu a annoncé à l'issue du tête à tête que M. Bolsonaro avait accepté son invitation de se rendre en Israël, le Brésilien ayant précisé que ce voyage aura lieu "d'ici le mois de mars,
si Dieu le veut".



"Ensemble, avec d'autres pays comme les Etats-Unis, qui ont une idéologie
semblable à la notre, nous avons tout pour nous entraider et apporter des bienfaits à nos pays", a-t-il déclaré plus tard dans l'après-midi, lors d'une rencontre avec des membres de la
communauté juive brésilienne dans un synagogue.



Parfois surnommé le "Trump tropical", M. Bolsonaro avait déclenché une vive polémique en annonçant au lendemain de son élection son intention de transférer l'ambassade du Brésil de Tel Aviv à
Jérusalem, comme les Etats-Unis l'ont fait en mai.



Mais le Brésilien avait rétropédalé quelques jours plus tard, affirmant que ce transfert "n'avait pas encore été décidé".



Premier exportateur mondial de viande Hallal, le Brésil pourrait voir ses
relations commerciales avec les marchés arabes menacées en cas de concrétisation de ce transfert.



- "Visite historique" -



Vendredi, Jair Bolsonaro a réitéré son intention d'établir des liens plus
étroits avec l'Etat hébreu.



"Plus que des partenaires, nous serons des frères à l'avenir, dans les
domaines de l'économie, de la technologie et de tout ce qui peut
apporter des bénéfices à nos deux pays", a-t-il affirmé, évoquant également des partenariats dans les domaines "de
l'agriculture, de questions militaires et de sécurité".



Benjamin Netanyahu, pour sa part, a qualifié sa visite d'"historique", tout en évoquant également la "fraternité, l'alliance" qui peut "porter (les deux pays) vers les sommets".



"C'est difficile à croire que nous n'ayons pas eu ce genre de contacts par
le passé", a-t-il souligné.



Il faisait référence au fait que le Brésil observait depuis des décennies une politique de neutralité dans le conflit israélo-palestinien.



Mais M. Netanyahu n'a pas abordé lors de ce bref point de presse le sujet
délicat d'un éventuel transfert de l'ambassade.



Pourtant, dans l'avion qui l'a amené à Rio, le Premier ministre avait confié
à des journalistes qu'il était décidé à aborder ce dossier lors de cette première rencontre.



Pour la communauté internationale, le statut de Jérusalem doit être négocié par les deux parties et les ambassades ne doivent pas s'y installer tant qu'un accord n'a pas été trouvé, une position
suivie par le Brésil jusqu'à présent.


L'Etat hébreu considère toute la ville de Jérusalem comme sa capitale, alors que les Palestiniens aspirent à faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur Etat.


- Rencontre avec Pompeo -



Benjamin Netanyahu sera l'un des principaux dirigeants mondiaux à
l'investiture mardi, aux côtés du président chilien Sebastian Piñera ou du Premier ministre hongrois Viktor Orban.


Donald Trump, dont Jair Bolsonaro est un fervent admirateur, ne fera pas le
déplacement, mais va envoyer son Secrétaire d'Etat Mike Pompeo, qui
doit s'entretenir avec M. Netanyahu le 1er janvier à Brasilia.



Cette rencontre devrait porter sur la décision de Washington de retirer
les 2.000 soldats américains déployés en Syrie.



M. Netanyahu aura également des entretiens avec les présidents du
Chili et du Honduras.



Les échanges actuels entre le Brésil et Israël s'élèvent à 1,2 milliard de dollars, soit un milliard d'euros. Jair Bolsonaro a notamment annoncé mardi des négociations sur l'utilisation de
technologies israéliennes pour la production d'eau dans le nord-est
du pays, frappé par de longs épisodes de sécheresse.



Le gouverneur élu de l'Etat de Rio de Janerio, Wilson Witzel, s'est rendu récemment en Israël, où lui ont été présentés selon la presse brésilienne des drones capables de tirer à distance sur des suspects.


Etats-Unis : Trump menace de fermer la frontière avec le Mexique si le "shutdown" dure trop longtemp

Etats-Unis : Trump menace de fermer la frontière avec le Mexique si le "shutdown" dure trop longtempshttp://www.via214.net/


Publié le 29/12/2018 à 10:02 La Rédaction de Via214




Le président américain commence à s'agacer de voir les démocrates refuser de financer la construction de son mur avec le Mexique.




Donald Trump n'apprécie guère que les démocrates refusent de financer la
construction d'un mur avec le Mexique. Il a même menacé, vendredi 28 décembre, de fermer la frontière entre les deux si le blocage continue. "Nous
allons être contraints de fermer la Frontière Sud complètement si les Démocrates Obstructionnistes ne nous donnent pas l'argent pour terminer le mur"
, a tweeté le président américain au septième jour du "shutdown".




Donald J.Trump @realDonaldTrump


We will be forced to close the Southern Border entirely if the Obstructionist Democrats do not give us the money to finish the Wall also change the ridiculous immigration laws that our Country is saddled with. Hard to believe there was a Congress President who would approve!



04:16 - 28 déc. 2018




De son côté, le président mexicain a préféré ne pas réagir à ces nouvelles menaces. "Nous ne voulons pas être imprudents, nous n'estimons pas devoir participer à ce débat",
a déclaré Andrés Manuel Lopez Obrador.


Troisième "shutdown" de l'année



Le président a fait de la construction de ce mur long de 3 000 kilomètres l'une de ses priorités pour endiguer l'immigration clandestine. Il exige pour cela cinq milliards de dollars, sans quoi il ne signera pas les lois de financement de 25% des administrations
fédérales, paralysées depuis le 22 décembre à minuit. Mais les démocrates ne veulent pas en entendre parler.



L'impasse budgétaire semble partie pour durer. La balle est dans le camp du
Sénat, qui reprendra l'examen d'une loi budgétaire mercredi 2 janvier. Ce "shutdown" est le troisième de l'année, après janvier (trois jours) et février
(quelques heures). Le précédent, en octobre 2013, avait duré seize jours. Le record, de vingt-et-un jours, remonte à 1995-96.


Bordeaux : arrestation d’un homme soupçonné de quatre agressions au marteau

Bordeaux : arrestation d’un homme soupçonné de quatre agressions au
marteau
http://www.via214.net/


Publié le 29/12/2018 à 09:23 La
Rédaction de Via214




Soupçonné d’être l’auteur de quatre agressions en une semaine, un homme a
été interpellé vendredi soir par la police.




Depuis le 22 décembre, Bordeaux est le théâtre d’une série d’agressions au marteau. La quatrième s’est produite ce vendredi en fin d’après-midi. Ce pourrait être la dernière. Selon Sud Ouest, un homme en possession d’un marteau a été arrêté dans le quartier de la gare Saint-Jean vers 21 heures et a été placé en garde à vue. L’agresseur présumé a été interpellé après avoir touché un homme d’un coup de marteau au coude.



C’était déjà la deuxième agression de la journée. En début d’après-midi, une femme avait été légèrement blessée à la tête près de la gare Saint-Jean et l’outil avait été retrouvé dans une rue
adjacente. " Le phénomène devient sériel et tout laisse à penser qu’il s’agit du même homme ", confiait une source policière à Sud Ouest. Un dispositif policier avait été déployé après ces
deux agressions.



Une femme avait été la première victime de ces agressions au marteau samedi dernier, déjà dans le quartier de la gare. Jeudi matin, vers 8h30, une autre femme avait reçu plusieurs coups de marteau, selon le témoignage d’une personne qui avait donné l’alerte. Elle
avait été conduite aux urgences du CHU de Bordeaux. L’agresseur se serait alors enfui en titubant.



Vietnam: arrêtés pour avoir tué et mangé un singe

Vietnam: arrêtés pour avoir tué et mangé un singehttp://www.via214.net/


Publié le 28/12/2018 à 10:36 La Rédaction de Via214




Six Vietnamiens ont été arrêté au Vietnam pour avoir tué puis mangé
un singe appartenant à une espèce en voie de disparition, le tout diffusé en live sur Facebook, a annoncé aujourd'hui la police. "Les hommes ont retiré le cerveau du langur, l'ont mangé en direct et ont bu son sang", précise la police de la province de Ha Tinh, dans le centre du Vietnam.



Agés de 35 à 59 ans, les six hommes, interpellés hier, risquent des
poursuites pour violation des régulations concernant les espèces
protégées. Ils avaient acheté ce singe langur directement à un chasseur, pour un peu plus de 40 euros. Les langurs font partie d'une des espèces les plus menacées au monde et ne se trouvent que dans le nord du Vietnam.



En dépit d'une législation sur la protection des animaux, le Vietnam
reste un haut lieu du trafic d'animaux, menacés ou non, que ce soit pour son marché intérieur ou pour fournir la Chine voisine. Les organes d'animaux entrent dans la composition de nombreuses préparations de la pharmacopée traditionnelle et des vertus quasi magiques leur sont prêtées. Ils sont aussi appréciés pour leur chair, au côté des tortues, des chiens et des chats.




Une "lettre d'avertissement" pour le député LREM Joachim Son-Forget après ses propos sexistes à l'en

Une "lettre d'avertissement" pour le député LREM Joachim Son-Forget après ses propos sexistes à l'encontre de la sénatrice Esther Benbassahttp://www.via214.net/


Publié le 28/12/2018 à 10:10 La Rédaction de Via214




Le délégué général du parti majoritaire, Stanislas Guerini, l'a annoncé jeudi.

Joachim Son-Forget évite le pire. Le bureau exécutif de La République en
marche va envoyer une "lettre
d'avertissement"
au député de la 6e circonscription des Français établis hors de France, après ses propos sexistes contre la sénatrice EELV Esther Benbassa, a indiqué jeudi 27 décembre le
délégué général du parti Stanislas Guerini.



"Avec le pot de maquillage que vous vous mettez sur la tête, vous incarnez plus que jamais ce que vous tentez maladroitement de caricaturer", avait tweeté lundi le député LREM à l'attention d'Esther Benbassa, en réponse à un commentaire de la sénatrice jugé lui-même "sexiste" par ce dernier.



Des "propos inadmissibles"



Une "lettre d'avertissement (...), en cours de rédaction, va être adressée par le bureau exécutif" au député, a expliqué Stanislas Guerini à l'AFP. Par ailleurs, Gilles Le Gendre, le chef de file des députés LREM, avait écrit mercredi sur Twitter que le bureau de son groupe parlementaire se désolidarisait de Joachim Son-Forget à la suite de
"ses propos inadmissibles" contre la sénatrice Esther Benbassa.



De son côté, la sénatrice avait estimé que "l'expression sans complexe d'un tel sexisme, venant d'un parlementaire, après #MeToo, a de quoi laisser sans voix".

New-York: des lumières bleues dans le ciel affolent les habitants

New-York: des lumières bleues dans le ciel affolent les habitantshttp://www.via214.net/


Publié le 28/12/2018 à 09:30 La
Rédaction de Via214




Sur les réseaux sociaux, des New-Yorkais ont évoqué la venue d'extraterrestre. Il s'agissait en réalité d'une explosion d'un transformateur électrique.




Des extra-terrestres au-dessus de New York ? Un festival de lumières bleues dû à l'explosion d'un transformateur a suscité les spéculations les plus folles sur Twitter jeudi soir.



Série d'éclairs bleus



L'incident s'est produit dans une centrale électrique de la compagnie
d'électricité ConEdison dans le quartier d'Astoria, situé dans le Queens, juste en face de Manhattan, peu après 21 heures.



Une série d'éclairs bleus ont alors illuminé le ciel de la mégalopole
américaine, déclenchant très vite des tweets annonçant la venue d'extra-terrestres ou de super-héros.



"Les extra-terrestres sont là, je sais que c'est vrai car ils se sont
arrêtés à Astoria dès qu'ils ont atterri", a tweeté avec humour le rappeur Joe Budden.



Au bout du compte, les New-Yorkais ont dû accepter une réalité plus prosaïque. Bill de Blasio, le maire de la Grosse Pomme a rapidement réagi sur les réseaux sociaux, en expliquant le phénomène:



"Ce que nous savons: la lumière a été causée par une surtension électrique à une sous-station. Il n'a pas d'incendie en cours et pas de blessés. (...)"



"Ça a été fou"



Le trafic à l'aéroport de La Guardia, situé non loin de là et utilisé essentiellement pour des vols intérieurs américains, a quand même été brièvement interrompu, de même que le trafic sur
la ligne 7 du métro, qui traverse ce quartier.



Vers 22h15, la police a confirmé que la situation était "sous contrôle", même si le policier qui assurait la permanence téléphonique estimait lui aussi que "ça a été fou".



"Il y a eu un bref incendie électrique dans notre sous-station d'Astoria
ce soir, qui a causé une chute de tension dans le secteur", a ensuite résumé la compagnie Con Edison. "Toutes les lignes électriques du secteur fonctionnent et le système est stable".

Bouygues : la CNIL met à l'amende Bouygues Telecom

Bouygues : la CNIL met à l'amende Bouygues Telecomhttp://www.via214.net/


Publié le 27/12/2018 à 15:55 La Rédaction de Via214




La CNIL annonce avoir prononcé une sanction de 250.000 euros à l'encontre de Bouygues Telecom, pour 'avoir insuffisamment protégé les données de clients B&You'.



Un défaut de sécurité a en effet impacté les données de plus de deux millions de clients pendant plus de deux ans, avec des contrats et factures accessibles par la modification d'une adresse URL sur le
site web de l'opérateur. Ce dernier a néanmoins rapidement corrigé
cette vulnérabilité après en avoir été informé.



'Le défaut de sécurité trouvait son origine dans l'oubli de réactiver
sur le site, après une phase de test, la fonction d'authentification à l'espace client qui avait été désactivée pour les seuls besoins de ces tests', explique la CNIL.

Des gilets jaunes inculpés à Toulouse

Des gilets jaunes inculpés à Toulousehttp://www.via214.net/


Publié le 27/12/2018 à 15:40 La Rédaction de Via214




À la suite de la manifestation de samedi à Toulouse, plusieurs gilets jaunes ont comparu devant le tribunal correctionnel ce mercredi 26 décembre.



Filmé par la caméra de l’hélicoptère de la gendarmerie, un manifestant a été interpellé pour avoir dégradé les caméras de vidéo-surveillance de la station de métro Jean-Jaurès. Il lui est
également reproché d’avoir alimenté un feu sur la voie publique, ainsi que d’avoir insulté un policier lors du prolongement de sa garde à vue, rapportent nos confrères de La Dépêche du Midi.



Pour ces faits, cet homme a écopé de 6 mois de prison avec un maintien
en détention. De plus, il lui est à présent interdit de manifester
pendant 2 ans à Toulouse, et doit verser la somme de 2039 € à Tisséo pour rembourser les dommages occasionnés.



Un autre manifestant a lui été poursuivi pour avoir monté des barricades et jeté des cailloux sur les policiers. Deux des
fonctionnaires se sont constitués partie civile. Pour ces faits, cet individu a écopé de 6 mois de prison, dont 1 ferme avec un maintien en détention et l’interdiction de manifester en Haute-Garonne pendant 2 ans. Il devra également verser la somme de 800 € pour
préjudice moral, ainsi que 600 € pour chacun des deux policiers.



Nicolas Hulot a retiré sa plainte pour diffamation contre le magazine "Ebdo"

Nicolas Hulot a retiré sa plainte pour diffamation contre le magazine "Ebdo"http://www.via214.net/


Publié le 27/12/2018 à 15:08 La Rédaction de Via214




JUSTICE Cette plainte avec constitution de partie civile, déposée en mars, visait le magazine et les deux auteurs d’une enquête controversée sur l’ancien ministre de l’Ecologie…



L’ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, a retiré sa plainte en diffamation contre le magazine l'Ebdo, qui avait publié une enquête controversée le visant et a depuis cessé de paraître, a appris mercredi l’AFP auprès de son avocat
Alain Jakubowicz.



Cette plainte avec constitution de partie civile, déposée en mars, visait
le magazine et les deux auteurs de l’article. Dans un réquisitoire
définitif, le parquet avait depuis demandé la tenue d’un procès. Le retrait de cette plainte éteint la procédure et un procès n’aura donc pas lieu.



Des rumeurs "ignominieuses"


Dans un article du 9 février, Ebdo
avait fait état d’une plainte pour viol déposée en 2008 contre l’ex-animateur TV et classée sans suite. Etait également mentionnée une rumeur de harcèlement sexuel à l’encontre d’une
ancienne collaboratrice de l’ex-Fondation Hulot, qui a elle-même
démenti.



Nicolas Hulot avait devancé la publication de l’article, contestant tout comportement inapproprié et dénonçant des rumeurs «ignominieuses».
Il avait en revanche reconnu l’existence de la plainte pour viol déposée en 2008 par la petite-fille d’un homme politique célèbre concernant des allégations remontant à 1997. L’auteure de cette
plainte n’était pas identifiée dans Ebdo mais il s'agit de Pascale Mittarrand, petite-fille de l’ancien président, qui avait dénoncé le
lendemain, par l’intermédiaire de son avocat une "tempête médiatique".



Le magazine Ebdo
a depuis cessé de paraître


Critiqué pour son enquête, Ebdo
avait défendu la semaine suivante son choix de la publier. Faute d’avoir séduit les lecteurs et d’avoir trouvé des fonds suffisants, le magazine avait cessé de paraître au bout de trois
mois. Son éditeur Rollin Publications, qui publiait aussi la revue XXI, avait ensuite été placé en liquidation judiciaire.



"Nicolas Hulot se désiste opportunément (…) d’une action en diffamation sur laquelle il a abondamment communiqué mais qui promettait de tourner à son désavantage", a réagi Me Vincent Tolédano, avocat de Thierry Mandon, visé par la plainte en tant qu’ancien directeur de la publication d’ Ebdo.


Wall Street devrait retomber, l'Europe est passée dans le rouge

Wall Street devrait retomber, l'Europe est passée dans le rougehttp://www.via214.net/


Publié le 27/12/2018 à 14:26 La
Rédaction de Via214



PARIS (Reuters) - Wall Street devrait retomber jeudi, après son rebond
spectaculaire de la veille, tandis que les Bourses européennes sont passées dans le rouge à mi-séance, dans des marchés repris par les inquiétudes sur le ralentissement de l'économie mondiale et le conflit commercial sino-américain.



Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse entre 1,4% à 1,7%, au lendemain d'un rebond de 5% à 6%, le Dow Jones ayant gagné pour la première fois plus de 1.000 points en une séance
mercredi.



À Paris, l'indice CAC 40 perd
0,29% à 4.612,95 vers 12h30 GMT. À Francfort, le Dax, fermé pendant le repli de lundi à la veille de Noël, cède 1,96% et à Londres, le FTSE est
en baisse de 1,1%.



A Milan, également fermée lundi, le FTSE MIB, recule 1,24%.



L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 1,16%, l'EuroStoxx 50 de
la zone euro 0,92% et le Stoxx 600 1,09%.



Le Stoxx 600 est toujours en passe d'accuser son plus net recul annuel
depuis 2008, en baisse de plus de 15% depuis le début de l'année.



"Pour penser qu'on a touché un creux, il faudrait au moins deux jours de
fermeté, pas seulement en termes de cours, mais aussi en termes de volumes, en profondeur de marché, avec un soutien de l'environnement", dit Hussein Sayed, responsable de la stratégie chez FXTM . "Jusqu'à présent, nous ne constatons pas
d'inversion des fondamentaux du marché. Les tensions entre les Etats-Unis et la Chine restent la plus grande inconnue pour l'année 2019", ajoute-t-il.



Washington et Pékin ont prévu une réunion en face-à-face sur le commerce
pour janvier, a annoncé jeudi le ministère chinois du Commerce.



Toutefois, selon plusieurs sources à Reuters, Donald Trump envisage un décret
interdisant aux entreprises américaines d'utiliser des équipements de télécoms fabriqués par les groupes chinois Huawei et ZTE, de quoi compliquer la résolution des tensions.



Sur le plan de la politique intérieure, Trump a assuré mercredi qu'il était prêt à attendre tout le temps qu'il faudrait pour obtenir la somme de cinq milliards de dollars qu'il demande au Congrès de
débloquer pour la construction d'un mur anti-immigration à la frontière avec le Mexique.



Le "shutdown" partiel en cours pourrait par ailleurs reporter la publication des indicateurs économiques du département américain du Commerce, selon le Wall Street Journal, qui cite une porte-parole.



Les Bourses chinoises ont terminé la séance sur une note négative, le
CSI 300 ayant perdu 0,4%, alourdi par l'annonce de bénéfices des entreprises industrielles en baisse en novembre pour la première fois en près de trois ans avec le ralentissement de la demande
extérieure et intérieure dans un contexte de tensions avec les
Etats-Unis.



L'indice MWCI Asie Pacifique hors Japon gagne 0,43%.




LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET




VALEURS EN EUROPE



Tous les secteurs étaient passés dans le rouge à mi-séance, même si la distribution résiste mieux que les autres grâce aux achats de Noël aux Etats-Unis (-0,27%), ainsi que les valeurs technologiques (-0,33%).



A Paris, Vinci (PA:SGEF) a pris jusqu'à 1,7% à la suite d'un accord pour devenir actionnaire majoritaire de Gatwick avec le rachat de 50,01% des parts du deuxième aéroport britannique pour environ 2,9 milliards de livres sterling
(3,2 milliards d'euros). Le titre a réduit ses gains à 0,06%.



Les banques italiennes cède 0,5%, affectées par la décision du premier
actionnaire de Banca Carige (-6,25%) de bloquer le projet d'une augmentation de capital de 400 millions d'euros.




TAUX



Avec le retour de l'aversion au risque, les investisseurs reviennent vers les obligations de la zone euro dont les rendements retombent mécaniquement.



En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans recule à 0,236% contre 2,249% la veille, après être tombé à un plus bas de six mois à 0,20% la semaine dernière.



Le rendement des Treasuries à 10 ans cède 2,5 points de base autour de 2,779%.




CHANGES



Le yen gagne un demi point de pourcentage face au dollar, profitant lui aussi de son statut de valeur refuge.



Le dollar recule de 0,28% face à un panier de devises de référence dont l'euro, qui gagne lui 0,3% à 1,1387 dollar.



PÉTROLE



Les cours du brut sont repartis à la baisse, après avoir bondi de 8% la
veille, repris par les craintes d'un excès d'offre.



Le baril de Brent de la Mer du Nord perd 1,8% pour retomber sous 53,50 dollars et le baril de brut léger américain cède
1,6% à 45,5 dollars.



Le marché prendra connaissance des chiffres des stocks de brut américain de l'American Petroleum Institute (API), à 21h30 GMT, avant les statistiques hebdomadaires de l'Energy Information
Administration (EIA) vendredi.



La France doit réduire son déficit sous la barre des 3% en 2020, dit Oettinger

La France doit réduire son déficit sous la barre des 3% en 2020, dit
Oettingerhttp://www.via214.net/


Publié le 27/12/2018 à 09:40 La Rédaction de Via214




BERLIN (Reuters) - L'Union européenne va accepter que le déficit de la France soit supérieur à la limite de 3% du produit intérieur brut (PIB) l'an prochain, tant qu'il s'agit d'une entorse temporaire, a annoncé jeudi le commissaire européen au Budget, l'Allemand Günther Oettinger.



Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré mi-décembre que le déficit public de la France devrait s'établir à environ 3,2% du PIB l'an prochain, sous l'effet des mesures annoncées pour les
"Gilets jaunes", contrairement au 2,8% initialement prévu.



"Dans ces conditions, nous allons faire une exception en tolérant un déficit supérieur à 3%. Cependant, cela ne doit pas se poursuivre après 2019", dit-il dans une interview au groupe de presse
Funke.



Selon lui, Emmanuel Macron a "perdu en autorité" en dévoilant un projet de budget qui excède la limite de 3% prévue par les traités européens. "Mais il reste un fervent défenseur de
l'Union européenne".



Bruxelles a déjà examiné le projet de budget français il y a quelques
semaines et la Commission européenne ne l'examinera pas de nouveau,
poursuit-il.



"Il est crucial désormais pour Macron de continuer à réformer le pays, notamment sur le marché du travail, pour que la France reste sur la voie de la croissance".


Le parquet examine les liens de Ghosn et d'un Saoudien

Le parquet examine les liens de Ghosn et d'un Saoudienhttp://www.via214.net/


Publié le 27/12/2018 à 09:15 La
Rédaction de Via214




PEKIN (Reuters) - De nouvelles accusations mises en avant par le parquet de Tokyo contre Carlos Ghosn tournent autour de l'usage présumé de
fonds de Nissan (T:7201) Motor pour payer un homme d'affaires saoudien qui aurait aidé l'ex-président du constructeur automobile japonais à se sortir de difficultés financières, ont déclaré deux sources de Nissan au
fait du dossier.




Le parquet de Tokyo a de nouveau placé Carlos Ghosn en état d'arrestation vendredi, l'accusant d'abus de confiance aggravé par transfert de pertes personnelles sur les comptes du constructeur automobile.



Le parquet croit savoir que vers octobre 2008, Ghosn était aux prises avec des pertes sur le papier de 1,85 milliard de yens (14,5 millions d'euros) liées à un contrat de swap passé avec une banque qu'il ne nomme pas.



Un particulier avait permis le montage d'une lettre de crédit au bénéfice de Ghosn et une société gérée par ce particulier avait reçu par la suite 14,7 millions de dollars d'argent provenant de Nissan en quatre paiements échelonnés de 2009 à 2012, lit-on dans le communiqué du parquet, ajoutant que ces paiements avaient été faits au bénéfice de Ghosn et de ce particulier.



"Ce faisant,(Ghosn) a agi de telle façon qu'il y a eu abus de confiance et il a infligé un préjudice à Nissan", écrit le parquet.



Selon les sources de Nissan, le particulier qui a aidé Ghosn se nomme
Khaled Al-Juffali, vice-président de E.A. Juffali and Brothers, l'un
des plus gros conglomérats d'Arabie saoudite, et membre du conseil
d'administration de l'Autorité monétaire d'Arabie saoudite.



Il est également actionnaire majoritaire d'une société appelée Al-Dahana, propriétaire de la moitié d'une coentreprise régionale se nommant Nissan Gulf, l'autre moitié étant détenue par une filiale à 100% de Nissan Motor.



Cheikh Khaled Juffali n'a fait aucun commentaire à ce sujet, selon un
courriel envoyé par E.A. Juffali and Brothers.



Motonari Otsuru, avocat de Ghosn basé à Tokyo, n'était pas disponible pour
commenter cette information, selon une personne de son bureau qui a répondu au téléphone. Un représentant de la famille Ghosn s'est refusé à tout commentaire.


D'autres médias ont rapporté que Ghosn a démenti, par l'intermédiaire d'un
avocat, avoir transféré des pertes vers Nissan et a dit aux enquêteurs que ces quatre paiements correspondaient à des affaires légitimes, dont une gratification pour avoir traité des problèmes survenus chez des concessionnaires Nissan en Arabie saoudite.



Le parquet de Tokyo s'est abstenu de tout commentaire. Interrogé sur
les propos prêtés à Ghosn, un porte-parole de Nissan a dit: "Nous ne pouvons nous exprimer sur des sujets ayant trait à l'arrestation de Ghosn pour abus de confiance; la propre enquête de Nissan se poursuit et son domaine d'investigation s'élargit".




"LE PARQUET EN SAIT PLUS QUE NOUS"



Selon les sources de Nissan, les enquêtes de Nissan ont conclu que Ghosn
n'était pas parvenu à faire assumer les pertes directement par Nissan.



La Securities and Exchance Surveillance Commission (SESC), le gendarme des Bourses japonais, avait jugé illégale cette tentative de Ghosn de faire assumer les pertes directement par Nissan, a dit l'une des sources. On ne sait pas ce que la SESC jugeait illégal précisément. Un porte-parole de la SESC a dit qu'il ne pouvait s'exprimer sur des dossiers particuliers.



Les sources ont souhaité rester anonymes car l'enquête interne de Nissan n'a pas encore produit ses conclusions publiquement.



Ghosn a alors reçu l'aide d'Al-Juffali qui a utilisé ses propres deniers
pour fournir une garantie à une banque afin d'émettre une lettre de crédit que la banque de Tokyo Shinsei Bank réclamait à Ghosn, ont expliqué les sources.



Un porte-parole de Shinsei a dit qu'il ne pouvait s'exprimer sur des cas
précis. Reuters n'a pu identifier la banque qui a émis la lettre de crédit.


Les quatre versements arrangés par Ghosn ont été faits par l'intermédiaire d'un fonds interne de Nissan, connu au sein de la société comme étant la "Réserve du CEO (patron)", et à destination d'une filiale de Nissan qui a ensuite payé une société propriété d'Al-Juffali, a dit l'une des sources, sans donner les
noms des sociétés en question.



Le premier versement, de trois millions de dollars, a été fait durant
l'exercice fiscal 2009, suivi de versements de 3,6 millions de dollars, 3,9 millions de dollars et 4,2 millions de dollars les trois exercices suivants, ont ajouté les sources.



Elles ont également dit que les enquêteurs de Nissan n'avaient pas à
l'origine examiné ces transactions avec toute la célérité dont le parquet a fait preuve la semaine passée.



"Le parquet en sait plus que nous", a déclaré l'une des sources.



E.A. Juffali and Brothers a été créée en 1946. Elle est spécialisée dans l'électricité et les télécommuncations et s'est diversifiée dans le bâtiment, l'assurance, la construction et la distribution de véhicules.



Fondée en 2008, la coentreprise Nissan Gulf était à l'origine responsable
de la stratégie marketing et commerciale et du développement des concessions en Arabie saoudite, à Abou Dhabi, au Koweït et à Bahreïn. Mais depuis son champ d'action s'est réduit au Koweït et
à Bahreïn pour des raisons inconnues dans l'immédiat, a observé l'une des sources.



L'ancien administrateur de Nissan Greg Kelly, accusé de complicité avec
Carlos Ghosn, a été libéré sous caution mardi après plus d'un mois passé en détention pour fraude financière.



Les procureurs japonais ont l'habitude d'arrêter les particuliers à plusieurs reprises suivant les différentes accusations produites par une même affaire. Cela leur permet de garder les suspects en garde à vue tout en poursuivant leur enquête et cela veut aussi dire qu'ils peuvent procéder à des interrogatoires sans la présence d'un
avocat.


Le marché de Noël ferme ce soir à Toulouse : le bilan est "catastrophique"

Le marché de Noël ferme ce soir à Toulouse : le bilan est "catastrophique"http://www.via214.net/


Publié le 26/12/2018 à 16:32 La Rédaction de Via214




Alors que le marché de Noël de Toulouse ferme ses portes ce mercredi soir à 19 h, pour les commerçants, l'heure
est au bilan. Ou plutôt à la morosité voire à la colère. En effet, tous affichent, cette année, un chiffre d'affaires en baisse et même "catastrophique" diront certains. C'est la combinaison de plusieurs facteurs qui explique cette chute généralisée. Il y a
bien sûr l'action des Gilets Jaunes qui a contraint les commerçants à baisser le rideau plusieurs samedis d'affilée. "Samedi dernier notamment, on a dû fermer à 14 heures, se lamente un commerçant, alors que ce n'était pas vraiment justifié et c'était pour nous
une journée de grande affluence très attendue." À cela s'ajoute, le mouvement des lycéens mais également l'arrêt à plusieurs reprises des transports en commun qui a privé le centre-ville de
clients potentiels mais aussi une panne d'électricité survenue un vendredi sur le marché.



Sans oublier l'attentat sur le marché de Noël de Strasbourg qui a contraint à remettre le plan Vigipirate avec fouilles à l'entrée. Soit autant de faits cumulés qui ont entamé le manque à gagner des commerçants. Ainsi ce vendeur de couteaux avoue avoir gagné moitié
moins que l'an dernier. Même si la Maire a fait un geste en leur offrant le droit de place, lequel varie entre 200 et 300 en fonction de la taille du chalet, les vendeurs devront s'acquitter de la
modique somme de 8 500 €. Si bien qu'une fois les calculs faits, certains rentrent à peine dans leurs frais. "On va juste rembourser les frais engagés, c'est une catastrophe totale", confirme cette marchande de plantes.



Même son de cloche pour ce vendeur de bijoux artisanaux qui va repartir "avec des stocks pleins. On a fabriqué des bijoux pendant des mois, en prévision de ce marché, pour rien. Nous venons à Toulouse depuis 8 ans, cette année est la pire de toutes." La casse est
surtout importante chez les vendeurs de denrées alimentaires. Pierre, qui vend des nougats, chocolats et pains d'épices, estime la perte de son chiffre d'affaires entre 35 et 50 %. À un jour de la fermeture, il propose un produit offert pour un produit acheté "pour
ne pas jeter. Derrière nos produits, il y a des artisans et ça, les gens ont tendance à l'oublier", ajoute-t-il en colère.



Plus philosophe, Jules reconnaît que ce sont les lois du commerce, "il y
a des années qui marchent mieux que d'autres. On essayera de faire mieux l'an prochain." En revanche, d'autres refusent tout simplement de s'exprimer tant la coupe est pleine. "Cette année, on a trop subi, c'est dur et on n'a pas envie d'en parler", lâche cette
artisane. Le vendeur de bouillottes situé juste à côté ne se montre pas plus loquace.



L'un des seuls qui semblent avoir "sauvé les meubles", c'est la maison Berthe Guilhem qui prévoit de terminer sur une baisse de 10 à 15 % de gains par rapport à l'an dernier. "On s'en sort bien grâce à notre clientèle fidèle", reconnaissent ces fabricants de cosmétiques bio.



Si certains n'osent pas critiquer ouvertement l'organisation, c'est
parce qu'ils espèrent conserver un chalet l'an prochain. Drôle de
marché tout de même…



Messe de Noël à l'église pour Donald et Melania Trump, restés à Washington

Messe de Noël à l'église pour Donald et Melania Trump, restés à
Washingtonhttp://www.via214.net/


Publié le 26/12/2018 à 15:40 La Rédaction de Via214




Restés à Washington pour Noël, Donald et Melania Trump ont assisté à une
messe à la veille de Noël.




Pas de Noël floridien pour le président américain. Lundi, veille de Noël, Donald et Melania Trump ont assisté à la messe prononcée à la cathédrale nationale de
Washington, où ils ont passé Noël : en raison du "shutdown" provoqué par l'absence d'accord sur le budget, notamment la construction d'un mur le long de la frontière mexicaine, le milliardaire a fait le choix de ne pas rejoindre Mar-a-Lago, où il avait prévu de passer deux semaines. Et, selon le "Washington Post", le message de la prière a pu avoir une résonance toute particulière avec l'actualité puisque l'évêque de Washington Mariann Edgar
Budde a raconté la naissance de Jésus ainsi : "Cela commence avec un empereur qui faisait déplacer les gens à son gré. Et deux personnes ont été contraintes d'obéir aux ordres de l'empereur et
de partir en long voyage durant le dernier mois de la grossesse de la
jeune femme. On leur a refusé un lieu confortable durant le moment où elle en avait le plus besoin. Il n'a pas fallu longtemps avant qu'ils ne soient contraints de fuir à nouveau, cette fois pour se protéger de la violence dans un autre pays." Un récit qui fait le
parallèle avec la politique de tolérance zéro sur l'immigration décrétée par Donald Trump.



"Le président Trump a vraiment fait un effort pour participer. Il a chanté, prié, a salué les gens. Et à la fin, il était très présent. J'ai trouvé ça adorable à voir. Avec tout ce qu'on
traverse, politique de côté, c'est Noël et la première famille est toujours la bienvenue", a expliqué Mariann Edgar Budde, qui a assuré avoir écrit son sermon bien avant d'apprendre que le couple présidentiel, mais aussi Karen et Mike Pence, assisteraient à
l'office religieux.



En attendant le retour des élus pour une session le 27 décembre, aucun
accord ne semble être passé : les démocrates, qui reprendront la
majorité à la Chambre des représentants le 3 janvier, n'ont aucun intérêt à céder sur cette promesse de campagne phare de Donald Trump, sur laquelle il met l'accent ces dernières semaines.




Bourse : les marchés financiers en forte baisse

Bourse : les marchés financiers en forte baissehttp://www.via214.net/


Publié le 26/12/2018 à 15:20 La Rédaction de Via214




Ambiance morose pour les marchés financiers en cette fin d'année. Après une bonne année 2017, la plupart des indices terminent 2018 en baisse,
notent Les Échos.



Depuis le 1er janvier, le CAC 40 a perdu environ 13 % et l'Euro Stoxx 50 plus
de 15 %. La situation n'est guère meilleure hors Europe, puisque le
Nasdaq baisse de 10 % en un an, quand le DowJones perd près de 12 %. Le Nikkei, lui, a perdu 11 % depuis le début de l'année.



La Bourse de Wall Street connaît sa pire année depuis dix ans et la crise de 2008. L'année a pourtant été marquée par une forte croissance au niveau mondial, à 3,7 %. Mais la guerre commerciale
lancée par les États-Unis contre la Chine a exacerbé les inquiétudes sur l'économie chinoise et renforcé l'incertitude qui pesait sur les marchés.



À l'instar de Wall Street, qui affichait de bons résultats jusqu'à l'été avant de plonger, les marchés financiers ont été marqués par les récents rebondissements politiques et économiques aux
États-Unis. Le shutdown, résultant de l'absence d'accord sur le budget américain au Congrès, Trump voulant à tout prix y faire voter les crédits pour construire son mur à la frontière avec le Mexique, est en partie responsable de ce revirement. D'autant qu'il
pourrait durer jusqu'à début janvier avant un déblocage.



Pire semaine depuis 2008



Les relations tendues du président américain avec...





Sur l’Etna, un son et lumière sous surveillance

Sur l’Etna, un son et lumière sous surveillancehttp://www.via214.net/


Publié
le 26/12/2018 à 09:36 La Rédaction de Via214




Le célèbre volcan sicilien est entré en éruption lundi par une
bouche ouverte sur son flanc, une première depuis plus de dix ans.
Son intense activité à proximité de zones densément peuplées est particulièrement surveillée, d’autant plus qu’il glisse lentement vers la mer.




Des cendres sur les capots des voitures des villages alentours, l’aéroport de Catane fermé, un magnifique son et lumière nocturne qui a régalé les habitants du piémont : l’Etna s’est
décidé à fêter Noël en grande pompe cette année. Le célèbre volcan est entré en éruption lundi vers midi en crachant une impressionnante colonne de cendres dans le ciel bleu azur de la Sicile.



L’éruption du volcan s’est accompagnée de plus d’une centaine de secousses sismiques. Elle n’est pas considérée comme dangereuse pour le
moment.



L’Etna est entré en éruption lundi en crachant une importante colonne de
cendres et en provoquant une multitude de petits séismes dans la zone. Avec un point culminant à 3 300 mètres, c’est le plus important volcan en activité en Europe, avec des éruptions fréquentes, connues depuis au moins 2 700 ans.



"L’éruption s’est produite sur le flanc de l’Etna, c’est la première éruption latérale depuis plus de 10 ans, mais elle n’a pas l’air dangereuse", a expliqué le vulcanologue Boris Behncke, de l’Institut national de géophysique et de vulcanologie (INGV).



Sa dernière phase éruptive remonte au printemps 2017 et la dernière grosse éruption à l’hiver 2008/2009.



Plus de 130 secousses sismiques dans la zone



En raison du manque de visibilité, une grande partie de l’espace aérien autour du volcan a été fermée. À l’aéroport de Catane, dans l’est de l’île italienne, seules quatre arrivées par heure étaient autorisées lundi dans l’après-midi.




Selon l’INGV, plus de 130 secousses sismiques ont été enregistrées dans
la zone lundi matin, dont la plus forte a atteint une magnitude de 4,0 peu après 13 heures. Les secousses se sont accompagnées d’une augmentation de l’activité du volcan, qui a culminé avec la projection d’une énorme volute de cendres vers 12 heures.



Dans l’après-midi, les secousses sismiques et la projection de cendres
probablement accompagnée de lave même si le manque de visibilité empêchait de le confirmer dans
l’immédiat – ont cependant diminué, a précisé l’expert.



Fin mars, une étude publiée dans la revue Bulletin of Volcanology a
révélé que l'Etna glissait très lentement vers la Méditerranée, à un rythme constant de 14 millimètres par an. À terme, s’il s’effondre dans la mer, cela pourrait provoquer un tsunami.




Fatigué, Benoît XVI a reçu son successeur

Fatigué, Benoît XVI a reçu son successeurhttp://www.via214.net/


Publié le 26/12/2018 à 9:02 La Rédaction de Via214




Vendredi dernier, avant Noël, le pape François est venu, un cadeau à la
main, s'entretenir avec Benoît XVI.




L'image pourrait être familière. Depuis 2013, lorsque Benoît XVI remit sa
charge pontificale - devenant "pape émérite" -, son successeur, le pape François, vient une ou deux fois par an lui rendre visite dans la maison monastère que le retraité occupe dans les jardins du Vatican, derrière la basilique Saint-Pierre.



Fidèle à cette coutume, vendredi dernier, avant Noël, le pape François, un cadeau à la main, est venu s'entretenir avec Benoît XVI. Le Vatican
n'a pas évoqué le contenu des conversations mais il a publié
plusieurs photos de la rencontre.



Les quelques visiteurs que le pape émérite reçoit encore témoignent
tous de l'abaissement physique de leur hôte, qui devrait fêter ses 92 ans le 16 avril 2019, notamment sa grande difficulté à se mouvoir. Mais ils assurent qu'il garde une "extrême lucidité". Selon ces mêmes sources, Benoît XVI suivrait avec acuité
l'actualité de l'Église et du Vatican mais s'abstient scrupuleusement de tout commentaire, comme il s'y était engagé du reste. Il se ...


Dans son message Urbi et orbi, le Pape appelle l'humanité à la fraternité

Dans son message Urbi et orbi, le Pape appelle l'humanité à la
fraternitéhttp://www.via214.net/


Publié le 26/12/2018 à 08:23 La
Rédaction de Via214




Comme le veut la tradition, François s'est adressé à midi, depuis le
Vatican, "à la ville et au monde". Il a évoqué les minorités qui évoluent dans des contextes "hostiles", demandant que le droit à vivre en paix leur soit reconnu.




Tout en appelant l'humanité à la "fraternité", le pape François a
lancé un appel dans son message Urbi et Orbi de Noël 2018, au respect des "communautés chrétiennes" qui vivent en situation de "minorité" dans des contextes "hostiles". Se trouvant donc "vulnérables et non considérées" le pape a demandé pour elles mais aussi pour "toutes les minorités" - que "leurs droits" soit reconnus. Dont celui de "vivre en paix" mais "surtout la liberté
religieuse". Mais dans ce message du passage du message traditionnel de Noël - prononcé depuis le grand balcon de la basilique Saint-Pierre, qui s'adresse "à la Ville et au Monde", Urbi et orbi-
François n'a pas mentionné l'islamisme qui dans de nombreuses régions du monde oppresse les minorités chrétiennes.



Au contraire, dans son large appel à la "Fraternité", thème central de ce message de Noël, l'évêque de Rome a ainsi décliné cette main tendue à tous: "Fraternité entre les personnes de chaque nation et culture. Fraternité entre les personnes d'idées différentes, mais capables de se respecter et d'écouter l'autre. Fraternité entre les personnes de religions différentes".



Ce qui implique, a-t-il pointé, de saisir que "nos différences ne
sont pas un préjudice ou un danger" mais qu'elles sont "une richesse". Il a alors utilisé cette image pour se faire comprendre: "Comme pour un artiste qui veut faire une mosaïque: c'est mieux
d'avoir à disposition des tesselles de plusieurs couleurs plutôt que des tesselles de peu de couleurs!" Ainsi "nous partageons tous dans une grande variété d'ethnies, de langues, de cultures…, mais tous en tant que frères en humanité!"



Mais sur ce thème de la Fraternité, le chef de l'Eglise catholique a
prévenu: "Sans la fraternité que Jésus Christ nous a offerte, nos efforts pour un monde plus juste s'essoufflent, et même les meilleurs projets risquent de devenir des structures sans âme." Il
a alors évoqué cette Espérance de Noël: "Que cette fête de Noël nous fasse redécouvrir les liens de fraternité qui nous unissent en tant qu'êtres humains et lient tous les peuples."



Comme à son habitude dans ce message traditionnel de Noël, le pape a
appelé l'attention du monde et la prière des chrétiens sur plusieurs situations géopolitiques particulières. Celle des "Israéliens et des Palestiniens" pour qu'ils "reprennent le dialogue et qu'ils entreprennent un chemin de paix".


Pour "la bien-aimée et martyrisée Syrie" afin qu'elle "retrouve la fraternité après ces longues années de
guerre" avec l'aide de "la communauté internationale" pour "œuvrer résolument" à "une solution politique qui mette de côté les divisions et les intérêts partisans" au bénéfice du "peuple
syrien" et pour que tous ceux qui ont quitté leur pays "retournent y vivre en paix". François a également évoqué le Yémen et ses populations "épuisées par la guerre et la famine". Mais aussi la "Péninsule Coréenne" en espérant que "le rapprochement entrepris" advienne.



Dans cette liste internationale, le pape a aussi demandé à "toutes les composantes sociales de travailler fraternellement en vue du développement du pays et pour assister les couches les plus faibles de la population" au Venezuela. Il a aussi évoqué le Nicaragua. Et l'Ukraine en se disant "proche des communautés chrétiennes de
cette région" et priant "pour qu'elles puissent tisser des liens de fraternité et d'amitié."



François a enfin pris la défense "des peuples qui subissent des colonisations idéologiques, culturelles et économiques en voyant violées leur liberté et leur identité, et qui souffrent de faim et
du manque des services éducatifs et sanitaires."



Lundi soir, le Pape avait vivement critiqué la "voracité consumériste" des hommes, en les appelant à réfléchir au sens spirituel de leur vie et au partage avec les plus pauvres, dans son homélie de Noël. "L'homme est devenu avide et vorace. Avoir, amasser des choses semble pour beaucoup de personnes le sens de la vie", a-t-il dit. "Une insatiable voracité traverse l'histoire humaine, jusqu'aux paradoxes d'aujourd'hui; ainsi quelques-uns se livrent à des banquets tandis que beaucoup d'autres n'ont pas de pain pour vivre(...) On doit dépasser le sommet de l'égoïsme, il ne faut pas
glisser dans les ravins de la mondanité et du consumérisme", a encore plaidé François. "Demandons-nous: ai-je vraiment besoin de beaucoup de choses, de recettes compliquées pour vivre? Est-ce j'arrive à me passer de tant de garnitures superflues, pour mener
une vie plus simple? Demandons-nous: à Noël, est-ce je partage mon pain avec celui qui n'en a pas?", a-t-il égrainé.

Bourse de Paris : Les valeurs à suivre à Paris et en Europe (actualisé)

Bourse de Paris : Les valeurs à suivre à Paris et en Europe (actualisé)http://www.via214.net/


Publié le 24/12/2018 à 07:34 La Rédaction de Via214




(Actualisé avec Renault/Nissan)



* Variation des futures sur indice CAC 40


* Variation des futures sur indice Stoxx 600


* Valeurs qui se traitent ex-dividende


* Le point sur les marchés européens



PARIS, 24 décembre (Reuters) - Les valeurs à suivre lundi à la Bourse de Paris et en Europe :



* RENAULT - Le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, a rapporté qu'une majorité des membres du
conseil d'administration du constructeur japonais partageait son refus de convoquer une assemblée générale extraordinaire de ses actionnaires demandée par Renault dans le contexte de l'inculpation de Carlos Ghosn, a rapporté dimanche le Wall Street Journal.


* SHOWROOMPRIVÉ- a annoncé vendredi le succès de son augmentation de capital de 39,5 millions d'euros visant à accroître sa flexibilité financière.


* VINCI- Vinci Airports a annoncé vendredi avoir bouclé le financement de la concession de l'aéroport de Belgrade
et en reprendre l'exploitation.



* DEUTSCHE BÖRSE- L'opérateur boursier allemand s'est vu infliger une amende globale de 10,5 millions d'euros par un tribunal de Francfort pour son rôle dans les rachats d'actions
effectués par l'ex-président de son directoire, Carsten Kengeter, qui ont entraîné l'ouverture d'une enquête pour
délit d'initié.



* WHITBREAD- a annoncé vendredi avoir reçu le feu vert de l'Union européenne pour la vente de sa chaîne de cafés Costa à Coca-Cola.


* TIKEHAU CAPITAL- a présenté vendredi les termes de son projet d'offre publique d'achat visant les actions et les obligations à option de conversion et/ou d’échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE) de la société SELECTIRENTE.




L'AGENDA ÉCONOMIQUE DU JOUR:




(Service Marchés)

Toulouse : opération nocturne à l'échangeur du Palays, des barrières démontées

Toulouse : opération nocturne à l'échangeur du Palays, des barrières
démontéeshttp://www.via214.net/


Publié le 24/12/2018 à 07:10 La Rédaction de Via214




Depuis le début du mouvement, les Gilets jaunes semblent apprécier les péages, souvent pour mener des opérations "péage gratuit" ou pour ralentir la circulation.




Cette nuit, peu avant minuit, une quinzaine de Gilets jaunes sont intervenus au péage du Palays, au sud de Toulouse. Ils ont notamment bloqué une quinzaine de camions.



Barrières démontées



La gendarmerie de la Haute-Garonne est intervenue pour les déloger et permettre aux poids lourds de reprendre leur route.



Cette opération a été menée sans incident pour les gendarmes de l'EDSR
et des compagnies de Saint-Michel et Villefranche-de-Lauragais. Avant de quitter les lieux, vers 3 heures, les manifestants ont démonté plusieurs barrières.



D'autres expressions de colère ont eu lieu au péage nord de Toulouse, mais
également au péage de Muret vendredi soir et samedi matin, sans incidents.



Indonésie : le bilan du tsunami s’alourdit à plus de 280 morts

Indonésie : le bilan du tsunami s’alourdit à plus de 280 mortshttp://www.via214.net/


Publié le 24/12/2018 à 06:43 La Rédaction de Via214



Les équipes médicales et de recherches sont déployées dans la région
du détroit de la Sonde pour porter secours aux nombreuses victimes.



Le bilan du tsunami provoqué par un glissement de terrain sans doute
lié à une éruption volcanique en Indonésie a été porté à 281 morts et plus de 1000 blessés, a annoncé lundi 24 décembre l’agence nationale de gestion des catastrophes.



"Le nombre des victimes va continuer à augmenter, ainsi que les
dommages"
, a prévenu Sutopo Purwo Nugroho, le porte-parole de l’agence,
précisant que 57 personnes étaient portées disparues. Le précédent bilan faisait état de 222 morts. Des équipes munies d’excavatrices et d’autres équipements lourds tentaient de dégager les débris lundi à la recherche de
survivants.



Le tsunami a frappé soudainement samedi soir les côtes méridionales de Sumatra et l’extrémité occidentale de Java, après l’éruption du volcan connu comme "l’enfant" du légendaire Krakatoa, l’Anak Krakatoa.





L’hypothèse d’un glissement de terrain



Les autorités, qui n’ont toujours pas déterminé la cause exacte de la catastrophe, craignent une nouvelle déferlante. Le ministre des travaux publics, Basuki Hadimuljono, a indiqué que les opérations de secours se poursuivraient mais devraient s’arrêter "au premier signe de forte marée". Le président Joko Widodo devait se rendre dans les zones sinistrées
plus tard dans la journée de lundi.



Selon des scientifiques, qui se basent sur des images capturées par le
satellite Sentinel-1 de l’Agence spatiale européenne (ESA), une
partie importante du flan sud de l’île a glissé vers l’océan peu avant le tsunami. "Le glissement de terrain sous-marin est la thèse qui prime",
explique Sam Taylor Offord, un sismologue à l’institut GNS Science
de Wellington, ajoutant néanmoins qu’il était impossible de confirmer cette théorie à cause du manque de données et d’accès aux zones dévastées.


Eruptions quasi continues



D’après les spécialistes, l’Anak Krakatoa s’est formé aux alentours de
1928 dans la caldeira – vaste cuvette résultant d’une éruption qui provoque l’effondrement du sommet d’un volcan – du célèbre Krakatoa. Celui-ci avait connu en 1883 une explosion qui a fait
environ 36 000 morts.



L’Anak Krakatoa a commencé sa vie sous l’eau avant que son cratère n’émerge vers 1928. Il s’est mué en petite île volcanique, dont le cratère atteint désormais une altitude de 300 mètres
au-dessus du niveau de la mer. Depuis sa naissance, l’Anak Krakatoa est dans un"état semi perpétuel d’activité éruptive", et grossit au fil d’éruptions qui surviennent tous les deux ou trois ans.



Macron dit " regretter très profondément " la décision américaine de se retirer de Syrie

Macron dit " regretter très profondément " la décision américaine de
se retirer de Syriehttp://www.via214.net/


Publié le 24/12/2018 à 06:05 La
Rédaction de Via214



Lors d’une conférence de presse à N’Djamena, le président français
a rendu hommage au chef du Pentagone, James Mattis, qui a démissionné
après cette décision de retrait prise par Donald Trump.



Lors d’une conférence de presse qu’il tenait dimanche 23 décembre avec Idriss Déby, le président tchadien, au palais présidentiel de N’Djamena, Emmanuel Macron n’a pas voulu commenter les violences en marge des manifestations des "gilets jaunes" à Paris.



Interrogé sur le retrait des Américains de Syrie, il a en revanche déclaré : "Un allié se doit d’être fiable, se coordonner avec ses autres alliés. " Le président américain, Donald Trump, a en effet annoncé mercredi sa
décision de retirer le plus vite possible les quelque 2 000 soldats
américains stationnés en Syrie, estimant que le groupe Etat islamique (EI) était vaincu.



"Je regrette très profondément la décision prise" par les Etats-Unis de partir de Syrie, a dit M. Macron. Il a rendu hommage au chef du Pentagone, James Mattis, qui a démissionné après
cette décision de retrait prise par Donald Trump. A plusieurs reprises, cet ex-général des marines âgé de 68 ans avait mis en garde contre un départ précipité de Syrie, évoquant le risque de "laisser un vide qui puisse être exploité par le régime [du
président Bachar Al-] Assad ou ses soutiens".



"Je veux ici rendre hommage au général Mattis et aux propos qui ont
accompagné sa décision, depuis un an nous avons constaté combien il a été un interlocuteur fiable"
, a dit le chef de l’Etat. "Etre allié, c’est combattre épaule contre épaule",
a-t-il ajouté, en précisant que c’était précisément ce que la France faisait avec le Tchad dans la lutte contre les groupes djihadistes dans la bande sahélo-saharienne. Dans un courrier
adressé jeudi à Donald Trump, James Mattis, très respecté sur la scène internationale, mais qui entretenait des relations difficiles avec le président américain depuis plusieurs mois, avait insisté sur la nécessité pour les Etats-Unis de "traiter les alliés avec respect".



Vendredi, c’est l’émissaire américain pour la coalition internationale anti-djihadistes, Brett McGurk, qui a décidé de jeter l'éponge en offrant sa démission au secrétaire d’Etat, Mike Pompeo.



La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, alliés des Etats-Unis dans
la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) et cibles régulières de ses attaques, n’ont pas caché leur inquiétude après l’annonce du retrait américain.



Emmanuel Macron s’exprimait dans le cadre de sa visite au Tchad, où il est arrivé samedi pour fêter Noël avec
les neuf cents soldats des troupes françaises déployées au sein de
l’opération "Barkhane", chargée depuis l’été 2014 de combattre les groupes terroristes armés au Sahel.



Au lendemain de la sixième journée de mobilisation nationale des "gilets jaunes", le président a assuré que les mesures de soutien au pouvoir d’achat annoncées le 10 décembre étaient une "réponse pleinement assumée".


"C’est une réponse pleinement assumée, que j’ai voulue, à ce que j’ai
considéré être la demande juste, la colère juste du peuple français".



Le Parlement a définitivement adopté vendredi une série de mesures en
faveur du pouvoir d’achat décidées dans l’urgence par l’exécutif pour tenter de mettre fin à la crise des "gilets
jaunes" grâce à la mobilisation de plus de 10 milliards d’euros.



"Cela a un coût, il est assumé, le premier ministre a expliqué comment
il serait couvert, à la fois par des mesures fiscales, par un décalage budgétaire de court terme
, a-t-il ajouté avant de s’envoler vers la France, au terme d’une visite officielle de deux jours au Tchad. Mais il n’y aura aucune économie faite sur le budget des armées et la défense militaire. C’est ce que nous devons à nos soldats et à nos concitoyens."




PHOTOS. Carla Bruni a 51 ans : (re)découvrez ses plus belles photos de mannequin

PHOTOS. Carla Bruni a 51 ans : (re)découvrez ses plus belles photos de
mannequinhttp://www.via214.net/


Publié le 23/12/2018 à 12:43 La Rédaction de Via214




Le dimanche 23 décembre, Carla Bruni fête ses 51 ans. Pour l'occasion, Closer.fr a décidé de revenir sur les
années au cours desquelles l'actuelle campagne de Nicolas Sarkozy était
une mannequin reconnue. En effet, à l'âge de 19 ans, l'ancienne première dame avait arrêté ses études d'architecture pour devenir mannequin pour une agence parisienne. Elle connaîtra très vite une ascension dans sa carrière. Elle accédera au rang de top model en 1988. Dans les années 90, elle défile et pose pour des grandes
marques. On peut notamment citer Dior, Yves Saint Laurent, Versace, Christian Lacroix ainsi que Ralph Lauren. Dans un même temps, elle était égérie de la marque de lingerie Victoria's Secret. Pendant ses heures de gloire, Carla Bruni enchaîne les unes du magazine Vogue.



Une carrière à laquelle elle va mettre fin en 1997. Elle décide de se
tourner vers la musique.
Julien Clerc
lui propose d'écrire plusieurs chansons de son album, Si
j'étais elle.
En 2002, Carla
Bruni
compose les paroles et la musique de l'album, Quelqu'un m'a dit, vendu à deux millions d'exemplaires. Un opus sur lequel Louis Bertignac a travaillé. Depuis, Carla Bruni a épousé Nicolas Sarkozy en 2008. La maman d'Aurélien, 17 ans, a accueilli son premier enfant avec Nicolas Sarkozy en 2011, une petite Giulia.

Michelle Obama affole la toile avec ses cuissardes hors de prix

Michelle Obama affole la toile avec ses cuissardes hors de prixhttp://www.via214.net/


Publié le 23/12/2018 à 10:28 La Rédaction de Via214




Alors qu'elle promeut en ce moment même la sortie de ses mémoires Becoming, Michelle Obama n'a pas hésité à apparaître dans un total look jaune de la marque Balenciaga. Une tenue accessoirisée de cuissardes dorées qui n'ont laissé personne indifférent…




Voilà un look qu’on est pas prêt d’oublier !Actuellement en tournée mondiale pour la promotion de son ouvrage Becoming, l’ancienne première dame américaine n’a pas hésité à se
mettre sur son 31… pour le plus grand bonheur des internautes. Et alors qu’en France le jaune se veut dorénavant une couleur engagée, Michelle Obama préfère la jouer sexy en fourreau de satin
fendu Balenciaga. Une tenue très glamour qui n’est pas sans rappeler les somptueuses robes de soirée qu'elle arborait durant les huit années de mandat de son célèbre époux.



Mais là n’est pas la question ! En effet, ce sont plutôt les souliers de cette dernière qui ne cessent de faire parler d’eux depuis leur apparition publique. Et on ne parle pas de n’importe quelle paire de talons hauts. C’est sur des cuissardes dorées en
sequins de la griffe de luxe Balenciaga (total look donc) que MrsObama avait jeté son dévolu. Un caprice hors de prix puisque ces petits bijoux coûtent la modique somme de 4 000 dollars soit près de 3 500 euros.



Michele Obama vs Melania Trump : l'élève a t-il dépassé le maître ?


Si ce nouveau look semble être synonyme de liberté retrouvée pour l’ex First Lady, la plupart des internautes penchent plutôt pour un clin d’oeil à la personne qui recevait Michelle Obama ce
jour-là. En effet, c’est Sarah Jessica Parker alias Carrie Bradshaw de Sex and City qui était en charge d’interroger son acolyte lors d’une présentation
au Barclays Center à New York. Une rencontre mode de haut vol puisque l’actrice américaine est bien connue pour son goût parfait en matière de style et plus particulièrement de chaussures. Alors ? Pari réussi pour Michelle ?







Wall Street dévisse, du jamais vu depuis 2008

Wall Street dévisse, du jamais vu depuis 2008http://www.via214.net/


Publié le 23/12/2018 à 09:53 La Rédaction de Via214




Entre inquiétudes sur la croissance, paralysie des administrations
fédérales et guerre commerciale, les indices boursiers américains, Dow Jones et Nasdaq, ont enregistré leur pire chute hebdomadaire.




Rien ne va plus à Wall Street, où les indices boursiers continuent de plonger, faisant planer le spectre d’une crise financière comme il y a dix ans.



Toute la semaine, le Dow Jones Industrial Average a reculé : l’indice
vedette de Wall Street a ainsi subi une baisse hebdomadaire de 6,87 %, du jamais vu depuis 2008.



L’autre indice, le Nasdaq, composé d’un portefeuille de grosses valeurs
technologiques, se porte encore moins bien : il a perdu 8,36 % sur la semaine. Depuis le mois d’août, son point le plus haut, il a chuté de plus de 20 points. Le marché est déprimé, à preuve la
dégringolade boursière de quelques géants du numérique : Apple (-3,89 %), Facebook (-6,33 %) et Alphabet, maison mère de Google (-3,16 %).



Cette dépression boursière, signe de la grande nervosité des marchés, sanctionne un fort climat d’incertitude, lié notamment aux inquiétudes sur la croissance.



Ralentissement de la croissance américaine



La croissance des Etats-Unis a été un tout petit peu moins forte qu’initialement prévu au 3e trimestre, à cause d’une baisse des exportations, mais s’affiche quand même à +3,4 % en rythme annuel. L’inflation sur un an a nettement ralenti en novembre et
les commandes industrielles de biens durables ont rebondi en novembre
après deux mois de baisse.



Un autre front altère la confiance des investisseurs et de la bourse
américaine : la guerre commerciale des Etats-Unis avec la Chine. Les indices ont brutalement plongé après la publication de propos du conseiller au commerce du président américain. Peter Navarroi a déclaré qu’il serait " difficile " que Pékin et Washington
parviennent à un accord commercial à l’issue des 90 jours de trêve que se sont fixés récemment les deux pays.



Faute d’issue aux négociations sino-américaines, les Etats-Unis imposeront une nouvelle vague de tarifs douaniers à la Chine.



Pour compléter le tableau, le " shutdown ", la paralysie des administrations fédérales américaines, faute d’accord budgétaire entre démocrates et républicains au Congrès, n’est pas de nature à ramener l’espoir à Wall Street à l’approche de Noël.



La "folle" banque centrale



La Réserve fédérale, la banque centrale des États-Unis, a tenté sans succès de réconforter les marchés, en affichant sa volonté de rester souple, pragmatique et conciliante sur sa politique monétaire, en fonction des conditions économiques.


"Nous entendons quelque chose d’important de la part des marchés qui est une inquiétude sur les risques concernant l’économie et un ralentissement potentiel plus important que ce que nous prévoyons pour le moment", a déclaré John Williams, le numéro deux du Comité monétaire de la Banque centrale américaine.



L’institution fait face aux attaques répétées de Donald Trump, qui a traité la Fed de "folle", après la relève de son taux directeur celui auquel elle laisse les banques se prêter des liquidités à très court terme.

Indonésie: Au moins 43 morts et près de 600 blessés après un tsunami

Indonésie: Au moins 43 morts et près de 600 blessés après un tsunamihttp://www.via214.net/


Publié le 23/12/2018 à 09:25 La
Rédaction de Via214




INDONESIE Des
dizaines de bâtiments ont été détruits par le raz-de-marée qui a frappé les plages du sud de Sumatra et de l’extrémité ouest de Java...



Au moins 43 personnes ont été tuées et près de 200 blessées par un tsunami, en Indonésie, qui pourrait avoir été provoqué par un glissement de terrain
sous-marin dû à l’éruption du volcan Anak Krakatoa, dans le détroit de la Sonde entre les îles de Java et
Sumatra.



" Dans le détroit de la Sonde, 40 personnes sont mortes, 584 ont été
blessées et deux personnes sont portées disparues ", a indiqué Sutopo Purwo Nugroho, le porte-parole de l’agence de gestion des catastrophes. Trois autres personnes sont mortes dans la zone de
Serang, a-t-il ajouté.



Des dizaines de bâtiments ont été détruits par le raz-de-marée qui a
frappé les plages du sud de Sumatra et de l’extrémité ouest de Java samedi soir vers 21H30 locales (15h30, heure française). L’agence géologique indonésienne mène une enquête, a précisé
le porte-parole ajoutant que le bilan devrait s’alourdir.



5.000 personnes toujours disparues depuis le 28 septembre



Anak Krakatoa est une petite île volcanique qui a émergé des eaux un
demi-siècle après l’éruption meurtrière du Krakatoa en 1883. Il est un des 127 volcans en activité en Indonésie.



L’Indonésie, archipel de 17.000 îles et îlots qui s’est formé par la
convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, zone de forte activité sismique.



Le 28 septembre, un tremblement de terre d’une magnitude de 7,5 et le raz-de-marée qui a suivi avait dévasté la ville de Palu, située sur la côte ouest des Célèbes, et ses environs, faisant au moins 2.073 morts. Mais 5.000 autres personnes sont toujours disparues, la
plupart enterrées sous les décombres de bâtiments détruits.

Des Gilets jaunes bloquent le rond-point d'Airbus à Colomiers

Des Gilets jaunes bloquent le rond-point d'Airbus à Colomiershttp://www.via214.net/


Publié le 21/12/2018 à 07:45 La Rédaction de Via214




Depuis ce jeudi matin 6 heures, plusieurs dizaines de Gilets jaunes occupent le rond-point du site d'Airbus, à Colomiers. But de l'opération : bloquer le restaurant Louis Breguet du site d'Airbus, par solidarité avec les salariés du site de Marseille.



Des feux de palette ont été allumés devant le site. Une banderole indique : " Gilets jaunes solidaires contre les patrons". Les manifestants aux alentours de 8 heures par la police.




Les
Gilets jaunes mobilisés d'ordinaire dans le centre-ville de Toulouse protestent contre la décision de justice rendue par la Cour de cassation le 28 novembre dernier et qui condamne les salariés
d'Elior à Marseille à verser jusqu'à 30 000 euros de primes à leur employeur. Ces salariés qui avaient obtenu le versement de primes, suite à l'intégration de nouveaux salariés au sein de la société de nettoyage Elior Services, doivent maintenant les rendre.


"Aujourd'hui nous avons décidé de taper dans leur porte-feuille en bloquant le
restaurant Elior de l'entreprise Airbus. C'est un premier avertissement" font savoir dans un tract distribué sur le
rond-point les Gilets jaunes.




CollectifClasse@ClasseCollectif



#Blocage en cours ! POUR REJOINDRE Rond point de l'aéronautique à Colomiers.
Les #GiletsJaunes de #Toulouse bloquent le Restaurant #Elior en solidarité avec les travailleurs marseillais condamnaient à rembourser leur patron ! On a besoin de monde !



Affaire Huawei : la guerre économique entre la Chine et les Etats-Unis s’envenime

Affaire Huawei : la guerre économique entre la Chine et les Etats-Unis s’envenimehttp://www.via214.net/


Publié le 21/12/2018 à 06:55 La Rédaction de Via214




L'opérateur chinois Huawei est au centre des tensions entre l'empire du Milieu et
les Etats-Unis. La bataille juridique entre les deux pays cache une guerre pour le leadership technologique qui ne dit pas son nom.




Où s’arrêtera la nouvelle guerre froide engagée entre la Chine et les
Etats-Unis ? Nul n’est plus en mesure de le prédire, alors que la tension ne
cesse de monter entre les deux blocs autour de l’affaire Huawei. Le
1er décembre, à la demande des Etats-Unis, le Canada avait arrêté sur son sol Meng Wanzhou, directrice financière et fille du fondateur du groupe chinois de télécoms. Washington la soupçonne
d’avoir menti pour couvrir la rupture par Huawei de l’embargo américain contre l’Iran. Depuis cette arrestation, les rétorsions de Pékin se multiplient. Ce mercredi, on a ainsi appris qu’un
ressortissant canadien – le troisième en deux semaines – avait à nouveau été arrêté dans l’Empire du Milieu.



Comme souvent, derrière les motifs juridiques, c’est la guerre économique qui fait rage. La plupart des observateurs notent que l’arrestation de Meng Wanzhou a eu lieu quelques jours à peine après le G20 de Buenos Aires, au cours duquel Donald Trump avait
accepté une trêve dans l’offensive commerciale qu’il a lancée il y a un an contre Pékin. "C’est difficile de croire qu’il s’agisse d’une coïncidence, estime André Loesekrug-Pietri,
fondateur du fonds A Capital et spécialiste de l’Empire du Milieu.
Donald Trump a changé la donne avec la Chine en étant toujours
imprévisible. C’est une situation à fronts renversés où, pour
la première fois, les Chinois ne sont plus maîtres du timing. "



LEADERSHIP TECHNOLOGIQUE



Le fait que le contentieux se focalise sur Huawei n’est pas non plus
le fait du hasard. Car derrière la guerre commerciale, il s’agit
avant tout d’une guerre pour le leadership technologique. Or le
géant de Shenzhen – qui vise 200 millions de smartphones vendus
dans le monde en 2018 - est pionnier dans toute une série de technologies de pointe. " Huawei est notamment un leader mondial en matière de 5G, ajoute André Loesekrug-Pietri. Or, il ne s’agit pas simplement d’une amélioration technologique, mais de
la prochaine grande révolution. La 5G est ce qui va faire ‘tourner’
le monde ultra-connecté de demain : les ‘smart cities’, les objets connectés… "
Avec des déclinaisons dans tous les
domaines, de la santé à la sécurité en passant par l’information. L’avance chinoise en la matière est bien ce qui préoccupe Donald Trump : sous couvert de guerre commerciale, le président américain s’est en fait lancé dans une lutte à mort pour la prééminence
technologique, comme aux plus belles heures de la Guerre Froide.



Et ce d’autant que la guerre technologique est aussi une guerre pour
la collecte des données. Dit en termes plus directs : il s’agit d’espionnage industriel, et même d’espionnage tout court. Là encore, Huawei est au cœur de la polémique. En février dernier,
les directeurs du FBI, de la CIA et de la NSA ont déclaré devant le Sénat américain qu’ils déconseillaient fortement à leurs concitoyens d’utiliser des smartphones Huawei, évoquant des
risques d’espionnage par Pékin. En mai, c’est le Pentagone qui a demandé aux bases militaires américaines de ne plus vendre dans leurs boutiques de téléphones Huawei, pour cause de risques trop importants pour la sécurité des données.



Des inquiétudes qui ont ensuite gagné l’ensemble des pays anglo-saxons, ainsi que le Japon. Longtemps à la traîne, l’Europe a également fini par se réveiller. Récemment, Deutsche Telecom et Orange ont annoncé leur décision de ne pas faire appel au groupe chinois pour bâtir leur réseau " 5G ". En France, des conseillers ministériels qui avaient reçu des téléphones Huawei en cadeau ont été priés de ne pas les utiliser.



NOUVELLE "GUERRE FROIDE"



Entre l’Amérique et l’Empire du Milieu, l’affrontement atteint en tout cas son paroxysme. Au point que certains craignent désormais que cette nouvelle " guerre froide " ne se réchauffe plus tôt que prévu. Les observateurs rappellent ces jours-ci qu’en vertu du complexe de Thucydide, lorsqu’un Empire est menacé d’être dépassé par son second, la guerre s’ensuit la plupart du temps. Bien sûr, aucune des deux parties n’a intérêt à une telle montée en tension. Mais on ne compte plus les conflits qui ont fini
par dégénérer contre toute rationalité.


Etats-Unis: Le secrétaire à la Défense claque la porte et tacle brutalement Trump

Etats-Unis: Le secrétaire à la Défense claque la porte et tacle brutalement Trumphttp://www.via214.net/


Publié le 21/12/2018 à 06:25 La Rédaction de Via214



MONDE Au lendemain du retrait des troupes américaines de Syrie, Jim Mattis annonce qu'il quittera ses fonctions en février...



Trump lui a grillé la politesse. Jeudi, le président a annoncé sur Twitter que le secrétaire à la défense Jim Mattis partirait à la retraite en février. Quelques minutes plus tard, l’intéressé
a mis les choses au clair : il a présenté sa démission et partira
fin février, citant des divergences avec le président américain. Notamment sur la Syrie, au lendemain de l’annonce surprise d’un retrait des troupes américaines, mercredi, et alors que Donald Trump pourrait faire pareil en
Afghanistan, selon CNN.



Mattis, vu comme une force modératrice et stabilisatrice à la Maison Blanche face à l’impulsivité de Donald Trump, critique ouvertement le président américain dans sa lettre de démission.



Jim Mattis liste d’abord tous ses principes, notamment sur des " alliances fortes ", insistant sur la nécessité de " traiter nos alliés avec respect ", entre autres, ceux de l’Otan. Il met en
avant le " leadership " américain à la tête " de la coalition de 74 pays Defeat-ISIS (Vaincre-Daesh) " à laquelle participe la France en Syrie. Enfin il lance un avertissement sur la Russie et la Chine, " qui veulent façonner un monde selon leur modèle autoritaire ". Et puis vient le tacle assassin, s’adressant à Donald Trump : " Parce que vous êtes en droit d’avoir un
secrétaire à la Défense aux positions plus alignées avec les vôtres, je crois qu’il est de mon devoir de quitter mes fonctions ".




Le djihadiste Peter Chérif, possible commanditaire de l'attentat de Charlie Hebdo, est entre les mai

Le djihadiste Peter Chérif, possible commanditaire de l'attentat de
Charlie Hebdo, est entre les mains de la police françaisehttp://www.via214.net/


Publié le 21/12/2018 à 06:00 La
Rédaction de Via214




Le djihadiste, ami des frères Kouachi, est soupçonné d'être le cerveau de l'attentat de Charlie Hebdo. Il est entre les mains de la police française, a appris "Marianne" ce jeudi 20 décembre.




C'est une énorme prise pour les services français. Le djihadiste français Peter Chérif, en fuite depuis 2011, est entre les mains de la police française, a confirmé ce jeudi 20 décembre une source
gouvernementale à Marianne.
Il a été appréhendé à Djibouti et est actuellement en cours d'extradition vers la France. Cet ami des frères Kouachi, aussi connu sous le pseudonyme d'Abou Hamza, est un des terroristes les
plus recherchés du monde. Membre de la filière djihadiste des Buttes-Chaumont à la fin des années 1990, il est notamment
soupçonné d'être un des commanditaires de l'attentat de Charlie
Hebdo.



A 36 ans, son CV de djihadiste est déjà particulièrement épais. Ex-délinquant juvénile, il combat en Irak au début des années 2000, avant d'être arrêté, de s'échapper puis d'être remis à la
justice française. Laissé en liberté avant son procès, il s'échappe le dernier jour de son procès, en janvier 2011. Direction le Yémen. Il s'y engage dans les rangs de l'Al-Qaida dans la
péninsule arabique (AQPA) et est un temps rejoint par un certain...
Saïd Kouachi.



La police le soupçonne d'être
un des commanditaires, voire le principal cerveau de l'attentat de
Charlie Hebdo, et d'avoir également été en contact avec Amedy Coulibaly, auteur de l'attaque de l'Hyper Cacher. Un détail intrigue particulièrement les enquêteurs : Peter Chérif a suivi une
formation de conducteur de poids-lourd à Dammartin-en-Goële, juste à côté de l'imprimerie où se sont réfugiés les frères Kouachi. Le djihadiste va désormais pouvoir être interrogé.




Un camion se renverse dans le fossé entre Hautes-Pyrénées et Gers

Un camion se renverse dans le fossé entre Hautes-Pyrénées et Gershttp://www.via214.net/


Publié le 20/12/2018 à 07:46 La Rédaction de Via214



Ce mercredi après-midi, un poids lourd transportant du matériel en direction du Gers s’est retrouvé sur le flanc à la sortie de Rabastens-de-Bigorre, dans les Hautes-Pyrénées. Le camion et sa remorque ont fini leur course dans le fossé. L'accident s'est produit sur la RN21, au niveau du canal de l’Estéous, et n’a pas fait de blessé.




Craignant une fuite au niveau du réservoir de carburant, les pompiers ont mis en place un dispositif de dépollution. Faute de moyens de relevage
disponibles, le camion va passer la nuit dans cette fâcheuse position, avant l’intervention prévue ce jeudi matin.

La carte de vœux très bling (et un peu effrayante) de Donald et Melania Trump

La carte de vœux très bling (et un peu effrayante) de Donald et
Melania Trumphttp://www.via214.net/


Publié le 20/12/2018 à 07:13 La Rédaction de Via214




Décidément, le couple Trump ne fais pas l'unanimité. Même la carte de voeux du
président américain a réussi à faire bien rire – et à effrayer – les internautes…



Le Noël de Donald Trump et de son épouse Melania a décidément le don de faire jaser les internautes. Au début du mois de décembre, la première dame américaine a accueilli les grands sapins qui
allaient décorer la Maison Blanche. Cette année, l'épouse du président des Etats-Unis a choisi des thèmes qui font notamment penser à ses parents, récemment naturalisés américains. Mais plusieurs internautes ont pointé du doigt une décoration " terrifiante ". Des sapins rouges, couleur sang, ont notamment été très critiqués.



Il y a quelques jours, Melania et Donald Trump ont accueilli à la Maison Blanche quelques invités triés sur le volet pour célébrer les fêtes de fin d'année en avance. L'occasion pour eux de capturer leur photo officielle de Noël. Le
cliché a été partagé sur Twitter par Sébastien Blanc, journaliste français pour l'AFP basé à Washington DC, et il a créé l'hilarité sur les réseaux sociaux.



Sur la photo, le couple présidentiel se tient debout au milieu des sapins, main dans la main. Mais leurs sourires, quelque peu forcés, sont pour le moins effrayants. Pour certains internautes, leur pose rappelle l'une des images les plus effrayantes du cinéma : celle
des jumelles Grady, dans le film Shining de Stanley Kubrick…
D'autres personnes ont qualifié cette carte de voeux de kitsch, trop clinquante, bref : à l'image de Donald Trump et de sa façon
d'étaler sa richesse. Ce n'est pas cette photo qui va lui permettre de faire un retour en grâce.


Pailles, cotons-tiges: les plastiques à usage unique vont être interdits en Europe

Pailles, cotons-tiges: les plastiques à usage unique vont être interdits en Europehttp://www.via214.net/


Publié le 20/12/2018 à 06:36 La Rédaction de Via214




Ces produits représentent à eux seuls 70% des déchets échoués dans les océans et sur les plages.




Cotons-tiges, pailles, touillettes à café, couverts en plastique… Ces produits en plastique à usage unique seront à l’avenir interdits dans l’Union européenne, grâce à un accord conclu dans la nuit entre les négociateurs des États membres de l’UE et du Parlement européen.



La législation a été adoptée en un temps record après la proposition initiale de la Commission européenne fin mai. Elle bannira tous les produits en plastique à usage unique – qui représentent à eux seuls 70% des déchets échoués dans les océans et sur les plages -
si une alternative plus écologique existe.



"Mesuré en poids, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans du monde d’ici 2050 si nous continuons à rejeter du plastique dans
la mer au rythme actuel."
Élisabeth
Köstinger, ministre autrichienne du Développement durable.



Une entrée en vigueur en 2021


Cet accord, intervenu après une nuit d’ultimes négociations, devra encore recevoir l’assentiment officiel des deux institutions, Parlement et Conseil de l’Union européenne. Le parcours législatif du texte devrait être terminé d’ici au printemps 2019, pour une
entrée en vigueur dès 2021.


Au large de la Côte basque, l'océan comparé à "une soupe de plastique"



"L’UE a fait preuve d’un véritable courage en s’attaquant à la pollution plastique, faisant d’elle le leader mondial de la lutte contre les déchets marins." Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne



La Commission européenne présente sa directive comme "l’instrument juridique le plus ambitieux au monde en matière de déchets marins".



Des avantages "environnementaux et économiques"



Pour les produits plastiques auxquels il n’existe pas encore d’alternative plus écologique, l’objectif est de réduire
leur consommation au niveau national
, d’être plus exigeant sur leur conception et leur étiquetage ou
encore de fixer des obligations aux producteurs en matière de gestion et de nettoyage des déchets.



Outre la protection des océans, la Commission fait valoir que la directive
présente des "avantages environnementaux et économiques".
Elle permettra par exemple d’"éviter l’émission de 3,4 millions de tonnes d’équivalent CO2" mais aussi d’"éviter
les dommages environnementaux qui coûteraient l’équivalent de 22
milliards d’euros d’ici 2030" et de faire "économiser 6,5 milliards d’euros" aux consommateurs.




Gilets jaunes: Matignon renonce à des mesures annoncées mi-novembre, estimant qu'elles ne s'imposent

Gilets jaunes: Matignon renonce à des mesures annoncées mi-novembre,
estimant qu'elles ne s'imposent plushttp://www.via214.net/


Publié le 20/12/2018 à 06:05 La
Rédaction de Via214




L'annulation de la hausse des taxes sur le carburant est passée par là.




Les mesures annoncées en novembre par le gouvernement dans une première réponse aux gilets jaunes, et auxquelles Matignon avait dit mardi après-midi renoncer en partie, sont finalement toutes maintenues, a annoncé à l'AFP l'entourage du Premier ministre Edouard Philippe.



"Après discussion avec les parlementaires de la majorité, le gouvernement maintient l'ensemble des mesures annoncées par le Premier ministre en novembre. L'accompagnement de la transition écologique sera l'un
des enjeux clefs du futur grand débat national", a indiqué cette source.



GILETS JAUNES - Le gouvernement compte renoncer à une partie des mesures
annoncées par Édouard Philippe mi-novembre au début du mouvement
des gilets jaunes, au motif que certaines d'entre elles ne s'imposent plus en raison notamment de l'annulation de la hausse des taxes sur le carburant, a confirmé Matignon ce mardi 18 décembre à l'AFP.



Dans le budget 2019 en cours d'adoption à l'Assemblée nationale, l'exécutif compte notamment renoncer à l'extension du chèque énergie à deux millions de foyers supplémentaires, a indiqué
Matignon, sollicité sur le devenir de ces mesures "d'accompagnement" annoncées mi-novembre par le Premier ministre.



Autres mesures abandonnées: "le relèvement du barème kilométrique
et le doublement de la prime à la conversion" pour les gros rouleurs, confirme l'entourage du Premier ministre.



L'économie totale pour les finances publiques s'élève à 130 millions d'euros
sur les 500 millions que devaient coûter ces premières mesures au total. Depuis l'exécutif a annoncé diverses mesures de pouvoir d'achat pour plus de 10 milliards d'euros.



Depuis la mi-novembre, le gouvernement a annoncé "l'annulation de toute hausse des taxes sur l'énergie en 2019" et "des
mesures très fortes en faveur du pouvoir d'achat. Par conséquent, certaines mesures d'accompagnement annoncées le 14 novembre ne seront pas intégrées au projet de loi de finances", fait
valoir Matignon.



Des mesures maintenues



La hausse de 50 euros en moyenne du chèque énergie au 1er janvier pour
les bénéficiaires actuels (environ 3,6 millions de foyers) ainsi que la "surprime" à la conversion des voitures pour les foyers modestes sont en revanche maintenues.



"En revanche, l'extension du chèque énergie à 2 millions de nouveaux
bénéficiaires, à hauteur de 60 euros annuels en moyenne, ne sera pas réalisée", explique Matignon, interrogé par l'AFP.



"Les crédits prévus dans le projet de loi de finances pour la prime à
la conversion ne seront pas diminués, compte tenu du fort dynamisme
de ce dispositif", souligne Matignon. "En revanche, dans le contexte des négociations, le relèvement du barème kilométrique et le doublement de la prime à la conversion pour les actifs qui se déplacent beaucoup ne feront pas partie du budget", explique-t-on de même source.



Matignon rappelle avoir "invité les partenaires sociaux à engager une
négociation sur la prime mobilité" et que le prochain "grand débat national" sera l'occasion à écouter "l'avis des
Français sur les dispositifs d'accompagnement à la transition
énergétique, pour les améliorer et les rendre plus efficaces".




Haute-Garonne : un videur du bowling de Colomiers poignardé dans le dos dimanche dernier

Haute-Garonne : un videur du bowling de Colomiers poignardé dans le dos dimanche dernierhttp://www.via214.net/


Publié le 19/12/2019 à 16:10 La Rédaction de Via214




Refoulé par un videur, un client lui a asséné un coup de couteau dans le
dos. Dans la nuit de samedi à dimanche, Ayoub, 29 ans, a décidé de prolonger sa soirée. Vers 5 heures du matin il s’est rendu avec des amis au bowling de Colomiers, qui est également une boîte de nuit. À son arrivée, l’agent de
sécurité l’a empêché de rentrer. Ayoub s’est alors emparé de son couteau et lui a porté un coup dans le dos. Aussitôt. La pénétration de la lame a été estimée à 5 cm de profondeur et l’une de ses vertèbres a été fracturée. Mais il ne s’est pas arrêté là. Ayoub a continué de menacer les autres agents avant
d’être arrêté par la police.



Ce mardi, au tribunal correctionnel de Toulouse, le président Jérôme Glavany s’étonne : " Quand on voit votre gabarit, on peine à expliquer que vous ayez besoin d’un couteau… " Ce colosse de
104 kilos répond : " C’était la première fois que j’avais un couteau sur moi. J’avais trop bu, je ne me suis jamais battu de ma vie, je suis un bosseur ! » Le président l’interroge : " Qu’est-ce que vous aviez bu ? " " Du whisky d’abord, puis dix verres de Ricard et après, de la vodka. Le vigile m’a
rabaissé et insulté, j’étais énervé mais je ne savais pas ce que je faisais. "


Pourtant, le coup a été porté dans le dos de la victime : " Je ne sais
même pas comment j’ai eu ce couteau sur moi. Je n’étais même pas en état de viser un endroit du corps. "



"Il n'avait plus conscience de ses actes"



La procureure poursuit : " Il n’a été désarmé que quelques longues minutes plus tard. La consommation d’alcool n’est pas une circonstance atténuante, au contraire, les faits sont d’une
extrême gravité. Il n’a été condamné que deux fois pour des délits routiers, pour une première c’est une première grave ! " Elle requiert une peine de 36 mois d’emprisonnement dont 6 assortis
du sursis mise à l’épreuve avec un maintien en détention : " La victime aurait pu ne pas s’en sortir. "



Son avocate, Me Isabelle Assouline-Serror plaide : " Il ne sait pas
pourquoi il a pris un couteau, il n’avait plus conscience de ses actes. Quand on plante quelqu’un dans le dos on s’en va mais lui, il est resté jusqu’à prendre des coups de ceinture par les autres agents de sécurité… On n’a pas affaire à quelqu’un de violent mais quelqu’un qui a des problèmes d’alcool, il a un travail, un domicile. La détention ne le ferait que côtoyer des
délinquants d’habitude, ce qu’il n’est pas ".



Ayoub est condamné à 4 ans d’emprisonnement dont une année assortie
d’un sursis mise à l’épreuve. Il est maintenu en détention.



Bourse de Paris : Une séance pour rien avant la Fed

Bourse de Paris : Une séance pour rien avant la Fedhttp://www.via214.net/


Publié le 19/12/2018 à 15:25 La Rédaction de Via214




Les marchés européens ont reculé hier, sans excès toutefois, après deux séances de forte baisse à Wall Street. Aux Etats-Unis, le S&P 500 est resté étale mais le Dow Jones et le Nasdaq ont repris quelques couleurs, en attendant la décision de la banque centrale
américaine sur ses taux ce soir. La probabilité d'un tour de vis
est proche de 72%, selon l'outil FedWatch du CME, malgré les appels
de Donald Trump.




Une sorte de stase s'emparera-t-elle des places européennes aujourd'hui en séance ? C'est fort possible, puisque la Réserve Fédérale américaine ne dévoilera sa position sur les taux qu'à 20h00. A ce stade et malgré les appels à un statu quo, notamment en provenance de la Maison Blanche, le marché table toujours à 72% sur une hausse d'un quart de point des taux directeurs, conformément à ce que la Fed a laissé entendre ces dernières semaines. Les financiers
attendent surtout le discours du patron de l'institution, Jerome Powell, à partir de 20h30. Il fournira la trajectoire pour 2019 et tout laisse penser que la Fed va mettre de l'eau dans son vin par rapport à sa ligne directrice précédente, qui consistait à donner encore deux à quatre tours de vis. Les paroles du banquier central
donneront à coup sûr le "la" de la fin 2018 et du début 2019. D'ici là, mieux vaut partir pêcher, skier ou faire ses courses de Noël.



La tension est palpable à l'approche de la décision de la Fed : il y a eu peu d'actualités aux Etats-Unis post-clôture hier soir et les analystes se font
particulièrement discrets, si l'on en croit le volume d'emails de recherche reçus dans la nuit. Parmi les autres éléments à retenir des dernières heures, citons l'accord de principe trouvé entre Rome et Bruxelles au sujet du budget italien, le nouveau décrochage du
pétrole, la démission du Premier ministre belge et la perspective
de voir les Etats-Unis et la Chine discuter dès janvier de leur
contentieux commercial.



Vous verrez sans doute aussi pas mal
circuler aujourd'hui le bilan de la dernière enquête Bank of America sur les préférences des gérants : pour la première fois en un an, leur stratégie préférée n'est plus d'être lourdement
investis sur les grosses technologiques américaines et asiatiques (dite "Long FAANG+BAT", soit Facebook, Apple, Amazon, Netflix, Google+Baidu, Alibaba, Tencent). Le nouveau must-have est d'être long sur le dollar.



Les indicateurs avancés européens sont légèrement baissiers autour de 7h00, tandis que les "futures" américains sont ancrés dans le vert.



Les temps forts économiques du jour Les prix à la production allemandes (8h00) et l'inflation britannique (10h30, consensus +2,3%) sont les deux temps forts de la matinée, avant aux Etats-Unis les ventes dans l'immobilier ancien (16h00, consensus 5,2 millions) et les stocks pétroliers hebdomadaires (16h30). Mais tous les regards seront tournés vers la décision de la Fed sur ses taux (20h00, consensus +25 points de base) et la conférence de présentation qui suivra à 20h30.



Il faut 1,13799 USD pour 1 EUR ce matin. L'once d'or a repassé le cap symbolique des 1 250 USD (+0,1%). Le baril WTI se stabilise à 46,28 USD après sa chute, le Brent se négociant à 56,43 USD. Le
rendement du 10 ans américain est en légère baisse à 2,807%.



Les principaux changements de recommandations


    Amadeus: AlphaValue reste à alléger avec un objectif revu de 56,70 à 57,30 EUR.


  • Asos: RBC passe de valeur préférée à surperformance en réduisant de 7 700 à 3 200 GBp son objectif.


  • Crédit Suisse: Goldman Sachs revalorise de 20,80 à 21 CHF en restant acheteur.


  • Electrolux: SEB reprend le suivi à l'achat en visant 320 SEK.


  • Fresenium Medical Care: Goldman Sachs reste acheteur mais réduit de 89 à 79 EUR son objectif.


  • Fresenium SE: Goldman Sachs passe de neutre à acheter malgré un objectif abaissé de 61 à 52 EUR.


  • Kongsberg: SEB passe de conserver à acheter malgré un objectif abaissé de
    134,66 à 130 SEK.


  • Natixis: Goldman Sachs reste neutre mais réduit de 7 à 6,80 EUR son
    objectif. JP Morgan reste à surpondérer mais réduit de 6,50 à 6,10 EUR son objectif.


  • Rotork: Stifel passe de conserver à acheter malgré un objectif ramené de
    330 à 300 GBp.


  • SBM Offshore: AlphaValue passe de vendre à alléger avec un objectif relevé de 11 à 11,30 EUR.


  • Vifor Pharma: Barclays passe de souspondérer à pondération en ligne malgré un objectif abaissé de 140 à 115 CHF.


  • L’actualité des sociétés


    Michelin rachète Camso pour 1,25 milliard d'euros, conformément aux annonces estivales. Engie prolonge
    l'arrêt de Doel 1 jusqu'en mars. Sanofi quitte le NYSE pour le Nasdaq aux Etats-Unis. Mauvaise surprise pour Natixis, qui lance un avertissement après une perte exceptionnelle sur les
    dérivés en Asie au 4ème trimestre.
    Deux nominations au comité exécutif de LafargeHolcim. Altice Europe et
    KKR ont finalisé la création d'une coentreprise détenant 10 000
    pylônes télécoms, dont le fonds détiendra 49,99%. Pernod Ricard est
    entré au capital du distributeur en ligne africain Jumia dans des
    conditions non communiquées. Alstom va
    fournir des trains régionaux au Luxembourg. Faurecia lève 700 millions d'euros avec un Schuldschein. Plastic Omnium cède sa branche environnement à Latour Capital et Bpifrance pour 220
    millions d'euros. Tour Eiffel va
    absorber Affine. Onxeo devrait
    obtenir un nouveau brevet en Europe pour l'association AsiDNA / inhibiteur PARP. PrediLife entre sur Euronext Growth. Nouveau PDG chez Cerenis. Plastiques du Val de Loire,MND, Geci et Pizzorno ont publié leurs comptes.



    Ceconomy nomme un directeur financier par intérim le temps de trouver un permanent, tout en cherchant toujours un président. Washington valide la vente
    de missile Patriot de Lockheed Martin à
    la Turquie. Fedex avertit post-clôture. Johnson & Johnson et Imerys ont
    transigé avec une plaignante dans le dossier du talc, en lui versant
    1,5 million de dollars, mais le sujet reste complexe. Débuts catastrophiques en bourse à Tokyo pour Softbank Corp, la plus grosse IPO de l'histoire japonaise, pour l'équivalent de quelque 20,3
    milliards d'euros. Genral Electric serait proche de lancer l'IPO de sa division santé.


Tokyo finit en baisse de 0,6%, au plus bas depuis mars

Tokyo finit en baisse de 0,6%, au plus bas depuis marshttp://www.via214.net/


Publié le 19/12/2018 à 07:31 La Rédaction de Via214




La Bourse de Tokyo a fini dans le rouge mercredi, au plus bas depuis près de neuf mois, la prudence décourageant les acheteurs à quelques heures des décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine, principal rendez-vous de la semaine pour les
marchés.



L'indice Nikkei a perdu 127,53 points, soit 0,60%, à 20.987,92 points et le Topix, plus large, a cédé 8,35 points (0,53%) à 1.554,16 points.



Après avoir passé dans le vert une partie de la matinée, le Nikkei est
tombé jusqu'à 20.880,73 points, son plus bas niveau depuis le 28 mars.



La séance a été marquée par la première cotation de SoftBank Corp, la filiale de téléphonie mobile du conglomérat SoftBank. Des débuts boursiers difficiles puisque le titre s'est traité jusqu'à plus de 10% en dessous de son prix d'introduction.



Sur le plan macroéconomique, les chiffres mensuels de la balance
commerciale japonaise ont montré un ralentissement des exportations, conséquence de la baisse des expéditions vers les Etats-Unis et la Chine.



(Ces données sont susceptibles de varier encore légèrement).



(Service Marchés)




Wall Street, soumise à une forte volatilité, finit en hausse

Wall Street, soumise à une forte volatilité, finit en haussehttp://www.via214.net/


Actions Publié le 19/12/2018 à 07:05 La Rédaction de Via214




Wall Street a terminé en hausse mardi à l'issue d'une séance particulièrement turbulente, les indices réagissant notamment à un plongeon des cours du pétrole et à un probable relèvement des taux de la Banque centrale américaine
(Fed) mercredi.



Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de la
Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, a avancé de 0,35% à 23.675,64 points.



L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 0,45%, à 6.783,91 points.



L'indice élargi S&P 500 a terminé quasiment stable à 2.546,16 points
(+0,01%).



Cet indice, qui regroupe les 500 plus grosses entreprises cotées aux
Etats-Unis, a ainsi gagné en cours de séance jusqu'à 1,10% avant de perdre jusqu'à 0,68%, touchant à l'occasion son plus bas niveau en séance depuis plus d'un an.



La volatilité des marchés, mesurée par l'indice VIX, a atteint un plus haut depuis février.



"L'humeur des marchés est assez fragile en ce moment", a indiqué Tom
Cahill de Ventura Wealth Management.



Wall Street avait d'abord démarré la séance en nette hausse, rebondissant au lendemain d'un plongeon de plus de 2% des trois principaux indices.



Le Dow Jones a notamment pu compter sur le bond de Boeing (NYSE:BA) dès l'ouverture, après des annonces favorables du géant aéronautique à ses actionnaires. L'action a finalement terminé sur une hausse de 3,77%.



Mais l'optimisme a laissé place au doute en cours de séance, alors que les cours du pétrole ont dégringolé de plus de 5%, poursuivant le plongeon qui leur a fait perdre plus d'un tiers de leur valeur depuis le début du mois d'octobre.



"La rapidité du plongeon inquiète. Cela bénéficie aux consommateurs mais cela risque de coûter de nombreux emplois à l'industrie aux Etats-Unis", a estimé M. Cahill.



Les majors pétrolières ExxonMobil (NYSE:XOM) et Chevron (NYSE:CVX)
ont ainsi perdu 2,76% et 2,41%.





  • Pressions de Trump -



    Alors que l'indice S&P 500 se rapprochait de seuils techniques très
    surveillés par les investisseurs, autour de 2.530 points, les indices ont rebondi dans la dernière heure d'échanges pour finir en hausse.



    Comme la veille, l'attention des marchés a également été portée sur la réunion de la Fed, qui a démarré mardi et devait aboutir mercredi à une hausse de taux d'un quart de point, la quatrième de l'année, malgré de nouvelles pressions mardi du président américain, Donald
    Trump, sur Twitter (NYSE:TWTR).



    "Si la Fed n'augmente finalement pas ses taux alors que les marchés l'attendent largement, cela serait inquiétant car cela signifierait que l'institution a mal communiqué avec les investisseurs", a estimé M. Cahill.



    Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à dix ans des Etats-Unis évoluait à 2,820% vers 21H50 GMT, contre 2,857% lundi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,075%, contre 3,113% la veille.


    Parmi les autres valeurs du jour, Johnson & Johnson, durement affecté
    à Wall Street vendredi et lundi par la publication d'informations de
    presse l'accusant d'avoir délibérément caché pendant plusieurs décennies que son talc contenait parfois de l'amiante, a progressé de 0,99% après avoir annoncé lundi soir un programme de rachat
    d'actions de 5 milliards de dollars.



    Les sociétés technologiques Facebook (NASDAQ:FB), Twitter et Alphabet (NASDAQ:GOOGL) (maison mère de Google) ont pris respectivement 2,48%, 0,93%, et
    1,73%. Donald Trump a une nouvelle fois accusé explicitement mardi ces géants de l'internet de faire preuve de partialité en faveur de ses adversaires démocrates.


    Tilray (NASDAQ:TLRY), une entreprise canadienne de l'industrie du cannabis cotée à Wall Street, s'est envolé de 16,10% après avoir annoncé la
    concrétisation d'un nouveau partenariat avec Sandoz, filiale du géant pharmaceutique suisse Novartis (SIX:NOVN), pour distribuer plus massivement ses produits médicaux à base de cannabis.

  • Bernadette Chirac, affaiblie, fait une rare apparition publique pour les Pièces Jaunes

    Bernadette Chirac, affaiblie, fait une rare apparition publique pour les Pièces Jauneshttp://www.via214.net/


    Publié le 19/12/2018 à 06:20 La Rédaction de Via214




    A l'occasion des 30 ans de l'Opération Pièces Jaunes, Bernadette Chirac compte bien prouver qu'elle est toujours présente pour l'association.




    30ans, déjà. Début 2019,l'Opération
    Pièces Jaunes fera son grand retour, pour entamer une quatrième décennie d'existence
    et récolter toujours plus de fonds à destination des services
    pédiatriques des hôpitaux de France. Cette nouvelle année de collecte, la 30ème depuis la création de l'opération, sera lancée le 9 janvier prochain à l'hôpital Necker à Paris. Et Bernadette Chirac compte bien être de la partie. Depuis ses jours en tant que première Dame, l'épouse de Jacques
    Chirac est en effet la présidente de l'action caritative.



    Âgée de 85 ans, Bernadette Chirac est aujourd'hui affaiblie, et ne fait plus que de très rares apparitions. D'ailleurs, en janvier 2018, elle était la grande absente de l'Opération Pièces Jaunes, trop fatiguée pour y participer. Cette année,elle a toutefois tenu à prendre la pose au côté de Didier Deschamps : le sélectionneur de l'équipe de France de Football est
    en effet le parrain de l'action caritative pour cette nouvelle année.
    Très engagé, l'ancien sportif a soutenu à de nombreuses reprises les actions menées par la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France.



    L'ancienne première dame s'est d'ailleurs réjouit du travail mené au cours des années passées. Dans un communiqué, elle affirme : "30
    ans déjà : que de chemin parcouru depuis la création de la Fondation ! Les objectifs que vous nous étions fixés étaient de rapprocher les familles, de développer les loisirs et d'embellir le
    cadre de vie des jeunes patients
    . " Des objectifs réussis, mais qui ont toujours besoin d'être développés. Elle rappelle donc l'importance de la collecte : "Partout en France, du 9 janvier au 16 février 2019, via les tirelires, le site ou le don par SMS, chacun peut, à sa manière, aider les enfants et adolescents hospitalisés."




    La chute de "Jean de Dieu", médium brésilien adulé, pervers sexuel présumé

    La chute de "Jean de Dieu", médium brésilien adulé, pervers
    sexuel présuméhttp://www.via214.net/


    Publié le 18/12/2018 à 06:39 La Rédaction de Via214




    C'est à son tour, pourrait-on dire. Joao Teixeira de Faria, médium tout puissant au Brésil, qu'on peut plutôt désigner comme un gourou, vient de tomber du haut de son empire spirituel. Il est accusé d'agressions sexuelles non pas par quelques femmes, mais par 330 au total, des Brésiliennes et également beaucoup d'étrangères, des Européennes, Américaines, Sud-Américaines... Il a dû se rendre à la police de Goiania,
    la capitale de l'Etat du Goias
    , dans le centre-ouest du pays; il n'avait pas le choix car un mandat d'arrêt avait été lancé contre lui.



    Jusqu'aux révélations, cet homme qui se fait appeler Joao de Deus (traduisons "Jean de Dieu"), âgé maintenant de 76 ans, recevait dans son temple, construit à Abadiania,
    des milliers de gens, dont de nombreuses femmes, pour les soulager grâce à de soi-disant séances de "guérison spirituelle". Il était aussi admiré par quelques stars, dont la présentatrice
    vedette de la télévision américaine, Oprah Winfrey, qui avait réalisé avec lui une émission en 2012. Et, cerise sur le gâteau, il a eu pour patients les trois derniers présidents du Brésil,Lula da Silva, Dilma
    Rousseff
    , qui ont eu tous deux des cancers, et Michel Temer,
    l'actuel chef de l'Etat.



    De drôles de "guérisons spirituelles", passant par le sexe


    Mais la semaine dernière, le ciel s'est assombri d'un seul coup pour le
    fameux "Jean de Dieu". TV Globo,
    la plus grande chaîne de télévision brésilienne, a diffusé toute une série de témoignages de femmes qui ont expliqué qu'il n'y avait pas de "guérison spirituelle" sans satisfaire, sous la contrainte, des demandes sexuelles diverses et variées du gourou.
    La parole libérée, des centaines de plaintes - 330 donc - ont afflué au bureau du parquet du Goias, provenant entre autres de Belgique, de Suisse, d'Allemagne, des Etats-Unis, d'Australie, de Bolivie...



    "Je me suis remis à la justice divine et comme je l'ai promis, je me rends à présent pour me remettre à la justice de la Terre", a déclaré avec emphase le médiatique médium. Ce qu'il a oublié de
    dire, c'est qu'il était déjà sous le coup d'un mandat d'arrêt pour l'empêcher de fuir le pays. Selon la presse brésilienne, il avait commencé à retirer de plusieurs banques la "modique"
    somme de 35 millions de réais, ce qui équivaut à 8 millions d'euros. Comme quoi, le spirituel, ça peut rapporter gros !



    Un "monstre", selon sa fille qu'il aurait violée des années durant



    Ne se sentant plus seule après le grand nombre de plaintes déposées,Dalva
    Teixeira
    , la propre fille de Joao Teixeira de Faria, a enfin pu raconter son calvaire dans un hebdomadaire : elle affirme qu'elle a été violée par son père dès l'âge de dix ans, et pendant au moins quatre ans. Elle s'est même retrouvée enceinte et a fui celui qu'elle appelle depuis le "monstre".


    Présidentielle américaine : nouvelles révélations sur l'ampleur de l'ingérence russe

    Présidentielle américaine : nouvelles révélations sur l'ampleur de l'ingérence russehttp://www.via214.net/


    Publié le 18/12/2018 à 05:57 La
    Rédaction de Via214




    Deux rapports, commandés par le Sénat américain, détaillent la sophistication de la campagne russe visant à soutenir Donald Trump en 2016. Tous les réseaux sociaux ont été utilisés pour des
    opérations de ciblage très précises, notamment de l’électorat noir.




    Les grandes lignes de la propagande russe pour influencer la présidentielle américaine de 2016 étaient déjà connues, tout comme ses principaux objectifs : fragiliser Hillary Clinton, promouvoir Donald Trump et exacerber les divisions de la société américaine. Mais deux études inédites, préparées pour le Comité du renseignement du Sénat, qui mène une enquête sur le sujet,
    offrent une analyse inédite de cette vaste opération de manipulation menée via les réseaux sociaux.



    Ces deux rapports, que plusieurs médias américains se sont procurés, reposent sur l’étude des données fournies au comité du Sénat par les géants de l’Internet – Facebook, Twitter, Google. Ils ont été réalisés pour l’un par des chercheurs de l'université d'Oxford, associés à une entreprise spécialisée dans l’analyse des réseaux sociaux, pour l’autre par la société de cybersécurité
    New Knowledge, spécialisée dans la désinformation en ligne (et cofondée par un ancien de la NSA).



    Séparément, ils ont analysé des millions de tweets et de posts sur Facebook et
    Instagram rédigés par l’Internet Research Agency (IRA), la fameuse "usine à trolls" russes basée à Saint-Pétersbourg. Détenue par l'homme d'affaires Evgeny Prigogine, proche du Kremlin, l’IRA gérait des centaines de faux comptes censés appartenir à
    des Américains et utilisés pour poster des messages sur Facebook, Instagram, Twitter, mais aussi YouTube, Reddit, Tumblr, Pinterest ou Vine.



    Référendum d'initiative citoyenne, date de la hausse du Smic: Les annonces d'Edouard Philippe

    Référendum d'initiative citoyenne, date de la hausse du Smic: Les annonces
    d'Edouard Philippehttp://www.via214.net/



    Publié le 17/12/2018 à 06:02 La Rédaction de Via214




    GILETS JAUNES Edouard Philippe a annoncé l'ouverture d'un débat sur le référendum d'initiative citoyenne et assuré que la prime d'activité de 100
    euros pour les travailleurs qui gagnent le Smic sera versée dès le 5 février 2019...




    Il passe à table. Dans un entretien accordé au quotidien Les Echos publié dimanche soir, le Premier ministre Edouard Philippe fait le mea culpa de son gouvernement, qui n’a " pas assez écouté les Français ". Il annonce également que le gain de 100 euros promis aux travailleurs qui gagnent le Smic sera effectif à compter du 5
    février et promet l’ouverture d’un débat sur le référendum d’initiative citoyenne (RIC).



    L’exécutif n’avait " pas assez écouté les Français " et " fait des
    erreurs "



    Le Premier ministre Edouard Philippe a concédé que l’exécutif n’avait " pas assez écouté les Français " et " fait des erreurs " dans la gestion de la gestion de la crise des " gilets jaunes ", dans l’interview à paraître lundi. " Nous n’avons pas assez écouté les Français. Je reste persuadé qu’ils veulent qu’on transforme ce pays. Je leur dis que leur impatience est la mienne. Nous allons continuer à réparer le pays en les associant davantage ", a souligné Edouard Philippe dans cet entretien mis en ligne dimanche soir et dans lequel il détaille les mesures annoncées par Emmanuel Macron pour apaiser la colère des manifestants.



    Il a ainsi déclaré que la baisse de l’impôt sur les sociétés serait décalée d’un an pour les grandes entreprises.


    Smic : 100 euros de plus dès le 5 février



    C’était l’annonce phare du discours d’apaisement prononcé il y a quelques jours par Emmanuel Macron : la hausse du Smic, dont Edouard Philippe a précisé les contours. Le gain de 100 euros net pour les salariés proches du Smic passera " par une hausse massive de la prime d’activité " qui sera versée " dès le 5 février pour compléter le salaire de janvier ", a annoncé le chef du gouvernement dans un entretien aux Echos
    publié dimanche soir.



    Cette hausse ne concernera donc pas tous les salariés au Smic car la prime d'activité tient compte de l’ensemble des revenus du ménage, mais " nous allons élargir le nombre de foyers éligibles (à la prime d’activité),
    qui passera de 3,8 millions à 5 millions ", précise le Premier ministre.



    Ouverture d’un débat sur le référendum d’initiative citoyenne


    Il était réclamé, il pourrait bien arriver. Edouard Philippe a
    annoncé la tenue d’un débat sur le référendum d'initiative citoyenne, une des principales revendications des " gilets jaunes ", qui peut être un " bon instrument dans une démocratie ".



    " Je ne vois pas comment on peut être contre son principe. Le référendum peut être un bon instrument dans une démocratie, mais pas sur n’importe quel sujet ni dans n’importe quelles
    conditions. C’est un bon sujet du débat que nous allons organiser partout en France. Comme l’est le vote blanc ", a indiqué le chef du gouvernement dans cet entretien mis en ligne dimanche soir.

    Les magasins ouverts ce dimanche 16 décembre à Toulouse

    Les magasins ouverts ce dimanche 16 décembre à Toulousehttp://www.via214.net/


    Publié le 16/12/2018 à 10:48 La Rédaction de Via214




    Les magasins de Toulouse sont exceptionnellement ouverts ce dimanche 16 décembre 2018. Il en sera de même pour dimanches 23 décembre 2018.




    Comme chaque année, les derniers dimanches avant noël, les grands
    magasins toulousains seront ouverts. Pour vos cadeaux de Noël, la bonne adresse, c’est le centre-ville de Toulouse. 1 600 boutiques et 300 restaurants sont à votre disposition! Pour ce premier véritable dimanche d’ouverture, il faudra bien entendu se
    renseigner sur les ouvertures. Les grandes enseignes jouent le jeu comme la Fnac ou les Galeries Lafayette. Via214 vente par téléchargement.



    Les centres commerciaux de l’agglomération toulousaine seront tous
    ouverts de Labège à Blagnac en passant par Portet ou Roques.



    Par ailleurs, les festivités de fin d’année s’étendent avec le marché place du Capitole.

    La cote de popularité d'Emmanuel Macron tombe à 23% en décembre, selon un sondage

    La cote de popularité d'Emmanuel Macron tombe à 23% en décembre,
    selon un sondagehttp://www.via214.net/


    Publié le 15/12/2018 à 10:22 La Rédaction de Via214




    Marqué par le mouvement des "gilets jaunes", le mois de décembre a vu la popularité du président de la République se réduire.


    Rude hiver pour le couple exécutif. En plein mouvement des "gilets jaunes", la cote de popularité du Président de la République est tombée à 23% de satisfaits, selon un sondage Ifop publié dimanche 16 décembre par Le Journal du Dimanche. Une baisse de deux points par rapport à novembre. Le pourcentage de
    sondés qui se déclarent "satisfaits" d'Emmanuel Macron passe de 25 à 23% tandis que celui des "mécontents"
    augmente inversement de 73 à 76%.



    Dans le détail, le pourcentage des sondés se disant "très satisfaits" reste stable à 4%, et celui des "plutôt
    satisfaits" décline de 21 à 19%. Parmi les "mécontents", les "plutôt mécontents" sont moins nombreux qu'en
    novembre (31% contre 34%) mais en revanche les "très mécontents" représentent 45% des personnes interrogées contre 39% le mois dernier.


    Edouard Philippe chute aussi


    François Hollande, au bout de 20 mois d'exercice, avait pour sa part une cote
    de popularité encore un peu plus basse avec 22%, selon ce baromètre. Nicolas Sarkozy comptait au même moment de son mandat 44% de sondés "satisfaits". La cote d'Emmanuel Macron se situait à 62%
    après son élection en mai 2017.



    Le Premier ministre Edouard Philippe subit le même sort que le chef de
    l'Etat. Sa cote est en baisse de 3 points de novembre à décembre et
    se situe à 31%. Les "satisfaits" sont 31% contre 34% en novembre dernier et les "mécontents" passent de 62 à 66%.
    A sa nomination comme chef du gouvernement, Edouard Philippe comptait
    55% de "satisfaits" et sa cote a atteint son apogée en juin 2017 avec 64% de "satisfaits".




    Sondage réalisé par téléphone du 7 au 15 décembre auprès d'un
    échantillon de 1.943 personnes représentatif de la population
    française, selon la méthode des quotas.

    Carla Bruni admirative de Valérie Trierweiler : ses confessions qui ne devraient pas plaire à Julie

    Carla Bruni admirative de Valérie Trierweiler : ses confessions qui ne
    devraient pas plaire à Julie Gayethttp://www.via214.net/


    Publié le 16/12/2018 à 09:35 La
    Rédaction de Via214




    Carla Bruni a accepté de revenir dans une interview sur les années
    qu’elle a passées au palais de l’Élysée. Mais pas à n’importe qui. C’est auprès de Valérie Trierweiler, également ancienne occupante des lieux, que l’épouse de Nicolas Sarkozy s’est
    ouverte.




    Être première dame de France est une expérience unique. Pour Paris
    Match
    , Carla Bruni a accepté de revenir sur son expérience au palais de
    l’Élysée. Le bilan de la femme de l’ancien président est sans appel: "J’ai vécu ces années comme une parenthèse extraordinaire de ma vie. Je
    fus heureuse d’avoir eu le privilège d’être à l’Élysée, mais je fus heureuse d’en partir et de retrouver une vie plus
    normale.
    " Une confession qu’elle partage avec la journaliste qui connaît
    bien les lieux puisqu’il s’agit de Valérie Trierweiler.



    L’ancienne compagne de François Hollande a demandé à Carla Bruni quels était
    les temps forts de son passage dans ce lieu chargé d’histoire. "Mon meilleur souvenir des années à l'Elysée est la naissance de ma petite fille en
    octobre 2011 et puis mille autres souvenirs de tous ces gens
    extraordinaires que j'ai rencontrés, célèbres ou anonymes, presque tous passionnants, étonnants"
    , se rappelle l’ancien mannequin avant de continuer, pour son interlocutrice: "Je n’ai pas subi de fracture dans ma vie intime en quittant l’Elysée,
    ce qui n’est pas votre cas
    ."

    Compassion entre anciennes premières dames



    Faisant allusion à la rupture difficile entre Valérie Trierweiler et François Hollande
    (ce dernier entretenant une relation cachée avec Julie Gayet), Carla
    Bruni continue : "Encore
    aujourd’hui,
    j’admire la force qui est la vôtre d’avoir surmonté l’ouragan qui vous est tombé dessus. Peu de femmes auraient tenu le coup comme vous l’avez fait, peu de
    femmes auraient su tourner la page comme vous l’avez fait. Vous êtes une battante et vous êtes une vraie amoureuse."




    On savait que Carla Bruni pouvait être drôle ou émouvante, mais c’est
    un franc-parler qu'on ne lui connaissait pas
    que l’on découvre dans cette interview. Si elle a beaucoup apprécié
    son passage à l’Élysée, Carla Bruni ne compte pas y retourner et met en garde son époux à ce propos."Nicolas, j’espère que tu vas rester sage ", aurait-elle conseillé à l’ancien président de la République. Le
    voilà prévenu.



    Les Etats-Unis ont procédé à la 25 ème et dernière exécution de 2018

    Les Etats-Unis ont procédé à la 25 ème et dernière exécution de
    2018http://www.via214.net/


    Publié le 15/12/2018 à 10:58 La Rédaction de Via214




    Malgré un ultime recours de ses avocats devant la Cour suprême, un homme de
    55 ans, condamné à la peine capitale en 1994 pour un meurtre particulièrement violent, a reçu une injection létale jeudi soir, en Floride. Il s'agissait de la dernière exécution de l'année 2018
    aux États-Unis.




    La dernière exécution de l'année aux Etats-Unis a eu lieu jeudi soir en Floride (sud), portant à 25 le nombre de condamnés à mort exécutés en 2018 dans l'ensemble du pays.



    Jose Jimenez, 55 ans, a été déclaré mort par les autorités à 21h48 (02h48 GMT), après avoir reçu une injection létale à base de produits controversés dans le pénitencier de Starke.



    Il avait été condamné à la peine capitale en 1994 pour un meurtre
    particulièrement violent.



    Deux ans plus tôt, il s'était introduit dans l'appartement d'une de ses
    voisines, dans le nord de Miami, probablement pour la cambrioler.
    Phyllis Minas, greffière dans un tribunal âgée de 63 ans, était
    chez elle. L'intrus l'avait battue et poignardée à de multiples reprises.


    L'etomidate, un produit controversé



    Plusieurs procédures judiciaires ont retardé son exécution. Ses avocats ont
    plaidé, entre autres, que son addiction à la drogue n'a pas été suffisamment prise en compte dans le procès. Ils avaient tenté jeudi un recours de la dernière chance devant la Cour suprême.


    Ils contestaient l'usage par la Floride d'etomidate, un médicament censé
    rendre le détenu inconscient quand deux autres drogues paralysent ses muscles puis causent un arrêt cardiaque.


    Mais le précédent condamné exécuté en Floride, Eric Branch en février, avait crié à plusieurs reprises lorsque le produit létal avait été introduit dans ses veines, selon les défenseurs de M.
    Jimenez.



    Ils ont toutefois échoué à convaincre la plus haute juridiction du pays que la méthode retenue pour son exécution constituait un "traitement
    inhumain"
    .


    PÂTE "SLIME" POUR NOËL: ATTENTION DANGER

    PÂTE "SLIME" POUR NOËL: ATTENTION DANGERhttp://www.via214.net/


    Publié le 15/12/2018 à 10:15 La
    Rédaction de Via214




    Les autorités françaises ont alerté vendredi les utilisateurs du "slime" sur les dangers des produits toxiques utilisés pour la fabrication maison de cette pâte à malaxer gluante et
    élastique très populaire chez les jeunes.




    Les autorités de santé ont rappelé à l'approche des fêtes de Noël les risques liés à une pâte à malaxer très prisée des enfants et des adolescents, le "slime", qui peut provoquer des
    irritations et allergies cutanées sévères.



    Dans un communiqué commun, la Direction générale de la santé, la Direction de la concurrence (DGCCRF) et l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) "appellent à rester vigilants" au vu des contrôles effectués: sur 44 produits prélevés en 2018, 14
    contenaient une teneur en bore supérieure à la limite autorisée et
    ont été retirés du marché.



    L'acide borique - composé de bore, d'hydrogène et d'oxygène - est une
    substance classée reprotoxique (toxique pour la fertilité et le développement de l'embryon). Dans un rapport publié ce vendredi, l'Agence de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail
    (Anses) souligne que le nombre de cas signalés aux Centres antipoison a déjà doublé sur les cinq premiers mois de 2018 par rapport à l'année précédente: atteintes de la peau et des ongles,
    brûlures, rougeurs, eczéma, démangeaisons à la suite de manipulations de la pâte.



    Les autorités sanitaires attirent en particulier l'attention sur les
    préparations "maison" de cette pâte, à partir de produits détournés de leur usage comme des lessives, colles,
    produits détergents, solutions de lavage pour les yeux ou de lentilles de contact, qui peuvent contenir de l'acide borique. La pâte est en effet soit commercialisée sous forme prête à l'emploi ou de coffrets d'ingrédients à mélanger, soit fabriquée à la
    maison à l'aide de tutoriels sur internet. Les autorités rappellent
    que la manipulation répétée et prolongée de slime "n'est pas dénuée de risques pour la santé". Une première alerte avait été lancée par l'Anses et la DGCCRF en mai.



    En septembre, l'UFC Que-Choisir avait déconseillé aux parents d'acheter du slime, après un test de 13 produits tout prêts ou en kit faisant apparaître des contaminants de type mercure ou arsenic
    ou bore, qui donne son élasticité à la pâte. Cette pâte avait connu son heure de gloire en 1984 avec le film "Ghostbusters" (SOS Fantômes), d'où est tiré son nom, dérivé d'un des fantômes
    du film, "Slimer". Elle est revenue sur le devant de la scène aux États-Unis dès novembre 2016 grâce à des vidéos postées sur Youtube par des pré-adolescents fiers de leur création.




    Miss France 2019: Chutes en cascade, lustre brisé... Les dernières répétitions mouvementées des prét

    Miss France 2019: Chutes en cascade, lustre brisé... Les dernières
    répétitions mouvementées des prétendantes au titrehttp://www.via214.net/


    Publié le 15/12/2018 à 08:37 La Rédaction de Via214




    PREPARATION Vendredi
    après-midi, les trente prétendantes à la couronne de Miss France 2019 faisaient leurs premières répétitions en costume au Zénith de Lille, pour le meilleur et pour le pire…



    Dans le milieu du spectacle, on dit souvent que pire est la répétition,
    meilleur sera le show. On peut donc s’attendre à un grand moment samedi soir, devant Miss France, à 21 heures, en direct sur TF1. Car vendredi après-midi, les répétitions ont été mouvementées (mais en même temps, c’est à ça que ça sert).



    Sur scène de 14h à 19h un peu passées, les miss ont répété leurs tableaux. Cirque, Cabaret, Princesses, Pin-up...Le spectacle de cette année est intitulé Les Miss font leur show et
    la mise en scène ne fera pas mentir ce titre. Pour la première fois, les trente jeunes femmes répétaient en costume, au Zénith de Lille. Et si pour les maillots de bain, il fallait braver le froid de
    la salle, pas franchement chauffée, et sa pudeur, pour les robes de princesses, c’était une autre paire de manches.



    Et là, c’est la chute



    Arrivées jeudi au Zénith, les jeunes femmes ont d’abord répété au Palais Rameau, où les escaliers étaient représentés par des scotchs sur le sol.
    Vendredi, elles ont dû affronter de vraies marches, en robe de princesses très bouffantes avec beaucoup de tissus et une longue traîne, et une fumée mystérieuse qui rendra sûrement très bien à l’écran, mais les a surtout empêchées de voir leurs pieds et les
    marches pendant une partie de la chorégraphie. Miss Aquitaine a
    dévalé les marches à un moment, causant une grande frayeur à toutes les équipes, et récoltant quelques bleus au passage. Miss Picardie est également tombée, Miss Normandie a manqué de perdre
    l’équilibre…



    A la fin du tableau, c’est l’entrée de Maëva Coucke qui revient sur son règne. Elle répète son entrée, on vérifie que
    les vidéos fonctionnent… Puis c’est le moment de passer au tableau suivant. On remonte les lustres, et là, c’est le drame. La chaîne de l’un des deux se coince dans le lustre et le casse,
    envoyant des pampilles en verre se briser aux quatre coins de la salle et causant une énorme frayeur à tous, qui ont encore l’image de Maëva Coucke en dessous quelques minutes avant.



    Heureusement, l’accident ne fait pas perdre son sens de l’humour à Jean-Pierre Foucault qui plaisante: "Pas de problème si j’étais en dessous, Nikos
    [Aliagas] est déjà là pour me remplacer, et derrière il y a Camille [Combal] au cas où." Conclusion des événements: A priori, il n’y aura pas de lustre samedi soir, et la fumée sera limitée sur scène pour permettre aux miss de se mouvoir. De quoi peut-être éviter les chutes…


    Attentat à Strasbourg: Emmanuel Macron dépose une rose blanche sur la place Kléber

    Attentat à Strasbourg: Emmanuel Macron dépose une rose blanche sur la place Kléberhttp://www.via214.net/


    Publié le 15/12/2018 à 07:42 La Rédaction de Via214




    HOMMAGE Le président, présent à Strasbourg ce soir, a rendu un hommage
    silencieux et symbolique aux victimes de l’attentat…



    Emmanuel Macron s’est rendu à Strasbourg ce vendredi 14 décembre pour rendre hommage aux victimes de l’attentat perpétré ce mardi. Il s’est recueilli sur le cérémonial improvisé de la place
    Kléber, et y a déposé une rose blanche. Une Marseillaise a ensuite
    été entonnée, pendant son hommage silencieux.





    Il a ensuite rendu hommage aux forces de l’ordre et aux militaires présents sur place, avant de se rendre au marché de Noël, où il a communiqué avec la population strasbourgeoise et avec les
    habitants, consolant notamment un enfant en larmes.



    "C'est important pour tous les Strasbourgeois"



    "Merci d'être venu, merci aux forces de l'ordre, je suis très heureuse d'avoir pu rouvrir le stand", lui a lancé une commerçante qui vend des friandises dans son chalet de bois. Plusieurs badauds lui ont demandé des selfies, qu'il a acceptés, dans une ambiance bon enfant
    et émue.



    Parmi les badauds, Annette 80 ans, au premier rang, est "venue pour prier
    pour ceux qui ne sont plus là". La venue du président "me touche beaucoup", dit-elle. "C'est important pour tous les Strasbourgeois. On n'est pas toujours satisfait de lui, mais il fait son possible et cela montre qu'il a du coeur", ajoute la vieille dame.



    En arrivant à l'aéroport de Strasbourg, le chef de l'État avait rencontré pendant plus d'une demi-heure quelques membres des forces de l'ordre intervenus en première ligne pour tenter d'arrêter
    l'équipée meurtrière de Chérif Chekatt. Parmi eux, les quatre soldats de l'opération Sentinelle qui avaient blessé Chérif Chekatt lors de l'attentat mardi soir. L'un d'eux a raconté comment
    une balle du tireur avait ricoché sur son fusil d'assaut.



    Dans ces temps difficiles, Brigitte Macron n'a pas le morale au beau fixe

    Dans ces temps difficiles, Brigitte Macron n'a pas le morale au beau fixehttp://www.via214.net/


    Publié le 15/12/2018 à 07:07 La
    Rédaction de Via214




    En ces temps difficiles pour son mari, Brigitte Macron n'a pas le moral au beau fixe. La première dame serait même particulièrement "triste".




    En ces temps difficiles pour son mari, Brigitte Macron n'a pas le moral au beau fixe. La première dame serait même particulièrement "triste".



    Brigitte Macron : "Elle est sincèrement triste de ce qui arrive"


    Brigitte Macron attristée ? Si la première dame soutient son époux en
    pleine gestion de la crise des "gilets jaunes", elle n’est pas indifférente aux nombreux témoignages de ces Français qui ont du mal à boucler leur fin de mois. "Elle est sincèrement triste de ce qui arrive", glisse même un intime au Parisien.



    Face à cette mobilisation, Brigitte Macron "comprend la colère" qui est "le fruit de trente ans d’impuissance", ajoute ce proche au quotidien régional. "Hypnotisée par les chaîne d’infos", selon le Parisien, l’épouse du chef de l’Etat compatit avec les manifestants. Cependant, elle trouve "dur" le niveau de haine que suscite Emmanuel Macron.


    Brigitte Macron : elle a plaidé l'apaisement auprès de son mari



    En amont de l’allocution du président de la République, Brigitte Macron a donc plaidé auprès de son mari pour l’apaisement. Emmanuel Macron souhaitait un discours très personnel, loin des
    pressions des "technos" de Bercy. Il a donc pu compter sur l’avis de son épouse qui est d’ailleurs l’une des seules
    personnes à avoir lu le texte avant qu’il ne le prononce, indique
    Le Parisien.



    Brigitte Macron faisant également partie du petit comité présent lors de
    l’enregistrement de l’allocution présidentielle. En effet, lundi
    dernier, à 19 heures, le chef de l’Etat se trouvait dans son bureau de l’Elysée uniquement en compagnie de sa femme et de ses communicants. S’il n’a suffi que d’une prise à Emmanuel Macron, pas sûr que ce discours ait suffit pour apaiser comme le désirait Brigitte Macron. En effet, le résultat reste mitigé,
    certains "gilets jaunes" n’ayant pas été convaincus par les mesures annoncées.

    Géminides : une pluie d'étoiles filantes visible cette nuit

    Géminides : une pluie d'étoiles filantes visible cette nuithttp://www.via214.net/


    Publiéle 14/10/2018 à 07:50 La Rédaction de Via214





    La cuvée 2018 des Géminides s'annonce particulièrement savoureuse avec une lune peu présente qui ne gâchera pas le spectacle. À condition bien sûr que la météo soit clémente...



    Une pluie d'étoiles filantes, c'est ce que vous pourrez observer dans le
    ciel, cette nuit et comme chaque année à la même époque. On appelle ce phénomène un essaim de Géminides, autrement dit un
    grand nuage de poussières. À cette période, la Terre passe dans ce nuage à la vitesse de 30 km/s (soit plus de 100.000 km/h) ce qui fait "flamber" les poussières lorsqu'elles pénètrent dans
    l'atmosphère.



    Les Géminides tirent leur nom de la constellation des Gémeaux. Leur
    radiant, le point de contact entre la Terre et le nuage, est situé près de l'étoile Castor (en réalité un groupement d'étoiles), elle-même située dans la constellation des Gémeaux. Et toutes les étoiles filantes d'une pluie donnée semblent provenir de ce radiant
    qu'il faut espérer haut dans le ciel cette nuit. En effet, plus il l'est, plus les chances de voir les Géminides sont grandes.



    C'est dans l'hémisphère nord, à partir de 21 heures avec un pic après minuit, qu'elles seront le plus visibles, à condition que la météo soit clémente. Ce qui devrait être le cas selon Linternaute qui se base sur les prévisions de Météo France. Ce sont les régions du nord et du centre de la France où le phénomène devrait être le
    plus visible car elles bénéficient d'une nuit plus claire que dans le sud, où de la pluie et du brouillard sont prévus. Autre point positif, cette nuit, la lune ne sera que très peu visible, condition
    sine qua non pour admirer le spectacle. Et selon Google, qui a lancé pour l'occasion un Doodle, "si le temps est clair, 2018 pourrait être la meilleure année jamais vue pour regarder les Géminides", et ce même à l'œil nu. Il est toutefois conseillé de s'éloigner
    le plus possible des lumières des villes et de se mettre face au
    sud.

    Julie Gayet: ce qui l’a convaincue d’officialiser sa relation avec François Hollande

    Julie Gayet: ce qui l’a convaincue d’officialiser sa relation avec
    François Hollandehttp://www.via214.net/


    Publié le 14/12/2018 à 06:10La Rédaction de Via214




    Entre Julie Gayet et François Hollande, la discrétion a toujours été de mise. Malgré la révélation fracassante de son histoire clandestine avec celui qui était alors président de la République, la comédienne et productrice a refusé pendant longtemps toute officialisation. Mais un événement l'a incitée à assumer son bonheur au grand jour.




    L'histoire d'amour entre Julie Gayet et François Hollande a commencé dans la clandestinité. Et pour cause, le couple a commencé à se fréquenter alors que le
    président de la République était encore engagé dans une relation avec Valérie Trierweiler. Celle-ci occupait alors une aile de l'Elysée lorsque des photos de François Hollande en casque de scooter devant le domicile de Julie Gayet font la Une des journaux en 2014.



    Mais malgré la rupture fracassante de l'ancien chef d'Etat avec la journaliste, Julie Gayet a toujours refusé d'endosser un quelque rôle officiel auprès de son compagnon, préférant continuer à mener une vie de femme libre et indépendante."J’ai
    essayé, durant toute la période où François Hollande était à l’Elysée, de tenir mon cap: exercer mes métiers de productrice et d’actrice. (…) J’ai été pleinement dans le cinéma.
    J’ai
    refusé de prendre un rôle officiel à l’Elysée
    ," a-t-elle
    ainsi confié au magazineElle qui
    l'interviewait à l'occasion de la sortie du filmLe gendre de ma vie dans lequel elle est à l'affiche aux côtés de Kad Merad.



    Pourtant malgré ce silence et son refus catégorique d'officialiser son couple durant le quinquennat de François Hollande, cela n'a pas empêché les
    journaux d'évoquer son histoire. "Beaucoup de choses fausses ont été dites et écrites ! Tout et n’importe
    quoi à vrai dire.
    J’avais
    décidé de garder le silence pendant tout le temps où François était à l’Elysée,
    ce qui n’a pas empêché les magazines de parler à ma place ou de
    faire des couvertures sur moi sans mon accord,"
    a-t-elle également déploré.


    Depuis que François Hollande a quitté ses fonctions de président de la
    République, Julie Gayet semble moins encline à cacher son histoire d'amour. Toujours discret, le couple n'hésite plus néanmoins à assumer son bonheur en public. François Hollande et sa compagne s'affichent de plus en plus ensemble, et ont même accepté de s'exposer un peu plus en se prêtant au jeu de la séance photos pour le magazine ParisMatch en septembre dernier. Le déclic, Julie Gayet l'a eu lors du tournage de la série Dix pour cent en
    2015 alors qu'elle faisait preuve de beaucoup d'autorisation en incarnant son propre rôle aux côtés de JoeyStarr."Quand j’ai compris que cela avait fait rire aussi les gens, cela
    m’a soulagée,"
    a-t-elle
    déclaré au magazine.

    Strasbourg : Cherif Chekatt abattu au cours d'une opération de police après avoir été repéré par une

    Strasbourg : Cherif Chekatt abattu au cours d'une opération de police après
    avoir été repéré par une habitantehttp://www.via214.net/


    Publié le 14/12/2018 à 06:12 La Rédaction de Via214


    Cherif Chekatt a été abattu avers 21 heures au 74 rue du Lazaret, à
    Strasbourg. / © DR police nationale


    L' homme le plus recherché de France a été localisé après avoir été signalé par une habitante du quartier. Il a été abattu vers 21 heures lors d'une opération de police ce jeudi soir dans le quartier du Neudorf au 74 rue du Lazaret, à Strasbourg.




    C'est la fin de deux jours de traque. Ce jeudi soir, Cherif Chekatt, l’homme
    le plus recherché de France a été localisé dans le quartier du Neudorf à Strasbourg. Cherif Chekatt s’était réfugié dans un entrepôt
    situé Plaine des bouchers, non loin de là où les forces de l’ordre avaient perdu sa trace mardi soir, juste après l’attaque. Il a été abattu vers 21 heures au 74 rue du Lazaret où un très important dispositif de police a été déployé.



    C'est une habitante du quartier qui a reconnu Cherif Chekatt et a prévenu
    la police via le 117 en début d'après-midi. Dans la soirée, vers 21 heures, il est reconnu par une patrouille de trois policiers. Le terroriste présumé"s'est retourné faisant face au fonctionnaire de police en tirant"
    selon les mots du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. "Ils ont alors immédiatement riposté et neutralisé l'assaillant." Les habitants ont exprimé leur soulagement et ont
    applaudi les forces de l'ordre
    .
    Lisez ci-dessous le déroulé de la soirée.


    0h30



    C’est une habitante qui a repéré le suspect dans sa rue en début d’après-midi, selon France Info. Elle a appelé le 197 en début d'après-midi.




    Selon Le Parisien,le frère aîné de Cherif Chekatt, Sami Chekatt, 34
    ans, a été interpellé en Algérie dans le cadre d’un mandat de recherche pour association de malfaiteurs terroriste. L’homme avait quitté la France bien avant l’attaque du marché de Noël. Les
    enquêteurs veulent savoir s’il était au courant du projet terroriste de son frère.


    Minuit



    Dans les rues de Strasbourg, un mot revient dans toutes les bouches: le soulagement. Certains habitants n'osaient plus sortir de chez eux depuis jours. "J'ai des copains dont la fille a été blessée, c'est un soulagement car tant qu'il était en course, on n'était pas à l'aise",
    raconte une femme qui a appris la mort du principal suspect alors qu'elle assistait au concert de Jeane Manson, à l’église protestante Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg.



    Même réaction chez cette jeune Strasbourgeoise : "On a appris la nouvelle à la télé, dans un bar. On est super contents et émus, et surtout rassurés et soulagés que ce soit fini, qu'on l'ait attrapé. Quand on marchait dans la rue, on n'était pas très
    rassurés
    ."



    Les commerçants, eux, attendent de pouvoir rouvrir leurs chalets au marché de Noël: "On espère que tout les gens vont commencer à ressortir parce que depuis deux jours, c'est calme. On a une grosse perte de chiffre
    d'affaires. A voir si les gens reviendront sur le marché de Noël, cela reste une incertitude
    ."



    23 heures



    Les forces de l'ordre sont encore présentes rue du Lazaret où Cherif
    Chekatt a été abattu. Les services de déminage viennent de quitter les lieux.




    Cherif Chekatt était un "soldat" de l'Etat islamique selon l'agence Amaq, l'agence de propagande du groupe islamique. Dans un communiqué, elle assure que l'attaque
    répondait "à des appels à cibler des citoyens des pays de la coalition"
    internationale qui combat l'Etat islamique en Syrie et en Irak. Dans
    une conférence de presse donnée mercredi, le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, avait révélé que des témoins de l'attaque ont entendu l'assaillant crier "Allah Akhbar"
    mardi soir.



    22h30



    Après s'être rendu sur les lieux, le ministre de l'intérieur Christophe
    Castaner est revenu en préfecture pour confirmer la fin de la traque et la mort du terroriste.



    "A 21 heures, un équipage de la brigade spécialisée de terrain, composée de trois fonctionnaires de la police nationale ont aperçu un individu qui déambulait sur la voie publique au niveau du 74 de la rue du Lazaret. Cet individu correspondait au signalement de la personne recherchée depuis mardi soir. Ils l'ont interpellé et au
    moment de l'interpellation, ce dernier s'est retourné faisant face au fonctionnaire de police en tirant.



    Ils ont alors immédiatement riposté et neutralisé l'assaillant."



    Pour le maire de Strasbourg,Roland
    Ries
    , c'est un "soulagement"."Je
    commençais à trouver le temps long."



    22 heures



    D'après l'AFP et plusieurs témoignages, le terroriste aurait été repéré à sa démarche suspecte dans
    la rue par une patrouille, alors qu'il sortait d'un immeuble. L'équipe de la direction départementale de la sécurité publique a fait demi-tour, l'homme les a repérés. Un échange de coups de feu
    s'en est suivi. Cherif Chekatt a tiré sur les trois policiers qui ont riposté et l'ont abattu.



    21h45



    Les habitants ont exprimé leur soulagement et ont applaudi les forces de l'ordre. Sur place les journalistes sont maintenus à distance par les forces de l'ordre à environ une 100 mètres du lieu d'intervention, sur l'avenue de Colmar, non loin du stade de la
    Meinau. Des dizaines de cars de CRS sécurisent la zone.




    Des témoins disent avoir entendu plusieurs échanges de coups de feu.
    Plus de 700 policiers étaient mobilisé s
    pour la traque du terroriste. Un peu plus tôt dans la journée une vaste opération de police s’était déroulée dans le quartier du Neudorf, rue
    d'Epinal. Une opération pour "levée de doute", suite au signalement d’un riverain, qui avait cru apercevoir le fugitif dans un parc aux alentours. Selon un dernier bilan provisoire, l'attaque du marché de Noël de Strasbourg
    a fait au total 3
    morts, 5 blessés graves et 8 blessés légers.

    Les contrats à terme sur Pétrole Brut ont augmenté durant la séance en Asie

    Les contrats à terme sur Pétrole Brut ont augmenté durant la séance
    en Asiehttp://www.via214.net/


    Publié le 13/12/2018 à 06:57 La Rédaction de Via214




    Investing.com - Les contrats à terme sur le Pétrole Brut ont augmenté durant la séance en Asie ce Jeudi. Sur le New York Mercantile Exchange, Les contrats à terme sur le Pétrole Brut pour livraison en Janvier s'échangeaient à 51,47 dollars le baril au moment de la rédaction de l'article, en hausse de 0,53%.



    Plus tôt, le baril s'échangeait lors d'une session haussière à dollars. Le pétrole Brut était susceptible de trouver un support à 50,53 dollars et une résistance à 54,22 dollars.



    L'Futures indice du dollar US, qui suit les performances du billet vert face à
    six autres principales devises, a reculé de 0,04% pour s'échanger à 97,058 dollars.



    Ailleurs sur l'ICE, Le pétrole Brent pour livraison en Février a progressé de 0,70% et s'échangeait à 60,57 dollars le baril tandis que l'écart entre la valeur des contrats sur Le pétrole Brent et Le pétrole Brut s'établit à 9,10 dollars le baril.

    "Gilets jaunes": le gouvernement veut mobiliser les entreprises pour contenir le déficit

    "Gilets jaunes": le gouvernement veut mobiliser les entreprises pour
    contenir le déficithttp://www.via214.net/


    Indicateurs économique Publiéle 13/12/2018 à 06:21 La Rédaction de Via214





    Contraint de trouver comment financer les mesures de pouvoir d'achat accordées
    aux "gilets jaunes", le gouvernement cherche à mettre à contribution les entreprises, et pourrait aller plus loin que la demande de prime exceptionnelle défiscalisée évoquée par Emmanuel
    Macron.




    Le président de la République a réuni mercredi après-midi une centaine de chefs d'entreprises pour les mobiliser en faveur du pouvoir d'achat.



    Si Emmanuel Macron n'a pas évoqué de mesures contraignantes, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, auditionné au Sénat, a lui estimé qu'"un effort spécifique" pourrait être demandé aux grandes entreprises, en plus des efforts sur la dépense publique auxquels travaille le gouvernement.



    "J'y suis favorable", a-t-il affirmé, ajoutant qu'"après tout, dans les circonstances actuelles, il n'est pas illégitime de demander un effort particulier aux plus grandes entreprises".



    Le gouvernement veut déjà mettre en place la taxation des géants du
    numérique (Gafa). Elle "devrait rapporter en année pleine 500 millions d'euros", selon M. Le Maire, qui n'a pas précisé si la France appliquerait cette taxe dès l'an prochain sans attendre un
    accord européen.



    Autre piste envisagée, la modulation de la baisse de l'impôt sur les sociétés, dont le taux était censé passer de 33,3 à 31% l'an prochain, avant de descendre progressivement à 25% d'ici la fin du
    quinquennat. "C'est l'une des pistes" a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, qui a dit ne pas connaître les
    arbitrages finaux.



    Devant les chefs d'entreprises, Emmanuel Macron n'a pas évoqué de nouvelles taxes, ni un report de la transformation du CICE en baisses de charges, prévue l'an prochain, répétant qu'il n'était pas question de "détricoter" les réformes menées depuis 2017.



    "On a pas vocation à augmenter les taxes", a souligné l'Elysée.



    "Le président a écouté tout le monde, il nous a demandé les efforts que nous étions prêts à faire", a indiqué à la sortie le président de Nexity Alain Dinin, l'un des rares chefs d'entreprises à s'exprimer après la réunion.



    -l'oeil sur le déficit -



    D'éventuelles mesures supplémentaires s'ajouteraient à la prime exceptionnelle
    que le président de la République a déjà demandé aux entreprises de verser à leurs salariés en annonçant qu'elle serait défiscalisée.



    La ministre du Travail Muriel Pénicaud et Bruno Le Maire doivent recevoir jeudi les partenaires sociaux pour échanger sur le sujet. D'ores et déjà, plusieurs grands groupes, comme Orange, Publicis
    (PA:PUBP), Altice (AS:ATCA),Iliad (PA:ILD), LVMH (PA:LYMH), Kering (PA:PRTP) ou Total (PA:TOTF), ont répondu favorablement à cet appel.



    Chacun adapte toutefois les modalités de versement et le montant de cette prime. Si Altice et Iliad ont choisi de verser 1.000 euros, Orange a opté pour ce montant uniquement pour ses salariés dont le salaire annuel brut est inférieur à 25.000 euros. Ceux qui gagnent entre 25.000 et 30.000 euros toucheront 500 euros.



    Le géant pétrolier Total a lui décidé de verser 1.500 euros à tous ses salariés en France, selon son PDG Patrick Pouyanné. Un porte-parole de l'entreprise a précisé à l'AFP que la possibilité d'une défiscalisation avait joué sur le montant de la prime, tout
    comme "le fait de pousser les entreprises à contribuer" à l'effort collectif.



    Pour les entreprises plus petites, l'équation est plus compliquée. Mardi, la CPME a estimé que "le nombre de PME en capacité de distribuer une prime de ce type restera malheureusement limité".


    L'enjeu pour le gouvernement, dont les annonces sont scrutées par Bruxelles,
    est que le déficit public ne s'éloigne pas trop de la limite européenne de 3% du PIB.



    "Je souhaite que nous prenions toutes les mesures nécessaires pour nous
    rapprocher le plus possible des 3%, c'est-à-dire de nos engagements
    européens", a affirmé Bruno Le Maire mercredi devant les sénateurs.



    La veille, le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, avait chiffré le coût des mesures annoncées par M. Macron à 10 milliards d'euros, estimant que le déficit s'élèverait ainsi à 3,4% pour 2019 avant d'éventuelles mesures d'économie.




    Ghosn autorisé à récupérer des documents dans un appartement à Rio

    Ghosn autorisé à récupérer des documents dans un appartement à Riohttp://www.via214.net/


    Publié le 13/12/2018 à 05:51 La Rédaction de Via214




    SAO PAULO (Reuters) - La justice brésilienne a accordé mercredi à
    Carlos Ghosn et à sa fille le droit de se rendre dans un appartement situé à Rio de Janeiro pour y récupérer des affaires personnelles, contre l'avis de Nissan, (T:7201) montre un document judiciaire que Reuters a pu consulter.




    Nissan, qui accuse Carlos Ghosn de malversations financières et l'a évincé
    de sa présidence, affirme avoir découvert trois coffres-forts dans
    cet appartement situé sur le célèbre front de mer de Rio et qui était auparavant mis à la disposition de Carlos Ghosn. Le constructeur dit ne pas avoir ouvert ces coffres mais soupçonne
    qu'ils contiennent des preuves susceptibles d'incriminer l'ancien
    dirigeant de l'alliance Renault-Nissan.


    La justice brésilienne autorise Carlos Ghosn, actuellement détenu au Japon, et sa fille Caroline, qui est récemment arrivée au Brésil, à se rendre dans cet appartement pour y récupérer des "vêtements, des photos, des livres, des montres, des bijoux, des documents"
    et d'autres objets personnels. Ils devront être accompagnés de deux
    officiers de justice.

    CAC 40: Paris accentue son rebond, toujours sur fond d'optimisme sur le Commerce

    CAC 40: Paris accentue son rebond, toujours sur fond d'optimisme sur le
    Commercehttp://www.via214.net/


    Publié le 12/12/2018 à 14:54 LaRédaction de Via214




    Investing.com – Le CAC 40 confirme le rebond d’hier ce mercredi, affichant un
    gain de près de 2% depuis l’ouverture, après un gain de +1.35% en clôture hier.


    L’amélioration des relations Chine-USA continue de doper l’optimisme des investisseurs



    Rappelons que l’indice parisien avait profité du climat d’un climat de
    détente en ce qui concerne la guerre commerciale Chine-USA hier, avec plusieurs marques de bonne volonté de la part de la Chine, avec notamment l’annonce de la préparation d’un achat massif de soja US, et d’une baisse des taxes d’importation sur les
    véhicules américains.



    Aujourd’hui, c’est le même thème qui continue de doper l’optimisme des
    Investisseurs, suite à une interview du président US Donald Trump accordée à Reuters, et au cours de laquelle le président US s’est montré très optimiste au sujet de la possibilité d’un accord
    commercial qui pourrait être considéré comme le plus grand accord commercial jamais conclu.



    Les plus fortes hausses du CAC 40



    En ce qui concerne les plus fortes hausses des valeurs qui composent  l'indice CAC 40,on relèvera qu’Atos(PA:ATOS) s’affiche en tête (+4.03%), regagnant du terrain après le
    décrochage des valeurs technologiques hier, suivi par Peugeot(PA:PEUP)
    (+4.02%), et Pernod Ricard(PA:PERP)
    (+3.99%), qui bénéficie de son côté de l’annonce du fonds activiste Elliot, qui a dévoilé avoir acquis une participation de 2.5% dans la société.



    Point technique et seuils à surveiller à court terme



    D’un point de vue graphique, on notera que le CAC 40 a surpassé la zone de 4850 points (sommets d’hier), ce qui constitue un signal positif. Cependant, l’indice est désormais au contact direct d’une résistance à 4900 points, proche de la moyenne mobile 200 heures à
    4887 points.



    En cas d’échec sur cette résistance, un retour vers 4850 points voire 4800 points dans le cadre d’un mouvement correctif pourrait être envisagé.



    En cas de cassure confirmée au-dessus de 4900 points, il faudra tenir compte de la moyenne mobile 100 heures actuellement à 4939 points, avant le seuil psychologique clé de 5000 points.

    Des chercheurs australiens inventent un test qui détecte le cancer en dix minutes

    Des chercheurs australiens inventent un test qui détecte le cancer en dix minuteshttp://www.via214.net/


    Publié le 12/12/2018 à 08:02 La Rédaction de Via214




    Des chercheurs australiens de l'université de Queensland ont annoncé
    avoir conçu un test rapide pour savoir si une personne était atteinte d'un cancer.




    A partir d'une simple prise de sang, il serait possible de savoir en dix minutes si nous sommes atteints, a annoncé le groupe de chercheurs dans la revue Nature Communications. Le test détecterait l'ADN du cancer dans le sang du patient, à partir de "marqueur biologique universel du cancer", retrouvé dans la plupart des formes de cette maladie.



    Contrairement aux autres méthodes habituellement employées, comme la biopsie, une technique invasive et coûteuse, celle utilisée par les chercheurs australiens est simple et rapide. Le test se fie à la présence ou à l'absence de groupe méthyle sur l'ADN d'une cellule : cette technique permet
    de repérer la différence entre les cellules saines et malades.



    En effet, les cellules cancéreuses et les cellules normales réagissent
    différemment au contact de l'eau additionnée à des nanoparticules d'or, selon les scientifiques. Ainsi, lorsque
    des cellules malignes sont découvertes, le liquide du test change de couleur. Les cellules malades se collent à l'or et le mélange conserve sa couleur rose d'origine, contrairement aux cellules
    saines, qui se lient différemment aux nanoparticules d'or, et font virer le liquide au bleu.



    IDENTIFICATION DE 90 CAS DE CANCER
    SUR 100



    "Ces analyses sont rapides, c'est-à-dire que le temps d'analyse est égal ou inférieur à dix minutes, et elles nécessitent une préparation finale de l'échantillon ainsi qu'une petite entrée sur l'ADN", expliquent les chercheurs.
    Selon les travaux effectués, le test permet d'identifier 90 cas de cancer sur 100. En revanche, il ne permet pas de savoir quel organe est touché par la maladie.



    Dans The Guardian, les chercheurs précisent que le test doit être suivi
    d'autres examens, avec d'autres méthodes, pour "identifier quel est
    le type de cancer et quel est son stade".



    Avec près de 400.000 nouveaux cas de cancers identifiés chaque année en France métropolitaine, cette technique pourrait révolutionner le diagnostic et donc améliorer la prise en charge.

    Wall Street, face à la possibilité d'un "shutdown", s'installe dans le rouge

    Wall Street, face à la possibilité d'un "shutdown", s'installe
    dans le rougehttp://www.via214.net/


    Publié le 12/12/2018 à 07:30 La rédaction de Via214




    New York - Wall Street, qui avait débuté la journée en nette hausse, s'installait dans le rouge en deuxième partie de séance, les investisseurs s'inquiétant notamment des menaces de paralysie de
    certaines administrations brandies par Donald Trump.



    Vers 19H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 0,72%, l'indice élargi S&P 500 de 0,50% et le Nasdaq de 0,38%.



    Ils avaient pourtant été encouragés en début de séance par l'espoir
    d'avancées dans les négociations entre Pékin et Washington après un entretien téléphonique du vice-Premier ministre chinois Liu He, avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin et le
    représentant pour le Commerce Robert Lighthizer.



    Le président américain a de son côté dans un tweet assuré que des
    "conversations très productives" étaient en cours entre les deux capitales.



    Mais les investisseurs ont ensuite été "probablement refroidis par les échanges entre Donald Trump et des représentants démocrates sur le financement d'un mur à la frontière avec le Mexique", a avancé Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.



    Lors d'un échange très tendu avec Nancy Pelosi et Chuck Schumer, en présence des journalistes, le locataire de la Maison Blanche a en effet menacé d'aller jusqu'au "shutdown", soit la
    paralysie de certaines administrations, si les démocrates refusaient de voter le financement du mur controversé.



    Une telle perspective "n'est pas forcément de bon augure pour les
    marchés", a souligné M. Cardillo.



    Le retournement de tendance en cours de séance est aussi "de nouveau une illustration de la très forte volatilité qui caractérise actuellement le marché", a souligné M. Cardillo.



    Lundi, la Bourse de New York a ainsi terminé en hausse dans le sillage d'un
    regain de vigueur du secteur technologique alors qu'elle avait été
    plombée en début de journée par les tensions commerciales sino-américaines et les remous autour du Brexit faisant plonger son indice vedette, le Dow Jones, de plus de 2%.





    Fusillade à Strasbourg fait trois morts et douze blessés

    Fusillade à Strasbourg fait trois morts et douze blesséshttp://www.via214.net/


    Publié le 12/12/2018 à 06:30 La Rédaction de Via214



    Police



    DANGER - Une fusillade a eu lieu dans le centre-ville de Strasbourg ce mardi
    soir, au niveau de la rue des Grandes arcades et de la place Kleber, faisant au moins trois morts, et douze blessés dont six en urgence absolue. Une opération de police est en cours dans un quartier de la ville. Le tireur, toujours en fuite, est fiché S pour
    radicalisation.



    VOICI CE QUE L'ON SAIT



    -Une fusillade a eu lieu dans le centre historique de Strasbourg à proximité du marché de Noël.


    -L'auteur des coups de feu est un homme de 29 ans, fiché S et né à Strasbourg. Il devait être interpellé le matin même dans une affaire de tentative d'homicide et extorsion. A son domicile, des
    grenades ont été découvertes, ce matin. Il avait fait l'objet de condamnations en France et en Allemagne, pour des faits de droit commun.


    -Un bilan annoncé par Christophe Castaner, à 2h30, est de trois morts, et 12 blessés dont 6 en urgence absolue.
    -L'homme a été identifié et est activement recherché dans un autre
    quartier de la capitale alsacienne. Une chasse à l'homme est en cours. Le Raid est sur place. Près de 500 policiers sont à la recherche de l'assaillant.


    -Le Plan blanc a été déclenché dans les hôpitaux de Strasbourg. Une cellule médico-psychologique a été ouverte.


    -Une cellule d'information du public (CIP) est ouverte : 0 811 000 667


    -La section anti-terroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'affaire et ouvre une enquête.



    Christophe Castaner est sur place. Une réunion de crise de la cellule
    interministérielle s'est tenue, ce soir.


    MARCHÉ DE NOËL



    Le marché de Noël de Strasbourg a déjà été la cible des terroristes mais il n'y était jamais arrivé avant hier soir.



    STRASBOURG



    Le film d'une soirée cauchemardesque.


    ANALYSE



    La fusillade, qui a eu lieu ce mardi dans le centre-ville de Strasbourg,
    démontre la réalité de la menace terroriste qui pèse sur la ville
    pendant la période du marché de Noël, ciblé par des menaces d'attentats depuis près de 20 ans.



    Depuis deux décennies, le marché de Noël de Strasbourg a fait l'objet de
    menaces à de nombreuses reprises. Ce mardi, la menace s'est concrétisée par une fusillade qui a fait au moins 3 morts et 12 blessés, malgré le dispositif sécuritaire d'ampleur qui avait été déployé pour sécuriser l'événement, et que Laurent Nunez, le
    secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, avait passé en revue le 23 novembre dernier.



    Une filière terroriste à Strasbourg



    Après les attentats du 13 novembre 2015, le marché de Noël de Strasbourg avait failli être annulé. Il fait depuis l'objet d'un dispositif de sécurité renforcé, avec la mise en place de barrages filtrants autour du quartier de la "Grande Île", où il se trouve.
    Ce quartier, situé dans l'hyper centre de Strasbourg, est séparé du reste de la ville par le fleuve l'Ill et par le canal des Faux Remparts.



    Strasbourg est également la ville d'origine de plusieurs terroristes, notamment l'un des membres du commando de l’attentat du Bataclan, Foued
    Mohamed Aggad. Ce dernier était originaire de Wissembourg, à une
    soixantaine au nord de Strasbourg, et s'était rendu en Syrie avec un groupe d'une quinzaine de personnes qui venaient principalement du quartier de la Meinau. En septembre 2018, un Franco-Russe âgé de 18 ans et d'origine Tchétchène, soupçonné de vouloir commettre un attentat, avait été arrêté à Strasbourg, mais ces cibles
    n'avaient pas été identifiées.



    TÉMOIGNAGES



    Une fusillade dans les rues du centre-ville de Strasbourg a fait trois morts, 12 blessés dont 6 en urgence absolue mardi soir. Le tireur, toujours en fuite, est activement recherché par les forces de l'ordre. En état de choc, plusieurs témoins ont raconté la scène
    à LCI.



    Ce mardi soir, un homme a causé le chaos dans Strasbourg en ouvrant le feu à plusieurs reprises dans le centre-ville, tuant trois personnes et en blessant 12 autres, dont 6 en urgence absolue. Toujours en fuite, l’auteur de l’attaque est activement recherché par les
    forces de police, mobilisés à hauteur de 350 policiers. Le plan "urgence attentat" a d’ores et déjà été activé.


    De nombreux témoins, présents au moment du drame, ont raconté la scène au micro de LCI. "Il était à peu près 19h55, on allait au yoga, ça commençait à courir dans tous les sens, ça venait de tirer. Les gens ne savaient pas trop où aller. Nous avons pu entrer dans la salle de yoga, et en surplomb, nous avons vu ces gens qui étaient par terre, ils saignaient …", a témoigné Gaston-Paul avant d’ajouter : "J’ai vu tout de suite trois personnes, deux hommes et une jeune femme qui étaient encore par
    terre et qui saignaient vraiment beaucoup. Les secours ont mis 40
    minutes à arriver, on attendait."



    La personne qui était à terre devant mon restaurant est décédée 15 minutes plus tard.Un restaurateur présent sur les lieux.



    Plusieurs femmes présentes non loin des coups de feu ont également été
    choquées par la scène, alors que l’une d’entre elles a visiblement été touchée aux jambes : "On a entendu des coups
    de feu et les personnes nous ont dit de courir, courir, courir. On a couru et puis, à la première porte on est entrés. Notre cousine nous a dit qu’elle ne pouvait plus marcher, on l’a ramené ici."



    Enfin, un restaurateur a été témoin de l’horreur alors qu’il assurait le service. "J’étais en train de servir, j’ai entendu une détonation, j’ai cru que c’était une ardoise qui tombait.
    Malheureusement, quand je suis sorti j’ai vu un corps à terre, j’ai vu une personne partir en courant avec une arme" a-t-il indiqué avant de poursuivre : "J’ai couru au milieu de la rue
    pour voir ce qu’il se passait et j’ai vu cette personne tirer encore un peu partout dans Strasbourg. La personne qui était à terre devant mon restaurant est décédée 15 minutes plus tard."



    HOMMAGE



    Christophe Castaner adresse ses "premières pensées vont évidemment aux
    victimes, à leurs familles, à leurs proches.Nos forces de sécurité sont totalement mobilisées pour mettre hors d'état de nuire l'assaillant".



    FUITE



    Le chauffeur d'un taxi, dans lequel le tireur a poursuivi sa cavale, a déclaré aux enquêteurs qu'il était blessé, a pour sa part dit àReutersune
    source policière.



    PARLEMENT EUROPÉEN



    Le confinement au Parlement européen est levé. Des députés européens, confinés depuis le début de la soirée au Parlement européen à Strasbourg, ont commencé à évacuer le bâtiment peu
    après 2H00, indique l'AFP. Le président du Parlement, Antonio Tajani, a annoncé le lancement d'un plan d'évacuation en
    coopération avec la police française à 2H00 (1H00 GMT).



    A 3H00, des employés du Parlement, des hauts fonctionnaires et des parlementaires étaient escortés par la police dans des bus et des monospaces vers le centre de la ville.



    CONFINEMENT



    Le Ministère de l'Intérieur informe que le confinement est levé dans
    la zone concernée.





    Ministère de l'Intérieur - Alerte @Beauvau Alerte




    #Strasbourg Fin de l'alerte et du confinement dans la zone concernée. Les opérations de police se poursuivent afin d'arrêter l'assaillant. Il
    est demandé à chacun de rester particulièrement vigilant et de
    suivre les consignes des autorités. #UrgenceAttentat



    18:18
    - 11 déc. 2018



    INVESTIGATIONS



    Selon les Dernières nouvelles d'Alsace,des perquisitions sont actuellement en cours chez des proches du suspect.



    TRAQUE



    A cette heure avancée de la nuit, l'assaillant est toujours en fuite,
    la ville est quadrillée par les forces de l'ordre. En tout, ce sont 350 personnes qui sont mobilisées : 100 policiers sont sur place, le RAID, la BRI, deux hélicoptères ainsi que la Force Sentinelle. Des moyens supplémentaires sont en cours d'acheminement.



    Gouvernement@gouvernementFR #Strasbourg Victimes physiques ou psychologiques, à la recherche d'un proche, contactez la cellule de crise interministérielle d'aide aux victimes au : 01 43 17 43 17 Pour toute autre information, la cellule d'information de la préfecture reste joignable au : 0811 00 06 67



    17:12
    - 11 déc. 2018


    Paris : une rame de la ligne 13 du métro parisien envahie par de la paille

    Paris : une rame de la ligne 13 du métro parisien envahie par de la paillehttp://www.via214.net/


    Publié le 11/10/2018 à 06:37 La Rédaction de Via214




    Un air de campagne à Paris. Les usagers du métro parisien ont eu la drôle de surprise de découvrir une rame de la ligne 13 remplie de paille, dimanche 9 décembre, rapporte Le Parisien, lundi. La scène a été photographiée et diffusée sur les réseaux sociaux.



    On peut y voir des paniers renversés et de la paille étalée un peu partout. La RATP a confirmé les faits auParisien. Elle a également précisé qu'elle allait porter plainte pour dégradations.



    Une ligne sur-fréquentée



    L'action a été revendiquée par le collectif artistique Omerta Project sur
    Instagram, sous le titre "l'enclos à bétail de la ligne 13 est officiellement ouvert." La
    ligne 13, reliant Châtillon-Montrouge à Saint-Denis, est empruntée chaque jour par plus de 600 000 personnes. Elle a la réputation d'être la plus fréquentée du réseau de métro parisien.

    Appel à témoins : disparition inquiétante d'une femme à l'ouest de Toulouse ce lundi

    Appel à témoins : disparition inquiétante d'une femme à l'ouest de
    Toulouse ce lundihttp://www.via214.net/


    Publié le 11/12/2018 à 06:00 La Rédaction de Via214




    Une jeune femme de 33 ans n’a plus donné signe de vie depuis ce lundi matin à Frouzins, à l’ouest de Toulouse. L’alerte a été très rapidement donnée.
    Vers 9 h 30 ce lundi, Judith Criado se fait déposer par son époux chez un médecin généraliste de sa commune. Elle frappe à la porte mais celui-ci est en consultation. Depuis, plus rien.



    Lorsque son mari revient la récupérer, plus de trace de cette mère de
    famille qui souffre de problèmes de santé. Aussitôt, il appelle les gendarmes de la brigade de Cugnaux dont dépend Frouzins. Ils prennent l’alerte très au sérieux mais malgré des recherches dans le secteur la jeune femme reste introuvable.



    Partie à pied sans téléphone portable



    Aucun mouvement n’a été relevé sur ses comptes bancaires et elle n’a
    pas de téléphone portable sur elle.



    Avisé, le parquet de Toulouse a également saisi la brigade de recherches de Toulouse-Mirail qui a eu le feu vert pour diffuser un appel à témoins dans nos colonnes. Judith Criado, de nationalité espagnole,
    se déplace à pied.



    Elle mesure 1m70, de corpulence mince. La jeune femme est vêtue d’un
    blouson bleu foncé court et d’un pantalon aubergine. Toute personne susceptible de fournir des informations aux gendarmes de Cugnaux est priée de se manifester au plus vite en contactant le 05 62 87 37 50.

    Les tweets de Donald Trump sur les Gilets jaunes agacent le gouvernement français

    Les tweets de Donald Trump sur les Gilets jaunes agacent le gouvernement
    françaishttp://www.via214.net/


    Publié le 10/12/2018 à 07:52 La Rédaction de Via214




    Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a recadré dimanche Donald Trump, qui a une nouvelle fois commenté la crise des Gilets jaunes sur Twitter. Ce n'est pas la première fois que l'exécutif français s'agace des messages du président
    américain.



    Depuis un mois et les accusations de Donald Trump sur la création d'une armée européenne, les relations entre Paris et
    Washington se sont rafraîchies. Et les commentaires sur Twitter du président américain sur la crise des Gilets jaunes ne vont pas arranger les rapports du président américain avec Emmanuel Macron. Samedi encore, Donald Trump a pris en exemple les violences lors de
    la quatrième grande journée de mobilisation des Gilets jaunes pour
    démontrer que l'accord de Paris sur le climat n'était pas viable. Réaction, dimanche, du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans Le Grand juryRTL-Le
    Figaro
    : "Je dis à Donald Trump et le président de la République [Emmanuel Macron] le lui a dit aussi : nous ne prenons pas partie dans les débats américains, laissez-nous vivre notre vie de nation."



    "Nous ne tenons pas pour notre part de considération sur la politique
    intérieure américaine et nous souhaitons que ce soit réciproque", a encore insisté le ministre.



    Le Drian assure que les Gilets jaunes n'ont pas réclamé Trump



    Samedi sur Twitter, Donald Trump avait décrit le quatrième acte de la
    mobilisation des Gilets jaunes comme "un jour très triste" pour la France, avant d'appeler à mettre fin à l'accord sur le
    climat signé à Paris fin 2015. Le président américain estime en effet que la hausse de la taxe carbone et la convergence des fiscalités sur l'essence sans plomb et le diesel ont été
    déclenchées par l'accord signé à l'issue de la COP21.



    Les manifestants "scandent 'Nous voulons Trump'. J'adore la France", a également écrit samedi Donald Trump, relayant en réalité une fausse information : selon les services de fact-checking de l'AFP, il fait référence à une vidéo publiée le 2 décembre sur Twitter, présentée comme ayant été filmée en France alors qu'il s'agit d'images tournées à Londres fin juin.



    Le chef de la diplomatie française a aussi contesté que de tels propos
    en faveur de Donald Trump aient été tenus lors des manifestations des Gilets jaunes : "Les Gilets jaunes n'ont pas manifesté en anglais à ma connaissance et pour tout vous dire, les images qui
    sont parues aux Etats-Unis et où on entendait 'We want Trump' étaient des images prises à Londres lors d'un déplacement du président Trump il y a plusieurs mois."



    Donald Trump suit de près le mouvement des Gilets jaunes



    Depuis un mois, et son retour de Paris où il avait assisté aux cérémonies
    du centenaire de l'armistice du 11-Novembre, Donald Trump lâche ses
    coups contre Emmanuel Macron sur Twitter. Ainsi, le 13 novembre, dans
    une série de messages assassins, il avait notamment raillé la "très
    faible cote de popularité" d'Emmanuel Macron.



    ">

    Donald J. Trump @realDonaldTrump


    The
    problem is that Emmanuel suffers from a very low Approval Rating in France, 26%, and an unemployment rate of almost 10%. He was just trying to get onto another subject. By the way, there is no country
    more Nationalist than France, very proud people-and rightfully so!........



    05:17- 13 nov. 201



    Le président français avait répondu le lendemain en direct, lors d'une interview sur TF1 : "A chaque grand moment de notre histoire, nous avons été des alliés et entre alliés on se doit le
    respect." Avant d'ajouter, sans vouloir commenter les tweets eux-mêmes : "Je pense que Donald Trump fait de la politique américaine et je lui laisse faire de la politique américaine. Je ne
    vais pas me mettre à faire un débat avec le président des États-Unis d'Amérique […] par voie de tweets."



    C'est mal connaître Donald Trump qui a renchéri le 25 novembre, au lendemain de la deuxième journée de mobilisation des Gilets jaunes. "Les vastes et violentes manifestations en France ne prennent
    pas en compte à quel point les Etats-Unis ont été mal traités sur le plan du commerce par l'Union européenne ou sur nos dépenses justes et raisonnables pour notre GRANDE protection militaire. Il
    faut remédier à ces deux sujets bientôt", avait ainsi écrit le président américain, mélangeant un peu tous les dossiers chauds du moment.



    ">



    Donald J. Trump @realDonaldTrump



    The large and violent French protests don’t take into account how badly
    the United States has been treated on Trade by the European Union or on fair and reasonable payments for our GREAT military protection. Both of these topics must be remedied soon.



    05:16 - 25 nov. 2018



    Rebelote mercredi dernier, après les annonces d'Edouard Philippe pour calmer
    la colère des Gilets jaunes. Alors que le Premier ministre français a acté un gel des hausses des taxes sur les carburants, Donald Trump a ainsi commenté avec ironie : "Je suis heureux que mon ami Emmanuel Macron et les manifestants à Paris soient tombés d'accord sur la conclusion à laquelle j'avais abouti il y a deux ans."
    Une référence à son choix, à son arrivée au pouvoir, de retirer les États-Unis de l'accord de Paris sur le climat. Un tweet moqueur que l'Elysée, contacté par l'AFP, avait refusé de commenter.

    La façade d'un immeuble des Minimes devant le Conseil d'Etat

    La façade d'un immeuble des Minimes devant le Conseil d'Etathttp://www.via214.net/


    Publié le 10/12/2018 à 07:23 La Rédaction de Via214




    Les magistrats du conseil d'Etat ont eu à se pencher jeudi à Paris, sur l'aspect réglementaire du balcon d'un immeuble qui doit être construit au 42 rue Sainte-Blanche aux Minimes à Toulouse. Autorisé par la mairie en janvier 2015, le projet porté par la SCI la Violette prévoit l'édification d'un immeuble de 16 logements. Ne voyant pas ce projet d'un bon œil, un riverain a saisi la justice administrative pour en contester le bien-fondé. Il a ainsi obtenu
    l'annulation d'une partie du permis de construire portant sur la construction d'un balcon en façade nord-ouest du projet, par le tribunal administratif de Toulouse en juin 2017. Mais pour le
    requérant qui, comme a tenu à le préciser hier le rapporteur public du conseil d'Etat, n'a aucune fenêtre donnant sur l'immeuble, cette mesure est insuffisante, et il entend bien obtenir la suppression d'un second balcon, prévu sur la façade sud-ouest de l'immeuble. Raison pour laquelle il a déposé un pourvoi en cassation devant la plus haute juridiction administrative du pays.



    Situé à une hauteur de 6 m, ce balcon ne présente pas une profondeur, selon le riverain, conforme au plan local d'urbanisme. Selon lui, cette norme est de 1,2 m alors qu'il semble que la profondeur prévue sur les plans est de 2,75 m. "Les plans sont certes peu précis et litigieux mais il semble que 2.75 est la hauteur du balcon" a
    concédé le rapporteur public du conseil d'Etat, avant d'ajouter que "celui-ci valorise la prestation d'ensemble et rompt la monotonie de cet immeuble moderne". Estimant que le droit est respecté car le projet garantit "l'ensoleillement des rues et l'intimité des voisins" le magistrat a demandé le rejet du pourvoi du riverain.
    Décision dans les prochaines semaines.

    Qui est "AKK" la successeure de Merkel à la tête de la CDU

    Qui est "AKK" la successeure de Merkel à la tête de la CDUhttp://www.via214.net/


    Publié le 10/12/2018 à 06:35 La Rédaction de Via214



    Représentante de l'aile sociale et centriste du parti de droite, Annegret
    Kramp-Karrenbauer dite "AKK", la nouvelle présidente de la CDU, est bien plus ouvertement conservatrice que la chancelière sur les sujets de société.



    Au congrès de la CDU à Hambourg, vendredi, à l’issue d’un grand suspense, la Sarroise Annegret Kramp-Karrenbauer a été élue avec 51,7% des voix. Elle l’a emporté de peu face à Friedrich Merz, vieil ennemi de Merkel et farouche néolibéral, qui prônait un virage nettement à droite et plus europhobe pour la CDU.



    A 56 ans, la nouvelle présidente du premier parti d’Allemagne est donc en bonne voie pour devenir la prochaine candidate à la Chancellerie, des élections prévues en 2021 si le gouvernement tient jusque-là. Elle prend les rênes d’un parti qu’elle connaît très bien, pour en avoir poussé la porte dès ses 19 ans jusqu'à en devenir en février dernier la secrétaire générale.
    Une ascension due notamment à sa victoire surprise en 2017 aux élections régionales dans la Sarre, face à un Parti social-démocrate surfant alors sur "l’effet Schulz".



    Mariée, mère de trois enfants, Annegret Kramp-Karrenbauer est originaire de
    Völklingen, dans la Sarre - ce petit Land du sud-ouest de l’Allemagne limitrophe de la Lorraine. Elle y est née le 9 août 1962, et fut élevée dans une famille catholique traditionnelle de
    six enfants. C’est peu de dire qu’AKK représente le "C" de la CDU (pour "Christlich", "chrétien"), tant elle est attachée aux valeurs religieuses du parti.



    Ainsi s’est-elle opposée au mariage pour tous, légalisé en 2017 - rappelons que la chancelière, dans sa grande habileté politique, a adroitement ouvert la voie pour sa légalisation, tout en votant
    personnellement contre. Mais que se serait-il passé si AKK avait été
    aux commandes ?



    En 2015, elle déclarait en effet à la presse que le mariage pour tous
    serait une "erreur", car
    susceptible d’ouvrir la voie à "d’autres revendications comme un mariage entre de proches parents ou plusieurs personnes". Assimiler
    le mariage homosexuel à la polygamie et à l’inceste : ces propos tristement et classiquement homophobes ont fait polémique.



    Depuis cette interview, le "Ehe
    für alle"
    a été voté en Allemagne. Et AKK compte bien respecter la décision prise en 2017. "Je
    ne suis pas d’accord avec elle sur ce sujet,"
    nous dit dans les travées du congrès de Hambourg Eva Rindfleisch, directrice générale de la CDA, l’organisation des travailleurs de
    la CDU, qui a largement soutenu la candidature d’AKK. "Mais il est évident qu’elle ne va pas changer la loi". La nouvelle présidente de la CDU a d'ailleurs récemment déclaré qu'elle ne comptait pas abroger la loi.


    De la même manière, elle s’oppose, comme à peu près tout le monde dans le parti, à la suppression du paragraphe 219a du Code pénal allemand. Datant de 1933, il réprime la "publicité" pour l’avortement. C’est en vertu d’icelui qu’une gynécologue, Kristina Hänel, a été récemment condamnée à 6000 euros d’amende pour avoir indiqué sur son site internet qu’elle pratiquait les IVG. Si AKK succédait à Angela Merkel à la Chancellerie, il est évident que rien ne changera sur ce point, comme le relève Jan Feddersen dans le quotidien de gauche Taz- journal qui qualifie, de
    manière générale, "d’hétéronormative".



    La successeure de Merkel représente toutefois, surtout par contraste
    avec son rival néolibéral Friedrich Merz, une CDU plus orientée vers le social. "Il existe une grande inquiétude en Allemagne concernant le système des retraites," dit
    Eva Rindfleisch, de la CDA. "Or,
    nous savons qu’elle s’intéresse au sujet et qu’elle s’y attellera".
    Sur
    la question migratoire, elle reste merkelienne, tout en étant plus à
    droite. Si elle a plutôt soutenu la politique d’accueil des réfugiés mise en place en 2015 par la chancelière, elle a
    également plaidé pour une expulsion immédiate de tout réfugié reconnu coupable d’actes criminels - y compris des Syriens.



    Cela dit, de manière générale, AKK représente la continuité et la
    modération, surtout comparée à un Friedrich Merz populiste, qui aurait crispé encore davantage le partenaire social-démocrate de la coalition. "Vous prenez le relais d’une grande" de la politique,
    a d’ailleurs déclaré vendredi la présidente du SPD Andrea Nahles
    dans un tweet qui semblait soulagé - avant de lister les chantiers sur lesquels il faudrait rapidement travailler, dont les retraites. Et avant de lui proposer "une bonne collaboration".



    Ce congrès hambourgeois aura également vu, samedi, élire au poste de secrétaire général de la CDU Paul Ziemiak, 33 ans. Venu remplacer AKK à ce poste, le président de l’union des jeunes conservateurs est également un fidèle du ministre de la Santé, le très à droite Jens Spahn, grand contempteur de la chancelière et de, devinez quoi : sa politique migratoire.

    Migrations : le pacte de l’ONU qui affole les Gilets jaunes

    Migrations : le pacte de l’ONU qui affole les Gilets jauneshttp://www.via214.net/


    Publié le 10/12/2018 à 06:00 La Rédaction de Via214




    Des membres du mouvement s’insurgent contre ce texte de l’ONU qui édicte des grands principes sur l’immigration et doit être adopté lundi au Maroc.




    Le " pacte de Marrakech ", nouvel
    angle d'attaque des Gilets jaunes contre Emmanuel Macron ? Ce texte de l'ONU sur l'immigration, qui doit être adopté par tous les pays, lundi au Maroc, revient de plus en plus souvent dans des vidéos et messages postés sur les réseaux sociaux.



    Si le mouvement des Gilets jaunes est très divers dans ses revendications, à l'origine économiques et sociales, certains de ses membres annoncent désormais une invasion prochaine de migrants en Europe, quand d'autres affirment que la France " vend " sa
    souveraineté à l'ONU. " Ce sera un remplacement des peuples ", " la France sera bientôt sous la tutelle de l'ONU ", lit-on sur certaines pages Facebook liées aux Gilets jaunes, reprenant la
    théorie d'extrême droite du grand remplacement.



    Le texte, qui doit être adopté à Marrakech, lundi, fixe en réalité
    une série de grands principes pour encadrer l'immigration -par exemple, la défense des droits de l'homme ou la lutte acharnée contre les réseaux de passeurs. " Chacun y trouvera ce qu'il y
    cherche : la réaffirmation de leur souveraineté pour les États d'arrivée, l'expression d'une solidarité pour les États d'origine et de transit, et la nécessité d'un traitement humain pour les organisations internationales et humanitaires ", assure Gaëtan Gorce, chercheur associé à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (Iris) et ancien sénateur PS. Comme il est écrit noir sur blanc sur ce texte d'une quarantaine de pages, ces principes ne sont " pas juridiquement contraignants ".



    Des fake news sur les réseaux sociaux



    Mais l'idée qu'un texte incite à " promouvoir le respect mutuel des
    cultures, des traditions et des coutumes entre les communautés d'accueil et les migrants " affole. Les porte-paroles officieux des Gilets jaunes n'ont jamais abordé ce sujet lors de leurs interventions dans les médias. Mais, sur les réseaux sociaux, de nombreux messages alarmistes , comportant parfois des fake news, sont très partagés dans la sphère du mouvement. Un article du site d'extrême droite Riposte Laïque, appelant les Gilets jaunes à " bloquer Macron au sol le 10 décembre ", circule beaucoup.



    Si Emmanuel Macron est ainsi pris pour cible, c'est que la France " soutient clairement " ce pacte et s'apprête à le ratifier, a rappelé le chef de l'Etat à Bruxelles fin octobre. Tout en jugeant " légitimes " les débats sur ce thème de
    l'immigration, qui est un phénomène " avec lequel nous continuerons à vivre ". L'ONU assure aussi que le but est de
    permettre une meilleure coordination entre les différents pays. Sauf que la liste des États qui rechignent à ratifier le texte s'allonge : les Etats-Unis dès la fin 2017, puis la Hongrie, l'Australie, la Pologne, l'Italie…



    Au tour de la France ? Pas question de céder, assure l'Elysée. Mais, dans la séquence actuelle, Emmanuel Macron, qui doit s'exprimer en début de semaine pour la première fois depuis le week-end dernier, n'ira pas à Marrakech ce lundi. La présidence assure qu'il n'en n'a
    jamais été question. C'est le secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne qui
    représentera, seul, la France.

    Gilets jaunes: 1220 gardes à vue en France ce samedi, de gros dégâts à Toulouse, suivez notre direct

    Gilets jaunes: 1220 gardes à vue en France ce samedi, de gros dégâts à
    Toulouse, suivez notre directhttp://www.via214.net/


    Publié le 09/12/2018 à 11:12 La Rédaction de Via214




    Les images de la journée d'action des Gilets jaunes de samedi font froid
    dans le dos. Des heurts violents ont éclaté à Paris, dans une proportion moindre que le 1er décembre toutefois, et surtout à Toulouse où des casseurs ont dévasté une partie des quartiers
    Saint-Cyprien, Patte d'Oie et Arènes. Sur l'ensemble de la France, 1220 personnes ont été placées en garde à vue et 264 personnes ont été blessées.




    Le Premier ministre Edouard Philippe veut "retisser l'unité nationale" et le chef de l'Etat Emmanuel Macron va s'exprimer en début de semaine.


    Suivez notre direct toute la journée
    ce dimanche :


    il y a 31 minutes



    Ce qu'il faut savoir à 10h30


    -1783 personnes ont été interpellées en France samedi, 1220 personnes sont placées en garde à vue. Sur ces 1220 personnes, 1082 le sont à Paris et 38 à Toulouse. 264 personnes ont été blessées
    dont 39 policiers et gendarmes. A Toulouse 12 personnes ont été blessées (8 manifestants et 4 forces de l'ordre)


    - 125 000 personnes ont manifesté dont 10 000 à Paris et plus de 5000
    à Toulouse selon des chiffres de la police


    - Des casseurs se sont mêlés aux Gilets jaunes à Toulouse entraînant
    d'importants dégâts dans les quartiers Saint-Cyprien, Patte d'Oie et Arènes. Au moins une voiture a été incendiée et plusieurs vitrines ont été dégradées voire détruites. Des heurts violents
    ont aussi éclaté à Paris, Bordeaux, Saint-Etienne, Nantes ou Grenoble


    -La voiture de la députée LREM de Dordogne Jacqueline Dubois a été
    incendiée dans la soirée devant son domicile


    -Emmanuel Macron doit prendre la parole en début de semaine peut-être
    dès ce lundi. Il s'est exprimé sur Twitter pour remercier les forces de l'ordre


    -Un nouvel appel à manifester est lancé pour le samedi 15 décembre. A
    Toulouse une "actio nde blocage économique" est annoncée pour jeudi 13 décembre à 18 heures au métro Jean-Jaurès.



    il y a 14 minutes


    Le porte-parole du gouvernement : "Il faut presque trouver des solutions sur mesure"


    Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a plaidé ce dimanche
    pour bâtir des solutions "presque sur mesure" dans la crise des Gilets jaunes, à la fois "immédiates" mais aussi "sur le temps long", avant qu'Emmanuel Macron ne s'exprime "en tout début de semaine". "Les solutions que l'on doit trouver doivent tenir compte de la réalité de chaque individu. C'est presque du sur-mesure. Les colères qui s'expriment
    sont parfois de nature très différente d'un territoire à l'autre", a mis en avant le porte-parole sur Europe
    1
    . "Ce sont ces colères qu'il faut comprendre. Et c'est dur de les
    comprendre depuis un bureau parisien", a encore souligné le porte-parole du gouvernement, au lendemain de l'acte IV de la mobilisation des Gilets jaunes.


    Alors que le chef de l'Etat doit prendre la parole "en tout début de semaine", M. Griveaux a reconnu qu'"à l'évidence, nous avons sous estimé le besoin de nos concitoyens de prendre la parole,
    de dire les difficultés qui sont les leurs et d'être associés à la construction des solutions". Dans ce sens, M. Macron a annoncé fin novembre que s'ouvriraient à partir du 15 décembre et jusqu'au 1er mars des "concertations" au niveau local.



    Benjamin Griveaux a également convenu qu'il fallait répondre à "la colère immédiate" mais aussi "remettre de l'optimisme dans le système, sur le temps long". "Si on se limite aux
    mesures d'urgence, on ne traitera que les symptômes", a-t-il estimé. "Considérer qu'il suffirait de faire un chèque à ces personnes, c'est assez méprisant, c'est assez condescendant", a
    poursuivi le porte-parole du gouvernement, en rappelant quelques-uns
    des thèmes de campagne de M. Macron, parmi lesquels la lutte contre
    "l'assignation à résidence".



    "La vie des gens est empêchée. On est assigné sur son territoire, dans
    sa condition sociale. On a l'impression que le progrès est réservé aux autres", a-t-il illustré, plaidant également pour
    "remettre de la confiance dans notre système démocratique(...) qui a été sous la menace".



    Le tram de Toulouse circule normalement



    Tisséo annonce que les deux lignes de tram de Toulouse fonctionnent à
    nouveau normalement. En début de matinée, plusieurs stations n'étaient pas desservies après les dégradations commises en marge de la mobilisation des Gilets jaunes.



    Portrait d'Edouard Philippe : le paratonnerre d'Emmanuel Macron




    Les mots sont durs. Ils tapent là où ça fait le plus mal, sur les cicatrices mal refermées. "Édouard Philippe ? Il se juppéise. Il a ce côté droit dans ses bottes", grince un proche du chef de
    l'État. "Le Président voulait annoncer un moratoire..."



    Une liste "Gilet jaune" obtiendrait 12 % des voix aux élections européennes



    Si une liste se présentait en France aux prochaines élections européennes au nom des Gilets jaunes, elle récolterait 12 % des suffrages. Elle arriverait en quatrième position derrière
    LREM-Modem (21 %), le Rassemblement national (14 %) et Europe écologie-les Verts (13 %) selon une enquête Ipsos que publie le Journal du dimanche et réalisée les 5 et 6 décembre. Cette liste "Gilet jaune", si elle existait, séduirait en priorité des électeurs du Rassemblement National et de la France Insoumise.



    Une "action de blocage économique" jeudi à Toulouse



    Une "action de blocage économique" est annoncée à Toulouse jeudi 13 décembre. Elle a été lancée par le collectif "Y'a
    pas d'arrangement" qui explique que cette action sera organisée avec les Gilets jaunes. Les organisateurs n'annoncent évidemment pas les actions qu'ils vont mener mais ils promettent des "actions pacifiques dans un esprit radicalement festif". Le lieu de
    rendez-vous est au métro Jean-Jaurès à 18 heures. Un dress code a même été fixé à cette occasion : gilet jaune et bonnet de Noël.




    1082 interpellations à Paris samedi



    1082 personnes ont été interpellées samedi à Paris annonce la préfecture de police. Ce bilan est en très nette hausse par rapport à la précédente mobilisation du 1er décembre au cours de laquelle 412 personnes avaient été interpellées. Au niveau national, 1220
    personnes ont été placées en garde à vue. A Toulouse, 38 personnes ont été interpellées avec différentes armes (bombes artisanales, armes blanches, marteaux, gourdins, liquides
    inflammables...).



    Les réactions politiques après l'acte IV des Gilets jaunes



    Emmanuel Macron va prendre la parole en début de semaine après le quatrième
    samedi de mobilisation des Gilets jaunes. Peut-être dès ce lundi.
    Edouard Philippe, qui affirme qu'il faut "retisser l'unité nationale" explique qu'il appartiendra au chef de l'Etat "de
    proposer les mesures qui ont nourrir ce dialogue".



    Marine le Pen du Rassemblement National veut "des réponses fortes" à "la souffrance sociale". Le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon demande une dissolution de l'Assemblée
    Nationale pour provoquer des élections législatives anticipées. "Les trois quarts des revendications des Gilets jaunes sont dans notre programme", affirme Jean-Luc Mélenchon.



    Une motion de censure du gouvernement, déposée par les socialistes, les
    communistes et les "Insoumis" sera examinée mercredi ou jeudi à l'Assemblée. Elle n'a aucune chance d'être adoptée.

    A quel moment faire ses plantations

    A quel moment faire ses plantationshttp://www.via214.net/


    Publié le 09/12/2018 à 10:25 La Rédaction de Via214




    A quel moment faire ses plantations : La pelouse



    Le meilleur moment pour semer votre gazon est au printemps, ou à l’automne. Ces deux saisons apportent la lumière, l’humidité et la douceur nécessaires à une première pousse. Pour profiter au
    mieux de votre jardin, préférez tout de même planter la pelouse à l’automne, cela lui laissera le temps de bien se renforcer avant que les beaux jours ne reviennent et que vous puissiez en profiter!



    A quel moment faire ses plantations : Au potager



    Voici quand faire vos plantations au potager pour les semis les plus
    courants:Carotte: janvier > octobreConcombre: mars >
    décembreCourgette: mars > décembreCresson: février >
    novembreEpinard: mars > décembreFenouil: mars >
    décembreLaitue: janvier > octobreMelon: février >
    novembreNavet: février > novembreOignon: février >
    novembrePoireau: janvier > octobrePoivron: février >
    novembrePotiron: mars > décembre Radis: janvier >
    octobreTomate: février > novembreComme vous pouvez le voir, les
    périodes de semis s’étalent sur plusieurs mois. Tirez parti de ce
    paramètre naturel dans votre jardin, en espaçant les périodes de semis, vous pourrez ainsi étaler les périodes de récoltes et profiter de votre potager pendant plus longtemps!



    A quel moment faire ses plantations : Arbres, arbustes, haies… Quand
    planter au jardin d’ornement?



    L’automne est la meilleure saison! Pourquoi? Parce qu’à l’automne, la
    douceur du climat et l’humidité sont idéales pour que vos plantations se renforcent et s’assurent d’une bonne prise racinaire. Pendant l’hiver, la sève se concentrera dans les racines et permettra aux arbres et autres arbustes de bien s’implanter pour repartir de plus belle au printemps suivant, plus
    grands et plus forts! Pour les mêmes raisons, l’automne est la meilleure saison pour les transplanter.



    A quel moment faire ses plantations : Quand planter vos arbres fruitiers?


    Il est conseillé de planter les arbres fruitier à l’automne pour les même raisons que pour les autres arbres, mais aussi parce qu’il y a de fortes chances que vous puissiez faire, pour quelques espèces, vos premières récoltes dès le printemps suivant!



    A quel moment faire ses plantations : Quand planter un bulbe?



    Comme pour la plupart des plantations d’ornement, les bulbes se plantent
    à l’automne pour une floraison à la saison suivante. Vous pouvez tourner la nature à votre avantage en espaçant les plantations de septembre à novembre: les floraisons seront ainsi graduelles et vous pourrez avoir de belles fleurs de la fin de l’hiver jusqu’au printemps.


    A quel moment faire ses plantations : Quand planter un rosier?



    Les rosiers gagnent en vivacité et en résistance si vous les plantez au
    début de l’automne. Ils ont ainsi tout l’automne et tout l’hiver pour prendre racine et n’en seront que plus fleuris au printemps suivant!La majorité des plantations se font comme vous pouvez
    l’observer à l’automne. A la différence d’une plantation faite au printemps, une plantation faite à l’automne vous
    demandera beaucoup moins d’eau puisque le climat lui en fournira déjà de façon considérable durant les mois hivernaux.


    Récupérer l’eau de pluie : Pourquoi récupérer l’eau de pluie

    Récupérer l’eau de pluie : Pourquoi récupérer l’eau de pluiehttp://www.via214.net/


    Publié le 8/12/2018 à 09:53 La Rédaction de Via214




    A l’heure où les préoccupations environnementales, mais aussi
    économiques, se bousculent sur le devant de la scène médiatique, il apparaît indispensable d’agir de manière responsable. Une très bonne raison donc d’exploiter intelligemment les ressources que la nature met à notre disposition.Un jardin nécessite un minimum d’arrosage, ce qui peut sérieusement faire gonfler la facture
    d’eau, la dépense étant bien sûr proportionnelle à la surface de votre terrain. A titre informatif, il faut compter environ six litres d’eau par mètre carré de potager ou quatre litres pour un mètre carré de jardin "classique" (fleurs, plantes, arbustes…). On voit donc rapidement l’intérêt d’installer un récupérateur
    d’eau de pluie.



    Récupérer l’eau de pluie : Installer sa cuve



    Il existe des récupérateurs d’eau de pluie de contenance différente.
    Certains peuvent être enterrés, d’autre sont munis de robinet ou de pompe qui permettent ainsi d’alimenter directement votre jardin grâce à des tuyaux que vous ferez courir dans vos rangs de
    légumes.L’idéal est d’installer plusieurs cuves, en fonction de
    la quantité d’eau que vous souhaitez récupérer et dont vous avez besoin. Votre toit et les gouttières constituent d’excellents réceptacles. L’eau qui ruissèle peu ainsi facilement être
    redirigée dans la cuve. Vous pouvez donc opter pour l’installation d’une, ou plusieurs, cuve le long d’un mur de votre maison, et d’une autre au milieu de votre jardin.



    Récupérer l’eau de pluie : Quelles économies peut-on réaliser?



    Cela dépend bien sûr du climat sous lequel vous vivez. Si la pluviométrie de votre région est peu importante, votre récupération d’eau évidemment moindre que celle d’une région plus arrosée.
    Pour vous donner une idée relativement précise de ce que vous pouvez espérer, faites ce calcul: multipliez la surface de votre toit par la pluviométrie annuelle de la région où vous habitez (en millimètre par mètre carré). Enlevez au chiffre ainsi obtenu environ 10% pour tenir compte des déperditions inévitables (stagnation, évaporation…).

    Rachida Dati mêlée (malgré elle) à l’héritage de Johnny Hallyday

    Rachida Dati mêlée (malgré elle) à l’héritage de Johnny Hallydayhttp://www.via214.net/


    Publié le 9/12/2018 à 09:22 La Rédaction de Via214



    Quels sont les liens entre Rachida Dati et l’affaire de l’héritage de
    Johnny Hallyday qui opposent ses aînés à sa veuve ? En apparence, aucun, mais...


    Mariage de Laura Smet : Rachida Dati pas bienvenue



    Persona non grata. Le week-end dernier, Laura Smet a dit oui à son compagnon
    Raphaël, désormais époux. Les deux tourtereaux en couple depuis
    plusieurs années se sont engagés face à un très petit comité composé d’amis et de proches à la mairie du VII arrondissement de Paris. C’est donc Rachida Dati, édile locale, qui aurait dû célébrer les noces du couple. Sauf qu’il n’en a rien été.



    Comme le révèle Voici, c’est la maire de la capitale, Anne Hidalgo qui avait pris place face aux futurs mariés.



    Si l’ancienne ministre de la Justice a été écartée de la fête, c’est à cause de… Laeticia Hallyday !



    Mariage de Laura Smet : d’où vient la brouille avec Rachida Dati ?



    Rien n’échappe à la vigilance de Laura Smet, d’autant plus vraisemblablement quand il s’agit de son mariage. D’après le magazine, la fille aînée de Johnny Hallyday aurait expressément demandé à ce que Rachida Dati ne soit pas présente à cause de ses liens avec Laeticia Hallyday.



    Les deux femmes seraient amies et la publication évoque notamment le 66 ème anniversaire de Johnny Hallyday au cours duquel Rachida Dati a été aperçue.



    Si l’ancienne Garde des Sceaux et vraisemblablement future candidate à
    la mairie n’était pas présente, Laura Smet avait en revanche invité Dominique Besnehard, sa mère Nathalie Bayen ou encore la chanteuse Dani.




    USA : La Fed étudie une approche plus pragmatique sur les taux-WSJ

    USA : La Fed étudie une approche plus pragmatique sur les taux-WSJhttp://www.via214.net/


    Publié le 07/12/2018 à 11:21 La Rédaction de Via214




    7 décembre (Reuters) - Les responsables de la Réserve fédérale américaine s'interrogent sur l'opportunité d'adopter une approche plus pragmatique en matière de relèvement des taux d'intérêt après la hausse qui devrait intervenir à l'issue de la réunion de
    décembre de la banque centrale, a rapporté jeudi soir le Wall Street Journal.




    Cette nouvelle approche pourrait ralentir le cycle de hausse des taux l'an prochain, a ajouté le quotidien.


    Cette information parue en toute fin de séance jeudi a permis aux marchés
    boursiers américains de réduire nettement leurs pertes: l'indice
    S&P-500 a fini en baisse de 0,15% après avoir cédé jusqu'à 2,9% en cours de journée.



    "Les responsables (de la Fed) pensent toujours que l'orientation générale des taux d'intérêt à court terme sera à la hausse en 2019, selon de récents entretiens et déclarations publiques. Mais à mesure qu'ils relèvent les taux directeurs, ils sont de moins en moins sûrs du rythme auquel ils doivent agir et jusqu'où ils doivent aller, et ils veulent évaluer la réaction de l'économie aux mesures qu'ils ont déjà prises", écrit le journal.



    Après la clôture des marchés américains, le président de la Fed, Jerome Powell a
    dit que l'économie se portait "globalement très bien ".



    Dans un discours lors d'une conférence sur le logement en zone rurale à
    Washington, il a souligné que le marché de l'emploi notamment était "très fort", avec un taux de chômage à son plus bas niveau depuis 50 ans, sans pour autant aborder la question de la politique monétaire de la Fed.



    De son côté, le président de la Fed de New York, John Williams, a dit que la hausse des droits de douanes avait eu un effet "relativement faible" sur l'économie américaine mais qu'elle avait affecté la confiance et retardé certains
    investissements.


    Huawei: la directrice financière accusée de fraude par les Etats-Unis

    Huawei: la directrice financière accusée de fraude par les Etats-Unishttp://www.via214.net/


    Publié le 08/12/2018 à 10:45La Rédaction de Via214



    Meng Wanzhou est soupçonnée d’avoir menti à plusieurs banques


    La directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, arrêtée samedi au Canada à la demande des Etats-Unis,est accusée de fraude par la justice américaine, a-t-on appris
    vendredi lors de sa comparution devant un juge de Vancouver. Les détails des accusations de la justice américaine, qui demande l’extradition de Meng Wanzhou, ont été révélés alors que la
    responsable de Huawei comparaissait lors d’une audience de remise en liberté devant un juge de Vancouver.



    Meng Wanzhou est soupçonnée d’avoir menti à plusieurs banques au sujet d’une filiale de Huawei afin de pouvoir accéder au marché iranien entre 2009 et 2014 en violation des sanctions américaines.



    Meng Wanzhou aurait personnellement nié auprès de banquiers américains tout lien direct entre Huawei et la société Skycom, alors qu’en fait "Skycom c’est Huawei", selon l’avocat du
    gouvernement.



    La dirigeante est notamment accusée de "complot d’escroquerie au détriment de plusieurs institutions financières", un chef d’accusation passible de plus de 30 ans de prison, a-t-il poursuivi. Le représentant du gouvernement s’est opposé à la remise en liberté conditionnelle de la dirigeante de 46 ans, estimant qu’elle risquait d’en profiter pour tenter de fuir le pays.


    L’annonce de l’arrestation de Meng Wanzhou quelques jours après la trêve
    dans la guerre commerciale entre Pékin et Washington, a provoqué la colère des autorités chinoises, qui ont immédiatement exigé sa remise en liberté.



    "Nous exigeons des deux parties (Canada et Etats-Unis) que des clarifications nous soient fournies au plus vite quant aux motifs de cette détention", a martelé jeudi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang.



    Il a demandé la remise en liberté "immédiate" de Meng Wanzhou, fille de Ren Zhengfei, fondateur de Huawei en 1987 et ancien membre de l’armée chinoise. Pour pouvoir être remise en liberté, la directrice financière de Huawei doit s’engager à séjourner
    dans un lieu privé et sécurisé à ses frais, sous surveillance électronique, dans l’attente d’une décision sur son
    extradition.



    Ce processus, dans le cadre d’un accord bilatéral entre les Etats-Unis et le Canada, peut prendre des mois voire des années avant d’aboutir, en raison des nombreuses possibilités d’appel.
    La décision finale reviendra au ministre canadien de la Justice.



    Face aux critiques de la Chine, avec laquelle le Canada tente de renforcer
    les liens commerciaux , le Premier minis